Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le trésor de Vaise à Lyon (Rhône)

 | 
Gérard Aubin
, 
François Baratte
, 
Jean-Paul Lascoux
, 
et al.

Catalogue raisonné du trésor de vaise

Les bijoux du trésor de Vaise

Catherine Metzger

Texte intégral

1Les bijoux du “trésor” de Vaise proviennent de deux lots distincts : d’une part, les deux bracelets en argent (n° 33-34) qui accompagnaient les statuettes du premier dépôt, d’autre part, tous les bijoux, en or et pierres de couleur faisant partie du dépôt n° 2. Ces bijoux, en bon état de conservation, semblent assez représentatifs de la production de bijouterie à l’époque romaine.

33. Bracelet

2Inv. 93 1 201 2
Argent.
Diam. ext.
7,5 cm ; diam. int. 6,2 cm ; long, bouton 0,5 cm.
Poids : 46,6 g.

3Bracelet ouvert formé d’une tige carrée légèrement torsadée, terminée par deux boutons pyramidaux (fig. 95).

95- Bracelet en argent

95- Bracelet en argent

34. Bracelet

4Inv. 93 1 201 1
Argent.
Diam. 8,5 cm environ ; ép. de la tête : 0,6 cm.
Poids : 73,7 g.

5Bracelet rigide serpentiforme à une seule spire, composé d’une tige de section ronde. La tête du serpent est bien rendue avec un système d’écailles diversifiées et la gueule ouverte. Le dessin des écailles s’interrompt sur le milieu du corps pour reprendre vers la queue effilée (fig. 96).

96- Bracelet torsadé en argent

96- Bracelet torsadé en argent

6Nombreux en or, les anneaux serpentiformes sont soit des parures de bras, soit des anneaux de cheville. Ils sont surtout connus pour le début de l’Empire si l’on en juge par les exemplaires découverts à Pompéi et Herculanum, mais cette forme simple a dû se perpétuer aux IIe et IIIe s.

35. Collier

7Inv. 93 1 201 3
Or et émeraudes.
Long 40 cm ; poids : 36,6 g.
Bon état de conservation.

8Le bijou, complet, est constitué d’une alternance de 9 perles d’émeraude (béryl) et de 8 maillons d’or en forme de double nœud (fig. 97a et b).

9Les perles d’émeraude en forme de prismes hexagonaux, de longueur irrégulière, sont percées de part en part et enfilées sur de petits fils d’or repliés en boucle aux extrémités.

10Les maillons en double nœud de type communément appelé nœud d’Héraclès sont constitués de petits tubes d’or repliés pour obtenir la forme désirée et rassemblés à leurs extrémités dans des sortes de manchons à bout plat où viennent s’accrocher les fils supportant les émeraudes. Le fermoir est formé également de deux tubes d’or repliés en boucle avec manchon terminal auquel sont soudés pour l’un un crochet et pour l’autre un anneau (fig. 97b).

11

97a- Collier en or et perles d’émeraude, long, 40 cm

97a- Collier en or et perles d’émeraude, long, 40 cm

97b- Collier en or détail d’un nœud d’Héraclès

97b- Collier en or détail d’un nœud d’Héraclès

Détail du fermoir

12Ce type de collier, relativement court avec ces nœuds d’Héraclès, connus depuis l’époque hellénistique où les fermoirs de bijoux (colliers ou diadèmes) adoptent fréquemment cette forme, alternant avec des éléments de pierre précieuse comme l’émeraude, est bien attesté en Gaule romaine. II semble participer à une recherche de polychromie à la mode un peu partout dans le monde romain et en particulier en Gaule au IIIe s. comme en témoignent des exemplaires retrouvés répartis sur différents points du territoire. Le trésor de Naix-auxForges (Meuse) (Lienard 1881, p. 16, pl. XXXIX, 8) comprend un collier de ce type (Cabinet des Médailles, Monuments d’or et d’argent n° 130) (fig. 98) avec d’autres bijoux dont un collier monétaire et des monnaies d’argent. Le trésor d’Eauze (Gers) (Schaad 1992, p. 17, fig. 1 et 2) comporte également un collier analogue. Un autre bijou de même type, mais beaucoup plus court (5 émeraudes et 4 nœuds d’Héraclès plus le fermoir), il s’agirait peut-être alors d’un bracelet, a été retrouvé avec d’autres bijoux dans les couches de démolition d’un fanum à Cracouville (Eure) (CAG. 27, p. 126 n° 285) (fig. 99).

98- Collier de Naix-aux Forges.

98- Collier de Naix-aux Forges.

Cabinet des Médailles-Bibliothèque nationale de France

99- Collier de Cracouville.

99- Collier de Cracouville.

Musée d’Evreux. Cl. J.-P. Godais

36. Paire de bracelets

13Inv. 93 1 201 8 et 9
Or.
Diam. 6,9 cm et 7,5 cm environ ; larg. : 0,9 cm.
Long, de manchons 1,3 à 1,4 cm.
Poids 73 et 75 g.

14Ces bracelets à charnière sont constitués d’un fil d’or torsadé enroulé de façon serrée sur un tube d’or creux. Ce tube est brisé à l’intérieur d’un des bracelets, cela est visible au niveau du décalage des spires extérieures. Ce système de double anneau assure à la fois solidité et souplesse au bijou (fig. 100).

100- Paire de bracelets torsadés, diam. 6,9 et 7,5 cm

100- Paire de bracelets torsadés, diam. 6,9 et 7,5 cm

15Des manchons cylindriques terminent les bracelets. Ils portent les anneaux dans lesquels se glissait la clavette permettant la fermeture de l’anneau. Ces manchons sont ornés de cannelures qui présentent des traces d’usure sur la face interne du bijou.

16On rapprochera ces bracelets d’exemplaires du même type faisant partie du trésor de monnaies et de bijoux découvert à Parme (Pirzio 1992, p. 269271, n° 245-248, fig. 273 et 276). Les dernières monnaies de ce trésor sont de Gallien. Par ailleurs, on connaît des bracelets dont des anneaux semblables comportent au centre un gros cabochon relié par un système de clavettes, constituant ainsi le fermoir de l’objet (Marshall 1911, p. 329, n° 2813, pl. LXV). Le trésor des Lazaristes, découvert en 1841 à Lyon et daté du début du IIIe s., comportait des anneaux torsadés analogues avec fermoir et une monnaie de Commode montée dans une bâte (Comarmond 1844, pl. 1, n° 1 et 2).

37. Paire de pendants d’oreilles

17Inv. 93 1 201 6 et 7
Or, émeraude, perle et pâte de verre.
Haut. 2,9 cm environ : larg. plaque carrée 1,7 cm.

18Poids 3,8 g et 3,4 g.
L’extrémité d’une pendeloque manque sur un des pendants.

19Ces pendants d’oreilles à crochet de suspension sont des bijoux composites. Un petit cadre carré en feuille d’or légèrement mouluré est découpé en son centre pour disposer une perle d’émeraude saillante maintenue par un petit fil d’or soudé au cadre. Un système de petites attaches en étroites bandes d’or maintient en dessous de cette plaque carrée un autre élément allongé en forme de losange aux extrémités bifides, débordant légèrement la largeur de la plaquette carrée. Viennent ensuite trois pendeloques parallèles constituées de petites bâtes carrées en or garnies de pâtes de verre auxquelles sont soudés trois granules d’or avec fil de suspension maintenant deux prismes d’émeraude encadrant une perle (fig. 101).

20Au revers, des petites bandes d’or sont disposées en croix, renforçant ainsi la solidité de l’ensemble et permettant la fixation de la tige repliée qui sert de crochet de suspension (fig. 101).

21Les différents éléments constitutifs des objets sont parfaitement solidaires les uns des autres et, contrairement à l’impression visuelle, les bijoux sont rigides.

22Les parallèles ne manquent pas pour ces types de pendants d’oreilles. On peut en citer une paire dans le trésor des Lazaristes (Comarmond 1844, n° 17, 18 pl. I) (fig. 110). On notera en particulier la forme de la barre transversale entre le carré supérieur et les pendeloques et la disposition des perles et des pierres de couleur. Ce type ne semble cependant pas réservé à la Lyonnaise, des exemplaires très proches quoique incomplets ont été retrouvés dans les Balkans, montrant ainsi l’aire de diffusion de ces modèles de bijoux (Popovic 1996, n° 85, 86).

101- Paire de pendants d’oreilles

101- Paire de pendants d’oreilles

38. Paire de pendants d’oreilles

23Inv. 93 1 201 4 et 5
Or, grenat, émeraude et perle.
Haut 3,6 cm env. ; diam. élément supérieur 1,4 cm.
Poids : 3,2 g l’une.

24Ces pendants d’oreilles à crochet de suspension sont constitués de plusieurs éléments. La partie supérieure circulaire est une couronne de palmettes ajourées. Le centre est occupé par une perle passée sur un petit fil d’or soudé au diamètre interne de la couronne. Sur l’un des bijoux, la perle, cassée, laisse apparaître le fil d’or. Au revers, des étroites bandes d’or disposées en croix servent d’armature au disque ajouré permettant ainsi la fixation du crochet de suspension (renversé comme sur la paire n° 37). Un anneau et un crochet relient cette couronne supérieure à un système de pendeloques mobiles. À une bâte carrée disposée sur la pointe et garnie d’un grenat taillé en pyramide, sont fixées trois petites pendeloques, une émeraude centrale encadrée de deux perles, toutes maintenues par de petits fils d’or repliés sur eux-mêmes à la base des pendeloques. L’ensemble constitue des bijoux légers et chatoyants (fig. 102).

102- Paire de pendants d’oreilles

102- Paire de pendants d’oreilles

25Ce type de pendant d’oreilles est loin d’être isolé ; on peut citer différents exemplaires analogues comme la paire de pendants d’oreilles qui proviendrait d’un « Trésor de Villardu  », selon le catalogue de la vente Guilhou (16-18 mars 1905, n° 198 a et b pl. VI). Il s’agit en fait du trésor de Coinces (Loiret) découvert en mars 1889 et encore incomplètement renseigné. Il aurait contenu au moins sept paires de pendants d’oreilles en or, deux bracelets en or, cinq bagues à intaille, trois médaillons monétaires d’Antonin le Pieux, MarcAurèle, Gordien III, etc. Cet exemplaire acquis par le Musée de Berlin a disparu au cours de la deuxième guerre mondiale. Un autre bijou du même type est également au Musée de Berlin (Greifenhagen 1970, I, pl. 50, n° 3, inv. 11863, 185) provenant de Glinitsche (Russie méridionale) (fig. 103). D’autres bijoux très proches, à la fois par la couronne supérieure et par les pendeloques, se retrouvent dans les régions danubiennes (Popovic 1996, n° 80, p. 177) et sont datés du IIIe s.

103- Paire de pendants d’oreilles.

103- Paire de pendants d’oreilles.

Staatliche Museum, Antikensammlung Berlin, n° inv. 11863,185. Cl. Jutta Tietz

39. Bague

26Inv. 93 I 201 10
Or
Larg. max. 2,7 cm ; long, chaton 1,6 cm ; diam. int. 1,85 cm.
Poids : 27 g.

27L’anneau est massif, polygonal à l’extérieur, circulaire à l’intérieur. Il s’élargit aux épaules pour recevoir le chaton. Un décor de moulures ménage une large bande lisse au centre de l’anneau. Le chaton ovale, soudé sur l’anneau, présente dans un cadre saillant composé de deux bandes d’or en biseau, un décor en relief obtenu au repoussé dans une bordure perlée. Le motif central des deux mains croisées est une image de la dextrarum iunctio. Ce symbole de l’engagement, connu sur les monuments sculptés, apparaît aussi à partir du IIIe s. sur de petits objets comme les bagues que l’on considère alors comme des anneaux de mariage ou de fiançailles (fig. 104).

104- Bague, vue d’ensemble, chaton

104- Bague, vue d’ensemble, chaton

28Le motif peut être soit en relief comme ici, soit gravé sur une intaille, sertie dans le chaton. Parmi les nombreux exemplaires d’époque romaine répertoriés souvent sans provenance assurée, on citera la bague du trésor de Thetford (Johns, Potter 1983, n° 10, p. 87). Une bague de Grovely Wood (Wiltshire) présente la particularité d’un chaton en or, très proche de celui de la bague de Vaise, disposé sur un anneau en argent (Johns 1996, p. 63, fig. 3. 24) (fig. 105).

105- Bague de Grovely Wood.

105- Bague de Grovely Wood.

Londres, British Museum, Département of Romano-British Antiquities, n° inv. 1911-10-261

40. Bague

29Inv. 93 1 201 11
Or et nicolo.
Larg. max 2,4 cm ; larg. chaton 1,8 cm ; diam. int. 2 cm.
Poids : 13,4 g.

30Bague à anneau circulaire, s’élargissant en triangle aux « épaules  », de chaque côté du chaton. Ces épaules présentent un décor ajouré de rinceaux et de peltes. Le chaton est constitué d’une intaille, un nicolo gravé ovale, dans une épaisse monture polygonale. Le motif figuré est un personnage masculin debout se déplaçant vers la droite, sur la pointe des pieds dans une attitude dansante. Le buste de face est enveloppé dans un manteau court à nombreux plis, maintenu par une main sur la poitrine. L’autre main tient une grande palme disposée en oblique. La tête semble ceinte d’un gros bandeau. La ligne de sol sur lequel se déplace le personnage est bien indiquée. La gravure est d’une très grande finesse, détaillant aussi bien la musculature du personnage que les plis du drapé. Par comparaison la tête paraît plus caricaturale (fig. 106).

106- Bague avec chaton, détail de l’épaule

106- Bague avec chaton, détail de l’épaule

31Le personnage ne paraît pas aisément identifiable. Le type de l’athlète portant une palme n’est en général pas vêtu. Le vêtement lui-même est mal reconnaissable. Nous ne sommes pas en présence d’une iconographie courante pour la glyptique romaine en Gaule. En revanche, la bague rentre dans des séries bien connues en Gaule (Guiraud 1988, p. 80, type 3) aussi bien pour la forme que pour le décor ajouré de l’anneau que l’on retrouve sur un exemplaire en argent de Mons-Boubert (Amandry et al. 1987, p. 35) ou encore sur une bague à chaton monétaire du Cabinet des Médailles (n° 508) où l’attache de l’anneau est du même type et le décor découpé en volutes végétales et peltes analogue à celui de la bague de Vaise.

41. Médaillon monétaire

32Inv. 93 1 201 12
Or.
Diam. 3,2 cm ; haut, avec bélière 3,6 cm.
Poids 10 g.

33La monnaie, un aureus de Gordien III, est prise entre deux étroits bandeaux d’or disposés en biseau. Une collerette circulaire est soudée à l’ensemble, le décor ajouré, découpé dans la feuille d’or, est constitué d’une suite de 18 motifs de peltes orientées vers l’extérieur de la collerette (fig. 107).

107- Médaillon monétaire

107- Médaillon monétaire

Agrandissement x 1,4

34Une bélière de suspension constituée d’une mince bande d’or à cannelures est soudée au revers du médaillon et simplement rabattue sur l’avers. Comme toujours sur ce type de monture, le revers, non visible, est sommairement traité. Le biseau est grossièrement rabattu sur la monnaie, empiétant sur la légende et le décor ajouré n’est pas poli.

35Les couronnes de peltes sont un des nombreux motifs de bordure utilisés pour des pendentifs variés en bijouterie romaine et en particulier pour les médaillons monétaires. On peut citer deux exemplaires du Cabinet des Médailles, des ciurei de Gordien III (n° 156 et 157) et deux médaillons appartenant à un collier monétaire apparu sur le marché antiquaire ces dernières années (Catalogue Greek and Roman Coins 1991, n° 264 e et f„ p. 199-200) (fig. 108).

Les bijoux monétaires

36Numismates et spécialistes de la bijouterie ont depuis longtemps noté l’utilisation, dans le monde romain, de monnaies d’or comme éléments décoratifs de bijoux. Les monnaies, des aurei le plus souvent, peuvent ainsi orner des chatons de bague, des fermoirs de bracelet ou encore des pendentifs de collier. Ce phénomène, peut être originaire d’Egypte et ce dès l’époque hellénistique (Vermeule 1975), est très répandu en Gaule romaine et particulièrement au IIIe s. De nombreuses trouvailles de trésors rassemblant monnaies et bijoux, dont des bijoux monétaires, ont en effet pu être répertoriées ces dernières années (Brenot, Metzger 1992). Ces bijoux monétaires utilisant la monnaie de la même manière qu’une intaille ou un camée, s’intègrent alors dans des séries de bijoux bien connues par leur typologie, leurs décors et leurs techniques de fabrication. Les bagues ornées d’une monnaie sont assez peu nombreuses. Elles s’inscrivent dans un groupe dont les anneaux s’élargissent pour rejoindre le chaton et dont les « épaules » triangulaires sont ornées soit de volutes moulées ou de motifs végétaux découpés. Le chaton est rond ou polygonal. Les monnaies sont placées du côté de l’effigie impériale. Un exemple particulièrement remarquable est une bague d’Autun dont le chaton est orné d’un aureus de Postume (Cabinet des Médailles, n° 509 bis ; Brenot, Metzger 1992, n° 23, pl. 4).

37Rares également sont les bracelets garnis de monnaies. C’est pourquoi on insistera sur la paire de bracelets ayant fait partie du trésor des Lazaristes dont les fermoirs s’ornaient d’aurei de Commode (TAF V/l, p. 55, n° 12) (fig. 125).

38Les pendentifs de collier dont l’élément central est une monnaie constituent de loin la catégorie la plus abondante des bijoux monétaires. Ces médaillons sont formés d’une monnaie sertie dans une monture plus ou moins ouvragée, munie d’une bélière de suspension. Ce principe de fixation de la monnaie est simple : elle est maintenue entre deux bandes étroites d’or dont l’une est rabattue sur le revers. À cet ensemble est soudée une collerette circulaire ou polygonale décorée. Un petit ruban d’or décoré de cannelures moulées est fixé sur cette monture de manière à en permettre la suspension à une chaîne métallique ou à un cordon de cuir ou de tissu. On peut distinguer plusieurs types de décor des collerettes. Une première consiste en une alternance de petits arceaux plus ou moins ajourés et de triangles cannelés. Ce type est largement répandu.

39Une autre formule, plus rare semble-t-il est constitué d’une succession de peltes. Ce motif en forme d’écusson à la pointe plus ou moins arrondie et terminée par des volutes, est très fréquent dans le répertoire décoratif romain. Les pointes sont en général soudées à l’entourage de la monnaie et les volutes tournées vers l’extérieur de la collerette. C’est à ce type que se rattache le pendentif de Vaise.

40Aux quelques exemplaires de comparaison déjà cités, on peut ajouter un médaillon, avec aureus de Caracalla, provenant de Rhénanie (Hamminkeln-Musée de Bonn, Brenot, Metzger 1992, n° 78) et un médaillon avec aureus de Julia Domna (Lambèse-Musée d’Alger, Brenot, Metzger 1992, n° 63). Ce type de bordure se retrouve aussi sur des pendentifs de colliers autres que les médaillons monétaires. Le collier à nombreux pendentifs du trésor de Naix (Lienard 1881, pl. XXXVIII, 1) offre pour les deux camées, l’un à l’effigie de Julia Domna, l’autre avec une Minerve casquée, des collerettes à peltes, d’un type plus complexe, il est vrai. Le pendentif monétaire de Vaise est seul de son espèce dans le trésor. La chaîne (ou le lien) à laquelle il était suspendu n’a pas été conservée. On connaît ainsi plusieurs exemples de bijoux monétaires isolés parmi d’autres éléments de parure découverts en Gaule. Mais l’usage était cependant fréquent de regrouper plusieurs médaillons sur une même chaîne (fig. 108). Le collier d’Eauze en compte trois (Schaad 1992, p. 22, 23), le collier de Naix en compte six, quatre médaillons monétaires et deux camées (Brenot, Metzger 1992, n° 35, pl. 2). Enfin le trésor de Beaurains comprenait sept pendentifs avec des montures très ouvragées (Bastien, Metzger 1977, p. 177-186, pl. IX et X). Dans ces différents cas les médaillons se répartissent sur la chaîne grâce à de petits tubes d’or, sortes de coulants de séparation, évitant un chevauchement désordonné au centre du collier.

108- Collier monétaire.

108- Collier monétaire.

Essai de reconstitution, de gauche à droite, les monnaies d’or sont aux effigies de Marc Aurèle, Gordien III, Macrin, Septime Sévère, Gordien III, Hadrien, Valérien I. Marché antiquaire 1991

41L’utilisation de la monnaie comme élément d’un bijou pose différents problèmes que l’on a, ces dernières années, essayé de cerner à défaut de les résoudre pleinement. Si l’on prend en compte d’abord les trésors avec provenance assurée regroupant bijoux et monnaies, on peut commencer à déterminer les périodes d’utilisation des bijoux monétaires. Ils semblent apparaître à partir de l’époque de Septime Sévère, comme le montre le trésor des Lazaristes, et disparaître au début du IVe s., en tout cas à l’intérieur des frontières de l’Empire. En territoire barbare, des bijoux monétaires sont encore enfouis au cours du Ve s. Des tableaux récapitulatifs classés par ordre chronologique d’enfouissement sont très clairs à ce sujet (Brenot, Metzger 1992, p. 349-359). On note le nombre important de monnaies au nom des dynasties antonine et sévérienne ainsi que des empereurs gaulois. Par ailleurs, on a pu dresser des cartes de la répartition géographique des trouvailles des bijoux monétaires en Gaule. Et l’on constate une densité particulièrement forte de bijoux monétaires du IIIe s., dans la province de Lyonnaise avec une concentration en deux grandes zones, la première entre Lyon et Autun, la seconde entre Orléans et Rouen (fig, 109). On remarque aussi une diffusion au Nord-Est vers la Belgique et la Germanie. À Lyon même et dans la région, en dehors du trésor des Lazaristes déjà cité, on connaît des trouvailles de bijoux monétaires : à Neuville-sur-Ain, un aureus de Victorin (TAF V/l, p. 29, n° 31), à Sault-Brenaz, un multiple d’or de Gallien (Brenot, Metzger 1992, n° 9 ; TAF V/l, p. 33, n° 41), enfin à Autun, deux bijoux monétaires d’Elagabale et d’Otacilie (Brenot, Metzger 1992, n° 13).

109- Diffusion des bijoux monétaires jusqu’au Rhin dans la partie occidentale de l’empire aux trois premiers siècles

109- Diffusion des bijoux monétaires jusqu’au Rhin dans la partie occidentale de l’empire aux trois premiers siècles

42Répartition géographique et repères chronologiques ainsi délimités, d’autres problèmes demeurent comme celui, essentiel, de savoir pourquoi l’on a utilisé une monnaie comme élément de bijou. Diverses hypothèses ont été avancées pour expliquer cet usage détourné de la monnaie, ce retrait de la circulation. On a pensé à une forme de thésaurisation, bien limitée, il faut le reconnaître. On a aussi cherché à déterminer le caractère idéologique de ces bijoux portant l’effigie impériale (le revers n’est jamais visible) qui pourrait témoigner de l’attachement du possesseur du bijou à un empereur ou à une dynastie particulière. On remarquera toutefois que rien ne permet d’affirmer que les colliers à pendentifs monétaires soient destinés aux hommes. Ils ont très souvent été retrouvés, c’est le cas pour le trésor de Vaise, avec des bijoux typiquement féminins, colliers et pendants d’oreilles. Seules les bagues à chaton monétaire à anneaux de grandes dimensions pourraient être considérées comme des bijoux masculins.

43Quelles que soient les raisons politiques, idéologiques ou plus simplement les phénomènes de mode qui aient incité à transformer des monnaies en objet de parure, il resterait à déterminer les ateliers fabriquant de tels objets. La concentration des trouvailles autour de certains pôles géographiques a conduit à imaginer des ateliers dans des villes comme Lyon ou Rouen, ce qui serait tout à fait plausible, mais n’impliquerait en aucun cas l’exclusivité de la fabrication. On a aussi envisagé à l’inverse, l’existence d’ateliers se déplaçant d’une région à l’autre. Cependant, sauf à découvrir véritablement un atelier d’orfèvre avec sa production, on ne peut vérifier aucune de ces hypothèses.

La bijouterie romaine

44Les nombreuses études sur la bijouterie romaine et les catalogues des collections des grands musées européens ont permis de décrire l’évolution des différents types de bijoux et les techniques de fabrication ou de décor en usage chez les orfèvres pendant toute la durée de l’empire romain. C’est ainsi que l’on distingue une bijouterie du Ier s. bien attestée à Pompei, à Herculanum et dans toute la zone dévastée par l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère. On connaît à cette époque de très longues chaînes d’or portées en baudrier, des pendants d’oreilles et des bracelets composés de cupules d’or. L’emploi des perles et surtout des pierres de couleur est limité et les bijoux semblent relativement sobres par rapport à la luxueuse vaisselle d’argent contemporaine. On voit également apparaître au début de l’empire un phénomène particulier à la société romaine : la folie des bagues, rapportée par Pline (Histoire Naturelle XXXIII, 24). À l’origine l’anneau d’or distingue les membres de l’ordre équestre puis un phénomène de mode entraîne la multiplication de ce type de parure. On sait qu’il existait à Rome des collections de bagues ou dactyliothèques. Pendant toute la durée de l’empire, les types d’anneaux d’or ou d’argent à chatons gravés ou sertis sont extrêmement nombreux et variés.

45Le goût pour la polychromie se développe au IIe s. et ne se démentira pas jusqu’à la fin de l’empire. Les pierres dures (cornaline, onyx, agate) ou précieuses (émeraude, améthyste, grenat) venues d’Orient sont largement utilisées en chatons de bague, éléments de colliers ou pendentifs variés. Un nouveau procédé décoratif qui apparaît au IIIe s. va connaître un extraordinaire succès dans la bijouterie romaine : c’est ce que l’on appelle l’opus interrasile d’après un terme emprunté à Pline (Histoire Naturelle XII, 94) s’appliquant au travail du bois. Il s’agit d’un découpage de la feuille d’or suivant un dessin tracé au préalable. Ce travail qui comme une dentelle fait jouer les pleins et les vides, l’ombre et la lumière, décore aussi bien les bagues, les pendentifs et les bracelets du IIIe au Ve s.

46À côté de cette évolution générale de la bijouterie et en dépit d’une certaine homogénéité des types de parure féminine à la mode dans le monde romain, on s’est attaché également à mettre en évidence les particularismes locaux suivant les différentes régions de l’empire. On a depuis longtemps noté l’abondance des bijoux représentés sur les stèles funéraires masculines et féminines de la région de Palmyre dans la province romaine de Syrie (Sadurska, Bounni 1994). Certains types de boucles d’oreilles ont été retrouvés en Syrie, au Liban et non dans la partie occidentale de l’empire. En Egypte, les portraits de bois peints posés sur les momies nous indiquent les bijoux en faveur dans cette province (Walker, Bierbrier 1997).

47Récemment les particularismes de la Bretagne romaine ont bien été mis en évidence par C. Johns (Johns 1996). En Gaule, les comparaisons entre les différents trésors, soit connus depuis longtemps, soit publiés dernièrement permettent de dégager certains traits spécifiques. On a déjà cité le cas des bijoux monétaires particulièrement abondants au IIIe s. en Gaule.

48Dans le cas du trésor de Vaise, on insistera sur le type de collier à maillons en forme de nœud d’Héraclès alternant avec des prismes d’émeraude que l’on ne retrouve pas ailleurs dans le monde romain, du moins sous cette forme, et qui doit constituer un bijou typiquement gallo-romain. Les bagues sont également plutôt caractéristiques d’une production de Gaule comme le montrent les études d’H. Guiraud (Guiraud 1988, p. 80, type 3). En revanche bracelets et pendants d’oreilles ont des équivalents dans d’autres provinces de l’empire. On notera enfin, comme dans la plupart des trésors trouvés en Gaule, l’absence de fibule.

49À côté de ces bijoux d’or et de pierres semi-précieuses, les deux bracelets d’argent, en dépit de leur simplicité, constituent des témoignages intéressants sur une bijouterie d’argent assez mal connue en Gaule comme dans l’ensemble du monde romain en raison sans doute de la fragilité même du matériau, beaucoup moins solide que l’or.

50Ce petit lot d’objets de parure constitue vraisemblablement un ensemble de bijouterie familiale, ensemble cohérent, de bonne qualité, mais sans pièce exceptionnelle (ni par le type du bijou, ni par l’exécution) qui reflète la bijouterie à la mode dans les classes aisées en Gaule au milieu du IIIe s.

Le trésor des Lazaristes

Parmi les collections du Musée de la civilisation gallo-romaine se trouve un très important ensemble de appelé Trésor de Lyon ou Trésor des Lazaristes. Les objets ont été découverts en 1841 au cours de travaux de fondations entrepris sur un terrain appartenant aux Frères de la Doctrine chrétienne sur la colline de Fourvière entre leur chapelle et la montée St. Barthélémy, terrain possédé auparavant par les Lazaristes. Les objets rassemblés dans une cavité creusée dans un mur romain avaient manifestement été cachés intentionnellement. L’ensemble regroupait plus de 2000 monnaies d’argent de Vespasien à Septime-Sévère, quelques monnaies d’or et un lot important de bijoux d’or et pierres. Examinés dès la découverte par le Dr A. Comarmond, conservateur des musées archéologiques de Lyon, les bijoux entrèrent au Musée de Lyon en 1843, et furent publiés en 1844 par A. Comarmond.
Ces bijoux sont trois paires de pendants d’oreilles, (fig. 110) sept colliers dont une très longue chaîne double, trois paires de bracelets et un bracelet isolé de types variés, une petite fibule, six anneaux dont cinq très étroits (bagues d’enfant  ?) et une curieuse chaîne plate terminée par des pendeloques peut-être, un ornement de coiffure. Quelques éléments épars, perles et fermoir de collier, une aiguille et une tige en os complétaient l’ensemble.
Ces bijoux d’une très grande qualité d’exécution peuvent se caractériser par l’emploi particulièrement abondant des pierres de couleur, grenat, émeraude, améthyste pour les colliers et pendants d’oreilles. Par ailleurs le corail utilisé pour la chaîne double, les perles et enfin la pâte de verre soulignent l’importance de la polychromie dans ces objets de parure.
Les bracelets témoignent en outre de la faveur dont jouissent les portraits impériaux avec le buste en relief de Crispine décorant une des paires, et les aurei de Commode enchâssés dans les fermoirs de deux autres bracelets (fig. 125). La présence des monnaies permet d’envisager un enfouissement à l’extrême fin du IIe s.

110- Paire de pendants d’oreilles.

110- Paire de pendants d’oreilles.

Trésor des Lazaristes.

Lyon, MCGR

Cippe de Primilla

Un cippe funéraire en calcaire au Musée de la civilisation gallo-romaine (Espérandieu n° 1787) montre dans une niche garnie d’une coquille un buste de jeune femme parée de bijoux. La défunte, Primilla, porte des pendants d’oreilles à plusieurs pendeloques, un collier de perles rondes et allongées ainsi qu’un bracelet (fig. 111). Elle tient dans la main gauche un coffret ouvert d’où elle retire un collier de perles rondes. Ce monument funéraire lyonnais, datable de la période 150/250, peut servir d’illustration des tendances de la bijouterie en Gaule romaine.

111- Épitaphe de Primilla, avec son buste dans une niche (h. 0,70 m)

111- Épitaphe de Primilla, avec son buste dans une niche (h. 0,70 m)

Inscription : D(iis) M(anibus), m[e]moriae Primillae, f[i]li[ae], Ter(entius) Pritto f(aciendum) c(uravit). Aux dieux Mânes, à la mémoire de Primilla, sa fille, Terentius Pritto a pris soin d’élever (ce monument).

Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine

Gemmologie

La détermination des minéraux des bijoux a été effectuée au laboratoire de physico-chimie des matériaux luminescents Claude (université Bernard, Lyon I) par M. Boudeulle, professeur, et G. Panczer, maître de conférences, au moyen de la spectroscopie “Raman”.
L’effet “Raman”, découvert en 1928 par le physicien indien C. V. Raman, est une réémission de lumière appelée par les physiciens diffusion inélastique car elle s’effectue avec changement de fréquence. Cette diffusion inélastique est indépendante de la longueur d’onde du rayonnement excitateur et ne dépend que du corps étudié dont elle permet ainsi l’identification. La technique, non destructive, consiste à envoyer sur l’échantillon une lumière excitatrice, fournie par un laser puissant, et focalisée par un microscope. La lumière diffusée par l’échantillon, après avoir traversé des dispositifs dispersifs, termine son trajet dans un détecteur permettant d’enregistrer instantanément son spectre. L’acquisition du spectre “Raman” peut ainsi caractériser sans ambiguïté la nature d’un minéral ou d’une gemme, par comparaison avec des spectres de référence. Les résultats obtenus sont les suivants :
- les minéraux du collier (catal. n° 35) qui se présentent sous forme de prismes hexagonaux sont des béryls ;
- une paire de pendants d’oreilles (catal. n° 38) comporte aussi un béryl, encadré par deux perles fines. Le cabochon taillé de couleur rouge est un grenat de type rhodolite ;
- une autre paire de pendants (catal. n° 37) montre des perles de forme hexagonale qui s’avèrent être des béryls, des cristaux vert foncé identifiés en tant que pâtes de verre, et une perle fine ;
- l’intaille d’une bague en or (catal. n° 40) est constituée d’une couche inférieure violette et d’une couche supérieure blanchâtre. Le minéral identifié est du quartz plus ou moins bien cristallisé.
Pierre Michel, Michelline Boudeulle et Gérard Panczer
Université Claude Bernard, Lyon I

Table des illustrations

Titre 95- Bracelet en argent
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 96- Bracelet torsadé en argent
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 97a- Collier en or et perles d’émeraude, long, 40 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-3.png
Fichier image/png, 677k
Titre 97b- Collier en or détail d’un nœud d’Héraclès
Légende Détail du fermoir
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 98- Collier de Naix-aux Forges.
Crédits Cabinet des Médailles-Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 99- Collier de Cracouville.
Crédits Musée d’Evreux. Cl. J.-P. Godais
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 100- Paire de bracelets torsadés, diam. 6,9 et 7,5 cm
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 101- Paire de pendants d’oreilles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 102- Paire de pendants d’oreilles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 103- Paire de pendants d’oreilles.
Crédits Staatliche Museum, Antikensammlung Berlin, n° inv. 11863,185. Cl. Jutta Tietz
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 104- Bague, vue d’ensemble, chaton
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 105- Bague de Grovely Wood.
Crédits Londres, British Museum, Département of Romano-British Antiquities, n° inv. 1911-10-261
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 106- Bague avec chaton, détail de l’épaule
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 107- Médaillon monétaire
Légende Agrandissement x 1,4
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 108- Collier monétaire.
Légende Essai de reconstitution, de gauche à droite, les monnaies d’or sont aux effigies de Marc Aurèle, Gordien III, Macrin, Septime Sévère, Gordien III, Hadrien, Valérien I. Marché antiquaire 1991
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 109- Diffusion des bijoux monétaires jusqu’au Rhin dans la partie occidentale de l’empire aux trois premiers siècles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre 110- Paire de pendants d’oreilles.
Légende Trésor des Lazaristes.
Crédits Lyon, MCGR
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 111- Épitaphe de Primilla, avec son buste dans une niche (h. 0,70 m)
Légende Inscription : D(iis) M(anibus), m[e]moriae Primillae, f[i]li[ae], Ter(entius) Pritto f(aciendum) c(uravit). Aux dieux Mânes, à la mémoire de Primilla, sa fille, Terentius Pritto a pris soin d’élever (ce monument).
Crédits Lyon, Musée de la civilisation gallo-romaine
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1966/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access