Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
J
M

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

L

Texte intégral

LABEAUME

1département : Ardèche ; canton : Joyeuse ; commune : Labeaume ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 140 m

Labeaume - Vestiges du donjon quadrangulaire dit « La Tourasse » (XIIIe siècle ?).

Labeaume - Vestiges du donjon quadrangulaire dit « La Tourasse » (XIIIe siècle ?).

21214 : Pierre Bermond de Sauve et son frère Bermond abandonnent à l’évêque de Viviers 13000 sous qui leur étaient dus pour la bastide de Fanjau ainsi que tous leurs droits et toutes leurs prétentions sur la bastide de Bonnegarde que l’évêque a construit à Largentière. Acte passé à Largentière, parmi les témoins figure Guillaume de Labeaume (Mazon 1904 p. 46-47).

31240 : Aymeric de Naves et sa femme vendent à l’abbaye des Chambons tous leurs pâturages dans le bois de Saint-Martin et dans le bois commun pour 1000 sous raymondins. Aymeric de Naves et sa femme fournissent notamment pour caution : Guillaume de Sampzon, miles, et Raymond de Labeaume, domicellus (ADA 1 H 14).

41250 : Palmerius (sic) vend à Guigue de Châteauneuf tout ce qu’il tenait dans le château (lire castrum) de Labeaume et les terroirs de Ruoms et Saint-Alban pour 300 sous vivarois (ADA 1 J 152 p. 72).

51252 (v-s) : Guigue de Châteauneuf et Randone, sa femme, confirment à l’abbaye des Chambons des droits d’usage dans le bois commun du castrum de Labeaume ainsi que le droit d’user du bois de Beauzon comme les habitants des castra de Joyeuse, Labeaume et Sampzon (Catalogue des actes de l’abbaye des Chambons n° 8).

61268 (v-s) : Pons Borchagalis vend pour 60 sous du Puy à Bernard Odilon, représentant de Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, tout ce qu’il tenait en fief franc de celle-ci dans le terroir de Ventolo, dans le mandement du castrum de Balma (ADA 1 J 152 p. 74).

71270 (v-s) : accord entre Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, et Gervais de Naves à propos d’hommes du castrum de Labeaume que les deux parties revendiquaient (ADA 1 J 152 p. 74-75).

81279 : Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, femme de feu Guigue de Châteauneuf, en présence et avec le consentement de Guillaume de Randon, seigneur de Luc, qu’elle reconnaît pour son seigneur pour plusieurs fiefs, donne à son fils Dragonet de Châteauneuf tous ses droits et biens dans les castra et mandements de Labeaume et de Vallon, sous réserve de l’usufruit sa vie durant (ADA 1 J 152 p. 74-75).

91281 : transaction entre Guillaume de Naves et le prieur de Ruoms à propos du terroir des « Bailles », situé dans la seigneurie de Labeaume, dont Guillaume de Naves avait la justice et où le prieuré de Ruoms possédait des droits d’usage (Montravel 1903 p. 92-93).

101288 : transaction entre Guillaume et Pierre de Baumefort, coseigneurs de Labeaume, et leurs hommes et vassaux de Labeaume (Montravel 1903 p. 93-94).

111302 (v-s) : les coseigneurs et habitants de Labeaume passent un accord par l’entremise de Pierre de Sampzon, chanoine de Viviers, et d’Austorge de Barre, chevalier de Saint-Jean-de-Jérusalem. Moyennant la somme de 160 livres, les coseigneurs reconnaissent et confirment tous les droits et privilèges qui avaient été accordés auparavant aux habitants. Les coseigneurs, avec le consentement des habitants, reconnaissent comme seigneur supérieur Dragonet de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse, à qui ils rendent hommage pour leur part de Labeaume, recevant en même temps l’hommage de leurs hommes et vassaux de Labeaume. Enfin, Dragonet de Châteauneuf reconnaît tenir la seigneurie de Labeaume de l’évêque de Viviers. Sont mentionnés comme coseigneurs : Dragonet de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse, Pierre de Naves, Bertrand de Labeaume, Giraud et Raymond de Sampzon, Robert des Perriers, Guillaume de Baumefort et Pierre, son frère (Montravel 1903 p. 93).

121322 : lettre du roi Charles IV évoquant les déprédations commises par Pierre et Garin de Naves, seigneurs du castrum de Balma subtus Samsonem, sur la route publique près de Mérindol (ADH A 4 f i 63 r°-64 v°).

13Le castrum de La Balme-sous-Sampzon, aujourd’hui Labeaume, est établi dans les gorges de la rivière du même nom. La gestion en coseigneurie de ce castrum a entraîné, comme cela est fréquent en Vivarais, la construction de trois châteaux sur le site. Tous occupent, au nord du bourg et au sommet de celui-ci, l’extrémité des falaises dominant la rivière. On y remarque tout d’abord les vestiges d’un haut donjon quadrangulaire (« La Tourasse ») en bel appareil régulier de calcaire englobé dans des constructions postérieures. Seul subsiste l’angle nord-est de cette construction qui présente encore trois niveaux. L’accès se faisait au premier étage qui, par ailleurs, est encore percé d’une archère et d’une baie géminée. Cette tour paraît présenter plusieurs états successifs ; l’état le plus ancien appartenant sans doute au XIIe ou au XIIIe siècle.

14Sur une avancée de la même falaise, mais séparé du château précédent par une faille, se dresse un second ensemble : la base d’une enceinte maçonnée en petit appareil de calcaire, réutilisée comme mur de terrasse d’une résidence privée, enserre un éperon rocheux. Enfin, immédiatement au-delà de ce site vers l’ouest, on remarque encore les rares vestiges d’une troisième construction maçonnée sur une éminence rocheuse très escarpée, se dressant au-dessus de la rivière.

  • 46 Compte de décimes de 1275 p. 440 : ecclesia Sancti Petri de Balma subtus Samsonem.

15Un bourg castral, en partie troglodytique, s’étageait au pied de ces châteaux ; il possédait une église dédiée à Saint-Pierre46. L’église Saint-Genest, qui se dressait à environ 300 m au nord-est du castrum, a assurément précédé l’église Saint-Pierre, d’origine castrale.

16Bibliographie :
Clément 2002.

LAC

17département : Ardèche ; canton : Privas ; commune : Privas ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 270 m

181238 (v-s) : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, confirme l’exemption de taille accordée au prieuré de Rompon par Aymar II de Poitiers et sa femme Philippa. G. Artaud et A. de Rochefort, au nom d’Aymar, jurent, apud Lacum, de respecter cet engagement (ADI B 3518).

191239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra du Vivarais dont Lac (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

201280 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reconnaît tenir en fief du roi de France divers châteaux dont celui du Lac (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

211281 : Aymar IV de Poitiers, comte de Valentinois, accorde une charte de franchises aux habitants de Privas, de Tournon et du Lac (Charte de franchises de Privas).

221381 : Pons de Sampzon, chanoine de Viviers, rend hommage à Louis de Poitiers, comte de Valentinois et de Diois, pour la terre du Lac avec le fossé, le tout tenu en fief rendable. Il rend de même hommage pour tout ce qu’il avait dans les mandements de Tournon, Privas, Alissas, Rochessauve et du Lac (Benoît-d’Entrevaux 1895 p. 10).

  • 47 Gravure d’Abraham Bosse intitulée Plan de la ville de Privas avec les fortification dicelle assiégé (...)

23Le château du Lac se situe à environ 2 km au sud-ouest de la ville de Privas en direction d’Alissas dans l’actuelle zone d’activités du Lac. Les vestiges conservés, le parcellaire du XIXe siècle ainsi qu’une vue du site au début du XVIIe siècle47 nous donnent une assez bonne idée de ce qu’était ce château. Ce dernier repose sur une plate-forme circulaire à peine surélevée par rapport aux terres environnantes. Celle-ci est encore entourée d’un fossé annulaire, large d’une quinzaine de mètres, qui devait être en eau. Au centre du château s’élèvent les vestiges d’un donjon carré du XIIe ou du XIIIe siècle. Il mesure environ 8 m x 8 m hors œuvre pour une épaisseur de mur d’environ 2,50 m à la base. Seuls la basse-fosse et le premier étage ont été conservés, remployés dans une maison. Une enceinte enserre le pourtour de la plate-forme ; elle a été réutilisée comme façade pour les maisons qui se sont établies dans l’emprise du château. Le château du Lac est un des rarissimes châteaux vivarois de la période considérée construits dans un site de plaine. Sa construction est très vraisemblablement à lier au contrôle de l’importante route reliant la vallée du Rhône au Velay par Privas et Mézilhac. En effet, un embranchement de cette route, venant de Baix et de Chomérac, passait immédiatement au nord du château avant d’entrer dans Privas (Brechon 2000, t. II/1 p. 224-226).

Lac - Détail d’une gravure d’Abraham Bosse montrant le château au début du XVIIe siècle.

Lac - Détail d’une gravure d’Abraham Bosse montrant le château au début du XVIIe siècle.

Cliché Bibliothèque nationale de France, Département des Cartes et Plans, Ge DD 558.

  • 48 Celle-ci est mentionnée dans une notice de la Dotatio sanctæ et insignis Ecclesiæ Vivariensis du VI (...)

24À proximité du château s’élevait l’église du haut Moyen Âge, Saint-Etienne-du-Lac48, que l’on ne peut actuellement localiser avec précision. Cependant, la découverte d’une nécropole médiévale dans une parcelle voisine du château, au sud-est, laisse supposer que l’église Saint-Etienne est à peu de distance de celui-ci (Dupraz, Fraisse 2001 p. 313-315).

LAFARRE

25département : Haute-Loire ; canton : Pradelles ; commune : Lafarre ; toponyme actuel : « Tour de Mariac » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 950 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château)

261030-1050 : Etienne de Mercœur, évêque du Puy, remet au prieuré chaffrien Saint-Pierre-du-Monastier, au Puy, l’église de Lachapelle-Graillouse, dans le diocèse de Viviers, située près du castrum de Lafarre (Chronique de Saint-Pierre du Puy p. 160).

  • 49 « Miracles de saint Philibert » rédigés par Bernard de Saint-Romain, chantre puis abbé de Tournus ( (...)

27Vers 1183-1200 : mention du château de Lafarre et de son seigneur, non nommé, dans un des miracles de saint Philibert concernant le prieuré tournusien de Goudet en Velay49.

281267 : le castrum de Lafarre figure parmi les biens de l’Église du Puy dans la bulle accordée par le pape Clément IV à celle-ci (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

291274 : Héracle de Montlaur rend hommage à Guillaume de La Roue, évêque du Puy, pour ses châteaux dont celui de Lafarre (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 335).

301302 : Pons, seigneur de Goudet, rend hommage à Guy, seigneur de Montlaur, notamment pour ce qu’il tient de lui in castro de Fara et dans son mandement (ADHL 2 E 1069 Montlaur n° 2).

311309 : Guy de Montlaur renouvelle l’hommage de 1274 (BMP Fonds général Ms 105 p. 232).

Lafarre - Plan d’ensemble et coupes du site.

Lafarre - Plan d’ensemble et coupes du site.

Lafarre - L’éperon rocheux portant les vestiges du château et, à l’extrémité de celui-ci, le donjon du XIIe siècle.

Lafarre - L’éperon rocheux portant les vestiges du château et, à l’extrémité de celui-ci, le donjon du XIIe siècle.

32Le château de Lafarre occupe une longue et très étroite échine basaltique au confluent de la Loire et de son affluent, la Langougnole, à environ 800 m au nord-ouest du bourg actuel de Lafarre. En raison de la topographie des lieux, l’ensemble castral s’est développé tout en longueur. Plusieurs ensellements, plus ou moins naturels, et des pans entiers d’orgues basaltiques barrent l’éperon. Outre un haut donjon très bien conservé, on remarque à l’extrémité ouest de l’éperon au moins trois bâtiments apparemment médiévaux dont un grand bâtiment rectangulaire, au pied même du donjon, mesurant environ 7,50 m x 10 m hors œuvre. Ces bâtiments sont construits en tronçons d’orgue basaltique maçonnés au mortier de chaux. À l’est du donjon et des bâtiments qui l’accompagnent, les vestiges de plusieurs autres bâtiments s’étirent le long de l’arête rocheuse.

33Le donjon est, à l’évidence, l’élément le plus intéressant de ce site. Cette tour, de plan carré, mesure environ 6,50 m x 6,50 m hors œuvre pour une épaisseur de mur d’environ 1,20 m au niveau du sol. L’ensemble est bâti en moellons de basalte, avec chaînages d’angle et encadrements des ouvertures en grand appareil de granit. Cette tour comporte trois niveaux plus une plateforme sommitale. À l’exception de celle-ci, tous les niveaux intérieurs, sur plancher, ont disparu. Le rez-de-chaussée est une basse-fosse totalement aveugle en partie aménagée dans le rocher. Elle est surmontée d’un premier étage par lequel se fait l’accès au donjon. Une porte en plein cintre, à environ 3 m du sol, ouvre sur une salle éclairée par une étroite fente de jour ; une niche a également été ménagée dans un des murs. L’accès au second étage se faisait manifestement par une échelle de bois. Ce second étage est éclairé par deux fentes de jour. Le troisième niveau est couvert d’une voûte en coupole, remarquablement conservée, percée d’un jour quadrangulaire ouvrant sur la terrasse sommitale. Ce donjon apparaît extrêmement fruste : les aménagements intérieurs sont des plus sommaires (rareté des ouvertures, absence de cheminée, de latrines, d’évier, ou d’escalier en pierre) et les dispositifs de défense active sont inexistants. De plus, à l’exception de la terrasse sommitale, tous les étages sont planchéiés. Ces caractéristiques, ainsi que la morphologie générale du bâtiment et des ouvertures, nous incitent à placer la construction de ce donjon dans le courant du XIIe siècle. Il semble être actuellement la construction la plus ancienne visible sur le site. Il faut noter que, malgré son bon état général de conservation, cette tour présente actuellement de grosses faiblesses dans les maçonneries qui risquent à terme d’entraîner son effondrement.

34Enfin, sur les pentes qui descendent à l’ouest et au sud vers la vallée de la Langougnole et que domine le donjon, d’abondants pierriers et diverses maçonneries laissent supposer la présence d’un petit bourg castral.

LAFIGÈRE

35département : Ardèche ; canton : Les Vans ; commune : Malarce-sur-la-Thines ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 400 m

Lafigère - Le donjon (XIIe ou XIIIe siècle).

Lafigère - Le donjon (XIIe ou XIIIe siècle).

361255 : Guigue de Châteauneuf et Guigue de Châteauneuf, son neveu, se partagent tous leurs droits et biens dans la paroisse de Lafigère (ADLZ E 248).

371279 : Guillaume de Randon se reconnaît vassal du grand prieur de Saint-Gilles et lui rend hommage pour divers châteaux dont Lafigère et son mandement, confrontant d’une part le mandement de Paris, d’autre part le mandement de Planchamp et le Chassezac (ADBdR 56 H 17 p. 45-46).

38Dominant une boucle du Chassezac, à l’extrémité d’un éperon rocheux barré par un fossé, se dressent les vestiges d’une imposante tour carrée et, à proximité de celle-ci, d’un bâtiment. Le donjon, construit en schiste et mesurant environ 7 m x 7 m hors œuvre, paraît conservé sur toute sa hauteur. Il présente encore quatre niveaux ; le rez-de-chaussée est voûté en berceau mais les autres niveaux étaient sur plancher. L’accès originel à la tour se faisait par une porte à environ 3 m au-dessus du sol. Quelques rares et étroites ouvertures éclairent les divers étages du donjon. La construction ruinée, sise à proximité même du donjon, sans doute une aula, prend l’aspect d’un grand bâtiment rectangulaire bâti, lui aussi, en moellons de schiste. La construction présentait deux niveaux séparés par une voûte en berceau plein cintre.

  • 50 ... ecclesia Sancte Margarete et de Figeria... (Compte de décimes de 1275 p. 439) ;... ecclesia San (...)

39À environ 150 m à vol d’oiseau du château, au nord, se trouve l’ancienne église paroissiale de Lafigère encore partiellement médiévale. Dédiée à Saint-Antonin ou Saint-Antoine (Visite des paroisses du Bas-Vivarais en 1501 p. 26), elle apparaît en 1275 et au XIVe siècle comme une annexe de l’église voisine de Sainte-Marguerite50.

LAGORCE

40département : Ardèche ; canton : Vallon-Pont-d’Arc ; commune : Lagorce ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 220 m

411151 : Arnaud et Odilon de Grospierres vendent aux Templiers de Jalès le manse de Brugeriis pour 500 sous melgoriens. Témoin : Pierre Guillaume de Lagorce, prêtre (ADBdR 56 H 19 p. 159).

421194 : Dalmas de Lagorce et Alasia, sa femme, donnent, pour le salut de leur âme, à la maison du Temple de Jalès les herbages, bois et eaux qu’ils possèdent dans le mandement de Grospierres et à Cruzières (ADBdR 56 H 19 p. 154).

431239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra vivarois dont Lagorce (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

441257 : transaction entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Giraud de Lagorce à propos du castrum, du burgum et du mandamentum de Lagorce. Giraud de Lagorce reconnaît tenir en fief rendable du comte de Valentinois le castrum de Lagorce, scilicet turres et fortalicias, le burgum et le mandamentum du castrum et les fortalicias quæ fierent in dicto mandamento (ADI B 3524).

451280 : hommage du comte de Valentinois au roi de France Philippe III pour certains de ses castra vivarois dont Lagorce (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

461290 : sentence arbitrale entre Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Giraud de Lagorce à propos de tout ce que ce dernier avait dans le château et mandement de Lagorce (ADAv E 508).

471291 (v-s) : lettres de publication du testament de Pierre, seigneur de Lagorce. Il fait d’Hugonet de Lagorce son héritier universel et lui cède, entre autres le castrum de Gorcia cum fortalicio, districtum et territorio et juribus et pertinentiis dicti castri (ADAv E 498).

481302 (v-s) : reconnaissance au profit d’Albert, seigneur de Lagorce, notamment pour des biens dans les mandements de Saint-Maurice-d’Ardèche et de Lagorce. Acte passé à Lagorce (ADAv E 508).

491326 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reconnaît tenir en fief du roi de France divers châteaux dont Lagorce (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° sq).

50Il ne subsiste rien ou presque du château de Lagorce. Celui-ci était implanté au nord-ouest du village sur la barre rocheuse dominant ce dernier. De nombreux éléments d’architecture médiévaux dans les maisons du village ainsi qu’une porte monumentale évoquent encore le bourg castral qui est vraisemblablement à l’origine du village de Lagorce. Les habitants du castrum de Lagorce relevaient de l’église paroissiale Saint-André établie hors des murs du castrum à l’est. Le compoix de 1598 mentionne par ailleurs une chapelle près du château (Leroux 2002). La situation de l’église Saint-André laisse supposer que celle-ci existait antérieurement au castrum qui est venu, selon une configuration classique, s’établir à proximité d’une église sans doute du haut Moyen Âge.

LAMASTRE

51département : Ardèche ; canton : Lamastre ; commune : Lamastre ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 430 m

521082 (v-s) : Pierre, fils d’Aymar de Lamastre, donne à l’abbaye de Saint-Barnard de Romans l’église de Saint-Victor avec toutes ses dépendances et tous les droits qui y sont attachés (Cartulaire de Saint-Barnard de Romans n° 188).

531179 : bulle accordée par Alexandre III à l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier dans laquelle sont énoncées toutes les églises dépendant de l’abbaye dont la capella de Mastra (Cartulaire de Saint-Chaffre n° CCCCXLII).

Lamastre - Vue aérienne du château et du castrum.

Lamastre - Vue aérienne du château et du castrum.

541224 : Jarenton de Chapteuil reconnaît tenir en fief rendable du comte de Valentinois le castrum de Mastra cum suo tenemento, jure, proprietatis, [...] mandamento. Jarenton et ses successeurs devront rendre au comte ou à ses successeurs, à chaque mutation de seigneur ou de vassal, et chaque fois que le comte le souhaitera, munitionem prædicti castri, ainsi que toutes les autres forcias qu’ils pourront construire dans le tènement et mandement de Lamastre. Guillaume de Lamastre, intervenant, reconnaît avoir donné le château de Lamastre à Aygline, sa fille, femme de Jarenton. Tenant et gardant le château de Lamastre au nom de Jarenton, Guillaume de Lamastre jure fidélité au comte (ADI B 3894).

551246 : Jarenton et Pons, son fils, seigneurs de Brion, reconnaissent tenir en fief libre rendable d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, le castrum et le mandement de Lamastre avec leurs dépendances. Ils ont rendu ce castrum au bayle du comte, qui leur a remis à nouveau celui-ci (ADI B 3894).

561246 : hommage prêté à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Jocerand Arnaud, fils émancipé et donataire de Jarenton Arnaud, pour les castrum, mandamentum et tenementum de Lamastre avec tous les droits sur les hommes et sur la terre qu’il y possède à l’exception du tènement de Colombier. Il devra rendre à toute réquisition la fortaliciam et le castrum de Lamastre et toutes les fortalicias existantes ou à venir dans le castrum et le mandement de Lamastre (ADA 29 J 4 n° 4).

571283 (v-s) : donation, pour le salut de son âme et de celles de ses parents, par Jocerand Arnaud, seigneur de Lamastre, au précepteur de la maison de Saint-Antoine en Viennois, de la moitié du manse de Serrachier, plus tous les droits et cens qui pouvaient dépendre de ce demi-manse dans le mandement de Lamastre, plus le droit de faire paître le bétail de la grange dans tout le mandement de Lamastre. Il se réserve toutefois 12 deniers de cens et la justice du lieu (ADBdR 56 H 5329).

581293 : accord entre Odon, seigneur de Retourtour, et Elisabeth, veuve de Jocerand de Lamastre, seigneur de Lamastre, à propos des droits de péages à percevoir près des châteaux de Lamastre et de Retourtour (AN 513 AP 14).

591456 : mention d’une maison sise in bassa curte Mastre supra domum Glaudii Sartore confrontant iter quo tenditur de Savello versus castrum (ADA 1 Mi chartrier de Solignac, n° 19, registre du notaire Floreti f° 30 v°).

60Les modestes vestiges du château de Lamastre s’élèvent sur éperon rocheux dominant le confluent du Doux et du ruisseau de la Condoie. Du château proprement dit ne sont visibles actuellement que les ruines d’un bâtiment de granit difficilement identifiable en l’état, mais sa situation topographique, sur le point le plus haut du site, laisse supposer qu’il s’agit des vestiges du donjon. Sur les pentes que dominait le château, au nord, s’élevait un petit bourg castral. Il en subsiste quelques très rares maisons ainsi qu’un pan de l’enceinte qui protégeait le bourg. Cette dernière était encore bien visible au tout début du XXe siècle (ADA 12 Fi 233). Le castrum de Lamastre possédait une chapelle, mentionnée dès 1179 et relevant de l’abbaye de Saint-Chaffre par l’intermédiaire de son prieuré de Macheville ; il ne reste rien de cette chapelle qui n’était qu’une succursale de Saint-Sauveur de Macheville, paroisse dont relevaient les hommes du mandement.

61Le bourg actuel de Lamastre, situé dans la vallée même du Doux alors que l’habitat castral primitif se trouvait beaucoup plus haut sur la pente, a pour origine le faubourg du Savel, qui se développe durant les deux derniers siècles du Moyen Âge en bordure de l’importante route qui, par la vallée du Doux, reliait Tournon et la vallée du Rhône au Puy et plus largement à l’intérieur du Massif Central (Brechon 2000, t. II/1, p. 92 sq).

Lamastre - Plan d’ensemble du castrum.

Lamastre - Plan d’ensemble du castrum.

LANAS

62département : Ardèche ; canton : Villeneuve-de-Berg ; commune : Lanas ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 140 m

631154 : Guillaume, évêque de Viviers, confirme à l’abbaye de Saint-André-le-Haut, à Vienne, tout ce que celle-ci possède dans le diocèse de Viviers, dont l’ecclesiam Sancti Eustachii de castro de Lanas cum parrochia et appendiciis suis (Mémoire pour servir à l’histoire de l’abbaye royale de Saint-André-le-Haut, P. -J. n° VII).

641173 : bulle du pape Alexandre III pour l’abbaye de Saint-André-le-Haut. Il confirme notamment à l’abbaye la possession de l’église de Lanas dans le diocèse de Viviers (Mémoire pour servir à l’histoire de l’abbaye royale de Saint-André-le-Haut, P. -J. n° VIII).

651239 : transaction passée entre les coseigneurs de Lanas au sujet de leurs droits respectifs (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 245).

661252 : aveu et dénombrement, au profit de Vierne de Balazuc et de Guillaume de Balazuc, son fils, des fiefs tenus par Aldebert de Vogüé, seigneur de Rochecolombe, et Raymond de Vogüé, son fils, dans la mouvance de la seigneurie de Lanas (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° XI).

671256 : Raymond de Vogüé, seigneur de Rochecolombe, exempte ses hommes de Lanas et de Saint-Maurice de toute taille, à quelques réserves près (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° XII).

681265 : Guillaume de Balazuc vend à Bertrand de Chazeaux et à Pons de Vogüé tout ce qu’il avait acquis de Raymond de Vogüé dans le château (lire castrum) et le mandement de Lanas (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° XI).

691281 : Pons Duval vend à Raymond de Vogüé tout ce qu’il possède dans le mandement de Lanas en deça de l’Ardèche et qu’il tient en fief dudit Raymond, pour le prix de 6 livres viennoises (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° XXIII).

701290 : échange fait entre les coseigneurs de Lanas, dont le seigneur de Vogüé, et Jean Dalmas de cinq cartes de froment de cens (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 234).

711294 (v-s) : vente passée par Dalmas de Balma au profit d’Hugues de Pierregourde de 10 cartes de froment de cens, mesure de Lanas, à prendre à chaque Saint Michel sur des terres situées dans le mandement du castrum de Lanas et notamment sur une terre appelée de Cayres confrontant la terre d’Eustache de Lanas, d’une part, et l’Ardèche, d’autre part, etc. (ADR EP 126 n° 1).

721301 : nouvel acapt fait par Pierre de Vogué et Bertrand de Chazeaux à Jean Dalmas, de Lanas, pour ce qu’il avait au château (lire castrum) vieux de Lanas par indivis (Inventaire des archives du château de Vogüé en 1712 n° 213).

73Le castrum de Lanas est établi - ce qui est peu commun pour un castrum vivarois antérieur au XIIIe siècle - non pas sur un relief mais dans le lit majeur de l’Ardèche. Le parcellaire du début du XIXe siècle, ainsi que les vestiges actuels, montrent très nettement que le bourg primitif de Lanas était enclos dans une enceinte ovoïde. À l’est du bourg castral, englobé dans un pâté de maison, se dressent encore les vestiges d’un donjon quadrangulaire en calcaire gris, qui formait sans doute le noyau du château de Lanas. L’accès au bâtiment se faisait par une porte située au premier étage. Cette tour pourrait dater du XIIe ou du XIIIe siècle. À environ 20 m au nord de celle-ci, s’élève un second ensemble architectural plus complexe, comprenant lui aussi une tour et sans doute contemporain du premier. À l’intérieur du castrum, on remarque des maisons présentant encore des éléments médiévaux.

74Immédiatement au nord-est du castrum de Lanas se trouvait l’église Saint-Eustache relevant de l’abbaye de moniales de Saint-André-le-Haut à Vienne par l’intermédiaire de son prieuré de Lavilledieu. Cette église, vraisemblablement fondée durant le haut Moyen Âge, a certainement précédé le castrum, ce qui explique sa situation extra muros par rapport à ce dernier. En revanche, c’est sans doute en raison de la présence de cette église que le castrum s’est implanté en bordure de l’Ardèche, sans rechercher le perchement caractéristique des premiers châteaux vivarois.

LARGENTIÈRE

75département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Largentière ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 230 m ; protection Monuments Historiques : classement partiel (église paroissiale), inscription (château)

761197 : règlement, par l’arbitrage de Jarenton, évêque de Die, d’un conflit opposant l’évêque de Viviers aux chanoines de Viviers à propos de la dîme de l’argent extrait des mines de Largentière (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 103-104).

771198 : Raymond VI jure de n’acquérir ni château, ni partie de château, ni fief, ni partie de fief appartenant à l’Église de Viviers sans l’accord de celle-ci. Il jure encore de remettre, mais seulement pour reconnaissance, le château de Largentière à chaque changement d’évêque ou de comte (Roche 1894, P. -J. n° XVI).

  • 51 Cet acte, mentionné ici pour mémoire, est probablement faux ou pour le moins interpolé.

781208 : franchises accordées par Burnon, évêque de Viviers, aux habitants de Largentière (Babey 1956 P. -J. n° III)51.

791210 : transaction entre Burnon, évêque de Viviers, et les chanoines de Viviers, d’une part, et Raymond VI, comte de Toulouse, d’autre part. Il est convenu notamment que l’évêque de Viviers donnera Largentière en fief au comte, confirmant ainsi le traité passé autrefois entre Nicolas, évêque de Viviers, et le comte de Toulouse. Cette donation comprend la moitié des mines de Sigalières, Chassiers, Tauriers et la moitié de toutes les mines à découvrir. En raison de cette concession, le comte doit prêter serment de fidélité à l’évêque et jurer de défendre l’Église de Viviers et ses biens. Le comte accorde de plus à l’évêque de Viviers le droit de bâtir un château à Largentière, excepté sur la montagne où le comte a fait construire le château de Fanjau (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 233-237).

801212 : Bermond de Sauve et son frère reconnaissent tenir de l’Église de Viviers tout ce qu’ils possèdent à Largentière (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 120-121).

811214 : Pierre Bermond de Sauve et son frère Bermond abandonnent à Burnon, évêque de Viviers, 13000 sous qui leur étaient dus pour la bastide de Fanjau, construite du temps de l’évêque Nicolas, ainsi que tous leurs droits et toutes leurs prétentions sur la bastide, appelée Bonnegarde, que l’évêque a construit à Largentière (Mazon 1904 p. 46-47).

821215 : Burnon, évêque de Viviers, inféode à Simon de Montfort le château de Fanjau à Largentière confisqué au comte de Toulouse et la moitié des revenus de la villa de Largentière, pareillement tombés en commise. Simon de Montfort sera tenu de rendre le château de Fanjau à toute réquisition. Toutefois, si le roi de France fait la guerre à l’évêque, le comte ne sera pas tenu de venir en personne au secours de ce dernier mais il devra envoyer ses soldats et ses vassaux à la défense du château de Fanjau et de la villa de Largentière (Histoire générale de Languedoc, t. VIII, preuve n° 183).

831223 : sentence arbitrale entre Pierre Bermond et les héritiers de Bernard d’Anduze. Acte passé à Largentière, dans le solarium de Bermond, évêque de Viviers, devant l’église (Histoire générale de Languedoc, t. VIII, preuve n° 227).

841224 : lettre du pape Honorius III condamnant le comte de Toulouse, Raymond VII, pour les torts faits par celui-ci à l’Église de Viviers notamment en s’emparant de la villa de Largentière (BNF, Collection Baluze, Ms 19 f i 110 r°-111 v°).

851226 : Pierre Bermond, seigneur de Sauve, rend hommage au roi de France notamment pour les droits qu’il tenait de celui-ci à Largentière, dans le diocèse de Viviers (Histoire générale de Languedoc, t. VIII, preuve n° 245, § V).

861229 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, abandonne à Bermond, évêque de Viviers, tous ses droits et actiones sur la bastide ou château de Bonnegarde à Largentière, château qu’il reconnaît appartenir de droit à l’Église de Viviers (Mazon 1904 p. 57-59).

871230 : hommage de Bernard d’Anduze au roi de France pour Laurac, Chassiers et Largentière tenus en fief du comte de Toulouse (ADG A 2 p. 1253).

881246 : Raymond de Sampzon reconnaît tenir en fief de l’Église de Viviers tout ce qu’il possède dans le castrum de Sampzon. Acte passé à Largentière dans le stare du chapitre cathédral de Viviers (Vogüé 1912, t. 3, P. -J. n° X).

891254 : Roger d’Anduze reçoit de son père sa part de la coseigneurie de Largentière (Mazon 1904 p. 48).

901273 : hommage rendu au roi de France, Philippe III, par Bernard d’Anduze pour Largentière (ADH ancien B 8 f i 157 v°, 160 v°, 161 v°).

911298 : Roger d’Anduze rend hommage à l’évêque de Viviers pour sa part de la coseigneurie de Largentière (Mazon 1904 p. 48).

921307 : hommage rendu à l’évêque de Viviers par Bermond d’Anduze pour tout ce qu’il possède dans la villa de Largentière et dans son territoire (AN H3085 2).

93Le château de Largentière est bâti, au nord-est de la ville, sur un pointement rocheux dominant d’une cinquantaine de mètres la Ligne. Le cœur du château de Largentière est un donjon carré de 10,10 m de côté, bâti en bel appareil régulier de grès. Celui-ci a conservé toute sa hauteur d’origine, mais il a été complètement englobé dans des constructions postérieures qui le masquent pour l’essentiel. Le donjon, dont les murs ont une épaisseur moyenne de 2,90 m, comporte trois niveaux voûtés plus un quatrième couvert d’un toit à quatre pentes. L’accès est au premier étage sur la face nord, à environ 6,50 m de hauteur. Les différents étages sont desservis par un escalier à vis construit dans l’épaisseur du mur. La tour est au centre d’une enceinte quadrangulaire de taille très réduite (environ 20 m de côté hors œuvre). L’épaisseur des courtines varie de 1,30 m à 1,80 m. L’enceinte est renforcée sur trois de ses angles par des contreforts. Entre le donjon et la courtine nord a été creusée une citerne. La courtine orientale, qui regarde vers le bourg, est percée de deux rangées d’archères aujourd’hui bouchées ; celles-ci protégeaient vraisemblablement l’entrée du château. Les niveaux de sol ayant été très fortement exhaussés, la porte est actuellement invisible. Ce château primitif, très homogène et datable de la fin du XIIe ou du tout début du XIIIe siècle, correspond sans doute au « château vieux » de Largentière mentionné à la fin du XIVe siècle.

Largentière - Le château au début du XXe siècle (carte postale, collection privée) ; le « château neuf » du XVe siècle masque pour l’essentiel les vestiges du château précédent.

Largentière - Le château au début du XXe siècle (carte postale, collection privée) ; le « château neuf » du XVe siècle masque pour l’essentiel les vestiges du château précédent.

94À la fin du XVe siècle, le château est considérablement agrandi. Le « château neuf » absorbe totalement le château préexistant, fossilisant en quelque sorte celui-ci. Au XVIIIe siècle sont encore réalisés de nombreux travaux, puis au siècle suivant le château est transformé en hôpital et connaît nombre de bouleversements. Celui-ci n’a été que très récemment désaffecté. Une identification du château de Largentière avec la bastide de Bonnegarde mentionnée en 1214 et en 1229 a pu être envisagée par certains auteurs locaux mais, dans ce cas, les documents disponibles seraient discordants.

  • 52 Le lieu d’Argentaria mentionné à deux reprises dans la Carta Vetus de l’Église de Viviers (Histoire (...)

95En contrebas du château s’étend le bourg de Largentière. Celui-ci, contrairement aux apparences, n’est pas d’origine castral et ne doit pas sa fixation et son développement à la présence du château. En effet, ces deux entités - le château et la villa de Largentière - semblent avoir eu jusque dans le courant du XIIIe siècle, comme le montre l’étude du parcellaire et de la documentation, deux histoires distinctes bien que proches par les liens entretenus avec les mines de plomb argentifère du district minier de Largentière. Dès la fin du XIIe siècle, les textes attestent de la présence de mines d’argent à Largentière. Des travaux archéologiques récents en ont mis au jour tout au long de la rive droite de la Ligne tant en amont qu’en aval de la ville. Certaines ont été creusées dans le rocher portant le château et il pourrait en exister sous la ville elle-même. Il semble donc que l’on ait eu tout d’abord développement le long de la rive droite de la Ligne d’un secteur d’habitat et d’activités minières plus ou moins dispersés. Cela sans doute dans la seconde moitié du XIIe siècle, l’existence d’une occupation antérieure à 1100 dans le bassin de Largentière restant à démontrer52. Au tournant des XIIe et des XIIIe siècles, les évêques de Viviers construisent un château pour défendre, face aux comtes de Toulouse qui ont eux-mêmes bâti le château voisin de Fanjau, leurs droits sur les mines d’argent, élément d’importance dans le patrimoine épiscopal à cette date. Dans le courant du XIIIe, l’occupation de cette portion de la vallée de la Ligne se densifie jusqu’à la formation d’un véritable bourg qui bénéficie de l’intérêt et de la protection de l’Église de Viviers, alors débarrassée de la concurrence de la maison de Toulouse, et de la présence d’un atelier monétaire épiscopal. L’évêque et le chapitre de Viviers possèdent alors chacun une maison à Largentière. Dès avant 1299 (AM Largentière DD 1), la petite ville est entourée d’une enceinte qui englobe aussi le château ainsi qu’une église paroissiale, peut-être tardive - elle existe toutefois déjà en 1214 - dédiée à la Vierge (Mazon 1904 p. 46-47). Au XIVe siècle, l’activité minière semble avoir périclité pour l’essentiel mais la ville bénéficie encore jusqu’à la fin du Moyen Âge de la dynamique née de l’extraction du métal précieux, même si alors elle reste, en termes de développement urbain, modeste au regard de ses deux voisines, Joyeuse et surtout Aubenas.

96Bibliographie :
Bailly-Maître 1996 ; Brechon 2000, t. I/2 ; Exbrayat 1996 ; Girard 1999 ; Riou 2002.

Largentière - Plan du château du XIIIe siècle au sein du « château neuf » du XVe siècle d’après Exbrayat 1996.

Largentière - Plan du château du XIIIe siècle au sein du « château neuf » du XVe siècle d’après Exbrayat 1996.

LAURAC

97département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Laurac ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 210 m

981230 : hommage de Bernard d’Anduze au roi de France pour Laurac, Chassiers et Largentière, fiefs tenus du comte de Toulouse (ADG A 2 p. 1253).

991255 : Guigue de Châteauneuf et son neveu, Guigue de Châteauneuf, se partagent notamment les castra de Loubaresse, de Laurac, etc., (ADLZ E 248).

1001273 : hommage au roi de France, Philippe le Hardi, par Bernard d’Anduze pour Laurac (ADH ancien B 8 f i 157 v°, 160 v°, 161 v°).

1011313 : Aymeric de Naves est coseigneur de Laurac (Charte des Vans p. 209).

1021329 : reconnaissance à l’abbaye des Chambons par des habitants du mandement de Laurac (ADLZ 6 J 52).

103Laurac est établi au pied des Cévennes vivaroises, à quelques kilomètres au sud de Largentière et de Montréal. Le site occupe un fond de vallée. Il prend la forme d’une enceinte ovoïde nettement délimitée sur le cadastre napoléonien et dont on peut encore suivre aujourd’hui le tracé. Cette enceinte, très partiellement conservée en élévation, est implantée sur un affleurement rocheux qui forme le point le plus haut du village actuel. Au sud-est, des ouvertures étroites apparemment médiévales, mais très remaniées, percent encore la courtine. Au nord-ouest de cette enceinte se dresse une église (du XIXe siècle dans son état actuel) ainsi que diverses constructions présentant des éléments architecturaux (fenêtres à meneaux notamment) appartenant à la fin du Moyen Âge. C’est sans doute dans ce secteur que se dressait le château stricto sensu. Au Moyen Âge, l’église de Laurac, dédiée à Saint-Hippolyte, relève du chapitre cathédral du Puy (Compte de décimes de 1516 p. 261 ; Visite des églises du Bas-Vivarais en 1675-1676 p. 26).

LOUBARESSE

104département : Ardèche ; canton : Valgorge ; commune : Loubaresse ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1230 m

1051177 : Richard de Borne se donne à l’abbaye des Chambons avec la moitié de Loubaresse, exception faite du castrum (ADA 1 E 250).

1061212 : Garin de Joannas reconnaît que Richard de Borne, son aïeul maternel, s’est fait convers de l’abbaye des Chambons et a donné aux moines tout ce qu’il possédait dans le mandement de Loubaresse excepté le castrum et ce qu’il avait donné à sa fille, mère de Garin, et à son autre fille (ADLZ 3 J 6).

1071220 : testament d’Alasie, femme de Guigue de Loubaresse, qui élit sépulture dans le cimetière des Chambons (ADA 29 J 9).

1081254 : confirmation par Guigue de Châteauneuf des donations et ventes jusqu’alors faites par les seigneurs de Loubaresse ou par d’autres dans le mandement de Loubaresse et tout son district (lire districtus) à l’abbaye des Chambons (ADLZ 6 J 1 129 r°).

1091255 : Guigue de Châteauneuf et son neveu, Guigue de Châteauneuf, se partagent le castrum de Loubaresse (ADLZ E 248).

1101268 (v-s) : hommage rendu par Mathieu, abbé des Chambons, à Guigue de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse, pour ce qu’il tient en fief dans le castrum de Loubaresse et dans la grange de Chabrolière (Catalogue des actes de l’abbaye des Chambons n° 12).

1111277 : Pierre de Borne reconnaît tenir de Guillaume de Randon, seigneur de Luc, comme ses prédécesseurs avant lui, tout ce qu’il possédait dans le mandement du castrum de Borne et la moitié de ses droits dans le castrum de Loubaresse, l’autre moitié étant tenue de Randone, domina de Joyeuse (ADLZ 3 J 1).

1121301 : Pierre de Borne reconnaît tenir en fief du roi et de l’abbaye des Chambons tout ce qu’il possède dans le castrum de Borne ainsi que la moitié de ses droits sur le castrum de Loubaresse, l’autre moitié étant hommagée à Randone, domina de Joyeuse (ADLZ 3 J 6).

Loubaresse - Au premier plan, le village et l’église ; au second plan, l’affleurement rocheux ayant porté le château.

Loubaresse - Au premier plan, le village et l’église ; au second plan, l’affleurement rocheux ayant porté le château.

1131303 : Guigue de Borne est dominus castri de Loubaresse (ADA 1 H 14).

1141308 : Pierre de Borne reconnaît, devant le bayle de l’évêque de Viviers, tenir de celui-ci en fief franc et honorable totium fortium vocatum de Lobaressa avec toutes ses dépendances (ADLZ 3 J 6).

115Il ne subsiste aucun vestige du château de Loubaresse établi à près de 1230 m d’altitude sur les contreforts sud-ouest du massif du Tanargue. Cependant, celui-ci occupait la plate-forme sommitale d’un dyke volcanique qui domine, immédiatement à l’est, le bourg et son église. Albin Mazon évoque la présence sur cette butte, au XIXe siècle, de la base d’une tour, présentant une vingtaine de mètres de circonférence (Mazon 1878). Ces ruines ont servi de carrière pour la reconstruction de l’église. La topographie générale du bourg, regroupé au pied du rocher supportant le château, laisse supposer une origine castrale pour le village de Loubaresse.

Notes

46 Compte de décimes de 1275 p. 440 : ecclesia Sancti Petri de Balma subtus Samsonem.

47 Gravure d’Abraham Bosse intitulée Plan de la ville de Privas avec les fortification dicelle assiégée par le roy le 14eme de may 1629 et rendu en son obéissance le 26ème (BNF, Département des Cartes et Plans, Ge DD 558 pl. 18).

48 Celle-ci est mentionnée dans une notice de la Dotatio sanctæ et insignis Ecclesiæ Vivariensis du VIIe ou du VIIIe siècle (Histoire du Vivarais, t. I, P-J n° 2 p. 636-640) et au tournant des XIe et XIIe siècles, Léger, évêque de Viviers, donne à l’abbaye de Cluny et au prieuré de Rompon l’église Saint-Etienne de Lacu avec sa paroisse (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 84).

49 « Miracles de saint Philibert » rédigés par Bernard de Saint-Romain, chantre puis abbé de Tournus (Nouvelle histoire de l’abbaïe royale et collégiale de Saint-Filibert, preuves p. 172-173).

50 ... ecclesia Sancte Margarete et de Figeria... (Compte de décimes de 1275 p. 439) ;... ecclesia Sancte Margarite et de Figeria annexate... (Taxe de la décime du XIVe siècle p. 447).

51 Cet acte, mentionné ici pour mémoire, est probablement faux ou pour le moins interpolé.

52 Le lieu d’Argentaria mentionné à deux reprises dans la Carta Vetus de l’Église de Viviers (Histoire du Vivarais, t. I, P-J n° 3) ainsi que dans un diplôme de Charles le Chauve (Recueil des actes de Charles le Chauve, t. II, n° 443) correspond en fait à une ancienne île du Rhône à hauteur de Bourg-Saint-Andéol. On remarque aussi l’absence de toute découverte de vestige antique dans le secteur de Largentière.

Table des illustrations

Titre Labeaume - Vestiges du donjon quadrangulaire dit « La Tourasse » (XIIIe siècle ?).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Lac - Détail d’une gravure d’Abraham Bosse montrant le château au début du XVIIe siècle.
Légende Cliché Bibliothèque nationale de France, Département des Cartes et Plans, Ge DD 558.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Lafarre - Plan d’ensemble et coupes du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Lafarre - L’éperon rocheux portant les vestiges du château et, à l’extrémité de celui-ci, le donjon du XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Lafigère - Le donjon (XIIe ou XIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Lamastre - Vue aérienne du château et du castrum.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Lamastre - Plan d’ensemble du castrum.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Largentière - Le château au début du XXe siècle (carte postale, collection privée) ; le « château neuf » du XVe siècle masque pour l’essentiel les vestiges du château précédent.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Largentière - Plan du château du XIIIe siècle au sein du « château neuf » du XVe siècle d’après Exbrayat 1996.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Loubaresse - Au premier plan, le village et l’église ; au second plan, l’affleurement rocheux ayant porté le château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2507/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

J
 
M