Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Bresse et plaine de l'Ain

Château-Gaillard, Le Recourbe

Ain

Georges Vicherd, Catherine Duvette, Élise Faure-Boucharlat, Michel Paulin, Vianney Forest et Jean-Luc Gisclon

Texte intégral

Département :

Ain

Commune :

Château-Gaillard

Lieux-dits :

Le Recourbe (Sur le Recourbe, Les Millettes)

Numéro de site :

01 089 005

Coordonnées Lambert :

Xa: 830.250 Ya : 2113.200

Altitude moyenne NGF :

Xb: 831.000 Yb : 2114.800 245 m

Cadre d’intervention :

Autoroute A 42 et emprunt de matériaux

Responsable d’opération :

G. Vicherd

Date d’intervention :

1984-1987

Superficie sondée :

50 ha

Superficie décapée :

20 ha

Superficie fouillée

10 ha

Extension totale du site :

Inconnue

1La réalisation de l’autoroute A 42 devait s’accompagner, sur la commune de Château-Gaillard, de l’extraction de matériaux fluvioglaciaires sur une vaste superficie. Aussi, préalablement, des sondages systématiques ont été conduits sur une cinquantaine d’hectares, un décapage mécanique soigneux sur un peu moins de la moitié de cette surface et, enfin, la fouille exhaustive des secteurs livrant des vestiges, sur plus d’une dizaine d’hectares (fig. 1 et 2).

1. Environnement géographique et archéologique du site de Château-Gaillard

1. Environnement géographique et archéologique du site de Château-Gaillard

2. La terrasse du Recourbe, vue depuis l’ouest

2. La terrasse du Recourbe, vue depuis l’ouest

2Les investigations, d’une ampleur exceptionnelle pour l’époque, se sont déroulées sur quatre campagnes, de 1984 à 1987, révélant des milliers de structures en creux, traces plus ou moins enchevêtrées d’une très longue occupation, du Néolithique jusqu’au Moyen Âge. On verra, tout au long de cette monographie, les difficultés rencontrées pour préciser la chronologie des constructions restituées : il est particulièrement délicat d’établir les arguments d’une continuité ou discontinuité de l’occupation médiévale qui s’inscrit dans une fourchette de plus de cinq siècles, la deuxième moitié du Ier millénaire, lato sensu. Et ce sont bien les vestiges du Moyen Âge, répartis de façon plus ou moins dense sur toute la surface étudiée, qui font une bonne part de l’intérêt de ce site.

3Pour la période qui nous intéresse, au moins deux grandes phases bien définies d’occupation marquent le secteur étudié. La première, à l’aube du Moyen Âge, se manifeste essentiellement par une demi-douzaine de cabanes excavées, réparties selon une trame lâche sur l’ensemble de la zone explorée. La seconde, aux temps carolingiens, voit, entre autres, l’érection de grandes maisons à poteaux plantés aux plans originaux (à trois vaisseaux et parfois extrémités en abside), associées à des bâtiments plus simples et plus modestes (annexes et abris divers). La concentration des constructions, au moins dans la partie sud du site, évoque, sinon un habitat groupé, du moins la superposition d’édifices successifs.

4Le travail complet d’interprétation et de publication des résultats devait nécessiter des moyens considérables. Dans un premier temps, il a porté, très partiellement, sur les occupations les plus anciennes. La présentation des vestiges médiévaux, les plus nombreux et les plus complexes, maintes fois différée en raison des conditions inhérentes à l’archéologie préventive, mais aussi du caractère encore inédit de ce type de gisement il y a plus d’une décennie, arrive à point nommé dans ce volume, dont elle constitue un élément majeur. Le site carolingien de Château-Gaillard est, en effet, une référence incontournable de toute approche de l’habitat rural médiéval dans l’est de la France. En outre, mieux que tout autre dans ce volume, il permet d’aborder les domaines de la démarche constructive, de la restitution en trois dimensions, et de l’organisation et de la chronologie des habitats ruraux.

5Dans l’optique de cette publication, une nouvelle collaboration avec des architectes-chercheurs a été engagée. En affinant les pistes et les méthodes plus qu’esquissées dans les séminaires du Laboratoire d’analyse des formes de l’Ecole d’architecture de Lyon, entre 1986 et 1990, elle apporte la garantie de la validité des schémas constructifs retenus et des propositions de restitution architecturale. Elle a en outre mis à profit les résultats de l’étude du site de Charavines, conduite entre temps, où les conditions exceptionnelles de conservation des bois apportent des informations absentes sur la plupart des sites terrestres (Colardelle et al. 1993).

6Un réexamen systématique du mobilier a permis de préciser les dates proposées dans les premiers rapports. Une sélection d’échantillons datables par le radiocarbone a été effectuée. Des études à l’époque différées ont été entreprises, comme sur la faune et les traces de métallurgie. Divers travaux ont été mis à profit, comme les publications récentes de sites contemporains, ou initiés, comme la révision de la carte archéologique de la plaine de l’Ain, ou comme un enquête, toujours en cours, sur les voies de communication anciennes.

Le site et son environnement

7Le site du Recourbe, au nord de l’actuelle agglomération de Château-Gaillard, où se voient encore les ruines du château médiéval, occupe le rebord de l’une des hautes terrasses (altitude moyenne 245 m) de l’Ain, entre deux avancées réduisant le lit majeur de la rivière. Les vestiges se développent en ruban le long du rebord, selon un segment est-ouest et un autre nord-sud (fig. 2 et 3). L’érosion et l’installation d’un chemin rural en bordure de la terrasse sont à l’origine de la disparition de vestiges en situation marginale. Mais la culture de la vigne et sa reproduction par marcottage brouillent la lecture de certaines zones par de multiples fossés ramifiés. Malgré l’ampleur du décapage, il est impossible d’évaluer quelle était l’extension réelle du site, dont la limite méridionale, au moins, n’a pas été observée.

3. Emprise de l’intervention et localisation des vestiges

3. Emprise de l’intervention et localisation des vestiges

Dans ces dépôts, l’Ain a incisé son lit majeur, qui atteint par endroits 2 km de largeur. Cette zone inondable est délimitée à l’est par les hautes terrasses (dont celle du Recourbe) qui surplombent les brotteaux de la rivière de 15 à 20 m seulement. Un ruisseau, le Seymard, baigne au nord et à l’ouest le pied de la terrasse du Recourbe, et un de ses méandres, très marqué, est sans doute à l’origine des toponymes du secteur : Le Recourbe (le ru courbe) pour la très basse terrasse du lit majeur de l’Ain, et Sur le Recourbe pour la terrasse elle-même (fig. 3). En pied de côtière, quelques sources alimentent le Seymard à l’ouest, ou le ruisseau et le marais de la Léchère au sud-est.

Le milieu naturel

8La partie septentrionale de la basse vallée de l’Ain est constituée d’épandages étagés fluvio-glaciaires du Würm récent, avec, localement, des témoins un peu plus anciens : la butte argileuse des Millettes, qui semble affleurer, parfois associée à des éléments caillouteux, dans le secteur sud de la terrasse et en pied de côtière (vers L’Argillier et le village de Château-Gaillard). Le plafond fluvio-glaciaire de la terrasse est affecté de rares dépressions peu marquées, dues à des écoulements superficiels, et comblées de colluvions fines.

9On ignore la configuration du cours de l’Ain au Moyen Âge. Les photographies aériennes, les cartes et les cadastres anciens montrent que son lit a beaucoup évolué (comme celui de son affluent l’Albarine). On observe le passage d’un système de tresses, encore visible au XVIIIe s. sur la carte de Cassini, à un style en méandres, sans toutefois que les différentes étapes de cette transformation aient été étudiées, et a fortiori datées. Aujourd’hui, dans cette partie de la plaine, le cours de l’Ain connaît un tracé presque rectiligne, après s’être écarté des reliefs latéraux. Mais il n’est pas exclu qu’un bras ou un méandre ait pu fonctionner à l’époque antique et médiévale à proximité immédiate de la terrasse du Recourbe. Au sud, l’Albarine a modelé une forme en ombilic, générant une côtière comparable à celle façonnée par l’Ain à l’ouest.

10La végétation actuelle est tributaire de la qualité des terrains et ne semble pas s’être beaucoup modifiée depuis l’époque antique. En tout cas, les décapages extensifs sur la terrasse et les travaux autoroutiers dans la plaine de l’Albarine n’ont pas montré d’indices d’opérations de dessouchage, par exemple. Les comptes relatifs à la construction du château de Rémens en 1343, c’est-à-dire de Château-Gaillard (Cattin 1990), indiquent que l’approvisionnement en bois d’œuvre sollicite la forêt de Seillon, près de Bourg-en-Bresse, ou les futaies des contreforts et des plateaux du Bugey. Les sols humides des brotteaux de l’Ain portent actuellement surtout des cultures céréalières accompagnées d’îlots de ripisylve, signalant en général des méandres fossiles ou des écoulements latéraux. Le lit majeur de l’Albarine, au sud du Recourbe conjugue prairies et cultures céréalières, tout comme la terrasse elle-même, avec de rares colonisations arbustives d’âge assez récent, en relation avec des limites parcellaires ou le réseau viaire.

Contexte archéologique et historique

11Incontestablement, la plaine de l’Ain, entre le parcours montagneux de la rivière et sa confluence avec le Rhône, espace limité à l’est et au nord par le Bugey, au sud par le Rhône et à l’ouest par le plateau de Dombes, constitue un espace original par les facilités de communication qu’elle offre vers tous les ensembles géographiques qui l’entourent : Jura méridional, Bourgogne et plaines de la Saône, monde rhodanien et lémanique. Il n’est pas surprenant que cette région jouisse d’une forte tradition historiographique. De récents travaux d’inventaire archéologique en ont réuni une compilation critique qui fournit l’essentiel des informations retenues ici (rapport Motte et ai. 1997b). La collecte des mentions écrites n’apporte pas de renseignements antérieurs au bas Moyen Âge.

De la Préhistoire à l’Antiquité

12Dans cette plaine alluviale bien circonscrite, les installations humaines semblent avoir privilégié les hautes terrasses fluvioglaciaires, exondées et bien drainées, aux dépens des basses terrasses et des collines morainiques. Les sites sont, pour l’essentiel, cantonnés sur les marges, le long des lits majeurs de l’Ain et du Rhône, tout spécialement là où la traversée de ces cours d’eau est la plus aisée, ou en bordure des reliefs.

Voies protohistoriques, sites funéraires et habitats

13Les sondages et les décapages extensifs réalisés au Recourbe ont permis d’isoler, dans les limites du champ d’intervention, deux principaux types d’occupation : des vestiges funéraires protohistoriques (enclos fossoyés pour la plupart annulaires, et quelques tombes isolées), répartis de part et d’autre d’un axe nord-sud, et des zones d’habitat se développant le long du rebord de terrasse (fig. 4).

4. Plan général des vestiges

4. Plan général des vestiges

14Le fait le plus marquant, pour la Préhistoire récente/Protohistoire, tient aux organisations funéraires (Vicherd 1991, Vicherd et al. 1994). La documentation générale permet d’intégrer les découvertes du Recourbe à un ensemble plus vaste de tumuli datables entre le Néolithique final et le Hallstatt. Un tumulus et cinq enclos circulaires (dont un de 46 m de diamètre), sur le site même, et d’autres tumuli au sud de l’agglomération actuelle de Château-Gaillard et de celles voisines de Cormoz (Valentin-Smith 1888) et d’Ambronay, dont certains sont encore visibles, se répartissent le long d’un axe approximativement nord-sud. Ce dispositif funéraire accompagne très probablement une voie de communication pérenne, desservant l’ensemble de la plaine en rive gauche de l’Ain, suivant le rebord de la terrasse entre Loyettes et Hauterive (commune de Saint-Jean-le-Vieux), et franchissant l’Albarine, seul affluent important de la rive gauche de l’Ain, en limite des communes de Château-Gaillard et de Saint-Maurice-de-Rémens. Le souvenir de cet itinéraire est peut-être conservé par la mention, sur certains plans cadastraux du XIXe s., d’un Ancien grand chemin de Saint-Vulbas à Ambronay ou d’un Ancien grand chemin de Lyon à Genève (rapport Motte et al. 1997b). Une tombe datée du Bronze moyen a également été découverte sur le rebord sud de la terrasse, à environ 1 km à l’est du site (Vicherd et al. 1994).

15Outre les manifestations funéraires, toute une série de vestiges, inégalement conservés, manifestent une apparente continuité du peuplement depuis au moins la fin du Néolithique (rapport Vicherd et al. 1986) : quelques tessons campaniformes, un nucleus et de rares silex au Recourbe, un habitat du Bronze moyen à La Laya (commune de Château-Gaillard) (Pichon 1990). Au Recourbe (fig. 4 et 5a), un enclos rectangulaire (E), situé non loin du tumulus A, est daté du Bronze final. L’enclos D, combinant fossé et palissade, est attribué au deuxième âge du Fer ; les bâtiments 22 à 25, qui lui sont associés, n’ont pas fourni d’argument de datation, mais les trous de poteau n’ont livré aucune trace de terre cuite architecturale, et des fosses toute voisines ont produit deux fibules laténiennes (Vicherd 1991, Perrin 1991). Quelques bâtiments proches sont également attribuables à l’époque laténienne, avec plus ou moins de certitude (bâtiment 18, par exemple). Au nord de la zone fouillée, le bâtiment 1 correspond à un curieux dispositif : un petit quadrilatère de quatre fossés indépendants, interprétables comme les logements de grosses pièces de bois horizontales servant de fondations, s’accompagne d’un trou de poteau central et de quelques autres périphériques. L’absence totale de fragments de terre cuite architecturale, pourtant abondants dans la couche humifère en raison de la proximité de l’enclos B, dans le comblement de ces fossés, comme de tout autre argument matériel de datation, conduit à considérer cet ensemble original comme protohistorique.

16À côté des tumuli protohistoriques, sur l’ensemble de la zone, ce sont surtout les nécropoles gallo-romaines qui ont retenu l’attention des auteurs anciens, à Ambronay (sous l’abbaye elle-même), à Ambérieu-en-Bugey (Tiret), et à Ambutrix. Plus récemment, des sites d’habitat ont été repérés (Ambronay : Le Bellaton) et parfois fouillés (Château-Gaillard : L’Argillier et Le Recourbe). A Ambutrix, une tuilerie antique avec four et petit bâtiment a fait l’objet d’une intervention de sauvetage (Le Ny 1988). A l’exception du Bellaton et de L’Argillier, les sites connus sont tous datables des Ier ou IIe s., et paraissent fort modestes, dans la tradition des fermes indigènes (rapport Motte 1987). A Ambérieu-en-Bugey, l’aménagement récent des abords de la mairie a laissé entrevoir des maçonneries antiques dont on ne sait à quoi elles correspondent. Une mention particulière s’attache au site de hauteur du château de Saint-Germain, à Ambérieu-en-Bugey, à l’entrée des gorges de l’Albarine, où une occupation semble perdurer du Bas-Empire jusqu’à la Renaissance (Mandy 1978). Du village de Château-Gaillard proviendrait une paire de statuettes antiques, en pierre blanche et tendre (pierre de Seyssel ?) : un dieu au maillet et sa parèdre. Mais l’origine exacte de ces pièces, la nature et la chronologie du site qui les a livrées, restent du domaine de l’hypothèse (Ain-Autoroute-Archéologie 1982).

17La période gallo-romaine se caractérise au Recourbe principalement par deux systèmes d’enclos fossoyés (B et C), datables de la première moitié du Ier s. ap. J.-C., l’un au moins (B) (fig. 4) se rattachant au type ferme indigène (De Klijn et al. 1996). Un certain nombre de trous de poteau sont attribuables, avec plus ou moins de certitude, à cette époque, mais la lecture de leur éventuelle organisation est brouillée par les aménagements postérieurs. Ces établissements précoces et une zone funéraire, à dépôts d’incinération, contemporaine (tombes isolées et petite nécropole appuyée à l’un des tumuli protohistoriques) sont abandonnés vers le milieu du Ier s ap. J.-C. (Bel et al. 1992).

Les vestiges d’un parcellaire antique ?

18Le terrain montre des traces de fossés de limite parcellaire, parfois doubles, dont certains s’inscrivent dans l’orientation générale (28° est environ) de la centuriation antique proposée par Chouquer et Favory (1980).

19Celle-ci paraît affecter l’ensemble de la plaine de l’Ain, en rive gauche ; divers résultats archéologiques, à Château-Gaillard même (rapport Vicherd et al. 1986) et à Saint-Vulbas (rapport Motte et al. 1997a), semblent en confirmer l’existence. Certains aménagements post-médiévaux (routes), et plus récents (voies ferrées, camps militaires...), ont oblitéré localement le parcellaire ancien, mais les observations générales ou de détail paraissent indiquer que son empreinte est pérenne sur l’ensemble de la basse plaine de l’Ain. Par ailleurs, un certain nombre d’itinéraires, médiévaux ou plus anciens, s’y superposent sans pour autant déformer la trame cadastrale dont la mise en place pourrait être antérieure au milieu du Ier s. de notre ère. Au demeurant, l’orientation proposée de cette éventuelle centuriation correspond à la direction générale de la haute terrasse de l’Ain, qui court en rive gauche de Hauterive à Loyettes.

20Les divisions du terroir sembleraient ainsi directement héritées d’une cadastration antique, même si celle-ci ne paraît inspirer qu’approximativement les orientations des bâtiments du haut Moyen Âge.

Les agglomérations

21Aucune agglomération n’est attestée, même si la documentation archéologique et épigraphique laisse supposer des noyaux de peuplement à Ambronay, Chazey-sur-Ain, Ambérieu-en-Bugey, Saint-Vulbas ou Lagnieu, et, en rive droite de l’Ain, à Meximieux et peut-être Villette-sur-Ain. Ces sites, très mal connus, ne semblent pas manifester d’ampleur démographique ou monumentale, bien que des thermes publics soient possibles à Meximieux (rapport Motte et al. 1997b).

Durant le Moyen Âge

La plaine de l’Ain et les axes de circulation

22La plaine de l’Ain, au très haut Moyen Âge, appartient sans doute, avant de passer sous la domination franque, au royaume burgonde. Une historiographie régionale foisonnante s’est attachée à développer, sans toutefois toujours suffisamment de prudence, le thème de l’intermède burgonde des pays de l’Ain. Ainsi, la loi Gombette, data ambariaco, édictée par le roi Gondebaud en 501, aurait été signée au château de Saint-Germain à Ambérieu-en-Bugey, où même Clotilde, fille de Chilpéric et future épouse de Clovis, serait née... Si les fouilles menées sur le site de Saint-Germain (Mandy 1978) ont bien montré quelques traces d’une occupation du VIe s., aucun élément déterminant ne permet de trancher en faveur de ces hypothèses, auxquelles on peut opposer d’assez nombreux arguments, ce débat — récurrent — n’ayant pas sa place dans ce volume. Il reste que dans le courant du Vile s., une série d’événements (meurtres, exils) témoigne localement des démêlés de l’aristocratie avec les cours mérovingiennes (Le Nézet et al. 1996), faits révélateurs d’une concurrence plus générale entre les notables traditionnels, d’origine gallo-romaine ou burgonde, et les potentats francs (Werner 1985).

23Pour le haut Moyen Âge, la plaine de l’Ain ne paraît pas présenter de véritables unités structurantes. L’historiographie et les découvertes archéologiques ne font apparaître, avant les constructions castrales, toutes postérieures à l’an Mil, que le pôle de la puissante abbaye d’Ambronay, et l’importance des voies de communication.

24À l’est, les reliefs du Bugey se caractérisent par leurs ressources naturelles et par quelques passages, évidemment stratégiques, qui permettent de traverser la chaîne d’est en ouest, ou d’accéder aux bassins d’habitat, comme les secteurs de Belley et Nantua, par exemple. Protohistorique, antique ou médiéval, le réseau viaire est à coup sûr multiple, adapté aux différents modes de transport des biens et des personnes. Les itinéraires reportés sur les cartes anciennes, ou signalés par quelques textes et récits, témoignent de nombreuses variations (rapport Motte et al. 1997b). Ils permettent de mettre en évidence une foule de paramètres relatifs aux contraintes de la circulation à longue distance, et l’existence, à cet échelon ou au niveau local, de passages obligés, et la complémentarité des voies navigables et terrestres. On doit souligner la stabilité d’un franchissement de l’Ain à Pont-d’Ain (Moyret 1983), d’un autre à Chazey-sur-Ain (rapport Motte et at. 1997b), et sans doute d’un troisième au niveau de Loyes, au droit de Saint-Maurice-de-Rémens et de Cormoz (Veyle 1720). Le secteur de Château-Gaillard apparaît comme un point de passage privilégié des anciens itinéraires de Lyon et du Dauphiné au Jura et à Genève, au moins. A partir de la voie longeant le rebord de terrasse (ancien chemin de Lyon sur le plan cadastral du XIXe s. d’Ambronay), un diverticule desservant le bourg fortifié d’Ambronay depuis Château-Gaillard est figuré sur les cartes et les plans anciens, et a, en outre, laissé des traces nettes dans les prairies de la base aérienne voisine du site. Ce tracé est toujours en service entre Coutelieu sur la RN 84 (ancienne route royale) et le bourg abbatial. Au nord de Château-Gaillard et d’Ambronay, l’itinéraire de la terrasse se ramifie à hauteur d’Hauterive en un tracé vers Pont-d’Ain (accès à la Bresse, la Bourgogne et la Franche-Comté), et une voie vers le Bugey par Mérignat, Cerdon et La Balme.

Les agglomérations médiévales et le château de Rémens

25La trame des villages actuels apparaît assez clairement à partir du XIIe s., avec les premières mentions des bourgs, fortifiés ou non, ainsi que des villages et hameaux. L’agglomération de Château-Gaillard et ses voisines, Cormoz et Saint-Maurice-de-Rémens, n’apparaissent que tardivement dans les textes (XIIIe s.), à l’occasion des querelles delphino-savoyardes : comptes de construction du château qui donnera son nom à la commune, mentions de divers liens de dépendance, religieux ou fonciers, etc.

26À Château-Gaillard, ou Rémens, l’église existe avant la construction du château à partir de 1343 (Cattin 1990). Celui-ci est édifié au sud ou au sud-ouest de l’édifice religieux, sans qu’on sache comment le terrain était occupé précédemment. Le mandataire du comte de Savoie élevant une tour provisoire en bois, il semble que la nouvelle fortification soit une création ex nihilo, nécessitée par le développement des affrontements delphino-savoyards (l’Albarine servira de frontière entre les deux principautés après le traité de Paris de 1355).

Des zones funéraires

27Les nécropoles répertoriées dans le voisinage du Recourbe témoignent, à défaut de vestiges d’habitats plus difficiles à repérer, de la forte implantation humaine durant le haut Moyen Âge (fig. 1). Les informations les concernant sont de qualité inégale, selon l’époque et les circonstances des découvertes. La plus septentrionale d’entre elles, à environ 4 km au nord-est de Château-Gaillard, sur la commune d’Ambronay, au lieu-dit Sur la Côte, a fait l’objet d’une fouille de sauvetage entre 1994 et 1997 (rapports Monnoyeur-Roussel 1995 et Gisclon 1998). En partie détruite avant l’intervention, sa superficie est estimée à 10 000 m2 et le nombre de sujets à plus de 600. Il s’agit d’une nécropole en rangées nord-sud. Les types de tombe représentés sont les coffres en dalles de pierre, les coffres de bois et les coffres mixtes de dalles calcaires et de bois ; les tombes en pleine terre sont rares. Quatre enclos fossoyés, isolant peut-être des secteurs funéraires privilégiés, paraissent limiter la nécropole à l’ouest, le long de la voie du rebord de terrasse. Le mobilier relativement riche (vaisselle de terre, de verre, monnaies, objets de parure et accessoires de vêtement) permet de dater le développement de la nécropole dans une fourchette comprise entre la fin du Ve et le Ville s., avec peut-être un noyau de sépultures plus ancien.

28Deux autres secteurs funéraires de plusieurs dizaines de tombes, eux aussi attribués au haut Moyen Âge, sont signalés avec des coffres de dalles à Ambronay, aux lieux-dits Les Pierrailles et Rebatey. Ces nécropoles, proches du Fort Sarrasin, ne sont pas localisables avec davantage de précision (rapport Motte et al. 1997b).

29Toujours sur la commune d’Ambronay, la nécropole de Championnière est aussi datée du haut Moyen Âge, d’après les mentions (Dubois 1940) qui signalent des coffres de dalles, mais elle n’a pas fait l’objet de réelles investigations archéologiques. Il s’agit peut-être, en fait, de la nécropole au nord du Recourbe, sur la commune de Château-Gaillard. Celle-ci a fait l’objet d’une campagne de reconnaissance en 1997 (rapport Gisclon 1997). Sa superficie est estimée à 3 000 m2 pour au moins 300 sujets. Elle offre de nombreuses similitudes avec celle de Sur la Côte à Ambronay : organisation spatiale, typologie des tombes, rites funéraires et mobilier; elle lui est, au moins en partie, contemporaine. Sa proximité avec le site du Recourbe invite à établir le lien avec la première phase d’occupation médiévale (Ve-VIe s.).

30Un lien peut également être fait avec une autre nécropole, cette fois au sud du site, au lieu-dit En Beauvoir, sur le rebord méridional de la terrasse du Recourbe, à proximité du village actuel de Château-Gaillard. Repérée en 1987 lors de travaux routiers (aménagement de la RD 77E), elle n’a pas fait l’objet d’une intervention archéologique, les terrassements prévus ayant alors été adaptés pour respecter le niveau des sépultures. Les seules notes disponibles (archives du SRA Rhône-Alpes) indiquent des tombes sans dalles, orientées, accompagnées de rares tessons atypiques de céramique à cuisson réductrice.

Les lieux de culte

31Les aspects de l’occupation du sol évoqués ci-dessus rejoignent, on le voit, celui de l’environnement religieux des habitats du Recourbe. Si l’absence de lieux de culte semble caractériser les nécropoles rurales connues, dans la tradition antique, les destructions et le caractère partiel des fouilles laissent ouverte l’éventualité de petits édifices religieux. L’hypothèse, suggérée par les textes, que des lieux de culte primitifs à vocation funéraire aient accompagné les nécropoles, est attestée par l’archéologie, comme le montrent, entre autres, l’exemple du petit édifice en bois de Sézegnin (Ve-VIIe s.), dans le canton de Genève (Privati 1983, Bonnet 1997), et la construction plus proche et plus complexe de Briord (Ain : Perraud 1995).

32Certes, les effets de la christianisation sont sensibles dès le IVe s. Un premier mouvement de créations monastiques est illustré, au nord de la région, par l’activité des Pères du Jura : saints Romain et Lupicin fondent Condat (Saint-Claude) vers 425 (Martine 1968). Mais on dispose de bien peu d’éléments sur la mise en place des premières paroisses dans le secteur qui nous intéresse. Il faut se contenter de noter, à partir de sources diverses, l’émergence précoce de quelques établissements, pour la plupart monastiques (Philipon 1911 passim).

33Ainsi, à Saint-Maurice-de-Rémens, l’épitaphe d’un certain Arimundus (CIL XIII-2454), datable de 486 ou 529, était au siècle dernier encastrée dans le mur du cimetière autour de l’ancienne église paroissiale. L’église a été depuis reconstruite, le cimetière déplacé et l’inscription perdue. Rien ne vient prouver l’origine locale de cette inscription, non plus que l’existence d’un lieu de culte à cette époque à l’emplacement du village actuel. Du moins, le vocable de saint Maurice et les liens existant entre la paroissiale et l’abbaye de Saint-Rambert-en-Bugey sont peut-être les indices de l’ancienneté de cette église.

34Pour Château-Gaillard, le vocable de l’église (sainte Foy), paroissiale ou annexe de celle d’Ambérieu, peut lui aussi être un indice d’ancienneté. Tout au plus peut-on signaler qu’elle apparaît dans les textes comme un prieuré d’Ambronay. Enfin, des fouilles au château de Saint-Germain-d’Ambérieu ont révélé que la chapelle castrale supplantait un petit édifice religieux du haut Moyen Âge, à vocation funéraire (Mandy 1978).

35C’est à la fin de l’époque mérovingienne et dans le cadre du renouveau carolingien que se placent la plupart des créations monastiques en Bugey, pour autant que la tradition ou les textes nous fournissent des données utilisables : Saint-Rambert-enBugey (VIIe s.), Nantua (758), Saint-Benoît-de-Cessieu (859), et, surtout, la prestigieuse abbaye d’Ambronay. Selon la tradition rapportée par Guichenon (1650), Barnard (futur archevêque de Vienne et fondateur de l’abbaye de Romans vers 840), officier de Charlemagne, choisit la vie monastique et fonde à Ambronay (dépendant à l’origine de l’abbaye de Luxeuil) (Hamonière 1992 : 13), aux alentours de l’an 800, selon la règle bénédictine, un établissement placé sous le vocable de Notre-Dame. Nous ignorons — bien entendu — si Ambronay n’était qu’un bien du temporel de Luxeuil, ou si une communauté religieuse y existait déjà.

Nature et organisation des vestiges

36Les descriptions générales qui suivent utilisent, dans un souci de clarté, les divers résultats des études architecturales, tout comme les données chronologiques, dont on trouvera, plus bas, le détail. Ainsi sont distinguées une phase précoce ou pionnière de l’occupation (Ve-VIe s.), essentiellement représentée par des cabanes excavées, et une phase tardive ou carolingienne (IXe-Xe s.) caractérisée principalement par de grandes maisons. L’existence d’une phase intermédiaire n’est véritablement suggérée que par le système constructif de deux bâtiments et une unique radiodatation. Parmi les petits bâtiments, certains appartiennent avec certitude à la phase tardive, mais, pour la majorité d’entre eux, l’attribution chronologique n’est pas tranchée. Par facilité, l’étude globale de ces derniers est associée à celle des bâtiments de plain-pied des phases intermédiaire et tardive.

37Les vestiges se répartissent sur une bande de terrain d’une centaine de mètres de largeur qui suit le rebord de la terrasse sur environ 700 m en développé (zones 1 à 4 du nord au sud) (fig. 4). Mais les limites de la fouille ne traduisent que partiellement l’extension réelle du site. Il est difficile d’estimer la part de l’érosion sur le front de la terrasse : elle semble à l’origine de la disparition d’une partie des indices de constructions, surtout en zones 3 et 4 (bâtiments 30, 48 à 50, 54) (fig. 5 a b c). Des contraintes techniques (dépôts de terre, limites de l’emprise des travaux) n’ont pas permis d’explorer intégralement le site vers l’intérieur de la terrasse. Si les limites des zones 1 et 2 sont repérées au nord et à l’est, celles des zones 3 et 4 sont moins bien connues : il est clair, en tout cas, que les vestiges s’étendaient vers le sud/sud-est. Néanmoins, partout où il a été possible de sonder à l’est de l’alignement d’enclos et tumuli, il n’a pas été observé de vestiges médiévaux. Le dispositif funéraire protohistorique semble ainsi avoir joué le rôle d’un bornage de la zone habitée du haut Moyen Âge.

5a. Plan de répartition des bâtiments et des cabanes excavées, zone 1 et 2

5a. Plan de répartition des bâtiments et des cabanes excavées, zone 1 et 2

5b. Répartition des bâtiments et des cabanes excavées, zone 3

5b. Répartition des bâtiments et des cabanes excavées, zone 3

5c. Répartition des bâtiments et des cabanes excavées, zone 4

5c. Répartition des bâtiments et des cabanes excavées, zone 4

38La dispersion des constructions paraît assez aléatoire à l’intérieur de la surface fouillée. Divers secteurs offrent une plus forte densité de vestiges : la frange nord (zones 1 et 2), mais aussi le secteur septentrional de la zone 3, et surtout la zone 4, au sud. Dans le secteur des enclos B, C et D, le foisonnement s’explique probablement par l’enchevêtrement de structures antiques et médiévales, quasi impossibles à départir, même si les premières ne paraissent pas très nombreuses, ni organisées en ensembles susceptibles d’une lecture architecturale. Au voisinage de l’enclos E, la densité des vestiges indique une organisation relativement cohérente, suggérant une sorte de noyau de constructions (bâtiments 8 à 17 : fig. 5a) ménageant des espaces vides. En revanche, la zone 4, qui réunit près d’une vingtaine de bâtiments, livre une image brouillée qui évoque des aménagement, des consolidations, voire des superpositions de programmes différents, complets ou peut-être inachevés (bâtiments 48 à 70) (fig. 5c). A l’inverse, la partie centrale (zone 3) paraît peu fournie ; mais des contingences particulières limitant la fouille et de probables phénomènes d’érosion expliquent ce vide relatif.

Une phase pionnière : les cabanes excavées

Description

39Au total, sept grandes fosses (fig. 4) ont été mises en évidence et fouillées. Les dimensions, prises au niveau d’ouverture sous la terre végétale, sont celles d’excavations dont l’utilisation et/ou l’abandon ont érodé les formes, en arrondissant les angles et en évasant les parois. La configuration initiale présentait certainement un plan rectangulaire plus net, avec des parois plus verticales. Elle peut être restituée lorsque des trous de poteaux sont présents ou lorsque la forme originale est bien lisible en stratigraphie.

40La parenté relative des formes (quadrilatères plus ou moins ramassés) de ces fosses, et les caractères de leur comblement ont permis de les classer ensemble comme des cabanes excavées, même si les aménagements intérieurs (poteaux) et les niveaux d’occupation scellés par le comblement montrent des variables. Deux de ces fosses présentent chacune quatre trous de poteau d’angle (105 et 107) (fig. 6), une troisième (103) (fig. 7) deux trous de poteau aux extrémités du grand axe et un unique poteau d’angle, les autres étant dépourvues de traces de dispositif de maintien. La superficie du sol proprement dit au fond de l’excavation, varie, entre 6 et 9,9 m2 (fig. 30, chap. 5), la moyenne s’établissant autour de 8,1 m2 : la cabane 103 ne représente que 6,2 m2, une série (105 à 107) s’établit autour de 7,70 m2, enfin, deux spécimens (102 et 104) atteignent respectivement 9,50 et 9,90 m2. La profondeur initiale, compte tenu du décapage pratiqué par nos soins, semble partout supérieure à 1 m, à l’exception du cas (douteux) de la fosse 101.

6. La cabane 105

6. La cabane 105

7. La cabane 103

7. La cabane 103

41Globalement, ces cabanes sont réparties sur les secteurs 2 à 4 (fig. 4), et, dans trois cas au moins (105 à 107), on observe un étroit voisinage avec des trous de poteau d’une architecture aérienne. Dans le cas de la cabane 105 et et du bâtiment 43/44, les données chronologiques établissent que cette juxtaposition est fortuite. En revanche, pour les cabanes 106 et 107 et les petits bâtiments quadrangulaires 46 et 64, il ne peut être exclu, surtout pour 107, (fig. 5b) que les deux structures, excavée et aérienne, aient fonctionné conjointement, tant leur articulation spatiale paraît logique, malgré l’absence d’éléments de datation significatifs pour le bâtiment. L’analogie de la répartition des cabanes d’une part, et des bâtiments carolingiens d’autre part, a conduit à s’interroger sur d’éventuels liens ou une éventuelle succession entre ces formes les plus rustiques de l’habitat et les grandes maisons. Cette piste de recherche n’a pas permis de conclusion, même si on a pu alors évoquer un statut stable du foncier, tant le décalage chronologique et technologique paraît exclure toute filiation, et surtout en l’absence de données archéologiques déterminantes. Dans ces conditions, on restera prudent en soulignant que l’implantation de ces cabanes, ou tout du moins de celles dont l’interprétation est assurée sans réserve, préfigure la répartition spatiale des bâtiments ultérieurs, installés de la même façon sur une assez étroite bande de terrain en bordure de terrasse.

Le mobilier des cabanes excavées

42Cinq de ces fosses ont livré, dans la couche d’occupation, au fond de la structure, un assez abondant mobilier. Dans un cas (105), un tesson de la séquence superficielle du remplissage a pu être corréié à un autre tesson du niveau d’occupation. Deux fosses sans trou de poteau (101 et 106) ne comportaient que 5 fragments de céramique, et leur interprétation comme cabane reste hypothétique. Mais les cinq autres ont livré entre 67 et 143 fragments chacune.

La céramique

43Il s’agit d’un lot particulièrement homogène, dont les caractères techniques et typologiques sont constants d’une structure à l’autre. Il provient en très grande part des structures 102 à 105, et 107. Il nous a donc paru justifié de regrouper dans une seule étude tout le mobilier issu des cabanes. L’ensemble se compose de 493 fragments, dont 165 sont identifiables. Ils appartiennent à un minimum de 77 individus, parmi lesquels 57 formes ont pu être restituées. Certes, l’ensemble est quantitativement modeste, réduisant la portée des observations, mais certains traits majeurs du vaisselier fournissent des arguments de datation, ne serait-ce que par comparaison avec d’autres sites au mobilier plus abondant (surtout Trévoux et Beynost, dans un secteur proche). On se reportera donc aux monographies correspondantes, dans lesquelles les analyses céramologiques sont complémentaires de celle qui suit.

Aspects techniques

44La très grande majorité est constituée de céramiques à cuisson ou post-cuisson oxydante (97,5 % des fragments ou 95,5 % des formes) (fig. 8). Les teintes varient du rouge-orangé au beige-brun (bistre). La surface est souvent marquée de larges plages plus sombres (presque noires) dues à des coups de feu. La texture de la pâte est assez fine, bien que parfois irrégulière pour un même vase. On retrouve les mêmes caractéristiques de composition, de facture et de cuisson, tant pour les formes ouvertes que pour les formes fermées. Cette uniformité plaide pour une origine commune, à tout le moins pour une fourchette chronologique resserrée.

8. Les caractéristiques du mobilier céramique des cabanes excavées

8. Les caractéristiques du mobilier céramique des cabanes excavées

45Les pièces en pâte grise ou noire (cuisson réductrice) sont trop peu nombreuses pour permettre des observations significatives.

46On ne dénombre pas de céramiques fines à revêtement argileux, propres à l’Antiquité tardive. Cependant, une poignée de tessons attirent l’attention par leur traitement de surface. La pâte en est orangée et ne se distingue pas de celle des autres récipients ; en revanche, la surface semble lustrée et teintée en noir (par enfumage?), donnant l’illusion d’un engobe (fig. 10, n° 15). S’agit-il du témoignage des derniers avatars des productions de poteries fines ?

Aspects morphologiques

47Malgré la faiblesse de l’échantillon, ce vaisselier offre une variété certaine, se répartissant entre formes ouvertes et formes fermées (fig. 9 à 11). On dénombre ainsi 8 types différents présentant chacun quelques variantes.

9. Échantillon du mobilier de la cabane 102

9. Échantillon du mobilier de la cabane 102

10. Échantillon du mobilier de la cabane 103 ; n° 20 et 21 : verre, 22 à 25 : fer

10. Échantillon du mobilier de la cabane 103 ; n° 20 et 21 : verre, 22 à 25 : fer
Les formes fermées

48Avec 39 ex. sur 57 (68 %), les formes fermées ne sont pas en majorité écrasante (fig. 8).

  • Les ollae sont majoritaires, puisqu’elles représentent 32 des 39 formes de cette catégorie et 56 % du répertoire global. On relève trois types de lèvre inégalement représentés. Les lèvres les plus nombreuses sont à section rectangulaire, à face interne creusée d’une gorge accusée et anguleuse, formant un bandeau court nettement en relief (fig. 9, n° 1 ; fig. 11, n° 3 à 5). Celles à section triangulaire présentent également un bandeau externe en relief, mais leur face interne est dépourvue de gorge (fig. 9, n° 2 : fig. 10, n° 6). Enfin, les lèvres simplement évasées se présentent en bourrelet externe arrondi. Ces dernières semblent équiper des vases de petite taille (fig. 10, n° 4 et 5).

  • Les cruches sont peu représentées (3 ex. minimum). La mieux conservée montre une panse ovoïde, une lèvre évasée arrondie et un bec pincé opposé à une anse en ruban (fig. 11, n° 6). Des exemplaires isolés d’anses montrent une section différente : ovale ou bifide.

  • Un pot à col convergent (en pâte gris clair), fait figure d’exception. Il est muni d’une lèvre en bourrelet externe arrondi (fig. 11, n° 2). Un autre exemplaire a été trouvé à proximité de la cabane 107, en zone 4.

Les formes ouvertes

49Elles sont bien représentées avec 32 % des fragments.

  • Les mortiers (5 ex.) présentent la collerette caractéristique de ce genre de récipient, plus ou moins volumineuse, horizontale ou pendante. Les exemplaires ne sont pas assez complets pour observer le profil des parois (fig. 10, n° 1 ; fig. 11, n° 7 et 8).

  • Les bols carénés (7 ex.) correspondent au type caractéristique hérité de la fin de l’Antiquité. Le rebord, au-dessus de la carène est vertical ; la lèvre est marquée par un léger bourrelet arrondi. Le fond est étroit (fig. 9, n° 3). On ne rencontre pas ici d’exemplaire à rebord curviligne (comme à Trévoux, à Beynost, ou encore à Genlis).

  • Les jattes hémisphériques (4 ex.) offrent une sorte de moyen terme entre le mortier et le bol caréné. Un exemplaire en pâte grise présente une lèvre en marli étroit. Un autre exemplaire à profil complet montre des parois particulièrement galbées (fig. 10, n° 2).

  • Les coupes tronconiques à carène haute (2 ex.) plus ou moins accusée ne sont pas des formes courantes dans la région (fig. 11, n° 11 et 12). Un exemplaire est signalé à Trévoux. Comme le bol caréné, il s’agit d’une forme directement issue du répertoire antique.

50Les fragments de pierre ollaire permettent de reconstituer un gobelet et un pot troncônique (fig. 11, n° 11 et 12).

11. Échantillon du mobilier des cabanes 104 et 105 ; n° 9 et 10 : pierre ollaire

11. Échantillon du mobilier des cabanes 104 et 105 ; n° 9 et 10 : pierre ollaire

Les décors

51Avec 29 fragments, les décors sont peu nombreux et peu variés. Les rainures incisées, isolées ou en groupe, ornent avant tout la partie supérieure des ollae (fig. 9, n° 1 et 2 ; fig. 11, n° 4). On les trouve également sur le rebord d’un bol caréné. Les impressions à la molette ne sont présentes que sur quelques fragments d’ollae (fig. 10, n° 14).

La vaisselle de verre

52Elle est très peu représentée : quelques fragments proviennent du remplissage de l’une des cabanes excavées (103). Parmi eux, on reconnaît un rebord de verre ou de gobelet à lèvre ourlée légèrement rentrante (diam. 70 mm). Ce rebord pourrait être associé à un pied circulaire (diam. 38 mm) de verre à tige. Le profil de ce dernier est en cône aplati ; la tige est creuse (fig. 10, n° 21). Les deux pièces sont en verre transparent verdâtre. Elles offrent l’intérêt d’apporter une information chronologique. En effet, ce type de récipient est assez répandu durant les premiers siècles du Moyen Âge, en particulier dans les régions méridionales (Provence, Languedoc), où, apparu à la charnière des Ve-VIe s., il supplante toutes les autres formes au cours du VIe s. (Foy 1995, forme 23a). Par son aspect et ses dimensions, l’exemplaire signalé ici est identique à la série de verres à tige du site proche de Trévoux, que l’on estime contemporain du Recourbe.

Outils et accessoires

53Quelques objets en fer (fig. 10, n° 22) proviennent des cabanes excavées, principalement de la cabane 103 : une lame de couteau à soie (L. 144 mm), dont le fil a été redressé par des affûtages successifs, une alêne ou poinçon de section quadrangulaire et à tête sphérique aplatie (L. 128 mm), et quelques segments de tiges ou épingles (fig. 10, n° 23 à 25). Ces éléments, habituels en milieu domestique ou rural, n’appellent pas d’observations particulières d’ordre typologique ou chronologique.

Chronologie des cabanes excavées

54Celle-ci repose en grande partie sur le mobilier céramique Les facteurs qui plaident pour une datation haute sont de deux ordres :

  • on doit souligner la très forte proportion de céramiques en cuisson oxydante (97 % des fragments) et la forte proportion des formes ouvertes (32 %). Ce dernier taux, le plus élevé des sites ruraux du haut Moyen Âge présentés dans ce volume (presque le double qu’à Beynost), est comparable à celui qui caractérise le mobilier de Trévoux et de Poncin (état IIa). Ce dernier site, daté par une série monétaire, montre que les olloe en pâte bistre, nettement majoritaires à Château-Gaillard, sont attestées dans la région dès la première moitié du Ve s ;

  • certaines formes et certains décors, bien répertoriés sur d’autres sites régionaux (Beynost, Genlis, L’Albenc, Lyon Célestins, rue P. Audry et Saint-Laurent) dont la datation inclut les VIIe et Ville s., sont absents du répertoire de Château-Gaillard ; en particulier, les gobelets cylindriques ou tronconiques, auxquels sont presque toujours associés des décors au peigne, ainsi que les lèvres d’ollae en bandeau classique. Sur ces sites, d’ailleurs, la proportion des céramiques à cuisson oxydante est nettement plus faible qu’à Château-Gaillard.

55En définitive, le mobilier des cabanes excavées offre encore nombre de traits antiquisants. L’absence de céramiques fines n’est pas un argument suffisant pour écarter tout rapport avec l’Antiquité tardive (échantillon réduit et contexte rural). On peut avancer la fourchette chronologique de la transition de l’Antiquité au haut Moyen Âge : Ve-début VIe s.

56Cette hypothèse est confortée par une unique datation, réalisée par le Laboratoire de datation par le radiocarbone de Lyon, à partir de charbons de bois provenant de la cabane 103 : Réf. Ly 8301 ; âge 14C : 1590 ±40 BP ; intervalle années réelles : 415-574 ap. J.-C. ; pics de probabilité : 447, 490, 530. Ce résultat, croisé avec les indications données par le mobilier, correspond à une date un peu plus ancienne que celle attribuée à Trévoux.

Conclusion

57Ces quelques cabanes, fondées bien après que les établissements du Haut-Empire eussent été abandonnés dans le secteur, représentent une nouvelle forme de l’habitat, et sans doute la phase pionnière de l’établissement rural qui trouvera sa plus large extension — avec les grandes maisons — à l’époque carolingienne. La répartition lâche de ces habitats excavés révèle une utilisation extensive de l’espace, sans apparemment de contraintes topographiques ou défensives. Dans ce sens, la première phase de l’occupation médiévale du Recourbe se différencie nettement des sites agglomérés, surtout connus, à la même époque, dans des régions plus septentrionales (Genlis, Brébières, etc.) avec des manifestations architecturales analogues. Elle se différencie tout autant de deux sites proches et contemporains : La Châtelarde à Poncin, et Larina à Hières-surAmby, où les systèmes constructifs relèvent d’une autre tradition et d’autres ressources matérielles, et d’une topographie particulière. A Larina comme à La Châtelarde, le statut villageois (ou domanial ?) paraît mieux affirmé, sinon plus probable : l’habitat y est regroupé, et l’archéologie dans le premier cas, et les textes dans le second, font la preuve d’une installation religieuse à proximité, caractère absent au Recourbe. Au Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas, en rive gauche du Rhône et à une trentaine de kilomètres au sud de Château-Gaillard, un vaste établissement du Haut-et Bas-Empire est réaménagé à la même époque, comprenant alors, au moins, une chapelle et une nécropole (fouille en cours : rapport Royet 1998).

58La cabane excavée représente une rupture nette avec l’architecture domestique antique, même si, au Recourbe, dans la ferme indigène B, un unique exemplaire, de dimensions modestes, et bien daté du début du Ier s. ap. J.-C., rappelle que le thème est connu des Gallo-Romains, encore que les exemples en soient plutôt rares.

59Pour l’occupation médiévale précoce du Recourbe, quels qu’aient pu être les prolongements aériens de ces structures excavées, c’est la modestie évidente qui les caractérise : exiguïté du volume excavé, absence quasi-certaine d’indices relatifs à des superstructures très développées. Les éléments de la culture matérielle, vaisselier simplifié, quelques objets de qualité, ne suggèrent pas une occupation dans la longue durée, et pas davantage un fonctionnement complexe. Les rares indices de foyers sont douteux, et les traces d’artisanat absentes. Pour autant, l’occupation de ces cabanes est-elle éphémère ? Et dans un tel cas, comme dans celui d’un fonctionnement plus durable (une génération, par exemple...), leur abandon se traduit-il par la mise en oeuvre immédiate d’autres formes architecturales ?

60Si l’étude du mobilier ne permet pas une datation précise de chacune des cabanes, le fonctionnement de ces dernières paraît synchrone, et peut-être assez bref. La question posée paraît bien être le caractère provisoire — ou précaire — de ces dispositifs excavés, ici découverts en petit nombre sur une vaste superficie : de cinq à sept cabanes sur une dizaine d’hectares. L’homogénéité de la série, à rapprocher, par ailleurs, de l’exemplaire de Trévoux, impose néanmoins de considérer cette forme d’habitat au Recourbe comme adoptée par l’ensemble d’une petite communauté, celle-ci partageant des modalités précises d’installation et de fonctionnement.

Les bâtiments à ossature de bois

Richesse et limites de la documentation

61Au Recourbe, la masse documentaire relative aux structures correspond aux relevés en plan et profil d’environ 2500 fosses de toute nature (fig. 12 et 4). Les vestiges sont principalement des trous de poteau, témoins de l’ancrage dans le sol d’aménagements divers : dans un avant-trou creusé à l’emplacement choisi, on installe la pièce de bois verticale, éventuellement calée avec de gros galets ou des éléments de récupération (tuiles, meules), mais des cales de bois ont pu aussi exister ; on complète le comblement avec les matériaux issus du creusement (graviers, galets, sable, terre, etc.), et on effectue alors un compactage du dispositif. La forme de\’avant-trou est tributaire du matériau encaissant : plus celui-ci est cohérent (c’est le cas des limons et loess), plus le profil sera vertical (avant-trou proche du cylindre) ; dans le gravier fluvioglaciaire du Recourbe, en revanche, les parois s’évasent parfois jusqu’à 45° (avant-trous tronconiques ou quasi hémisphériques). A la fouille, les structures apparaissent clairement dans l’encaissant : le comblement de chaque avant-trou se distingue par une matrice plus sombre, avec parfois des pierres de calage.

12. Un ensemble de trous de poteau, le bâtiment 67

12. Un ensemble de trous de poteau, le bâtiment 67

62Certaines structures ont pu ne pas être observées lors de la fouille, en l’absence d’un niveau de lecture suffisant lors du décapage mécanique (au scrappeur auto-tracté pour la terre végétale, suivi d’un nettoyage fin au tracto-pelle équipé d’un godet sans dents, sur une épaisseur totale variant de 0,30 à 0,60 m). D’autres paramètres péjorent la présentation, soit que les reconstructions, les superpositions, brouillent l’image géométrique attendue, soit que les dimensions et l’organisation des traces des supports échappent à toute régularité, n’en permettant pas une interprétation satisfaisante. Les trous de poteau n’ont qu’exceptionnellement conservé les traces de la pièce de bois qu’ils maintenaient (nuances dans le comblement, blocs de calage...). L’observation archéologique n’a pas permis de déterminer si les bois ont été récupérés, ou s’ils se sont décomposés en place, les vides ainsi créés se comblant ensuite par les matériaux du remplissage (y compris les éventuels éléments de calage) ou par des apports depuis la surface. On ajoutera que les traces observées sur le terrain correspondent exclusivement à des éléments verticaux ancrés dans le sol, et ne révèlent pas d’autres dispositifs architecturaux toujours plausibles, voire probables : sablières basses ou longrines posées ou enterrées, poteaux sur patins de pierre ou de bois, madriers empilés, contreforts obliques, etc.

63À la différence des cabanes excavées, le mobilier est particulièrement rare et inégalement réparti. Cette situation, évidente dès le début de la fouille, a rendu nécessaire la collecte exhaustive des artefacts, et la recherche d’indices discriminants au plan chronologique. Les bâtiments sont soit indatables (absence de tout indice), soit datés sans grande précision (IXe-Xe s. lato sensu) en raison des conditions de gisement du mobilier provenant essentiellement des trous de poteau et, dont on ignore, le plus souvent, à quelle phase d’occupation des structures considérées il correspond. Il en ressort que le hiatus apparent entre la phase des cabanes excavées et celle des grands bâtiments de plain-pied cache peut-être une réalité plus complexe. On a donc cherché à compenser ces difficultés par le recours à des datations au radiocarbone.

64La nature des vestiges, l’absence générale de couches d’occupation, tout comme le support géologique peu favorable à la conservation des macro-restes, ont rendu inutile un examen carpologique généralisé des sédiments : des essais de tamisage et flottage ont montré l’absence d’information dans ce domaine.

65L’exploitation de ces données ne peut être considérée comme achevée, tant les études réalisées ouvrent de nouvelles pistes de recherche. Cependant, l’ensemble des informations autorise un panorama général et permet de proposer un tableau architectural raisonné et plausible.

L’étude des traces architecturales

66Le traitement de l’ensemble des données archéologiques du Recourbe, du moins celles relatives aux traces d’architectures, a donné lieu à une série de manipulations et d’analyses, conduites tant à l’échelle du site tout entier, qu’à celle d’ensembles topographiques présumés cohérents et susceptibles d’une lecture architecturale.

67L’information examinée comprenait le plan topographique général et les caractéristiques morphologiques et métriques de chaque structure en creux. Ces données ont permis d’élaborer une maquette informatique, simplifiée, en trois dimensions, se prêtant à de multiples manipulations.

68La maquette virtuelle établie, une recherche spécifique portant sur plusieurs ensembles précédemment identifiés a permis de définir des classes significatives de trous de poteau, chacune codée en couleur et pouvant être visualisée indépendamment des autres, mettant ainsi en évidence des organisations géométriques variées et permettant d’aborder les systèmes constructifs.

69Cette démarche a été rendue possible, à la fois par les acquis des précédentes recherches sur le même thème, par les conditions particulièrement favorables offertes par une assiette quasi horizontale ou pouvant être considérée comme telle, et par un postulat simple corrélant les dimensions de chaque trou de poteau au diamètre et à la hauteur de la pièce de bois correspondante.

Méthodes d’approche

70La lecture, le classement et la datation des nébuleuses de structures excavées ont nécessité des méthodes d’approche diverses avec des résultats très variables. Dans certains secteurs, la compréhension de l’organisation des trous de poteau était relativement aisée en raison de la clarté des plans ou de l’absence d’aménagements antérieurs ou postérieurs. Ces premières observations ont guidé l’approche de secteurs plus confus, et permis de proposer, in fine, un corpus de plans complété par une étude comparative plus poussée.

71L’étude de ces architectures de bois suppose une double approche, géométrique et fonctionnelle, la première pour mettre en évidence l’organisation planimétrique et les caractéristiques des trous de poteau, seuls indices relatifs à l’architecture, la seconde pour restituer le rôle des éléments en rapport avec des solutions constructives vraisemblables. La complexité des formes, les surfaces occupées, la taille des éléments, les aménagements particuliers (doublage de supports, présence de foyers, etc.), sont autant de facteurs pris en considération.

72L’approche géométrique et constructive, tout d’abord conduite de manière empirique, mais proposant déjà l’essentiel des formes architecturales présentées dans ce volume, puis réalisée avec le concours du Laboratoire d’analyse des formes de l’Ecole d’architecture de Lyon a connu plusieurs étapes depuis 1986 (rapport Vicherd et al. 1986, dossiers LAF 1987 et 1990). Un programme informatique conçu à cet effet sur le principe de la sériation des trous de poteau (triés selon des variables successives : profondeur, diamètre, espacement...) et de la recherche des organisations linéaires et orthogonales a conforté les premières interprétations et l’originalité des formes architecturales des grands bâtiments du Recourbe. Mais une analyse plus complète restait à conduire.

Processus d’identification et d’interprétation

73La mise au point d’une méthode de visualisation informatique et de traitement logique de l’information a permis d’asseoir l’interprétation architecturale des vestiges sur des bases objectives, à partir de différents classements des données, et en référence à un catalogue de configurations techniques propres à la charpenterie ancienne, élaboré par le Laboratoire d’analyse des formes, à l’occasion des premières études concernant le Recourbe, puis de la recherche spécifique conduite pour le site de Charavines. L’exercice de restitution de la troisième dimension de ces vestiges consiste, en effet, dans l’extrapolation des données brutes, par analogie à des références ou des règles de l’art chronologiquement vraisemblables.

74Cette démarche sur l’ensemble du site, autorisant des développements typologiques et monographiques simultanés, a abouti à la sélection de critères susceptibles de caractériser les vestiges, et leur organisation. Il a fallu analyser les données brutes de chaque ensemble, individuellement puis globalement, pour les hiérarchiser et apprécier leur articulation.

Modélisation informatique du site

75Le plan d’ensemble du site a d’abord été scannérisé, puis vectorisé (logiciels Scangal, puis Corel-trace). Le transfert de ces données planimétriques vers le logiciel Autocad a abouti à un modèle où chaque vestige (trou de poteau) devenait susceptible d’être informé en trois dimensions : la forme de l’ouverture et la profondeur de chaque trou de poteau ont ainsi pu être associées sur un document informatique unique, permettant les différentes sériations et leur représentation graphique. Le traitement a été homogène sur tous les secteurs, quels que soient la densité, l’enchevêtrement, ou la cohérence des vestiges. Néanmoins, les trous de poteau isolés ou les zones trop mal documentées ont été ignorés. Le résultat final est une maquette virtuelle et simplifiée du site, susceptible de multiples manipulations en deux, comme en trois dimensions.

Sériation des données

76Un regroupement des profondeurs de trous de poteau en classes significatives a été effectué sur la base d’un pré-repérage statistique des valeurs les plus fréquentes. Les mesures fournies par le relevé ont, dans un premier temps, été arrondies et groupées en catégories de 5 cm d’amplitude. Cette première opération a permis une neutralisation des bruits dus à la nature du terrain, aux approximations du décapage et du relevé, comme à la mise en œuvre elle-même. Des tableaux de distribution des effectifs ont été réalisés pour les ensembles aisément isolables, puis graphiquement représentés. Différents types de polygones de fréquence lissés sont apparus. Les graphiques correspondant aux ensembles les plus importants, et, de ce fait, fournissant un échantillon hétérogène d’individus (8 à 13 catégories différentes), présentent des profils à pics multiples proches. Les classes correspondant aux maximum de ces polygones sont, en moyenne, centrées sur 10, 20, 30, 40 et 60 cm. Ce résultat correspond également à une moyenne et reste à nuancer, à pondérer. Des profils particuliers sont en effet susceptibles d’être isolés ou rapprochés 2 à 2, ou 3 à 3. On observe ainsi des profils présentant de 3 à 5 pics, tandis que la valeur des classes correspondant au maximum de ces derniers varie. Ce décalage excède rarement une classe par rapport à la moyenne. Enfin, il convient de signaler que les premières recherches de cette nature (dossiers LAF 1987 et 1990) avaient montré qu’au Recourbe, la sériation des trous de poteau d’après leur diamètre d’ouverture conservé, ou d’après leur profondeur, donnait sensiblement le même résultat.

77Quatre grands groupes de mesure ont, dans un second temps, été singularisés sur cette base simplifiée. Une couleur a été attribuée à chacun de ces groupes et reportée sur la maquette informatique : rouge (<15 cm), magenta (15/25 cm), vert (25/35 cm) et bleu (>35 cm). Ce code coloré élémentaire permet une visualisation immédiate d’un ensemble d’indications à la fois qualitatives et quantitatives. Utilisé brut ici, il est susceptible d’être dégradé en fonction de la finesse recherchée dans l’analyse.

Cartographie sélective des vestiges

78Ces critères de profondeur se sont révélés déterminants dans l’identification d’alignements à l’échelle du site. Quatre inventaires cartographiques ont été dressés, révélant des séries entretenant entre elles des affinités de genre objectives : celles-ci peuvent être morphologiques, constructives ou fonctionnelles. Leur répartition ne se révèle pas fortuite, ni contingente ; elles sont structurellement différentes et nettement organisées, indicatrices des volumes architecturaux et de leurs aménagements annexes. Toutes sont à considérer également.

79La première carte (fig. 13A) isole une série de figures parfaitement indépendantes les unes des autres, approximativement orientées nord-ouest/sud-est, de taille variable. On repère des rangées parallèles groupées deux à deux ; l’espacement des points constituant chacune de ces doubles rangées semble, au premier regard, relativement constant.

80Les figures apparaissant dans la seconde carte (fig. 13B), moins nettes, car plus complexes, recoupent étroitement celles précédemment remarquées. Des alignements et des groupements se créent, deux à deux, quatre à quatre. Les rapports de dépendance ou d’indépendance de ces rangées entre elles, dans les zones les plus denses, sont incertains. Les groupes constitués sont moins strictement homogènes et réguliers.

81Cette lisibilité s’amoindrit globalement dans la troisième carte (fig. 13C). Les groupements deviennent plus aléatoires, s’organisent en halos autour des données précédentes désactivées (vert et bleu : >25 cm) ; mais si certains se perdent ou se fondent en ensembles inorganisés, d’autres s’affirment. La hiérarchie de l’information ainsi mise en évidence à l’échelle du site est à nuancer. Le seuil à partir duquel la cohérence d’une structure apparaît ou se brouille peut varier d’un ensemble à l’autre. De multiples facteurs sont susceptibles d’influer sur la position de ce seuil a priori, certains de ceux-ci (chronologiques, topographiques, géologiques ou simplement liés aux aléas de la mise au jour) sont identifiables, d’autres sont liés à la nature même des structures et inconnus. Les variations de ce seuil restent donc des indicateurs signifiants susceptibles de recouper diverses informations d’ordre structurel.

82Les semis de points de la quatrième carte (trous non informés en profondeur) correspondent aux laissés pour compte de l’analyse (fig. 13D). Sa présentation permet le repérage de structures qui, jusqu’alors noyées dans la masse, passaient inaperçues, ceci bien que l’ensemble reste globalement désordonné. Les données liées aux structures bâties et couvertes ayant été exclues, il reste principalement celles liées à leurs aménagements périphériques non immédiats (enclos, clôture...).

13. Cartographie sélective des vestiges

13. Cartographie sélective des vestiges

Recherche d’organisations géométriques

83Nous nous sommes essentiellement concentrés sur l’interprétation des données appartenant à des zones d’occupation préalablement identifiées et, pour la plupart, datées. Sur cette base, une soixantaine de figures cohérentes ont été isolées pour être étudiées individuellement, puis comparativement. La superposition, puis la mise en mouvement, d’une trame carrée arbitraire sur les alignements vus lors du pré-repérage cartographique ont fait apparaître des structures géométriques simples, des lignes de construction cohérentes et fortement hiérarchisées, mettant en évidence l’intégration de ces vestiges dans un système constructif à dominante orthogonale. Cette trame a été fixée à 1 x 1 m. A ce stade, cette cote est sans influence sur la reconnaissance des structures géométriques. Cette trame, peut par la suite être dilatée ou contractée pour s’adapter aux figures reconnues ou pousser plus loin l’analyse. Des intervalles réguliers entre points porteurs potentiels sont apparus, des espaces répétitifs, susceptibles de correspondre à des rythmes constructifs, ont été révélés.

84Le taux de succès du filtrage des points opéré par cette résille à l’intérieur de chaque semis considéré reste variable selon les ensembles et les classes de profondeur. Il est globalement élevé pour les classes bleue et verte : de 60 à 100 % des trous s’inscrivent sur la trame ; il tourne autour de 40 % pour les classes rouge et magenta cumulées. On observe, par exemple dans le cas du bâtiment 17 un taux de succès de 94 % pour la classe bleue (>35 cm), de 63 % pour la classe verte (25/35 cm), de 42 % pour les classes magenta (15/25 cm) et rouge (<15 cm) cumulées. Pour le bâtiment 7, le taux de succès du filtrage est de 100 % pour la gamme verte (25/35 cm), de 82 % pour les gammes magenta (15/25 cm) et rouge (<15 cm) cumulées. Pour le bâtiment 49, le taux de succès est de 75 % pour la gamme bleue, de 43 % pour la gamme verte, de 41 % pour les gammes magenta et rouge cumulées. Et ainsi de suite... Pour les ensembles complexes, un trou est inclus dans un alignement à partir du moment où il coupe ou simplement touche une droite qui le relie à au moins deux autres points d’une même classe. Si cette condition n’est pas remplie, la prise en considération du point dans un ensemble cohérent reste à argumenter. Sur cette base :

  • une présélection des éléments potentiellement signifiants, ou résiduels, a pu être effectuée à travers chaque semis de trous ;

  • une position précise et relative du support a pu être proposée à l’intérieur de chaque trou ;

  • une hiérarchie a pu être établie entre différentes classes. La structuration primaire induite par l’agencement de ces points d’appui a assuré une première étape de comparabilité. Quels sont leurs rôles et attributs dans l’organisation de l’espace ?

85Cette démarche vise, à terme, à appréhender une partie des principes et des règles qui gèrent la construction et l’organisation de ces bâtiments, à leur échelle propre, comme à celle du site.

Systèmes constructifs et formes architecturales

86Différents types de construction ont été distingués, compromis entre l’analyse architecturale et une approche plus fonctionnelle qui tient compte des acquis archéologiques. Il y a deux systèmes constructifs (A et B) bien différenciés pour les bâtiments complexes, moyens et grands, et toute une palette de solutions pour les petites constructions à un ou deux volumes (système C).

87La plupart des structures architecturales se distinguent par leur taille et leur composition propres, sans que les limites entre ces familles soient toujours clairement définies. Les plans codés indiquent nettement les différents bâtiments, et la hiérarchie de leurs volumes respectifs, selon la profondeur des trous de poteau. Si certains bâtiments apparaissent très clairement dans leur surface couverte totale et leur organisation, d’autres sont manifestement incomplets, soit parce que la documentation de terrain est déficiente (trous de poteau disparus au décapage, par exemple pour le bâtiment 55), soit parce qu’aucun critère formel ou structurel ne permet de prendre en considération des trous de poteau très arasés, ou dans un environnement brouillé : exemples du bâtiment 67, qui se poursuit vers l’est dans une parcelle perturbée par des travaux viticoles, ou des bâtiments 3 et 55...

88Le corpus présenté ne comprend pas les ensembles organisés appartenant de façon certaine à la Protohistoire : ainsi, cinq spécimens (1, 18, 23 à 25) sont, pour cette raison, exclus du champ de cette étude. Pour les autres ensembles, des inconnues chronologiques demeurent, essentiellement pour de petites organisations, mais la quasi-totalité sont clairement postérieurs à l’abandon des établissements gallo-romains.

89La comparaison des plans qui figurent respectivement les trous de poteau les plus et les moins importants, permet de singulariser différents systèmes constructifs, selon les critères conjugués de la profondeur des trous et des distances de franchissement. A l’exception des bâtiments 19 (polygonal), 2,10b et 69 (triangulaires), la structure de la quasi-totalité des bâtiments mis en évidence par l’ensemble des méthodes successivement appliquées respecte globalement une trame orthonormée, les aménagements périphériques ou terminaux des plus grandes constructions s’y conformant, par ailleurs, moins étroitement. La recherche des formes les plus simples (petits quadrilatères et triangles) ne s’est attachée qu’aux secteurs où leur isolement permettait une lecture fiable : à l’intérieur des semis complexes, leur identification risquait d’être aléatoire, ou fortuite.

Le système "A", à forts et moyens poteaux espacés

90Un système à rangées de forts ou moyens poteaux espacés, respectant des rythmes réguliers, correspond à des spécimens s’inscrivant dans une trame strictement orthogonale, à l’exception (douteuse) d’un seul (voir infra n° 42). Il donne naissance à une architecture dominée par le thème de la figure rectangulaire à quatre ou cinq files de trois à sept poteaux, couvrant au total jusqu’à 300 m2 (fig. 14). Les forts poteaux correspondent aux files centrales, des poteaux moins importants constituant les files latérales. Dans ces ensembles, certaines files sont moins régulières, ou discontinues. Quelques bâtiments, moins spectaculaires, à file double de trois ou quatre poteaux, ou à trois files, sont également issus de ce même système. Les rythmes réguliers permettent de définir des alignements transversaux déterminant la travéation des ensembles. Dans plusieurs cas, des séries de trous de poteau s’organisent en polygone sur les petits côtés de l’enveloppe, évoquant une terminaison en abside de la structure.

14. Système constructif A, bâtiment 12

14. Système constructif A, bâtiment 12

91Les ensembles à trame orthogonale (fig. 5) :

  • les ensembles à quatre ou cinq files de poteaux : n° 3,11,12,17, 30, 49, 50, 58 à 60, 67. Les ensembles 48, 51, 54 sont peut-être pour certains à quatre files incomplètes ;

  • les ensembles à trois files de poteaux : n° 43, 53 ;

  • les ensembles à deux files de poteaux : n° 52, 56, 57, 62.

Une variante à plan fusiforme ? :

L’ensemble 42 est d’une lecture particulièrement claire, sans aucune pollution due à d’autres aménagements. Il comprend trois files nord/sud de sept trous de poteau. Deux d’entre elles sont symétriques, et dessinent un ensemble galbé, fusiforme. Le trou de poteau central de la file orientale est décalé vers l’extérieur, alors qu’à l’ouest, dans l’alignement des petits côtés, deux trous de poteau supplémentaires indiquent un prolongement de la structure dans cette direction.
En premier examen, l’impression dégagée est celle de deux rangées de sept poteaux se rapprochant aux extrémités, et d’une rangée orientale dont le poteau central décalé indique une disposition particulière. L’ensemble, sous les réserves exprimées plus bas, évoque les bâtiments naviformes germaniques et Scandinaves (Warendorf, Trelleborg, Kootwijk, par exemple). La présence d’un poteau axial débordant, à l’emplacement présumé de l’ouverture (à l’est), rend difficile une reconstitution de la toiture identique à celle des grands bâtiments à ossature orthogonale, et l’hypothèse d’un vaisseau occidental suggère une couverture à profil asymétrique.
Cependant, si l’on exclut les poteaux des extrémités, la forme devient plus régulière, dans la mesure où on considère que les deux poteaux surnuméraires à l’ouest sont la trace d’une quatrième rangée dont les autres points d’ancrage ne seraient plus visibles, ou n’auraient pas existé en raison d’autres modalités d’appui au sol (sablières ?).
A défaut de trancher définitivement sur la forme réelle, il convient de le considérer comme une variante des types à trois ou quatre files de poteaux.

Le système "B", à petits poteaux réguliers

92Un système à poteaux réguliers de faibles profondeur et section, peu espacés, génère de grandes cellules fortement individualisées, à extensions latérales : ensembles 7 et 68. Les figures géométriques définies par les files de poteaux se différencient nettement de celles du système A : les rangées ne se lisent pas aussi clairement longitudinalement et transversalement, mais comme des enveloppes de volumes juxtaposés (n° 7) (fig. 16) ou concentriques (n° 68). La régularité de la disposition des poteaux dans chaque file autorise, certes, une lecture transversale, mais la configuration exclut une travéation reproductible comme dans le système A (voir infra le cas du n° 68).

93Un ensemble relevant du système A (n° 17) comprend un unique alignement (transversal) en position médiane, pouvant être rapporté au système Β : il s’agit à l’évidence d’une cloison, ou d’une façade provisoire (voir infra).

16. Système constructif B, bâtiment 7

16. Système constructif B, bâtiment 7

Le système "C" : des constructions de forme simple

94Parallèlement, des constructions de forme simple, essentiellement carrées ou rectangulaires, s’organisent en une catégorie fournie, mais disparate. Il est évident que ces constructions, de dimensions et de formes fort variées, ont connu des utilisations tout aussi diversifiées, annexes agricoles ou petit habitat. Il faut signaler que la datation de la plupart de ces bâtiments (rare mobilier) reste sujet à caution. L’ancrage des points porteurs dans le sol de l’ensemble de ces structures est globalement faible, leur espacement variable. Leur nombre et leur organisation relative permettent cependant de distinguer au moins deux grandes familles de constructions différentes et quelques cas particuliers :

  • un groupe assez homogène de petites organisations en formes simples ou composées (n° 13 à 16,29a) : quadrilatères, rectangles juxtaposés. La superficie couverte dépasse en général les 10 m2, et les entraxes peuvent atteindre 3 ou 4 m. Une série de ces ensembles est localisée au sud des bâtiments 11 et 12, dans la zone 2. On peut rattacher à ce groupe les organisations rectangulaires à 6 poteaux (n° 4, 5, 8, 9, 29b, 35, 38, 40, 57, 70). Dans plusieurs cas (n° 43/44 et 65/66), il est impossible de déterminer la direction dominante des alignements de poteaux, plusieurs lectures étant possibles ;

  • les édicules à 4 (n° 10a, 20, 21, 26b, 27b, 31, 32, 55, 62 à 64) ou 5 poteaux (n° 6,22,26a, 27a, 33,34, 36,37,61), d’une emprise de moins de 10 m2, et souvent de moins de 6 m2. Les entraxes ne dépassent pas 2 ou 3 m. Les formes en général sont carrées ou rectangulaires, parfois légèrement trapézoïdales ;

  • trois formes non orthogonales peuvent être signalées : des organisations à 3 poteaux (n° 2, 10b et 69), et un ensemble hexagonal (n° 19).

Conclusion

95Le traitement des données autorisant certaines lectures des organisations en plan des trous de poteau, et parfois de la hiérarchie interne de ces dernières, en révèle aussi toute la diversité, autant que la difficulté d’en établir un classement clair. La section — ou plutôt la profondeur de fondation —, la disposition et l’entraxe des poteaux, permettent une approche objective, mais celle-ci produit des résultats inégaux selon la dimension et la complexité des ensembles considérés. Si deux systèmes d’organisation des trous de poteau, A et B, se dégagent assez aisément dans le cas d’organisations complexes (de plus d’une quinzaine de poteaux), il a fallu classer les autres ensembles, les plus simples, dans une catégorie C, qui recouvre très probablement des modes architecturaux multiples, liés à de moindres contraintes techniques, en raison, justement, de leur volume modeste.

96Pour chaque ensemble caractérisé, une approche constructive est possible. Nous avons préféré à une série de monographies assorties de l’indispensable discussion, une présentation globale, à partir, essentiellement, des principes généraux de construction envisageables au Recourbe, et de l’exemple des grands bâtiments à vaisseaux simple ou multiples, complétée à chaque fois que nécessaire de courtes observations relatives aux autres formes d’architecture.

Essai d’interprétation architecturale

97La forme générale et le système constructif de ces bâtiments, sans doute dérivés de technologies antiques (cf. les architectures mixtes de L’Albenc, Le Bivan, Isère, dans ce volume, de Château-Gaillard, L’Argillier, Ain, et les exemples de Cessy, Les Mouillets, Ain : rapports Motte 1987 et Motte et al. 1998), mais déjà bien représentés à l’époque de La Tène finale (Villeneuve-Saint-Germain, Le Recourbe, etc.), peuvent être appréciés à partir de différents critères issus, pour la plupart, d’une évaluation des techniques et des matériaux potentiels au regard des divers types de plan au sol mis en évidence.

98L’architecture combine, en apparence, une fondation par un profond ancrage dans le sol (les trous de poteau, souvent avec calages de pierres, peuvent atteindre une profondeur de 1 m, et le diamètre de certains bois, lorsqu’il est lisible, approche, voire dépasse, les 0,60 m), et très certainement, pour chaque panneau externe des files latérales, des longrines contribuant autant au contreventement qu’au maintien de l’enveloppe.

Les matériaux, approvisionnement et qualités techniques

99Toutes ces structures, indépendamment de tous critères de forme, de taille ou de fonction, ont en commun l’usage du bois. Aucun vestige ligneux n’a permis d’identifier les essences utilisées. Si le terrain, bien drainé, est favorable à la bonne conservation des pièces de bois, les oeuvres vives et tous les éléments en contact avec le sol et l’extérieur impliquent l’utilisation d’essences peu putrescibles. On peut supposer l’emploi de feuillus et de résineux des contreforts du Bugey ou des collines de Leyment. L’approvisionnement détermine pour une large part les formes et les techniques. Les feuillus permettent une grande variété de sections, tandis que les résineux produisent des bois rectilignes de section homogène, adaptés aux ossatures simples. Le bois de construction peut cependant avoir une origine plus lointaine à l’intérieur du Bugey, l’approvisionnement pouvant se faire en partie par flottage, comme ce fut le cas, au XIVe s., pour le château de Rémens (Cattin 1990).

100Le bois, élément porteur et raidisseur, intervient également sous différentes formes dans le second oeuvre, les finitions et les éléments mobiliers : pièces verticales et horizontales, planches ou clayonnage, constituant l’armature des parois et des cloisons, encadrement et vantaux des ouvertures, planchers, échelles, étagères...

101Sans données archéologiques précises sur le matériau de base, on ne peut qu’imaginer la manière dont les constructeurs en ont tiré le meilleur parti lors de la conception des différentes pièces et de leur mise en oeuvre. Différentes techniques ayant cours durant le Moyen Âge peuvent être évoquées. Les opérations d’abattage et d’utilisation des bois sont dissociées dans le temps et l’espace : la qualité du bois dépend, en effet, de son séchage, réalisé à l’air libre, et de son dessévage, effectué par immersion. Le flottage pouvait ainsi faciliter à la fois le transport et le rejet de la sève. L’écart entre la date d’abattage connue par dendrochronologie et la date de construction réelle ne dépasse cependant pas un an pour un grand nombre d’ouvrages médiévaux (Hoffsummer 1994 :42).

102La conception de l’ossature, c’est-à-dire la disposition relative des pièces et la détermination des positions respectives de leur axe, fait appel à une compréhension des efforts auxquels le bois d’oeuvre était soumis. Celui-ci peut travailler à la traction, à la flexion et à la compression, selon les sections et les modes de débit. Les performances, selon les essences, varient globalement peu (fig. 17). La mise en oeuvre de ces différentes aptitudes dépend, pour une large part, de la fibre du bois. Le bois de fil de faible section convient à la traction, le bois de fil de forte section au travail en flexion ; le bois debout de section importante convient au travail en compression. Le bois rond, non équarri ni façonné, présente une meilleure résistance à la flexion dans toutes les directions, mais se prête moins bien aux assemblages complexes susceptibles d’entamer sa section au détriment de ses qualités techniques.

17. Résistance à la rupture selon les essences

17. Résistance à la rupture selon les essences

103Il faut souligner que ces architectures de bois se prêtent à l’utilisation de bois irréguliers : des déformations peuvent être considérées comme des défauts mineurs, voire mises délibérément à profit selon la fonction des pièces.

104Les terrains du lit majeur de l’Ain, riches en espèces hygrophiles, joncs et roseaux, constituent une abondante source d’approvisionnement en matériaux à usage divers. Le torchis (mélange de terre argileuse et de fibres végétales ou animales), élément complémentaire du bois, intervient comme isolant des plans verticaux, assurant leur protection contre les intempéries et les incendies. Au sud du Recourbe, une langue argileuse, bien signalée dans la toponymie, et mise en évidence par les fouilles, affleure entre les Millettes et l’Argillier.

Les grands bâtiments : des volumes simples ou des halles diverses en espaces spécialisés

Les bâtiments allongés à vaisseaux simples ou multiples (système A)

105Dans ce premier système, les constructeurs ont distingué deux fonctions : des armatures secondaires (enveloppe), dont la trace a disparu, s’inscrivent dans une ossature principale (fondations, supports, franchissements), dont l’image en négatif est nette, pour les pièces profondément ancrées dans le sol. Les charpentes des bâtiments considérés obéissent à un même principe de développement modulaire. Un élément de base conçu selon un modèle reproductible et modulable — la travée — est répété entre deux et six fois et est susceptible d’extensions latérales, frontales et longitudinales de dimensions et de formes diverses. La juxtaposition longitudinale de plusieurs travées détermine alors des vaisseaux (on entend par vaisseau l’espace longitudinal contenu entre deux files de poteaux d’un bâtiment ; on distingue ce terme de celui de nef, souvent pris dans ce sens, mais qui désigne, spécialement dans l’architecture religieuse, l’ensemble de l’espace longitudinal couvert, divisé ou non). Il y a alors coïncidence entre rythme technique et organisation de l’espace, sans toutefois que ce caractère exclue une certaine souplesse dans les aménagements propres à chaque structure. L’examen de l’ensemble des spécimens fait en effet apparaître des choix formels relativement variés.

Les bâtiments à deux files de poteaux (vaisseau unique)

106Le mode constructif de cette série (bâtiments 52, 56, 57, 65) (fig. 5c) correspond à un système à forts poteaux et travées additionnées. La répartition des points porteurs, la section des pièces utilisées et la profondeur de leur ancrage dans le sol présentent de fortes similitudes. Les caractéristiques dimensionnelles du vaisseau et des travées de ces spécimens sont globalement identiques, bien que plus régulières, à celles de la structure centrale des bâtiments à quatre files de poteaux. Ils ne connaissent cependant pas les mêmes extensions périphériques sous forme de collatéraux et de terminaisons, ni le même développement longitudinal.

107La présence de ces quelques bâtiments, dont certains connaissent cependant un développement linéaire et périphérique sommaire, va dans le sens de l’existence d’une travée modulaire calibrée à 1 ou 2 m près, susceptible d’être utilisée seule, multipliée — le bâtiment s’étend alors longitudinalement — ou de connaître un développement périphérique — le vaisseau central se prolonge en bas-côtés et en absides. Un même système constructif élémentaire a été décliné et a donné naissance à des bâtiments de formes et de tailles diverses.

108On le retrouve ainsi sous sa forme la plus rudimentaire pour les bâtiments 52 et 65 constitués chacun d’un vaisseau unique de deux travées. Ils présentent l’un et l’autre une extension latérale ponctuelle interprétable comme un dispositif d’entrée ou une annexe. Dans le cas du bâtiment 52, cette extension coïncide étroitement avec la partition de l’espace intérieur. Dans le cas du bâtiment 65, elle coïncide avec un aménagement extérieur, extension dont on ne peut dire s’il s’agit d’un espace couvert ou à l’air libre. Différentes interprétations sont possibles. Ces schémas d’aménagement secondaire peuvent être mis en parallèle avec ceux des bâtiments à trois vaisseaux.

109Le vaisseau unique du bâtiment 57 (fig. 5c) peut être lu, soit longitudinalement, soit transversalement. Dans le cas d’un développement longitudinal, il est constitué d’au moins trois travées (la restitution d’une quatrième est par trop incertaine), et présente une extension latérale ponctuelle, assimilable à un dispositif d’entrée.

110Les autres aménagements repérables à l’intérieur et à l’extérieur de ces structures relèvent de l’aventure individuelle de chacune. Aucune forme n’est généralisable au groupe.

Les bâtiments à trois (ou quatre) files de poteaux (deux vaisseaux ou trois vaisseaux courts)

111Deux bâtiment (44 et 53) (fig. 5b et c) montrent, selon le sens de lecture, trois ou quatre files de poteaux, répartis selon des intervalles réguliers. Leur plan au sol reste simple : dans toutes les hypothèses, deux vaisseaux sont dessinés, sans qu’une hiérarchie puisse être établie entre les différents alignements ; le sens de la ligne de faîte devient dès lors difficile à estimer avec sûreté et les hypothèses se multiplient. Le changement de sens de la ligne de faîte amène, pour le bâtiment 44, à la restitution, soit d’un volume unique s’étendant en longueur, soit de volumes articulés, un espace en appentis étant accolé au volume principal.

112L’ancrage de la charpente est profond, assimilable à celui des bâtiments à un ou à trois vaisseaux, mais sa structure se démarque de celle décrite à propos de ces deux familles. Les poteaux placés dans l’axe portent directement la faîtière et la base des chevrons repose sur une sablière.

Les bâtiments à quatre files de poteaux (trois vaisseaux)

113Chacun de ces bâtiments comporte une structure de base, un vaisseau central d’un nombre variable de travées (de deux à six), à laquelle correspondent les trous de poteau les plus importants en diamètre et profondeur, disposés en séries régulières. Le vaisseau central comporte parfois dans son axe une file discontinue de poteaux (pointes-d’âne) qui sont probablement des supports pour les étages ou une faîtière. Autour de cette ossature principale, une structure secondaire détermine des espaces latéraux (collatéraux ou bas-côtés) et frontaux (absides polygonales). La disposition des supports latéraux, de moindre gabarit, respecte plus ou moins fidèlement le rythme des travées de l’espace central. En effet, si les alignements longitudinaux sont rigoureux, l’équerrage reste approximatif sur l’ensemble du corpus entre vaisseau principal et vaisseaux latéraux.

114Les exemples les plus clairs de bâtiments à trois vaisseaux et petits côtés polygonaux sont relevés dans la partie nord du site (fig. 18 à 21 : bâtiments 11,12,17, 67). Ils couvrent une surface au sol qui peut approcher 300 m2, et mesurent entre 10 et 11 m de largeur pour 23 à 27 m de longueur. Le bâtiment 11, dans la même zone, adopte les mêmes principes, mais est nettement plus court, avec seulement deux travées (L = 16 m). Dans le cas du bâtiment 67, les supports des deux travées occidentales du vaisseau central sont doublés de poteaux apparemment de même gabarit et de même profondeur d’ancrage : s’il ne s’agit pas d’une réparation, ce dispositif peut correspondre à la nécessité de supporter des charges pondéreuses à l’étage.

18. Bâtiment 11

18. Bâtiment 11

Il paraît présenter un corps central de deux travées (5 x 9 m au total), marqué par d’assez forts poteaux (classes bleue et verte), mais des collatéraux larges d’environ 3 m se développent sur au moins trois côtés. En revanche, au sud-ouest, la disposition des trous de poteau échappe à toute régularité : on peut envisager l’hypothèse d’une entrée provisoire, ou plutôt d’un programme inachevé, ce bâtiment étant le plus court de la famille à quatre files de poteaux.

115Les bâtiments à trois vaisseaux sont majoritaires dans la zone sud, mais la densité des constructions en rend la lecture difficile. Certains sont incomplets (bâtiments 49, 50) probablement en raison de l’érosion. D’autres ne présentent pas de terminaisons polygonales (bâtiments 58,60,67, voire 42) : s’agit-il d’une variante architecturale ou du résultat d’une mauvaise conservation des traces ?

19. Bâtiment 12

19. Bâtiment 12

Ce bâtiment est le premier pour lequel il a été possible, dès la fouille, de proposer à la fois les caractères principaux du système A (notamment la structure à portiques et les collatéraux enveloppant, le système d’absides sur les petits côtés, et des aménagements particuliers (cloisonnement, accès organisés sur les longs pans, possible hotte au-dessus d’un foyer). Ses dimensions sont remarquables (11 x 28 m environ), tout à fait comparables à celles de son voisin le bâtiment 17.

20. Bâtiment 17

20. Bâtiment 17

Les traces du bâtiment sont brouillées à l’ouest par des fossés de marcottage viticole. Mais il serait presque "jumeau" du bâtiment 12 avec 10 m de largeur et, au minimum, 25 m de longueur. Il se singularise par la présence d’une mince cloison transversale qui évoque un pan de bois apparenté au système B.

21 Bâtiment 67

21 Bâtiment 67

Dans un secteur brouillé, à l’est et à l’ouest, le bâtiment mesure 11 m de largeur pour une longueur minimale de 17 m (et au moins 5 ou 6 m de plus si l’on prend en considération des trous de poteau peu lisibles dans la parcelle orientale). Sa structure se signale par le doublement de deux travées principales à l’ouest, sans qu’il soit possible de préciser leur signification : s’agit-il simplement de pallier à des désordres de la structure, ou d’aménager un dispositif particulier à l’étage ?

Les bâtiments à plan ramassé (système B)

116Deux ensembles (bâtiments 7 et 68) (fig. 16 et 23) s’inscrivent dans un système constructif différent. Ils peuvent être clairement décrits, la netteté et la régularité de leurs fondations autorisant à en déterminer la forme générale. Une série de minces poteaux, dont l’espacement varie de 1 à 1,50 m, dessine des plans ramassés, de taille moyenne, articulés en plusieurs volumes. La modestie de l’ancrage et le faible espacement des poteaux signalent une fonction porteuse périphérique. La structure, constituée des poteaux et des sablières certainement assistés de liens, d’écharpes et étrésillons divers, est susceptible de recevoir directement le clayonnage. La portée à franchir pour couvrir l’espace principal est relativement importante, de 5 m environ dans un cas, de 6 m dans le second.

117L’un (bâtiment 7) (fig. 16 et 22) est rectangulaire ; il comporte un espace principal (48 m2) et un volume secondaire (28 m2), interprété comme une galerie ou une annexe. Il est possible que ce mode constructif, se singularisant par rapport à l’ensemble des autres moyens et grands bâtiments, s’explique par un décalage chronologique : le bâtiment 7 serait antérieur aux bâtiments du système A, cette hypothèse étant confortée par une datation radiocarbone (voir infra). Ce spécimen peut être rapproché des plans réguliers de plusieurs sites du haut Moyen Âge en France, et notamment de Genlis (Côte-d’Or). On distingue une nette différence de la profondeur des trous de poteau de la structure principale et de la structure annexe ; les poteaux de cette dernière sont plus faiblement ancrés.

118Des galeries ou bas-côtés, se développent sur trois côtés du volume central, rectangulaire, du second bâtiment (68) (fig. 23). Ici, le rapport de profondeur des trous entre structure centrale et structure périphérique s’inverse, ce qui correspond à une hiérarchie différente de toutes les configurations précédemment présentées. L’extension périphérique pourrait être postérieure, comme semble l’indiquer la moindre régularité des rangées de poteaux. Cet ensemble se distingue des points de vue spatial comme structurel des bâtiments à trois vaisseaux précédemment définis, et paraît incomplètement fermé du côté ouest. Les files externes suggèrent des poteaux mieux ancrés, qui pourraient être plus hauts et de plus fort diamètre. Une telle configuration soulève l’hypothèse d’une toiture inclinée vers l’intérieur, ce qui n’aurait de sens que dans le cas d’un espace central non couvert. Si le bâtiment 68 peut, certes, correspondre à un édifice construit en plusieurs tranches, les dispositifs périphériques étant fondés plus profondément, il reste l’éventualité d’une cour fermée, ensuite entourée d’annexes (stalles, galerie ?), dont en tout cas l’utilisation nous échappe.

23. Bâtiment 68

23. Bâtiment 68

Le volume central du bâtiment mesure environ 5,60 x 5 m, et les bras de l’espace périphérique (qui peuvent ne pas avoir été réalisés en un seul programme) ont une largeur moyenne de 2,40 m. On notera que le bras nord semble se prolonger vers l’ouest sur une "travée", au delà de la "façade du bâtiment".

119Ce système en appentis, repérable dans au moins un des deux cas, adossé à une structure initiale, suppose pour celle-ci un volume suffisamment élevé pour autoriser des annexes à hauteur d’homme (en façade pour le bâtiment 7, éventuellement périphériques pour le bâtiment 68).

Les bâtiments secondaires, annexes ou utilitaires (système C)

120Le corpus architectural qui peut être proposé à partir des différentes méthodes d’interprétation révèle, pour cette catégorie, une grande variété de plans et de dimensions. Leur apparente simplicité est susceptible de recouvrir des modes multiples, les contraintes fonctionnelles étant moins apparentes, en termes de traces.

De petits bâtiments à volume simple ou composé

121La catégorie des petits bâtiments, à la fois modestes en dimensions et parfois articulés en plusieurs espaces, appelle diverses observations. Elle se caractérise par des points porteurs de moindre section, plus faiblement ancrés, indiquant une ossature légère et des volumes de peu d’envergure.

122Le plan le plus simple (bâtiment 13) (fig. 24) dessine au sol deux rangées de trois poteaux déterminant un volume unique. Les poteaux placés dans l’axe suggèrent la direction de la ligne de faîte, mais il ne peut être exclu qu’ils reçoivent plutôt les arbalétriers. La portée relativement importante (5 m) que l’une ou l’autre disposition nécessite implique la présence de supports intermédiaires : potelets reposant sur une sablière basse posée à même le sol et constituant avec entretoises, écharpes et divers éléments de branchage, le squelette de l’enveloppe. On peut imaginer la couverture en chaume ou en roseau. En maintenant l’hypothèse d’une pente à 45° et d’une hauteur des parois latérales à 1,50 ou 2 m, on peut restituer une hauteur sous faîtage d’environ 3,50 m. Des assemblages par fourches naturelles ou par liens végétaux suffisent à maintenir la cohésion de l’ensemble. Les forces qui s’exercent sur l’ossature sont essentiellement verticales. Rien n’exclut cependant l’usage d’assemblages plus élaborés, tels que nous les avons supposés pour les grands bâtiments.

24. Les bâtiments 13 à 16

24. Les bâtiments 13 à 16

123Les bâtiments 14 à 16 constituent autant de variations de ces principes généraux : l’extension du plan de base amène à une possible déclinaison de la forme sur la base du même système constructif. Deux lectures sont possibles : soit nous considérons un volume unique, soit nous considérons deux volumes juxtaposés. La profondeur et le diamètre des trous de poteau ne permettent pas ici de trancher dans un sens ou l’autre. La direction de la ligne de faîte (ou de la rive de tête d’un toit à une seule pente, le cas échéant) peut être pivotée de 90° selon cette lecture.

124L’hypothèse la plus évidente fait supposer un volume unique. Cependant, un changement de l’axe de la toiture et l’extension latérale d’un premier volume sont envisageables ; mais cela induirait, dans les trois cas (bât. 14, 15 et 16), une augmentation considérable de la hauteur des points d’appui : les poteaux d’axe jusqu’à la ligne de faîte atteindraient 5 m pour ne préserver que 1,50 m au niveau de l’extension latérale. Le faible ancrage au sol et la faible section générale des points porteurs de ces bâtiments militent contre cette déclinaison.

125On ne retrouve pas dans cette série de bâtiments les mêmes marques de reprises, de renfort, d’aménagements périphériques que dans les grandes maisons, signe probable de longévité limitée et de monofonctionnalité. Il est clair qu’une moindre ampleur du programme architectural peut faire préférer la solution du remplacement à celle de l’entretien.

126L’interprétation de la plupart des constructions annexes des bâtiments principaux reste conjecturale : hangars, resserres, abris pour récoltes ou animaux, etc. Certains ensembles (bâtiment 13, notamment) ont livré un assez abondant mobilier céramique qui conforte l’idée d’une utilisation domestique. Il devient évident, dans ces conditions, que les grandes maisons ne sont pas les habitats exclusifs du site, sans qu’il soit possible d’apprécier si les variations des expressions architecturales sont significatives de statuts sociaux ou fonctionnels clairement différenciés, ou d’une évolution chronologique.

Des édicules de forme diverse : annexes, abris pour animaux ou récoltes ?

127De petites constructions (moins de 10 m2) présentent un plan généralement quadrangulaire, parfois muni d’une (plus rarement deux) saillie triangulaire, mais trois spécimens (2,10b et 69) à trois poteaux montrent une disposition en triangle (suffisante pour porter une plate-forme ou une architecture légère), tandis qu’un autre (19) expose un plan clairement hexagonal avec, en outre, un support central. Il est tentant d’interpréter ces formes comme des greniers à plancher surélevé ou des abris pour récolte, thèmes bien représentés jusqu’à une époque récente sur les marges occidentales de la Méditerranée (fig. 25). Mais ces interprétations, qui souscrivent à la tradition archéologique, ne sauraient être généralisées sans réserve. Si l’hypothèse est plausible sur nombre de sites où les structures de conservation aériennes sont bien identifiées et étroitement associées spatialement à de grands bâtiments (Warendorf, Kootwijk, Feddersen Wierde), au Recourbe ni les traces de ces petites structures, ni leur positionnement par rapport aux grands bâtiments, n’autorisent une interprétation identique et spontanée. En outre, la section et la profondeur d’ancrage des poteaux rendent discutable la capacité des structures correspondantes à accueillir des réserves pondéreuses sur des plates-formes surélevées. D’autres types d’architectures surélevées sont connus par l’ethnographie, par exemple pour des époques plus récentes, les poulaillers landais traditionnels et certains pigeonniers bressans.

25. Les greniers

25. Les greniers

128Pour les édicules qui comportent un cinquième poteau d’axe à l’extérieur du quadrilatère, il y a lieu de s’interroger sur sa fonction : s’agit-il d’une sorte de contreventement ou d’un dispositif amovible ou permanent lié à l’accès (échelle, échalas, ou ancrage de plateforme) ? La fouille n’a pas livré de disques de pierre (cf. greniers méditerranéens...) : les aménagements anti-rongeurs, en encorbellement, peuvent être en bois... Pour la couverture, les deux pans sont faciles à installer, si chandelles ou écharpes intermédiaires sont présentes dans les pans de bois latéraux, mais, compte-tenu de la faible surface à couvrir, les toitures en pavillon ne peuvent être exclues.

129On a vu que la structure d’un des grands bâtiments (67), autorise l’hypothèse d’un aménagement pour la conservation de denrées pondéreuses (des céréales en grain ?) à l’intérieur même de son volume.

130S’il s’agit bien de greniers, ce mode de conservation adopté à Château-Gaillard diffère de celui généralement rencontré sur les autres sites présentés dans ce volume, où prédominent les silos. Dans d’autres cas (Meyzieu), les deux systèmes cohabitent, montrant peut-être que les deux procédés s’adressent à des denrées différentes ou à des étapes différentes de leur traitement (en gerbe ou en grain, graminées ou céréales, dépiquées, décortiquées ou non). La géologie peut fournir une autre explication : la terrasse fluvio-glaciaire du Recourbe n’offre pas un encaissant suffisamment stable pour des silos excavés, plus facilement réalisés dans des terrains plus cohérents. On notera qu’à Jons, Les Mûres, les silos ont bénéficié d’un chemisage argileux, dans une géologie sensiblement plus favorable que celle du Recourbe aux structures excavées de conservation.

Conclusion

131Si les plus petits bâtiments présentent des formes relativement simples comme des quadrilatères uniques ou juxtaposés, les plus grands font appel à des structures complexes : constructions à un, deux ou trois vaisseaux, petits côtés éventuellement polygonaux, corps principal rectangulaire, aménagements internes divers, dispositifs d’entrée, etc.

132Les systèmes A et Β s’opposent par leur trame, le premier présentant une travéation susceptible d’une lecture à la fois axiale et transversale, le second exposant des files de poteaux ceinturant des espaces bien définis.

133Sans être rares, les publications concernant l’architecture de bois du Ier millénaire livrent peu d’éléments de comparaison pour les ensembles du Recourbe, et, en dehors des formes simples comme les greniers, la typologie reste à établir. Deux thèmes trouvent néanmoins un écho :

  • les grands bâtiments à vaisseaux du système A, représentés sous des formes nombreuses dans toute l’Europe septentrionale, et avec des chronologies tout aussi variées, l’exemple le plus spectaculaire étant celui de Feddersen Wierde (Allemagne), pour une date correspondant au Haut-Empire ;

  • le système Β trouve des éléments de comparaison bien datés sur le site de Genlis (Côte-d’Or), mais l’architecture s’y distingue par son ampleur et par les caractères d’un véritable habitat groupé. Le mobilier céramique indique à Genlis une fourchette VIIe-VIIIe s., tout à fait comparable à celle obtenue par une analyse 14C sur un foyer proche du bâtiment 7.

Approche constructive des grands bâtiments (système A)

134Les observations qui suivent s’appliquent aux formes architecturales les plus complexes du Recourbe (système A). Néanmoins, une bonne part de ces réflexions et de ces considérations d’ordre technologique peut être déclinée et appliquée aux autres bâtiments.

Les supports, les franchissements horizontaux et le contreventement

135Ces plans fortement rythmés impliquent une ossature rigide aux assemblages relativement complexes. Quelques indices, calages en place ou traces de décomposition de bois, donnent une idée de la section des pièces utilisées : il s’agit de bois ronds ou grossièrement équarris, dont le diamètre peut atteindre 0,80 m, du moins pour la partie ancrée dans le sol. Ce diamètre est généralement de l’ordre de 0,60 m pour les supports centraux, et varie entre 0,20 et 0,40 m pour les supports latéraux. Les caractéristiques mécaniques du terrain ont rendu nécessaire et suffisant un encastrement au sol dont les traces conservées vont de 0,40 à 1 m de profondeur pour la structure centrale, et sont comprises entre 0,30 et 0,40 m de profondeur pour les structures périphériques, après décapage. Ces éléments verticaux ponctuels, assumant spécifiquement la descente des charges des superstructures, se combinent avec différentes pièces horizontales et obliques qui assurent la stabilité de l’ensemble. Sablières hautes et basses, entraits ou poutres, faîtières éventuelles, chevrons ou arbalétriers se développent dans plusieurs plans pour aussi former les cadres des parois, des planchers éventuels et du faîte de la structure. Leur mise en œuvre doit résister à de multiples efforts : écartement des points porteurs, flexion des pièces horizontales les plus longues, flambement, pression latérale du vent, poids de la toiture...

136Les bois verticaux permettent l’installation de pièces horizontales et obliques, soit par empilement à leur tête, soit par assemblage plus ou moins complexe. Le système obtenu, qui peut comprendre des pièces participant au comble, est celui d’une juxtaposition de portiques en ligne.

137Dans le cas des bâtiments 12 (fig. 19) et 50, une rangée discontinue de points porteurs intermédiaires, scindant en deux le vaisseau central dans sa plus grande longueur, est sans doute rendue nécessaire par la présence d’un plancher, ou pour étayer une faîtière. On peut, là aussi, évoquer l’hypothèse, soit d’un renfort ponctuel suite à un désordre ou une surcharge, soit d’une division sectorielle du volume intérieur dans sa hauteur. Cet agencement prédispose, en principe, aux cloisonnements, mais la séparation interne du bâtiment 17 montre que les divisions de l’espace peuvent être désolidarisées de la structure porteuse (fig. 20). L’indépendance de certaines de ces cloisons par rapport à l’ossature générale du bâtiment peut avoir pour origine la volonté ou la nécessité de dissocier une partie du second œuvre du gros œuvre.

138Les différentes pièces de cette ossature déterminent la hauteur, la largeur du bâtiment et le rythme de ses vaisseaux et de ses travées. Leur longueur maximale limite le développement du volume bâti dans le sens de la largeur et explique sa croissance longitudinale. Sur le corpus étudié, les portées n’excèdent jamais 5 m. Cette donnée fixe aussi une limite au développement en hauteur des bâtiments. Les poteaux de l’ossature centrale ne devaient guère dépasser cette dimension. Les irrégularités des trames peuvent être expliquées par des variables de longueur du bois d’œuvre, variables pouvant avoir plusieurs origines comme l’optimisation des matériaux neufs disponibles, selon leur section ou leur longueur, l’utilisation de bois de récupération, ou encore un développement progressif du bâtiment, longitudinalement et transversalement.

139L’observation des portées transversales particulières de chaque bâtiment amène à souligner leur variété. Pour cinq bâtiments (12, 17, 49, 50, 67), la portée du vaisseau central est supérieure à celle des collatéraux. Pour deux bâtiments (30, 60), ce rapport est égal à 1 ou légèrement inférieur. Sur l’ensemble de notre corpus, la portée moyenne du vaisseau central est de 3,70 m, avec un minimum de 2,50 m et un maximum de 4,90 m. Elle peut ainsi varier du simple au double. On ne retrouve pas un tel écart pour les vaisseaux latéraux. Leur portée moyenne est de 2,50 m, avec un minimum de 2, 15 m et un maximum de 3,00 m Ces variations du rapport entre la portée centrale et celle des collatéraux a relativement peu d’influence sur la largeur globale des bâtiments. Celle-ci tourne autour de 10 m, avec un minimum de 8 m et un maximum de 12 m. La travée de plan moyenne est, sur l’ensemble du corpus, de 3,75 m. Elle peut varier de 3 à 5 m à l’intérieur d’un même bâtiment, sans que l’on puisse repérer de régularités interprétables dans ces variations et dans leur enchaînement. Il n’y a que rarement coïncidence entre la largeur du vaisseau central et la travée de plan. Malgré la remarquable homogénéité des caractéristiques de ces bâtiments, on ne peut à proprement parler de standardisation de la mise en œuvre à l’échelle du site. Chaque bâtiment reste différent dans ses dimensions, comme en ses aménagements particuliers.

140Sablières hautes et basses, poutres ou entraits, principales pièces de contreventement longitudinal et transversal de la charpente et des longs-pans, peuvent être jumelés et renforcés par divers liens et écharpes. Les possibilités de combinaison des différentes pièces constituant l’ossature sont multiples. Afin de libérer les surfaces de circulation à l’intérieur des volumes, le contreventement peut avoir été majoritairement rejeté dans les parties hautes de la structure, soit au niveau des éventuels planchers, soit en mettant à profit les entraits de la charpente, et vers les parois extérieures.

Les assemblages

141La cohésion d’une telle structure, charpente et enveloppe ensemble, requiert des modes d’assemblage élaborés efficaces à la traction comme a la compression. On sait peu de choses des assemblages et des liaisons. La fouille n’a livré que quelques petits clous inadaptés au gros-œuvre (c’est également le cas à Charavines).

142Si la fourche naturelle assistée de liens souples constitue le modèle primitif toujours plausible, les nœuds de charpentier à mibois, ainsi qu’à tenons et mortaises simples ou à queue-d’aronde, paraissent les mieux adaptés, mais le détail de la technologie utilisée reste particulièrement difficile à apprécier, surtout dans un cadre rural où les comparaisons avec les rares références monumentales sont invalides. Selon les matériaux et les techniques utilisés, la configuration de la structure peut varier considérablement, tout spécialement en ce qui concerne la toiture. On peut ainsi poser la question du choix entre les formes géométriques rigoureuses et les assemblages élaborés de la charpente classique, et les techniques plus primitives (comme les liens souples) qui autorisent des formes plus irrégulières.

143Dans le cas d’assemblages élaborés, des chevilles ou des clefs peuvent fermer les entures ou éviter l’arrachement des tenons. La simple rainure permet la liaison d’éléments verticaux ou horizontaux par bouvetage. Des exemples de tenons et mortaises — spécialement de tenons passants — concernant l’outillage et l’architecture sont connus depuis le Néolithique (Pétrequin 1988, Bocquet 1988) et utilisés durant l’Antiquité, tandis que l’on rencontre la forme simplement rectangulaire de l’assemblage à mi-bois dans des exemples conservés de charpentes du XIe s. (Hoffsummer 1994 : 65 : assemblage du pied des potelets aux entraits de la charpente (1012-1015) de la nef de Saint-Denis à Liège). Le surdimensionnement probable des pièces porteuses peut avoir eu l’avantage de préserver une quantité suffisante de matière au niveau d’assemblages réalisés soit par amincissement, soit par évidement (Hoffsummer 1995 : c’est le cas de la plupart des charpentes anciennes ; Rondelet 1812 : 84 t. 4 : Tables déterminant la section des pièces en fonction de leur portée, basées sur une tradition d’expériences pratiques). Différentes formes d’enture (à paume ou en sifflet) sont susceptibles de permettre l’allongement de certaines pièces horizontales de la charpente, notamment les sablières.

La toiture et la question de la ferme

144L’usage de la ferme comme système de franchissement triangulé ne mettant en jeu que la traction et la compression à l’exclusion de la flexion n’est pas attestée avec sûreté à cette époque dans ce contexte particulier. S’il y a eu continuité de la tradition de la ferme latine en Italie, l’histoire de la charpente en France laisse subsister un doute, tandis que l’évolution et les orientations technologiques du nord-ouest de l’Europe indiquent d’autres voies. Les plus anciens éléments de charpentes de comble attestées datent du XIe s. et concernent exclusivement des monuments religieux ; il s’agit essentiellement de pans de bois triangulaires peu espacés entre eux : des fermes-chevrons (Saint-Germain-des-Prés restituée, 1044), excluant donc en principe l’usage de pannes, un lattis étant directement appuyé sur les chevrons. On ne trouve de fermes correctement triangulées qu’à la fin du XIIe s. (Froidevaux 1986). En l’absence de tout indice matériel sur la nature exacte des superstructures, différents scénarios sont possibles. L’organisation et le calibrage général du réseau porteur nous amèneront à privilégier l’hypothèse de systèmes de franchissement à structure tramée : soit avec succession de portiques, fermes ou fausses-fermes empilées (fig. 26 A), soit avec alternance de fermes principales et de fermeschevrons secondaires (fig. 26 Β).

26. La question de la ferme

26. La question de la ferme

145Le comble ne peut être considéré indépendamment de l’ensemble de l’édifice. Différents systèmes peuvent avoir été combinés pour le volume central et les espaces périphériques. Pour les volumes centraux les plus imposants (bâtiments 12, 17, 49, 50,67), à structure puissante, rigide et autonome, l’absence de files continues de supports d’axe suggère la solution d’une faîtière portée par des fermes ou fausses-fermes empilées à potelet de faîte, c’est-à-dire à court poteau axial reposant sur une poutre. On schématisera (fig. 26 C) globalement quatre pièces de bois formant un triangle : deux pièces obliques, chevrons ou arbalétriers, une pièce horizontale, poutre ou entrait, et une pièce verticale, potelet de faîte ou poinçon. Poteaux, poutre ou entrait, chevrons ou arbalétriers et sablières hautes peuvent être empilés et assemblés selon différents schémas, l’ensemble pouvant être raidi par des liens ou des contrefiches (fig. 26).

146Dans l’hypothèse d’une conception primitive de la ferme, c’est-à-dire fonctionnant par empilement et donc principalement en flexion, il faut comprendre les pièces horizontales comme des poutres, les obliques comme des chevrons et les verticales comme des potelets. Au contraire si on envisage un fonctionnement par triangulation, c’est-à-dire principalement en traction et compression, il faut lire ces mêmes pièces respectivement comme entraits, arbalétriers et poinçons.

147D’autres systèmes ont pu être utilisés. Tout d’abord, la croupe, appuyée sur une ferme, a pu servir pour les extrémités des bâtiments, et participer au contreventement. Mais d’autres formes sont suggérées, pour les bâtiments à trois vaisseaux, par des poteaux des terminaisons qui s’inscrivent dans le prolongement de la diagonale de la travée voisine. Si l’emplacement de ces poteaux est tributaire de l’organisation de la toiture centrale, les travées pourraient avoir été couvertes chacune d’arbalétriers en pyramide, servant d’armature à un toit à double pente, la ligne de faîte joignant alors les sommets des pyramides. Enfin, la ligne de faîte n’est pas forcément horizontale sur toute la longueur du bâtiment : les travées terminales rétrécies de certains bâtiments à trois vaisseaux (42) suggèrent une arête convexe rabaissant le toit ou permettant une forme en cloche aux extrémités.

La couverture et la pente du comble

148Mis à part les fragments de tuiles dispersés sur le site après l’abandon des établissements gallo-romains et fréquemment remployés en calage dans les trous de poteau médiévaux, aucun indice ne permet d’envisager une couverture autre qu’en matériau périssable.

149On privilégiera l’hypothèse d’une couverture en chaume (voire en roseau) à celle d’une couverture en bois, d’une fabrication, d’une installation et d’un entretien plus complexes. Le chaume, matériau simple, économique et léger (20/22 kg/m2 sec), dont la pose et l’assemblage par ligature ne réclame pas d’outillage particulier, est un bon isolant disposé en couche épaisse. Il présente également la particularité d’absorber la fumée. Ce choix de couverture suggère une pente relativement forte des toitures, généralement comprise entre 45 et 60°, afin d’assurer un écoulement rapide de l’eau et éviter les infiltrations. Il exclut également les jonctions de pans concaves (noues), ou tout au moins leur généralisation sans dispositifs d’étanchéité particuliers (le bois ou le cuir, par exemple, ont pu être utilisés pour étancher). Par voie de conséquence, il est possible d’imaginer que les annexes, comme les entrées latérales (voir infra), soient couvertes de manière indépendante par des toitures s’appuyant directement sur les arbalétriers ou les sablières, les raccords et les articulations des différents pans pouvant alors faire appel à des jouées clayonnées ou en bois, autorisant des percements pour l’aération et l’éclairage. Une autre solution réside dans un modelage de la forme de la couverture évitant les formes trop concaves concentrant les écoulements. Un large débord de la toiture protège l’enveloppe et les œuvres vives de la pluie et de l’eau évacuée par les versants du toit, détermine d’étroits espaces périphériques relativement abrités — utilisables, par exemple, pour le stockage —, et contribue à l’isolation thermique.

150La pente importante nécessaire au chaume suppose des versants approchant dans certains cas les 10 m, débord compris, ce qui peut autoriser des segments différents pour le vaisseau central et les vaisseaux latéraux. Pour ces derniers, on peut imaginer soit des demi-fermes pour les ensembles les plus réguliers, soit plutôt de simples poutres rampantes en appui à la fois sur l’ossature extérieure et certaines pièces de la structure centrale, ceci quelles que soient les solutions retenues pour assurer la cohésion de l’ensemble. En l’absence de correspondance systématique entre les supports centraux et périphériques (bâtiments 11 et 12), cette dernière configuration semble s’imposer, comme d’ailleurs pour les terminaisons en abside.

L’enveloppe

151L’enveloppe, non porteuse dans le système A, n’a que sa propre cohésion à assurer en liaison avec la trame des points porteurs. La fouille n’a apporté aucune indication sur les matériaux utilisés. Elle peut être constituée, soit de planches, horizontales ou verticales, posées à clins, à rainure, ou jointives, soit d’une armature support d’un clayonnage éventuellement enduit de torchis, système plus avantageux d’un point de vue économique, et au plan de l’isolation thermique. L’important espacement des poteaux en façade impose la présence de cadres recevant les différentes pièces, soit dans l’axe des supports, soit en les englobant. L’ancrage dans le sol se combine ainsi, très certainement, pour chaque panneau externe des vaisseaux latéraux, avec des longrines posées à même le sol (phases 7 et 8 de Mirville : Le Maho 1984; maisons 3 et 6 des IXe-Xe s. de Husterknupp : Herrnbrodt 1958) contribuant autant au contreventement et à l’entretoisement qu’à la rigidité de l’enveloppe et à l’éventuelle installation du fenestrage. Cette solution retarde le pourrissement de différentes pièces en l’absence de soubassement et facilite les reprises en sous-œuvre. L’indépendance de l’enveloppe par rapport à la structure primaire du bâtiment lui confère une certaine souplesse : elle est susceptible de toutes sortes d’aménagements et de transformations (percements, extensions, travaux d’entretien ou de renforcement...) sans affaiblir l’ossature de la maison. Enfin, il ne peut être exclu que dans le cas de bâtiments à vaisseaux multiples l’enveloppe ne soit apportée qu’à la structure principale, le ou les vaisseaux latéraux ne pouvant alors constituer une sorte de galerie ou auvent, dans la tradition antique. Néanmoins, on observera que la cloison traversante du bâtiment 17 va à rencontre de la généralisation d’une telle hypothèse.

Formes particulières et aménagements périphériques

Bâtiment 12

152Il s’agit d’une des plus vastes et des plus caractéristiques des constructions identifiées sur le site (fig. 19). Le bâtiment, à trois vaisseaux et cinq (ou six) travées, présente deux extrémités polygonales, une cloison transversale, et deux dispositifs d’entrée en vis-à-vis sur ses grands côtés. Les trous de poteau sont importants : leur diamètre atteint parfois 1 m, et leur profondeur 0,60 m, mais ils sont bien hiérarchisés entre vaisseau central et rangées périphériques. Un grand foyer est creusé dans l’abside orientale, bordé de deux ou trois forts poteaux qui pourraient être l’indice d’un système d’évacuation des fumées ou d’un dispositif permettant d’exposer à la chaleur ou la fumée des denrées à consommer ou conserver. La surface totale du bâtiment est de l’ordre d’environ 250 m2. Un cloison transversale est identifiable aux 2/5e de la longueur, mais déborde assez sensiblement de l’enveloppe, surtout au nord au voisinage du système d’entrée le plus développé, ce qui pourrait être l’indice d’un volume couvert dépassant les poteaux extérieurs des vaisseaux latéraux. Dans l’axe du vaisseau central et à l’intérieur, trois (ou quatre) poteaux sont présents, renforts de la structure ou pointes-d’âne pour le faîtage. D’assez nombreux poteaux échappent à l’organisation géométrique et témoignent sans doute de divers aménagement externes ou internes. Quelques-uns paraissent longer l’enveloppe, à un ou deux mètres de distance : s’ils ne présentent pas de réelle régularité, il est néanmoins tentant de les mettre en rapport avec la rive du toit. Ce bâtiment est fort proche, par ses dimensions et son organisation, du n° 17, par exemple.

Terminaisons des bâtiments

153Différents types de terminaison des bâtiments peuvent être distingués. Les volumes des bâtiments 11 (inachevé ?), 12, 17, et éventuellement 3 s’achèvent en absides polygonales à quatre pans. Il en est vraisemblablement de même pour le bâtiment 49 dont seule l’extrémité est a été mise au jour. Dans les cas 12,17 et 49, le lien entre l’abside est et le vaisseau central se fait par une même combinaison de points porteurs légèrement décalés par rapport au volume du vaisseau central : s’agit-il d’un système constructif particulier qu’on retrouverait aussi dans le bâtiment 42 ? Cette configuration particulière correspond à un retour des vaisseaux latéraux sur les petites façades des grands bâtiments rectangulaires, mais selon une configuration polygonale/courbe, que ne semble pas imposer le simple besoin de recevoir les charges du toit : ce dispositif évoque plutôt une couverture se terminant en cloche, ou en croupe prolongée, selon une forme par ailleurs suggérée par l’iconographie (Chapelot, Fossier 1980 : 83).

154Les bâtiments 30, 50, 58 et 60, s’achèvent en une unique abside polygonale à trois pans. Leur autre extrémité est soit plate, soit inconnue ou incertaine. Le bâtiment 67 présente une forme semi-circulaire limitée au vaisseau central, mais cette lecture est peut-être fortuite, le bâtiment se terminant à l’ouest par une façade assez irrégulière de poteaux. Certaines de ces formes arrondies ont, à un moment donné de leur histoire, été absorbées par des remaniements de l’enveloppe (bâtiment 17) ou des extensions, des aménagements périphériques rendant leur lecture incertaine.

Accès

155Plusieurs grands bâtiments (fig. 15, 18 et 19) présentent, sur un ou deux de leurs grands côtés, des dispositifs en saillie interprétables comme des entrées et se prolongeant parfois (bâtiment 12) vers l’intérieur par des aménagements divers. Ces ouvertures latérales sont soit dans le prolongement d’une travée (bâtiment 12), soit dans l’axe d’une file transversale (bâtiments 11 et 42), mais dans chaque cas interrompent la régularité de la façade. Ces dispositifs particuliers peuvent, soit être imposés par la nécessité de relever l’égout du toit pour ménager l’échappée sous un porche dans l’hypothèse d’espaces latéraux bas de plafond, soit correspondre à une valorisation de l’accès. Ils nécessitent probablement une surélévation localisée de la toiture depuis la ligne de faîte ou les sablières du vaisseau central. Ils occupent, sauf pour le bâtiment 11, une position médiane du longpan des bâtiments et se combinent dans plusieurs cas avec des aménagements de partition de l’espace intérieur canalisant la circulation ou segmentant le vaisseau central. Des volumes intermédiaires ont pu être aménagés afin de maîtriser les échanges (humains mais aussi thermiques) entre espaces intérieur et extérieur.

156Ces dispositifs d’entrée sur les longs côtés sont fréquents dans le corpus de l’architecture de bois d’Europe septentrionale, à Warendorf, par exemple. Ils sont, en outre, bien représentés dans l’iconographie (Chapelot, Fossier 1980, passim).

Extensions

157Des organisations en demi-cercle se développent sur un des gouttereaux des bâtiments 12 et 60. Leur présence sur deux spécimens, sous des formes similaires, écarte l’éventualité de structures antérieures ou résiduelles. En outre, elles s’articulent de façon cohérente avec les partitions intérieures et les aménagements d’accès de ces bâtiments. Il n’est pas possible de préciser si ces espaces sont couverts, mais ils sont en tout cas étroitement associés à la géométrie du volume principal.

Le second œuvre et les aménagements divers

Partitions internes

Étagement et circulation verticale

158La pente du toit détermine un volume du vaisseau central qui se prête à une utilisation en plusieurs étages : sur la base d’une pente moyenne à 45 on peut restituer la hauteur sous faîtage entre 6 et 8 m, selon la largeur totale du bâtiment, en préservant l’habitabilité (entre 1,50 et 2 m au plus bas) des vaisseaux latéraux et des extrémités des bâtiments. Ceci est suffisant pour envisager l’existence de soupentes sur les vaisseaux latéraux (à moins d’un profil transversal plus ou moins retroussé), et pour autoriser un étage, sous le comble ou combiné avec lui, dans le vaisseau central.

159L’économie générale de l’espace central est d’autant plus difficile à apprécier qu’on ne peut l’estimer sur la base de seuls facteurs constructifs ou fonctionnels : elle peut avoir une forte valeur symbolique. Le système constructif génère une structure en halle où l’espace central est privilégié. La division en étages de cet espace pouvait être totale, partielle ou inexistante. En effet, si le volume central des bâtiments est uniformément divisible en niveaux, on peut également imaginer, au moins par endroit, des volumes hauts favorisant la circulation de l’air et l’évacuation des fumées. L’espace sous combles des bas-côtés, sans doute accessible depuis le volume central, facilite peut-être l’accès à un étage dans le vaisseau principal, mais tout autre dispositif est envisageable : échelles, etc.

Cloisonnement

160Le tracé de cloisons transversales, indépendantes de l’ossature principale, ressort sans ambiguïté dans les bâtiments 17 et 50. L’espace du vaisseau central est divisé transversalement. D’autres cloisons transversales et longitudinales utilisant les points porteurs de l’ossature du vaisseau central sont repérables dans les bâtiments 50 et 60, mais l’éventualité de renforts des supports principaux n’est pas à exclure. D’autres trous de poteau, en apparence inorganisés, participent peut-être aussi à des dispositifs de cloisonnement. Différents schémas peuvent cependant être distingués : division bi ou tripartite du vaisseau central ou encore cloisonnement des collatéraux.

161De tels dispositifs évoquent une fonction différenciée des volumes ainsi définis. La juxtaposition, dans le même bâtiment, d’espaces à vocations différentes (abri des hommes et des animaux, stockage et réduits...) doit être envisagée, expliquant la taille considérable de certaines maisons du Recourbe. Le rapprochement s’impose avec les données archéologiques recueillies dans l’Europe du Nord-Ouest (Chapelot, Fossier 1980). Ces divisions peuvent avoir été provisoires ou complémentaires, rendues — pourquoi pas ? — indispensables à l’isolement d’activités. Dans le cas des bâtiments 12 et 17, la structure transversale a pu jouer le rôle d’une façade provisoire, dans l’hypothèse d’une construction en plusieurs campagnes (fig. 19,20).

Les sols

162Pour certains bâtiments, les profils des trous de poteau, rapportés à une altitude unique, montrent que l’assiette des bâtiments n’était pas toujours parfaitement horizontale. Dans ces conditions, soit la pente naturelle et légère était compatible avec l’utilisation des espaces, et dans ce cas, le sol pouvait être fréquenté en l’état, tassé (terre battue) ou non, soit des correctifs lui étaient apportés sous forme de recharge en matériaux ou de plancher, des solutions mixtes étant toujours envisageables.

Les foyers et éléments de confort : chauffage, ventilation, éclairage

163On ne dénombre que trois foyers aménagés à l’intérieur des bâtiments (bâtiments 3,12 et 52). Trois autres foyers sont situés à l’extérieur, deux à proximité des bâtiments 7 et 11, et un est isolé de toute structure. Il s’agit d’aménagements particulièrement sobres : excavations plus ou moins rectangulaires (bâtiment 12) ou circulaires et peu profondes, ménagées dans le substrat, qui se signalent par leur leur remplissage charbonneux. Le foyer du bâtiment 52 se distingue par ses dimensions supérieures et par la présence de deux fosses contiguës. On pourrait y voir les vestiges d’un petit four dont les superstructures (sole, calotte) auraient disparu. Dans le cas du bâtiment 12, trois forts poteaux associés au foyer excavé pouvaient être combinés avec les supports terminaux du vaisseau central pour un dispositif (hotte ?) permettant d’effectuer des cuissons, ou de gérer les fumées pour la conserve des denrées ou l’aération.

164Le nombre restreint de foyers pose problème. On ne peut exclure qu’un certain nombre ne nous soient pas parvenus ou n’aient pas été identifiés, l’encaissant graveleux se prêtant particulièrement au lessivage des traces cendreuses. D’autres solutions peuvent être envisagées : foyers organisés directement sur le sol, ou installés sur une sorte d’estrade en bois. C’est ce genre de dispositif qui a été retrouvé dans le bâtiment résidentiel de Charavines (Colardelle, Verdel 1993). En tout cas, la présence d’un foyer dans ou à proximité d’une construction ne peut être retenue ici comme critère essentiel d’un lieu d’habitation. Enfin, le rôle du foyer dans le chauffage doit être nuancé : c’est d’abord un équipement culinaire, les apports thermiques et lumineux restant secondaires.

165On doit prendre en compte qu’un certain nombre d’aménagements peuvent affecter l’enveloppe et la couverture : percements divers et dispositifs amovibles, selon les nécessités plus ou moins conjuguées de la ventilation et de l’éclairage naturels. Des systèmes particuliers d’évacuation des fumées peuvent être envisagés (cheminées, outeaux ou mitres).

Des programmes variés et sans doute évolutifs

166Nous avons examiné l’ensemble de ces bâtiments sous la forme qu’ils avaient probablement avant leur ruine ou leur abandon. Rien n’exclut qu’ils aient connu une genèse plus longue et plus complexe que celle que nous pouvons restituer par l’examen des vestiges observés. Si certains bâtiments constituent des ensembles à la fois finis et cohérents, nous avons vu que d’autres étaient peut-être inachevés (3, 58, 59), ou se démarquaient nettement par des caractéristiques de travéation et d’extension particulières (11). L’articulation des vaisseaux en travées, l’autonomie de l’ossature porteuse par rapport à l’enveloppe, confèrent une certaine souplesse à un système constructif susceptible de multiples déclinaisons, éventuellement échelonnées dans le temps.

167Le bâtiment 11 (fig. 18) se démarque : il se développe uniquement sur deux travées et on note une nette rupture de rythme entre les points porteurs du vaisseau central et ceux des collatéraux. Les intervalles entre les deux classes de points porteurs (très réguliers pour l’ensemble du groupe) sont ici beaucoup plus aléatoires que pour les autres bâtiments. La courte longueur de ce bâtiment, que sa largeur et sa structure rapprochent par ailleurs des grands ensembles à trois vaisseaux, et l’organisation irrégulière des trous de poteau dans l’angle sud-ouest, suggèrent qu’il s’agit d’un programme inachevé, la déformation au sud-ouest pouvant correspondre à un système d’entrée médiane, prévu initialement pour un développement plus important. On a vu aussi le cas du bâtiment 17, ou une division transversale peut être interprétée soit comme une façade provisoire, soit comme une cloison, les deux fonctions ayant pu se succéder dans le temps.

168La lecture de certains bâtiments (3, 58, 59) paraissant correspondre à des programmes inachevés ou en cours d’évolution (un collatéral est avorté, une extrémité reste indéfinie) n’est peut-être due qu’à une mauvaise conservation des fosses d’ancrage. Les premiers tris effectués sur la base des profondeurs de trous et la structure générale des plans de ces spécimens excluent l’hypothèse de bâtiments à deux vaisseaux et les rattachent au groupe des bâtiments à trois vaisseaux. Les bâtisseurs ont également pu modifier leurs intentions en cours de chantier, ou concevoir une réalisation en plusieurs étapes. Les cas restent à discuter.

169La disposition des supports latéraux respecte généralement, pour les spécimens les plus réguliers, le rythme des travées de l’espace principal. Ces supports sont cependant démultipliés sur un des deux longs-pans des bâtiments 11, 17, 67. Cette prolifération peut s’expliquer par la nécessité de renforcer des parois se dégradant, de doubler des supports en dévers. Le systématisme de cette concentration sur un seul long-pan, et non sur les deux, peut également indiquer le développement préférentiel sur un côté du bâtiment de dispositifs d’accès et d’aménagements divers liés à la circulation que ces derniers induisent. Aucune régularité dans l’orientation de ces perturbations n’a pu être dégagée à l’échelle du site.

170De nombreux trous ne concordent ni avec la trame de l’ossature primaire (centrale et périphérique), ni avec les schémas de partition de l’espace intérieur et d’aménagement des abords. Un grand nombre peut cependant être interprété comme des reprises ou des renforts de la structure primaire. Leur désordre n’est qu’apparent et leur position indique les points de faiblesse de cette structure, où se sont produits des phénomènes de glissement, d’écartement, de rupture (des pièces et des assemblages) ou de fléchissement (poutres ou sablières dont les sections sont trop faibles par rapport à la portée). On assiste ainsi soit à un dédoublement des points porteurs de l’ossature centrale, soit à l’interposition de points de soulagement ou chandelles (bâtiments 3, 12, 30, 67). Dans le premier cas, un poteau en décalage par rapport à la trame porteuse est directement accolé à un poteau de celle-ci ; les fondations de ces deux éléments peuvent alors se confondre. Dans le second cas, un poteau est situé dans l’alignement d’une sablière ou d’un entrait, à proximité d’un point porteur principal ou en position médiane entre deux de ces points. Plus rarement (bâtiments 12, 49), on trouve un poteau au centre du vaisseau central, soutenant vraisemblablement une faîtière, seul point de concordance avec la trame du bâtiment. Certains de ces poteaux ne sont susceptibles de rencontrer l’ossature qu’au niveau des éléments de la superstructure, plus difficiles à appréhender : planchers, chevrons... Leur interprétation devient dès lors délicate.

171Il a pu arriver que des structures aient été démontées. Les positions relatives de certains bâtiments de la zone 4 (fig. 5 c) vont dans ce sens (bâtiments 49, 50, 56 et 57). Leur coexistence est improbable. La récupération de tout ou partie des pièces d’une ossature et leur réutilisation pour d’autres constructions n’ont rien d’impensable. Des pièces de récupération peuvent avoir été insérées dans un autre ouvrage, telles quelles ou retravaillées. Pénurie ou cherté du bois d’œuvre frais motivent ces pratiques. Si on ne peut l’attester sur le corpus traité, le changement de place d’un bâtiment complet est théoriquement possible moyennant l’usage d’assemblages appropriés. On connaît dans la région proche quelques exemples post-médiévaux de fermes bressanes démontées, puis reconstruites en un autre lieu : il est vrai qu’il s’agit de pan de bois sur solins maçonnés, et non pas, comme au Recourbe, d’ossatures directement ancrées dans le sol.

L’occupation de l’espace et les relations internes

172L’utilisation lâche de l’espace ne favorise pas les regroupements fonctionnels entre bâtiments de configuration différente. On n’observe aucune articulation nette entre petits et grands bâtiments. En revanche, l’identification, au nord de la zone 4, d’une série d’ensembles architecturaux parallèles, dont le fonctionnement n’est probablement pas synchrone, indique à la fois le renouvellement des constructions et l’existence d’une circulation, bien mise en évidence par l’alignement des petites façades.

173Le caractère discontinu du tissu construit exprime, à la fois le fonctionnement autonome des grandes maisons bien individualisées, et l’occupation extensive d’un espace consommé sans modération : on est loin des schémas ceinturés, ou densément groupés (Genlis), ou encore des cellules multiples concentrées sur un espace réduit (Charavines, par exemple, où la zone susceptible d’accueillir des constructions ne dépasse pas 2500 m2).

174Ce constat pose à nouveau la question de la limite du site : rien n’exclut que d’autres bâtiments aient pu exister à quelques centaines de mètres de la zone fouillée, des structures isolées ayant pu échapper au vaste décapage (20 ha), et surtout aux sondages (50 ha), le périmètre d’intervention n’ayant pas permis, en outre, d’étendre les investigations vers le sud-est et le sud. Si le rebord de la terrasse constitue une limite claire, qui n’exclut pas toutefois d’autres formes d’occupation dans le lit majeur de l’Ain, une limite orientale a été clairement mise en évidence par les décapages, se confondant globalement avec l’alignement des monuments funéraires protohistoriques. Si la nécropole au nord paraît, elle aussi, marquer une limite de l’habitat pour la phase ancienne de l’occupation médiévale, la situation de la seconde, au sud, ne semble pas significative et n’éclaire pas l’articulation possible entre l’habitat fouillé et le site de l’agglomération actuelle, autour de l’église et du château.

Mise en oeuvre et données économiques

175La quantité des matériaux nécessaires à la construction des bâtiments est difficile à estimer, puisque nous ignorons tout des systèmes réels de raidissement et contreventement, de l’économie intérieure (cloisons, planchers, combles) et de la nature des parois et couvertures. On peut cependant proposer un calcul forfaitaire pour cet élément modulaire, malléable, multipliable et perfectible qu’est la travée ; ceci sur la base de ses éléments essentiels et reproductibles : deux poteaux, une poutre ou entrait, un potelet ou poinçon, deux chevrons-arbalétriers, une faîtière, et deux sablières (Quenedey 1926 : Coutumier des forêts de Normandie, XVe s., tradition plus ancienne : prélèvement gratuit des différents éléments constitutifs d’une travée complète dans la forêt voisine en cas de nouvelle construction).

176Une estimation, forcément très sommaire et imprécise, du volume de bois (équarri ou débité) utilisé, s’inspirant du bâtiment 12, est figurée sur le tableau ci-après (fig. 27), en s’appuyant, faute de mieux sur le vocabulaire et la configuration d’une charpente traditionnelle, pannes exceptées. Elle fait apparaître un besoin de bois d’œuvre, par travée moyenne (3,5 x 10 m), de l’ordre de 14 m3, c’est-à-dire un minimum, pour un bâtiment de six travées et deux terminaisons, de l’ordre de 100 m3. Pour chaque travée, la longueur cumulée des pièces de bois de 20 x 20 cm et plus de section, atteint 96 m, celle des pièces moindres 150 m (hors le lattis et les planchers).

27. Essai d’évaluation de la quantité de bois nécessaire à la construction d’une travée

27. Essai d’évaluation de la quantité de bois nécessaire à la construction d’une travée

177Sur le chantier, la charpente est reproduite à grandeur réelle au sol, les pièces sont présentées en fonction de leur débit ou de leur forme naturelle (Hoffsummer 1994 : 64). Si le contreventement est assuré par des liens de sablières hautes et basses et de poteaux, l’ensemble du dispositif peut être mis en place simultanément, travée par travée. Les systèmes de levage sont dépendants des choix techniques précédemment évoqués. Ainsi l’usage du mi-bois tolère un levage des pièces de charpente une à une, tandis que tenons et mortaises permettent le levage de pièces déjà assemblées. Les moyens de levage n’ont guère évolué depuis l’Antiquité. La chèvre et le mât haubané, fiché dans le sol ou reposant sur une semelle de bois, équipés de divers cordages et poulies, servent à dresser ou à amener à la verticale les pièces de bois les plus lourdes (Adam 1984). On peut imaginer également que des pièces indépendantes, pas trop pesantes, étaient levées à la perche, pour être adjointes à une partie d’ouvrage déjà stable.

178Le second œuvre, parois et couverture, planchers et cloisons, ouvertures diverses et aménagements intérieurs fait nécessairement appel à d’autres approvisionnements et d’autres savoir-faire qu’il est beaucoup plus délicat d’évaluer, les tâches les plus simples (réalisation des clayonnages et enduisage, collecte du chaume, par exemple) pouvant être confiées à un personnel non spécialisé.

179La mobilisation des moyens pour l’approvisionnement et la mise en œuvre du chantier de chaque grande maison nécessite de rassembler les hommes, les engins de transport et leur force de trait, sans aucun doute au-delà des capacités d’une seule famille. C’est que chaque programme architectural d’ampleur, comme les grands bâtiments à trois vaisseaux, requiert des volumes de matériaux considérables, et une main-d'œuvre adaptée à la diversité des tâches : préparation des chemins, abattage des arbres et débardage, équarrissage et transport, préparation des pièces, traçage, terrassements, manutention et assemblage de la structure porteuse, réalisation de la couverture et de l’enveloppe, etc. L’édification d’un grand bâtiment à trois vaisseaux nécessite sans aucun doute plusieurs centaines de journées de travail, et de telles conditions sont favorables à un échelonnement des tâches selon leur nature, voire à une exécution par tranches, et à la participation des autres unités de la communauté.

180L’outillage de base est simple : cognées, coins, haches et herminettes pour l’abattage et le façonnage primaire, ciseaux, tarières et maillets pour la préparation et l’assemblage. Pour le débitage en planches, les moyens sont probablement réduits au fendage et dressage (herminette, doloire, etc.).

181La longévité de ce type de bâtiment a été estimée entre trente et plus de quatre-vingt ans sur des sites connus pour leur bonne stratigraphie (Bloemers 1978, Es 1967), sous réserve de leur tenue hors-d’eau et en l’absence de destruction accidentelle ou volontaire. La dimension des grandes maisons de Château-Gaillard implique une réelle prétention à la durée, que confirment les indices de réparation, les dates 14C et l’étude du mobilier. La désolidarisation entre l’ossature, entièrement protégée et conçue comme permanente, et l’enveloppe, directement exposée aux intempéries, donc temporaire par définition, va dans ce sens (fig. 28). L’enveloppe et la couverture peuvent être entièrement ou partiellement renouvelées, sans mettre en danger la cohésion du bâtiment, et ainsi prolonger son existence. Cependant l’ancrage dans le sol de l’ossature est un des principaux facteurs susceptibles de raccourcir sa durée de vie : la plupart des essences résistent mal au pourrissement en milieu alternativement humide et asséché.

28. Durée de vie des matériaux

28. Durée de vie des matériaux

D’après Lablaude 1995

La chronologie des bâtiments de plain-pied

La céramique

182Les structures en creux des bâtiments, essentiellement des trous de poteau et de rares foyers, ont livré relativement peu de matériel, eu égard à l’étendue du site, au nombre et à la taille de certains bâtiments. La fouille n’a pas permis d’atteindre les zones de rejet, et le talus de la terrasse n’a pu être examiné. Sur les 2022 fragments du lot, 187 seulement sont identifiables. Compte tenu de l’extrême fragmentation, la restitution du nombre de formes n’a pas été tentée, inconvénient mineur pour cet ensemble particulièrement standardisé.

Aspects techniques

183Toutes les céramiques sont cuites en atmosphère réductrice. Mais plusieurs groupes se distinguent par la couleur (pâtes uniformément grises ou noires, pâtes noires à coeur rouge, pâtes plus claires à tonalités de bruns...) et par la texture de la pâte. De ce dernier point de vue, deux groupes majeurs se dégagent : les pâtes assez fines à fines, bien cuites, à surface lisse, et les pâtes sableuses, friables, à surface rugueuse.

184Une telle variété conduit à envisager des sources d’approvisionnement diverses en matière de vaisselle de terre, ce qui n’est pas pour surprendre pour la période considérée ; mais que cette variété s’applique à un lot aussi modeste renforce l’idée que le site n’a restitué qu’un faible échantillon du mobilier utilisé dans les habitats. Ceci suggère que l’occupation a pu connaître une certaine durée.

Aspects morphologiques

185La nette prédominance des pots à cuire globulaires à fond lenticulaire est le caractère le plus évident de cet ensemble. On ne dénombre que deux cruches à bec pincé.

186Les lèvres en bandeau (fig. 29, n° 1 à 5), avec 61 ex., dominent largement (60 %) sur les lèvres évasées (fig. 29, n° 5 à 8). A noter que si la majorité des fonds sont nettement lenticulaires (39 sur les 50 ex.), 4 cas sont douteux, et considérés comme intermédiaires, moyen terme entre forme plate et forme bombée, et, surtout, 4 exemplaires sont plats (fig. 29, n° 12 à 14).

187On ne dénombre que 5 fragments de marques de fond, nombre non négligeable rapporté à l’échantillon.

188Les décors sur panse sont particulièrement peu nombreux : 2 ex. d’impressions à la molette et 2 ex. de décors polis. Les cannelures sont un peu mieux représentées (22 ex.) (fig. 29, n° 9 à 11). Globalement la vaisselle dénote une très grande simplicité.

29. Échantillon du mobilier des bâtiments de plain-pied

29. Échantillon du mobilier des bâtiments de plain-pied

Bilan chronologique des bâtiments de plain-pied

Les limites du mobilier comme fossile directeur

189L’importance du site de Château-Gaillard pour la connaissance du haut Moyen Âge régional nous a conduits à prêter la plus grande attention aux questions de chronologie. Le mobilier domestique, notamment céramique, fournit la base d’une première approche. Mais la lenteur de l’évolution des formes du vaisselier durant le haut Moyen Âge n’autorise pas la précision souhaitée. Par ailleurs le site n’a livré aucune monnaie. Aussi, le recours aux datations par le radiocarbone apporte des informations complémentaires. Celles-ci confortent les résultats céramologiques pour la première phase d’occupation (cabanes excavées). Pour l’occupation des bâtiments à poteaux plantés, les résultats sont plus nuancés : d’une part, l’impression générale de hiatus chronologique entre les deux formes d’occupation, déduite du mobilier céramique, est atténuée par les résultats des 14C ; d’autre part, il apparaît que la phase d’extension maximum de l’occupation débute au cours de la période carolingienne, fait que la céramique seule n’aurait pas permis d’affirmer.

190Plus que pour tout autre site, les conditions de gisement du matériel présenté et l’histoire même du site posent des problèmes d’interprétation quant à la chronologie des occupations.

191Les fragments proviennent de structures en creux où ils ont été piégés. Ils sont donc en position secondaire. Pour les cabanes excavées, il est probable que le matériel a été trouvé dans sa position primaire d’abandon ; les reconstitutions possibles de récipients confirment que le matériel n’a pas ou peu connu de déplacements. Par conséquent, la datation des céramiques provenant des cabanes correspond grosso modo à celle de leur utilisation.

192En revanche, le raisonnement est plus délicat pour le mobilier provenant des bâtiments de plain-pied, ou plus exactement du comblement des trous de poteau ou des moindres aménagements en négatif qu’ils comportaient. Particulièrement faible au plan quantitatif, très fragmentaire et détérioré, le mobilier a été, de toute évidence, déplacé depuis sa situation d’abandon : soit les fragments se sont trouvés mêlés à la terre bouleversée lors de l’édification des ossatures de bois, creusement des trous et calage des poteaux (le même raisonnement vaut pour les nombreux fragments de terre cuite architecturale, beaucoup plus anciens que les bâtiments en question) ; soit les fragments, un temps à la surface du sol, ont migré dans les négatifs de poteaux laissés béants après l’abandon (démontage ?) des bâtiments. Dans les deux cas on peut dire que ces fragments témoignent d’une occupation proche dans l’espace des dits bâtiments. Dans la première hypothèse le décalage chronologique entre contenant (trou de poteau) et contenu (mobilier), n’est pas estimable. Dans la deuxième hypothèse ce décalage est probablement assez réduit, compte tenu que pour migrer ainsi, la vaisselle fragmentée devaient se trouver dans le niveau d’occupation, donc abandonnée dans la phase de fonctionnement, et que les négatifs de poteau, de gabarit relativement modeste, ont dû se combler dans un temps assez court. L’uniformité typologique des céramiques provenant des divers bâtiments à poteaux répartis sur l’ensemble du site, plaide pour la seconde hypothèse : la céramique témoigne d’une occupation bien caractérisée, dans le temps et l’espace. Il n’en reste pas moins que dans ce cas les céramiques datent au mieux la phase d’abandon des bâtiments à poteaux.

193Une importante difficulté demeure : que faire des constructions qui n’ont pas livré d’indice de datation ? Elles peuvent être rattachées à l’une ou à l’autre phase d’occupation médiévale, sans parler des risques d’interférence avec les installations antiques.

194L’appauvrissement du répertoire de la vaisselle, la standardisation des formes et des techniques, notamment la disparition des formes ouvertes et de la cuisson oxydante, sont les traits majeurs du vaisselier du milieu du Moyen Âge. Pour notre région, la présence de fonds marqués accompagne ces critères pour la période des Xe-XIe s. A Château-Gaillard, deux détails typologiques pourraient inviter à adopter une fourchette relativement large, englobant la première partie du Xe s. Il s’agit de la prédominance des lèvres en bandeau, de l’absence de bec ponté et surtout de l’association des fonds lenticulaires avec des fonds presque plats (dits intermédiaires) et de quelques fonds larges et plats. Ceux-ci sont inconnus sur les sites dits de l’an Mil, comme Charavines (début XIe s.) ou Décines (fin Xe-XIe s.) (Faure-Boucharlat et Maccari-Poisson 1993, Bouvier et al. 1992). Ils sont présents, mais toujours en minorité, sur quelques sites régionaux (Simandres, Rillieux-la-Pape, Lyon quai Arloing) où ils sont aussi associés avec des fonds marqués. Malheureusement ces sites ne comportent pas de critère de datation absolue. On est tenté de voir dans ces signes d’archaïsme les dernières manifestations de la céramique carolingienne, si difficile à caractériser dans notre région. Le mobilier du Recourbe combine ces caractéristiques avec d’autres que l’on retrouve systématiquement, dans la région, au tournant de l’an mil et audelà. Ainsi, la céramique provenant des bâtiments à poteaux confirmerait une certaine pérennité de l’occupation.

Les datations par le radiocarbone

195Les analyses ont été réalisées par le Centre de datation par le radiocarbone de Lyon.

196Bâtiment 7 (échantillon de charbon de bois)

197Réf. Lyon 497 ; âge 14C : 1401 ± 50 BP ; intervalle années réelles : 566-751 ap. J.-C. ; pic de probabilité : 654.

198Bâtiment 11 (échantillon de faune)

199Réf. Lyon 717 ; âge 14C : 1130 ± 40 BP ; intervalle années réelles : 812-998 ap. J.-C. ; pics de probabilité : 830, 896, 913, 956.

200Bâtiment 12 (échantillon de charbon de bois)

201Réf. Ly 8782 ; âge 14C : 1197 ± 49 BP ; intervalle années réelles : 711-962 ap. J.-C. ; pics de probabilité : 790, 830, 875.

202La première date (VIe-VIIIe s.) est cohérente avec le système constructif Β du bâtiment 7. Les deux autres dates prennent place entre la fin du VIIIe et le Xe s., ce qui ne contrevient pas aux observations sur la céramique. Ces datations placent en tout cas une partie des bâtiments à trois vaisseaux dans l’époque carolingienne, et aucune ne dépasse l’an mil. Toutefois, il est impossible d’assurer que l’occupation du site ne se soit poursuivie au-delà.

Conclusion

203Sur la superficie fouillée, les cabanes excavées de la première phase médiévale se répartissent dans la même aire que les constructions carolingiennes. Leur abandon, dans le VIe s., et la réoccupation du même espace quelques siècles plus tard, posent un certain nombre de questions : le hiatus est-il général ou partiel ? le réseau viaire et le statut des parcelles est-il stable ? un déplacement de l’habitat est-il envisageable ? quelles causes, locales ou générales, peuvent expliquer ce battement de l’occupation ?

Aspects de la vie domestique

Matériel de mouture ou broyage

204Quatre fragments d’outils de mouture ou broyage ont été découverts dans l’emprise de bâtiments, un dans la zone 2, les trois autres dans la zone 4, soit réutilisés comme calages de poteau, soit en situation indéterminée. Tous sont en grès plus ou moins grossier, matériau qui présente des qualités à la fois d’abrasion et d’auto-entretien : la roche est blanche ou rosée à l’intérieur, à l’exception d’un fragment qui est rougeâtre (chauffé ou naturellement riche en oxydes ferriques). Les surfaces sont de grisâtre à ocre.

205Ce petit lot de fragments peut être réparti en trois types d’outil :

  • meule dormante à profil concave (fig. 30) ;

  • meule dormante à double face active (une face concave, l’autre concave/convexe/plane) ;

  • molette (fragment qui présente le grès le plus fin de la série).

30. Matériel de mouture ou broyage

30. Matériel de mouture ou broyage

206Pour deux fragments, quelques stries d’utilisation sont visibles.

207La présence de ces pièces témoigne d’une activité de mouture et de broyage selon des techniques issues de la Pré/Protohistoire. Un choix lithologique paraît probable. La présence de fragments et non de pièces entières semble indiquer le caractère précieux de ces outils, abandonnés uniquement lorsqu’ils sont inutilisables, ou réemployés. L’absence ou la rareté de cette matière première sur place pourrait être une raison de son économie. Ces éléments appartiennent-ils aux époques antérieures de l’occupation (Protohistoire, Antiquité) ou témoignent-t-ils des techniques de préparation alimentaire médiévales ?

Matériel métallique

208En dehors de quelques clous, toujours d’assez petites dimensions, il est particulièrement rare. Le bâtiment 12 a livré un fragment d’agrafe à double crochet, en bronze, à corps perforé décoré de stries latérales, ainsi qu’un fragment d’une plaquette triangulaire en fer.

La métallurgie

209Les traces d’un artisanat du fer sont modestes, mais sans ambiguïté. Une centaine de scories représentent une dizaine de kg de déchets. Elle proviennent de 45 structures différentes, essentiellement des trous de poteau des grands bâtiments. Les découvertes se concentrent dans la zone sud du site, où l’habitat est le plus dense (bâtiments 54 à 68), mais au nord, les bâtiments 13, 17 et 18 en ont également livré. Ces vestiges d’artisanat sont donc liés à la dernière phase de l’occupation du site (IXe-Xe s.).

210Les scories de fer sont peu denses, particulièrement huileuses et fragiles. Elles présentent des formes tourmentées et un aspect spongieux. Elles comportent de nombreuses traces de charbons de bois. Quatre petits fonds de calottes offrent à peu près les mêmes caractéristiques : diamètre de 10 cm environ, poids entre 200 et 300 g. L’ensemble de ces éléments évoque la phase du traitement secondaire du métal, affinage ou forge.

211Deux scories échappent à cette description ; leur masse est nettement supérieure aux autres et leur surface est marquée par des coulures sombres et brillantes. Elles pourraient signaler la phase de réduction du minerai. Aucun fragment de tuyère n’appuie l’hypothèse d’un bas-fourneau.

212Quelques fragments de parois de foyer proviennent de la zone 4, tout comme les quatre calottes mentionnées plus haut. Ces arguments invitent à placer dans ce secteur une activité de métallurgie, bien qu’aucune structure ne puisse lui être formellement rapportée ; le seul aménagement de cette zone appartient au bâtiment 52 et s’apparente à un foyer domestique.

213S’il est impossible de lier cette métallurgie à une production précise (nécessité de l’architecture, fourniture d’outils, etc.), cet artisanat témoigne de la diversité des activités conduites sur le site, en dépit de la faiblesse numérique du mobilier recueilli.

Alimentation carnée et élevage

214Les vestiges fauniques sont fournis par 164 fosses, dont seulement 105 (62 %) ont livré des restes déterminés. Ces fosses se répartissent en deux catégories bien distinctes par leur nature et leur datation : correspondant, d’une part, à 5 cabanes (101, 102, 104 à 106) de la première phase d’occupation du site, et d’autre part, à de petites fosses et trous de poteau attribués à l’époque carolingienne, et associés, pour la commodité de l’étude, en ensembles architecturaux (bâtiments 11 à 13,17,42, 45,49 et 51) ou sectoriels (pour la zone 4, où la caractérisation des bâtiments était moins affirmée quand fut entamée cette étude : bâtiments 54 à 68). Néanmoins, tous ces ensembles sont considérés comme contemporains (IXe-Xe s). Il a été décidé de traiter chacun en réunissant tout le mobilier faunique qui les compose. Ceci peut se justifier pleinement en face de structures bien définies, mais beaucoup moins pour la zone sud traitée en bloc (fig. 31). En fait, pour cette dernière, nous postulons que les 39 faits qui ont livré des restes ont collecté de manière aléatoire un partie du matériel osseux de ce secteur du site, et que la réunion des informations donne une idée générale et globale pour cette zone, en escamotant d’éventuelles variations spatiales. Ainsi, la zone 4 est assimilée à un ensemble.

31. Description simplifiée des structures ayant fourni des vestiges fauniques

31. Description simplifiée des structures ayant fourni des vestiges fauniques

215Le total des restes osseux déterminés, 416, est assez faible (fig. 32). Le nombre moyen de restes livrés par fosse considérée est de 8,7, le nombre moyen de restes déterminés est de 4,1. De plus, 122 restes, soit plus du quart, proviennent de 4 fosses seulement, qui contiennent une trentaine de restes déterminés chacune.

32. Nombres de Restes par structures et par phases

32. Nombres de Restes par structures et par phases

33. Nombres Minimum d’Individus par structures et par phases

33. Nombres Minimum d’Individus par structures et par phases

216Dans tous les tableaux, les résultats sont présentés par structure, celles-ci regroupées par phase chronologique. Quatre tableaux concernent les résultats des dénombrements généraux : les Nombres de Restes, NR (fig. 32), les Nombres Minimums d’Individus, NMI (fig. 33), qui ont été calculés fosse par fosse, en particulier en zone sud (exception faite des cabanes 102 et 104 qui ont été réunies chacune en un unique ensemble puisque les recollages étaient nombreux), les masses d’ossements (fig. 34) et les fréquences d’apparition des taxons (fig. 35).

34. Masses d’ossements par structures et par phases (en gamme)

34. Masses d’ossements par structures et par phases (en gamme)

35 Fréquences d’apparition des taxons par périodes pour les bâtiments identifiés

35 Fréquences d’apparition des taxons par périodes pour les bâtiments identifiés

Taphonomie dépositionnelle et post-dépositionnelle

217Le fort taux d’indéterminés (63 % aux Ve-VIe s. et 78 % aux IXe-Xe s.) (fig. 32) et le mauvais état de conservation de la matière osseuse, attaquée par le sédiment et les radicelles végétales, suggèrent que les dégradations physico-chimiques postérieures au dépôt ont été importantes. Ainsi, il faut considérer que les ossements fragiles, comme ceux des infantiles et des juvéniles, ont pu disparaître lors de l’évolution post-dépositionnelle. De même, les ossements d’animaux de plus petit format, oiseaux, lagomorphes, ont pu ne pas survivre. La forte proportion de restes dentaires chez les ovicaprins serait une preuve de ce phénomène. Car les dents sont des organes plus résistants que les os proprement dits. Cependant, cet argument n’est pas forcément valable chez les porcins où les dents sont elles aussi peu abondantes. Malgré une disparition fort probable des ossements dans les deux catégories, les restes mandibulaires de porcins étaient faiblement représentés initialement.

Nature des restes

218L’identification d’espèces domestiques consommables et de traces de découpe amène à définir la plupart des restes comme issus de la chaîne de préparation et de consommation de viande.

219Certaines structures ont recueilli des rejets dont la nature est difficile à définir, comme la cabane 102 qui contenaient des mandibules d’équidés. Celle-ci a servi aussi de réceptacle au cadavre d’un ou de deux chiens, dont la peau de l’un a pu être récupérée. Elle n’a donc pas joué un simple rôle de dépotoir. Les batraciens et gastéropodes sont certainement intrusifs.

220Aucun vestige d’artisanat de l’os ou dérivé n’est identifié. L’absence de restes de chien ailleurs qu’en 102, et l’extrême rareté de ceux d’équidés, semblent indiquer qu’il ne s’agit pas d’une zone d’abandon de tout-venant où auraient pu être abandonnés des cadavres ou des restes d’équarrissage.

Restes et alimentation

221Les animaux consommés sont tous domestiques : le mouton, la chèvre, le porc et le boeuf, la poule et l’oie. Le statut des équidés reste indéfini. Quelle que soit l’espèce, la consommation concerne très majoritairement les adultes, jeunes de moins de 4 ans chez les bovins. Mais ces proportions sont maximales étant donné la possibilité de destruction de jeunes animaux, notamment chez les ovicaprins. Aucun indice ne permet d’entrevoir une sélection de pièce de viande particulière.

222La part prise par les volailles dans l’alimentation carnée ne peut être correctement appréhendée par rapport à celles des mammifères de grand et moyen format. La présence régulière de leurs vestiges, ainsi que les miettes de coquilles d’oeufs, esquissent une participation bien réelle.

223Chez les mammifères, que ce soit par la masse d’os directement proportionnelle à la quantité de viande fournie (98 % aux Ve-VIe s. et 94 % aux IXe-Xe s.), ou par l’estimation des poids de viande à partir des NMI (Columeau 1991) (88 % aux Ve-VIe s. et 86 % aux IXe-Xe s.), le boeuf est le taxon quasi exclusif de l’apport carné. Dans le cas d’une consommation des équidés, leur part n’est pas négligeable par rapport aux ovicaprins et aux porcins pour la phase des Ve-VIe s. (41 % par la masse d’ossements, 18 % par le NMI).

Restes et élevage

224La liste des espèces est simple : mouton, chèvre, porc, boeuf, poule, cheval/mule, et l’oie éventuellement. Exception faite de la cabane 102, le chien manque. Le lapin, le chat domestique, sont eux aussi absents.

225Si les Nombres de Restes, les Nombres Minimums d’Individus et la fréquence d’apparition reflètent l’importance numérique des populations animales élevées autour du site, les bovins constituent la plus grosse part du cheptel. Mais cette affirmation est à modérer à cause des effets de la conservation différentielle due aux conditions taphonomiques post-dépositionnelles.

226Dans l’état du matériel, il n’est guère possible de parler de la gestion des animaux. On notera que les bovins consommés jeunes adultes, soulignent une capacité à sélectionner dans les troupeaux des animaux qui ne sont pas de réforme. Il s’agit soit d’une population aisée de consommateurs, soit, ce qui est le plus probable compte tenu de l’environnement archéologique, d’une population d’éleveurs qui peut se réserver de jeunes adultes.

Conclusion générale

227À partir d’une documentation à certains égards foisonnante, l’étude du vaste site du Recourbe, par des approches multiples et complémentaires, permet aujourd’hui la présentation — incomplète sur bien des points — d’un habitat fonctionnant durant tout le haut Moyen Âge.

228Confinée sur un étroit ruban entre un rebord de terrasse et un axe de circulation, l’occupation se répartit de manière irrégulière, souvent selon une trame lâche, sur plus de 700 m de développé, sans tenir compte, en apparence, d’une hypothétique centuriation antique.

229En dépit d’une concentration localisée de bâtiments, au nord du secteur 4, et dont il est probable qu’ils ne fonctionnent pas tous en même temps, il ne s’agit pas d’un véritable village — l’habitat n’est pas ceinturé, ni étroitement groupé —, mais la longue durée des installations médiévales est révélatrice d’un cadre stable, donnée assez inhabituelle en milieu rural.

230L’étude des architectures, du mobilier, ainsi que quelques radiodatations, ont permis de proposer un schéma évolutif de cet habitat, dans lequel, néanmoins, les plus petits des bâtiments ne trouvent pas toujours une place précise entre les trois phases de l’occupation : la première, celle des cabanes excavées ; la deuxième, celle d’au moins un bâtiment à périmètre porteur ; et la troisième où se développe le thème de la grande maison à vaisseaux et travées multiples.

231À travers ces phases, si l’architecture tend à devenir de plus en plus complexe, c’est la même bande étroite qui est occupée, peutêtre légèrement étendue vers le nord, et ainsi, l’assiette de l’habitat paraît stable, dénotant une certaine pérennité des conditions foncières, sociales, et économiques. Très certainement au nord du secteur 4, mais peut-être aussi dans le secteur 2, des bâtiments sont détruits et reconstruits, phénomène qui inscrit également l’habitat du Recourbe dans la durée. A côté des grandes maisons, des bâtiments plus modestes sont eux aussi occupés, et quelques édicules quadrangulaires et triangulaires, correspondent peut-être, pour certains, à des greniers surélevés. Mais la fonction domestique de quelques-uns de ces bâtiments, attestée par la céramique utilitaire et au moins un foyer, suggère une hiérarchie ou une spécialisation interne de la communauté.

232Couvrant probablement toute l’époque carolingienne, les vastes constructions à trois vaisseaux nous donnent l’exemple de grandes unités, abritant dans des espaces cloisonnés diverses fonctions, et probablement le cheptel et une partie des réserves, chaque bâtiment devant correspondre à une cellule familiale, ou tout du moins autonome. L’ampleur, la complexité technique et la durée que dénotent ces architectures sont significatives d’un monde rural fortement structuré, et supposent que le faire-valoir agro-pastoral permettait de dégager les moyens de tels programmes, dans un contexte économique et social manifestement favorable. Au demeurant, les superficies couvertes par ces grands bâtiments de bois paraissent sans commune mesure avec les bâtiments ruraux civils en pierre contemporains. L’apparente prospérité que suggèrent ces grands bâtiments nous interroge sur le statut de la population, et nous paraît exclure qu’il s’agisse d’esclaves, ou de serfs.

233Les seuls espaces collectifs mis en évidence sont deux nécropoles voisines, celle au nord du site ayant une phase de fonctionnement pouvant être associée chronologiquement au cabanes excavées, la seconde étant par trop mal caractérisée au plan chronologique. L’abandon définitif de l’ensemble (autour de l’an mil) reste inexpliqué, et, en tout cas, aucun texte ne nous signale pour l’époque l’émergence d’une paroisse ou la présence d’un château à motte venant modifier l’organisation sociale.

234La mise en relation des grandes étapes du Recourbe avec l’environnement historique général ou local reste délicate. Tout au plus peut-on souligner les affinités des architectures (depuis les cabanes excavées jusqu’aux grands bâtiments) avec des formes bien reconnues dans les régions plus septentrionales ou barbares, ou en Gaule même pour l’âge du Fer, alors qu’il est difficile d’apprécier si la phase intermédiaire (système B) relève davantage d’une tradition antique ou septentrionale. Il est clair que si des technologies gallo-romaines ont pu être utilisées, le corpus architectural et probablement les détails de la mise en oeuvre (les modes d’assemblage, par exemple) conservent une forte tonalité archaïsante, encore que pour le Haut et Bas-Empire, plusieurs exemples régionaux (Château-Gaillard, bâtiment Β de L’Argillier ; Cessy, bâtiment D des Mouillets ; Saint-Alban, maisons de Détala) indiquent que la tradition indigène reste vivace à côté de constructions classiques.

235En tout cas, l’un des traits que nous révèlent les grandes architectures carolingiennes du Recourbe est, sans ambiguïté, l’autonomie, libre ou concédée, d’unités d’exploitation susceptibles d’abriter ensemble un petit groupe humain, le cheptel et des réserves. Il est clair que ces vastes constructions n’ont rien à voir avec les unités des partes urbanae ou des simples fermes antiques. Le statut foncier, les éventuels liens de dépendance ou de redevance, restent dans l’ombre, évidemment, faute de textes. Les bâtiments de moindre ampleur, dont certains sont manifestement habités, nous suggèrent une complexité sociale que ne fait pas ressortir l’historiographie concernant l’époque.

Bibliographie

Documentation

Rapport Vicherd et al. 1986 : VICHERD (G.), MOTTE (S.), PICHON (M.). — Château-Gaillard, gisement du Recourbe. Rapport de sauvetage programmé 1986. Lyon : DRAC, DAH Rhône-Alpes, 1986, reprographié, 1 vol. 68 p. et plan h.t., 1 vol. 80 fig.

Vicherd 1987 : VICHERD (G.). - Château-Gaillard (Ain), Le Recourbe. Chroniques des fouilles médiévales en France. Archéologie médiévale, XVII, 1987, p. 165-166.

Vicherd 1991 : VICHERD (G.). - Château-Gaillard (Ain), l’occupation protohistorique du Recourbe. In : DUVAL (A.) dir. — Actes du Xe colloque sur l’âge du Fer, Yenne-Chambéry, 1986. Paris : Editions du CNRS, 1991 (suppl. RAN, 22), p. 271-280.

Vicherd et al. 1994 : VICHERD (G.), GISCLON (J.-L.), SIMON (C.), BILLARD (M.). — Les restes humains de la nécropole protohistorique du "Recourbe" à Château-Gaillard (Ain). In : Paléobios, 10, fasc. 1-2-3, 1994, Lyon : SFPB, p. 1-65.

Dossier LAF 1987 : COUTEAU (P.), SANGLARD (C.), DE ROBERT HAUTEQUERE (L.), VANDENBOSSCHE (V.), (DUPRAT, PAULIN et VICHERD dir.). — Démarche constructive, La charpente. Dossier de certificat 5B2, Ecole d’architecture de Lyon, 1987, reprographié, n.p.

Dossier LAF 1990 : CHAMBON (F.), DUCLOS (L.), DUVETTE (C.), (DUPRAT, PAULIN et VICHERD dir.). - Château-Gaillard. Dossier, Ecole d’architecture de Lyon, 1990, reprographié, n.p.

Table des illustrations

Titre 1. Environnement géographique et archéologique du site de Château-Gaillard
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre 2. La terrasse du Recourbe, vue depuis l’ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre 3. Emprise de l’intervention et localisation des vestiges
Légende Dans ces dépôts, l’Ain a incisé son lit majeur, qui atteint par endroits 2 km de largeur. Cette zone inondable est délimitée à l’est par les hautes terrasses (dont celle du Recourbe) qui surplombent les brotteaux de la rivière de 15 à 20 m seulement. Un ruisseau, le Seymard, baigne au nord et à l’ouest le pied de la terrasse du Recourbe, et un de ses méandres, très marqué, est sans doute à l’origine des toponymes du secteur : Le Recourbe (le ru courbe) pour la très basse terrasse du lit majeur de l’Ain, et Sur le Recourbe pour la terrasse elle-même (fig. 3). En pied de côtière, quelques sources alimentent le Seymard à l’ouest, ou le ruisseau et le marais de la Léchère au sud-est.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 4. Plan général des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 5a. Plan de répartition des bâtiments et des cabanes excavées, zone 1 et 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 5b. Répartition des bâtiments et des cabanes excavées, zone 3
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 5c. Répartition des bâtiments et des cabanes excavées, zone 4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 6. La cabane 105
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 7. La cabane 103
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 8. Les caractéristiques du mobilier céramique des cabanes excavées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 9. Échantillon du mobilier de la cabane 102
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 10. Échantillon du mobilier de la cabane 103 ; n° 20 et 21 : verre, 22 à 25 : fer
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 11. Échantillon du mobilier des cabanes 104 et 105 ; n° 9 et 10 : pierre ollaire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 12. Un ensemble de trous de poteau, le bâtiment 67
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 13. Cartographie sélective des vestiges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 14. Système constructif A, bâtiment 12
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 15. Bâtiment 42
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 16. Système constructif B, bâtiment 7
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 17. Résistance à la rupture selon les essences
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 18. Bâtiment 11
Légende Il paraît présenter un corps central de deux travées (5 x 9 m au total), marqué par d’assez forts poteaux (classes bleue et verte), mais des collatéraux larges d’environ 3 m se développent sur au moins trois côtés. En revanche, au sud-ouest, la disposition des trous de poteau échappe à toute régularité : on peut envisager l’hypothèse d’une entrée provisoire, ou plutôt d’un programme inachevé, ce bâtiment étant le plus court de la famille à quatre files de poteaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 19. Bâtiment 12
Légende Ce bâtiment est le premier pour lequel il a été possible, dès la fouille, de proposer à la fois les caractères principaux du système A (notamment la structure à portiques et les collatéraux enveloppant, le système d’absides sur les petits côtés, et des aménagements particuliers (cloisonnement, accès organisés sur les longs pans, possible hotte au-dessus d’un foyer). Ses dimensions sont remarquables (11 x 28 m environ), tout à fait comparables à celles de son voisin le bâtiment 17.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 20. Bâtiment 17
Légende Les traces du bâtiment sont brouillées à l’ouest par des fossés de marcottage viticole. Mais il serait presque "jumeau" du bâtiment 12 avec 10 m de largeur et, au minimum, 25 m de longueur. Il se singularise par la présence d’une mince cloison transversale qui évoque un pan de bois apparenté au système B.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 21 Bâtiment 67
Légende Dans un secteur brouillé, à l’est et à l’ouest, le bâtiment mesure 11 m de largeur pour une longueur minimale de 17 m (et au moins 5 ou 6 m de plus si l’on prend en considération des trous de poteau peu lisibles dans la parcelle orientale). Sa structure se signale par le doublement de deux travées principales à l’ouest, sans qu’il soit possible de préciser leur signification : s’agit-il simplement de pallier à des désordres de la structure, ou d’aménager un dispositif particulier à l’étage ?
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 22. Bâtiment 7
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 23. Bâtiment 68
Légende Le volume central du bâtiment mesure environ 5,60 x 5 m, et les bras de l’espace périphérique (qui peuvent ne pas avoir été réalisés en un seul programme) ont une largeur moyenne de 2,40 m. On notera que le bras nord semble se prolonger vers l’ouest sur une "travée", au delà de la "façade du bâtiment".
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 24. Les bâtiments 13 à 16
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 25. Les greniers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 26. La question de la ferme
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 27. Essai d’évaluation de la quantité de bois nécessaire à la construction d’une travée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 28. Durée de vie des matériaux
Légende D’après Lablaude 1995
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 29. Échantillon du mobilier des bâtiments de plain-pied
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 30. Matériel de mouture ou broyage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 31. Description simplifiée des structures ayant fourni des vestiges fauniques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 32. Nombres de Restes par structures et par phases
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 33. Nombres Minimum d’Individus par structures et par phases
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 34. Masses d’ossements par structures et par phases (en gamme)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 35 Fréquences d’apparition des taxons par périodes pour les bâtiments identifiés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/2007/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access