Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Glossaire

Texte intégral

1Aula (latin, n. f.) : bâtiment du château où le seigneur loge et reçoit.

2Basse-cour (n. f.) : espace protégé par une enceinte et situé en contrebas du noyau central du château (ensemble donjon-chemise-aula). Par définition, la basse-cour est destinée à accueillir des dépendances du château à vocation domestique, résidentielle, agricole ou artisanale. Mais, dans un second temps, des maisons paysannes ont pu aussi s'y installer et donner naissance à un habitat villageois permanent.

3Bastida (latin, n. f.) : château. L'apparition de ce terme en Vivarais est plutôt tardive (milieu du XIIIe siècle) et son usage reste limité. Il est toutefois entré dans la composition de plusieurs toponymes castraux (La Bastide-de-Virac, La Bâtie d’Andaure, La Bâtie de Crussol).

4Bayle/baile (n. m.) : principal officier seigneurial. Il joue le rôle du prévôt et du châtelain d'autres régions. En Vivarais, le « châtelain » n'apparaît dans la documentation écrite qu'à partir des années 1270. Le terme est alors vraisemblablement importé des grandes principautés voisines en cours de formation (Dauphiné, Savoie, Forez, Valentinois...).

5Bossage (n. m.) : saillie laissée à la surface d'un bloc de pierre pour décorer un mur.

6Bourg castral : les textes médiévaux utilisant le terme burgus pour désigner spécifiquement l'habitat villageois dans le castrum (cf. infra la définition de ce mot), nous utilisons ici l'expression « bourg castral » pour évoquer un habitat né d'un château et subordonné topographiquement à celui-ci et ceci indépendamment de son importance, l'expression « village castral » correspondant toutefois souvent mieux à la réalité d'habitat modeste.

7Bourg ecclésial : agglomération née autour d'une église. Il n'y a pas, pour la région, de terme particulier dans les textes médiévaux pour désigner cette forme de peuplement.

8Case-encoche : empreinte subsistant d'un bâtiment en partie construit dans le rocher après la disparition de celui-ci. Une case-encoche présente en général - taillée dans le substrat rocheux - un fond plus ou moins haut, deux parois latérales de hauteur variable et un sol à peu près plan. Le terme, bien qu'un peu vieilli, a le mérite d'éviter l'utilisation d'une lourde périphrase.

9Castellum (latin, n. m.) : château. Le terme disparaît pour l'essentiel en Vivarais après le XIIe siècle.

10Castrum (latin, n. m.) : à partir de la fin du XIe siècle, association formée du château et de l'habitat qui lui est subordonné. Avant la fin du XIe siècle et après le début du XIVe siècle, castrum sert aussi à évoquer le château au sens strict du terme. Durant la période des XIIe-XIVe siècles cela est rare.

11Chemise : étroite enceinte maçonnée associée au donjon.

12Compoix (n. m.) : document à vocation fiscale recensant, à l'intérieur d'une paroisse ou d'une ville, tous les chefs de feux avec tous leurs biens immeubles. Les premiers compoix apparaissent en Vivarais au XVe siècle.

13Coseigneurie : gestion collective par plusieurs seigneurs châtelains, apparentés ou non, d'un castrum.

14Donjon : tour maîtresse d'un château formant le cœur de celui-ci.

15Époque Moderne : par convention les historiens et les archéologues désignent ainsi la période des XVIe-XVIIIe siècles. La période immédiatement précédente étant le Moyen Âge (Ve-XVe siècle), la période suivante (XIXe-XXIe siècle) étant dite Contemporaine.

16Estimes du Vivarais : enquête fiscale menée en 1464 à la demande de l'administration royale, des Etats de Languedoc et des États du Vivarais pour déterminer la capacité contributive des chefs de feux - roturiers essentiellement - de la province de Vivarais, l'objectif étant d'asseoir l'assiette de la taille royale. Les Estimes de 1464 enregistrent, paroisse par paroisse, à la fois les biens immeubles et les biens meubles (cheptel, objets de quelque valeur) des déclarants.

17Fortalicium (latin, n. m.) : à partir de la fin du XIIe siècle, château au sein du castrum.

18Incastellamento (italien, n. m.) : ce mot, traduit parfois en Français par enchâtellement, désigne le phénomène de regroupement des habitats villageois au pied des châteaux durant le Moyen Âge central. Ce mouvement affecte toute l'Europe, particulièrement méridionale, selon des chronologies toutefois variables. En Vivarais, il paraît débuter dans la seconde moitié du XIe siècle et être pour l'essentiel achevé au début du XIIIe siècle. Le phénomène a été pour la première fois mis en évidence en Italie centrale, dans le Latium, par Pierre Toubert.

19Mandement (n. m.) : circonscription territoriale ayant pour centre un château et dans laquelle le seigneur châtelain détient le droit de ban (pouvoir de commander et de punir comprenant essentiellement les droits de police et de justice et la force armée). Mandement (mandamentum en latin) est un terme propre au sud-est de la France, il est l'équivalent de la châtellenie d'autres régions. Le découpage en mandements, progressivement mis en place au XIe siècle, est systématique : tout homme dans la seconde moitié du Moyen Âge appartient à un mandement.

20Parier (n. m. ou adj.) : coseigneur.

21Rocca (latin, n. f.) : éminence rocheuse, très souvent aménagée, supportant un château. Les mottes artificielles constituées de matériaux rapportés n'existant pratiquement pas en Vivarais, leur rôle est tenu par des affleurements rocheux naturellement très nombreux dans le paysage. Le substantif latin rocca a participé à la formation de nombreux toponymes castraux (Rochebonne, Rochefort, Rochemaure, Rochemure...). Occasionnellement le mot petra a pu aussi être utilisé (Pierregourde, Grospierre...).

22Serre (n. m. ou f.) : en France méridionale, colline étroite et allongée résultant de la fragmentation d'un plateau par des vallées parallèles.

23Suc (n. m.) : terme local désignant un pointement volcanique (dyke ou neck).

24Terrier (n. m.) : enquête effectuée par un seigneur foncier pour dresser la liste de ses tenanciers et des cens dus par ceux-ci à raison des biens-fonds tenus dudit seigneur. Ces biens-fonds sont décrits dans le document.

25Villa (latin, n. f.) : jusqu'au XIe siècle, circonscription territoriale subdivision d'une viguerie. Le terme prend ensuite le sens actuel de village ou de bourg mais désigne toujours un habitat non castral. Toutefois, certaines villæ peuvent dans un second temps se transformer en castra après la construction d'un château.

26Vingtain (n. m. du latin, vintenum) : à l'origine, taxe prélevée par un seigneur pour la construction ou l'entretien des fortifications du château ou du castrum. Par extension, le terme en arrive à désigner les remparts du château ou du castrum.

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540