Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vaise, un quartier de Lyon antique

 | 
Éric Delaval
, 
Catherine Bellon
, 
Jacqueline Chastel
, 
et al.

Présentation

Le cadre historique

Éric Delaval, Jean-Paul Lascoux, Catherine Bellon et Jacqueline Chastel

Texte intégral

1Il y a peu encore, la connaissance de la pré- et protohistoire du confluent se limitait à quelques découvertes en majorité fluviales. Dès la fin du XVIIIe s., les lits du Rhône et de la Saône livrèrent de longues épées de la fin de l’âge du Bronze et du début de l’Age du Fer (Chantre 1875). Outre ces armes, des outils et des parures vestimentaires contemporains allaient constituer par la suite le fonds ancien des musées lyonnais. D’autres objets tombèrent dans l’oubli, trop fragmentaires ou vendus à d’autres musées nationaux et étrangers. C’est le cas, par exemple, de bassins en bronze d’origine campanienne (Boucher 1970, p. 68, n°47) et d’un casque italique datés du Ile s. av. J.-C., ainsi que d’une tête de statue de dieu gaulois comparable au célèbre dieu de Bouray (Perrin, à paraître). Si ces quelques découvertes ne permettaient pas d’assurer l’existence d’une occupation, la présence de plusieurs fibules et d’une statuette d’Hercule étrusco-italiques en bronze au sommet de la colline de Loyasse, datées des VIIe-Ve s. av. J.-C. (Millotte 1963, Duval 1974, Boucher 1976, 22, n° 15), pouvait témoigner de la réalité de cette occupation pré-romaine. Cette hypothèse a d’ailleurs été avancée dès le XVIIe s. par les historiens lyonnais (De Colona, Ménestrier) (Goudineau 1989) qui défendaient l’existence d’une agglomération gauloise antérieure à la fondation romaine.

L’OCCUPATION PRÉ- ET PROTOHISTORIQUE

2Aujourd’hui, les vestiges antérieurs à la colonie de 43 av J.-C. demeurent encore rares à Lyon et ne permettent pas de “reconnaître un établissement stable” (Goudineau 1989, p. 119) tant recherché. En revanche, ces dernières années, la réalité d’une occupation des berges de la Saône et notamment de la plaine de Vaise a été révélée grâce à de multiples opérations de fouilles de sauvetage.

3Les plus anciens témoignages appartiennent à des communautés agro-pastorales qui se sont installées dans la plaine, comme en témoignent plusieurs sites localisés ; si le site de Gorge de Loup atteste de façon ponctuelle une présence humaine au Néolithique Moyen et Final (Burnouf 1988), le site proche du Quartier Saint-Pierre, au pied de l’éperon de Loyasse, a livré les lambeaux d’un sol d’occupation du IVe millénaire avec du mobilier du Néolithique Moyen bourguignon (Chastel, à paraître). Dans la plaine, d’autres ensembles complètent les connaissances concernant cette implantation, notamment ceux de la rue de Gorge de Loup, de la ZAC Charavay (Lascoux 1994), et celui, chasséen, de la rue du Docteur Horand (Bellon 1922b).

4La pérennité de l’occupation est confirmée par des découvertes attribuables à l’Age du Bronze. Cinq sites ont livré des vestiges du Bronze Ancien ; trois avec des foyers : rue Sergent Michel Berthet (Martin 1988), gare routière de Gorge de Loup (Plassot 1991), passage de Gorge de Loup (Bellon 1995a), ainsi qu’un abondant mobilier céramique et lithique rue de la Grange (Lascoux 1991) ; enfin, tout récemment les fouilles du boulevard périphérique nord de Lyon ont permis de retrouver des niveaux datables du Bronze Ancien (fouilles en cours ; renseignement A. Speller). Si l’Age du Bronze Moyen n’est pas encore représenté, la fin de cette période est connue en plusieurs endroits : rue du Souvenir (Bronze Final 1) (Hénon, à paraître), au Quartier Saint-Pierre avec une petite fosse du Bronze Final 2a (Thiériot 1988), rue du Docteur Horand (Bronze Final 2a/2b) (Bellon 1992b), et à la station de Métro Gorge de Loup (Bronze Final 2a et 2b/3a) (Burnouf 1988), et tout récemment sur les fouilles du boulevard périphérique nord de Lyon (Bronze Final l/2a) (renseignement A. Speller).

5Dans l’état actuel des recherches, l’occupation la plus importante demeure celle du 1er Age du Fer. Reconnue pour la première fois à la station de métro de Gorge de Loup (Burnouf 1989) où, sur environ 2000 m2, se côtoyaient structures d’habitat et sépultures, son importance a été récemment amplifiée par les découvertes, rue du Docteur Horand, de nouvelles structures d’habitat, associées à un mobilier identique dans sa composition et sa chronologie (Bellon 1992a, 1994). De plus, la surface de ce site a été étendue grâce à la mise au jour de 5 fosses à déchets au pied de la colline de la Duchère, rue du Souvenir (Plassot 1992). Quelques endroits dans Vaise ont également livré des témoignages plus modestes de cette période : le Quartier Saint-Pierre, avec une petite fosse et de la céramique (Chastel 1987) ; la gare routière de Gorge de Loup (Plassot 1991), l’impasse Johannès Masset (fouille M.-P. Willigens), la rue de la Grange (Widlak 1991), le boulevard périphérique nord (renseignement A. Speller).

6Cette vaste occupation de la plaine datée entre la fin du Vie s. et le milieu du Ve s., se développe selon un axe nord-ouest/sud-est, de la plaine de Vaise au vallon de Trion, laissant de côté la dernière boucle de la Saône avant le confluent avec le Rhône, et longe la colline de Loyasse qui domine la plaine de Vaise. D’ores et déjà, par le nombre des importations en provenance de la colonie grecque de Massalia, cet habitat se range parmi les plus importants sites à vocation commerciale de Gaule interne.

7Ainsi, après les hypothèses émises dès le XVIIe s., la plaine de Vaise se révèle occupée intensément de la Préhistoire à la Protohistoire, et de façon notable au début de l’époque gauloise. Un important hiatus subsiste entre l’abandon de ce site et la réoccupation de la plaine à la fin du 1er s. av. J.-C. Toutefois, la récente mise au jour d’un établissement daté de la transition des Ile/Ier s av. J.-C., rue du Souvenir (Plassot 1992), comble partiellement cette lacune et est de nature à enrichir le débat sur les origines de Condate et Lugdunum (Goudineau 1989).

C. Bellon et J. Chastel

UN QUARTIER SUBURBAIN DE LUGDUNUM

8Dès l’Antiquité, l’histoire de Vaise est indissociable de celle de la ville de Lyon. Quartier suburbain, Vaise l’est déjà à l’époque antique en raison de sa position topographique. Situé au nord de la cité, il est isolé par les reliefs des différents centres de peuplement qui constituent la ville antique. Ainsi, seul le vallon de Gorge de Loup relie le quartier à la ville haute qui le domine (colline de Fourvière) et où l’on situe le siège de la colonie primitive de Plancus (43 av. J.-C.). De l’autre côté de l’éperon de Loyasse, le défilé de Pierre-Scize le sépare des quartiers fluviaux : l’entre-deux fleuves (les Canabae), dont l’épigraphie et les découvertes de mosaïques imposent l’image d’un riche quartier commercial à partir du Ile s. ap. J.-C., et la colline de la Croix-Rousse (Condate) sur laquelle règne le sanctuaire fédéral depuis l’an 12 av. J.-C.

9Par ailleurs, de nombreuses découvertes effectuées de part et d’autre de l’éperon de Loyasse dès le XIXe s. et depuis les années 1950, confèrent à Vaise la plupart des caractéristiques d’un quartier périphérique : artisanats, habitats et nécropoles s’égrènent le long de voies issues de la ville haute ou établies sur la rive droite de la Saône, dans le défilé de Pierre-Scize (fig. 8). Ce panorama, volontairement bref (un bilan des connaissances concernant l’époque gallo-romaine est présenté plus loin) reste limité aux abords immédiats de la ville, l’étude du reste de la plaine de Vaise débutant à peine.

VAISE APRES L’ÉPOQUE ROMAINE

10Les textes et l’archéologie attestent le maintien d’une occupation durant le Haut Moyen Age, peut-être avec des interruptions. L’actuelle église Saint-Pierre-de-Vaise, édifiée en 1845, ne peut se parer du prestige de l’ancienneté, mais elle succède à un édifice érigé vers 1050, et un premier lieu de culte est mentionné en 878 sous le vocable de Saint Baudille (Steyert 1895).

11L’organisation du terroir est mal connue avant le XIVe s. Une activité humaine est cependant assurée aux VIe-VIIe s. (fouilles du Quartier Saint-Pierre) et à l’époque carolingienne (fouilles du 21, quai Arloing).

12A partir du XIIIe s., et jusqu’à la fin du XVIIIe s., les archives mettent en évidence une relative stabilité du parcellaire. Le plan de Simon Maupin, gravé en 1659, représente ainsi vraisemblablement un état plus ancien, mais aussi une topographie figée pour plus d’un siècle (fig. 4). L’habitat, regroupé autour de l’église Saint-Pierre, s’étire de part et d’autre de trois axes dont le tracé est pérennisé par les rues de Saint-Pierre-de-Vaise, du Chapeau Rouge et par le quai Arloing. Le territoire, à dominance rurale, est organisé à partir du XVIe s. autour de grandes propriétés (villa du Faisant ou de Rochecardon). L’enquête des rentes, dîmes... réalisée à la demande de Colbert, le montre essentiellement composé de terres labourables, vignes et prairies, et pourvu d’un dense réseau hydrographique exploité par différents artisanats, particulièrement des blanchisseries dès la fin du XVIIe s. (Guillemain 1961, p. 17).

4 - Vaise sur le plan de Simon Maupin 1659 (A.M.L. IS 171)

5- Plan de situation de Vaise dans Lyon.
1 : le site du Quartier Saint-Pierre 2 : le site de Gorge de Loup 3 : le site du quai Arloing

13Les premiers changements qui favoriseront l’extension de l’habitat vers le nord, mais aussi dans une certaine mesure son essor économique, correspondent à la création, à la fin du XVIIIe s., des nationales 6 et 7 qui convergent sur la place Valmy. Ce n’est cependant qu’au XIXe s., avec la première révolution industrielle, que Vaise évoluera profondément. La commune, avant son rattachement à Lyon en 1852, se dote alors de nombreux équipements dont les plus importants sont la gare d’eau et le chemin de fer. Des plans d’urbanisme remodèlent le centre ancien (ChapeauRouge en 1861 ; construction des quais en 1830-1860) ou s’étendent au détriment des terres labourables (Place de Paris) (fig. 5).

14Cette évolution est accentuée par l’installation de l’usine textile Rhodiacéta, au pied du versant occidental de Loyasse, dans le courant de ce siècle. Cette activité favorise l’émergence d’une architecture industrielle, de logements sociaux, et d’une culture ouvrière encore prégnante à l’heure actuelle. Enfin, depuis 1980, Vaise inaugure un développement de type tertiaire dont les objectifs, consciemment ou non, sont de renouer avec son rôle de porte de Lyon qu’elle a toujours tenu. Cette dernière orientation amorce une période de grands travaux nécessitant la réalisation préalable de fouilles dont les résultats sont présentés dans cet ouvrage.

15Le signal en est donné par la disparition de l’usine Rhodiacéta au début des années 80 qui conduit aux fouilles du Quartier Saint-Pierre, dirigées par J. Chastel (cf. infra, Quartier Saint-Pierre : la voie et les sépultures, la maison aux Xenia). Le projet de construction de la ligne D du Métro nécessita une nouvelle intervention au débouché du vallon de Gorge de Loup, à peu de distance de la précédente. Elle fut menée par J. Burnouf et son équipe de 1985 à 1987 (cf. infra, Gorge de Loup). Enfin, la troisième fouille de sauvetage, conduite par L. Tranoy durant l’année 1989, se situe sur la rive droite de la Saône, à l’emplacement d’un projet d’immeuble, au 21 quai Arloing (cf. infra Artisanat et Nécropole).

VAISE ANTIQUE

LE BILAN DES CONNAISSANCES

16La vision la plus complète de Vaise avant les dernières fouilles est présentée par A. Audin dans son “Essai sur la topographie de Lugdunum” paru en 1956 (3ème édit. 1964). S’appuyant sur une abondante documentation, rassemblée pour l’essentiel dans la seconde moitié du XIXe s., l’auteur s’est fait en grande partie l’écho des positions émises par ses prédécesseurs tels Artaud, Comarmond, Allmer et Dissard, et Steyert. Les nouvelles découvertes réalisées de part et d’autre de l’éperon de Loyasse à partir des années cinquante (cf. corpus), ne modifièrent guère sa position que l’on retrouve presque inchangée dans un ultime ouvrage intitulé “Lyon miroir de Rome”, édité en 1979.

17Depuis la fin du XIXe s., deux aspects retiennent l’attention de l’historiographie vaisoise : une riche nécropole à l’emplacement de l’église Saint-Pierre, dont la présence se déduit de l’impressionnante “moisson épigraphique” effectuée dans les fondations du sanctuaire ; et le passage de la voie de l’Océan, ou de l’Océan et du Rhin, une quête légitime au regard de la situation du quartier au nord de la ville.

LA NÉCROPOLE DE VAISE

  • 1 Les numéros de notices dont il est fait mention dans cet ouvrage renvoient au corpus. Le lecteur es (...)

18La collection funéraire la plus exceptionnelle provient de l’église Saint-Pierre où plus de soixante-dix pièces furent extraites des fondations de l’édifice lors de sa reconstruction en 1844 (notice 21 du corpus)1. Elles comprend de nombreux cippes, des sarcophages et des éléments d’architecture appartenant à des mausolées. Trente et une épitaphes évoquent une population hétérogène du milieu du 1er s. ap. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C. (Audin 1959a, Audin 1964, p. 143), au sein de laquelle domine une forte proportion de sévirs augustaux (fig. 6). La rive droite de la Saône, en aval de l’église Saint-Pierre et jusqu’à l’église Saint-Paul, a également livré de nombreux vestiges funéraires qui laissaient supposer une extension de la nécropole le long du fleuve (notice 29 et 30). Toutefois, le caractère erratique des blocs fit supposer à divers auteurs, dont A. Audin, qu’ils avaient été transportés de la nécropole située sous l’église Saint-Pierre pour la construction des maisons des quais Pierre-Scize et de Bondy, comme les dixneuf blocs trouvés à Saint-Paul (Audin 1964, p. 144). Dans cette optique, A. Audin (1964, p. 145), suivant en cela Allmer et Dissard (1889, p. 317), interpréta comme un sacellum un édicule miraculeusement conservé jusqu’en 1707 au bas de la Montée de l’Observance (fig. 7), (notice 27), alors qu’Artaud et Steyert inclinaient en faveur d’un tombeau (Artaud 1846, pp. 138-139, Steyert 1895, pp. 303-304).

6 - Sarcophage de Marcus Primus Secundanius, sévir augustal
(fondations de l’église Saint-Pierre de Vaise). Dessin de Comarmond 1846-1854, pl. 9

19A peu de distance, dans un élargissement du rocher avant le défilé de Pierre-Scize, existait un important édifice (notice 28) dont les premiers dégagements remontent à la destruction du couvent des Cordeliers de l’Observance en 1846-1847 (Comarmond 1846-1854, n° 72, pp. 67-68). La découverte en 1865 d’une inscription mentionnant des bains —ceux d’un dénommé Ulattius (notice 30)— semble affirmer la vocation thermale des constructions, mais le lien entre l’inscription et les vestiges n’a été suggéré que plus tard, par A. Audin (1964, p. 145).

7- Tombeau des Deux Amants
Gravure de Spon 1673, p. 117

MAIS OÙ PASSE LA VOIE DE L’OCÉAN (OU DE L’OCÉAN ET DU RHIN) DU RÉSEAU D’AGRIPPA ?

20La plupart des auteurs s’accordent sur le passage à Vaise, et précisément dans la nécropole sous l’église Saint-Pierre, de la voie de l’Océan ou “de l’Océan et du Rhin” conjuguées à la sortie de Lugdunum. Différents itinéraires ont été proposés depuis la ville (cf. fig. 8).

21Un tracé sur la rive droite de la Saône a les faveurs d’Artaud (Artaud 1846, pp. 85-86), de Comarmond (Comarmond 1846-1854, pp. 1-3) et de Steyert (Steyert 1895, pp. 303-304). La voie aurait ensuite rejoint l’extrémité de l’éperon de Loyasse, puis traversé la plaine de Vaise en direction du nord-ouest pour accéder au plateau de la Duchère et Champagne par la montée de Balmont (Steyert 1895, pp. 304-305 et pp. 426-427).

22Selon Allmer et Dissard (Allmer et Dissard 1888, p. 160), la voie en question naît du carrefour avec la voie d’Aquitaine, à Trion, puis rejoint la plaine de Vaise par le vallon de Gorge de Loup (rue Pierre Audry).

23Enfin, A. Audin privilégie un tracé depuis la ville haute de Fourvière par l’arête de l’éperon de Loyasse (Audin 1964, pp. 55 et 68). La voie supposée descendrait sur Vaise à la hauteur de la nécropole, puis son itinéraire s’identifierait ensuite au précédent à partir de l’église Saint-Pierre. L’itinéraire évoqué par Allmer et Dissard constituerait une déviation de la voie de l’Océan, ouverte au début du 1er s. ap. J.-C. (Audin 1974, p. 98) et “qui économisait de rudes talus aux commerçants à destination du nord de la Gaule” (Audin 1979, p. 108 et p. 176).

UNE DOCUMENTATION ANCIENNE ABONDANTE MAIS SUJETTE À CAUTION

24En résumé, lorsque A. Audin inclut Vaise dans sa synthèse sur la topographie de Lugdunum, la connaissance que l’on avait de ce quartier suburbain se réduisait à des vestiges funéraires retrouvés, notamment, sous l’église Saint-Pierre, à un édifice thermal établi en bordure de la Saône et à la formulation d’hypothèses sur le tracé d’une voie du réseau d’Agrippa.

  • 2 Il apparaît que certains blocs proviennent de la nécropole de Trion/Saint-Irénée (cf, corpus, notic (...)

25En réalité, la validité de ces données et hypothèses est en grande partie sujette à caution. D’une part, les blocs funéraires ne sont pas en place. Ils n’assurent donc pas l’existence d’une nécropole à l’emplacement même de l’église2. D’autre part, aucun tronçon de voie n’étant alors connu, l’attribution de tel ou tel tracé à la voie de l’Océan (ou de l’Océan et du Rhin) apparaît dénuée de tout fondement. Elle repose en fait uniquement sur l’importance que chaque auteur attribue à un secteur de la ville (ville haute ou ville basse).

  • 3 Vaise a fourni un autel consacré aux Mères augustes par C. Nonius[...j (Allmer et Dissard 1890, p. (...)

26Cependant, malgré ces incertitudes, une certaine vision de Vaise dans l’Antiquité s’est progressivement dégagée. La relative faiblesse de la documentation valorisait particulièrement les découvertes funéraires sous l’église. Selon Allmer et Dissard, sur le vu des inscriptions, la nécropole accueillait les habitants du pied de la colline, parmi lesquels les bateliers de la Saône et du Rhône, les négociants en vin et les utriculaires (1889, p. 318). A. Audin est encore plus précis, puisqu’il suppose que les défunts étaient les habitants du port des nautes de la Sâone (Audin 1964, p. 144), traditionnellement situé à Saint-Paul, 1800 m en aval (Steyert 1895, p. 294). Selon A. Audin, “le lieu se signalait vraisemblablement par une sainteté particulière...une impression confirmée par la présence de deux autels3” (Audin 1964, p. 143 et 1979, p. 177).

27L’auteur en conclut que la nécropole de Vaise peut représenter une des bornes frontières du territoire celtique de Condate (Audin 1964, p. 25 ; 1979, p. 177).

28L’absence d’autres vestiges ne lui permet pas d’évoquer la nature de l’occupation sur le reste de la plaine de Vaise, un lieu qualifié de marécageux (Audin 1964, p. 68 et 1979, p. 176). Avant lui, Allmer et Dissard avaient rencontré les mêmes incertitudes, décrivant la plaine comme un “bocage parsemé de chapelles votives” (Allmer et Dissard 1888).

L’APPORT DES DÉCOUVERTES RÉCENTES ET DES DERNIERES FOUILLES

29C’est dans ce contexte que s’inscrivent les trois fouilles récentes à l’origine de cet ouvrage. Si elles n’enrichissent pas notre connaissance de l’ensemble du terroir de Vaise, puisqu’elles restent limitées aux abords immédiats de la ville, avec les découvertes des années soixante-dix, elles contribuent à ruiner l’image acquise d’un quartier suburbain dominé par l’imposante nécropole de Saint-Pierre. En effet, la densité de l’occupation est telle que les habitats, artisanats et sépultures forment une véritable couronne de vestiges qui entoure l’éperon de Loyasse, depuis la nécropole de Trion jusqu’à Pierre-Scize en bordure de la Saône (fig. 8).

30Précisément, les dernières fouilles du Quartier Saint-Pierre, situées dans le haut de la plaine de Vaise, au débouché du vallon de Gorge de Loup (notice 18), affirment le passage de la voie descendue de Trion et dont Allmer et Dissard, puis A. Audin, soupçonnaient l’existence (cf. infra, Le Quartier Saint-Pierre : la voie et les sépultures). Autour de cette voie se sont regroupées plusieurs sépultures et une habitation à péristyle, la maison aux Xenia, retrouvée dans un état de conservation exceptionnel (cf. infra, Le Quartier Saint-Pierre : la maison aux Xenia). A peu de distance, au débouché du vallon de Gorge de Loup, se tenaient des constructions en bois (notice 17) qui bénéficiaient des importantes ressources aquifères du site (cf. infra, L’occupation gallo-romaine de Gorge de Loup). Enfin, les fouilles de la rive droite de la Saône (notice 26), de l’autre côté de l’éperon de Loyasse, montrent que cette étroite langue de terre a également pu accueillir de l’habitat, de l’artisanat et des sépultures (cf. infra, Le quai Arloing : artisanat et nécropoles).

31A la lumière de cette documentation récente, il convient désormais de proposer une relecture, même provisoire, de la topographie de Vaise dans l’Antiquité, ce qui sera fait dans un chapitre de synthèse à la fin de l’ouvrage. Cependant, et le lecteur pourra le constater en lisant les pages qui suivent, chaque fouille constitue également une mine de renseignements dans des domaines de la vie quotidienne aussi divers que l’architecture domestique, l’artisanat ou les coutumes funéraires.

Notes

1 Les numéros de notices dont il est fait mention dans cet ouvrage renvoient au corpus. Le lecteur est invité à s'y reporter pour de plus amples informations sur les découvertes.

2 Il apparaît que certains blocs proviennent de la nécropole de Trion/Saint-Irénée (cf, corpus, notice 21, les épitaphes de trois sévirs augustaux et de deux femmes dont un fragment était remployé dans le couvent des Génovéfains).

3 Vaise a fourni un autel consacré aux Mères augustes par C. Nonius[...j (Allmer et Dissard 1890, p. 25, C.I.L. XIII, 1764 et notice 24), témoignage probable de l'existence d'un petit sanctuaire. C'est sans doute le même personnage, C. Nonius Euposius, qui est nommé sur un second autel faisant explicitement mention d'un édifice cultuel dédié aux Divinités des Augustes et à Apollon (Allmer 1890, 195, et C.I.L. XIII, 1730). L'origine de cet autel est toutefois sujette à caution.

Table des illustrations

Légende 4 - Vaise sur le plan de Simon Maupin 1659 (A.M.L. IS 171)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende 5- Plan de situation de Vaise dans Lyon.1 : le site du Quartier Saint-Pierre 2 : le site de Gorge de Loup 3 : le site du quai Arloing
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende 6 - Sarcophage de Marcus Primus Secundanius, sévir augustal(fondations de l’église Saint-Pierre de Vaise). Dessin de Comarmond 1846-1854, pl. 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2465/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende 7- Tombeau des Deux AmantsGravure de Spon 1673, p. 117
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2465/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Alpara, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access