Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le trésor de Vaise à Lyon (Rhône)

 | 
Gérard Aubin
, 
François Baratte
, 
Jean-Paul Lascoux
, 
et al.

Préface

Robert Turcan

Texte intégral

1Un "trésor" a toujours le double prestige de son contenu et de son mystère. Dans un musée, le prix même du contenu - espèces monétaires, objets ouvrés dans un métal noble - s'impose à l'œil et à l'esprit du visiteur, qui songe à la valeur qu'avait pour son propriétaire cet échantillon d'une fortune plus ou moins notable, serré, mis au secret en attendant des jours meilleurs. Mais qui sait, après tout ? Ne s'agirait-il point du produit d'un vol provisoirement dissimulé ? d'un recel de pièces et (ou) de bijoux destinés à la fonte ? Les interrogations surgissent et pullulent sur les raisons, les circonstances de cette dissimulation intentionnelle, comme sur les causes qui ont pu empêcher le dissimulateur de venir rechercher son précieux dépôt.

2Dans le cas de numéraire, les composantes de la "cachette" fournissent des indices sur la nature du lot : caisse militaire, économies d'un particulier, prélèvement ponctuel sur la circulation en cours, sélection d'un amateur (car l'Antiquité eut elle aussi ses "collectionneurs")... L'état des monnaies et la date des plus récentes nous informent parfois assez précisément sur le temps et la fin d'une thésaurisation.

3Dans le cas de vaisselle ou de statuaire, la fonction culinaire, votive ou cultuelle des objets, leur homogénéité ou leur disparité soulèvent d'autres questions. De toute façon, le terrain de la trouvaille nous apparaît alors comme tout aussi précieux que le dépôt lui-même.

4Rares, au total, demeurent les trésors dont la découverte est matériellement bien située, dans le chantier d'une fouille programmée et menée à son terme. Celui de la place Camille-Jouffray à Vienne (Isère) en était récemment un excellent exemple. Celui de Vaise présente non seulement l'intérêt majeur d'un trésor mixte (monnaies et objets, en deux parties apparemment solidaires), mais l'avantage d'être strictement localisé, dans un contexte dûment étudié et analysé par les archéologues du secteur.

5N'oublions pas cependant la définition du Code civil (art. 716) : "Le trésor est toute chose cachée ou enfouie... découverte par le pur effet du hasard". Même dans une intervention programmée, le hasard a sa part. Apparu sous le godet d'un engin mécanique actionné pour "l'enlèvement d'une berme située contre et sous un mur moderne", le premier lot de Vaise a évidemment surpris les fouilleurs et, malgré la vérification attentive des déblais, ils n'écartent pas "l'éventualité que quelques fragments aient pu échapper" à leur vigilance : ce qui expliquerait l'état incomplet de certains éléments. Mais le second dépôt a fait l'objet d'une surveillance minutieuse, et l'histoire de l'habitat où ils dormaient tous deux depuis dix-sept siècles ou plus a été passée au crible d'une stratigraphie critique aussi exacte que possible (J.-P. Lascoux, P. Jacquet, W. Widlak). C'est d'ailleurs cette fouille du site de Charavay qui a permis de reconsidérer l'état de nos connaissances sur ce secteur de Vaise censé (jusqu'en 1990) n'avoir abrité aucune installation humaine.

6Les traitements appliqués avec patience et précaution aux objets pour leur restauration ne sont pas moins instructifs que l'environnement archéologique (P. Chantriaux, M.-H. Kappes, V. Langlet-Marzloff, J.-B. Latour, P. Pliska). Ils nous éclairent, en effet, sur les techniques mêmes de fabrication. "Rendre sa lisibilité à l'objet, lui restituer une cohérence suffisante, stabiliser les processus de dégradation" : beaucoup de "restaurateurs" actuels devraient s'inspirer d'une aussi juste définition de leur métier.

7L'inventaire de la vaisselle et de la statuaire (F. Baratte), des bijoux (C. Metzger), des monnaies (G. Aubin) ne laisse rien à désirer. Car non contents de mesurer, de décrire et d'identifier, les auteurs de la publication savent nous mettre en perspective le double dépôt de Vaise, moyennant d'intelligents parallèles qui en soulignent les singularités. Ensemble modeste, en somme, et (nous dit-on) relativement "homogène", dont une partie proviendrait "d'un sanctuaire plutôt que d'un laraire privé" : peut-être lié pour un temps aux dévotions d'un collège de ratiarii acheminant des marchandises entre Lausanne et Yverdon, comme nous le suggère la dédicace gravée sur le socle d'une statuette d'Hélios... Mais des malandrins ont pu rassembler ce butin en vue de la refonte, à en juger par la présence de fragments divers (deux têtes, deux bras, un coude, une aile, un débris de couronne tourelée).

8Quant aux monnaies, on y discerne deux ensembles curieusement séparés par une interruption de vingt-trois ans : l'un va de 69 à 218, l'autre de 241 à 258. Mais trente-trois antoniniens du premier "lot" datent de 215-217 : produit d'un donativum ? Enquête évidemment passionnante. Tel quel, en tout cas, ce dépôt "ne correspond à aucun autre trésor connu dans la région Rhône-Alpes". A cet égard, l'annexe de F. Planet (Trésors anciens du Rhône et de la région Rhône-Alpes) fournit opportunément au lecteur des termes de comparaison.

9Les contributions de M.-Cl. Depassiot (atelier de restauration G. Chapotat), X. Loriot, P. Michel, des tableaux, des appendices, des notes techniques permettront aux chercheurs de travailler encore sur ce matériel qui n'a pas livré le fin mot de toutes ses énigmes, à commencer par l'identité du buste impérial : Gallien ? J'aurais personnellement tendance à en douter. Mais il faut bien reconnaître que l'artisanat provincial schématise l'iconographie officielle. Quoi qu'il en soit, il s'agit d'un témoignage remarquable sur le culte du souverain au IIIe siècle de notre ère.

10Ce numéro 17 des DARA nous offre donc ainsi un beau document d'histoire. Il devrait susciter d'autres publications sur le patrimoine archéologique d'une région qui, durant les quatre ou cinq dernières décennies, a révélé les richesses d'un sous-sol trop souvent méconnu, sinon saccagé naguère encore ! Mais le directeur des antiquités de la région Rhône-Alpes que j'ai été il y a maintenant déjà un quart de siècle se réjouit de constater que les choses ont changé. Ce magnifique ouvrage nous en donne la preuve éclatante et réconfortante.

Auteur

Membre de l'Institut

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access