Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à la campagne au Moyen Âge

 | 
Élise Faure-Boucharlat

Approche synthétique

Chapitre 2. Le temps

Les rythmes de l’occupation rurale

Texte intégral

1Création, continuité, rupture, survie et disparition, autant de notions qui contribuent à décrire les rythmes de la vie des établissements ruraux, thème régulièrement abordé dans le cadre des programmes d’archéologie extensive depuis une dizaine d’années. Et c’est probablement dans ce domaine que les apports de l’archéologie, source privilégiée du monde rural, ont été les plus flagrants. La période du haut Moyen Âge est, hélas, la plus difficile à prendre en compte dans cette réflexion sur le temps, en raison de la difficulté à dater les faits archéologiques répertoriés. Les moyens mis en oeuvre, au cours de notre enquête, pour établir la chronologie des sites pris en compte dans cette approche synthétique sont exposés en détail dans le quatrième chapitre. On jugera combien cette question, à nos yeux primordiale, a été au cœur de notre travail. Pourtant, en l’état actuel des connaissances, la prudence nous a conduite à retenir des fourchettes chronologiques assez larges (fig. 7). Cette imprécision, d’ailleurs à nuancer selon les périodes, limite en partie la réflexion d’ensemble sur les étapes du peuplement. De telles circonstances ne sont, bien sûr, pas propres au secteur rhônalpin et nombre de chercheurs soulignent l’imperfection des données archéologiques dans leur contribution à l’Histoire (Bayard 1995). On l’aura compris, les propositions qui suivent se veulent des pistes de recherche que viendront compléter ou remettre en cause des découvertes ultérieures.

7 - Les phases d’occupation des établissements (fourchettes chronologiques), réparties entre Antiquité, haut Moyen Âge et Moyen Âge central

7 - Les phases d’occupation des établissements (fourchettes chronologiques), réparties entre Antiquité, haut Moyen Âge et Moyen Âge central

2Si les étapes de l’occupation offrent des caractéristiques propres à chaque site, la confrontation des situations permet de dégager, pour la région, quelques faits généraux, au premier rang desquels se placent la relative discrétion de l’héritage antique, le contraste entre la période mérovingienne, archéologiquement bien documentée, et les temps carolingiens, apparemment peu représentés, le rythme accru des installations paysannes au tournant de l’an mil et la persistance de certaines formes de l’organisation des habitats ruraux jusqu’à la fin du XIIe s.

Le legs de l’Antiquité

3À une tradition historique qui mettait en avant les phénomènes de rupture entre mondes antique et médiéval s’est substituée une nouvelle approche qui met l’accent sur les phénomènes de continuité. Et l’archéologie y a grandement contribué, grâce à l’observation minutieuse des indices matériels de la "médiévalisation" des établissements gallo-romains. Ainsi, plusieurs publications récentes ont démontré la part de la basse Antiquité dans la formation de l’habitat rural du haut Moyen Âge, en Gaule septentrionale (Van Ossel 1995 et 1997) comme en Gaule méridionale (Mercier, Raynaud 1995 ; Schneider, Paya 1995). Dans la région considérée ici, ces questions n’ont pas encore été envisagées de façon globale, mais ponctuellement depuis une dizaine d’années ; un rapide survol des données provisoires avait été présenté dès 1986 (Premiers temps chrétiens 1986 : 138, 145, 146, 152). Depuis, à notre connaissance, seules les fouilles de l’établissement de Larina à Hières-sur-Amby (rapport Porte 1989), de la villa de Saint-Vincent à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Odiot, Raynaud 1992) et celles en cours sur la villa du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas (rapport Royet 1998), ont enrichi cette problématique. Il faut également mentionner un article concernant le nord de la région Rhône-Alpes, mais celui-ci considère avant tout le Bas-Empire et été rédigé avant que ne soit reconsidérée la datation des sites évoqués dans ce volume (Vicherd 1995).

4Certes, la plupart de nos sites livre des vestiges antérieurs au Moyen Âge, préhistoriques, protohistoriques et bien sûr antiques. Mais, le plus souvent, ceux-ci sont ténus ou mal conservés et ne présentent pas de relation matérielle avec les structures médiévales. Le cas le plus courant est la présence de mobilier qualifié de résiduel ou erratique par les fouilleurs, parce qu’il ne peut être associé à des vestiges bâtis. Ainsi à Beynost (fin Ier s. av.-IIIe s. ap. J.-C.), à Rillieux-la-Pape (IIe s.), à Chatuzange-le-Goubet, ou encore à Beauregard-Barret (IIe-IIIe s.). A Bény, l’existence de fosses du Haut-Empire plaident pour la proximité d’un habitat antique situé hors de l’emprise du chantier. A Château-Gaillard, aune exemple, l’occupation antique est plus importante et mieux structurée, mais ne dépasse pas le Ier s. de notre ère, excluant tout rapport avec l’occupation médiévale du site. De fait, le voisinage, voire la superposition des occupations, sont somme toute chose logique dans des régions favorables à l’implantation humaine. Rares sont donc les sites où cette superposition se traduit par une réelle contingence matérielle, notamment par la reprise de constructions antiques, comme on le verra plus loin. Cependant, il convient de prendre en compte, même si on ne les explique pas toujours, les curieuses coïncidences entre l’Antiquité et le Moyen Âge qui touchent à l’organisation spatiale de certains sites. Nous suggérons d’y voir les effets d’une forme de survie du découpage parcellaire.

Hiatus ou continuité de l’occupation ?

5L’enquête récente conduite sur les campagnes du nord de la Gaule (Van Ossel 1992) montre la difficulté qu’il y a à faire la part entre une continuité réelle de l’occupation des établissements après le Bas-Empire et la reprise de l’occupation après une phase d’abandon. Nous ne pouvons que reprendre ce constat à notre compte. En définitive, à partir de notre échantillon, la délicate question des modalités de la transition, en zone rurale, entre l’Antiquité et le Moyen Âge, peut être examinée à travers deux sites seulement : La Châtelarde à Poncin et Le Bivan à L’Albenc. En zone périurbaine, en l’occurrence au nord-ouest de Lyon, la continuité des occupations ne paraît pas être la règle, bien que des contraintes topographiques fortes limitent les possibilités d’implantation.

6Le cas de Poncin n’est pas sans surprendre. Un important programme de construction, en partie sur les restes d’un bâti plus ancien (IIe-IIIe s.), intervient fin IVe-début Ve s. : la fouille a révélé la partie septentrionale d’un édifice à plan complexe (bâtiment A), muni d’au moins une exèdre semi-circulaire, évoquant la partie résidentielle d’une villa. En divers secteurs, ses puissantes maçonneries se superposent à des vestiges de murs ou à des niveaux datables des Ile-IIIe s. Un peu plus tard (fin Ve ou début VIe s.), au voisinage de cet édifice, est construit un bâtiment plus modeste en pierre sèche (bâtiment B), de plan simple, inclus dans un système d’enclos comprenant des locaux attenants. Tandis que le bâtiment à exèdre semble abandonné à la fin du Ve s. ou au début du siècle suivant, le bâtiment rectangulaire reste en activité jusqu’au VIIIe s. Il est évident qu’ici il ne s’agit pas de la simple réutilisation de maçonneries préexistantes, mais d’une reconstruction assez ambitieuse à l’extrême fin de l’Antiquité, dont l’évolution, à l’aube du Moyen Âge, pourrait offrir l’image des dernières péripéties d’une villa rurale. Si le mobilier qui nous est parvenu ne comporte pas d’éléments attribuables à la première partie du IVe s., on ne saurait exclure que l’occupation de ce site, trop partiellement exploré, a pu être ininterrompue de l’Antiquité au Moyen Âge.

7À L’Albenc, la situation est différente. Un établissement rural important connaît trois phases majeures d’évolution entre la fin du Ier et le milieu du IVe s. Lors de la dernière étape, on a affaire à un établissement à plan complexe, organisé autour d’une cour. Les premiers signes (matériel céramique) d’une installation médiévale sont attribuables au plus tôt à la charnière des Ve-VIe s. A partir du seul mobilier, force est de conclure à l’interruption de l’occupation. Pourtant, certaines observations s’accorderaient davantage avec une forme de continuité. Tout d’abord, les constructeurs conservent le principe de l’organisation orthogonale et de la distribution du bâti autour d’une cour. Ensuite, l’adoption, pour ne pas dire le détournement, des constructions antiques offre des solutions architecturales originales par rapport à ce que l’on connaît ailleurs : combinaison de l’emploi de la pierre, de la terre et du bois. Le remploi systématique des solins de pierre des constructions préexistantes, la recharge des sols antiques, les agrandissements, les subdivisions, tiennent à l’évidence compte d’un bâti en partie conservé. En tout état de cause, l’établissement mérovingien du Bivan ne peut être considéré comme une création ex nihilo, quand bien même il prendrait place dans des constructions désertées. Il faut alors compter avec l’hypothèse du déplacement temporaire de l’habitat durant le IVe s., peut-être même à l’intérieur du domaine antique dont la fouille n’a appréhendé que le cœur.

8Selon un schéma qui leur est propre, les établissements de la Châtelarde et du Bivan illustrent donc, tant au nord qu’au sud de la région considérée, les transformations d’habitats antiques pendant les premiers siècles du Moyen Âge. S’il est exclu de dégager un modèle à partir de ces deux exemples, on établira toutefois le parallèle avec des situations plus explicites, mises en lumière grâce à des enquêtes archéologiques conduites à l’échelle de terroirs, notamment en Gaule méridionale, comme dans les villae de Loupian, de Dassargues ou de Montagnac, Hérault. Il ne s’agit pas d’une réutilisation précaire de quelques pièces, mais bien d’une installation durable, reflet d’une certaine prospérité du monde rural, sensible probablement bien au-delà de l’espace bâti des villae proprement dites (Mercier, Raynaud 1995 : 196-197 ; Garnier et al. 1995). Pour revenir à la région Rhône-Alpes, les fouilles de l’habitat groupé de hauteur de Larina, à Hières-sur-Amby, montrent de façon saisissante le passage, sans heurt ni dépression, du domaine antique au domaine mérovingien (rapport Porte 1989). Et c’est là toute la problématique des fouilles en cours dans l’espace de la villa de Saint-Romain-de-Jalionas, dans le même secteur, qui devraient apporter un éclairage complémentaire pour un établissement de plaine (rapport Royet 1998).

9Sur la question de la transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge, il faut sans doute faire une place à part aux implantations de la périphérie lyonnaise (vallon de Trion et plaine de Vaise). Dans cette zone, des contraintes topographiques fortes, relief, hydrographie, axes de communication, accentuent, bien évidemment, les phénomènes de superposition. C’est bien la voirie antique, perpétuée au haut Moyen Âge (Chastel et al. 1995), qui fait le lien entre les périodes, mais il n’y a pas réoccupation d’installations antiques à proprement parler, comme le montrent deux exemples dans le secteur de Gorge de Loup. Dans le premier cas, une solide maison s’installe, à la charnière des Ve-VIe s., en bordure d’une voie reliée au réseau dit d’Aquitaine, sur une parcelle vierge de constructions antérieures, exceptés deux foyers isolés. Dans le second, une maison d’allure apparemment plus sommaire, est édifiée vers le début du Ve s. ( ?) à l’emplacement d’une riche demeure antique. Mais celle-ci, abandonnée depuis au moins 300 ans, est totalement ruinée : aucun de ses éléments n’est repris, ni orientation, ni substructions. Superposition des constmctions, soit, mais hiatus certain de l’occupation. Les faits archéologiques font avant tout ressortir le changement de vocation du quartier à la charnière de l’Antiquité et du Moyen Âge, comme l’illustrent les découvertes faites au 54 bis me P. Audry, où des maisons prennent place, au début du VIIe s., à l’emplacement d’une nécropole abandonnée dès la fin du IVe s. Des découvertes toutes récentes, dans le même quartier (me du Chapeau Rouge), abondent dans ce sens.

Prédéterminisme topographique ?

10Le legs de l’Antiquité revêt le plus souvent des aspects plus ténus. Point de constructions réutilisées, de méthodes architecturales imitées, mais une sorte de "prédéterminisme" dans l’organisation spatiale des installations, qui suggère un rapport avec le découpage parcellaire antique (encore que la datation des fossés qui le matérialisent ne va pas sans difficulté). Évoquons quelques cas où le bâti médiéval semble tenir compte d’agencements préexistants, et pour lesquels on peut avancer l’hypothèse d’une conservation plus ou moins active des formes du paysage depuis l’Antiquité, même si, en l’état de notre documentation, il ne nous est pas toujours possible de restituer les preuves matérielles de cette permanence. Notons cependant les faits.

11Ainsi à Beauregard-Baret, Les Matras, l’occupation antique se signale par du mobilier épars (IIe-IIIe s.) et un système de grands fossés (agricoles ?) parallèles. Il se trouve que les constmctions médiévales des Xe-XIe s., qu’il s’agisse du bâtiment à solins de pierre ou de celui à poteaux plantés, respectent leur orientation. L’exemple de Beynost, Les Grandes Croix, est plus explicite. L’occupation antique s’étale entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le IIIe s. ap. Elle se signale par quelques fosses, des fours et foyers, mais aucune construction n’apparaît dans l’emprise de la fouille. Les structures en question sont cernées par un fossé constitué de deux branches à angle droit (respectivement 40 et 44 m de long), en usage dès l’époque augustéenne. On observe que les bâtiments du haut Moyen Âge adoptent l’orientation de ce découpage (fig. 2, Beynost). Sans exclure le fait du hasard, compte tenu de l’importance du décalage chronologique entre ces groupes de structures, l’hypothèse que le découpage antique se soit perpétué, de façon résiduelle, est à envisager.

12Une explication du même ordre peut être avancée pour le site du Recourbe à Château-Gaillard ; les faits prennent plus de poids en raison de l’ampleur des vestiges. L’histoire complexe de celui-ci, depuis le Néolithique, a laissé maintes traces de découpage de l’espace dont la chronologie est difficile à établir. Il apparaît cependant que toutes les structures fossoyées sont comblées antérieurement à l’installation médiévale. Mais force est de constater que l’orientation et la répartition des grands bâtiments, à la fin de la période carolingienne, pourraient garder le souvenir de certains aménagements du Haut-Empire, notamment de l’enclos d’une "ferme indigène" et de plusieurs fossés nord-est-sud-ouest mis au jour dans le secteur sud du site (fig. 4, Château-Gaillard). Un tronçon d’un ancien chemin a été révélé par la fouille ; indatable, il ne figure pas sur le cadastre napoléonien. La coïncidence de son orientation avec la disposition des maisons médiévales laisse penser que son tracé n’est pas sans rapport avec le réseau de circulation ancien. En fait, ces pistes de recherche n’ont pas suffisamment été explorées lors des fouilles pour pouvoir prendre aujourd’hui position entre la permanence d’éléments "fonctionnels" (chemins, fossés...) ou le simple souvenir d’éléments déjà devenus "archaïques" lors des installations médiévales, pour reprendre la terminologie préconisée par Verhulst (1995 : 11).

13Plus intéressant encore est le cas de Meyzieu, La Chapelle, car les liens de cause à effet apparaissent plus clairement. Une tombe à incinération et une gravière sont attribuables à l’Antiquité (Ier-IIe s.). Quelques structures (négatifs de poteau, fosses, foyer) pourraient appartenir à l’Antiquité tardive (fin IVe-début Ve s. ?). Mais c’est un réseau assez complexe de fossés et palissades, simples ou doubles, qui est le fait le plus marquant pour l’Antiquité. Une des orientations adoptées a pu être mise en relation avec l’axe de la centuriation du Velin (rapport Chouquer 1995). En fait, l’occupation la plus dense et la mieux caractérisée appartient au milieu du Moyen Âge (Xe-XIe s.). Elle se répartit en plusieurs "îlots" qui semblent conditionnés, peu ou prou, par le parcellaire préexistant, dont on peut penser que certains tronçons sont encore en activité à ce moment-là (fig. 2, Meyzieu). Un puissant fossé est-ouest (2 m de large et de nombreuses reprises) semble contenir les installations médiévales au sud ; son remplissage à livré un tesson médiéval et son tracé figure encore sur le cadastre napoléonien. Un double fossé nord-sud constitue une limite franche entre deux îlots ; celui-ci était perpétué jusqu’à nos jours par un chemin bordé d’une haie. Enfin, un autre fossé nord-sud limite le site à l’ouest. Son tracé apparaît également sur le cadastre napoléonien. Pour finir, le cadastre actuel porte encore l’empreinte du découpage antique, puis médiéval, adapté à la topographie de la butte morainique qui porte le site.

14Les observations faites grâce à l’archéologie du paysage sur la longue durée mettent souvent en évidence le maintien des lignes de force des parcellaires antiques dans les paysages médiévaux (Abbé 1996; Brunet 1996; Chouquer, Favory 1991 : 209-214; Chouquer 1996 : 215-218). Des fouilles récentes ont su démontrer les modalités concrètes de ce maintien, autorisant à échafauder quelques hypothèses là où les données archéologiques sont moins lisibles. Ainsi à Dassargues, Hérault, l’emplacement de fossés comblés aux IVe-Ve s. est perpétué durant le Moyen Âge par des délimitations en relief, amas de pierres, zones de rejet, plantations de haies (Garnier et al. 1995 : 28-36). De tels phénomènes pourraient être également évoqués à Beynost, à Château-Gaillard et surtout à Meyzieu.

Le haut Moyen Âge : émergence puis déprise de l’occupation

15En définitive, d’après notre échantillon, la situation la plus fréquente est l’installation des communautés dans l’ignorance de ce qui a précédé. Les plus précoces de ces habitats créés ex nihilo débutent à la fin du Ve s., mais, pour la plupart, l’occupation est centrée sur le VIIe s. Si certains sites livrent des vestiges clairement identifiables (Trévoux, Beynost, Château-Gaillard), pour d’autres, la période mérovingienne se traduit par des structures ténues et disparates, souvent remaniées par les "réoccupations" du plein Moyen Âge (Communay et Simandres, par exemple). En outre, les indices postérieurs au VIIIe s. font généralement défaut pour établir la poursuite de la fréquentation des lieux (fig. 7).

Les installations ex nihilo des premiers siècles du Moyen Âge

16Chronologiquement, la série commence avec Château-Gaillard. L’étape "pionnière" de l’occupation médiévale de cette agglomération se concrétise, en particulier, par des constructions de type "fonds de cabane", disposées de façon lâche, sans ordre apparent. Les six exemplaires mis au jour fournissent un abondant mobilier, daté de la fin du Ve et du VIe s. Certaines de ces cabanes sont probablement associées à des petits bâtiments de plain-pied, mais on n’en possède pas de preuve archéologique (fig. 5, Château-Gaillard). Il est important de signaler dès maintenant que, après un apparent fléchissement au début de la période carolingienne, l’occupation du site connaîtra, par la suite, un exceptionnel développement (cf. infra).

17Ce n’est pas le cas de Trévoux, Prés de Corcelles, avec un bâtiment (isolé ?) à sol ou sous-sol excavé. Le riche mobilier de terre, de verre et de métal en provenant est daté du milieu et de la deuxième partie du VIe s. Aucun indice ultérieur à cette date n’a été découvert. Mais la fouille de ce site, trop partielle, ne permet pas de tirer de conclusion définitive. En revanche, les faits sont plus assurés à Beynost, où une ou deux unités agricoles, comportant habitat et annexes, sont occupées essentiellement durant le VIIe s. Des indices sérieux suggèrent toutefois une fréquentation des lieux à la charnière des Ve et VIe s. Mais il est certain que l’occupation s’interrompt dans le courant du VIIIe s.

18Ailleurs, les installations des premiers siècles du Moyen Âge apparaissent beaucoup plus modestes et sont difficiles à lire. Le début de l’occupation se signale tantôt par quelques tombes dispersées ou groupées, difficiles à dater avec précision, tantôt par quelques équipements (fosses, fours ou foyers) ou quelque mobilier appartenant à la fourchette Ve-VIIe s. Mais il est remarquable qu’aucun bâtiment n’ait pu être mis en relation avec ces structures. Ce phénomène a été surtout observé dans la région lyonnaise : sites de Rillieux-la-Pape, Simandres, Communay, Meyzieu, dont l’occupation principale se situe aux Xe-XIe s. Dans cette dernière série, la période mérovingienne se manifeste donc par des installations précaires dont l’archéologie peine à rendre compte, tandis que les indices sont encore plus ténus pour la période carolingienne.

Une éclipse carolingienne ?

19Un constat s’impose : la période carolingienne est particulièrement mal représentée dans l’ensemble de notre échantillon, que l’on considère les habitats apparus au début du Moyen Âge ou ceux qui prennent le relais d’établissements plus anciens, avec ou sans interruption de l’occupation.

20Illustrant cette seconde catégorie, le phénomène est particulièrement sensible à L’Albenc, où entre deux étapes florissantes du domaine (VIe-VIIe s., puis Xe-XIe s.) se glisse une phase de régression, d’abandon partiel ou de déplacement : les structures archéologiques se réduisent alors à un système de grandes fosses transformées en dépotoirs domestiques. A Poncin, le processus est encore plus radical, puisque la désertion de l’ensemble du site est irréversible dès fin du VIIIe s.

21À Simandres, La Plaine, il apparaît qu’entre les deux étapes les mieux cernées de l’occupation, les tombes et les fosses d’une part (fin Ve-VIIe s.) et les grands fours collectifs d’autre part (Xe-XIe s), on s’est seulement livré à des remaniements ponctuels ; aucun équipement nouveau n’est construit durant cette période. A Communay, La Garde, où les vestiges ont été très amputés avant l’intervention, nous privant de précieux témoins, la chronologie relative, autorisée par la présence de structures maçonnées superposées, met en évidence une interruption pour le IXe s., voire le début du Xe. La même constatation vaut pour le site voisin de Charvas qui révèle aussi deux phases d’occupation séparées par un hiatus allant du milieu du VIIIe au milieu du Xe s. Bref, presque partout, on manque d’indices pour plaider la continuité de l’occupation durant le haut Moyen Âge, du moins au même emplacement. Il convient toutefois de nuancer ce constat par deux faits qui handicapent l’archéologie du haut Moyen Âge : l’imprécision des critères chronologiques actuellement mis en œuvre, comme on l’a dit plus haut, et surtout l’emprise restreinte des fouilles qui ne permet que rarement de reconnaître les limites réelles des gisements, défaut majeur dans l’hypothèse, plausible, d’un simple déplacement de l’habitat.

22C’est donc probablement à la vaste emprise des décapages pratiqués à Château-Gaillard que l’on doit d’avoir pu détecter une chronologie moins hachée. Mais c’est aussi la mise en œuvre de plusieurs datations par le radiocarbone qui a permis de compenser la faiblesse des indices redevables au mobilier archéologique. Il en ressort, en tout cas, que l’image d’une agglomération homogène doit être notablement nuancée : il est possible que des constructions, à l’instar du bâtiment 7 à plan carré, daté du milieu du VIIe s. par le radiocarbone, aient fait le lien entre la phase pionnière (fonds de cabane) et les grandes maisons à plan allongé qui marquent la phase principale de l’occupation. Les datations 14C (intervalles cumulés : de la fin du VIIIe au milieu du Xe s), associées à la découverte de quelques vases à fond marqué (milieu Xe-XIe s), conduisent à reconnaître une certaine pérennité à l’habitat du Recourbe. A l’heure actuelle, celui-ci reste, en contexte rural, un cas isolé pour la fin de la période carolingienne.

23Notre échantillon comporte cependant un autre site où la démonstration est faite d’une occupation continue entre le milieu de VIIe et la fin du IXe, voire le début du Xe s. Mais on s’écarte alors du monde rural, puisqu’il s’agit de l’un des habitats de la périphérie lyonnaise. Les fouilles du 54 rue P. Audry offrent, il est vrai, des conditions rarement réunies ailleurs : des vestiges "en dur" et des niveaux stratifiés autorisant l’établissement d’une chronologie relative serrée. Pour être exact, il faut dire que la chronologie absolue, quant à elle, est davantage redevable aux comptages radiocarbones de charbons de bois qu’à la typologie du mobilier céramique, dont il ne ressort pas nettement un faciès carolingien. Pourrait être ainsi pointé du doigt une des faiblesses majeures de notre enquête : la difficulté à dégager des critères de datation pour la période carolingienne à partir des seuls témoins de la culture matérielle. La question reste ouverte.

Le Moyen Âge central : une reprise marquée

24Il faut le souligner, sur les seize sites ruraux pris en compte dans cette synthèse, douze livrent des installations datées des Xe-XIe s. (fig. 8). Le tournant de l’an mil se manifeste donc indéniablement par une densification de l’occupation. Pour autant que l’archéologie en rende compte, la forme de cette occupation évolue : si on localise bien des aires à vocation agricole, les habitats proprement dits sont difficiles à identifier. Dans le même temps, on observe le caractère particulièrement éphémère des établissements en question, qui semblent naître et disparaître en quelques décennies.

8 - Carte faisant ressortir les sites occupés durant le Moyen Âge central (Xe-XIe s.)

8 - Carte faisant ressortir les sites occupés durant le Moyen Âge central (Xe-XIe s.)

3. Château-Gaillard (01), Le Recourbe ; 5. Reyrieux (01), L’Ecole ; 7. Rillieux-la-Pape (69), Les Balmes ; 8. Jons (69), Les Chapelles, Les Mures ; 9. Meyzieu (69), La Chapelle ; 10. Simandres (69), La Plaine ; 11. Communay (69), La Garde ; 12. Communay (69), Charvas ; 14. L’Albenc (38), Le Bivan ; 15. Saint-Marcellin (38), Les Basses Plantées ; 16. Beauregard-Baret (26), Les Matras ; 17. Chatuzange-le-Goubet (26), Pourcieux.

Les "créations" ou les "réoccupations" autour de l’an mil

25Certains établissements prennent place en des lieux inoccupés durant le haut Moyen Âge et font figure d’implantations nouvelles. Citons l’exemple du petit groupe homogène de la basse vallée de l’Isère : Chatuzange-le-Goubet, Beauregard-Baret et Saint-Marcellin. Plus près de Lyon, l’installation de Jons ou encore celle de Meyzieu, dont on admet cependant la relation avec une occupation et un découpage parcellaire antiques, peuvent être rangées dans cette catégorie.

26Les données archéologiques montrent que le phénomène ne se traduit pas seulement par des créations ex nihilo, mais touche également des sites qui ont connu une occupation au début du Moyen Âge, qu’elle soit bien caractérisée comme à L’Albenc ou plus fugace, comme à Rillieux-la-Pape, à Simandres ou à Communay. Sur ces derniers lieux, on l’a dit, c’est bien au milieu du Moyen Âge qu’appartient la phase d’occupation la plus dense et la mieux structurée. Elle fait figure de "renaissance" après un haut Moyen Âge en pointillé. Même l’agglomération du Recourbe, dont on a vu l’origine précarolingienne, semble elle aussi participer de ce mouvement : on attribue en effet à la fin du premier millénaire la densification du bâti (ultime phase des "grandes maisons"), suivie très rapidement de la désertion complète des lieux.

27Si les constats qui précèdent reposent sur un échantillon régional encore limité, du moins retiendra-t-on le relatif synchronisme des occupations. Le caractère marqué du processus dans la région de l’est lyonnais et du nord viennois permet de faire ressortir la parenté formelle des établissements qui voient alors le jour : constructions légères, organisation spatiale lâche dont la hiérarchie entre espaces de travail et de résidence ne transparaît pas à l’archéologie, répartition des équipements agricoles en fonction de la vocation collective de certains d’entre eux, etc. Les découvertes faites récemment dans la même aire géographique (Saint-Priest, Vénissieux) vont dans le même sens et renforcent l’image de terroirs densément exploités dans les décennies qui encadrent l’an mil. Il convient de rappeler ici qu’une majorité de ces sites, désignés dans le chapitre précédent sous le terme "d’aires agricoles", pouvaient correspondre à des installations plus ou moins temporaires, vouées à une agriculture itinérante, les habitats correspondants restant à découvrir.

Les dernières manifestations au XIIe siècle

28Mais les données archéologiques regroupées à l’occasion de cette enquête montrent que cette forme d’habitat "précaire" semble résister, en certains secteurs, à l’épreuve du temps. Il est difficile de dire s’il s’agit réellement des dernières manifestations du processus de peuplement évoqué plus haut ou de la permanence de modes d’installation, dont les construction en matériaux périssables accentuent l’image de vulnérabilité. Mentionnons toutefois quelques faits.

29Le cas de Bény, Garavand, est sans doute le plus frappant. Datées de la deuxième moitié du XIIe s. par la dendrochronologie et le mobilier, les nombreuses structures rencontrées (bâtiments à ossature de bois, aires d’ensilage, foyers divers) sont conformes aux équipements des exploitations agricoles du siècle précédent (fig. 4, Bény). Des observations comparables ont été faites, pour la même période, dans la région toute proche de la Bresse jurassienne : à Quintigny, en Fleury, l’archéologie livre l’image classique d’une petite "unité agricole" avec habitation et dépendances réparties dans trois bâtiments de bois distincts (rapport Simonin 1995) ; tout près, à Ruffey-sur-Seille, l’unique construction reconnue dans l’emprise de la fouille fait aussi appel à des procédés architecturaux qui ne se départissent en rien des ouvrages du haut Moyen Âge (rapport Gourgousse 1995). Enfin, plus près de Lyon, l’établissement de Reyrieux (fin XIe s.) peut également figurer dans la série des manifestations tardives. Ici, comme pour les sites de l’est Lyonnais, l’habitat proprement dit n’a pas été localisé et prime la stricte vocation agricole des installations (fig. 3, Reyrieux). D’ailleurs, la présence d’une cabane à sol excavé, comme unique structure bâtie, renforce le caractère "archaïque" de cet établissement.

Bilan provisoire

30À l’issue de ce tour d’horizon chronologique, on attirera, une fois encore, l’attention sur l’imperfection de l’échantillon à partir duquel ont été dégagés les schémas qui précèdent. Il en ressort néanmoins quelques faits d’ensemble qui dessinent, à titre provisoire, les rythmes de l’occupation de l’espace rural.

31Dans la région considérée, les formes de l’habitat antique ne paraissent guère influencer directement les choix d’implantation durant les premiers siècles du Moyen Âge. Dans deux cas seulement, des établissements antiques, encore occupés au Bas-Empire, accueillent des habitats dans le courant ou à la fin du Ve s. Mais la continuité de l’occupation reste difficile à assurer, du moins à partir des données de fouilles : le mobilier archéologique signale une interruption de la fréquentation des lieux dans le courant du IVe s. Toutefois, le lien entre ces périodes pourrait être recherché, en dehors des espaces bâtis, dans certaines formes de l’organisation de l’espace, témoins de la transmission, à travers les siècles, de paysages humanisés.

32De fait, la période mérovingienne marque concrètement le début de l’histoire de nombre de nos sites : une dizaine d’entre eux comporte en effet des vestiges de cette époque. Mais les faits sont plus difficiles à retracer pour les siècles qui suivent, VIIIe et IXe s. Ce constat traduit-il une réalité historique ou résulte-t-il d’une relative méconnaissance de la culture matérielle des temps carolingiens ? En tout état de cause, c’est bien la question de la stabilité ou de l’instabilité des habitats qui est soulevée ici, comme elle l’a été dans d’autres régions où la recherche est plus avancée. A cet égard, les situations paraissent assez contrastées entre nord et sud de la France. Dans l’aire méridionale, par exemple, plusieurs études de terroirs montrent la vivacité de l’occupation durant les premiers siècles du Moyen Âge et formulent l’hypothèse d’une "déprise carolingienne" précédant une "reprise" aux Xe-XIe s. (Garnier et al. 1995 : 42-46 ; Raynaud 1990). Ce schéma est somme toute très proche des constats qui sont les nôtres. En revanche, en Ile-de-France, où l’échantillonnage des sites est particulièrement riche et les surfaces explorées très vastes, point de fléchissement de l’occupation rurale durant cette période : le IXe s., si discret dans nos contrées, voit là-bas la densification d’un réseau de hameaux agricoles bien structurés, sortes de "proto-villages", coïncidant, en outre, avec la relative abondance des sources écrites (Foucray 1996). Toutefois, l’hypothèse d’un certain recul de l’occupation rurale au VIIIe s. n’est pas à écarter (Bonin 1998 : 100). En Picardie, région de forte tradition de recherche dans ce domaine, l’archéologie montre l’extrême diversité des situations. Il ressort néanmoins que les installations de la période mérovingienne sont les plus nombreuses. Si un mouvement de retrait transparaît également durant le VIIIe s., certains exemples montrent que la période carolingienne voit la mise en place d’une autre génération d’habitats paysans, qui se distingue par une organisation plus stricte de l’espace (Bayard 1995). Les chercheurs y voient les effets aléatoires d’une certaine instabilité topographique des habitats au cours du haut Moyen Âge, mais ne suggèrent ni éclipse, ni déprise significative. Dans une approche élargie au nord de la Gaule, d’autres enquêtes montrent que le modèle de l’habitat rural, tel qu’il apparaît au VIe s., non seulement reste vivace jusqu’à la période carolingienne incluse, mais encore se voit améliorer et généraliser (Lorren, Périn 1997 : 101-109).

33En l’état actuel de la recherche dans la région Rhône-Alpes, la situation qui se dégage semble donc se rapprocher davantage des rythmes mis en évidence dans l’aire méridionale de la Gaule, où la rupture carolingienne semble bien être une réalité. Celle-ci touche les habitats ordinaires, on l’a vu, mais aussi de grands établissements dont le statut social privilégié ne les a pas mis à l’abri d’une subite désertion à la fin du VIIIe s. : l’établissement de plaine de la Châtelarde à Poncin connaît le même sort que le domaine de hauteur de Larina à Hières-sur-Amby. Les fouilles conduites sur le tracé du TGV Méditerranée, entre Valence et Montélimar, prolongent ce premier bilan en le confortant : la période carolingienne est quasi-absente des données archéologiques recueillies dans ce secteur (Maufras à paraître). Toutefois, cette image pessimiste, restituée à partir des seules sources archéologiques, pourrait être remise en question par la confrontation avec les sources écrites. Cet exercice, qui a été tenté pour la petite région du Velin (est Lyonnais) et qui fait l’objet du chapitre suivant, invite, une fois encore à nuancer le propos.

34Enfin, le Moyen Âge central voit la phase de peuplement de l’espace rural apparemment la plus active, qu’il s’agisse de créations de toutes pièces ou d’installations sur des lieux plus ou moins fréquentés durant les siècles qui précèdent. Mais leur abandon généralisé dans le courant du XIe s. traduit un processus de courte durée. Une fois encore notre région s’écarte des situations décrites au nord de la Loire : la précarité des installations y est visiblement plus grande et, globalement, ce phénomène d’expansion semble plus tardif. En Ile-de-France, par exemple, la plupart des établissements agricoles dispersés semble disparaître dès la deuxième moitié du Xe s. (Foucray 1996 : 210), soit au moment où apparaît la majorité des cas rhônalpins. Si la désertion des établissements en question, au nord comme au sud, est bien concomitante avec l’émergence du réseau villageois, on retire l’impression que, par cet aspect aussi, notre région prend place dans l’aire méridionale, où le regroupement des hommes a connu un processus plus lent que dans l’aire septentrionale (Démians d’Archimbaud 1987).

35Mais, comme on l’a suggéré dans le premier chapitre, la réalité régionale est peut-être encore plus complexe : il est, en effet, possible qu’une partie des établissements émergeant au tournant de l’an mil aient tenu la place de "postes avancés" installés au plus près des zones à exploiter, en lien avec des habitats plus ou moins agglomérés. Dans cette hypothèse, le décalage chronologique évoqué dans les lignes qui précèdent ne serait pas aussi accentué.

36En tout état de cause, au tournant de l’an mil, l’archéologie révèle bien un nouvel aspect du peuplement rural dans notre région. La relative modestie des vestiges matériels qui en témoignent ne doit pas en réduire la portée : que traduiraient-ils d’autre qu’une démographie croissante et la nécessité de mettre en valeur de nouveaux espaces ? Certes, le statut exact des communautés qu’il nous a été donné d’approcher nous échappe, petits propriétaires nobles ou non nobles, paysans libres ou non libres ; mais c’est bien un phénomène général qui ressort. A côté de ces établissements "ordinaires", d’autres formes d’habitat participent du même mouvement, qu’il s’agisse des points d’ancrage du premier réseau castrai (châteaux à motte) ou d’habitats aristocratiques, dont celui de Colletière à Charavines est le mieux connu (Mazard 1990 ; Colardelle, Verdel 1993). Ajustement, mutation ou révolution de l’an mil, le débat anime les historiens médiévistes (Bois 1989 ; Barthélemy 1997). L’archéologie n’a pas prétention à trancher mais à soumettre à la discussion une documentation originale et concrète.

Table des illustrations

Titre 7 - Les phases d’occupation des établissements (fourchettes chronologiques), réparties entre Antiquité, haut Moyen Âge et Moyen Âge central
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 8 - Carte faisant ressortir les sites occupés durant le Moyen Âge central (Xe-XIe s.)
Légende 3. Château-Gaillard (01), Le Recourbe ; 5. Reyrieux (01), L’Ecole ; 7. Rillieux-la-Pape (69), Les Balmes ; 8. Jons (69), Les Chapelles, Les Mures ; 9. Meyzieu (69), La Chapelle ; 10. Simandres (69), La Plaine ; 11. Communay (69), La Garde ; 12. Communay (69), Charvas ; 14. L’Albenc (38), Le Bivan ; 15. Saint-Marcellin (38), Les Basses Plantées ; 16. Beauregard-Baret (26), Les Matras ; 17. Chatuzange-le-Goubet (26), Pourcieux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 433k

© Alpara, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access