Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Approche synthétique

Chapitre 5. Les constructions rurales

L’âge du bois ?

Texte intégral

1L’âge du Bois, c’est ainsi que certains historiens évoquent joliment les rapports des hommes du Moyen Âge à leur environnement, mettant en avant la place primordiale de l’économie forestière dans le mode de vie paysan (Sombart cité par Fourquin 1989 : 11). Mais il est un domaine rarement abordé et auquel cette expression pourrait pourtant s’appliquer avec bonheur : celui du cadre de vie immédiat des populations paysannes et, au premier chef, celui des constructions qui abritent hommes, bêtes et récoltes. Favorisée par l’approche archéologique, en particulier grâce aux vastes décapages qu’impliquent les interventions préventives, la connaissance de l’architecture civile, paysanne ou villageoise, a rapidement progressé ces dernières années dans notre pays, comblant peu à peu le retard par rapport aux travaux conduits dans les pays du nord-ouest européen (synthétisés par Chapelot, Fossier 1980). Colloques, expositions, tables rondes, ont contribué à une diffusion relativement rapide des résultats. Des études de synthèse sont donc désormais possibles et des comparaisons entre régions et entre périodes mettent en lumière la part respective des traditions, des adaptations et des innovations qui caractérisent cette architecture modeste (Un village au temps de Charlemagne 1988 ; L’Ile-de-France de Clovis à Hugues Capet 1993 ; Lorren, Périn 1995 ; Ruralia I 1996 ; Ruralia II 1998...). Dans les pages qui suivent, nous dressons d’abord le bilan des formes et procédés architecturaux rencontrés dans l’aire étudiée, où les édifices à armature de bois se taillent apparemment la part belle, sans que, pour autant, pas plus au nord qu’au sud de la région, ne soient absentes les constructions maçonnées. La question du choix des matériaux est abordée ensuite, montrant comment coexistent l’attachement à un art de bâtir "traditionnel", fidèle à l’emploi de la pierre, ne serait-ce qu’en soubassement, et l’adoption d’une architecture "nouvelle", dont le bois est le composant majeur. Mais entre Bresse et bas Dauphiné, entre Ve s. et XIIe s., entre pauvres et nantis, le portrait de l’architecture rurale est des plus nuancés.

Les formes architecturales

2En regard des surfaces explorées à l’occasion des fouilles présentées dans ce volume (fig. 4), les cas susceptibles d’être exploités à l’occasion d’une approche architecturale et technique sont, en définitive, peu nombreux : les difficultés de lecture et d’interprétation conduisent à exclure de la discussion une bonne part des vestiges de constructions de bois relevés lors des fouilles. Parallèlement, le seul site du Recourbe à Château-Gaillard, supplante, dans ce domaine, tous les autres par la masse des informations qu’il apporte, déséquilibrant quelque peu la vision d’ensemble : celui-ci apparaît bien comme une référence qui s’impose pour le haut Moyen Âge européen, mais, en même temps, comme un cas exceptionnel au niveau régional. Une monographie particulièrement détaillée lui est consacrée où les procédés de construction sont largement décrits ; aussi, dans les démonstrations qui suivent, le cas Château-Gaillard n’est évoqué qu’en contrepoint. Enfin, si l’on considère les constructions de pierre, une autre forme de disparité entache l’échantillon puisque sont pris en compte ici non seulement des établissements ruraux, mais aussi d’autres situés en périphérie urbaine (plaine de Vaise près de Lyon), d’un statut bien différent et dont l’architecture semble perpétuer des savoir-faire développés dans ce secteur depuis l’Antiquité. C’est à la fois la richesse et les limites des données archéologiques sollicitées ici.

Le bois : une architecture à part entière

3L’archéologie terrestre n’est évidemment pas la plus appropriée pour rendre compte des techniques de l’architecture de bois, puisqu’elle doit se contenter de raisonner à partir des traces en négatif, parmi lesquelles, seules les plus profondes ont subsisté ; à moins qu’une destruction par incendie ne soit à l’origine d’une forme de conservation des matières végétales ou de la solidification des placages de terre crue. Pas de conditions favorables dans les cas qui nous préoccupent : les données réunies dans ce volume livrent certainement une image appauvrie de cette architecture éphémère (fig. 26). Les fouilles subaquatiques de l’habitat de Charavines Colletière, au coeur de la région considérée, offrent fort heureusement la possibilité de compenser le déficit des données des fouilles traditionnelles (Colardelle, Verdel 1993 : chap. 3). Si les conditions d’implantation sur le rivage instable du lac de Paladru ont impliqué des modes de fondation exceptionnels (caissons de madriers horizontaux), sans équivalent sur la terre ferme, en revanche, les dispositifs constructifs des parties en élévation (supports, franchissements, modes d’assemblage, parois) peuvent être considérées comme courantes à l’époque et offrir ainsi un catalogue des techniques en usage (Paulin et al. 1998).

26 - Répartition des matériaux de construction (bois, pierre) mis en oeuvre dans la région considérée 

26 - Répartition des matériaux de construction (bois, pierre) mis en oeuvre dans la région considérée 

1. Bény (01), Garavand ; 2. Poncin (01), La Châtelarde ; 3. Château-Gaillard (01), Le Recourbe ; 4. Trévoux (01), Prés de Corcelles ; 5. Reyrieux (01), L’École ; 6. Beynost (01), Les Grandes Croix ; 7. Rillieux-la-Pape (69), Les Balmes ; 8. Jons (69), Les Chapelles, Les Mures ; 9. Meyzieu (69), La Chapelle ; 10. Simandres (69), La Plaine ; 11. Communay (69), La Garde ; 12. Communay (69), Charvas ; 13. Lyon 9e, rue P. Audry et Vaise, Gorge de Loup ; 14. L’Albenc (38), Le Bivan ; 15. Saint-Marcellin (38), Les Basses Plantées ; 16. Beauregard-Baret (26), Les Matras ; 17. Chatuzange-le-Goubet (26), Pourcieux.

4En l’état actuel des recherches régionales, la forme architecturale la plus répandue en terrain compact est le bâtiment de plain-pied à supports verticaux ponctuels, formant avec la couverture une ossature solidaire. Ce procédé, qui peut donner lieu à des solutions plus ou moins complexes, en fonction notamment de la surface à couvrir, est employé quelle que soit la destination des bâtiments, habitations ou locaux annexes. Mais il faut également compter avec d’autres partis constructifs, réservés à l’évidence à des usages spécifiques, comme les petits bâtiments décollés du sol ou au contraire, installés dans une fosse plus ou moins profonde.

Bâtiments de plain-pied : maisons et annexes

5Si la plupart des établissements ruraux présentés dans ce volume livrent des traces de bâtiments de plain-pied, la restitution de leur plan et de leur composition n’a pas toujours été possible, loin s’en faut. On se fondera ici seulement sur les cas les plus explicites, fournis par une demi-douzaine de sites. Le lecteur se reportera aux monographies correspondantes pour les descriptions détaillées et les illustrations.

Orientation

6L’orientation des bâtiments ne semble pas obéir à une règle générale, puisque l’on rencontre à peu près toutes les possibilités. Toutefois, il semble que l’exposition nord-sud ait été évitée, exception faite du bâtiment A de Beynost. Il en va de même de l’exposition plein nord des grandes façades, notée seulement à Meyzieu ou à Chatuzange-le-Goubet. Dans la plupart des cas, les constructeurs ont privilégié un décalage nord-ouest/sud-est ou nord-est/sud-ouest plus ou moins prononcé, comme à L’Albenc ou à Bény, ou encore à Château-Gaillard, rendant les constructions moins vulnérables aux intempéries. La logique d’organisation spatiale ressort plus clairement au sein d’un même établissement, où l’orientation des bâtiments qui le composent montre un schéma d’implantation raisonné. Ainsi, toutes les constructions sont plus ou moins parallèles entre elles à Bény et à Chatuzange, tandis qu’elles sont disposées selon des axes perpendiculaires à L’Albenc et à Beynost. L’origine de ces choix serait à considérer au cas par cas, mais les données archéologiques sont rarement claires. Un rapport a pu être établi avec la disposition de fossés préexistants ou contemporains à Meyzieu et à Beynost et, probablement, avec des axes de circulation à Château-Gaillard.

Dimensions

7La plus grande diversité règne dans ce domaine, à mettre bien sûr en regard de la destination des différents bâtiments. C’est à Château-Gaillard que la hiérarchie par la taille est la plus évidente : les "grandes maisons" abritant très certainement plus que des habitations, offrent une surface moyenne de 250 m2 ; les autres constructions, annexes diverses (en laissant de côté les petits édicules interprétés comme des greniers) sont toutes inférieures à 50 m2, avec une bonne série entre 12 et 20 m2. Ailleurs, lorsque les surfaces peuvent être appréciées, les choses sont nettement moins tranchées, comme à Bény, à Meyzieu et à Chatuzange, où les unités sont de taille à peu près équivalente. Cependant à Beynost (avec 117 m2) et à L’Albenc (avec 168 m2), un des bâtiments se détache nettement des autres par ses dimensions. Dans les deux cas, il est interprété comme l’habitation.

8En définitive, les surfaces couvertes totalisées, si elles varient considérablement d’un établissement à l’autre, restent fort modestes : à peine 115 m2 à Meyzieu, moins de 200 à Beynost ou à Chatuzange, entre 300 et 350 m2 à L’Albenc et à Bény. L’agglomération de Château-Gaillard, avec près de 300 m2 pour une seule maison (bât. 12), semble bien appartenir à un autre monde ! Aussi fragiles qu’ils soient, les constats tirés de ce genre de comparaisons reflètent la diversité des conditions de vie et de travail dans les exploitations rurales, où, au demeurant, une grande partie des activités devaient se dérouler en plein air.

Plan

9Dans tous les cas étudiés, le plan allongé prévaut. Dans l’ensemble, aucun module de référence ne semble ressortir. En revanche, les bâtiments d’un même établissement offrent des liens de proportions ou de dimensions qui ne sont pas fortuits : rapport largeur/longueur de 1/4 à Chatuzange et de 1/3 à Bény, ou égale largeur (5 m) pour trois des quatre bâtiments de L’Albenc. Curieusement, le plan quadrangulaire n’est pas le plus répandu. L’échantillon fournit en effet une bonne série de bâtiments de forme irrégulière : longs côtés plus ou moins incurvés vers l’extérieur, petits côtés formant un sorte de chevet polygonal ou triangulaire. C’est le cas pour toutes les constructions de Bény et de Chatuzange ainsi qu’en partie pour le bâtiment Β de Beynost (fig. 4, Beynost). Ce plan, qualifié de "fusiforme", les rapprochent, toutes proportions gardées, des grands bâtiments de Château-Gaillard, dont, cependant, l’exceptionnelle structure à trois vaisseaux répond à une conception constructive fort différente.

Ossature et enveloppe

10La structure de la plupart des constructions se matérialise par trois files de poteaux, définissant un espace divisé en deux nefs ou vaisseaux. Les supports des façades longues sont disposés à peu près symétriquement. Les écartements sont très variables d’une construction à l’autre (de 1,50 à 3 m). Ils varient parfois, en moindre proportion, à l’intérieur d’un même bâtiment, déterminant des travées de taille irrégulière (bât. A de Chatuzange, bât. Β de Beynost), caractère probablement accusé par le plan fusiforme. Les bâtiments rectangulaires de L’Albenc, en revanche, connaissent des partitions plus régulières (fig. 7, L’Albenc). Les poteaux médians sont souvent irrégulièrement implantés et en nombre inférieur à ceux des longs côtés, peut-être pour libérer l’espace intérieur, comme cela est particulièrement lisible à Chatuzange. Ils sont par conséquent souvent plus puissants, ce qui n’évite pas la mise en place plus ou moins anarchique de renforts pour le soutien de la poutre faîtière, comme l’illustre le bâtiment Β de Beynost (fig. 4, Beynost).

11La composition la plus simple, qui se contente de deux files de poteaux, est surtout représentée par les petits bâtiments de Château-Gaillard (bât. 6, 8, 9, 13, 46, 57, 62 etc.). Ce pourrait être le cas de l’un des deux abris de Meyzieu (bât. 6). De fait, même s’ils sont apparemment dépourvus de supports internes, la plupart des petits bâtiments comportent des poteaux axiaux qui indiqueraient la présence d’une poutre faîtière ; ils rentrent donc dans le type architectural décrit plus haut (bât. B1 et Cl de L’Albenc, par exemple). Paradoxalement, il est quasi impossible de restituer l’allure des structures les plus simples, ne serait-ce que parce que leur orientation n’est pas évidente, et que, par conséquent, les façades ne se distinguent pas nécessairement des pignons. En outre, leur taille réduite laisse imaginer aussi bien une toiture en bâtière qu’un toit à une seule pente.

12Compte tenu des phénomènes d’érosion subis par les sites, le mode d’ancrage des poteaux n’est que partiellement connu. Ainsi, la moyenne des diamètres des négatifs des avant-trous individuels, qui s’établit entre 0,20 et 0,40 m, est trop modeste pour être vraie. Si les données archéologiques ne sont pas suffisantes pour établir un rapport entre la taille supposée des supports et la nature du terrain encaissant, elles suggèrent que des supports plus importants équipent généralement les points névralgiques de la structure (poteaux corniers, faîtiers...). Le rapport entre la surface à couvrir et le gabarit des supports n’est pas évident non plus. Ainsi, à Bény, pour deux édifices de taille comparable (B et C), les négatifs sont de diamètre bien différent. Et les deux petits bâtiments de Meyzieu (32 et 35 m2) font figure d’exception avec des poteaux de façade rapprochés et de fort diamètre, ce qui peut s’expliquer par l’absence de supports médians. Le calage des poteaux dans les avant-trous, quasi systématique à Chatuzange grâce aux galets immédiatement disponibles, est occasionnel ailleurs. Les rares cas de supports non fichés dans le sol se présentent à Saint-Marcellin et à Beauregard-Baret, sites voisins et contemporains, où des files de poteaux intègrent quelques exemplaires en appui sur des bases aménagées en blocs de calcaire et galets. Malheureusement, la mauvaise conservation des vestiges de ces deux sites n’a pas permis de reconstituer le plan des constructions en question.

13Les essences de bois employées dans la composition des ossatures et charpentes ne sont pas connues ; seul le site de Bény a livré une information indirecte, à travers le combustible de l’un de ses nombreux foyers : partie de poutre de chêne, probable rebut des constructions voisines (rapport Motte 1995 : identification Archéolabs). Les données réunies sur d’autres sites médiévaux, plus ou moins proches, mettent en avant l’usage généralisé, mais non exclusif, du chêne. Ainsi, dans le Jura voisin, la maison de Quintigny, En Fleury, contemporaine de Bény, a livré des vestiges de poteaux en chêne (rapport Simonin 1995 : identification Archéolabs). Plus au sud, à Charavines, les supports verticaux sont en chêne tandis que les madriers horizontaux se répartissent entre hêtre et chêne (Colardelle, Verdel 1993 : 136). Enfin, dans la moyenne vallée du Rhône, deux des habitats découverts sur le tracé du TGV Méditerranée (Châteauneuf-sur-Isère et Montboucher-sur-Jabron) ont montré l’emploi combiné du chêne et de l’orme (Maufras à paraître).

14L’organisation des toitures peut être en partie approchée à partir de la disposition des supports, notamment la présence généralisée d’une file de poteaux dans l’axe longitudinal. Les données régionales, en écartant bien sûr Château-Gaillard de la discussion, plaident donc pour le système le plus simple et le plus répandu depuis la Protohistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge dans toute l’Europe occidentale (Chapelot, Fossier 1980 : 295-297 ; Lasfargues 1985 : 20) : la toiture à deux pans symétriques reposant sur une poutre faîtière et des arbalétriers obliques. Les traces ne sont pas assez claires pour restituer sans risque la structure exacte de la charpente. Il est vrai que le non alignement des supports latéraux, surtout dans le cas des façades courbes signalées plus haut, va à l’encontre de sablières hautes reposant directement sur eux pour supporter les arbalétriers. On imagine plutôt l’intermédiaire d’entraits reliant deux à deux les poteaux des façades opposées. Mais les deux solutions peuvent être proposées (fig. 27). La présence d’un poteau axial dans le plan des petits côtés appelle la restitution d’un mur pignon, système qui s’applique sans difficulté au plan rectangulaire (L’Albenc). Mais les extrémités des bâtiments à chevet triangulaire ou polygonal (Chatuzange, Bény, Beynost) ont dû nécessiter d’autres dispositifs, tels des croupes à deux ou trois pans. L’archéologie est totalement muette quant au mode de couverture proprement dit ; un assemblage de végétaux est la solution la plus probable, paille, genets ou roseaux, en fonction des possibilités locales.

27- Proposition de restitution de la structure des bâtiments de plain-pied, à trois files de poteaux

27- Proposition de restitution de la structure des bâtiments de plain-pied, à trois files de poteaux

(A), à deux files de poteaux (B) (d’après Arcelin et Buschenschutz. In : Lasfargues dir. 1985 : 21)

15Aucun indice archéologique direct n’a été relevé quant à la nature des parois extérieures. L’hypothèse qui prévaut dans l’aire géographique concernée est le remplissage des vides entre les supports par un clayonnage de branchage recouvert d’un torchis de terre, bien qu’aucune trace de piquets pas plus que d’éventuelles sablières basses, destinés a en assurer la cohérence, n’ait été observée. La présence, sur bon nombre de sites, d’excavations diverses interprétées comme des fosses d’extraction de matière argileuse, pourrait en être un témoignage indirect.

Aménagements divers

16L’état de conservation des vestiges laisse peu de chances de retrouver les traces des divers équipements en rapport avec le mode de fonctionnement des bâtiments. On ignore évidemment tout sur les dispositifs d’éclairage ou d’aération. Cependant, certains aménagements, lisibles au sol, pourraient signaler les accès. Ainsi, les appendices quadrangulaires reconnus à Bény (bât. B) ou à Meyzieu (bât. 6), s’ils suggèrent la présence d’un appentis, peuvent également indiquer le souci de prolonger la toiture pour protéger une entrée. Toujours à Bény, les deux négatifs placés en avant de la façade ouest du bâtiment A pourraient avoir participé à une ligne de supports d’un débord de toit placé du côté de l’accès (fig. 4, Bény). L’un des bâtiments de Chatuzange (A) présente, à l’angle sud-est, une sorte d’antenne en trapèze, éventuellement couverte. L’hypothèse minimum de parois protégeant l’entrée peut être envisagée. Des dispositifs en saillie par rapport au plan des façades ont été notés dans plusieurs des grandes maisons de Château-Gaillard (n° 11, 12, 42); de plan arrondi ou triangulaire, ils signaleraient une surélévation localisée de la rive du toit à l’aplomb d’une entrée (fig. 15,18 et 19, Château-Gaillard).

17Les traces de cloisonnement sont difficiles à détecter parmi les nombreux négatifs de poteau ou de piquet qui encombrent l’espace intérieur des bâtiments, probables témoins de consolidations et de modifications fréquentes. C’est encore à Château-Gaillard que les observations sont les plus fréquentes, où des systèmes de supports internes, indépendants de l’ossature, compartimentent l’espace des grandes maisons (n° 12,17, 50, 60). Il faut dire que la surface de celles-ci laisse toute possibilité d’abriter sous un même toit des activités différentes. Bien que nettement plus petits, les bâtiments de Chatuzange (A et C) semblent également subdivisés (fig. 2, Chatuzange). La disposition est la même dans les deux cas : la travée est, qui représente environ un tiers de la surface, est séparée de la travée contiguë par deux forts supports internes, désaxés par rapport à la ligne du faîtage et décalés par rapport au couple des poteaux de façades. Cette autonomie par rapport au reste de la structure plaide pour une cloison. La compartimentation de l’espace des bâtiments allongés a été observée sur bien d’autres sites, en dehors de la région. Il est intéressant de noter que dans la plupart des cas la proportion un tiers/deux tiers est respectée (cf. divers exemples collectés pour l’Ile-de-France : Chapelot 1993 ; plus récemment dans le nord de la France à Guichainville : Bilan scientifique SRA haute-Normandie 1996). Si les observations sont encore trop dispersées pour en tirer un schéma typologique, il faut reconnaître que cette disposition n’est pas sans évoquer le plan de la maison paysanne élémentaire à deux pièces, plus connue dans nos contrées à partir du XIIe s. en contexte villageois et alors élevée en pierre (Chapelot, Fossier 1980 : 222-230).

18Il est presque toujours impossible de restituer la destination du foisonnement de traces négatives en tout genre qui marquent le sol de certains bâtiments. A cet égard, on ne manquera pas d’évoquer le bâtiment A de Beynost, qui comporte des dizaines de trous de poteau internes. La superposition de deux constructions a été envisagée. Il ressort toutefois un aménagement particulier, grossièrement rectangulaire, qui occupe l’angle sud-ouest de la pièce. La bonne taille des supports suggère plus qu’un simple cloisonnement (fig. 3, Beynost). S’agit-il d’un réduit, d’un sas d’entrée, ou plutôt de l’emplacement d’une plate-forme établie au-dessus du sol (banquette, lieu de stockage ventilé) ? Se pose ainsi la question de l’occupation du volume des bâtiments sous toiture : supports de planchers hauts et de circulations verticales sont envisagés, une fois encore, dans plusieurs des grandes maisons de Château-Gaillard, dont la taille exceptionnelle, il est vrai, justifie ce genre de dispositions.

19Les bâtiments de plain-pied laissant fort peu de chance à la conservation des sols, on ne sera pas surpris qu’un seul exemple d’aménagement nous soit parvenu, à travers le niveau de gravillons serrés du bâtiment C de L’Albenc. La terre battue, le cas échéant recouverte de végétaux, comme cela a été observé dans les circonstances exceptionnelles des fouilles de Charavines Colletière, est probablement la solution la plus répandue. Quant aux structures de chauffage et de cuisson, même dans l’hypothèse où elles seraient réservées aux habitations proprement dites, leur décompte est particulièrement indigent : deux foyers, pas nécessairement contemporains, dans le bâtiment A et un dans le bâtiment Β de Beynost ; et seulement trois édifices équipés d’un foyer interne pour toute l’agglomération de Château-Gaillard. Faut-il conclure au total inconfort de la maison paysanne ? Cette image négative est plus raisonnablement à mettre en rapport avec la fragilité de ces foyers, probablement disposés à fleur de sol, voire installés au-dessus du sol sur des structures légères et modulables, disparues sans laisser de traces.

Dispositifs à plancher surélevé : greniers et fenils

20Parmi les petites constructions légères, celles qui ont trait à la conservation des récoltes retiennent particulièrement l’attention des archéologues, car elles sont souvent le principal témoignage de la vocation agricole des sites explorés. Pour simplifier, nous utilisons ici le terme de grenier, d’ailleurs consacré par l’usage dans la littérature archéologique, en lui conférant un sens générique de lieu de stockage et de conservation des récoltes, sans exclure la possibilité d’abri pour petits animaux. Cette catégorie de constructions est abordée ici sous l’angle morphologique, en tant que produit d’une architecture de bois. Nous envisageons plus loin son usage, en rapport avec celui des silos, dans la gestion des récoltes (chap. 6). Bornons-nous ici à indiquer que ces bâtiments étaient destinés à la conservation en milieu aéré ; la nécessité d’assurer une bonne ventilation du local et de protéger les denrées des prédateurs suggère que l’on ait eu recours à un dispositif "sur pilotis". Mais les traces archéologiques ne permettent pas de l’affirmer ; l’iconographie médiévale et le rapprochement avec des pratiques agricoles traditionnelles aident alors à l’interprétation.

21À partir de l’échantillon régional, il apparaît que le grenier à plancher surélevé n’est pas une solution très répandue au Moyen Âge. En fait, quatre sites seulement présentent des vestiges qui peuvent l’évoquer. A Beynost, le plus petit des bâtiments mis au jour (7,50 m2, bât. C) est interprété comme un grenier de plan rectangulaire, dont l’ossature est constituée de 6 poteaux (fig. 2, Beynost). L’hypothèse d’un plancher surélevé, ancré sur les poteaux, est recevable. Par ses dimensions et sa structure il appartient au type "classique" à trois supports sur les longs côtés, en vogue depuis l’Antiquité.

22On ne s’étendra pas sur le curieux exemplaire de Beauregard-Baret (bât. B) dont l’interprétation reste douteuse. En revanche, les exemplaires de Meyzieu et de Château-Gaillard se laissent assez bien décrypter. Mais, sur ces deux sites qui ont connu plusieurs phases d’occupation, l’attribution des structures au Moyen Âge reste parfois douteuse. Malgré ces réserves, on peut juger de la variété de taille et de forme de ces petites constructions au sein d’un même établissement, à tel point qu’il serait vain de rechercher des règles architecturales strictes. A Meyzieu, les édicules en question, au moins six apparemment regroupés dans une zone spécifique (secteur 5), se signalent par des groupes de négatifs de poteau dessinant en plan des figures peu régulières, plus ou moins polygonales ou circulaires, de 5 m de diamètre en moyenne (fig. 3 n° 7 à 11, Meyzieu). Le nombre (de 5 à 24) et le gabarit des supports sont variables, la quantité semblant compenser la qualité. Le dessin quelque peu aléatoire de ces constructions trahit maintes reprises et renforts des supports. En réalité, le site de Meyzieu fournit un ensemble original de greniers, de type inédit jusque-là dans la documentation archéologique régionale.

23Avec près d’une cinquantaine de bâtiments annexes, l’agglomération du Recourbe à Château-Gaillard offre l’embarras du choix. Parmi eux, ressortent les plus exigus (moins de 10 m2) dont la taille et la structure, notamment le fort diamètre des négatifs de support par rapport à la surface en cause, peuvent convenir à une construction surélevée. Même après une telle sélection, il en subsiste une vingtaine, parmi laquelle règne une certaine diversité. Les structures à plan simple, à 4 ou 5 poteaux, sont les plus nombreuses : carrés, rectangles ou trapèzes (fig. 5 et 25, Château-Gaillard). On compte aussi des exemplaires à plan triangulaire (n° 10b, 69) ou bipartite, associant différents modules : carré et rectangle (n° 35) ou deux trapèzes (n° 70), mais le cas le plus fréquent est l’adjonction d’une petite "antenne" triangulaire à un quadrilatère (n° 6, 22, 26 a, 27 a, 33, 34, 37, 41). Il est possible que les antennes en question ne traduisent pas une augmentation de la surface disponible, mais l’ancrage d’un dispositif d’accès.

Constructions à sol excavé : "cabanes"

24La pratique qui consiste à établir le sol d’un bâtiment au-dessous du niveau de circulation environnant n’est pas chose courante dans la région concernée par cette étude. Une quinzaine de structures en tout ont pu être interprétées comme des constructions à sol excavé, dont près de la moitié regroupée à Château-Gaillard. Et encore, toutes ne rentrent pas dans la catégorie des classiques "fonds de cabane", pour reprendre l’expression consacrée par l’usage, mais à laquelle les archéologues français préfèrent désormais les termes de "cabane semi-enterrée" ou de "cabane excavée". Il n’est guère utile de s’appesantir sur la présentation de ce type de construction abondamment décrit et illustré dans la littérature archéologique et devenu, en quelque sorte, la figure emblématique de l’habitat rural du haut Moyen Âge d’Europe septentrionale. Tentons de mettre en lumière les traits principaux de ces petits bâtiments dans notre région et de les confronter aux schémas désormais admis par la plupart des médiévistes, que présentent et discutent plusieurs études de synthèse auxquelles nous renvoyons le lecteur (Chapelot 1980; Chapelot, Fossier 1980 : 140-145; Pesez 1986a : 160-162). Celles-ci s’appuient sur une très riche documentation fournie par les recherches conduites en Europe du Nord-Ouest dès les années cinquante pour les plus anciennes, notamment en Angleterre, en Allemagne, au Pays-Bas. Les fouilles françaises, plus récentes (Nord-Pas-de-Calais, Champagne, Picardie, Ile-de-France, Pays-de-la-Loire, Bourgogne), confortent les informations recueillies de longue date (Catteddu 1992 ; Nicé 1994 ; Lorren, Périn 1995).

Un phénomène européen

25Des habitations à sol excavé sont répertoriées dès la Protohistoire (Hallstatt, La Tène). Si dans les pays germaniques ce type de construction est connu durant toute l’Antiquité, dans notre pays, les exemples de cette période sont plus rares, du moins jusqu’au Bas-Empire. Car, depuis une décennie au moins, les antiquisants reconnaissent que la cabane excavée fait également partie des équipements des établissements agricoles (Perrugeot 1984 : 33 ; Van Ossel 1997 : 86). A partir des V-VIe s., et probablement sans relation réelle avec les exemples plus anciens, le type de la cabane excavée du haut Moyen Âge se fixe et connaît une expansion considérable, et ce avec une étonnante uniformité de l’Europe centrale aux Iles britanniques. De taille modeste (5 à 12 m2), c’est une construction à part entière, à ossature de bois maintenue en général par des poteaux ancrés à l’intérieur de la fosse ; les dimensions de celle-ci et le nombre de supports verticaux déterminent des types plus ou moins représentés régionalement, mais sans signification chronologique. Le mode de construction des parois et de la couverture fait appel à des matériaux périssables variables selon les régions : planches, clayonnage. branchages, terre, mottes, végétaux divers, etc. Si, dans la plupart des cas, on admet que le sol d’occupation correspondait au fond de la fosse, il en est d’autres où l’on peut restituer un sol surélevé, la fosse faisant office de vide sanitaire sous plancher par exemple. Certes, les cabanes excavées sont moins en vogue dès l’époque carolingienne et elles passent pour disparaître à la fin du premier millénaire. Mais les découvertes les plus récentes, notamment en Ile-de-France, montrent que leur usage s’est perpétué au-delà de l’an mil, époque à laquelle elles sont tout autant stéréotypées que précédemment (Gentili, Hourlier 1995 : 36-40). En France, les découvertes se concentrent dans les régions situées au nord de la Loire. Mais ce constat ne saurait être tenu pour un simple déterminisme géographique, puisqu’un parallèle assez étroit a pu être établi entre la diffusion de ce type d’architecture et les migrations de populations germaniques au début du Moyen Âge, vagues anglo-saxonnes en Angleterre, Francs et Alamans en France (Chapelot 1980). Cependant, ce type de rapprochement ne va pas sans risque quand il amalgame trop rapidement des données archéologiques de nature différente : "maison" relativement spacieuse sur vide sanitaire, aménagement pour stockage des récoltes ou véritable "fond de cabane" (Famoux 1995). Ceci est particulièrement sensible dans une région comme la nôtre, située a priori en marge de l’aire de diffusion du procédé, mais où, justement, peuvent être recherchées les limites d’un phénomène culturel. Cette question se devait d’être examinée à la lumière des données archéologiques collectées à l’occasion ce cette publication.

L’échantillon régional

26L’agglomération de Château-Gaillard offre donc, lors de la première phase d’occupation du site, la série la plus représentative de ces petits bâtiments à sol excavé, qui, avec l’exemple isolé de Trévoux, constitue le groupe le plus ancien (Ve-VIe s.). La parenté des formes en fait un ensemble homogène : fosses sub-rectangulaires de 0,45 à 1,20 m de profondeur (fig. 5 n° 101 à 107, Château-Gaillard). Mais à y regarder de plus près, elles offrent une certaine diversité. Quant à la superficie tout d’abord, comprise entre 6,20 et 12 m2 ; quant aux techniques de construction ensuite, puisque trois cabanes montrent des traces de supports verticaux ancrés dans le sol (trois ou quatre poteaux internes, installés une fois la fosse creusée), tandis que les autres en sont dépourvues, ayant probablement connu d’autres système de stabilisation des supports (sablières basses par exemple). Quelques indices concernent les matériaux des parois : des débris de torchis avec négatifs de branchages, retrouvés dans deux des fosses, évoquent des parois de torchis sur clayonnage. Dans la plupart des remplissages, la présence de très nombreux fragments de terre cuite architecturale pourrait suggérer divers modes de remploi : assainissement des sols, additif à l’argile des parois, ou bien parement des parois des fosses, comme le suggère le regroupement de très gros fragments de tuiles le long d’une limite interne de la fosse 105. Il convient de souligner que ces constructions excavées sont fort distantes les unes des autres (7 réparties sur près de 10 ha !) et que tout porte à croire qu’elles ont fonctionné en même temps que d’autres bâtiments de plainpied. Mais la difficulté de dater ceux-ci, parce que dépourvus de mobilier, limite les observations. Toutefois, dans plusieurs cas, une association logique entre cabane excavée et bâtiment(s) de plain-pied est possible : cabane 107 et bâtiment 64, 106 et 46, voire 102 et 8 à 10. Dans le premier cas, la disposition est telle que l’on pourrait évoquer plus qu’un simple voisinage : une complémentarité fonctionnelle, comme les deux parties d’un même bâti, suggérant une différenciation des activités entre espace semi-enterré et espace au niveau du sol. De telles associations ont été notées dans quelques habitats mérovingiens de Normandie, Picardie et Bourgogne (Carré, Guillon 1995 ; Nicé 1994 ; Catteddu 1992). Par bien des aspects, les cabanes à sol excavé de Château-Gaillard placent cet établissement dans la lignée des grands sites de la moitié nord de la France et à commencer par le plus proche d’entre eux, celui de la vaste et dense agglomération de Genlis, Côte-d’Or (Catteddu 1992). Au-delà, on peut établir de nombreux rapprochements avec les sites de l’Yonne (Perrugeot 1984), mais aussi d’Ile-de-France (Un village au temps de Charlemagne 1988) ou encore de Picardie (Bayard 1995 et 1996).

27Le cas de Reyrieux (fig. 3 n° 16, Reyrieux) est intéressant parce qu’il perpétue, au-delà de l’an mil (deuxième moitié du XIe s.), l’archétype du "fond de cabane" dit mérovingien, tant par ses dimensions (12.40 m2) que par divers aménagements. Le négatif de six poteaux ancrés profondément aux angles et au milieu des côtés, de nombreux vestiges de torchis rubéfié, permettent de restituer des parois en clayonnage et une couverture à deux pans. Un dispositif d’entrée matérialisé par une excroissance de l’excavation est envisageable sur l’un des longs côtés, entre deux poteaux. Le niveau d’occupation est lisible dans la stratigraphie du comblement et suggère qu’il s’agit bien d’une installation en fond de fosse, tout comme les traces en négatif d’aménagements et recreusements divers dans ce sol. L’isolement de la cabane tient probablement à l’exiguïté de la fouille et il n’est pas exclu qu’elle ait fait partie d’un ensemble de plusieurs constructions.

28L’exemplaire dégagé à Meyzieu est lui aussi postérieur à l’an mil. Ici, une vaste excavation rectangulaire (6,50 x 5,50 m) pourrait avoir été surtout destinée à rétablir l’horizontalité sur un terrain en pente, d’où l’irrégularité de la hauteur des parois de la fosse (de 0,25 à 0,65 m). L’absence de négatifs de support vertical plaide pour l’usage de sablières basses. Le sol d’occupation, en fond de fosse, est constitué d’un lit de galets surmonté d’un limon sableux ; il supportait une zone foyère au centre de la pièce. Compte tenu de la nature très meuble du terrain, on suppose que les parois de l’excavation étaient maintenues par un dispositif entièrement disparu (placage de bois ?). De l’ensemble des abris livrées par ce site, cette cabane paraît, en définitive, la plus confortable, avec sa taille respectable (35,75 m2), son sol plan et aménagé, ainsi que son foyer.

29À Lyon, rue P. Audry, c’est encore une autre formule de construction à sol excavé, englobée dans un ensemble complexe de constructions à soubassements de pierre où voisinent locaux d’habitation et locaux techniques, espaces couverts et découverts. La structure qui nous préoccupe (fig. 11 n° 29, P. Audry) semble s’installer dans la cour principale de l’ensemble bâti, lors de son extension maximum, aux VIIIe-IXe s. (état 4). La fosse sub-rectangulaire, peu profonde (0,30 à 0,40 m) est de taille modeste (2,50 x 4 m). Cinq négatifs de poteau sont situés dans l’emprise de la fosse. Leur disposition semble assez aléatoire, en tout cas sans rapport avec le tracé des parois ; ils pourraient évoquer les supports d’un plancher.

30Les deux structures excavées mise au jour à Communay, Charvas, sont désignées comme cabanes par facilité de langage. L’une d’entre elles (fig. 2 F2, Communay, Charvas) est très réduite (2 x 1,20 m). Deux trous de poteau externes cantonnent l’un des petits côtés qui adopte une forme arrondie suggérant un accès. On peut restituer une couverture en appentis, reposant, côté entrée, sur les deux poteaux, et, à l’opposé, sur le sol ; à moins qu’il ne s’agisse des traces partielles d’un dispositif de plancher surélevé. La fosse 6 connaît des dimensions plus courantes (9 m2). Aucune trace de supports verticaux ne lui est associée et son plan se rapproche de l’ovale. Son originalité réside dans l’appendice qui est greffé en équerre sur l’un des petits côtés. Le sol de la fosse principale, aménagé par un lit de gros blocs (galets et éclats de schiste), indique le niveau d’occupation. La destination des cabanes de Charvas, installées parmi d’autres équipements agricoles, apparaît assez clairement : stockage et préparation des denrées.

31En définitive, le nombre relativement faible de constructions excavées mises au jour en Rhône-Alpes, même en prenant en compte la toute récente découverte d’un exemplaire supplémentaire non loin de Lyon, à Saint-Priest (fouilles de la ZAC des Hauts de Feuilly), s’oppose à leur présence quasi-systématique dans les habitats découverts au nord de la Loire, du moins pour la période mérovingienne. A côté des exemplaires isolés de Trévoux et de Reyrieux, isolement probablement à mettre au compte de l’exiguïté des fouilles, il n’est guère que le site de Château-Gaillard pour donner l’impression d’un parti constructif prédéterminé ; ailleurs, le recours aux constructions à sol excavé paraît occasionnel et lié davantage à des contingences pratiques qu’à une réelle tradition architecturale.

La pierre : un rôle secondaire ?

32Cinq sites livrent des vestiges maçonnés. Dispersées tant au nord de la région (Poncin), qu’au centre (région lyonnaise) ou qu’au sud (Beauregard-Baret, L’Albenc), réparties entre le Ve et le XIe s., les constructions qui font appel aux matériaux durs ne constituent pas un groupe homogène (fig. 26). Et il serait exagéré de parler d’une architecture de pierre ; il est plus juste d’invoquer une architecture composite, où la terre crue et le bois prennent aussi une part active.

33Avec le bâtiment B, édifié au VIe s., le site de Poncin offre le seul exemple avéré d’élévation réalisée totalement en pierre ; il n’est d’ailleurs pas certain que les quatre murs soient concernés par cette technique. Les maçonneries, posées directement sur le sol, sont composées de blocs et dallettes de calcaire, liés à l’argile (fig. 11 et 12, Poncin). Ce parti exceptionnel se rapproche des procédés de construction adoptés, à même époque, sur le plateau de Larina à Hières-sur-Amby, Isère, où les vastes et complexes bâtiments de l’établissement mérovingien, probablement couverts de lauzes, laissent entrevoir la grande maîtrise de cette architecture de pierre sèche (rapport Porte 1989). Il est possible que la proximité d’un calcaire facile à extraire ait été déterminante dans les deux cas. Mais, à Poncin le programme paraît beaucoup plus modeste qu’à Larina : un édifice rectangulaire de 50 m2, comportant peut-être une partie en avancée sur la façade ouest et probablement doté d’une couverture végétale. A vrai dire, la surface restreinte des fouilles laisse ouverte l’hypothèse que d’autres bâtiments du même type aient existé à proximité.

34D’une manière générale, l’emploi de la pierre se limite à l’assise des constructions, mais les solutions adoptées sont diverses. Les bâtiments concernés sont toujours de plain-pied. Les matériaux sont d’origine locale, y compris éléments en remploi, et rassemblent souvent divers composants à l’intérieur d’une même structure. Sauf exception (Poncin), les maçonneries sont édifiées en pierre sèche ou simplement liées à l’argile. Si l’on met à part le bâtiment à plan simple de Beauregard-Baret, le plus récent de la série (Xe-XIe s.), les fondations maçonnées correspondent aux bâtisses à plan complexe, aux espaces compartimentés. Il est évident que ce parti architectural s’impose lorsque l’installation a lieu sur les vestiges de constructions antiques. A cet égard, le bâtiment à abside de Poncin (bât. A), édifié au Ve s., et l’établissement mérovingien de L’Albenc perpétuent, en les adaptant, des techniques mises en œuvre à la fin de l’Antiquité. Les résultats sont d’ailleurs bien différents dans l’un et l’autre cas.

35Les parties maçonnées du bâtiment A de Poncin constituent des fondations profondes (-0,50 m) et un haut soubassement de moellons de calcaire assez réguliers (équivalent peut-être à la hauteur du rez-de-chaussée dans certains cas), le tout faisant largement appel au mortier (fig. 5 et 10, Poncin). La largeur de ces soubassements (0,70 m) autorise la restitution d’un étage en élévation de murs pleins en terre. La probabilité d’une couverture végétale sur un tel bâtiment serait finalement le seul trait qui le distinguerait de l’image la villa classique. Si les fouilles de La Châtelarde constituent, aujourd’hui encore, une des rares découvertes d’architecture "en dur" du tout début du Moyen Âge, en revanche, les informations sont nombreuses pour l’Antiquité dans le même secteur : établissements agricoles de L’Argillier à Château-Gaillard et des Combes à Pont-d’Ain, villae des Ventes à la Boisse, de Champagne à Poncin (fouilles A 40 et A 42). Elles mettent en évidence la persistance des techniques de construction d’une période à l’autre.

36L’emploi de la pierre est beaucoup plus restreint à L’Albenc, lors de la réoccupation du site à la période mérovingienne ; il se limite en effet à la composition de murs solins, résultat d’un assemblage assez hétéroclite, où galets et blocs de calcaire sont majoritaires (fig. 1,6,8 et 9, L’Albenc). Seuls les plus larges (0,80 m) sont installés dans une tranchée de fondation peu profonde. A noter qu’ils résultent du doublage de maçonneries du Bas-Empire qui ont, quant à elles, conservé leur liant de mortier. Les autres solins sont plus étroits (0,35 à 0,60 m), sans liant apparent et comportent différentes traces, en positif ou en négatif, des supports verticaux qu’ils supportaient. Les mieux conservés montrent six à sept assises irrégulières. Evidemment, ces différentes qualités de solins évoquent plusieurs techniques, employées concurremment pour les élévations. Lorsqu’il s’agit de murs porteurs, comme par exemple les murs périphériques des salles résidentielles, les solins larges peuvent vraiment jouer un rôle de soubassement, susceptible de recevoir des élévations massives, sans parler du poids de la couverture ; on pense à des murs de pleine terre (bauge, pisé ?). Dans le cas des cloisonnements secondaires, les solins plus étroits ne serviraient que de semelle sanitaire à des élévations composites dont l’ossature de bois, avec ou sans sablière basse, maintient divers modes de remplissage (hourdage de torchis sur clayonnage ou de briques crues...). C’est aussi un système mixte, à pan de bois ou colombage, qui est proposé, au milieu du Moyen Âge, pour le bâtiment de Beauregard-Baret, comme le suggèrent les emplacements de supports verticaux dans le tracé des solins. Les données archéologiques recueillies ces toutes dernières années dans le sud de la région (fouilles du TGV-Méditerranée), certainement plus précises que celles évoquées ci-dessus, les complètent avantageusement. Ainsi, dans la moyenne vallée du Rhône, entre Valence et Montélimar, ressort la suprématie ininterrompue de l’architecture de terre, entre autres du pisé, du haut au bas Moyen Âge, mais aussi la grande diversité des procédés de constructions mis en oeuvre sur un même site, voire à l’intérieur d’un même bâtiment (Faure-Boucharlat, Brochier à paraître). En outre, les études conduites sur l’architecture traditionnelle de la vallée de l’Isère et du Valentinois, qui fait largement appel aux murs de terre sur fondation de pierre, font l’inventaire des différents procédés de construction. Le lecteur se reportera avec profit aux illustrations qu’elles comportent, plus éloquentes que de longs discours (Raulin 1977 ; Patrimoine en hère 1999 : pl. XII-XIII).

37Sans bénéficier directement de la présence de constructions préexistantes susceptibles d’être remployées, les habitants qui s’installent au début du Moyen Âge dans le vallon de Trion et la plaine de Vaise (Gorge de Loup) ont largement recours à la pierre. Ce matériau remplace en effet rapidement, dans le courant du VIIe s., les constructions légères de la première occupation du 54 bis rue P. Audry. Il faut dire que la topographie contraignante des lieux, au bas de l’éperon de Loyasse, a probablement incité à la stabilisation des terrains instables par des murs de terrasses résistants. C’est à cette destination que l’on rapporte les puissantes maçonneries du 77-79 de la même rue, sans que l’installation d’habitations ait été démontrée pour le début du Moyen Âge (Gisclon 1992). Il y a toutefois une réelle parenté entre les modes de construction adoptés de part et d’autre du vallon, où la conservation des vestiges est favorisée par une épaisse sédimentation (fig. 1, P. Audry). Ainsi, parfois préservés sur près d’un mètre, les soubassements de pierre montrent un appareil irrégulier réunissant trois à quatre type de matériaux locaux où dominent les blocs et dalles de schiste. Ils reposent sur deux à trois assises de galets, installées en tranchée de fondation. Différentes observations (largeur importante de la plupart des murs, absence généralisée de trace de sablières ou de poteaux, analyse de fragments de paroi) convergent vers la restitution de murs de pleine terre, notamment de pisé. Cette technique, dont il a été démontré qu’elle ne fut pas mise en oeuvre à Lyon durant l’Antiquité (Desbat 1983) serait donc une "innovation" des constructeurs médiévaux. En tout cas, la solution s’est avérée durable, si l’on en croit quelques exemplaires miraculeusement conservés de maisons populaires du quartier de Vaise, ou encore de tronçons de murs de clôture près de Trion, si proches des constructions du haut Moyen Âge (fig. 28).

28 - Mur de clôture actuel situé au voisinage de la rue P. Audry (Lyon 9e)

28 - Mur de clôture actuel situé au voisinage de la rue P. Audry (Lyon 9e)

Sa composition donne une bonne idée de celle des constructions du haut Moyen Âge : haut soubassement maçonné réunissant des matériaux locaux (galets et blocs de schiste en majorité) et élévation en pisé

Le choix des matériaux

38Au terme de ce tour d’horizon, s’impose incontestablement un bilan en faveur de l’architecture de bois. Mais une approche plus fine a montré que l’architecture civile du Moyen Âge rural ne se laisse que difficilement cataloguer dans notre région, ne livrant pas de formules répétitives, ne trahissant pas de situations tranchées entre le domaine du bâti végétal et celui du bâti minéral. C’est en s’interrogeant sur les conditions qui ont déterminé le choix des matériaux de construction que cette image nuancée se révèle le mieux, où se combinent le rôle de l’environnement naturel, l’héritage de savoir-faire locaux, mais aussi et surtout la diversité du statut des installations au cours de la longue période prise en compte.

L’influence du milieu ?

39La proximité des matériaux de construction, et donc la facilité d’approvisionnement des chantiers, sont évidemment les premiers critères qui s’imposent à l’esprit. Ainsi, les galets majoritaires des murs solins de L’Albenc ou de Beauregard-Baret, les blocs et dalles de calcaire des maçonneries de Poncin, les matériaux composites (galets, schiste, calcaire, granite) de celles de Lyon Vaise, sont évidemment prélevés sur place. Quant au bois, il n’est guère de secteur dans la région étudiée qui ne soit susceptible d’en fournir autant que de besoin. Mais on ne saurait prétendre, à partir de l’échantillon régional, que ressorte véritablement une logique d’ordre géographique de la répartition entre bâti exclusivement de bois et bâti intégrant la pierre (fig. 26). Au contraire, les sites qui ont connu une occupation de longue durée, et où les choix architecturaux divergent d’une période à l’autre, montrent bien que les ressources du milieu n’ont joué qu’un rôle secondaire. Ainsi, à L’Albenc, les derniers occupants de l’établissement, vers l’an mil, construisent exclusivement en bois là où, quelques siècles plus tôt, la pierre semblait indispensable en fondation. A la même époque, dans cette même vallée de l’Isère, tous les bâtiments de l’exploitation agricole de Chatuzange-le-Goubet sont également édifiés en bois. En revanche, sur le site voisin et contemporain de Beauregard-Baret, on construit au moins un bâtiment sur fondation maçonnée. Autant de cas où le principe de la sujétion des constructeurs à l’environnement doit être nuancé.

La vocation des bâtiments ?

40Dans le même ordre d’idée, mais dans un secteur plus septentrional, les deux habitats proches et presque contemporains de Poncin et de Château-Gaillard (première phase) offrent une image paradoxale, en ce début du Moyen Âge (Ve-VIIe s.) : aux bâtiments faisant largement appel à la pierre du premier, s’opposent les constructions entièrement végétales du second, parmi lesquelles une série de modestes cabanes excavées. A l’évidence, c’est aussi vers la dévolution des constructions et le statut social, voire l’origine des occupants, qu’il faut aussi rechercher les raisons de la diversité des formes architecturales. A cet égard, les grandes maisons de Château-Gaillard, édifiées à la fin de la période carolingienne, illustrent assez nettement l’intrusion, dans la région, d’une autre "culture architecturale", processus qu’un environnement boisé a peut-être favorisé, mais certainement pas déterminé. Mais nous y reviendrons.

41Lorsque voisinent, sur un même site, des constructions en partie maçonnées et d’autres à simple armature de bois, le recours à la pierre, indéniable élément de confort, pourrait être réservé aux bâtiments d’habitation. C’est probablement le cas de L’Albenc où, à l’époque mérovingienne, à côté du grand bâtiment qui récupère et étend les solins de l’établissement du Bas-Empire, les constructions nouvelles, tout en bois, semblent réservées aux locaux secondaires ou concourir aux modifications et aux ajouts intervenus à cette étape (subdivisions, galeries, enclos). Le petit édifice du milieu du Moyen Âge de Beauregard-Baret est lui aussi interprété comme l’habitation ; il tranche nettement avec le reste des équipements en matériaux périssables. Ce genre de cohabitation est encore plus frappant sur le site de la rue P. Audry à Lyon, où dans un contexte bien différent de résidence suburbaine, aux VIIe-VIIIe s., un petit bâtiment en bois à sol excavé prend place parmi des constructions dotées de hauts soubassements maçonnés. On pense évidemment à un local technique, distinct de la partie résidentielle.

42C’est encore la vocation particulière des constructions mises au jour à Communay, La Garde, qui pourrait expliquer l’emploi partiel de la pierre : en l’occurence, c’est une fonction religieuse qui est invoquée pour la première phase de l’occupation, en relation avec un culte funéraire particulier. Malheureusement, le mauvais état des vestiges ne permet pas de trancher. La fonction privilégiée des constructions de pierre est également mise en évidence dans d’autres régions où de nombreuses fouilles d’envergure permettent une vision de synthèse. C’est le cas généralement en Ile-de-France (Chapelot 1993 : 114-115) et en particulier pour l’agglomération de Serris, Les Ruelles (Sein-et-Marne), où des fondations de pierre signalent les édidices de culte ou la résidence aristocratique (Foucray, Gentili 1995 ; Foucray 1996).

Le poids de la tradition ?

43Le contexte géographique pourrait donc n’avoir qu’une faible prise sur le choix des procédés de construction. Ceux-ci sont-ils alors à mettre en rapport avec la chronologie des établissements ? La réponse, une fois de plus, est loin d’être univoque. Toutefois, un fait semble ressortir qui prend un relief particulier, car il pourrait signaler le lien matériel et culturel de certaines installations du début du Moyen Âge avec l’Antiquité, par opposition à celles qui semblent s’en être totalement affranchies. On constate en effet que la poursuite ou la reprise de l’occupation de l’Antiquité au Moyen Âge a pour corollaire, en général, la persistance de l’emploi de la pierre. Simple évidence, dira-t-on, lorsqu’il s’agit d’une réinstallation in situ, comme à L’Albenc, cité plus haut. Fait moins évident à Poncin, où le dernier bâtiment à élévations de pierre (B), construit dans le courant du VIe s., ne doit rien à des constructions préexistantes. D’une manière ou d’une autre, le choix de la pierre continue donc à s’imposer aux occupants.

44Les choses se présentent différemment aux portes de Lyon, aire de tradition antique s’il en fut, où les trois habitats dégagés dans le vallon de Trion et la plaine de Vaise comportent, on l’a vu, d’importantes parties maçonnées. L’image est toutefois à nuancer, puisque les toutes premières installations de la rue P. Audry, dans le courant du VIIe s., se traduiraient par de modestes constructions de bois. A cet endroit, l’abandon du bois au profit de la pierre complétée de parois de terre, quelques décennies plus tard, serait à mettre en relation avec un changement de destination du bâti. On assiste en effet, au cours de la période mérovingienne, comme le montrent d’autres découvertes dans le même quartier, à la transformation d’un secteur semi-rural, à vocation artisanale et funéraire, en zone résidentielle. Les constructeurs se tournent désormais vers des matériaux non périssables et adoptent des procédés finalement très proches de ceux employés dans l’Antiquité. Et ce n’est, semble-t-il, pas un cas solé. Ainsi, des conditions et des modalités d’implantation très proches de celles de la rue P. Audry ont été mises en évidence dans un autre secteur de l’agglomération lyonnaise : l’habitat du VIIe s. fouillé récemment rue des Chartreux, sur les pentes de l’actuelle colline de la Croix-Rousse fait, lui aussi, largement appel aux structures maçonnées (rapport Ayala et al. 2000).

45L’observation de ces cas périurbains pose, de fait, la question d’une tradition d’architecture urbaine. Les données archéologiques lyonnaises sur les formes de l’habitat du haut Moyen Âge sont encore trop limitées pour se faire une conviction dans ce domaine, mais elles montrent quelques points de convergence. Il semble que la démarcation entre maison des villes et maison des champs soit assez nette jusque tard dans le Moyen Âge. On en veut pour preuve la différence de nature entre les constructions de "centre ville" en rive droite de la Saône, mises au jour notamment dans le quartier épiscopal. et celles des zones quasi rurales de la Presqu’île, sur la rive opposée. On a pu observer que les premières, tout au long du haut Moyen Âge, font systématiquement appel à des matériaux pérennes : larges soubassements de pierre et probables élévations en terre (Arlaud et al. 1994 : 45-51). Les secondes, récemment révélées dans les niveaux mérovingiens de la place des Célestins, réunissent les caractéristiques des constructions précaires des établissements ruraux contemporains (Arlaud et al. 2000 : 108-116). Il convient toutefois de noter que dans tous les exemples évoqués cidessus, les maçonneries du haut Moyen Âge se distinguent de celles de l’Antiquité par la disparition quasi-complète de l’emploi du mortier et par l’irrégularité de l’appareillage des murs, à laquelle concourt la grande diversité des matériaux mis en oeuvre. Enfin, divers indices plaident pour la restitution d’élévation de pleine terre, où la technique du pisé semble bien faire son apparition.

Conclusion

46Entre Rhône, Saône et Alpes, l’histoire de l’architecture rurale échappe à la schématisation. Le même constat vaut d’ailleurs pour bien d’autres contrées au fur et à mesure que s’accumulent les découvertes archéologiques, invitant les chercheurs à revoir pas mal d’idées reçues sur l’origine des techniques, leur répartition géographique et leur chronologie (Pesez 1990).

L’âge du Bois : modèles et adaptations

47Ainsi, dès le début du Moyen Âge, dans un mouvement qui touche toute l’Europe occidentale, la région accueille généreusement les techniques des charpentiers-bâtisseurs. Toutefois, le phénomène ne supplantera pas d’autres formes d’installations qui, sans nette rupture avec les techniques antiques, rattachent la contrée au monde méridional. Il n’en demeure pas moins que cet art du "tout bois", décliné avec pragmatisme dans les maisons d’habitation comme dans toutes sortes de constructions utilitaires, au niveau du sol, au-dessus ou en dessous, caractérisera les établissements paysans bien au-delà de l’an mil, comme l’illustre l’exemple de Bény.

48Parmi l’échantillon pris en compte, une dizaine d’établissements porte les vestiges plus ou moins lisibles d’une architecture exclusivement en bois, où la terre n’intervient qu’en placage sur les parois. D’un point de vue chronologique, ils couvrent la plus grande partie du Moyen Âge, depuis Beynost et Château-Gaillard, pour les plus anciens, jusqu’à Bény, l’un des plus récents. D’un point de vue géographique, ils se répartissent sur l’ensemble de la zone étudiée, puisqu’ils intègrent à la fois le plus septentrional de la série, dans le nord du département de l’Ain (Bény) et le plus méridional, au sud de la rivière Isère (Chatuzange-le-Goubet). Enfin, cet inventaire compte aussi bien des baraques isolées que des ensembles de quelques unités, voire qu’une véritable agglomération. Globalement, on retire l’impression que les constructeurs mettent en oeuvre des techniques relativement simples, largement éprouvées en Gaule depuis l’Antiquité, voire la Protohistoire, sans que ne ressorte un type architectural proprement médiéval ou un répertoire de formes régional. Toutefois, l’observation minutieuse des faits conduit à dégager certains traits qui, mis bout à bout, suggèrent quelques pistes pour les recherches à venir.

49À propos des bâtiments de plain-pied, on a noté plus haut la relative fréquence de l’emploi de la ligne courbe dans le tracé des parois, d’où le qualificatif de plan fusiforme. Mais les cinq siècles qui séparent le cas le plus ancien (Beynost : VIIe s.) et le plus récent (Bény : XIIe s.) pourraient inviter à voir dans cette série davantage le fruit du hasard que la manifestation d’un type architectural attaché à un territoire. D’ailleurs, sans être légion, d’autres exemples de maisons à contours curvilignes sont connus en France, entre les IXe et XIIe s., en Ile-de-France et en Normandie par exemple : Baillet-en-France et Villiers-le-Sec (Un village au temps de Charlemagne 1988) ; Mirville (Halbout, Le Maho 1984) et Bouafles (Bilan scientifique SRA Basse-Normandie, 1996). Ce serait, à notre avis, une erreur que d’évoquer l’origine lointaine de tels plans en établissant un lien, même indirect, avec les maisons dites en forme de bateau d’Europe du Nord. Leur taille, généralement réduite, et leur composition monocellulaire les en distinguent nettement. La question de leur relative concentration dans la région reste cependant posée, n’excluant pas l’hypothèse de techniques partagées ou transmises, en réponse à des besoins analogues.

50Les structures de stockage surélevées mises au jour dans la région Rhône-Alpes trouvent des équivalents sur la plupart des sites médiévaux du nord-ouest de l’Europe, où prédominent toutefois les édifices rectangulaires à six poteaux, souvent d’un gabarit relativement important, fidèles à la disposition de leurs homologues antiques ou protohistoriques (Lorren, Périn 1995). Ce type est parfois associé, dans un même ensemble agricole, à de petits édicules quadrangulaires à quatre ou cinq supports, ce qui suppose, de fait, des fonctions différentes. On notera que les petits greniers de Château-Gaillard sont très proches, encore une fois, des dispositifs repérés à Genlis en Bourgogne (Catteddu 1992 et 1993), mais aussi de séries plus éloignées comme celle mise au jour à Portejoie en Normandie (Carré, Guillon 1995). En revanche, la forme circulaire, hexagonale ou polygonale des structures dégagées à Meyzieu semble nettement moins répandue au Moyen Âge. Outre les quelques exemplaires de la Grande-Paroisse ou de Serris, Les Ruelles, en Ile-de-France {Un village au temps de Charlemagne 1988), de nombreux éléments de comparaison proviennent de contrées plus lointaines, notamment à travers ces helms d’Europe septentrionale, révélés par l’archéologie et l’ethnographie en Scandinavie, Pays-Bas, Allemagne. Un groupe plus ou moins fourni de pieux supporte une plate-forme ainsi décollée du sol, limitée par des parois basses et munie d’une couverture, sorte de "chapeau" réglable en hauteur en fonction de la quantité de récolte à conserver (fig. 29). Ce dispositif, employé jusqu’au XIXe s. dans certaines régions, était destiné au stockage et au séchage des plantes fourragères (Zimmermann 1992a).

29 - Structure de stockage surélevée (grenier) d’après l’iconographie médiévale

29 - Structure de stockage surélevée (grenier) d’après l’iconographie médiévale

(Bible de Prague, vers 1340)

51Quant aux modestes cabanes à sol ou sous-sol excavé, elles livrent également matière à réflexion sur la probable diffusion de modèles architecturaux. La diversité morphologique de l’échantillon régional est démontrée qui conduit à admettre que ces constructions ont connu des utilisations fort diverses (fig. 30). Peut-on, en effet, mettre sur le même plan la grande fosse de Meyzieu (maison d’habitation ?), les petites fosses de Charvas (stockage ?), les cabanes assez élaborées de Reyrieux et de Château-Gaillard et le cas hors normes du site lyonnais (rue P. Audry) inclus dans un ensemble bâti en dur ? On est loin de la belle uniformité mise en évidence dans l’aire septentrionale.

30 - Principales caractéristiques des constructions à sol excavé présentées dans ce volume

30 - Principales caractéristiques des constructions à sol excavé présentées dans ce volume

52Par ailleurs, la répartition géographique de ces cabanes, même en affectant au terme le sens le plus large, montre qu’elles intéressent essentiellement la partie nord de la région. Mais si l’on s’en tient au type du classique "fond de cabane", trois sites seulement restent en lice (Trévoux, Reyrieux et Château-Gaillard), tous trois situés dans le département de l’Ain. L’exemplaire qui vient d’être mis au jour à Saint-Priest, dans le Rhône, contemporain de celui de Reyrieux, constitue, à ce jour, un cas à peine plus méridional (rapport Ayala, Horry 2001). On est tenté de voir là la ligne de démarcation d’influences culturelles différentes : les exemplaires des départements de l’Ain et du Rhône rentreraient dans l’aire de diffusion du type architectural originaire d’Europe du Nord (développé ici à la faveur de la domination burgonde ?), tandis que les autres s’intégreraient à la situation rencontrée dans l’aire méditerranéenne, où l’on constate une adaptation fonctionnelle au coup par coup, plutôt que l’adoption d’un modèle préétabli. D’ailleurs, les exemplaires mis au jour dans le sud-est de la France forment un groupe diffus et hétérogène, à travers lequel il serait vain de rechercher la manifestation d’un savoir-faire commun. On se reportera aux sites de Chabrillan, Saint-Martin (Maufras à paraître), de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Saint-Martin (Odiot, Raynaud 1992), de Loupian, Prés Bas (Lugand, Pellecuer 1994), de Montagnac, Lieussac (Mauné, Feugères 1999) et enfin de Lunel, Dassargues (Garnier et al. 1995).

53Enfin, le large éventail chronologique des découvertes rhônalpines modifie également l’approche de la cabane excavée en tant qu’expression privilégiée de l’équipement de l’exploitation agricole des temps mérovingiens. Aux exemples précoces et "classiques", comme Château-Gaillard (Ve-VIe s.), s’opposent les cas tardifs (Xe-XIe s.), comme Meyzieu ou Reyrieux, auquel vient de s’ajouter celui de Saint-Priest, mentionné plus haut. Au sud du Rhône, à l’instar de la Provence, du Languedoc et de l’Aquitaine, les constructions excavées semblent, en définitive, plus courantes autour de l’an mil qu’au début du Moyen Âge (Mercier, Raynaud 1995 : 203). Notre région semble donc bien combiner des pratiques architecturales d’horizons divers et être le champ d’influences tant septentrionales que méridionales.

54À ce stade de la réflexion, il convient de revenir au site exceptionnel de Château-Gaillard. Certes, on y rencontre des constructions courantes à deux ou trois files de poteaux (fig. 24, Château-Gaillard), ainsi que des bâtiments plus vastes à plan ramassé (fig. 23, Château-Gaillard) ne se départissant pas de types largement répandus et illustrés pour le haut Moyen Âge dans les départements proches de l’Yonne (Perrugot 1984), de la Côte-d’Or (Catteddu 1993) et du Jura (rapport Vaxelaire, Labeaume 1996), ou encore, vers l’an mil, à Charavines Colletière (Colardelle, Verdel 1993). Mais l’originalité, maintes fois soulignée, ressort d’une série de grandes maisons qui se distinguent nettement de toutes les formes architecturales rencontrées dans la région Rhône-Alpes et bien au-delà : par leur développement (L. de 23 à 27 m ; 1. de 10 à 11 m), par leur structure à quatre files de poteaux et leur chevets polygonaux (fig. 18 à 20, Château-Gaillard). Attribuées à la fin de l’époque carolingienne, ces constructions, fort éloignées du plan de la maison élémentaire, ne sont pas sans analogie avec la conception des longues maisons des contrées germaniques, destinées à accueillir hommes et bêtes, espaces de repos et de travail (Chapelot, Fossier 1980 : 80-115 ; Zimmermann 1997). Les rapprochements sont toutefois à nuancer : si le recours aux matériaux périssables est un facteur commun, les procédés architecturaux diffèrent nettement d’un site à l’autre ; enfin, les exemples se rapportent à des périodes diverses (IIIe au XIIe s.). Se pose toutefois, à propos de Château-Gaillard, la question d’apports extérieurs à la région. Faut-il y voir, malgré un décalage chronologique certain, l’héritage d’une communauté d’origine "étrangère" ? On pense, notamment pour le nord de la région Rhône-Alpes, à l’installation de populations liée à la mise en place du pouvoir mérovingien. D’autres indices fournis par l’archéologie funéraire pourraient conforter cette hypothèse en montrant que l’avancée des Francs, dans cette partie du département de l’Ain, s’est aussi traduite par divers apports culturels dont témoignent en partie les modes d’inhumation et le mobilier associé (Pré proto gallo méro 1998 : 108-111). Mais les recherches dans ce sens doivent encore progresser pour asseoir une argumentation plus solide.

55Cette réflexion conduit à aborder le point délicat des transferts de technologie à travers le temps et l’espace, dont l’architecture est l’un des vecteurs privilégiés. Une fois de plus, les travaux conduits à Charavines apportent un éclairage pertinent à partir de vestiges infiniment plus lisibles que ceux de Château-Gaillard. Bien sûr, ces deux établissements sont morphologiquement très différents et connaissent des rythmes d’occupation qui leur sont propres. Mais ils se rapprochent par des aspects importants que l’on peut résumer ainsi : la combinaison, à un moment donné, de techniques réunies à dessein pour répondre à un programme préétabli ; l’implication d’une maîtrise d’oeuvre compétente et collective sensible à travers la systématisation des procédés constructifs ; mais une réussite architecturale, qui, paradoxalement, ne semble pas avoir fait école. A Charavines, ces faits qui concernent au moins trois gisements du bord du lac de Paladru, confrontés à une analyse fouillée du contexte historique, signeraient les conditions particulières de la colonisation agraire, probablement suscitée par l’archevêque de Vienne (Paulin et al. 1998). Un schéma comparable ne pourrait-il s’appliquer à l’agglomération de Château-Gaillard, dont l’organisation topographique lors de l’érection des grandes maisons ne laisse guère de doute sur l’existence d’un programme d’installation concerté ? L’apport technologique, s’il en est, ne se traduirait pas par la simple adoption d’un modèle architectural proche ou lointain, mais par l’adaptation de divers savoir-faire aux nécessités imposées par un des épisodes de la vie d’une communauté rurale.

Une architecture paysanne ?

56Il serait certainement réducteur de considérer l’architecture de bois comme le fait exclusif des établissements paysans. Nul n’ignore que la région considérée ici, cible privilégiée des études relatives au premier réseau castrai, fournit des données archéologiques sans ambiguïté (divers programmes de fouilles, sondages, relevés et prospections conduits dans l’Ain, le Rhône et l’Isère) sur la part prise par les constructions en matériaux périssables dans l’édification de ces centres de petites seigneuries que sont les châteaux à motte (Poisson 1986 ; Châteaux de terre 1987-1988 ; Mazard 1990 et 1994 ; Bouvier et al. 1992 ; Mazard, Colardelle 1993). Leur rôle supposé actif dans le processus de mise en valeur du sol, au tournant de l’an mil, conduit à y voir des pôles d’exploitation domaniale en lien étroit avec le peuplement paysan, dont ils partagent, de fait, les conditions d’installation. Il est somme toute logique que, dans ce contexte relativement mouvant, la généralisation de l’architecture de bois ait été la règle, gommant, dans ce domaine, les effets de la hiérarchie sociale.

57S’il fallait encore souligner que l’architecture de bois n’est pas nécessairement réservée aux demeures les plus humbles, on pourrait également évoquer les édifices de culte. Les données tangibles manquent encore dans la partie septentrionale de notre région sur l’aspect des petites églises rurales du haut Moyen Âge. On s’autorisera donc à prendre en compte des faits réunis ailleurs. A cet égard, la récente synthèse établie par C. Bonnet (1997) à partir d’une riche série de découvertes réalisées en Suisse, en particulier dans le canton de Genève, montre que, entre le VIe et le IXe s., nombre d’édifices de culte ont adopté les principes d’une architecture à ossature de bois. Tout en répondant aux formes engendrées par la dévolution liturgique des bâtiments, cet art de bâtir ne s’écarte pas des procédés contemporains de l’architecture civile. Ces constats incitent à la prudence : ils soulignent, une fois encore, le déficit d’informations archéologiques sur l’architecture de bois dans certains domaines et certaines régions ; ils invitent à penser que sa place est encore largement sous-estimée.

58Pour rester dans le domaine religieux, ou plus précisément conventuel, on ne résistera pas à solliciter l’un des rares témoignages directs relatifs à l’architecture de bois, en l’espèce livré par la Vita Patrum Jurensium (transcription et traduction : Martine 1968). Il s’agit de la chronique de la vie des moines fondateurs de l’abbaye de Saint-Claude dans le Jura voisin (saints Romain, Lupicin et Oyend), qui oeuvrèrent entre 435 et 515. Le récit, rédigé vers 520 par un auteur anonyme, couvre les soixante-quinze premières années de la vie de cette petite communauté, dont les conditions d’existence ne devaient pas être si éloignées de celles du monde paysan. Il y apparaît que les constructions de bois revêtent des aspects variés : à l’abri isolé de l’ermite, qualifié de cabane, s’oppose un bâtiment à structure complexe et à étage, adapté à la vie collective.

"Lupicin... gagna la cabane de son frère (Romain) et adopta son état de vie" (§ 12) ;

"il (saint Sabinien) retourna à sa cabane" (§ 56) ;

"Donc, un certain jour tout le monastère flamba. Comme il était construit en bois et depuis fort longtemps, et que non seulement il comportait un bloc de cellules accolées les unes aux autres par leur charpente, mais avait été doublé par un étage bien agencé, il fut si soudainement réduit en cendres que, le matin, non seulement il ne restait plus rien des bâtiments, mais que le feu lui-même, activé par un aliment parfaitement sec, était presque entièrement éteint" (§ 162).

Une architecture médiévale ?

59Si, on l’a vu tout au long des pages qui précèdent, le recours à la pierre est encore illustré à la fin du haut Moyen Âge et si, inversement, l’Antiquité finissante ne néglige pas l’usage du bois, il est évident qu’une mutation importante marque l’art de bâtir dans la région au cours des VIe-VIIIe s., avec la diffusion d’une architecture de bois à part entière. Les données archéologiques mises à contribution dépassent les simples considérations d’ordre technologique ; elles sont le témoignage d’habitats de nature et probablement de statut divers au sein d’une même région. La fidélité à l’emploi de la pierre dans les constructions du début du Moyen Âge pourrait donc être révélatrice, dans plusieurs cas exposés ici, de la survie, au moins partielle, d’une organisation matérielle, mais aussi économique et sociale depuis la période gallo-romaine. A ces installations construites pour la durée se substitue une autre forme d’habitat, une autre manière de s’installer, assurément plus rapide et plus souple. Les maisons de bois et leurs annexes, parfois savamment construites, témoignent bien d’un autre mode de vie, où la précarité et la mobilité semblent être les traits majeurs de la condition paysanne.

Table des illustrations

Titre 26 - Répartition des matériaux de construction (bois, pierre) mis en oeuvre dans la région considérée 
Légende 1. Bény (01), Garavand ; 2. Poncin (01), La Châtelarde ; 3. Château-Gaillard (01), Le Recourbe ; 4. Trévoux (01), Prés de Corcelles ; 5. Reyrieux (01), L’École ; 6. Beynost (01), Les Grandes Croix ; 7. Rillieux-la-Pape (69), Les Balmes ; 8. Jons (69), Les Chapelles, Les Mures ; 9. Meyzieu (69), La Chapelle ; 10. Simandres (69), La Plaine ; 11. Communay (69), La Garde ; 12. Communay (69), Charvas ; 13. Lyon 9e, rue P. Audry et Vaise, Gorge de Loup ; 14. L’Albenc (38), Le Bivan ; 15. Saint-Marcellin (38), Les Basses Plantées ; 16. Beauregard-Baret (26), Les Matras ; 17. Chatuzange-le-Goubet (26), Pourcieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 27- Proposition de restitution de la structure des bâtiments de plain-pied, à trois files de poteaux
Légende (A), à deux files de poteaux (B) (d’après Arcelin et Buschenschutz. In : Lasfargues dir. 1985 : 21)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre 28 - Mur de clôture actuel situé au voisinage de la rue P. Audry (Lyon 9e)
Légende Sa composition donne une bonne idée de celle des constructions du haut Moyen Âge : haut soubassement maçonné réunissant des matériaux locaux (galets et blocs de schiste en majorité) et élévation en pisé
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1994/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre 29 - Structure de stockage surélevée (grenier) d’après l’iconographie médiévale
Légende (Bible de Prague, vers 1340)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1994/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 30 - Principales caractéristiques des constructions à sol excavé présentées dans ce volume
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1994/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access