Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charpentiers et couvreurs

 | 
Bruno Phalip

Avant-propos

Frédérik Letterlé

Texte intégral

1Charpentiers et couvreurs. L’Auvergne médiévale et ses marges constitue le premier volume que les DARA consacrent à la région d’Auvergne. L’élargissement géographique du domaine de compétence de ces Documents en 2002 permet ainsi de couvrir l’ensemble du secteur d’intervention de la CIRA Centre-Est. Certes, une première incursion en Auvergne a été faite en 2003 par l’Atlas des châteaux du Vivarais de Pierre-Yves Laffont, qui comprend cinq sites de la Haute-Loire, mais aucun volume n’avait encore été consacré dans son intégralité à cette région. D’autres viendront prochainement compléter cette série, d’abord la publication de la villa gallo-romaine de Beaumont (Puy-de-Dôme) sous la direction de Guy Alfonso, puis probablement celle du temple de Mercure au sommet du puy de Dôme sous la direction de Dominique Tardy et Jean-Louis Paillet.

2Bruno Phalip s’intéresse depuis de nombreuses années à des bâtiments médiévaux, qu’ils soient civils ou religieux, de préférence fortifiés. Ce fut l’objet de sa thèse publiée en 1993. Mais il ne se contente pas d'élaborer des inventaires, de rechercher les archives afférentes. Il se passionne pour les problèmes techniques. Son cursus atypique et les préoccupations pédagogiques induites par son poste d’enseignant à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand l’incitent à regarder de plus près le processus de constructions des sites qu’il étudie. Son champ d’investigation se resserre de plus en plus : il « zoome » sur les charpentes, sur les techniques employées, sur ceux qui les mettent en œuvre, sur les interactions entre ces constructions et leur environnement.

3Dans ce DARA 26, Bruno Phalip se livre à une relecture critique des édifices, dont il précise les grandes étapes de l’évolution chronologique, par secteurs géographiques. Il recourt naturellement aux textes d’archives et aux observations sur le terrain, mais il intègre également les datations fournies par la dendrochronologie, se pose des questions sur l’outillage utilisé, définit les relations entre matériaux disponibles et techniques de construction. Ces considérations l’entraînent notamment à réfléchir sur un certain « déterminisme » entre couvert végétal et choix d’une charpente plutôt que d’une voûte. La longueur et la section des bois disponibles influent sur la conception de la charpente, la pente du toit, l’adoption du matériau de couverture. Une question en appelant une autre, peu à peu sort de l’ombre un univers dynamique de maîtres d’œuvre, d’ouvriers, qui connaissent des problèmes d’approvisionnement, qui parfois hésitent sur les solutions à adopter et changent de parti pris en cours de réalisation, qui parfois se trompent…

4Ce n’est plus seulement un édifice qui est examiné, mais une société dans son ensemble dont les péripéties de vie influencent sa production : la surexploitation des forêts, les variations climatiques, les épisodes de guerre, les aléas économiques, la formation du personnel intervenant, son degré de technicité. Chacun de ces facteurs joue un rôle que Bruno Phalip tente de cerner, en montrant que la moindre variation d’un d’entre eux a un effet notable sur le résultat final. Cette analyse minutieuse renouvelle la connaissance que nous avions de ces bâtiments – qu’ils soient civils ou religieux, prestigieux ou communs – et nous incite à les considérer comme la résultante logique d’un ensemble de données parfois subtiles à appréhender. Elle bat en brèche bon nombre d’idées reçues et permet de rendre à l’Auvergne la place qui était la sienne entre Nord et Sud du pays. Il s’agit là d’une démarche d’archéologie du bâti plus globale, qui pourrait être appliquée avec profit à d’autres ensembles architecturaux.

Auteur

Conservateur régional de l’Archéologie d'Auvergne

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540