Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books
C
E

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

D

Texte intégral

DÉSAIGNES

1département : Ardèche ; canton : Lamastre ; commune : Désaignes ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 470 m ; protection Monuments Historiques : classement partiel (château des XVe-XVIe siècles), inscription (porte de l’enceinte du bourg castral)

21217 : Armand de Retourtour donne à l’abbaye d’Ainay, avec l’assentiment d’Humbert, évêque de Valence, l’église de Désaignes avec toutes ses dépendances ainsi que tout ce que l’abbaye d’Ainay pourra ensuite acquérir, de quelque façon que ce soit, dans la villa Disania (Petit cartulaire d’Ainay n° XLI).

31247 : testament d’Armand de Retourtour. Il partage ses terres entre ses deux fils Maurice et Briand. Maurice reçoit le castrum de Beauchastel et tout ce que possède Armand dans le castrum de Retourtour. Briand, par ailleurs chanoine du Puy, reçoit tout l’afar de son père près du Puy, ainsi que la villa de Montfaucon et le castrum de Désaignes. Puis Maurice de Retourtour échange à son frère ce dernier castrum contre le tiers du castrum de Dunières et ce que possédait sa femme Seignoressa dans ce mandement (ADA 1 E 1583).

41250 : le pape Innocent IV confirme les biens de l’abbaye d’Ainay dont, dans le diocèse de Valence, le prieuré de Desania avec toutes ses dépendances (Grand cartulaire d’Ainay, t. I, n° 6).

51282 : Odon de Retourtour, chanoine de Valence, et son frère Armand de Retourtour, seigneur de Désaignes, pour mettre un terme aux querelles s’élevant entre eux et Guichard d’Ampuis, prieur de Désaignes, cèdent en aumône pour leur âme et celle de leurs ancêtres leurs prétentions sur les droits et biens du prieuré de Désaignes, dépendant de l’abbaye d’Ainay. Ils jurent de respecter à l’avenir cette concession (Grand cartulaire d’Ainay, t. I, n° 243).

Désaignes - L’aula des XIIIe-XIVe siècles réutilisée dans un temple protestant.

Désaignes - L’aula des XIIIe-XIVe siècles réutilisée dans un temple protestant.

61305 : Jocerand de Mounens rend hommage lige au seigneur de Retourtour. Acte passé à Désaignes in aula infra fortalicium (AN 513 AP 5).

71308 : Armand de Retourtour donne en fief franc à son notaire Pons Raymond, de Gradaco, en récompense de ses services, le tènement de Jancas dans le mandement de Désaignes (Recueil d’hommages, aveux et dénombrements de fiefs relevant du comté de Forez n° 1184).

  • 30 L’ensemble a été analysé par J. -C. Bouvier (Bouvier 1988 p. 153-164). Mais la datation du XIIe siè (...)
  • 31 Les dimensions de l’édifice et la présence d’une cheminée nous incitent à voir là une aula, mais la (...)

8Sur le point le plus haut du bourg s’élèvent les vestiges d’un bâtiment longtemps considéré par l’historiographie locale comme un monument antique, dit « Temple de Diane ». Cette construction a été pour l’essentiel détruite en 1822 pour faire place à un temple protestant. Au regard de diverses descriptions du XVIIIe siècle et des éléments subsistant30, il semble en réalité que l’on puisse restituer une aula rectangulaire (environ 22 m de longueur), présentant deux niveaux plus une terrasse sommitale31. Cet édifice, dont l’état primitif pourrait appartenir au XIIIe siècle, semble avoir été très remanié au XIVe siècle par l’adjonction de mâchicoulis sur arc, d’ouvertures géminées, de baies à coussiège et d’une guette sur la plate-forme sommitale. Le bâtiment possédait par ailleurs une cheminée adossée de plan semi-circulaire et une armoire murale ; mais il est malaisé de préciser si ces derniers aménagements appartiennent à l’état premier de l’aula.

9Immédiatement en contrebas de ce bâtiment se remarquent les vestiges d’un château des XVe et XVIe siècles qui occupe l’angle sud-ouest du bourg de Désaignes. Celui-ci, qui s’est développé au pied du premier château, est encore enserré dans une enceinte qui date, semble-t-il, de la fin du XIVe siècle. Il est difficile de déterminer si une enceinte plus ancienne a précédé celle de la fin du Moyen Âge.

10Bibliographie :
Bouvier 1988.

DON

11département : Ardèche ; cantons : Saint-Pierreville et Antraigues ; communes : Marcols-les-Eaux et Mézilhac ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 1160 m

Don - Vue d’ensemble du rocher de Don ; les vestiges du château occupent le sommet du relief.

Don - Vue d’ensemble du rocher de Don ; les vestiges du château occupent le sommet du relief.

121046-1067 : Aldebert, fils de Rainier et Bonafilia, donne à l’abbaye de la Chaise-Dieu l’église Saint-Julien-d’Orcival positam juxta castrum quod vulgo vocatur Dominus (Cartulaire de Saint-Julien-d’Orcival nos 1 à 6).

131197 : Guigue de Roche reconnaît tenir en fief du comte de Valentinois les forteresses (forssaz) de Don, Montagut et Mézilhac (Preuves de la maison de Polignac, t. I, n° 81).

141234 : Guigue de Roche reconnaît tenir d’Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, les castra de Don, Mézilhac et Montagut. À chaque mutation de seigneur ou de vassal, le comte pourra faire dresser son étendard in turre castri de Don, celui-ci sera alors rendable. Hommage renouvelé en 1267 (ADI B 2632).

151239 : hommage rendu par Aymar de Poitiers à Raymond VII, comte de Toulouse, pour certains de ses châteaux vivarois dont celui de Don (ADI B 3520).

161257 : accord de paix entre Pons de Chapteuil, seigneur de Brion, et le comte de Valentinois. Acte passé dans le castrum de Don in fornello majori, en présence de Guigue de Roche (ADA 29 J 4 n° 5).

171259 : Guigue de Roche inféode à Silvion de Tournon les terres qu’il avait à Dornas, Talaron, Saint-Genest, Leyral et Malassas, dans les mandements de Don et de Mézilhac (ADA 3 J 23 f° 13 v°).

181283 : Guillaume de Forco reconnaît devant Guigue de Roche avoir vendu à Raymond de Montagut tout ce qu’il possédait dans les mandements de Don et de Montagut et qu’il tenait en fief franc du seigneur de Roche. À la suite de cette vente, Guigue de Roche investit Raymond de Montagut de ces biens (ADA 19 J 1 n° 2).

191302 (v-s) : Pierre de Solhols, du mandement de Don, vend à Flocard de Montagut divers cens. Acte passé à Don in aula (ADA 19 J 1 n° 5).

201304 : les officiers de justice de Guigue de Roche pour la châtellenie de Don, siégeant au château de Meyras, prononcent une sentence contre deux bergers du mandement de Brion coupables d’avoir trait des brebis à l’insu de leurs propriétaires. Raymond de Montagut est qualifié de castellani castri predicti de Don (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 1143).

211315 : acte passé pour attester que les mesures de grain et de vin que conserve le curé d’Issamoulenc ont été marquées aux armes de Guigue de Roche par le châtelain de Don et de Montagut (ADA 3 J 23 f° 12 v°).

22Les ruines du château de Don occupent le sommet d’un imposant suc basaltique, dressant sa massive silhouette noire à plus de 1160 m d’altitude, au contact des Boutières et du haut plateau vivarois. Le rocher de Don est le point culminant, au sud, d’un petit plateau orienté approximativement nord-sud, dominant un relief tourmenté de serres escarpées et de vallées encaissées.

23La plate-forme sommitale du rocher ne paraît porter aucune structure. Les rares vestiges visibles du château s’articulent sur le pourtour de la plate-forme sommitale, légèrement en contrebas de celle-ci. Les orgues basaltiques affleurent de toute part ; cependant, un faible couvert végétal laisse, par endroits, supposer la présence d’une légère sédimentation d’origine anthropique. Seules sont discernables les bases de trois tours circulaires ou semi-circulaires, bâties en moellons de basalte liés par un mortier très riche en chaux, et quelques murs présentant un appareil identique et s’orientant dans diverses directions. Il est tout à fait impossible d’établir un plan d’ensemble du château dans l’état actuel de lisibilité des vestiges. Toutefois, ces trois tours ainsi que certains murs appartiennent manifestement à une enceinte qui ceinturait le sommet du rocher de Don. On constate, en outre, la présence sur le site d’abondants pierriers et de très nombreux murs de pierres sèches, manifestement postérieurs au château, ainsi que de nombreux éclats de tuile ronde laissant supposer qu’il s’agissait du mode de couverture des bâtiments du château.

24Le site ne présente aucune trace de bourg castral mais il possédait une chapelle attestée dans le compte de décimes de 1516 (Compte de décimes de 1516 p. 130).

DURFORT

25département : Ardèche ; canton : Privas ; commune : Saint-Vincent-de-Durfort ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 400 m

Durfort - Une des baies de la chapelle romane du castrum.

Durfort - Une des baies de la chapelle romane du castrum.

261165 : donation par Géraud de la Tour, à l’hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem du Puy, du manse de Noustoulet. Parmi les témoins figure Guigue de Durfort (Cartulaire des Hospitaliers du Velay n° 21).

271175 : engagement pris par Geoffroy de Barrès et ses fils de rendre à Jocerand de Baix les castra de Barrès et de Rochessauve. Parmi les garants figure notamment Jocerand de Durfort (ADI B 3517).

281239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse, certains de ses castra du Vivarais dont Durfort (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

291272 : lettres du sénéchal de Beaucaire au juge royal d’Uzès lui demandant d’examiner les droits du comte de Valentinois, Aymar de Poitiers, sur les castrum et mandamentum de Durfort (ADI B 3531).

301280 : hommage d’Aymar de Poitiers au roi de France 97 pour le château de Durfort (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

311319 : Hugues de Pierregourde interdit à Pons du Noyer et à ses héritiers, du mandement de Durfort, d’exploiter des terres situées dans le mandement de Pierregourde (ADR EP 127 n° 1).

321326 : Aymar de Poitiers reconnaît tenir en fief du roi de France Charles IV le château de Durfort (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 6 v° et sq).

33Le castrum de Durfort occupe le sommet d’une croupe rocheuse dans un méandre de la vallée encaissée du ruisseau du Boyon à 700 m au sud, à vol d’oiseau, du village de Saint-Vincent regroupé autour de son église. Le site, bien que très ruiné et envahi par une végétation dense, présente encore des vestiges tout à fait significatifs.

34Le château s’articule autour d’un donjon occupant un petit mamelon sur le point le plus haut du site, protégé par des pentes abruptes et par un fossé taillé dans le substrat. Le donjon, de plan carré, est bâti en moellons irréguliers de granit. Il mesure environ 10 m hors œuvre pour une épaisseur de mur d’environ 1,50 m. Ce bâtiment est très largement écroulé ; mais, à l’intérieur, un retrait dans la maçonnerie matérialise encore un niveau d’étage sur plancher. Une ouverture est visible, mais tous les piédroits ont disparu. À cette tour est associée une enceinte présentant le même type d’appareil. Dans l’espace enclos par cette enceinte, outre le donjon, on distingue peut-être les ruines d’un second bâtiment.

  • 32 ... Mandamentum Duri Fortis et habet castrum dirruptum ..., Castra dicti comitatus Valentinensis in (...)

35À l’extérieur, sur les pentes qui s’étendent au pied du château, un certain nombre de constructions et de murs de terrasses sont encore visibles. On remarquera surtout la présence d’une chapelle romane à nef unique et à chevet plat. Le gros œuvre de cet édifice est encore bien conservé. Enfin, deux bâtiments quadrangulaires accolés l’un à l’autre se dressent encore au pied du donjon du côté opposé à la chapelle. Un bourg castral avec un petit édifice de culte s’est donc développé au Moyen Âge au pied du château de Durfort. La chapelle de Durfort, dont on ignore le vocable, n’apparaît dans aucun des comptes de décimes médiévaux conservés ; cet édifice devait être une succursale de l’église voisine Saint-Vincent. Au XVe siècle, le castrum de Durfort est déjà ruiné32.

DURTAIL

36département : Ardèche ; canton : Saint-Péray ; commune : Saint-Romain-de-Lerps ; diocèse médiéval : Valence ; altitude : env. 320 m ; protection Monuments Historiques : inscription (tour ; mais celle-ci a aujourd’hui disparu)

Durtail - Le donjon polygonal, aujourd’hui détruit, vers 1927 (Monum’MH 60532).

Durtail - Le donjon polygonal, aujourd’hui détruit, vers 1927 (Monum’MH 60532).

Arch. Phot. © CMN, Paris.

37Vers 1146-1147 : Arnaud de Crest livre à Pierre Guillaume, seigneur de Tournon, et à Guillaume Austorge, son fils, le château et le mandement de Durtail et promet de lui accorder en mariage sa fille d’ici un an. En contrepartie, Pierre Guillaume prête à Arnaud 4500 sous (ADA 52 J 55 f° 267).

381210 (v-s) et 1214 : Humbert de Druestallo est témoin à deux reprises dans des conflits opposant le lignage de Crussol et les chanoines de Saint-Pierre-du-Bourg (Cartulaire de Saint-Pierre du Bourg n os XVII et XXI). 1216 : Humbert de Mirabel, évêque de Valence, remet à Guillaume de Tournon le castrum de Drustail. Guillaume lui en rend hommage lige et reconnaît n’être l’homme de personne d’autre, exception faite du roi (Chronique des évêques de Valence p. 65).

39Le château de Durtail occupe, dans la vallée du même nom, un éperon approximativement orienté nord-sud, barré par un imposant fossé taillé dans le granit. Cet éperon s’étage sur deux niveaux : un tertre, de petite taille, surmonte de près de 7 m ce qui s’apparente à une basse-cour.

  • 33 Dans les années 1980, le donjon de Durtail avait déjà disparu.

40Ce tertre porte les vestiges très arasés d’un donjon inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1927 et pourtant soigneusement démonté depuis cette date33 pour récupérer les blocs de granit dont il était bâti.

  • 34 L’abbé Garnodier voit «  à l’étage du milieu du côté du précipice [...] une meurtrière ou petit bal (...)
  • 35 Les exemples de donjon de ce type étudiés dans des régions proches sont très rares. On citera la to (...)

41Toutefois, les descriptions de l’abbé Garnodier vers 1860 ainsi qu’une photographie prise vers 1927 (Monum’MH 60532) nous permettent d’avoir une idée approximative de l’architecture de cette tour avant sa destruction. De plan octogonal à l’extérieur et circulaire à l’intérieur, elle présentait un diamètre intérieur de 3,30 m pour une épaisseur de mur d’environ 1,80 m (soit un diamètre extérieur de 5,10 m). Elle comptait une quinzaine de mètres de hauteur pour trois niveaux avec une porte d’accès au premier étage, couverte d’un arc en tiers point, et très peu d’ouvertures. Il semble que la tour ait été pourvue, au second étage, de latrines installées dans une logette en saillie sur la face ouest34. Les rares éléments en notre possession ne nous permettent pas une analyse précise de ce bâtiment. À l’exception du plan, original en Vivarais, et de la porte en arc brisé, le donjon de Durtail présente des caractéristiques plutôt archaïques : faible surface au sol, accès à l’étage, rez-de-chaussée aveugle, rareté des ouvertures. Ce donjon est peut être contemporain des rares donjons circulaires vivarois qui représentent, de façon encore très marginale, une nouvelle expérience architecturale dans la première moitié du XIIIe siècle35. La tour était accompagnée d’une étroite chemise maçonnée dont subsistaient quelques pans au début du XXe siècle.

42Au pied du donjon, dans la basse-cour au sud, se dressent encore les ruines d’un bâtiment quadrangulaire percé d’une porte ouvrant vers le midi. Ce bâtiment paraît avoir été très remanié notamment sur sa face méridionale ; en effet, le mur sud a été doublé à trois reprises.

  • 36 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 95 (article Durtail) :... que (...)

43À l’est, sur les pentes s’étageant sous la tour, subsistent les vestiges d’un petit bourg castral très ruiné. On peut y recenser au moins une dizaine de constructions, protégées par une enceinte encore très partiellement conservée. Un terrier de 1481 mentionne une quinzaine de maisons dans le castrum ainsi que diverses rues et une place publique (Garnodier 1860 p. 254-255). Au XVIe siècle, des maisons sont encore occupées à Durtail, au moins temporairement (Garnodier 1860 p. 259). Mais, au début du siècle suivant, le château de Durtail et son bourg sont déjà totalement abandonnés36. Le castrum de Durtail possédait une chapelle dédiée à Saint-Jean ; elle est déjà abandonnée en 1522 (Compte de décimes de 1275 p. 407 et Garnodier 1860 p. 259).

44Bibliographie :
Garnodier 1860.

Notes

30 L’ensemble a été analysé par J. -C. Bouvier (Bouvier 1988 p. 153-164). Mais la datation du XIIe siècle donnée par l’auteur, qui voit là de plus un bâtiment tout à fait homogène, nous paraît discutable.

31 Les dimensions de l’édifice et la présence d’une cheminée nous incitent à voir là une aula, mais la morphologie d’ensemble du bâtiment évoque aussi les donjons d’Ay et de Saint-Montan.

32 ... Mandamentum Duri Fortis et habet castrum dirruptum ..., Castra dicti comitatus Valentinensis in Regno p. 281.

33 Dans les années 1980, le donjon de Durtail avait déjà disparu.

34 L’abbé Garnodier voit «  à l’étage du milieu du côté du précipice [...] une meurtrière ou petit balcon à mâchecoulis (sic) » ; il s’agit plus vraisemblablement de latrines que d’une bretèche.

35 Les exemples de donjon de ce type étudiés dans des régions proches sont très rares. On citera la tour octogonale de Ratières, dans la Drôme (Rémy 1995 passim), et le donjon de Trévoux dans l’Ain (Châteaux médiévaux en Rhône-Alpes 1990, p. 21-22). Mais ces deux tours beaucoup plus sophistiquées que celle de Durtail, sont aussi manifestement plus tardives ; elles appartiennent à un XIVe siècle très avancé.

36 Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 95 (article Durtail) :... quelques masures et vestiges d’un chasteau qui solloit estre... À noter l’erreur de P. Falgairolle qui place ce site dans le Maine-et-Loire alors qu’il s’agit à l’évidence de Durtail en Ardèche.

Table des illustrations

Titre Désaignes - L’aula des XIIIe-XIVe siècles réutilisée dans un temple protestant.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Don - Vue d’ensemble du rocher de Don ; les vestiges du château occupent le sommet du relief.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Durfort - Une des baies de la chapelle romane du castrum.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Durtail - Le donjon polygonal, aujourd’hui détruit, vers 1927 (Monum’MH 60532).
Légende Arch. Phot. © CMN, Paris.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2501/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

C
 
E