Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
F
I

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

G

Texte intégral

Géorand - Le tertre rocheux du château : au premier plan, les genêts matérialisent l’emplacement du fossé ; au second plan, à droite, on remarque un pan de maçonnerie écroulé.

Géorand - Le tertre rocheux du château : au premier plan, les genêts matérialisent l’emplacement du fossé ; au second plan, à droite, on remarque un pan de maçonnerie écroulé.

GÉORAND

1département : Ardèche ; canton : Montpezat-sous-Beauzon ; commune : Le Cros-de-Géorand ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1190 m

21179 : l’abbé d’Aiguebelle et le prieur de Bonnefoy passent un accord interdisant aux frères d’Aiguebelle de pénétrer à l’intérieur des limites de Bonnefoy pour faire paître leurs troupeaux, d’y acquérir des biens ou d’y édifier des constructions sans l’accord des frères de Bonnefoy. En contrepartie, ceux-ci ne feront pas paître leurs troupeaux dans les possessions d’Aiguebelle in mandamentis castrorum de Guirant, de Beorzet, de Raphael (Cartulaire de Bonnefoy n° 18).

31209 : pour le salut de son âme, Pierre Itier cède à l’abbaye de Mazan trois manses avec leurs dépendances. Acte passé apud Guiran (ADA 3 H 1 f i 4 r°-6 v°, inséré dans un acte de 1321).

41217 : Pierre Itier reconnaît que ses prédécesseurs ont donné au monastère de Mazan les pâturages, les eaux et bois de toutes leurs terres ainsi que le libre passage pour tous les bestiaux de l’abbaye. Il concède à son tour à Philippe, abbé de Mazan, les pâturages de Tauro, où il ne laissera pénétrer que ses animaux et ceux de ses hommes habitant in mandamento de Guiran (ADA 3 H 1 f° 92 r°-93 r°).

51229 : hommage rendu par Philippa, comtesse de Valentinois, héritière de Guillaume Jourdain, seigneur du Mézenc, à l’évêque du Puy pour ses châteaux de la Montagne vivaroise dont Géorand. Hommage renouvelé par les comtes de Valentinois successifs en 1251, 1276, 1288, 1311, etc. (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy, p. 180 et 198).

61249 : Pierre Itier, seigneur de Géorand, vend divers droits à l’abbaye de Mazan. Le 6 des ides de novembre de la même année, six habitants du castrum de Géorand et deux de La Palisse abandonnent à l’abbaye tous leurs droits sur les biens vendus. L’acte est passé apud castrum de Guiran ante portalem castri (ADA 3 H 1 f° 208 r°-v°).

71278 : Béraud Itier, seigneur de Géorand et de Chadenac (Charte relative à l’abbaye de Saint-Chaffre p. 43-47).

81282 : Etienne de Malaval vend à Béraud Itier, seigneur de Géorand, un pré situé inter podium in quo est castrum de Guiran et villam de La Palissa cte passé dans le castrum de Géorand, dans la maison de feu Pierre le Vieux (ADA 3 E Vogüé 193).

91289 : Béraud Itier, seigneur de Géorand, donne en fief franc à Raymond, abbé d’Aiguebelle, la grange et le terroir de Goudoulet, situés dans le mandement du castrum de Géorand (Chartes et documents de l’abbaye de Notre-Dame d’Aiguebelle n° 111).

101295 (v-s) : accord entre l’abbé de Mazan et Béraud Itier, seigneur de Géorand, d’une part, et Humbert, seigneur de Burzet, d’autre part, sur le partage de la forêt de Bauzon et sur les limites des territoires des châteaux de Géorand et de Burzet (ADLC F 128).

111300 : Guillaume de Poitiers, seigneur de la baronnie de Fay, somme le seigneur de Géorand de lui rendre l’hommage dû (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1037).

121311 : conflit entre Guillaume de Poitiers, seigneur de la baronnie de Fay, et Béraud Itier, seigneur du castrum de Géorand, à propos de droits de justice dans le mandement de Géorand (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1318).

  • 40 Besson, Michaux 2001 p. 256-257. Le château a déjà connu des travaux avant 1382 (testament d’Hélène (...)

13Le château de Géorand occupe, à plus de 1190 m d’altitude, la crête sommitale d’un relief séparant la vallée de la Loire de la vallée du Tauron. Le site prend l’aspect d’une motte d’éperon très grossièrement circulaire, vraisemblablement aménagée à partir d’un affleurement granitique. Sauf au sud où le relief naturel est très abrupt, celui-ci est protégé par un fossé, bien visible malgré l’abondante couverture de genêts. On note la présence de nombreuses maçonneries arasées sur la plate-forme sommitale et notamment l’angle d’un bâtiment au centre du tertre. Ces maçonneries sont en petit et moyen appareils de granit - avec quelques blocs de basalte - liés au mortier de chaux. Par ailleurs, d’énormes pans de murs jonchent encore le sol, traces probables d’une sape de l’édifice. Le site est couvert d’éclats de lauzes de phonolite, ce qui laisse supposer qu’il s’agissait là de la principale couverture des bâtiments du château. Au début du XVe siècle, le seigneur de Géorand ne réside déjà plus dans son vieux château mais toutefois, en 1418, il ordonne des travaux sur les remparts de celui-ci (chemin de ronde, escalier, crénelage)40.

14Un habitat castral est bien attesté par la documentation du XIIIe siècle, mais il n’en subsiste actuellement aucun vestige visible. Par ailleurs, le castrum de Géorand ne semble pas avoir possédé de lieu de culte, alors qu’à 1 km au nord-est se dresse l’église paroissiale du Cros, appartenant au Moyen Âge à l’abbaye auvergnate de la Chaise-Dieu.

GLUIRAS

15département : Ardèche ; canton : Saint-Pierreville ; commune : Gluiras ; toponyme actuel : « Château de Saint-Jean » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : 740 m

162ème moitié du XIe siècle : Silvion de Gluiras donne au prieuré de Saint-Julien-d’Orcival un manse à Plas. Témoin : Guillaume de Gluiras (Cartulaire de Saint-Julien-d’Orcival n° 28).

171082-1088 : Guigue de Chalencon donne l’église de Silhac aux moines de Saint-Barnard de Romans. Témoin : Pons Humbert de Gloiraz (Cartulaire de Saint-Barnard de Romans n° 189).

181244 (v-s) : accord entre l’évêque de Valence et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois. L’évêque de Valence réclame notamment d’Aymar de Poitiers l’hommage pour le castrum de Gluiras appartenant à l’Église de Valence (ADI B 3521).

191245 : sentence arbitrale prononcée par l’archevêque de Vienne et Barral des Baux dans le conflit opposant le comte de Valentinois et l’évêque de Valence. Il est décidé, entre autres, que le comte de Valentinois tiendra Gluiras en fief de l’évêque de Valence (ADI B 3521).

201259 : engagement pris par Gérin Malet de ne pas aliéner les castrum, burgus, turris, mandamentum de Gluiras sans consentement du comte de Valentinois, Aymar III de Poitiers, sous peine de 100 marcs d’argent (ADI B 3525).

211261 : vente par Gérin Malet à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, de tous ses droits et biens in turrem castri de Gloiraci et dans les castrum et mandement de Gluiras moyennant 5000 sous viennois (ADI B 3525).

221299 : hommage d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, à l’évêque de Valence et de Die, pour divers châteaux et notamment pour la moitié de celui de Gluiras (ADI B 3556).

231328 (v-s) : reconnaissance passée en faveur d’Aymar de Poitiers, fils du comte de Valentinois, par Silvion de Chenas pour tout ce qu’il possédait dans le mandement de Gluiras (ADI B 3597).

Gluiras - Vue aérienne du relief ayant porté le château.

Gluiras - Vue aérienne du relief ayant porté le château.

24À environ 1,5 km au sud-est du village de Gluiras, le site du château médiéval de Gluiras occupe le sommet d’une étroite et courte échine basaltique dominant la vallée de la Glueyre, qui à l’évidence a donné son nom au château. De celui-ci ne subsistent que quelques rares maçonneries très arasées affleurant à peine sous la végétation.

25Les documents médiévaux mentionnent la présence au XIIIe siècle d’un habitat castral. Celui-ci, qui a totalement disparu, devait occuper les pentes sur le versant méridional de l’éperon portant le château. On y remarque la présence de nombreux éboulis ainsi que, très bas sur la pente, la présence d’un hameau dénommé Saint-Jean. Cet hagiotoponyme renvoie fort probablement au vocable de la chapelle du castrum. Le bourg actuel de Gluiras s’est regroupé autour de l’église Saint-Appolinaire, sans doute fondée durant le haut Moyen Âge et relevant dans les derniers siècles du Moyen Âge de la collégiale vivaroise de Charay (Bulle d’Alexandre IV en faveur de Charay).

GRAS

26département : Ardèche ; canton : Bourg-Saint-Andéol ; commune : Gras ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 400 m ; protection Monuments Historiques : inscription (église paroissiale, chapelle Saint-Blaise)

271215 (v-s) : Vierne, domina de Gras, femme de feu Guillaume de Balazuc, avait donné à Notre-Dame de Valbonne ce qu’elle possédait in condamina de Sopra, in campo et in tenemento de Chanet et in Fonte de Vacheres. Vierne, fille de feu Pierre de Balazuc, fils de feu Vierne, confirme les donations faites par la précédente. Acte passé in castro de Gras in domo fuciaignia domine Vierne (AN 265 AP 59, dossier n° 1, n° 1).

281221 : Vierne, fille de Pierre de Balazuc, reconnaît que sa grand-mère Vierne avait donné à l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan 500 sous viennois et un certain nombre de chèvres et de moutons. Elle donne à son tour à l’hôpital ce qu’elle avait dans le bois et le terroir du Laoul à Rieumourenc. Acte passé dans le castrum de Gras in cripta domine Vierne (ADBdR 56 H 4570).

291222 : Guigue d’Albinac et son frère donnent à l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan toutes les terres qu’ils possèdent du ruisseau de Cervieira à l’Ardèche. Vierne de Balazuc confirme et approuve la transaction. Acte passé dans la cripta de Gras près de la citerne (ADBdR 56 H 4565).

301237 : Vierne de Balazuc confirme la vente faite par Pierre de Insula à l’hôpital de Saint-Jean-de-Trignan d’une terre située près de la bastide de Vierne de Balazuc. Acte passé dans le castrum de Gras ad curiam domine Vierne (ADBdR 56 H 4589).

311244-1254 : Arnaud, évêque de Viviers, échange avec le chapitre de Viviers les églises de Saint-Vincent (de-Gras), de Gras et de Larnas et tout ce que le chapitre possédait à Valvignères, contre les églises de Jaujac, Joannas, Mirabel, Saint-Germain, Vinezac, Saint-Remèze et Saint-Thomé (Roche 1894, t. I, p. 227).

321250 : Guillaume de Naves, Vierne, sa femme, et Guillaume de Balazuc, fils de Vierne, confirment aux coseigneurs de Saint-Marcel et aux représentants des habitants de Saint-Marcel et de l’île de Frémigières les donations autrefois faites par Dragonet de Montdragon et Vierne de Balazuc. Acte approuvé et ratifié dans le castrum de Gras, in curia domine Vierne (ADA E Dépôt 45, Saint-Marcel-d’Ardèche, AA 4).

331274 : transaction entre les hospitaliers de Trignan et les syndics des habitants du castrum et du terroir de Gras à cause du devès de Sobeyradels (ADBdR 56 H 4568).

341277-1278 : livre des hommages de la sénéchaussée de Nîmes et de Beaucaire ; hommage [au roi] de Guillaume de Balazuc pour Balazuc, Bidon et Gras (ADG A 3 p. 2636 sq).

351286 (v-s) : hommages rendus par Pierre et Etienne de Mercato à Guillaume de Balazuc pour une partie des manses de Rieurt et de Montredon, situés dans la paroisse de Larnas, et pour tout ce qu’ils possèdent in Serro de Cruce à Larnas. Acte passé in castro dicti nobili [Guillaume de Balazuc] apud Gradacium (ADLZ E 43).

361302 (v-s) : diverses reconnaissances au profit d’Albert, seigneur de Lagorce, notamment dans les mandements de Saint-Montan et de Lagorce ; sont donnés comme confronts les mandements de Bourg-Saint-Andéol et du castrum Gradacii (ADAv E 508).

371303 : accord entre Burgondia, veuve de Pierre Gilles, domicellus in parte du castrum de Saint-Montan, tutrice de son fils Guillemet, et Benoît de Patinis, juif. Guillaume de Balazuc approuve et confirme la transaction. Acte passé à Gras, dans l’hospicium de Guillaume de Balazuc (ADG 1 Mi 79 liasse 52 n° 1).

38Situé au cœur des arides plateaux calcaires bordant les gorges de l’Ardèche, le village de Gras est dominé par les ruines d’un imposant complexe castral. On y remarque la présence de plusieurs bâtiments - dont peut-être la base d’un donjon quadrangulaire - construits en petit moellons de calcaire bien équarris et partiellement enclos dans une enceinte. Certains de ces bâtiments ont été réutilisés dans des constructions contemporaines.

  • 41 Compte de décimes de 1275 (p. 439) et Taxe de la décime du XIVe siècle (p. 444) : ecclesia de Grada (...)
  • 42 Taxe de la décime du XIVe siècle (p. 444) : ecclesia Sancti Vincenti de Bosco. Cette église figure (...)
  • 43 Compte de décimes de 1275 (p. 439) et Taxe de la décime du XIVe siècle (p. 444) : ecclesia Sancti M (...)
  • 44 Nous n’avons pas rencontré de mention médiévale de cet édifice qui présente encore des élévations r (...)

39Le village actuel de Gras occupe encore pour l’essentiel l’emprise du bourg castral médiéval. Le plan cadastral de 1829 montre nettement le tracé du rempart qui protégeait la dernière extension médiévale de celui-ci. Le castrum de Gras possédait une église dédiée à la Vierge41, mais dans son terroir s’élevaient aussi plusieurs églises fondées durant le haut Moyen Âge : au sud-ouest Saint-Vincent (du Bois)42 ; au nord Saint-Marcellin (de Lafarre)43 et, immédiatement au nord-est (dans le cimetière actuel), Saint-Blaise44.

GROSPIERRES

40département : Ardèche ; canton : Joyeuse ; commune : Grospierres ; toponyme actuel : « Le Chastelas » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude du site : env. 270 m

411150 : Dalmas et Géraud de Grospierres sont templiers de Jalès (Cartulaire général de l’ordre du Temple n° DLXXXVIII).

421193 : accord entre Raymond V, comte de Toulouse, et Nicolas, évêque de Viviers. L’évêque Nicolas et le chapitre donnent notamment en échange au comte Raymond ce qu’ils avaient in castello de Gorepeira et ejus mandamento (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 226-227).

431194 : Dalmas de Lagorce et Alasia, sa femme, donnent, pour le salut de leur âme, à la maison du Temple de Jalès les herbages, bois et eaux qu’ils possèdent dans le mandement de Grospierres et à Cruzières (ADBdR 56 H 19 p. 154).

441210 : l’évêque de Viviers, Burnon, et les chanoines révoquent la transaction précédente et demandent la restitution des castra d’Aiguèze, de Grospierres et de Remoulins (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 233-237).

451240 : Poncia, veuve de Pierre Chalvet, vend au précepteur de Jalès la moitié d’un manse dans la paroisse de Berrias plus toutes les terres qu’elle tenait de la seigneurie des Templiers de Jalès depuis le castrum de Banne jusqu’au Chassezac, du castrum de Bec-de-Jun jusqu’au Chassezac et du castrum de Grospierres jusqu’au Chassezac (ADBdR 56 H 19 p. 32).

461246 : Bertrand de Châteauneuf donne à la maison du Temple de Jalès tous les pâturages dont son père jouissait dans le terroir du castrum de Grospierres (ADBdR 56 H 19 p. 154).

471250 : Dalmas de Lagorce donne à la maison du Temple de Jalès tous ses pâturages dans le mandement du castrum de Grospierres (ADBdR 56 H 5239).

481286 : mention de Dragonet de Châteauneuf, seigneur de Joyeuse et de Grospierres, et des autres pariers du castrum de Grospierres (ADBdR 56 H 5223).

491300 : vente par Bertrand Chatbert à Albert, seigneur de Lagorce, de tous les droits qu’il pouvait avoir in mandamento et dictrictu castri de Gurgite Petra (ADAv E 550).

501303 (v-s) : hommage à Albert, seigneur de Lagorce, et à Béatrice, domina de Lagorce, pour des biens situés dans le mandamentum et le districtus du castrum de Grospierres (ADAv E 510).

Grospierres - Au centre du cliché, l’éperon rocheux avec les vestiges du château ; en contrebas, les ruines du bourg castral.

Grospierres - Au centre du cliché, l’éperon rocheux avec les vestiges du château ; en contrebas, les ruines du bourg castral.

511319 : donation faite par Alazacia de Grospierres, veuve de Gaucelin de Grospierres, coseigneur de Grospierres, en faveur de Thomas d’Orcières, son frère (ADLZ 3 J 18).

52Le château de Grospierres est implanté sur un relief dominant immédiatement la vallée du Chassezac dont les terroirs du lit majeur sont occupés depuis l’Antiquité. Le site est constitué d’un étroit pointement calcaire surplombant d’une dizaine de mètres une plateforme rocheuse, la basse-cour, protégée par un rempart dont on perçoit encore quelques vestiges informes et peut-être une porte au sud. Au nord, à l’est et à l’ouest, le site est protégé par des à-pics brutaux ou une forte pente. Sur le point le plus haut du site s’élevait fort probablement une petite tour quadrangulaire. Des pans de maçonneries, montées au mortier de chaux, ainsi que d’abondants pierriers, sont visibles dans la basse-cour. Cependant, faute d’une étude archéologique plus poussée, il est impossible de donner un plan, une chronologie et une fonction à ces bâtiments.

53Immédiatement en contrebas du château, sur les pentes qu’il domine, s’est développé, sans doute dans le courant du XIIe siècle, un véritable village castral ; avec le château, il forme le castrum de Grospierres. Ce village ne sera abandonné que dans le courant du XIXe siècle. Il est malaisé, en raison de la ruine avancée des lieux et de l’abondante végétation, de déterminer si le village de Grospierres possédait, comme le château, une enceinte. Cela ne semble pas a priori avoir été le cas, les façades jointives des maisons ayant pu toutefois jouer ce rôle.

54Si la présence d’une enceinte paraît plus qu’incertaine, on sait, par contre, que le bourg possédait un lieu de culte : l’église Saint-Pierre. Celle-ci est mentionnée pour la première fois en 1262 (ADBdR 56 H 5219). En 1501, Saint-Pierre est visitée par les représentants de l’évêque de Viviers ; l’église n’est alors pas indiquée comme paroissiale et paraît déjà à l’abandon (Visite des paroisses du Bas-Vivarais en 1501 p. 22). Lors de la visite de 1675, l’église Saint-Pierre du Chastelas est complètement ruinée (Visite des églises du Bas-Vivarais en 1675-1676 p. 275-276). Il est actuellement impossible de la localiser.

55Bibliographie :
Laffont 2000b.

GROZON

56département : Ardèche ; canton : Lamastre ; commune : Saint-Barthélemy-Grozon ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 660 m

571186 (v-s) : Pons Girbert vend à la maison du Temple de Valence, pour 8 livres valentinoises, le manse del Vernael, situé dans le mandement de Grozon (ADBdR 56 H 5320).

581188 (v-s) : Guillaume de Beaudiner donne à la maison du Temple de Valence la cabannaria de las Privas et la cabanneria de las Calonias, situées dans le mandement du castrum de Boffres, ainsi que le droit de pâturage dans toutes ses terres. Guillaume de Beaudiner reçoit pour cela 8 livres valentinoises, Milon de Grozon et son frère Aldebert, 70 sous (ADBdR 56 H 5320).

591216 (v-s) : Humbert, évêque de Valence, et Guillaume de Crussol terminent un différend entre l’église de Saint-Ruf et Raymond de Crussol qui réclamait un cens sur une terre située in plano de Crussol que les moines de Saint-Ruf disaient leur avoir été donnée par Milon de Grauso (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° CIII).

601280 (v-s) : testament de Silvion de Clérieux, seigneur de la Roche-de-Glun. Il choisit pour héritier universel son fils Roger et lui donne notamment ses castra de Clérieux, la Roche-de-Glun, Châteaubourg, Garauzone, etc. (ADI B 3538).

611283 : Roger de Clérieux, seigneur de La Roche-de-Glun, rend hommage à Jean de Genève, évêque de Valence, pour les castra de Châteaubourg et de Grozon et pour le port de Conflent (Libri quatuor de rebus gestis valentinorum et diensium episcoporum, lib. III, p. 140).

621284 : Guillaume Humbert reconnaît tenir en fief de Roger de Clérieux, seigneur de Grozon, tout ce qu’il possédait dans le castrum et le mandamentum de Garausonis (ADA 29 J 4).

631287 (v-s) : transaction passée entre le précepteur de la maison du Temple de Valence et de Grozon et Roger de Clérieux, seigneur de Grozon, concluant que le seigneur de Grozon aura la justice haute, basse et moyenne sur les emphytéotes et habitants de la grange de Grozon, excepté sur les frères et les donats de la grange ; les emphytéotes seront tenus de payer au seigneur de Grozon le droit de vingtain ; les hommes de la grange seront tenus de travailler aux murailles du château lorsque cela sera nécessaire, etc. (ADBdR 56 H 5113).

641291 : sentence arbitrale réglant le différend entre Aymon de Solignac et le précepteur de la maison du Temple de Valence à propos d’une terre située dans le manse de Mayre, dans le mandement de Grozon (ADBdR 56 H 5320).

651297 : Brunel de Châteauneuf reconnaît tenir du précepteur du Temple de Valence un pré et une terre, situés dans la paroisse de Saint-Sixte et les mandements de Grozon et de Châteauneuf, sous le cens de 12 cartes de seigle, 4 deniers viennois et une volaille (ADBdR 56 H 5322).

661303 : testament de Roger de Clérieux. Il donne notamment à son fils cadet Guichard les châteaux et mandements de La Roche-de-Glun, de Châteaubourg, de Grozon (Gallier 1866-1868 p. 408).

671303 (v-s) : le sénéchal de Beaucaire et de Nîmes défend au bailli royal du Velay de faire obstacle à la perception du péage de Garauson appartenant à Guichard de Clérieux (ADI B 3560).

681335 : charte de franchises accordées par Guichard de Clérieux aux habitants de Grozon. La taille seigneuriale est abolie et la perception du vingtain limitée à la clôture et à la fortification du château de Grozon (Histoire du Vivarais, t. III, p. 95).

69Le site de Grozon occupe une petite éminence sur le plateau de Vernoux en bordure du ruisseau de même nom, à qui le castrum doit vraisemblablement son nom. À l’extrémité ouest se dresse le château ; à l’est, dans une basse-cour sans contour précis, s’est établi un bourg castral qui ne semble pas avoir été entouré d’une enceinte.

  • 45 Cf. supra et cf. 1292 : ADBdR 56 H 5322 ; 1293 : ADBdR 56 H 5321, etc. Sur cette grange cf. Giraud (...)

70Le château actuel de Grozon paraît être une grosse construction de la fin du Moyen Âge et du début de l’Époque moderne (XVe-XVIe siècles ?) ; s’il existe des éléments antérieurs au XVe siècle, ceux-ci ne sont pas visibles de l’extérieur. Le castrum de Grozon possédait une église ou une chapelle dédiée à Sainte Marie ; elle occupait le même emplacement que l’édifice actuel, de construction récente. La commanderie du Temple de Valence acquiert à partir de la fin du XIIe siècle de nombreux droits à Grozon ; à la fin du XIIIe siècle, les Templiers y possèdent même une grange45. Grozon est situé sur une route médiévale importante reliant Valence au Velay par Saint-Péray et Saint-Agrève (Brechon 2000, t. II/1 p. 161 sq) ; un péage y est mentionné au tout début du XIVe siècle, mais il est probablement plus ancien.

Notes

40 Besson, Michaux 2001 p. 256-257. Le château a déjà connu des travaux avant 1382 (testament d’Hélène Itier, ADA 3 H 1 f° 173 v°), sans doute dans le cadre du vaste mouvement de fortification que connaît le Vivarais à partir du règne de Charles V dans le contexte troublé de la Guerre de Cent Ans.

41 Compte de décimes de 1275 (p. 439) et Taxe de la décime du XIVe siècle (p. 444) : ecclesia de Gradacio.

42 Taxe de la décime du XIVe siècle (p. 444) : ecclesia Sancti Vincenti de Bosco. Cette église figure peut-être dans la Dotatio sanctæ et insignis Ecclesiæ vivariensis (VIe-VIIIe siècles) et dans le Breve de obedentiis canonicorum vivariensium (1ère moitié du Xe siècle), Histoire du Vivarais, t. I, P. -J. n° 2 p. 639 et P. -J. n° 3 p. 641.

43 Compte de décimes de 1275 (p. 439) et Taxe de la décime du XIVe siècle (p. 444) : ecclesia Sancti Marcellini de Fara ; ecclesia de Fara.

44 Nous n’avons pas rencontré de mention médiévale de cet édifice qui présente encore des élévations romanes.

45 Cf. supra et cf. 1292 : ADBdR 56 H 5322 ; 1293 : ADBdR 56 H 5321, etc. Sur cette grange cf. Giraud 1942, p. 169-179.

Table des illustrations

Titre Géorand - Le tertre rocheux du château : au premier plan, les genêts matérialisent l’emplacement du fossé ; au second plan, à droite, on remarque un pan de maçonnerie écroulé.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Gluiras - Vue aérienne du relief ayant porté le château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Grospierres - Au centre du cliché, l’éperon rocheux avec les vestiges du château ; en contrebas, les ruines du bourg castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 359k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

F
 
I