Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La tombe à char de Verna (Isère)

 | 
Franck Perrin
, 
Martin Schönfelder

Chapitre 2. Le contexte de la découverte

Franck Perrin et Robert Royet

Texte intégral

8- La costière ouest de l’Isle Crémieu

8- La costière ouest de l’Isle Crémieu

D’après Jean de Beins, 1607

Les allobroges à la fin de l’âge du Fer

1Mentionnés dès le IIIe s. av. J.-C. à propos du passage de l’expédition d’Hannibal, les Allobroges, et notamment les principaux personnages de ce peuple, sont ensuite régulièrement cités par les auteurs gréco-latins à propos d’événements guerriers des IIe-Ier s. av. J.-C. Les informations disponibles tant sur l’époque à laquelle fut enseveli le guerrier de Verna que sur la classe sociale à laquelle il appartenait sont toutefois bien minces.

2Les Allobroges comme bien d’autres Gaulois semblent avoir connu des systèmes politiques oligarchiques, antérieurement à la conquête. Hannibal, selon Polybe, se heurta à des « chefs de secteurs » allobroges et non à un roi ou roitelet. Strabon, utilisant les Histoires de Poséidonios, indique que la noblesse allobroge transforma Vienna, métropolis (ville mère) des Allobroges de simple village en ville (polis). Il est probable que cette évolution décisive a été réalisée avant la conquête de la Transalpine. En 121 av. J.-C., l’attaque par les Allobroges et le refus de ces derniers de livrer le roi salyen Teutomalus conduisent à la perte de leur indépendance. Seul Appien mentionne un roi allobroge nommé Bituitos ; les fastes triomphaux conservent quant à eux le souvenir des défaites « des Allobroges » et du roi (Betultus) des Arvernes. A priori il s’agit d’une erreur d’Appien confondant Arvernes et Allobroges, mais on ne peut totalement écarter l’hypothèse d’une homonymie plus ou moins complète amenant une certaine confusion dans les sources littéraires ; il est également possible que Bituitos, Arverne, ait été roi des Allobroges, ce type de royauté étant plusieurs fois attesté, tant en Gaule qu’en Bretagne. Alors que chez leurs alliés arvernes, la royauté disparaît, aucun changement notable ne semble concerner les Allobroges. L’aristocratie de ce peuple nous est connue grâce à Cicéron qui, dans sa défense du gouverneur Fontéius, critique Indutiomaros, ambassadeur des Allobroges et des autres provinciaux. Malheureusement, à part quelques attaques sur la barbarie gauloise, son discours n’apporte guère d’éléments à la connaissance des élites allobroges de cette époque.

3Même remarque à propos des députés allobroges envoyés à Rome en 63 av. J.-C. Seul Plutarque mentionne l’envoi de lettres aux Allobroges, ce qui laisse penser que certains d’entre eux lisaient le latin (Indutiomaros affirmant qu’« il savait » comment s’était enrichi Fontéius, dut s’exprimer en latin). L’année suivante, un certain Catugnatos sera « chef de toute la nation » pour le dernier soulèvement allobroge. Cette magistrature fut sans doute strictement militaire, le personnage étant éventuellement désigné par le peuple réuni en assemblée. Selon César, Abducillos, père de deux fils qui combattirent à son côté pendant la guerre des Gaules, fut « à la tête de sa nation durant de longues années ». Pourtant les Allobroges disposaient à cette époque d’un sénat ; César y fera admettre à titre exceptionnel Ecos et Roucillos, les deux fils d’Abducillos. Le fonctionnement de ce sénat était-il analogue à celui des Eduens ? Chez ce peuple, l’entrée au sénat était réservée à un membre de chaque famille, le père excluant ses fils ; César aurait donc usé de son autorité sur une institution provinciale pour contourner cet usage. Toutefois, chez les Eduens, le magistrat supérieur Vergobretos ne pouvait occuper qu’une seule année sa charge, la cédant à un autre selon « un antique usage ». Mais en ce temps-là (le début du Ier s. av. J.-C.), Abducillos représentait sans doute un parti romain ; César récompensera ses fils en leur accordant « les plus hautes magistratures », sans malheureusement les citer (Goudineau 2002 : note 5).

Choix de textes antiques sur les allobroges (fin IIe-milieu Ier s. av. J.-C.)

Les campagnes romaines de 121 av. J.-C.
Tite-Live, Abrégés, Livre LXI (123-120 av. J.-C.)
Éd. P. Jal, CUF

4Le proconsul C. Sextius, après avoir vaincu la peuplade des Salyens, fonda la colonie d’Aquae Sextiae, ainsi appelée en raison à la fois de l’abondance des eaux provenant des sources chaudes et froides et de son propre nom à lui. Le proconsul Cn. Domitius remporta un succès sur les Allobroges, près de la ville de Vindalium. Si on leur avait fait la guerre, c’est parce qu’ils avaient recueilli Toutomotulus, roi des Salyens, en fuite, et lui avaient apporté toute l’aide qu’ils pouvaient ; parce qu’ils avaient aussi ravagé le territoire des Eduens, alliés du peuple romain. (…)

5Le consul Q. Fabius Maximus, petit-fils de Paulus, lutta victorieusement contre les Allobroges et Bituit, le roi des Arvernes. De l’armée de Bituit, 120 000 hommes furent tués ; comme le roi lui-même s’était rendu à Rome pour donner réparation au Sénat, on l’envoya à Albe pour être détenu, parce qu’il semblait contraire à la paix de le renvoyer en Gaule. On décida aussi d’arrêter son fds Congonnetiacus et de l’envoyer à Rome. On reçut la soumission des Allobroges.

6Le consul Q. Fabius Maximus gagna le surnom d’Allobrogique grâce à sa victoire.

7Autres récits de ces épisodes avec anecdotes : Strabon, Géographie, IV, 1, 11 ; Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 10 et 39 ; Valère Maxime, Faits et dits mémorables, III, 5, 2 ; VI, 9, 4 ; IX, 6, 3 ; Pline l’Ancien, Hist. Nat., VII, 166 ; Suétone, Néron, II, 1 ; Florus, Epitomé, I, 37 ; Appien, Celtica, I, 2 ; Eutrope, Abrégé, IV, 10 ; Orose, Contre les Païens, V, 13, 2 ; V, 14, 1-4.

Vienne (fin IIe s. av. J.-C.  ?)
Strabon, Géographie, IV I, II (Cl86),
Éd. F. Laserre, CUF

8Les Allobriges, autrefois, participaient à des opérations guerrières par dizaines de milliers, mais aujourd’hui ils cultivent les plaines et les vallons des Alpes. Ils vivent dans des villages, mais les plus illustres d’entre eux vivent à Vienne. De ce qui était auparavant un village portant pourtant le titre de métropole de ce peuple, ils ont fait une ville.

Bituitos, roi des Allobroges ? (121 av. J.-C.)
Appien, Histoire romaine IV. Celtique, Frgt 12 2-5.
Éd. P. Viereck, A. G. Roos, E. Gabba, Teubner

9Au moment où il (Gnaius Domitius) traverse le territoire des Salyens, vient à sa rencontre un ambassadeur du roi des Allobroges Bituitos, en riche équipage ; des gardes du corps l’accompagnaient en tenue d’apparat et des chiens ; car les Barbares de cette région ont une escorte constituée de chiens. Un musicien chantait, sur une musique barbare, le roi Bituitos, puis les Allobroges, puis l’ambassadeur lui-même, célébrant sa naissance, son courage et sa richesse. C’est pour cette raison surtout que ceux des ambassadeurs qui sont illustres emmènent ces gens.

La conjuration de Catilina (63 av. J.-C.)
Salluste, La conjuration de Catilina, 40-41
Éd. A. Ernout, CUF

10Il (Lentulus) charge donc un certain P. Umbrenus de s’aboucher avec les députés des Allobroges, et de les déterminer, si possible, à s’allier à lui, dans la pensée que ces hommes accablés sous le poids de leurs dettes publiques et privées, et de nature belliqueuse comme le sont tous les Gaulois, se rallieraient aisément à un tel dessein. Umbrenus, qui avait fait du négoce en Gaule, était connu de la plupart des chefs de cités et les connaissait lui-même. Aussi sans perdre de temps, dès qu’il aperçut au forum les députés Allobroges, après quelques brèves questions sur l’état de leur cité, feignant de s’apitoyer sur leur sort, il leur demanda quelle issue ils espéraient à de tels maux. Quand il les voit se plaindre de la cupidité des magistrats, accuser le Sénat de leur refuser toute assistance et n’attendre d’autre remède que la mort à leurs misères : « Eh bien moi, dit-il, si seulement vous voulez être des hommes, je vous montrerai le moyen d’échapper à tous ces maux. » A ces paroles, les Allobroges, pleins d’espoir, supplient Umbrenus d’avoir pitié d’eux ; il n’était rien de si pénible, de si ardu qu’ils ne fussent prêts à faire avec enthousiasme, pour délivrer leur cité de la dette qui l’accablait. Umbrenus les amène dans la maison de D. Brutus, car elle était toute proche du forum, et n’ignorait rien du complot grâce à Sempronia : Brutus, lui, était alors absent de Rome. Il fait en outre venir Gabinius, pour donner plus de poids à ses propos. En sa présence, il expose la conspiration, nomme les conjurés, auxquels il ajoute les noms de nombreuses personnes de toute espèce, absolument innocentes, afin d’affermir le courage des députés gaulois ; leur concours une fois promis, il les renvoie chez eux.

11Cependant les Allobroges hésitèrent longtemps sur le parti à prendre. Ils mettaient en balance d’un côté leurs dettes, leur amour de la guerre, les grands avantages que laissait espérer la victoire ; de l’autre la supériorité des forces, l’absence de risques, et au lieu d’une espérance douteuse des récompenses assurées. Après de mûres réflexions, ce fut la Bonne Fortune de la République qui finit par l’emporter. Aussi révèlent-ils toute l’affaire, comme ils l’avaient apprise, à Q. Fabius Sanga, le protecteur attitré de leur cité. Cicéron, instruit par Sanga du projet qui se trame, enjoint aux députés de feindre un zèle ardent pour la conjuration, de se mettre en rapport avec tous les autres complices, de leur faire de belles promesses et de tâcher de les amener à se découvrir le plus possible.

La révolte de Catugnat (62/61 av. J.-C.)
Dion Cassius, Histoire Romaine, XXXVII47-48,
Éd. E. Gros, Firmin-Didot

12Les Allobroges commettaient des dégâts dans la Gaule Narbonnaise. C. Pomptinus, gouverneur de cette province, envoya contre eux ses lieutenants : quant à lui, il campa dans un lieu d’où il pouvait observer tout ce qui se passait ; afin de leur donner, en toute occasion, des conseils utiles et de les secourir à propos. Marius Lentinus se mit en marche contre Ventia et il effraya tellement les habitants que la plupart prirent la fuite : le reste lui envoya une députation pour demander la paix. Sur ces entrefaites, les gens de la campagne coururent à la défense de la ville et tombèrent à l’improviste sur les Romains. Lentinus fut forcé de s’en éloigner ; mais il put piller la campagne sans crainte, jusqu’au moment où elle fut secourue par Catugnat, chef de toute la nation, et par quelques Gaulois des bords de l’Isère. Lentinus n’osa dans ce moment les empêcher de franchir le fleuve ; parce qu’ils avaient un grand nombre de barques : il craignit qu’ils ne se réunissent, s’ils voyaient les Romains s’avancer en ordre de bataille. Il se plaça donc en embuscade dans les bois qui s’élevaient sur les bords du fleuve, attaqua et tailla en pièces les barbares, à mesure qu’ils le traversaient ; mais s’étant mis à la poursuite de quelques fuyards, il tomba entre les mains de Catugnat lui-même, et il aurait péri avec son armée, si un violent orage, qui éclata tout à coup, n’eût arrêté les barbares.

13Catugnat s’étant ensuite retiré au loin en toute hâte, Lentinus fit une nouvelle incursion dans cette contrée et prit de force la ville auprès de laquelle il avait reçu un échec. L. Marius et Servius Galba passèrent le Rhône, dévastèrent les terres des Allobroges et arrivèrent enfin près de Solonium. Ils s’emparèrent d’un fort situé au-dessus de cette place, battirent dans un combat les barbares qui résistaient encore et brûlèrent quelques quartiers de la ville dont une partie était construite en bois : l’arrivée de Catugnat les empêcha de s’en rendre maîtres. A cette nouvelle, Pomptinus marcha avec toute son armée contre Catugnat, cerna les barbares et les fit prisonniers, à l’exception de Catugnat. Dès lors, il fut facile à Pomptinus d’achever la conquête de ce pays…

Les nobles allobroges Roucillos et Ecos (58-48 av. J.-C.)
César, Guerre civile, III 59,1-2,
Éd. L.-A. Constans, CUF

14Il y avait, auprès de César, dans la cavalerie, deux frères allobroges, Roucillus et Aécus, fils d’Adbucillus, qui avait été pendant de longues années à la tête de sa nation ; c’étaient des hommes d’un courage extraordinaire, de qui César avait éprouvé dans toutes les campagnes des Gaules les services éminents et la très grande vaillance. Pour cette raison, il leur avait confié dans leur patrie les plus hautes magistratures, il s’était occupé de les faire nommer à titre exceptionnel au sénat, il leur avait distribué des terres gauloises prises à l’ennemi ainsi que de grosses récompenses en argent, et de pauvres qu’ils étaient, ils les avaient rendus riches.

L’Isle Crémieu : géographie et données archéologiques

Le contexte géographique

15L’Isle Crémieu se situe à l’extrémité nord du département de l’Isère, à une quarantaine de kilomètres à l’est de l’agglomération lyonnaise et à une cinquantaine au nord-est de Vienne (fig. 8 et 9). Ce massif calcaire jurassique est entouré au nord, à l’est et à l’ouest par le cours du Haut-Rhône et délimité au sud par les cours de la Bourbre et de la Save ainsi que par de grandes zones de marais, d’où son surnom d’Isle.

9- Proposition de localisation du dépôt funéraire de Verna

9- Proposition de localisation du dépôt funéraire de Verna

16Plateau triangulaire de 225 km2, il est entaillé par des vallées qui en permettent l’accès à l’ouest, notamment le val d’Amby, qui, après avoir longé le plateau de Larina, un éperon délimité sur deux côtés par des falaises, débouche au coeur du massif. Les falaises dominent de 200 mètres le cours du Rhône, distant d’un kilomètre ; c’est dans cette plaine, non loin de l’occupation protohistorique du Camp de Larina qu’a été mis au jour la tombe à char de Verna (Perrin 1990 : 12-13).

17Historiquement et géographiquement, l’Isle Crémieu dépend de la cité allobroge. Elle s’inscrit dans une situation périphérique et frontalière à la cité des Ambarres. Avec la défaite des Allobroges en 121 av. J.-C. et la création de la Provincia en 118 av. J.-C., leur territoire est intégré à cette dernière. Par ailleurs, le plateau de l’Isle Crémieu occupe une position particulière à la frontière entre la Gaule Chevelue et la province de Narbonnaise. La rive droite du Rhône, aujourd’hui dans le département de l’Ain, pose des problèmes d’attribution ethnique, puisqu’une partie de cette zone pourrait être rattachée au territoire allobroge, notamment Saint-Vulbas. Le monnayage gaulois recueilli sur le plateau de Larina et plus largement dans l’Isle Crémieu (cf. annexe 2) confirme clairement le lien de dépendance de ce secteur géographique vis à vis du pouvoir allobroge.

Le plateau de Larina

18Dominant les plaines du Rhône et de l’Ain, le plateau de Larina (Hières-sur-Amby, Isère) est assurément le site archéologique majeur de ce secteur de l’Isle Crémieu ; avec 27 hectares enclos dans une fortification de près d’un kilomètre, le camp de Larina est aussi le plus vaste site du territoire allobroge, juste après Vienne la capitale, un habitat sans fortification reconnue, estimé à une quarantaine d’hectares. A Larina, l’espace circonscrit par le rempart s’organise autour d’une vaste doline cultivable jouxtant un plateau et entourée de collines plus propices à l’élevage. Les premières recherches datent du XIXe s. (E. Chantre, F. Gabut…). Après une longue interruption, elles ont repris dans le courant des années 1950, puis à l’occasion de destructions occasionnées par des carrières d’extraction de lauzes. Les travaux les plus importants ont porté sur un habitat, une nécropole et une chapelle de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age établis à l’extrémité nord du site. Fouilles, sauvetages urgents et prospections de surface ont révélé l’ancienneté de la fréquentation du site. En effet, outre quelques témoins du Néolithique, une quinzaine de structures fossoyées ovalaires ou circulaires et des lambeaux de niveaux de sol en place, ont été observées par J.-R Pelatan et P. Porte. Le mobilier recueilli (plus de 6000 fragments de vases uniquement dans les fouilles gallo-romaines et médiévales) permet d’envisager une occupation du plateau aux débuts du Bronze Final (Fosse M), mais surtout aux phases IIIa et IIIb du Bronze Final (Xe-IXe s. av. J.-C.) (Froquet 1994 ; Pélatan 1986). L’existence de fours « polynésiens » et de fosses-dépotoirs sans structures de stockage ni vestiges d’habitats pourraient laisser penser à un espace à vocation spécialisée, éventuellement un lieu de rassemblements festifs en marge d’un habitat détruit par les carrières, ou lié à des habitats dispersés dans les alentours du site de Larina. De plus, dans une faille - celle de La Chuire - située dans la falaise défendant naturellement le site, à l’aplomb de la tourbière de Verna et en contrebas de la doline centrale, un important mobilier du Bronze Final (III essentiellement) a été exhumé à l’occasion d’une série de sondages portant sur environ 60m2 (Perrin 1990).

19Sur le plateau, le Premier âge du Fer est individualisé par de rares structures datées par la méthode du 14C. La faille de La Chuire a également livré du mobilier du début du Ville s. av. J.-C. et de la fin du VIe s. av. J.-C., notamment pour cette époque des importations provençales et massaliotes. La fréquentation du site semble s’arrêter vers la fin du Ve s. av. J.-C., car aucun mobilier ne peut assurément être rapporté aux phases Hallstatt D3 et La Tène A et B. Dans la faille de La Chuire, un important mobilier des phases B2 à D1 de La Tène constitué de près de 400 objets en métal et de plusieurs milliers de fragments de céramiques provient des sondages pratiqués dans les années 1970/1980. Ce mobilier métallique est surtout constitué d’objets de la vie quotidienne (parures, outils, ustensile de cuisine) intacts, souvent peu usagés et parfaitement réutilisables ; quelques pièces (fourchette, faux, fibules, gouge, gril, fourreau probablement…) présentent des destructions assurément volontaires, analogues aux manipulations reconnues sur des objets funéraires et cultuels. La question se pose de savoir s’il s’agit du produit d’un sanctuaire non localisé situé sur le plateau ou d’un dépôt dans un site naturel remarquable dépourvu - du moins en apparence – d’aménagements construits (Perrin 1990).

20Parallèlement, aucun document du IIIe s. av. J.-C. n’a été à ce jour identifié sur le plateau. Sur ce dernier, plusieurs structures ainsi que du mobilier récolté hors contexte lors des fouilles et des prospections réalisées dans la doline centrale permettent de cerner une occupation laténienne durant la phase D1. Environ un millier de fragments d’amphores républicaines, de la vaisselle campanienne à vernis noir, des vases en bronze, plusieurs dizaines de monnaies allobroges et massaliotes ainsi qu’une trentaine de bracelets en verre caractériseraient cet horizon.

Le contexte archéologique

21Selon toute vraisemblance, le Rhône délimite la frontière du territoire allobroge au nord du Dauphiné (Rémy 2000), les éventuelles possessions de ce peuple mentionnées par César (B.G., I. 11) sur la rive droite ne paraissant être que des têtes de pont.

22Malgré cette situation de frontière, cette portion de la vallée du Rhône est un important noeud de communication et de passage. Cette vallée, qui se rétrécit très rapidement du sud au nord, forme un couloir de circulation naturelle qu’il convenait de contrôler. En effet le Rhône en amont de Lyon est facilement navigable pour les bateaux à faible tirant d’eau, au moins jusqu’au verrou de Sault-Brenaz, situé à une quinzaine de kilomètres en amont de Saint-Romain et où se situe le point de rupture de charge. L’Antiquité gallo-romaine a ainsi légué plusieurs témoignages de nautes et d’utriculaires assurant notamment l’approvisionnement de Lyon (épitaphe de M. R. CATULLUS à Murs et Gélignieux, C.I.L., XIII, 2494). La vallée est aussi sillonnée par plusieurs itinéraires routiers plus ou moins bien identifiés.

23Entre La Balme-les-Grottes et Saint-Romain-de-Jalionas, au moins trois points de passage du fleuve sont utilisés pendant l’Antiquité sans que l’on connaisse exactement leur importance réelle (Royet, Faucher 2002). Au nord, sur la commune de La Balme-les-Grottes (hors figure), deux gués ou aménagements permettaient traditionnellement le passage du Rhône. Le plus septentrional traverse l’Ile de Saint-Vulbas pour aboutir à La Balme-les-Grottes au lieu-dit Sous le Pré du Seigneur ; le second relie le coeur du gisement antique de Saint-Vulbas Les Sétives, au lieu-dit Sous le Château, vers le hameau de La Brosse. Sur la commune de Hières-sur-Amby, il est possible qu’un passage ait existé entre le Port du Noyer et le hameau de Marcilleux (lieu-dit Le Prieuré) sur la rive droite (fig. 10 n° 16). Une récente monographie consacrée au site de Saint-Vulbas (Vaireaux 1996) rappelle toutefois l’absence de certitudes archéologiques sur l’ancienneté de ces points de passage. Par contre, l’utilisation durant la Protohistoire du gué de Port Saint-Oyand, entre Saint-Romain-de-Jalionas et Loyettes, ne fait l’objet d’aucune incertitude (fig. 9 et 10 n° 3). En effet, si les aménagements de berge détectés en prospection (rapport, Convert 1994) ainsi que plusieurs routes qui y convergent en provenance de Vienne et de Lyon ne datent peut être que de l’époque gallo-romaine, ce gué sert de centre de gravité à la nécropole tumulaire à laquelle appartient la tombe de Verna (cf. infra). Il permettait aux voies provenant du Jura ou de la Saône de traverser aisément le Rhône et ainsi de rejoindre la route de l’Italie passant au sud du plateau.

10- Tombes protohistoriques fouillées et habitats laténiens sur les communes de Saint-Romain-de-Jalionas, Leyrieu, Verna, Hières-sur-Amby

10- Tombes protohistoriques fouillées et habitats laténiens sur les communes de Saint-Romain-de-Jalionas, Leyrieu, Verna, Hières-sur-Amby

1 : tombe de Verna, 2 : voie ancienne, 3 : gué de St Oyand, 5 : habitat du Perrier, 6 : Le Vernai, 7 : tumulus Géraud, 8 : tumulus Nicole, 9 : tumulus Roger, 11 : Enclos des Tâches, 12 : tumulus du Peillard, 13 : gravière BétonRhône, 14 : tumulus Stéphane, 16 : gué du port de Noyer, 17 : habitat de Marignieu, 18 : habitat de Mollard Reynard, 19 : habitat de Pré Moly, 20 : habitat des Plantées, 21 : habitat de Sainte-Marie-de-Tortas, 22 : tombe du Général Romain, 23 : La Tour Berthet, (pour les sites n° 4, 10 et 15 cf. fig. 11)

24Les axes de circulation terrestres protohistoriques et antiques restent en partie hypothétiques. L’axe S-O/N-E le plus connu, longe le fleuve en reprenant peu ou prou le chemin dit du Peillard à Saint-Romain-de-Jalionas puis l’assiette de la route départementale 65h, le long de laquelle sont installés les hameaux de Travers et de La Brosse (fig. 10 n° 2). Il est partiellement visible sur la photo aérienne au niveau du lieu-dit Les Tâches, à Saint-Romain-de-Jalionas. Cette route suit à peu près le talus de séparation des basse et moyenne terrasses. Subsistant aujourd’hui sous forme de chemins vicinaux discontinus, cet itinéraire présentait jadis un intérêt régional. Sur le cadastre napoléonien il est, par exemple, désigné comme voie menant de Lyon à Lagnieu. Faute de fouille, sa datation reste problématique. Son tracé s’est légèrement déplacé au cours des temps. Aux Tâches, où il est localisable grâce à la trace laissée par ses deux fossés bordiers, il recoupe un enclos circulaire. Quelques centaines de mètres plus à l’ouest, il semble au contraire que le fossé laténien du tumulus Stéphane se soit installé contre le chemin (fig. 10 n° 14).

25Aucun indice archéologique ou morphologique ne permet de restituer un second itinéraire parallèle longeant les falaises de l’Isle Crémieu. Les hypothèses de voies pénétrantes qui se dirigeraient vers le plateau sont encore moins assurées. Il est vraisemblable que des axes empruntaient les combes d’Amblérieu et surtout d’Amby qui permettent une montée facile vers le sommet du plateau où était installé l’important oppidum de Larina (fig. 10), mais les routes actuelles paraissent modernes. Le chemin qui, actuellement, mène presque en ligne droite du bord du Rhône au val d’Amblérieu paraît totalement indifférent aux sites protohistoriques ou gallo-romains. Plus au sud, à Hières-sur-Amby, la route qui relie le Port du Noyer, où existait un bac à l’époque moderne, au Val d’Amby suit les courbes de niveaux. Là encore, elle n’est associée à aucun contexte archéologique précis.

26Contrairement à la voie longeant le fleuve, ces itinéraires ne possèdent qu’une fonction de desserte locale et ne pouvaient vraisemblablement pas constituer un raccourci pour des voies commerciales inter-régionales. Le gain de distance et de temps procuré par un raccourci passant par le plateau et se dirigeant vers un gué en amont par rapport à la voie bordant le fleuve paraît dérisoire ; il serait largement annulé par les difficultés engendrées par le relief d’une part et par la traversée des dépressions marécageuses occupant le centre du plateau d’autre part.

27Le réseau des implantations humaines est dominé par l’oppidum de Larina qui occupe l’éperon au débouché du Val d’Amby (cf. supra).

28Curieusement, l’habitat perché et fortifié dans l’Isle Crémieu, que le Rhône longe sur près de 50 km, paraît secondaire. Une prospection systématique du rebord occidental du plateau n’a pas permis de déceler un seul autre établissement fortifié de hauteur alors que plusieurs sites paraissaient, a priori, très favorables. Sur le rebord oriental du plateau, qui n’a toutefois pas fait l’objet d’un examen détaillé, aucune découverte protohistorique n’attire l’attention sur un site éventuel.

29Grâce aux prospections réalisées ces dernières années, il est par contre possible d’identifier au moins sept habitats laténiens de plaine. Faute de fouilles extensives, il convient de rester prudent dans l’estimation de leur importance et dans leur interprétation.

30Sur les communes de Saint-Romain, Leyrieu et Hières-sur-Amby, quatre sites gallo-romains importants de la fin du Ier s. av. J.-C., Le Vernai, Marignieu, Pré Moly et Sainte Marie-de-Tortas (fig. 10 n° 6, 17, 19, 21) ont été précédés par un établissement de tradition indigène. Parmi eux, seul le site du Vernai à Saint-Romain, à 2 km au sud-ouest de l’emplacement présumé de la tombe dite de Verna, a fait l’objet de fouilles sur une surface assez importante (rapport, Royet et al. 2001 ; Royet 2002). Des niveaux et des vestiges de construction en matériaux légers y ont été étudiés sur 1500 m 2, mais des sondages suggèrent une extension sur au moins un hectare. Les fouilles montrent que la rupture architecturale entre un établissement laténien et une villa gallo-romaine précoce est contrebalancée par une permanence dans les domaines alimentaires, économiques et culturels. Ce constat suggère un maintien et une romanisation de l’aristocratie allobroge plutôt que l’arrivée d’une nouvelle population de colons. Le matériel assez abondant permet de proposer pour cet établissement indigène une occupation durable entre la 2e moitié du IIe s. et le milieu du Ier s. av. J.-C. Cet établissement rural, le seul fouillé dans le secteur étudié, ne résulte donc pas d’une réorganisation agricole consécutive à la conquête. Les sites de Mollard Reynard (fig. 10 n° 18), des Plantées (fig. 10 n° 20) et du Perrier (fig. 10 n° 5) n’ont en revanche pas survécu à la romanisation.

31L’établissement du Vernai semble être représentatif d’une catégorie d’habitats de plaine durables où résiderait l’aristocratie allobroge locale. Ces établissements constituent les principaux centres de peuplement. Le scénario du passage d’un habitat de hauteur laténien à un réseau de villae gallo-romaines en plaine ne semble pas pertinent dans cette microrégion. Il n’a pas été repéré de gisement évoquant une proto-agglomération. Seul le supposé vicus d’Optevoz, au centre du plateau, a fourni des indices localisés d’occupation préromaine sans que l’on sache s’il s’agit de traces d’un habitat groupé ou isolé.

32On peut s’interroger sur les modalités d’exploitation agricole de cette plaine. Les travaux récents sur le marais de Grand Plan à Saint-Romain-de-Jalionas (rapport, Royet et al. 2001) ont mis en évidence les témoins d’une mise en culture de ces terres limoneuses aujourd’hui marécageuses dès le IIe s. av. J.-C. En fait, l’analyse sédimentaire montre qu’une pluviométrie alors moins importante a permis le développement de cultures céréalières (blé amidonnier et surtout orge) dans des dépressions qui ont connu une paludification à partir du Ier s. av. J.-C.

33Ces habitats situés à l’intérieur des terres, souvent au bord d’une dépression cultivable, ont en commun d’éviter les sols fersiallitiques trop perméables. Sur ce type de sols, de nombreux monuments funéraires ont été identifiés et quelquefois fouillés.

La nécropole tumulaire

34Les découvertes de monticules funéraires protohistoriques se sont multipliées sur les communes de Saint-Romain-de-Jalionas, Leyrieu et Verna depuis près de deux siècles. En bordure du Rhône, ces tombeaux se concentrent dans un espace de deux kilomètres d’ouest en est, entre le Peillard à Saint-Romain et la Tour Berthet à Verna, à l’écart des habitats contemporains (fig. 10 n° 12 et 23). L’ancienneté de certaines découvertes liée à l’absence d’une approche globale de cet espace ont généré une certaine confusion. Il n’est donc pas inutile d’en rappeler la succession.

Historique des découvertes

35Outre les découvertes du XIXe s. (cf. supra), et en particulier celle de la tombe de Verna en 1818, puis celle du Général Romain (fig. 10 n° 22), après un arrêt des recherches de plus d’un siècle, plusieurs tumulus ont fait l’objet de recherches ces trente dernières années.

36En 1971, J. Rebillard repère, lors d’une prospection aérienne, un monticule de 8 m de diamètre entouré d’un fossé (fig. 10 n° 23) au lieu-dit La Tour Berthet à Verna (rapport, Rebillard 1971). La fouille, annoncée, ne sera jamais effectuée.

37Au cours du printemps 1971, des labours font apparaître des dalles au nord-ouest de la tombe du Général Romain. Un sondage de contrôle mené par J. Rebillard ne permet pas de distinguer de vestiges en place.

38La même année un sauvetage est organisé sous la direction de A. Bocquet pour réétudier la tombe du Général Romain (Bocquet 1976) elle-même. Cette allée couverte d’origine chalcolithique connaît deux phases d’agrandissement ultérieures, peut-être datables du Bronze ancien et du Bronze final.

39En 1974, Ch. Revellin (rapport. Revellin 1974) fouille le tumulus dit du Peillard. Il découvre alors une incinération associée à quelques fragments métalliques non datés (fig. 10 n° 12).

40A. Dufourg ouvre durant l’été 1976 une tranchée de reconnaissance à travers le tumulus dit des Trois Tilleuls ou tumulus Géraud (fig. 10 n° 7), à Saint-Romain, qu’il attribue à la fin de l’âge du Bronze (Dufourg, Antoine 1978) grâce à trois tessons trouvés dans le remplissage. Il détecta à cette occasion les traces d’une fouille antérieure, mais n’atteignit pas la chambre sépulcrale.

41Un décapage dans la gravière BétonRhône, à quelques mètres à l’ouest du tumulus du Peillard, entraîne l’organisation d’un sauvetage dirigé par P. Porte (inédit) durant le printemps 1986 (fig. 10 n° 13). Un ou plusieurs enclos quadrangulaires laténiens auraient été fouillés à cette occasion.

42En 1987, J.-P. Guillaumet et S. Verger, après une tentative infructueuse sur l’oppidum de Larina, reprennent la fouille du tumulus des Trois Tilleuls (rapport, Verger, Guillaumet 1987). Il fut rebaptisé tumulus Géraud ou Tombe du Prince celte après la découverte d’un ensemble remarquable daté du Bronze final IIIb comportant des armes et de la vaisselle de bronze (Verger, Guillaumet 1988) (fig. 10 n° 7).

43Le même été, ils examinent un tertre voisin distant d’une centaine de mètres (fig. 10 n° 9), baptisé Roger (rapport, Verger, Guillaumet 1987).

44Une troisième butte, dénommée Abel, située à la pointe sud du Bois des Tâches est identifiée, mais n’est pas fouillée (fig. 11 n° 10).

45Ce programme d’exploration est poursuivi en 1990 par S. Hettiger qui sonde alors quatre structures (rapport, Hettiger 1990) :

  • Le tumulus du Peillard, déjà fouillé par Ch. Revellin, qui se révèle entouré d’un fossé dont la base du comblement comporte des tuiles ; il semble que cet enclos ait été installé sur une structure fossoyée circulaire plus ancienne visible sur une photo aérienne.

  • Le tumulus Stéphane (fig. 10 n° 14), à 100 m au nord-ouest du précédent.

  • Le tumulus Nicole (fig. 10 n° 8), à proximité du tumulus Géraud.

  • Enfin l’examen d’un cercle repéré au lieu dit Les Tâches, visible sur les photos aériennes (fig. 10 n° 11), n’est pas couronné de succès.

46A. Bocquet et L. Haussmann ont étudié en 1998 plusieurs pièces retrouvées par J.-R Jospin dans les réserves de la mairie de Crémieu. Cet ensemble comportait, entre autres, un fragment de frette de moyeu et deux pièces de décoration pouvant provenir d’un char de la fin de l’âge du Bronze final ou du début du Hallstatt. Un fragment de bracelet à godrons hallstattien et une statuette en fer « italique » attribuée au VIe-Ve s. complètent ce lot. Les circonstances de leur découverte et leur provenance est inconnue. Une découverte locale est toutefois probable. Aucun tumulus n’ayant été retrouvé sur la commune de Crémieu, il est vraisemblable que ces pièces proviennent d’une cachette de fondeur ou, plus probablement, d’un ou plusieurs tumulus situés aux alentours de la tombe de Verna (Bocquet, Haussmann 2001).

47En 1999, des campagnes d’évaluation sont réalisées à l’occasion de l’agrandissement de la gravière Verdolini (ex BétonRhône), 100 m au sud-ouest des précédentes découvertes. Les sondages sont tous négatifs (rapport, Hénon 1999).

Organisation de la nécropole

48Seuls neuf tumulus ou enclos, éparpillés sur 2 km2, ont fait l’objet de recherches sur lesquelles on dispose d’archives qui permettent aujourd’hui de les localiser. L’importance de certaines des découvertes (tombe de Verna et tumulus Géraud) ne doit pas masquer la méconnaissance du contexte funéraire dans lequel elles s’inscrivent. Il faut recourir à la photo-interprétation pour suppléer partiellement aux lacunes de la documentation. Malheureusement, cette zone est spécialisée dans la céréaliculture intensive. Les missions récentes de l’I.G.N. ne fournissent donc que peu d’informations.

  • 12 Mission CDP 1376 de 1958.

49Une partie seulement de la nécropole est couverte par une mission ancienne à grande échelle12, qui permet néanmoins de déceler dix-huit enclos indétectables par prospection pédestre. Un croquis d’interprétation de ces photos (fig. 11) montre que la nécropole tumulaire s’étend sur la basse et la moyenne terrasses et occupe notamment les terrains fersiallitiques délaissés par l’habitat. A l’ouest, elle est cantonnée par des bras d’un ancien cours d’eau se jetant dans le Rhône. Il semble que ce paléochenal appartienne à la Bourbre, qui actuellement coule 5 km plus à l’ouest, plutôt qu’au Girondan, petit affluent du Rhône qui utilise aujourd’hui la même confluence (Bernigaud 2002) que ces bras anciens. Le recensement des sites en bord de ce cours paraît indiquer qu’il fonctionnait pendant l’âge du Bronze. Le déplacement du lit et l’atterrissement de ces bras interviendraient antérieurement au IIe s. av. J.-C. A l’est, la limite de la nécropole est plus floue et ne correspond à aucun obstacle topographique. La tombe dite du Général Romain (fig. 10 n° 22) est à ce jour la découverte la plus orientale et, avec la tombe de La Tour Berthet, la seule située sur la commune de Verna. Cette tombe du Général Romain se distingue, par son ancienneté, des autres sépultures du secteur. On ne peut donc exclure qu’elle se situe hors de l’emprise du reste de la nécropole. Toutefois, au sud-ouest de cette tombe, plusieurs micro-reliefs peuvent, éventuellement, signaler la présence de sépultures arasées.

50Entre ces points extrêmes, les tombes paraissent, à première vue, essentiellement localisées près du Rhône, à la limite des terrasses basse et moyenne. En fait, cette répartition le long d’un axe de circulation ancien est artificiellement accentuée par des conditions de visibilité différentes. En premier lieu, il faut rappeler que la limite entre les deux terrasses est encore partiellement boisée et moins intensément cultivée que la partie centrale de la plaine. Les témoins archéologiques y sont donc aujourd’hui plus facilement repérables. En second lieu la lisibilité des vestiges sur les photographies n’est pas partout similaire : presque aucun tumulus n’est visible à l’est du bois des Tâches alors que plusieurs y ont été fouillés. Ce secteur se révèle aussi très pauvre en traces de parcellaires antiques par ailleurs très bien conservés à l’ouest du bois (fig. 11 n° 4). Les conséquences de cette différence de visibilité sont d’autant plus importantes que cet ensemble a été l’objet de fouilles ponctuelles, mais jamais d’une tentative de reconnaissance systématique.

51Au nord, la voie ancienne ne borde pas la nécropole. Contrairement à l’assertion reprise par certains fouilleurs, la terrasse basse du Rhône livre plusieurs tombes, notamment vers l’ouest.

52Enfin, l’extension vers le sud est problématique. Comme à l’est du bois, le laniérage du parcellaire au sud de la route départementale D65b, de création récente, contribue à masquer les vestiges. Un enclos rectangulaire est néanmoins visible en bordure de la route départementale 65h dans une parcelle plus large que la moyenne (fig. 11 n° 15). Autour de cet enclos, plusieurs cercles sont éparpillés dans l’espace compris entre les D65b et 65h.

53Par contre aucune tombe n’a été décelée sur les reliefs ou, au contraire, dans les dépressions humides en bordure desquelles se trouve l’habitat laténien.

54L’emplacement proposé pour la tombe de Verna, à quelque distance du marais des Vernes (fig. 10, 11), correspond à l’extrémité des sols fersiallitiques, au plus près des terrains cultivés et habités. A l’intérieur du périmètre circonscrit l’organisation de l’espace est très mal connue. La seule contrainte topographique est le talus entre les terrasses du Rhône. Le problème du tracé exact de la voie protohistorique a déjà été évoqué.

11- Photo-interprétation du secteur des Tâches à Saint-Romain-de-Jalionas

11- Photo-interprétation du secteur des Tâches à Saint-Romain-de-Jalionas

1 : localisation proposée pour la tombe de Verna, 2 : Voie ancienne, 3 : Gué de St Oyand, 4 : Parcellaire gallo-romain, 7 : tumulus Géraud, 8 : tumulus Nicole, 9 : tumulus Roger, 10 : tumulus Abel, 11 : enclos des Tâches, 12 : tumulus du Peillard, 13 : gravière BétonRhône, 14 : tumulus Stéphane, 15 : Les Champagnes, (pour les sites n° 5 et 6 cf. fig. 10)

Synthèse des données issues des fouilles

55Les recherches ont été trop partielles et trop aléatoires pour que l’on puisse dresser une typologie ou restituer des regroupements familiaux. En fait, chaque tumulus est unique par sa structure comme par son dépôt (tab. 1).

Phasage

56Les tombes identifiées lors de fouilles peuvent être regroupées en trois phases.

57La plus ancienne, représentée uniquement par la tombe du Général Romain, correspond au Chalcolithique (fig. 10 n° 22).

58La seconde phase, à la fin de l’âge du Bronze, comprend le tumulus Géraud et les tumulus Nicole et Roger (n° 7, 8 et 9), tous trois concentrés immédiatement à l’est du gué des Taches. Un second groupe peut être restitué un kilomètre à l’ouest. A proximité de l’ancien cours de la Bourbre, les tumulus dits du Peillard et Stéphane (n° 12 et 14) semblent comporter un état ancien. Leur datation précise est toutefois aléatoire.

59La tombe de Verna (n° 1) appartient à la troisième période, datable de La Tène. Un deuxième ensemble, à 200 m à l’ouest, est repéré en bordure de la route menant à Leyrieu, au lieu-dit Les Champagnes (fig. 11 n° 15). Associé à trois cercles, on distingue un enclos fossoyé rectangulaire de 22 m x 16,5 m. Il peut être rapproché de l’enclos funéraire collectif laténien de la Noue Mauroy à Acy-Romance (Lambot et al. 1994).

60Un troisième groupe d’enclos quadrangulaires comprenant les tumulus Stéphane et du Peillard (n° 12 et 14), ainsi que les enclos fouillés dans la gravière BétonRhône, se dessine à l’ouest. Au cours de cette dernière phase il semble que plusieurs tumulus anciens fassent l’objet d’une restauration et d’un réemploi. La nécropole paraît connaître alors son extension maximale.

61Faute de fouilles, l’homogénéité et la datation du groupe de neuf enclos repérés immédiatement à l’ouest du bois des Tâches reste hypothétique. Il est vraisemblable que la proximité du gué a attiré très tôt l’installation de tombes, mais la forme quadrangulaire d’un des enclos pourrait se rapprocher des tombes laténiennes connues par ailleurs. Le recoupement de certains de ces enclos par les fossés de la voie d’origine ancienne ne peut guère être retenu comme indice de datation, cette route ayant pu subir des modifications de tracé limitées et tardives.

62Il convient en tout cas de ne pas dresser trop vite un parallèle entre les emprises et les significations des deux phases d’enfouissement. S’il est possible d’associer la nécropole de l’âge du Bronze à l’oppidum de Larina, selon un schéma rencontré au premier âge du Fer dans d’autres gisements (Vix - Mont Lassois), il ne semble pas pertinent d’en faire de même pour la nécropole de l’âge du Fer. L’organisation sociale est alors très différente et le peuplement n’est pas concentré dans l’oppidum, mais éclaté dans la plaine.

La tombe de Verna : proposition de localisation

63L’emplacement du tumulus a été décrit de façon très approximative dans les différents comptes rendus relatant la fouille (Le Moniteur du 24 décembre 1818) (cf. supra). Il n’existe évidemment aucun report cadastral et les hypothèses de localisation émises depuis lors ne s’accordent même pas sur la commune de découverte.

64Les travaux de synthèse les plus récents (rapports, Verger, Guillaumet 1987 ; Hettiger 1990) suggèrent, sans plus de précision, de le situer aux abords du château de Verna, propriété du fouilleur. Cette proposition repose, d’une part, sur une confusion entre le nom de l’inventeur et la commune où est implantée son domaine et, d’autre part, sur la proximité supposée de la tombe du Général Romain, fouillée au même moment par le même M. de Verna. Cette allée couverte campaniforme a été réexaminée et précisément localisée (Bocquet 1976) sur la commune de Verna au lieu-dit Le Charnier à 750 m à l’ouest du château.

65En fait, une approche régressive des documents anciens associée à une vérification de terrain permet de proposer une nouvelle localisation, aux confins des communes de SaintRomain-de-Jalionas et de Leyrieu (fig. 10). Le compte-rendu d’Artaud situait explicitement la découverte sur les terres de Jalionas, une maison forte du XIVe s., et non chez M. de Verna. Le domaine de Jalionas occupait, au XIXe s., la partie nord-est de l’actuelle commune de Saint-Romain-de-Jalionas et la pointe septentrionale de Leyrieu, immédiatement au nord-est. Il ne s’est, par contre, jamais étendu jusqu’aux alentours du château de Verna qui était entouré de vastes possessions.

66Cette localisation à Jalionas est compatible avec les indications topographiques fournies par la planche de 1818 (quatrième de couverture). Sur ce document qui représente la fouille au premier plan, le château de Verna, au second plan, se découpe devant les falaises du plateau de l’Isle Crémieu. Cette représentation, avec le corps de bâtiment construit au XVIIIe s. devant le donjon médiéval, correspond à une vue depuis le sudouest. Cet angle d’observation exclut à la fois les piémonts de l’Isle Crémieu et le secteur des Tâches et du Peillard au nord de Saint-Romain-de-Jalionas, où l’on rencontre la plus grande densité de tumulus (cf. infra). Dans ce dernier cas, le château de Verna serait, de plus, invisible parce que caché par le bois des Tâches déjà présent sur le cadastre napoléonien. Pour les mêmes raisons, il n’est pas non plus possible de retenir une localisation en bordure du Rhône, à l’est du bois des Tâches, dans le secteur de l’actuel toponyme Les trois Mollards, au voisinage duquel Artaud situe la tombe (dans l’esprit de ce dernier, ce toponyme pouvait s’appliquer à toute cette portion, monotone, de la plaine entre Saint-Romain et Saint-Etienne-d’Hières).

67Ce mamelon, qui a attiré l’attention des archéologues dès le début du XIXe s., devait être suffisamment visible pour avoir servi de point de repère dans ce paysage plat et déboisé.

Tableau 1 – Synthèse des données issues des fouilles

Tableau 1 – Synthèse des données issues des fouilles
  • 13 La paternité de cette proposition est à porter au crédit de M. Géraud Fustier, propriétaire du doma (...)

68Une description du secteur est fournie par une enquête détaillée de délimitation des territoires respectifs des mandements de Saint-Romain-de-Jalionas et de Crémieu datant de 1460. Les limites utilisent en général soit des chemins soit des points remarquables du paysage où sont alors placées des bornes. Un point se singularise toutefois au lieu-dit Le Perroncel où fut implantée une borne (fig. 11), imposant à cette frontière un tracé qui n’est pas rectiligne et ignore tout du parcellaire et des chemins qu’il coupe en oblique. On peut supposer que les officiers delphinaux chargés du découpage ont utilisé un point remarquable préexistant dans le paysage, vraisemblablement un tumulus. Aujourd’hui, la parcelle est recouverte d’un bosquet, ce qui rend malaisé le contrôle du terrain, mais le sol y est plus élevé que dans les parcelles avoisinantes, et il présente de surcroît un aspect chaotique pouvant résulter de terrassements anciens. Cette proposition de localisation, issue d’un faisceau de présomptions concordantes, reste donc hypothétique13.

Notes

12 Mission CDP 1376 de 1958.

13 La paternité de cette proposition est à porter au crédit de M. Géraud Fustier, propriétaire du domaine de Jalionas.

Table des illustrations

Titre 8- La costière ouest de l’Isle Crémieu
Crédits D’après Jean de Beins, 1607
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre 9- Proposition de localisation du dépôt funéraire de Verna
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 10- Tombes protohistoriques fouillées et habitats laténiens sur les communes de Saint-Romain-de-Jalionas, Leyrieu, Verna, Hières-sur-Amby
Légende 1 : tombe de Verna, 2 : voie ancienne, 3 : gué de St Oyand, 5 : habitat du Perrier, 6 : Le Vernai, 7 : tumulus Géraud, 8 : tumulus Nicole, 9 : tumulus Roger, 11 : Enclos des Tâches, 12 : tumulus du Peillard, 13 : gravière BétonRhône, 14 : tumulus Stéphane, 16 : gué du port de Noyer, 17 : habitat de Marignieu, 18 : habitat de Mollard Reynard, 19 : habitat de Pré Moly, 20 : habitat des Plantées, 21 : habitat de Sainte-Marie-de-Tortas, 22 : tombe du Général Romain, 23 : La Tour Berthet, (pour les sites n° 4, 10 et 15 cf. fig. 11)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 11- Photo-interprétation du secteur des Tâches à Saint-Romain-de-Jalionas
Légende 1 : localisation proposée pour la tombe de Verna, 2 : Voie ancienne, 3 : Gué de St Oyand, 4 : Parcellaire gallo-romain, 7 : tumulus Géraud, 8 : tumulus Nicole, 9 : tumulus Roger, 10 : tumulus Abel, 11 : enclos des Tâches, 12 : tumulus du Peillard, 13 : gravière BétonRhône, 14 : tumulus Stéphane, 15 : Les Champagnes, (pour les sites n° 5 et 6 cf. fig. 10)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Tableau 1 – Synthèse des données issues des fouilles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1933/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© Alpara, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access