Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Basse vallée de l'Isère

L’Albenc, Le Bivan

Isère

Hans De Klijn, Élise Faure-Boucharlat, Michel Feugère et Dominique Lalaï

Texte intégral

1. Vue générale des vestiges du Bivan depuis le nord-ouest

1. Vue générale des vestiges du Bivan depuis le nord-ouest

Département :

Isère

Commune :

L’Albenc

Lieu-dit :

Le Bivan

Numéro de site :

38 004 001

Coordonnées Lambert :

Xa : 845.515 Ya : 3327.950

Altitude NGF :

Xb : 845.620 Yb : 3327.995 200 à 225 m

Cadre d’intervention :

construction de l’autoroute A49

Responsables d’opération :

G. Vicherd et H. De Klijn

Date d’intervention :

1988

Surface fouillée :

15 000 m2

Extension totale du site :

inconnue

1La fouille du site du Bivan à L’Albenc a mis en évidence sept phases d’occupation, depuis le Hallstatt final jusqu’au XVIIIe s. (fig. 1). Pour la période médiévale, deux états ont été distingués. Le plus ancien (état I), attribué aux VIe-VIIIe s., se caractérise par un édifice à plan complexe, de plus de 500 m2, qui réutilise en grande partie les fondations d’un établissement du Bas-Empire. A l’extérieur de cet ensemble, des installations légères, difficiles à interpréter, semblent avoir coexisté avec lui, au moins pendant un temps. L’étape suivante (état II), située à la charnière des Xe-XIe s., se signale par les traces en négatif d’au moins quatre bâtiments de plain-pied en bois, que complètent de nombreux aménagements en fosse, dont plusieurs batteries de silos. Les vestiges présentent un état de conservation assez médiocre. Si l’extension totale du site n’est pas connue, l’envergure des décapages assure que l’essentiel de l’établissement a pu être étudié.

2En raison de leur situation géographique et chronologique, ces fouilles retiennent particulièrement l’attention. Elles offrent l’occasion d’aborder l’impact de l’Antiquité sur les formes de l’habitat rural du début du Moyen Âge, dans la partie sud de notre région, fortement romanisée ; elles permettent aussi de suivre, en un même lieu, l’évolution de cet habitat jusqu’à la fin du millénaire. L’approche minutieuse des problèmes de chronologie posés par ce site complexe a conduit à un réexamen détaillé des collections archéologiques, en particulier du mobilier céramique ; ceci a entraîné la révision de certaines datations avancées à l’issue de la fouille (rapport De Klijn et al. 1992 ; De Klijn, Vicherd 1996). Ce site méritait bien qu’on lui consacre enfin une monographie aussi complète que possible.

Le site dans son environnement

Le cadre naturel

3Le site du Bivan prend place sur les premières terrasses de l’Isère, au sud-ouest du bec de Verdun qui sépare les communes de Poliénas et de L’Albenc et forme limite en aval de l’ombilic de Moirans (fig. 2). L’étude géologique conduite à l’occasion des prospections préalables au programme autoroutier a montré la grande instabilité du cours de l’Isère dans ce secteur jusqu’à l’époque moderne (rapport Vicherd et al. 1988 : 41-75 ; Salvador 1991). L’Isère, autrefois tressée et méandrée, s’est progressivement écartée des terrasses des deux rives, principalement de la rive droite, pour se rapprocher de son cours actuel (en très grande partie artificiel, depuis les travaux d’endiguement du XIXe s.). Les étapes de la réduction du méandrage ne sont pas connues en détail, mais une mesure par le radiocarbone d’éléments provenant du colmatage du méandre des Moiles, à Polénias, indique une date dans le Haut-Empire.

2. Le site du Bivan à L’Albenc dans son environnement

2. Le site du Bivan à L’Albenc dans son environnement

3. Plan d’ensemble des vestiges, toutes périodes confondues

3. Plan d’ensemble des vestiges, toutes périodes confondues

4Le Bivan occupe deux plans en terrasse (200 et 225 m environ), attribuables au Würm récent, en pente douce et régulière. Un thalweg nord-est-sud-ouest, peu marqué, traverse la terrasse inférieure jusqu’à l’Isère. L’historique de leur formation est encore mal connu. Des dépôts morainiques montrent l’arrêt du glacier würmien à cet endroit, mais on ignore s’ils constituent ses limites frontales ou latérales. La physionomie actuelle des terrasses semble résulter de l’interaction, simultanée ou non, de plusieurs incisions latérales postglaciaires. En effet, la présence du seuil de Rovon, au droit du Bivan, est vraisemblablement à l’origine de l’érosion latérale est-ouest des terrasses par l’Isère, à cet endroit. Par ailleurs, la barre rocheuse de Verdun, au nord-est, a vraisemblablement canalisé le rejet des eaux de la Lèze vers le sud-ouest et contre la terrasse inférieure du Bivan, provoquant alors une incision latérale nord-est-sud-ouest (Salvador 1991).

5La faible valeur pédologique des sols issus de l’érosion du toit des terrasses, de constitution argilo-sableuse, associée à la perméabilité du substrat graveleux, constitue des conditions d’implantation relativement médiocres. Le réseau hydrographique de surface se caractérise par une absence quasi totale des eaux de ruissellement et une profondeur importante des nappes phréatiques (supérieure à 8 m). On note, toutefois, une source toujours active au nord-ouest de la zone de fouille.

Le contexte archéologique et historique

6Ce secteur de la basse vallée de l’Isère, axe de communication naturel entre mondes alpin et rhodanien, offre des traces d’occupation humaine dès la Préhistoire. Citons les sites prémoustérien de Mayoussière à Vinay et chalcolitique de Faverges à L’Albenc. Les âges du Bronze et du Fer sont principalement représentés par des habitats sous abri (Bocquet 1969), à l’exception de celui mis au jour au Bivan et, peut-être, d’un oppidum aux Roches de Verdun, à 600 m au nord-est de celui-ci.

7Les témoins de la période gallo-romaine attestent une forte densité de l’occupation, principalement sur les deux premières terrasses (Michel 1987). Les sites archéologiques connus sont inégalement répartis, mais occupent de préférence le pied des reliefs, comme le démontrent les découvertes monétaires anciennes (L’Albenc, L’Allègrerie, Vinay). Par ailleurs, les prospections ont mis en évidence de nombreux indices de sites, tant sur les rebords des terrasses et les marges des thalwegs qu’en contre bas. L’époque gallo-romaine correspond vraisemblablement à une phase de mise en culture, comme en témoignent des établissements agicoles isolés sur les terrasses (L’Albenc, Beaulieu, Saint-Sauveur...) ; mais l’occupation est difficile à cerner, en raison d’une forte érosion. Les traces de deux centuriations antiques, qui auraient été reconnues au Bivan, montreraient que ces installations rurales rentrent dans un véritable programme d’occupation de la vallée. Les agglomérations actuelles de Tullins, Polénias et Vinay pourraient avoir une origine antique. Plus éloignée du secteur étudié ici, Moirans, la Morginum de la Table de Peutinger, paraît avoir connu une certaine importance. Dans l’ensemble, ces agglomérations semblent s’être établies aux abords d’une voie est-ouest qui correspondrait, en partie, à l’actuelle RN 92.

8Si pour le haut Moyen Âge, la présence des Burgondes est attestée dans la région, son impact sur la population locale semble avoir été limité (Colardelle 1983). A partir de 534 ap. J.-C., date de la défaite burgonde, le secteur fait partie du royaume franc (mérovingien, puis carolingien), avec un intermède, celui du royaume de Boson, à partir de 879. De nouveaux découpages territoriaux et administratifs s’ensuivent. Tullins, siège d’une villa carolingienne mentionnée en 853, est chef-lieu d’un pagus, par la suite intégré à celui de Sermorens. La fin de la période carolingienne coïncide avec la formation du Dauphiné par l’inféodation, en 1029-1030, par l’archevêque de Vienne, du sud Viennois à la famille des Guigue d’Albon et du nord Viennois aux comtes de Savoie. Mais, dans le secteur de L’Albenc, aucune donnée archéologique ne vient éclairer l’histoire du peuplement avant les découvertes faites au Bivan. Un établissement religieux carolingien est mentionné, sans autre précision, aux Verz ou au Vert, dans le secteur de l’Ile d’Armieux (Poliénas), mais sa localisation exacte reste inconnue (rapport Vicherd et al. 1988 : 143). Le gisement du Bivan domine le pont de Saint-Gervais et le port de la rive gauche, à l’emplacement d’un ancien passage à bac, figuré sur la carte de Cassini en 1768. D’ailleurs, toute la zone paraît constituer un noeud de communication important depuis l’Isère par la vallée de la Drévenne, le défilé de Verdun et la vallée de la Lèze. La durée de l’occupation du site du Bivan, ainsi que la présence d’une maison forte à proximité, en témoignent.

Les vestiges archéologiques

9Toutes périodes confondues, les vestiges présentent une très forte densité au centre de la zone fouillée (fig. 1 et 3). De l’enchevêtrement de maçonneries, empierrements, fosses et autres négatifs de structures, ressort le plan allongé et compartimenté d’un édifice à solins de pierre. Bien que largement arasées, les constructions ont conservé suffisamment d’informations stratigraphiques pour que l’on puisse comprendre les modalités de l’occupation du début de l’Antiquité au milieu du Moyen Âge.

10L’occupation antique peut être divisée en trois grandes étapes. Les premières constructions, datées de la fin de la période augustéenne, sont composées de trois bâtiments en matériaux légers disposés autour d’une cour réservée à une activité artisanale. Un système d’adduction en bois et pierres sèches achemine l’eau d’une source située au nord-ouest de la fouille. La deuxième étape (Tibère-Claude) voit l’extension de l’occupation selon une nouvelle orientation. Six bâtiments, toujours en matériaux légers, s’organisent autour d’une construction à plan complexe. L’adduction d’eau est conservée, mais modifiée. La vocation agricole de cet établissement est démontrée. La dernière phase de l’occupation (fin IIe - milieu IVe s.) se traduit par un regroupement des fonctions dans un vaste bâtiment qui conserve l’orientation des constructions préexistantes et dont les pièces se distribuent autour d’une cour (fig. 4). Les constructions légères font place à une architecture mixte (soubassement de pierre, élévation de terre). Des annexes ont été reconnues au sud. Une nouvelle installation hydraulique est attribuée à cette période.

4. Plan de l’établissement du Bas-Empire

4. Plan de l’établissement du Bas-Empire

État I : l’établissement du haut Moyen Âge

11La première phase de l’occupation médiévale (état I) intervient après une période d’abandon des constructions antiques. Elle regroupe deux ensembles (1 et 2), dont les différences morphologiques recouvrent probablement des réalités chronologiques différentes (fig. 5). Dans la partie nord-est du secteur fouillé, le premier ensemble correspond à un vaste édifice à solins de pierre, orienté nord-est-sud-est, qui se superpose en partie aux fondations du bâtiment abandonné au IVe s. Plusieurs constructions annexes, sur solins ou sur poteaux plantés, s’étendent vers le sud-ouest. Situé à une vingtaine de mètres du précédent, le deuxième ensemble est bien différent, constitué entièrement de constructions légères, parmi lesquelles pourraient figurer deux petits édifices à sol ou à sous-sol excavé.

5. Plan de l’établissement du haut Moyen Âge

5. Plan de l’établissement du haut Moyen Âge

L’ensemble 1 : une grande demeure rurale et ses dépendances

Les transformations du bâti de la fin de l’Antiquité

12L’établissement du haut Moyen Âge s’inscrit dans un vaste rectangle (34 x 19 m). Sa composition complexe, résultat sans doute de plusieurs étapes de construction, tient compte des constructions préexistantes. Le noyau primitif correspond à l’alignement de trois salles rectangulaires, côté ouest (1 à 3), qui bordent une cour ouverte (4). Les dimensions des salles 2 et 3 demeurent inconnues, en raison d’une importante perturbation moderne. Mais il est probable qu’elles sont analogues à celles de la salle 1 (6,50 x 3,80 m). Les murs solins sont construits avec des galets assemblés au mortier, parementés et fourrés de galets de plus petit module. Leur largeur varie de 0,30 à 0,50 m. Les solins des murs porteurs, qui constituent le pourtour externe des salles 1 à 3, reposent sur deux assises de galets installées dans une petite tranchée de fondation.

13Durant l’occupation médiévale (fig. 5), les solins antiques sont renforcés par une simple ou une double rangée de galets (leur largeur moyenne est désormais de 0,75 m). Cet ajout, sans tranchée de fondation, est exécuté dans un appareillage assez soigné, sans liant visible. L’élévation maximum ne semble pas dépasser trois assises. La base de la couche d’occupation de l’état I se situe à la hauteur de la dernière assise antique conservée, et aucun niveau de démolition n’a été observé entre les deux (fig. 8 et 9).

14La reprise des maçonneries préexistantes s’accompagne d’une réorganisation interne du plan de l’établissement du BasEmpire et de la création de nouvelles constructions au sud-ouest. Certains caractères architecturaux (plan, procédés architecturaux) permettent d’identifier une organisation bipartite, salles A à L d’une part, salles M à Ρ d’autre part.

Le corps de bâtiment principal : pièces A à L

15Le plan du bâtiment primitif est transformé par la création de nouvelles subdivisions et par différents agrandissements (fig. 5). Ainsi, l’ancienne salle 1 est divisée par une étroite fondation de galets (0,35 m), créant une petite pièce supplémentaire (B) (1,70 x 3,50 m). Les deux pièces A et Β comportent un niveau d’occupation de limons noirs et organiques, riches en mobilier, correspondant à une succession de sols en terre battue. Ce niveau est installé directement sur un radier mis en place à l’époque précédente. Plusieurs cavités destinées à l’installation d’éléments porteurs ont été observées, notamment dans les murs sud, ouest et est de la salle A.

16Aucun changement notable n’apparaît dans la configuration des salles C et D par rapport à l’état précédent (anciennes salles 2 et 3). Elles comportent également un niveau d’occupation de limons noirs et organiques, renfermant peu de mobilier, installé directement sur le sol de graviers et de petits galets jointifs du bâtiment primitif. En revanche, l’ancienne cour 4 a été profondément transformée par la création de six espaces nouveaux (E à J), mais dont le plan ne peut être défini avec précision.

17La salle Ε (dimensions minimum : 3,60 x 4,20 m) est créée sur le flanc est de la salle À par l’ajout d’un solin, partiellement conservé (I. : 0,60 m, L. conservée : 4,20 m), en galets, blocs calcaires et tuiles, liés au mortier. Elle comporte, dans son angle sud-ouest, les restes d’une succession de sols en terre battue, pauvres en mobilier, reposant sur le radier de gros galets de la cour du bâtiment primitif.

18La salle F flanque la salle Ε au nord (dimensions minimum : 2,50 x 6 m). Son imposant solin nord (I. : 0,80 m), avec double parement en galets est lié au mortier ; il comporte quatre assises au niveau de la fondation, surmontées d’une élévation de trois assises. Côté sud-ouest, un ressaut est aménagé au niveau de la jonction entre fondation et élévation (installation de plancher ?). Son articulation avec les maçonneries des salles Β et C montre plusieurs réfections et reprises en sous-oeuvre (traces de calages de poteau dans les solins). Aucun niveau d’occupation ou de sol ne subsiste.

19L’espace G (7,20 x 5,20 m) occupe environ le quart nord-est de l’ancienne cour. Faute d’éléments architecturaux suffisants, aucune certitude n’existe quant à l’existence d’une.couverture. Il conserve le radier de gros galets calibrés de l’état précédent.

20La salle H, de plan rectangulaire (3 x 12 m) est délimitée, côté ouest, par les salles C et D et, côté est, par un alignement de quatre gros trous de poteau, placés à intervalles irréguliers. Il pourrait s’agir d’une galerie couvrant le flanc ouest de la cour d’origine. Aucun niveau d’occupation ou de sol ne subsiste.

21L’organisation précise des petites salles I et J n’est pas connue. Délimitées par d’étroits murets de galets, celles-ci semblent résulter de la subdivision d’un bâti préexistant.

22La salle Κ est créée sur le flanc nord du bâtiment primitif (I. : 3,70 m, L. conservée : 7,20 m). Seule une partie du solin nord subsiste sur trois assises (I. : 0,60 m). Celui-ci est pourvu de parements interne et externe, sans liant visible. Aucune division interne de cet espace n’a été repérée. Son sol de petits galets et d’éclats calcaires jointifs comporte une couche d’occupation de limons noirs et organiques.

23La salle L disposée en équerre par rapport à la salle Κ correspond, comme elle, à la création d’un espace supplémentaire. Sa configuration et ses dimensions sont difficiles à saisir. Le solin est, conservé sur 3,20 m seulement, est composé de galets et de blocs calcaires assemblés sans liant. Son tracé est légèrement désaxé par rapport aux autres murs, vraisemblablement en raison de la rupture de pente à cet endroit, dont il semble suivre la bordure. L’étroitesse de la salle (2 m), la faible épaisseur du solin (0,40 m), son exposition au sud-est et la présence, directement à l’est du tronçon de mur conservé, d’un important niveau de tuiles brisées sur place, suggèrent une fonction de galerie. Il est possible qu’elle forme, avec K, une galerie en L, englobant le corps principal du bâtiment.

Les constructions annexes : pièces M à Ρ

24Les constructions décrites ci-dessous se différencient nettement des précédentes par la nature de leurs matériaux et leur mise en oeuvre. Les solins étroits (I. moyenne : 0,40 m) sont construits avec de gros blocs calcaires grossièrement équarris, des fragments de tuiles et quelques galets assemblés sans liant visible. L’appareil est irrégulier, les gros blocs constituant le plus souvent la largeur totale du mur, les interstices étant bourrés de galets et de fragments de tuiles.

25La salle M (7 x 3,00 m) est établie dans le prolongement de la salle E. L’utilisation de poteaux porteurs est attestée dans son angle sud-ouest, à la jonction avec la salle N. Aucun sol ou niveau d’occupation n’est conservé.

26La salle N, de plan rectangulaire (4 x 2,40 m), constitue la limite sud-ouest du grand bâtiment de l’état I. Les quatre solins sont relativement bien conservés, mais les niveaux d’occupation ont disparu.

27Les espaces Ο et Ρ sont moins bien connus. Les solins ne subsistent que partiellement et aucun sol ou niveau d’occupation n’est conservé.

28Le bâtiment Q, presque carré (6 x 5,60 m), se situe à une dizaine de mètres au sud-ouest du bâtiment principal et présente un léger désaxement par rapport à celui-ci. Il est installé sur un important remblai de limons et de graviers, qui recouvre les niveaux gallo-romains. Les solins, conservés parfois sur trois assises, sont constitués de gros galets et blocs calcaires, dans un appareil doublement parementé mais peu soigné et assemblé sans liant visible. Leur facture et le choix des matériaux les rapprochent des maçonneries des salles M à Ρ ; ces similitudes pourraient indiquer la contemporanéité des constructions. Le sol de graviers et de gravillons jointifs et serrés est surmonté d’un remblai de limon brun. Le relatif isolement de la construction lui confère sans doute une fonction particulière que son arasement et l’absence de mobilier spécifique ne permettent pas de cerner. L’hypothèse d’un grenier isolé reste fragile : si le plan et les dimensions évoquent certaines installations associées à des villae du Bas-Empire du nord de la Gaule, interprétées comme des greniers sur vide aéré (Van Ossel 1992 : 154-157), celle du Bivan ne présente ni contrefort, ni trace d’ancrage ou de support d’un plancher surélevé ; la largeur des solins par rapport à la superficie en cause est le seul indice qui puisse être avancé. Il est plus sage d’évoquer plus largement, pour le bâtiment Q, la fonction d’annexe agricole.

Les aménagements périphériques : structures R à U

29Au sud et à l’est, le bâtiment principal est entouré de groupes de trous de poteau, de taille et de profondeur variées (diam. 0,20 à 0,65 m, prof. 0,20 à 0,44 m). Les lignes directrices font apparaître l’emplacement de plusieurs aménagements qui s’inscrivent dans la trame des constructions maçonnées.

30Les aménagements S, Τ et U, alignements de négatifs de poteaux, entourent les salles M à Ρ sur les côtés ouest et sud ; les données manquent pour le côté est. Il pourrait s’agir du tracé d’une palissade délimitant un vaste enclos rectangulaire. La palissade ouest (S) (L. : 20 m) est installée dans le prolongement du mur externe nord du corps principal. La palissade Τ (L. : 17 m) lui est à peu près perpendiculaire. L’agencement de l’ensemble U (L. : 7 m) suggère un dispositif de protection en chicane pour une entrée pratiquée à peu près dans l’axe longitudinal de l’enclos.

31La structure R dessine au sol le plan rectangulaire d’un petit édicule en bois (1 x 3,30 m minimum). A titre d’hypothèse, il peut être mis en relation avec les aménagements décrits plus haut : protection d’une autre entrée établie sur le côté est de l’enclos ?

Les matériaux et leur mise en œuvre

32La plupart des matériaux de construction susceptibles d’être employés au Bivan se trouvent en abondance au voisinage du site : galets, blocs de calcaire, gravier, argile, et, le cas échéant, bois. La faiblesse des niveaux de démolition, autour et à l’intérieur des différentes structures, semble indiquer l’utilisation de matières périssables, aussi bien pour les élévations que pour les couvertures. Mais il faut garder à l’esprit que la superposition des occupations a pu s’accompagner de la récupération des éléments réutilisables.

33Les vestiges du bâtiment de l’état I comportent les indices de plusieurs modes de construction et d’assemblage, révélateurs d’une architecture "mixte", associant pierre, terre et bois. Les choix techniques des constructeurs du haut Moyen Âge semblent en grande partie guidés par la nécessité de s’adapter aux structures héritées de l’Antiquité, d’où le recours à des formes architecturales propres à cette période. C’est, bien sûr, la présence généralisée des solins de pierre qui conditionne les hypothèses de restitution qui suivent. La largeur des maçonneries constitue éventuellement un indice. Ainsi, la taille des solins des murs externes des pièces A à Κ (I. : 0,70 à 0,80 m), qui résulte du doublage de murs préexistants, peut convenir à des murs élevés en pleine terre (pisé, bauge). Ce peut être aussi l’indice d’un étage. Les solins plus étroits, en général réservés au subdivisions internes, ont pu recevoir des parois en pans de bois, voire en torchis sur clayonnage. Les différents systèmes ont pu se combiner. Mais, en définitive, les observations archéologiques les plus probantes renvoient à la technique du pan de bois ou du colombage, qui associe la terre, sous forme de briques crues, de terre damée ou encore de torchis, et le bois, sous forme de sablières basses et de supports verticaux.

34A cet égard, deux procédés semblent avoir été employés au Bivan : celui où l’élévation en terre avec poteaux raidisseurs repose sur une sablière basse ininterrompue, prenant appui sur un solin majoritairement en galets ; celui où la sablière basse est interrompue pour permettre l’ancrage des poteaux dans des cavités ménagées dans les maçonneries, ou leur appui sur de gros blocs de pierre incorporés à celles-ci. Ces aménagements sont lisibles dans les angles des pièces, à la liaison de plusieurs murs dont ils indiquent le renforcement et ou la réfection. Un exemple est fourni par l’intersection des murs des salles M et N. Un négatif de forme carrée (0,40 x 0,40 m) marque l’emplacement d’un puissant support contre lequel prennent appui les trois murs. L’emploi d’éléments porteurs, soit encastrés dans les solins, soit reposant sur une base, ne semble pas généralisée, mais plutôt réservée aux points sensibles (fig. 6).

6. Cavité ménagée dans la maçonneries pour ancrer un poteau

6. Cavité ménagée dans la maçonneries pour ancrer un poteau

35On manque d’informations pour proposer une restitution fiable de la charpente et de ses techniques d’assemblage. Le mode de couverture du bâtiment du haut Moyen Âge pose également problème. Les déblais de démolition, on l’a dit, comportent peu de fragments de tuiles, excepté les deux poches mentionnées dans les espaces Κ et L ; mais une récupération n’est pas exclue. Les pièces nord (A à K) pourraient avoir été couvertes en tuiles, d’autant plus que le doublement des murs externes de ces pièces pourrait répondre au poids d’une charpente conséquente. En revanche, les constructions sud (M à P), comme le petit bâtiment Q, à soubassements plus légers, pourraient avoir reçu une couverture en matériaux périssables.

L’ensemble 2 : une zone de stockage ou un groupe de constructions légères ?

36Localisé au sud-ouest de la zone de fouille, l’ensemble 2 se distingue nettement du grand édifice décrit ci-dessus. Par sa position, sans rapport avec l’organisation de celui-ci ; par la nature des vestiges, témoins d’installations en matériaux périssables, dont l’interprétation n’est pas assurée (fig. 5).

Les fosses circulaires

37Cinq au moins sont conservées ; elles se caractérisent par leur plan circulaire (diam. entre 1 et 2 m) et leur profil en U. Leur profondeur varie entre 0,45 et 0,80 m. Deux d’entre elles comportent un surcreusement en leur fond. Leur remplissage comporte des gros galets, des graviers, des fragments de tuiles, des charbons de bois, ainsi que de rares fragments de céramique, le tout dans une matrice de limons bruns et organiques. La destination première de cette série de fosses est difficile à déterminer. Il pourrait s’agir de silos excavés, dont l’érosion n’aurait épargné que la partie inférieure. Les surcreusements, observés à deux reprises dans des fosses de grand gabarit, pourraient être la trace d’aménagements internes particuliers (calage de système d’accès amovible, calage de système de couverture ?). Des observations analogues ont été faites, dans le nord de la région, pour de grands silos, dont l’état de conservation autorise une interprétation plus assurée (cf. supra monographies de Reyrieux et de Jons). Mais la disposition de quatre de ces fosses selon un plan approximativement carré, conduit à ne pas écarter l’hypothèse de négatifs de puissants supports verticaux. Auquel cas, il faudrait admettre des portées très importantes (10 m). Le bâtiment ainsi défini offrirait une surface de 100 m2 minimum.

Les grandes fosses oblongues

38Deux structures, localisées à l’est et sud-est des fosses décrites ci-dessus, présentent une forme oblongue et des dimensions importantes (fig. 5). La structure V (L. : 4,50 m ; I. : 2,70 m) présente un profil en cuvette irrégulier (prof. maximum : 0,53 m). Le remplissage est constitué de limons noirs et organiques, renfermant des charbons de bois, des cendres, des fragments de tuiles, quelques gros galets et un abondant mobilier. Il recouvre un niveau de limons gris et cendreux, renfermant des fragments de poteries et d’os, le plus souvent posés à plat, et tapissant le fond de la fosse ; celui-ci repose sur un niveau induré de graviers et de gravillons.

39De dimensions légèrement supérieures (L. : 4,70 m, I. : 2 m, prof. : 0,78 m), la structure W présente également un profil en cuvette, marqué par deux importants surcreusements. Côté sud-est, elle a été recoupée par un fossé à profil en U, peu profond. Elle présente une séquence stratigraphique identique à celle de la structure précédente.

40Ces vastes excavations suggèrent plusieurs interprétations. La plus commune serait celle de fosses d’extraction de terre. Mais on a vu que la base de leur remplissage (couche indurée, mobilier) signale un niveau d’occupation ou, du moins, d’utilisation. En revanche, l’irrégularité de la surface de leur fond s’accorde mal avec l’hypothèse de sols proprement dits. Il pourrait s’agir de simples vides sanitaires sous plancher, pour des petits édifices en matériaux légers, dont les parois, s’ils en étaient pourvus, ne nécessitaient pas de supports verticaux ancrés dans le sol.

41D’autres hypothèses sont avancées : les fosses seraient destinées à la conservation de denrées (ensilage temporaire, stockage de récoltes) sous une couverture amovible (végétaux, terre) ou contenues dans des récipients en matière organique. Ce mode de stockage complémentaire des silos classiques a été reconnu par exemple au quartier ouest de Lunel Viel (Hérault), où, il est vrai, les structures concernées sont plus petites que celles du Bivan (Raynaud 1990 : 78 et 82). Le niveau limoneux qui tapisse le fond des fosses pourrait également indiquer la présence d’eau stagnante, intentionnellement ou non. Quoiqu’il en soit, les fosses V et W ont servi par la suite de dépotoirs, ce qui explique en partie la longue séquence chronologique constatée dans l’étude du mobilier issu de leur comblement (cf. infra).

État II : autour le l’an mil, une exploitation agricole en matériaux légers

42Les vestiges de cet état se développent sur une superficie d’environ 1 800 m2. Ils correspondent à au moins quatre bâtiments distincts. Ils se matérialisent au sol par des séries de trous de poteau dont l’organisation suggère, avec plus ou moins de régularité (taille des négatifs, axes d’alignement et de symétrie) les plans et les volumes de bâtiments de plain-pied à ossature de bois. La représentation graphique de ces constructions rend compte des incertitudes de la restitution (fig. 7). L’orientation et la disposition des bâtiments montrent qu’ils constituent un groupe cohérent, disposé autour d’un espace ouvert, sorte de cour qui comporte plusieurs dizaines de structures en creux, dont une majorité de fosses silos.

7. Plan de l’établissement du milieu du Moyen Âge

7. Plan de l’établissement du milieu du Moyen Âge

Les bâtiments à ossature de bois

43Le plan incomplet du bâtiment A (8 x 5 m) est signalé par 6 trous de poteau (diam. moyen : 0,50 m), irrégulièrement espacés. Une division interne ne peut être proposée avec certitude, mais la possibilité de travées nord-sud, d’une largeur moyenne de 2 m, n’est pas exclue.

44Le bâtiment B, orienté nord-est-sud-ouest (10,50 x 5 m), est restitué par 8 trous de poteau (diam. moyen : 0,50 m), régulièrement espacés. Il est divisé en deux nefs (I. : 2 et 3 m) et deux travées inégales (A1 : 4,50 m et A2 : 5,50 m). Un trou de poteau supplémentaire, à l’angle nord-est, pourrait signaler une troisième nef, mais il peut également indiquer d’autres types d’aménagements (protection d’une entrée ?).

45Le bâtiment C, presque carré (5,50 x 5 m), comporte 8 trous de poteau. Le poteau cornier sud-ouest manque, tandis que, dans l’angle sud-est, trois gros blocs de calcaire peuvent avoir servi de base à une pièce verticale. Le poteau central permet d’envisager une division en deux nefs (C1 et C2). Cet édifice avait conservé son sol de gravillons serrés, comportant quelques rares fragments de céramiques posés à plat.

46Le bâtiment D est une vaste construction rectangulaire, nord-ouest-sud-est (24 x 7 m), matérialisée par des trous de poteau espacés régulièrement tous les 2,50 ou 3,30 m. Une rangée médiane indique une division en deux nefs, d’égale largeur (3,75 m). La correspondance de leur emplacement avec les poteaux des longs côtés permet de proposer une division en au moins trois travées (D1, D2 et D3), de largeur variable (entre 3 et 5,30 m). La partie ouest (D4) est plus hypothétique : deux travées supplémentaires sont suggérées par les supports de la ligne faîtière. Aucun niveau de sol ou d’occupation n’a été observé.

47La matérialisation au sol des plans par des trous et calages de poteau, ainsi que l’absence de matériaux de démolition, indiquent la mise en œuvre de matériaux entièrement périssables pour les élévations comme pour les couvertures des bâtiments. Mais la forte dégradation des vestiges ne permet pas de retracer avec certitude les procédés architecturaux utilisés. Toutefois, les plans relativement simples des constructions du Bivan ne suggèrent pas des techniques d’assemblage complexes. A cet égard, la distribution et le gabarit des trous de poteau de certaines structures peuvent fournir des renseignements précieux sur les procédés de construction.

48Le plan à deux nefs de trois des quatre bâtiments pourrait indiquer une couverture à double pente, sur une charpente à poutre faîtière reposant sur des poteaux axiaux (2 ou 3 pour les petits bâtiments, 5, voire plus pour le plus grand). Cette technique suppose l’emploi de poteaux porteurs de fort gabarit, en raison de la pression exercée par la toiture. Le plan de l’édifice principal de l’état II (bât. D), bien que plus complexe, répond à cette hypothèse de restitution. La taille nettement supérieure des négatifs des poteaux signale leur fonction porteuse à part entière.

49Aucun indice ne concerne les élévations. Des parois de clayonnage et torchis venaient probablement s’insérer entre les poteaux externes. L’absence de trace des piquets de fixation du clayonnage n’est pas un argument suffisant pour démontrer le recours à des sablières basses.

Les ensembles de fosses et de silos

50Au nombre de 48, les fosses se concentrent entre les bâtiments A et D. La superposition de certaines d’entre elles et des espaces bâtis indique que l’organisation de ce secteur a évolué. D’après leur plan, leur profil, leur profondeur et leur remplissage, on distingue plusieurs catégories (fig. 7) :

  • Les grandes fosses à plan irrégulier, à profil en cuvette : ce groupe se compose de 4 structures (n° 1 à 4). Leur remplissage est formé d’une matrice de limons noirs et organiques, renfermant des charbons de bois, des fragments de tuiles, de gros galets, parfois éclatés par la chaleur, et des cailloutis. L’abondance du mobilier résiduel antique, comme la composition très hétérogène du remplissage résultent d’un fort remaniement du terrain. L’hypothèse de fosses d’extraction de terre est la plus probable ;

  • Les fosses quadrangulaires à profil en cuvette : 4 structures (n° 5 à 8) ont été classées dans cette catégorie. Ces fosses, de taille variée, ont en commun leur faible profondeur (entre 0,30 et 0,35 m) et la nature de leur remplissage : limon noir organique, incluant des galets, des charbons de bois, des fragments de tuiles et de la céramique antique. L’une d’entre elles, particulièrement riche en charbons de bois, fournit également des galets éclatés par la chaleur et des nodules d’argile rubéfiée ; autant de faits qui évoquent la vidange de foyers ;

  • Les structures circulaires peu profondes, à profil en cuvette : cette catégorie regroupe 14 structures. Elles sont de plan circulaire avec un diamètre d’ouverture variable (0,60 à 1,30 m). Leur profondeur est généralement assez faible (0,30 à 0,50 m). Le remplissage de limon comporte des fragments de tuiles, de poteries et des charbons de bois. Certaines étaient dépourvues de tout mobilier ;

  • Les fosses silos : cette catégorie regroupe au moins 26 structures. Deux types ont été distingués : profil en U et profil en ampoule. Le remplissage est généralement stratifié : des couches de limons noirs, organiques et très charbonneux, renfermant des niveaux de gros galets (calibre > 10 cm), un abondant mobilier ainsi que des matériaux résiduels (tuiles, céramique antique, etc.), alternent avec des couches de limons et de sables bruns ou gris peu puissantes et stériles (sédimentation naturelle ou effondrement des parois). Elles se caractérisent par leur grande taille et leur volume, qui peut dépasser le mètre cube, sans tenir compte de l’érosion de la partie supérieure (majorité des diamètres de fond compris entre 0,70 et 1,50 m; majorité des profondeurs conservées entre 0,90 et 1,30 m). Les niveaux de galets observés dans certains remplissages pourraient correspondre à l’effondrement des couches de colmatage des orifices. Des traces de surcreusement concernent quelques fosses. Elles pourraient signaler des agrandissements ou des réfections, suite à la dégradation des parois ou des ouvertures.

8. Coupe A-B, transversale à la salle A

8. Coupe A-B, transversale à la salle A

1. Terre végétale ; 2. Couche de petits graviers et galets jointifs, dans une matrice de limons sombres et organiques : niveau d’occupation de l’état II ; 3. Fosse (état II) ; 4. Niveau de démolition des constructions de l’état I ; 5. Solin est de la salle A de l’état I (remploi de maçonneries du Bas-Empire) ; 6. Solin ouest de la salle A de l’état I (remploi de maçonneries du Bas-Empire) ; 6’. Doublage du solin 6 (état I) ; 7. Couche de limons noirs et organiques : niveau d’occupation de l’état I ; 8. Remblai de la cour G (état I) ; 9. Niveau de tuiles brisées en rapport avec la galerie L (état I) ; 10. Sol de galets jointifs de la salle A (Bas-Empire) ; 11. Trou de poteau (Antiquité) ; 12. Niveau d’occupation (Antiquité) ; 13. Niveau d’occupation (Antiquité) ; 14. Trou de poteau (Antiquité) ; 15. Niveaux de graviers et galets colluvionnés, avec passages de sables gris et grossiers : terrain naturel.

La chronologie du site

51La datation des phases d’occupation de l’établissement offre de nombreuses difficultés, qui tiennent en grande partie à l’imbrication des structures depuis l’Antiquité jusqu’au milieu du Moyen Âge. Le remploi, assez systématique, pour l’édifice de l’état I, de maçonneries et de sols préexistants a occasionné le remaniement des couches, entraînant fréquemment le déplacement du mobilier archéologique. Les structures en creux de l’état II ont aussi considérablement détérioré les constructions plus anciennes. Par conséquent, peu d’ensembles archéologiquement clos permettent d’étayer les datations des niveaux du haut Moyen Âge. Les informations chronologiques sont donc toujours avancées avec prudence. Cependant la réalisation de nombreuses coupes stratigraphiques, un mobilier relativement abondant et étudié avec minutie et l’apport d’analyses par le radiocarbone offrent quelques garanties.

La stratigraphie

52Six grandes sections ouest-est, complétées d’une dizaine de petites coupes, ont été réalisées sur une longueur de plus de cent mètres linéaires. Elles font apparaître au moins huit phases chronologiques qui atteignent, dans les endroits les mieux conservés, une puissance d’environ 1,80 m. Mais les phases observées dans les diverses coupes ne se répètent pas systématiquement, rendant la corrélation des niveaux de même période extrêmement délicate. Leur état de conservation, tout comme leur représentativité, sont très inégaux d’un endroit à l’autre.

53À ces caractéristiques, il faut ajouter le rôle de l’érosion sur des vestiges par nature fragiles. Là où la terrasse affleure, ils ont quasiment disparus, à l’exception des structures en creux et d’une partie des constructions "en dur". L’importance de l’érosion peut être mesurée par le fait que les vestiges, de périodes aussi éloignées que le premier âge du Fer et le haut Moyen Âge, se situent à une altitude très proche (entre 211,50 et 211,90 m). La zone nord-est, relativement plane, a été moins dégradée. Les structures sont relativement bien préservées, parfois protégées par les colluvions venant de l’ouest. La présentation schématique de deux sections (coupes A-B et C-D), pratiquées dans la partie résidentielle de l’établissement, permet d’appréhender ces phénomènes (fig. 8 et 9).

9. Coupe C-D, diagonale aux salles F, H et C

9. Coupe C-D, diagonale aux salles F, H et C

1. Fosse (état II) ; 2. Fosse (état II) ; 3. Fosse (état II) ; 4. Solin nord de la salle F (état I) ; 4’. Solin ouest de la salle F (remploi de maçonneries du Bas-Empire) ; 5. Fosse circulaire et profonde (Bas-Empire ?) ; 6. Niveau d’occupation (Antiquité) ; 7. Niveau d’occupation (Antiquité) ; 8. Fosse (non datée) ; 9. Fosse (non datée) ; 10. Fosse (non datée) ; 11. Puits perdu ? (non daté) ; 12. Poche de limons jaunes et stériles colluvionnés : terrain naturel ; 13. Niveaux de graviers et galets colluvionnés : terrain naturel.

Le mobilier céramique

54La nécessité de rechercher les meilleurs arguments de datation a conduit à un réexamen complet du mobilier céramique. Les attributions chronologiques faites à l’issue de la fouille ont parfois été révisées, en particulier pour les installations du début du Moyen Âge, qui ont été regroupées en une même grande phase (I) et "rajeunies".

La céramique de l’état I

55Contrairement aux apparences (absence de niveaux de démolition antiques), l’hypothèse d’une occupation continue des constructions depuis le Bas-Empire est remise en question, comme y invitent les céramiques provenant des niveaux et structures de l’état I et une datation au radiocarbone. Plus délicat encore est d’établir la chronologie relative entre les ensembles 1 et 2 de ce premier état, faute de toute relation stratigraphique.

État I, ensemble 1

56Compte tenu des conditions de gisement, peu de structures attribuées à cet état contiennent des lots de céramiques homogènes. Aussi, l’échantillon disponible est réduit : 362 fragments dont seulement 69 identifiables à des formes. En outre, la part du mobilier résiduel est difficile à établir. Certaines formes ou pâtes, présentes dans ces lots en faible quantité, figurent également dans les niveaux du Bas-Empire. Il s’agit surtout de lèvres de pots ovoïdes, en amande, en bourrelet, en bandeau arrondi, en pâte grise (types 10, 11, 13 et 13b, in Ayala 1995 : fig. 3). A noter également quelques exemplaires d’assiette à paroi évasée curviligne, en pâte rouge ou grise (ibid. type 27) et un rebord de plat à marli en pâte grise (ibid. type 30). On relève moins d’une dizaine de fragments apparentés à des productions dites fines de l’Antiquité tardive : céramiques claires à vernis argileux, céramiques grises fines à surface lisse évoquant des imitations de sigillée grise. Il peut donc s’agir de mobilier résiduel provenant de niveaux remaniés du Bas-Empire ou du prolongement de productions de tradition antique au-delà du Ve s., alors qu’apparaissent les premières formes propres au haut Moyen Âge.

Aspects techniques

57En dehors des cas évoqués ci-dessus, les céramiques se rangent en trois catégories bien distinctes, en fonction de la nature et des modes de cuisson des argiles utilisées.

  • Les céramiques en pâte sombre, variant du gris clair au gris sombre. Elles sont assez grossières, mais bien cuites, à surface dure. Elles sont majoritaires (73,4 %).

  • Les pâtes kaolinitiques, cuites en atmosphère réductrice. Elles sont grossières et leur couleur est variable : gris clair, gris bleuté, beige, etc. Elles concernent 19,6 % des fragments.

  • Les pâtes oxydées ou partiellement réoxydées, rouge sombre à bistre. Généralement fines, elles sont plus tendres que les précédentes. Elles sont minoritaires (7 %).

Aspects morphologiques

58Les formes fermées sont nettement majoritaires (34 sur 39 individus). Et encore, les quelques formes ouvertes peuvent-elles être résiduelles (voir ci-dessus). Cependant un rebord de petit mortier ( ?), dont la face horizontale a reçu un décor au peigne, et un rebord vertical de bol ou de gobelet (n° 1) peuvent rentrer, sans trop de doute, dans le répertoire médiéval (fig. 10).

10. Échantillon de récipients de l’état I, ensemble 1

10. Échantillon de récipients de l’état I, ensemble 1

59Les récipients les plus nombreux et les plus caractéristiques sont donc les ollae dites de la première génération. Elles sont produites en pâte bistre, en pâte grise et en pâte kaolinitique. Contrairement aux autres sites régionaux, plus septentrionaux (Château-Gaillard, Trévoux, Beynost, Lyon), le type en est beaucoup moins fixé. Les lèvres montrent de nombreuses variantes qui peuvent se classer en trois types principaux :

  • les lèvres à section triangulaire (bandeau première génération) (n° 2 à 4) ;

  • les lèvres à section rectangulaire (idem), avec gorge interne plus ou moins prononcée (n° 5 à 9) ;

  • un type intermédiaire entre la lèvre en amande et les deux formes ci-dessus (n° 10 et 11) ; ce type n’est, pour l’instant, répertorié qu’à L’Albenc.

60On rencontre peu de décors, ceux-ci se réduisant, dans trois cas, à une ou plusieurs lignes incisées sous la lèvre ou sur l’épaulement. A noter, en particulier, l’absence des décors de fines molettes, si caractéristiques de ces ollae de la première génération, sur les autres sites de la région.

61Trois fragments d’anse seulement signalent la présence de cruches, mais on ignore tout de leur dispositif verseur (très probablement un bec pincé).

62Assez comparable à l’olla, dont il conserve la lèvre à profil anguleux, mais nettement moins épaulé et de taille apparemment plus réduite, le pot à col convergent est bien représenté (n° 12 à 15). La partie supérieure de la paroi est souvent striée ou cannelée. Il est majoritairement en pâte kaolinitique.

63Presque tous les récipients sont dotés de fonds plats, proportionnellement étroits, décollés à la ficelle, avec, le cas échéant, un bourrelet périphérique (fig. 11, n° 16 à 18). Les deux exemplaires lenticulaires surprennent dans cet ensemble.

11. Échantillon de récipients de l’état I, ensemble 1

11. Échantillon de récipients de l’état I, ensemble 1

64Enfin, ce répertoire se trouve complété, assez marginalement, par des récipients en pierre ollaire : un fond de petite forme (gobelet ?) et un rebord de large pot cylindrique (marmite ?) en sont les seuls témoins (n° 19 et 20).

Arguments de datation

65Le manque de diversité du répertoire décrit ci-dessus ne facilite pas l’approche chronologique de cet ensemble. Mais, en même temps, cet aspect en est peut-être le critère essentiel, Compte tenu de la position géographique de L’Albenc, entre faciès septentrionaux et méridionaux, des comparaisons sont à établir avec des ensembles du nord et du sud de la région, mais aussi provençaux et languedociens.

66Le premier trait marquant est la très faible proportion des céramiques cuites en atmosphère oxydante (7 %). Sans exclure qu’il s’agisse d’une caractéristique régionale, le site de L’Albenc pouvant se rattacher à des pratiques de l’aire méditerranéenne, en raison des argiles à kaolin locales, ce faible pourcentage détonne par rapport à des ensembles du haut Moyen Âge, situés, il est vrai, dans la partie nord de notre région. La comparaison avec des sites plus méridionaux se justifie peut-être davantage et permet de prendre également en compte la question des productions en pâte réfractaire. Si les pâtes oxydées perdent leur place majoritaire, en Provence et en Languedoc, dans le courant du VIe s., il faut attendre le siècle suivant pour que l’arrivée massive des produits en argile kaolinitique renversent complètement la tendance. Sur les sites du Midi, la phase d’expansion maximum de la vaisselle kaolinique se place entre les VIe et VIIIe s. (Cathma 1993). Les fouilles récemment conduites dans la vallée du Rhône, entre Valence et Montélimar (opération TGV Méditerranée) livrent les mêmes informations (Horry à paraître).

67Un autre fait important est l’absence, à L’Albenc, des formes ouvertes ordinairement associées aux ollae de la première génération, jusqu’au VIIe s. au moins, à savoir les bols carénés et les mortiers, y compris "en aire méridionale. Cette triade caractérise, en effet, le vaisselier du tout début du Moyen Âge. D’ailleurs, la proportion des formes ouvertes par rapport aux formes fermées est un critère chronologique assez efficace pour cette période (31 % à Château-Gaillard et 25 % à Trévoux pour les Ve-VIe s. ; entre 20 et 40 % à Poncin pour la même période ; 18 % à Beynost et 40 % à Lyon pour les VIIe-VIIIe s.). Ces tendances sont tout à fait voisines des constats faits en zone méridionale, où les formes ouvertes sont très présentes jusqu’à la fin du VIIe s. (44 % aux Ve-VIe s., et encore 17 % fin VIIe s. à Dassargues, Hérault (Garnier et al. 1995 : 19) ; 27 % à La Gayole au VIe s. (Cathma 1986 :47) 64 % à Saint-Blaise entre le milieu Ve et le début VIIe s. (Démians d’Archimbaud 1994 : 136 et sq.). Evidemment, toute la question est de savoir si ces lacunes traduisent la réalité du répertoire en usage au Bivan ou les carences d’un échantillon archéologique relativement réduit.

68Il est donc bien difficile de rapprocher le mobilier de l’état I du Bivan d’autres ensembles régionaux datés. Il est désormais avéré que les ollae à lèvres triangulaires ou rectangulaires, dans toutes leurs variantes sont présentes depuis le début du Ve jusqu’à la fin du VIIe s., et ce, dans presque tout le quart sud-est de la France et les régions alpines. Les pots à col convergent repérés au Bivan trouvent un parallèle plus ou moins exact avec les séries plus septentrionales de Beynost et de Genlis, sites datés par C14 du VIIe s. Ils y sont également associés avec des ollae de la première génération, mais aussi (à Beynost) avec celles de la deuxième génération, et avec les formes ouvertes mentionnées ci-dessus. Ces pots se rapprochent également de certains exemplaires de Dassargues ou de Nîmes, Gard (Cathma 1993 :157 ; Garnier et al. 1995 : fig. 11 et 17), également munis de lèvres anguleuses et attribués aux VIIe-VIIIe s. Sur ces deux sites également, ainsi qu’à Aniane (Hérault), l’apparition du fond lenticulaire est placée dans la même fourchette chronologique, donc nettement plus tôt qu’en Bourgogne, Lyonnais, Dauphiné et régions alpines. Un tel rapprochement pourrait expliquer la présence, certes marginale, de fonds lenticulaires à L’Albenc, jugés a priori comme anachroniques.

69De ce large tour d’horizon, destiné à compenser le caractère peu éloquent de cet ensemble en termes de chronologie, on retiendra que la forte prédominance de la cuisson réductrice et la quasi-absence de formes ouvertes évoquent une rupture consommée avec l’héritage antique. On a vu aussi que, dans le détail, certains traits morphologiques s’accordent avec une datation relativement basse. On retiendra donc la fourchette VIe-VIIIe s. comme la plus probable.

État I, ensemble 2

70Les lots rapportés à ce second ensemble proviennent exclusivement du comblement des grandes fosses V et W. Ils présentent de nombreuses similitudes avec le mobilier de l’ensemble 1, mais offrent également des caractéristiques propres qui les rapprochent du vaisselier du milieu du Moyen Âge. Par ailleurs, on verra ci-dessous que le mobilier des deux fosses est quelque peu différent, faisant ressortir un décalage chronologique. Les deux lots sont aussi d’importance fort différente, ce qui rend leur comparaison assez délicate : 94 fragments pour la fosse V et 406 pour la fosse W.

Aspects morphologiques

71Les céramiques des ensembles 1 et 2 ont certains caractères en commun :

  • une petite proportion du mobilier se rattachant à des formes et à des techniques de l’Antiquité et de l’Antiquité tardive en position résiduelle (elle se démarque clairement du reste du mobilier) ;

  • la faible proportion de formes ouvertes est un trait commun à tous ces ensembles ;

  • la prédominance des ollae en pâte grise en est le corollaire ;

  • des exemplaires de fonds lenticulaires posent le problème de l’homogénéité chronologique des lots ;

  • quelques fragments de pierre ollaire sont également un point de rapprochement ;

  • enfin, la présence de pâtes kaoliniques est à noter : 26,5 % en W et 9,3 % en V.

72Mais des différences sensibles apparaissent entre le mobilier des ensembles 1 et 2, notamment au niveau de la typologie des lèvres et des décors. Si les bandeaux à section triangulaire et rectangulaire, déjà notés dans l’ensemble 1, sont bien représentés dans les deux fosses (fig. 12, n° 1 à 7 et fig. 13, n° 1 à 4), celles-ci comportent également des formes non répertoriées ailleurs.

12. Céramiques provenant du comblement de la fosse V

12. Céramiques provenant du comblement de la fosse V
Dans la fosse V (fia. 12) :
  • formes fermées : on y retrouve la première catégorie de lèvres indiquée ci-dessus (n° 5 à 7), mais les deux autres catégories en sont absentes ; en revanche, cette fosse contient une forte proportion (50 %) de lèvres en bandeau classique à profil divergent (n° 8 à 13);

  • formes ouvertes : à noter une série de 4 rebords de gobelet tronconique à lèvre biseautée (n° 14 à 17) ;

  • les décors sont plus variés que précédemment : aux décors à la molette sont associés des décors au peigne, horizontaux et ondés (n° 23 à 31).

Dans la fosse W (fig. 13) :
  • formes fermées : lèvre fine évasée simple à extrémité arrondie ou biseautée (n° 8 à 11); lèvre à section rectangulaire en crochet, variante du bandeau de première génération (n° 12 à 14) ; lèvre évasée avec gorge interne à extrémité triangulaire (n° 15 à 17) ;

  • forme ouverte : le seul fragment caractéristique est un rebord de bol caréné avec rainures et décor à la molette ;

  • les seuls décors répertoriés sont des incisions à la molette (n° 15).

Arguments de datation

73De toute évidence, une partie du mobilier de l’ensemble 2 est contemporain de celui de l’ensemble 1. D’un point de vue général, le manque de diversité du répertoire et la proportion des différentes catégories de pâtes autorisent des rapprochements. Dans le détail, la bonne représentation des ollae à lèvre en protobandeau et des fonds plats et étroits les confirme. On ne saurait donc s’écarter de la fourchette indiquée ci-dessus (VIe-VIIIe s.).

74Si l’on considère plus particulièrement les quelques formes spécifiques aux structures de l’ensemble 2, on recueille des arguments assez contradictoires.

  • La lèvre fine évasée simple, non encore repérée dans le nord de notre région, est répertoriée dans des ensembles méridionaux, où elle apparaît dès la 2e moitié du Ve s. (type A1 de Saint-Blaise, Démians d’Archimbaud 1994 :164).

  • La lèvre en crochet est, elle aussi, une variante assez marginale des zones méridionales, où elle caractérise les faciès "tardifs". Ainsi à Saint-Biaise, elle apparaît dans les dernières phases d’occupation (fin VIe, début VIIe s.). A Dassargues (Hérault), elle est présente dans les niveaux du milieu VIIe et du VIIIe s., époque de l’hégémonie des productions kaolinitiques (Garnier et al. 1995 : 19). On remarque justement que cette lèvre fait l’originalité de la fosse V, qui, par ailleurs, présente la plus forte proportion de céramiques kaolinitiques.

  • Les gobelets tronconiques, toujours en pâte grise, couramment associés à des décors au peigne sont, en revanche, bien caractéristiques des ensembles lyonnais ou bressans, où ils marquent une étape de l’évolution du vaisselier aux VIIe-VIIIe s.

75Autant d’arguments qui se combinent pour placer ce mobilier entre la charnière des Ve et VIe s. et le VIIIe s. Mais dans chacune des fosses, une autre partie du mobilier s’en distingue et appartient à un faciès plus tardif.

  • Ainsi les lèvres en bandeau classique, divergent, en forte proportion dans la fosse V, toutes en pâte commune grise, signalent une nouvelle génération de pots à cuire. Dans les ensembles méridionaux, le rebord en bandeau est exceptionnel sur les sites du Moyen Âge. (Cathma 1993 : 222). On est logiquement tenté de leur associer les fonds lenticulaires (fig. 13, n° 18 et 19). Ceux-ci ne deviennent courants qu’à partir des IXe-Xe s., en zone méridionale, mais à partir du milieu du Xe s. en Lyonnais et Dauphiné.

  • Les lèvres évasées avec gorge interne, dans la fosse W, sont elles aussi proches des productions du milieu du Moyen Âge. Leur façonnage original, dans le cas présent (terminaison plus ou moins anguleuse), ne doit pas faire illusion. En outre, leur association avec des décors à la molette plus ou moins couvrants, à motifs grossiers, renforce leur ressemblance avec le mobilier dauphinois des environs de l’an mil (fig. 12, n° 15). A noter que quelques fonds lenticulaires pourraient également leur être associés.

13. Céramiques provenant du comblement de la fosse W

13. Céramiques provenant du comblement de la fosse W

76On est donc amené à conclure que les lots provenant des fosses V et W de l’ensemble 2 ne sont pas homogènes, ni exactement contemporains. Ceci suggère des creusements et des comblements en deux étapes ou une phase d’occupation suivie de remaniements plus tardifs. Néanmoins, il n’est pas possible de préciser et on adoptera une large fourchette chronologique pour l’ensemble (VIe-Xe s.), qui concilie la présence de formes propres au haut Moyen Âge et de formes qui évoquent le plein Moyen Âge. Une datation au radiocarbone effectuée sur un échantillon de charbon de bois de la fosse W fournit un complément d’information appréciable. Elle en situe une partie du remplissage dans la deuxième moitié du VIe s. et conforte l’hypothèse d’un décalage chronologique entre les structures.

La céramique de l’état II

77Cette étape de l’occupation a livré 1 542 fragments. Il s’agit donc d’un ensemble relativement modeste, en regard de la surface explorée et du nombre de structures concernées, mais qui, pris globalement, présente des caractères morphologiques assez marqués pour en établir la chronologie.

Aspects techniques

78Toutes les céramiques sont cuites en atmosphère réductrice. Cependant, une certaine proportion (environ 4 %) témoigne d’une post-cuisson oxydante (couleur beige rosé, brun clair), à moins qu’elle ne signale des phénomènes accidentels au cours de la cuisson. Quoiqu’il en soit, on note une certaine variété dans la couleur et la texture des pâtes. La majorité des récipients est en pâte "sonore", gris clair, homogène, assez fine et bien cuite, à surface dure. Il n’est pas exclu que des argiles kaolinitiques rentrent dans leur composition. Un autre groupe est constitué de pâtes gris beige foncé, à texture sableuse, à surface tendre et rugueuse. Enfin, une petite proportion est composée d’une pâte friable, mal cuite, à surface gris foncé et coeur rouge. Ces nuances technologiques n’ont pas de parallèle typologique. A noter la présence de taches de glaçure au plomb sur un fragment de lèvre évasée.

Aspects morphologiques

79Tous les fragments appartiennent au répertoire désormais bien connu du Moyen Âge classique : vases globulaires, parmi lesquels prédominent largement les simples pots à cuire (fig. 14). Ces récipients sont équipés de deux types de lèvre : les lèvres évasées à gorge interne, en général peu accusée (n° 1 à 3), et les lèvres en bandeau (n° 4 à 6). Ce second type prédomine nettement (plus de 72 %). Il offre une grande variété de profils (hauteur, épaisseur), mais, dans l’ensemble, les bandeaux sont divergents et les angles émoussés. Des éléments de becs pincés (n° 7) et de becs pontés (n° 8), ainsi que d’anses rubanées (n° 9), signalent la présence de cruches. Tous les fonds sont nettement lenticulaires (n° 4, 7,10).

14. Échantillon de récipients de l’état II

14. Échantillon de récipients de l’état II

80Les décors à la molette sont très majoritaires (92 % des décors sur pâte fraîche, ceux-ci représentant 13 % des fragments de panses) ; ce sont des motifs simples de carrés, rectangles ou losanges assez grossièrement réalisés, en registre unique (fig. 15, n° 12), double (fig. 14, n° 2) ou triple. Ils peuvent couvrir une grande partie du vase (fig. 14, n° 6 et fig. 15, n° 11).

81La pratique du marquage des fonds se signale par seulement 2 fragments (sur 127)

15. Echantillon de récipients de l’état II

15. Echantillon de récipients de l’état II

Arguments de datation

82Le mobilier céramique de l’état II du Bivan offre toutes les caractéristiques de la vaisselle régionale du Moyen Âge classique : uniformité du répertoire, vases à fond bombé où dominent les pots à cuire, association des lèvres en bandeau et des lèvres évasées et, enfin, présence, bien que discrète, de fonds marqués. Autant de traits maintes fois reconnus en régions lyonnaise et dauphinoise, qui permettent de dater l’occupation du site dans la fourchette Xe-XIe s. D’ailleurs, le goût prononcé pour les décors à la molette couvrants est l’une des caractéristiques des productions du nord du Dauphiné durant cette période. Enfin, certains ensembles (Décines, Charavines) témoignent, eux aussi, de la réapparition timide de la glaçure (toujours sur pâte sombre) autour de l’an mil.

83Mais le petit nombre de fonds marqués et, à l’inverse, la proportion élevée de lèvres en bandeau (la plus forte jamais rencontrée), pourraient indiquer que le mobilier de L’Albenc est antérieur à l’an mil ou de peu postérieur. Ces chiffres, pour trouver leur sens, doivent être confrontés aux données recueillies sur une série de sites ruraux de la région, également attribués à cette fourchette Xe-XIe s. (fig. 25 du chap. 4). Le repère chronologique fourni par une monnaie provenant d’une fosse silo va dans le sens ce cette démonstration. Il s’agit d’une monnaie "à la croix", frappée à Rouen entre 960 et 1020 (identification : Bibliothèque Nationale, Cabinet des médailles, Paris). Toutefois, la position de L’Albenc pourrait expliquer des nuances typologiques redevables à la vaisselle commune de l’aire méridionale.

La vaisselle de verre

84Les fragments proviennent exclusivement des niveaux en relation avec la réoccupation du grand bâtiment (soit de l’état I). Le lot de vaisselle de verre est relativement modeste : 45 fragments provenant de huit structures différentes, parmi lesquels une douzaine de formes a été reconnue (fig. 16). Cependant, les ensembles régionaux du haut Moyen Âge sont trop rares pour que soit laissé de côté cet aspect de l’équipement domestique d’une demeure rurale.

16. Fragments de vaisselle de verre (état I)

16. Fragments de vaisselle de verre (état I)

85Trois qualités de verre sont représentées : le verre fin translucide, de couleur vert d’eau à jaunâtre, illustré par des fragments de fonds et de parois de coupes ; le vert olivâtre, illustré par des pieds de verre à tige ; un seul fragment de verre ambre, illustré par un rebord de verre ou gobelet ; et enfin une majorité de verre bleuté, illustré par des formes variées.

86Les verres à tige sont les plus nombreux (4 exemplaires) : des éléments de pieds en disque plus ou moins aplatis, à pourtour annulaire (diamètre compris entre 32 et 50 mm), en verre olivâtre ou bleuté (n° 3). La pièce la plus caractéristique est une tige creuse, en verre sombre très oxydé, munie d’un renflement dans la partie supérieure (hauteur 30 mm) (n° 4). Ces récipients, dont l’attribution chronologique est assez aisée grâce aux études faites sur le mobilier mérovingien dans d’autres régions, sont à rapprocher des nombreuses découvertes faites dans le Midi de la France (forme 23a ou 23b, Foy 1995).

87Les autres pièces, très fragmentaires, sont plus difficiles à interpréter :

  • rebord rectiligne à lèvre ourlée de verre ou gobelet cylindrique, en verre de couleur ambre (n° 1) ;

  • fond de coupe à profil légèrement concave, en verre jaunâtre ;

  • fond concave de gobelet ou de lampe apode, en verre incolore (n° 2) ;

  • pied conique de verre à double épaisseur (type Isings 109), en verre blanchâtre oxydé ;

  • fond de bouteille ou flacon à panse cylindrique, en verre transparent (n° 5) ;

  • panse de bouteille ou de flacon à panse quadrangulaire, en verre bleuté ;

  • pieds annulaires de bols ou coupes, en verre bleuté (forme 10, Foy 1995);

  • petite anse en ruban de cruche, en verre bleuté.

88La datation de ces verreries s’étage entre la fin du Ve et le VIIIe s. Les spécialistes placent la période de la plus forte production des verres à tige creuse et pied annulaire dans le courant du VIe s. (Foy 1995 :207-208). La forte proportion de verre bleuté pourrait correspondre aux vaisselles les plus tardives du site, à la fin du VIIe et au début VIIIe s. (Foy 1995 : 210).

Bilan chronologique global

89La construction, ou plutôt la reconstruction, au haut Moyen Âge, d’une vaste demeure rurale à l’emplacement d’un établissement antique, pose la question de la relation chronologique entre les deux. L’hypothèse de la continuité de l’occupation entre l’Antiquité et le Moyen Âge n’est pas retenue, car rien dans le mobilier de terre ou de verre ne permet de l’étayer sérieusement. L’absence de monnaies de l’Antiquité tardive (fin IVe s.), par ailleurs fort répandues sur les sites de la région, contribue à l’infirmer. Enfin, le peu d’objets métalliques provenant du bâtiment de l’état I (ensemble 1), appartient précisément au répertoire de la période mérovingienne (cf. infra).

90Les stratigraphies montrent comment les ruines du bâtiment antique sont investies par les constructions du haut Moyen Âge. L’absence de niveaux de démolition entre les deux périodes peut s’expliquer par un curage général du terrain. A l’appui de cette hypothèse : la découverte, en contrebas des vestiges, d’une vaste zone de déblais (fig. 5) qui a fourni une forte quantité de mobilier de la fin de l’Antiquité, alors que les niveaux d’habitat eux-mêmes en comportaient très peu. Ce mobilier, étudié et publié (Ayala 1995) permet de situer l’abandon de l’établissement antique au milieu du IVe s. Deux datations par le radiocarbone confirment ce terminus post quem : les pics de probabilité les plus récents se situent respectivement en 310 et 350 (réf. Ly 498 et Ly 8783 - Centre de datation par le radiocarbone de Lyon).

91La reprise de l’occupation sur les lieux (au plus tôt à la fin du Ve s.) interviendrait donc plus d’un siècle après l’abandon des installations antiques. Elle est précédée de terrassements importants qui mettraient au jour les maçonneries préexistantes, alors largement réutilisées. L’évolution architecturale complexe (subdivisions, agrandissements, ajouts) des nouvelles constructions traduit une occupation dans la durée, ce qui concorde avec le mobilier (céramique et verre) qui couvre l’ensemble de la période mérovingienne (VIe-VIIIe s.).

92La question du hiatus ou de la continuité de l’occupation du site se pose à nouveau, en des termes encore plus ambigus, pour la période carolingienne. Ainsi, les structures légères (ensemble 2) qui voisinent avec le grand bâtiment, au sud-ouest, semblent coexister un temps avec lui. Certes, l’absence de toute relation stratigraphique ne permet pas d’établir de liaison directe entre les deux ensembles. Cette hypothèse est fondée sur la parenté d’une partie du mobilier céramique ; et elle se trouve renforcée par une datation par le radiocarbone (réf. : Ly 8300 ; âge 14C : 1525 +/ - 40 BP ; intervalle années réelles : 443-623 ap. J.-C. ; pics de probabilité : 550 et 590 - Centre de datation par le radiocarbone de Lyon). En tout état de cause, le mobilier céramique indique que ces équipements sont encore en usage au-delà de l’abandon du grand bâtiment, ne serait-ce que comme dépotoirs, peut-être en relation avec des installations situées hors de l’emprise des fouilles. Il n’est pas impossible qu’elles connaissent un regain d’intérêt lors de l’érection des bâtiments en bois de l’état II, aux environs de l’an mil, dont la datation est assurée par un mobilier céramique homogène et une monnaie.

Activités agricoles et domestiques

93Certes, la vocation agricole de l’établissement de L’Albenc ne fait guère de doute. Mais certains aspects peuvent en être approchés plus précisément grâce aux analyses de faune et de flore. Par ailleurs, les objets métalliques, relativement nombreux et diversifiés par rapport à la plupart des sites présentés dans ce volume, méritent une présentation assez détaillée.

Végétation et cultures

94Cinq échantillons provenant de trois fosses silos de l’état II ont été soumis à l’analyse palynologique (réf. ARC 97/R1942P). Trois échantillons, issus de la même fosse, contiennent peu de pollens (conservation différentielle révélée par la sur-représentation des cichoriées). Ils n’autorisent donc que l’inventaire de la flore représentée. On note la présence de plantes prairiales et rudérales, témoins d’espaces mis en culture. Les arbres représentés sont l’aulne, le pin et le noisetier. Cette fosse est, en outre, la seule à fournir des restes de céréales cultivées.

95En revanche, les échantillons provenant des deux autres fosses contiennent suffisamment de pollens pour refléter en partie la nature du paysage environnant. Les herbacées dominent (63 et 95 %), avec en majorité des graminées et des cypéracées, des plantes prairiales diversifiées (ambrosidées, cichoriées, rosacées...) et un cortège de plantes rudérales assez important (11 et 12 %), dont le plantain lancéolé pourrait fournir des indices d’élevage. Les arbres comprennent le pin, des essences forestières (hêtre, chêne), des essences de lumière (bouleau, noisetier) et de milieu humide (aulne).

96Le paysage est apparemment déboisé et localement constitué de prairies à graminées et de diverses herbacées. Ces prairies pourraient en partie résulter de l’exploitation du terroir et de déboisements. En effet, la présence humaine est bien marquée par le fort pourcentage de plantes rudérales qui signalerait des espaces de pâturages. Le caractère ouvert du paysage favorise l’apport des traces d’une végétation relativement éloignée, représentée par le bouleau, le noisetier, l’aulne et le pin. Ces essences évoquent l’existence, dans les environs du site, de secteurs déboisés, soit naturellement, soit par l’homme. Le hêtre et le chêne proviendraient d’une végétation encore plus distante du site.

Alimentation carnée et élevage

97Le matériel faunique est constitué d’ensembles peu abondants et d’origine dispersée. Ces observations ont conduit à regrouper les différents lots en fonction des deux états chronologiques. L’analyse porte donc sur deux grands ensembles de restes osseux (fig. 17).

17. Faune: Nombres de Restes (NR) par taxon, par structure et par état

17. Faune: Nombres de Restes (NR) par taxon, par structure et par état

98Les vestiges de l’état I ont livré 279 éléments fauniques issus de 5 structures en creux dont les deux structures V et W. Ceux de l’état II ont livré 411 restes provenant de 14 structures identifiées comme des fosses silos. Dans ces deux contextes, les restes se caractérisent par une mauvaise conservation de la matière osseuse, due principalement à un enfouissement dans des sols acides (alluvions fluvio-glaciaires), et par un état très fragmentaire (rares os complets). Cette fragmentation, qui explique que 167 restes de l’état I (60 %) et 233 de l’état II (57 %) n’ont pu être déterminés, résulte principalement des pratiques alimentaires humaines auxquelles s’ajoute l’action d’animaux (domestiques et sauvages).

Les espèces en présence

99L’analyse de leur distribution s’appuie principalement ici sur les nombres minimum d’individus (fig. 18).

18. Nombres Minimum d’Individus (NMI) par taxon, par structure et par état

18. Nombres Minimum d’Individus (NMI) par taxon, par structure et par état

Etat I

  • Les ovicaprins : la distinction n’a pu être réalisée que dans un seul cas par un processus cornual qui appartient à une chèvre. Toutes les régions du squelette sont attestées mais plus ou moins bien représentées. Les 7 individus recensés sont tous adultes. Une côte et un radius portent des marques de décarnisation.

  • Les porcins : aucun reste n’évoque par ses dimensions le sanglier. Présents dans les structures V et W, les restes sont principalement des éléments dentaires auxquels s’ajoutent quelques fragments osseux de membres et du squelette axial. Parmi les cinq animaux dénombrés, un mâle est attesté ; 3 individus sont adultes et deux sont juvéniles et ont moins de 1 an. Des traces de désarticulation s’observent sur un calcanéus.

  • Les bovins : ils sont représentés par des restes provenant essentiellement des membres mais aussi par quelques éléments dentaires et fragments de crânes. Cinq individus sont présents : un jeune adulte âgé de 2 à 2,5 ans et quatre adultes. Le sexe n’a pu être reconnu. La morphologie est gracile. Des traces d’activité bouchère s’observent sous forme d’entailles et de stries : sur une extrémité distale d’humérus (désarticulation), sur une mandibule, une scapula et un tibia (décarnisation). A noter que des incisions sur un processus cornual suggèrent un prélèvement de la corne.

  • Les équidés : les trois éléments dentaires recueillis (structure W) ont une morphologie caballine et semblent appartenir à un même individu, dont l’âge peut être estimé entre 3 et 3,5 ans. Il n’est pas possible ici de préciser si cet animal a fait l’objet ou non d’une consommation.

  • Le chevreuil : il est représenté uniquement dans la fosse W par une partie de crâne portant le bois gauche et par un fragment de bois droit qui semblent appartenir à un même mâle (brocard).

  • Les gallinacés : seules deux structures ont livré des restes de cette espèce. Ils correspondent principalement à des os des membres. Les trois individus présents sont adultes et paraissent avoir une taille modeste. Les traces de désarticulation sur l’extrémité distale du tibia illustrent une action classique dans la découpe des oiseaux, celle de l’élimination du bas des pattes.

État II

  • Les ovicaprins : les restes ont été recueillis dans 8 structures. Ce sont des éléments dentaires, des fragments d’os longs, de scapula, plus rarement de crânes et de rachis. Aucun indice sexuel n’est visible. A l’exception de deux individus de moins de 1 an, tous les autres sont adultes. Des traces de décarnisation sont présentes sur les côtes et la scapula.

  • Les porcins : c’est l’espèce la mieux représentée. Les restes, très fragmentés, sont issus de 10 structures et illustrent, à l’exception du jambon (consommation particulière ?), toutes les parties de la carcasse. Un mâle et une femelle ont été identifiés ; dix animaux sont adultes, cinq ont moins de 1 an. L’individu mâle a un âge supérieur à 3,5 ans et correspond vraisemblablement à un reproducteur réformé. La découpe bouchère affecte les côtes, la scapula et la diaphyse des os longs (décarnisation).

  • Les bovins : les restes, très fragmentaires, sont peu abondants et sont issus pratiquement de toutes les régions du squelette. Aucune différenciation sexuelle n’a pu être effectuée. La taille semble modeste. Les individus sont pour la plupart des adultes d’âge plus ou moins avancé, mais les jeunes adultes (2 à 3 ans) sont peu représentés. L’activité bouchère s’observe sur une extrémité distale d’humérus (désarticulation), sur une mandibule, une scapula, des côtes et des os longs (décarnisation).

  • Le chevreuil : le seul indice de présence recueilli est une demimolaire supérieure.

  • Les muridés : les rongeurs, et plus précisément les muridés, sont représentés dans une fosse par deux éléments squelettiques d’un membre postérieur (fémur et tibia). La détermination spécifique n’a pu être effectuée mais il paraît probable, si cet animal n’est pas intrusif, qu’il faille le rattacher à l’espèce du rat noir (Audoin 1986).

  • Les gallinacés : cette espèce de basse-cour est présente dans 4 structures et notamment dans une fosse silo qui renferme de nombreux restes. Un coq a pu être distingué et tous les individus sont adultes. La taille paraît, là encore, modeste. Les mêmes stigmates de découpe que dans l’état I s’observent.

  • Les batraciens : 4 restes osseux sont attribuables à ce groupe. Ils semblent appartenir à un même individu du genre Bufo (crapaud commun ?). Il est possible que ce dernier soit intrusif.

Interprétation

100Les restes issus des deux contextes chronologiques (état I et II) sont très fragmentés. L’analyse des nombreuses traces et cassures permet d’attribuer cette fragmentation principalement aux activités humaines : découpe bouchère et consommation proprement dite (préparation de bouillons, ragoûts avec éclatement de la diaphyse des os longs permettant une meilleure diffusion de la moelle). A celles-ci, s’ajoute l’action d’animaux domestiques tels que les chiens (traces de crocs attestées) et les porcs auxquels on destine souvent les reliefs des repas. Enfin, la faune commensale sauvage (rongeurs, petits carnivores) qui recherche la proximité des établissements ruraux, y a probablement contribué.

101Les faunes présentes sont essentiellement domestiques. Bien qu’assez restreints, les échantillons fauniques semblent indiquer une certaine constance dans l’élevage pratiqué au cours de ces deux périodes d’occupation, et ce aussi bien dans les composantes spécifiques du cheptel que dans leur importance respective. L’élevage des porcins a connu une grande ampleur et son mode de gestion, avec un abattage assez marqué d’immatures ou de jeunes adultes, semble indiquer qu’il a été le principal pourvoyeur en viande de boucherie. Pour les autres groupes de la triade domestique, les données sont plus fragmentaires. Toutefois, les bovins semblent avoir été plutôt élevés pour les services qu’ils rendent et/ou pour les produits qu’ils procurent (laitage). Cette dernière production peut avoir été également recherchée chez les ovicaprins avec aussi probablement celle de la laine (présence dans le mobilier de l’état II de deux lames de force ayant pu servir à la tonte). Bien sûr, au-delà de ces fonctions, ces deux derniers groupes ont contribué de manière épisodique, lors d’abattages sélectifs, à l’approvisionnement en viande. Parallèlement aux mammifères domestiques, existe un élevage de volailles, mais qui n’a, semble t-il, joué qu’un rôle secondaire dans l’alimentation.

102Sur le plan de la découpe bouchère, aucune variation notable ne ressort au cours des deux périodes. Il en est de même de la consommation proprement dite où, là encore, s’observe un maintien des pratiques culinaires (fragmentation des os). Quant à la chasse, elle pourrait être timidement attestée durant l’état I par un fragment de crâne de chevreuil avec ses bois, dans la mesure où il ne s’agit pas d’une récupération sur une bête morte.

Outils, instruments et accessoires métalliques

103Le mobilier métallique est parvenu en assez mauvais état de conservation. Il s’agit, dans la plupart des cas, d’éléments rejetés dans les dépotoirs, sans doute non utilisables ou réparables. De ce fait, leur identification pose souvent problème. Ils n’apportent qu’exceptionnellement des informations chronologiques. Sauf mention particulière, les objets mentionnés ci-dessous sont en fer.

Les outils agricoles

104Ils sont quasiment absents, à l’exception de deux lames de forces pour la tonte provenant de fosses silos de l’état II (fig. 19, n° 1 et 2).

19. Outils et accessoires métalliques (état I, ensemble 2 et état II)

19. Outils et accessoires métalliques (état I, ensemble 2 et état II)

Activité artisanale

105Aucun objet lié à une activité artisanale n’est attesté pour l’occupation la plus ancienne (grand bâtiment, état I : ensemble 1), phénomène qui doit probablement être mis sur le compte de la récupération systématique des pièces métalliques désuètes. Mais les découvertes concernant les autres occupations sont plus fournies. Ainsi, le comblement des fosses V et W (état I : ensemble 2) a livré un outillage abondant. Le travail du bois est représenté par de petites tarières ou gouges, dont ne sont parvenues que les extrémités (fig. 19, n° 3 et 4), une partie de compas ( ?) (n° 5) et un imposant coin à bois intact (n° 6). Le travail du cuir l’est par des alênes (n° 7) et les restes d’emporte-pièces (n° 8 et 9). Leur concentration dans une même structure est à souligner; elle pourrait indiquer une fonction spécialisée.

106Les exemplaires d’outils de la dernière étape d’occupation (état II) proviennent essentiellement des fosses silos. Certains éléments étonnent par leur conception et leur interprétation demeure énigmatique : ainsi cette tige torsadée (L. 110 mm), dont une des extrémités s’élargit en spatule arrondie (clavette ? petit ciseau à bois ?) (n° 10). Ou encore cet objet en plomb (environ 600 g), de forme plus ou moins pyramidale, perforé dans sa partie la plus étroite ; il montre des traces d’enlèvement de matière sur trois des longs côtés. De prime abord, il fait penser à un peson ou contrepoids (de métier à tisser par exemple), mais le matériau et les traces d’usage pourraient évoquer d’autres fonctions, d’origine ou détournées, comme un lingot ou un poids de balance (n° 11).

107Mais, globalement, le répertoire du petit outillage demeure restreint : alênes ou poinçons pour le travail du cuir (fig. 20, n° 1 et 2) et, surtout, nombreux restes de lames de couteau, dont trois exemplaires proviennent de la même fosse. Les sept couteaux mis au jour sont tout à fait classiques par leur forme (soie plate et effilée, dos et tranchant presque symétriques) et leurs dimensions (L. comprise entre 140 et 190 mm) (n° 3 à 5). Un exemplaire s’écarte cependant de la série par sa petite taille et sa longue soie à section carrée (n° 6). Ces objets sont rangés dans l’outillage par commodité ; ils intéressent, bien sûr, nombre de gestes de la vie domestique. Les comparaisons régionales sont nombreuses : on pense évidemment à l’impressionnante série de Charavines (Isère), à peu près contemporaine de celle du Bivan, qui, avec ses 138 exemplaires de dimensions variées, montre combien l’usage des couteaux était répandu et diversifié au début du XIe s. (Colardelle, Verdel 1993 : 204-205).

20. Outils et accessoires métalliques (états I et II)

20. Outils et accessoires métalliques (états I et II)

Charpenterie et menuiserie

108Les témoins de charpenterie et de menuiserie sont relativement nombreux, surtout dans les niveaux de l’état I. Il s’agit de pièces d’assemblage et de fixation d’éléments de bois : grosses agrafes (fig. 20, n° 7), clous de tailles variées, dont certains de charpente, plaques et plaquettes, sans qu’une interprétation plus précise puisse être proposée. Des éléments de penture (n° 8) et trois clés renvoient aux huisseries. La première (état I) est très bien conservée (L. 65 mm) : canon plein de section circulaire, panneton droit à bouterolles, anneau en forme d’ogive (n° 9). La deuxième (état II) est la plus grossière (L. 95 mm) : canon plein de section carrée, anneau formé par étirement de la tige rabattue en crochet ; le panneton est incomplet (n° 10). La troisième (état II), la plus grande (L. 152 mm), présente un gros anneau complet, un canon plein de section carrée et un panneton en crochet, formé par la subdivision de la tige du canon. La première clé, plus sophistiquée, de petite taille, pourrait avoir appartenu à un coffre ; elle se rapproche beaucoup d’un exemplaire provenant de Charavines (Isère). Les deux autres rappellent les clés de porte du même site, forgées à partir d’une seule tige (Colardelle, Verdel 1993 : fig. 142, n° 20 et 15 à 18).

Accessoires

109Evidemment, dans un tel contexte, les objets non strictement utilitaires font figure d’exception, comme ces trois accessoires, attribués à l’état I :

  • épingle à tête sphérique, en bronze, martelée et enroulée (L. 56 mm) (fig. 20, n° 11). Ce type d’objet est surtout connu au bas Moyen Âge, comme épingle de linceul.

  • petite plaque-boucle (L. 48 mm) rigide, en bronze, de forme triangulaire allongée, munie de trois rivets ; l’ardillon pivote sur la boucle rectangulaire à partir d’une perforation pratiquée dans la boucle (n° 12). On a proposé de voir, dans ces boucles très étroites, des attaches de baudriers d’épée (Menghin 1973, Périn 1985 : n° 494). Cet exemplaire peut être rapproché de quelques boucles de chaussures ou d’accessoires de buffleterie, comme lui, coulées d’une seule pièce, provenant de nécropoles régionales ; elles sont en général de forme plus ramassée, comme celle de la Roche-sur-Foron, Haute-Savoie, ou encore celle de Saint-Georges de Vienne (Isère), et datées des VIe-VIIe s. (Colardelle 1983 : fig. 58, n° 1 ; Des Burgondes à Bayard, 1981 : n° 142). Attribuée à la même période, mais trouvée en contexte d’habitat, la petite plaque-boucle de Villiers-le-Sec, Val-d’Oise, est très proche de celle de L’Albenc (Un village au temps de Charlemagne, n° 75).

  • Une fiche à bêlière (état I), ou porte-équipement, en fer, pourrait également se ranger dans les effets personnels (n° 13). On désigne ainsi les fiches en fer, toujours trouvées dans des contextes du haut Moyen Âge, que l’on pouvait passer dans les bêlières d’une ceinture, pour ajouter un solide anneau de suspension. Les ceintures servaient, en effet, à suspendre quantité d’ustensiles personnels, voire d’amulettes, que les inhumations contemporaines permettent de retrouver le long des membres inférieurs. Celle de L’Albenc (L. 151 mm) présente un renflement prononcé au milieu de la tige de section carrée. Très répandues dans le nord et l’est de la France (sépultures habillées du Ve au VIIe s.) (Halbout et al. 1986 : 166-167), ces fiches sont moins courantes dans notre région, même en milieu funéraire. En contexte d’habitat, la comparaison s’impose avec la série de Hières-sur-Amby, Larina (Isère), nettement plus ouvragée, datée de la fin de la période mérovingienne (Des Burgondes à Bayard 1981 : n° 33).

Conclusion

110Le vaste établissement mérovingien du Bivan à L’Albenc (ensemble 1) comprend deux volumes architecturaux distincts qui semblent correspondre à deux unités fonctionnelles. Le premier volume, d’une superficie au sol de 430 m2, constituerait la partie résidentielle, éventuellement dotée d’un étage ; une galerie est attestée au moins sur le flanc est. Typologiquement, cette partie, dans son développement maximal, se rapproche de la conception de la villa classique, au plan ramassé, composée d’un espace central autour duquel s’organisent les différentes salles : pièces d’habitation (pièces A à F et K), le plus souvent en liaison directe avec les espaces d’activités (couverts ou découverts). La cour de l’ancien bâtiment du Bas-Empire est occupée par les espaces G à J. Leur architecture moins élaborée les distingue des salles d’habitation. Le deuxième volume (pièces M à P) est nettement moins important (100 m2). Clôturé sur les côtés est et sud, il regroupe les dépendances attenantes à l’habitation. Sa construction pourrait coïncider avec l’aménagement de la partie résidentielle, mais les preuves stratigraphiques manquent.

111Malgré une interruption de l’occupation de plus d’un siècle, l’établissement mérovingien prend donc largement en compte l’habitat antique qui l’a précédé : la reprise du plan, le choix et la mise en œuvre de matériaux de construction analogues (architecture mixte de pierre, terre et bois), pourraient suggérer l’évolution tardive d’un domaine agricole. Il pourrait aussi se dégager un certaine permanence dans l’organisation du terroir durant cette période, par le maintien des principaux axes directeurs antiques. A cet égard, le cas du Bivan n’est pas isolé. Un constat analogue est dressé à La Châtelarde de Poncin, où l’implantation d’un bâtiment mérovingien apparaît clairement déterminée par l’usage prolongé des axes de circulation autour d’un établissement voisin plus ancien, pourtant ruiné. Un exemple plus méridional, la ferme de Dassargues, Hérault, présente, en outre, des analogies de formes tout à fait frappantes avec celle du Bivan : l’établissement du VIe s. résulte des transformations et agrandissements d’un bâti préexistant, dont il conserve en partie le plan (organisation autour d’une cour), subdivise les espaces et auquel il ajoute des annexes, etc. (Garnier et al. 1995 : 35-38, fig. 35).

112Par son architecture, le Bivan occupe une place particulière parmi les habitats ruraux contemporains reconnus dans la région. Mais il faut garder présent à l’esprit que les techniques de construction "en dur" persistent, peu ou prou, tout au long du Moyen Âge dans le secteur méridional de la région, tandis qu’au nord, domine une architecture à ossature de bois. L’utilisation de la pierre en soubassement n’est pas, à elle seule, un marqueur culturel et social probant. A cet égard, les découvertes faites dans la moyenne vallée du Rhône, entre Valence et Montélimar, à l’occasion des travaux du TGV Méditerranée, sont éloquentes : les constructions, mêmes modestes, sont généralement pourvues de solides solins de pierre surmontés d’élévations en pleine terre (Maufras à paraître). Toutefois, il n’est probablement pas exagéré de dire que l’établissement mérovingien du Bivan, par son plan et ses dimensions, illustre la pérennité d’une architecture de tradition gallo-romaine.

113À l’extérieur de l’établissement enclos, les vestiges difficiles à interpréter de l’ensemble 2 correspondent manifestement à une autre forme d’occupation : constructions précaires à usage probablement agricole. Ils annoncent également des changements significatifs et durables : implantation à l’écart, architecture entièrement en matériaux périssables, abandon de l’orientation préexistante...

114L’exploitation agricole de la fin de la période carolingienne (état II), dont les occupants, désormais, ont recours à une architecture exclusivement en bois, semble mettre en évidence trois éléments constitutifs et fonctionnels : un bâtiment principal (D), probablement la maison d’habitation, en raison de sa composition et de sa taille, des bâtiments annexes (A, Β et C), de plan simple et de dimensions plus restreintes. Ils entourent, sur trois côtés, une vaste aire à ciel ouvert de plus de 700 m2, comportant un grand nombre de fosses silos. La répartition de celles-ci en zones de concentration pourrait indiquer l’aménagement d’abris de protection, ou la réalité de groupes de chronologie différente. L’organisation spatiale reflète donc une certaine spécialisation des activités que l’on peut résumer par ces quatre notions : logement des humains, abri des animaux, protection des récoltes et stockage des réserves alimentaires. Les vestiges de l’état II pourraient correspondre à une unité d’exploitation vraisemblablement complète. Le mobilier recueilli indique une occupation relativement éphémère, à la charnière des Xe et XIe s. Le changement d’orientation des nouvelles constructions marque une nette rupture avec les périodes précédentes. Il signe vraisemblablement la fin de l’organisation du terroir mise en place au début de notre ère, et pourrait signaler de profondes modifications du mode de peuplement au cours de la période carolingienne. Le seul point commun entre les établissements de l’état I et de l’état II demeure leur implantation dans un même lieu, dont l’attrait semble avoir résidé tant dans les facilités d’accès et un environnement accueillant, que dans la position dominante sur l’Isère, face à l’une des rares possibilités de franchissement.

115En réalité la nature des activités pratiquées est difficile à apprécier d’après les données archéologiques. Les informations se fondent essentiellement sur l’analyse des structures et l’interprétation des études faunistiques et palynologiques. L’agriculture occupe une place importante à en juger par la taille et le nombre des structures de conservation mises en évidence (grenier ? de l’état I puis silos de l’état II). Si l’analyse palynologique n’a pas déterminé la gamme des espèces cultivées, elle signale la part prise par les céréales au Moyen Âge central. Elle permet aussi d’apprécier en partie le contexte végétal du site à cette époque, montrant que l’exploitation s’inscrit dans un milieu découvert, largement mis en valeur, La quantification des récoltes ou des capacités de stockage n’est pas envisageable : on se heurte ici aux problèmes de la chronologie relative des structures, notamment pour les batteries de silos de l’état II. Si les données archéologiques n’ont fourni aucune indication concrète sur l’approvisionnement du site en eau durant le Moyen Âge, on sait que toutes les phases de l’occupation antique ont livré les traces de réseaux hydrauliques en relation avec une source voisine.

116Les témoins directs ou indirects de la présence d’animaux sont nombreux : clôtures pour l’état I, plusieurs bâtiments annexes pour l’état II. Les vestiges de faune montrent que les pratiques de consommation et d’élevage sont très proches entre les deux périodes d’occupation. Ils font apparaître la place privilégiée de l’élevage du porc, principal pourvoyeur de viande. S’ils contribuent aussi à l’alimentation, les boeufs sont d’abord élevés pour leur force de travail et, c’est à noter, sans la concurrence des équidés. La chasse est pratiquée de manière tout à fait marginale. En matière d’élevage aussi, aucune quantification ne peut être proposée : activité principale ou d’appoint ? Elevage destiné aux seuls besoins de la communauté, ou visant à la constitution de surplus écoulés à l’extérieur ?

117Les activités artisanales, illustrées par le mobilier métallique conservé, se limitent au travail du cuir et du bois. La métallurgie n’offre pas de témoins probants et le travail du textile n’est pas représenté. Autant dire que rien ne s’écarte d’un cadre strictement domestique. Quelques objets renvoient à l’équipement personnel courant, parmi lequel pourraient figurer les assez nombreux couteaux. Mais une fiche à bêlière et une petite plaque-boucle en bronze (de baudrier ?) se distinguent des objets habituellement livrés par les habitats ruraux ordinaires. Ils pourraient signaler le rang social de certains habitants de l’établissement du Bivan, du moins à l’époque mérovingienne. Mais ces données sont bien ténues.

118Après la désertion de l’exploitation médiévale, le secteur n’est plus occupé jusqu’à l’époque moderne. Quelques vestiges incendiés (un tronçon de mur et une partie de sole de cheminée) recoupant l’angle du bâtiment mérovingien ont été mis au jour au nord-est de la zone étudiée. Aujourd’hui, le site abrite une grosse ferme : certains traits architecturaux, dont des fenêtres à meneaux et des aménagements plus tardifs (entrée, terrasse...) indiquent qu’il ne s’agit pas d’une demeure ordinaire.

Bibliographie

Documentation

Ayaia 1995 : AYALA (G.). — Un lot céramique du Bas-Empire sur le site du Bivan (L’Albenc, Isère). Revue Archéologique de Narbonnaise, 27-28,1994-1995, p. 253-268.

De Klijn, Vicherd 1996 : DE KLIJN (H.), VICHERD (G.). - L’Albenc (Isère), Le Bivan. Gallia Informations ; l’archéologie des régions : Rhône-Alpes, 1996, p. 87-88.

De Klijn et al. 1996 : DE KLIJN (H.), MOTTE (S.), VICHERD (G.). — Eléments sur la romanisation des campagnes en nord RhôneAlpes. In : De la ferme indigène à la villa gallo-romaine, la romanisation des campagnes de la Gaule : 2e colloque de l’AGER, Amiens 1993. Amiens : 1996 (n° spécial Revue archéologique de Picardie ; 11), p. 271-286.

Rapport Vicherd et al. 1988 : VICHERD (G.), DE KLIJN (H.), GRANCHON (P.) — Autoroute A 49, liaison Grenoble-Valence, prospections archéologiques de Voreppe à L’Albenc, l’ombilic de Moirans. Lyon : DRAC, SRA Rhône-Alpes, 1988,190 p.

Rapport De Klijn et al. 1992 : DE KLIJN (H.), AYALA (G.), VICARD (T.), VICHERD (G.). — Autoroute A 49 Grenoble-Valence. Rapport d’opération archéologique préventive : le site archéologique du Bivan à L’Albenc (Isère). Lyon : DRAC, SRA Rhône-Alpes, 1992, 2 vol., 142 p., 62 pl.

Table des illustrations

Titre 1. Vue générale des vestiges du Bivan depuis le nord-ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 2. Le site du Bivan à L’Albenc dans son environnement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 3. Plan d’ensemble des vestiges, toutes périodes confondues
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 4. Plan de l’établissement du Bas-Empire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 5. Plan de l’établissement du haut Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 6. Cavité ménagée dans la maçonneries pour ancrer un poteau
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 7. Plan de l’établissement du milieu du Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 8. Coupe A-B, transversale à la salle A
Légende 1. Terre végétale ; 2. Couche de petits graviers et galets jointifs, dans une matrice de limons sombres et organiques : niveau d’occupation de l’état II ; 3. Fosse (état II) ; 4. Niveau de démolition des constructions de l’état I ; 5. Solin est de la salle A de l’état I (remploi de maçonneries du Bas-Empire) ; 6. Solin ouest de la salle A de l’état I (remploi de maçonneries du Bas-Empire) ; 6’. Doublage du solin 6 (état I) ; 7. Couche de limons noirs et organiques : niveau d’occupation de l’état I ; 8. Remblai de la cour G (état I) ; 9. Niveau de tuiles brisées en rapport avec la galerie L (état I) ; 10. Sol de galets jointifs de la salle A (Bas-Empire) ; 11. Trou de poteau (Antiquité) ; 12. Niveau d’occupation (Antiquité) ; 13. Niveau d’occupation (Antiquité) ; 14. Trou de poteau (Antiquité) ; 15. Niveaux de graviers et galets colluvionnés, avec passages de sables gris et grossiers : terrain naturel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 9. Coupe C-D, diagonale aux salles F, H et C
Légende 1. Fosse (état II) ; 2. Fosse (état II) ; 3. Fosse (état II) ; 4. Solin nord de la salle F (état I) ; 4’. Solin ouest de la salle F (remploi de maçonneries du Bas-Empire) ; 5. Fosse circulaire et profonde (Bas-Empire ?) ; 6. Niveau d’occupation (Antiquité) ; 7. Niveau d’occupation (Antiquité) ; 8. Fosse (non datée) ; 9. Fosse (non datée) ; 10. Fosse (non datée) ; 11. Puits perdu ? (non daté) ; 12. Poche de limons jaunes et stériles colluvionnés : terrain naturel ; 13. Niveaux de graviers et galets colluvionnés : terrain naturel.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 10. Échantillon de récipients de l’état I, ensemble 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 11. Échantillon de récipients de l’état I, ensemble 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 12. Céramiques provenant du comblement de la fosse V
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 13. Céramiques provenant du comblement de la fosse W
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 14. Échantillon de récipients de l’état II
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 15. Echantillon de récipients de l’état II
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 16. Fragments de vaisselle de verre (état I)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre 17. Faune: Nombres de Restes (NR) par taxon, par structure et par état
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 18. Nombres Minimum d’Individus (NMI) par taxon, par structure et par état
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 19. Outils et accessoires métalliques (état I, ensemble 2 et état II)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 20. Outils et accessoires métalliques (états I et II)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2031/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 360k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access