Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tombe à char de Verna (Isère)

 | 
Franck Perrin
, 
Martin Schönfelder

Synthèse

Texte intégral

90- Agrafe de ceinture

90- Agrafe de ceinture

La cohérence des données archéologiques

1Parvenus au terme de cet inventaire, il nous faut revenir sur la question de l’intégrité du mobilier, question fondamentale pour une découverte archéologique de 1818 qui figure parmi les plus anciennes effectuées en France. Il y a bien eu fouille au sens moderne du mot et même publication partielle des données recueillies. A la suite de la découverte, un rapport de fouille accompagné de planches figurant les objets les plus significatifs a été écrit par François Artaud, directeur du Conservatoire des Arts de Lyon. Publié immédiatement dans la presse de l’époque, ce texte non illustré était manifestement appelé à devenir une publication avec plusieurs planches qui, pour des raisons inconnues, ne vit jamais le jour. Les différentes versions du manuscrit, dont une seule contient les planches (collection privée) constituent un document étonnant, tant par la précision des données de terrain (dimensions du tumulus, de la fosse, des objets) que par les conclusions auxquelles parvient Fr. Artaud : le tumulus de Verna serait la tombe d’un gaulois du temps des colonies écrit-il, une interprétation qui est loin d’être erronée vu la datation ici proposée, à savoir les débuts du Ier s. av. J.-C. Autre modernisme, l’article d’Artaud contient ce qui apparaît être l’une des premières planches archéologiques de comparaison. En effet, une épée gauloise de la région de Servanes/Mouriès (Bouches-du-Rhône) est illustrée dans le manuscrit pour sa ressemblance avec celles trouvées par le comte de Verna.

2Pourtant, les différentes versions des manuscrits posent un problème évident lorsque l’on tente l’étude d’une découverte bien antérieure à l’époque où l’archéologie française se dota de ses premiers outils méthodologiques. Le mobilier mentionné avec plus ou moins de précisions dans le texte n’est pas systématiquement illustré ; quant à la collection de Verna, elle comprend un grand nombre d’objets et de fragments qui ne figurent ni dans les manuscrits, ni dans les planches d’époque. La question de l’intégrité du mobilier est donc un préalable à tout travail de synthèse sur cet « ensemble » funéraire laténien exhumé il y a près de deux siècles. S’il a été possible de hiérarchiser le mobilier en fonction de divers critères, citations dans le texte et renvois à une illustration, citations sans illustrations, généralités, allusions, cette analyse a vite montré ses limites en l’absence d’un véritable relevé en place du mobilier.

3Cependant, la falsification paraît exclue si l’on considère que Fr. Artaud ne semble guère avoir profité d’une découverte vite oubliée. Il s’agit certes bien d’une collection locale regroupant le produit de la fouille de deux sites, l’un campaniforme, l’autre gaulois, mais sans intrusion de mobilier extra-régional (on pourrait penser à des intrusions de mobilier provençal, mais aucun des objets donnés par A. Revoil à Fr. Artaud ne figure dans la collection). Toutefois, peut-il s’agir d’une collection composite, réunissant le fruit de plusieurs découvertes locales datant de l’âge du Fer ?

4Le problème posé par le bassin étrusque et sa chronologie décalée par rapport au reste du mobilier datable ne paraît pas insoluble. En Gaule (et ailleurs) bien d’autres exemples témoignent du dépôt d’objets remarquables longtemps après leur fabrication et l’on peut même avancer l’idée que ces « pièces de collection » sont l’une des composantes du mobilier funéraire des sépultures à biens privilégiés. Désuètes, voire inutilisables, elles n’en enrichissent pas moins les funérailles en venant augmenter le total des biens de prestige « consommés » par la cérémonie. D’un autre côté, l’intégration d’objets « antiques » peut être indirectement une façon de rappeler à tous le souvenir de leurs anciens possesseurs, vraisemblablement les ancêtres du défunt. Dans le cas de Verna, l’étude d’A.-M. Adam montre que le podanipter avait subi le même rituel que le reste du mobilier figurant dans la tombe, ce qui permet de ne pas écarter cette importation de l’ensemble restitué alors par les fouilleurs. Les choses se compliquent avec certains objets moins spectaculaires. Il y a quelques minces divergences entre les manuscrits (il y a en parfois dans des relations de fouilles bien moins anciennes que celle-ci) et elles pourraient inviter à se demander si la collection ne fut pas constituée par la réunion de plusieurs sépultures laténiennes autour d’un ensemble principal ; le nombre de pièces d’armements, les épées notamment, permettent de l’envisager.

5De plus, des affirmations tardives d’E. Chantre viennent semer le doute ; selon lui, la fouille d’une tombe à char aurait été effectuée quelque temps avant sa venue dans l’Isle Crémieu, précisément durant l’hiver 1864. Rédigée plus de vingt ans après, la relation de cette prétendue découverte étonne dans la mesure où E. Chantre paraît ignorer la trouvaille de 1818. L’inventaire et la description du mobilier peuvent laisser croire à la découverte d’une autre tombe à char – peut-être du tout début de l’âge du Fer - sur les terres de la famille de Verna, découverte accompagnée d’autres tombes laténiennes, éventuellement des tombes adventices.

6Enfin la possibilité selon laquelle plusieurs tombes auraient été découvertes et immédiatement mélangées à une sépulture centrale ne pourra jamais être totalement écartée, mais il faut rappeler la qualité de la fouille telle qu’elle nous apparaît dans les relations et affirmations des auteurs. Outre les pièces intactes ou quasi-intactes, des fragments, parfois totalement déformés par le feu, mesurant quelques centimètres ont été patiemment recueillis ; la restauration et l’étude ont montré qu’ils appartenaient bien aux vases décrits et présentés comme provenant d’une seule et même fosse. De même, une partie des ossements (animaux et humains) a été récupérée, ce qui apparaît très précurseur.

7Enfin, quelques disparitions d’objets restent assez énigmatiques, comme celle du casque identifié lors de l’étude initiale. Si l’on peut penser à un cadeau fait par l’inventeur à quelques collectionneurs prestigieux de son époque, rien n’explique pourquoi la planche figurant l’objet est absente, tant chez les héritiers actuels que dans les archives de l’Académie de Belles Lettres... Certains objets ont pu disparaître des vitrines dans lesquelles ils étaient exposés chez les propriétaires. C’est le cas d’une figurine exceptionnelle à l’âge du Fer représentant une grenouille, photographiée en 1986 ; on rappellera que dans le produit des fouilles d’E. Chantre près du Camp de Larina figuraient deux objets annulaires en bronze, stylistiquement datables de La Tène, ornés d’oiseaux et de grenouilles (Perrin 1990 : 15 et note 3).

8Inversement, « l’ensemble » de Verna pourrait avoir été plus important que ne le montre l’inventaire ici donné. En effet, dans les réserves de la Maison du Patrimoine figurent aujourd’hui plusieurs tôles de bronze, sans provenance précise, appartenant à des récipients dont l’aspect évoque très fortement celui des treize vases attribués à la tombe.

9En conclusion, des doutes de principe subsistent et subsisteront tant qu’une tombe de même ampleur n’aura été découverte en Dauphiné.

Interprétation du dépôt à la lumière des connaissances modernes : sépulture ou dépôt ?

10Compte-tenu des réserves exprimées, tout en considérant comme probable l’homogénéité d’une large partie du mobilier, il semble raisonnable de limiter la synthèse à quelques observations.

11Certains travaux et découvertes récentes de « tombes » laténiennes et gallo-romaines sans défunt (Boulestin, Buisson, Gomez de Soto 2002) invitent à s’assurer de la nature réelle du site fouillé par le comte de Verna. À quel type de site les inventeurs eurent-ils affaire : sépulture comme ils le pensaient ou dépôt cultuel ? La première observation remonte à la fouille. En effet, il est précisé que le mobilier témoigne en partie d’une crémation plus ou moins prolongée, ce que les examens modernes confirment totalement. L’hypothèse d’une sépulture repose sur un unique fragment osseux, quelques millimètres d’une côte « vraisemblablement » humaine manifestement brûlée et soudée au bord du podanipter ce qui explique sa conservation. C’est très peu pour affirmer qu’il s’agit bien d’une tombe, mais on soulignera que bien des crémations laténiennes, parfois fouillées par des anthropologues, ne livrent que des « pincées » d’ossements prélevées dans les cendres du bûcher. Quel type de crémation ? La tombe était-elle du type bustum (primaire) ou autre ? Aucune rubéfaction des parois n’est signalée, mais la quantité de petits fragments d’objets plaide en faveur de ce mode de crémation (il y aurait eu environ 2 m3 de cendres, charbons, os et objets).

12D’autres restes humains devaient être présents dans la sépulture, mais sans doute étaient-ils peu nombreux et très fragmentés ; en effet, les fouilleurs ont recueilli des ossements brûlés d’un cheval et d’un porc mesurant quelques centimètres ; ils auraient certainement fait de même pour des fragments de crâne ou autres restes humains subsistant généralement à la crémation. En définitive, l’ensemble dit de Verna semble bien être une sépulture, mais, nonobstant les remarques faites plus haut, s’agit-il d’une tombe individuelle ? Le nombre des armes, des épées (5) et des boucliers (3) notamment, va à l’encontre de l’usage le plus commun à l’âge du Fer, qui dans le cas de la sépulture individuelle, est celui du dépôt d’un seul équipement, notamment d’une seule épée, d’un seul bouclier, mais d’une à plusieurs lances. Cependant, on le sait, des cas très particuliers existent à l’image de l’ensemble de la Mailleraye-sur-Seine. L’idée d’un unique personnage au rang supérieur à d’éventuels accompagnateurs est illustrée par la mention du casque ; peut-être pouvait-il outre sa panoplie principale posséder des équipements complémentaires. Mais ces panoplies de guerre apparemment surnuméraires pourraient très bien appartenir à des défunts secondaires, brûlés en même temps, à moins qu’elles ne représentent symboliquement des individus physiquement absents des funérailles. Comme on le voit, on touche là aux limites de la documentation : tout au plus peut-on affirmer qu’il y a eu crémation d’au moins un défunt.

Sélection et traitement du mobilier déposé dans la tombe

13Dans l’hypothèse d’un ensemble homogène, il convient d’expliquer la concentration exceptionnelle du mobilier. De plus, la restauration des objets a permis de mettre en évidence divers types de traitements du mobilier sélectionné avant les funérailles puis à l’issue de la crémation pour accompagner le défunt dans l’au-delà : coups, torsions et pliages, démontages. Alors que les épées et les boucliers témoignent de manipulations destructrices, les lances ont seulement été placées sur le bûcher funéraire ; aucune information ne vient préciser le traitement du casque. La vaisselle métallique républicaine - des vases destinés aux ablutions d’avant banquet et au service du vin - est non seulement exceptionnelle par son abondance, mais aussi par la présence de types originaux ou dotés de caractères peu ordinaires. Ainsi, l’étude des dimensions des différents récipients montre que les vases accompagnant le défunt sont tous plus grands que ceux habituellement rencontrés. Le statut du défunt explique assurément cette sélection, mais aussi la présence d’un unicum (bassin rectangulaire) et de formes très rares (couvercle d’un vase de forme inconnue, bassin à bec verseur). Comme une partie des armes, certains de ces vases en bronze ont fait l’objet d’une forme de sacrifice conduisant à leur destruction. Quant au char, en partie brûlé, il est l’une des rares attestations archéologiques d’un de ces véhicules à quatre roues de la fin de l’âge du Fer dont le nom nous est connu en gaulois. Ce véhicule de parade dont la caisse et les roues étaient ornées, témoigne d’influences romaines en particulier pour ce qui concerne la construction de l’essieu tournant à pivot en fer et l’ornementation des tiges.

14Cette synthèse entre techniques de charronnage celte et romain s’explique aisément vues la position géographique de la découverte et sa datation. Deux chevaux ont tiré le char par un joug dont seuls quelques éléments ont été conservés. L’attelage était dirigé à l’aide d’une paire de mors de bride de tradition italique. Quant au troisième mors de bride, il a vraisemblablement été déposé pour symboliser la possession d’un cheval monté, voire l’appartenance à une élite cavalière. Cette combinaison de trois mors existe dans plusieurs autres tombes à char, ainsi que dans les tombes à char à deux roues, souvent avec une paire de mors de filet et un mors de bride. Enfin, la présence d’une faucille intacte en fer peut se comprendre comme l’affirmation d’une des sources de la richesse du défunt, des dépôts comparables se rencontrant dans les tombes aristocratiques des Bituriges et des Trévires (outils de forgerons ou meules).

Datation de la tombe

15Déjà en 1818, Fr. Artaud s’étonnait de n’avoir pas découvert de monnaies (autre indication sur l’attention portée à la fouille), ce qui l’aurait certainement aidé à préciser l’époque à laquelle vécut « ce Gaulois du temps des colonies romaines ». Parures vestimentaires, céramiques importées, vaisselles et certains aspects technologiques fournissent les dates les plus précises. Tout d’abord, notons les fibules essentiellement du type « à pied solidaire de l’arc », un mode de fabrication apparu vers le deuxième quart du IIIe s. av. J.-C., « abandonné » au Ier s. av. J.-C., puis « redécouvert » sous les principats d’Auguste et Tibère. La vaisselle à vernis noir, semble-t-il d’origine campanienne, de mauvaise qualité, usée et pourtant réparée (un cas), et la vaisselle métallique permettent également d’avancer une datation au cours de la phase La Tène Dlb.

16Ainsi, cet ensevelissement aurait eu lieu aux alentours des années 100-80 av. J.-C., après la conquête de la Transalpine, voire après le passage des Cimbres en Gaule – deux événements qui ont nécessairement eu des implications au niveau local – et peu avant le passage de Pompée en route pour l’Espagne qui affecta, semble-t-il, d’une autre manière les élites locales (Tarpin 2002). Historiquement, le personnage enseveli dans l’un des tumulus de la bordure occidentale de l’Isle Crémieu fut très probablement un des contemporains d’Indutiomaros, d’Abducillos et de Catugnatos, notables allobroges mentionnés lors d’événements des années 60 av. J.-C. Le mobilier funéraire affirme qu’il s’agissait d’un adulte masculin, sans qu’il soit possible d’avancer un âge quelconque ; peut-être naquit-il avant la conquête de 121 av. J.-C. Le défunt vécut donc au moment où le Camp de Larina était occupé, cette fréquentation générant une partie du mobilier déposé dans la faille de la Chuire ; il est aussi semble-t-il contemporain des dépositions funéraires et de l’habitat d’Optevoz sur le plateau de Crémieu, de la nécropole de Mépieu et surtout de l’occupation pré-romaine toute proche du domaine du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas dont la chronologie laténienne reste à préciser.

La tombe de Verna parmi les sépultures aristocratiques de la fin de l’âge du Fer

17La tombe de Verna est un ensemble à mobilier privilégié, ne serait-ce que par le nombre et la qualité de la vaisselle importée qui y figure. Le dépôt d’autant de biens de valeur, coûteux tant dans le monde gaulois que dans le monde romain, caractérise un personnage de rang social élevé, membre d’une classe aristocratique numériquement faible : à peine 3 % de la population libre selon des données extrapolées d’après Tite-Live à propos des Boïens d’Italie au début du IIe s. av. J.-C. (Perrin, Decourt 2002). La comparaison avec les quelques autres ensembles « riches » montre que la tombe de Verna, compte-tenu des réserves exprimées plus haut, paraît être l’une des plus importantes pour l’époque considérée. En fait, il est vraisemblable que des tombes bien plus importantes, comparables à celles des rois Bretons, restent à découvrir.

18Le rituel de cette tombe allobroge évoque fortement un passage célèbre figurant dans la Guerre des Gaules (éd. L. - A. Contans, CUF), précisément dans l’excursus ethnographique (livre VI). César l’a en partie emprunté (et donc traduit) des Histoires de Poséidonios d’Apamée, ce philosophe grec qui parcourut la Gaule méridionale vers 101-100 av. J.-C., voyageant probablement de Massalia vers la nouvelle Narbo Martius (Narbonne), avec l’ambition de poursuivre les Histoires de Polybe terminées en 146 av. J.-C. Son oeuvre perdue traitait de la conquête de la Transalpine, conquête impliquant au premier chef les Allobroges, et de la migration des Cimbres et des Teutons. Dans le tableau descriptif de la société gauloise conservé par César figurent des passages sur les croyances des Gaulois et la manière dont ils traitent leurs défunts.

« Les funérailles sont, relativement au degré de civilisation des Gaulois, magnifiques et somptueuses ; tout ce que, penset-on, le mort chérissait est porté au bûcher, même les animaux, et il n’y a pas si longtemps encore, la règle d’une cérémonie funèbre complète voulait que les esclaves et les clients qui lui avaient été chers fussent brûlés avec lui ».

19Le jugement qui débute ce célèbre texte concerne sans doute des pratiques funèbres de la deuxième moitié du IIe s. av. J.-C., mais César en reprenant Poséidonios témoigne du maintien de rites somptuaires dans la première moitié du Ier s. av. J.-C. De plus, le rituel décrit est clairement une évolution (une simplification en fait) de pratiques plus anciennes remontant peut-être aux débuts du IIe s. av. J.-C., voire au IIIe s. av. J.-C. L’archéologie montre que ces funérailles ne sont manifestement pas communes à tous les Gaulois : il s’agit de crémations particulières, réservées aux membres de l’aristocratie gauloise, peut-être celle des peuples directement concernés par l’ouvrage de Poséidonios. L’auteur révèle un déroulement qui s’oppose aux usages gréco-romains : ces funérailles sont en effet « magnifiques et somptueuses », c’est-à-dire spectaculaires et coûteuses, consommatrices de biens de valeur. Pourtant, et c’est là quasiment une règle dans le monde gaulois, l’orfèvrerie et l’argenterie ne sont pratiquement jamais déposées dans les bûchers ou dans les tombes. La dépense est ailleurs, sans doute dans la destruction et l’abandon de mobiliers de prestige, l’abattage d’animaux sacrifiés pour le banquet, la consommation de boissons importées et la distribution de richesses diverses.

20Si Ton fusionne les informations transmises par César, Pomponius Mela et par l’auteur des Schlolies à la Pharscale de Lucain, un modèle littéraire de la cérémonie funèbre aristocratique gauloise apparaît. Le rituel concerne un homme adulte, un guerrier de rang social élevé, membre de l’aristocratie, père de famille. Il sera enseveli avec beaucoup d’objets lui appartenant personnellement ; au cours de la cérémonie des sacrifices d’animaux, notamment de chevaux auront lieu. Enfin, certains proches du défunt, esclaves, serviteurs, clients, épouses et concubines l’accompagneront dans l’au-delà, grâce au feu du bûcher, médiateur entre le monde des vivants et celui des morts dans lequel séjournera un temps seulement le défunt.

21De toutes les sépultures à mobilier privilégié actuellement connues, celle de Verna est sans doute la plus proche du rituel tel qu’il apparaît dans la synthèse des textes antiques. Compte-tenu de la localisation de la tombe, en Province de Transalpine, à 300 km de Massalia et près d’un axe aisé de circulation, il est tentant de voir dans cette découverte l’expression matérielle des laconiques descriptions gréco-latines. Cependant les différences avec le modèle envisagé sont finalement assez nombreuses : ainsi, à Verna, la crémation du mobilier est partielle et non totale comme l’affirment les textes. En revanche, la destruction d’une nombreuse vaisselle en bronze est quasi systématique, rite sur lequel les sources sont muettes. Alors qu’à Verna, un abattage d’animaux domestiques peut être mis en évidence, rien ne vient alimenter l’idée d’un sacrifice massif ; cela tient sans doute aux choix opérés sur le terrain. Le sacrifice des chevaux logiquement présents lors de la cérémonie et leur dépôt par-dessus la tombe n’est qu’une hypothèse invérifiable. Du vin italien d’origine étrusque a été consommé ou utilisé pour éteindre le bûcher, mais seuls deux fragments de conteneur passé par le bûcher ont été conservés. C’est peu pour une sépulture d’une telle importance, mais aucune des sépultures allobroges de cette époque ne contenait d’amphores, entières ou à l’état de fragments. Peut-être les amphores ont elles été écartées de la fosse funéraire. Enfin, l’existence de plusieurs défunts - doryphores ou clients - n’est qu’une hypothèse que l’on pourrait avancer à partir du nombre des épées, des boucliers et des lances ; les fragments de crânes non brûlés étant intrusifs.

22La tombe allobroge de Verna se distingue également de l’ensemble des sépultures riches de La Tène finale, mais des points communs existent ici et là. Le char n’est pas symboliquement représenté par un de ses éléments métalliques, mais est au contraire complet ; sans doute a-t-il été placé au-dessus de la fosse comme lit funéraire. La présence de ce véhicule, sans doute ce que les Gaulois nommaient petorritum, témoigne d’une volonté de renouer avec une longue tradition remontant à l’âge du Bronze, tradition peut-être locale si l’on considère la pièce de char du Hallstatt B3/C des collections de la Mairie de Crémieu. Le traitement par le passage sur le bûcher est en revanche bien une pratique de la fin de l’âge du Fer. On note qu’il n’y a pas à proprement parler d’urne cinéraire, bien que le seul fragment d’os humain préservé soit effectivement fixé sur le bord externe du plus spectaculaire des vases de bronze, le seul qui soit décoré. L’antique podanipter semble avoir été brisé avant la crémation ce qui, sans l’interdire totalement, complique l’hypothèse de son emploi comme réceptacle des restes incinérés du défunt.

23Outre la présence d’une « antiquité », observation fréquente au sein des tombes des élites hallstattiennes, la volonté de s’aligner sur des usages anciens s’exprime par l’emplacement de la découverte effectuée dans un tumulus, haut de près de 4,50 m si on en croit Fr. Artaud ; ce type de construction funéraire est également inhabituel à la fin de l’âge du Fer, même si dans plusieurs régions de Gaule l’hypothèse de tertres peu élevés établis par-dessus des tombes riches et aujourd’hui arasés est une certitude (Lambot 2002). Cependant, il faut reconnaître que l’immense majorité des milliers de tumulus fouillés depuis le XIXe s. appartient bien au premier âge du Fer et à l’âge du Bronze ; statistiquement, on devrait disposer de découvertes contemporaines à Verna, ce qui n’est pas le cas. La question se pose de savoir si le tumulus a été érigé pour cette sépulture fastueuse ou si la tombe laténienne a réutilisé un tertre plus ancien appartenant à la fin de l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer. Seule la localisation du tumulus en question et la reprise des fouilles permettraient de le savoir. Pour l’heure cette tombe à char gauloise apparaît isolée au sein d’une nécropole établie environ sept siècles auparavant et comprenant au moins une tombe aristocratique des années 800 av. J.-C. (et peut-être deux).

24Ce personnage de haut rang témoigne d’un conservatisme bien particulier, à un moment où les Allobroges soumis sont intégrés à la Provincia. Tous les archaïsmes observés ou suspectés (tumulus, char, dépôt en vase métallique ?) pourraient laisser penser que le fameux passage de Poséidonios est bien incomplet, notamment sur les formes que pouvait prendre le rite traditionnel, cette « cérémonie funèbre complète » sur laquelle l’auteur ne retient que la multiplicité des défunts sacrifiés ou volontaires pour accompagner le défunt principal. Pourtant, l’idée d’une influence romaine ne peut être écartée. On regrettera d’autant la disparition du casque en bronze « simple » et « inorné » qui pourrait avoir été de type romain plutôt que gaulois. L’aristocrate enseveli, rappelons-le, près du site de Larina et de l’occupation du site du Vernai à Saint-Romain, occupait un emplacement stratégique à la frontière des Allobroges et par conséquence sur la limite septentrionale de la Province. Des liens avec le pouvoir romain ou avec les négociants romains et grecs expliqueraient l’opulence dont il bénéficia de son vivant et qu’il manifesta jusque dans la mort. Strabon (d’après Poséidonios) attribue précisément à la noblesse la transformation de Vienna, simple village mais capitale-mère des Allobroges, en cité (polis) (Lucas 2002) ; Verna étant situé à plus de quarante kilomètres de Vienne, il n’est pas sûr que le défunt ait été l’un des membres de cette noblesse viennoise urbaine pouvant résider à la campagne ; en revanche rien n’interdit de penser qu’il ait pu faire partie du sénat allobroge qui devait se rassembler à Vienne.

25A ce jour, la question de sa résidence reste ouverte : le site fortifié du Camp de Larina ? Le domaine de Saint-Romain ? A n’en pas douter, il y a là un terrain de recherches particulièrement intéressant pour l’analyse des élites de la fin de l’âge du Fer.

Table des illustrations

Titre 90- Agrafe de ceinture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Alpara, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access