Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Est Lyonnais et nord Viennois

Simandres, La Plaine

Rhône

Alegria Bouvier, Frédérique Blaizot, Élise Faure-Boucharlat et Vianney Forest

Texte intégral

Département :

Rhône

Commune :

Simandres

Lieu-dit :

La Plaine

Numero du site :

69 295 005

Coordonnées Lambert :

X : 797 200 Y : 2070.850

Altitude NGF :

217 m

Cadre d’intervention :

Construction de l’autoroute A 46 sud

Responsable d’opération :

A. Bouvier

Date d’intervention :

1991

Superficie explorée :

5 400 m2 environ

Extension totale du site :

inconnue

1Quarante structures en creux, dont six fours domestiques et huit sépultures médiévales, ont été mises au jour sur une superficie de 5 400 m2 environ. L’extension réelle du site n’est pas connue au nord, au sud et à l’ouest. Le gisement a cependant été circonscrit à l’est grâce à des sondages mécaniques. Aucun niveau de sol contemporain des structures mises au jour n’était préservé. Les structures apparaissaient dans un état de conservation médiocre. Les vestiges de ces installations de plein air appartiennent à au moins deux périodes distinctes : la fin de la période mérovingienne et le milieu du Moyen Âge. Divers indices suggèrent la présence d’habitations à proximité.

Le site dans son environnement

Le cadre naturel

2Le site de La Plaine, dont le nom rend d’ailleurs compte de la configuration topographique des lieux, appartient à un ensemble formé par une plaine morainique coiffée par des formations loessiques würmiennes qui présentent à cet endroit une puissance minimale de 5 m. Il occupe le sommet d’une modeste éminence parmi un paysage de faible relief, modelé dans les loess et les lehms, au pied nord des collines séparant le Velin et le Viennois (fig. 1). Il domine, au nord, la vallée du ruisseau de l’Inversé, affluent de l’Ozon. La nappe phréatique se trouve à plus de 20 m sous le sol actuel. Toutes les structures mises au jour s’ouvrent dans le même niveau de loess ou lehms, immédiatement sous la couche de terre végétale.

1. Localisation du site

1. Localisation du site

Le contexte historique et archéologique

3Le site se trouve dans une zone inhabitée actuellement, à 1,3 km environ du centre "historique" du village de Simandres. Cependant, dans un rayon de 2 km, les découvertes abondantes témoignent d’une fréquentation humaine de la plaine dès l’époque néolithique. Mentionnons, en particulier, fouillés sur le même tracé autoroutier, les sites gallo-romains de Simandres, Mont-Moraud (rapport Cordier 1993), de Communay, Le Plan (rapport Bouvier 1993), et celui du Bronze final de Simandres, Les Estournelles (rapport Thiériot 1993) (cf. chapitre 3). Le gisement de La Plaine illustre d’ailleurs parfaitement le caractère attractif de ce secteur, puisque, outre les structures médiévales, une fosse néolithique, plusieurs fosses d’époque protohistorique, dont une sépulture collective datée du Bronze final, un puits et une fosse du BasEmpire, y ont été mis au jour.

4Concernant l’époque médiévale, des vestiges ténus d’une occupation de la fin du haut Moyen Âge (Simandres, Les Gordes) ont été observés à 500 m à l’est de La Plaine : fosses renfermant de la céramique attribuable aux Xe-XIe s. Un peu plus à l’est, à Simandres, Les Estournelles, toujours sur le tracé de l’autoroute, quelques inhumations du même type que celles de La Plaine ont été fouillées (rapport Thiériot 1993). D’autres sépultures médiévales ont été mises au jour à 500 m environ à l’ouest, sur le site de Simandres, Mont-Moraud (rapport Cordier 1993). Enfin, à la limite des communes de Simandres et de Marennes, mentionnons la fouille d’habitats des environs de l’an mil et d’une nécropole mérovingienne à Simandres, Fontaine (Bouvier 1996). Ces importantes découvertes n’ont pu être que partiellement exploitées, dans le cadre de cette publication ; elles sont évoquées dans le texte de synthèse consacré au Velin.

5La commune de Simandres est mentionnée à deux reprises, en 980 et 1012, dans les chartes médiévales, comme appartenant à l’ager de Valencin (Volniacus ou Valeoniacensis), dans le pagus viennensis (Bernard 1853 :1087). Cependant, aucun de ces textes ne documente le site de La Plaine.

Les vestiges archéologiques

6Par commodité, le site est divisé en deux secteurs : le secteur I correspond à la partie ouest, le secteur II à la partie est (fig. 2).

2. Emprise de la fouille et plan des vestiges

2. Emprise de la fouille et plan des vestiges

Les fosses

Le groupe méridional (secteur I)

7Un groupement de vastes fosses occupe la bordure sud-ouest de la zore décapée. La plupart d’entre elles se caractérisent par une imbrication d’excavations qui offrent en surface un aspect apparemment homogène.

  • La fosse 13 correspond en réalité à deux fosses imbriquées. Leur comblement très organique et renfermant, dans le cas du creusement le plus récent, une quantité relativement importante de restes fauniques (cf. infra), indique que celui-ci, au moins, est utilisé un temps comme dépotoir spécialisé.

  • L’ensemble des structures 3, 7, 8, 9 et 12 se signale par un sédiment de couleur sombre, apparemment à forte teneur organique, décrivant un plan irrégulier ; des galets apparaissent, sans que leur densité permette une quelconque interprétation, bien que certains alignements évoquent les vestiges d’un solin. En fait, plusieurs fosses "gigognes", aux contours flous, sont surmontées par un même niveau d’occupation qui a livré quelques objets de métal. La structure 3 est la plus ancienne ; il s’agit d’une cuvette de faible profondeur (0,25 m), de plan grossièrement ovale, qui s’étend au minimum sur 25 m2. Elle est comblée par une couche homogène. Après quoi, plusieurs recreusements interviennent, dont trois circonscrits dans l’espace de cette première fosse (7, 8 et 9) et l’un contigu (12). La dispersion des restes d’un même animal dans plusieurs de ces structures assure la contemporanéité de certaines phases de leur comblement (cf. aussi l’étude du mobilier céramique).

8La fonction initiale de ces structures est difficile à déterminer, en particulier celle de la fosse primitive, dont l’extension importante et surtout la faible profondeur pourraient laisser supposer l’aménagement d’une aire à usage domestique. Un indice en ce sens est fourni par une mince couche de terrain naturel oxydé et des traces de phosphate tapissant tout le fond : ceci pourrait indiquer que de l’eau y a stagné. Quant aux autres fosses, elles ont probablement connu une autre fonction avant d’être utilisées comme dépotoirs. En tout état de cause, la nature de leur comblement, ainsi que le mobilier recueilli, impliquent nécessairement la présence d’un habitat proche, dont une partie de l’aménagement de galets mentionné ci-dessus pourrait être le seul témoin.

  • Les fosses 6,18 et 19, de taille variée, se signalent par le niveau supérieur de leur comblement, relativement organique, incluant quelques galets. De même que pour les fosses évoquées précédemment et dont elles sont proches, leur plan n’est pas évocateur. La structure 6 (4,50 x 4 m environ) est relativement profonde (0,90 m environ). Son comblement présente au moins trois dépôts organiques, dont le plus récent est très charbonneux. Les structures 18 et 19 sont, quant à elles, de simples dépressions aux formes irrégulières qui évoquent le prélèvement de la terre.

Les fosses isolées (secteur I)

9Cinq autres fosses se dispersent sur le reste du secteur I (5, 21, 32, 26 et 36) ; elles sont de taille et de nature différentes. Parmi elles, on signalera les plus significatives.

  • La fosse 26 est une petite cuvette ménagée dans le loess (diam. : 0,30 m; prof. : 0,15 m), dont le comblement comporte exclusivement les fragments de la partie supérieure d’un vase. Les proportions de cette structure donnent à penser qu’elle a été réalisée dans le but d’y installer ce récipient.

  • La très grande fosse 32 (10 x 3 m environ), à la limite nord-ouest du secteur décapé, est en fait une cuvette peu profonde (prof. maximum : 0,60 m) comblée par un dépôt homogène et très organique, renfermant du mobilier céramique en assez grande quantité. L’hypothèse d’une carrière de terre, à l’origine, est la plus probable.

  • La structure 5 (2,20 x 1,20 m environ) se présente comme un creux ménagé dans le substrat et comblé par des galets de calibre assez régulier, mêlés à quelques schistes (prof. maximum : 0,60 m). Ce type d’empierrement est difficile à interpréter : à noter la mise au jour d’aménagements analogues parmi des installations agricoles variées (silos, greniers) de différents établissements ruraux du Moyen Âge, comme le site tout proche de Meyzieu (cf. monographie correspondante).

La structure 330 (secteur II) : un puits inachevé ?

10II s’agit d’une vaste fosse cylindrique, approximativement circulaire (diam. : 2,50 m ; prof. minimum : 3 m environ), dont l’ouverture est en forme d’entonnoir (diam. au niveau d’apparition : 4 m environ) (fig. 3). Son comblement, recoupé par une sépulture à son niveau supérieur, est très hétérogène, composé d’un sédiment relativement organique (US 314 et 315), mêlé à d’autres dépôts de loess jaune, plus ou moins sableux (US 316 et 317), issu du terrain naturel. Au fond de cette fosse, une poche (US 320) accueille les fragments d’un vase archéologiquement complet qui contient les ossements en connexion d’un arrière-train de porcelet (fig. 4). Comme dans le cas de la structure 26, il semble que cette poche a été ménagée dans la seule intention d’y déposer ce récipient.

3. Coupe A-B médiane à la structure 330 (puits ?)

3. Coupe A-B médiane à la structure 330 (puits ?)

4. Pot (olla) contenant les restes d’un porcelet

4. Pot (olla) contenant les restes d’un porcelet

11La structure 330, eu égard à ses dimensions et à son volume bien caractéristiques, peut être interprétée comme un puits dont la construction n’aurait pas été menée à terme. Quant au vase, il pourrait témoigner de techniques de conservation de la viande (dans la saumure par exemple). Les raisons pour lesquelles il a été déposé là sont, quant à elles, moins évidentes.

Les grands fours domestiques

12Les structures de combustion, au nombre de six, sont regroupées dans le secteur nord. Lune d’elles présente des dimensions imposantes et a subi au moins trois réfections. Une autre est en fait composée de trois fours, au moins, disposés en batterie. Les deux derniers fours sont isolés.

Le four 23

13Il apparaît comme une vaste fosse de plan piriforme (L. max : 4 m ; I. max : 2,50 m) (fig. 5). Il semble avoir été creusé au centre d’une structure antérieure : une excavation de plan irrégulier (prof. maximum : 0,30 m) dont le comblement est composé d’un sédiment organique mêlé à du loess jaune provenant du terrain naturel. Son étude a révélé plusieurs phases d’utilisation et de comblement (fig. 6).

5. Plan du four 23

5. Plan du four 23

6. Coupe C-D, section longitudinale du four 23

6. Coupe C-D, section longitudinale du four 23

Les phases d’utilisation

14Le four est élaboré suivant un procédé maintenant bien connu : une vaste fosse de plan elliptique (aire de travail) est creusée ; à l’une des extrémités est pratiquée une excavation en tunnel, dotée d’une ouverture étroite (bouche du four) s’élargissant pour former une chambre voûtée, creusée dans le loess (chambre de chauffe ou de cuisson) ; la sole se relève à l’est, au niveau de la bouche, surplombant ainsi le sol de la fosse cendrier d’environ 0,20 m. Celle-ci est surcreusée sur 0,40 m environ dans sa partie ouest. Les parois formant la voûte de la chambre de chauffe sont conservées sur 0,80 m au-dessus du niveau de la sole ; il est donc impossible de déterminer l’existence d’une cheminée ou d’un quelconque évent. Toutefois, on peut affirmer que la chambre de chauffe est entièrement excavée dans le terrain naturel, utilisant ainsi les propriétés réfractaires naturelles de ce dernier.

15Celle-ci montre deux réfections ou réaménagements successifs de la sole, se manifestant par des recharges de loess. La première modification se traduit par un exhaussement d’une partie de la sole, visant probablement à établir son horizontalité (US 219). La deuxième réfection est beaucoup plus importante, puisqu’elle affecte l’ensemble de la sole qui est rehaussée et voit sa surface diminuée de manière conséquente (US 218). Dans son premier état, la sole offre une surface de plus de 3 m2 (diam. : 2 m) ; dans son dernier état, son diamètre est réduit d’environ 0,50 m. Il apparaît que la chambre de chauffe est soigneusement nettoyée entre les utilisations et, sans doute, après la dernière.

16Le niveau primitif du fond de l’aire de travail est le même que celui de la sole du four. Il est exhaussé par l’accumulation des couches correspondant aux nettoyages successifs entre les cuissons : feuilletage de lits de cendres très meubles, plus ou moins mêlés à des nodules d’argile cuite. Il est intéressant de noter que la partie la plus profonde de la fosse, à l’ouest, n’a pas été utilisée spécifiquement comme zone de vidange de cendres, alors qu’il serait logique de supposer qu’elle a été ménagée à cet effet. En fait, cette "fosse dans la fosse" est comblée en grande partie par un sédiment d’origine détritique, dans le même temps et/ou postérieurement aux phases de rejet des cendres.

Le processus d’abandon

17Le comblement de la structure, après abandon, s’est déroulé, d’après la stratigraphie, en quatre phases, dont les trois dernières ont pris place, successivement, au sens de la chronologie mais aussi de l’espace, d’est en ouest. La première étape voit l’effondrement de la partie supérieure de la voûte sur la sole (US 212) et l’entassement des galets et des blocs de schiste et de molasse utilisés pour l’obturation de la bouche du four, au-dessus des dépôts cendreux résultant de la dernière utilisation du four. Ensuite, l’espace de l’aire de travail est comblé par un dépôt de limon homogène (US 201). Puis un autre dépôt est identifiable, composé d’un sédiment de même nature, mais comportant de très nombreux nodules d’argile cuite (US 215) et ennoyant les blocs de pierre. Enfin, dans ce deuxième dépôt, une sorte de fosse est creusée, occupant la majeure partie de l’espace de l’ancienne aire de travail et de vidange du four et la débordant à l’ouest. Cette structure, correspondant à l’ultime étape du processus d’abandon du four, est comblée par une couche relativement homogène, très organique et cendreuse, présentant de petites inclusions d’argile cuite (US 205). La nature de ce sédiment implique la mise en service d’une autre structure de combustion à proximité, dont les déchets de vidange ont été utilisés pour le comblement du four 23 abandonné.

18Le volume du four paraît particulièrement imposant, aussi bien du point de vue des dimensions de la sole que de la hauteur initiale de la voûte (que l’on peut évaluer à environ 1 m) ; cette structure figure au nombre des plus vastes révélées par l’archéologie, ces dernières années. Dans la plupart des cas, les fours de ce type sont munis d’une voûte construite, contrairement à celui de La Plaine, mais ont fait l’objet de plusieurs réfections, comme lui. Il est d’ailleurs à noter que la grande taille de sa sole, accompagnée d’une voûte excavée, a probablement posé des problèmes d’ordre technique, puisque le dernier aménagement tend à ramener le four à des dimensions plus "raisonnables". Le loess dans lequel est creusée la structure est rubéfié sur une grande épaisseur (jusqu’à 6 cm), confirmant l’utilisation du four pendant un laps de temps relativement long. Au regard des données archéologiques disponibles, une fonction autre que domestique et culinaire est à exclure et les grandes dimensions de ce four peuvent s’expliquer par une utilisation collective, comme elle est désormais reconnue pour la plupart de ses homologues médiévaux.

La batterie de fours (31, 40 et 41)

19En surface, elle se présente comme une vaste fosse de plan tréflé, débordant l’emprise de la fouille. Un seul four a donc pu être observé dans son ensemble (31). Les autres fours (40 et 41), hors emprise, ne sont repérés que par sondages. Les trois structures de combustion sont disposées en batterie, de manière rayonnante autour d’une fosse de vidange commune. Il semble que la structure 40 corresponde au premier four utilisé. A cette structure, a succédé la fosse-cendrier I, comblée par des dépôts cendreux correspondant à l’utilisation d’un autre four qui pourrait être la structure 41, dont la sole apparaît en coupe sous forme d’un lit de limon rubéfié horizontal (fig. 7). Ce four, dont nous ignorons également l’orientation, a ensuite été invalidé par le creusement de la fosse-cendrier II qui fonctionne avec la structure 31, à savoir le four le plus récent de la batterie.

7. Coupe E-F, section longitudinale de la batterie des fours 31, 40 et 41

7. Coupe E-F, section longitudinale de la batterie des fours 31, 40 et 41

20Celui-ci présente une vaste sole (diam. : 2 m environ), à l’instar de celle du four 23 décrit plus haut ; l’élévation de la voûte est mieux conservée, l’ensemble de la structure étant beaucoup plus profondénent enfoui. La hauteur totale de la chambre de chauffe, entièrement excavée dans le terrain naturel, peut être évaluée à environ 1 m. Le niveau de la sole surplombe le fond de la fosse de plus de 0,50 m. Les vestiges d’un dispositif classique d’ouverture et de fermeture du four consistent en blocs de schistes déplacés de part et d’autre de l’entrée. Cependant, un gros bloc de molasse, disposé verticalement, subsiste en place d’un côté, vestige d’un aménagement permanent destiné à faciliter l’obturation de la bouche lors des cuissons (fig. 8). Contrairement au four 23, le four 31 ne montre aucune trace de réfection ou d’aménagement, ce qui paraît logique dans la mesure où il s’insère dans un système de batterie, où le four devenu inutilisable était remplacé par un autre creusé à proximité immédiate.

8. Chambre du four 31

8. Chambre du four 31

21D’une manière générale, l’importance des fosses I et II, qui se développent sur plus de 7 m du nord au sud, ainsi que l’épaisseur des dépôts contemporains du fonctionnement des fours, démontrent que l’activité a dû être intense et de durée assez longue. Cette batterie de fours appelle donc le même type de remarques que la structure 23, en particulier du point de vue d’une éventuelle utilisation collective.

Les autres structures de combustion (33 et 34)

22Elles sont beaucoup moins complexes que celles qui viennent d’être évoquées et plus arasées. Seules subsistent les soles et la partie inférieure des fosses-cendriers. Il est donc impossible de restituer a nature de leur élévation. Le comblement de leur aire de travail indique une utilisation de courte durée (un seul dépôt cendreux). Le peu de mobilier recueilli n’a pas permis d’attribuer une datation à ces structures autre qu’historique. Elles s’inscrivent donc, de toute évidence, dans une autre forme d’aménagement.

Les petits ensembles funéraires

23Neuf sépultures sont réparties en deux groupes distants d’environ 75 m. Aucune organisation spatiale particulière n’apparaît et l’orientation des fosses et des inhumés dans les fosses semble aléatoire. Tous les squelettes sont placés en decubitus dorsal. Sans doute en raison de la nature du substrat loessique dans lequel elles sont aménagées, les limites des fosses d’inhumation sont très difficilement perceptibles. Dans ces conditions, la détermination de la nature des tombes et des modes d’inhumation se fonde avant tout sur les observations anthropologiques.

24Le groupe ouest (secteur I) est composé de 4 tombes, dont 3 d’enfants (2, 11 et 4) et 1 d’adulte (14). Le groupe est (secteur II) comporte 5 tombes, dont 3 d’adultes (322. 332, 333) ; les 2 autres (331 et 334) sont trop détruites pour être déterminées.

25Il ressort qu’aucune des tombes ne peut être qualifiée de sépulture "en pleine terre", puisque les individus ne se sont pas décomposés en espace colmaté. La majorité des tombes répond à la définition désormais admise de "sépultures rupestres en roche meuble" (Colardelle et al. 1997 : 291-293). Il s’agit des tombes 2, 11 (probable), 14, 332 et 333. La tombe 332 pourrait correspondre à un coffre de bois non cloué ou à un coffrage de planches. Les trois dernières restent indéterminées.

26On dispose de différents arguments pour approcher la chronologie de ces petits ensembles funéraires.

  • Tout d’abord, la datation par le radiocarbone du squelette de la tombe 4 indique : âge 14C : 1280 + - 65 BP ; intervalle années réelles : 640-935 ap. J.-C. ; intervalle de plus forte probabilité (68,7 %) : 640-785 ap. J.-C. (réf. ARC 1696).

  • Par ailleurs, la tombe 4 est surmontée par un niveau qui comporte de la céramique caractéristique de la charnière des Xe-XIe s.

  • Une autre information concerne la tombe 322 qui recoupe le comblement supérieur du puits 330. Le remplissage de celui-ci est attribué aux VIIe-VIIIe s. La tombe est donc contemporaine ou postérieure à cette période.

  • Enfin, les données chronologiques fournies par la typologie des tombes, pour imprécises qu’elles soient, ne viennent pas en contradiction avec les informations précédentes. Les sépultures rupestres en roche meuble sont globalement représentées de la deuxième moitié du VIIe jusqu’au Xe, voire XIe s., avec une phase culminante entre le milieu du VIIe et la fin du IXe s. La chronologie des coffres ou coffrages de bois, souvent non détectés à la fouille, est encore à préciser. Attribués jusqu’à ces dernières années à l’Antiquité tardive et au tout début du Moyen Âge à partir de cas méridionaux, il s’avère, grâce à des fouilles récentes, notamment dans l’est de la France, qu’ils traversent les époques mérovingienne et carolingienne.

Les objets de la vie quotidienne

27Bien que la plupart des structures en creux aient accueilli des rejets domestiques, après détournement de leur vocation d’origine, aucune ne peut être assimilée à un véritable dépotoir domestique (la fosse 13, la plus riche, semble réservée aux restes de boucherie ». On ne s’étonnera donc pas de l’indigence des découvertes mobilières métalliques et céramiques.

9. Objets divers

9. Objets divers

Agrafes à double crochet (1 à 3), éléments de peignes en os (4 et 5)

L’outillage

  • Deux lames de couteaux en fer ont été mises au jour. L’une d’elles a été recueillie dans le comblement du four 23. Il s’agit d’une lame à soie, avec dos et tranchant symétriques (L. : 12,2 cm). L’autre lame, à soie oblique incomplète, tranchant droit, dos convexe et pointe effilée, provenait du comblement de la structure 10 (L. :9,3 cm).

  • Un fragment de lame de faucille, avec départ de la soie, a également été recueilli dans le comblement du four 23.

  • Une alêne de section circulaire, terminée par une pointe fine (L : 10 cm), provient du comblement de la structure 7.

Les accessoires : parure et toilette

  • Trois agrafes à double crochet en bronze ont été découvertes dans le comblement supérieur de la structure 3 (fig. 9). L’une d’elles (n° 1), à corps plat à perforation centrale, présente un décor annelé marqué de stries grossières (L. : 2,7 cm ; I. : 1,1 cm ; ép. : 0,2 cm). Cet objet peut être comparé à certains exemplaires régionaux du VIIe s. (Des Burgondes à Bayard 1981 : n° 39). Une autre agrafe (n° 2) présente également un corps plat à perforation centrale et un décor strié, tandis qu’un autre décor est visible sur l’épaisseur du corps (L. : 2,2 cm ; I. : 0,9 cm ; ép. : 0,2 cm). Elle peut être comparée à un exemplaire provenant de la nécropole Saint-Georges de Vienne et daté des IXe-Xe s. (Vienne aux premiers temps chrétiens 1986 : n° 46), de même que la troisième agrafe qui lui est parfaitement similaire (n° 3).

  • Des éléments de deux peignes en os (n° 4 et 5) ont été recueillis dans le comblement de la structure 330 : un fragment de plaquette à deux rangées de dents et un fragment de barrette de fixation, à section en D, qui porte un décor de double rangée de lignes incisées. Des stries latérales résultent de la confection des dents après assemblage des plaquettes par les barrettes transversales. Ce type de peigne a été fabriqué dans toute la Gaule de la fin de l’Antiquité au début de l’époque carolingienne. Les pièces de La Plaine sont trop fragmentaires pour préciser leur datation à l’intérieur de cette fourchette. Ils appartiennent à la catégorie des peignes composites à double denture, formés par la juxtaposition de plaquettes que réunissent deux barrettes transversales rivetées. On renverra le lecteur à la description des exemplaires de Trévoux, Ain, bien conservés et datés du VIe s. (cf. monographie correspondante).

  • Enfin, une monnaie, probablement antique, perforée et réutilisée comme médaille, provient du comblement du four 23.

La céramique

28La vaisselle de terre est examinée ici essentiellement pour son apport à la datation des structures. Les lots sont en effet trop disparates pour favoriser des observations à portée générale. Toutefois, l’ensemble de La Plaine prend un certain relief car il a, pour la première fois dans notre région, attiré l’attention des médiévistes sur une série de récipients que l’on pourrait qualifier "de transition" entre les ollae de la période mérovingienne et les pots à cuire du plein Moyen Âge. Il reste à confirmer, par des découvertes ultérieures, que l’on tiendrait bien là quelques témoins des productions de la fin de la période carolingienne.

29Le matériel médiéval représente 800 fragments, répartis dans 14 unités stratigraphiques. Le nombre de fragments identifiables étant limité (130 environ), les propositions de datation restent prudentes. Les structures qui ont livré du mobilier semblent se ranger dans trois groupes.

  • Trois d’entre elles (13, 21 et 330) contiennent les céramiques les plus anciennes (ollae à fond plat en pâte bistre de la première génération), datables des Ve-VIIe s., mais associées à des formes et à des techniques répertoriées dans la région à partir du milieu du VIIe et au Ville s. (ollae en pâte grise de la deuxième génération) (fig. 5). On peut donc proposer pour ces structures une datation s’inscrivant dans la fourchette VIIe-VIIIe s.

  • Le deuxième groupe inclut les structures 3, 9 et 10 qui ont également livré de la céramique attibuable aux VIIe-VIIIe s. (ollae toujours à fond plat, mais avec lèvre en bandeau classique, cuisson réductrice, décors peignés ondés et horizontaux). Toutefois, dans le cas de ces structures, de la céramique caractéristique d’une phase plus récente (Xe-XIe s.) fournit un terminus ante quem qui permet d’interpréter le mobilier plus ancien comme résiduel, dans la mesure où chacun des lots ne provient pas d’un niveau spécifique de comblement.

  • Enfin, le mobilier recueilli dans les autres structures (26, 31-40, 36, 23 et 32) s’inscrit entièrement dans une fourchette Xe-XIe s., caractérisée par un répertoire de formes maintenant bien connu (fonds lenticulaires, parfois marqués en relief, appartenant à des pots globulaires cuits en atmosphère réductrice, lèvres évasées et lèvres en bandeaux, décors à la molette...). Toutefois, lorsque les lots sont assez importants (cas des structures 23 et 32), on constate que le matériel se distingue quelque peu du répertoire régional par la présence de fonds encore plats et de fonds intermédiaires entre plats et bombés, sans exclure les fonds nettement lenticulaires, ni les fonds marqués. Il semble donc que le site de La Plaine illustre une étape de transition avant la mise en place définitive du vaisselier en usage au tournant de l’an mil.

Alimentation carnée et élevage

30Les 14 structures (fig. 10) qui ont livré du mobilier faunique appartiennent aux deux phases chronologiques reconnues sur le site et indiquées ci-dessus. 275 restes seulement ont été identifiés (fig. 11). La structure 13 en fournit un peu plus de 40 %. Les autres structures ne dépassent pas la trentaine de restes et chacune d’elle est, en soi, peu représentative. Les Nombres Minimums d’Individus (NMI) sont faibles (fig. 12).

10. Liste des structures (US) ayant livré de la faune

10. Liste des structures (US) ayant livré de la faune

11. Nombres de Restes (NR) par structure et par période

11. Nombres de Restes (NR) par structure et par période

12. Nombres Minimum d’Individus (NMI) par taxon et par US

12. Nombres Minimum d’Individus (NMI) par taxon et par US

31La mauvaise conservation de la matière osseuse, notamment spongieuse dans les épiphyses d’os longs de bovin de la structure 13, suggère que certains os fragiles, comme ceux d’infantiles ou de juvéniles, ont pu disparaître. Les traces de charognage par les détritivores sont plutôt rares. Ceci permet de supposer que leur action spoliatrice sur le matériel rejeté a été faible. Cependant, l’échantillon qui est étudié est vraisemblablement quelque peu éloigné de celui initialement déposé. Les interprétations doivent donc être considérées avec recul.

32En raison des conditions de gisement et du mode de constitution des lots, les vestiges fauniques de La Plaine sont difficiles à replacer dans la chaîne alimentaire, quelle que soit la phase d’occupation considérée. On remarque, toutefois, que la fosse 13 a recueilli les restes d’une étape particulière dans la découpe des bovins et des porcins. Les déchets sont issus, chez les bovins, du désossage des membres et chez les porcins de celui des mandibules.

Restes et alimentation

33Le faible nombre de restes ne permet pas de conclure avec certitude. Si l’on considère que les restes recueillis donnent une image assez fidèle de ce qui a été consommé sur le site aux différentes périodes d’occupation, il faut constater qu’il n’y a pas de différence notoire entre la première phase (VIIe-VIIIe s.) et la seconde (Xe-XIe s). Les ovicaprins sont très mal représentés et seraient peu consommés. En quantité de viande, estimée par la méthode de P. Columeau (1991) qui prend les NMI pour base de calcul, la part du boeuf est écrasante.

34Le contenu de la fosse 13 montre un choix d’animaux adultes, plutôt jeunes, ce qui correspond à une période de maturité de la viande. Ce n’est donc pas par hasard que ces animaux ont été débités. Ceci signifie aussi que les consommateurs ont pu choisir les produits. Le traitement a concerné une viande sans os avec probablement l’abattage simultané de plusieurs bêtes, 5 adultes et 1 juvénile, qui auraient fourni quelques 1000 kg de viande (d’après Columeau 1991). S’il y a eu récupération de viande fraîche, qui a pu la consommer et pourquoi en telle quantité ? S’agit-il d’un abattage saisonnier dans le but de préparer des viandes à conserver par salage, séchage, fumage, etc. ? En tout cas, ce désossage est différent des découpes connues pour l’Antiquité, qui généralement s’accompagnent d’une fracturation importante des os longs et en particulier de leurs diaphyses.

35La consommation du porc suit les schémas traditionnels de l’abattage de jeunes adultes, qu’ils soient d’ailleurs mâles ou femelles. Quant au vase installé au fond de la structure 330 (puits ?), il contient l’arrière-train (du sacrum aux phalanges en connexion anatomique) d’un tout jeune porcelet, foetus ou nouveau-né. En l’absence d’autres indices, il est impossible de trancher entre les hypothèses d’une préparation culinaire, d’un rejet, d’un dépôt volontaire, etc.

36L’alimentation de la communauté de La Plaine n’inclut pas les espèces sauvages. Le lapin est peut-être intrusif. Le grand gibier et le petit gibier sont absents. La taphonomie expliquerait l’absence du second puisque la poule est assez peu représentée. Cependant, on peut admettre qu’il n’est pas courant.

Restes et élevage

37Il est toujours difficile de passer de restes alimentaires recueillis sur un site, produits d’une sélection humaine, aux caractéristiques des élevages pratiqués autour du site. Cependant la grande abondance des restes de bovins, qui se traduit aussi par une fréquence élevée dans les structures (87 % contre 73 % pour le porc et 67 % pour les ovicaprins), fait supposer que le boeuf est une espèce favorisée dans l’élevage local, dans la mesure, bien sûr, où il n’y aurait pas importation d’animaux à partir d’autres régions. Aucune rupture ne survient, à cet égard, entre les Ve-VIIe s. et les Xe-XIe s.

38Pourtant, il existe chez les bovins une modification du format des animaux qui se traduit par la réduction des dimensions des ossements. Les bovins du haut Moyen Âge s’inscrivent encore dans la population de l’Antiquité tardive, telle qu’elle est identifiée à l’heure actuelle en Rhône-Alpes (Forest et at. 1998. Certes, une diminution est intervenue par rapport aux animaux antérieurs, mais il n’est pas possible d’en préciser le moment puisque les os mesurés ne sont pas situés dans la séquence de 300 ans que constitue la période VIe-VIIIe s. Les bovins des Xe-XIe s., à La Plaine, sont ostéométriquement plus petits et proches de leurs contemporains. Il y a donc eu modification dans la gestion zootechnique de cette espèce sans qu’il soit possible d’en définir précisément les modalités : dégénérescence comme disent certains, ou plutôt adaptation à de nouvelles formes d’organisation de l’exploitation du milieu rural ? Cette seconde option a notre préférence.

39Si la rareté des restes de porcs et d’ovicaprins correspond effectivement à un élevage plutôt restreint de ces espèces, on peut éventuellement suggérer que les biotopes peu favorables (landes, forêts, etc.) sont peu présents autour du site. En revanche, les bovins témoigneraient d’un environnement ouvert, largement exploité avec des zones de pâturages suffisamment grandes. Mais il faut garder à l’esprit que les bovins peuvent survivre dans les forêts où vivait en partie leur ancêtre, l’aurochs, ou dans des zones de végétation dense, comme actuellement dans le maquis corse.

Conclusion

40À une première phase d’occupation, inscrite dans une fourchette couvrant les VIIe et Ville s., se rapportent, dans le secteur I, quelques fosses, dont l’une (n° 13) témoigne assez clairement d’une activité d’élevage tournée vers les bovins, et dans le secteur II, un énigmatique puits inachevé (n° 330). Ces vestiges ténus d’équipements difficiles à interpréter, relativement disséminés dans l’espace, restituent, pour la fin de la période mérovingienne, l’image de la périphérie d’un habitat probablement modeste.

41Les deux petits groupes de tombes qui se répartissent sur le site rentrent dans une estimation chronologique large (VIIe-Xe s.), sans que l’on puisse préciser s’ils sont contemporains ou décalés dans le temps. Une tombe, au moins, est assurément postérieure au puits. Par conséquent, on retiendra que la vocation funéraire du site est contemporaine et/ou postérieure aux premières installations. Il n’est donc pas certain que la population inhumée là soit en rapport avec la communauté installée à La Plaine.

42Les vestiges de la seconde phase d’occupation du site, entre le début du Xe et le milieu du XIe s., sont plus nombreux et leur organisation spatiale plus significative. Aucune trace de structure n’atteste, de manière certaine, l’implantation d’un habitat sur le site (trous de poteau, solins, fond de cabane, négatifs de sablière basse...). Cependant, il se pourrait que l’ensemble de fosses situé au sud du secteur I n’en soit pas très éloigné et que le niveau d’occupation qui en scelle partiellement le comblement en constitue un des témoins. Il est probable que, durant cette période, l’habitat soit implanté au sud de l’emprise fouillée. Mais le fait le plus intéressant ici est la présence de plusieurs fours domestiques dans un secteur bien délimité, au nord du site. Le regroupement de plusieurs structures de même nature, à la marge de l’habitat, accrédite l’hypothèse selon laquelle, à la fin du haut Moyen Âge, l’organisation spatiale des équipements évolue vers une mise en commun de certains d’entre eux, qu’ils soient domestiques (fours culinaires), artisanaux (ateliers métallurgiques), ou agricoles (structures de stockage des réserves). Cette organisation collective nécessiterait la stabilisation dans l’espace d’installations vastes et durables, dont les fours de Simandres, La Plaine, constituent un bel exemple.

Bibliographie

Documentation

Bouvier 1992 : BOUVIER (Α.), CORDIER (F). - Simandres (Rhône), La Plaine. Bilan scientifique 1991. Lyon : Ministère de la culture, DRAC, SRA Rhône-Alpes, 1992, p. 103.

Bouvier 1996 : BOUVIER (Α.). — Simandres (Rhône), Fontaine et la Plaine. Gallia Informations, l’archéologie des régions : RhôneAlpes, 1996, p. 214.

Rapport Bouvier et al. 1993 : BOUVIER (Α.), FOREST (V.), THOLLON-POMMEROL (C.), SAVINO (V.). - Travaux d’archéologie préventive sur le tracé de l’autoroute A 46 sud : Simandres, La Plaine, Les Gordes (Rhône). Lyon : DRAC, SRA Rhône-Alpes, AFAN, 1993, 75 p., 72 pl.

Table des illustrations

Titre 1. Localisation du site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 2. Emprise de la fouille et plan des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 3. Coupe A-B médiane à la structure 330 (puits ?)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 4. Pot (olla) contenant les restes d’un porcelet
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 5. Plan du four 23
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 6. Coupe C-D, section longitudinale du four 23
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 7. Coupe E-F, section longitudinale de la batterie des fours 31, 40 et 41
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 8. Chambre du four 31
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 9. Objets divers
Légende Agrafes à double crochet (1 à 3), éléments de peignes en os (4 et 5)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 10. Liste des structures (US) ayant livré de la faune
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 11. Nombres de Restes (NR) par structure et par période
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 12. Nombres Minimum d’Individus (NMI) par taxon et par US
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2025/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access