Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Basse vallée de l'Isère

Chatuzange-le-Goubet, Pourcieux

Drôme

Hans De Klijn et Élise Faure-Boucharlat

Texte intégral

Département :

Drôme

Commune :

Chatuzange-Le-Goubet

Lieu-dit :

Pourcieux

Numéro de site :

26 088 018

Coordonnées Lambert :

Ax : 818.080 Ay : 3307.090
Bx : 818.240 By : 3307.135

Altitude NGF :

216 à 218 m

Cadre d’intervention :

construction de l’autoroute A49

Responsable d’opération :

H. De Klijn

Date d’intervention :

1989

Superficie fouillée :

10 400 m2 environ

Extension totale du site :

inconnue

1La fouille a porté sur une superficie décapée de plus de 10 000 m2, dans l’emprise du projet autoroutier. La partie ouest accueille une vaste aire d’ensilage ; à l’est, plusieurs ensembles de trous de poteau correspondent à trois bâtiments à ossature de bois. Ces deux zones sont séparées par un espace vierge de tout aménagement. Les vestiges, médiocrement conservés, semblent correspondre à une seule phase d’occupation, datable des environs de l’an mil. Des indices d’occupations antérieures (premier âge du Fer et période gallo-romaine) ont également été recueillis, mais ils proviennent vraisemblablement de sites démantelés ou situés sur la terrasse supérieure, côté sud.

Le site dans son environnement

Le cadre naturel

2Le site de Pourcieux, sur la commune de Chatuzange-LeGoubet, se trouve à l’extrémité est de la plaine de Valence, en rive gauche de l’Isère (fig. 1 de la monographie Beauregard). Il est localisé plus précisément sur une large terrasse rissienne de piédmont, dont les limites méridionale et septentrionale sont constituées par des rebords relativement abrupts (altitudes respectives, 225 et 200 m). Côtés est et ouest, cette terrasse est délimitée respectivement par le profond vallon du ruisseau de la Béaure, qui la sépare du promontoire du Plan du Gibet, limite ouest du petit massif molassique du Mont Pinet, et par le vallon, également profond, du ruisseau du Riousset. Elle est caractérisée par une faible pente sud-est-nord-ouest (216 à 222 m), qui se dirige vers un thalweg assez profond (200 m), localisé en son centre.

3La dernière avant l’Isère, il s’agit d’une terrasse de transition à alimentation mixte : passage latéral du faciès calcaire local à l’alluvionnement fluviatile isèrois, dont la charge grossière est constituée de galets polygéniques d’origine alpine. Elle est recouverte d’un colluvionnement argileux ocre (épaisseur entre 5 et 30 cm), reposant directement sur le substrat graveleux et supportant un sol humifère récent (20 à 30 cm) (Mandier 1988).

Le contexte archéologique et historique

4Le secteur se situe dans l’arrière-pays de Valence, à proximité de Bourg-de-Péage et de Romans-sur-Isère. Dans l’Antiquité, il faisait partie de la centuriation de la colonie de Valence (Chouquer, Odiot 1984 : 361-364). De nombreux vestiges, principalement gallo-romains et médiévaux, y ont été localisés. L’occupation antique se signale par les sites des Perriers, de Lucia, des Chirousses, du quartier de Saint-Alban (nécropole avec tombes sous tuiles), par un trésor monétaire découvert en limite de la commune voisine d’Alixan (rapport Vicherd, Helly 1978) et, surtout, par le site gallo-romain de La Part-Dieu, qui a livré des maçonneries, des éléments de mosaïques et un exceptionnel trésor d’argenterie, aujourd’hui au British Museum (Sautel 1957 : 100).

5Pour la période médiévale, les prospections conduites sur le tracé de l’Α49 ont signalé deux sites funéraires (inhumations sous tuiles), à La Forisserie et au Pêcherot, sur la commune voisine de Beauregard-Baret. Un établissement des Xe-XIe s., situé aux Matras (cf. monographie correspondante), sur la même commune, a également été fouillé dans le cadre de la même intervention. Une chapelle, aujourd’hui disparue, figure sur la carte de Cassini, au Plan du Gibet. Ces deux derniers sites sont à proximité immédiate de Pourcieux.

6Le secteur de Pizançon et de Chatuzange s’avère être assez bien documenté en raison de l’importance de la châtellenie de Pizançon, chef-lieu de mandement depuis le Xe s., et de l’abbaye Saint-Barnard de Romans, largement possessionnée dans la région. Ces documents permettent de dresser un état relativement précis de la situation politique, économique et religieuse du secteur, aux XIe et XIIe s. D’une manière générale, ils mettent en lumière le rôle prééminent d’une grande abbaye dans l’économie rurale de cette partie du Dauphiné. Le territoire de Pourcieux se situe dans la juridiction du pagus de Valence qui comprend, dans le secteur, le mandement, de Pizançon, possession de l’abbaye Saint-Barnard, et celui de Beauregard. La première mention de Chatuzange est fournie, en 1095, par le cartulaire de Saint-Barnard, où apparaît, parmi bien d’autres villae de l’abbaye, une villa Chatuzanges (Chevallier 1898 :168).

Les vestiges archéologiques

L’aire d’ensilage (secteur I)

7En dépit de leurs caractéristiques communes (forme, taille, localisation), aucune organisation spatiale particulière n’a pu être dégagée des 31 fosses mises au jour. Au sein d’une répartition globalement lâche, on observe cependant, à l’ouest, un îlot plus dense d’une dizaine de structures (fig. 1).

1. Emprise de la fouille et plan des vestiges

1. Emprise de la fouille et plan des vestiges

8Trois groupes peuvent être distingués en fonction du profil :

  • les fosses à profil en V et profondes ;

  • les fosses à profil en U et en auge et à profondeur variable ;

  • les fosses à profil irrégulier et peu profondes.

9Leur diamètre maximum est compris entre 0,85 et 1,20 m ; leur profondeur entre 0,40 et 1,00 m.

10Les fosses d’une profondeur supérieure à 0,75 m présentent le même type de remplissage : alternance de limons stériles et de limons argileux et organiques, renfermant différents rejets domestiques, des graviers, ainsi que des galets et des blocs de calcaire. Ces derniers sont localisés, tantôt au fond, tantôt en superficie de la fosse ; parfois ils en tapissent les parois. Certains portent des traces de rubéfaction, d’autres ont éclaté sous l’action de la chaleur. De tels dispositifs sont rarement observés dans les exemplaires de silos mis au jour dans la région, où, en général, la composition très argileuse du sol semble avoir assuré la cohésion des aménagements. Par analogie avec des découvertes faites en Provence et en Languedoc, on proposera de voir, dans ce recours à des matériaux durs, des dispositifs d’obturation d’ouverture, de bouchons de condamnation, de chemisage, ou de renfort de parois dans un terrain remanié ou instable (Raynaud 1990 : 86-88).

11Le remplissage des fosses permet de retracer les grandes lignes du processus de leur comblement : dégradation et effritement des parois, suivis d’une utilisation de la fosse comme dépotoir domestique (l’essentiel de la céramique du site provient de ces fosses). Le processus semble, dans la plupart des cas, progressif et lent, ce qui explique l’alternance de limons stériles (parois effondrées) et de limons noirs et organiques (déchets domestiques), observée dans la plupart des cas.

12L’interprétation la plus plausible pour la majorité de ces fosses est celle de structures de conservation des récoltes en milieu confiné, à l’instar de nombreux exemples étudiés récemment dans la région Rhône-Alpes et présentés dans ce volume (Jons, Meyzieu, Rillieux-la-Pape, L’Albenc, Bény...). La présence de galets et de blocs de calcaire, qui semblent avoir participé à l’aménagement des fosses, renforce cette hypothèse. Il faut cependant nuancer cette interprétation pour les fosses peu profondes, à profil en auge et pour d’autres, plus profondes, à profil en V ; on ne peut écarter qu’elles aient connu une autre raison d’être (calage de poteau, extraction de la terre ?). La mauvaise conservation des structures limite l’interprétation.

13Quelques trous de poteau, de faible dimension (diam. et prof. inférieurs à 0,20 m), ont été relevés parmi les fosses-silos. Si aucun plan cohérent ne se dégage, on note toutefois plusieurs cas d’association deux à deux. S’agit-il des vestiges de constructions antérieures au creusement des fosses silos ou d’installations modestes en relation avec celles-ci (petits abris temporaires, autres formes de stockage) ?

La zone bâtie (secteur II)

14Trois bâtiments se situent dans le secteur est de la zone de fouilles. Matérialisés au sol par des négatifs de poteau, ils présentent d’évidentes analogies de taille, de plan et d’orientation (fig. 1). Une majorité comporte des agencements de galets destinés au calage des supports. A noter toutefois que le bâtiment A en est systématiquement dépourvu.

Le bâtiment A

15Située au centre du secteur II, cette structure, orientée est-ouest, se caractérise par ses dimensions modestes (11 x 3 m) (fig. 2). Seize trous de poteau au moins participent à son agencement qui fait apparaître une division en deux vaisseaux et quatre travées irrégulières. Les longs côtés, non rectilignes et non symétriques, dessinent un bâtiment fusiforme. Deux poteaux d’angle (au nord-ouest et au sud-est) semblent avoir reçu des renforts.

16La travée est, de plan trapézoïdal, est la plus importante (environ un tiers de la surface couverte) ; elle est séparée du reste du bâtiment par une ligne de quatre supports presque alignés. Cette disposition semble indiquer la subdivision de l’espace intérieur du bâtiment. D’autres négatifs de poteau ou piquet, situés à proximité du bâtiment A, notamment dans le secteur sud-est, évoquent des agencements complémentaires, tels que la protection de l’entrée ou le départ de palissade.

Le bâtiment Β

17Il s’agit de la construction la plus lisible et, vraisemblablement, la plus complète (fig. 2). C’est un édifice de taille moyenne (14 x 4 m), localisé à environ 10 m au nord-est du premier bâtiment, dont il adopte l’orientation. On retrouve le plan général en fuseau, mais les petits côtés forment des chevets nettement triangulaires. L’espace intérieur pourrait, lui aussi, se diviser en deux vaisseaux et quatre travées.

2. Plans de détail des trois bâtiments

2. Plans de détail des trois bâtiments

Le bâtiment C

18En bordure sud du site, à une trentaine de mètres du bâtiment A, cet ensemble assez complexe de trous de poteaux correspond à un bâtiment d’orientation nord-ouest-sud-est (fig. 2). Celui-ci semble avoir connu divers remaniements, dont une extension vers le sud-est. Dans son état le plus lisible, c’est la plus petite des trois constructions (9 x 3 m). Elle présente des caractéristiques architecturales communes aux deux autres constructions : plan fusiforme, chevets triangulaires, comme le bâtiment Β ; paroi interne séparant nettement la travée est du reste de l’espace couvert, comme dans le bâtiment A.

19Autour des bâtiments, en particulier entre A et C, des négatifs de support échappent aux lignes directrices. Il n’a pas été possible de leur attribuer un rôle précis (système de clôtures, petites structures annexes ?).

20L’utilisation de poteaux comme éléments porteurs indique la mise en oeuvre de matériaux légers pour des édifices de plain-pied. La forte dégradation des vestiges ne permet pas de restituer les modes de construction et les techniques d’assemblage utilisés, aussi bien pour les élévations que pour les couvertures. L’utilisation de bois et/ou de torchis pour les parois paraît la plus probable et une couverture de végétaux la plus adaptée.

Le mobilier céramique

21Celui-ci provient de 17 structures, en majorité les silos transformés en dépotoirs, mais aussi d’un des trous de poteau de l’un des bâtiments. Il s’agit d’un ensemble modeste de 129 fragments, mais qui présente des caractères morphologiques suffisamment nets pour fournir des arguments de datation relativement fiables.

Les pâtes

22Toutes les céramiques sont tournées et cuites en atmosphère réductrice. Cependant quelques exemplaires pourraient témoigner d’une post-cuisson oxydante (couleur beige rosé, brun clair). En tout état de cause on note, pour un lot aussi réduit, une grande variété dans la couleur (du rouge sombre au gris soutenu, en passant par le gris clair) et la texture des pâtes. Celle-ci est généralement sableuse et grossière, à surface rugueuse. Les tessons sont friables, les poteries semblant mal cuites. Néanmoins, un petit groupe de pâtes de meilleure qualité se dégage : il s’agit de pâtes gris clair, de couleur et de texture homogènes, assez fines et bien cuites. Des inclusions blanches (calcaire) et noires (mica) les caractérisent. Il n’est pas exclu que des argiles kaolinitiques rentrent dans leur composition. Le fait que les décors à la molette affectent exclusivement les récipients de cette série, renforce l’hypothèse d’un groupe technologique distinct.

Les formes

23Un petit lot de fragments (dont 1 fond plat à bourrelet, 1 lèvre en amande, 1 lèvre à section triangulaire) paraît résiduel par rapport au reste du matériel. Ces objets témoignent de la fréquentation du site à la fin de l’Antiquité.

24Tous les autres fragments appartiennent au répertoire désormais bien connu du plein Moyen Âge : vases globulaires parmi lesquels prédominent largement les simples pots à cuire. Ces récipients sont équipés de deux types de lèvre, ici équitablement répartis : les lèvres évasées à gorge interne et les lèvres en bandeau. Un seul élément de bec pincé atteste la présence de cruches. A noter l’association de deux fonds plats avec les fonds lenticulaires de forme courante. Ces fonds plats et larges, très différents des fonds étroits et anguleux du haut Moyen Âge, constituent un type "intermédiaire". Les décors sur panse rencontrés sont tous exécutés à la molette ; ce sont des motifs simples de carrés et rectangles.

Proposition de datation

25Les céramiques de Pourcieux rentrent sans difficulté dans le répertoire des céramiques régionales des Xe-XIe s. La présence de fonds plats pourrait être un signe "d’archaïsme", conduisant à resserrer cette fourchette sur le Xe s. Il faut signaler l’absence de fond marqué dans cet ensemble, mais la faiblesse de l’échantillon n’autorise pas d’en tirer argument pour la chronologie. On sait par ailleurs que plusieurs sites de la région (Communay, Simandres, Rillieux-la-Pape dans le Rhône) ont livré des fonds marqués associés à ces fonds presque plats, dits intermédiaires. Il semble désormais acquis que la pratique du marquage des fonds en Lyonnais et Dauphiné s’est instaurée parallèlement à l’adoption progressive des fonds lenticulaires, dans le courant du Xe s.

Conclusion

26Il n’est pas possible de déterminer la fonction de chacun des trois bâtiments mis au jour à Pourcieux. Toutefois, le bâtiment Β pourrait être interprété comme l’habitation en raison de l’homogénéité et de la régularité de son plan, de ses dimensions supérieures aux autres, ainsi que de la présence de fragments de poterie. L’absence de foyer et de mobilier autre que céramique, limite l’interprétation. Les deux autres bâtiments se rapprochent par leur taille et la subdivision de l’espace en deux parties distinctes selon une répartition équivalent à un tiers/deux tiers. Une telle disposition est assez fréquemment reconnue dans l’architecture rurale du haut Moyen Âge (Chapelot, Fossier 1980; L’Ile-de-France, 1993 : 185). Elle invite à restituer un usage spécifique à chacune des parties : habitat et étable, ou grange et étable, ou encore étable et atelier. L’archéologie permet rarement de trancher entre ces hypothèses.

27À distance des bâtiments, une vaste aire d’ensilage se développe selon une organisation assez lâche, en dépit d’un groupe de fosses silos plus dense à l’ouest, formant une batterie d’une dizaine d’unités. Les espaces vides de structures peuvent se justifier par des emplacements réservés au stockage aérien des récoltes en vue de leur traitement avant ensilage (séchage, dépiquage ou battage). De telles observations ont pu être faites pour d’autres établissement agricoles du milieu du Moyen Âge, notamment ceux de Jons et de Rillieux-la-Pape, présentés dans ce volume.

28Ce type d’organisation spatiale, comportant une séparation nette entre une zone de stockage (et de traitement des récoltes ?) et un secteur bâti, trouve plusieurs équivalents régionaux. Ainsi, un phénomène identique a été observé sur les sites contemporains et voisins des Matras à Beauregard-Baret et des Basses-Plantées à Saint-Marcellin. Il ne s’agit pas de suggérer ici un modèle d’organisation agricole propre à ce secteur, compte tenu des incertitudes archéologiques qui subsistent sur tous ces sites : leur extension réelle demeure inconnue et la conservation des vestiges est trop médiocre pour confirmer leur agencement. Tout au plus peut-on avancer, pour Pourcieux, l’hypothèse d’une unité d’exploitation agricole, probablement tournée vers la céréaliculture, mais dont il n’est pas possible de dire si elle appartient à un groupe, ou s’il s’agit d’un établissement isolé. La capacité de stockage offerte par l’aire d’ensilage pourrait, en effet, dépasser les seuls besoins d’une petite communauté familiale.

29La chronologie relative des structures ne peut être approchée par l’archéologie, compte tenu de la nature du gisement. On admet cependant que les différentes constructions et équipements ont été occupés brièvement, puis abandonnés en même temps. Cette hypothèse se fonde sur le fait que la céramique est chronologiquement homogène pour l’ensemble du site, qu’il s’agisse de celle provenant des fosses transformées en dépotoirs, ou de celle restituée par le bâtiment A. Le site de Pourcieux peut être replacé dans les décennies qui encadrent l’an mil.

Bibliographie

Documentation

De Klijn, Vicherd 1996 : DE KLIJN (H.), VICHERD (G.). — Chatuzange-le-Goubet (Drôme), Pourcieux. Gallia Informations : l’archéologie des régions : Rhône-Alpes, 1996, p. 63-64

Rapport De Klijn 1989 : DE KLIJN (H.). — L’habitat carolingien de Pourcieux à Chatuzange-le-Goubet (Drôme). Rapport de fouille. Lyon : Ministère de la culture, DAH Rhône-Alpes, AREA, 1989, 33 p., 13 fig.

Table des illustrations

Titre 1. Emprise de la fouille et plan des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 2. Plans de détail des trois bâtiments
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2035/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access