Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes

 | 
Jean-François Reynaud

Troisième partie

Les bâtiments

Architecture et fonction

Jean-François Reynaud et Emmanuelle Vernin

Texte intégral

55- Eglise abbatiale de Cruas : on distingue les vestiges antiques et les églises successives jusqu’à la construction romane actuelle

55- Eglise abbatiale de Cruas : on distingue les vestiges antiques et les églises successives jusqu’à la construction romane actuelle

Pour la connaissance de l’architecture monastique médiévale et après consultation des archives, les deux sources principales sont constituées par les bâtiments encore existants et par les vestiges enfouis dans le sous-sol. On pourrait considérer que l’étude des églises encore conservées en élévation n’est, en général, plus à faire, mais les monographies sont souvent trop sommaires ou trop anciennes ; seulement descriptives, elles pêchent par une ignorance des campagnes de constructions. De plus, comme nous l’avons vu en introduction, les études archéologiques, qui sont encore trop rares, se limitent la plupart du temps aux églises, qui constituent souvent le seul vestige conservé d’un site monastique. Nous mettrons à part la fouille exhaustive, sous-sol et élévation, du prieuré de Saint-Laurent de Grenoble, sans développer le cas qui va bientôt être l’objet d’une publication (Colardelle R. 1999). Couvrant huit départements, ce chapitre se veut à la fois synthétique et analytique, grâce à de nombreux encarts qui fournissent l’essentiel des résultats de monographies récentes.

Approche archéologique

1Dans ce contexte, l’apport de l’archéologie des élévations peut alors être primordial surtout si elle est liée à une archéologie du sous-sol (fig. 55). On le vérifie à Prévessin (Ain), une des plus anciennes fouilles d’église priorale menée par Charles Bonnet (Bonnet et al. 1978). Mais les enduits récents empêchent souvent toute approche systématique. L’étude exhaustive des élévations, seule rentable à ce niveau, suppose alors l’intervention de spécialistes des enduits et du bâti. Quant au sous-sol, sa connaissance demande l’intervention d’anthropologues ou d’archéologues formés à la discipline.

Chêne-en-Semine (Haute-Savoie), fig. 4 n° 12
Une fouille récente a mis en évidence l’évolution des constructions depuis la petite église romane au plan très simple. L’église est alors constituée d’un clocher-porche massif, d’une nef unique (14,10 x 7,30 m), et d’une abside semi-circulaire (4,8 m de diamètre ; 2,30 m de profondeur). Le clocher-porche est percé au premier étage de deux baies à ébrasement unique qui se font face. L’une est située en façade et l’autre s’ouvre sur la nef qui devait être charpentée. La partie supérieure de ce clocher-porche devait être décorée de bandes lombardes - les lésènes - sur chacune de ses faces (fig. 56).
Au XVe s., l’abside semi-circulaire est remplacée par un chevet plat divisé en deux travées. L’espace de ce dernier s’étend à l’est de l’abside et empiète sur une partie de la nef romane qui est réduite à 10,20 m et s’étend à l’est de l’abside romane. Il est couvert de voûtes d’ogives supportées par des bases polygonales en calcaire et ornée d’une collerette se terminant en dents de loup. Les deux fenêtres, situées dans les murs est et sud de l’église, sont constituées d’un arc brisé, de lancettes à remplage de style flamboyant. Dans le mur sud du chœur à hauteur d’homme, subsiste encore une piscine liturgique, à l’intérieur d’une niche ornée de moulurations et d’un arc en accolade du XVe s. À sa base et en son centre, une petite ouverture circulaire est creusée au centre de la cuve. L’usage de cette cuve à écoulement, en puits perdu dans la maçonnerie, était destiné à l’évacuation des eaux de purification ayant servi au célébrant, lors de la communion.
Aux XVIIe-XVIIIe s., des problèmes de stabilité de l’édifice sont à l’origine de la construction d’arcatures intérieures, contre les murs gouttereaux de la nef. Au sud de celle-ci, les baies romanes sont obturées ou détruites pour être remplacées par de plus larges fenêtres. Au cours du XVIIIe s., la sacristie est construite à l’est du chœur actuel.
Plus récemment, l’essentiel des travaux concerne d’une part le plancher qui fait l’objet de plusieurs réparations, d’autre part le couvrement et la couverture de l’édifice. Ainsi, la voûte de la nef est refaite en brique vers 1859, les toitures du clocher, de la nef et de la flèche en 1860 et 1896. Par ailleurs, les trois baies situées dans le mur nord de l’église sont remplacées par trois nouvelles baies à arc brisé.
Cette église se présente comme un exemple type d’édifice de culte, réunissant dans un même espace, au Moyen Âge, les fonctions priorales et paroissiales. En témoigne encore le chœur du XVe s. - réservé aux moines - qui a quasiment la même superficie que la nef - réservée au laïcs.
Bibliographie : Dufournet 1978 ; Vernin 1994
E. Vernin

56- L’église (à gauche) et les bâtiments prioraux (à droite), vue prise du sud-ouest

56- L’église (à gauche) et les bâtiments prioraux (à droite), vue prise du sud-ouest

Plan de l’église : état des vestiges découverts en fouille et restitution des campagnes de construction en particulier de l’église du XIe s.

Colonzelle (Drôme), fig. 3 n° 98
Cette petite église n’a fait l’objet que de deux sondages partiels. Le premier se situe à l’intérieur dans la moitié orientale de la première travée. Il a été descendu sur 1,50 m, jusqu’à ce qui semble être le terrain naturel. Le second se situe à l’extérieur, contre le mur gouttereau sud de la seconde travée, où aucun sol n’a été repéré à cause d’une nécropole dense ; il ne présente pas, de fait, une stratification complète constituée essentiellement par des formations sédimentaires ayant pour origine des inondations (fig. 57).
La base de la stratigraphie n’a été observée que sur une petite superficie à l’intérieur. Ce dépôt semble s’être effectué par flottaison, dans un milieu humide. Hormis une fosse peut-être anthropique, il semble s’agir d’un ensemble de trous résultant d’un dessouchage d’arbres, entre lesquels n’ont pas été observées de traces de cultures. Un sol est ensuite installé, qui ne comporte aucun matériel. Une nécropole se développe alors, connue exclusivement par une quinzaine de sarcophages de plan trapézoïdal. Ceux-ci sont fréquemment perturbés (déplacement, réutilisation) par l’occupation postérieure du site. L’un deux est en partie recouvert par les fondations préromanes puis romanes de la chapelle, ainsi que par les restes d’un coffre de dalles. Un autre, disparu, comportait l’inscription de Vetranus, un chrétien des VIe-VIIe s.. À ces sépultures est associé un dallage à l’intérieur, qui laisse suggérer la présence possible d’un bâtiment, non reconnu par ailleurs.
Une église préromane, à nef unique d’environ 4 m de large dans l’œuvre et comportant au moins trois travées, ne subsiste que par ses fondations épaisses d’un mètre. La présence de contreforts extérieurs et de piliers intérieurs indique que cet édifice était certainement voûté. Des sols de terre sont associés à cet édifice, ainsi que trois sépultures au minimum (en pleine terre, mixte et moellons non jointifs). La présence d’inhumations d’adultes et d’enfants indique que le recrutement de ce cimetière dépasse le cadre d’une congrégation religieuse, sans indiquer cependant que cet édifice modeste était paroissial. L’absence d’éléments de datation plus précis ne permet pas de définir s’il a été réalisé lors de la création du doyenné clunisien, vers 937-993.
L’édifice roman reprend le plan de l’église antérieure qui est alors complètement arasée. Il comporte des marques lapidaires, variées et en nombre considérable, qu’il serait intéressant d’étudier. Aucune donnée archéologique, ni aucun texte ne fournissent de renseignement sur la localisation et la nature des bâtiments monastiques, malgré la présence d’une porte sur le côté sud de l’église. Un niveau dense de sépultures en coffres partiels, en cercueils et en pleine terre a été étudié. Les textes indiquent une utilisation du cimetière au moins jusqu’au début du XVIe s. À l’intérieur, une tombe singulière, des environs du XIIIe s., est peut-être celle d’un moine ou un doyen. Le chœur a été décoré de fresques au XIVe s.
Fr. Vaireaux

57 - Eglise Saint-Pierre de Colonzelle : élévation exterieure, sud deuxième travée

57 - Eglise Saint-Pierre de Colonzelle : élévation exterieure, sud deuxième travée

2L’archéologie des seules élévations concerne, nous l’avons vu, surtout les églises où le décapage des enduits permet de retrouver la trace précise des campagnes de constructions et de reconstituer l’église primitive. Des recherches menées par des étudiants de maîtrise (Université Lumière - Lyon II) concernent souvent des sites de ce type. A Yenne, où les enduits de l’église ont été décapés à la demande de l’architecte des Bâtiments de France, de simples vérifications ont permis de bien distinguer les différents appareils, les mortiers successifs, les ouvertures et leur évolution (Thollet, Vellar 1992) ; de plus, un relevé précis a pu être fait sur les vestiges des bâtiments prioraux de ce site (Poinsot 1996 : 133-145). À Etoile-sur-Rhône (Marcel 1992), l’église du prieuré, apparemment bien conservée, avait subi de nombreuses transformations. Une analyse précise des structures a rendu possible la restitution d’un chœur et surtout d’un transept à absidioles de plan assez inhabituel dans la région. L’étude des bâtiments abbatiaux, trop transformés au cours des siècles, a donné moins de résultats, sauf à Charlieu (Monnoyeur-Roussel 1991) où l’on a pu reconstituer l’élévation primitive de deux des ailes du cloître. À Pierre-Châtel (Ducoté 1991 : 123-126), l’analyse des bâtiments a fait connaître l’église, les cloîtres et le réfectoire d’une chartreuse installée dans un château des comtes de Savoie.

3Rares sont les études archéologiques qui ont concerné le sous-sol des bâtiments prioraux, comme à Mamans (de Montjoye 1990) ou à Chambles (Loire, prieuré du Châtelet : Rapport, Kuntz, Le Barrier 1996). Sur le tracé de l’autoroute Grenoble - Valence, la fouille du prieuré de Beaulieu (Isère) limitée à la zone située au sud de l’église a montré que les bâtiments qui avaient laissé des traces dans le sol étaient tardifs et de peu d’ampleur ; la comparaison avec les textes précis, mais d’interprétation difficile, n’a pas permis une meilleure compréhension des résultats des fouilles (Patron, Monnoyeur 1999 : 83-S8). De même, à Salt-en-Donzy, près de Feurs en Forez, où l’église et le prieuré subsistent encore dans un état roman ou médiéval tardif, des fouilles ont montré que l’église de la fin du XIe s. avait été précédée d’une autre plus ancienne, sans doute de petite taille - mais on pourrait aussi imaginer une construction à cinq absides - et un prieuré constmit sur un énorme bâtiment romain en partie conservé. Seules des fouilles plus étendues près de l’église auraient permis de mieux dater les origines de celle-ci. L’apport de l’archéologie permet de bien montrer la continuité de la grande propriété romaine à la grande propriété ecclésiastique (Sorin 1997). À Moingt, l’étude de la chapelle priorale gothique est venue compléter celle d’un vaste complexe thermal romain dans les vestiges duquel était venu s’installer un prieuré de la Chaise-Dieu (Rapport, Thirion et al. 1992 ;Hurtin 1994).

4Quand elle est possible, l’étude conjointe des élévations et du sous-sol donne des résultats bien supérieurs ; une telle étude suppose une équipe spécialisée et des moyens substantiels, car les résultats sont bien évidemment en rapport avec le temps consacré et la compétence de l’équipe. Ainsi, à Mamans, A. de Montjoie a pu préciser l’analyse de l’église, situer les bâtiments attenants au cloître et étudier un certain nombre de salles (Montjoye 1990). À Meysse, l’établissement des campagnes de constructions a pu être très précise : origine baptismale, état paléochrétien, carolingien et roman et étude de la nécropole (Reynaud 1989 : 103-118). De même à Saint-Romain-le-Puy, la compréhension des origines funéraires de l’édifice primitif a permis d’expliquer l’originalité de la construction (Carcel et al. 1992 : 33-47). À Salaise-sur-Sanne, l’implantation carolingienne a été confirmée par la fouille du sous-sol de l’église alors que l’on n’a pu procéder qu’à une étude partielle et sommaire des bâtiments prioraux, en particulier de la maison du prieur et de ses fresques (Reynaud 1992 : 89-99).

Les abbayes

5Il n’est pas dans nos intentions de refaire l’histoire architecturale des abbayes bénédictines, cisterciennes ou des chartreuses, mais de montrer, à partir de quelques exemples, l’adaptation de ce que l’on appelait les plans-types à certaines particularités régionales et mieux cerner l’évolution des édifices dans le temps. Mais les études archéologiques, incluant à la fois la fouille du sous-sol et de véritables études des élévations, restent rares. Il y a des exceptions : Charlieu pour une fouille déjà ancienne (Sunderland 1971), Cruas pour une étude complète (Tardieu, Hartmann-Virnich 1995 : 81-116), Saint-Sulpice-en-Bugey pour une abbaye cistercienne presque entièrement détruite (Bru 1992 : 2-16) Sainte-Croix-en-Jarez pour des sondages dans le sous-sol et des études partielles d’élévations (Mordefroid 1993 : 122-125), Ambronay pour les élévations, mais l’étude définitive n’est pas publiée (Flamonière 1992,1993,1994,1999), la chartreuse de Pierre-Châtel (Ducoté 1991) et l’abbaye de Saint-Jean-d’Aulps (Baud 1998) avec une étude des élévations et quelques sondages.

Les bâtiments communautaires

Abbayes bénédictines et cisterciennes

6Les abbayes bénédictines ont subi d’importantes destructions, certaines ont disparu, comme celle de Grelonge (Ain), construite sur une île de la Saône, d’autres n’ont conservé que quelques éléments disparates. L’église est généralement conservée, comme à Saint-Chef, Ambronay ou Charlieu ; à Savigny, elle a été détruite à la Révolution. Le cloître et les bâtiments communautaires ont disparu à Savigny, à Cruas et à Saint-Chef. Le cloître subsiste à Ambronay dans son état gothique tardif, mais un état roman primitif, caractérisé par de l’appareil en arêtes de poissons, a été repéré au-dessus de l’aile orientale (Hamonière 1992). Les bâtiments abbatiaux sont par contre bien conservés à Charlieu où l’état roman des bâtiments communautaires a pu être reconstitué par une analyse minutieuse des façades où apparaissent les ouvertures anciennes (Monnoyeur-Roussel 1991).

7La région Rhône-Alpes est l’une des plus riches en implantations cisterciennes avec treize fondations anciennes, même si de nombreuses abbayes ont été complètement détruites, comme celle de Bonnevaux à Villeneuve de Marc (Isère) et de Saint-Sulpice (Bru 1994), ou ont perdu la presque totalité de leurs bâtiments abbatiaux, comme celle de Léoncel, de Saint-Jean-d’Aulps ou de Valbenoîte. Les abbayes les mieux conservées seraient celle de Valcroissant près de Die, où l’on reconnaît le plan traditionnel des bâtiments regroupés autour du cloître (Jobin 1980), ou celle de Mazan dans laquelle subsistent une galerie du cloître et plusieurs bâtiments adjacents voûtés ; à Bouchet, l’église et l’aile nord sont encore en élévation. Le cas de la Part-Dieu, résidence d’été des moines de Léoncel, est un peu spécial (Monnier 1993) : la maison de l’abbé est bien conservée, ainsi qu’un long bâtiment au nord qui a dû abriter le réfectoire, la cuisine, le dortoir, et plus au nord, des dépendances. On peut aussi reconstituer la chapelle, mentionnée en 1295 (charte 273) et en 1697 (AD Drôme, 1H 732) et dont subsiste la partie occidentale. La présence d’un cloître est probable, en tout cas pour les périodes anciennes (mention en 1299, charte 1299).

58- Abbaye d’Ambronay : le cloître du XVe s. a conservé ses deux niveaux de galeries

58- Abbaye d’Ambronay : le cloître du XVe s. a conservé ses deux niveaux de galeries

L’abbaye bénédictine d’Ambronay (Ain), fig. 1, G
L’abbaye d’Ambronay se situe entre Lyon et Genève, près de la ville d’Ambérieu-en-Bugey. Le bourg monastique, anciennement défendu par des tours et des fossés, s’étend sur les premières pentes du Bugey, en bordure de la plaine de l’Ain. Il protège un ensemble de bâtiments, isolés autrefois par une enceinte spécifique.
Sur un site déjà occupé, Barnard ”gentilhomme d’illustre maison” fonde, aux alentours de l’an 800, l’abbaye Notre-Dame, placée sous la règle de saint Benoît, dont il sera le second abbé. D’après la légende, il existait à Ambronay un monastère de moniales dépendant de Luxeuil, voué à la Vierge que Barnard aurait "reconstruit". La fondation de l’abbaye s’inscrit parfaitement dans le cadre de la réorganisation carolingienne : Barnard, qui fut officier dans l’armée de Charlemagne, opta pour la vie religieuse et fonda l’abbaye d’Ambronay où il ne resta pas longtemps, appelé par une charge encore plus importante, celle d’archevêque. L’abbaye d’Ambronay a donné son nom à l’un des archiprêtrés qui composaient l’ancien diocèse de Lyon. Elle rayonnait sur un domaine composé de nombreux prieurés et paroisses. Au début du XIIe s., deux moines d’Ambronay, Bernard et Ponce, fondent, dans le Bugey, la chartreuse de Portes. Un peu plus tard, Othon, un autre moine, part vivre en anachorète dans la forêt de Seillon, où une autre chartreuse verra le jour.
M.-C. Guigue rapporte que des statuettes, des poteries et des tuiles furent découvertes lors de la construction de la sacristie actuelle. Une épitaphe gallo-romaine de la deuxième moitié du IIe s. ou du début du IIIe s. (aujourd’hui conservée dans le cloître), anciennement réemployée dans le mur de l’abbatiale, tend à confirmer la présence d’un substrat antique. De l’époque carolingienne, il reste un ivoire, conservé au musée du Bargello à Florence, qui atteste de l’importance du monastère et de sa puissance. Deux chapelles de l’abbatiale furent consacrées à des abbés du haut Moyen Âge : la chapelle Saint-Barnard, qui fut malheureusement détruite lors de la construction d’une nouvelle sacristie au XVIIIe s. et la chapelle Saint-Hugon, du nom d’un abbé du milieu du IXe s., qui subsiste encore dans son état gothique.
Au sud de l’abbatiale, la zone conventuelle se développe autour du cloître dont on doit la construction, qui remonte au XVe s., à l’abbé Etienne de Morel. Ce cloître, possédait dès l’époque gothique, un niveau supérieur, comme l’atteste la porte conservée à l’étage sur le mur de la galerie orientale (fig. 58).
Le mur est du cloître appartient à une aile conventuelle antérieure à la reconstruction des lieux comme en témoignent d’anciens arcs décorés de peintures. Au nord de la salle du chapitre était placé le parloir, au sud, la prison. À l’étage, se trouvait originellement le dortoir auquel on accédait, à l’époque gothique, par un escalier à vis placé à l’extrémité septentrionale du bâtiment. À l’est de l’escalier, se trouvait à l’époque gothique le chauffoir, surmonté d’une salle.
L’aile sud abritait le réfectoire, les cuisines, le cellier et l’aile ouest, la bibliothèque. Elles furent profondément remaniées aux XVIIe et XVIIIe s. avec l’installation dans le monastère des bénédictins réformés de Saint-Maur.
La chronologie des réfections mauristes commence par l’établissement d’une clôture et la restauration de l’ancien dortoir en 1651. Ces préoccupations sont les premières des nouveaux venus dont l’installation s’effectue dans des conditions difficiles ; les moines se serviront d’ailleurs des constructions situées à l’extrémité de l’ancienne aile sud comme cuisine et réfectoire provisoires. La reprise du monastère se poursuit à la fin du XVIIe s., par la reconstruction de l’aile méridionale correspondant à l’ancien réfectoire, de l’aile ouest et de l’étage du cloître par l’abbé Charles de Livron. L’aile sud est prolongée vers l’Ouest, comme l’atteste la fenêtre murée que l’on trouve sur la face sud de l’escalier monumental. Au XVIIIe s. (après 1724), est édifié le bâtiment qui la relie à la Tour des Archives.
Au XVIIIe s., l’abbaye comptait deux réfectoires, une cuisine et diverses pièces, situés au rez-de-chaussée de l’aile méridionale. L’extrémité occidentale de la grande aile était occupée par l’hôtellerie dans laquelle on pénétrait par une porte à fronton interrompu. Cette partie fut construite à l’emplacement de l’ancienne maison et jardin du chantre. À l’ouest de l’abbatiale, se trouvaient l’église paroissiale Saint-Nicolas et le cimetière, situés dans l’enceinte de l’abbaye mais isolés de la partie conventuelle. Au sud du cimetière, diverses maisons de religieux comme celles du grand prieur, de l’aumônier, du sacristain ou du prieur d’Anglefort, dont l’origine remontait vraisemblablement au Moyen Âge, s’organisaient autour d’une petite cour (la Place des Ormes). La porte principale du monastère se trouvait au sud-ouest de l’église de la paroisse. D’autres portes donnaient accès au monastère, dont la porte dite de Merland, qui menait au hameau du même nom où l’abbaye possédait un prieuré.
Au sud-est de l’abbaye, se trouve le château d’Ambronay qui hébergeait une garnison lorsque l’abbé, craignant les attaques dauphinoises, avait placé le monastère sous la protection des comtes de Savoie. Construit au XIVe s. et composé d’un corps de logis enserré par deux tours, il fut transformé en infirmerie lorsque l’ancienne fut abandonnée, et cela fut sa dernière fonction avant la Révolution.
Au nord de l’abbatiale, est bâti le logis de l’abbé qui comportait au XVe s. trois ailes autour d’une cour. Ce bâtiment, dont l’origine est plus ancienne, communiquait avec l’abbatiale par le moyen d’un passage en hauteur qui aboutissait dans la chapelle Saint-Jacques. Un passage plus ancien, du même type, existait plus à l’ouest où se trouve toujours une porte située en hauteur dans la troisième travée du bas-côté nord. Les écuries de l’abbé et une cour qui en dépendait se trouvaient à l’est.
L’ancienne infirmerie, édifiée au XVe s. d’après une inscription actuellement conservée dans le cloître, était placée contre l’enceinte, dans la partie orientale du monastère, à l’écart des autres bâtiments. Des écuries étaient accolées à sa face nord et à l’ouest se trouvait un jardin auquel était associé un puits.
En 1783, l’abbaye perdit son indépendance séculaire en étant unie à l’évêché de Belley. Quelques années plus tard, arrivait la Révolution qui transforma une partie des bâtiments monastiques en prison avec le transfert du tribunal du district proposé par la municipalité en 1790. En 1798, les bâtiments conventuels furent cédés à des particuliers.
Bibliographie : Bérard 1888 ; Hamonière 1994 : 6-7 ; Guigue 1873 : XVII.
L. Hamonière

L’abbaye cistercienne de Saint-Sulpice en Bugey (Thézillieu, Ain), fig. 1, Κ
A l’origine de cet établissement situé sur un plateau du Jura méridional, à 800 m d’altitude, on trouve un prieuré de Cluny établi au-dessus de la Cluse des Hôpitaux, au hameau de Saint-Sulpice-le-Vieux. Le prieur Humbert, comme ceux de Portes et de Meyriat, fut le destinataire des Coutumes de Guigues, le Chartreux. Ce prieuré adopta pour un temps, selon certains historiens, le propositum des Chartreux, et s’affilia finalement à l’ordre de Cîteaux en 1130, par l’intermédiaire de Pontigny (fig. 59).
Le prieuré est abandonné au profit d’un emplacement plus favorable, situé au sud-est. Selon une Chronique de Savoie, le comte de Maurienne, Amédée III, avait fait le voeu de fonder une abbaye de l’ordre sur ses terres pour avoir une descendance. Avant de partir pour la croisade, dont il ne revint pas, il confirma les limites de la donation, lesquelles le furent également en 1142 par le pape Innocent II, qui était intervenu déjà en 1137 pour fixer les limites de pâturage entre Saint-Sulpice et la chartreuse de Meyriat. Ce domaine correspond à l’extrémité méridionale du plateau d’Hauteville, et se trouve, aujourd’hui encore délimité au nord et au sud par des bornes de pierre.
Saint-Sulpice établit une grange en Bresse qui devint en 1162, sous la pression du donateur, Etienne de Villars, à son retour de la croisade, une abbaye autonome, fille de Saint-Sulpice, Chassagne-en-Bresse. Les Cisterciens se constituèrent un vignoble dès le XIIe s., dans le Valromey, au pied du Grand Colombier sur la commune de Vieu à Machuraz, qui formait à la Révolution un clos de 900 ouvrées, soit environ 30 hectares ; ils en établirent un autre sur la commune de Virieu-le-Grand au cellier de Clairefontaine. Les granges situées à proximité du monastère furent, dès le milieu du XIIIe s. et jusqu’au début du XVe, transformées en villages, suite aux contrats d’abergements consentis (Bru 1994).
L’abbaye est implantée dans la partie haute d’un vallon, non loin de la ligne de partage des eaux, et disposait ainsi de sources abondantes qui permirent l’aménagement de quatre étangs. Un canal de dérivation permettait d’assurer, quel que soit le niveau des étangs, l’approvisionnement du bâtiment des moulins, construit dans l’enceinte du monastère.
Lors du début des recherches archéologiques, les seuls vestiges visibles (hors-plan) se trouvaient être les murs-pignons de deux bâtiments longs d’environ 30 m encadrant l’entrée, ainsi qu’une partie de la chapelle des étrangers située à l’extérieur de la clôture. Les bâtiments, vendus après la Révolution, furent partiellement utilisés jusqu’au premier quart du XIXe, puis abandonnés et exploités comme carrière de pierres. Une épaisse végétation recouvrit alors peu à peu les ruines.
Une partie des vestiges laissés par les démolisseurs a pu progressivement être mise au jour grâce aux travaux archéologiques réalisés entre 1968 et 1979 (Bru 1972 : 25-32, 1976 : 57-64).

Les bâtiments monastiques
Nous ne nous attarderons pas sur le bâtiment des moines dans lequel les premiers sondages ont permis de situer, à partir du croisillon nord de l’église, la sacristie puis la salle capitulaire, au-delà desquelles le bâtiment est construit sur caves.
Lors des remaniements liés à la suppression du grand cloître une ouverture a été percée dans le transept ; celle-ci permettait de communiquer avec le petit cloître et de relier l’église aux bâtiments situés au nord et à l’est. Le dallage en pierre taillée en "cadettes", retrouvé au niveau de l’angle sud-ouest, a confirmé la présence d’une galerie de circulation à l’est du bâtiment des moines. Le second sondage, au niveau de l’angle nord-est, a révélé l’existence de deux autres galeries, l’une au nord dallée en pierre, et l’autre à l’est recouverte de carreaux hexagonaux en terre cuite.
Deux bâtiments distincts à l’est du petit cloître ont fait l’objet de travaux de dégagement :
- l’un, au nord, consiste en une tourelle circulaire renfermant un escalier à vis de deux volées précédées d’un palier desservant les deux pièces du rez-de-chaussée du bâtiment attenant, puis les pièces de son étage, et enfin les combles. La pièce située dans la partie sud de ce bâtiment est éclairée par une baie percée à l’est et possède une cheminée monumentale avec four qui occupait toute la largeur du mur ;
- le second, au sud, a été dégagé partiellement. Il s’agit d’une chapelle dont les caractéristiques architecturales, murs gouttereaux épais de 1,30 m, chevet arrondi, tympan sans décor, situent la construction au XIIe s., lors de l’installation du nouveau monastère, et avant la mise en chantier de la grande abbatiale (Bru 1982). Cette chapelle fut transformée à la fin du XIVe s. en chapelle funéraire pour la famille de Longecombe ; le tombeau était placé sous enfeu dans l’angle nord-est de l’édifice.
Bibliographie : Bru 1972, 1976, 1983 : 161-175, 1992, 1994
Y. et C. Bru

59- Plan de l’abbaye cistercienne de Saint-Sulpice-en-Bugey, aujourd’hui disparue

59- Plan de l’abbaye cistercienne de Saint-Sulpice-en-Bugey, aujourd’hui disparue

1 : sacristie, 2 : salle capitulaire, 3 et 4 : virages du petit cloître, 5 : chapelle dite “de Longecombe”

L’abbaye cistercienne de Bouchet (Drôme), fig. 3, H
Cette abbaye n’est pas sans poser quelques questions. En effet seule subsiste l’aile nord des bâtiments monastiques et l’on peut se demander si le quadrilatère a jamais été réalisé.
- Aile nord : réfectoire, dortoir et résidence de l’abbesse
Conservée presque intacte dans ses dimensions (46 x 11 m hors œuvre) et presque dans son élévation d’origine, elle comportait deux étages construits en moyen appareil et voûtés (un troisième a été rajouté postérieurement). L’emphytéose de 1443 mentionne fou dourmidour (ms. Archives d’Aiguebelle : 18-79) L’extrémité occidentale, occupée sans doute dès l’origine par la résidence de l’abbesse fut ensuite réaménagée pour le recteur du collège du Roure.
- Rez-de-chaussée
Dans son état actuel, il comporte une grande salle voûtée et à l’ouest une salle non voûtée (fig. 60). La grande salle (36 x 7,80 m) est voûtée en berceau* brisé renforcé de doubleaux simples non moulurés (certains doubleaux ont disparu, d’autres subsistent et s’amortissent en biseau sur un piédroit) ; on distingue quatre travées : la première était éclairée par une fenêtre, la deuxième et la troisième par deux fenêtres, la quatrième par aucune. Ces ouvertures parfois assez bien conservées, parfois très remaniées, en partie percées au départ de la voûte, sont remarquables par la qualité de la taille de pierre. Le mur nord est aveugle, mais la porte qui ouvrait au nord-est en direction de la façade de l’église paraît romane, avec ses arcs moulurés, et en liaison avec le mur où elle s’inscrit. Ce mur, en moyen appareil et dépourvu de contreforts, se prolonge jusqu’à la façade occidentale et pose ainsi la question de l’état primitif et de la fonction de cette grande salle. Il s’agit sans doute d’un réfectoire, mais il faudrait retrouver les traces de la chaire du lecteur. On imagine mal en effet une autre fonction, comme un cellier, en dessous du dortoir. En effet, on ne distingue aucune trace de murs de refend jusqu’à la salle du fond ; bien plus, à cet emplacement, le mur de refend-par sa faible épaisseur— ne paraît pas d’origine. À l’ouest, le mur de façade semble ancien malgré de très nombreuses ouvertures souvent récentes, ce qui renforce l’hypothèse d’une construction homogène sur toute sa longueur. On peut donc s’accorder pour considérer qu’il était occupé pour l’essentiel par le réfectoire. Certes, on aimerait bien placer les cuisines dans le prolongement du réfectoire, mais aucun argument ne vient confirmer cette hypothèse. On pourrait alors envisager des cuisines en retour d’angle de l’aile ouest. Peut-on admettre un réfectoire de 42 m de longueur alors que les dimensions habituelles des réfectoires cisterciens comme ceux d’Aiguebelle (25 m) ou de Sénanque (22 m) sont bien inférieures. La présence d’ouvertures anciennes dans le mur ouest et l’exemple de Tournus où la partie occidentale du réfectoire a peut-être été transformée, en cours de construction et à la fin du XIIe s., en résidence pour l’abbé, suggèrent à titre d’hypothèse une solution de ce genre au Bouchet dont l’aile nord aurait été terminée très tôt par une sorte de maison-tour. Reste à situer l’emplacement des cuisines.
- Dortoir
À l’étage et de grande taille, il pose le même problème que le réfectoire : il est constitué d’une salle couverte d’un berceau brisé renforcé de doubleaux ; ceux-ci sont cantonnés de deux boudins et reposent sur des culots, en demi-corbeilles simplement épannelées sur une petite console. Une grande baie tardive éclaire le dortoir à l’est. A l’origine, des sortes d’alcôves ou alvéoles installées dans l’épaisseur du mur (2 x 1,10 m), éclairées par une fenêtre (une seule a gardé ses dimensions d’origine, 0,30 x 0,90 m environ), constituaient autant de cellules dont l’espace était sans doute agrandi par des cloisons de bois. Plusieurs questions se posent : quelles étaient les ouvertures d’origine et jusqu’où allait le dortoir ? Si l’on examine l’extérieur, on aperçoit, au sud-est, la trace d’une ouverture en plein cintre qui semble antérieure au contrefort voisin. On peut donc se demander si ces fenêtres dotées d’un arc en plein cintre ne sont pas, en fait, les ouvertures primitives, antérieures à la création des cellules. On peut également s’étonner de voir le dortoir placé au-dessus du réfectoire, mais des exemples existent en Espagne (Poblet) et en Allemagne (Maulbronn et Eberbach). Le dortoir est reconstituable seulement sur 27 m., soit 20 cellules. À l’ouest, des ouvertures romanes encore visibles attestent que l’édifice roman se poursuivait jusqu’en façade occidentale où la dernière travée est plus large que les autres. Deux hypothèses différentes peuvent expliquer la nature des différents espaces : soit le dortoir aurait été dans un premier temps d’une très grande longueur (toute la longueur de l’aile) et aurait abrité 32 moniales, et dans un deuxième temps, il aurait été réduit d’une travée, soit le dortoir était déjà prolongé par la maison de l’abbesse.
Bibliographie : Bouton 1974 ; Aubert 1943, t. Il : 172-180, 201 ; Barruol 1992 : 320.
G. Dehent, J.-Fr. Reynaud

60- L’aile nord de l’abbaye est restée presque intacte avec ses deux niveaux voûtés

60- L’aile nord de l’abbaye est restée presque intacte avec ses deux niveaux voûtés

Chartreuses

8La région a été le berceau du mouvement cartusien et l’on y compte de nombreux établissements (sept dans le diocèse de Grenoble, huit dans l’Ain), mais les chartreuses ont été pour la plupart abandonnées à la fin du XVIIIe s., comme celles de Portes et de Poleteins (Ain) ; d’autres ont été presque entièrement reconstruites au XIXe s. comme la Grande Chartreuse et rares sont celles où subsistent des éléments anciens. À la chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez, des sondages (Mordefroid 1993) ont permis de reconstituer une cellule dans un ensemble très reconstruit. À la chartreuse de Pierre-Châtel (fig. 61), une étude a montré l’existence d’un plan assez traditionnel comportant petit et grand cloître malgré le cadre assez contraignant d’un château des comtes de Savoie (Ducoté 1991). L’abbaye bénédictine de Chalais, fondée en 1100-1101 par saint Hugues, évêque de Grenoble et transformée en chartreuse en 1303, a conservé son église-mère dont le style s’inspire de l’architecture cistercienne (Aussibal, Terrel 1980, Barruol 1992 : 107-109).

61- La chartreuse de Pierre-Châtel

61- La chartreuse de Pierre-Châtel

Mappe sarde, Archives de Savoie

La chartreuse de Pierre-Châtel (Virignin, Ain), fig. 1, O
Ce site regroupe, au même emplacement, la Maison haute qui comprend des bâtiments desservis par le petit cloître, l’église Notre-Dame, la salle du chapitre et le réfectoire, ainsi que le grand cloître à l’ouest entouré des cellules où les pères mènent une vie érémitique (fig. 62), et la Maison basse. Celle-ci accueille les frères qui assument les travaux nécessaires à la subsistance et à l’entretien matériel des pères. Elle s’organise en terrasse irrégulière, à l’est du promontoire. La fonction de tous ces bâtiments n’est pas réellement connue.
Le réfectoire se situe au nord-ouest du petit cloître. Son mur-pignon oriental, actuellement englobé dans la construction, apparaît dans un tableau représentant cette chartreuse (actuellement conservé à la Grande Chartreuse). Cette salle de plan rectangulaire mesure 14,5 m de long sur 7,5 de large, et comprend deux travées d’ogives. On accédait à cette pièce par une porte cintrée dont le piédroit est encore visible. Elle est éclairée par trois baies, dont deux au sud ont été restaurées à l’automne 1991. Seule la baie ouest présente un remplage gothique rayonnant.
Le petit cloître situé au nord de la nef de l’église a été démoli en 1830 car il menaçait de tomber en ruine (Ducoté 1991 : 51). Constitué de cinq travées irrégulières à l’est et à l’ouest, de quatre travées au nord et au sud, ses dimensions (13 x 18 m) n’étaient pas dans la norme des petits cloîtres de plan carré de 15 m environ de côté, comme à la chartreuse du Reposoir et à Mélan (Haute-Savoie). On peut encore apercevoir les arrachements des arcades dont les matériaux de construction sont très variés (molasse et calcaire). Les quatre chapelles situées au sud de l’église sont de plan rectangulaire et voûtées d’ogives en molasse ; la chapelle sud-est porte les armes d’Humbert - bâtard de Savoie au XVe s. - dont la devise était “La croix brisée de cinq croissants au bâton de même en barre brochant le tout”. Les remplages des chapelles sont brisés car ces pièces ont servi de cachot.
La galerie qui sépare le monde des pères et des frères est placée transversalement par rapport à la chapelle/salle du chapitre. Elle est voûtée d’ogives supportées par des culs-de-lampe (mur ouest). La galerie des frères est située au nord de l’église, un peu en contrebas par rapport au sol. Son plan est constitué de cinq travées voûtées d’ogives au profil grossier, supportées par des culs-de-lampe, hormis dans la deuxième travée. Les ogives de cette dernière sont supportées par des piédroits appartenant à un état antérieur. Le voûtement est assez raide ce qui permettrait de le dater du XVIIe s..
J.-R Aniel a défini dans sa thèse une typologie des plans cartusiens qui comportent un petit et un grand cloître (Aniel 1983, pl. V). La chartreuse de Pierre-Châtel ne ”rentre” dans aucune de ses catégories. Son plan ne ressemble ni à ceux des chartreuses qui lui sont contemporaines (Champmol, Pavie, Villeneuve-lès-Avignon), ni à ceux des chartreuses voisines (Portes, Arvières, Meyriat), contrairement à ses élévations dont le style est d’une grande sobriété. L’architecture de Pierre-Châtel est particulière, car les Chartreux ont dû installer leur abbaye dans ce site déjà occupé par l’ancien château encore visible. Ils ont donc intégré leurs bâtiments dans les structures existantes sans rompre la trame première. Ceci permet d’expliquer la forme rectangulaire du petit cloître et la trop vaste salle du chapitre qui était l’ancienne chapelle castrale. En revanche, les Chartreux ont adopté un style très sobre, dépourvu de colonne, mais utilisant les culs-de-lampe qui permettent de ne pas avoir le regard arrêté par des éléments architecturaux nuisant au recueillement.
La chartreuse de Pierre-Châtel comprend deux maisons juxtaposées ; à la fin du XIVe s., ce regroupement est déjà bien établi. En effet, l’abandon des maisons éloignées à partir du XIIIe s., est la conséquence d’une crise : les convers deviennent moins nombreux. Dans les Maisons de douze pères chartreux, il n’y avait plus que six convers au maximum ; la Maison basse n’était plus "rentable". Des questions restent cependant sans réponse : où étaient situés le grand cloître et les cellules lors de la fondation ? Pourquoi y a-t-il un décalage entre la troisième et la quatrième chapelle au sud ? L’occupation carcérale et militaire a, bien entendu, transformé ces bâtiments cartusiens, mais elle a permis de sauver la chartreuse des pillages. Celle-ci apparaît comme la plus authentique des chartreuses de toute la région, grâce à des restaurations qui tentent de lui conserver son aspect d’origine.

Les matériaux
Les bâtiments sont construits en calcaire plus ou moins rosé et plus ou moins dur, extrait du site. Un inventaire des carrières de 1889 ne répertorie aucune carrière de molasse autour de Pierre-Châtel. La pierre utilisée provenait donc de filons situés un peu plus loin, comme au lieu-dit "les molasses" localisé à l’est de Saint-Genix-sur-Guiers. La carrière du Bourget qui a servi pour la construction du prieuré a pu fournir des matériaux à Pierre-Châtel. En ce qui concerne le tuf, son extraction a dû se faire dans de nombreuses cavités karstiques en contrebas du site.
Seule la chapelle castrale présente des traces de laie brettelée ; ailleurs, les pierres sont simplement layées.
Bibliographie : Aniel 1983, Ducoté 1991.
J. Ducoté

62 - Le grand cloître

62 - Le grand cloître

L’église

9Les églises des chartreuses et des abbayes bénédictines ou cisterciennes passent pour suivre un plan type. On constate en fait dans la région une grande diversité de plans en rapport avec les besoins locaux et l’évolution dans le temps. Par ailleurs, rares sont les églises restées homogènes comme celle de Cruas et l’on passe fréquemment du roman au gothique comme à Ambronay (Hamonière 1992 et 1994).

  • 77 Les recherches seront publiées prochainement.

10Dans de rares cas, l’archéologie a apporté des éléments nouveaux qui complètent nos informations pour les périodes hautes comme à Cruas, où ont été mis au jour d’abord un massif occidental carolingien, puis un chevet trilobé (Tardieu, Hartmann-Virnich 1995 : 90-116). Un massif occidental, sans doute des X-XIe s. a de même été repéré à Ambronay77. Le premier art roman est présent à Cruas, dans la partie orientale de l’église, constmite au XIe s. au-dessus d’une crypte-halle de grande dimension. Dans cette même église de Cruas, R. Saint-Jean a reconstitué le chœur des moines qui s’avançait de la croisée du transept dans la nef centrale (Saint-Jean, Nougaret 1991 : 141-143, 152-155) ; construction surélevée remarquable par l’utilisation de fines ogives. La présence d’un ou deux clochers souvent monumentaux caractérise les abbayes bénédictines comme à Cruas (Tardieu, Hartmann-Virnich 1995 : 112).

11En ce qui concerne les abbayes cisterciennes, seule l’église de Valcroissant a conservé un plan typiquement cistercien - en dépit de sa réutilisation en bergerie (Jobin 1980 et 1982). À Aiguebelle ou à Mazan, les absides et les absidioles sont semi-circulaires ; à Léoncel, Bonlieu et à Vernaison, l’abside centrale est polygonale (Dimier, Porcher 1974 : 149-156) (cf. fig. 37). En règle générale, ces absides se greffent sur un transept nettement débordant, pourvu d’absidioles (Léoncel) ou non (Vernaison). Le clocher est de dimension très réduite (Bouchet). Les cisterciens utilisent rapidement l’ogive pour couvrir les nefs de leurs églises comme à Léoncel ou Aiguebelle.

12Pour les églises cartusiennes, la simplicité est de rigueur dans le plan à nef unique et dans l’élévation, comme à Sainte-Croix-en-Jarez où subsistent quelques éléments de l’église ancienne (Mordefroid 1993) et à Pierre-Châtel dans un édifice construit dans un beau style gothique (Ducoté 1991 et 1993). On notera seulement dans les deux cas une recherche esthétique : à Sainte-Croix-en-Jarez, un décor de fresque sur les murs de la nef, et à Pierre-Châtel, des culots sculptés où apparaît la figure humaine.

Une église bénédictine : Cruas (Ardèche), fig. 2, Ε
À Cruas, l’étude du sous-sol et des élévations, menée lors des restaurations par la Conservation régionale des Monuments historiques (fig. 63), a donné des résultats assez complets pour la connaissance de l’histoire architecturale de l’abbatiale depuis l’époque paléochrétienne au roman en passant par le carolingien. Le premier édifice comprenait une abside orientale et sans doute trois nefs. Cet édifice (environ 10 m de large) se termine à l’ouest par un massif occidental composé de deux cellules de façade, de petites dimensions (2,30 m de large et 3,20 m sur 3,70 m), disposées côte à côte. La cellule nord qui aurait pu abriter une sépulture privilégiée s’ouvre de plain-pied dans l’axe de la nef par l’intermédiaire d’un arc. À ce plan simple, succèdent des transformations qui vont affecter le chevet et plus profondément la partie occidentale. L’abside de l’édifice primitif est abandonnée. Deux marches donnaient accès à un vaste chœur surélevé, mais le nouveau chevet qui doit se situer plus à l’est demeure inconnu. En avant des degrés, des traces d’arrachements ont été relevées sur le sol (autel, ambon...). Elles seraient à mettre en relation avec des éléments sculptés à entrelacs datables de la deuxième moitié du IXe s., pouvant provenir de plaques de chancel.
Cet édifice voit sa partie orientale totalement détruite par une violente inondation. Cet épisode est à replacer dans un contexte plus général, celui des variabilités hydro-climatiques de l’Holocène des plaines alluviales, étudié par J.-P. Bravard (Bravard, 1996). Cette petite crise, située vers 500-700, prend place dans une phase climatique sèche attestée à Cruas, ou au Vie s. à Saint-Ferréol de Vienne.
Consolidées et réaménagées, au IXe s., les ruines serviront de cadre à l’édification d’un troisième édifice dont il ne reste que quelques éléments relevés en fouille (éléments méridionaux d’un chevet trilobé, tribune occidentale...), et qui sera rapidement abandonné pour un programme plus prestigieux. Mais ce plan novateur laissa dans l’architecture locale une forte empreinte (on le retrouve notamment dans la chapelle haute du clocher-porche de la cathédrale de Viviers).
C’est vers la fin du XIe s. que l’édifice actuel a été commencé. L’église abbatiale, orientée, est de plan cruciforme. Elle est composée de trois nefs, d’un transept saillant et d’un chevet à abside et absidioles semi-circulaires. Pour sa structure, composée de deux espaces superposés et de même plan, les constructeurs ont beaucoup emprunté aux "maçons lombards" : les trois absides tangentes sont visibles de l’extérieur, et la crypte semi-enterrée est de type halle à trois nefs partagées en travées carrées voûtées d’arêtes. Le chœur monastique est luxueusement décoré (mosaïques, table d’autel en marbre...).

63 - Abbaye de Cruas : le dégagement de 1999 a fait apparaître le chevet roman dans son élévation primitive avec en particulier les ouvertures de la crypte

63 - Abbaye de Cruas : le dégagement de 1999 a fait apparaître le chevet roman dans son élévation primitive avec en particulier les ouvertures de la crypte

La construction s’échelonna durant tout le XIIe s. L’élévation intérieure est à trois niveaux : les grandes arcades qui séparent la nef centrale des deux bas-côtés, une surface murale aveugle support au XVe s. de fresques, et le niveau des claires-voies qui donnaient au sud un éclairage direct à la nef. Si ses fondations largement ancrées dans le sol ont détruit les vestiges des édifices antérieurs et en ont rendu la compréhension difficile, il a été possible de fouiller les traces laissées par le chantier de construction (ancrage au sol des échafaudages et diverses installations de chantier) durant laquelle fut décidée l’adjonction de la tribune monastique permettant aux moines de s’isoler.
Les murs gouttereaux des bas-côtés sont animés par une série d’arcatures aveugles, procédé traditionnel de soutien et de renforcement pour un édifice voûté. Une chapelle haute ou tribune (seigneuriale ou abbatiale), reconstruite lors des restaurations, couvrait la travée occidentale et s’ouvrait largement sur la nef. Elle apparaît comme une survivance du massif occidental et des clochers - porches carolingiens et ottoniens.
À l’extérieur, l’étagement des volumes reflète le plan à trois nefs et les élévations intérieures. Par son petit appareil de moellons cassés liés par des joints épais soulignés à la truelle, par ses triples ressauts appareillés, par son décor fait de lésènes encadrant deux arcatures aveugles ne recouvrant que l’abside et les absidioles, et enfin par son chevet à deux niveaux, cet édifice se rattache au premier art roman méridional de la première moitié du XIe s.. À l’extrême fin du XIe s. le décor s’est développé sur les transepts et les murs latéraux qui reçoivent également un décor de bandes lombardes, mais ici les arcatures se multiplient et les colonnettes remplacent les lésènes surmontées d’une frise de dents d’engrenages.
L’édifice en restauration ayant été totalement échafaudé, il nous a été possible d’étudier avec beaucoup de précision les différentes phases de construction, d’analyser les traces laissées par les outils des tailleurs de pierre, le module et la qualité des matériaux employés ou réutilisés, les techniques de mise en œuvre, et d’élaborer une typologie des différents joints. Ces observations associées aux vestiges, et aux chronologies relatives issues de la fouille du sous-sol, ont permis d’affiner la datation traditionnelle. Du XIIe au XIIIe s., l’abbatiale a été édifiée d’est en ouest en quatre campagnes de construction rythmées par des arrêts de chantier dus à des rectifications d’orientations, des expériences architecturales sur le voûtement, et une technique de taille de plus en plus maîtrisée dans un chantier rationalisé.
Bibliographie : Tardieu, Hartmann-Virnich 1995 : 91-116 ; Saint-Jean, Nougaret 1991 : 137-163.
J. Tardieu

L’église abbatiale Notre-Dame d’Ambronay (Ain), fig. 1, G
De l’abbaye originelle subsistent des parties du haut Moyen Âge conservées en élévation dans le mur sud de l’abbatiale dont la face méridionale d’une tour de façade appartenant à un Westwerk*. L’abbatiale, divisée en trois nefs, présentait au Moyen Âge un transept saillant qui lui conférait un plan en croix latine qu’elle ne possède plus aujourd’hui et dont les croisillons étaient sans doute surmontés d’un clocher abritant une salle haute.
L’édifice a été massivement reconstruit au XIIIe s., comme l’attestent le bas-côté nord et la façade, puis au XVe s., comme l’illustre la nef principale (fig. 64). Les deux portails de l’abbatiale, sculptés au Xllle s., possédaient un décor de grande qualité. De style gothique, la statuaire se développait sur les piédroits (statue-colonnes) et les linteaux, tandis que les tympans portaient, plus sobrement, des arcs festonnés. A l’intérieur, le bas-côté nord est orné de chapiteaux sculptés de motifs végétaux (acanthes à crochets, pampres de vigne) et de magnifiques clefs de voûte contemporaines de l’architecture. Le voûtement du bas côté sud et le chœur de forme polygonale ont été également réalisés au XVe s., de même que la chapelle Saint-Jacques qui abrite le tombeau de l’abbé Jacques de Mauvoisin, à qui l’on doit ces travaux. Cette chapelle, également vouée à Sainte-Catherine, concentre à elle seule l’essentiel de la sculpture du XVe s. avec, notamment, ses deux arcs de communication ornés de frises végétales dans lesquelles animaux cachés et grappes de raisins se mêlent aux mascarons
Bibliographie : Hamonière 1994 : 22, 23
L. Hamonière

64 - Eglise abbatiale d’Ambronay : le plan met en évidence les vestiges de l’édifice roman et préroman, ainsi que les reconstructions gothiques

64 - Eglise abbatiale d’Ambronay : le plan met en évidence les vestiges de l’édifice roman et préroman, ainsi que les reconstructions gothiques

Le mur méridional, qui conserve plusieurs états, est ici simplifié d’un point de vue chronologique de manière à faire ressortir les limites du massif occidental

L’église et le cloître de Saint-Sulpice (Ain), fig. 1, Κ
L’église partiellement dégagée présente une abside sur plan carré à chevet plat de 8 m de côté, précédée d’une travée de même dimension qui la séparait de la croisée du transept de 8 m de côté également (fig. 59). Cette abside est flanquée d’absidioles de plan pentagonal, précédées de travées de 4 m (lors des sondages, la découverte de chapiteaux intacts sur leurs supports permit de tracer les contours de l’absidiole nord). L’analyse du pilier nord-est de la croisée du transept, construit à l’origine sur plan cruciforme avec un matériau inadapté aux charges d’un voûtement en berceau laisse supposer que l’église primitive était dépourvue de voûtes et recouverte d’une simple charpente ; ce pilier a été par la suite doublé par un large pilier en pierre dure pour recevoir des voûtes sur croisée d’ogives.
La nef, partagée en trois vaisseaux, un vaisseau central de 8 m de largeur et deux bas-côtés de 4 m, comportait cinq travées de 5 m, soit une longueur, de 25 m, cette dimension, ajoutée aux 24 m du sanctuaire, permet d’affirmer que l’abbatiale mesurait près de 50 m. Le long du mur sud de la nef, on a pu dégager seulement les socles des contreforts rythmant les cinq travées, et le profil du mur du transept qui se termine par l’absidiole sud ; à cet endroit, un élément de piédroit de la porte des morts a été localisé dans le mur, confirmant que le cimetière des moines se trouvait au flanc sud-est de l’église.
Les vestiges du portail occidental, qui existait à Saint-Sulpice, sont peu importants comme ceux des parties ouest et sud de l’église. Les traces de la base d’une tour sont visibles au sud-ouest de la nef.
L’état de conservation du collatéral nord a permis de constater la présence de l’ancienne porte d’un cloître (fig. 65) dans cette travée de la nef. Aucun vestige d’un cloître, n’est pourtant visible ; il a donc été totalement supprimé puisque la porte était murée au niveau du bas-côté. En même temps que cette porte était soigneusement murée, le mur gouttereau nord de l’église était doublé ; il a fallu opérer un sondage partiel à travers ce mur pour découvrir le témoin évident de l’ancien cloître : un culot engagé dans l’angle de mur, en arrière de la porte ; il faut préciser qu’une galerie de circulation a été conservée à l’ouest, le long du bâtiment des moines ; ce dispositif se retrouve à l’abbaye de Pontigny.
Y. et C. Bru

65 - La fouille a mis au jour quelques éléments du cloître (jambage est de la porte gothique)

65 - La fouille a mis au jour quelques éléments du cloître (jambage est de la porte gothique)

Une église cistercienne : Bouchet (Drôme), fig. 3, H
L’église a été étudiée à partir des seules élévations encore couvertes d’un enduit moderne et à partir des textes. Elle présente encore un caractère cistercien avec ses absidioles empâtées et la simplicité de la construction est accentuée par la présence d’une nef unique (fig. 66).
Elle se distingue des autres églises cisterciennes de la région, en particulier de celle d’Aiguebelle, par ses dimensions modestes (longueur primitive 30 m, largeur du transept 20,40 m.). Malheureusement détachée de son contexte par la destruction récente des maisons voisines, l’église fut restaurée dans les années 1920, puis dans les années 1970. Une étude des élévations fut alors faite par Marcel Francey, archéologue et architecte suisse. La construction paraît de qualité, mais un enduit récent à faux appareil qui recouvre
l’intérieur de l’édifice rend l’étude de l’intérieur très difficile. A l’extérieur, on reconnaît la construction romane au moyen appareil de calcaire ocre-jaune (carrière des Esparrons). L’axe de l’église diffère légèrement de celui du dortoir (cf. fig. 48).
Au nord-est, l’abside semi-circulaire, un peu plus étroite que le chœur, est construite en moyen appareil*. Les trois fenêtres à double ébrasement ont été modifiées (la fenêtre nord est murée, la fenêtre sud a été agrandie et la fenêtre centrale sans doute reconstruite à l’identique) ; à l’intérieur, une corniche en quart de rond souligne la base du cul de four ; à l’extérieur, les corbeaux de la corniche présentent un décor géométrique. La travée de chœur, peu profonde (2,40 m mais large de 6,80 m.) est voûtée d’un berceau à la même hauteur que celui de la nef.
Le transept est largement débordant. A la croisée, la voûte en berceau est dans le prolongement de celle de la nef, alors que les bras, plus bas que la croisée, sont pourvus de deux petites absidioles orientées, semi-circulaires à l’intérieur (1,60 m de diamètre) et à chevet plat à l’extérieur dans un empattement en légère saillie à l’extérieur ; la fenêtre de l’absidiole sud est simple et de petite taille : une dalle horizontale fait office de linteau au-dessus de piédroits assisés. Au nord, l’hémicycle de l’absidiole a été percé pour donner accès à une chapelle Saint-Sébastien, construite en 1710 et devenue plus tard sacristie, mais la porte est aujourd’hui murée. Le tombeau de Bertrand le Bienheureux était encastré dans l’absidiole du bras nord du transept, son corps fut récupéré par les Dominicains d’Orange en 1414. Sa pierre tombale est actuellement dans le bras nord du transept.
La nef unique comportait deux travées voûtées en berceau (10,60 m de haut), avec des ouvertures basses, d’un type proche de celles du dortoir voisin, percées dans les murs gouttereaux et sans doute dans un deuxième temps en pénétration dans les voûtes. A l’origine, et en raison de la construction du dortoir à l’ouest de l’église, le chœur des moniales aurait occupé les deux travées de la nef, il aurait été fermé par un mur détruit en 1687 ; un escalier appuyé contre le mur de la nef reliait directement l’église au dortoir. Il est difficile de dater cet édifice mais la qualité de la construction, l’appareil, le type des ouvertures font penser à une construction soit légèrement antérieure, soit contemporaine du bâtiment voisin, dans les années 1170-1180.
L’église a été profondément modifiée au XVIIe s. La première travée a été détruite en 1633 à la suite des dommages subis en 1562, mais le mur de façade n’a pas été entièrement détruit ; on distingue encore bien l’appareil régulier et l’ancien contrefort au nord, dans ce qui est maintenant un mur de clôture. Le nouveau mur de façade est construit en pierres de remplois mal assisées et en galets ; en retrait par rapport à la construction primitive, il est doté d’un portail monumental, qui ouvre sur une petite cour. En même temps, au sud, une galerie sur arcade assure la communication entre la tribune de la nef et le dortoir des moniales. Toutes les fenêtres de la nef et du bras sud du transept ont été reprises, restaurées ou murées. La porte sud du transept est ancienne. La trace d’une porte romane est visible dans le mur gouttereau sud de la nef.
Le clocher-peigne à deux étages d’arcs qui s’élève au-dessus de la croisée du transept diffère du reste de l’église par son matériau de calcaire blanc, également utilisé pour les restaurations du bras nord du transept et pourrait appartenir à une dernière campagne de construction (XVIIIe s.) ; on y accédait par des escaliers appuyés contre le flanc sud de la travée de chœur. Il a peut-être remplacé un petit clocheton plus ancien.
Bibliographie : La Croix Bouton 1979 ; Barruol 1992 : 320.
G. Dehent

66 - La petite église de l’abbaye cistercienne de Bouchet est à nef unique, son transept est pourvu de deux absidioles à chevet plat

66 - La petite église de l’abbaye cistercienne de Bouchet est à nef unique, son transept est pourvu de deux absidioles à chevet plat

On distingue ici l’abside, le bras sud du transept et des maisons accolées contre la nef

Une église cartusienne : Notre-Dame de Pierre-Châtel (Ain), fig. 1, Ο
L’église est constituée d’une nef unique prolongée d’une travée de chœur et terminée par un chevet à trois pans (fig. 67, 61 et 62). Elle mesure 32 m de long par 8 m de large, quatre chapelles sont venues par la suite s’ajouter au sud ; seulement deux - la 1ère à l’est et la 1ère à l’ouest - avaient un accès à la nef. Ce plan simple est une constante de l’architecture cartusienne à cette époque. Cette sobriété n’est pas respectée dans les états voisins comme en Italie, en Espagne et au Portugal où les nefs et la sculpture se multiplient abondamment. Les bâtisseurs ont utilisé la pierre de taille de moyen appareil ; on la distingue ainsi des bâtiments antérieurs qui étaient construits en petits moellons, comme au nord, l’ancienne chapelle castrale.
Elle est couverte de trois voûtes d’ogives de molasse qui retombent sur des culs-de-lampe semi-circulaires de calcaire. Toutefois, dans l’abside et dans la travée de chœur, les ogives retombent respectivement sur de fines colonnettes et sur deux pilastres à chapiteaux.
Les clés de voûte sont sculptées de médaillons de deux types différents : ceux de la nef sont peints et représentent saint Maurice et saint Jean-Baptiste - saints patrons de l’ordre cartusien - ce dernier étant illisible à cause des infiltrations d’humidité. La clé de voûte du chœur est sculptée et peinte en polychromie ; elle représente les armoiries du comte de Savoie entourées du collier de l’ordre. Quatre plaques de céramique scellées au mur de la travée de chœur se rapportent aussi à cet ordre chevaleresque.
Des chapiteaux décorent les piliers (nord et sud), tout en recevant les retombées des ogives de la troisième travée et celles de l’arc triomphal. Ils représentent, au nord, un joueur de vielle traité de façon romane (cette sculpture se rapproche de celle de l’église d’Arbent du XIVe), au sud, un personnage barbu aux cheveux bouclés vêtu d’un drapé de type gothique. Ces éléments attestent l’intervention de plusieurs ”sculpteurs” sur ce chantier.
Sondages dans les murs de l’église : le mur nord de l’église qui apparaît dans le petit cloître montre une césure verticale partant du sol jusqu’à la charpente ; à l’intérieur on voit un chaînage d’angle, ce qui confirme l’avancement de la façade vers l’ouest. Cet agrandissement est à l’origine du changement de toiture comme en témoignent également les trous de boulin visibles dans les combles et les différences de traitement des clés de voûte.
Le premier état de l’église est constitué de l’abside, limitée par un coup de sabre. Les caractéristiques de style gothique permettent de dater cet état de la fin du XIVe s.
Le deuxième état - qui daterait de la première moitié du XVe s. - est constitué de la portion de nef située à l’ouest du coup de sabre, à l’origine du déplacement de la façade vers l’ouest. Cet agrandissement est à mettre en relation avec le développement du nombre des membres de l’Ordre du Collier. L’église est donc contemporaine d’autres édifices savoyards tels que le chœur de la cathédrale de Chambéry. Cette église reste néanmoins plus sobre, conformément à la règle cartusienne. On peut dire que l’architecture cartusienne à Pierre-Châtel n’est pas novatrice mais qu’elle est caractéristique de son époque pour la région. Ceci n’est pas vrai pour toutes les églises cartusiennes ; en Bourgogne, la chartreuse de Champmol, fondée par le duc Philippe le Hardi en 1383, a été dotée de sculptures très novatrices réalisées par Claus Sluter venant de Flandre. Il en est de même pour la chartreuse de Pavie, fondée en 1396 par le duc de Milan, Gian Galeazzo de Visconti. Ce dernier a choisi des artistes de qualité comme Matteo Giovannetti, Bernardo de Venezia et Giacomo da Campione. A Villeneuve-lès-Avignon, lors de la fondation du Val de Bénédiction en 1356, le pape Innocent VI a recours aux meilleurs artistes originaires d’Italie. On pourrait conclure ainsi qu’à cette date, les églises cartusiennes sont le reflet de la ”santé économique” des États. En ce qui concerne le duché de Savoie, il semblerait qu’il soit un peu affaibli.
Bibliographie : Ducoté 1991, 1993
J. Ducoté

67- L’église de la chartreuse de Pierre-Châtel est typique par son plan très simple : nef unique, travée de chœur, abside à pans coupés (fin XIVe s.)

67- L’église de la chartreuse de Pierre-Châtel est typique par son plan très simple : nef unique, travée de chœur, abside à pans coupés (fin XIVe s.)

La maison de l’abbé

13Nous terminerons ce tour d’horizon avec la maison de l’abbé, dont deux beaux exemples sont conservés à Charlieu et à Bouchet (cf. supra). Dans les deux cas, la maison peut être assimilée à une maison-noble, avec tous les éléments de confort comme des escaliers à vis, de grandes ouvertures et des cheminées ; elle est plus importante que les maisons de prieur, même si l’on excepte le cas, trop marginal, de Brou ; à Charlieu, la maison de l’abbé est détachée du reste des bâtiments (fig. 68), alors qu’elle est englobée dans l’aile nord à Bouchet. Pour ce dernier exemple, étudié par G. Dehent, la partie occidentale de l’aile nord est transformée en appartements sur plusieurs niveaux qui dans un dernier temps sont rendus accessibles par un escalier à vis. La présence d’ouvertures en accolade place cette dernière construction à l’époque du collège du Roure, et l’on pourrait y situer les appartements du recteur. Une chapelle est également possible au sud-ouest, près de l’escalier à vis. La “Tour” surélevée d’un niveau par rapport à l’ancien bâtiment, affirmerait la puissance du nouvel occupant. La maison-tour de l’abbesse serait alors conçue dès l’origine ou presque à cet emplacement et se serait étendue à l’étage au-dessus de la dernière travée occidentale, ce qui conviendrait mieux à une communauté de moyenne importance ; cette précocité expliquerait, comme à Tournus, les incohérences en plan, comme la travée occidentale du bâtiment, plus large que les autres, et les incohérences en élévation, comme la présence de fenêtres anciennes à l’ouest du mur nord et des traces d’ouvertures primitives mais difficiles à dater dans le mur ouest. On peut aussi supposer que la maison de l’abbesse soit venue s’implanter tardivement à l’extrémité du bâtiment.

68 - La maison de l’abbé de Charlieu a l’allure d’un grand manoir construit tardivement au sud-est de l’abbaye

68 - La maison de l’abbé de Charlieu a l’allure d’un grand manoir construit tardivement au sud-est de l’abbaye

La façade sur la cour est la plus remarquable avec ses grandes ouvertures et ses escaliers à vis

Les prieurés

14Il faut, dès le départ, distinguer les prieurés conventuels où les moines qui sont assez nombreux, de six à une douzaine, disposent de ressources importantes (revenus du domaine, dîmes, taxes apostoliques), et les prieurés dits ruraux - les plus nombreux - où la communauté est réduite au prieur et à quelques moines, souvent un ou deux (Lemaître 1987 : 1-26). Un prieuré conventuel comporte traditionnellement un lieu de culte réservé à l’usage des moines, un cloître, des bâtiments pour la vie commune - dortoir, réfectoire - et des communs - grange dîmière ou simple grange, cellier, étable ou encore moulin - qui abritent les activités économiques du prieuré. En revanche, les moines des prieurés ruraux vivent dans une simple maison priorale, associée à des communs.

15L’église dans son esthétique monumentale est le reflet des aspirations de la maison-mère, des besoins liturgiques et de la foi d’une époque. Mais la grande diversité de la région Rhône-Alpes a suscité des styles régionaux ou a laissé pénétrer des influences du voisinage. Le problème est de savoir si les besoins propres aux prieurés ont provoqué l’apparition d’un type particulier d’église et si les réseaux monastiques ont contribué à la diffusion de particularités propres au style des Dieu ou le Monastier de Saint-Chaffre.

16Il faut aussi resituer ces constructions dans le temps et dans l’évolution des communautés : la grande période, qui est aussi celle des nombreuses vocations monastiques et des donations par les familles seigneuriales, se situe entre le XIe et le XIIIe s. Ensuite les communautés sont touchées par les guerres et les problèmes économiques, comme l’endettement, qui se superposent à une crise religieuse. Les grandes familles ont tendance à considérer les prieurés comme une source de revenus dont elles profitent, soit par le biais de l’avouerie, soit par celui de la commende, phénomène qui touche aux XIVe-XVe s., la presque totalité des prieurés. Dans la deuxième moitié du XVe s., les églises détruites ou à l’abandon sont reconstruites, et la maison du prieur commendataire prend l’allure d’un manoir ou d’une maison-forte. Le XVIe s. est à nouveau marqué par les difficultés des guerres de Religion : de nombreux prieurés disparaissent, certaines églises priorales deviennent paroissiales et de nombreuses maisons priorales sont transformées en presbytères. D’autres sont repris par de vieilles communautés encore solides ou par des congrégations nouvelles, par exemple les Barnabites en Savoie. Enfin, des églises disparaissent, souvent dans la deuxième moitié du XIXe s., en raison d’un mauvais entretien, de l’accroissement de la population et d’une rechristianisation assez rapide qui rendaient nécessaire la reconstruction des lieux de culte. En conclusion, rares sont les bâtiments prioraux qui ont laissé des traces dans le paysage, si l’on excepte quelques grands édifices et quelques constructions du XVIIIe s.

Les églises priorales d’époque romane

17Et pourtant, ces églises et ces cloîtres apparaissaient comme l’élément dominant du paysage médiéval, si l’on se réfère à l’Armoriai de Guillaume Revel (cf. supra).

Les plans

18Il ne semble pas que les besoins liturgiques propres aux prieurés aient suscité la création d’un type d’église priorale (fig. 69). Les maîtres d’œuvre ont plutôt puisé dans le vivier existant qui comprenait en milieu rural deux types bien distincts : les plans simples et d’origine préromane, composés d’une nef et d’une abside et les plans plus complexes à une ou trois nefs, à transept et à absides multiples. Il est d’autant plus difficile d’établir une typologie que les églises priorales ont souvent aussi une fonction paroissiale-les moines ayant reçu en don une église paroissiale préexistante — et accueillent alors les fidèles et les moines. Quelques exemples seront pris dans les édifices qui ont fait l’objet d’une recherche archéologique.

69 - Plans de prieurés bénédietins

69 - Plans de prieurés bénédietins

À titre de comparaison, l’église paroissiale de Rochegude, les collégiales de chanoines de Saint-Pierre de Champagne et de Saint-Chef

Églises exclusivement priorales

19Dans ce cas, existent en général deux églises, celle du prieuré et celle du village, assez éloignées l’une de l’autre, comme à Etoile-sur-Rhône ou Rochegude (Drôme) (Barruol 1992 : 329). Au contraire, à Saint-Rambert-sur-Loire et à Pommiers (Loire), la grande église abrite les moines et la petite église voisine accueille les paroissiens (Baud 1995 : 63-64 et 98 ; Collectif 2000 : 16-17, 35). En fait, on peut aussi considérer que les grandes églises priorales s’ouvraient aussi aux fidèles lors des grandes occasions.

20Dans la plupart des cas, le plan reste très simple : une nef charpentée et une abside en général semi-circulaire, comme dans les églises du Diois, en Ardèche et plus rarement carrée, comme à Pommiers dans la Loire ; un chœur peut aussi s’intercaler entre la nef et l’abside, comme dans les Dombes (cf. supra l’article de L. Hamonière), mais aussi dans le Tricastin comme à Puygiron (Drôme). Les plans à transept et absidioles sont plus rares, comme au prieuré d’Etoile-sur-Rhône (Drôme) (cf. supra).

Églises mixtes

21En général, nous l’avons vu, les lieux de culte sont partagés. On peut supposer, que les fonctions étaient doubles (paroissiale et priorale). Le chœur, souvent greffé sur un transept, est alors réservé aux moines et les fidèles sont installés dans la nef. La séparation est matérialisée par une barrière en fer forgé ou un jubé*. Elle est aussi valable pour l’entretien du chœur ou de la nef. À Talloires (Haute-Savoie) (cf. infra l’article de Boekholt), un couloir séparant la nef du transept et une sorte d’abside qui abrite l’autel paroissial à l’extrémité de la nef, figure sur les plans du XVIIe s. Au Bourget-du-Lac, un jubé gothique entièrement sculpté séparait les paroissiens des moines. Le chœur, dont l’autel est dédié à saint Maurice, était réservé aux moines, tandis que la nef, sous le vocable de saint Laurent, était affectée au culte paroissial (Viscisi 1992 : 56). Un semblable jubé est encore en place à Brou (Ain), mais dans ce cas, il délimitait aussi la nécropole princière.

22Les plans varient, là aussi, du plus simple au plus complexe. Du plus simple : à nef unique et abside semi-circulaire comme à Donzère (dépendance de Tournus), La Bâtie-Rolland (dépendance de Cluny) (Drôme), Marnans (Barruol 1992 : 177-184), Saint-Laurent de Grenoble et Montséveroux (Isère), au Bourget-du-Lac (Savoie), Saint-Rambert-sur-Loire (église Saint-Jean-Baptiste) et Chambles (Loire), au plus complexe : plan à trois absides, transept et nef unique comme à Champdieu, l’Hôpital-sous-Rochefort, Pommiers, Rozier-Côtes-d’Aurec, Montverdun (Loire), Salles-en-Beaujolais (état II), Ternay (Rhône), Domène et Chirens (Isère) (Heitz 1993 : 355-358), Comps et Aleyrac (Hartmann-Virnich 1995 : 9-21) (Drôme), Rompon et Sauveplantade (Ardèche) (Saint-Jean, Nougaret 1991 : 203-205). Dans les Dombes (cf. infra l’article de Hamonière), où l’église est traditionnellement à nef unique, le transept se rencontre à Saint-André-de-Bagé (Bertholon, Reynaud 1994 : 507-532) ou Saint-Maurice-de-Gourdans et n’apparaît donc pas comme élément indispensable à la liturgie (Oursel 1990 : 247-250). La nef unique associée au transept peut parfois s’expliquer par une construction en deux temps : la nef appartient alors à une construction antérieure comme à Saint-Romain-le-Puy (Loire) (Carcel et al. 1992 : 35-40) ou Salles-en-Beaujolais, et la partie orientale de l’église où siégeaient les moines a été développée plus tard au détriment de la nef réservée aux paroissiens (Oursel 1990 : 276 ; Vernin 1993 : 42-51).

Les Aubagnans (Rochegude Drôme), fig. 3 n° 113
L’église est restée presque intacte et l’architecture du prieuré est encore partiellement lisible, malgré la disparition récente de toutes les voûtes de l’étage supérieur et de certains murs, puisque le prieuré était encore couvert, d’après une carte postale, au début du siècle.
L’église est du type le plus simple et le plus fréquent dans le sud de la Drôme : une nef et une abside semi-circulaire. La nef unique comporte trois travées (15,60 m de long) surmontées d’un berceau plein cintre qui repose sur des arcs latéraux ; les voûtes (9,95 m de haut) sont renforcées par des doubleaux à ressauts à l’intérieur et sont contrebutées par des contreforts à l’extérieur ; la pierre ocre-jaune qui provient de la carrière des Esparrons située non loin de là, est taillée en moyen appareil et présente de nombreuses marques de tâcherons, surtout des lettres visibles à l’extérieur sur les murs est et nord, comme à l’intérieur sur les piliers et sur les doubleaux ou les arcs du chœur. Trois portes ouvrent, l’une vers la sacristie au sud-est, l’autre au nord-ouest et la dernière à l’ouest ; cette dernière n’est pas exactement dans l’axe de l’édifice et a été élargie par bûchage des piédroits ; trois fenêtres sont percées au sud, aucune au nord. L’abside semi-circulaire, voûtée en cul-de-four, surélevée de trois marches, présente à l’extérieur une corniche à modillons décorés de têtes humaines, d’animaux ou de motifs géométriques ; son unique fenêtre comporte un ébrasement simple et un linteau monolithe. D’après le propriétaire actuel, des " sarcophages " ont été dégagés dans l’abside lors de fouilles clandestines dans les années 1980, en particulier une tombe d’enfant qui contenait un collier de cade. Un escalier menait sans doute à un caveau.
L’église, construite dans un appareil régulier, paraît homogène. La date de construction serait fournie par la qualité de l’appareil, par la typologie de l’édifice et par les marques de tâcherons que l’on trouve plutôt au cours du deuxième tiers du XIIe s. Plus tard, l’église a été fortifiée : une bretèche* a été installée en saillie au-dessus de la porte, la façade a été surélevée et pourvue d’archères. L’accès se faisait par un couloir prévu dans les parties hautes et par un escalier percé dans l’angle sud-ouest du mur. Une échelle permettait sans doute d’atteindre cet escalier à 1,50 m du sol de l’église.
Bibliographie : Barruol 1992 : 326-329 ; Collectif 1989 : 94.
G. Dehent

Etoile-sur-Rhône (Drôme), fig. 3 n° 28
Le prieuré Saint-Marcellin, fondation de l’abbaye de Saint-Chaffre du Monastier, était situé sur une butte molassique de faible hauteur à 1,5 km du village où se trouvait le siège de la paroisse. L’église priorale est partiellement conservée alors que les bâtiments prioraux ont été profondément transformés aux XIXe et XXe s. L’église comporte une nef unique où est encore apparent, au nord, un appareil en arêtes de poisson et une porte ; une petite fenêtre ouvrait dans le mur sud. On peut supposer soit une abside semi-circulaire soit plutôt un chœur carré. Dans un deuxième temps, la nef est agrandie à l’est, et est pourvue d’un transept et d’un chœur carré. Du transept ne subsistent que la croisée, couverte d’un berceau transversal, et l’amorce du bras sud à berceau longitudinal ; le bras nord peut se reconstituer à partir de son arc d’ouverture au nord et un clocher surmontait la croisée. À partir des traces de chaînage dans le mur occidental du prieuré, on peut supposer la présence de deux absidioles à chevet plat, ouvrant sur les bras du transept.
Plusieurs campagnes de construction sont donc apparentes : la première peut remonter aux Xe-XIe s. (appareil en arêtes de poisson) (fig. 70), mais la découverte de plaques de chancel à entrelacs carolingiens en remploi dans le chœur suggère une fondation plus ancienne (fig. 82) ; la deuxième campagne peut être datée du XIe s., par comparaison avec des églises catalanes où l’on retrouve le même type de transept. La fenêtre du chœur à double ébrasement appartiendrait à un état roman tardif.
Le bâtiment oriental a perdu son caractère ancien, des voûtes tardives ont été construites au rez-de-chaussée et des ouvertures nombreuses ont été percées dans les murs. Seul un arc en plein cintre garde le souvenir d’un décor roman (le deuxième arc a été installé récemment à l’imitation du premier). Une porte, en plein cintre également, donne accès à l’intérieur de la construction. Un deuxième bâtiment d’époque indéterminée occupe la partie ouest de la cour.
Bibliographie : Brun-Durand 1891 : 347 ; Marcel 1992.
S. Marcel

70- Le plan de l’église priorale du prieuré Saint-Marcellin d’Etoile est original par son transept à voûte transversale et ses absides rectangulaires

70- Le plan de l’église priorale du prieuré Saint-Marcellin d’Etoile est original par son transept à voûte transversale et ses absides rectangulaires

23Le plan à trois nefs, transept et trois absides a été adopté par quelques prieurés conventuels comme Saint-Marcel-les-Sauzet (Drôme) (Barruol 1992 : 295-303 ; Bois 1995 : 231-238), Saint-Rambert-sur-Loire (Baud 1995 : 63-64) ou Saint-Julien-du-Serre (Ardèche).

24Le plan à trois nefs prolongées par trois absides et sans transept est assez rare : on le trouverait dans la Loire à Pouilly-les-Nonnains, et dans la Drôme à Montbrison-sur-Lez et Charols, dans la tradition du premier art roman (Barruol 1992 : 398-399 ; Mège 1985 : 86-91).

25Si l’on recherche les influences, deux hypothèses sont possibles : soit les prieurés suivent la tradition de l’abbaye-mère en dotant leur église d’un transept, comme à Salles (Rhône), Sainte-Jalle (Drôme) ou Domène (Isère) (Ménard, de Montjoye 1995 ; 23-30), dépendances de Cluny, comme à Saint-André-de-Bagé (Bertholon, Reynaud 1996 : 513-516), dépendance de Tournus ou à Saint-Maurice-de-Gourdans, dépendance d’Ainay, soit encore le transept intervient comme signe de richesse ou de majesté architecturale, aussi bien en Lyonnais que dans la Drôme ou l’Isère, les deux raisons pouvant d’ailleurs se combiner.

26Quelques variantes proviennent de la forme du chevet qui peut être carré comme à Roziers-Côtes-d’Aurec (Loire) (Beigbeder 1981 : 231-241), à Hostun et à Upie (Drôme) ; à Saint-Marcellin d’Etoile (Marcel 1992, t. I : 43-49, t. II, pl. 19-20), à Beaumont-les-Valence (Drôme) (d’Amore 1995 : 24, fig. 1) et à Pommiers (Collectif 2000), le chevet plat était ou est encore flanqué de deux absidioles semi-circulaires. A Domène (Isère), on a supposé au contraire une abside semi-circulaire encadrée par deux absidioles empâtées dans un mur droit, plan qui rappelle celui de l’église de Vif (Ménard et Montjoye, 1995 : 29) ou de Saint-Martin d’Ainay. Le chevet peut aussi être polygonal comme à Champagne (Cabrero-Ravel 1995 : 50-51), à l’imitation de Saint-Chef, et surtout dans le Sud de la région où l’influence antique est forte, comme dans de nombreuses églises de la Drôme (Aleyrac) (Hartmann-Virnich 1995 : 9-21) ou d’Ardèche (Vion, Veyrines, Saint-Symphorien-de-Mahun). Des absides occidentales, d’influence carolingienne ou de tradition paléochrétienne, ont pu être récemment reconstituées à Saint-Laurent de Grenoble (Colardelle 1999 : 266-274) et rappellent celles de la Garde-Adhémar (Drôme) ou de Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) pour des constructions qui vont du Xe au XIIe s. (Esquieu 1995 : 44). L’originalité de la construction peut enfin venir comme à Saint-Romain-le-Puy des vestiges d’une église ancienne (Carcel et al. 1992) : le sommet du piton basaltique est d’abord occupé par un édifice funéraire, dont le plan trilobé est reproduit dans le chevet de l’église romane.

Montverdun (Loire), fig. 6 n° 39
L’église telle que nous la connaissons est datée stylistiquement de la fin du XIIe s., XIIIe s. La perspective d’une datation absolue reste intacte avec le réemploi, lors de la construction du clocher, de bois de charpente dont les entailles renvoient à un schéma de charpente archaïque. Le ou les états plus anciens apparaissent actuellement sous la forme de vestiges de maçonneries au niveau des absidioles. Ceux-ci évoquent une abside plus courte et plus large que l’actuelle. Nous observons également deux bases de piles bûchées qui ne furent que partiellement réutilisées pour la construction des nouvelles piles de l’église. Ces derniers éléments ne constituent que des indices qui devront êtres étudiés lors du réaménagement interne de l’édifice (fig. 71).
L’église comprenait le chœur, les absides et le transept actuels ainsi qu’une nef unique correspondant au plan de la nef majeure actuelle. La disposition générale de l’édifice est dite auvergnate : clocher à la croisée du transept, ouverture des absidioles sur les bras du transept par de grands arcs et sur la travée de chœur par des portes en plein cintre. Il s’agit d’un plan très répandu que nous retrouvons localement à Champdieu et L’Hopital-sous-Rochefort. Bien que la nef de cette période ait en grande partie disparu, il subsiste une partie assez importante du mur-pignon ouest pour que l’on puisse affirmer qu’il ne comportait pas de portail. Celui-ci devait donc s’ouvrir au sud, disposition également auvergnate.
Bien que la chronologie ne soit pas assurée avec l’étape qui précède, il nous semble opportun de placer ici la ruine de l’église. Cette dernière a subi un important effondrement provoqué par la ruine du clocher roman. Si cette chute semble n’avoir provoqué que des dégâts minimes sur les absides et le transept, la nef, en revanche, probablement couverte en berceau, accuse une destruction d’envergure avec le basculement du mur gouttereau nord et de l’angle nord-ouest.
La reconstruction suivante va conduire à l’édification d’un nouveau clocher correspondant, à l’exception de la partie sommitale, au clocher actuel. Ce dernier, massif et élancé, est accessible par une porte haute située à 5 m au-dessus des toitures ce qui lui confère un aspect défensif. Bien que la nef ait été transformée au début du XVIe s., les éléments de sa reconstruction sont lisibles et en permettent la restitution. Elle était couverte par une voûte en berceau faite de briques de fort module dont il subsiste le départ dans les combles et son tracé sensiblement en plein cintre conservé par l’enduit associé sur la face ouest du clocher. Contrairement à la reconstruction de ce dernier qui s’effectue en un seul jet, celle de la nef offre l’aspect d’un chantier chaotique probablement entrecoupé d’arrêts. Jusqu’à mi-hauteur de l’élévation, nous observons l’emploi d’un petit appareil régulier associé à un système cohérent d’échafaudement par perches. Au-delà, une chaîne d’angle indique que l’on tente d’édifier la partie correspondant au narthex sans toutefois la mener jusqu’à son terme. Enfin, la reconstruction globale du mur est poursuivie mais en totale rupture avec l’appareil précédent qui devient moyen et plus irrégulier, tandis qu’un nouveau système d’échafaudement est mis en place. Aucune des deux premières étapes de cette reconstruction n’offre de réelle possibilité en matière de couvert, de telle sorte qu’il faut envisager ces changements en termes de phases. À une distance de 6,50 m du pignon ouest, un arrachement d’une épaisseur de 0,65 m indique que la nef pouvait être précédée d’un narthex. L’unicité de cet arrachement ainsi que son irrégularité écartent l’hypothèse d’un arc doubleau dont le négatif laisserait apparaître des claveaux. La réduction de la nef ainsi envisagée restitue à la nef une proportion "standard". Bien qu’aucune preuve matérielle ne puisse être avancée, il existe une forte probabilité pour que ce plan reprenne le plan précédent. De même que pour l’état précédent il n’existe aucune possibilité de portail à l’ouest. La partie supérieure du mur gouttereau* sud correspondant à cet état a été conservée, malgré les importants travaux de remaniement du début du XVIe s. (la construction du bas-côté et sa mise en communication avec la nef majeure). Des solins de toit indiquent la présence d’un édifice couvert à deux pans, perpendiculaire à la nef, et d’une toiture en appui se développant jusqu’au transept sud. Cet emplacement correspond à celui du cloître ; ce dernier, au vu de la hauteur atteinte par les solins (8,00 m) aurait eu deux étages. Il est cependant impossible de réunir dans le même état ce cloître supposé et la nef reconstruite dans la mesure où les solins recoupent une petite fenêtre, elle-même placée en reperçage dans le mur gouttereau sud.
Contrairement au prieuré qui semble amorcer une période de stagnation au XVIe s., puis un très net déclin au XVIIe s., l’église fera l’objet d’une extension dans les premières années du XVIe s. avec l’adjonction d’un bas-côté et d’un couvrement par voûte d’ogives généralisé aux deux nefs. La mise en place de nouvelles fenêtres et portes procède également de ce remaniement.
Au XVIIe s., tandis que la vie conventuelle est en voie d’extinction, l’église fait l’objet de travaux d’embellissement sous l’impulsion de Mgr Camille de Neuville, archevêque de Lyon, qui anticipe la vocation purement paroissiale de l’édifice. Le culte de saint Porcaire connaît alors un regain (statuaire, reliquaire).
Les siècles suivants n’interviennent que d’une manière secondaire dans le présent document puisque le prieuré a cessé toute activité conventuelle. Entre 1740 et 1760 d’importants travaux vont tenter d’enrayer la ruine des bâtiments en les reconvertissant en école pour les prêtres nécessiteux. Le siècle suivant sera ponctué d’incendies (presbytère, bâtiment sud-est) et de destructions (bâtiment du chapitre, réfectoire) destinées à libérer des espaces pour les cours de récréation de l’école publique provisoirement installée au "château".
Chr. Le Barrier

71- Eglise priorale de Montverdun

71- Eglise priorale de Montverdun

Il est difficile de retrouver l’aspect roman : absides surhaussées, bras sud du transept percé d’une grande ouverture gothique, bas-côté sud du début du XVIe s., nef et clocher reconstruits

27D’autres variantes ont pour origine l’emplacement et la forme du clocher. D’après l’Armorial de Guillaume Revel, l’église située intra-muros, se repère par son clocher comme à Cleppé dépendance de l’île-Barbe, à Sury-le-Comtal, ou à Bussy. À Saint-Rambert-sur-Loire (f° 462), les deux clochers de la grande priorale sont clairement visibles. De types très variés, ils se situent en façade occidentale (clocher-porche), à la croisée du transept, au-dessus de la travée de chœur ou plus rarement, latéralement. Les clochers-porches sont nombreux surtout au XIe et XIIe s. (Saint-Rambert-sur-Loire, Saint-Jean-sur-Loire, Saint-Laurent de Grenoble, Vif). Dans la majorité des cas, le clocher surmonte une coupole sur trompes située la croisée du transept. À Sauveplantade (Ardèche), le clocher repose du côté de la nef, sur des colonnes d’aspect archaïques (Saint-Jean, Nougaret 1991 : 203-205). Dans la Dombes où les églises sont dépourvues de transept, les clochers s’élevaient au-dessus de la travée de chœur avant d’être détruits par le révolutionnaire Albitte. Les clochers latéraux peuvent être anciens comme à Notre-Dame-de-Mésage (Isère) (Barruol 1992 : 75-81), mais le plus souvent ils ont été rajoutés à la fin du Moyen Âge ou plus tard comme à Yenne ou à Salaise-sur-Sanne. Au XIIe s., la plupart des clochers sont construits sur une souche carrée, mais quelques-uns adoptent une forme polygonale plus savante, sans doute d’origine clunisienne comme à Saint-Marcel-lès-Sauzet (Drôme) (Bois 1995 : 234). Quelques clocher-peignes à arcature simple ou multiple se rencontrent en Drôme provençale (Aleyrac) ou dans la Loire (Saint-Rambert-sur-Loire, église Saint-Jean). Un type un peu à part et bien représenté dans la région se reconnaît à la présence d’une ou deux tours aux extrémités du transept ou des bas-côtés, comme à Champagne (Ardèche) (Cabrero-Ravel 1995 : 51), Meysse (deux tours étaient sans doute prévues à l’origine) (Reynaud 1989), Beaumont (Drôme) (d’Amore 1995 : 23-48) ou Aime (Savoie). Les deux clochers de Cruas (Tardieu et Hartmann-Wirnich 1995 : 108-110,112) pourraient avoir pour origine une évolution dans la conception même du clocher installé d’abord dans un massif occidental et ensuite à la croisée du transept. A Salaise-sur-Sanne, plusieurs cloches sont fondues au moment de la construction (au moins deux) ; quatre bases de moules ont été mises au jour dont deux étaient pourvues de foyers destinés au séchage du moule d’argile.

Salaise-sur-Sanne (Isère), fig. 5 n° 53
La fouille a permis de reconstituer, sous l’église actuelle, un édifice à nef unique, terminée à l’est par une abside à chevet plat. Ce plan subsiste essentiellement sous la forme de murs fantômes, excepté pour le mur de façade et pour le chaînage du chœur dont les fondations de galets maçonnés sont conservées. Dans le chœur, un sol de mortier construit sur un hérisson de galets correspond au premier sol de cette église. Dans la nef, se retrouve aussi un sol de mortier, mais construit directement sur un remblai argileux qui contient de la céramique à fonds marqués des environs du début du XIe s. Ce type d’église à nef unique et à chevet plat se retrouve dans toute l’Europe occidentale surtout entre le IXe et le Xe s. (Oswald, Schaefer, Sennhauser, 1966, I : 22-23 et 125). Mais tout récemment J.-M. Poisson a mis au jour à Albon, à une dizaine de kilomètres de là, une chapelle castrale antérieure à la motte et donc située dans le temps autour de l’an Mil.
Dans un deuxième temps et dans la moitié est de la nef, on construit un muret de parpaings de basalte, dont une seule face est enduite. Il est conservé au nord sur un mètre environ, et l’on en retrouve la trace, mais très dégradée, au sud. Ces vestiges semblent témoigner de la présence de stalles probablement en bois, réservées aux moines.
Il est possible que l’on construise, également à cette époque, une annexe orientale, Aussenkrypta ou crypte extérieure, qui abritait peut-être les reliques de saint Juste, à l’emplacement de la crypte actuelle. Cette hypothèse, suggérée par Ch. Bonnet, a pour origine un léger désaxement du mur ouest de la crypte, qui reste en fait parallèle au chevet plat de l’église. Il semble donc, que lors de la construction de ce mur, l’église soit encore en élévation et serve d’orientation de référence.
Bibliographie : Reynaud 1992 : 89-99 ; Barruol 1992 : 245-247.
J.-Fr. Reynaud

Églises de pèlerinages

28Ces églises sont aussi parfois des églises de pèlerinages. L’architecture des églises priorales peut dépendre de la présence de reliques qui demandent des espaces spécifiques de cheminement et de vénération, comme des couloirs, des cryptes, des fenestellae* ouvertures permettant au fidèle situé dans la nef d’apercevoir les reliques sans pénétrer dans la crypte. Ces reliques sont en général celles d’un moine comme à Salaise-sur-Sanne (saint Juste de Condat) ou à Saint-Jorioz (saint Jore). Quelques églises, même de petite taille, sont pourvues d’une crypte, de taille souvent assez réduites, c’est le cas à Saint-Romain-le-Puy (fig. 72) et Champdieu (Loire) (Thiollier 1935 : 200-217), Salaise-sur-Sanne (Isère), Thonon (Haute-Savoie), Lémenc (Perret 1965 : 21-30), le Bourget-du-Lac et Aime (Savoie), Saint-Michel-de-Connexe (Isère). À Saint-Laurent de Grenoble (Colardelle 1999), la crypte orientale est le seul vestige de l’église paléochrétienne. Dans nos régions, le déambulatoire est rare et n’est pas lié à une crypte sous-jacente. Il est absent dans les grands, comme dans les petits édifices, à l’exception de Champagne (Ardèche) pour l’époque romane, où il est dépourvu de chapelles rayonnantes, et d’Abondance (Haute-Savoie) pour l’époque gothique, où il est accompagné de chapelles rayonnantes inscrites dans un mur circulaire.

72- La crypte de Saint-Romain-le-Puy appartient à la reconstruction du début du XIe s. qui agrandit l’église vers l’est

72- La crypte de Saint-Romain-le-Puy appartient à la reconstruction du début du XIe s. qui agrandit l’église vers l’est

29Le plan de ces cryptes est parfois très simple : une salle voûtée en berceau, précédée d’une petite salle d’accès, comme à Ternand (Beroud-Blanc 1950 ; Oursel 1990 ; 277-278) ; à Saint-Romain-le-Puy l’espace est agrandi par une courte travée qui précède l’hémicycle et la voûte repose sur une arcature (Carcel et al. 1992 : 45-46.) Les crypte-halles sont plus fréquentes car mieux adaptées aux besoins : Le Bourget-du- Lac, Salaise-sur-Sanne, Thonon, Champdieu. Elles se terminent en général par une abside à l’est, mais au Bourget-du-Lac une niche ou petite contre-abside lui répond à l’ouest (Pio 1984 : 138-140). A Saint-Laurent de Grenoble (Colardelle 1999), quatre absidioles ouvrent sur la crypte orientale alors qu’à Saint-Michel de Connexe, trois niches donnaient sur une crypte en forme de rotonde. A Aime, la crypte s’étend aussi sous les bras du transept ; au prieuré de Lémenc, une galerie circulaire greffée de chapelles rayonnantes ouvrait à l’origine sur un noyau central à colonnade (Oursel 1990 : 59-83 ; Perret 1965 : 21-30). Les accès sont de simples couloirs coudés ; signalons toutefois le cas de Ternand (Rhône) où les couloirs débouchent sur une sorte d’antichambre, et celui de Saint-Romain-le-Puy où, dans un deuxième temps, le couloir sud passe sous le bras du transept pour déboucher à l’extérieur dans le cloître. Quelques fenestellae subsistent encore ou ont été repérées en fouilles, comme à Salaise-sur-Sanne, Saint-Romain-le-Puy (Carcel et al. 1992), Ternand, le Bourget-du-Lac. À Salaise-sur-Sanne, la fenestella a été bouchée dans un deuxième temps et un espace a été aménagé dans la nef, contre la crypte, sans doute pour faciliter la présentation et la vénération des reliques (Reynaud 1992 : 97).

30Les chapelles latérales se multiplient à la fin du Moyen Âge, il s’agit le plus souvent de chapelles qui servent de mausolées aux familles de donateurs, citons par exemple au prieuré de Domène, la chapelle d’Arces, qui a remplacé, sans doute au XIVe s. l’absidiole du bras sud du transept (Ménard, Montjoye 1995 : 34-35). Si les chapelles tardives sont encore souvent conservées et donnent parfois l’illusion d’un transept, comme à Saint-Julien-du-Serre ou à Pranles (Ardèche), nombreuses sont celles qui ont été détruites à la Révolution, comme celle de Saint-André-de-Bâgé qui n’a laissé qu’une trace visible dans le mur sud de la nef (Bertholon, Reynaud 1994 : 516).

Le Bourget-du-Lac (Savoie), fig. 8 n° 9
La crypte constitue la plus ancienne partie de l’édifice. De forme générale semi-circulaire, elle est divisée en trois nefs par deux rangées de piliers. À l’abside orientale abritant l’autel répond une abside occidentale où est percée la fenestella. Les voûtes d’arêtes qui la couvrent reposent à l’est sur des piliers rectangulaires et à l’ouest sur des blocs semi-circulaires qui sont sans doute des remplois antiques. Elle date vraisemblablement du XIe s. (fig. 73).
Bibliographie : Salet 1965 : 150-160 ; Oursel 1990 : 269-270 ; Pio 1984 ; 138-139.
J.-Fr. Reynaud

73- La crypte du Bourget-du-Lac : de nombreux remplois romains apparaissent sur les piliers de la voûte

73- La crypte du Bourget-du-Lac : de nombreux remplois romains apparaissent sur les piliers de la voûte

Champ-sur-Drac, église Saint-Michel de Connexe (Isère), fig. 5 n° 105
La crypte présente un grand intérêt dû à l’originalité de son plan, malheureusement les vérifications sont rendues difficiles par le mauvais état des vestiges. Actuellement ne subsistent que les deux entrées latérales et leurs couloirs. Dans les années 1875, E. Bonnefous, cité par A. Mège, décrit un “lourd pilier” qui soutient la partie située “sous le dôme” (Bonnefous 1846 et Mège 1876) ; pour lui la chapelle souterraine occupe “toute l’étendue de l’église”. Peu avant son effondrement, R. Bornecque en fait un relevé en 1964, et J. Maury a encore pu la visiter en 1968.
Les données sont les suivantes : un corps central circulaire d’un diamètre d’environ 4 m et sans doute couvert d’un berceau annulaire qui reposait sur un pilier central ; sur cette rotonde ouvraient trois niches "orientales" : d’après J. Maury, celle de droite avait un diamètre de 1,13 m et avait encore sa voûte en cul-de-four, la niche centrale était “un peu plus ouverte” ; à l’ouest (côté chevet), la rotonde donnait sur un couloir en U qui débouchait sur les deux entrées latérales (0,64 m de large) et qui ouvrait également sur deux niches jumelles, de petite taille (1,04 m de large et 0,74 m de profondeur) au sud-est (côté croisée du transept) ; J. Maury plaçait une fenestella entre les deux niches. Notons que les deux couloirs latéraux d’abord rectilignes après leur coude à angle droit dessinent ensuite une courbe pour contourner les piliers et déboucher dans la nef ; ils étaient plus courts à l’origine, un coup de sabre et une différence de niveau des voûtes est nettement visible.
Cette crypte devait abriter des reliques, sans doute celle d’Apollonie, morte à Alexandrie en 249 et la sépulture de Lantelme, noble dauphinois qui fit une donation au temps du pape Alexandre II (entre 1061 et 1073), installée peut-être dans une chapelle latérale.
À droite au nord-est, un effondrement a fait apparaître une cavité en forme d’absidiole (2,80 m de large et 1,40 de profondeur) au même niveau que le couloir d’accès. On pourrait supposer la symétrique du côté gauche où une porte ouvrait au même niveau dans le bras du transept, ce qui expliquerait l’affirmation de E. Bonnefous, déjà citée, sur la grande étendue de la crypte.
L’évolution des couloirs d’accès laisse supposer une crypte construction au plan très original, peut-être associée à une église à nef unique assez large. La crypte appartient au type des crypte-rotondes, dont on connaît un très bel exemple à Chambéry, où la crypte circulaire de l’église de Lémenc est également pourvue de niches ; on pourrait aussi citer plus loin l’église de Rohr en Thuringe, où la rotonde s’inscrit à l’extérieur dans un carré, ce qui pourrait aussi être le cas de Saint-Michel-de-Connexe. Pour la datation, deux solutions sont possibles : soit l’église de Rohr construite au Xe s. pourrait être contemporaine de celle de Connexe qui appartiendrait plutôt à la tradition carolingienne (Jacobsen, Schaefer, Sennhauser 1991 : 349), mais dans ce cas on peut s’interroger sur l’origine et la fonction de l’édifice antérieur au prieuré, soit la crypte a été construite à la fin du XIe s. par les moines de Saint-Chaffre dans la tradition des églises influencées par Saint-Bénigne de Dijon comme c’est le cas à Lémenc. Lors de l’agrandissement de l’édifice, sans doute dans la première moitié du XIIe s., l’église est pourvue d’un transept, d’absidioles et d’une croisée ; la crypte s’étend sous les bras du transept et sous les absidioles et les couloirs se prolongent pour déboucher sous la nef.
Bibliographie : Maury 1968 ; Barruol 1992 : 96-97.
G. Cardin

Salaise-sur-Sanne, la crypte (Isère), fig. 5 n° 53
Les fidèles descendaient dans la crypte-halle où était exposée la chasse de saint Juste par deux escaliers latéraux. Ils pouvaient également voir les reliques en regardant par la fenestella. Les chapiteaux de la crypte, inspirés de l’ordre ionique, suggèrent une datation du premier tiers du XIIe s. (fig. 74).
Puis, la fenestella de la crypte est fermée et remplacée par un aménagement prévu pour exposer les reliques dans la nef, la chasse étant alors sans doute placée contre le mur ouest de la crypte sous un arcosolium* ; on y accédait par un couloir bordé de deux parois peintes dont les murs étaient recouverts d’un enduit en faux appareil rouge à l’est, puis blanc plus à l’ouest. Le décor en faux appareil semble se généraliser du XIIIe au XIVe s. (palais épiscopal de Grenoble au premier tiers du XIIIe s.). Les carreaux vernissés du couloir appartiennent à un type fréquent dans les Flandres et l’Artois entre 1275 et le milieu du XIVe s. Quelques tombes pourvues de gobelets de verre pourraient être contemporaines (Foy 1989 : 222-225). Cet état pourrait donc être daté entre la fin du XIIIe et le début du XIVe s.
Entre la fin du XVIe et le début du XVIIe s., le couloir d’accès devant la crypte est remblayé, et remplacé par un escalier menant à l’abside, encadré au nord et au sud par un mur couvert d’un enduit rouge.
Bibliographie : Chatel 1953 : 359-367 ; Reynaud 1992 : 89-99 ; Barruol 1992 : 245-247.
J.-Fr. Reynaud

74- La crypte de Salaise-sur-Sanne

74- La crypte de Salaise-sur-Sanne

Les élévations

31Nous commencerons l’étude des élévations par celle des matériaux et de l’appareil, très lié au sous-sol local, pour continuer avec les ouvertures, les couvrements et pour terminer avec les aménagements liturgiques et le décor.

Les matériaux et leur origine

32La région Rhône-Alpes est remarquable par la variété de ses reliefs et de ses roches : reliefs et roches primaires dans la bordure occidentale du Massif central, roches sédimentaires du secondaire dans les Préalpes et dans le Jura méridional, dépôts tertiaires en Dauphiné et dans la Bresse, dépôts quaternaires, fluviatiles ou glaciaires en bordure des Alpes et jusqu’à la vallée du Rhône. L’appareil, petit, moyen ou grand, dépend des ressources locales, du goût du moment et des moyens techniques. On utilise le granite ou les schistes dans la Loire, le Rhône et la Haute Ardèche, les calcaires de toutes couleurs ou dureté, dans le Bugey (le calcaire dur appelé “choin” peut se polir comme du marbre, alors que le calcaire crayeux de Seyssel est très tendre), l’Isère, la Drôme (en particulier le calcaire de Saint-Paul-Trois-Châteaux) ou les Savoie, en passant par les galets (fig. 75), le pisé et les molasses ou encore la brique en Dauphiné et Savoie. Le basalte ne se trouve que dans les régions volcaniques, anciens dykes de la Loire (Saint-Romain-le-Puy) ou dans les Coirons (Meysse), alors que le tuf, surtout utilisé pour les voûtes ou pour les arcs est présent partout où les sources sont riches en carbonates.

75 - Eglise priorale de Salaise-sur-Sanne : en Dauphiné, l’appareil en galets est utilisé de l’époque romane (abside de l’église) à l’époque moderne (sacristie)

75 - Eglise priorale de Salaise-sur-Sanne : en Dauphiné, l’appareil en galets est utilisé de l’époque romane (abside de l’église) à l’époque moderne (sacristie)

33La présence d’une rivière facilement navigable, la Saône et d’un fleuve, le Rhône, navigable à la descente à partir de Seyssel et dans les deux sens à partir de Lyon, explique le rayonnement de carrières proches du fleuve comme celles de Seyssel, de Fay et de Villebois en Bugey ou de Lucenay, près d’Anse (Rhône). Pour des villes comme Lyon ou Vienne, des matériaux de provenance plus lointaine et souvent en remploi ont été acheminés par le Rhône durant l’Antiquité et sont remployés au Moyen Âge. Le calcaire gris ou ocre-jaune de la région de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de Valréas a été utilisé dans de nombreuses églises du Tricastin sous la forme de petit et surtout de moyen appareil. La molasse est souvent employée en Dauphiné et en Savoie, parfois en association avec des galets.

L’appareil et le mortier

34Les types d’appareils sont très variés et dépendent des matériaux, de l’époque et de la volonté du constructeur. L’appareil en arêtes de poisson, relativement rare, n’a pas fait l’objet d’une étude spécifique. On le trouve sans doute autour de l’an Mil à Saint-André-de-Bâgé (Bertholon, Reynaud 1994 : 512), à Ambronay (Ain) (Hamonière 1992 et 1994), et à Etoile (Drôme) (Marcel 1992, t. 1 : 51-53, t. 2, pl. 22, 23, 26, 48, 49). D’autres recherches décoratives, obtenues par un agencement des pierres de petit appareil en triangles ou en losanges et par des contrastes de couleurs (clocher de Saint-Rambert-sur-Loire (fig. 76) ou murs gouttereaux de Saint-Romain-le-Puy), sont propres au Forez, à l’Auvergne et à Lyon (Sainte-Blandine d’Ainay). En général, l’évolution est nette du petit appareil régulier ou irrégulier vers le moyen appareil, mais en Tricastin, comme au Val des Nymphes se trouveront mêlés dans une même campagne, appareil irrégulier et moyen appareil (Vaireaux et al. 1994). Dans cette région, on rencontre aussi une taille décorative en fougère et des marques lapidaires qui se retrouvent d’une église à l’autre. À la fin de l’époque gothique, la Savoie montre un goût pour le grand appareil taillé dans du calcaire dur (Poinsot 1995). Aux XVIIe et XVIIIe s., les galets disposés en arêtes de poisson sont associés à des rangs de briques comme dans les Dombes à Valeins ou à Chanoz-Chatenay (Méric de Bellefon 1987 ; Ducôté 1987 : 31-41) ou en Dauphiné à Salaise-sur-Sanne.

76 - Clocher de l’église Saint-André de Saint-Rambert-sur-Loire : l’appareil décoratif est encore conservé dans de nombreuses églises de la Loire

76 - Clocher de l’église Saint-André de Saint-Rambert-sur-Loire : l’appareil décoratif est encore conservé dans de nombreuses églises de la Loire

35Les pierres sont liées par un mortier de chaux dont le sable est recueilli à proximité, sable de rivière ou de carrière. On reconnaît assez facilement les mortiers "à pierre vue" du XIe s. (mortier couvrant qui ne laisse apparente que la partie bombée de la pierre), assez bien conservé à Meysse (Ardèche) où de plus le joint est marqué (Reynaud 1989 : 103-118) et à Chambles (Loire) (Rapport, Kuntz, Le Barrier 1996, fig. 18). De faux appareils peuvent être dessinés sur des enduits, par exemple à Salaise-sur-Sanne.

36Des études récentes menées sur la brique ont montré que si ce matériau fut utilisé surtout dans l’architecture militaire, un certain nombre d’églises ont été construites en briques dans l’actuel département de l’Ain (Gandreau 1997), région où l’abondance de l’argile était favorable à ce type de construction. En Bresse, la brique ne semble utilisée que pour les églises paroissiales tardives (postérieures au XIIIe s.) ; d’abord comme matériau fonctionnel et pour des raisons économiques. Elle donne naissance, au XVe s. à une "mode de cour" importée d’Italie par la famille de Savoie (Gandreau 1999 : 89-90). Mais ce même phénomène se retrouve aussi en Dauphiné où la brique est utilisée parfois dès le XIIIe s. (de Montjoye 1990 : 49-85). Ainsi à Domène (Isère), les murs de la nef, d’abord construits en moellons et galets pour la partie romane sont ensuite surhaussés en briques, sans doute au milieu du XIIIe s., par comparaison avec l’église Saint-André de Grenoble (Ménard et de Montjoye 1995 : 32).

Les carrières du Bas-Bugey
Une étude effectuée sur l’ancien diocèse de Belley a confirmé la variété de l’approvisionnement (galets, calcaire dur, molasse et tuf), la présence de carrières très proches des constructions et l’évolution dans le choix des matériaux du XIe au XVIIIe s., matériaux tendres d’abord, puis plus durs et taillés en grand appareil.
S’il est assez aisé de reconnaître la nature d’un matériau, sa provenance pose nettement plus de difficultés. Les textes médiévaux ne mentionnent pour ainsi dire pas les carrières de pierres. Seul un texte de 1228 (ADA, H 225) cite une carrière à côté du prieuré d’Ordonnaz, dans le cadre d’une énonciation de limites entre deux maisons religieuses. Les résultats les plus concluants pour la recherche de carrières de pierre, ont été obtenus grâce à des prospections minutieuses sur le terrain et des comparaisons faites entre les matériaux utilisés dans les parties encore médiévales des édifices et les affleurements régionaux.
Le Bas-Bugey est la région qui possède principalement des calcaires durs que l’on retrouve employés dans l’architecture (fig. 77). Ainsi le calcaire portlandien (Jurassique supérieur) ou "choin* de Fay” a été abondamment utilisé. L’autre calcaire, compact et dur, largement employé dans le Bugey, est le calcaire valanginien ou "marbre bâtard" (Crétacé inférieur). Tout comme le Portlandien, on le range parmi les pierres froides. L’épaisseur de ses strates, sa dureté qui donne une pierre de taille de qualité, sa couleur (aspect du marbre) et la fréquence de ses affleurements expliquent son utilisation fréquente comme pierre de taille dans les constructions régionales.
Au sud du Bas-Bugey, sur le territoire du Dauphiné, l’emploi des roches tendres domine. La molasse*, formation sédimentaire détritique du Miocène, est composée de grains de sable unis par un ciment naturel essentiellement calcaire. Le travertin ou tuf calcaire est largement présent aussi dans l’ensemble des édifices. Une autre roche tendre, le calcaire urgonien, crayeux et blanc, affleure de part et d’autre du Rhône, en aval de Bellegarde, d’où l’appellation de pierre de Seyssel ; elle a surtout été exploitée à l’époque romaine.

77- Les carrières du Bas-Bugey : cette carte géologique illustre l’utilisation de matériaux proches du lieu de construction, surtout dans les régions riches en pierre

77- Les carrières du Bas-Bugey : cette carte géologique illustre l’utilisation de matériaux proches du lieu de construction, surtout dans les régions riches en pierre

D’après l’étude réalisée à Lyon et à Vienne par H. Savay-Guerraz, on sait que l’essentiel de la pierre de taille romaine provenait du Midi. Puis, à partir du Ier s. jusqu’au IIIe s., le calcaire portlandien du Bugey, affleurant de Groslée à la Balme, a joué un rôle primordial. Si les Romains n’hésitaient pas à faire venir la pierre de loin, au Moyen Âge, on semble privilégier les exploitations locales.
Du XIe au XIIIe s., le déterminisme géologique a joué un rôle important dans la construction rurale. On s’aperçoit en effet, en comparant la nature géologique des sites et la nature des matériaux employés dans les prieurés, que les constructeurs se sont adaptés aux matériaux dont ils disposaient à proximité. Ils semblent donc avoir été dépendants en grande partie des ressources régionales en pierre à bâtir, au moins jusqu’à la fin du XIIIe s., date à laquelle l’église de Conzieu utilise la molasse, pour ainsi dire inexistante dans la région. Avant cette date, on ne trouve dans l’architecture des prieurés du Bas-Bugey, que des calcaires durs, présents à proximité.
Si les constructeurs disposaient de plusieurs types de matériaux à proximité, ils choisissaient le plus facile à tailler, donc le plus tendre. Ainsi, le tympan roman de l’ancienne église priorale de Yenne est en molasse tout comme les chapiteaux romans figurés du porche de l’église de Lépin. L’église Saint-Didier d’Aoste est aussi un bon témoin de la préférence accordée aux matériaux tendres. En effet, même si cette église se trouve tout près d’une carrière importante de calcaire valanginien au lieu-dit La Pierre, ses parties architecturales romanes sont en molasse et sa magnifique coupole sur trompes en tuf.
Les décors architecturaux sont toujours exécutés dans des matériaux tendres jusqu’au XVe s., mais on voit apparaître dès le XIVe, une architecture en grand appareil très bien taillé dans le calcaire dur. Le clocher de l’église de Yenne par exemple est composé de blocs imposants en calcaire valanginien ; les constructeurs ont privilégié ici une architecture de qualité.
À la fin du XVe s. et au début du XVIe, l’appareil ainsi que la sculpture sont désormais réalisés dans un matériau dur et très dur comme les calcaires valanginien et portlandien, même dans les régions rurales pauvres en décor architectural, ainsi que dans les régions où la molasse est abondante. Dans l’ancienne église priorale de Conzieu, la chapelle nord Saint-Sébastien conserve une architecture exceptionnelle du XVIe s. L’appareil extérieur en calcaire valanginien, est de grande dimension et de qualité exceptionnelle, des moulures parcourent la chapelle et des sculptures ornent le côté ouest. À l’intérieur, les nombreuses nervures de la voûte, les blasons, la très belle niche avec sa frise en arceaux et ses fines moulures témoignent d’un savoir-faire indéniable de la part des constructeurs, car réalisés dans le Portlandien.
Ainsi, l’exploitation et la taille de la pierre semblent être devenue une véritable "industrie" à partir du XVe s. Ajoutée à l’évolution sociale du tailleur de pierre, puis à celle du commerce, une conjoncture favorable des XVe-XVIe s., a permis à une architecture de meilleure qualité de s’établir.
Bibliographie : Poinsot 1995
A. Poinsot

Yenne (Savoie), fig. 8 n° 7
Le Valanginien (calcaire microgrenu de l’ère secondaire), et les roches de l’ère quaternaire comme le Burdigalien (grès molassique tendre), les alluvions fluvio-glaciaires (les galets) et les formations de versants (le tuf calcaire) sont présents sur le site de Yenne. Du XIIe s. à l’époque moderne, les matériaux tendres comme le grès molassique et le tuf sont largement employés pour tailler finement les éléments architecturaux d’intérieur. Ainsi les ogives des voûtes, les oculi et la plupart des chapiteaux sont en molasse. De même, le tuf*, matériau tendre et léger, a servi à la construction des voûtains. Le calcaire valanginien, appelé aussi marbre bâtard, a été utilisé pour la taille d’éléments d’architecture nobles d’extérieur, principalement à la période du gothique tardif (portes moulurées et baies à meneaux). Enfin, Yenne se trouvant au bord du Rhône, les galets ont été largement employés dans les murs. Ils constituent un moyen économique car ils ne demandent ni méthode d’extraction, ni taille.
Même si la provenance de ces matériaux reste incertaine, il n’est pas téméraire de penser que le calcaire valanginien a été extrait aux alentours de Yenne où le nombre de carrières abandonnées est important. Par exemple, la colline des Côtes-Vieilles à l’ouest du bourg comporte de nombreux bancs rocheux et déchets d’extraction. Ces carrières ont une allure ancienne car l’inclinaison des bancs rocheux est moindre et la couverture végétale importante. Le grès molassique de couleur verte vient probablement de la région au sud de Seyssel sans que l’on ait identifié des traces d’exploitation. Les carrières de molasse sont plus difficiles à retrouver étant donnée la médiocre qualité du matériau. Quant au tuf calcaire, qui se forme dans n’importe quel cours d’eau peu profond, sa provenance peut être multiple.
Ainsi, il est logique de penser que l’on a exploité la roche le plus près possible du lieu de construction, par souci d’économie, surtout dans une région où la pierre de qualité abonde. Il faut préciser aussi que d’après la conservation architecturale, la molasse a été utilisée dès le XIIe s. pour des éléments moulurés, alors qu’il faut attendre le XVe s. pour en voir dans le calcaire valanginien. Les précisions que l’on peut apporter concernant les matériaux de construction sont toujours intéressantes pour mieux comprendre la technique et l’esthétique architecturale.
Bibliographie : Poinsot 1995
A. Poinsot

Les ouvertures

37Différentes époques peuvent être assez facilement distinguées. Au XIe s., à Domène, la nef primitive était percée de grandes ouvertures, sans ébrasement* apparent comme à Saint-André-le-Bas de Vienne (Ménard, de Montjoye 1995 : 23-28, Reynaud 1975 : 53-54), alors qu’à Salles-en-Beaujolais, les murs gouttereaux étaient pourvus de petites ouvertures à ébrasement unique (Vernin 1993 : 45). Au XIIe s., l’abside est en général assez bien éclairée par trois fenêtres à double ébrasement, comme dans les Dombes (Reynaud 1994 : 28). Les nefs étaient souvent pourvues de fenêtres à ébrasement unique (fig. 78), toutes petites au XIe s., comme à Buellas ou Salles-en-Beaujolais, plus grandes au XIIe s. comme par exemple à Sain-Bel (Rhône) (Magdinier 1998), où elles ont été remplacées ensuite par de plus grandes ouvertures ou tout simplement élargies. A Saint-Benoît (Ain) et à Notre-Dame de Commiers (Isère), les fenêtres romanes de la nef ont été bouchées pour donner place à des ouvertures gothiques plus étroites et plus hautes (Martinod 1988 ; Barruol 1992 : 103).

78 - Meysse : petite ouverture du XIe s. à ébrasement complexe dû à un doublage de l’abside par l’intérieur

78 - Meysse : petite ouverture du XIe s. à ébrasement complexe dû à un doublage de l’abside par l’intérieur

38Pour l’epoque gothique, les remplages les plus originaux sont à trouver à l’église de Contamine-sur-Arve dans la tradition des châteaux savoyards de Maître Jacques d’Espéranche (cf. supra).

39Plusieurs portes ouvrent dans la nef, dans le chœur ou dans le transept. En général la porte occidentale est la plus importante, comme à Yenne (Savoie) (Thollet, Vellar 1992) ; dans les églises de Dombes s’ajoute une petite porte percée dans le chœur ; la nef et le transept peuvent être aussi pourvus de portes latérales (Saint-André-de-Bâgé et Saint-Romain-le-Puy) (fig. 79) pour assurer la communication avec les bâtiments voisins. A Saint-Julien-du-Serre, la porte ouvre du côté nord par cinq voussures dépourvues de tympan.

79 - Saint-Romain-le-Puy : une porte gothique donnant sur l’ancien cloître a remplacé une porte carolingienne (arc à claveaux de briques et de pierres)

79 - Saint-Romain-le-Puy : une porte gothique donnant sur l’ancien cloître a remplacé une porte carolingienne (arc à claveaux de briques et de pierres)

40Quand la nef est de grande largeur par rapport à l’arc triomphal du transept, des accès latéraux, appelés passages berrichons, peuvent ouvrir de la nef unique sur les bras du transept, comme à Saint-André-de-Bâgé, Saint-Mamert (au Nord du département du Rhône) ou Domène (Isère).

Couvertures et couvrement

41La plupart des nefs uniques sont charpentées, à l’exception de Saint-Maurice de Gourdans (fig. 80). Le voûtement peut venir dans un deuxième temps après renforcement des murs latéraux au moyen d’arcades comme à Meysse ou à Saint-Romain-le-Puy (Reynaud 1967 : 37-38, 1989 : 114, 1992 : 45-46). Dans certains cas, des voûtes gothiques ont été rajoutées postérieurement, comme à Saint-Benoît (Ain) (Martinod 1988), Domène (Isère) (Ménard, Montjoye 1995) ou à Yenne (Savoie) (Thollet, Vellar 1992) ; à Ternay (Rhône), une voûte néo-gothique a été construite au XIXe s. En Tricastin, les nefs étaient voûtées dès l’origine (Val-des-Nymphes, Puygiron, Rochegude-les-Aubagnans). Les voûtes peuvent retomber sur des pilastres et des arcs latéraux comme aux Aubagnans ou sur de simples consoles comme à Puygiron. En revanche, les églises à trois nefs sont le plus souvent voûtées, comme à Pommiers, Saint-Rambert-sur-Loire. Il en est de même pour le transept ou la travée de chœur. Du Beaujolais au Tricastin, une coupole sur trompes couvre la croisée ; dans la Dombes, c’est la travée de chœur qui supportait la coupole et le clocher (Reynaud 1967 : 39-42 ; 1994 : 27-41).

80 - L'église romane de Saint-Maurice-de-Gourdans possède une des rares nefs uniques voûtées de l'Ain

80 - L'église romane de Saint-Maurice-de-Gourdans possède une des rares nefs uniques voûtées de l'Ain

Décor architectural

42Les murs sont dépourvus de décor, si l’on excepte à l’extérieur quelques arcatures ou niches lombardes en Savoie, comme à Aime (Oursel 1990 : 97-102) (fig. 81) et à Montbrizon-sur-Lez ou quelques arcs plus monumentaux sur l’abside de Saint-Romain-le-Puy, sur le clocher de Saint-Rambert-sur-Loire ou en Tricastin au Val-des-Nymphes. A l’intérieur, les arcs de décharge caractérisent surtout les églises du sud de la Drôme, comme à l’église de Donzère (Rouquette 1974 : 40), mais on les trouve aussi à Chazay-d’Azergues dans le Rhône (Vernin 1993 : 109). L’abside est le plus souvent pourvue d’arcatures intérieures (de trois à sept) ; arcature traditionnelle dans la Dombes, comme à Buellas (Reynaud 1994), à Vif en Dauphiné (Pilot de Thorey 1884 : 417-436) en Tricastin comme au Val des Nymphes ou encore à Pont-de-Barret, à Saint-Julien-du-Serre (Ardèche).

81 - Le chevet de l’église romane d’Aime (Savoie) porte la marque du premier art roman lombard avec ses niches au sommet de l’abside

81 - Le chevet de l’église romane d’Aime (Savoie) porte la marque du premier art roman lombard avec ses niches au sommet de l’abside

43Certains clochers portent aussi les traces d’un décor du premier art roman, en Savoie comme à Aime ou Sainte-Marie-de-Cuines (Parron 1997) ou en Isère, comme à Notre-Dame-de-Mésage, Saint-Pierre d’Allevard ou Champagnier (Archéologie chez vous 1991 : 64-65).

44Plus tard des arcatures sont utilisées pour animer les parois extérieures des murs gouttereaux ou des façades comme à Saint-André-de-Bâgé (Ain) ou Salles-en-Beaujolais où elles rappellent le premier art roman ; à Pommiers ou à Champdieu dans la Loire, on peut invoquer l’influence auvergnate ; dans la Drôme, c’est l’influence antique que l’on retrouve dans le décor architectural d’églises comme celle de Notre-Dame d’Anneyron (Gardelle 1991 : 187-188), du Val des Nymphes (Drôme) ou de la Chapelle Barbara (Allan), à l’extérieur mais aussi à l’intérieur des édifices (Rouquette 1974 : 37-38).

Aménagements liturgiques : stalles, autels, barrières de chœur, jubés, tribunes

45Les aménagements liturgiques propres aux prieurés sont rares et difficiles à appréhender. Les stalles encore en place sont peu nombreuses car elles ont souvent été transportées dans une autre église lors du départ des moines, ou détruites à la Révolution et leurs traces sont difficiles à retrouver en fouille. En effet, les traces laissées dans le sol sont souvent assez ténues comme à Salaise-sur-Sanne (Reynaud 1992 : 89-99) où l’on n’a trouvé que les vestiges d’un muret parallèle au mur de l’église. Cette structure, construite en tranchée étroite d’un côté, et portant de l’autre le négatif d’un élément en bois, sans doute fondation de stalles, est à comparer aux vestiges trouvés à la Charité-sur-Loire, où une longue trace de poutres carbonisée est décalée par rapport à l’axe longitudinal de l’église. Un autre aménagement liturgique a pu être reconstitué à Salaise-sur-Sanne : une sorte de reposoir pour la chase de Juste en avant de l’ancienne fenestella (Reynaud 1992).

46Les barrières de chœur qui ont été modifiées au cours des siècles comme à Etoile (fig. 82) ou qui ont disparu depuis peu, ne sont plus connues que par les textes, comme à Sévrier en Savoie où il est mentionné lors d’un procès en 1771 que ”le chœur est séparé de la nef par de grands et gros grillages de fer, de la même forme que l’on pratiqua avant dans les églises monacales”.

82- Prieuré Saint-Marcellin d’Etoile-sur-Rhône : fragments d’entrelacs carolingiens trouvés en remploi dans le mur du chœur

82- Prieuré Saint-Marcellin d’Etoile-sur-Rhône : fragments d’entrelacs carolingiens trouvés en remploi dans le mur du chœur

47Les autels anciens ont le plus souvent été détruits, mais la base des autels latéraux du XIe s. a été retrouvé à Meysse, une table d’autel du XIe s. était utilisée en remploi dans l’abside de Chambles (Rapport, Kuntz, Le Barrier 1996 : 35). Les textes mentionnent dans certains cas la présence d’un autel pour les moines et d’un autre pour les fidèles (cf. supra). Les autels sont souvent multiples surtout dans les édifices pourvus d’absidioles ou dans les églises à double fonction. Ainsi, l’église de Talloires est consacrée en 1031-1032 par trois évêques dont Burchard et Burchart, archevêques de Lyon et de Vienne, en présence de la reine Ermengarde (Bernard 1853 : 317-318, charte n° 638-639). On suppose que l’autel principal, dédié à la Vierge, était entouré au nord de l’autel Saint-Pierre et au sud de l’autel Saint-Maurice (sous le vocable de saint Benoît ensuite). Au sud-ouest de la façade et jusqu’en 1520, se trouvait la chapelle des sires de Menthon, dédiée à sainte Catherine. A Domène, prieuré clunisien doté de trois absides, l’autel majeur est dédié à Pierre et à Paul, les autels latéraux à la Vierge et tous les saints au sud, à Jean-Baptiste et tous les martyrs au nord (Ménard, de Montjoye 1995 : 15).

48À Champagne, la présence de tribunes au-dessus des bas-côtés constitue un cas unique qui rappelle l’architecture auvergnate (Cabrero-Ravel 1995 : 49-56).

Talloires (Haute-Savoie), fig. 4 n° 21
Au début du XIXe s. et avant la destruction totale de l’église, la vue des “Ruines de l’Eglise de l’abbaye de Talloires” montre un état gothique qui comporte un chœur de trois travées (surélevées de six marches) et un transept débordant, pourvu d’absidioles. Vers 1520, l’église est incendiée (Visite pastorale de 1627, ADHS, 1G108) (cf. fig. 28). Elle est reconstruite et consacrée en 1528 (inscription lapidaire). Le nouvel autel Saint-Maurice est désormais dans la nef où il sert pour le culte paroissial. Cette église, pourvue de trois nefs à l’ouest, a été replacée dans son contexte actuel par C. Beney. Le plan de 1791 est d’un grand intérêt pour la liturgie. Il nous montre en effet une nette séparation entre l’église des moines, à l’est, et l’église des fidèles à l’ouest, où l’autel Saint-Maurice était entouré d’une sorte de clôture polygonale. La nef centrale est couverte d’un plafond, les bas-côtés sont voûtés. A la croisée, quatre gros piliers supportent un clocher de tuf, garni d’une flèche et de clochetons aux angles. Quatre chapelles sont accolées au sud de l’église.
Bibliographie : Boekholt 1983 : 26-36.
Chr. Boekholt

49La présence d’un décor sculpté est davantage lié aux traditions régionales, aux revenus du prieuré et au culte des reliques qu’aux besoins des moines. La présence de bas-reliefs, en remploi, comme à Salaise-sur-Sanne (fig. 83) le plus souvent situés au sommet des murs ou des clochers, comme à Saint-Rambert-sur-Loire (décor du porche) et Saint-Romain-le-Puy (reliefs extérieurs) (Carcel et al. 1992), la précocité et le grand nombre de chapiteaux au décor zoomorphe, visibles notamment à la retombée des arcs triomphaux des églises du Forez comme dans la petite église Saint-Jean-Baptiste de Saint-Rambert-sur-Loire (Baud 1995 : 64-82) ou à Chambles (Kuntz, Le Barrier 1996 : 35), correspondent à des traditions régionales qui s’étendaient sur la totalité du Sud-Est et au souci de garder le souvenir des décors carolingiens ou même paléochrétiens (oiseaux buvant dans un canthare). De même, dans la Drôme, des chapiteaux portent la marque du XIe s. dans la composition de la corbeille sur deux niveaux et dans les thèmes et motifs représentés comme à Saint-Pierre de Chabrillan (Thirion 1988 : 111-135 ; Barruol 1992 : 290-292) ; à Vif, en Dauphiné des chapiteaux du XIe s., en remploi dans l’abside sont à rapprocher des chapiteaux les plus anciens de la crypte de Cavour en Piémont (Archéologie chez vous 1985 : 47-48,). Dans un domaine différent, la proximité de Cluny et de Tournus expliquerait les chapiteaux sculptés de la croisée de Saint-André-de-Bâgé (Bertholon, Reynaud 1995 : 516) et de Salles-en-Beaujolais (Vernin 1993) ou encore plus loin, ceux de Ternay ou de Manthes (Laidebeur 1999 : 81). L’influence de Saint-Martin d’Ainay (Lyon) est également sensible à Saint-Romain-le-Puy pour les périodes anciennes ou à Vion et Saint-Maurice de Gourdans pour les périodes plus récentes (Lasalle 1994 : 65-77 ; 1995 : 137-150) (fig. 84). Dans certaines régions comme la Drôme du centre ou du sud, les chapiteaux très finement décorés, ont sans doute subi l’influence de l’atelier monastique de Chalais ou celle de la Provence, (Crosnier-Leconte 1979 : 356-374 ; Barruol 1992 : 108-109 ; Reynaud 1995 : 162-163). Au prieuré d’Anneyron, dépendance de Saint-Pierre de Vienne, certains chapiteaux de la coupole sont très directement inspirés de ceux de Saint-André-le-Bas de Vienne ou de la collégiale de Romans (Desaye 1976 : 100), alors qu’au tympan du prieuré de Saint-Alban-du-Rhône (Isère), c’est la sculpture de la moyenne vallée du Rhône qui est illustrée dans un style proche des sculptures de l’église de Condrieu ou de Champagne (Ardèche) (Cabrero-Ravel 1985 : 13-24). A Saint-Julien-du-Serre (Ardèche), les chapiteaux tiennent peut-être du matériau leur caractère rustique et leur force plastique (Marillet-Salvador 1995 ; Fabre-Martin 1993).

83- Salaise-sur-Sanne : bas-relief aux lions trouvé en remploi dans le chœur de l’église, actuellement à la Mairie

83- Salaise-sur-Sanne : bas-relief aux lions trouvé en remploi dans le chœur de l’église, actuellement à la Mairie

Les lions sont affrontés, mais les têtes sont vues de face, ils tiennent une tête humaine entre leurs pattes et symbolisent la violence et le mal

84- Saint-Maurice-de-Gourdans : chapiteau roman sous l’influence de Saint-Martin d’Ainay

84- Saint-Maurice-de-Gourdans : chapiteau roman sous l’influence de Saint-Martin d’Ainay

50En Ardèche (Cruas, Champagne, Macheville, Saint-Jean-de-Muzols, Lamastre et Saint-Julien-du-Serre) et dans la Drôme (Chantemerle-les-Blés, La Motte-de-Galaure, Etoile), des arcs polylobés attestent l’influence de Saint-Chaffre (Desaye 1995 : 67-68) ; influence parfois indirecte, puisque La Motte-de-Galaure dépendait de Tournus. La présence d’ouvertures polylobées à la cathédrale de Valence pourrait s’expliquer par la personnalité d’Adhémar, évêque du Puy, doyen de la cathédrale de Valence (Desaye 1995 : 68) et originaire de Peyrins (Drôme).

51Les portails décorés sont rares et assez simples, citons ceux de Yenne et de La Chambre (Savoie) (Reynaud 1965 : 42-48) de Roziers-Côte-d’Aurec (Loire), de Chabrillan (Drôme) ; ceux de Saint-André-de-Bâgé, de Salles-en-Beaujolais (Rhône) et de La Motte de Galaure (Drôme) sont dotés d’un massif en légère saillie encadré par des contreforts ou des pilastres. Dans quelques cas, la présence d’un tympan sculpté comme à Vizille (Isère), s’expliquerait non par l’influence de Cluny, l’abbaye-mère, mais par le rayonnement de la sculpture provençale (sculpteur formé à Saint-Trophime d’Arles). A Sainte-Jalle (Drôme), autre dépendance de Cluny, le portail, à la fois antiquisant et populaire, est lui aussi d’inspiration méridionale (Barruol 1981 : 329-336) (fig. 85).

85 - Portail de Sainte-Jalle : l’influence antique se juxtapose à des scènes d’un style plus fruste : au tympan, on distingue de droite à gauche un joueur de viole, un orant qui tient une chouette, un homme qui tient un bâton (de pèlerin ?) et un coq

85 - Portail de Sainte-Jalle : l’influence antique se juxtapose à des scènes d’un style plus fruste : au tympan, on distingue de droite à gauche un joueur de viole, un orant qui tient une chouette, un homme qui tient un bâton (de pèlerin ?) et un coq

52Les décors peints anciens sont rarement conservés, comme celui des murs latéraux de la crypte de Ternand (Rhône) qui remonterait à l’an mil. Quelques décors plus tardifs ont été retrouvés dans l’église de Manthes ou à Salaise-sur-Sanne avec le même faux appareil de couleurs variées de la fin de l’époque romane ou du début de l’époque gothique) (Drôme) (Barruol 1992 : 238-239 ; Reynaud 1992 : 89-99 ; Laidebeur 1999 : 81) ou au cul de four de l’abside d’Anneyron (XVI-XVIIe s.) (Desaye 1976 : 100). De nombreuses églises présentent encore les traces d’un décor à base de motifs floraux des XVIIe et XVlIIe s. comme à Salaise-sur-Sanne (Isère) ou Meysse (Ardèche).

L’évolution

53De nombreuses églises, à la fois priorales et paroissiales, subsistent comme témoins de l’époque où elles rythmaient la vie de nos campagnes. Elles sont l’illustration d’un art roman humble et attachant et leur évolution ne diffère pas de celle des églises paroissiales.

54On ne connaît guère de priorales carolingiennes bien attestées, sauf peut-être à Salaise-sur-Sanne, cella fondée au IXe s. et partiellement retrouvée (Reynaud 1992 : 89-99). Les fouilles récentes, (Colonzelle dans la Drôme, le Val-des-Nymphes, Saint-Romain-le-Puy, (Parron, Reynaud 1992 : 33-49) ont surtout montré que les églises priorales romanes étaient souvent construites sur des édifices plus anciens, en général des églises paroissiales. Ces églises du Xe s. ou de l’an mil sont caractérisées par un appareil irrégulier, parfois décoratif ou en arêtes de poisson, par de petites ouvertures à ébrasement unique et par un plan simple, une nef et une abside. Mais le plan ne constitue pas à lui seul un indice de datation fiable, par exemple le chevet carré du haut Moyen Âge (Salaise-sur-Sanne, état de l’an mil ou Pommiers) (Reynaud 1992 : 89-99) (fig. 86) se retrouve plus tard, à la fin de l’époque romane, à Beaumont-les-Valence où l’abside sans doute semi-circulaire à l’origine, est remplacée par un chœur carré, peut-être sous l’influence cistercienne (Barruol 1992 : 317-318 ; d’Amore 1995 : 32) et surtout à l’époque gothique à Saint-Philibert d’Albon (Drôme romane 1989 : 23). L’influence du premier art roman lombard est négligeable, sauf à Aime en Savoie et à Montbrison-sur-Lez dans la Drôme où des fouilles ont révélé la présence de lésènes, à la base de l’abside (Mège 1985 ; Barruol 1992 : 398-399). Au XIIe s., le moyen appareil, visible d’abord aux chaînages d’angle et aux ouvertures, envahit ensuite tout l’édifice. Deux exemples similaires peuvent illustrer notre propos : à Salles-en-Beaujolais (Rhône) (Vernin 1993 : 55) et à Saint-Marcellin d’Etoile-sur-Rhône (Drôme) (Marcel 1992, pl. 19-20), l’édifice primitif à nef unique est caractérisé par de petites ouvertures ou par un appareil en arêtes de poisson. Aux XIe s.-XIIe s., un chevet à transept et trois absides se construit à l’est de l’église primitive de Salles et de Saint-Marcellin.

86- Eglise priorale de Pommiers : le chœur serait plus ancien que la nef (avec des modifications de la paroi externe de l’abside)

86- Eglise priorale de Pommiers : le chœur serait plus ancien que la nef (avec des modifications de la paroi externe de l’abside)

55Aux XIIIe-XIVe s., le gothique s’installe dans la région, d’abord en milieu urbain, à Lyon et à Vienne, puis en milieu rural et P. Cattin conclut même à une influence certaine des ordres religieux dans l’implantation de l’art gothique dans l’Ain (Cattin 1986 : 19-34). Les églises priorales sont agrandies à l’est ou à l’ouest, ou entièrement reconstruites ; elles peuvent encore être surélevées au-dessus des murs romans, conservés à mi-hauteur, comme à Domène (Ménard, de Montjoye 1995 : 31-32) (fig. 87). En général les transformations touchent la partie orientale de l’édifice, comme à Yenne où un vaste chœur gothique prolonge la nef romane qui est alors voûtée d’ogives. A Saint-Benoît de Cessieu comme à la chapelle de Beaumont (Ain), l’église romane est pourvue d’un transept, d’un chœur et d’une abside gothiques (Martinod 1988). Le chevet est alors souvent à trois pans comme à Conzieu ou Saint-Benoît de Cessieu (Ain). Dans certains cas, la nef est agrandie à l’ouest comme à Peyrus (Drôme romane 1989 : 39). Ailleurs, comme au Bourget-du-Lac, l’église est profondément modifiée dans son plan mais l’abside gothique reste au-dessus de la crypte du XIe s. (Salet 1965) ; de même à Lémenc, la crypte est conservée sous l’église gothique (Oursel 1990 : 59-83 ; Parron 1996 : 19-34). A Contamine-sur-Arve, on a affaire à une véritable église gothique composée d’une nef unique et de deux travées de chœur se terminant par un mur droit (cf. supra) et éclairé de grandes ouvertures aux remplages caractéristiques.

87- A Domène, les murs de la nef d’époque romane ont été surélevés à l’époque gothique (murs de briques) et un énorme arc-boutant a été plaqué contre les murs de la nef

87- A Domène, les murs de la nef d’époque romane ont été surélevés à l’époque gothique (murs de briques) et un énorme arc-boutant a été plaqué contre les murs de la nef

56Toutefois, le gothique s’installe assez tard dans le centre de la Drôme et reste rare en Tricastin. C’est également un peu plus tard (XVe-XVIe s.), que se multiplient les chapelles latérales, souvent luxueuses dans leur décor et dans leur voûtement, comme à Yenne (Savoie) (cf. infra).

57Au XVIIe s., les reconstructions sont fréquentes après les guerres de Religions surtout en Ardèche et dans la Drôme (Hostun, Beaumont). Le style n’est pas toujours bien caractéristique car les maçons locaux se contentent souvent de reconstruire les parties détruites, parfois dans le même style, comme à Beaumont, parfois en voûtant les édifices charpentées. Quelques rares églises, sont reconstruites après avoir changé de maison-mères comme à Thonon, et suivent l’évolution du style du XVIIe au XVIIIe s.

58Au XIXe s., les destructions totales ou partielles sont fréquentes, mais également les restaurations qui permettent de sauver des édifices en péril. Parmi les plus récentes opérations citons celles du Val-des-Nymphes et de Salaise-sur-Sanne qui ont reçu une nouvelle couverture.

La chapelle du prieuré casadéen de Moingt (Loire), fig. 6 n° 49
Du vicus antique d’Aquae Segetae subsistent, entre autres, des thermes partiellement conservés en élévation grâce à l’installation, au XIIIe s., de moines de la Chaise-Dieu. Des investigations ont permis d’étudier les relations entre les bâtiments gallo-romain, médiévaux et modernes, et d’en préciser les plans et la chronologie (fig. 88).
Plutôt qu’un prieuré, la “Maison du Palais” acquise en 1254 n’est, en tout cas au début, qu’une grange dîmière chargée de fournir en vin la maison-mère. C’est probablement à cet établissement qu’il faut rattacher les vestiges d’une modeste installation, détruite lors de la construction de la chapelle au début du XIVe s. Il s’agit de petits bâtiments établis en appentis contre les murs antiques, à l’intérieur des ruines de deux des salles occidentales des thermes. L’un d’eux comporte un étage attesté par les saignées d’encastrement du plancher et de la toiture dans les murs antiques. Leurs niveaux de démolition ont livré un mobilier céramique caractéristique de la seconde moitié du XIIIe s.
La construction de la chapelle intervient dans le cadre d’un ensemble de travaux - démolition de certaines parties antiques, transformation de certaines autres, constructions nouvelles - qui semble manifester la volonté d’établir un prieuré. Les nouveaux bâtiments sont établis en U autour d’une cour étroite fermée à l’ouest par un grand portail ogival ; les ailes sud et est réemploient les vestiges gallo-romains ou prennent appui dessus.
Ainsi, la chapelle réutilise deux murs antiques hauts d’une douzaine de mètres contre lesquels sont élevés les parties nouvelles (façade, mur gouttereau nord) dont les contreforts s’appuient eux-mêmes sur des maçonneries arasées. Sa nef, rectangulaire à chevet plat (15,45 x 7,50 m dans l’œuvre), comporte deux travées couvertes de voûtes d’ogives qu’éclairent trois hautes lancettes.

88- Le prieuré du "Palais" de Moingt s’est installé sur un établissement thermal romain. Il comportait un ensemble de bâtiments nouveaux au nord et à l’est (chapelle), dont seule subsiste la chapelle

88- Le prieuré du "Palais" de Moingt s’est installé sur un établissement thermal romain. Il comportait un ensemble de bâtiments nouveaux au nord et à l’est (chapelle), dont seule subsiste la chapelle

89 - La chapelle du prieuré casadéen de Moingt ouvre à l’ouest par un portail aux remplages de style

89 - La chapelle du prieuré casadéen de Moingt ouvre à l’ouest par un portail aux remplages de style

On y pénètre depuis l’ouest par un remarquable portail de style gothique rayonnant à ogive aiguë surhaussée, qui présente un tympan ajouré d’une rosace trilobée et une triple voussure reposant sur des chapiteaux ornés de feuillages (fig. 89). A l’origine, on accédait au sol de la nef, établi en contrebas, par une volée de quatre marches ; le chœur, éclairé par un oculus, était surélevé de deux marches et communiquait avec le reste de l’aile sud par une petite porte ogivale.
Une mention de 1340, qui la décrit comme vaste, mais sans clocher afin d’éviter de dresser l’archevêque contre ses prétentions (AD Loire, H, Divers 3), constitue un terminus post antequem qui conforte son attribution à la fin du XIIIe s. ou au début du XIVe, attribution fondée aussi bien sur les datations archéologiques retenues pour la démolition de l’établissement primitif et la campagne de constructions nouvelles que sur des arguments stylistiques (Notre-Dame de Montbrison et Saint-Jean-des-Prés).
Placée sous le vocable de Sainte-Eugénie à partir de 1553 (Guichard 1933), elle est pourvue en 1671 d’une petite cloche de 50 livres “eslevée sur le portail de ladite chapelle de Sainte-Eugénie” (AD Loire, GG 1-11). J.-M. La Mure évoque en 1674 la cime de la chapelle surmontée d’une “faux à couper les bleds” (une faucille), ce que confirme en 1732 un plan en vue cavalière de Montbrison, conservé au Musée de la Diana, qui montre son haut pignon couronné d’un petit clocher-mur à une baie, lui-même surmonté d’un croissant au lieu de la traditionnelle croix.
Bibliographie : Thirion et al. 1992 ; Hurtin 1994
Ph.
Thirion, Chr. Le Barrier, St. Hurtin

Yenne (Savoie), fig. 8 n° 7
Les recherches architecturales sur l’église de Yenne ont permis de dénombrer huit états dont quatre sont représentés (fig. 90). L’état roman est matérialisé par le gros œuvre de la nef. Celle-ci est charpentée, de plan barlong et comporte des baies en plein cintre. Le portail est aussi de l’époque romane avec ses colonnettes et chapiteaux sculptés, d’influence rhodanienne, de chaque côté du tympan.
Le deuxième état (gothique du XIIIe s.) est constitué par le chœur, voûté d’ogives, légèrement désaxé par rapport à la nef et très allongé. Il est formé de deux travées et d’une abside semi-circulaire à volume polygonal, plan courant dans les départements de l’Ain et de la Savoie. Le gothique du XIVe s. est marqué par le voûtement de la nef. Les murs ont été surhaussés, des piliers et contreforts mis en place pour soutenir les voûtes. Les ouvertures romanes de la troisième travée ont été bouchées pour laisser place à des baies gothiques.
Un siècle plus tard, les voûtes des deux premières travées sont refaites. A la même époque, on construit le clocher dans le prolongement de la façade ouest et la chapelle Saint-Joseph complétée de l’ancienne sacristie. Trois portes sont percées dans le mur sud de la nef pour accéder aux bâtiments prioraux entre la fin du XVe et le début du XVIe s. Ce cinquième état voit la construction de la nouvelle sacristie et de la chapelle des Fonts Baptismaux, légèrement antérieure à la chapelle du Marquis.
La chapelle du Rosaire a été édifiée entre la fin du XVIe et le début du XVIIe s., période correspondant au sixième état. Au XVIIIe s., on construit les chapelles Saint-Jean-Baptiste et du Mareschal Somont, puis on procède à une réfection du dernier étage du clocher. Enfin le dernier et huitième état correspond aux changements effectués durant le XIXe s.. On perce deux fenêtres modernes dans la nef, on renforce deux contreforts au sud après le tremblement de terre de 1822 et on élève une tribune en 1854 tout en perçant des ouvertures sur la façade.
Bibliographie : Clocher 1989 ; Oursel 1955 : 95-204 ; Thollet, Vellar 1992.
O. Thollet, L. Vellar

90 - Eglise priorale de Yenne : l’étude des élévations de la nef met en évidence les remaniements successifs : ouvertures et murs romans, surélévations et voûtements gothiques (XlVe s.)

90 - Eglise priorale de Yenne : l’étude des élévations de la nef met en évidence les remaniements successifs : ouvertures et murs romans, surélévations et voûtements gothiques (XlVe s.)

Le Bourget-du-Lac (Savoie), fig. 8 n° 9
A nef unique de quatre travées précédées par une travée d’avant-nef, l’église est bordée de chapelles sur son côté nord. Le chœur est formé d’une travée et d’une abside polygonale sous laquelle est située une crypte.
Le chœur, les murs de la nef charpentée et le jubé datent du XIIIe s. L’abside à cinq pans, éclairée par des fenêtres en lancette, est couverte d’une voûte d’ogives à cinq branches moulurées d’un tore encadré de deux baguettes et terminées par des têtes humaines ou animales reposant sur des faisceaux de colonnettes (fig. 91). Des bases à deux tores et des chapiteaux à feuillages surmontés de hauts tailloirs fortement moulurés complètent l’ensemble. Le jubé, sculpté de scènes de la vie du Christ, est daté des années 1250-1260. Il a été démonté en 1837.

91- Le chevet gothique rayonnant de l’église du Bourget-du-Lac et l’aile orientale du prieuré

91- Le chevet gothique rayonnant de l’église du Bourget-du-Lac et l’aile orientale du prieuré

Au XVe s., l’église est profondément remaniée. La nef est alors voûtée d’ogives, la plupart des chapiteaux refaits, l’entrée des chapelles latérales aménagée par des arcades et la façade occidentale réédifiée. Démolie et remplacée au XIXe s., il n’en subsiste que le portail, déplacé. Elle était précédée par un clocher-porche comme la montre la gravure de 1618 (Martellange) (fig. 25).
Bibliographie : Oursel 1955 ; Salet 1965 : 150-160 ; Viscusi 1992.
V. Viscusi

Contamine-sur-Arve (Haute-Savoie), fig. 4 n° 8
Les premières constructions romanes ont disparu lors des reconstructions gothiques. Après les destructions de 1589, seules trois travées subsistent de la construction de la fin du XIIIe s. Le chœur primitif comportait deux travées percées chacune de deux grandes ouvertures ; les voûtes d’ogives (9,25 de large sur 14,20 m de haut) sont contrebutées à l’ouest par des contreforts biais. A la hauteur de l’arc et des piliers séparant les deux travées des traces d’arrachement, vestiges d’une clôture, sont visibles. La travée occidentale dont les murs et les contreforts sont plus élevés était sans doute prévue pour supporter un clocher ; dans une tourelle latérale postérieure (1551) un escalier permet d’accéder à une pièce, elle aussi récente, au-dessus de cette travée. On peut supposer plusieurs autres travées plus à l’ouest, au moins deux en symétrie avec le chœur, soit gothiques elles aussi, soit plus anciennes. Le portail de façade, caractérisé par de nombreuses voussures et des colonnettes engagées, a été replacé dans le mur de refend qui tient lieu de mur de façade (fig. 92).
Les piliers au profil très complexe sont encore surmontés de chapiteaux à décor de feuillages ou à personnages (une Vierge à l’Enfant au nord, premier pilier et deux visages où l’on a voulu, sans preuves, reconnaître Béatrix de Faucigny et Humbert I, deuxième pilier à droite) ; les clés de voûtes représentent de l’est à l’ouest, le Christ montrant ses plaies, le Christ bénissant, le pélican, un Agneau Mystique dans la sacristie. Une piscine liturgique est également surmontée d’un trilobe ; décor qui orne aussi les trois arcs surmontés d’un larmier, du côté droit du chœur.

92- L’église gothique a perdu une ou deux travées à l’ouest et le portail a été replacé sur la nouvelle façade

92- L’église gothique a perdu une ou deux travées à l’ouest et le portail a été replacé sur la nouvelle façade

Les fenêtres, malgré leurs différences, sont caractéristiques du gothique savoyard rayonnant, deux d’entre elles dessinent trois lobes qui s’inscrivent sous un arc brisé, alors que les autres fenêtres se terminent par deux ou trois lobes sous un arc surbaissé ou sous un linteau horizontal ; ce type d’ouverture sera exporté en Pays de Galles par maître Jacques de Saint-Georges d’Espéranche dans des édifices bien datés du dernier quart du XIIIe s.
Une porte en accolade très finement moulurée ouvre dans l’annexe sud. La chaire est datée de 1663 et les stalles du XVIIIe s.
Bibliographie : Taylor 1963 : 310-311 ; 1977 : 265-292 ; Bouffard 1965 : 215-222.
Chr. Boekholt

Architecture des églises priorales de l’Ain
Les plans
Ambronay, Nantua et Saint-Rambert, les trois abbayes bénédictines de la région étudiée (ancien diocèse de Lyon “a parte imperii”), dont l’origine remonte au haut Moyen Âge sont très inégalement conservées. De l’abbaye de Saint-Rambert, il ne reste presque plus rien puisque seule subsiste la partie orientale de l’abbatiale, fort intéressante et dont, malheureusement, la datation demeure sujette à caution. A Nantua, une abside hémisphérique qui daterait de l’époque carolingienne a été découverte lors des travaux de consolidation d’un pilier de la croisée du transept. A Ambronay, l’abbatiale, qui se présente, dans son état gothique sous la forme d’un large vaisseau à trois nefs prolongé d’un chœur polygonal et de quelques chapelles, renferme des vestiges du haut Moyen Âge (correspondant à au moins trois phases différentes). Leur étude a permis de reconstituer un plan à massif occidental composé de tours enserrant un narthex (Westwerk *), de trois nefs, et d’un transept débordant dont les croisillons étaient peut-être surmontés de tours abritant des chapelles hautes suivant un modèle que l’on retrouve non loin, à Saint-Chef dans l’Isère.
Le plan des églises priorales ne diffère en général pas de celui des églises paroissiales. Il s’agit en effet souvent d’un seul et même lieu de culte. L’église paroissiale sert également aux moines du prieuré. Cette double fonction ne semble pas se traduire dans l’architecture. Malgré la division de l’édifice - la nef pour les paroissiens, le chœur pour les religieux - la présence d’un prieuré ne modifie pas la structure de l’édifice. On peut supposer que des aménagements liturgiques spécifiques, tels que des barrières de chœur ou des jubés, ont pu différencier les espaces intérieurs, mais, en l’absence d’éléments subsistants, il est difficile de les reconstituer, d’autant plus qu’ils pouvaient se présenter sous la forme d’éléments en bois ou en fer pouvant être aisement démontés et que la présence de stalles n’est pas significative.
Le plan le plus simple se compose d’une nef, prolongée par une travée de chœur terminée par une abside semi-circulaire. C’est le cas, par exemple, de l’église de Villette-sur-Ain et de la plupart des églises paroissiales. A Marcilleux (commune de Saint-Vulbas), le plan, réduit à sa plus simple expression (nef terminée par une abside) s’enrichit, dans une deuxième phase, d’une travée de chœur et d’une pièce annexe.
De rares édifices possèdent un plan plus développé. Il s’agit en général des prieurés les plus importants qui eurent à accueillir un plus grand nombre de personnes. On trouve des chevets composés d’une abside et d’absidioles associées à un transept qui terminent une nef unique à Saint-Maurice-de-Gourdans et Romans. A Chaveyriat, la forme allongée du chœur s’explique par la disparition des absidioles qui le flanquaient, au nord et au sud.
A Saint-André-de-Bâgé, trois nefs et un transept débordant à abside et absidioles constituaient l’église priorale du XIIe s. (fig. 93). Deux phases antérieures à cette époque subsistent sous la forme de vestiges conservés dans les murs des actuels nef et transept. L’édifice, donné à l’abbaye de Tournus par Ulrich de Bâgé en 1075, semble avoir eu le plan simple traditionnel des églises de la région. La création d’un prieuré aurait occasionné la transformation radicale de la structure par l’agrandissement, bien compréhensible, du chevet.
Les recherches menées sur le site de l’ancien prieuré de Blyes (fouilles Hamonière 1996-1997) ont permis d’enrichir la typologie régionale avec la découverte d’un édifice tout à fait particulier. La chapelle des bénédictines présente en effet un plan inédit composé d’une nef encadrée par des annexes moins longues. La communication entre les annexes et la nef et les annexes et le transept à abside et absidioles ne s’effectue pas par de grandes arcades ou de grands arcs. Seules de petites portes ont été retrouvées, permettant un passage entre les annexes et le transept. Des percements modernes ont supprimé malheureusement les chances d’en retrouver sur les murs de la nef. La chapelle de Blyes possède donc un plan développé inhabituel caractérisé notamment par le cloisonnement des espaces.

93 - L’étude des élévations de l’église priorale de Saint-André-de-Bâgé a mis en évidence plusieurs campagnes de constructions (début et fin du XIe s.-XIIe s.)

93 - L’étude des élévations de l’église priorale de Saint-André-de-Bâgé a mis en évidence plusieurs campagnes de constructions (début et fin du XIe s.-XIIe s.)

Les élévations
Rien ne distingue de ce point de vue les églises priorales des simples églises paroissiales. Les constructions utilisent les matériaux locaux. On remarque une prédominance du galet, notamment en Dombes et dans la plaine de l’Ain. Certains édifices, plus proches de zones d’approvisionnement en pierre calcaire (Mâconnais, Revermont, Bugey) sont élevés en moellons plutôt grossiers. C’est notamment le cas des églises de Saint-André-de-Bâgé, Saint-André-d’Huiriat, Chevroux, Saint-Jean-sur-Reyssouze, Saint-Nizier-le-Bouchoux et Villette-sur-Ain.
Les ouvertures (portail, portes, baies) et les parties architectoniques (chaînages, piédroits, arcs) sont les seules parties appareillées, généralement en calcaire blanc ou jaune. Il arrive cependant que des matériaux d’extraction locale soient employés. Ainsi la molasse à Saint-Maurice-de-Gourdans (tailloirs) (fig. 84), à Blyes (claveaux des arcs du portail, des baies et des portes, piédroits des portes) ; le tuf à Villette (porte d’accès à l’escalier...) ou à Blyes (claveaux). Certains édifices utilisent des blocs de remplois provenant d’édifices antiques. On trouve des fûts de colonnes dans le chœur de l’église de Villette (Hamonière 1995 : 272 ; 1996 a : 201-204), de gros blocs dans la façade, le portail et la porte sud de la chapelle de Marcilleux et une inscription parmi les blocs utilisés pour le portail de la chapelle de Blyes.
La nef des églises n’était pas voûtée mais couverte d’une charpente qui pouvait être masquée par un plafond comme c’était le cas à Villette (Hamonière 1996a : 201-204). Seule l’église de Saint-Maurice-de-Gourdans, dépendant d’Ainay, conserve une nef voûtée de l’époque romane (cf. fig. 80) ; le voûtement étant habituellement réservé à la partie orientale des édifices de culte.

La travée portant clocher pouvait être couverte d’un berceau en plein cintre (Villette) ou d’une coupole sur trompes (Saint-André-de-Bâgé). Il ne subsiste presque aucun clocher ancien dans la région étudiée car ils furent systématiquement abattus à la Révolution. Le clocher de Saint-André-de-Bâgé est le seul exemple de clocher roman et ce magnifique exemple, de style bourguignon, n’est pas représentatif de ceux que l’on trouvait sur des édifices, généralement plus modestes (fig. 94).

94 - Saint-André-de-Bâgé : le chevet avec clocher octogonal coiffant la croisée du transept

94 - Saint-André-de-Bâgé : le chevet avec clocher octogonal coiffant la croisée du transept

A l’époque gothique, les églises subirent d’importantes transformations. Aux XIIIe et XIVe s., certaines absides semi-circulaires furent remplacées par des chevets plats (Saint-Nizier-le-Bouchoux, St-Jean-sur-Reyssouze, Villette-sur-Ain ; fouille Hamonière 1996). Un plan associant nef et chevet plat, sans travée de chœur, a été découvert à l’Ile-sous-Quirieu (Serrières de Briord, la chute de Sault-Brenaz, archéologie et grands travaux, plaquette CNR/SDA, s.d.). Ce type de plan se rencontre plus rarement dans la région et plutôt pour de simples chapelles. C’est le cas de l’église romane emmottée de Villars-les-Dombes, fouillée par J.-M. Poisson et de la chapelle de l’ordre de St-Jean-de-Jérusalem d’Epaisses (commune de Bâgé-la-Ville). A la fin du XVe s., la terminaison orientale des édifices fut souvent reconstruite sous la forme d’un chœur à pans coupés (Villette-sur-Ain) et des chapelles hors d’œuvre vinrent percer les flancs des églises.
Si la première grande époque de transformation (XIIIe-XIVe s.) peut être mise plus spécifiquement en rapport avec le caractère prioral des édifices, la seconde (XVe s.) s’applique indifféremment aux églises qu’elles soient priorales et paroissiales ou uniquement paroissiales.
Bibliographie : Balandras 1988 : 15 et 22 ; Guigue 1873 ; Hamonière 1993 : 348 ; 1994 : 22-23 ; 1995 : 272 ; 1996a : 201-204, 17-20, 35 ; 1997 : 27-28 ; 1999 : 167, 170-171 ; 2000 : 8-11.
L. Hamonière

Les bâtiments prioraux

59Il faut distinguer les prieurés conventuels, construits à l’image des abbayes, et souvent pourvus d’un cloître et les petits prieurés qui ne disposaient que d’un logis et de communs. Rares sont les cloîtres romans, gothiques ou modernes, qui subsistent encore, alors que les petits prieurés ont souvent été transformés en presbytères ou en simples habitations.

Les cloîtres

60Apanage des prieurés conventuels, les cloîtres sont peu nombreux et mal connus. Faute de fouilles, seuls les documents anciens ou les visites en conservent la trace. Ainsi, les textes signalent des cloîtres à Veyrines, Saint-Félicien et Notre-Dame d’Annonay en Ardèche. Les rares structures encore en élévation sont en mauvais état, sauf dans les abbayes devenues filles de Cluny comme Charlieu ou Ambronay, ou encore dans les prieurés princiers comme à Brou qui dispose de trois cloîtres.

61A Salles-en-Beaujolais (fig. 95), seule est conservée la galerie orientale, sans doute parce qu’elle servait de couloir (Oursel 1990 : 276 ; Vernin 1993). Les chapiteaux et les arcs appartiennent à un roman tardif et fleuri proche des réalisations contemporaines de Charlieu et de Belleville. Le cloître de Saint-Donat-sur-L’Herbasse (Drôme) est le seul à présenter encore des chapiteaux historiés dont l’iconographie est le reflet de la mentalité de l’époque (fig. 96) (Thirion, Schricke 1974 : 320-320-360; Barruol 1992 : 194-220) et qui sont le signe tangible d’une influence stylistique et d’ateliers de sculpture dont on trouve les traces dans l’église voisine de Romans. A la Bruyère (Saint-Barnard, Ain), dépendance d’Ambronay, le cloître a conservé une aile intacte à l’ouest dans un ensemble qui comporte une chapelle du XIe s. A La Motte-de-Galaure (Drôme), à La Boisse (Ain), à Ternay (Rhône) ne subsistent que quelques arcades du cloître roman, d’une grande simplicité et robustesse de formes. A Marnans (Isère), l’archéologie a apporté la preuve de l’existence d’un cloître au nord de l’église (Colardelle, Homo, de Montjoye, 1983 : 51-61). A Saint-Laurent de Grenoble, c’est toute la succession des cloîtres qui a pu être reconstituée (Colardelle 1999). Au Bourget-du-Lac (Viscusi, cf. supra), le cloître a été reconstruit plusieurs fois et la galerie orientale, seule conservée, a toutes les caractéristiques du gothique du XVe s. ; il en est de même à Charlieu (Loire).

95- Salles-en-Beaujolais : seule subsiste l’aile orientale du cloître roman. La partie orientale de l’église appartient à la reconstruction clunisienne

95- Salles-en-Beaujolais : seule subsiste l’aile orientale du cloître roman. La partie orientale de l’église appartient à la reconstruction clunisienne

96 - Le cloître de Saint-Donat-sur-l’Herbasse est un des rares a avoir conservé des chapiteaux historiés

96 - Le cloître de Saint-Donat-sur-l’Herbasse est un des rares a avoir conservé des chapiteaux historiés

Pilier de l’angle sud-ouest : un prophète ou un saint, un joueur de rebec et un décor de rinceaux (au-dessus, médailons des mois et des signes du zodiaque)

62Des cloîtres à galeries superposés sont connus au Bourget-du-lac, à Ambronay et à Brou. Dans les trois cas la construction est tardive et doit répondre à la volonté d’améliorer la circulation comme à un souci d’esthétique. A Brou, trois cloîtres ont été constmits côte à côte, mais le prieuré était aussi palais princier.

63Les cloîtres peuvent aussi avoir été reconstruits plus tardivement encore, à l’occasion d’un changement de propriétaires. Ainsi à Talloires, le cloître du XVIIe s. est conservé intact dans Γ “Hôtel de l’Abbaye”.

Le Bourget-du-Lac (Savoie), fig. 8 n° 9
Aménagé dans un espace irrégulier délimité par les bâtiments prioraux, et restituable à partir des culots recevant les arcs de voûtes, le cloître définit un espace central plus ou moins rectangulaire. L’ensemble des deux galeries superposées de l’aile est et des seuls culots conservés pour les trois autres ailes est construit en molasse. Seule la galerie basse est voûtée, le remplissage des voûtes étant réalisé en tuf (fig. 97).
Les longs côtés du cloître sont composés de trois travées voûtées d’ogives, les petits de deux. Des culots sculptés des armoiries des prieurs de la famille de Luyrieux (XVe s.) ou de deux anges tenant ces mêmes armoiries reçoivent les ogives. La galerie basse ouvre sur la cour centrale par une arcature sur bahut divisée en sections, chacune d’entre elle étant constituée de trois arcs brisés à intrados* polylobé retombant sur des bases prismatiques. Le style de cette arcature est en tout point semblable à celui du cloître de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne.
La galerie haute, charpentée, ouvre elle aussi sur la cour par une arcature sur bahut, mais, contrairement à la galerie basse composée selon un rythme ternaire, l’arcature haute est formée de huit arcs trilobés ordonnés symétriquement par rapport à un axe central matérialisé par un pilier. Les moulures des bases et l’aspect des piliers se reproduisent symétriquement par rapport à cet axe. Les arcs reposent sur des piliers de deux colonnes, une circulaire et une polygonale. L’arcature se termine de chaque côté par un pilier d’angle de quatre colonnes. L’agencement des chapiteaux, par contre, ne semble répondre à aucun ordre et tous sont différents. Ils sont formés d’une corbeille pyramidale sculptée selon les cas de guirlandes de fleurs, de têtes humaines, de feuillages, de scènes historiées ou d’armoiries. Les piliers de quatre colonnes sont surmontés de chapiteaux polygonaux surmontés d’un bloc sculpté sur ses deux faces visibles d’un aigle, armoiries attribuées à la famille des Montmayeur.
A l’extrémité nord de la galerie basse, un portail permet d’accéder à l’église. Il est précédé d’une travée formant porche. L’embrasure en arc brisé est formé d’une voussure à ressauts composée de quatre rouleaux toriques reposant sur des colonnettes surmontées de chapiteaux à feuillages.
L’examen détaillé des liaisons entre les différents éléments conservés du cloître laisse penser que celui-ci a été achevé puis démoli ; toutefois aucun élément véritablement probant ne permet de l’affirmer avec certitude. Quelques anomalies dans la liaison entre le porche décrit ci-dessus (XIIIe s.) et la galerie du cloître (XVe s.) laissent penser que le porche se trouve ici dans une position secondaire. Il pourrait s’agir du porche principal de l’église, démonté au XVe s., au moment où l’on réédifie la façade. Toutefois, seules des investigations supplémentaires permettraient d’attester cette hypothèse (par un sondage et l’observation des fondations et des maçonneries décrépies).
Bibliographie : Oursel 1955 ; Salet 1965 : 150-160 ; Viscusi 1992.
V. Viscusi

97 - Le prieuré du Bourget-du-Lac est un des mieux conservés de la région : il comporte encore une église et des bâtiments prioraux autour du cloître dont seule subsiste l’aile orientale

97 - Le prieuré du Bourget-du-Lac est un des mieux conservés de la région : il comporte encore une église et des bâtiments prioraux autour du cloître dont seule subsiste l’aile orientale

Les bâtiments communautaires

64Les quelques beaux exemples de prieurés, qui subsistent dans la région, aussi bien dans la Loire, la Savoie, qu’en Ardèche, portent l’empreinte des époques romanes, gothiques, et modernes, comme celle des restaurations contemporaines.

Prieurés conventuels

65Ces bâtiments ont pour la plupart disparus, mais les textes anciens en gardent parfois le souvenir : ainsi à Saint-Marcel de Die, en 1496, les visiteurs de Cluny mentionnent un cloître, un réfectoire, une infirmerie, une cuisine, une aula magna, une salle voûtée (crotam), un tinal (cuvier), une étable ; à la même date, à Saint-Pierre, dépendance de Saint-Ruf, un cloître, un chapitre, un dortoir, la camera domini prioris, une cuisine, une étable, un grenier à foin (feneyria), un colombier, un cellier, un moulin, et une tannerie (chaucheria). A Salles-en-Beaujolais, un réfectoire est situé d’après les textes, au-dessus de l’aile orientale.

66L’architecture de ces prieurés conventuels se maintient dans la tradition des bâtiments abbatiaux avec des constructions regroupées autour des cloîtres. Ces bâtiments, la plupart du temps contigus, peuvent s’organiser autour d’une cour selon la tradition. Toutefois, à Pouilly-les-Feurs, des analyses précises ont pu prouver l’existence de constructions séparées, en tout cas au XIe s. (Delomier, cf. infra) ; il en était de même à Marnans (Isère) (Colardelle, Homo, de Montjoye 1983, fig. 2). A Manthes (Drôme) (Laidebeur 1999) et à Domène (Isère) (Barruol 1992 : 238-239), un bâtiment en L est conservé au sud-est de l’église.

67Dans quelques rares cas, on peut supposer l’existence d’anciens réfectoires ou dortoirs. Le cas de Brou, plus tardif, est, nous l’avons vu, exceptionnel : le réfectoire subsiste encore ainsi que la salle du chapitre ; ailleurs comme au Bourget-du-Lac, les restaurations ont été telles que les pièces appelées réfectoires ne correspondent plus vraiment à la réalité ancienne. Seuls les murs et les volumes ont encore une certaine authenticité. Un réfectoire existe aussi à Champdieu et Montverdun (Loire).

68On remarque aussi une tendance générale à organiser la desserte des étages par des galeries hautes, aussi bien à Montverdun (fig. 98) qu’à Brou ou au Bourget-du-Lac. Les espaces plus ouverts, comme parloirs et archives étaient situés à proximité d’un accès. A Salles-en-Beaujolais, le parloir et la tour des archives se trouvaient, au XVe s., à l’extrémité sud-est du prieuré (Vemin 1993 : 47-49). Parfois ne subsistent que quelques traces, comme à Saint-Rambert-sur-Loire, où des restaurations menées sans véritable étude ont fait apparaître de petites ouvertures à linteau monolithe, caractéristiques du XIe s. (non étudiées).

98- Montverdun : la galerie haute du milieu du XVe siècle

98- Montverdun : la galerie haute du milieu du XVe siècle

69Dans certains cas privilégiés, les vestiges ont pu être étudiés en parallèle avec les textes et parfois avec des documents topographiques tels que la Mappe sarde en Savoie, comme au Bourget-du-Lac à Yenne, à Pouilly-les-Feurs, à Pommiers et à Montverdun, où l’évolution des bâtiments a pu être précisée dans le temps, du XIe au XVIe s.

Pouilly-les-Feurs (Loire), fig. 6 n° 29
Accolé sur les flanc sud et sud-ouest d’une belle église romane, le prieuré de Pouilly-les-Feurs (fig. 99) s’ordonne autour d’un quadrilatère centré sur un puits et occupe le quart sud-est du bourg fortifié dont subsistent des tours, rempart et chemin de ronde en élévation partielle. Il n’y a pas de trace de cloître ; le nombre restreint des moines et la terminologie de doyenné fréquemment employée dans les textes semblent en confirmer l’absence.

Etat 1 (XIe-XIIe s.)
Il ne subsiste plus que quelques éléments partiels de l’enveloppe du prieuré primitif érigé parallèlement à l’église : une limite occidentale fixée par trois assises de l’ancienne chaîne d’angle, et trois vestiges de fenêtres à linteaux monolithes échancrés, à très larges ébrasements intérieurs ouvrant sur la façade sud. Deux autres baies furent probablement détruites lors de l’extension occidentale du bâti. Enfin, l’arasement de la partie haute des murs afin d’abaisser le lit de pose d’une sablière installée lors d’une réfection de la charpente ne permet pas d’évaluer avec précision la hauteur initiale de cet édifice qui comportait deux niveaux d’habitation.

99 - Pouilly-les-Feurs : au XVe s., les bâtiments du prieuré deviennent jointifs et l’ensemble est fortifié

99 - Pouilly-les-Feurs : au XVe s., les bâtiments du prieuré deviennent jointifs et l’ensemble est fortifié

Etat 2 (XIIe-XIVe s.)
Cette phase de reconstruction, assez difficile à cerner transparaît cependant sous plusieurs aspects. Les textes mentionnent en 1272 un "prieuré (qui) menace ruine" lors de sa "reprise" par un chanoine obéancier de Saint-Just (Dom. Charvin 1979) Il convient de replacer dans le siècle suivant une vaste campagne de reconstruction de l’ensemble monastique. Cette période prend fin lors de l’érection des remparts urbains à la fin du XIVe s. qui doit suivre de près la construction des murailles de Feurs datée précisément de 1380 (Gonon 1974). Ces modifications et extensions affectent l’aile occidentale du prieuré. En effet, un niveau de circulation antérieur au XVe s. semble desservi par un accès extérieur au bâti (galerie ou escalier en structure légère) composé de deux corps de logis distincts, placés au sud et à l’est. Deux chaînes d’angle verticales (sud-ouest pour le logis sud et sud pour l’enveloppe ouest) attestent de l’antériorité de ces édifices. Une dernière construction relie ces deux ensemble peu avant la mise en place de l’escalier en vis. Il s’agit du quadrilatère sud-ouest dont il ne reste aucun élément datable mais dont le mur nord est trop prégnant pour être postérieur à la vis qui, par ailleurs, s’appuie contre lui sur toute sa hauteur. Le creusement des fossés, le talutage de la partie basse de la façade ouest du prieuré, bref, sa transformation en forteresse lors de la guerre de Cent Ans ne fait aucun doute et atteste de l’antériorité de ce corps de logis.

Etat 3 (XVe s.)
Les plans et flux de circulation sont totalement renouvelés par un escalier en vis qui s’implante là où convergent précisément les bâtiments anciens. Ce nouvel axe vertical induit d’autres courants de circulation horizontaux et les planchers et plafonds sont intégralement reconstruits. En corollaire, des éléments de confort apparaissent : vastes cheminées accolées aux murs de refend ; des fenêtres à meneaux et traverses, ornées de chanfreins et moulurations prismatiques sont percées sur les façades sud et ouest. La réorganisation spatiale du prieuré est totale. On accole aussi une tour mordant sur les fossés du bâtiment dès lors que les dangers de la guerre contre les Anglais sont écartés. La richesse et la subtilité du vocabulaire décoratif mis en œuvre font alors penser à l’embellissement d’un logis prioral mis en commende.

Etat 4 (XVIIe-XVIIIe s.)
Les ultimes aménagements du bâti n’affectent plus que des espaces réduits. Des transformations restent perceptibles dans les secteurs sud et est : construction de cellules et adjonction d’une terrasse au-dessus des fossés à l’est. Ces mutations oblitèrent à l’évidence un bon nombre d’informations.
Bibliographie : Delomier 1987
Ch. Delomier

Pommiers-en-Forez (Loire), fig. 6 n° 27
Le bourg est situé au nord de la plaine du Forez, sur la rive gauche de l’Aix, sur une voie ancienne fréquentée. Le village, cerné par des remparts médiévaux en élévation, contient encore deux églises, des bâtiments monastiques et des maisons d’habitations. Le prieuré clunisien offre trois aspects architecturaux aisément identifiables. Trois tours participent d’une enveloppe militaire et le confortent sur le flanc sud ; des dépendances (transformées en habitations privées) s’appuient contre le rempart à l’est et les bâtiments conventuels proprement dits s’articulent autour d’un cloître centré sur un puits contre le mur goutterot sud de l’église romane.
La chronologie de l’ensemble monastique peut se réduire à cinq grandes phases de travaux (fig. 100).
- Première phase (XIe s.)
L’érection de l’église priorale (qui suit probablement une donation de l’église paroissiale à Cluny) au XIe s. s’accompagne d’un premier logement conventuel dont l’enveloppe est parfaitement cernée et dont les plans de circulation restent au-dessous des niveaux actuels. En effet, les quatre chaînes verticales d’angle de ce logis restent en place et dans le sous-sol et dans la galerie méridionale du cloître. Deux vestiges d’ouvertures condamnées subsistent également dans les caves et établissent avec certitude les contours de l’édifice roman ; il s’agit d’une porte et d’une baie à large ébrasement intérieur ouvrant l’une dans le mur goutterot nord, l’autre dans l’ancien pignon oriental.
- Deuxième phase (XIIe s.)
Au XIIe s. ; lors de la pleine expansion clunisienne, le prieuré est agrandi vers l’ouest et doté d’une entrée majestueuse au sud, dominant la plaine alluviale de l’Aix grâce à un système de terrassement ou d’escalier aujourd’hui disparu, remblayés et inclus dans une tour défensive de la fin du Moyen-Age. Deux vastes portes en plein-cintre, construites en granite et fort soigneusement appareillées s’étagent dans l’actuel sous-sol et conduisaient directement dans le cloître tout en accusant un fort pendage vers le sud. Cet axe nord-sud structurait très fortement le prieuré à l’est, tandis qu’un accès occidental ouvrait directement à proximité du parvis de l’église. Les plans des circulations liés à ces ouvertures se retrouvent à 2 m au-dessous des niveaux actuels, rendus caduc par les transformations successives. Des traces d’un premier cloître accompagnent ces vestiges.
- Troisième phase (XIVe s.)
Trois tours majestueuses, fortement talutées à la base et percées de meurtrières sont érigées contre la façade sud lors de la guerre de Cent Ans. Un décaissement considérable, encore visible sur les faces sud et est du prieuré et de l’église, prélude à leur construction afin d’établir une assise solide et de rompre le pendage nord-sud évoqué ci-dessus.
- Quatrième phase (XVe-XVIe s.)
La réfection de la toiture du bâtiment sud (datée de 1450 par dendrochronologie) marque une campagne de réparation importante de l’ensemble (portes à accolades, cheminées mentionnées dans des procès-verbaux de visites plus tardifs etc). La reconstruction du logis prioral associée à la mise en place d’un escalier en vis à la fin du premier tiers du XVIe s., ponctue une période de travaux d’embellissements notables.
- Cinquième phase (XVIIIe s.)
Une très ample entreprise de restauration semble lancée au début du XVIIIe s. Elle concerne le cloître, l’aile orientale dans son ensemble et dont l’emprise au sol est réduite à l’est. Le bâtiment sud est également percé de nouvelles fenêtres et les sols remplacés. Un nouvel escalier, monumental, dessert le bâtiment est en amputant le bras sud du transept tandis que des cloisons à lattis morcellent tous les espaces intérieurs sud et est au premier étage. Les charpentes de l’aile orientale et des trois tours sud sont intégralement refaites à cette période. Seuls les caves échappent à cette vaste réfection.
La séparation entre le prieur et la communauté monastique est scellée par cette réorganisation spatiale du bâti.
Bibliographie : Buenner 1947 ; Beigbeder, Oursel 1981 ; Collectif 2000.
Ch. Delomier

100- Le prieuré

Yenne (Savoie), fig. 8 n° 7
Une étude des vestiges encore en place a permis une reconstitution des anciens bâtiments prioraux. Il ne subsiste plus rien du cloître sur le terrain, mais plusieurs textes tardifs attestent de son existence. Un texte de 1630 mentionne la réparation du couvert du petit cloître de l’église du prieuré de Yenne (ADS, Ε suppl. DD 3). Le cloître est de nouveau cité en 1669 lors d’une visite épiscopale (ADS, Yenne 113) et dans le testament de Denis Lempereur en juin 1781 (ADS, SA 214). Ce cloître comportait peut-être deux niveaux. En effet, en hauteur, au sud de la première travée du chœur de l’église se trouve une porte de la même époque que le bâtiment prioral conservé. Cette ouverture permettait sans doute aux religieux d’accéder directement à un bâtiment au sud de l’église, en passant par le premier étage de l’aile est du cloître. Ces précisions ne sont que des hypothèses, il ne reste aucune trace en élévation, sur les murs de l’église, pouvant nous renseigner davantage. Seule une fouille archéologique nous permettrait de connaître le plan du cloître.
Le seul bâtiment du prieuré, encore en élévation, se trouve au sud du mur gouttereau de la nef. Cet édifice comporte un passage couvert voûté en berceau et pavé de galets ; celui-ci reliait le cloître à l’une des principales rues, appelée Rue des Prêtres. Ce bâtiment a un rez-de-chaussée servant de caves, une partie est voûtée en berceau brisé, deux étages d’habitation et des combles. Sa façade ouest est percée à chacun des trois premiers niveaux de deux portes, dotées de chanfreins concaves avec congés en triangle, datés du XVIe s.
Il y avait certainement une tour circulaire abritant un escalier à vis devant la façade ouest permettant de desservir les étages. En effet, on peut observer deux arrachements de mur de chaque côté des portes superposées les unes sur les autres ainsi que des remplois de marches d’escalier à vis. Les façades
ouest et sud possèdent chacune, au premier étage, une baie à meneaux au même niveau. La salle des fêtes actuelle se trouve en partie sur l’emplacement du bâtiment appelé masures sur la Mappe sarde (n° 81). Au bout de ce bâtiment, certainement utilitaire, se trouvait le moulin du prieuré (n° 82).
La Mappe sarde indique la présence d’un grand jardin (n° 83) au sud des masures (fig. 101). Il existait probablement déjà au Moyen Âge et devait être destiné aux moines.

101- Yenne : l’église priorale et le bourg

101- Yenne : l’église priorale et le bourg

Mappe sarde, Archives de Savoie

Plusieurs éléments architecturaux nous incitent à penser que le prieuré occupait tout le quart sud/ouest du bourg de Yenne. En effet, au sud de l’ancien cimetière, il y avait un petit édifice dont il ne reste plus qu’un mur et un contrefort et les deux piédroits d’une porte monumentale qui fermait une cour d’où partait une large voie de galets laquelle débouchait sur la rue des Prêtres. Actuellement, ces éléments architecturaux sont cachés par des maisons délabrées.
Bibliographie : Clocher 1989 ; Oursel 1955 : 195-204 ; Thollet, Vellar 1992.
A. Poinsot

Le Bourget-du-Lac (Savoie), fig. 8 n° 9
L’aile orientale abrite contre l’église une chapelle dédiée à saint Claude (cf. fig. 97). Elle est voûtée d’ogives aux moulures complexes reposant sur des culots sculptés de très fins feuillages et communique avec une petite chapelle haute supportée par une voûte en berceau surbaissé, laquelle ouvre par une baie sur la travée de chœur de l’église.
Les autres pièces du rez-de-chaussée, non identifiées, sont voûtées en plein cintre. L’aile sud abrite l’escalier à vis desservant les étages ainsi qu’une grande pièce connue sous le nom de "salle capitulaire". A son extrémité ouest est située la cuisine avec laquelle communique un cellier semi-enterré situé dans l’aile ouest. Les bâtiments ne présentent pas un état de conservation homogène. Si l’aile ouest est la plus détériorée, l’ensemble des étages apparaît très transformé. L’identification des pièces reste difficile.
Le cloître est composé de deux étages, la galerie supérieure apparaissant la plus ancienne. Une seule aile étant actuellement conservée, il est admis par les différents auteurs que celui-ci n’aurait jamais été terminé.
L’étude archéologique réalisée en 1992 dans le cadre d’un mémoire de maîtrise se proposait de préciser la datation des bâtiments prioraux en croisant les données stylistiques, architecturales et textuelles (visites de l’ordre de Cluny et visites pastorales de 1279 à 1551), en s’efforçant de comparer la chronologie des bâtiments et celle de l’église.
Les textes nous apprennent qu’au XIIIe s., l’état de l’église est excellent, mais par la suite, les mentions de dégradations des bâtiments sont nombreuses (dès 1324). En 1375-1386, un incendie détruit presque entièrement les bâtiments prioraux. Les premières mentions de travaux datent de 1358 ; ils affectent vraisemblablement le dortoir qui n’était plus accessible. Quelques périodes majeures de reconstruction peuvent être isolées.
- Entre 1386 et 1389, des réparations importantes sont entreprises dans le cloître. On peut penser que ces travaux correspondent à la galerie conservée à l’étage.
- Une seconde campagne de travaux commence en 1433 par l’église tandis que les bâtiments prioraux sont remis en état entre 1443 et 1445 sous le priorat d’Aynard de Luyrieux, dont les armes se retrouvent sur de nombreux culots.
- Les travaux continuent sous Oddon de Luyrieux (1470).
La restauration récente de l’édifice a constitué une limite importante à l’étude archéologique. Les maçonneries sont en effet entièrement enduites et aucune observation portant sur les différentes étapes de construction n’a pu être faite. La chronologie est établie principalement à partir des moulures et des éléments sculptés, ainsi pour le cloître si les auteurs anciens voient dans la galerie haute une "colonnade romane" du XIIe s., nous proposons que cette galerie, manifestement la plus ancienne (mais du XIVe s.) ait été remontée à l’étage au moment du réaménagement du cloître. On arriverait à la chronologie suivante :
Etat I : XIe s. : crypte et murs de la nef.
Etat II : Xllle s. : chœur de l’église et portail d’accès du cloître à l’église, jubé.
Etat III : XlVe s. ? (et non époque romane) : galerie haute du cloître.
Etat IV : XVe s. : voûtement de la nef, galerie basse du cloître.
Etat V : XVe s. : chapelle Saint Claude, réaménagement du voûtement de la galerie devant la chapelle.
Etat Vi : XVIe s. : chapelle haute.
En conclusion, le cas du prieuré du Bourget-du-Lac est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord la réutilisation de la galerie du cloître du XIVe s. en galerie supérieure au XVe s. et celle du portail du XIIIe s., peut-être situé primitivement en façade de l’église posent le problème de la conservation et du remploi d’éléments anciens dans une construction.
Notre attention est également attirée par la mise en œuvre de modèles architecturaux. En effet, le cloître du Bourget et celui de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne sont identiques bien que le premier soit sans doute antérieur de 35 à 50 ans au deuxième et n’ait donc vraisemblablement pas été édifié par le même maître d’œuvre.
Bibliographie : Oursel 1955 ; Salet 1965 : 150-160 ; Viscusi 1992.
V. Viscusi

Reconstructions tardives

70Certains prieurés sont reconstruits à plusieurs reprises et conservent des bâtiments appartenant à plusieurs campagnes de construction.

71Selon les époques, la construction fait appel à divers matériaux, en général la pierre, mais à Montverdun la galerie de l’étage est en bois, et à Pommiers la brique est utilisée pour son aspect décoratif (Collectif 2000 : 14-15).

72Les destructions ont été nombreuses au cours des siècles, en particulier au XVIe s., lors du passage des troupes du baron des Adrets ; elles continuent de nos jours, comme à Saint-Marcel-lès-Sauzet, où des appartements ont récemment été installés dans les vestiges du cloître.

Prieurés ruraux et maisons priorales

73Dans la plupart des cas, les prieurés ruraux ne comportaient qu’une maison priorale, souvent accompagnée d’une grange ; aux époques modernes, un presbytère est englobé dans le clos prioral. Ces divers éléments apparaissent dans le paysage actuel sous la forme de quelques bâtiments, en général transformés en presbytère au XIXe s.

74Les textes les plus intéressants sont fournis d’une part par les visites de l’évêque ou des envoyés de la maison-mère et d’autre part par des états des lieux à l’occasion de procès ou de l’affermage du prieuré. Ainsi le prieuré de Prévessin (Ain) est bien documenté (Melo 1896). Dès le XVe s., le prieur commendataire amodiait ses biens à un particulier. Un document de 1453 fait un état des dépenses et décrit les bâtiments à la fin du Moyen Âge. Le corps de logis principal borde’d’une galerie en bois comporte une aula*, au moins une chambre, une petite étable un four et un colombier. En 1542 est mentionnée “la grange...en laquelle lon mect le diesme”, qui est réparée peu de temps après par l’administration bernoise. Au début du XVIIIe s. seule subsistait la grange qui comportait au rez-de-chaussée un appartement de trois pièces, rajouté à la fin du XVIIe s., avec cuisine, une chambre à l’étage, une écurie et une grange, en face le four, le “boiton” à cochons et le poulailler. Des travaux de rénovation sont effectués en 1758. En 1833, la construction initiale est rehaussée et rallongée, ce qui lui donne l’aspect d’une grosse ferme encore visible actuellement. En 1976, la municipalité y installe la Mairie.

Talloires (Haute-Savoie), fig. 4 n° 21
L’état du prieuré nous est donné par des documents de 1719 (ADS 7F13) et 1728 (ADS SA 3499) et 1737 (ADHS Tabellion 1737, t. II, f°357) et par la Mappe sarde de 1732. Les bâtiments étaient clos de murailles dont subsistent des éléments à l’est (mur de 1,60 m d’épaisseur).
La maison priorale du XIV-XVIe s. est remaniée au XVIIe s. par Charles-Louis des Lances prieur commendataire. L’infirmerie “maison du sacristain” présente un remploi dans l’encadrement d’une fenêtre aux armes d’un infirmier, et conserve un cellier à piliers centraux au-dessus de caves voûtées (fig. 102). Pour le reste, les bâtiments actuels datent de 1681 (date gravée sur le linteau de la porte principale, face au lac), l’antique prieuré étant devenu abbaye royale, avec un réfectoire au nord donnant sur les jardins à la française, un cloître et au premier étage les appartements de l’abbé claustral, les chambres des moines s’ordonnant autour d’une vaste salle-promenoir. Un hôtel y est installé. Le pigeonnier était l’emplacement de la maison dite “le colombier”.
Bibliographie : Boekholt 1978 et 1983.
Chr. Boekholt

102 - Talloires : façade Renaissance de la maison du prieur

102 - Talloires : façade Renaissance de la maison du prieur

Lavilledieu (Ardèche), fig. 2, n° 96 b
Le cadastre napoléonien de 1813 permet de reconstituer quatre bâtiments entourant un cloître. L’aile orientale est conservée mais elle a été défigurée par de nombreuses ouvertures. L’aile sud est la plus riche en vestiges : ruines de la tour sud-ouest, mâchicoulis, blason au-dessus d’un arc qui devait constituer l’ancienne porte du couvent. Ce blason, peut-être des Modène situerait la porte sous le priorat de Susanne de Modène (1591-1640). La grande porte d’entrée au centre de la façade est plus récente. De l’aile ouest, ne subsiste que le mur du fond. Le rez-de-chaussée était voûté. Le deuxième étage en basalte aurait été construit ultérieurement, de même que l’escalier qui coupe une ancienne fenêtre. L’aile nord, de dimensions réduites par la présence de l’ancienne église, ne comportait qu’un étage. La cour intérieure est encore bordée de galeries qui ne sont ni de même hauteur ni de même largeur. Les corniches de l’aile sud sont par contre identiques à celles de l’aile ouest.
La visite de 1378 décrit la fortification du prieuré et tout d’abord les destructions destinées à isoler les bâtiments du prieuré du reste de la ville, et ordonne le crénelage des maisons du dortoir et du réfectoire qui semblent se différencier du bâtiment d’entrée (AD Ardèche). Un cellier se trouve du côté du cimetière (à l’est ?) ; des tourelles sont à construire près du cimetière et les chapelles de l’église seront aussi surélevées et crénelées. Seule la tour sud-ouest apparaît sur le cadastre ancien.
La description de 1678 évoque la construction de galeries voûtées au sud et à l’ouest, d’une muraille à l’ouest d’un “autre” réfectoire, ainsi que la présence de nombreuses chambres (douze au couchant dont six en bas et six en haut, de six chambres au nord, certaines pouvant servir à l’infirmerie et trois au levant en bas) et suggère au sud et au rez-de-chaussée le parloir et peut-être le réfectoire, à l’étage l’appartement de la prieure ou abbesse. Mais ce grand réfectoire avec la cuisine de plain pied pourrait aussi se trouver à l’est au rez-de-chaussée. On peut retenir de ce texte l’ampleur des modifications apportées à la fin du XVIIe s., époque où le prieuré prend son aspect actuel avec ses galeries et ses étages.
Rien ne semble subsister de l’état ancien du prieuré, en tout cas dans les élévations extérieures. On peut toutefois supposer la présence de bâtiments ordonnés autour d’une cour centrale. Seuls sont conservés quelques pans de murs de l’ancienne église où apparaissent des éléments romans.
Bibliographie : Guigon 1997
C. Guigon

75En Savoie, ces documents peuvent être illustrés par la Mappe sarde. On peut alors dresser un plan type, comme à Sévrier où l’on trouve regroupés dans un enclos, l’église, la maison du prieuré, une grange souvent dîmière, une étable, un four pour l’aumône, la cure et des jardins. La maison priorale est en général un bâtiment à un ou même deux étages. A Yenne, la Mappe sarde représente une maison (n° 80) et des masures (n° 81) (cf. fig. 101) qui occupent une surface importante. Depuis l’espace a été profondément modifié : là où s’élevait une bâtisse se trouvent maintenant des jardins, mais des habitations existent encore à l’emplacement d’anciennes constructions. Celles-ci se regroupaient autour du cloître, l’aile ouest débordait en avant de la façade de l’église. Au sud, le bâtiment existe encore avec ses fenêtres à meneaux et son escalier ainsi qu’un passage couvert ; deux bâtiments perpendiculaires à l’église fermaient le cloître à l’est, en particulier la maison dont A. Poinsot a pu reconstituer la disposition primitive (Poinsot 1996 :141-145). L’ensemble des bâtiments prioraux occupait presque le quart de la surface du bourg.

76Le cas de Chamonix, où subsiste encore un grand bâtiment, est assez complexe : en effet dans la reconstruction de 1759-60, on distingue bien un grand corps de logis parallèle à la nef et la chambre du prieur à la perpendiculaire, une tour avec girouette ; la prison au-dessus du cabinet joint au chœur. A Douvaine, lors de la visite pastorale de 1624 (AD Haute-Savoie), la maison comporte “8 membres”, une grange, un “espuyer” avec des étables, un four, un jardin et un verger ; en 1751, l’état est le suivant : un grand galetas, une tour avec cheminée, un grenier d’en haut et d’en bas, l’écurie des vaches, une petite grange, et une grande, l’écurie des chevaux, un appartement avec chambre du devant, du milieu et du couchant, un cabinet, la cave du couchant, une cuisine et un four et des commodités, un lavoir, un puits, une grande salle. Parfois les descriptions comportent des précisions chiffrées comme à Thiez (Haute-Savoie) où en 1766-1768, la maison priorale a 8 toises de long, 2 toises 6 pieds de large et 2 toises 1/4 de haut.

77Les vestiges archéologiques anciens en place sont assez rares ; à l’Hôpital-sous-Rochefort (Loire) une ouverture romane est visible dans l’aile nord-est. A Saint-Donat-sur-l’Herbasse et à Abondance (Haute-Savoie), des bâtiments anciens subsistent, mais les études archéologiques n’ont pas encore été publiées. A Revel-Tourdan (Isère), deux bâtiments partiellement romans et rénovés à l’époque classique se détachent du mur sud de l’église, et une tour semi-circulaire des XVE-XVIE siècles vient en partie cacher la façade ouest de l’église. A Saint-Marcellin d’Etoile (Drôme), le bâtiment accolé au sud-est de l’église, sans doute roman dans ses superstructures, a gardé un décor d’arc roman mais a été très remanié à une époque récente (Marcel 1992 : 57-58). En Ardèche, les bâtiments prioraux ont disparu à quelques exceptions près, ainsi à Macheville subsistent trois ailes, dont l’une abritait sans doute la cuisine qui a conservé une belle cheminée.

78Dans quelques cas, et souvent à l’occasion de restaurations, des décapages ont mis au jour des décors peints, comme à Champdieu dans la salle du chapitre (Fond 1995) ou à Salaise-sur-Sanne où des scènes de tournois et des blasons suggèrent l’utilisation de la grande salle pour une cérémonie fastueuse (Reynaud 1992 : 89-99) (fig. 103).

103 - Salaise-sur-Sanne : la grande salle est souvent décorée de peintures. Ici, on peut reconstituer l’affrontement de deux cavaliers

103 - Salaise-sur-Sanne : la grande salle est souvent décorée de peintures. Ici, on peut reconstituer l’affrontement de deux cavaliers

Les bâtiments prioraux de l’Ain
Les bâtiments prioraux sont rares dans la région de cette étude à cause de l’absence de vestiges conservés, de la rareté des études archéologiques et de la nature même des prieurés : de simples obédiences ne comptant que de rares moines plutôt que de véritables établissements conventuels.
A Blyes, l’intervention archéologique, permit de reconstituer le plan du prieuré (fouilles Hamonière 1996). Au sud de la chapelle, des bâtiments s’organisent autour d’une cour (cloître). Les murs de clôture du prieuré ont été déterminés dans la partie occidentale qui donne sur le rebord de la terrasse surplombant la plaine de l’Ain. Cette clôture, ainsi que le bâtiment ouest et un petit bâtiment placé à l’ouest de l’annexe nord, sont contemporains de la chapelle. Le reste des bâtiments, qui ne subsistent qu’à l’état de fondations, ne peut être daté précisément. Les sondages n’ont pas permis de mettre en évidence de construction à l’est de la cour (peut-être disparue). Deux ou trois autres bâtiments ont été localisés au sud : une construction placée sur la face sud de la cour et deux autres indépendantes, encore plus au sud-est. A l’époque gothique (fin XVe-début XVIE siècles), un ensemble de bâtiments est construit autour d’une nouvelle cour dont il ne subsiste aujourd’hui, qu’une des trois ailes. Cette maison à étage garde de belles fenêtres à meneaux. Une porterie placée au nord et donnant sur la chapelle, ainsi qu’un pigeonnier complètent cet ensemble, encore bien conservé.
A la Boisse, une ancienne aquarelle montre des bâtiments accolés à l’église qui sont vraisemblablement ceux du prieuré de Saint-Ruf (Hamonière 1999 : 166).
A la Bruyère, des vestiges du cloître roman subsistent encore dans une propriété privée.
A Druillat, petit prieuré dépendant d’Ambronay, une maison, située au sud de l’église, pourrait appartenir au prieuré. On y remarque une porte ancienne.
Le prieuré de l’Ile-sous-Quirieu (XIIIe-XVIIIe s.) associait “autour d’une cour, une église de plan rectangulaire à chevet plat, un vaste bâtiment monastique (dortoir, réfectoire) et la maison du prieur”.
A Saint-Vulbas (Ain), les fondations des bâtiments du prieuré de Marcilleux furent retrouvées au sud de la chapelle (fouilles Vicherd 1980).
A Montberthoud, le prieuré se composait d’un ensemble de bâtiments dont subsiste une partie, datant de l’époque gothique.
A Neuville-les-Dames, le bourg conserve la trace du prieuré et de son évolution relativement récente avec les maisons de chanoinesses (XVIIIe s.).
A Villette, des documents d’archives indiquent l’emplacement et la composition du prieuré dont il reste un corps de bâtiment flanqué d’une tour, situé au sud de l’église.
Bibliographie : Hamonière 1997 : 27-28 ; 1999 : 166.
L. Hamonière

Rochegude (Drôme), fig. 3 n° 113
Situés aux Aubagnans, les bâtiments prioraux s’étendaient au nord et au sud. Au nord subsiste seulement la trace, dans le mur, de l’empreinte des toitures de deux bâtiments. Au sud-est, une construction plus monumentale, encore intacte dans les années 1900, a beaucoup souffert de la disparition de la toiture et de pillages par les visiteurs. Elle comportait trois niveaux percés de nombreuses ouvertures et était peut-être précédée d’un couloir à l’ouest ; le prieuré était entouré d’une clôture (fig. 104).
Une rapide analyse des élévations permet de distinguer l’état roman et les transformations de la fin du Moyen Âge
- Au niveau 1 (sous-sol actuel) s’étendaient deux pièces, une salle B, au sud, pourvue d’une cheminée dont le manteau a disparu récemment et une salle A, en partie creusée dans le rocher et séparée en deux par un banc de pierres. Un soupirail était prévu dès l’origine dans le mur est. La base des murs est en petit appareil régulier qui comporte aussi l’amorce des voûtes. Une fenêtre ouvrait au sud et une porte à l’ouest. La fenêtre présente encore l’amorce d’un arc en plein cintre.
- Au niveau 2, l’enveloppe murale est également en moyen appareil régulier, à l’est et à l’ouest. A l’est, subsiste une petite fenêtre à ébrasement unique, à linteau monolithe à l’extérieur et très étroite. Le mur sud a disparu. L’espace est ensuite subdivisé et voûté : à l’est la voûte vient recouvrir une corniche intérieure, mais laisse assez d’espace pour une fenêtre à meneaux, à l’ouest la voûte est plaquée contre le mur. Des cloisons internes créent une étroite salle rectangulaire voûtée contre l’église, sans doute la sacristie, une autre petite pièce est éclairée par la petite fenêtre ancienne à l’est. Une plus grande pièce au sud, presqu’entièrement détruite, est éclairée par la fenêtre à meneaux. Cette pièce était sans doute chauffée (passage du conduit de cheminée).

104- Rochegude : les Aubagnans ; le prieuré subsiste en ruine sur le flanc sud de l’église

104- Rochegude : les Aubagnans ; le prieuré subsiste en ruine sur le flanc sud de l’église

- Au niveau 3, les deux grandes pièces, sans doute des chambres, se sont effondrées. Les murs deviennent plus étroits et l’on passe du moyen appareil à des moellons irréguliers. Ce niveau rendait inutilisable la dernière fenêtre de la nef. Au sud-est, une tourelle récente permet l’accès aux étages. Des contreforts tardifs épaulent le mur est.
On peut reconstituer une première construction, rectangulaire à deux niveaux. Le niveau bas est en partie taillé dans le rocher et en partie construit ; l’ensemble est voûté. Au sud, une fenêtre assure l’éclairage du côté de la pente et du soleil ; un soupirail ouvre dans le mur est. Au rez-de-chaussée, on peut supposer une pièce assez vaste et non voûtée, pourvue de deux fenêtres étroites à l’est (une seule subsiste) et sans doute d’une plus grande ouverture au sud (il n’en reste aucune trace). On accédait dans cette pièce par trois portes : une donnant dans l’église, une autre à l’ouest, la plus grande et pourvue d’un arc en plein cintre, la dernière plus petite à l’est, dotée d’un simple linteau droit. La limite de la construction en hauteur est donnée par un ressaut du mur oriental entre le niveau 2 et 3.
Cette construction, où l’on retrouve le même appareil que dans l’église, est bien évidemment romane ; comme l’église, on la situerait dans le deuxième tiers du XIIe s..
Dans un deuxième temps, on souhaite agrandir l’édifice et le rendre plus confortable ; des chambres mieux éclairées sont construites en étage avec un accès par l’escalier à vis ; la salle du niveau 2 est désormais voûtée, elle est aussi rendue plus lumineuse par l’installation d’une fenêtre à meneaux ; un conduit de cheminée dessert les niveaux 1 et 2. Il serait intéressant de relier ces aménagements, qui d’après les ouvertures remontent aux XVe-XVIe s. à des faits historiques.
Bibliographie : Collectif 1989 : 94 ; Barruol 1992 : 329.
G. Dehent

Influence de la maison-mère

79Par cette étude, et à partir des édifices existants ou des textes, nous avons essayé de montrer la différence d’échelle et de qualité architecturale entre les prieurés conventuels et ruraux, mais sans arriver à dresser une véritable typologie, ni pour les églises qui ne diffèrent guère des églises paroissiales, ni pour les bâtiments prioraux, trop mal conservés pour les époques anciennes.

80Si l’on s’attarde sur l’époque romane, on constate que la région, par son ouverture sur l’extérieur ou au contraire par les cloisonnements dus au relief, peut se découper en zones où se constituent des traditions régionales comme en Forez, en Tricastin ou en Savoie. Le nord de la région est très proche du Mâconnais et de l’art clunisien ; la Savoie est en contact avec l’Italie du Nord et le premier art roman, alors que la région lyonnaise apparaît comme très conservatrice (Oursel 1990 : 283-294). C’est ce qu’a résumé Vallery-Radot en précisant que c’est une “région de transition entre le Nord (Bourgogne) et le Sud (Provence) dans laquelle s’établissent des contacts avec l’Ouest (Auvergne, Velay, Forez) et l’Est (art roman des Alpes)” (Vallery-Radot 1971 : 273-316). L’architecture des prieurés de la région entre donc difficilement dans le cadre trop rigide des écoles.

81On peut toutefois aborder avec quelques bons exemples la question des influences de la maison-mère dans la transmission d’un style régional ou de particularités propres à la maison-mère. Ainsi, quelques prieurés savoyards entrent dans la catégorie des églises du premier art roman et l’influence transalpine a pu passer par les dépendances de Saint-Michel-de-la-Cluse ou de la Novalaise. Ainsi, l’église de Champagne est étroitement liée à celle de Saint-Chef par son plan et par son élévation. L’influence de Saint-Chaffre associée à des contacts humains directs a pu être déterminante dans la transmission vers l’est des arcs polylobés auvergnats (Desaye 1996 : 68) (fig. 105) ; de même, les dépendances de Chalais ont développé une architecture dont la simplicité, assez proche de l’architecture cistercienne, contrastait parfois avec un décor assez riche (Crosnier-Leconte 1979 : 365-374). Dans le cas des églises à chevet développé (transept à absidioles, chœur et abside), qui dépendent de Cluny comme à Salles-en-Beaujolais, Domène (Isère) ou Sainte-Jalle (Drôme) et qui en sont même assez proches comme Saint-Mamert au nord du Beaujolais, il est difficile d’attribuer le plan à transept à l’influence de Cluny. On sait que ce même plan se retrouve en Ardèche et surtout dans la Drôme dans des églises ne dépendant pas de Cluny (Aleyrac, dépendance de l’Ile-Barbe, Comps, dépendance de Savigny, ou encore à Saillans). En revanche, des plans plus simples ont été adoptés par des dépendances de Cluny ou de Tournus, comme le Val-des-Nymphes ou Donzère.

105- L’influence de l’architecture du Monastier de Saint-Chaffre se fait sentir dans les arcs polylobés de Saint-Julien-du-Serre

105- L’influence de l’architecture du Monastier de Saint-Chaffre se fait sentir dans les arcs polylobés de Saint-Julien-du-Serre

L’architecture traditionnelle des prieurés de l’abbaye d’Ambronay (Ain), fig. 1 n° 62
De nombreuses églises priorales demeurent bien conservées et présentent une architecture souvent romane et gothique, plus ou moins intacte. Les bâtiments du prieuré, ont quant à eux, presque toujours disparu. L’importance relative de ces établissements, qui n’abritaient généralement que quelques moines, n’entraîna sans doute pas l’édification de nombreuses et vastes constructions à l’inverse des prieurés conventuels. Le prieuré peut parfois être localisé : ainsi à Saint-Sorlin se trouvait-il au-dessus de l’église, dans la partie haute de l’actuel cimetière (ADA H 181) ; à Druillat, une maison au sud de l’église, bâtiment accolé à la salle des fêtes, pourrait en faire partie.
Divers documents d’archives indiquent que le prieur d’Anglefort résidait au XVIIe s. dans l’enceinte monastique de l’abbaye d’Ambronay où il avait un "logis".
S’il est difficile de trouver des points communs entre l’architecture et la sculpture des lieux de culte et celles de leur abbaye-mère pour l’époque romane, en raison de la faible représentation de cette période à Ambronay, des similitudes peuvent être constatées pour les périodes suivantes notamment en ce qui concerne les vitraux. On constate, en effet, une ressemblance entre les verrières de l’abbatiale et les vitraux de Ceyzériat (XVe s.), de Loyettes (XVIe s.) ou de Leyment (disparus).
Les caractéristiques architecturales des églises des prieurés simples d’Ambronay ne semblent pas se distinguer notablement de celles des autres édifices religieux de la région. Il faut cependant avouer que les conditions nécessaires à une analyse comparative ne sont souvent pas réunies, tous les édifices n’étant pas conservés.
L’abbaye d’Ambronay connut une période d’apogée au XIIe s. grâce au rôle des prieurés, des doyennés et des paroisses qui contribuèrent à l’établissement d’un domaine au sein duquel on peut aisément supposer que l’abbaye-mère servit de modèle, sans toutefois pouvoir en mesurer l’influence.
Bibliographie : Cattin 1985 : 5-7, 13-14 ; Hamonière 1999 : 171.
L. Hamonière

82Qu’en est-il des influences de l’église-mère sur les prieurés parfois lointains ? En Tricastin, l’influence de Cluny a pu être remplacée par le courant provençal, sensible dans l’architecture - avec par exemple des absides polygonales - comme dans le décor. Il serait aussi intéressant de mieux cerner l’influence des abbayes cisterciennes sur des édifices non affiliés : dans le nord, on pourrait évoquer le chevet de Nantua dont les absidioles étaient sans doute de plan rectangulaire à l’origine ; une influence de Cîteaux sur le goût pour les chevets plats tardifs serait également possible, mais cette influence serait plus difficile à admettre pour le sud où les absides cisterciennes sont plutôt semi-circulaires ou polygonales sauf celle de Valcroissant (Drôme) (Jobin 1980 et 1982) ; les abbayes cisterciennes ont peut-être aussi contribué à l’utilisation des voûtes en demi-berceau sur les bas-côtés. Dans l’ensemble les moines de l’abbaye-mère ont plutôt fait appel à des constructeurs locaux, d’où l’allure méridionale des abbayes cisterciennes, des prieurés de Tournus (La Garde-Adhémar) ou de Cluny (Saint-Marcel-lès-Sauzet) installés en Tricastin.

Établissements monastiques et fortification

83Les monastères ont été fortifiés au cours de la guerre de Cent Ans et des guerres de Religion (fig. 106). La clôture se transforme alors en enceinte et l’église surhausse ses murs et ferme ses ouvertures. Dans certains cas, comme par exemple en Lyonnais, des liens existent dès le départ entre l’établissement monastique et le château, lorsque l’abbé ou le prieur exerce des fonctions de justice ; le prieuré peut alors coexister avec le château et se trouver au centre d’un mandement.

106 - Le prieuré de Pommiers-en-Forez est transformé en une véritable forteresse à la fin du XIVe s., époque à laquelle des tours sont accolées aux bâtiments prioraux

106 - Le prieuré de Pommiers-en-Forez est transformé en une véritable forteresse à la fin du XIVe s., époque à laquelle des tours sont accolées aux bâtiments prioraux

Les relations architecturales entre prieurés, castra et fortifications (XIe-XIIIe siècles)

84L’association du prieuré et du château dans les domaines administratifs et dans l’exercice du pouvoir temporel, en Lyonnais entre le XIe et le XVIe s. (cf. infra), se vérifie dans le domaine architectural. L’analyse topographique et architecturale de ces prieurés liés à des structures castrales permet d’affirmer que ces ensembles sont de réels centres administratifs du pouvoir ecclésiastique, et que leurs diverses fonctions prennent plus ou moins d’importance, suivant les événements historiques.

85Dans un premier temps, l’analyse topographique permettra de mettre en évidence l’analogie de ces ensembles fortifiés avec les châteaux lyonnais. Puis, l’étude des vestiges encore en place dégagera les différents rôles qu’ont pu jouer ces sites entre le XIe et le XVIe s.

Analyse topographique des sites

86L’organisation entre l’espace religieux prioral et l’espace castrai sur le même site, est comparable au type d’implantation des "châteaux-enceintes" lyonnais dès les XIIe-XIIIe s., de Saint-Germain et Saint-Cyr-au-Mont d’Or (Feuillet, Guilhot 1990 : 93-97 ; Feuillet 1992 : 57-59). Une enceinte de plan ovale (Montrottier, Chazay) appelée vingtain, était entretenue par les habitants de la paroisse. Ceux-ci versaient à l’abbé, seigneur du site, un impôt correspondant au vingtième, en contrepartie duquel ils pouvaient se réfugier à l’intérieur de l’enceinte, en cas de guerre. A Orliénas, une enceinte quadrangulaire, cantonnée de tours circulaires aux angles, enserrait l’église, les bâtiments prioraux et les espaces aux fonctions administratives et judiciaires. L’absence de textes descriptifs pour le Moyen Âge et l’état actuel des bâtiments ne permet pas toujours de localiser et de distinguer l’espace religieux de l’espace administratif. Dans la plupart des cas, l’église est encore conservée. Elle est soit localisée à l’extrémité nord ou sud de l’ensemble, soit au centre de l’enceinte. Dans le premier cas, l’église assurait à la fois les fonctions priorale et paroissiale. Ainsi, l’ancienne église d’Orliénas, située à l’extrémité sud-ouest de l’enceinte, était accessible aux paroissiens depuis l’extérieur ; le mur gouttereau sud de l’église servant de mur d’enceinte. Dans le deuxième cas, l’église priorale était distincte de l’église paroissiale. A Chazay d’Azergues et à Montrottier, elle était encore située au centre de l’enceinte au début du XIXe s.

87Ce type d’organisation est aussi comparable à l'obedientia de Saint-Andéol-le-Château, construite au début du XIIe s. par le doyen du chapitre de l’Eglise de Lyon (Feuillet, Guilhot 1990 : 99). Cette seigneurie ecclésiastique est constituée d’un bâtiment et d’une église, le tout étant inclus dans une enceinte de plan quadrangulaire. La présence d’un auditoire, de prisons, de granges, de greniers et de celliers attestent ses fonctions d’administration publique et économiques. Aux XVIIe-XVIIIe s., ces ensembles étaient divisés en plusieurs cours, dont une au moins possédait un puits.

88Le site de Vernaison présente une particularité par rapport à ce type d’organisation : l’église, à la fois paroissiale et priorale, était située à l’extérieur de l’enceinte du castrum, tout comme vraisemblablement le prieuré.

89L’absence de vestiges antérieurs au XVe s. ne permet pas de restituer l’état de ces ensembles prioraux et castraux, pour la période antérieure.

  • Fonctions administratives et défensives : les guerres du XIVe et XVe s. sont à l’origine de l’installation de tours aux angles des châteaux, de mâchicoulis, de meurtrières, d’échauguettes, de chemins de ronde et de porte à herse (Chazay, Orliénas) dans les murs d’enceinte. Sur certains sites, la tour du clocher de l’église a pu symboliser la tour de défense. Ainsi, à Montrottier, le clocher du XIIIe-XIVe s. situé à un emplacement inhabituel - sur le chœur à l’extrémité orientale de l’église - revêt un caractère fortifié par son aspect massif et la présence rare d’ouvertures dans ses maçonneries. L’étude des textes du XVIIIe s. permet d’affirmer que la fonction administrative publique était assurée à cette époque, par la présence d’un auditoire et de prisons parfois localisées dans une tour ou un donjon (Chazay d’Azergues, Orliénas, Vernaison) (fig. 107). Toutefois, la disparition de ces sites ou leur possession par des propriétaires privés, rendent difficile la localisation de ces espaces.

107-Charlieu : l’abbaye est défendue par un puissant donjon circulaire construit au début du XIIIe siècle

107-Charlieu : l’abbaye est défendue par un puissant donjon circulaire construit au début du XIIIe siècle
  • La demeure du prieur : à partir du milieu du XVe s., les prieurs commendataires reconstruisent ou apportent des modifications à leur propriété immobilière. Extérieurement, l’édifice revêt un aspect uniforme de demeure ecclésiastique seigneuriale. Aucune caractéristique architecturale ne permet de distinguer les pièces d’habitation, de celles destinées à la justice ou à la gestion économique, comme à Chazay d’Azergues. Quelques fenêtres à meneaux sont percées dans le mur extérieur de l’enceinte du castrum* et du prieuré, ainsi que dans les tours. A l’intérieur de l’enceinte, les fenêtres à meneaux occupent quasiment toute la surface du bâtiment, laissant largement pénétrer la lumière. Des tourelles de plan hexagonal, typique des maisons urbaines de la Renaissance (Lyon, Grenoble), ainsi que des portes sculptées à arc en accolade, décorées de gables et de pinacles, sont installées dans les maçonneries (Chazay, Montrottier).

  • Les aménagements agricoles : à côté de ces aménagements, au XVIIIe s., des espaces étaient occupés par des cuviers, pressoirs et écuries, qui assuraient la fonction économique et agricole du domaine. Cette fonction, dévolue au prieuré à l’origine de sa fondation, était remise au goût du jour par l’intermédiaire de l’affermage, au détriment de la fonction défensive. Mais l’affermage, à cette époque, n’est pas spécifique aux prieurés liés aux structures castrales. De nombreux châteaux et maisons-fortes ont été affermés. Ce changement de fonction a permis de conserver ces édifices jusqu’à nos jours.

Prieurés-châteaux en Lyonnais

90Dans le Lyonnais, région de collines et de montagnes, l’association d’un prieuré avec des structures castrales, qualifiée de "prieuré-château", se rencontre fréquemment. En effet, l’Eglise de Lyon et les abbayes lyonnaises - propriétaires de cette région - utilisent les deux institutions, pour assurer leur indépendance et se développer en attirant le plus de population sur leur territoire ; le choix de sites de hauteur assure la protection et la défense de cette population contre les ennemis et la présence d’un prieuré renforce leur pouvoir spirituel, malgré l’évolution du rôle du prieuré et du castrum.

91Le plan du château-enceinte diffère peu de celui du prieuré conventuel (Feuillet 1992 : 57-59). Associé à un castrum administrant un mandement et dépendant de l’abbaye mère, l’ensemble architectural adopte un plan soit quadrangulaire soit ovale limité par une enceinte fortifiée (Montrottier, Chazay-d’Azergues). L’intérieur est subdivisé en plusieurs cours où s’individualise la fonction priorale ; une ou deux ailes s’adossent à l’enceinte. L’église, qui n’assure que la fonction priorale, est généralement située au centre de l’enceinte. A Chazay-d’Azergues une deuxième église assurait la fonction paroissiale. A Orliénas, site à double fonction paroissiale et priorale, le mur sud de l’église est en même temps celui de l’enceinte.

92A Taluyers (Rhône), la clôture des bâtiments prioraux est renforcée par la construction de tours pourvues d’archères et de mâchicoulis. Par la suite, le souci de confort l’emporte et les murs sont percés de fenêtres à meneaux, des escaliers à vis permettent un accès plus facile aux étages.

93A Montrottier, ceci est confirmé dans un document du XVIIe s. qui précise que la "chapelle du château" (de Montrottier) est un "oratoire" et non une église paroissiale, dont l’accès est réservé aux personnes ayant reçu l’autorisation du prieur Guichard de Pavie. Ce dernier est à l’origine de sa construction installée

"sur les vestiges de l’ancien oratoire" (AD Rhône, 1 H 399, f° 209).

94En 1463, les habitants de Montrottier sont autorisés à

"clorre le chasteau dont les murs estoient en partie tombés et de faire la closture moindre que l’ancienne”.

95Le prieur peut faire construire des maisons, vraisemblablement à l’intérieur de l’enceinte du prieuré, et "se clorre" (AD Rhône, 1 H 399, f° 321). En 1513, le "chasteau" possède déjà une basse-cour (AD Rhône, 1 H 399, f° 322).

96Le site ne semble pas avoir connu de réelles transformations topographiques durant l’époque moderne, si l’on excepte le regroupement progressif de l’habitat autour de l’enceinte du prieuré, qui porte plus communément l’appellation de "château". Les quelques rapports de visites permettent de restituer son état et de proposer des datations pour certaines parties qui le constituent.

97Ainsi, en 1660, le prieuré - "qui estait autrefois conventuel de l’ordre de Saint-Benoist" - possède une enceinte dans laquelle est incluse "une église qui appartient aud. prieuré" (AD Rhône, 1 G 52, f° 319). Celle-ci est distincte de l’église paroissiale. En 1682, le "château", par lequel on accède au moyen d’une porte (AD Rhône, 1 H 399, f° 10) - il devait s’agir de la porte actuelle située au sud-ouest de l’église-, se compose d’un pigeonnier de 15 m de haut qui surmonte une petite salle voûtée et autour de laquelle s’organise l’essentiel des bâtiments. Dans l’axe est-ouest, un corps de logis de trois étages se divise en plusieurs salles, chambres et grenier et possède une cuisine. Il donne au sud sur un jardin délimité par une muraille pourvue de tours circulaires (AD Rhône, 1 H 418 : Montrottier). L’une d’entre elles est identifiable à la tour détruite en 1923 (Puech et Feraudy 1978) et remplacée par le monument au mort situé au nord-ouest de la façade actuelle de l’église. Cet élément permet donc de localiser le "château à l’emplacement de l’actuel presbytère daté du XIXe s. et de ses jardins. La "chapelle" qui est aussi la "petite salle voûtée" est identifiable aux trois travées orientales de la nef actuelle ; son accès s’effectue par un "cabinet", désignant la sacristie actuelle (AD Rhône, 1 H 418). A proximité et à l’extérieur de cette chapelle sont installés l’auditoire de justice et des maisons.

98En 1802, à la suite du regroupement progressif de la population autour du château, le culte est transféré de Saint-Martin-les-Périls au site de l’ancien "château". L’ancienne "chapelle" du prieuré devient officiellement l’église paroissiale en 1808. Au cours du XIXe s., l’église subit plusieurs transformations et notamment, l’adjonction d’une nef à l’ouest de la partie XVe-XVIe s. en 1821 (A. M, Délibération du Conseil municipal de 1821). En 1862, les immeubles situés au nord de l’église sont détruits afin d’en dégager les abords et d’agrandir la place publique. Entre 1865 et 1873, le presbytère est reconstruit en remployant des éléments de portes de l’ancien "château" ou prieuré installés par Guichard de Pavie aux XVe-XVIe s. (AD Rhône, Ο 1091, Biens communaux 1839-1896).

L’église priorale fortifiée

99Quelques cas illustrent bien l’aspect fortifié des prieurés à la fin du Moyen Âge, même si par exemple pour Pommiers (f° 490), le dessin de l’Armoriai ne rend pas la puissance des fortifications encore en partie conservées.

100On remarque tout d’abord des sites dépourvus de château où l’église joue le rôle d’un donjon : à Pouilly-les-Nonnains (f° 484) et à Estivareilles (f° 91), le clocher du prieuré, assez élevé, est couronné d’un hourd très débordant.

101Dans d’autres cas, le prieuré lui-même a été fortifié, soit lors de la guerre de Cent Ans, soit lors des guerres de Religion :

  • à Feurs (f° 449), l’église paroissiale est située au cœur de la ville, alors que le prieuré de Randan apparaît au premier plan, extra-muros, à proximité de la Loire. L’église, dépendance de Saint-Martin d’Ainay, est intégrée dans un ensemble fortifié, doté de bretèches* et de hourds*, et portant encore la marque d’un siècle de guerres. Le prieuré est entouré d’un domaine avec un verger et un enclos à bétail. Une chapelle, sans doute lieu de culte pour les habitants de Randan, est également visible à droite ;

  • à Champdieu (f° 476), l’accent est encore mis sur l’aspect fortifié : le prieuré est nettement visible à l’intérieur des remparts circulaires de la ville ; il est lui-même défendu par de hauts murs renforcés de mâchicoulis, d’un type proche de ceux du Palais des papes à Avignon ;

  • à la Part-Dieu, la résidence d’été des moines de Léoncel est dévastée en 1568. L’abbé obtient l’autorisation d’y élever, à l’est de la chapelle, une tour carrée de 7 à 8 m de côté. En 1577, le château voisin de Barbières ayant été attaqué par les Protestants, le lieutenant du Dauphiné demande à l’abbé de Léoncel de détruire la tour ou d’en assurer la défense à ses frais. Faute d’argent, l’abbé fait raser la tour (Monnier 1993 : 29-32) ;

  • à Pommiers : lors de la guerre de Cent ans on applique sur le flanc sud du monastère, contre la porte créée au XIIe s., trois tours percées d’archères pour la fortification, dont le talutage à la base, la forme des archères sont caractéristiques du système défensif de la fin du Moyen Âge.

Taluyers (Rhône), fig. 7 n° 48
Les ailes nord et est sont constituées notamment d’éléments architecturaux caractéristiques des XIVe et XVe s. Dans un premier temps, l’aile orientale - face dirigée vers le village d’Orliénas - est fortifiée de deux tours hors œuvre aux angles nord et sud. Celles-ci sont pourvues de meurtrières du XlVe s. Leurs différences d’intégration avec l’aile orientale laissent supposer que la tour nord a été construite en même temps que les ailes nord et est, alors que la tour sud a été rajoutée ultérieurement à la construction. Des mâchicoulis installés sur la paroi extérieure de cette aile, témoignent encore de son aspect fortifié (fig. 108).
A partir du milieu du XVe s., dans une période de paix consécutive à la fin de la guerre de Cent ans, on se soucie davantage du confort que de la défense du prieuré. A cet effet, des aménagements comparables à ceux de l’habitat civil sont installés : des fenêtres à meneaux sont percées dans les tours d’angle et l’aile orientale ; une tourelle octogonale dont la porte est surmontée d’un décor de gables et de pinacles, est construite à l’angle intérieur des ailes nord et est. La galerie, les cheminées et les plafonds à la française, mentionnés en 1700 dans les textes, datent vraisemblablement de cette époque.
L’ensemble des bâtiments prioraux ressemble davantage à une demeure seigneuriale, qu’à un habitat religieux ; aspect renforcé par les fortifications héritées des guerres des siècles précédents.
Bibliographie : Chastel 1976 ; Oursel 1990 : 277 ; Vernin 1993 ; Meynet 1997.
E. Vernin

108 - L’église de Taluyers et les bâtiments du prieuré renforcés de tours et surmontés de mâchicoulis

108 - L’église de Taluyers et les bâtiments du prieuré renforcés de tours et surmontés de mâchicoulis

Montverdun (Loire), fig. 6 n° 39
Bien que les liaisons n’aient pas été établies entre l’église (cf. fig. 71) et le mur de clôture du monastère, la similitude de l’appareil et la chronologie obtenue dans le logis du prieur invite à voir dans la muraille conservée à l’est et au sud-est, l’enceinte associée (fig. 109). Elle forme l’esquisse d’un plan rectangulaire d’environ 34 m par 52 m - dimension hors église. Seule la dimension nord-sud est précisément connue. Cette enceinte conserve une disposition d’angle particulière qui consiste en une surépaisseur formant une excroissance arrondie à la manière d’une fausse tour. Cette technique caractérise également l’enceinte initiale du prieuré de L’Hopital-sous-Rochefort (Loire). Le prieuré sera transformé par une première extension du rempart sur le flanc sud qui porte la muraille à 5 m plus au sud et définit avec la première enceinte un angle rentrant au sud-est. Cette extension est construite en petits moellons de basalte assisés et présente le même type d’angle renflé que la première enceinte. Elle sera percée d’une ouverture à l’est qui pourrait correspondre à une baie géminée. Son décor présente des motifs géométriques à base de demi-cercles et de carrés polychromes que l’on retrouve sur la baie géminée d’une maison de Cluny datée du XIIe s. ainsi que dans la chapelle Saint-Michel de la collégiale Saint-Julien de Brioude datée de la fin du XIIe s. Cette extension pourrait correspondre à la création du logis du prieur dont l’existence, en cet endroit est attestée pour les siècles suivants. A Montverdun, la reconstruction de la nef est associée à l’édification d’un rempart nouveau (sondages J. Tardieu) qui enserre l’église et va circonscrire le cimetière qui se développait auparavant à flanc de butte. Ce rempart est édifié en blocs de basalte moyens sensiblement assisés. Sa configuration est polygonale et il est ponctué de tours de faible diamètre dépourvues de meurtrières. La tour nord à un diamètre interne de 2 m pour une épaisseur de mur de 1,50 m. Elle est accessible par une porte haute couverte par un linteau en bâtière. La tour ouest, dégagée en 1993 est d’un diamètre interne de 1,4 m pour une épaisseur de mur de 0,90 m L’exiguïté de ces ouvrages, en partie remplis de terre lors de leur construction, les destinent probablement plus à une fonction symbolique que réellement défensive.

109 - Montverdun : plan d’ensemble du prieuré fortifié à partir du XII e siècle

109 - Montverdun : plan d’ensemble du prieuré fortifié à partir du XII e siècle

Au sud, nous assistons à une nouvelle extension du rempart. Ses caractéristiques sont identiques à celles du rempart précédemment décrit. Il comporte un portail couvert par un cintre légèrement brisé qui fut l’entrée principale du prieuré jusqu’au XVIIIe s. L’étude menée dans l’une des salles du logis du prieur permet de dater cette extension du milieu du XIIIe s. (datation Archéolab : abattage 1254). Cette extension s’accompagne d’une recomposition du logis du prieur avec emploi du pisé pour les murs intérieurs.
Ces travaux interviennent une vingtaine d’année après l’acte de 1233. Ils sont donc le fait des moines cassadéens après leur installation. Diverses hypothèses ont été mises en avant pour tenter d’expliquer le renvoi des chanoines. Le contexte géopolitique de ce début XIIIe s., avec la montée en puissance des comtes du Forez et leur alliance avec l’Eglise de Lyon, ouvre une période favorable pour asseoir leur domination. Le concordat de 1233 permet aux comtes du Forez de prendre le contrôle d’un ensemble qui est alors fortifié. Son attribution à l’abbaye de la Chaise-Dieu compense la dette accumulée lors de la construction de la capitale médiévale du Forez, Montbrison, dont le développement s’effectue au détriment des terres bénédictines de Moingt et Savigneux. L’union, à cette date, de plusieurs prieurés à celui de Montverdun tend à montrer que l’opération se déroule dans un cadre plus général de réorganisation du réseau de petits établissements prioraux.
Quel fut, dans ce contexte, le prétexte utilisé pour l’expulsion des chanoines ? Est-ce la ruine de l’église ? Dans ce cas il resterait à démontrer qu’elle se soit produite avant 1233. Cette hypothèse mérite cependant quelque attention. En effet, si l’église était ruinée lors de son rattachement à la Chaise-Dieu, sa reconstruction a vraisemblablement eu un caractère prioritaire par rapport au remaniement du logis du prieur. Ces travaux pourraient alors s’effectuer entre 1233 et 1254, et ce laps de temps semble cohérent avec le constat d’un chantier ponctué d’arrêts. D’autre part, les caractéristiques de la nouvelle nef : voûte en berceau, petite fenêtre étroite à double ébrasement du pignon ouest, corroborent la datation proposée. De plus cette reconstruction relevant de la tradition auvergnate est un argument supplémentaire pour faire correspondre ces travaux au rattachement à l’abbaye de la Chaise-Dieu.
Le XIVe s. apparaît relativement discret dans l’évolution architecturale du monastère. Des adjonctions aux fortifications sont réalisées : la partie sommitale de la tour nord est pourvue de créneaux et de merlons ; le niveau d’effondrement de la toiture et du plancher de cette tour a livré de la céramique du XIVe s. Les dispositions techniques et les tuiles à crochet utilisées pour la réalisation de sa toiture sont les mêmes que celles qui seront mises en œuvre pour la fortification de l’église. Cette dernière consiste en une surélévation générale des murs périphériques des absides et du transept pour les porter à un même niveau. Le résultat de cette transformation apparaît avant tout d’ordre théâtral puisque aucune disposition pratique telle qu’un chemin de ronde ne peut lui être associée La toiture de l’abside correspondant à cette fortification a pu être étudiée lors des travaux de restauration. Nous observons qu’aucun élément de bois n’entre dans sa composition de telle sorte que l’on peut exclure que la muraille ait été une protection contre des projectiles incendiaires. Sa réalisation consiste en fait à réutiliser la toiture primitive de l’abside faite de lauzes de gneiss, à récupérer les eaux pluviales par un égout de tuiles creuses et à les évacuer à travers les murs par un conduit de tuiles.
Dans le logis du prieur, un décor à base de vair, daté stylistiquement du XlVe s., accompagne la réduction de l’ouverture romane.
Le XVe s. témoigne d’une intense activité architecturale. L’édification d’une seconde enceinte est réalisée au milieu du siècle. Le dessin de Guillaume Revel en donne la représentation. Cette enceinte a aujourd’hui complètement disparu. Seul un porche en fut réutilisé au XVIIIe s. et fait désormais fonction d’entrée principale dans la muraille ouest. L’étude du rempart ouest montre d’importantes campagnes de reconstruction de la muraille du XIIIe qui s’avère en très mauvais état et présente, aux rares endroits conservés, les signes de forts déversements. La réalisation de deux caves s’inscrit dans ce programme, notamment une grande cave voûtée en double berceau.
L’étude stratigraphique des enduits de l’une des salles du logis du prieur montre pour cette période une série de travaux dont la datation est obtenue par analyse dendro-chronologique. Au milieu du XVe s., un enduit blanc stuqué scelle la mise en place d’une fenêtre à meneaux à l’est de la grande galerie de bois à étage (abattage 1442-1443 Archéolab) et des portes de communication qui lui sont associées (linteaux blasonnés et en accolade). Le réfectoire, dont les ruines s’élèvent face à la galerie offre également quelques indices qui font correspondre son réaménagement à cette époque, tandis que l’intérieur de l’église va recevoir un nouvel enduit qui va cacher toute trace de polychromie antérieure. Il faut sans doute rapporter à cette période l’adoption de toitures couvertes de tuiles vernissées polychromes que l’on trouve en abondance et dont les premiers réemplois dans les maçonneries sont datés du début du XVIe s.
Nous devons à Renaud de Bourbon, prieur de Montverdun dans la seconde moitié du XVe s., plusieurs réalisations : en 1469, la réfection d’un ancien plafond du XIIIe et, quelques années plus tard, en 1478, le réaménagement du logis avec la construction de deux cheminées gothiques, de latrines en pan de bois et d’enduits stuqués peints en bistre qui marquent l’installation de ce prieur dans les lieux. Un simple badigeon, antérieur à 1561, avant tout destiné à faire disparaître à la vue les graffitis exécutés par une garnison de soldats en 1531, sera passé sur les murs. Ces travaux constituent la dernière prestation de qualité du logis du prieur jusqu’à la suppression de toute vie conventuelle en 1701 et il faudra attendre le milieu du XVIIIe s. pour voir apparaître de nouveaux aménagements. Nous observons au début du XVIe s., des reconstructions du rempart nord du XIIIe s. dont la ruine est provoquée par la poussée des terres accumulées dans le cimetière. Cette reconstruction s’accompagne de nouvelles dispositions défensives : arquebusières et tour de flanquement en forme de fer à cheval à l’est.
Chr. Le Barrier

Le prieuré dans le château

102A Saint-Romain-le-Puy (f° 465), trois églises sont visibles : l’église Saint-Romain sur le sommet du pic et entouré des murailles du château, une église à mi-pente et en bas, l’église paroissiale.

103A Rozier-Côtes d’Aurec (f° 472), le château et le prieuré semblent ne faire qu’un à l’abri de hauts murs qui dessinent un rectangle dont les angles sont défendus par des échauguettes et d’où émerge la tour à deux étages de l’église. Située au nord de l’église, son plan est constitué de deux ailes, encadrant au nord et à l’est une cour centrale, servant de cloître. A l’origine, une troisième aile - dont il subsiste encore une pièce à l’angle nord-ouest du prieuré - servait de clôture occidentale à cet ensemble, avant d’être détruite vers 1680-1685. Sa différence d’orientation avec les deux autres ailes et la présence de fenêtres du XIIIe s., notamment dans le mur ouest, permettent d’affirmer qu’elle est la partie la plus ancienne du prieuré.

La maison du prieur, du palais au manoir

104Le retour à la paix et le renouveau économique dès le milieu du XVe s., permet aux seigneurs ecclésiastiques d’investir dans la reconstruction de leur domaine. Les prieurés deviennent des résidences secondaires aristocratiques, ils perdent leur fonction militaire, ou gardent un caractère castrai symbolique, et les prieurs commendataires n’y résident qu’occasionnellement.

105L’importance des résidences est fonction des revenus. Même si, sauf à Brou, l’on n’a pas vraiment de véritables palais dans notre région, de profondes différences distinguent les résidences de Charlieu ou de Talloires, de celles de Salaise-sur-Sanne ou de Pouilly-les-Feurs. Les proportions sont parfois monumentales, comme à Talloires et Charlieu, et le plus souvent modestes comme à Salt-en-Donzy (fig. 110) ou Pouilly-lès-Feurs.

110 - A Salt-en-Donzy, la maison du prieur ressemble à un manoir avec son bâtiment rectangulaire, qui englobe les constructions romaines, et son escalier à vis

110 - A Salt-en-Donzy, la maison du prieur ressemble à un manoir avec son bâtiment rectangulaire, qui englobe les constructions romaines, et son escalier à vis

106Ces constructions sont tardives, entre le XIVe et le XVIe s., et des travaux interviennent également plus tard. Les dates peuvent être connues :

  • par des textes : Brou, au début du XVIe s., construction par Marguerite d’Autriche (Tamalet 1994) ; à Poulieu (Isère) (Montchal 1993), construction ou reconstruction par Théodore du Terrail, oncle de Bayard entre 1484 et 1488 ;

  • par des armoiries sculptées aux portes des escaliers ou aux cheminées, comme à Taluyers (Rhône), Saint-Chef (Isère) ou Chazay d’Azergues (Rhône) ;

  • grâce à la typologie des portes et des fenêtres. A Talloires, les éléments les plus anciens doivent remonter au début du XIVe s., si l’on en croit les ouvertures à lancettes et rosaces semblables à celles du château d’Epierre (Rochette 1997 a et b). Ces constructions présentent en général les caractéristiques du style gothique flamboyant de la fin du XVe et du début du XVIe s., comme à la Part-Dieu (Chatuzange-le-Goubet, Drôme) (cf. infra article de Monnier) ;

  • grâce au décor peint : à Salaise-sur-Sanne, la présence d’armoiries peintes au sommet des murs de la grande salle du prieuré permet de rattacher ce décor à un événement régional important. A Montverdun, l’étude stratigraphique des enduits de l’une des salles du logis du prieur montre une série de travaux dont la datation est obtenue par analyse dendrochronologique. Au milieu du XVe s., un enduit blanc stuqué scelle la mise en place d’une fenêtre à meneaux à l’est de la grande galerie de bois à étage (abattage 1442-1443 Archéolab) et des portes de communication qui lui sont associées (linteaux blasonnés et en accolade).

La fonction

107La maison du prieur est une résidence de campagne qui a pour seule fonction l’habitat et les réceptions, dans un maximum de confort, ce qui exclut les fonctions utilitaires autres que culinaires. Fonctions difficiles à appréhender par les textes : les prieurs commendataires n’ouvrent pas toujours leurs portes aux visiteurs ; les textes sont souvent tardifs, comme à Taluyers, à la Part-Dieu ou à Poulieu (1604,1681 et 1694) (fig. 111) et ne correspondent ni à l’état actuel ni à l’état primitif. Par nature le commendataire n’est pas résident, mais cela peut varier d’un individu à l’autre : ainsi à la Part-Dieu, à partir de 1682, le premier abbé commendataire Hugues Humbert de Servient améliore sa “maison de campagne en la faisant réparer et en installant un jardin protégé par une palissade. Il semble se plaire dans son domaine où il mène grand train et entretient "huit chevaux de carrosse” (AD Drôme, 1 H, 732 et Cahiers du Vercors n° 5 : 17). Actuellement soit les vestiges ont disparu, soit ils sont en mauvais état comme à Poulieu, soit encore ils ont été très restaurés comme à Talloires ou au Bourget-du-Lac. Le but est donc d’abord de repérer la maison du prieur, d’en distinguer les différentes pièces, de retrouver la disposition d’origine et son décor.

111 - Poulieu : de la maison de l’abbé subsistent les ailes orientale et méridionale défendues par une puissante tour ronde

111 - Poulieu : de la maison de l’abbé subsistent les ailes orientale et méridionale défendues par une puissante tour ronde

Les différents types

108On peut distinguer les bâtiments conçus spécialement comme des résidences et souvent séparés des autres, et ceux qui ont été aménagés dans des structures anciennes.

109Quand tout a été reconstruit a fundamentis, la maison de l’abbé ou du prieur a été conçue pour être intégrée à l’ensemble monastique : c’est le cas du monastère de Brou où un palais proche de l’église, inclus dans l’aile du premier cloître, est réservé à Marguerite d’Autriche. Des fenêtres à meneaux et des portes moulurées attestent une construction du premier tiers du XVe s.

110La maison du prieur se présente souvent comme un bâtiment indépendant. La construction est assez ramassée et proche du carré, comme à la Part-Dieu (Drôme) où la maison de l’abbé a conservé des fenêtres à meneaux et des portes moulurées ainsi qu’un escalier à vis. La construction peut être plus allongée, proche de la typologie des manoirs comme à Salt-en-Donzy (Loire) (cf. fig. 110) où elle ne présente plus guère d’éléments datables à l’extérieur si l’on excepte l’escalier à vis de la fin du gothique (Rapport, Blin 1994). En élévation, les maisons ne dépassent guère deux étages au-dessus du rez-de-chaussée et le dernier étage a souvent disparu.

111Lorsqu’il s’agit de bâtiments aménagés dans des constructions anciennes, la maison peut se situer à l’écart des autres bâtiments, comme à Charlieu où elle se construit au-delà de l’enceinte priorale (en englobant une tour carrée), ou comme à Bouchet (Drôme) (cf. article de Dahent) et au Bourget-du-Lac (cf. article de Viscusi) où elle est installée respectivement à l’extrémité de l’aile nord et à l’angle sud-est du prieuré.

112La maison peut être intégrée à une aile : aile est à Taluyers (Vernin 1993 : 52-58) ou Poulieu, aile ouest à Pouilly-les-Feurs et Salaise-sur-Sanne (Reynaud 1992). Dans ces derniers cas, la construction nouvelle est datée du XVe-XVIe s. mais on arrive mal à situer dans le temps les premières constructions excepté à Pouilly-les-Feurs où l’aile sud est bien datée du XIe s. (Delomier 1987).

Aménagements intérieurs

113Ils sont en général mal connus, faute de textes anciens. De profondes modifications ont fait disparaître les traces des états primitifs qui comportaient soit une salle principale à l’étage comme à Salaise-sur-Sanne, Pouilly-les-Feurs et Salt-en-Donzy, soit une grande salle au rez-de-chaussée comme à Taluyers. A Salaise-sur-Sanne, on peut supposer l’existence d’une grande salle à l’étage, d’une cuisine, d’une salle à manger au rez-dechaussée et de chambres au nord (Reynaud 1992). A Poulieu, le rez-de-chaussée comporte au XVIIe s. une vaste cuisine à cheminées, à l’étage on trouve la chambre bleue, chambre ou cabinet de travail voûté et une deuxième chambre pour un personnage important. La salle aux peintures est installée dans l’aile voisine au nord du château (Montchal 1993 : 60).

Talloires (Haute-Savoie), fig. 4 n° 21
La maison du prieur appartient au prieuré bénédictin fondé au IXe s. par l’abbaye de Tournus sur le domaine royal et confié au XIe s. à l’abbaye de Savigny. La commende est instaurée à la fin du XIVe s. et les prieurs se font construire une élégante et confortable maison située au nord-est des bâtiments claustraux et le long de l’enceinte. Le bâtiment actuel présente une grande bâtisse rectangulaire accolée à une construction plus petite et plus ancienne qui comporte une tour. Il a été préservé grâce à une occupation constante, et se trouve actuellement être la construction la plus ancienne du prieuré (fig. 112).

112 - La maison du prieur de Talloires est percée de fenêtres gothiques géminées du XIVe s. et d’ouvertures à accolade plus tardives

112 - La maison du prieur de Talloires est percée de fenêtres gothiques géminées du XIVe s. et d’ouvertures à accolade plus tardives

L’étude archéologique a pu déterminer six grandes étapes : la construction du bâtiment nord, son élargissement et l’ajout des “silos”, ou petits espaces circulaires couverts d’une voûte conique, la grande pièce à l’est, puis une plus petite accolée au nord, enfin toute la partie ouest. Le bâtiment nord, le plus ancien, constitue une sorte de tour accolée au rempart. A l’est, la nouvelle construction comporte une cave voûtée, une grande pièce (7,20/6,60 m.) dotée à l’origine de fenêtres en molasse, géminées et surmontées d’un oculus et un étage au-dessus. Les murs sont construits en appareil calcaire irrégulier et chaînages d’angle appareillés. La grande salle atteste la fonction résidentielle de l’édifice. Le type des fenêtres à rapprocher de celles de Grandson (Suisse), d’Epierre (Savoie) ou de Bellecombe en Tarentaise se situe entre le XIIIe et le XIVe s. A l’ouest, est venu s’installer un grand bâtiment à deux étages, oblique par rapport à l’enceinte. La disposition ancienne des pièces avec leurs plafonds à la française a été conservée, ainsi que les impostes des portes ; ces plafonds rappellent ceux de Saint-Marcel-de-Marigny (Haute-Savoie), de Menthon-Saint-Bernard (Château), de Marclaz (Haute-Savoie), et de Magland (Savoie) datés du XVe s. L’essentiel de la construction se situe donc aux XIV-XVe s. Au XVIIe s., les restaurations de l’abbé commendataire, Charles-Louis des Lances, ont totalement modifié la façade sud. L’installation d’une annexe de l’université de Boston est à l’origine de travaux récents.
Bibliographie : Boekholt 1978 et 1983 ; Rochette 1997 b.
M. Rochette

La Part-Dieu, à Chatuzange-le-Goubet (Drôme), fig. 3, Β
L’ancien monastère de la Part-Dieu installé au sud-est de Romans, est devenu en 1194, la résidence d’hiver des moines de Léoncel. Après un exil à Romans à la fin du XIVe s., les moines reviennent à Léoncel et à la Part-Dieu. Les biens sont décrits lors des inventaires, en particulier celui de 1655 qui mentionne “la chambre du soleil... le cabinet... l’antichambre... la grande chambre regardant sur le jardin du côté du vent... la cuisine... le grenier ” (AD Drôme, 2E, 24 443). La maison de l’abbé apparaît comme un rectangle d’environ 14 m de côté et 5,30 m de haut, accolé au sud d’un ensemble de bâtiments d’exploitation. La construction est en galets de rivières, en molasse et en tuf. Le rez-de-chaussée est percé d’ouvertures assez récentes, par exemple la porte de la grande façade qui est datée de 1685. Les fenêtres de l’étage noble sont mieux conservées avec leurs meneaux finement moulurés (en particulier la fenêtre préservée derrière la construction moderne), mais certaines ont été reconstruites récemment. A l’intérieur, la disposition intérieure suggère l’existence de quelques grandes pièces ; les enduits sont partiellement anciens et les cheminées ont été reconstruites au cours des siècles. Au dernier niveau, les ouvertures sont petites et simples. En façade nord, un escalier à vis en demi hors-œuvre assure la desserte des trois niveaux et l’accès à une petite galerie à l’étage. Les fenêtres à meneaux et les portes moulurées datent la construction du XVe s. ou du début du XVIe s. La maison de l’abbé semble bien inscrite dans le terroir par l’utilisation de l’appareil de galets et de molasse et par son plan ramassé que l’on trouverait dans d’autres bâtiments contemporains ; elle se distingue des bâtiments d’exploitation par le décor de ses ouvertures, de ses cheminées et par son escalier à vis (fig. 113). La chapelle s’élevait dans le prolongement de la façade principale au sud-est.
Bibliographie : Monnier 1993
S. Monnier

113 - Façade occidentale de la maison de l’abbé de la Part-Dieu percée d’une grande fenêtre à meneau et larmier (premier étage) d’entrée

113 - Façade occidentale de la maison de l’abbé de la Part-Dieu percée d’une grande fenêtre à meneau et larmier (premier étage) d’entrée

Pommiers-en-Forez (Loire), fig. 6 n° 27 et 114

Le logis prioral, fortifié au XIVe s. comme l’ensemble du bâti existant, a été largement reconstruit au XVe s. par un prieur commendataire. Le décor est caractéristique de l’habitat civil de la fin du Moyen Âge : élégantes arcades, fenêtres à meneaux et traverses, escalier en vis et autres éléments de décor intérieur, (peinture de faux appareil, linteaux à accolade au-dessus des portes etc...). L’utilisation de la brique, rare dans l’architecture civile de la région dénote une influence extérieure.
Bibliographie : Collectif 2000 : 14, 63-67.
Ch. Delomier

114 - La maison du prieur

114 - La maison du prieur

Salaise-sur-Sanne (Isère), fig. 5 n° 53
Les bâtiments prioraux ont perdu beaucoup de leur intérêt à la suite de multiples transformations pour aménager la ferme et l’habitat. Les constructions s’organisent autour d’une cour : un bâtiment à l’est et un autre à l’ouest qui conservent quelques rares et petites ouvertures, traces d’un état de la fin du Moyen Âge. Le bâtiment oriental percé de petites fenêtres de forme carrée pouvait servir au stockage des récoltes. On ignore tout d’un éventuel bâtiment septentrional, suggéré toutefois par des départs de murs.
A l’ouest s’alignent plusieurs constructions très remaniées (fig. 115). Au nord, l’aménagement intérieur a perdu tout caractère d’ancienneté ; au sud se trouvait sans doute la résidence privée du prieur, signe de la disparition de toute vie communautaire. La maison du prieur a été remaniée au XVIIIe s., en particulier la façade occidentale qui a sans doute été reconstruite tardivement ; seuls l’intérieur et la façade sur la cour, présentent encore quelque intérêt. Ainsi au rez-de-chaussée, deux cheminées adossées du XVe s. appartenaient à une cuisine et à un réfectoire. Des portes curieusement placées aux différents niveaux suggèrent la présence d’un escalier à vis du côté de la cour. On peut supposer que la grande salle ou camera superioris* occupait tout l’étage. Ces aménagements pour le confort (cheminées, escalier) et les larges ouvertures (portes et fenêtres à meneaux et arcs en accolade) apparentent cette maison de prieur à une maison noble. Du XIVe au XVIe s., le prieuré est en effet dirigé par des prieurs appartenant à de grandes familles de la région, comme Jean de Roussillon, Jean de Vaugrineuse, Charles de Grolée. Le décor de la camera accroît encore cette impression : le grenier actuel a conservé la trace de peintures murales entre des cheminées ou des percements tardifs, mais on ignore si les fresques subsistent au niveau inférieur. Ces fresques représentent un tournoi, un cavalier dans un jardin au-dessus d’une frise d’armoiries (cf. fig. 103). La scène de tournoi est inscrite dans un fronton triangulaire - celui de la camera - et représente deux chevaliers qui se font face. Les écus sont suspendus à une tringle par une courroie noire et sont entourés d’entrelacs végétaux. Certains blasons ont pu être identifiés, ceux des Roussillon-Anjou, des Roussillon-Annonay, des Thoire-Villars, des comtes de Genève. Ces fresques sont à rapprocher des Loives de Montfalcon à Roybon (Isère), où l’on retrouve les mêmes thèmes, dans la même disposition. Les liens entre l’histoire du prieuré et la famille de Roussillon fournissent donc une datation approximative par l’identification des armoiries. Jean de Roussillon a été prieur du lieu entre 1328 et 1358. En 1338, son frère Aymar de Roussillon épouse Béatrix de Roussillon-Anjou en l’église de Salaise. En 1350, leur fille Alix de Roussillon-Anjou épouse le sire de Thoire-Villars. Des arguments stylistiques et des comparaisons avec les fresques de Chindré, de Roybon et de Theys devraient permettre de resserrer la fourchette de datation qui pour l’instant va du premier tiers du XIVe s. au premier tiers du XVe s.
Bibliographie : Reynaud 1992 : 89-99 ; Barruol 1992 : 245-247
J.-Fr. Reynaud

115- La salle nord du prieuré était décorée de peintures murales

115- La salle nord du prieuré était décorée de peintures murales

114La présence constante d’escaliers à vis, de nombreuses fenêtres à meneaux de grande taille, comme à la Part-Dieu, enfin de grandes pièces ou salles nobles chauffées, souvent décorées, destinées aux réceptions, témoignent du souci de confort. A Salaise-sur-Sanne, la salle noble était couverte de peintures sans doute du XIVe s., représentant des scènes de tournois et des armoiries des familles nobles de la région (Reynaud 1992). A Montverdun, un décor stuqué recouvre les murs de la maison du prieur.

115En général la construction est de qualité : à Poulieu, les murs sont construits en galets mais les chaînages sont en pierres dorées, comme à Chazay-d’Azergues, autre propriété des abbés d’Ainay ; à la Part-Dieu, les murs sont également en galets et les chaînages en molasse (Montchal 1993 ; Vernin 1993 : 106-113 et Monnier 1993 : 43-53).

Les bâtiments utilitaires

  • 78 A Moingt, la grange dîmière primitive se transforme en prieuré rural (cf. supra) et, dans certaines (...)

116Les bâtiments utilitaires constituaient les éléments indispensables d’une exploitation agricole dont le centre était l’abbaye ou le prieuré. Leur fonction a pu changer au cours des siècles et dans certains cas il est difficile de distinguer un cellier ou une grange dîmière d’un prieuré78 Ces bâtiments sont parfois encore conservés en élévation, mais le danger de disparition est grand, étant donné leur inadaptation à l’agriculture moderne. Dans ce chapitre, plusieurs études portent sur les granges des Cisterciens de Bonnevaux et du Forez ou sur le cas très particulier de la Part-Dieu, sur les coureries et sur les bâtiments utilitaires des Chartreux (fig. 116).

116 - Cette façade abrite les bâtiments utilitaires et les dépendances de la Part-Dieu

116 - Cette façade abrite les bâtiments utilitaires et les dépendances de la Part-Dieu

117Les Cisterciens de Bonnevaux disposaient d’un vaste réseau de granges dont l’architecture de bois pour l’essentiel est souvent tardive mais est encore impressionnante avec ses trois nefs, bien adaptées aux besoins (cf. article sur les domaines de Bonnevaux). Les Cisterciens de Léoncel s’installaient en hiver dans la plaine à la Part-Dieu dont les bâtiments utilitaires, d’époque moderne, sont encore partiellement conservés (Monnier 1993 : 59-65). Une étude rapide a également été menée sur les granges du Forez.

118En plus du logement des frères mineurs et d’une chapelle, la maison basse des Chartreux ou correrie comportait tous les bâtiments nécessaires aux travaux agricoles ; elle était également entourée d’un domaine parsemé de maisons diverses, granges, bergeries, étables, celliers, comme à Sélignac et à Montmerle (Ain) (Bulliat 1884, Picard 1986 et Nyd 1851). Les travaux de A. Pirat (Pirat 1995) sur ces deux chartreuses permettent de préciser l’état des coureries, en général tardif ; de même, la grange dîmière de la Courerie au Pin (chartreuse de la Silve Bénite) a été reconstruite en 1655 et récemment restaurée.

119Les prieurés clunisiens possédaient aussi des granges et des pressoirs mentionnés au XIVe s. comme dans la région lyonnaise à Salles-en-Beaujolais ou Bourg-de-Thizy (Charvin 1965). Rares sont les granges dîmières aussi bien conservées que celle de Saou (Drôme), ou les celliers comme ceux de Beaufort-sur-Gervanne dans la Drôme et d’Epierre dans l’Ain. Malheureusement ces constructions, qui pouvaient pourtant être de grande qualité, n’ont pas fait l’objet d’études approfondies : ainsi la grange dîmière de la Courerie du Pin (Isère) atteignait 35 m de longueur sur cinq travées (deux sont encore conservées en élévation) et une largeur totale de 22,5 m divisée en cinq nefs (Collectif 1993 : 18-19).

Les granges à trois nefs et les granges cisterciennes en Isère et dans la Loire

120Au cours de l’inventaire réalisé sur les domaines ruraux de l’abbaye cistercienne de Bonnevaux (Isère), il a été remarqué un type particulier d’architecture vernaculaire : le bâtiment agricole charpenté divisé en trois nefs, architecture qu’on ne se trouve que sur des terroirs ayant appartenu à cette abbaye, ou ayant eu des liens avec elle (fig. 117). Un repérage systématique a donc été entrepris par les membres de l’association Mémoire de Bonnevaux et, aujourd’hui, une série de plus d’une centaine de granges a ainsi été répertoriée, cartographiée, et étudiée pour certaines d’entre elle.

121Les critères du repérage furent les suivants :

  • l’unité des plans : ce sont des halles de plan rectangulaire à trois nefs séparées par des poteaux qui reposent sur un bigue ou plot de pierre ;

  • leurs élévations sont le plus souvent mixtes : soubassements de pierres, pisé (Tardieu 1992b : 41-42) et structures à pans de bois à remplissage en pisé ; celle du Cartelet à Eyzin-Pinet possède des remplois gallo-romains ;

  • l’ensemble est couvert d’une charpente, couverture peu onéreuse démontable et transportable. Elle est à deux pans, ou égouts, et se compose de fermes sur poteaux qui couvrent la nef centrale. Les deux bas-côtés sont couverts d’une demi-ferme, et dans les deux travées extrêmes, la panne faîtière est remplacée par deux chevrons d’arêtier, qui forment une surface triangulaire (ou croupe). Parfois la technique plus complexe de la demi-croupe a été retenue. Les couvertures sont aujourd’hui en tuiles-canal. Au XVIIIe s., les textes mentionnent l’utilisation des chaumes ;

  • elles sont précédées en façade, d’une travée très largement ouverte sur l’extérieur qui sert d’auvent, et reproduit le plan tripartite du bâtiment. Les facteurs climatiques sont déterminants dans le choix de l’orientation.

122Ces granges abritent une étable latérale surmontée d’un fenil. Dans l’espace intérieur, au niveau de chaque travée, différents systèmes d’accrochages pour des cloisons amovibles ont été prévus.

117 - Grange à trois nefs sur le domaine de l’abbaye de Bonnevaux

117 - Grange à trois nefs sur le domaine de l’abbaye de Bonnevaux

Les granges à trois nefs du domaine de l’abbaye de Bonnevaux (Isère)
Une étude a porté sur les pièces de bois composant ces structures, sur les techniques d’assemblage à clefs, enture à demi-bois ou trait de Jupiter, et les marques de montage et d’assemblage qui ont permis de déceler l’authenticité et les traces de remontages.
La grange du Guillolet à Saint-Georges d’Espéranche (Isère) a été plus particulièrement étudiée (fig. 118). Elle fait partie du domaine de Péranche. Des prélèvements effectués sur les structures de bois par le laboratoire Archéolabs (réf. ARC90/R940D) ont permis de dater avec précision (bois abattu en avril-mai 1511) l’élévation aujourd’hui conservée. Ces données sont à mettre en relation avec un texte de 1510 donnant le droit d’abattre une forêt de blaches (chênes blancs) sur Saint-Georges (Arch. départ. Isère, Série B. 4465, folio 196). La grange de Besserey est datée par les livres de comptes de 1745-47.

118- La grange du Guillolet est conservée sous la forme d’un grand bâtiment assez bas, fait de murs en pisé et d’une énorme charpente qui subdivise l’édifice en trois parties

118- La grange du Guillolet est conservée sous la forme d’un grand bâtiment assez bas, fait de murs en pisé et d’une énorme charpente qui subdivise l’édifice en trois parties

Les charpentes des granges des Valaises à Villeneuve-de-Marc (automne-hiver 1749-1750, réf. ARC96/R189D - mais un démontage et remontage aurait été effectué vers 1842) et du Guillolet, présentent des éléments de qualité : les marques d’assemblages et de montage sont cohérentes, les mortaises des aisseliers sont toutes disposées au même niveau autour des poteaux selon la technique du rayonnage, et les pièces sont assemblées par entures dites traits de Jupiter. Ces charpentes pourraient être l’œuvre de compagnons charpentiers.
Par contre celles qui sont montées selon la technique plus simple de l’assemblage à tenons et mortaises (grange du Champlard à Saint-Barthélemy-de-Beaurepaire) ne présentent sur l’ensemble de l’ouvrage, ni trace d’assemblage, ni marque de charpentiers. Il semblerait qu’il existe un module de base, la travée, qui est développé en fonction de l’importance de la grange. Elles sont alors l’œuvre d’artisans possédant un solide savoir-faire.
Bibliographie : Tardieu 1992 : 20-35, 39-41 ; Mémoire 1996.
J. Tardieu et association Mémoire de Bonnevaux (S. Bondran, G. Drevet, P. Pierry, J. Reymond)

Les grands couverts du Forez
Ces granges sont tout à fait comparables aux "Grands Couverts" (dernier tiers du XVIe s.) de la région roannaise (Loire), où 200 granges à trois nefs sont actuellement recensées dans un rayon d’une cinquantaine de km autour de l’abbaye cistercienne de La Bénisson-Dieu. Comme celles de Bonnevaux, elles sont associées à une toponymie qui n’est pas sans rappeler une exploitation monastique : Curtil, tes Moines, ta Croix des Morts, ta Grange, Villeneuve. Elle se situent essentiellement en plaine (région de Perreux), ou le long des axes de communication (Voie Briennon-Mably).
Ici aussi, c’est leur grande unité qui les individualise dans le paysage. Elles sont de plan carré (20m/20m), leurs élévations sont mixtes (pierres, briques, pisé...) et ne font preuve d’aucune recherche particulière. On retrouve les trois nefs séparées par une file de poteaux délimitant des travées. Les toitures sont toutes identiques (environ. 600 m2 de surface pour la grande grange de Charlieu) : elles se composent aussi de deux pans, séparés par le faîtage. L’arrière du bâtiment présente également une croupe qui occupe deux travées. En façade, on retrouve la partie centrale de la toiture couverte d’une demi croupe formant un petit auvent proéminent au dessus de l’entrée principale.
La toiture des "grands couverts" est soutenue par une succession de fermes sur poteaux, qui à Pouilly-sous-Charlieu ne reposent pas sur des plots de pierre. La technique d’assemblage (Pouilly-sous-Charlieu) diffère des granges de Bonnevaux qui ont peut-être été remontées plus souvent. Les arbalétriers viennent s’encastrer dans des entailles à mi-bois taillées dans l’entrait par le biais d’un tenon avec embrèvement. L’ensemble est chevillé. Il est à noter que l’on ne relève pas la présence de marques hiéroglyphiques. Enfin, les trois aisseliers ne sont pas rayonnants autour du poteau. Le montage de la charpente de la croupe est particulier : l’extrémité de la panne faîtières s’élargit en herse afin de recevoir tous les chevrons qui sont rayonnants (technique de la herse à empannons ou chevrons rayonnants). Du fait de la croupe, ces chevrons sont raccourcis car ils ne peuvent se fixer sur la panne faîtière.
Comme à Bonnevaux, ces granges abritent une étable ou écurie latérale, un fenil, et ici un cuvage. Les murs gouttereaux, sont percés, à intervalles réguliers de fenêtres rectangulaires à montants de bois. C’est en façade que l’on peut noter des différences : la première travée n’est pas ici ouverte. Comme à La Rate, la façade principale est protégée par un court auvent. L’ensemble est totalement fermé : deux poteaux verticaux, plantés à intervalles irréguliers aux points de rupture des pentes du toit, divisent la façade en quatre parties inégales mais symétriques. Le plan intérieur est reproduit grâce au rythme des poteaux. Au centre une porte charretière est cantonnée d’une porte piétonne. De nombreuses façades possèdent en avancée une partie habitable. A Pouilly-sous-Charlieu, elle est à deux niveaux : une pièce de rez-de-chaussée avec l’emplacement d’une cheminée, un espace à vivre à l’étage. On y accède actuellement par un escalier à vis en bois installé dans une demi-tourelle maçonnée qui est plaquée dans l’angle nord-est de la façade. Le demi-arbalétrier du bas-côté sud de la grange sert de mur de refend, cloisonnant cet espace en deux :
- la pièce arrière comprend une fenêtre sud à meneaux équarris, mais non chanfreinés en bois, et les traces d’une cheminée dont le conduit doit se superposer à celui de l’étage inférieur. Les murs en pans de bois et les remplissages de maçonnerie sur les quatre côtés portent un enduit rosé support d’un décor de rinceaux et de feuillages peints.
- une pièce rectangulaire reprend la galerie de façade. Fermée sur les quatre côtés par des murs en pans de bois et remplissage de maçonnerie portant tous le même enduit rosé, et le même décor peint. Elle est largement éclairée à l’est par une fenêtre à meneaux équarris, non chanfreinés en bois, et au sud par une simple fenêtre rectangulaire à montants de bois. Le retour nord est percé par une porte donnant sur un palier de bois où arrive l’escalier à vis.
Le parement externe est couvert d’un enduit, support d’un décor de rinceaux au niveau des fenêtres. L’architecture est soulignée par un faux appareil en carreau-boutisse ocre dessiné. L’ensemble révèle un certain niveau de confort qui exclut le simple logement fonctionnel.
Un premier recensement des "grands couverts" (Exposition "Terres du Roannais : les grands couverts" 1994) permet d’établir une typologie. On distingue trois types :
- dans un rayon de 20 km autour de l’abbaye de La Bénisson Dieu, les granges possèdent un corps de logis chauffé, intégré à la façade ;
- celles à destination uniquement agricole, associées à un habitat indépendant, sont plus éloignées. Elles font alors partie d’un ensemble de bâtiments ouvrant sur une cour carrée centrale qui n’est pas sans rappeler le cloître. Ces granges sont toutes, pour des raisons de ventilation, bien orientées, ce qui impose aux habitations une orientation nord-sud avec parfois l’entrée principale face au nord.
- et enfin les granges de montagne (Thizy), où l’on retrouve la grange bien orientée, habitat indépendant avec une entrée au nord.
L’étude des "Grands Couverts" du Forez reste à faire, mais on peut déjà proposer, pour la Grande Grange de Charlieu, quelques éléments de datation. Cette dernière fait partie d’un site fortifié, aujourd’hui encore à destination agricole, comprenant une cour qui devait être fermée et une maison forte. Les façades sont animées de galeries de bois dont les marques d’assemblage concordantes laissent présumer de l’ancienneté de cet ensemble. Les tours d’angles ont des meurtrières, arquebusières à fente de visée, datables du XVIe s. Cet ensemble fut certainement fortifié lors des guerres de Religion. La grange s’ouvre sur la cour par une porte charretière cantonnée d’une porte piétonnière qui possède un linteau armorié (un seigneur des Charentes) et daté de 1573.
Comme pour la région de Bonnevaux, il serait intéressant de pouvoir affiner les chronologies, car il est remarquable que les éléments de datation récoltés pour ces deux régions (grange du Guillolet et Grande Grange de Charlieu), se situent dans les deux premiers tiers du XVIe s.
Ce plan traditionnel de la grange halle à trois nefs, typique des bâtiments agricoles cisterciens n’aurait-il pas été introduit dans ces régions par les Cisterciens. Si c’était le cas, il serait remarquable que cet héritage ait perduré après le départ des moines.
Bibligraphie : "Terres du Roannais : les grands couverts", Tardieu 1992 : 36-38
J. Tardieu

La courerie de la chartreuse du Val Sainte-Marie à Bouvante fig. 3, C et 42
L’ancienne maison basse de la chartreuse du Val Sainte-Marie se compose encore aujourd’hui de cinq bâtiments principaux. La date de 1144, date de fondation de la chartreuse, peut être retenue comme celle de leur construction ; en effet la maison basse a été préservée des destructions dues aux guerres de Religion (AD Val). L’ensemble forme le lieu dit Courerie sur la commune de Bouvante (carte IGN 3136 est). Prévue pour sept convers, sa situation - à 400 m d’altitude - dans la vallée du Chaillard permettait culture et élevage. Le cadastre (1965) en précise les édifices : ce sont une habitation principale, un bâtiment agricole, une résidence secondaire nommée traditionnellement l’église, un atelier abritant une scie, mais encore appelée chapelle et une habitation sans caractère historique apparent. Nous tenterons, pour les quatre premiers édifices qui gardent chacun des vestiges de leur origine médiévale, de dégager les caractères qui permettraient de connaître leur destination première.

L’habitation principale
Les façades est et ouest sont longues de 20,24 m, les pignons nord et sud, de 11 m. La façade ouest, épaisse de 2 m présente au premier niveau trois fenêtres en plein cintre encore en place, tandis qu’au second subsiste la trace de deux autres (fig. 119). La façade est, modifiée, garde au fond d’un réduit une fenêtre plein cintre identique à celles de la façade ouest. Les pignons nord et sud, épais de 1,40 m, montrent, le premier, la trace de deux ouvertures plein cintre, le second, une fenêtre identique à celles de la façade ouest. A l’intérieur, le premier niveau est une seule pièce voûtée. Les trois fenêtres plein cintre remarquées à l’extérieur sont également ébrasées à l’intérieur. Le mur est présente en vis-à-vis les vestiges des mêmes ouvertures que le mur ouest, mais l’ouverture médiane est une porte. Les transformations des deux autres niveaux ne permettent pas d’en restituer l’état ancien. La position de ce bâtiment en bordure des terres d’exploitation et la grande pièce du rez-de-chaussée pourraient le faire admettre comme bergerie (Aniel, 1978). Un contrat d’arrentement (AD Val.) vient à l’appui de cette hypothèse en nous apprenant qu’il y a une cuisine au second niveau, et au troisième cinq chambres et un galetas ; ce pouvait être l’ancien logement des convers au-dessus de la bergerie : “un bâtiment qui autrefois était habité dessous lequel est une cave voûtée” l’inventaire signale également à la courerie “90 brebis et 146 moutons ou agneaux” (AD Val., expertise pour les biens nationaux).

119- "Courerie" de la chartreuse du Val Sainte-Marie de Bouvante : façade ouest du bâtiment 1, actuellement habitation principale, peut-être ancienne bergerie

119- "Courerie" de la chartreuse du Val Sainte-Marie de Bouvante : façade ouest du bâtiment 1, actuellement habitation principale, peut-être ancienne bergerie

120 - Bâtiment 3, ou "église" : façade sud et angle sud-ouest avec des ouvertures en plein cintre anciennes ou reconstituées

120 - Bâtiment 3, ou "église" : façade sud et angle sud-ouest avec des ouvertures en plein cintre anciennes ou reconstituées

L’actuel bâtiment d’exploitation
A l’est du précédent, de surface moindre et approximativement rectangulaire, il ne comporte que peu de vestiges en place. La façade ouest, défigurée par un linteau en béton, offre encore les raffinements d’une construction de qualité : quatre fenêtres plein cintre, jumelées, largement ébrasées vers l’extérieur, larges de 1,25 m et hautes de 2,50 m, depuis l’appui jusqu’à l’intrados ; le haut des fenêtres est fermé par un petit tympan semi-circulaire en tuf. Trois ressauts de 9 cm d’avancée, horizontaux et parallèles, distants l’un de l’autre de 0,60 m, le plus haut se situant à 1,90 m du sol, renforcent la base de cette façade et en accentuent l’élégance. L’intérieur ne permet pas de restituer les niveaux anciens ni d’en analyser l’usage, et les archives ne nous fournissent aucune précision. Seule la situation de cet édifice, à proximité de l’angle nord-est du bâtiment encore aujourd’hui appelé l’église, permettrait de penser, par analogie avec la maison basse de Montrieux où l’hôtellerie est - avec certitude - proche de l’église, que ce bâtiment pourrait avoir été l’hôtellerie ; les hôtes entraient alors dans l’église par la porte qui, nous le verrons, ouvrait dans le mur nord de ce dernier édifice (Aniel 1978). La qualité de la façade ouest que nous venons de décrire viendrait à l’appui de cette hypothèse.

Une résidence secondaire appelée église (fig. 120)
Ce bâtiment de plan rectangulaire (19,20 m sur 8,50 m hors tout), approximativement orienté est-ouest, se situe au sud-est du bâtiment précédent interprété comme une hôtellerie. L’ensemble est construit en moyen appareil de tuf ; les quatre chaînes d’angle en grand appareil de calcaire clair et dur, autorisent à penser que l’emprise au sol du bâtiment n’a pas été modifiée depuis son origine. Trois fenêtres plein cintre d’une hauteur d’ouverture de 2,37 m sur 0,74 m de large, sont disposées régulièrement dans la façade sud dont la base est encombrée par un remblai de terre qui permet d’accéder à une porte surélevée. Dans la base actuelle de ce mur gouttereau, une reprise importante, difficile à lire, s’étend entre le sol et les deux fenêtres les plus à l’ouest.
La façade ouest se caractérise par une porte de dimension modeste remarquable par sa construction : piédroits et linteau en bâtière sont du même calcaire dur que les chaînes d’angle et son système de fermeture - barre de verrouillage intérieure coulissant d’un piédroit à l’autre - atteste que cette ouverture n’a pu être mise en place qu’au moment de la construction du pignon ou de sa reconstruction. Une fenêtre rectangulaire a été ouverte postérieurement au-dessus de cette porte tandis que, dans le haut du pignon, s’ouvre une étroite fenêtre à arc plein cintre qui semble en place.
Le mur gouttereau nord garde de la construction d’origine les vestiges d’une grande porte plein cintre, aujourd’hui bouchée, qui était haute de 3,60 m. Les autres ouvertures de cette façade nord sont récentes, si ce n’est, peut-être, un petit fenestron encadré de molasse. Le pignon est de l’édifice est plat et sans ouverture ancienne.
L’état actuel de l’édifice ne peut pas justifier le terme d’église. En effet, l’intérieur est divisé en trois niveaux auxquels correspondent seules les ouvertures les plus récentes ; ainsi la porte, au sommet du remblai qui dissimule la base du gouttereau sud, permet d’accéder directement au second niveau ; la porte de la façade ouest, qui a pu être reconstruite en même temps que le pignon, ne dépasse pas la hauteur du premier niveau auquel elle permet d’accéder de plain pied, tandis que le sommet de l’ouverture occultée, observée dans la face externe du gouttereau nord, apparaît sur sa face interne au-dessus du plancher du second niveau. Une autre entrée en vis à vis, également bouchée est discernable dans le gouttereau sud : elle correspond à la reprise décelée dans la face externe. L’éclairage des trois niveaux confirme ces observations : le premier niveau est aveugle, le second niveau est éclairé à l’ouest par la fenêtre, ouverte tardivement, et par les trois fenêtres en plein cintre de la façade sud dont le haut est coupé par le plancher du troisième niveau.
Nous pouvons donc admettre qu’à l’origine, cet édifice était d’une seule hauteur, peut-être voûté (un départ de voûte subsiste au troisième niveau), éclairé par trois fenêtres ouvrant dans sa façade sud, sans doute une ouverture en haut du pignon ouest et peut être un fenestron profondément ébrasé à l’intérieur dans sa façade nord. On accédait à ce bâtiment par deux larges et hautes portes latérales en vis à vis.
D’autres éléments permettent-ils de confirmer cet aspect d’église ? L’observation a permis de dresser le plan et la coupe ci-dessous (fig. 121) : le plan fait apparaître l’étroite ouverture de façade ouest, les portes latérales, en vis à vis, (dont le bouchage est en partie évidé sur la face interne des gouttereaux) un mur transversal postérieur, mais surtout le rétrécissement interne de la partie est. Ce rétrécissement a pu être restitué grâce au vestige d’un décrochement dans les murs latéraux, décrochement souligné par une chaîne d’angle en grand appareil de calcaire clair qui subsiste dans l’élévation interne du premier niveau, mais apparaît aussi sous forme d’une dalle arasée dans le sol du deuxième niveau et qui est également observable au troisième niveau. Le schéma de la coupe en élévation a pu être établi grâce aux mesures prises à la base des murs : en effet pour être rendu horizontal, le sol du premier niveau a été tardivement abaissé dans l’extrémité est de l’édifice au point de dégager sur une hauteur de 0,95 m les gros blocs de fondation du pignon et le sol naturel sur lequel reposent ces blocs. Le niveau de sol ainsi obtenu est 0,14 m plus bas que le seuil de la porte ouest. Il existait donc, à l’extrémité est, une surélévation du sol de 0,80 m, surélévation constante sur toute la largeur du pignon où l’assise de fondation est en effet horizontale. Par contre, à la base du gouttereau sud (extrémité est, où nous avons pu l’observer), l’assise de fondation n’est horizontale que sur une longueur de 3,20 m environ, puis elle marque une légère pente pour atteindre le niveau du seuil à 4,25 m du pignon est. C’est également à cet endroit qu’apparaissent les vestiges des piédroits des portes latérales obturées.

121 - Plan et coupe restituant la surélévation de l’abside de l’église

121 - Plan et coupe restituant la surélévation de l’abside de l’église

Nous faisons donc l’hypothèse d’une église caractérisée par une abside surélevée. Bien que cette désignation d’église ait survécu dans la mémoire collective, aucun vocable n’est connu.

Les archives ne permettent pas de savoir pourquoi et quand les trois niveaux ont été aménagés. Ce sont des aménagements de qualité ; en effet au second niveau les grosses poutres du plafond sont de châtaigner et supportent de petites poutres distantes les unes des autres de 10 cm. Les planchers étaient également de châtaigner. Une grande cheminée occupait l’extrémité est. Une peinture décorative (dont ne subsistent que des éléments encadrant un placard dans le gouttereau nord) recouvrait une grande partie des murs de cette salle qui occupait vraisemblablement tout ce second niveau. Nous pouvons admettre que les moines, réfugiés à la courrerie pendant les guerres de Religion (AD Val.) puis y résidant pendant qu’ils faisaient restaurer le couvent, avaient divisé l’édifice en trois niveaux pour y loger. Ils y accédaient alors par la porte décrite au premier niveau dans le pignon ouest reconstruit par nécessité, tandis que les portes latérales étaient bouchées. La qualité des aménagements, le style du décor peint (XVIIe) et sa connotation religieuse (aubépine) appuient cette hypothèse.

Un atelier appelé scie ou chapelle
Le premier terme vient de l’installation de sciage actionnée anciennement par une roue hydraulique. Une chute haute de 5,70 m tombait depuis l’angle sud-est, dans un canal le long du gouttereau sud et l’eau s’écoulait dans un vivier en contrebas. Comment justifier le terme de chapelle ? C’est un bâtiment long de 12,50 m sur 10 de large, d’une hauteur totale de 9,49 m sous la poutre faîtière. Dans la façade ouest, très remaniée, un porche surmonté d’un arc surbaissé constitué de médiocres claveaux permet d’accéder de plain pied au premier niveau ; au-dessus, une ouverture rectangulaire, surmontée d’un arc plein cintre - sans claveau - donne accès au second niveau actuel. L’empreinte d’un arc légèrement brisé s’inscrit dans les pierres de façade au-dessus et de part et d’autre de cette ouverture. La trace d’un toit à double pente surmonte cette empreinte d’arc brisé.
Le gouttereau nord, épais de 1,35 m, est en grand appareil régulier de tuf. Deux baies à arc plein cintre et à embrasure extérieure peu profonde sont en place dans cette façade. La construction est de qualité : l’appui des fenêtres est remarquable parce que monolithe, avec retour à angle droit pour former la première assise du piédroit. Au-dessus des fenêtres le mur nord se poursuit en moyen appareil régulier et se termine par une corniche de pierre taillée en un gros bourrelet sur lequel repose la poutre sablière. Aux deux extrémités est et ouest, quelques pierres témoignent d’un arrachement : peut-être la trace de deux contreforts démolis, que justifiait la proximité du ravin creusé par le Chaillard (car les mêmes traces n’existent pas du côté sud).
Le pignon est, en moyen appareil de pierres taillées, n’a pas subi d’autres dérangements que l’ouverture d’une large porte moderne desservant de plain pied le second niveau actuel. Au-dessus de cette porte une fenêtre rectangulaire semble en place.
Le mur gouttereau sud, comme la façade nord, et de la même épaisseur, est fait d’un appareil régulier de pierres de taille. Deux baies superposées sont récentes et on ne peut savoir si elles remplacent d’autres ouvertures. La façade sud est couronnée de la même corniche que le gouttereau nord.
A l’intérieur, le plancher actuel qui coupe le haut des fenêtres du gouttereau nord ne peut avoir été placé que tardivement. Par contre une série de trous au dessus des fenêtres permet de supposer l’existence d’un plancher antérieur au plancher actuel, sinon d’origine. Un décrochement de 60 cm dans la face interne du pignon est devait supporter le départ de ce plancher qui se trouvait au niveau de l’ouverture supérieure du pignon ; cette ouverture apparaît comme l’accès à un ancien second niveau.
En 1699 les moines louent la courrerie se réservant l’usage " du grenier au dessus de la chapelle "(AD Val.) : c’est vraisemblablement ce bâtiment qui est ainsi désigné avec précision.
En conclusion, nous nous hasarderons à émettre l’hypothèse que le XIIe s. nous a légué de la courerie une bergerie où logeaient les convers, une hôtellerie, une église et un quatrième bâtiment que les moines auraient pu utiliser comme chapelle lorsque, leur couvent ruiné, ils auraient transformé en logement le plus grand des édifices, l’église.
Bibliographie : Aniel 1978 ; Amargier 1988 : 22-24.
M. Vialettes

Fermes, granges, moulins, martinets, celliers et carronnières des chartreuses de Montmerle et de Sélignac, Ain fig. 1, A et Β
A la chartreuse de Montmerle sont mentionnées “la maison chauffure” (ou pourvue de cheminées), mais aussi la grangeferme, la grange, la bergerie, l’étable des vaches et les auges à pourceaux (bail de 1745, AD Ain 483). Les domaines voisins comportent également fermes et granges, moulins et martinets, celliers et carronnières*.
La ferme de Grand Villars (dépendance de Montmerle à Lescheroux), qualifiée d’“obédience*” ou de “maison de maître” est décrite au moment de sa vente comme bien national (ADA H487) avec une cuisine, des chambres, en particulier à l’étage et un hangar. Le bâtiment, dans son état actuel, apparaît comme une ferme bressane à pans de bois raidis par des écharpes obliques, à hourdis de briques chaulés et à toit débordant. Une plaque de cheminée de 1644 porte les armes des Chartreux.
Le domaine de Beauregard (Montmerle), qui abritait dix bœufs, sept taureaux, dix vaches, cinq génisses, huit veaux, quatre porcs, douze poules, un coq, une jument, trente et une brebis et six moutons (ADA, H 487), présente encore une grande bâtisse de brique, sans étages.
La Bouverie (dépendance de Sélignac à Simandre) est dotée, dans un état qui remonte sans doute au XVIIIe s., d’un étage d’habitation au-dessus d’une cave voûtée et d’un escalier extérieur ; un four subsiste à quelque distance.
Le toponyme l’Agnelou (dépendance de Montmerle à Simandre) indique bien la fonction d’origine d’un bâtiment qui, de bergerie se transforma en ferme (Cattin 1982).
Les celliers de Coligny et de Pressiat (dépendance de Montmerle) présentent des similitudes. A Coligny, dans une région de vignes, le cellier est, en 1580, une construction à étages, avec des chambres au-dessus d’une cave (chambre du prieur et du procureur “avec lit de chartreux” et deux autres petites chambres) ainsi qu’une chapelle (ADA, H 487). A Pressiat en Revermont, on retrouve la cave, mais aussi les chambres et la chapelle, dans “une maison étagère” où se pratiquent l’élevage des bovins, la culture des céréales et bien sûr la viticulture. Un document décrit la cuverie avec deux pressoirs à roues, trois cuves de moyenne grandeur et “deux baignoires”... (ADA, H 487). D’abord annexe de la “maison basse”, le cellier dépend ensuite directement de la chartreuse qui y envoie quelques moines.
Des bâtiments artisanaux associent souvent au fil de l’eau, moulins et martinets*. La chartreuse de Montmerle disposait en Bresse et en Revermont de six moulins dont les biefs ou les étangs sont encore souvent visibles sur les plans cadastraux anciens (moulin de Veyriat en 1841). Quant aux bâtiments comme les moulins, ils ont été utilisés très tard et ont subi maintes transformations ; de même le martinet de Tournesac (Sélignac), propriété des Chartreux en 1424 (AD Côte d’Or, Β 10201) a été transformé en résidence secondaire. Aux moulins et à leur mécanisme ou rouilleries, étaient parfois associés des bâtiments d’habitation, mais aussi des étables, des porcheries, des poulaillers, un four ou encore, comme à Portremble, une scie à eau, ou comme au moulin Brunot ou au moulin Tabouret un " batoir" (ADA, H 486 et 487 et archives de Sélignac, 29 Août 1774). Le moulin de Veyriat (dépendance de Montmerle à Lescheroux) a été reconstruit au XIXe s., mais des documents d’archives montrent les roues en élévation et en plan (ADA, H 486) ; le moulin Brunot a conservé une architecture à pans de bois.
La carronnière de Montmerle était située non loin de l’obédience du Grand Villars. Un bail de 1689 nous renseigne sur l’organisation de la production (six “cuittes” annuelles et partage des tuiles entre les deux partis) (ADA, 3E 2148). La carronnière de Sélignac était installée près d’une forêt qui fournissait le bois nécessaire.
A. Pirat

La Part-Dieu, à Chatuzange-le-Goubet, Drôme fig. 3, Β
Les bâtiments dans leur état actuel s’étendent sur 71 m de long et 22 m de large et comportent au sud-est la maison du prieur, à l’est le long bâtiment, au nord des dépendances.
Le long bâtiment (21 m par 7,60 m) présente une façade largement ouverte à l’est. Au sud, il s’élève sur trois niveaux qui pouvaient abriter des espaces communautaires comme le réfectoire et la cuisine, et le dortoir des moines à l’étage. Il ne dépasse pas deux niveaux au nord d’un corridor voûté ; là devait se situer une écurie. Les dépendances au nord devaient abriter une étable et une remise, et l’on peut supposer que la Part-Dieu devait être munie d’étables suffisantes pour abriter les troupeaux qui descendaient en hiver dans la plaine ; en 1792, lors de la vente comme bien national, il est stipulé que l’étable à moutons doit être détruite (AD Drôme, 2E, 90 005). Les pièces donnant sur la petite cour à l’ouest devaient être réservées à l’habitat, si l’on en juge par la présence de cheminées et d’enduits, peut-être même s’agissait-il de l’hôtellerie ou des bâtiments des convers.
L’ensemble paraît avoir été reconstruit après les guerres de Religion (fin du XVIe, début du XVIe s.), les maisons s’agrandissent et sont percées de nouvelles fenêtres et l’intérieur devient plus confortable. La troisième étape de construction remonte à la fin du XVIIe s., à l’époque de l’abbé commendataire Humbert de Servient (Monnier 1993 : 59-64).
S. Monnier

122- Le chevet de Salaise-sur-Sanne

122- Le chevet de Salaise-sur-Sanne

Abside romane semi-circulaire en galets, clocher latéral tardif (XVe s - XVIe s)

Notes

77 Les recherches seront publiées prochainement.

78 A Moingt, la grange dîmière primitive se transforme en prieuré rural (cf. supra) et, dans certaines possessions cartusiennes, le cellier possède certains attributs du prieuré.

Table des illustrations

Titre 55- Eglise abbatiale de Cruas : on distingue les vestiges antiques et les églises successives jusqu’à la construction romane actuelle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 56- L’église (à gauche) et les bâtiments prioraux (à droite), vue prise du sud-ouest
Légende Plan de l’église : état des vestiges découverts en fouille et restitution des campagnes de construction en particulier de l’église du XIe s.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 57 - Eglise Saint-Pierre de Colonzelle : élévation exterieure, sud deuxième travée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 58- Abbaye d’Ambronay : le cloître du XVe s. a conservé ses deux niveaux de galeries
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 59- Plan de l’abbaye cistercienne de Saint-Sulpice-en-Bugey, aujourd’hui disparue
Légende 1 : sacristie, 2 : salle capitulaire, 3 et 4 : virages du petit cloître, 5 : chapelle dite “de Longecombe”
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 60- L’aile nord de l’abbaye est restée presque intacte avec ses deux niveaux voûtés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 61- La chartreuse de Pierre-Châtel
Crédits Mappe sarde, Archives de Savoie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 62 - Le grand cloître
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 63 - Abbaye de Cruas : le dégagement de 1999 a fait apparaître le chevet roman dans son élévation primitive avec en particulier les ouvertures de la crypte
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre 64 - Eglise abbatiale d’Ambronay : le plan met en évidence les vestiges de l’édifice roman et préroman, ainsi que les reconstructions gothiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Le mur méridional, qui conserve plusieurs états, est ici simplifié d’un point de vue chronologique de manière à faire ressortir les limites du massif occidental
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 65 - La fouille a mis au jour quelques éléments du cloître (jambage est de la porte gothique)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 66 - La petite église de l’abbaye cistercienne de Bouchet est à nef unique, son transept est pourvu de deux absidioles à chevet plat
Légende On distingue ici l’abside, le bras sud du transept et des maisons accolées contre la nef
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 67- L’église de la chartreuse de Pierre-Châtel est typique par son plan très simple : nef unique, travée de chœur, abside à pans coupés (fin XIVe s.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 68 - La maison de l’abbé de Charlieu a l’allure d’un grand manoir construit tardivement au sud-est de l’abbaye
Légende La façade sur la cour est la plus remarquable avec ses grandes ouvertures et ses escaliers à vis
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre 69 - Plans de prieurés bénédietins
Légende À titre de comparaison, l’église paroissiale de Rochegude, les collégiales de chanoines de Saint-Pierre de Champagne et de Saint-Chef
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 70- Le plan de l’église priorale du prieuré Saint-Marcellin d’Etoile est original par son transept à voûte transversale et ses absides rectangulaires
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 71- Eglise priorale de Montverdun
Légende Il est difficile de retrouver l’aspect roman : absides surhaussées, bras sud du transept percé d’une grande ouverture gothique, bas-côté sud du début du XVIe s., nef et clocher reconstruits
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 72- La crypte de Saint-Romain-le-Puy appartient à la reconstruction du début du XIe s. qui agrandit l’église vers l’est
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 73- La crypte du Bourget-du-Lac : de nombreux remplois romains apparaissent sur les piliers de la voûte
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre 74- La crypte de Salaise-sur-Sanne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 75 - Eglise priorale de Salaise-sur-Sanne : en Dauphiné, l’appareil en galets est utilisé de l’époque romane (abside de l’église) à l’époque moderne (sacristie)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre 76 - Clocher de l’église Saint-André de Saint-Rambert-sur-Loire : l’appareil décoratif est encore conservé dans de nombreuses églises de la Loire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 77- Les carrières du Bas-Bugey : cette carte géologique illustre l’utilisation de matériaux proches du lieu de construction, surtout dans les régions riches en pierre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 78 - Meysse : petite ouverture du XIe s. à ébrasement complexe dû à un doublage de l’abside par l’intérieur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 79 - Saint-Romain-le-Puy : une porte gothique donnant sur l’ancien cloître a remplacé une porte carolingienne (arc à claveaux de briques et de pierres)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 80 - L'église romane de Saint-Maurice-de-Gourdans possède une des rares nefs uniques voûtées de l'Ain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre 81 - Le chevet de l’église romane d’Aime (Savoie) porte la marque du premier art roman lombard avec ses niches au sommet de l’abside
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 82- Prieuré Saint-Marcellin d’Etoile-sur-Rhône : fragments d’entrelacs carolingiens trouvés en remploi dans le mur du chœur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 83- Salaise-sur-Sanne : bas-relief aux lions trouvé en remploi dans le chœur de l’église, actuellement à la Mairie
Légende Les lions sont affrontés, mais les têtes sont vues de face, ils tiennent une tête humaine entre leurs pattes et symbolisent la violence et le mal
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 84- Saint-Maurice-de-Gourdans : chapiteau roman sous l’influence de Saint-Martin d’Ainay
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 85 - Portail de Sainte-Jalle : l’influence antique se juxtapose à des scènes d’un style plus fruste : au tympan, on distingue de droite à gauche un joueur de viole, un orant qui tient une chouette, un homme qui tient un bâton (de pèlerin ?) et un coq
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre 86- Eglise priorale de Pommiers : le chœur serait plus ancien que la nef (avec des modifications de la paroi externe de l’abside)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 87- A Domène, les murs de la nef d’époque romane ont été surélevés à l’époque gothique (murs de briques) et un énorme arc-boutant a été plaqué contre les murs de la nef
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 88- Le prieuré du "Palais" de Moingt s’est installé sur un établissement thermal romain. Il comportait un ensemble de bâtiments nouveaux au nord et à l’est (chapelle), dont seule subsiste la chapelle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 89 - La chapelle du prieuré casadéen de Moingt ouvre à l’ouest par un portail aux remplages de style
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 90 - Eglise priorale de Yenne : l’étude des élévations de la nef met en évidence les remaniements successifs : ouvertures et murs romans, surélévations et voûtements gothiques (XlVe s.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 91- Le chevet gothique rayonnant de l’église du Bourget-du-Lac et l’aile orientale du prieuré
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre 92- L’église gothique a perdu une ou deux travées à l’ouest et le portail a été replacé sur la nouvelle façade
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 93 - L’étude des élévations de l’église priorale de Saint-André-de-Bâgé a mis en évidence plusieurs campagnes de constructions (début et fin du XIe s.-XIIe s.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 94 - Saint-André-de-Bâgé : le chevet avec clocher octogonal coiffant la croisée du transept
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 95- Salles-en-Beaujolais : seule subsiste l’aile orientale du cloître roman. La partie orientale de l’église appartient à la reconstruction clunisienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 96 - Le cloître de Saint-Donat-sur-l’Herbasse est un des rares a avoir conservé des chapiteaux historiés
Légende Pilier de l’angle sud-ouest : un prophète ou un saint, un joueur de rebec et un décor de rinceaux (au-dessus, médailons des mois et des signes du zodiaque)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 97 - Le prieuré du Bourget-du-Lac est un des mieux conservés de la région : il comporte encore une église et des bâtiments prioraux autour du cloître dont seule subsiste l’aile orientale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 98- Montverdun : la galerie haute du milieu du XVe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 99 - Pouilly-les-Feurs : au XVe s., les bâtiments du prieuré deviennent jointifs et l’ensemble est fortifié
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 101- Yenne : l’église priorale et le bourg
Crédits Mappe sarde, Archives de Savoie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre 102 - Talloires : façade Renaissance de la maison du prieur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 103 - Salaise-sur-Sanne : la grande salle est souvent décorée de peintures. Ici, on peut reconstituer l’affrontement de deux cavaliers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 104- Rochegude : les Aubagnans ; le prieuré subsiste en ruine sur le flanc sud de l’église
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 105- L’influence de l’architecture du Monastier de Saint-Chaffre se fait sentir dans les arcs polylobés de Saint-Julien-du-Serre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 106 - Le prieuré de Pommiers-en-Forez est transformé en une véritable forteresse à la fin du XIVe s., époque à laquelle des tours sont accolées aux bâtiments prioraux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre 107-Charlieu : l’abbaye est défendue par un puissant donjon circulaire construit au début du XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 108 - L’église de Taluyers et les bâtiments du prieuré renforcés de tours et surmontés de mâchicoulis
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 109 - Montverdun : plan d’ensemble du prieuré fortifié à partir du XII e siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 110 - A Salt-en-Donzy, la maison du prieur ressemble à un manoir avec son bâtiment rectangulaire, qui englobe les constructions romaines, et son escalier à vis
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 111 - Poulieu : de la maison de l’abbé subsistent les ailes orientale et méridionale défendues par une puissante tour ronde
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 112 - La maison du prieur de Talloires est percée de fenêtres gothiques géminées du XIVe s. et d’ouvertures à accolade plus tardives
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 113 - Façade occidentale de la maison de l’abbé de la Part-Dieu percée d’une grande fenêtre à meneau et larmier (premier étage) d’entrée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 114 - La maison du prieur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 115- La salle nord du prieuré était décorée de peintures murales
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 116 - Cette façade abrite les bâtiments utilitaires et les dépendances de la Part-Dieu
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 117 - Grange à trois nefs sur le domaine de l’abbaye de Bonnevaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre 118- La grange du Guillolet est conservée sous la forme d’un grand bâtiment assez bas, fait de murs en pisé et d’une énorme charpente qui subdivise l’édifice en trois parties
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre 119- "Courerie" de la chartreuse du Val Sainte-Marie de Bouvante : façade ouest du bâtiment 1, actuellement habitation principale, peut-être ancienne bergerie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre 120 - Bâtiment 3, ou "église" : façade sud et angle sud-ouest avec des ouvertures en plein cintre anciennes ou reconstituées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 121 - Plan et coupe restituant la surélévation de l’abside de l’église
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 122- Le chevet de Salaise-sur-Sanne
Légende Abside romane semi-circulaire en galets, clocher latéral tardif (XVe s - XVIe s)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1912/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 580k

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access