Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Approche synthétique

Chapitre 3. Le peuplement du Velin

Archéologie et autres sources

Alegria Bouvier

Texte intégral

1Quelles étaient les composantes du paysage au sein duquel évoluaient les hommes que cette publication tente d’extraire de l’obscurité à laquelle ils semblaient voués ? Comment et pourquoi est-on passé de l’habitat dispersé gallo-romain au regroupement villageois du XIIIe s. ? Pour le savoir, il apparaît nécessaire de dépasser la vision offerte par les seuls témoins matériels, qui ne "mentent" pas, mais sont, par définition, tronqués, aussi bien que celle apportée par l’examen des seuls textes, rares, et ne reflétant qu’une vérité choisie. Nous avons donc fait appel à toutes les sources disponibles, qu’elles soient d’ordre archéologique, textuel ou toponymique, notre démarche étant de confronter et de croiser les données, afin d’extorquer aux unes les informations que nous refusent, ou que nous masquent les autres, de par leur nature même... L’échelon micro-régional était le cadre le plus commode pour ce type d’enquête et, à l’issue de plusieurs années d’études archéologiques et historiques, le cadre de cette publication semble propice à la présentation d’une première synthèse concernant l’évolution du peuplement rural durant le haut Moyen Âge, dans une petite région témoin de l’est lyonnais : le Velin.

2Il s’agit donc ici d’esquisser un tableau diachronique des formes de l’occupation du sol et de lui donner un sens en tentant de discerner, derrière les témoins exclusivement matériels, les mobiles politiques ou socio-économiques qui sous-tendent la dynamique du peuplement entre la fin de l’époque romaine et le plein Moyen Âge. A notre niveau, nous souhaitons ainsi apporter des éléments de réponse, et, à tout le moins, alimenter le débat ouvert autour des grandes questions que suscite le thème de notre étude, en particulier : la formation des villages et des paroisses du plein Moyen Âge, dont les corollaires sont la genèse de l’encellulement des hommes, le rôle de l’évêque, du seigneur, des morts et de l’économie dans la cristallisation du peuplement, les formes de cette dernière, et, au cœur de ces interrogations, le statut et la place des habitats ruraux et de leurs occupants.

Le cadre de l’étude

Le Velin

3Il n’y a pas lieu ici de revenir de manière détaillée sur le cadre géographique et historique propre à cette petite région, dénommée Velin dans les textes médiévaux (Guigue 1875 :165 et Guigue, Charpin-Feugerolles 1885, n° 57, 59, 231) : ces aspects ont déjà été présentés dans le cadre d’une autre publication (Bouvier et al. 1992). Rappelons simplement que ce modeste territoire, situé dans la vallée du Rhône, s’inscrit dans un rectangle d’environ 30 km sur 20 km. Il est encadré partiellement par le Rhône, à l’ouest et au nord, et par la Bourbre à l’est. Au sud, le Velin est séparé du nord Viennois par l’Ozon, un petit affluent du Rhône.

4Cette aire géographique présente une identité certaine, tant du point de vue géomorphologique, qu’administratif et ecclésiastique, durant la période médiévale. En effet, les limites du Velin se confondent avec celles de l’archiprêtré de Meyzieu, auquel il prête son nom dans certaines chartes (Guigue, Charpin-Feugerolles 1885, n° 57). Cet archiprêtré, créé durant le haut Moyen Âge, constitue une subdivision du diocèse de Lyon, ou comté mérovingien de Lyonnais, qui fossilise lui-même l’ancien pagus lugdunensis romain.

5Cependant, les sites archéologiques sur lesquels nous nous appuyons ici étant relativement nombreux sur la bordure septentrionale du nord Viennois, de part et d’autre de l’Ozon, les communes de ce secteur qui appartenait au pagus viennensis, puis diocèse et comté de Vienne, seront prises en compte dans notre propos. Ce choix ne remet pas en cause le caractère cohérent du champ de notre étude ; en effet, dans cette zone "tampon" entre Lyonnais et Viennois, au statut flou, les biens (villae et agri) évoqués dans les chartes de la fin du haut Moyen Âge sont désignés comme appartenant tantôt au pagus lugdunensis, tantôt au pagus viennensis.

6En ce qui concerne le paysage du Velin, bien spécifique, rappelons qu’il est caractérisé par des collines de faible altitude séparées par des terrasses fluvio-glaciaires et par deux plaines alluviales holocène (vallées du Rhône et de l’Ozon) (cf. chap. 1). Les collines, lorsqu’elles sont recouvertes de loess, constituent les terrains les plus riches, tandis que les terrasses forment des plaines peu fertiles, au terrain caillouteux très sec, sauf lorsqu’elles présentent des recouvrements limoneux tardiglaciaires, favorables à la céréaliculture.

7Enfin, la région étudiée, bordée par le Rhône, axe de pénétration majeur, se caractérise par la convergence de voies d’intérêt "international", romaines ou médiévales (sans omettre les itinéraires protohistoriques, moins bien connus) reliant Lyon et Vienne aux Alpes et à l’Italie, et au sud de la Gaule. Outre ces grandes voies, la région est littéralement sillonnée par de nombreuses routes, dont la création est favorisée par les facilités de circulation dans ce "plat pays".

Les circonstances de l’étude

8Les données sur lesquelles se fonde notre propos, ont été collectées, dans un premier temps, à l’occasion d’un travail universitaire consacré à l’étude des mottes castrales du Velin (Bouvier, Momet-Morin 1984). Celui-ci a permis d’établir un premier état des connaissances de l’histoire matérielle de cette région du Ve au XIIIe s., à partir des sources disponibles, d’ordre textuel ou archéologique. Par la suite, à partir de 1990, les prospections et fouilles de sauvetage engagées lors de grands travaux routiers et ferroviaires ont constitué autant d’occasions de compléter nos informations. Ces opérations ont été précédées (ou suivies) d’études documentaires et archivistiques. Cette variété des approches nous a permis de mettre en perspective les sites étudiés grâce à leur intégration dans leur environnement historique et, ainsi, de tenter cette première synthèse concernant l’évolution du peuplement rural durant le haut Moyen Âge dans le Velin et le nord Viennois. Il faut reconnaître qu’avant cette initiative, cette région, dans sa dimension historique globale, n’avait suscité que très peu d’intérêt de la part des chercheurs régionaux, ceci pouvant s’expliquer par le caractère marginal de ce petit territoire par rapport aux sièges du pouvoir des grandes principautés féodales environnantes : Lyonnais, Dauphiné, Savoie.

Les sources disponibles

9Les sources utilisables, transcrites et publiées ou manuscrites, sont en majorité d’origine ecclésiastique : il s’agit des cartulaires des grandes abbayes ou chapitres implantés régionalement (Ainay, Cluny, Saint-André-le-Bas, Saint-Maurice de Vienne, Bonnevaux) ; les chartes ne sont malheureusement pas antérieures, généralement, au XIe, voire au XIIe s. ; toutefois, les chartes de Cluny, ainsi que celles de Saint-André-le-Bas, dont nombre de possessions sont situées dans le sud de la région, présentent un intérêt tout particulier pour notre recherche. D’une part, les mentions sont très nombreuses dès le Xe s., d’autre part, ces mentions intéressent un secteur où les sites fouillés, datés du haut Moyen Âge, sont les plus nombreux (communes actuelles de Communay et de Simandres).

10Quant aux données archéologiques susceptibles d’éclairer l’histoire du Velin et du nord Viennois médiévaux, elles étaient également très rares et fragmentaires avant le début des années quatre-vingt, se réduisant exclusivement à des découvertes fortuites plus ou moins anciennes, dont la relation et la localisation imprécises les rendent souvent inutilisables. C’est pourquoi ne seront prises en compte ici que les fouilles ou découvertes anciennes ayant donné lieu à un corpus de données fiables.

11Les sites fouillés sur les tracés de l’A 46 sud, du CD 300 et du TGV sud, entre 1989 et 1991 (cf. monographies en seconde partie du volume), ont donc apporté du sang neuf pour la recherche régionale en nous permettant enfin d’observer des traces matérielles du peuplement rural ordinaire, hors cadre religieux ou militaire. Ne cachons cependant pas que les interventions archéologiques de sauvetage connaissent des limites physiques (respect des emprises des projets) et scientifiques dans la mesure où les moyens mis à disposition s’adaptent davantage aux impératifs économiques qu’à ceux de la recherche.

12Toutefois, en compensation, les grands travaux viennent au secours de notre démarche de deux façons. D’une part, les tracés linéaires constituent des transects qui peuvent être considérés comme des échantillons relativement représentatifs pour une région donnée. D’autre part, ces mêmes tracés offrent un intérêt tout particulier pour la connaissance de l’occupation rurale du haut Moyen Âge ; en effet, en épousant généralement les limites de communes, à l’écart des centres historiques des agglomérations actuelles, ils permettent de découvrir les habitats dispersés qui n’ont pas survécu à la période médiévale ; les habitats qui ont "réussi" sont, pour la plupart, difficiles à étudier, puisqu’ils se trouvent à l’origine des lieux de peuplement actuels et, par conséquent, ont été oblitérés par eux.

L’évolution du peuplement jusqu’au VIIIe siècle

13Du point de vue du peuplement, le Velin et le nord Viennois ont été le siège d’une implantation humaine précoce, au moins depuis l’époque paléolithique, et durant toutes les périodes pré et protohistorique, comme en témoignent nombre de découvertes fortuites ainsi que des fouilles récentes. Cette relative densité de l’occupation humaine, qui semble n’avoir connu guère de solutions de continuité, s’explique sans doute principalement par le caractère perméable de la région, déjà évoqué.

L’époque gallo-romaine

14Pour cette période, nous nous contenterons de présenter ici un simple état des connaissances, en laissant de côté les interprétations historiques qui ne sont pas de notre ressort.

15Si les sites du Haut-Empire, fouillés récemment, ne sont pas très nombreux, les points de découverte à la suite de prospections fiables, ainsi que les trouvailles fortuites ou anciennes publiées, montrent une densité importante de l’occupation du Velin et du nord Viennois lors de cette période (fig. 9). L’habitat est alors sans conteste de type dispersé. L’examen de la répartition des sites montre que tous les types de terrain disponibles sont alors exploités, y compris les plaines aux sols caillouteux surmontés par une mince couche de terre arable et sensibles à la sécheresse en raison de leur perméabilité. La plus grande densité de gisements se rencontre, logiquement, à proximité des axes de circulation que constituent le Rhône et le compendium Lyon-Vienne. Les sites reconnus dans cette zone sont généralement des villae dont les vestiges témoignent d’une aisance certaine (mosaïques, thermes...) et d’une économie d’échanges : Villeurbanne (fig. 9 n° 44 et 45), Feyzin (n° 13), Sérézin (n° 36), Ternay, (n° 40) Marennes (n° 23), Communay (n° 8). Les bâtiments agricoles assimilables aux fermes dites indigènes, construits en terre sur solins de galets, se rencontrent parfois dans des secteurs plus reculés Villette d’Anthon (n° 3), Chassieu (n° 5), Meyzieu (n° 26), Genas (n° 16) ...mais ils peuvent également cohabiter avec les gisements précités, Communay (n° 7), Marennes (n° 22). La présence de dépôts de crémation à Villette-d’Anthon témoigne cependant d’une acculturation romaine des occupants de ces établissements. Cette répartition géographique reflète sans nul doute les conditions de la colonisation romaine de la région, à partir de Vienne, puis de Lyon.

9 - Le peuplement du Velin à l’époque gallo-romaine

9 - Le peuplement du Velin à l’époque gallo-romaine

16En tout état de cause, il est certain que les IIe et IIIe s. ont vu la désertion de nombre de ces sites, ainsi que l’enfouissement, assez généralisé de trésors monétaires, qui traduit, à tout le moins, un climat d’insécurité (fig. 9). Ce phénomène témoigne d’une réorganisation de l’occupation rurale et d’un remaniement des lieux de peuplement. Cette restructuration pourrait prendre la forme d’une réoccupation ponctuelle de certains sites au Bas-Empire (Marennes, Pillon, Villette-d’Anthon, Les Communaux d’Arésieux), ainsi que de la création de quelques rares nouveaux domaines à cette époque (Communay, Saint-Lazare, La Plaine). Ce type de site non défendu semble toutefois marginal, conduisant à envisager un regroupement de l’habitat dans des centres existant ou créés alors ex nihilo. La plaine semblant alors désertée dans une large mesure, on peut supposer que ce sont des sites de hauteur qui ont été investis au Bas-Empire (Walker 1981).

L’époque mérovingienne

17Jusqu’à la fin de l’époque carolingienne, le Velin appartient officiellement au diocèse de Lyon et au comté mérovingien de Lyonnais, tandis que le nord Viennois relève du pagus et diocèse de Vienne, puis comté de Viennois. En fait, pendant la période de la domination burgonde (Ve s. et début du VIe s.), la région, qui appartient à la Sapaudia, est très proche des sièges du pouvoir politique (résidences royales de Lyon, Vienne et Genève). Ensuite, pendant la domination franque (534-733), Lyon perd son rôle, et la nouvelle capitale du royaume de Bourgogne, auquel appartient le Velin, est Chalon-sur-Saône.

18Sur le plan régional, durant cette période, l’évêque de Lyon et celui de Vienne sont incontestablement les détenteurs et les héritiers du pouvoir public central. Ils partagent ce pouvoir, apparemment sans trop de heurts, avec les aristocrates burgondes et gallo-romains aux Ve et VIe s., puis de manière plus conflictuelle, avec les maîtres du royaume franc jusqu’au début du Ville s. (Reynaud 1998 : 18).

Ager, villa et vicus : des domaines de tradition gallo-romaine ?

19Les seuls sièges de peuplement potentiels, mentionnés à l’époque mérovingienne, sont l’ager de Feyzin au VIIe s. (MGH 1826, t. III : 645), la villa urbana (Villeurbanne) entre 690 et 694 (Gerner 1968 : 21) ainsi que le vicus octavum (Saint-Symphorien-d’Ozon) à la fin du VIe s. (MGH 1826 t.I : 379) (fig. 10). Les coeurs historiques de Feyzin et de Villeurbanne recouvrent ou jouxtent de grosses villae du Haut-Empire, situées en bordure de voies importantes, dont nous ne connaissons cependant pas le destin durant le Bas-Empire. Quant au vicus octavum, étant donné sa localisation sur le compendium gallo-romain Lyon-Vienne, on peut supposer qu’il s’agit d’une agglomération et que l’acception du terme vicus est sensiblement identique à celle qu’on lui accorde généralement pour l’époque gallo-romaine.

10 – Le peuplement du Velin à l’époque mérovingienne

10 – Le peuplement du Velin à l’époque mérovingienne

20Quelle réalité physique recouvrent ces villae ou agri mérovingiens ? Nous sommes, sur ce point, dans l’obscurité totale, sans doute parce que les établissements évoqués gisent à l’abri des entreprises des archéologues, enfouis sous quelque église ou ferme de nos villages actuels... En ce qui concerne leur statut, nous pouvons recourir aux récits de Sidoine Apollinaire qui mentionne, au Ve s., les villae de ses amis sur la route d’Italie (Sidoine Apollinaire, Loyen 1970). Les villae témoigneraient donc de la survivance de domaines privés au centre d’une exploitation (ceux du Bas-Empire ?), sans doute encore en partie aux mains de l’aristocratie indigène gallo-romaine, au sein de laquelle sont recrutés certains évêques. On sait aussi que les Burgondes reçurent certaines parties de ces domaines gallo-romains. Par la suite, ces domaines mérovingiens coexisteront ou seront supplantés par un autre réseau de villae et d’agri dont nous verrons, ci-dessous, qu’ils reflètent une autre réalité.

21Mais, au VIIe s., le paysage du Velin n’est déjà plus la copie conforme de celui du Bas-Empire. Aussi intéressons-nous aux évêques qui ont introduit dans ce monde rural le premier germe de cristallisation du peuplement, en bâtissant les premières églises.

Les premières églises rurales et les morts : le rôle des évêques

22Ce sont bien les ecclésiastiques, et les évêques au premier chef, qui jouent un rôle prépondérant au sein de l’aristocratie, pour la structuration du peuplement à l’époque mérovingienne. En effet, ils créent des églises, au sein de leurs domaines, le long des grands axes de communication, dans l’orbite des deux métropoles religieuses de Lyon et Vienne, sièges d’archevêchés (Poly 1980). La cartographie des possessions de l’Eglise de Lyon inventoriées dans la bulle de Sergius III en 910 est très significative à cet égard (Gadille 1983) : le patrimoine foncier considérable est, pour l’essentiel, massé autour de Lyon, le long des grandes routes du Nord, de l’Est et du Midi (le départ des deux dernières voies se trouvant dans le Velin).

23Au nombre des possessions de l’Eglise mentionnées dès l’époque mérovingienne, se trouvent dans notre région, les villae de Feyzin et de Villeurbanne, déjà évoquées. D’après la deuxième vita de saint Didier de Vienne, sans doute rédigée au VIIe s. (Dubois 1965), le territoire de Feyzin aurait appartenu à un évêque de Vienne, saint Didier, qui l’aurait donné par testament aux saints Macchabées, à saint Maurice et aux 6666 martyrs, saints patrons de l’église de Vienne. La dépouille de l’évêque (mort en 606-607 ou en 610) fut ramenée dans l’ager de Feyzin. Cette légende illustre, outre le rôle des évêques dans la christianisation, l’importance prise par le culte des reliques à l’époque mérovingienne, qui conduit à la création de sanctuaires. La villa de Villeurbanne est, quant à elle, échangée entre 690 et 694 par l’évêque Goduinus contre une villa du Berry (Gerner 1968 : 21).

24Aux mentions mérovingiennes, on peut ajouter les inscriptions datables des Ve-VIIe s., associées à des églises jalonnant également une voie de communication importante, vers l’Italie (Saint-Alban-de-Chaussagne, Saint-Laurent-de-Mure, peut-être Grenay). Cette localisation confirme le caractère "politique" du choix des centres primitifs d’évangélisation, dont certains se superposent sans doute aux villae des aristocrates gallo-romains et ont, et à plus ou moins long terme, exercé une attraction sur le peuplement en provoquant l’association topographique de l’église avec la tombe, puis avec l’habitat.

25Pour compléter ce tableau des premières implantations religieuses rurales, agents de la première étape de cristallisation du peuplement, évoquons enfin les sièges d’archiprêtrés (Meyzieu et Communay), et/ou de futurs agri (Communay, Saint-Pierre-de-Chandieu), qui se superposent aussi à des implantations gallo-romaines, sans que l’on puisse juger du caractère fortuit ou non du choix de ces sites. Leurs églises, à l’exception de celle de Meyzieu (placée sous le patronage de l’Assomption), seront mentionnées très tôt (Xe s.) : Saint-Pierre à Communay et Saint-Pierre-ès-Liens à Saint-Pierre-de-Chandieu, et leurs vocables ne s’opposent pas à l’hypothèse d’une création mérovingienne.

Un réseau paroissial précoce ?

26Pour compléter la carte des lieux de culte chrétiens les plus anciens, susceptibles d’avoir attiré les habitations, force nous est de recourir aux vocables primitifs attribués à ces édifices, mentionnés dans les textes médiévaux. Des indications nous sont également apportées par la présence de sépultures datables de la période mérovingienne associées à des sanctuaires. En prenant tous ces témoins en compte, on peut considérer qu’au moins trente lieux de culte existent dès l’époque mérovingienne (fig. 10). Une bonne partie d’entre eux est mentionnée en tant que chefs de paroisse par la suite, entre le XIe et le XIIIe s.

27Peut-on fournir une explication au fait que d’autres édifices religieux n’ont jamais accédé au statut paroissial ? Ont-ils été délibérément placés, dès leur création, en raison de leur vocation funéraire, à l’écart des pôles de peuplement ? Dans ce cas pourraient se trouver la chapelle dédiée aux 10 000 Martyrs de Saint-Pierre-de-Chandieu, l’église Saint-Lazare de Communay, peut-être aussi la chapelle d’Anthon, qui par la suite, changera de fonction en devenant chapelle castrale ! Le bâtiment fouillé à Communay, La Garde (VIIe - Ville s.), constitue peut-être également une illustration de ce type d’établissement. Il deviendra, quant à lui, le siège d’une occupation domestique autour de l’an mil. Toutes ces chapelles présentent la caractéristique d’être associées avec des sépultures mérovingiennes.

28Bien que l’on ne puisse matérialiser, à partir de ces seules données, la forme de ces noyaux de peuplement potentiels qui, pour l’essentiel, se trouvent sous les villages actuels, on peut tout de même constater qu’une bonne majorité d’entre eux est en place, sans doute dès la fin de l’époque mérovingienne.

29Cependant, si nous nous contentons de la seule carte des églises pour saisir le peuplement rural, il est certain que d’autres formes d’occupation de l’espace nous échapperont. Tentons de les appréhender avec la prise en compte des occupations funéraires non liées à un lieu de culte, associées ou non à des vestiges témoignant d’une occupation.

Les nécropoles non associées à un lieu de culte

30Des nécropoles de ce type ont été étudiées dans le cadre d’interventions de sauvetage à Marennes Saint-Frejus, Meyzieu La Dent, Janneyrias Les Franchises, Colombier-Saugnieu Le Lac, Corbas Macabrey (fig. 10). Le nombre de sépultures fouillées est compris entre 10 et 100. Ces tombes se présentent sous forme de coffres en dalles minces (complets, avec couverture et fond) ou d’inhumations primaires (dites "en pleine terre"), que l’on peut rapporter au type 7 de la typologie de Colardelle (Colardelle et al. 1996), ce qui permettrait de les dater des Ve - VIe s. A Marennes et à Meyzieu, la nécropole est installée dans les ruines d’un établissement gallo-romain, sans traces d’occupation contemporaine des tombes.

31À aucune de ces nécropoles ne peut actuellement être associé un habitat, non plus qu’un édifice religieux et, dans la plupart des cas, le centre historique des villages auxquelles elles pourraient être associées paraît trop éloigné pour envisager que les sépultures soient en lien avec l’habitat éventuellement installé dans ces centres. Il faut donc que ce type de nécropole soit en relation avec un pôle de peuplement fossilisé avant le plein Moyen Âge, non découvert du fait de l’emprise limitée des secteurs fouillés. Ce peuplement recouvrait peut-être la réalité d’un habitat groupé à en juger par le nombre parfois important des sépultures. Mais, à l’heure actuelle, nous en ignorons tout.

32Quoiqu’il en soit, ces nécropoles communautaires témoignent de pratiques funéraires distinctes de l’inhumation ad sanctos, illustrée par ailleurs dans la région, comme nous l’avons vu (cf. supra). Toutefois, rien ne permet d’affirmer, à l’examen de la morphologie et de l’orientation des tombes, que ce choix d’un lieu de sépulture différent découle du degré de christianisation. D’ailleurs, des tombes du même type ont été découvertes à proximité de différents sanctuaires (Pusignan, Moifon, Saint-Pierre-de-Chandieu, la chapelle des 10 000 Martyrs, Décines-Charpieu, Les Houdières...) et du mobilier typiquement chrétien était associé à une sépulture de la nécropole de Meyzieu, La Dent (Monnier 1990). La nécropole des Franchises à Janneyrias a également livré des plaques-boucles avec des décors d’inspiration chrétienne. Faut-il y voir l’influence de la culture burgonde, et plus largement germanique, que refléterait la présence d’un crâne déformé volontairement dans une des tombes fouillées à Meyzieu ? Faut-il invoquer le prolongement de pratiques gallo-romaines, privilégiant la sépulture hors les murs ?

Sépultures isolées ou petits groupes de sépultures

33Un deuxième type de vestiges funéraires, attribuable au haut Moyen Âge, peut être identifié dans le Velin : il s’agit de sépultures isolées (uniques ou par petits groupes de six individus maximum) découvertes fortuitement ou lors des fouilles réalisées sur l’A 46 sud (fig. 10). D’après les descriptions, parfois imprécises, ces sépultures, dans la plupart des cas en coffres de dalles (souvent dénommés burgondes dans l’historiographie locale), s’inscrivent dans une fourchette chronologique large qui englobe périodes mérovingienne et carolingienne. Certaines d’entre elles sont donc peut-être contemporaines des nécropoles communautaires que nous venons d’évoquer.

34Toutefois, dans le cas des rares sépultures de ce type, fouillées dans leur contexte (sites de Charvas et de La Garde à Communay), les tombes sont identifiées comme coffrages de pierre du type 11 de Colardelle (Colardelle et al. 1996) et s’inscrivent donc dans une fourchette VIIe - IXe s. Il en est de même pour les sépultures de La Plaine à Communay qui n’appartiennent pas au même type morphologique, mais qui ont fait l’objet d’une datation isotopique (cf. la monographie du site). Ces tombes sont donc a priori plus tardives que les coffres de pierre des nécropoles communautaires, déjà évoquées, et elles sont associées à des vestiges d’occupation non funéraires. Il est donc plausible que d’autres sépultures apparemment isolées, soient en réalité à mettre en relation avec des témoins d’occupation passés inaperçus. Peut-on donc, à partir de ces quelques exemples datés, conclure, d’une part, que ce caractère d’isolement des sépultures est un phénomène plus tardif que les nécropoles communautaires et, d’autre part, que ces sépultures en petits groupes isolés, que l’on rencontrera également plus tard (période carolingienne et an mil) témoignent d’un certain éparpillement de l’occupation à la fin de l’époque mérovingienne ?

35En tout état de cause, les sépultures, qu’elles soient regroupées ou isolées, traduisent l’incapacité du sanctuaire à attirer toutes les sépultures auprès de lui, même lorsque l’évangélisation chrétienne a fait son œuvre (Blaizot, Savino, à paraître). A l’époque mérovingienne, la nécropole peut exister sans lieu de culte, alors que l’inverse est plus rare : les sanctuaires ont attiré les morts et, souvent, les vivants.

L’archéologie : les indices d’occupation non funéraire

36Que nous apprennent les vestiges fouillés sur le peuplement de l’époque mérovingienne ? Quelques témoins d’une occupation de nature agricole sont attribuables de manière certaine à cette période (Chassieu, Le Trillet, Ve-VIe s.). Sont-ils associés à des nécropoles communautaires ? Rien ne permet de l’affirmer et le site est abandonné rapidement. Nous avons vu que d’autres gisements (Communay, Charvas et Simandres, La Plaine) peuvent être datés, d’après les sépultures auxquelles ils sont associés, de la fin de l’époque mérovingienne, mais pourraient également appartenir à l’époque carolingienne. Ces vestiges, qui évoquent une occupation de type agricole, s’inscrivent-ils déjà dans le réseau (ou en marge) des villae et des agri, dont ne témoigneront les textes que par la suite, mais qui pourrait avoir été mis en place dès la fin de l’époque mérovingienne ? Dans tous les cas, ces structures "erratiques" révèlent une occupation éphémère (établissements agricoles intercalaires), mais peut-être significative d’une certaine activité agricole qui justifiera, par la suite, l’instauration du système original des villae et agri.

Le cadre du peuplement à l’époque carolingienne

37Sur le plan politique régional, le centre du pouvoir se rapproche de notre région, à partir du IXe s., avec la création du premier (843-879), puis du deuxième royaume de Bourgogne (933-1032), dont font partie Velin et nord Viennois, dirigé par la dynastie rodolphienne, implantée dans le sud de la région étudiée, où elle possède des biens allodiaux. Mais on assiste aux débuts de la faillite de l’autorité centrale dès la fin du IXe s. (usurpation par Boson du titre de roi lors de l’assemblée de Mantaille en 879) et à l’affirmation de la puissance de grands seigneurs régionaux, parmi lesquels les archevêques de Lyon et de Vienne. L’ascension des grandes familles seigneuriales est également favorisée par le traité de Quiercy-sur-Oise, qui, en 877, consacre l’hérédité des bénéfices en faveur des possesseurs de fiefs. Parmi ces derniers, figure la famille de Chandieu, la plus puissante de la région durant la période féodale, qui trouve ses racines dans l’aristocratie du royaume de Bourgogne (vicomtes de Vienne). En fait, sur le plan local, ce mouvement historique se traduit par une multiplicité de détenteurs du pouvoir, à l’échelon régional ou local. Leur puissance est directement relative à leur maîtrise foncière. Mais, ce n’est qu’à partir du Xe s., que les textes rendent compte de l’organisation théorique du territoire qui structure le peuplement rural, sans doute à l’initiative de ces puissants. Encore ce modèle ne se dessine-t-il avec netteté que dans le sud de la région, grâce aux implantations clunisiennes. On assiste en effet à un courant puissant de restitutions ou de donations aux abbayes, qui donne lieu à l’établissement des dizaines de chartes sur lesquelles nous pouvons nous appuyer ici.

Agri et villae

38Il n’est pas possible de procéder ici à une exégèse des chartes disponibles qui n’ont pas été analysées de manière systématique. Bien que les descriptions de biens présentent un caractère stéréotypé, les textes nous permettent de prendre connaissance d’une certaine organisation du territoire, avec ses hiérarchies dans le statut des différents lieux et biens. Ces mentions esquissent un paysage de la fin de l’époque carolingienne, où existe un réseau de "villae" juxtaposées, chacune commandant un terroir bien défini, et regroupées dans des agri, dont les sièges, pour autant que l’on puisse en posséder des preuves, semblent toujours avoir connu une certaine importance administrative et/ou religieuse depuis le haut Moyen Âge, voire depuis l’époque gallo-romaine. Cinq chefs-lieux d’agri sont mentionnés au Xe s. (fig. 11). Certains occupent les vieux centres mérovingiens. C’est le cas de Yager octaviensis, qui succède à un vicus situé sur le compendium Lyon-Vienne, ainsi que celui de Communay, siège d’un archiprêtré et du cortem du roi Rodolphe, mentionné en 1013 (Chevalier 1869, n° 26), de Saint-Pierre-de-Chandieu sans doute aussi, siège de biens patrimoniaux des vicomtes de Vienne, enfin de Yager de Villeurbanne qui relevait, très tôt, de l’Eglise de Lyon.

11 – Le peuplement du Velin à l’époque carolingienne

11 – Le peuplement du Velin à l’époque carolingienne

39Les limites géographiques des agri ne peuvent être définies que grâce aux villae ou lieux-dits mentionnés dans les chartes et identifiables dans le paysage actuel. Encore, les frontières de ces circonscriptions, qui semblent parfois se chevaucher, n’apparaissent-elles pas toujours très nettement. Elles regroupent quelques villae situées dans un rayon d’une dizaine de kilomètres autour du chef-lieu. Chandieu, l’un des mieux connus, apparaît dans les textes à partir de 944, en tant que chef-lieu de Yager candeacensis, généralement mentionné comme appartenant au pagus de Lyon, mais parfois aussi au pagus de Vienne. L’étendue de cette circonscription se limitait aux territoires des villae proches de Mions, Toussieu et Heyrieux. La première mention de l’église de Saint-Pierre-de-Chandieu se trouve dans une charte de 976. A cette date, cette église est dédiée à l’abbaye de Cluny par Ratburn, vicomte de Vienne. Hector, frère de Ratburn, avait déjà légué auparavant la moitié de l’église et du presbytère. On voit, grâce à cet exemple, que le cadre du peuplement est largement fixé dès le Xe s. dans Yager de Chandieu.

40Toutefois, pour tenter de mieux percevoir la réalité matérielle reflètée par les mentions d’échanges de biens situés dans les villae et agri du Xe s. dans la région étudiée, attardons-nous quelque peu sur le cas de Yager de Communay, particulièrement bien documenté, ainsi que sur l’exemple de la villa de Charvas qui se trouvait dans le ressort territorial de cet ager, citée également un grand nombre de fois. Le lieu-dit attribué aux bâtiments constituant la ferme actuelle de Charvas, constitue le seul vestige toponymique de cette villa de Charvas, mentionnée en tant que siège de biens qui font l’objet de donations à l’abbaye de Cluny.

41Quelques textes sont significatifs. Par une charte de 951, le comte Charles donne à Cluny la villa de Communay avec les églises Saint-Lazare et Saint-Pierre (Bernard, Bruel 1876-1903 : 748-749, n° 797)

"... hoc est alodus meus et villa in pago vienense, que vocatur Communacus, cum ecclesiis, unam in honore beati Lazari, alteram in honore sancti Petri, insuper cum omnibus apendiciis, scilicet vineis, campis, pratis, silvis, aquis aquarumque decursibus, servis utriusque sexus et aetatis, exitibus et regressibus..."

42Cette charte nous fournit des renseignements précieux sur le statut de Communay, désigné ici sous le nom de villa, mais qui est aussi un chef-lieu d’ager d’après de nombreuses autres chartes, possédé en alleu par le comte Charles Constantin ; il s’agit donc d’un bien privé et la propriété allodiale est l’une des caractéristiques de la société pré-féodale dans le Velin. Cette charte est à rapprocher de celle par laquelle, en 830, Lempteus, vicedome de l’archevêque de Vienne, et sa femme Agiloïs, obtiennent la permission des archevêques Barnard de Vienne et Agobard de Lyon, de fonder une église dans leur villa de Satolas, dans le pagus de Vienne (Chevalier 1913-1926, n° 646 : 107, n° 647 et 648 : 109).

43Sur le plan civil, l’importance administrative de Yager de Communay se trouve confirmée par l’existence d’un cortem, possession du roi Rodolphe, sans doute une fortification, déjà évoqué. Qui sont les exploitants des terres ? Des servi qui sont mentionnés, ici, mais également dans de nombreuses autres chartes, au même titre que les champs et autres ruines... De tels constats alimentent la thèse d’une forme subsistante de l’esclavage au Xe s.

44La charte fournit également des éléments pour juger de la place des églises au sein de l’habitat au Xe s. Deux églises sont mentionnées dans la villa de Communay. Si nous ne pouvons localiser de manière précise l’église Saint-Lazare, désaffectée après le XIe s. et disparue maintenant, nous possédons toutefois quelques éléments fiables quant à son emplacement approximatif, à proximité d’une nécropole mérovingienne (fig. 11, n° 8). Or, cette église se serait trouvée très nettement à l’extérieur du village de Communay, au coeur duquel se situait l’église Saint-Pierre, également citée dans le texte et ayant conservé la même localisation, jusqu’à nos jours (fig. 11, n° 7). Grâce à ce texte, il est envisageable que la chapelle funéraire Saint-Lazare se soit effacée au profit de l’église paroissiale. Ce schéma illustrerait celui proposé pour la période précédente (cf. supra).

45Une charte par laquelle, en 941, un des fils du vicomte Bérilon, Engelbert, et sa femme Halda, donnent à Cluny un curtil dans le domaine de Charvas (Bernard, Bruel 1876-1903 : 315 n° 324) apporte d’autres éléments;

"... Est autem ipse curtilus in comitatu Vienense, in agro Cominiaco, in villa que dicitur Calvatis. Et terminatur ipse curtilus de superiore parte terra Atesifredi, in alia fronte de ipsa hereditate, in alia fronte terra Vualdandi, a circio via publico. Haec donamus eo tenore ut, quamdim ego Engelbertus vixero, usum et fructum habeam inde, et omni anno in vestitura IIII sextaria inter panem et vinum persolvam ; post obitum vero meum predicto loco remanent propter locum sepulture..."

46D’une part, cette charte, comme de nombreuses autres de la même époque, fait allusion à une via publico et à des confronts qui permettent de situer précisément le domaine évoqué, à l’intérieur de la villa de Charvas (cf. supra) ; d’autre part, Engelbert manifeste le souhait d’être enterré en ce lieu, alors que ne s’y trouve a priori aucun lieu de culte. Il nous paraît donc tout à fait intéressant de relier ce fait sociologique à la réalité archéologique des sépultures dites isolées, déjà évoquées.

47Le dernier texte mentionnant la villa de Charvas évoqué ici, est une charte par laquelle Mainard et Aldrade donnent au monastère de Cluny tout ce qu’ils possèdent sur les domaines de Calvat et de Cruo (Bernard, Bruel 1876-1903 : 92, n° 998).

"...res nostras que sunt site in pago viennensi, in agro Commennaico, in villis que nominantur Calvatis et Cruo. Et sunt he res in edificiis stantibus, casaricis, ortis, vineis, vinealiis, campis, rivis, fontibus, arboribus..."

48Il est donc certain que le vocabulaire employé reflète bien une hiérarchie dans les types de biens évoqués, et en particulier, dans les bâtiments. Il s’agit de chaumières (casaricis), d’édifices en bon état (edificiis stantibus). En outre, dans la première charte évoquée, sont mentionnées également, parmi les biens fonciers, des ruines et "dégradations" (exitibus et regressibus). Quelle est la réalité correspondant à cette terminologie ? Nous l’ignorons, mais elle est bien présente dans l’esprit du rédacteur de la charte.

49En résumé, il semble que la villa de Charvas, à l’époque carolingienne, était un domaine bien mis en valeur, possédé par des personnages dont certains membres de l’aristocratie bourguignonne, et doté d’exploitants dont certains de statut servile. Quant à la question de la localisation du centre du domaine de Charvas, bien qu’il n’y soit jamais fait allusion dans les textes, l’on peut émettre l’hypothèse que les bâtiments de la ferme actuelle de Charvas le pérennisent. En effet, outre la possible persistance du toponyme attaché depuis l’origine au même lieu, ces bâtiments occupent une place dominante, située stratégiquement, avec une vue sur la vallée du Rhône, les collines du Viennois, et le village de Communay.

50L’organisation du terroir est donc loin d’être désincarnée ou théorique, comme elle peut l’apparaître dans certaines régions septentrionales, où la villa désigne un grand domaine comprenant une réserve et une tenure, dont les revenus bénéficient à un seul maître. Les villae et manses sont alors des assiettes de perception correspondant à un habitat plus ou moins dispersé (Lorans 1996). La structuration de l’espace rural évoquée ici se rapproche étroitement, au contraire, du modèle établi pour le Mâconnais, en particulier par Bange, à partir des chartes de Cluny également, où la villa est identifiée à un terroir (comme le sera le village plus tard) et correspond à une "cellule territoriale" dont le sol est réparti entre plusieurs maîtres et exploités par les servi (Bange 1984). L’existence de cette organisation et la cartographie des lieux-dits mentionnés dans les chartes montrent que la hiérarchisation des biens fonciers (manses, curtils, vignes, champs et prés) se reflète dans l’espace et implique aussi un certain regroupement de l’habitat. Le fait que, dans notre région, le nom de la plupart des villae soit attaché, de nos jours, à un hameau ou à une ferme renforce cette image d’un finage, qui gravite autour des maisons.

51À partir des exemples étudiés dans les zones documentées, il apparaît donc que l’occupation du sol est presque complète. La mise en place de ce réseau, probablement dès la fin de l’époque carolingienne, se superpose partiellement à l’organisation gallo-romaine, mais suppose aussi la création de nouveaux habitats installés entre les pôles de peuplement centrés sur les églises, les seuls à avoir survécu. Il s’agit d’un système original qui fait le lien entre le domaine du Bas-Empire et le village médiéval. Dans sa cohérence, il peut être interprété comme le révélateur d’un encadrement de ce nouveau peuplement, résultant probablement d’une volonté politique, émanant vraisemblablement de personnages de l’aristocratie carolingienne du royaume de Bourgogne (Sobon, frère de l’archevêque, Ratburn, etc.) connus en tant que détenteurs de certaines villae dans les chartes du Xe s. Ils résident dans les sièges d’ager qui accueilleront également les mottes castrales. De fait, ce sont les premiers seigneurs ruraux qui s’adaptent sans doute, ou provoquent, par une meilleure approche de l’économie rurale, une croissance agricole qu’ils encadrent à leur profit. A ce sujet, il est fort à croire que les infrastructures agricoles permettant la gestion de l’exploitation se trouvent dans les villae, c’est pourquoi elles n’apparaissent pas à la fouille. Les textes reflètent donc une mise en valeur réelle du territoire durant la période carolingienne, sans rapport apparent avec la récession économique et démographique suggérée par les archéologues, à la seule prise en compte des vestiges matériels.

Le réseau paroissial

Ager, villa et paroisse

52Dans la région étudiée, les chefs-lieux d’ager deviennent automatiquement des sièges d’églises au statut paroissial ; ce n’est pas le cas des villae, plus rarement dotées d’une église. Ternay qui est une villa de Yager de Communay ne doit-elle pas sa formation en paroisse au changement de statut de son église qui devient prieuré ? D’autres villae de Yager de Chandieu deviendront également des paroisses, à la suite de l’implantation d’églises en leur centre, sans doute à l’époque carolingienne (cf. infra). Enfin, d’autres villae subsisteront en tant que hameaux, fermes ou simples lieux-dits (fig. 11). Cependant, peu d’entre elles disparaîtront totalement du paysage.

La fondation de nouvelles paroisses : les premiers villages ?

53Pour identifier d’éventuelles créations, nous aurons recours, de même que pour l’époque mérovingienne, aux vocables des églises. En effet, la fin de l’époque mérovingienne et l’époque carolingienne voient l’adoption des martyrs régionaux, en l’occurrence auvergnats, comme patrons des nouveaux édifices : il s’agit de saint Priest (évêque de Clermont assassiné en 675) et de saint Bonnet, qui ont donné leur nom aux communes, de saint-Galmier (Chassieu), saint-Michel et sainte-Marie-Madeleine (Mions), et saint-Pierre (Toussieu). Si l’on ajoute ces églises aux lieux de culte déjà évoqués, on peut considérer qu’à la fin de l’époque carolingienne, le réseau des paroisses est fixé. On en compte 34 dans les pouillés du XIIIe s. (Longnon 1904). Par la suite, leur nombre diminuera.

54Les nouvelles églises ne sont plus les créations d’un pouvoir public, mais des propriétés privées, aux mains des seigneurs ruraux qui gravitent autour de la famille bourguignonne et du comte de Vienne. Rappelons le texte mentionnant la fondation d’une église par de puissants personnages, dans leur villa de Satolas, ainsi que la charte stipulant que l’église de Saint-Pierre-de-Chandieu appartient à la famille qui deviendra celle de Chandieu. D’autres églises, certainement parmi les plus anciennes, sont mentionnées comme appartenant à l’Eglise de Lyon comme Saint-Laurent d’outre Rhône (plus tard Saint-Laurent-en-Velin, et actuellement Saint-Laurent-de-Mure), Décines, Charpieu, Feyzin, Villeurbanne (fig. 11)...

55Quels sont désormais les chaînons manquants pour attribuer à nos paroisses le label "village", tel que défini par Fossier. Citons cet auteur : "Il faut réserver le mot à un groupement compact de maisons fixes, mais aussi à la présence de divers noyaux de rassemblement où les morts joueront le premier rôle, à l’organisation cohérente du terroir environnant, et surtout à l’apparition d’une prise de conscience communautaire" (Fossier 1995). Nous avons de fortes raisons de croire à l’existence du groupement de maisons, les noyaux de rassemblement autour des morts sont connus. Le terroir est organisé de manière cohérente. Mais le critère sociologique se dérobe : le cadre social de la paysannerie, en partie asservie, n’est pas si éloigné du schéma antique et aucun indice de prise de conscience communautaire ne se fait jour. Pourtant, dans la mesure où toutes les autres conditions sont remplies, nous qualifierions volontiers de "protovillages", comme en Ile-de-France (Guadagnin), certaines villae.

Les données archéologiques

56Elles sont peu nombreuses et, nous l’avons vu, parfois, difficiles à isoler des vestiges de la période mérovingienne. De même que ces derniers, elles reflètent une occupation de nature agricole et sont parfois associées à des petits groupes de sépultures déjà évoqués (Simandres, La Plaine). Encore une fois, il s’agit d’une occupation intercalaire qui n’a pas survécu. Elle peut s’inscrire dans le système villae et agri, mais elle peut être également le fait de précurseurs du "raz-de-marée" rural auquel nous allons assister au tournant des Xe-XIe s.

L’habitat et le peuplement autour de l’an mil : révolution ?

57Sur le plan régional, la fin de la domination rodolphienne, en 1001, a consacré l’avènement de la féodalité, dont le processus était déjà largement entamé ; en effet, à cette date, Rodolphe II céda le comté de Vienne à l’archevêque de Vienne, qui, lui-même le partagea en 1030, entre Guigues et Humbert aux Blanches Mains de Savoie, lequel obtint la partie nord du Viennois, donc le territoire objet de notre étude, où se trouvaient ses possessions les plus anciennes. Cette implantation précoce justifiera les ambitions du comte de Savoie sur la rive gauche du Rhône pendant tout le Moyen Âge, par ailleurs toujours revendiquée par l’archevêque de Lyon, et plus tard par les Dauphins. Toutefois, sur le plan local, ce nouveau pouvoir féodal central ne s’imposera pas immédiatement et les alleutiers, grands et petits, créeront une forme de peuplement éphémère, mais intéressante au plus haut point car elle illustre le changement social qui constitue, à notre sens, la véritable révolution de l’an mil. Ici, c’est l’archéologie qui nous apporte le témoignage le plus précieux pour la compréhension de ce passage de la société antique à la société moderne.

Les manifestations de la féodalité

58Autour de l’an mil, le Velin voit l’éclosion de mottes castrales, dont la densité et la précocité témoignent de la difficulté des suzerains officiels à s’assurer une mainmise réelle sur ce petit territoire (fig. 12). La quinzaine de sites castraux étudiée, datable de la fin du Xe s. ou de la première moitié du XIe s„ semble l’émanation d’une classe chevaleresque alleutière d’origine régionale. Les seigneurs les plus puissants sont issus de l’aristocratie carolingienne déjà évoquée (famille de Chandieu) et assoient leur pouvoir sur un ancien siège d’ager, à partir duquel ils l’étendent sur une partie du territoire. Voyons par quel mécanisme.

59Les fondateurs du lignage de Chandieu, dont les membres ne porteront ce nom dans les textes qu’à partir de la fin du XIe s., apparaissent en 976. Il est fort probable qu’Hector, évêque du Puy de 965 à 970, et son frère Ratburn, vicomte de Vienne, soient les premiers membres connus de cette famille ; ces deux puissants personnages, dont l’un appartient à l’aristocratie carolingienne, sont, dès cette époque, bien implantés à Saint-Pierre-de-Chandieu, puisque l’église de ce lieu leur appartenait (cf. supra). Vers 1030, une nouvelle génération apparaît, qui semble issue du même lignage, avec Berlion, chevalier et vicomte de Vienne, et son frère Pons Hector, chevalier également. A travers les textes les mentionnant, nous pouvons constater que le titre de vicomte et le domaine foncier qu’ils s’étaient constitué dans l’ager placé sous leur tutelle, deviennent héréditaires. A cette même époque, la famille s’émancipe de l’autorité comtale représentée par l’archevêque de Vienne. La lutte d’influence favorisée par la vacance du pouvoir central est illustrée par un texte de 1040, qui nous apprend que l’archevêque de Vienne, Léger, rend son amitié au chevalier Hector qui lui avait fait la guerre (Chevalier 1869 : 150, n° 206). C’est probablement lors de cette même période (première moitié du XIe s.) que le lignage dut asseoir son autorité sur une fortification mentionnée pour la première fois en 1058 dans une bulle du pape Etienne IX, par laquelle ce dernier confirme les possessions du monastère de Cluny (Bernard et ai, 1876-1903, n° 3354). Cette fortification se traduit dans le paysage actuel, par deux mottes castrales, édifiées sur deux mamelons voisins. Dans le même texte de 1058, est citée la chapelle castrale (cella in castro Candiaco). Le castrum et la chapelle en question pourraient se rapporter au site du château de pierre, qui succédait sans doute au siège de Yager carolingien, dont nous ignorons la forme.

60Les autres chevaliers apparaissent comme issus de modestes lignages, tous alleutiers, qui profitent du caractère marginal du Velin pour ériger également leur motte castrale et exercer leur domination, tant bien que mal, sur le plat pays immédiatement dominé par l’éminence surmontée par un ouvrage en bois. Sauf exception, les sites castraux, dans le Velin, ne sont pas générateurs de peuplement. Par contre, ils témoignent d’un changement dans le mode de possession des terres, dont une des manifestations est l’adoption par le lignage du nom de la terre qu’il possède.

Les habitats "civils"

61Ici les données archéologiques constituent un document de premier ordre pour apercevoir, enfin, les véritables travailleurs de la terre.

62Parallèlement à l’édification des mottes, de nombreux sites témoignent d’une véritable colonisation des espaces favorables à la culture. Ce phénomène est particulièrement spectaculaire dans la plaine située au pied des Balmes viennoises, au sud de l’Ozon, où des vestiges d’occupation attribuables aux Xe-XIe s. ont été reconnus sur une bande d’environ 5,5 km, tous les 800 m en moyenne. Les gisements se situent invariablement sur des sols limoneux, que ce soit les recouvrements des terrasses fluvioglaciaires (sites de Vénissieux, de Saint-Priest, de Communay, Simandres, Jons) ou les loess sur la butte morainique ChassieuGenas (sites de Meyzieu) (fig. 12). Certains d’entre eux s’installent sur des sites présentant des traces d’occupation antérieures, sans que l’on puisse affirmer qu’il s’agit d’une continuité de l’occupation du même lieu. Ils s’inscrivent d’ailleurs d’une manière générale dans des terroirs largement mis en valeur, ce dont attestent les études paléoenvironnementales. Nous ne reviendrons pas ici sur la caractérisation de ces sites, largement évoqués par ailleurs. Rappelons que les activités agricoles (gestion des récoltes, élevage) sont illustrées par les silos de Jons, Les Mures ou de Meyzieu, la Chapelle, et par la faune de Communay, Charvas. Des activités domestiques à caractère communautaire sont également attestées à Communay, La Plaine, Rillieux-la-Pape, Les Balmes, Simandres, Fontaine. Sur ce dernier site, qui n’a malheureusement pas fait l’objet de l’étude qu’il méritait, se trouvaient pleinement illustrées ces activités, avec la présence de plusieurs fours domestiques, de batteries de fosses, dont certaines étaient sans doute des silos, associés à des constructions de différents types architecturaux (murs fondés sur des solins de pierre délimitant plusieurs pièces d’un bâtiment (habitation ?) et négatifs de poteaux, sans doute antérieurs, témoins de bâtiments en matériaux périssables). L’occupation semble y avoir été plus durable que sur les autres sites de la même période, puisqu’il a connu deux phases successives, qui se traduisent par l’utilisation de deux types de céramique différents. Le site se trouve à proximité d’une nécropole du haut Moyen Âge et d’une villa gallo-romaine, sans doute par hasard.

12 – Le peuplement du Velin autour de l’an mil

12 – Le peuplement du Velin autour de l’an mil

63Les bâtiments de Fontaine et de La Garde sont les seuls qui pourraient avoir eu une fonction d’habitat, sans toutefois que l’on puisse parler d’un groupement de maisons. Ils ne sont associés à aucun lieu de culte (bien que le bâtiment de La Garde se superpose à une construction qui avait peut-être une vocation religieuse). Dans certains cas, les vestiges sont associés à des sépultures regroupées par petits ensembles isolés comme à Rillieux-la-Pape, Simandres, Les Estournelles et Mont-Moraud, qui reflètent, d’après les études anthropologiques, et comme pour les périodes précédentes, une pratique qui n’a rien d’exceptionnel (Blaizot, Savino, à paraître). Ces occupations auront toutes le même destin : les sites seront désertés au cours du XIe s. Il en est de même pour les mottes castrales.

64Les établissements qui fleurissent ainsi dans le Velin autour de l’an mil, parfaitement contemporains des mottes castrales, se caractérisent donc par des vestiges qui illustrent les différentes étapes de la production agricole au sein d’une exploitation rurale. Ainsi, ils évoquent une certaine autarcie, image renforcée par les sépultures isolées, accompagnée d’une certaine "aisance" suggérée par le mobilier et la nourriture. Ils pourraient avoir été créés par des paysans alleutiers (anciens servi ?), en dehors des pôles de peuplement traditionnels existant, déjà fixés et toujours occupés, d’après quelques indices datés de la même période (sépultures de la chapelle des 10 000 Martyrs, céramique à Genas, Azieu...). Ils ne répondent pas à la définition du village, sauf dans le sens où ils témoignent de l’adoption de pratiques communautaires. Nous sommes donc en présence d’une occupation intercalaire qui rend compte d’un phénomène important sur le plan historique, mais secondaire en ce qui concerne l’évolution de l’occupation du sol : il semble qu’il s’agisse d’un débordement de peuplement sans nul doute favorisé par la croissance agraire. Désormais toutes les conditions de l’existence des villages sont réunies, mais encore dissociées topographiquement. A partir du milieu du XIe s., elles seront réunies en un même lieu, donnant naissance au village. Cette réunion n’a pu s’effectuer que sous la férule des seigneurs les plus puissants qui ont de nouveau créé un cadre de peuplement structuré, de manière à recueillir le fruit du travail des paysans "libres" travaillant et/ou habitant sur les sites que nous venons d’évoquer, au tournant de l’an mil.

Conclusion

65Nous avons vu que les villae mentionnées le plus anciennement, à l’époque mérovingienne, recouvrent sans doute la réalité du grand domaine du Bas-Empire où l’évêque implante très tôt des églises. Les inscriptions funéraires chrétiennes contribuent à l’image d’un habitat regroupé autour des sanctuaires. La localisation de ces derniers reflète la politique de christianisation de l’Eglise et la gestion du patrimoine foncier du diocèse de Lyon grâce à des implantations le long des axes de communication majeurs. Notre ignorance est totale, faute de sources, en ce qui concerne la traduction matérielle de ce peuplement et le statut des habitants. Toutefois, on peut avancer l’hypothèse d’un cadre de peuplement assez largement mis en place à la fin de l’époque mérovingienne, qui se superpose partiellement à l’occupation gallo-romaine. La population (d’origine gallo-romaine ?) s’est regroupée dans certains centres (anciennes villae du Bas-Empire ?), élus pour des raisons défensives ou de contrôle des voies, où l’Eglise de Lyon installe ses premiers édifices publics. Ce sont ces centres qui réussiront, grâce à l’association des fonctions religieuse et funéraire : l’écrasante majorité de ces lieux sont encore connus aujourd’hui.

66À côté de ces noyaux de peuplement pérennisés durant les périodes suivantes, il existait certainement des habitats ex nihilo, lié aux nécropoles "en plein champ". Cet habitat-là n’a pas "réussi" : on peut penser qu’il a été déserté au profit des villae ou des habitats associés à une église, comme dans le cas du site de Charvas, où une tombe au moins a été vidée de son occupant, peut-être pour rejoindre le site religieux et funéraire voisin de La Garde. Dans ce cas, contrairement à l’affirmation de certains historiens (Fossier 1995), ce n’est pas l’habitat qui flotte et tourne autour du cimetière, souvent commun à plusieurs groupes, mais plutôt l’inverse : les morts suivent les vivants !

67Le peuplement de l’époque mérovingienne apparaît donc comme une mosaïque où se côtoient les grands propriétaires d’un domaine (aristocratie gallo-romaine) et des populations intercalaires, sans doute déjà majoritairement christianisées, mais occupant de nouveaux espaces (même s’ils étaient déjà occupés lors de la période romaine), correspondant à des noyaux de peuplement "libres", mais éphémères. L’association des deux est certainement à l’origine de villae et de sièges d’agri où la population la plus pauvre est "recyclée" en tant que servi au service de propriétaires plus ou moins puissants.

68Les premières preuves d’une structuration et d’une hiérarchisation de l’occupation de l’espace rural du haut Moyen Âge nous sont apportées par l’apparition dans les textes, au Xe s., du système villae/agri. Ce cadre a dû se constituer avant l’époque où il apparaît dans les textes (fin de l’époque mérovingienne ?). Il se trouve que les centres d’ager du Xe s. sont également le siège d’un pouvoir carolingien et probablement d’une église mérovingienne (Communay, Saint-Pierre-de-Chandieu, Feyzin). On peut donc en déduire une forme de cristallisation du peuplement propre au haut Moyen Âge, qui n’est pas le village, mais pas davantage le système domanial du Bas-Empire. Cette première forme d’encadrement de la population rurale résulte sans doute de l’initiative des grands seigneurs ruraux qui s’adaptent aux nouvelles conditions d’exploitation de la terre, au sein d’un terroir déjà très largement mis en valeur à cette époque.

69Autour de l’an mil, il semble que le système soit débordé : se déroule alors une période qui pourrait être qualifiée d’anarchique, marquée par l’éclosion d’une mulitude de mottes castrales, dressées par de petits hobereaux désireux d’assurer leur mainmise sur le territoire qu’ils pouvaient surveiller directement, mais aussi par les puissants membres de l’aristocratie carolingienne, désireux de se "recaser". Parallèlement, on assiste à l’émergence d’une multitude d’occupations et, pour le Velin, nous pouvons reprendre à notre compte la constatation de Fournier : "Aux environs de l’an mil, l’homme était présent partout où la vie agricole était possible" (Fournier 1987 : 174-176). Dans le Velin, ce sont les terres propices à la céréaliculture qui ont été systématiquement colonisées, même si une partie d’entre elles avaient déjà connu des occupations sporadiques durant les périodes précédentes.

70L’exploitation rationnelle des terres a sans doute permis à de petits paysans alleutiers ou devenus libres, ou se rendant libres, de vivre pendant une, deux ou trois générations, du fruit de leur travail en exploitant les terres sur lesquelles ils résidaient, peut-être occasionnellement. C’est ce que semblent nous indiquer les sépultures éparses et les quelques bâtiments étudiés. Se sont alors développées des pratiques communautaires dont nous retrouvons les témoignages : batteries de silos ou fours domestiques collectifs. Puis, sans doute dès le début du XIe s., tous ces sites qui colonisent une bonne partie du terroir sont abandonnés, en même temps que les mottes, et que certaines églises (La Garde, Saint-Lazare). Toutefois, la pratique communautaire qui constitue l’une des composantes du village n’est pas abandonnée. Elle est simplement reclassée et détournée au profit du seigneur. En l’occurrence, on peut penser que le facteur déterminant est politique. De ce point de vue, il s’agit bien d’une révolution : les paysans sont alors rentrés dans le rang, au sein de ces villages, où les pratiques communautaires ont été pérennisées, mais placées sous l’étroit contrôle du seigneur et de l’Eglise : regrouper, c’est régner !

71D’une manière générale, il faut dissocier l’évolution de l’occupation du sol et l’évolution politique et sociale. En matière d’occupation du sol, il semble que la pérennité des lieux de peuplement soit effective et que nombre d’agglomérations actuelles ont une origine fort ancienne. Les mêmes lieux d’implantation exercent une forme d’attraction récurrente. Maintes illustrations archéologiques de ce phénomène existent dans les bourgs actuels : la motte d’Anthon fossilise une nécropole mérovingienne, celle de Villeurbanne un site gallo-romain... Concernant l’évolution politique et sociale, la réalité est beaucoup plus complexe. Durant le haut Moyen Âge, on passe d’une société paysanne "urbaine" gallo-romaine à une société paysanne rurale qui en vient à trouver avec l’aide des puissants une forme de peuplement adéquate, dans le nouveau contexte de le féodalité : le village qui suppose une organisation communautaire. En ce sens, l’encellulement est bien une réalité.

Table des illustrations

Titre 9 - Le peuplement du Velin à l’époque gallo-romaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre 10 – Le peuplement du Velin à l’époque mérovingienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre 11 – Le peuplement du Velin à l’époque carolingienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre 12 – Le peuplement du Velin autour de l’an mil
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 637k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access