Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Atlas des châteaux du Vivarais (xe-xiiie siècles)

 | 
Pierre-Yves Laffont

Dictionnaire

A

Texte intégral

AIZAC

1département : (Ardèche ?) ; canton : (Antraigues ?) ; commune : (Aizac ?) ; diocèse médiéval : (Viviers ?)

21248 : ayant repris en fief de l’évêque de Mende les castra de Chambon et de Montauroux, qu’il tenait auparavant du roi de France, Héracle de Montlaur s’engage en compensation à reprendre en fief de Louis IX ses castra allodiaux d’Aizac et de Burzet. Ne pouvant se déplacer, en raison de son état de santé, il envoie à Paris son fils aîné Pons, qui rendra hommage pour le castrum d’Aynaco, et son second fils Héracle, qui rendra hommage pour le castrum de Burzet. Ceux-ci devront à l’avenir, et pour toujours, tenir ces castra en fief du roi (Histoire généalogique de la maison d’Auvergne, t. II, p. 87).

31277 : Pons de Montlaur rend hommage au roi pour le castrum d’Aynac (Scripta de feodis ad regem spectantibus p. 681).

4La localisation de ce castrum reste à ce jour incertaine. Traditionnellement, l’historiographie vivaroise localise celui-ci à Aizac dans les Cévennes vivaroises, près d’Antraigues. Effectivement, immédiatement à l’ouest de l’église Saint-Julien d’Aizac, au hameau du Roux, ainsi qu’à environ 800 m à l’est de celle-ci, se dressent encore deux maisons fortes de la fin du Moyen Âge. Cependant, ni l’une, ni l’autre, tant en raison de leur architecture et de leur plan que de leur situation topographique, ne paraissent pouvoir correspondre au castrum mentionné dès avant le milieu du XIIIe siècle. Il n’est d’ailleurs pas assuré que celui-ci soit en Vivarais. En effet, le texte fourni par Baluze de l’hommage de 1248 donne la forme Aynaco et le texte livré par l’ancien registre B 8 des Archives Départementales de l’Hérault donne Agnaco (ADH ancien B 8 f° 146 v°). De même, l’hommage de 1277 évoque le castrum d’Aynac. Ne s’agirait-il donc pas plutôt du château d’Eynac en Velay (commune de Saint-Pierre-Eynac, Haute-Loire) ?

AJOUX

5département : Ardèche ; canton : Privas ; commune : Ajoux ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 750 m

Ajoux - Vue du rocher ayant porté le château et, à son pied, du bourg castral.

Ajoux - Vue du rocher ayant porté le château et, à son pied, du bourg castral.

61100-1110 : Pétronille d’Ajoux donne à Aymeric, abbé de la Chaise-Dieu, et à Humbert, prieur de Saint-Julien-d’Orcival, un manse dans la villa d’Issamoulenc (Cartulaire de Saint-Julien-d’Orcival n° 32).

71239 : hommage rendu par le comte de Valentinois, Aymar de Poitiers, à Raymond VII, comte de Toulouse, pour un certain nombre de ses châteaux du Vivarais dont Ajoux (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787). 1253 : Guillaume Eyraud reconnaît tenir en fief franc de Pons de Douchanet, seigneur d’Aps, tout ce qu’il a de lui dans les châteaux et mandements d’Aps et d’Ajoux (ADA 2 E 2195 bis f i 669 v°-670 r°).

81280 : hommage du comte de Valentinois au roi de France, héritier des comtes de Toulouse, pour Ajoux (Actes du Parlement de Paris, t. I, n° 415).

91283 : Giraud Adhémar, seigneur de Grignan, rend hommage au nom de sa femme, Blonde, héritière de Pons de Douchanet, seigneur d’Aps, à Aymar de Poitiers pour le château d’Ajoux et son mandement (ADI B 2632). 1287 : Blonde de Douchanet, domina d’Aps, femme de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan, remet à Giraud Adhémar, son fils émancipé, tous ses biens et droits dans les château et mandement d’Ajoux (ADA 2 E 2195 bis f° 695 v°).

101290 : lors d’un procès opposant les seigneurs du château d’Ajoux et le prieuré de Charay, le lieutenant du châtelain de Privas déclare que le château d’Ajoux relevant du fief du comte de Valentinois, le procès doit être porté devant la cour de celui-ci (ADI B 3546).

111298 : Raymond de Tournon reconnaît devant Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et d’Aps, avoir donné le manse de Foilhes et tout ce qu’il tenait en fief et sous le dominium de Giraud Adhémar dans le castrum et le mandement d’Ajoux (ADA 19 J 2 n° 6).

121328 : Giraud Adhémar inféode à Dalmas de Blachières, de Veyras, des maisons situées dans le castrum d’Ajoux ainsi que divers cens que Giraud Adhémar prélevait dans le manse de Mauves, dans le mandement d’Ajoux (ADA 3 J 23 f i 34 v°-35 r°).

131330 : Hugues de Fourchades tient la seigneurie d’Ajoux en fief de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et d’Aps, qui la tient lui-même du comte de Valentinois (ADA 2 E 2195 bis f° 687 v°).

14Le site d’Ajoux s’est développé sur et au pied d’un énorme affleurement basaltique au contact des Boutières et du rebord nord-est du Plateau. Le rocher d’Ajoux est une spectaculaire arête rocheuse, très étroite, constituée d’orgues basaltiques. Globalement orientée nord-sud, elle offre un point de vue de grande qualité.

15De très rares vestiges du château sont visibles sur la face est du rocher et dans une moindre mesure au sommet de celui-ci. Sur la plate-forme sommitale, où le rocher affleure en de très nombreux endroits, seule est visible une excavation grossièrement circulaire, peu profonde, dont la destination reste incertaine. Sur la face orientale du rocher, un pan de mur en appareil irrégulier d’orgues basaltiques descend la pente sur quelques mètres et, légèrement au nord de ce fragment de courtine, une case-encoche de grande taille a été creusée à mi-pente.

16Au pied du rocher s’est développé, au sud, un petit bourg castral, aujourd’hui en grande partie ruiné. Bien que présentant un parcellaire serré, le bourg ne paraît pas avoir été enclos. Le castrum d’Ajoux possédait une église dédiée à la Vierge ; celle-ci figure dans le compte de décimes de 1275 (Compte de décimes de 1275 p. 442). En 1288, Guillaume d’Antraigues est prieur d’Ajoux et en 1332, Gautier de Colons, prieur de Charay, passe un accord avec Raymond de Berroas, prieur d’Ajoux, sur des droits de sépulture (ADI B 2632, ADA 33 H). À la fin du XIXe siècle, une nouvelle église paroissiale, construite dans le hameau de Grétus, a remplacé la vieille église médiévale (B. E. 1910 p. 391). La topographie générale du site, l’origine indéniablement castrale du bourg et la mention d’un lignage d’Ajoux dès les années 1100-1110, nous incitent à placer la fondation du château dans un grand XIe siècle ; les vestiges actuels étant pour lors indatables.

17Bibliographie :
B.E. 1910.

ALLIER

18département : Ardèche ; canton : Rochemaure ; commune : Saint-Martin-sur-Lavezon ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 610 m

Allier - Vue d’ensemble du site vers l’est.

Allier - Vue d’ensemble du site vers l’est.

191170 : Géraud d’Ucel remet à Jocerand de Saint-Romain à titre provisoire, en raison d’une dette de 152 marcs d’argent, tout ce qu’il a in castro Deler et in ejus territorio et dans les paroisses de Berzème et de Saint-Martin (ADI B 3517).

201238 (v-s) : échange entre Aymar II de Poitiers, comte de Valentinois, et Armand du Pouzin. Armand donne notamment tout ce qu’il a dans le castrum et le mandement d’Allier (ADD E 605 n° 1).

211239 : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, reprend en fief de Raymond VII, comte de Toulouse et marquis de Provence, divers castra dont celui d’Allier, exception faite de la moitié qu’il tient d’un autre seigneur non précisé (Layettes du Trésor des Chartes, t. II, n° 2787).

221285 : échange entre le comte de Valentinois, Aymar IV, et Pierre de Quint, coseigneur de Quint. Ce dernier cède au comte ses droits sur le château de Quint et reçoit en contrepartie le castrum d’Allier : scilicet fortalicium, burgum, territorium, mandamentum et districtum ejusdem castri et toute la justice haute et basse (ADI B 3542).

231291 (v-s) : Pierre de Quint vend le castrum de Elerio à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, pour 1000 livres viennoises. Acte passé dans la maison de Bertrandet d’Allier, à Allier (ADI B 3896).

241291 (v-s) : le comte de Valentinois ayant acheté le castrum de Elerio et son procureur, Dalmas Durand, châtelain de Privas, en ayant pris possession pour lui, les représentants (au nombre de 24 et tous nommément désignés) des habitants du castrum et mandement d’Allier, réunis dans la maison de Bertrandet d’Allier, en présence de Pierre de Quint, prêtent hommage au comte et lui jure fidélité (ADI B 2632).

251296 : sentence arbitrale prononcée par Guillaume de Vénéjan, juge du comte de Valentinois, et Dalmas Durand, châtelain de Privas, entre le comte Aymar IV de Poitiers et les syndics de la communauté d’Allier au sujet des tailles que le comte prétendait exiger d’eux. À l’avenir le comte sera en droit d’exiger le vingtain des blés, des légumes et du vin, et une taille annuelle de 20 livres, chaque année à la Toussaint (ADI B 3552).

261305 (v-s) : concession par Aymar de Poitiers, fils du comte de Valentinois, au nom de son père, à Hugues Giraud, de Baix, docteur en droit, en récompense de services rendus, du fief du castrum d’Allier avec son terroir et son mandement et toute justice, sous réserve de l’hommage (ADI Inventaire Marcellier, Vivarais, f° 42). 1312 : sentence arbitrale, à la suite de plusieurs conflits, entre frère Guillaume Got, moine des Chambons, recteur de la grange de Chancoulans, et les représentants de la communauté des habitants du castrum et du mandement d’Allier qui revendiquaient le droit de prendre du bois au « Bois de Bertelie » avec le droit d’y faire paître tout leur bétail (ADA 1 H 11).

27Le site d’Allier occupe un saillant rocheux dominant le rebord oriental du plateau du Coiron. Le château proprement dit est établi sur le point le plus haut du site. Les vestiges d’une construction, bâtie en petit appareil bien équarri, avec un ressaut de fondation, y sont encore visibles ; son plan semble s’adapter aux contours du rocher.

28En contrebas de cette plate-forme s’étendent, accrochés aux pentes abruptes, les ruines d’un bourg castral qui compte encore au moins une demi-douzaine de bâtiments, dont deux ont conservé très partiellement leur voûte. On distingue, en outre, d’abondants pierriers et de nombreux murs isolés, maçonnés au mortier de chaux ou bâtis en pierres sèches. Un chemin construit traverse tout le site. En 1912, les vestiges d’une chapelle étaient encore visibles à Allier. Celle-ci apparaît sous le vocable de Saint-Théofrède dans le compte de décimes de 1516 (Compte de décimes de 1516 p. 220). Ce vocable renvoie assurément à une dépendance de l’abbaye vellave de Saint-Chaffre (Laffont 1998c).

29Bibliographie :
B.E. 1912.

ALSAS

30département : Ardèche ; canton et commune non identifiés ; diocèse médiéval : Viviers

311210 : l’évêque et les chanoines de Viviers se plaignent des acquisitions faites par le comte de Toulouse dans leur domaine et notamment de celle du castrum d’Alsas (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 233-237).

32Le castrum d’Alsas, revendiqué par l’Église de Viviers au début du XIIIe siècle, n’est pas identifié actuellement mais, en raison des autres lieux mentionnés dans la transaction de 1210, ce castrum est très vraisemblablement à localiser dans le secteur de Largentière et correspond sans doute à un des sites mentionnés dans le présent atlas. Cette difficulté de localisation pourrait être liée à une erreur de lecture du copiste. En effet, l’acte de 1210 n’est plus connu aujourd’hui que par des copies du XVIIIe ou du XIXe siècle.

ANNONAY

33département : Ardèche ; canton : Annonay ; commune : Annonay ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 350 m

341117-1118 : Robert d’Annonay se porte garant pour le chevalier Guigue Ega en conflit avec les moines de Domène (Cartulaire de Domène n° 226).

351161 : Guillaume d’Annonay est témoin d’un échange entre les moines de Bonnevaux et Humbert de Rochetaillée (Cartulaire de Bonnevaux n° 279).

Annonay - Les vestiges du château vers 1900 (ADA 6 Fi 10/324).

Annonay - Les vestiges du château vers 1900 (ADA 6 Fi 10/324).

361228 : Aymar, dominus d’Annonay, se porte garant d’une vente faite par Arnaud Roland au profit de l’abbaye de la Sauvebénite (Gallia Christiana, t. II, col. 777-778).

371230 (v-s) : le dauphin André, comte de Vienne et d’Albon, reprend en fief de l’Église de Lyon ses castra d’Annonay et d’Argental (Cartulaire des fiefs de l’Église de Lyon n° 55).

381248-1249 : Guillaume de Surieu, chevalier, alberge à Jean Gury, le manse de Sanieu au mandement d’Annonay (Regeste Dauphinois, t. II, n° 8517).

391251 : accord sur les limites des justices et seigneuries de Guigue Pagan, seigneur d’Argental, et d’Aymar, seigneur d’Annonay (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 318).

401261-1266 : conflit entre l’Église de Lyon et le dauphin Guigue VII à propos des castra d’Annonay et d’Argental (Regeste Dauphinois, t. II, nos 9826, 9919, 10383, 10406 ; Cartulaire lyonnais, t. II, n° 604).

411271 : testament d’Aymar d’Annonay. Ne laissant pas d’héritier direct, il lègue la seigneurie d’Annonay à son cousin, Guillaume, seigneur de Roussillon (Testament d’Aymar d’Annonay p. 552).

421274 : procès entre Guillaume de Roussillon et Eustache de Lamastre au sujet de l’héritage d’Aymar d’Annonay. Le juge de l’archevêque de Vienne confirme toutefois Guillaume de Roussillon dans la possession d’Annonay (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 588).

431275 : testament de Guillaume de Roussillon, seigneur d’Annonay, au profit de son fils Artaud (AN P 13612 n° 974).

441288 : à la suite d’un important contentieux, accord entre Artaud de Roussillon, seigneur d’Annonay, et ses vavasseurs du castrum d’Annonay (AN P 1402 1 cote 1245 bis).

451290 : Artaud, seigneur de Roussillon et d’Annonay, reconnaît, confirme et complète les libertés et franchises accordées dans son testament par Aymar, autrefois seigneur d’Annonay, aux habitants du castrum, burgum et mandamentum d’Annonay (AN 273 AP 94 nos 1 et 2).

461292 : Artaud, seigneur de Roussillon et d’Annonay, décharge Ismidon d’Ay de l’hommage que celui-ci était tenu de lui rendre, notamment pour une maison sise dans le castrum d’Annonay (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I n° 882).

471296 : le fief du castrum d’Annonay est explicitement exclu de la dot d’Alice de Viennois, future femme du comte de Forez (Chartes du Forez n° 1667).

481297 : testament de Guillaume de Montchal, chanoine de Vienne, habitant dans l’enclos du castrum d’Annonay (ADA 1 Mi 150).

491322 : acte passé à Annonay, infra curtinam et fortalicium castri Annoniaci (ADI 1 G 21).

501349 : Charles, duc de Normandie et dauphin de Viennois, reconnaît tenir en fief de l’Église de Lyon les castra d’Annonay et d’Argental (Cartulaire des fiefs de l’Église de Lyon n° 55).

  • 1 Celle-ci s’élevait sur l’actuelle Place de la Liberté.

51Le château médiéval d’Annonay était établi, légèrement en amont du confluent de la Cance et de la Deûme, sur une hauteur dominant l’ancienne église paroissiale Sainte-Marie (aujourd’hui détruite1) et le carrefour routier qui s’articulait à proximité de celle-ci. Le site d’Annonay, implanté dans un contexte de dense occupation antique (Dupraz, Fraisse 2001 p. 198-199), accueille durant le haut Moyen Âge le chef-lieu d’une viguerie, mentionnée à de très nombreuses reprises du IXe au XIe siècle. Par ailleurs, l’église Sainte-Marie est le siège d’un archiprêtré attesté dès les premières années du IXe siècle (Laffont 1998a, t. I, p. 94-96). Dès avant 1123, cette église devient un des plus importants prieurés de l’ordre de Saint-Ruf dans le diocèse de Vienne (Bullaire du pape Calixte II n° 402).

52Quelques cartes postales du début du XXe siècle (ADA 6 Fi 10) permettent d’avoir une idée sommaire de l’architecture du château d’Annonay avant sa destruction définitive après l’incendie de 1894. L’élément le plus ancien paraît être un gros bâtiment rectangulaire ; une seconde construction a été bâtie en appui contre celui-ci. De ce dernier ensemble émerge les vestiges d’une haute tour quadrangulaire percée de trois niveaux d’arcatures. Les derniers vestiges aujourd’hui conservés du château d’Annonay, dans le parc du collège Notre-Dame, semblent correspondre à la base de cette tour. On distingue encore sur les photographies anciennes un imposant mur de terrasse se développant en contrebas de la plate-forme portant le château ; il correspond assurément à une enceinte. Une tour circulaire cantonne celle-ci. Donner une datation à ces constructions au vu de ces seules photographies est extrêmement difficile. L’ensemble appartenait sans doute bien à la seconde moitié du Moyen Âge, mais a été sans doute très remanié ultérieurement, notamment par le percement de nombreuses ouvertures.

  • 2 Saint-Rustique, Saint-Jean, Saint-Michel, Saint-Denis, etc., cf. notamment Codex ordinis Sancti Ruf (...)
  • 3 À propos de l’importance d’Annonay dans la hiérarchie des villes vivaroises à la fin du Moyen Âge, (...)

53Le quartier de Bourgville, sur les pentes que dominait le château, correspond à l’emprise du bourg castral médiéval. Celui-ci était enclos d’un rempart ; une porte est encore conservée, bien que sans doute largement remaniée après le Moyen Âge. Une autre enceinte - qui sera encore étendue ensuite - est venue, à la fin du XIVe siècle, englober dans un seul ensemble le bourg castral et l’habitat qui s’était développé à proximité de l’église Sainte-Marie (Chomel 1987 et 1993). À la fin du XIIIe siècle, Annonay est une des plus importantes villes du Vivarais : outre l’église priorale Sainte-Marie et diverses autres églises2 (sans doute fondées durant le haut Moyen Âge pour certaines), elle compte un couvent de Franciscains, un couvent de Clarisses, un hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem et un de l’ordre de Saint-Antoine. La ville, sur les confins du Forez, du Lyonnais, du Velay et du Dauphiné, bénéficie d’une activité économique importante, qui en fait le pôle d’attraction principal du Haut-Vivarais non rhodanien à la fin du Moyen Âge3.

54Bibliographie :
Brechon 2000 ; Chomel 1987 et 1993 ; Filhol 1880-1882 ; Laffont 1998a, t. I ; Mazon 1901b ; Mémoires historiques sur le Vivarais 1873.

ANTRAIGUES

55département : Ardèche ; canton : Antraigues ; commune : Antraigues ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 460 m

Antraigues - Le donjon du XIIe siècle réutilisé dans l’église du XIXe siècle (ADA 6 Fi 11/9).

Antraigues - Le donjon du XIIe siècle réutilisé dans l’église du XIXe siècle (ADA 6 Fi 11/9).

561086-1136 : relevé des revenus dus à l’abbaye de Saint-Chaffre par le prieuré d’Antraigues (Cartulaire de Saint-Chaffre nos XXXVII, XXXIX).

571187-1190 : R[ ?]. d’Antraigues, chanoine de la collégiale de Charay (Cartulaire de Bonnefoy n° 16). 1200 : Arbert de Jaujac donne aux Templiers de Jalès tout ce qu’il possède dans le manse de Cupiacs situé dans le mandement d’Antraigues (ADBdR 56 H 5226).

581229 : le comte de Valentinois, Aymar II de Poitiers, reconnaît tenir en fief rendable de Bermond, évêque de Viviers, le château et le mandement d’Antraigues avec toutes les munitiones et tout ce que l’on tient de lui dans ce même château et mandement (Mazon 1904 p. 57-59).

591278 (v-s) : Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, et Pons de Montlaur passent un accord, par voie d’arbitrage, au sujet du fief du castrum d’Antraigues. Les arbitres, après avoir consulté un grand nombre de témoins, décident que Pons de Montlaur et ses successeurs tiendront le castrum de Interaquis en fief du comte de Valentinois, la route qui traverse le mandement d’Antraigues restant au comte (ADI B 3537).

Antraigues - Plan d’ensemble du castrum à partir du plan cadastral de 1845.

Antraigues - Plan d’ensemble du castrum à partir du plan cadastral de 1845.

601288 : Brusul Cardinal, de Solignac, rend hommage à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, pour le fief du Pont dans le mandement d’Antraigues, que Raymond d’Antraigues, son beau-père, avait acquis de Rostaing d’Ucel (ADI 2632).

611290 : Godefroy de Cayres rend hommage à Pons de Montlaur pour divers fiefs dont le manse du Bouchet dans le mandement d’Antraigues (Hillaire 1954 p. 93).

62Le castrum d’Antraigues occupe un éperon rocheux dominant, comme le suggère le toponyme, le confluent de deux ruisseaux : la Volane et le ruisseau du Mas.

63Deux entités bien distinctes constituent aujourd’hui le château d’Antraigues. Il s’agit tout d’abord d’un haut donjon quadrangulaire, remarquablement bien conservé car réutilisé au XIXe siècle comme clocher de la nouvelle église (qui ne reprend pas l’emplacement de l’église médiévale). L’accès à cette tour, qui ne présente que de rares ouvertures, se fait au premier étage ; à l’exception d’une voûte, tous les étages étaient sur plancher. Ce donjon présente toutes les caractéristiques d’une construction du XIIe siècle. Hormis cette tour, il ne subsiste rien du château primitif d’Antraigues, en revanche, à proximité même de l’église et du donjon, se dresse un gros bâtiment compact de la fin du Moyen Âge (actuelle mairie), qui est le second château d’Antraigues. Cette construction est dans en marge de la basse-cour grossièrement ovoïde qui s’étendait sous le premier château.

64Dans cette basse-cour s’est développé un habitat à l’origine du village actuel. Le bourg castral était entouré d’une enceinte, très lisible sur le plan cadastral du début du XIXe siècle, mais dont il ne subsiste plus aujourd’hui que quelques vestiges réemployés dans des maisons du village. Diverses constructions de la fin du Moyen Âge, ou tout au moins possédant des éléments (portes, fenêtres) appartenant à la fin du Moyen Âge ou au XVIe siècle, sont encore visibles dans l’emprise du bourg. Au centre de celui-ci, s’élevait l’ancienne église Saint-Baudile, totalement détruite au XIXe siècle. Cette église, attestée dès la fin du XIe siècle ou le début du XIIe siècle, relevait de l’abbaye vellave de Saint-Chaffre du Monastier (Laffont 1998c).

65Bibliographie :
Montravel 1899a.

APS

66département : Ardèche ; canton : Viviers ; commune : Alba-la-Romaine ; toponyme actuel : « Alba » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 210 m ; protection Monuments Historiques : inscription (château)

671170 : Géraud d’Ucel cède à Jocerand de Saint-Romain à titre provisoire, en raison d’une dette de 152 marcs d’argent, tout ce qu’il a dans le castrum d’Allier et dans les paroisses de Berzème et de Saint-Martin. Parmi les témoins figure G. d’Alps (ADI B 3517).

681202 : l’abbé de Mazan passe un accord à propos des pâturages d’Aps avec Pons de Douchanet et sa mère, qualifiée de domina d’Aps et d’Aubignas (Opuscula varia p. 560).

691240 : donation par Guillaume de La Tour à Pons de Douchanet, seigneur d’Aps, de la 6e partie du château de La Roche d’Aps (ADA 2 E 2195 bis f° 711 v°).

701250 : Pons de Douchanet rend hommage à l’évêque de Viviers pour Aps (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 127).

711253 : Baudoin d’Ucel, Pons Bardofis, Bertrand de Rochessauve, Silvion de Saint-Pons et Etienne Armand reconnaissent tenir, en fief franc et noble, de Pons de Douchanet tout ce qu’ils ont dans les castra et mandements d’Aps, Aubignas et Sceautres (ADA 2 E 2195 bis f° 669 r°-v°).

721267 : Pons de Douchanet se met sous la sauvegarde royale pour tous ses biens dans le diocèse de Viviers, dont Aps (ADA 2 E 2195 bis f° 670 v°).

731281 : Pons de Douchanet accorde une charte de franchises aux habitants du castrum d’Aps. Charte confirmée en 1290 par sa femme Gaufrida (Arnaud 1974 p. 37-47).

Aps - Vue aérienne du château et du bourg castral dans les années 1980.

Aps - Vue aérienne du château et du bourg castral dans les années 1980.

Phototype Inventaire Général/M. Heller © A.D.A.G.P. 1985.

741283 : hommage de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan, à Aymar de Poitiers pour le château d’Ajoux. Confirmation de son épouse, héritière de son oncle Pons de Douchanet, seigneur d’Aps (ADI B 2632).

751291 : Hugues de Montauroux reconnaît tenir de Gaudefrida, domina d’Aps, et de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et d’Aps, mari de Blonde, nièce et héritière de noble Pons de Douchanet, 12 deniers viennois de cens prélevés dans la paroisse de Saint-Maurice (ADA 2 E 2195 bis f° 684 r°).

761296 : le prieur de Saint-Pons reconnaît tenir en fief franc de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et d’Aps, recevant l’hommage en son nom et au nom de sa femme Blonde de Douchanet, domina d’Aps, une pièce de terre joignant la grange de Saint-Pons (ADA 2 E 2195 bis fi 671 v°-672 r°).

771319 : Pons de Mirabel, coseigneur de Mirabel, et son fils Pierre, reconnaissent tenir en fief franc et noble de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et de la baronnie d’Aps, le tènement de Saint-Nazaire-en-Coiron (ADA 2 E 2195 bis f° 685 r°).

Aps - Plan du castrum et de son évolution à partir du plan cadastral de 1811.

Aps - Plan du castrum et de son évolution à partir du plan cadastral de 1811.

78Le castrum d’Aps occupe une éminence basaltique se dressant sur la rive droite de l’Escoutay. Le château et son bourg dominent la cité antique d’Alba, cité du peuple des Helviens abandonnée au Ve siècle au profit de Viviers et dont les vestiges s’étendent dans un vaste bassin sédimentaire sur la rive gauche de l’Escoutay.

79Au-delà de la topographie, il est très difficile de mettre en évidence les vestiges du château médiéval d’Aps et a fortiori du château des XIIe-XIIIe siècles. Il semble néanmoins que le château construit dans les années 1610-1620 par Georges de La Baume de Suze (alors comte d’Aps), remanié ensuite au XIXe et au XXe siècles, ait fossilisé d’importants éléments antérieurs. Seule une étude fine en archéologie des élévations permettrait un phasage chronologique plus précis de l’édifice que nous avons aujourd’hui sous les yeux.

80À l’ouest et au sud de l’affleurement rocheux supportant le château s’est développé, en croissant de lune, un bourg castral qui a connu deux extensions successives. L’actuelle « Grande Rue » pourrait marquer la limite du premier noyau d’habitat, de taille modeste et implanté au contact même du château dans la basse-cour de celui-ci. La croissance économique et démographique des XIIe et XIIIe siècles ayant amené l’habitat à s’étendre hors des limites de la première enceinte, une seconde enceinte est donc construite, sans doute dans la seconde moitié du XIVe siècle dans le contexte de la Guerre de Cent Ans. Le plan cadastral de 1811 nous restitue parfaitement le tracé de cette dernière enceinte, par ailleurs encore souvent bien conservée aujourd’hui. Les courtines étaient cantonnées d’au moins trois tours circulaires (deux au nord-ouest et une à l’ouest) et percées de quatre portes. Il semble enfin qu’un fossé ait précédé les remparts.

81Jusqu’au XVIe siècle, le castrum d’Aps ne va posséder qu’une simple chapelle dédiée à Saint-André, les habitants du terroir et du castrum d’Aps relevant des églises paroissiales Saint-Pierre et Saint-Martin, toutes deux situées hors du castrum dans la plaine. Le site de Saint-Pierre, implanté dans le quartier ouest de la ville gallo-romaine, pourrait correspondre au groupe cathédral de la cité épiscopale d’Alba avant son transfert à Viviers vers 475. Deux églises paléochrétiennes ont été découvertes, en fouille, sous la chapelle romane. Jusqu’en 1281, Saint-Pierre relève des chanoines de Saint-Médard au diocèse de Die ; elle est ensuite rattachée à l’ordre de Saint-Ruf (ADI B 3537). Saint-Martin d’Aps relève, quant à elle, de l’abbaye de Cluny (ADA 1 Mi 18). Au XVIe siècle, après la ruine de Saint-Pierre et de Saint-Martin, leurs droits paroissiaux sont transférés à la chapelle Saint-André du castrum. Devenue paroissiale, l’église Saint-André est transférée de son emplacement originel dans le premier noyau d’habitat vers l’angle sud-ouest du rempart de la fin du Moyen Âge.

82Bibliographie :
Bailly-Maître 1985 ; Chalabi 1989 p. 125 sq ; Charay 1965 ; Delarbre 1958 ; Dupraz, Fraisse, 2001 ; Esquieu 1970 et 1995 ; Riou 2002 p. 14-23.

ARGENTAL

83département : Loire ; canton : Bourg-Argental ; commune : Bourg-Argental ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 690 m

Argental - Au centre, le château de la fin du Moyen Âge, le bourg castral et l’église Saint-Georges.

Argental - Au centre, le château de la fin du Moyen Âge, le bourg castral et l’église Saint-Georges.

841061 : Artaud d’Argental donne à l’abbaye de la Chaise-Dieu l’église de Saint-Sauveur-en-Rue, dans le diocèse de Vienne, afin qu’il y soit fondé un prieuré. Il place sous la dépendance de cette abbaye diverses églises proches dont celle du castellum d’Argental (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° I).

851190 : Guigue Pagan, seigneur d’Argental, confirme les donations faites au prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue par son ancêtre Artaud d’Argental dans tout le territorium du castrum d’Argental (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° XCVII).

861226 : Pierre de Senoil vend au prieur de Saint-Sauveuren-Rue tous les terres, cens, revenus et droits qu’il possède dans les mandements de Montchal et d’Argental (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° CII).

871230 (v-s) : le dauphin André, comte de Vienne et d’Albon, reprend en fief franc de l’archevêque et de l’Église de Lyon les castra d’Argental et d’Annonay, à la condition qu’ils ne pourront être séparés du comté d’Albon (Cartulaire des fiefs de l’Église de Lyon n° 55).

881261 (v-s)-1266 (v-s) : conflit opposant l’Église de Lyon et le dauphin Guigue VII à propos notamment des castra d’Argental et d’Annonay (Regeste Dauphinois, t. II, n os 9826, 9919, 10383, 10406 et Cartulaire lyonnais, t. II, n° 604).

891267 : le pape Clément IV prend sous sa protection le prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue et confirme ses possessions dont les églises du castrum et du bourg d’Argental (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° CLXVII).

901275 (v-s) : Guigue Pagan jure pour lui et ses successeurs de ne pas lever au-delà de 6 ans le droit de vingtain qui lui a été donné à sa demande par Artaud, prieur de Saint-Sauveur-en-Rue, les vavasseurs des castra et des mandements d’Argental et de La Faye et Guillaume de Lignon, custode de l’Église de Lyon, tant pour son usage personnel que pour l’enceinte des châteaux d’Argental et de La Faye. Acte passé dans l’église du castrum d’Argental (Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° CLXXVIII).

911293 (v-s) : Guigue Pagan, seigneur d’Argental et de La Faye, remet au dauphin Humbert Ier, dont il se reconnaît le vassal et l’homme lige, ses châteaux d’Argental et de La Faye avec leurs mandements (ADI B 3896).

921296 : mariage d’Alice, fille du dauphin de Viennois, Humbert, avec Jean, comte de Forez. Le dauphin donne notamment pour la dot de sa fille les fiefs et hommages des castra d’Argental et de La Faye tenus par Jacquemet de Jarez et sa femme [Béatrice d’Argental, fille et héritière de Guigue Pagan V] (Chartes du Forez nos 1664, 1665, 1666).

931296 : mention du moulin d’Argental et du péage d’Argental (Chartes du Forez n° 886).

941325-1326 : le castrum d’Argental apparaît dans la liste des castra possédés par le dauphin sur la rive droite du Rhône (Regeste Dauphinois, t. IV, n° 22820).

951338 : l’archevêque de Lyon, Guillaume de Sure, reçoit l’hommage du dauphin Humbert II pour Annonay et Argental (Galland 1994 p. 226).

961349 : Charles, duc de Normandie et dauphin de Viennois, reconnaît tenir en fief de l’Église de Lyon divers châteaux dont Annonay et Argental (Cartulaire des fiefs de l’Église de Lyon n° 55).

97Le castrum d’Argental occupe l’extrémité d’un éperon rocheux dominant un méandre du ruisseau du même nom, à environ 2 km au nord-ouest de Bourg-Argental.

98Le château se compose de deux parties distinctes : un premier ensemble, des XVe et XVIe siècles, bâti à proximité de l’église, et un second ensemble, très ruiné, établi à l’extrémité de l’éperon rocheux et correspondant au château primitif. Ce dernier groupe de constructions comprend, sur le point le plus haut du site, les vestiges d’un donjon quadrangulaire (XIIe siècle ?) bâti en petit appareil irrégulier de granit. Avec ce donjon fonctionne peut-être une chemise maçonnée, aujourd’hui englobée dans des murs de terrasse. Le château du bas Moyen Âge est composé d’un grand bâtiment rectangulaire comportant, au rez-de-chaussée, quatre salles voûtées présentant des traces de cheminées, des latrines, plusieurs grandes baies et un escalier à vis. Le bâtiment comportait deux autres étages totalement ruinés. À l’angle sud-est, on remarque les vestiges d’une échauguette très arasée. Le tout a récemment fait l’objet de nombreux travaux de déblaiement et de restauration.

  • 4 Dans les années 1250-1260, Pierre de Montregard est curé d’Argental, Cartulaire de Saint-Sauveur-en (...)
  • 5 En 1240 (v-s), un acte est passé dans le castrum d’Argental dans la maison de Guigue Boset, Cartula (...)

99À proximité du château de la fin du Moyen Âge se dresse l’ancienne église du castrum, dédiée à Saint-Georges. Attestée dès 1061, elle est encore partiellement médiévale dans ses élévations. Saint-Georges d’Argental n’est pas une simple chapelle : elle est désignée sous le terme d’ecclesia dès le XIe siècle et au XIIIe siècle elle est desservie par un curé4. Un habitat, apparemment non enclos, s’est développé sur les pentes sud de l’éperon supportant le château5.

ARLEMPDES

100département : Haute-Loire ; canton : Pradelles ; commune : Arlempdes ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 830 m ; protection Monuments Historiques : classement (église paroissiale Saint-Pierre), inscription (château, porte du bourg castral)

101Vers 1188 : Pons de Montlaur, dans un acte passé à Arlempdes, donne à la chartreuse de Bonnefoy tous ses droits à l’intérieur des limites de la chartreuse (Cartulaire de Bonnefoy n° 23).

1021244 : Héracle de Montlaur donne à la chartreuse de Bonnefoy une certaine quantité de grain à prendre sur son grenier du château d’Arlempdes (ADA 4 H 10 f i 7 et 29).

1031248 : Héracle de Montlaur envoie ses fils rendre hommage au roi pour les châteaux de Burzet et d’Aizac. Acte passé à Arlempdes (Layettes du Trésor des Chartes, t. III, n° 3703).

1041267 : le castrum d’Arlempdes figure dans les possessions de l’Église du Puy confirmées par le pape Clément IV (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

1051269 : hommage d’Héracle de Montlaur à l’évêque du Puy pour le château et le mandement d’Arlempdes. Hommage renouvelé par lui et ses successeurs en 1274, 1277, 1309, 1328 (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 4 et 335 ; BMP, Ms 105 p. 232).

Arlempdes - Le château et la chapelle Saint-Jacques, le bourg castral et l’église Saint-Pierre (au premier plan).

Arlempdes - Le château et la chapelle Saint-Jacques, le bourg castral et l’église Saint-Pierre (au premier plan).

1061281 : Pons de Montlaur vend à Pierre de Montarcher, prieur de Saint-Paul-de-Tartas, le fief de Tartas. L’acte est passé dans le cimetière d’Arlempdes (ADHL 1 H 302 n° 8).

1071312 : Pons de Veyrassac est bayle des châteaux d’Arlempdes, Châteauneuf, Mayres, Montpezat et Ucel pour Guy de Montlaur (ADA 3 H 1 fi 16 r°-25 v°).

1081332 : transaction entre Pons de Montlaur et Humbert de Burzet, passée in quadam camera apud Arlempdum infra hospitium predicti domini Montislauri (ADLC F 117).

109Le château d’Arlempdes est un vaste et complexe ensemble castral dominant, sur un énorme rocher basaltique haut d’une centaine de mètres, une boucle de la Loire. Les vestiges visibles appartiennent pour l’essentiel au dernier siècle du Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne. Les travaux du XVe et du XVIe siècles ainsi que les nombreuses restaurations contemporaines rendent très difficiles la perception de l’état premier du site.

110Le plan du château, qui s’étend sur une surface d’environ un hectare, est tout à fait irrégulier. Il a été conditionné par la forme du rocher sur lequel il est assis. Le château est divisé en deux parties distinctes séparées par un mur aujourd’hui arasé et un léger dénivelé. Au centre de cet ensemble s’élèvent les vestiges d’un petit donjon circulaire. Celui-ci apparaît comme un des éléments les plus anciens du château. Il mesure environ 5,60 m hors œuvre pour une épaisseur de mur d’environ 1 m et une surface intérieure de 15,90 m 2. Il n’est conservé que sur quelques mètres de hauteur, toute la partie supérieure ayant été arasée puis partiellement remontée à une date tout à fait récente. Une basse-fosse, aveugle à l’origine, et un niveau d’étage sont, actuellement, seuls conservés. L’accès se faisait au premier étage au sud. Les piédroits et le seuil, appareillés en scories volcaniques rouges, d’une porte surmontée d’un arc en plein cintre sont encore en place. Dans son ensemble, ce donjon, qui ne présente aucun élément de confort, apparaît malgré ses voûtes (dont la chronologie reste à déterminer) comme une construction très fruste, absolument non logeable. Il est à dater vraisemblablement du premier tiers du XIIIe siècle. Il a donc pu être précédé d’un donjon quadrangulaire, dont Christian Corvisier voit des traces dans le bâtiment, situé immédiatement à l’ouest de la chapelle, qui abrite depuis le XVIe siècle des cuisines. Ce bâtiment ayant été extrêmement remanié, il n’est pas possible d’être très affirmatif quant à son ancienneté et à sa fonction première, bien que sa situation topographique, sur l’un des points les plus hauts du site et à proximité de la chapelle romane, plaide en faveur d’une telle hypothèse. On aurait ainsi un premier ensemble castral autour de la chapelle et d’un donjon quadrangulaire puis la construction, dans un second temps, d’un donjon circulaire venant remplacer ou compléter, selon un schéma connu par ailleurs (Fournier 1978 p. 96-97), le donjon préexistant.

111Au sud-ouest du donjon circulaire s’étend un vaste terre-plein rectangulaire enclos, légèrement surélevé et libre en apparence de toute construction. Toutefois, le mur pignon d’un bâtiment antérieur semble avoir été intégré dans la tour semi-circulaire de l’angle sud-ouest lors de la construction des courtines et des sondages réalisés en 1992 auraient révélé l’existence d’un bâtiment adossé au mur ouest. Christian Corvisier date la construction des courtines de ce secteur des années 1200. Cela nous paraît très précoce, eu égard au petit module des châteaux que l’on construit dans la région à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. En outre, ce secteur paraît être à l’extérieur de l’enceinte supposée du XIIIe siècle. Les nombreuses restaurations des tours et des courtines occidentales au XVIe et au XXe siècles ont fait disparaître les éléments datants, mais ce type de grande basse-cour refuge évoque plutôt la fin du XIVe siècle et les travaux de la Guerre de Cent Ans.

112La chapelle d’Arlempdes, qui semble romane, est un bâtiment de très petite taille (7,80 m x 4,50 m hors œuvre) bâti en moyen appareil régulier de scories volcaniques rouges, orienté, à nef unique et abside circulaire ; elle est dédiée à Saint-Jacques. Les cinq bâtiments qui accompagnent la chapelle à l’est sont des bâtiments à vocation résidentielle ; ils sont, pour l’essentiel, construits ou parfois reconstruits à la fin du XVe et au XVIe siècles. Mais au nord-est, l’étude du rempart et de la tour circulaire qui le flanque montre que ceux-ci ont connu deux phases : la première pouvant fonctionner avec le château primitif. Il subsiste de même des traces ténues du retour à l’ouest et à l’est de cette courtine primitive. Il faut encore noter la présence d’une citerne, appartenant probablement à un état ancien du château.

113Globalement, si l’on veut restituer l’état du château d’Arlempdes au XIIIe siècle, il faut imaginer un site beaucoup plus réduit en surface que le château actuel, seule la plate-forme nord étant occupée. Le château possède alors deux donjons, un quadrangulaire et un circulaire, plus tardif, et une chapelle. L’ensemble est protégé par une enceinte polygonale suivant approximativement le contour du rocher et enserrant sans doute quelques bâtiments à vocation résidentielle ou utilitaire.

114Un important bourg castral s’est développé au sud-est, au pied de l’affleurement basaltique supportant le château. Ce bourg est encore partiellement enclos dans une enceinte, certainement de la fin du XIVe siècle. Il possède une église paroissiale, médiévale dans ses élévations, dédiée à Saint-Pierre. Dans son testament, passé en 1272 à Montpellier, Pons de Montlaur fait un legs pieux à l’église d’Arlempdes et, en 1345, c’est Guy de Montlaur qui fait une donation, dans son testament, à l’ecclesia parrochiali castri de Arlempdio (Testament de Pons de Montlaur p. 219 ; Vogüé 1914 p. 6-14). On notera enfin la présence de deux sarcophages médiévaux monolithes avec encoche céphalique, réutilisés comme bacs à fleurs devant l’église.

115Bibliographie :
Corvisier 1996 ; Eydoux 1976 ; Gaime 1994.

ARRAS

116département : Ardèche ; canton : Tournon-sur-Rhône ; commune : Arras-sur-Rhône ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 200 m ; protection Monuments Historiques : inscription (donjon)

1171160 : Guillaume d’Arras est conseiller et médiateur dans un conflit opposant les chanoines de Romans et plusieurs de leurs voisins (Essai historique sur l’abbaye de Saint-Barnard, t. I/2, n° 304).

Arras - Le donjon circulaire du XIIIe siècle et les autres vestiges du château (chemise, aula...) vers 1927 (Monum’MH 60518).

Arras - Le donjon circulaire du XIIIe siècle et les autres vestiges du château (chemise, aula...) vers 1927 (Monum’MH 60518).

Arch. Phot. © CMN, Paris.

1181188 : Guillaume d’Arras figure parmi les témoins d’une transaction entre les chanoines de Saint-Ruf de Valence et Guillaume de Beaudiner (Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° LXIV).

1191191 : Guillaume d’Arras accepte de se constituer otage avec d’autres chevaliers du château de Clérieux pour Guillaume de Clérieux (Regeste Dauphinois, t. I, n° 5212).

1201223 : Jocerand d’Arras est témoin de l’exemption accordée par Guigue de Tournon au prieur de Saint-Vallier (AN H2960).

1211266 : Silvion d’Arras donne au dauphin de Viennois domum meam munitionis de Erasio sitam in dicto castro de Erasio et pedagium meum de Erasio et, plus généralement, tout ce qu’il possède dans le castrum et le mandement d’Arras. Il reprend le tout en fief. Pour cette cession, Silvion d’Arras reçoit 100 livres viennoises (ADI B 3021).

1221285 : Silvion d’Arras vend à ses deux gendres mariés à ses filles, Alysia et Philippa, son péage d’Arras pour 100 livres (AN H2960).

1231287 : Silvion d’Arras et sa femme Béatrice lèguent à Jocerand d’Arras, leur fils, tous leurs biens et droits quels qu’ils soient dans les castrum, mandamentum, districtus et juridictio d’Arras et de Serves, afin qu’ils lui appartiennent en pleine propriété. Acte passé à Arras in camera turris (ADA 1 J 3 n° 11).

1241296 : lors du mariage d’Alice, fille du dauphin Humbert, avec Jean, comte de Forez, Jocerand d’Arras est caution, en compagnie d’autres nobles du Viennois de rive droite, du dauphin pour la dot qu’il attribue à sa fille, et dont fait partie la moitié du castrum de Herasio (Chartes du Forez nos 1664, 1665, 1666).

1251323 : Ponchon d’Arras, seigneur de Ceintres, avoue à Bertrand de la Roue, lieutenant du comte de Forez, sa maison d’Arras et la moitié du castrum et mandement d’Arras (Chartes du Forez n° 1665 note n° 9).

126Les vestiges du château d’Arras occupent le point culminant d’un éperon rocheux orienté est-ouest dominant le Rhône et le débouché de la vallée de l’Ozon, petit affluent du Rhône. Le site est établi en surplomb d’un secteur densément occupé dans l’Antiquité, comme toute la vallée du Rhône.

127Le château s’est organisé autour d’un haut donjon circulaire, encore remarquablement bien conservé. Bâti en moellons de granit, il mesure près d’une vingtaine de mètres de hauteur, pour un diamètre extérieur de 6,10 m et une épaisseur de mur de 1,80 m au premier niveau. La tour conserve dans sa partie sommitale des vestiges importants de crénelage. Celui-ci n’appartient pas à l’état premier du bâtiment mais correspond à une reprise générale de ses élévations supérieures qui explique, par ailleurs, l’aspect curieusement renflé de la tour. L’accès à celle-ci se fait au premier étage ; les étages sont voûtés en coupole avec un orifice central pour permettre la circulation par un système d’échelle de bois. Il est aujourd’hui impossible, sans moyens techniques spécifiques, d’accéder aux étages supérieurs du donjon. Celui-ci ne présente que très peu d’ouvertures ; seules quelques étroites fentes de jour ou meurtrières ont été ménagées. La morphologie générale de ce bâtiment permet de placer sa construction dans le premier tiers du XIIIe siècle.

  • 6 Selon Nicod 1905, p. 600-601, repris par d’autres auteurs postérieurs, il y aurait eu deux tours à (...)

128Le donjon était accompagné d’une chemise, dont subsiste un pan à l’ouest. Cette enceinte réduite est difficile à distinguer aujourd’hui ; elle apparaît beaucoup plus nettement sur les photographies anciennes du site (ADA 6 Fi 15/2 à 15/7). Plusieurs bâtiments quadrangulaires, encore très nets au début du XXe siècle, sont associés à la tour6.

129Le château possédait un bourg castral, apparemment non enclos, étagé sur les pentes qui se développent à l’est au pied de la tour, sur le coteau dominant la vallée du Rhône. Il n’en subsiste actuellement que des pans de murs très arasés mais des ruines sont encore bien visibles sur les photographies du début du XXe siècle. L’église paroissiale d’Arras, dédiée à Saint-Maurice et sans doute fondée durant le haut Moyen Âge, est établie au nord du château, au-delà de l’Ozon, au pied du coteau. Elle était donc, au Moyen Âge, hors du castrum ; ce dernier ne semblant pas avoir possédé de lieu de culte.

130Bibliographie :
Châteaux médiévaux en Rhône-Alpes 1990 ; Nicod 1905.

ASPERJOC

131département : Ardèche ; canton : Antraigues ; commune : Asperjoc ; toponyme actuel : « L’Aulagnet Bas » ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 415 m

Asperjoc - La rocca et les vestiges du château.

Asperjoc - La rocca et les vestiges du château.

1321291 (v-s) : testament de Pierre, seigneur de Lagorce. Acte passé dans le castrum d’Asperjoc (ADAv E 498).

1331292 : « Hommage rendu à l’évêque de Viviers par noble Godefroy de Cayres pour le château d’Esperjots (Asperjoc ?) » (Destruction des archives ecclésiastiques du Vivarais p. 94).

1341320 (v-s) : Guillaume de Randon, seigneur de Luc, vend à Guigue, seigneur de Roche et de Posquières, l’hommage du seigneur d’Asperjoc (Titres de la maison ducale de Bourbon n° 1584).

135Le château d’Asperjoc occupe l’extrémité d’un éperon rocheux, orienté est-ouest, dominant la vallée étroite et encaissée de la Besorgues à quelques kilomètres au nord du confluent de celle-ci avec la Volane, affluent de l’Ardèche.

136Le château, très ruiné, occupe le point le plus élevé de l’éperon. On y reconnaît principalement, parmi de nombreux pierriers, les vestiges d’un bâtiment rectangulaire. Celui-ci est entouré d’une enceinte maçonnée qui ceinture la plate-forme. Immédiatement en contrebas de cette dernière, à l’est, s’étend une petite basse-cour, enclose par un mur en pierres sèches très bien appareillé. Au-delà de cette basse-cour, un fossé taillé dans le substrat barre l’éperon et sépare celui-ci du reste du relief. En contrebas du château, à l’ouest, s’étend une seconde plate-forme, elle aussi entourée d’une enceinte de pierres sèches.

ASSEYNE

137département : Ardèche ; canton : Saint-Agrève ; commune : Saint-Agrève ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 950 m

1381230 : contrat de mariage entre Béatrice, fille de Guillaume, seigneur de Beaudiner, et Silvion, fils de Roger de Clérieux, seigneur de la Roche-de-Glun. Témoin : Garin de Seune (ADI B 3520).

1391250 : mention de la pararia de Rocos achetée par Pons de Chapteuil à ceux de Seuna et à leur mère (BML, Fonds général, Ms 5434).

1401257 : Jocerand de Bouzols reconnaît tenir en fief du comte de Valentinois la moitié du castrum, fortalicium et mandement de Saint-Agrève et specialiter medietatem varium rerum quæ quondam fuerunt militum et domicellorum de Senna (ADI B 3894).

1411261 : hommage prêté à Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, par Eustache de Lamastre de la moitié du castrum, fortalicium et burgum de Saint-Agrève, avec tous ses droits et dépendances et specialiter in toti quondam illorum de Sauna (ADI B 3894).

1421273 : Raymond d’Asseyne donne à la chapelle et à l’hôpital de Notre-Dame-de-Lestrat, à Saint-Agrève, et au recteur de la chapelle un pré situé près de la route et un bois appelé de La Siouta (ADA 52 J 113 f° 23).

143Le site d’Asseyne prend l’aspect d’une motte d’éperon grossièrement subcirculaire ménagée à l’extrémité d’un pointement granitique dominant à mi-pente, sur le versant nord, la vallée de l’Aygueneyre, affluent de l’Eyrieux. Au sud, à l’est et à l’ouest, le tertre offre des pentes très vives. Au nord, un fossé barre l’éperon. Le site présente toutes les caractéristiques topographiques d’un château du Xe ou du XIe siècle ; cependant, les indices archéologiques sont inexistants. Ni mur, ni aménagement rupestre ne sont identifiables sur le tertre, qui ne livre par ailleurs aucun matériel céramique en surface. À la fin du XIXe siècle toutefois, plusieurs maçonneries étaient visibles sur la butte rocheuse elle-même et sur divers niveaux de terrasses en contrebas vers le sud. La route en a fait disparaître une partie (Mazon 1901a p. 53-55).

144Le château d’Asseyne a sans doute précocement disparu au profit de celui voisin de Saint-Agrève, incomparablement mieux situé, et qui verra se développer dans la seconde moitié du Moyen Âge un important bourg castral.

145Bibliographie :
Mazon 1901a.

AUBENAS

146département : Ardèche ; canton : Aubenas ; commune : Aubenas ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude du site : env. 310 m ; protection Monuments Historiques : classement (château) ; inscription (église Saint-Laurent, maisons dans la ville)

1471164 : bulle du pape Alexandre III confirmant les droits et biens de l’Église du Puy dont Aubenas (Chroniques de Estienne Médicis p. 76-78).

1481170 : transaction entre Géraud d’Ucel et Jocerand de Saint-Romain. Témoin : A. d’Aubenas (ADI B 3517).

1491173 : Bertrand de Chazeaux vend à l’abbaye des Chambons une faysse de terre al Gleisal confrontant « l’estrade neuve qui va à Aubenas » (ADLZ 6 J 1 f° 23 r°).

1501185 : Artaud d’Aubenas, avec l’accord de ses fils et de Raymond de Juvinas, son père, vend à l’abbaye des Chambons une faysse de terre al Gleizal pour 80 sous (ADLZ 6 J 1 f° 23 v°).

1511188 : Etienne, bayle d’Ucel, vend à la chartreuse de Bonnefoy tous ses droits sur les terres de Rioufreit et des Usbauts. Il jure, à Aubenas, de respecter la transaction (Cartulaire de Bonnefoy n° 149).

1521196 : Guillaume Delprat vend à l’abbaye des Chambons une maison sise à Aubenas (ADLZ 6 J 1 f° 24 r°).

1531198 : accord entre Raymond, comte de Toulouse, d’une part, et Nicolas, évêque de Viviers, Aymar de Poitiers et Bermond d’Anduze, d’autre part, à propos des mines du bassin de Largentière. Acte passé à Aubenas (De rebus gestis episcoporum vivariensium p. 104-108).

1541209 : à la suite du meurtre de Pierre de Castelnau et de l’appel à la Croisade, le légat du pape convoque ung grand conselh al loc d’Albenas en Vivares, où se rendent notamment Raymond VI, comte de Toulouse, et le vicomte de Béziers (Charay 1950, t. I, P. -J. n° II).

Aubenas - Plan du castrum et de son évolution à partir du plan cadastral de 1833.

Aubenas - Plan du castrum et de son évolution à partir du plan cadastral de 1833.

1551215 (v-s) : vente par Guillaume Hugues de Pierregourde et sa femme Béatrice, fille de Guillaume du Béage, à Pierre de Mirabel de tout ce qu’ils possédaient dans les castra et mandements de Mirabel, Vals, Aubenas, Fabrias (ADA 13 J 21 n° 80).

1561217 : Honorius III confirme à l’abbaye de Mazan ses biens et droits, et notamment la maison de l’abbaye dans le castrum d’Aubenas (Gallia christiana, t. XVI, instr. col. 240-243).

1571226 : à Saint-Germain-en-Laye, Héracle de Montlaur rend hommage lige au roi de France et reconnaît tenir du comte de Toulouse les castra d’Aubenas, de Saint-Laurent et d’Ucel. Le mardi suivant, Héracle reçoit ces châteaux de l’évêque du Puy, il n’en fera hommage à personne d’autre. Plus tard, lors du siège d’Avignon, Héracle de Montlaur reçoit du roi ces castra et jure de les rendre à toute réquisition (Histoire généalogique de la maison d’Auvergne, t. II, p. 87).

1581230 : Etienne, évêque du Puy, fait savoir à tous que lui ou ses successeurs doivent recevoir pour le castrum d’Aubenas hommage et fidélité d’Alphonse de Poitiers, frère du roi et mari de Jeanne, fille de Raymond VII, comte de Toulouse, quand il sera majeur ou de celui qui sera comte de Toulouse à sa place (Gallia christiana, t. II, instr. col. 233).

1591233 : Héracle de Montlaur et Aymar de Poitiers, comte de Valentinois, jurent de s’aider mutuellement contre leurs ennemis. Acte passé dans le castrum d’Aubenas, ante portam capelle Sancti Petri (ADI B 2632).

1601248 (v-s) : charte de franchises accordée par Héracle de Montlaur aux habitants d’Aubenas. Mention de la place et du marché du castrum. Acte passé dans le castrum d’Aubenas (Charay 1950, t. I, P. -J. n° IX).

1611252 : Innocent IV autorise l’ordre de Saint-Antoine-en-Viennois à construire un oratorium et un cimetière pour l’usage des frères de l’ordre et des pèlerins près du castrum d’Aubenas (Registres d’Innocent IV, t. III, nos 5731 et 5732).

1621264 : donation par Pons de Montlaur à l’ordre des Frères Prêcheurs d’un lieu dans le castrum d’Aubenas pour y établir un couvent. Son frère Héracle de Montlaur et le bayle d’Aubenas approuvent cette donation (ADA 17 H 1 p. 1-5).

1631267 : Clément IV confirme les biens et privilèges de l’Église du Puy énumérés dans la bulle d’Alexandre III de 1164 dont le castrum d’Aubenas (Chroniques de Estienne Médicis p. 79-82).

1641274 : hommage d’Héracle de Montlaur à l’évêque du Puy pour les « ville, tour et château d’Aubenas ». Hommage renouvelé par les seigneurs d’Aubenas en 1277, 1309, 1328 (Répertoire général des hommages de l’évêché du Puy p. 24, 25, 335).

Aubenas - Le donjon du « château neuf » (fin du XIIIe ou début du XIVe siècle).

Aubenas - Le donjon du « château neuf » (fin du XIIIe ou début du XIVe siècle).

165Sur les premiers contreforts des Cévennes méridionales, le castrum d’Aubenas surplombe immédiatement la moyenne vallée de l’Ardèche, dans un secteur densément peuplé durant l’Antiquité et le haut Moyen Âge.

166Ce castrum est caractérisé par la présence, à très peu de distance l’un de l’autre (moins d’une centaine de mètres), d’un « château neuf » et d’un « château vieux ». C’est bien évidemment ce dernier qui est à l’origine de la ville d’Aubenas, qui est un exemple caractéristique de bourg issu d’un processus d’incastellamento. Le château et le bourg primitifs d’Aubenas se trouvaient légèrement au nord-ouest de l’imposant château de la fin du Moyen Âge et de l’Époque Moderne qui abrite actuellement la mairie. De ce premier château ne subsistent qu’un toponyme (la « Rue de Châteauvieux »), une anomalie parcellaire très caractéristique ainsi, peut-être, qu’une porte monumentale. Le bourg primitif, qui s’est développé en croissant de lune autour du château, était entouré d’une enceinte dont le tracé est encore aisément repérable sur le plan cadastral du début du XIXe siècle.

167Le premier castrum d’Aubenas possédait comme lieu de culte une chapelle dédiée à Saint-Pierre. Celle-ci a totalement disparu, mais dans le compoix de 1660 figure encore une « rue de Saint-Pierre-de-Barris » qui permet de la localiser (Charay 1950, t. II, p. 10). Jusque dans les dernières décennies du XIIIe siècle, les habitants du castrum d’Aubenas relèvent uniquement d’églises paroissiales d’origine altimédiévale (Sainte-Marie-du-Plan ou Saint-Pierre-le-Vieux) implantées hors des murs de la ville, dans la plaine. Dans les années 1270-1280, une nouvelle église paroissiale (qui ne supplante toutefois pas les précédentes) est fondée à la suite de la remise au chapitre cathédral de Viviers de la chapelle Saint-Dominique du premier couvent des Dominicains. À la fin du XIVe siècle, le vocable de cette église, qui sera longtemps desservie par le curé de Saint-Etienne-de-Fontbellon, devient Saint-Laurent.

168Bénéficiant du passage d’une route d’intérêt majeur - la route joignant Viviers au Puy - le castrum primitif d’Aubenas a vu se développer rapidement de nombreux faubourgs. Au XIIIe siècle, une vaste enceinte vient enclore cette première extension urbaine, qui reste toutefois encore centrée sur le « château vieux ». Puis l’expansion continue de la ville (à la fin du XIIIe siècle, Aubenas est, avec Annonay, une des deux principales villes du Vivarais) ainsi que le développement d’une seconde extension urbaine vers le sud-est amènent l’abandon, sans doute au tournant des XIIIe et XIVe siècles, du château originel au profit d’un nouveau château - le « château neuf » - bâti à une centaine de mètres du premier, mais en dehors de l’enceinte urbaine du XIIIe siècle.

169Le noyau primitif du « château neuf » d’Aubenas est constitué d’un haut donjon quadrangulaire peut-être associé aux vestiges d’une chemise quadrangulaire. Le donjon mesure environ 7 m de côté et présente des murs de 2 m d’épaisseur. Encore conservée sur toute sa hauteur, soit plus de 26 m, il compte quatre étages au-dessus d’une basse-fosse. L’accès primitif se faisait au second étage et un escalier à vis pris dans la maçonnerie desservait les étages supérieurs. Tous les niveaux sont aujourd’hui voûtés, selon des modes variables d’ailleurs, mais en l’absence de toute étude approfondie du bâtiment il est difficile de déterminer s’il en était de même à l’origine. Enfin, ce donjon présente des éléments de défense active élaborés : nombreuses ouvertures de tir, crénelage sommital. Ces caractéristiques morphologiques nous poussent à dater ce bâtiment de l’extrême fin du XIIIe siècle ou du début du XIVe siècle. En effet, la comparaison peut être soutenue avec le donjon de Villeneuve-de-Berg, qui est obligatoirement postérieur à 1284, date de fondation de la bastide. Le donjon et sa chemise sont aujourd’hui englobés dans un ensemble architectural complexe, ayant connu de nombreuses évolutions du XVe siècle à nos jours.

170Bibliographie :
Brechon 2000, t. I/2, p. 470-471, 479-480 ; Charay 1950, t. II, p. 74 sq ; Dupraz, Fraisse, 2001 p. 202-206 ; Laffont 1998a, t. I, p. 58-60 et 113 ; Riou 2002 p. 24-37.

AUBIGNAS

171département : Ardèche ; canton : Viviers ; commune : Aubignas ; diocèse médiéval : Viviers ; altitude : env. 330 m

Aubignas - Vue aérienne du château et du bourg castral dans les années 1980.

Aubignas - Vue aérienne du château et du bourg castral dans les années 1980.

Phototype Inventaire Général/M. Heller © A. D. A. G. P. 1985.

1721202 : accord à propos des pâturages d’Aps entre Pierre, abbé de Mazan, d’une part, Pons de Douchanet, et sa mère la domina d’Aps et d’Aubignas, d’autre part (Opuscula varia p. 560).

1731253 : Baudoin d’Ucel, Pons Bardofis, Bertrand de Rochessauve, Silvion de Saint-Pons, et Etienne Armand reconnaissent tenir en fief franc et noble de Pons de Douchanet, fils de feu Pons de Douchanet, tout ce qu’ils ont dans les châteaux (lire castra), mandements et lieux d’Aps, Aubignas et Sceautres (ADA 2 E 2195 bis f° 669 r°-v°).

1741253 : Aymar d’Aubignas reconnaît tenir en fief de Pons de Douchanet ce qu’il a au château (lire castrum) d’Aps, dans la paroisse de Saint-Andéol-de-Berg, au château (lire castrum) d’Aubignas, dans leurs terroirs et mandements, à l’exception de maisons qu’il a à Aubignas et de divers cens et d’un pré. Raymond de Lafare reconnaît tenir en fief tout ce qu’il a au château (lire castrum) de Sceautres et au château (lire castrum) d’Aubignas et dans leurs terroirs et mandements. Pons Guillaume reconnaît tenir en fief de Pons de Douchanet ce qu’il possède dans les châteaux (lire castra) et mandements d’Aps, Sceautres et Aubignas (ADA 2 E 2195 bis fi 669 v°-670 r°).

Aubignas - Plan d’ensemble du castrum d’après Chalabi 1989.

Aubignas - Plan d’ensemble du castrum d’après Chalabi 1989.

1751287 : Blonde de Douchanet, domina d’Aps, femme de Giraud Adhémar, seigneur de Grignan et d’Aps, donne à Giraud Adhémar, leur fils émancipé, tous ses biens et droits et notamment le château (lire castrum) et le mandement d’Aubignas (ADA 2 E 2195 bis f° 695 v°).

1761299 : hommage rendu par Blonde de Douchanet, dame d’Aps, à Aldebert, évêque de Viviers, pour le château (lire castrum) et mandement d’Aubignas (ADA 2 E 2195 bis f° 722 v°).

1771306 : charte de franchises accordée par Giraud Adhémar, seigneur d’Aps et d’Aubignas, aux habitants du castrum et du mandement d’Aubignas (AC Aubignas CC1).

178Le castrum d’Aubignas est établi sur un affleurement rocheux émergeant des contreforts sud du massif du Coiron. Le village actuel présente un plan caractéristique de castrum. Le bourg s’est développé à l’est sur les pentes que dominaient immédiatement le château et l’église, voisins l’un de l’autre. Cette dernière, dédiée à la Vierge, présente encore des élévations du XIIe siècle mais celles-ci sont quelque peu occultées par les nombreuses évolutions qu’a connues l’édifice de la fin du XIVe siècle au début du XXe siècle.

179Le château paraît surtout constitué d’un bâtiment rectangulaire cantonné de deux tours circulaires. Il a connu de très nombreux remaniements à l’Époque Moderne et au XIXe siècle qui rendent difficiles la mise en évidence de vestiges plus anciens, néanmoins le gros œuvre pourrait appartenir à la fin du Moyen Âge.

180Le bourg castral, de petite taille, est enclos dans une enceinte, encore très lisible sur le terrain, présentant une tour circulaire d’angle au sud-ouest et une porte au sud-est.

181Bibliographie :
ADA 21 J 5 (Michel Noir, Aubignas) ; Chalabi 1989 p. 165-167.

AY

182département : Ardèche ; canton : Satillieu ; commune : Saint-Romain-d’Ay ; diocèse médiéval : Vienne ; altitude : env. 430 m

1831001-1003 : Arbertus de castro Ay est témoin d’une donation faite à l’abbaye de Saint-André-le-Bas (Cartulaire de Saint-André-le-Bas n° 179).

1841184 : diplôme de l’empereur Frédéric 1er confirmant à l’abbé de Saint-Oyend les possessions de son monastère, dont l’église Saint-Romain (-d’Ay) cum capella de Agyo (Urkunden Friedrichs I, t. IV, n° 884).

1851187 : bulle du pape Urbain III pour l’abbaye de Saint-Oyend énumérant les possessions de celle-ci, dont l’église de Saint-Romain (-d’Ay) et la capella de Agio (Papsturkunden in Frankreich, t. I, n° 74).

1861236 (v-s) : Aymar, seigneur d’Annonay, reconnaît tenir en fief lige du comte de Forez, sous réserve de l’hommage dû au dauphin de Viennois, le castrum et le mandement d’Ay. Les seigneurs d’Annonay ne pourront aliéner ce fief, ni le comte en aliéner l’hommage (Chartes du Forez n° 62).

1871245 : bulle du pape Innocent IV pour l’abbaye de Saint-Oyend énumérant les possessions de celle-ci dont la capella de Aio (Histoire de l’abbaye de Saint-Claude, t. I, appendice p. 646-648).

1881270 (v-s) : Aymar d’Annonay achète à Aymar de Beaudiner, moyennant 600 livres viennoises, le castrum de Ayo. Le seigneur de Beaudiner s’engage à faire régulariser ce contrat par l’archevêque de Vienne. La même année Aymar de Beaudiner reconnaît avoir reçu de Jourdain Liber, clerc d’Annonay, de la part d’Aymar d’Annonay, la somme de 300 livres viennoises ex emptione domini mee et fortalicii castri de Ayo [...] et mandamenti dicti castri et pertinenciarum ejus. Il s’engage en son nom, et au nom de Guillaume de Beaudiner, son fils, à faire régulariser le contrat par l’archevêque de Vienne (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, nos 515, 516).

1891284 : différend super seignoria et juridictione castri et mandamenti Ay, entre Artaud de Roussillon, seigneur d’Annonay, d’une part, Jocerand d’Ay, Jocerand d’Oriol et Arnaud d’Iserand, d’autre part. Artaud de Roussillon affirme que lui et ses prédécesseurs ont eu de temps immémoriaux la major seignoria dans le castrum et le mandement d’Ay. Par conséquent, il y revendique toute la justice. Jocerand d’Oriol, Jocerand d’Ay et Arnaud d’Iserand en disent autant pour leurs hommes et pour leurs biens. Guigue de Blaches, curé de Satillieu, témoin juré, déclare qu’aucun des coseigneurs n’a de seigneurie supérieure sur les hommes et sur les biens des autres coseigneurs. Il affirme que chacun a pleine justice sur ses hommes et sur ses biens. Au sujet de l’usage de cette justice, il a vu un homme appelé Pierre de la Chenal à qui Albert d’Ay avait fait arracher les yeux parce que celui-ci était entré par effraction dans l’église de Saint-Romain et y avait commis un vol. Guigue de Barne, témoin juré, dit la même chose sur la pleine seigneurie de chacun ; lui-même et d’autres nobles du château d’Ay ont interrogé le voleur en question. Les arbitres choisis par les parties décident que la pleine seigneurie appartiendra à Jocerand d’Ay et à Arnaud d’Iserand sur tous leurs hommes et sur tous leurs biens. La major seignoria appartiendra à Artaud de Roussillon, comme plus grand seigneur. Chacun pourra avoir des fourches sur son territoire (ADA 52 J 55 année 1284).

Ay - La façade est du donjon.

Ay - La façade est du donjon.

1901288 : testament de Guillaume d’Ay. Il fait notamment un legs au luminaire des églises de Saint-Romain et de Sainte-Marie dans le mandement d’Ay (Chartes du Forez n° 798).

1911294 : sentence arbitrale rendue entre Artaud de Roussillon, seigneur d’Ay et d’Annonay, d’une part, et Jean de Vaugrigneuse, prieur de Quintenas, d’autre part, au sujet de la justice du lieu de Quintenas (Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, n° 919).

1921296 : le dauphin de Viennois remet notamment au comte de Forez, Jean, pour la dot de sa fille : retrofeodum cujusdam partis castri d’Ay quod tenet dominus Aymo Pagani, miles... (Chartes du Forez n° 1665).

193Après 1296 : Li sires d’Annonay fit homage lige [au comte de Forez] della mayson d’Ay jurabla et rendabla (Chartes du Forez n° 903).

1941480 : hommage rendu à Jacques de Tournon par Antoine de Canson pour tout ce qu’il possède dans le mandement de Vocance. L’acte est passé in castro de Ay et in aula magna ejusdem domini (Mémoires historiques sur le Vivarais, t. I, p. 162-167).

  • 7 On ne peut toutefois exclure qu’il s’agisse là non pas d’un donjon mais d’une aula.
  • 8 Eric Rouger (INRAP) a réalisé une première étude de ce bâtiment en 2002, en préalable à d’important (...)

195Les vestiges du château et du castrum d’Ay dominent sur un éperon rocheux une boucle du ruisseau du même nom à environ 800 m au sud du village de Saint-Romain-d’Ay. Le cœur du château, sur le point le plus haut du site, est formé d’un donjon rectangulaire en granit à deux étages sur plancher, morphologiquement voisin de celui de Saint-Montan7. Ce bâtiment est sans doute construit au début du XIIIe siècle mais il présente de nombreux aménagements postérieurs, se traduisant notamment par un important remaniement des ouvertures8. Immédiatement au sud du donjon et relié à celui-ci par un pan de courtine hétérogène se dresse un ensemble de hauts bâtiments eux aussi forts remaniés mais dont l’état le plus ancien pourrait remonter à la fin du XIVe siècle.

196Au sud-est se dresse la chapelle Notre-Dame-d’Ay ; cet édifice, d’aspect très récent et actuellement lieu de pèlerinage, reprend l’emplacement de la chapelle du castrum d’Ay attestée dès 1184. Enfin un habitat s’est développé au Moyen Âge autour du château formant ainsi un castrum ; celui-ci était protégé par une enceinte encore bien conservée, notamment au nord où elle barre l’éperon.

Notes

1 Celle-ci s’élevait sur l’actuelle Place de la Liberté.

2 Saint-Rustique, Saint-Jean, Saint-Michel, Saint-Denis, etc., cf. notamment Codex ordinis Sancti Rufi Valentiæ n° XCIV.

3 À propos de l’importance d’Annonay dans la hiérarchie des villes vivaroises à la fin du Moyen Âge, cf. Brechon 2000, t. I/2, p. 470-471.

4 Dans les années 1250-1260, Pierre de Montregard est curé d’Argental, Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n os CXXVIII, CXXXVIII, CXXXIX, etc.

5 En 1240 (v-s), un acte est passé dans le castrum d’Argental dans la maison de Guigue Boset, Cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue n° CXVII.

6 Selon Nicod 1905, p. 600-601, repris par d’autres auteurs postérieurs, il y aurait eu deux tours à Arras : une circulaire, appelée la «  Tour Blanche  », et une quadrangulaire, encore en partie en élévation en 1706, dénommée la « Tour Brune ». Mais seul un donjon circulaire est aujourd’hui visible. Dans l’inventaire des archives de la maison de Tournon fait en 1617, l’état des lieux de leurs seigneuries mentionne déjà pour Arras... une seule tour au hault du village... (Succession de la maison de Tournon au commencement du XVIIe siècle p. 94, article Arras).

7 On ne peut toutefois exclure qu’il s’agisse là non pas d’un donjon mais d’une aula.

8 Eric Rouger (INRAP) a réalisé une première étude de ce bâtiment en 2002, en préalable à d’importants travaux de restauration de celui-ci.

Table des illustrations

Titre Ajoux - Vue du rocher ayant porté le château et, à son pied, du bourg castral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Allier - Vue d’ensemble du site vers l’est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Annonay - Les vestiges du château vers 1900 (ADA 6 Fi 10/324).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Antraigues - Le donjon du XIIe siècle réutilisé dans l’église du XIXe siècle (ADA 6 Fi 11/9).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Antraigues - Plan d’ensemble du castrum à partir du plan cadastral de 1845.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Aps - Vue aérienne du château et du bourg castral dans les années 1980.
Légende Phototype Inventaire Général/M. Heller © A.D.A.G.P. 1985.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Aps - Plan du castrum et de son évolution à partir du plan cadastral de 1811.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Argental - Au centre, le château de la fin du Moyen Âge, le bourg castral et l’église Saint-Georges.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Arlempdes - Le château et la chapelle Saint-Jacques, le bourg castral et l’église Saint-Pierre (au premier plan).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Arras - Le donjon circulaire du XIIIe siècle et les autres vestiges du château (chemise, aula...) vers 1927 (Monum’MH 60518).
Légende Arch. Phot. © CMN, Paris.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Asperjoc - La rocca et les vestiges du château.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Aubenas - Plan du castrum et de son évolution à partir du plan cadastral de 1833.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Aubenas - Le donjon du « château neuf » (fin du XIIIe ou début du XIVe siècle).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Aubignas - Vue aérienne du château et du bourg castral dans les années 1980.
Légende Phototype Inventaire Général/M. Heller © A. D. A. G. P. 1985.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Aubignas - Plan d’ensemble du castrum d’après Chalabi 1989.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Ay - La façade est du donjon.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2498/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 331k

© Alpara, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540