Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes

 | 
Jean-François Reynaud

Conclusion

Jean-François Reynaud et Michel Wullschleger

Texte intégral

1Le groupe de chercheurs qui a mené cette étude s'est efforcé de tirer une synthèse régionale d'un ensemble assez impressionnant de près de 600 fiches. Ce travail s'est effectué dans le cadre du Ministère de la culture (Direction régionale des affaires culturelles Rhône-Alpes, service régional d'archéologie), de l'université Lumière-Lyon 2 et du CNRS (Ura 26 et UMR 5648). Notre choix a porté sur des exemples assez significatifs pour dégager quelques idées générales, là où des analyses avaient été suffisamment poussées dans le cadre d'une fouille programmée ou d'une recherche universitaire, avec des moyens assez lourds comme à Cruas ou à Salaise-sur-Sanne (fig. 122), ou avec des moyens beaucoup plus légers comme à l'église de Yenne, à la chartreuse de Pierre-Châtel ou à l'abbaye cistercienne de Bouchet. Ce volume a privilégié les synthèses dans des domaines comme l'histoire des communautés religieuses, l'aspect politique et les liens avec l'aristocratie, l'aspect social et le rôle des domaines monastiques dans la vie rurale, pour terminer avec l'aspect monumental des constructions monastiques.

2Certes la région ne présente ni unité géographique ni unité historique. La juxtaposition de vallées enclavées, de montagnes et de plateaux a donné naissance à des entités régionales comme le Dauphiné ou la Savoie et les voies de passage faciles du nord au sud par la vallée du Rhône et de l'est à l'ouest par les vallées et par les cols alpins ont créé des carrefours d'influences. L'ensemble de la région a été très marqué par l'empreinte de Rome. Des regroupements temporaires se sont dessinés autour du premier et du second royaume burgonde. L'unité s'est faite aussi autour des évêques et des abbés qui ont contribué à l'évangélisation précoce puis à la grande ferveur de l'époque romane et autour des fondateurs d'ordre qui ont été à l'origine des créations de monastères et de prieurés.

3Pour la vie religieuse, il n'était pas question de refaire l'histoire du monachisme dans la région, mais de replacer les espaces monastiques dans leur cadre, d'insister sur l'ancienneté de nombreuses fondations, sur l'impact des établissements clunisiens ou cisterciens en fonction de la politique plus ou moins favorable de l'épiscopat ou de l'aristocratie et sur la naissance dans la région de communautés qui ont ensuite essaimé comme les Chartreux. Dans des régions aussi diverses que le Lyonnais, le Dauphiné ou la Savoie, l'attitude des uns et des autres peut être radicalement différente : l'archevêque de Lyon a été longtemps hostile à l'implantation clunisienne qui est au contraire favorisée par les évêques de Grenoble, ceux-là même qui suscitent la création des chartreuses. Le rôle de l'aristocratie se retrouve dans les nombreuses donations, destinées à assurer le salut de l'âme du propriétaire et souvent constituées de restitutions déguisées. A ces questions de politique religieuse au moment de la Réforme grégorienne, on peut rattacher le rôle souvent primordial des moines dans la création ou plutôt la gestion des paroisses et l'on constate que le prieuré fonctionne la plupart du temps en union intime avec la paroisse, mais avec des solutions très diverses, comme le prieuré-cure, très fréquent dans le sud de la région. Une évolution, dont les origines remontent à l'époque carolingienne, transforme les moines, dont une des préoccupations essentielles est la prière, en intermédiaires privilégiés avec le monde des morts et fait de l'abbaye un lieu d'inhumation très recherché. Dans la longue durée, des modifications dans la spiritualité, dans le sentiment religieux et dans la société, peuvent provoquer la réduction d'une abbaye au rang de prieuré ou la disparition de nombreux établissements monastiques. En même temps, naissent ou se développent des ordres ou congrégations nouvelles qui répondent mieux aux besoins de l'époque comme les Mendiants puis les Jésuites.

4Créé pour répondre à un besoin religieux, le monastère est aussi ancré dans la vie de son temps. Par leur origine et par leur fonction, les abbés appartiennent au monde féodal. De nombreuses fonctions féodales sont assurées par les établissements monastiques dont les abbés ou les prieurs disposent souvent de la justice comme des revenus afférents et sont parfois même à la tête de véritables mandements, phénomène étudié en Lyonnais, en Dauphiné et en Savoie ; de même, abbayes et prieurés peuvent être aménagés en forteresse : l'église est fortifié, la clôture est remplacée par une véritable enceinte ou encore le prieuré peut coexister avec le château sur un même site ; l'abbaye peut également donner naissance à un bourg abbatial. La vie monastique, c'est aussi la vie du domaine monastique dont l'étude a trop longtemps été séparée de celle de la vie religieuse. L'aspect social de l'investissement des communautés religieuses dans la région est particulièrement mis en évidence par l'étude des domaines des Chartreux et des Cisterciens dans la région alpine et par les échanges multipliés de la montagne vers la plaine. Le domaine monastique, nécessaire à la vie de la communauté s'est constitué au travers des siècles. L'abbaye, la chartreuse ou le prieuré, à l'intérieur ou non de la clôture qui peut en symboliser l'isolement, sont d'abord des espaces de vie communautaire ou érémitique, de prière, de travail et de services. Alentour ou plus loin s'étend le domaine temporel, dont le mode de faire-valoir a évolué en fonction des mutations de la société, et qui constitue un ensemble structuré par des chemins, par des granges et des celliers, par des relations durables de type féodal avec des familles auxquelles on a confié une terre en échange d'un cens, par des contrats plus modernes comme les baux à ferme ou à mi-fruit. Ce domaine temporel, tout à la fois espace agricole, pastoral, forestier, viticole, hydraulique, artisanal (voire industriel), tend progressivement à favoriser le peuplement. Il produit les revenus qui permettent la fondation, puis avec le renfort des dîmes, la vie de la communauté. Mais l'abondance des biens a parfois contribué au déclin des communautés, notamment en favorisant le développement du système de la commende et de ses conséquences le plus souvent désastreuses. Plus rarement, la médiocrité des revenus, multipliant les difficultés de la vie quotidienne a provoqué le déclin ou même la disparition des communautés. D'une façon générale, dans sa genèse comme dans son évolution, ainsi que dans toutes ses composantes territoriales, l'espace monastique offre un champ d'investigation largement ouvert à la recherche archéologique et historique. D'où notamment l'intérêt de mieux situer les prieurés dans leur environnement et de voir comment le prieuré s'intègre à la vie du terroir, s'installe souvent sur d'anciennes villoe gallo-romaines, par exemple dans la Drôme, et peut être à l'origine d'un regroupement ou d'un déplacement de la population. Sur le terrain, les traces de l'occupation monastique ont souvent disparu et il faut chercher avec attention pour retrouver par exemple les bornes des propriétés.

5Disparus pour la plupart à la Révolution, les grandes abbayes comme les petits prieurés ont marqué le territoire et laissé des vestiges souvent importants, comme ceux des abbayes ou des prieurés de Charlieu, d'Ambronay, de Nantua ou de Talloires, parfois à l'état de ruines comme à Saint-Jean d'Aulps ou à Saint-Michel-de-Connexe ; parfois même, comme à l'abbaye de Saint-Sulpice, ce sont les archéologues qui ont redonné vie à un site abandonné, plus rarement aucune recherche n'a encore été mené sur le site, comme à l'abbaye cistercienne de Bonnevaux totalement rasée. La plupart du temps, c'est l'église qui subsiste grâce à sa transformation en lieu de culte paroissial au XIXe s. ; les bâtiments monastiques n'ont été sauvés que par leur rachat et leur transformation en exploitation agricole ou en résidence secondaire et des bâtiments comme les celliers mériteraient des études approfondies.

6Le morcellement géographique et historique se retrouve dans le domaine artistique. L'étude archéologique de ces bâtiments met en évidence des périodes de grandeur architecturale mal connues, comme l'époque carolingienne ; au XIe s., la région lyonnaise semble résister aux influences italiennes et les vestiges de l'Ile-Barbe ou de Saint-Romain-le-Puy laissent envisager ce qu'a pu être le rôle de Lyon ; rôle que l'on pourrait préciser en multipliant les études archéologiques des vestiges encore en place. Le premier art roman lombard est surtout représenté dans les vallées alpines et rhodaniennes, alors que le Forez et le Lyonnais constituent des môles de résistance. A partir du XIIe s. la région s'ouvre sur l'extérieur pour devenir un carrefour d'influences entre la Bourgogne, l'Auvergne et la Provence et l'on constate une double interaction : si d'une part les églises-mères, comme celle du Monastier de Saint-Chaffre peuvent imposer certains décors architecturaux, en règle générale, les constructions sont réalisées par des maçons locaux et selon les traditions locales (fig. 123). Au XIIe s., les maisons-mères font volontiers appel à des constructeurs locaux pour leurs filiales et les influences se croisent de la Bourgogne jusqu'à Vienne et surtout remontent de la Provence jusqu'en plein coeur du Dauphiné. Certaines églises présentent aussi des caractères communs à l'échelle d'une petite région comme en Dombes ou en Dauphiné (Barruol 1992 : 15-25 ; Bornecque 2001 : 144-154). L'accent a également été mis sur certains traits un peu oubliés, comme la fortification des sites monastiques, ou sur les dépendances agricoles, granges, celliers, moulins, mais dans ces deux derniers cas, nous n'avons fait qu'ouvrir des pistes. Même si de nombreuses constructions subsistent encore partiellement en élévation, elles sont difficiles à reconstituer après de multiples transformations. Là encore, ce sont les prieurés qui ont surtout retenu notre attention, pour essayer de reconstituer une architecture et un décor parfois riche car inspiré directement de celui des grandes abbayes, mais le plus souvent d'une grande simplicité. Il reste donc beaucoup à faire pour bien comprendre l'architecture des églises et des bâtiments monastiques de la région, en tenant compte de plus, des particularités propres à chaque grande communauté, le meilleur exemple étant celui des Chartreux dont l'architecture répond à des critères précis.

7Notre but n'était pas de refaire l'histoire des mentalités, l'histoire économique et sociale ou l'histoire de l'art de la région au travers de ses espaces monastiques mais à partir d'exemples précis, de mieux faire comprendre la vie des moines, dans leur cadre religieux, bien sûr, mais aussi géographique, social, économique et monumental. Les auteurs estimeront leurs efforts récompensés si cet ouvrage fait prendre conscience au lecteur que l'archéologie (étude du sous-sol et du bâti) peut apporter sa part à la maîtrise de notre passé régional et que l'étude du patrimoine rural ne peut se faire que de façon globale, par la connaissance des archives, du paysage et du bâti.

123 - Le portail du prieuré clunisien de Vizille rappelle plus, par son style, la Provence que la Bourgogne ; au tympan, le Christ en Majesté entouré des évangélistes, au linteau, la Cène

123 - Le portail du prieuré clunisien de Vizille rappelle plus, par son style, la Provence que la Bourgogne ; au tympan, le Christ en Majesté entouré des évangélistes, au linteau, la Cène

Table des illustrations

Titre 123 - Le portail du prieuré clunisien de Vizille rappelle plus, par son style, la Provence que la Bourgogne ; au tympan, le Christ en Majesté entouré des évangélistes, au linteau, la Cène
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access