Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
I
L

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

J

Texte intégral

Jaujac - Les vestiges du donjon du XIIe siècle au sommet du village.

Jaujac - Les vestiges du donjon du XIIe siècle au sommet du village.

JAUJAC

1département : Ardèche ; canton : Thueyts ; commune : Jaujac ; toponyme actuel : « Le Chastelas » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 440 m

21031-1048 : Odilon, avec l’accord de ses frères Guigue et Gautier et de leur mère Giberga, avec le conseil de Béraud de Pradelles l’Ancien, de ses fils Pierre et Bertrand, d’Itier de Solignac et de Pons de Gaugacho (Jaujac ?), donne à l’abbaye de Gellone les églises de Saint-Hilaire et de Saint-Martin de Lespéron (Cartulaire de Gellone n° CIX).

31160 : donation en faveur de l’abbaye des Chambons par Pierre de Jaujac, Guillaume, Aureille, Pons et Hugues d’une faysse de terre pour y planter des vignes (ADLZ 6 J 1 f° 20 v°-21 r°).

41191 : Guillaume de Jaujac cède à la chartreuse de Bonnefoy pour 8 livres du Puy tout ce qu’il possède à Villevieille. Sa femme, Diane, et son fils, Hugues, approuvent la donation. Acte passé devant la porte de l’église Saint-Bonnet (de Jaujac) dans le cimetière (ADBdR 56 H 5219).

52ème moitié du XIIe siècle : Hugues d’Ucel donne aux moines des Chambons un pré qu’il possédait à Jaujac près du château (ADLZ 6 J 1 f° 21 r°).

61207 : hommage du seigneur d’Anduze à l’évêque de Viviers pour le château de Jaujac (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 94).

71212 : Bernard d’Anduze rend au bayle de l’évêque de Viviers le « château » (lire castrum) et la « forteresse » (lire fortalicium) de Jaujac (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 93).

81219 : Albert, Hugues de Jaujac et son frère Guillaume concèdent à Philippe, abbé de Mazan, tous leurs droits sur les pâturages situés dans le mandement des châteaux de Géorand, Les Éperviers, Mayres, Meyras, Jaujac (Histoire du Vivarais, t. II, P. -J. n° III).

91243 : accord entre Brenda, femme de feu Hugues de Jaujac, et Guigue, seigneur de Roche, pour le mariage de Terrena, fille de Brenda et Hugues de Jaujac, et le fils de Guigue de Roche lorsque ceux-ci seront en âge de le faire. Brenda, son frère Randon, ses parents et amis, donnent en dot à Terrena les castra et mandements de Jaujac et de Mayres avec tous leurs droits et dépendances. Avant le mariage, Brenda tiendra le castrum de Jaujac et Guigue de Roche le castrum de Mayres (AN K 1175 n° 4).

101255 : Aymon, évêque de Viviers, confirme l’échange passé entre Arnaud, évêque de Viviers, son prédécesseur et le chapitre de Viviers des églises de Saint-Vincent, de Gras et de Larnas et tout ce que le chapitre possédait au-dedans ou au-dehors de Valvignères, contre les églises de Jaujac, Joannas, Mirabel, Saint-Germain, Vinezac, Saint-Remèze et Saint-Thomé (Roche 1894, t. I, p. 233).

111264 : Jean de Juvinas, clerc, donne quittance à Guigue de Roche de tout ce que celui-ci lui devait, à l’exception de 100 livres vivaroises que Guigue a promis de lui payer à la Toussaint. Acta fuerunt hec apud Jaugiacum ante ecclesiam seu capellam sitam in castro de Jaugiaco (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 412).

121271 : testament de Jaujaga, fille de feu Hugues de Jaujac, et femme de Guigue, seigneur de Roche, par lequel elle institue pour son héritier universel son fils Rainier. S’il meurt sans enfant, elle lui substitue le plus âgé de ses autres enfants, et à défaut de ceux-ci, le seigneur de Roche, son mari. Elle élit sépulture dans le cimetière des Frères Prêcheurs du Puy et fait divers legs pieux, dont la fondation d’un anniversaire dans la chapelle Saint-Michel de Jaujac (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. 1, n° 528).

131298 : accord entre Guigue de Roche et Béatrice d’Olliergue, domina de La Tour, pour le mariage de leurs enfants : Guigue de Roche et Delphine, fille de Béatrice d’Olliergue. Béatrice recevra en douaire le castrum de Jaujac, dans le diocèse de Viviers, avec sa castellania et toute justice mère, mixte et impère (Histoire généalogique de la maison d’Auvergne, t. II, p. 540-542).

141316 : « Cayer couvert de parchemin contenant la transaction passée entre le chapitre de Viviers, noble Garenton de Marcols, damoiseau, Jean et Pons Sabatier, et Vidal Martin, comme procureurs des habitants du chasteau (lire castrum) de Jaujac et paroissiens de l’église de Saint-Bonnet dudit Jaujac, touchant la disme des grains, devant Bertrand notaire » (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 83).

151320 (v-s) : Guillaume de Randon, seigneur de Luc et de Portes, vend à Guigue de Roche, pour le prix de 860 livres tournois, tous ses droits sur le château de Jaujac (AN P 13982 cote 678).

16Immédiatement au nord du village de Jaujac, au-delà du Lignon, les vestiges du castrum de Jaujac dominent sur un éperon rocheux un méandre de ce ruisseau. Du château de Jaujac ne subsistent que les ruines d’une tour de plan carré construite en gneiss. Seul un angle de cette tour est conservé ; à l’intérieur un bandeau de maçonnerie marque la séparation entre le rez-de-chaussée et le premier étage. Il s’agit, selon toute vraisemblance, des vestiges d’un donjon des XIIe ou XIIIe siècles. Sur les pentes que domine ce donjon, au sud et à l’est, un hameau perpétue le souvenir du bourg castral médiéval de Jaujac. Le castrum de Jaujac possédait une chapelle dédiée à Saint-Michel mais les habitants du castrum relevaient de l’église paroissiale Saint-Bonnet située au village actuel de Jaujac et sans doute fondée durant le haut Moyen Âge.

JOANNAS

17département : Ardèche ; canton : Largentière ; commune : Joannas ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 420 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château)

18Vers 1160 : donation en faveur de l’abbaye des Chambons par Pierre et Pons de Jaujac de la terre qu’ils avaient à « Milliers » (sic ?). Parmi les confronts, mention de la terre de Pierre de Joannas (ADLZ 6 J 1 f° 21 v°).

191177 : Pierre de Joannas donne le manse du Vernet à la maison du Temple de Jalès (Les plus anciennes chartes en langue provençale n° 158).

20Vers 1180 : Pierre de Borne, neveu de Jourdain de Joannas et de son frère Pierre, vend avec leur accord à l’abbaye des Chambons toutes les dîmes qu’il détenait sur le Manse Supérieur, à Casaladarum et à Villevieille ainsi que la terre appelée Liaus (ADLZ 3 J 6).

211212 : accord entre Garin de Borne, Vierne, veuve de Guillaume de Borne, et les moines des Chambons par l’intermédiaire de Garin de Joannas et Auricule de Jaujac (ADLZ 3 J 6).

221244-1254 : Arnaud, évêque de Viviers, échange avec le chapitre de Viviers les églises de Saint-Vincent, de Gras et de Larnas et tout ce que le chapitre possédait à Valvignères, contre les églises de Jaujac, Joannas, Mirabel, Saint-Germain, Vinezac, Saint-Remèze et Saint-Thomé (Roche 1894, t. I, p. 227).

231264 : transaction entre le précepteur de Trignan, d’une part, et Pierre de Joannas, pour lui et comme procurateur de Pons de Joannas, fils de feu Géraud de Joannas, cousin de Pierre, d’autre part, à propos des manses de Fabrègues, La Coste, La Vernède. Il est notamment convenu que les hommes du précepteur contribueront comme les autres habitants du mandement de Joannas au versement du vingtain ad claudendum castrum de Johannacio. La même année, Pons de Joannas, in patuo quod est inter castrum de Johannacio et ecclesiam dicti loci, confirme la transaction précédente (ADBdR 56 H 4603).

241289 : accord entre Pons de Beaumont, seigneur du castrum de Beaumont, et Pons de Joannas, coseigneur du castrum de Joannas, par l’intermédiaire de B. de Vernon, coseigneur de Vernon, et Guillaume Reynaud, recteur de l’église de Chabreilles, à propos des biens que tenait Etienne de Engeria dans les paroisses de Joannas, Rocles et Saint-Martin de Valgorge (ADA 1 E 151).

251301 : Pons de Chanaleilles vend à Pons de Joannas, dominus pro parte castri de Johanaco, le fief de Vallibus avec tous ses droits pour 60 sous tournois (Gigord 1891 p. 36).

Joannas - Plan du château à la fin du Moyen Âge.

Joannas - Plan du château à la fin du Moyen Âge.

261333 : hommage de Pons de Joannas et de Pierre du Teil (beau-père de Pons de Joannas) à l’évêque de Viviers pour Joannas (Gigord 1891 p. 45).

27Le site de Joannas, au sud-ouest d’Aubenas, est adossé aux derniers contreforts du Tanargue. Le château, construit sur la plate-forme sommitale d’un affleurement rocheux, domine le village, d’origine castrale comme le laisse supposer le parcellaire, et l’église paroissiale Notre-Dame.

28Le château de Joannas présente un plan régulier. Il est composé de quatre ailes (d’environ 20 m de côté) formant un quadrilatère ménageant une cour intérieure. Un donjon occupe l’angle nord-ouest du château. Les autres angles montrent les traces d’arrachement de tourelles d’angle pleines, de plan carré. Trois phases principales de travaux peuvent être mises en évidence pour le château.

29Le donjon appartient au premier état du château. Cette tour présente un plan carré de 8,40 m de côté hors œuvre. Les murs, de 2 m d’épaisseur, montrent un bel appareil en pierres de taille bien assisées. Une étroite porte couverte d’un arc en plein cintre s’ouvre sur la façade est de la tour, à environ 6 m du sol. Le donjon comprenait au moins deux étages séparés par un plancher. L’espace intérieur est d’environ 20 m2 et ne témoigne d’aucun aménagement résidentiel. Une enceinte quadrangulaire est accolée au donjon qui en constitue l’angle nord-ouest. Elle est cantonnée, aux angles, de tourelles pleines. Au sud et à l’est, deux corps de logis viennent s’adosser contre l’enceinte. Ces bâtiments sont aménagés sur deux niveaux. Chaque bâtiment, alors isolé, possède son propre accès sur la cour intérieure. Les étages sont éclairés par deux fenêtres en arc plein cintre ouvrant sur l’extérieur. L’entrée principale du château, ouverte dans la courtine est, donne directement accès à la cour intérieure. Elle est caractérisée par une grande porte en arc brisé ouverte à environ 1 m du sol. Sur la façade nord, une petite poterne constitue un accès secondaire. Une galerie de hourds couronnait l’édifice et communiquait avec l’intérieur du château par une guette située à l’angle sud-ouest. Cette première phase de travaux peut être datée du courant du XIIIe siècle.

30La phase II se traduit par le percement de nouvelles ouvertures aux étages des logis. Il s’agit, sur la façade sud, d’une fenêtre rectangulaire à traverse, remplaçant une des baies existantes, et d’une fenêtre à meneaux. Sur la façade est, une grande fenêtre à meneaux et à coussièges paraît succéder à une baie de la phase antérieure. Au cours de cette même phase, un étage supplémentaire est ajouté dans le bâtiment sud. Il est caractérisé par une porte à linteau à coussinets. Ces travaux semblent appartenir au XIVe siècle.

Joannas - Vue de la façade sud du château.

Joannas - Vue de la façade sud du château.

31Enfin, la dernière phase (pour le Moyen Âge) est marquée par une modification du plan et le percement de nouvelles ouvertures sur les façades nord et est. Des bâtiments viennent s’appuyer contre les courtines nord et ouest. Un système de circulation est aménagé à l’intérieur du château, reliant tous les bâtiments. Trois galeries superposées, donnant sur la cour intérieure, longent les ailes sud, ouest et sans doute nord. Celle du rez-de-chaussée est constituée de grandes arcades. La galerie du premier étage, correspondant à l’étage noble, est en pierre et se caractérise par des colonnettes sculptées et figurées. La galerie du second étage est en bois. Une tourelle d’escalier à vis à pans coupés est encastrée entre les ailes sud et est. Elle est ajourée sur toute sa hauteur par des fenêtres en accolade à archivolte moulurée. Des portes en anse de panier communiquent avec la cour et les galeries des étages. Ainsi, ces modifications, tout en le réduisant, transforment l’espace central en véritable cour intérieure. Dans le même temps, une nouvelle porte en anse de panier est ouverte dans la courtine ouest. Elle est protégée par une bretèche. Au cours de cette phase, le château, évoluant vers la résidence de plaisance, acquiert un style gothique ou première Renaissance. Cet état peut être daté de la seconde moitié du XVe siècle ou du début du XVIe siècle. Aux Époques Moderne et Contemporaine, le château connaît encore de nombreux remaniements, avec notamment un abaissement de tous les bâtiments.

32Bibliographie :
Gigord 1891 ; Valette 1994.

JOYEUSE

33département : Ardèche ; canton : Joyeuse ; commune : Joyeuse ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 190 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château, église)

341162 : Guillaume de Randon donne à la maison du Temple de Jalès un manse à Gros Villard ainsi que le manse de Grosfau. Témoin : Tardivus (sic) de Joyeuse (ADBdR 56 H 5245).

351218 : Raymond VI, comte de Toulouse, donne à son petit-fils Pierre Bermond, seigneur de Sauve, tous les droits et toute la seigneurie qu’il pouvait avoir sur la terre de Bernard d’Anduze, son grand-père, ou sur les biens, dotaux ou non, de Vierne, sa femme, et spécialement la part que Bernard d’Anduze tenait du comte de Toulouse dans le castrum de Javiosa (Histoire générale de Languedoc, t. VIII, preuve n° 202).

361230 : hommage au roi de France de Bernard d’Anduze pour Gaujosa tenue du comte de Toulouse (ADG A 2 p. 1253).

371235 : Pierre de Barjac, seigneur de Cornillon, vend au Temple de Jalès la moitié de tous les pâturages de Cornillon. Ces pâturages s’étendent du Chassezac jusqu’au lieu appelé Peira situé citra castrum de Paris et de là jusqu’au Vado del Cossat puis jusqu’au castrum de Joyeuse et au chemin allant de Joyeuse au Chassezac (ADBdR 56 H 5225).

381237 : charte de franchises accordée par Bernard d’Anduze, Dragonet de Montauban et Héracle de Châteauneuf à tous les habitants du castrum et du mandement de Joyeuse représentés par leurs trois consuls. Acte passé dans le castrum de Joyeuse devant l’église Saint-Pierre et reçu par Etienne Renorii, notaire public du castrum de Joyeuse, qui appose le sceau commun des seigneurs du castrum (Saint-Jean 1965 p. 371-373).

391250 : Guigue de Châteauneuf confirme et augmente les privilèges que ses prédécesseurs ont accordés aux consuls et à la communauté des habitants du castrum et du mandement de Joyeuse. La même année, le jour des nones de décembre, Randone, femme de Guigue de Châteauneuf confirme et ratifie l’acte précédent (ADA 13 J 22).

401260 : accord entre l’abbé des Chambons et la communauté des hommes du castrum de Joyeuse au sujet de l’usage des pâturages, des eaux et des bois de la forêt de Beauzon. Acte passé devant l’église Saint-Pierre de Joyeuse. Témoins : Pons Volonta, juge des seigneurs de Joyeuse, Pons de Grospierres, curé de Joyeuse, Guillaume Reynaud, notaire public de toute la terre des seigneurs de Joyeuse (ADA 1 J 152 p. 72-73).

411261 (v-s) : Randona seu Vierna, femme de feu Guigue de Châteauneuf, confirme et renforce les privilèges accordés en 1237 par les seigneurs du castrum de Joyeuse et par Guigue de Châteauneuf, son mari, aux habitants de Joyeuse. Elle reçoit pour cela 4300 sous vivarois de la part des habitants de Joyeuse (BNF Nouv. Acq. Fr. 3397 f i 192 r°-193 v°).

421262 (v-s) : reconnaissance faite par Brunel Petit, habitant du castrum de Joyeuse, au profit du précepteur de Jalès, notamment pour sa maison située dans le castrum de Joyeuse confrontant d’une part la porte appelée « porte de Jalès », d’autre part la maison qui fut autrefois à Jo. d’Anduze et d’autre part les maisons de Gaucelme Béraud. Acte reçu par Guillaume Raynaud, notaire public du castrum de Joyeuse (ADBdR 56 H 5240).

431271 (v-s) : contrat de pariage entre le roi de France, représenté par Guillaume Boysse, viguier de l’Uzège, et les pariers du castrum de Banne dont Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, au nom de son fils Dragonet de Châteauneuf (Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, t. I, preuve n° LXIX).

441276 : mention de Randone d’Anduze et de son fils Guillaume de Châteauneuf, seigneur du castrum de Gaudiose. Mention des mandamentum, tenementum, territorium et juridictionem dicti castri Gaudiose (ADBdR 56 H 5223).

451279 : Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, femme de feu Guigue de Châteauneuf, donne à son fils, Dragonet de Châteauneuf, tous ses droits et biens dans les castra et mandements de Labeaume et de Vallon. Acte passé à Joyeuse in fornello et reçu par Guillaume Chabaud, notaire de Joyeuse (ADA 1 J 152 p. 74-75).

461279 : hommage à l’évêque de Mende par Dragonet de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse, fils de feu Guigue de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse, pour tout ce qu’il possède dans l’évêché de Mende (Feuda Gabalorum, t. II/2, p. 320).

471283 : Dragonet de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse, confirme à Pierre Bonier que sa mère Randone d’Anduze, domina de Joyeuse, lui a donné en emphytéose perpétuelle un manse situé dans la paroisse de Saint-Laurent-les-Bains (ADA 39 J 86).

481289 (v-s) : sept reconnaissances au profit des Templiers de Jalès par divers habitants du castrum de Joyeuse (ADBdR 56 H 5240).

491295 (v-s) : Pierre Gaucelin, habitant du castrum de Joyeuse, reconnaît tenir de la maison du Temple de Jalès un stare situé dans le castrum de Joyeuse (ADBdR 56 H 5243).

Joyeuse - Plan d’ensemble du castrum et de ses extensions successives à partir du plan cadastral de 1809.

Joyeuse - Plan d’ensemble du castrum et de ses extensions successives à partir du plan cadastral de 1809.

501298 : reconnaissance et hommage en fief franc par Dragonet de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse, à l’évêque de Mende pour tout ce qu’il possède dans l’évêché de Mende (Feuda Gabalorum, t. II/2, p. 320-321).

511310 (v-s) : Dragonet de Joyeuse, fils de Randone d’Anduze et de Guigue de Châteauneuf, confirme les privilèges et franchises des habitants du castrum et mandement de Joyeuse (Saint-Jean 1965, p. 365-366).

52Le castrum de Joyeuse est établi sur les premiers contreforts des Cévennes vivaroises, au carrefour de deux routes médiévales : celle menant d’Aubenas à Alès par le pied des Cévennes et celle conduisant vers Luc et Pradelles par les Cévennes (Brechon 2000, t. I/2, p. 499-500). L’actuel château de Joyeuse, qui abrite la mairie, a été construit à l’extrême fin du Moyen Âge, mais il occupe l’emplacement du château des XIIe et XIIIe siècles dont il ne semble toutefois rien subsister.

53Au pied du relief portant le château s’étend un important habitat castral qui s’est formé en trois temps. Le noyau primitif de l’habitat s’est développé immédiatement au pied du château, dans une basse-cour en forme de demi-lune à proximité même du carrefour routier. Ensuite, à partir de cet ensemble originel, une première extension urbaine s’est formée, sans doute au XIIIe siècle, en direction du sud-ouest le long de la route Aubenas-Alès qui devient alors l’axe de structuration de l’habitat. Enfin, une dernière phase d’expansion urbaine (datable de la première moitié du XIVe siècle ?) est nettement lisible dans le parcellaire et sur le terrain ; elle prolonge la ville en direction du sud-ouest toujours le long la route du pied des Cévennes. Ces extensions successives du bourg castral, qui est un des plus importants du Vivarais à la fin du Moyen Âge, ont toutes été protégées de remparts. Le castrum de Joyeuse possédait une église dédiée à Saint-Pierre, simple succursale de l’église Sainte-Marie de Rosières jusqu’au XVIIe siècle (Montravel 1896b p. 319 et 339).

Table des illustrations

Titre Jaujac - Les vestiges du donjon du XIIe siècle au sommet du village.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2506/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Joannas - Plan du château à la fin du Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2506/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Joannas - Vue de la façade sud du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2506/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Joyeuse - Plan d’ensemble du castrum et de ses extensions successives à partir du plan cadastral de 1809.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2506/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 534k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

I
 
L