Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes

 | 
Jean-François Reynaud

Deuxième partie

Pouvoirs, vie économique

L’insertion dans le monde

Michel Wullschleger, Jean-François Reynaud, Emmanuelle Vernin, Joëlle Tardieu, Cécile Coste, Paul Cattin, Denise Riche, Philippe Thirion, Stéphanie Hurtin, Giney Dehent, Valérie Viscusi, Pascale Réthoré, Pascale Sarazin et Sabine Sorin

Texte intégral

31 - A Poulieu (Saint-Laurent-de-Mure), l’abbé d'Ainay, seigneur du lieu, fait construire une maison-forte dont subsistent encore deux ailes et une tour ronde

31 - A Poulieu (Saint-Laurent-de-Mure), l’abbé d'Ainay, seigneur du lieu, fait construire une maison-forte dont subsistent encore deux ailes et une tour ronde

Les relations entre les abbayes et prieurés et le monde séculier constituent un chapitre essentiel de leur histoire. L’insertion des monastères dans la société féodale, l’acquisition de droits seigneuriaux, l’exercice du pouvoir temporel et aussi la nécessité de se défendre et de dresser des fortifications favorisent leur rôle politique comme le souligne l’exemple du Lyonnais. La constitution de domaines temporels parfois très vastes, la généralisation du faire-valoir indirect, la gestion des droits féodaux, l’abondance des conflits avec les seigneurs voisins quant à la nature des donations anciennes, l’affrontement avec les communautés villageoises à propos de leurs droits d’usage sur les pâturages et en forêt multiplient les relations et les liens avec le monde séculier. Ces domaines fournissent aux monastères les revenus nécessaires à leur fonctionnement et à leur entretien ainsi que les moyens d’assumer leurs fonctions religieuses et sociales. L’exemple de l’abbaye d’Ambronay et de quelques prieurés en souligne la diversité. Se pose aussi le problème de l’impact de l’implantation d’une abbaye ou d’un prieuré sur le peuplement du site et des alentours. La recherche d’un site isolé peut provoquer des déguerpissements et le maintien à distance de la population. Mais l’attraction exercée par le rôle religieux - notamment paroissial - économique, social et politique du monastère peut aussi provoquer la création de centres de peuplement, souvent de village, parfois de véritables bourgs et la multiplication des écarts habités. On relève une grande diversité des situations. Il en va de même pour les sites en habitat groupé ou isolé, choisis pour l’installation des prieurés en fonction des vocations et des donations, mais aussi du relief, de l’ancienneté de l’occupation et de la circulation humaine.

La vie politique

1Le rôle politique des abbés et des prieurs va très tôt se développer. L’abbaye - ou le prieuré - possède ses biens propres, qui sont insérés dans le système féodal, et des revenus ecclésiastiques comme la dîme*. L’importance de ces biens attire la convoitise des puissants voisins qui imposent souvent leur protection, et cela d’autant plus que leur famille est souvent à l’origine de la donation foncière. La rivalité entre seigneurs laïcs et ecclésiastiques peut s’exercer à l’intérieur d’une même région, par exemple le Lyonnais. L’analyse des relations politiques entre le prieuré et le castrum* - deux institutions féodales normalement distinctes - permet de comprendre leur imbrication et leur fusion tant dans le domaine institutionnel que matériel. Ce phénomène peut se traduire par la création sur un même site d’un centre de pouvoir aux mains d’une seigneurie ecclésiastique, au sein de laquelle les fonctions religieuse, administrative, politique et défensive sont confondues dans un même espace. En tant que seigneur, l’abbé ou le prieur jouit des revenus seigneuriaux du domaine direct, et en particulier des redevances ou servis dus par les paysans. Une telle inbrication des pouvoirs peut être à l’origine de l’installation du prieuré et du château sur un même site, mais le cas le plus fréquent reste la fortification du lieu de culte aux époques difficiles de la guerre de Cent Ans ou des guerres de Religion.

Abbés et prieurs, des seigneurs féodaux

2M. Pacaut a pu décrire les prieurés comme des seigneuries rurales dont le seigneur de premier rang serait l’abbé et ceux de deuxième rang les prieurs (Pacaut 1993b). Puisque tout peut s’acheter ou se donner, les prieurés peuvent hériter de droits seigneuriaux ou les acheter. A l’occasion de la consécration de l’église de Montmeyran, Aymar II de Poitiers donne ainsi au prieur Pons divers vassaux qu’il avait en ces lieux. La ChaiseDieu achète la seigneurie du Palais à Moingt ; elle n’y crée pas un véritable prieuré, mais un établissement qui s’apparente davantage à une grange dîmière, dirigé par le cellérier et des moines régisseurs et plus tard directement rattaché à la mense abbatiale. A Poulieu (Saint-Laurent-de-Mure) (fig. 31), l’abbé d’Ainay est seigneur du lieu et de la châtellenie ecclésiastique qu’il y constitue.

3Les achats de droits seigneuriaux sont fréquents durant le troisième quart du XIIIe s. Il peut encore y avoir concurrence pour l’achat d’hommages parfois payés plus chers par l’église et la possession de seigneuries par des abbés ou prieurs. Ces seigneuries sont parfois cause de rivalités et contribuent à la détérioration des relations avec les lignages voisins. Enfin, on constate que parmi les droits féodaux figurent quelquefois des revenus ecclésiastiques comme la dîme.

4Le droit de garde sur les prieurés ou abbayes est souvent à l’origine de conflits, par exemple en Forez, pour réglementer les droits de moyenne et basse justice fréquemment possédés par les prieurés, en tout cas à l’intérieur de leurs fossés ou de leurs murs, alors que la haute justice dépend du comte. Un certain nombre de prieurés sont d’ailleurs des seigneuries du comte, mais ce dernier doit prêter hommage à l’abbé de l’Ile-Barbe pour la co-seigneurie des châteaux et prieuré de Cleppé ; à Firminy, le seigneur de Cornillon a la garde du prieuré tenu en fief de la même abbaye. De ces revenus plus ou moins importants dépendent le rôle politique des abbés et des prieurs tout comme l’importance et la qualité des édifices, ainsi que la fréquence des reconstructions (Delomier 1987).

5L’exemple de l’abbaye d’Ambronay, analysé plus loin par P. Cattin, illustre la variété et la complexité de ces droits, perçus dans l’exercice des prérogatives féodales d’abbayes qui, en tant que seigneurs du domaine, jouissent des revenus qui y sont attachés. Mais ceux-ci tendent à diminuer avec l’érosion monétaire, les usurpations ou la mauvaise volonté de certains tènemenciers. Il faut également compter avec les puissants voisins, comme dans l’Ain les comtes de Savoie, qui n’accordent leur protection et leur sauvegarde qu’en échange de concessions de ces droits (AD Ain, H 89).

Abbayes et prieurés, châteaux et fortifications

6Le pouvoir temporel des abbés ou des prieurs a pour conséquence la construction de châteaux ; en période de difficultés, des églises et de nombreux prieurés sont aussi fortifiés. Pour étudier ce phénomène, nous prendrons l’exemple du Lyonnais.

Prieurés et castra en lyonnais XIe-XVIe siècle

7L’étude des prieurés situés dans le Lyonnais permet de distinguer différents types d’implantation monastique, et de se poser des questions sur le statut, l’exercice et l’administration du pouvoir temporel, ainsi que sur la fonction de ces prieurés, souvent en étroite association avec les structures castrales. Cette imbrication des relations politiques entre le prieuré et le castrum peut en effet se traduire par la création d’une véritable seigneurie ecclésiastique. En revanche, la fortification tardive d’un prieuré n’est pas systématiquement à l’origine de la création d’un centre de pouvoir. Toutefois, dans le Lyonnais, ces prieurés fortifiés subissent l’influence des prieurés associés à un castrum, ce qui se traduit par l’adoption d’un type d’organisation politique assez proche.

Les abbayes et l’Eglise de Lyon

8La décomposition de l’empire carolingien au cours du Xe s. permet à l’Eglise de Lyon de se constituer en principauté, à partir des nombreux domaines qu’elle possède dans la région. De leur côté, les abbayes lyonnaises prennent plusieurs initiatives, afin d’assurer leur protection et obtenir une relative autonomie par rapport à l’archevêque de Lyon. Après avoir été l’allié de ce dernier, l’abbaye de Savigny est suffisamment puissante pour tenter de se soustraire à l’autorité archiépiscopale. Ainsi, à Montrottier l’abbaye de Savigny fait construire un castellum sur la paroisse de Saint-Martin-les-Périls, afin d’assurer sa protection (Bernard 1853,t.I : 233). Un siècle plus tard, elle fonde un prieuré sur le même site. Suivant ses propres intérêts, elle s’allie successivement au comte du Forez au XIIe s., puis à Humbert de Beaujeu en 1169. Ce dernier devient son protecteur et la protège des autres seigneurs car allié à l’Empire, il constitue une menace moins importante pour la conservation de l’indépendance de l’abbaye que le comte du Forez, allié au roi de France (Steyert 1895-99 t. II : 325-347). Afin, de se prémunir contre toute guerre, l’abbaye fait construire en 1190 le château de Montbloy, et en 1195 celui de Saint-Romain-de-Popey qui, ajoutés à ceux de Montrottier et de l’Arbresle, constituent un quadrilatère enserrant et protégeant l’abbaye de toute attaque ou intrusion du comte du Forez ou de l’archevêque de Lyon (Ibid. : 366-391). Par ailleurs, revendiquant davantage son autonomie, l’abbaye de Savigny refuse en 1193 de payer les droits régaliens à l’archevêque de Lyon, Renaud de Forez. Ce dernier l’excommunie avant de l’assujettir en attaquant ses quatre forteresses et, victorieux, obtient par un accord passé à la fin du XIIe s., la soumission de l’abbaye au droit de régale qu’il revendiquait. Comme au XIe s., l’archevêque redevient son unique protecteur.

  • 20 Tenanciers, baron, seigneurs censiers directs et seigneurs justiciers, prieurs (de Montrottier et d (...)

9Du XIIIe au début du XVIe s., l’Eglise de Lyon et les abbayes lyonnaises continuent toujours à s’appuyer sur leurs "châteaux-sièges". A cet effet, elles multiplient les hommages vassaliques et accroissent leur puissance économique et politique grâce aux revenus des dîmes (Rubellin, Lorcin 1990, t. I : 303-334). Les abbayes lyonnaises poursuivent leur politique seigneuriale dans la région, devenant de véritables baronnies, comparables pour certaines à l’Eglise de Lyon. C’est le cas des abbayes de Savigny et d’Ainay qui concentrent leurs forces sur des points stratégiques, associant prieuré et castrum, chef-lieu de mandement. Il en est ainsi pour les sites de Chazay d’Azergues (fig. 32), Orliénas, Poulieu, Vemaison, qui dépendent de l’abbaye d’Ainay et sont attestés à partir du XIIIe s. Dès lors, l’abbaye de Savigny poursuit sa politique d’organisation en absorbant les derniers alleux nobles qui subsistent dans la seigneurie abbatiale et en obligeant tous les vassaux à reconnaître la suzeraineté de l’abbaye. De même, la mise en place d’un personnel spécialisé20, lié à l’abbaye par des relations de vassalité, permet d’assurer la bonne administration de la baronnie qui s’étend sur environ 50 km. L’abbaye de Savigny peut ainsi contrôler les grandes routes reliant le comté de Lyon, au centre duquel elle se trouve, au comté du Forez à l’ouest, et à la sirerie des Beaujeu au nord (Gaussin 1955, n° 1, 2 : 139-176). Au XIVe s., cette politique d’inféodation est poursuivie. "L’abbé-baron" réside dans le château de Sain-Bel et non plus dans l’abbaye de Savigny. Par ailleurs, quatre de ses châteaux - l’Arbresle, Chessy, Bessenay et Vindry - sont commandés par des capitaines (fig. 33). Les services administratifs sont concentrés à l’Arbresle, ville au carrefour du Lyonnais, du Forez et du Beaujolais. Ces efforts lui permettent d’organiser et de maintenir une domination cohérente, solide et étendue.

32 - Vue aérienne de Chazay-d’Azergues

32 - Vue aérienne de Chazay-d’Azergues

L’abbé d’Ainay y possède un prieuré fortifié (castrum) dont les bâtiments résidentiels imitent les belles demeures urbaines

33- A l’Arbresle, pour défendre sa baronnie, l’abbaye de Savigny construit un château sur la butte qui domine le bourg

33- A l’Arbresle, pour défendre sa baronnie, l’abbaye de Savigny construit un château sur la butte qui domine le bourg

Atlas pittoresque et historique à Lyon et sur les rives du Rhône

Dess. Fulchiron, graveur Peringer
Fonds Coste 196/17

10Au cours du XIIIe s., la politique d’expansion de l’Eglise de Lyon et des abbayes lyonnaises leur assure encore une relative autonomie. Mais le pouvoir de l’archevêque de Lyon est affaibli par les soulèvements des bourgeois et par la politique envahissante de ses voisins, le comte de Savoie et le roi de France, Philippe le Bel, qui tentent de mettre la main sur ses terres. Ainsi, en 1280, le roi de France installe une garde dans les castra de Chazay, Orliénas, Vernaison et Châteauvieux, qui dépendent de l’abbaye d’Ainay (Charpin-Feugerolle, Guigue 1885, t. II : 435-436).

11Puis la multiplication des conflits locaux, les épidémies, la guerre de Cent Ans et le passage des Tards-Venus sont à l’origine de leur alliance et de la concentration de leurs forces communes, sur des sites où prieuré et château sont réunis et où se développe le rôle militaire au détriment des fonctions initiales propres à chacune de ces institutions. Ainsi en 1339, un pacte de mutuelle assistance est passé entre l’abbé d’Ainay et l’archevêque de Lyon. En cas de guerre, celui-ci peut se réfugier dans les castra de Vernaison, Orliénas ou Chazay qu’il est alors tenu de fortifier, de garder et de défendre (Charpin-Feugerolle, Guigue 1885,t.I : 69).

12La fin de ces troubles est marquée par un renouveau économique, centré essentiellement sur Lyon. En milieu rural, les prieurés et les châteaux de l’Eglise de Lyon et des abbayes lyonnaises perdent leur fonction militaire et deviennent des demeures aristocratiques tenues par des ecclésiastiques (Feuillet, Guilhot 1985 : 10-18).

L’exercice du pouvoir temporel

13Dès la fin du XIIe s., l’association sur un même site d’un prieuré et d’un castrum, dépendants d’une même abbaye, implique de gérer à la fois les fonctions ecclésiastiques et seigneuriales. A cet effet, administrateurs laïcs et religieux cohabitent dans la plupart des cas.

14Les termes désignant un prieuré et un château, implantés sur un même site, mettent en évidence la fusion de ces deux établissements, dont les fonctions semblent parfois permuter. Nous avons vu en première partie que domus et prioratus sont les deux termes utilisés pour les établissements ecclésiastiques. A partir de l’an 1000, les termes castrum ou castellum désignent des structures castrales, servant parfois de forteresses à l’abbayemère. Toutefois, l’absence de texte pour cette période ne permet pas de savoir si ces forteresses administrent le mandement d’une châtellenie. En revanche, certains castra ou castella, tel que celui de Montrottier, doivent administrer des églises dès l’an 1000, au même titre qu’un domaine ecclésiastique (Bernard 1853, t. I : 233). Au siècle suivant, en 1124, un prieuré est attesté dans l’enceinte du castellum (Ibid. : 501).

15À partir de la fin du XIIe s., ces castra sont les chef-lieux d’un mandement. Leur association avec un prieuré et leur absorption par l’abbaye-mère en font les centres administratifs du pouvoir ecclésiastique, exerçant les mêmes fonctions administratives qu’un château entre les mains d’un seigneur laïc.

  • 21 Les communes de Charly et de Vernaison en constituent le territoire.

16En 1197, l’abbé d’Ainay, par un accord passé avec les milites du château de Chazay, devient seigneur du lieu, en obtenant des droits de ban et de juridiction sur le mandement de Chazay. Il peut juger les homicides, les adultères, les voleurs et les traîtres, ainsi qu’hériter des biens des étrangers morts sans tester ou sans successeurs (Charpin-Feugerolle, Guigue 1885, t.I : 52-55). En 1300, il traite avec le seigneur de Montagny, à propos de la seigneurie de Vernaison. La haute et la basse justice qui relevaient auparavant de ce seigneur laïc, reviennent à l’abbé et à sa domus de Vernaison, au nom de l’abbaye d’Ainay (Ibid. : 346-350). Cette juridiction doit rester quitte, franche et libre sur le territoire de la châtellenie21. En contrepartie, le seigneur de Montagny récupère les droits de haute et basse justice corporelle sur les hommes délinquants, présents sur les terres, et les maisons relevant jusque là de l’abbé d’Ainay.

  • 22 Les châteaux de Vernaison, d'Orliénas, de Chazay-d'Azergues, de Châteauvieux ; le château ou la mai (...)

17En cas de guerre, l’abbaye dispose à loisir des hommes habitant sur son territoire. Ainsi, en 1316, l’abbaye d’Ainay administre les castra de Verneysons, d’Orliénas, de Chaseto, de Castro Veteri, ainsi que le castrum seu douso de Cueres22 (Ibid. : 372-374). La même année, un accord est passé entre Guillelmus Miribolly seigneur de Charly, et l’abbé d’Ainay, à propos de la juridiction et du pouvoir du

castri dicti monasterii de Verneysons, et ejus mandamenti a parte loci (Ibid. : 221-228).

18Cette association entre le castrum et la domus, ou le prioratus, ainsi que la dépendance du castrum à l’égard du prieuré attestent d’une fusion totale entre ces deux établissements, juridiquement et spatialement.

  • 23 " Item domino priori Montistroterii, pro municione castri Sancte Fidis, XXXflο. " (Guigue 1886 : 63 (...)

19L’abbaye de Savigny adopte la même politique d’inféodation. En 1361-1362, le prieur de Montrottier, comme d’autres seigneurs laïcs, reçoit du chapitre de Lyon 30 florins pour la défense du château de Sainte-Foy23 (Guigue 1885-1893 : 63-64).

20Chez les clunisiens, le prieur de Ternay obtient de l’archevêque de Lyon en 1253 tous les droits de justice sur la ville et la paroisse de Ternay, mais ces droits sont contestés dès 1323 par le seigneur de Saint-Symphorien d’Ozon, qui l’accuse "d’exercer indûment la haute, moyenne et basse justice" (Morel s.d. : 8-13).

Prieurs et châtelains

21À partir du XIIIe s., ces prieurés et castra sont administrés soit par un prieur uniquement, soit par un prieur et par un vassal, le miles ou castellanus.

  • 24 Cette paroisse figure parmi les biens du castrum de Montrottier, vers l'an 1000, lors de sa constru (...)

22Ainsi, en 1124 et en 1127 à Montrottier dépendance de Savigny, les mentions de prior do castello et vicaria prior, castelli (Bernard 1853,t.I :491) laissent supposer que le prieur est l’unique administrateur du site, au même titre qu’un seigneur laïc. Ceci est confirmé en 1271, date à laquelle Hugues de Charcin, domicellus, administre et tient en fief du prieur et du prieuré de Montrottier, des biens et usages qu’il perçoit sur la paroisse de Saint-Julien24 (Guigue 1885-1893, t. Il : 298-300).

23Dans la domus de Chazay-d’Azergues, l’abbé d’Ainay délègue ses pouvoirs temporels à un miles ou castellano, tels que Hugues de Tour en 1261, et Hugues de Chiel en 1266 (Charpin-Feugerolle, Guigue 1885,t.I :59-61,310-311). Le prieur continue vraisemblablement de diriger le prieuré et l’église Saint-Pierre.

24En 1341, le castrum d’Orliénas et son mandement sont administrés par le castellanus Georgio Contessonis, vassal de l’abbaye d’Ainay (Charpin-Feugerolle, Guigue 1885,t.I : 638-643). Mais en 1378, Alexandro Coranzonis, désigné sous les termes de castellanus et prepositus (Merle 1937 : 274), semble être à la fois châtelain et prieur du site. Chez les clunisiens, dès le milieu du XIIIe s. certains prieurés, tels que Ternay, sont administrés par un prieur à qui reviennent des droits de haute, moyenne et basse justice (cf. supra).

25Le passé historique et la géographie du Lyonnais ont donc contribué à l’implantation, sur un même site, de deux institutions religieuses ou féodales, le prieuré et le castrum. La domination de l’Eglise de Lyon et des abbayes lyonnaises est à l’origine, à partir du XIIIe s., de la fusion entre ces deux établissements, ce qui permet aux ecclésiastiques de renforcer leur présence spirituelle et temporelle. Au XIVe s., la multiplication des guerres locales et la guerre de Cent Ans entraînent la prédominance du rôle militaire au détriment de la fonction religieuse. De même, le relâchement de la règle bénédictine contribue au départ des moines et à la mise en commende des prieurés, qui sont désormais essentiellement perçus comme une source de revenus fonciers par les abbayes lyonnaises. Dès le milieu du XVe s., le retour à la paix et le renouveau économique, permettent aux seigneurs ecclésiastiques d’investir dans la reconstruction des prieurés, qui deviennent alors des résidences secondaires aristocratiques, où d’ailleurs les prieurs commendataires ne résident qu’occasionnellement.

Abbayes et prieurés fortifiés en Rhône-Alpes

26Quelques abbayes sont protégées par une solide muraille ou sont défendues par une tour servant de donjon, comme à Charlieu (donjon cylindrique du XIIIe s.) ou à Ambronay (donjon rectangulaire du XIVe s.). Beaucoup plus nombreux sont les prieurés fortifiés, en particulier dans la Loire (Montverdun, Champdieu) et en Ardèche (Quintenas, Champagne, Macheville). On peut situer ces modifications au XIVe s., à l’époque du passage des Routiers, ou au XVIe s. lors des guerres de Religion. Ces travaux touchent le plus souvent l’église : les murs sont rehaussés, par exemple ceux de l’abside et l’on utilise les contreforts latéraux pour y appuyer de grands arcs en avancée par rapport aux murs et jouant le rôle de mâchicoulis, comme en façade de Quintenas (Ardèche) ou sur les murs gouttereaux de Champdieu (Loire). Parfois ce sont les murs de clôture ou les bâtiments prioraux qui sont pourvus de tours, comme à Pommiers (Loire) ou à Taluyers (Rhône). Nombreux également sont les sites mixtes où se côtoient prieurés et châteaux.

27Pour les prieurés tardivement fortifiés, citons celui de Pouilly les Feurs, fortifié au XIVe s., celui de Pommiers-en-Forez également bien défendu par de puissantes tours semi-circulaires, ou encore celui de Taluyers.

  • 25 Il est respectivement seigneur et patron temporel du castrum et possède des droits de haute et bass (...)

28En 1293, le prieuré de Taluyers est pourvu de tours qui sont découvertes (fig. 34) (Charvin 1965-1982, t. II : 498). En 1298, une grange est située extra muros du prieuré (Ibid., t. II : 123). En 1308, la domus de Taluyers ne peut être visitée pour cause de guerre (Ibid., t. II : 264). Le prieur et les habitants sont attaqués à plusieurs reprises par les habitants d’Orliénas et par Lambert Parent le seigneur d’Epeisse qui les dirige. Elles prennent fin en 1315, par un accord passé entre le prieur de Taluyers et l’abbé d’Ainay, seigneur d’Orliénas25 qui le dédommage des dégâts causés (Beugnot 1848, t. II : 1026).

29En 1380, le prieur doit effectuer des réparations fortalicii (Charvin 1965-1982 t. IV : 151). Ceci laisse supposer que le prieuré a été fortifié dès la première moitié du XIVe s. (Vernin 1993 : 58), mais dans leur état actuel les tours semblent remonter au XVIe s. (Meynet 1997 : 49-50, 96-101).

34 - Le prieuré de Taluyers juxtapose une église romane et des bâtiments de la fin du Moyen Âge, défendus par deux puissantes tours

34 - Le prieuré de Taluyers juxtapose une église romane et des bâtiments de la fin du Moyen Âge, défendus par deux puissantes tours

30À Ternay, l’existence d’une enceinte et d’éléments de fortification datant des XIVe et XVe s., témoigne d’une fonction défensive. La mention du castrum ou de la domus fortis peut être tardive, comme à Poulieu qui devient en 1484 la deuxième résidence fortifiée des abbés d’Ainay. En Savoie, les descriptions des visiteurs suggèrent la présence d’éléments de fortifications, mais il faut distinguer les tours de défense, les pigeonniers ou les tours d’escaliers. A Faucemagne, la maison haute est pourvue d’une tour. En 1823, lors d’une délibération du conseil municipal de Douvaine, il est mentionné une tour de 40 pieds de haut, soit 13 m, qui menace de s’effondrer ; elle est donc réduite de 20 pieds et un angle est repris. A Peillonnex, en 1730, sont mentionnés le prieuré et la maison-forte avec des vestiges de fossés au nord-est et une tour à créneaux.

31Nombreux également sont les prieurés installés dans des châteaux et les “prieurés-châteaux ”, comme à Montrottier, Chazay-d’Azergues, Mornant et Orliénas (Rhône) ou Saint-Romain-le-Puy (Loire). Les premiers sont souvent difficiles à distinguer des seconds, mais l’on sait qu’à Montrottier le castellum existe avant le prieuré ou l’inverse à Chazay-d’Azergues et à Mornant.

  • 26 "castellum quoddam in parrochia Sancti Martini de Periculis conctruxit, ad minimentum monasterii no (...)
  • 27 En 1124 : Prior do castello ; en 1127 : vicaria prior, castelli.
  • 28 Ces bâtiments n'étaient vraisemblablement pas organisés selon le plan quadrilatère traditionnel des (...)
  • 29 Bernard et Gaussin ne sont pas d'accord sur la date au cours de laquelle ces événements se sont dér (...)

32À Montrottier, vers l’an mil, le site est occupé par un castellum, dépendant de l’abbaye de Savigny et implanté sur le territoire de la paroisse Saint-Martin-lès-Périls (Bernard 1853, t.I : 233)26. Il faut attendre 1124 pour que la première mention de prior - associée à celle de castellum - apparaisse dans les textes27. Cette association laisse supposer que le prieur administre soit un bourg fortifié, soit un réel château intégrant les bâtiments prioraux28 On peut toutefois supposer que, entre le XIe et le XIIIe s., ce castellum, par sa situation sur un promontoire dominant la vallée de la Brévenne, est une forteresse de l’abbaye de Savigny et un point stratégique entre le comté du Forez - administré par le comte du Forez - et le comté du Lyonnais - administré par l’archevêque de Lyon. En témoignent les affrontements entre ces deux protagonistes entre 1197 et 120729 (Bernard 1853,t.I : 233, 512), au cours desquels Renaud de Forez accapare le château de Montrottier après une longue lutte avant de s’emparer de l’abbaye de Savigny. Ceci lui permet indirectement de faire pression sur l’Église de Lyon et ses représentants, afin de s’emparer du comté du Lyonnais. Plusieurs dizaines d’années plus tard, le castellum est relevé grâce aux indemnités de guerre que Renaud de Forez a dû payer aux victimes. La guerre de Cent Ans est à l’origine de la restauration de châteaux ou de la transformation de sites localisés sur un promontoire en forteresse. En 1380, sur les ordres du roi de France, le "chasteau de Montrottier" doit être réparé et fortifié. Progressivement, les habitants se réfugient à l’intérieur de l’enceinte du château, y installant leurs maisons vraisemblablement contre les remparts, comme peut l’attester un document de 1440 (AD Rhône, 1 H 399, f° 321). Entre 1457 et 1524, Guichard de Pavie - prieur commendataire de Montrottier - procède à d’importantes transformations dans le castellum et la paroisse Saint-Martin-les-Périls (Labouret s.d.).

33À Chazay-d’Azergues entre le XIIe et le XVe s., trois enceintes sont progressivement construites autour du centre administratif du pouvoir religieux. Dans la première, s’organisent selon un plan quadrangulaire les bâtiments propres à l’exercice du pouvoir - l’église priorale, les bâtiments prioraux et le château - qui constituent le castrum ou la domus. La deuxième enceinte, qui date probablement du XIVe s., s’étendait au nord, à l’est et à l’ouest de ce centre, enserrant les habitations et l’église paroissiale Saint-Martin. Celle-ci était située à proximité de l’entrée principale de la domus. A la fin du Moyen Âge, à la suite de l’extension du village autour de la deuxième enceinte, hormis au sud-ouest, un troisième rempart est construit. Les limites actuelles du village correspondent en grande partie au tracé de cette dernière enceinte.

34En Lyonnais, à Montrottier et à Mornant, le prieuré peut aussi servir de lieu de protection à la population. C’est aussi le cas à Lavilledieu, en Vivarais : à partir de 1360, des bandes de mercenaires terrorisent les campagnes, le prieuré est pillé à plusieurs reprises et les chanoinesses doivent alors s’enfuir (fig. 35). En 1378, Guy II de Montlaur autorise la prieure, les sept soeurs et les trois nonnes non encore consacrées, ainsi que les habitants, à fortifier le village ; un capitaine et des hommes sont affectés à la défense du bourg. L’acte de visite du 22 avril 1378 décrit les fortifications à faire pour rendre plus sûr le prieuré et permet d’émettre des hypothèses sur la distribution et sur l’occupation des lieux. Les moniales essaient de s’émanciper de la tutelle viennoise et élisent seules la prieure en 1459. En 1480, un acte est passé entre la prieure et les habitants pour la fortification du bourg et pour la répartition des dépenses : la prieure autorise les habitants à construire à l’intérieur des remparts et s’engage à donner en emphytéose une maison pour y traiter des affaires communales. Mais les habitants entrent vite en conflit avec la communauté religieuse au sujet de l’entretien des remparts. La région est plus tard touchée par les guerres de Religion et le prieuré brûlé et pillé à deux reprises (Guigon 1993).

35- Le cadastre moderne de Lavilledieu conserve l’empreinte du prieuré (en noir) et des fortifications des XIVe-XVe siècles

35- Le cadastre moderne de Lavilledieu conserve l’empreinte du prieuré (en noir) et des fortifications des XIVe-XVe siècles

La vie économique

35Par la mise en œuvre de domaines temporels parfois très vastes, les communautés monastiques jouent un rôle important dans la vie économique des campagnes. Rôle de pionnier parfois, mais le plus souvent les moines héritent d’une situation dont les origines remontent au moins à l’époque romaine. Ces domaines fournissent l’essentiel des revenus. Le complément provient de la dîme et des droits féodaux.

Le domaine temporel des établissements monastiques

36Il s’agit, dans le cadre d’une économie agro-sylvo-pastorale, de produire un revenu à même d’assurer la vie de la communauté d’hommes ou de femmes ainsi créée, et de faire face à tous les impératifs qu’imposent ses choix : construction et entretien des bâtiments, dépenses du culte, aumône, fiscalité...). Dans les réseaux organisés par de grands monastères comme Cluny ou La Chaise-Dieu, tous deux présents dans notre région, le domaine temporel d’un prieuré non seulement fait vivre les moines présents, mais encore participe au revenu de la maison-mère (Gaussin 1988).

Les sources

37L’étude des domaines temporels s’appuie essentiellement sur les éléments de cartulaires conservés dans la série H des archives départementales ; les archives conservées dans les séries modernes L (Période révolutionnaire), M (Administration générale), Ο affaires communales, Ρ (dont Eaux et forêts, parfois MP) et Q (biens nationaux) sont également fort utiles. Les chartes les plus anciennes ont parfois fait l’objet de transcriptions et de publications (Auvergne 1865, Chevalier 1869 a et b). Une forte proportion des documents de la série H traite de donations, de confirmations, d’échanges, d’achats et de ventes, de reconnaissances solennelles de la propriété éminente du monastère sur telle ou telle terre. Ces actes accompagnaient la création, l’extension, l’évolution, la mise en œuvre et donc la vie du domaine. Les archives diocésaines, seigneuriales, notariales et communales apportent des éclairages différents et d’éventuels compléments ; celles des établissements religieux voisins facilitent les recoupements.

38Certains inventaires donnent sous forme d’instantané une recension des éléments constitutifs d’un domaine, par exemple les Etats des lieux rédigés par les prieurs chartreux prenant leurs fonctions.

39Une autre source d’information est la recherche sur le terrain. Elle associe la connaissance géographique des lieux et des milieux et l’étude archéologique des sites et des vestiges, trop peu souvent, hélas, appuyée sur des campagnes de fouilles. Ces investigations sur le terrain conduisent à la notion d’espace monastique.

La formation du domaine

40Le noyau initial du domaine temporel provient de la donation accompagnant l’acte de fondation du monastère ou du prieuré. Le fondateur, laïc ou religieux, fait don du site même des bâtiments conventuels et d’un espace alentour plus ou moins vaste et diversifié, en principe apte à assurer la vie et l’entretien de la communauté.

41S’y ajoutent des donations postérieures, parfois très nombreuses dans la période médiévale mais plus rares ensuite. Elles portent sur des parcelles en terre, vigne ou bois, bien définies et délimitées dans les zones fortement habitées, plus vastes et aux limites parfois moins précises en montagne. Elles émanent de l’ensemble de la société féodale, seigneurs, prélats, chapitres, établissements religieux déjà en place, parfois petites gens. Au début, elles ont le caractère d’une vraie donation pieuse, même si elles entraînent une contrepartie sous forme de services religieux (accueil au monastère, sépulture, messe anniversaire...) ou de compensation financière forfaitaire. Ces donations sont souvent contestées par la descendance du donateur, d’où l’existence d’un contentieux et les efforts des moines pour obtenir des confirmations (Josserand 1991). Le domaine peut aussi s’agrandir par des transactions à titre onéreux, ou même par l’accensement* ou l’arrentement de terres. Ainsi en 1544, l’abbé de Léoncel, coseigneur du mandement Saint-Eusèbe d’Ambel et du col de la Bataille, un haut plateau herbager et forestier, devient-il albergataire de la partie relevant du seigneur d’Eygluy, Méraud d’Hostun. Les chartreuses des Ecouges et du Val Sainte-Marie donnent d’autres exemples (fig. 36).

36- Chartreux des Ecouges : Fessole, alpage des chartreux ; au fond, la vallée de l’Isère

36- Chartreux des Ecouges : Fessole, alpage des chartreux ; au fond, la vallée de l’Isère

42Sur une superficie modeste lorsqu’il s’agit d’un prieuré, plus vaste dans le cas d’une chartreuse, d’une abbaye ou d’un prieuré conventuel, le domaine regroupe des éléments complémentaires : jardins, vergers, terres céréalières, vignes, pâtures d’hiver et d’été, bois et forêts. En montagne, l’étagement des milieux naturels est maîtrisé et utilisé. On note une relation privilégiée avec l’eau, qu’il s’agisse de sources, ruisseaux, rivières, marais, étangs ou lacs, sur le site même du monastère mais aussi dans l’ensemble du domaine. L’eau et le charbon de bois permettent de transformer les produits de l’agriculture, de l’élevage, de la forêt et de la terre dans les moulins, scieries, tuileries, verreries, forges, fourneaux et martinets. Le domaine des grands monastères ruraux s’enrichit aussi de maisons urbaines qui servent de refuge dans les temps troublés et facilitent la vente des produits du domaine. Ainsi l’abbaye de Bonnevaux en Viennois s’installe à Vienne, Romans et Lyon, celle de Léoncel à Romans et Valence. L’activité commerciale se développe. Elle concerne les produits agricoles, le bétail et les coupes de bois.

43L’implantation de domaines temporels monastiques dans les secteurs déjà habités et exploités par des communautés villageoises ne va pas sans susciter des contestations qui, timides au début, se durcissent au fil des siècles. Les paysans revendiquent la faculté d’exercer les droits d’usage qu’ils estiment posséder du fait d’une présence plus ancienne ou d’une pratique trentenaire. D’où de nombreux conflits, notamment en montagne à propos de pâturages d’altitude et d’exploitation forestière.

Le mode d’exploitation

44À la fin des temps carolingiens, le domaine temporel fonctionne comme une seigneurie rurale. Une partie constitue la réserve, terroir souvent à même de fournir le nécessaire à la vie quotidienne. Les moines en contrôlent directement l’exploitation, s’impliquant eux-mêmes ou s’appuyant sur des salariés plus ou moins nombreux. D’autres terres, manses puis tenures sont exploitées par des tenanciers qui doivent verser un cens en argent ou nature, donner une part de leur récolte, participer à des travaux divers (les corvées) sur la réserve.

45Une profonde mutation économique et sociale s’amorce au XIe s., s’accélère au XIIe et se prolonge au XIIIe s. Les traits majeurs en sont l’essor démographique, la croissance de la production et de la consommation, l’agrandissement par défrichement des espaces cultivés, une certaine évolution des formes d’exploitation, une poussée urbaine et l’accroissement des échanges et du rôle de la monnaie : les mentalités évoluent aussi.

46Dans ce contexte la gestion monastique du temporel parvient parfois à s’adapter, mais elle se trouve souvent en difficulté. Les grands changements ne sont pas étrangers à la réouverture au XIe s. du débat sur l’essence et l’organisation de la vie monastique.

47Au XIe s. apparaissent les systèmes fondés sur le travail des frères convers*, nouvelle catégorie de religieux, inconnue de saint Benoît. Religieux illetterati (qui n’on fait que peu d’études et n’entendent pas le latin) ou monachi conversi, ils sont membres de l’ordre. Comme les moines ils font des voeux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance mais ils n’accèdent pas à la prêtrise, ne sont pas admis au rang de Père chartreux ou de moines de chœur chez les Cisterciens. Ils sont cultivateurs, éleveurs, bûcherons ou artisans sous la houlette d’un procureur d’un cellérier ou d’un doyen. Assez rapidement on leur adjoint des salariés ou mercenaires.

48Les Chartreux (1084) tentent d’articuler érémitisme et cénobitisme. Une communauté de frères convers installé dans les maisons basses ou correries* met en œuvre le domaine temporel et permet aux Pères de vivre pour l’essentiel en ermites dans la solitude des cellules de la maison haute.

Le faire-valoir direct

49Les Cisterciens (1098), voulant revenir à la lettre de la règle de saint Benoît exigeant que les moines vivent du travail de leurs mains installent dans leurs abbayes deux communautés, celle des frères convers chargés de la vie matérielle, celle des moines de chœur voués à la prière et à la louange, ainsi qu’au travail intellectuel.

50Alors s’épanouit l’économie grangière (Higounet 1983), fondée sur la grange, domaine de type nouveau qui apparaît au XIIe s. et consiste en une petite unité économique autonome, plus ou moins spécialisée, appartenant au patrimoine foncier de l’abbaye et comprenant un fonds immobilier et des droits. Exploitée en faire-valoir direct, la grange cistercienne ne paye pas de cens et n’a pas de serfs.

51Ce type de domaine associe des terroirs aux aptitudes agricoles complémentaires afin d’assurer l’autarcie et la vie de la communauté : fond de vallée humide ou montagne pour les herbages et l’élevage, terrasses ou plateaux de terre arable pour la culture céréalière et pentes bien exposées pour la culture de la vigne.

52Ces granges, situées aux confins des territoires paroissiaux, forment un réseau plus ou moins dense selon l’importance des dons ou, parfois, des achats de l’abbaye.

53Mais, plus vite chez les Cisterciens que chez les Chartreux, la pression des mutations économiques et sociales infléchis le respect de l’idéal primitif. Le faire-valoir direct l’emporte globalement jusqu’à la fin du XIIIe s., mais déjà, certains revenus proviennent du travail de paysans installés sur le domaine.

54À partir du XIVe s., alors que le recrutement des frères convers décline, la conjoncture s’inverse, la poussée démographique s’arrête, les surfaces cultivables se stabilisent, la dépression économique s’installe. On assiste à la reprise des disettes, des grandes épidémies comme celle de la Peste Noire (1348-50) - S’y ajoutent les dévastations des routiers, sous-employés pendant les trêves de la guerre de Cent Ans.

55Le faire-valoir indirect va se généraliser, sauf sur des réserves désormais bien modestes et sauf en forêt où les monastères conservent la maîtrise directe. Il s’organise sous trois types majeurs de contrats. Celui dit “albergement*” en Savoie et Dauphiné peut-être considéré comme une forme modernisée de l’accensement (Richard 1906 ; Devos 1980).

Le faire-valoir indirect

56Le propriétaire albergeant ou albergateur se réserve le domaine direct d’un bien, mais en cède le domaine utile pour une durée indéterminée à un albergataire, moyennant le paiement d’un droit d’introge à l’entrée en possession, le versement d’un cens* annuel en argent ou en nature, et celui de droits de mutation. Le preneur acquiert un droit de propriété relatif puisqu’il peut vendre le bien, moyennant le versement d’un droit de mutation, dit lods (en principe le 1/6 de la valeur du bien). Mais son acheteur doit à son tour reconnaître la propriété éminente de l’albergateur, payer le droit d’introge, s’engager à verser le cens annuel et à honorer les droits de mutation en cas de succession ou de vente ; il s’engage aussi à reconnaître devant notaire, chaque fois qu’il y sera requis, qu’il tient de l’abbaye ce bien, défini par un lieu-dit, une contenance ou des confronts, sous l’obligation de verser telle ou telle redevance annuelle. Les procès-verbaux de ces reconnaissances constituent les terriers que les religieux ne tardent pas à affermer.

57Le métayage est un autre mode de faire-valoir indirect. On lui a parfois contesté cette qualité, le bailleur conservant un véritable droit de regard et de contrôle sur l’exploitation des terres qu’il concède par un bail à durée déterminée, " à titre de grangeage et à cultiver et à faire valoir à moitié " ou, plus simplement, qu’il donne " à moitié ou à mi fruits ". Les moines de Léoncel utilisent essentiellement en montagne, dans le voisinage de l’abbaye, ce type de contrat fondé sur le partage des récoltes et du croît du troupeau (fig. 37). En principe le métayer ou grangier n’a pas d’avances à faire, les semences, le bétail et les instruments aratoires lui étant fournis, mais il peut amener son propre bétail sur l’exploitation.

37- Léoncel : l’église abbatiale et l’aile des moines vues du nord-est

37- Léoncel : l’église abbatiale et l’aile des moines vues du nord-est

58Le fermage ou arrentement donne également lieu à la rédaction d’un bail à durée déterminée, mais le fermier gère seul son exploitation, étant seulement tenu de respecter le cahier des charges et de verser aux moines, à des termes fixes, la rente imposée par le bail. Issus d’anciennes granges, au sens cistercien du terme, les grands domaines de Léoncel dans la plaine de Valence furent ainsi affermés.

59Au total, le revenu des moines provient donc du produit des droits féodaux en argent et nature (cens et champart) levés sur les terres accensées, des produits en nature fournis par le métayage et de la rente foncière versée par les fermiers auxquels s’ajoutent les fruits de l’exploitation forestière conservée en faire-valoir direct. L’insertion des prieurés et des monastères dans le tissu paroissial leur permet en outre de prélever les dîmes dont les recettes sont en principe affectées à la subsistance des pasteurs, à l’entretien des bâtiments du culte, à l’aumône et au soulagement des pauvres. La dîme correspond en principe au dixième de tous les fruits de la terre, animaux compris, mais varie en réalité entre 1/40 et 1/10. Les disparités de l’assiette et des taux font de cette redevance une construction hétéroclite, mais loin d’être négligeable.

  • 30 On trouvera plus loin quelques études à caractère monographique et une présentation plus générale d (...)

60Il y a sans doute un monde entre le jardin, les quelques champs et prés, la vigne et le bois des plus modestes prieurés, et les vastes espaces maîtrisés par les grands monastères. Mais la mise en place des uns et des autres, leur organisation, leur exploitation quotidienne ou saisonnière, leur gestion et son évolution, leur impact sur la vie sociale et économique constituent un chapitre important de l’histoire monastique30.

L’expansion du domaine de l’abbaye cistercienne de mazan

61L’abbaye cistercienne est fondée entre 1119 et 1123 grâce à la générosité d’un chevalier du plateau ardéchois et aux efforts de l’évêque de Viviers, Léger, désireux de satisfaire les aspirations de certains chanoines de son église (Vaissette, Vic 1885, t. V, col. 911-913) (fig. 38).

38- Abbaye cistercienne de Mazan en Ardèche, vue générale en hiver ; le cimetière actuel occupe l’emplacement du cloître roman

38- Abbaye cistercienne de Mazan en Ardèche, vue générale en hiver ; le cimetière actuel occupe l’emplacement du cloître roman

62Les étapes de la constitution de son patrimoine temporel sont difficiles à saisir en raison de la perte du liber fundacionum, premier cartulaire de l’abbaye, et du faible nombre de chartes concernant le XIIe s., mais les étapes postérieures sont abondamment documentées (AD Ardèche, séries 3H, 29J et 52J) et publiées (Chevalier 1884 ; Mazon 1893 ; Vogué 1912 ; Régné 1921 ; Verlaguet 1938).

63Pendant une quinzaine d’années, les Cisterciens vivarois augmentent la surface cultivable autour du cloître, au prix de travaux importants. Le tènement du Manse d’Adam, complété par la vallée de Vauclare, la terre s’étendant entre celle-ci et le monastère et un jardin à Montpezat, correspond à ce qui est strictement nécessaire à l’établissement de la communauté en 1123. "C’est à partir de cette première installation que se constituent les terroirs et les propriétés abbatiales par un élargissement de l’espace cultivé d’abord sur le site lui-même, puis un peu au-delà, enfin plus loin grâce aux donations" (Pacaut 1993 : 253).

64Après des débuts difficiles, Mazan bénéficie du rayonnement et de la popularité de Bernard de Clairvaux : son essor se caractérise non seulement par l’affiliation ou la fondation de Silvanès (1136), du Thoronet (1136), de Bonneval (1147) et de Sénanque (1148) mais aussi par un développement territorial extrêmement rapide. Les abbés du XIIe s. cherchent à accroître le domaine de Mazan en offrant souvent une contrepartie spirituelle ou matérielle aux donateurs.

  • 31 Pour la chronologie : Mazon 1893 t. I, : 932-944.

65Le monastère acquiert des droits à Fabras en 1151 (Gallia Christiana, t. XVI, col. 599), l’alleu d’Issanlas en 1164 (AD Ardèche, 3 H 10), le fief de l’Altaret en 1185 et des terres à la Chapelle-Saint-Philibert en 1196 (Déclaration des biens de Mazan, 18 février 1790) mais aussi des pâturages au Cros-de-Montroy (Chevalier 1884, n° 466), des terres à Haute-Rivoire (3 H 1, f° 169) et le domaine de Chaumienne au cours du XIIe s. (3 H 1, f° 1), le mas de Charbounouse et des pâturages dans le mandement du Mézenc en 1205 (Régné 1921, t. II, n° 1), le mas de Chaeris en 1208 (29 J 7, n° 2), les mas d’Usclades et de Rieutord ainsi que le droit de pêche dans le lac d’Issarlès et dans la Loire en 1209 (3 H 1, f° 4-6), le mas des Boutergues avant 1210 (29 J 7, n° 3), des droits à Monibrand et à la Vésolle en 1213 (3 H 6) et des pacages près de Montusclat en 1214 (52 J 55)31.

  • 32 Il s'agit des granges de Chaumienne, Issanlas, Mézeyrac, Trespis, le Bleynet et Berg en Vivarais, d (...)

66La bulle d’Honorius III permet de constater l’étendue des biens de Mazan un siècle après sa fondation ainsi que leur conformité avec les prescriptions de l’ordre, mais l’absence d’autres privilegia generalia empêche de saisir l’évolution du patrimoine mazanais (fig. 39). En 1217, le monastère peut donc dénombrer au Saint Siège 21 granges, 6 manses, un moulin, 4 maisons urbaines et 5 terres sans oublier des prés, vignes, terres et bois, des usages divers et des pacages dispersés mais sans doute conséquents (3 H 1, f° 185-187). La situation géographique de ces possessions nous montre que les moines se sont efforcés d’acquérir des terres autour du cloître, des pâturages proches du Mézenc ou du Gerbier de Jonc ainsi que des domaines céréaliers et des vignobles dans des régions plus favorisées par le climat. Mais la liste des granges, dont le nombre correspond à la situation de Cîteaux, Clairvaux ou Cherlieu à la même époque, paraît excessif. Parmi ces 21 granges, seules 11 sont attestées32. Ce décalage s’explique par le statut de certaines installations, qui n’est pas clair, et la réorganisation, par l’abbaye, de son réseau de granges dans la seconde moitié du XIIIe s.

39 - Mazan : le domaine en 1217

39 - Mazan : le domaine en 1217

67Aux XIIIe et XIVe s., les abbés de Mazan cherchent à résorber les enclaves et à remembrer leurs domaines au moyen d’achats et d’échanges.

68C’est ainsi que le monastère acquiert la moitié des devèzes et des pâturages du mandement des Eperviers vers 1210 (3 H 10), les pâturages du Tauron en 1217 (3 H 1, f° 92-93), la terre de la Javalier en 1234 (Vogiié 1912, t. III, n° 5 bis), le manse comtal de Villesèche en 1237 (3 H 1, f° 89-90), une terre délimitée par les Chambons de la Loire, Usclades et le gué du Tauron en 1249 (3 H 1, f° 208), les vigueries du Béage en 1256 (3 H 1, f° 21-24), les territoires de Montalafia et de Chaumienne en 1283 (3 H 1, f° 63-66), Rieutord et Prat-Sauvage en 1337 (3 H 1, f° 144-159).

69Mais devant la chute des vocations parmi les convers, ils doivent réorganiser leur réseau de granges et amorcer leur politique d’accensement dès la seconde moitié du XIIIe s. Ce remaniement se réalise de différentes manières mais les exploitations pastorales, nécessitant moins de main d’œuvre, sont toujours favorisées au détriment des domaines céréaliers.

70En 1298, la grange de la Chomette se voit ainsi amputée des terres de Chomeil, Lherm et Rieufroid, échangées contre le mas de Ligeret (3 H 1, f° 128-130) qui sera transformé en grange avant 1308 (3 H 1, f° 125-128) ; les Boutergues et le Cheylard apparaissent aussi dans la première moitié du XIVe s. et appartiennent à la seconde génération des granges mazanaises ; le traité de partage de 1284 permet à l’abbaye de transformer une partie du domaine de Berg en un village planifié de tenanciers (3 H 1, f° 11-14).

71Le monastère accense tout d’abord des terres situées à plus de vingt kilomètres du cloître entre 1250 et 1350 pour pallier le problème du recrutement des convers, mais ses difficultés économiques, aggravées par la guerre de Cent Ans, l’obligent à céder en accapte* des terres plus proches et même des granges dès le début du XVe s.

  • 33 Pour le domaine de Berg, cf. infra : Villeneuve-de-Berg, un centre de peuplement cistercien, p. 92

72Les domaines de l’abbaye de Mazan paraissent subir peu de modifications au cours des siècles à l’exception des granges de Berg, transformées en bastide33 de la Chomette et de la Serre.

  • 34 Chomette signifie petit chaud.

73La Chomette est mentionnée une première fois comme grange en 1217 (3 H 1, f° 185-187). Ce territoire, longtemps inculte d’après la toponymie34 tombe dans l’escarcelle de l’abbaye de Mazan grâce à la générosité des seigneurs de Glavenas et s’agrandit du secteur de Monibrand acheté en 1213 aux Saussac contre 2500 sous du Puy (3 H 6). De nombreuses transactions sont conclues avec les seigneurs de Glavenas en 1250, 1270 et 1284 (AD Haute-Loire, Hôtel-Dieu, 1 Β 437, n° 1, 2 et 5 ; AD Ardèche, 3 H 1, f° 29-31) puis avec leurs successeurs, les seigneurs de Saint-Vidal en 1329 et 1451 (3 H 1, f° 182, 52-59) pour des droits de juridiction et peuvent aboutir à des bornages comme celui du bois de la Vésolle demandé en 1290 par le seigneur de Queyrières et renvoyant à un accord de 1280 (3 H 1, f° 31-34). Les familiers des seigneurs de Saint-Vidal entreprennent deux expéditions contre la grange : en 1329, les moines et leurs gens sont frappés tandis que les armes et autres objets des moines sont emmenés (3 H 1, f° 182) ; le 17 août 1439, le moine Hugues Doron, régisseur de Chomette et rédacteur du cartulaire de Mazan, est attaché et emmené avec tous les biens meubles de la grange, estimés à 200 livres tournois, au château de Glavenas où les familiers du seigneur le retiennent prisonnier (3 H 1, f° 52-59). Ce domaine devient une seigneurie et même un mandement détaché de celui de Glavenas lorsque l’abbé obtient la haute justice et le droit de construire un château en 1451 (3 H 1, f° 52-59). La présence d’une petite communauté villageoise est attestée par les documents : en 1269, l’abbé de Mazan règle le problème des droits paroissiaux avec le prieur de Saint-Hostien (Perrel 1996 : 23) ; en 1394, les habitants de la Chomette s’émancipent en obtenant la taillibilité aux cinq cas (3 H 1, f° 220-223). De la grange fortifiée ne subsistent que la base de la tour carrée, une cheminée et quelques éléments d’encadrement tandis que les viviers des Esclauzelles se devinent près du hameau de Sardat (Thomas 1993 : 229).

74La grange de la Serre, dont les terres sont acquises dès 1160 par l’abbaye de Bonneval (Verlaguet 1938, n° 3, 27, 28), est vendue à Philippe, abbé de Mazan de 1214 à 1220. En septembre 1216, le Chapitre général charge les abbés du Beuil, de Grandselve et d’Obazine de régler le différend qui oppose les abbés de Bonneval, de Mazan et de Bonnecombe (Canivez 1935, n° 1216/60). Le 24 avril 1217, l’abbé d’Obazine procède au bornage des pacages de la grange (Verlaguet 1938, n° 136). Cette dernière apparaît bien évidemment dans la bulle d’Honorius III du 31 mai 1217 (3 H 1, f° 185-187). En 1225, achetée mais pas entièrement payée par Mazan, elle est rétrocédée à l’abbé de Bonneval (Verlaguet 1938, n° 140) qui la vend immédiatement à l’abbé de Bonnecombe pour 10 000 sous de Rodez (Verlaguet 1938, n° 141). Ce dernier donne à l’abbé de Bonneval 84 vaches et boeufs d’une valeur de 5 000 sous de Rodez pour la vente de la grange, et 4 boeufs pour la conversion des 5 000 sous du Puy qui ont été donnés à l’abbé de Mazan (Ibid., n° 142 bis, 143). Dès lors les Cisterciens vivarois confirmeront à plusieurs reprises l’acquisition, par l’abbé de Bonnecombe, de la grange de la Serre qui prendra le nom de Bonnefon, malgré quelques difficultés avec les abbés de Bonneval jusqu’en 1232 (Ibid., n° 151).

75Après des débuts difficiles, l’abbaye de Mazan semble donc connaître une expansion territoriale rapide qui s’essouffle au milieu du XIIIe s. pour s’achever dans la première moitié du XIVe s. Elle profite de sa situation géographique, à cheval sur les versants méditerranéen et atlantique, pour accroître son domaine temporel. Essentiellement implantée sur le plateau vivaro-vellave, elle rayonne du Forez à la Provence et du Tricastin au Rouergue. Mais devant la crise de l’économie grangière aggravée par la guerre de Cent Ans, elle accense progressivement ses domaines qui deviennent de simples seigneuries, certaines maisons devenant des centres de perception des redevances.

Les difficultés puis l’échec de la chartreuse des Ecouges

76Le destin de cette chartreuse iséroise (1116-1422), qui finalement renonça (Jacques Le Seigneur 1994, Wullschleger 1994 d), illustre le poids de l’environnement temporel, ici en apparence exemplaire, mais en réalité rude et contraignant (fig. 40). Les difficultés d’organisation et de gestion du domaine paraissent avoir joué un rôle majeur dans ce renoncement. Nos sources sont les 71 chartes transcrites et publiées en 1865 (Auvergne 1865) et quelques textes recensés dans le Regeste dauphinois (Chevalier 1913-1926).

40- Chartreux des Ecouges : localisation du domaine temporel des Ecouges (Isère)

40- Chartreux des Ecouges : localisation du domaine temporel des Ecouges (Isère)

La fondation de la chartreuse et le domaine primitif

77En 1104, le chanoine Guigues de Lans et son frère, le chevalier Raynaud, font don du Val des Ecouges aux Augustins de Sainte-Croix en Quint et de Pont-en-Royans. A la demande de l’évêque de Grenoble, en 1116, ces religieux abandonnent leurs possessions dans ces lieux aux “ermites qui habitent ou viendront habiter aux Ecouges”. Raynaud complète sa donation de 1104, et les Chartreux disposent alors du val, versants compris, de Facebelle au nord à la source de la Drevenne au sud, soit au total un territoire de quelque 1 400 hectares d’un seul tenant (Auvergne 1865, n° 1, 2 et 3). La chartreuse est installée sur le versant oriental, à 975 m d’altitude.

78Le val des Ecouges se présente en réalité comme un site difficile, perché au sommet d’un grand versant abaissé vers l’Isère et coupé de nombreux abrupts rocheux rendant malaisés l’accès, les liaisons et les échanges. Par contre, l’eau abonde dans cette partie du Vercors, fraîche, arrosée et sujette au brouillard en toute saison, froide et enneigée l’hiver. La correrie* et un moulin trouvent place sur un ruisseau au pied du Pas de la Porte. Au nord, le val s’élève, portant l’alpage de Fessole à plus de 1400 m ; ailleurs règne la hêtraie sapinière, trouée de clairières peu propices à la culture et au jardin. Le val offre donc des ressources forestières et herbagères, mais il faut résoudre le problème des cultures fondamentales et des pâtures d’hiver.

L’extension du domaine temporel

79Les moines cherchent à tirer parti de l’étagement des ressources et de la proximité de l’Isère (Wullschleger 1997). Mais le seul chemin vraiment utile par le Rivet, la Fessie, l’Echinard et Revéty est rude et malaisé. Et l’installation, puis l’extension du domaine suscitent dès le XIIe s. des contestations de la part des seigneurs et des villageois d’alentour (Auvergne 1865, n° 4).

80Pourtant nos moines peuvent maîtriser de rares cantons utiles d’un versant raide et rocheux (Auvergne 1865, n° 17, 19, 20, 23, 24, 25,26 ; Chevalier 1913-1926, n° 8 527). Au XIIe s. ils s’implantent à Ruisant, puis en dessous des falaises qui isolent les Ecouges, à Rappa Calda et sur le replat des Monts (Auvergne 1865, n° 5, 6 et 13) ; au XIIIe, ils consolident leurs possessions de Revéty et s’avancent dans le massif des Coulmes à la Servagère et à Cornivères, près de Ruisant.

81En 1154, Arbert de la Tour ouvre aux moines des Ecouges des pâturages d’hiver autour de Sérézin-de-la-Tour. Ils y construisent un agnellarium et étendent leurs herbages en transigeant avec les Cisterciens de Bonnevaux (Auvergne 1865, n° 8-11, 15, 18, 22, 30, 33 ; Chevalier 1913-1926, n° 8 544 ; Wullschleger 1994 e). Des pâtures "relais" entre L’Albenc et Tullins, et à Montrevel facilitent cette transhumance entre l’alpe de Fessole et Sérézin-de-la-Tour (Auvergne 1865, n° 29, 32).

82Les moines des Ecouges possèdent encore une maison à Romans et des vignes alentour, des droits de pâture au bord de la Bourne, et ils lèvent la dîme sur une partie du mandement de Rencurel (Auvergne 1865, n° 16,19, 30, 31 ; Chevalier 1913-1926, n° 12 703).

83Ainsi, à la fin du XIIIe s., le domaine cartusien associe aux secteurs d’altitude quelques implantations plus aptes à la vie agricole et viticole, et des pâturages d’hiver. Des granges, unités d’exploitation confiées à des frères convers, ont été crées à Touron (fig. 41), Ruisant, Revéty. Mais les divers éléments de ce domaine restent mal articulés les uns aux autres.

41- Chartreux des Ecouges : le site de Touron, ancienne grange à proximité du col de Roméyere

41- Chartreux des Ecouges : le site de Touron, ancienne grange à proximité du col de Roméyere

Un monastère en difficulté

84De nombreuses chartes évoquent des conflits. Les habitants des mandements voisins n’ont pas accepté l’installation d’une chartreuse aux Ecouges. Ceux de Rencurel contestent ouvertement les limites sud de la donation originelle. Et il faut aussi transiger avec ceux d’Armieux et avec le seigneur de Saint-Quentin (Auvergne 1865, n° 14, 27, 32 ; Chevalier 1913-26, n° 11 757, 13 334, 13 358). Ces conflits dérivent, comme ailleurs, de la certitude des villageois de posséder des droits d’usage en forêt et sur les alpages. L’attitude des seigneurs, à la fois soucieux du sort de leurs hommes et généreux avec les moines, ne manque pas d’ambiguïté.

85Le 10 mai 1294, la communauté monastique des Ecouges adresse au chapitre général de l’ordre une supplique pour obtenir l’autorisation de délocaliser la chartreuse à Revéty, à 360 m d’altitude, sur un replat en bas du versant (Le Couteulx 1887-1889, t. IV : 416-422 ; Chevalier 1913-1926, n° 14 361 ; Jacques Le Seigneur 1994, chap. 6). Les moines soulignent l’âpreté du site, la faiblesse de leur effectif, le mauvais état de santé de nombre d’entre eux et la déception de tous. Ils évoquent aussi le triste état des bâtiments, l’utilisation abusive des forêts, la difficulté et la cherté des transports, le coût des salariés. La supplique révèle une crise morale et sans doute aussi une crise du faire-valoir direct au moment où s’affirme une nouvelle donnée économique fondée sur les échanges. Le déclin du recrutement des convers provoque l’inflation des salariés. Dix jours plus tard, le chapitre accorde l’autorisation souhaitée (Chevalier 1913-1926, n° 14 730). Mais les Chartreux vont demeurer aux Ecouges jusqu’en 1391.

De nouvelles, mais vaines tentatives

86Le fil des temps paraît se renouer : regain de générosité envers la chartreuse (Auvergne 1865, n° 35, 37-39, 50, 52 ; Chevalier 1913-1926, n° 15 141, 24 148), extension du domaine par donations, albergement et achats, implantation en rive gauche et en rive droite de l’Isère (Auvergne 1865, n° 37, 40, 56, 57 ; Chevalier 1913-1926, n° 16 701, 16 702). Ici et là, le domaine s’ouvre au faire-valoir indirect (Auvergne 1865, n° 36, 40-42, 55). Mais les conflits perdurent. Il faut redéfinir les droits respectifs des moines et des villageois de Rencurel, dans le sud du haut val, et ceux de la chartreuse et du seigneur de Vinay et Armieux, sur la partie centrale du versant. Le dauphin Humbert II doit intervenir (Auvergne 1865, n° 34,43, 45, 46 ; Chevalier 1913-1926, n° 21 288).

87Le dénouement est brutal, les moines quittant les Ecouges en 1391 pour gagner d’autres chartreuses. Des moniales chartreusines de Parménie prennent leur place dans le val dès avant 1396 ; à cette date, elles se trouvent dans l’ancienne grange de Revéty transformée en monastère à leur profit (Auvergne 1865, n° 60, 61, 62 ; Wullschleger 1997). Malgré la conjonction de leur propre domaine temporel de Parménie avec celui des Ecouges, elles connaissent des problèmes comparables et renoncent en 1417. Une dernière tentative de l’ordre pour restaurer à Revéty une communauté d’hommes tourne court en 1422. L’insuffisance des ressources fut considérée comme la cause principale de ce nouvel échec (Auvergne 1865, n° 64 ; Wullschleger 1997).

88Le milieu naturel des Ecouges n’était pas favorable à l’organisation d’un ensemble cohérent et articulé. Dans le cadre d’un faire-valoir direct fondé de plus en plus sur l’emploi de salariés, la difficulté des liaisons entraîne des frais insupportables et conduit le monastère à privilégier les dépenses de fonctionnement aux dépens de l’investissement. Après la crise de 1294, la faible étendue ou la médiocrité des terres cultivables ne permit pas au faire-valoir indirect de modifier la précarité fondamentale de l’économie cartusienne (l’argument donné en 1422 pour la fermeture définitive est bien l’insuffisance des ressources). De plus, contrairement à d’autres monastères la chartreuse des Ecouges ne sut pas régler les problèmes posés par l’inévitable compétition avec les autres parties prenantes des richesses de la montagne.

La réussite de la chartreuse du Val Sainte-Marie de Bouvante

89Comme leurs voisins cisterciens installés à Léoncel (Drôme) en 1137 (cf. infra), les Chartreux de Bouvante (11441790) utilisent au mieux l’étagement des milieux naturels dans le sud-ouest du Vercors, fondent des granges, pratiquent le faire-valoir direct avant de l’abandonner au profit de formules de fermage, métayage ou albergement. Les principales différences tiennent au maintien tardif du faire-valoir direct dans certaines de leurs implantations comme la grange d’altitude de Lente, et à la pratique de la sidérurgie (16731714). Nous évoquerons brièvement ici la mise en place du domaine temporel entre 1144 et 1381 (Chevalier 1913-1926 ; Morin 1985 ; Wullschleger 1998 a) (fig. 42 a et b).

42- Sainte-Marie de Bouvante : a) le domaine temporel de la chartreuse

42- Sainte-Marie de Bouvante : a) le domaine temporel de la chartreuse

42- Sainte-Marie de Bouvante : b) le domaine temporel de la chartreuse : détail

42- Sainte-Marie de Bouvante : b) le domaine temporel de la chartreuse : détail

Le mandement des Chartreux

90On désignait ainsi le territoire sur lequel s’exerçait la seigneurie du monastère, seigneurie confirmée et confortée par l’étonnante charte du dauphin Humbert II, donnée en 1345 à son départ en croisade contre les Turcs (Chevalier 1913-1926, n° 33 991). Terre delphinale, détachée du mandement de Saint-Nazaire (en Royans), cet espace regroupe des éléments du Vercors central et du bassin bordier du Royans, et forme le coeur du domaine temporel de nos Chartreux. A la Révolution, il constitua l’actuelle commune de Bouvante (8 388 hectares).

91L’absence de documents originaux ne permet pas d’attribuer sérieusement au dauphin Guigues V et à plusieurs seigneurs locaux la fondation de la chartreuse et les premières donations, en dépit d’une tradition tenace soutenue par les analyses tardives (XVe s.) des premiers textes disparus.

92Les Chartreux occupent d’abord la Terre de Bouvante. Elle associe le Val Sainte-Marie, en réalité une petite combe inscrite par l’érosion au flanc d’un pli du Vercors où trouvent place la maison haute et son désert, et le Val de Bouvante le Bas, prolongeant au sud celui de Royans et apte à la vie agricole vite développée par la courerie et plusieurs granges. Très vite aussi, semble-t-il, ils maîtrisent un vaste espace montagnard contigu associant le replat de Pionier et Malatra, le plateau de Lente, le serre de Montué (1706 mètres) et Font d’Urle, ensemble portant la hêtraie sapinière, des clairières herbeuses et des pelouses subalpines. Aux XIIe et XIIIe s, les moines en consolident les limites orientales et septentrionales, les plus discutées. Des granges (Pionier, Lente) scellent la maîtrise de cet espace montagnard.

93Nous pouvons affirmer par contre qu’en 1186-90, un rapide processus substitue nos Chartreux aux Bénédictins de Saint-Bénigne de Dijon dans la Combe de Bouvante le Haut, autre bassin intramontagnard apte à la vie agricole. Cette cession provoque une crise entre le Val Sainte-Marie et Léoncel, apaisée par deux arbitrages successifs, en 1190 et 1192 (Wullschleger 1988 a et b). En forêt et sur l’alpage, les Chartreux se heurtent aux revendications des villageois, très attachés à leurs droits d’usage exercés en montagne avant l’arrivée des moines.

Les autres implantations du Val Sainte-Marie

94Elles sont toutes confirmées par des documents originaux. Dans le Royans, les Chartreux possèdent une vigne à Oriol, acquise des Bénédictins de Dijon en 1189, et une grange tardivement citée à Saint-Jean. La montagne de Musan permet un passage direct du Royans vers la plaine de Valence. En 1174, la donation faite aux Cisterciens de Léoncel sauvegarde un droit de passage au profit des troupeaux cartusiens. En 1196, les deux monastères précisent les conditions de ce passage et se répartissent les pâturages (Tardieu 1988 ; Wullschleger 1998 b). En plaine de Valence, les troupeaux de nos moines hivernent à Châteauneuf-sur-Isère dès 1237, le seigneur de Beauregard mettant à leur disposition en 1248 des prés de la combe de Saint-Genis, relais pratique. En 1256, un important accord avec l’église de Valence installe les Chartreux à Montélier. Ils construisent la grange de La Val (aujourd’hui Grand Laval) pour y pratiquer élevage et culture (fig. 43). A Romans, ils possèdent des maisons en ville et des vignes en périphérie (Chevalier 1913-1926 ; Wullschleger 1998 a). Enfin à partir de 1381, ils ont cellier et vignoble de qualité sur la rive nord de la Bourne, entre Pont-en-Royans et Choranche, au lieu encore dit “Les Chartreux”.

43- Chartreux de Bouvante : vestiges de la grange des chartreux à Montelier dans la plaine de Valence

43- Chartreux de Bouvante : vestiges de la grange des chartreux à Montelier dans la plaine de Valence

Grange dite jadis "La-Val" aujourd’hui Grand Laval

Domaines temporels et insertion dans le monde

95Les exemples proposés de mise en œuvre et d’exploitation des domaines temporels suggèrent le caractère inéluctable de l’ouverture et de la multiplication de relations entre les communautés monastiques et le monde séculier. Presque symboliques sont à cet égard les parcours, du XIIe au XIVe s., des chartreuses et des abbayes cisterciennes. Les deux voisines du Vercors, l’abbaye de Léoncel (1137) et la chartreuse de Val Sainte-Marie de Bouvante (1144), dont les domaines temporels sont contigus sur une quinzaine de kilomètres, peuvent servir d’exemples. A l’origine, les deux communautés choisissent des sites qui leur permettent de se couper du monde. Le Val Sainte-Marie est un vrai désert encerclé de hautes falaises, véritable rempart pour la maison haute. Léoncel offre un site très cistercien dans un haut val plus à l’ouest, à proximité d’une grosse source et au bout d’un marais. Pourtant un vieux chemin muletier de Crest au Royans (on dit parfois de Marseille à Lyon) passe devant l’abbaye. Les deux monastères s’installent, pratiquent le faire-valoir direct et l’économie grangière fondés sur la présence et le travail de frères convers, en plaine de Valence et en montagne pour Léoncel, dans le val du Royans et en montagne pour le Val Sainte-Marie. Dès la décennie des années 1160, Léoncel qui aspire à s’installer davantage en plaine accepte la donation de Raymond de Châteauneuf, père de l’abbé Hugues, en terres accensées à des paysans au territoire d’Alixan. En montagne, les deux monastères reçoivent des dons des hobereaux locaux avec lesquels se tissent des liens (seigneurs du Royans, de Rochechinard, de Flandènes, de Gigors, d’Eygluy ou de Baix - c’est à dire de Plan-de-Baix - entre autres). Les domaines se consolident. Les moines sont des intermédiaires précieux : on suscite l’appui de leur prière, on souhaite une inhumation à Léoncel. En 1190, s’achève le processus par lequel les Bénédictins de Saint-Bénigne de Dijon cèdent au Val Sainte-Marie la paroisse, le village et la terre de Bouvante le Haut. Les Chartreux acceptent, contrairement à leurs coutumes, l’offre faite par l’évêque de Die de présenter à la paroisse. Désormais le domaine temporel comprend une communauté villageoise ancienne ayant ses habitudes. En 1194 les Cisterciens de Léoncel acceptent la fusion souhaitée par des cénobites vivant sur le beau domaine de la Part-Dieu en plaine de Valence. Là aussi des habitudes, des usages existent. C’est l’occasion d’élargir le cercle des relations avec les seigneurs ayant doté la Part-Dieu. Au XIIIe s., les Cisterciens fortifient leur implantation en plaine et en montagne, notamment en direction du col de la Bataille et du plateau d’Ambel. Les donations proviennent non seulement des hobereaux mais aussi des petites gens. Les moines favorisent l’implantation de paysans censitaires sur la montagne de Musan, élargissent le champ du faire-valoir indirect qui multiplie les relations avec les familles paysannes, en attendant les fermiers plus huppés des grands domaines de la plaine (Parlanges, Cognier, La Voulpe, Part-Dieu), et qui favorise la fondation du village de la Vacherie à trois kilomètres du monastère, avant 1292.

96À partir de la fin du XIIe s. les Chartreux du Val Sainte-Marie s’intéressent à la plaine de Valence pour l’hivernage de leurs troupeaux (accensement de pâtures sur les mandements de Beauregard et de Châteauneuf). Ils restent plus longtemps fidèles au faire-valoir direct. Pourtant de nombreuses transactions avec des établissements religieux et des laïcs nous sont connues. En 1259 la chartreuse achète une maison à Romans (me de Réaux) et accense un “emplacement” à proximité. Nous avons un texte qui autorise l’entrée des moutons en ville.

97Au XIVe s., la tutelle des comtes de Valentinois s’alourdit sur Léoncel, la peste et les routiers malmènent les moines et les bâtiments, les frères convers s’éclaircissent et le faire-valoir indirect se répand. Les Chartreux du Val Sainte-Marie partagent avec leurs voisins les malheurs du temps. Mais en 1345, Humbert II, dernier dauphin de Viennois, palliant la disparition des premières archives, refonde en quelque sorte leur seigneurie sur l’espace dit “mandement des Chartreux”, ancienne partie orientale du mandement de Saint-Nazaire. Faut-il invoquer la perte de documents d’archives ? Les premiers conflits connus à propos des droits d’usage des communautés villageoises du mandement de Saint-Nazaire, en place et à l’ouvrage avant la fondation du Val Sainte-Marie, ne remontent qu’au XVe s. Ils allaient gagner en intensité jusqu’à la Révolution.

Les revenus

98Les revenus des communautés monastiques sont extrêmement variés en raison de leur origine et aussi de leur évolution dans le temps, mais dans tous les cas ils sont indispensables à la vie de la communauté. D’énormes transferts de propriété se produisent en permanence, liés à un incessant va et vient entre les donations de l’aristocratie et les accaparements de celle-ci, entre les périodes d’élan religieux et de difficultés. On voit bien en effet, à la suite d’Orderic Vital (Migne 1855), l’intérêt pour le seigneur d’attirer les moines sur son territoire :

« Qui peut faire le compte des vigiles, hymnes, psaumes, prières et offrandes quotidiennes accompagnées de flot de larmes que les moines effectuent. Aussi noble comte, je te conseille sérieusement de construire une telle forteresse dans ton pays... Là, ces champions encapuchonnés résisteront dans une lutte de tous les instants à Behemoth au profit de ton âme ».

99Mais en période de difficultés et de guerre ou tout simplement lors du décès d’un donateur, les grandes familles cherchent à récupérer leurs biens. L’étude des revenus d’une abbaye sera faite essentiellement au travers du cas d’Ambronay pour lequel R Cattin dresse un tableau complet, certes tardif car reposant pour une bonne part sur un document du XVIIIe s., mais très représentatif des différentes sources de revenus d’une abbaye de taille moyenne.

Les revenus d’une abbaye : l’exemple d’Ambronay

  • 35 La bibliographie sur Ambronay est abondante, mais traite très peu des revenus ; on pourra consulter (...)
  • 36 Par exemple la bulle de 1051 (H 88) et l'ordonnance émanée des Pères du Concile de Bâle relative à (...)

100Lors de sa création, l’abbaye d’Ambronay (fig. 44) reçoit de son fondateur des domaines assez vastes pour lui procurer des revenus suffisants, puis, au cours des siècles, ces revenus se diversifient au hasard des donations, des acquisitions ou des legs, pour aboutir petit à petit à une situation de plus en plus complexe. L’essentiel de la documentation est conservé aux Archives départementales de l’Ain (séries H, 88-101. 122-156, 168-194)35. Aux époques anciennes qui nous occupent ici, chaque revenu est géré et perçu séparément36 puis au XVIIIe s., l’ensemble des revenus fait l’objet de baux généraux (AD Ain, H 122, 1739).

44 - La halle construite à l’emplacement de l’église paroissiale illustre l’insertion de l’abbaye d’Ambronay dans le monde économique

44 - La halle construite à l’emplacement de l’église paroissiale illustre l’insertion de l’abbaye d’Ambronay dans le monde économique

Lithographie d’A. Pelliat d’après un dessin de H. Leymarie. Extrait de Leymarie (M.), Album pittoresque de l’Ain, Bourg 1836

Le domaine propre

101Ce domaine, aussi appelé réserve seigneuriale, est constitué très tôt, sans doute dès les origines. Il comprend l’ensemble des biens, dont l’abbaye garde la propriété et la jouissance directe mais qui sont généralement loués et affermés, et s’accroît peu à peu par des acquisitions ponctuelles (H 100-101).

102Peu de documents renseignent sur la consistance exacte de ces biens, mais deux sources peuvent en donner une estimation grossière : les contrats notariés et la vente des biens du clergé à partir de 1791. A la fin du XVIIIe s., la surface des terres représente un peu plus de 800 mesures, soit 65 hectares environ, celle des prés un peu plus de 200 seytives, soit une centaine d’hectares, le tout principalement à Ambronay ou dans les environs immédiats. Les vignes couvrent environ 120 ouvrées, soit 5 hectares, toutes situées à Ambérieu où l’abbaye possède aussi en ville un cellier avec de grandes cuves et un grangeon dans les vignes. Quant aux bois, ils s’étendent sur un peu plus de 30 hectares. Ce domaine, auquel il faut ajouter deux moulins proches de l’abbaye, produit des revenus importants mais variables selon l’abondance des récoltes. Quelques titres de propriété et baux à ferme, encore conservés aux Archives, permettent d’évaluer la valeur ou le produit de certains de ces biens (H 104 - 1571-1597).

Les rentes

103Il convient d’associer au domaine propre les rentes acquises par l’abbaye qui, en échange d’une somme d’argent ou d’un terrain du domaine réservé remis à des particuliers, peut jouir d’une source perpétuelle de revenus assez importants, fixes et réguliers, le plus souvent en argent. Leur inconvénient est de n’être pas indexées : leur produit s’érode avec le temps. Les archives conservent de très nombreux exemples de ces constitutions de rentes (H 100 - 1476-1492).

Les droits seigneuriaux

  • 37 Ces redevances se trouvaient consignées dans des terriers, malheureusement tous disparus à la Révol (...)
  • 38 Transaction du 2 avril 1282 entre Philippe de Savoie et l'abbé, donnant au comte en fief certaines (...)

104En tant que seigneur du territoire environnant, l’abbaye jouit aussi des revenus seigneuriaux du domaine direct et en particulier de redevances ou servis dus annuellement par les tènemenciers37. Contrairement à ce qui se passe pour le domaine propre, qui ne cesse de s’enrichir de nouvelles acquisitions, ces revenus diminuent avec l’érosion monétaire, les usurpations, ou simplement du fait de certains tènemenciers qui “oublient” de déclarer leurs servis*, ou encore des concessions de droits faites en 1282 par l’abbé (qui ne dépend jusqu’ici d’aucun souverain) aux comtes de Savoie en échange de leur protection38.

  • 39 L'époque de perception du banvin est changée en 1496, et fixée au mois d'août au lieu des mois d'oc (...)
  • 40 Ainsi, en mai et juillet 1430, pour protéger la ville contre les attaques et les entreprises des Da (...)

105Outre les servis, l’abbaye jouit d’autres droits très divers relevant de la seigneurie et fournissant quelques revenus en argent ou en nature, généralement affermés. Ces droits sont en partie codifiés par la charte de franchises de 1298 (H 98 ; H 158) ; parmi ceux-ci, les droits de justices consistent en une partie du produit des amendes. Citons aussi le droit casuel de lods et ventes prélevé sur chaque mutation de biens immeubles (H 94-1280), la levée sur tous les animaux abattus, et débités, en boucherie à Ambronay (H 90 - 6 gros par mois en 1451), les droit d’échute ou de parcours permettant à l’abbaye de recueillir les biens d’une personne décédée sans descendant (H 95 - transaction de 1497) ou de faire paître ses animaux sur les terres d’Ambronay, ou encore les droits d’aubaine et de bâtardise, le droit d’attache pour les bateaux qui mouillent au port de Bellegarde, sur l’Ain (H 103 - traité du 15 octobre 1551), le droit de palefroy dû à tout nouvel abbé lors de sa prise de possession (H 96-1664). Quant aux droits banaux, ils portent essentiellement sur les fours et les moulins de l’abbé (H 96 - 1703). Le trézain, prélevé sur la vente du vin au détail et dévolu à l’entretien et à la réparation de l’église paroissiale et des murailles, est quant à lui concédé aux habitants en 1339 mais le banvin est conservé par l’abbaye39. Précisons encore que, comme dans toute seigneurie, les habitants doivent, en cas de guerre, aide et assistance au seigneur-abbé40.

Les dîmes

  • 41 Ainsi en 1336 Humbert, le dauphin de Viennois, cède-t-il à l'abbaye les dîmes de Serrières, près de (...)

106L’abbaye bénéficie dans une vingtaine de paroisses de dîmes qui lui ont été concédées et dont la plupart doivent remonter aux donations primitives de l’abbaye puisqu’elles sont parfois partagées avec les religieuses de Saint-André-le-Haut à Vienne, partage qui ne put avoir lieu que du vivant même de saint Barnard, fondateur des deux abbayes. Elle peut également en acheter certaines, comme toute autre rente41.

  • 42 Par exemple, cens de la dîme de millet et "turquie" ou "bled noir" du mandement d'Ambronay (3 E, Go (...)

107Ces dîmes servent à l’entretien des curés, des presbytères, des chœurs et absides des églises et des objets du culte ; leur réception s’accompagne souvent du droit de nomination à la cure. Elles sont généralement affermées par des baux dont plusieurs sont connus par les archives de l’abbaye (documents tardifs) ou des minutes notariales42.

108Leur perception donne souvent lieu à des procès et à des transactions qui en font connaître la valeur approximative (H 90, H 154), mais on connaît surtout la valeur de leur produit au XVIIIe s., grâce aux baux généraux des revenus de l’abbaye (1739, H 122).

Les legs et fondations

109Au fil des siècles, les revenus de l’abbaye s’augmentent de fondations pieuses ou pies par lesquelles des nobles, des bourgeois ou de simples habitants font dire des offices dans l’abbatiale ou ses chapelles moyennant une rente proportionnelle, généralement assise sur les revenus d’un terrain (rente qui peut être seigneuriale, donc consignée dans un terrier et constituée de servis). Les fondations peuvent aussi porter sur la création d’une ou plusieurs prébendes monacales.

110Ces fondations sont faites du vivant du donateur ou après sa mort, en exécution de ses volontés testamentaires. Les fondations de prébendes sont assez rares (car coûteuses) ; citons celles faites par le prieur de Saint-Sorlin, qui crée deux prébendes monacales à Ambronay en 1316 (H 99). Les fondations de chapelles, elles aussi relativement rares, ont surtout lieu à la fin du Moyen Age (fin XIVe-XVIe s.), ce qu’attestent de nombreux actes de fondation couvrant la période 1300-1490 (H 123-149). Mais une fois fondée, une chapelle reçoit régulièrement de nouvelles fondations qui viennent multiplier le nombre des offices, au gré de la popularité grandissante du saint patron. Ainsi se constitue peu à peu, par cumul, un revenu important employé à rémunérer les desservants mais aussi à entretenir et embellir les chapelles (fresques, mobilier, statuaire, retables etc.). Par exemple, la chapelle des Machard reçoit le 3 septembre 1485 un complément de dotation pour une grand’messe annuelle (37 florins monnaie de Savoie et 37 sous viennois de rente) de noble Catherine de Cogniat, veuve de feu Guillaume de Machard bourgeois d’Ambronay (H 147), ou celle de Saint-Jean reçoit en décembre 1510 un legs de 300 florins de François de Loriol qui y élit sa sépulture et fonde deux messes annuelles à perpétuité (H 146).

  • 43 Mentionnons aussi, en raison de son intérêt pour l'histoire de l'art, la “fondation d'une messe, fa (...)
  • 44 Donation du 11 décembre 1323 par Vincent de Chazau d'une rente annuelle d'une bichette et demie de (...)

111Les simples fondations d’offices restent les plus nombreuses, sans compter celles se rapportant aux chapelles déjà citées ; certaines proviennent des princes de Savoie eux-mêmes (1335, 1370, 1412, 1426)43. D’autres peuvent être très importantes et contribuer à accroître notablement le patrimoine et donc les revenus de l’abbaye, tels des fonds, des rentes et un moulin dans un testament de 1292 (H 123). Toutefois, certaines ne profitent pas directement à l’abbaye lorsque le produit en revient à des tiers44.

Les revenus casuels

112Ceux-ci, qui comprennent essentiellement les oblations et droits payés par les habitants lors de l’administration de sacrements (frais de sépulture etc.), n’apparaissent en fait jamais dans les revenus de l’abbaye tels qu’on les connaît, car ils sont sans doute concédés en totalité au curé desservant la paroisse pour le compte de l’abbaye.

Les revenus et droits divers, prébendes, offices ou menses

  • 45 Cette situation se transforme sensiblement par l'adhésion de l'abbaye à la Congrégation de Saint-Ma (...)
  • 46 Comme celle du 30 juin 1529, entre Louis de Gorrevod, évêque de Maurienne et de Bourg, abbé commend (...)

113À l’origine, les revenus de l’abbaye sont, semble-t-il, globaux, mais ils se trouvent peu à peu affectés à des prébendes et des offices spécifiques ou menses, après un premier partage effectué entre la mense abbatiale* et la mense conventuelle. Chacune - celle de l’aumônier par exemple - a ses possessions, ses revenus, ses rentes, et bientôt ses prieurés unis, mais aussi ses charges propres. Le partage et les rapports entre l’abbé et les moines font l’objet d’importantes transactions mentionnant dans le détail les droits et les devoirs de chacun, tel le traité de 1341 (H 99)45. Les propriétés et les revenus de la mense abbatiale se multiplient au fil des ans (plusieurs exemples au XVe s. ; H 95), comme les prébendes monacales qui évoluent chacune séparément aux gré des acquisitions, des transactions et des baux. Au XVe s., l’aumônier a en charge les aumônes dues par l’abbaye, mais aussi la maladière et sa chapelle, et jouit en revanche d’importants revenus, objet de plusieurs transactions46 ; il en va de même pour le sacristain ou le chamarier.

Les revenus des prieurés unis aux offices

  • 47 Le Coutumier* de l'abbaye d'Ambronay, présenté au chapitre de 1490 par l'abbé Etienne de Morel et d (...)

114Les revenus des prébendes et des offices diminuant par rapport aux charges, les revenus de certains prieurés leur sont unis dès une époque ancienne. Il en est déjà question dans les statuts de l’abbaye du 6 décembre 1341 qui traitent, entre autres, du partage des fruits de certains prieurés dont le revenu est tout spécialement affecté à parfaire les prébendes journalières de pain et de vin pour chaque moine (H 92)47. Dès avant ces unions, les prieurés paient à l’abbaye des droits qui nous sont connus par des procès : ainsi le prieur de Saint-Martin de Chalamont doit à l’abbaye-mère le droit de mazage consistant en une rente annuelle de cinq livres due à la pitancerie du monastère et une autre de vingt-cinq sols due au courrier du même monastère, plus cinq setiers annuels de bon froment, et le droit de chappe ou d’annate “qui est le revenu de la première année de tout bénéfice concédé” (H 155).

115Au total, les revenus de l’abbaye d’Ambronay, qui proviennent pour leur plus grande part de la dotation originelle du fondateur, s’enrichissent et se diversifient donc au fil des siècles par les dons des fidèles ou les investissements des moines. Ils se répartissent de plus en plus distinctement entre l’abbé et les moines, et entre les diverses prébendes. Il serait intéressant de mettre en parallèle ces revenus considérables et des dépenses qui doivent représenter des charges assez lourdes lorsqu’elles sont régulièrement effectuées (entretien des bâtiments, des curés, des églises), mais force est de constater que les abbés comme les moines tendent souvent à faire fructifier leurs revenus pour en tirer un profit maximum, et à esquiver autant que possible les dépenses qui leur incombent.

Les revenus des prieurés

116La petite communauté rassemblée dans un prieuré se trouve à la tête d’un domaine qui assure sa survie et son bon fonctionnement. Comme celui des abbayes, ce domaine comporte réserves et tenures, et est source de revenus fonciers, de rentes et de droits seigneuriaux : ainsi, les revenus propres des prieurés dépendant d’Ambronay (AD Ain, H 168-194) ressemblent-ils beaucoup à ceux de l’abbaye et pourraient être classés de la même manière. De même, les moines ne participent pas directement aux travaux agricoles et leur travail manuel se limite au jardinage. Les domaines sont donc exploités soit en faire-valoir direct par des domestiques ou par des frères convers dans le cas de prieurés cisterciens, soit de façon indirecte par concessions de tenures à des cultivateurs moyennant un cens.

117Une part importante des revenus provient donc du domaine. Pour la période médiévale, il est bien sûr plus facile de connaître le domaine d’une grande abbaye que celui d’un petit prieuré car, pour celui-ci, la nature du domaine reste souvent très floue et les textes de donations sont trop imprécis {terra, mansum, campus, prata).

118Pour la période moderne, la documentation est plus abondante. Par exemple, la Mappe sarde permet d’évaluer le domaine du Bourget-du-Lac (les documents sont antérieurs à 1732) (Viscusi 1994 : 42-47). Il semble que l’on puisse distinguer le domaine proprement dit, plusieurs manses - par exemple, mansus Gutini ou Bernardi - autour du prieuré, ainsi que des biens dans les paroisses environnantes et des parcelles dispersées. La moitié des biens se situent dans la paroisse même : 13 parcelles anciennes, d’une surface de 70 journaux (218 ha), se répartissent en 5 parcelles de prés, 2 jardins, 1 verger, 1 champ et 3 vignes plus le terrain sur lequel est bâti le prieuré. A ces parcelles s’ajoutent 30 autres sans doute postérieures (Viscusi 1994, tableau du domaine du Bourget : 60 et surtout p. 61) (fig. 45). Certaines terres sont des alleus, d’autres dépendent du feudo prioris.

45- Le Bourget du-Lac : le domaine du prieuré

45- Le Bourget du-Lac : le domaine du prieuré

119À Sévrier, le long du lac d’Annecy, une réserve de faible étendue, 22 journaux soit 6,5 hectares au XVIIIe s. L’essentiel du domaine étant confié à des tenanciers, ces terres se regroupent autour du prieuré avec en plus des prés et des vignes plus éloignés, ainsi que la rente du prieuré et de la chapelle Saint Georges.

120Dans le sud de la région, en Ardèche du Nord, la répartition des terres serait un peu différente de celle de la Savoie (Arquillière 1994 : 42-47) : la vigne vient en tête avec 56 % des mentions, puis les terres 43 %, les jardins et les vergers 30 %. Le domaine du prieuré de Macheville est constitué, d’après le compoix de 1642, de prés, terres, vignes, jardins situés sans doute à proximité, ainsi que de quatre fermes, de granges et d’un moulin ; le prieur lève aussi la dîme sur quatre paroisses.

121À côté de ces domaines plus ou moins vastes, on connaît aussi des prieurés qui ne possèdent que quelques biens. Ainsi, d’après le pouillé de 1726, les prieurés de Mounens et de Saint-Sylvestre, en Ardèche, ne possèdent respectivement que deux bois, un verger et un petit pré.

122À ces revenus il faut ajouter les revenus ecclésiastiques comme les dîmes ou d’autres en rapport avec le culte, quand le prieuré a la charge de la cura animarum - le prêtre de la paroisse ne conserve que la portion congrue* - sans oublier parfois des revenus liés au droit de ban. La dîme, qui en représente la part la plus importante, est la redevance sur les fruits de la terre versée à l’église de la paroisse. Comme nous le verrons plus loin dans le cas des prieurés clunisiens, le contrôle de paroisses représente dès le XIIe s. un enjeu important, source de revenus et de pouvoir. A Moingt, la Chaise-Dieu constitue une dîmerie par l’achat d’une seigneurie comportant un certain nombre de droits. A Poulieu, le prieur a la nomination des curés dans cinq paroisses et l’abbaye constitue une dîmerie avant 1215 par l’achat des dîmes de ces villages ou grâce à des dons (Chanal 1993 : 71-75).

123Les revenus des prieurés peuvent être appréciés et comparés, de façon globale mais indirecte, grâce aux multiples taxes et redevances qu’ils payent à l’abbaye-mère, à l’évêque ou encore au pape, et l’on constate d’énormes différences.

124En Ardèche du Nord (Arquillière 1994 : 42-47), les prieurés riches (100 lb ou plus) sont peu nombreux (6) alors que les médiocres (moins de 50 lb) ou pauvres (moins de 20 lb) le sont davantage (respectivement 17 et 13). Les prieurés de chanoines sont pauvres pour plus de la moitié alors que les prieurés d’anciennes fondations, comme ceux de Saint-Claude, comptent parmi les plus riches en raison de l’importance de leur domaine. Ce sont d’ailleurs bien évidemment les plus riches qui sont passés en commende.

125Le diocèse de Grenoble a gardé des sources d’une telle précision (Calmette, Clouzot 1940) sur le nombre des moines, les revenus et les dépenses des prieurés que l’on pourrait proposer un classement. Il faudrait admettre que ces taxes sont proportionnelles aux revenus des établissements et comparer les taxes d’une même année. Grâce aux pouillés* (inventaires de bénéfices avec la valeur des impositions), il est également révélateur de suivre l’évolution d’un prieuré au cours des siècles. Celui de 1497, le plus riche en observations, comporte une description de toutes les églises du diocèse avec leur statut, leur vocable, l’ordre religieux qui la dessert, leur fructus (revenu), le nombre des moines, les mentions de prieurs, curés, sacristains ou vicaires, le nombre de chapelles seigneuriales, les églises qui lui sont unies et la valeur à laquelle elle sont taxées. On distingue plusieurs types de taxes, comme les décimes* prélevées à titres exceptionnel pour financer les croisades ou expéditions militaires assimilées (en 1275) et au XIVe s. et la demi-décime en 1434, les taxes de parata* (parée) ou de procuration (droit de gîte et de couvert pour les évêques en déplacement), par exemple en 1080-1132 et la taxe synodale. Toutes ces taxes ont été publiées en 1940 par J. Calmette dans son Recueil des Historiens de la France, série des Pouillés (Ibid.).

126À partir de ces documents, des statistiques dressées par Valérie Viscusi pour les prieurés de Savoie appartenant au diocèse de Grenoble (Viscusi 1992 : 41-44) permettent de suivre l’évolution de ces revenus et d’en constater la disparité. Ainsi en 1497, le prieuré conventuel de Saint-Jeoire, avec ses 16 moines, 5 églises dépendantes et 30 000 gros de revenus, se démarque des autres ; il est suivi des prieurés de Notre-Dame d’Aix, du Bourget-du-Lac, d’Arbin, de Lemenc, de La Motte et de Saint-Jacques de la Porte et de Thoiry, avec des revenus supérieurs à 6 000 gros. Mais la situation peut évoluer : en 1434, le prieuré de Saint-Jeoire était un des moins imposés, surtout par rapport à Thoiry ; à l’inverse, Saint-Pierre d’Entremont, qui supporte la plus forte taxe au XIIe s., ne sera plus en 1497 qu’un petit prieuré desservi par un moine, un prieur et un sacristain. D’autant plus que, certaines grandes abbayes comme Cluny ayant obtenu des privilèges d’exemption, d’autres prieurés peuvent également se voir accorder par l’évêque des remises parfois importantes.

Le contrôle des paroisses, source de revenus pour les prieurés clunisiens

127Disposer du droit de collation sur une église signifie exercer un certain nombre de prérogatives et surtout percevoir des revenus. C’est d’ailleurs l’enjeu majeur, d’où les réticences à s’en dessaisir de la part de certains laïcs qui acceptent de restituer des églises tout en conservant l’usufruit de quelques droits, jusqu’au moment où, poussés par l’urgence de leur salut, ils renoncent à tout.

128Les Clunisiens estiment que, ne faisant pas appel aux services du clergé séculier, ils n’ont pas à payer la dîme, ce qui est assez aisément accepté et généralisé à tous les moines par le Concile de Pise (1135). Mais l’opposition des évêques ne désarme pas aussi facilement, d’où les décrétales de Pascal II qui, en 1107 et 1115, rejette l’idée que des clercs puissent payer la dîme à des clercs, et de Calixte II qui, en 1120, justifie une telle dispense par l’action charitable que mène Cluny.

129L’occasion de conflit réside moins dans la dispense que dans la perception de nombreuses dîmes par Cluny. Donner des dîmes, fort lucratives, est de la part des laïcs offrir un présent de choix (ou avoir beaucoup à se faire pardonner) ; il est fréquent qu’intervienne une contrepartie financière. Mais les laïcs ne sont pas les seuls donateurs. La première mention de dîmes attribuées à Cluny, en 929, est due à l’évêque de Mâcon, qui donne les églises et les dîmes de quatre domaines. Ses successeurs, ainsi que les titulaires d’autres diocèses font de même. Outre les traditionnelles raisons pieuses invoquées, s’ajoute la considération pour l’efficacité des prières des moines et l’espoir que Cluny sera capable de relever certaines églises détruites dont les revenus sont considérablement réduits. Ce qui ne manque pas de susciter des contestations, si l’on se réfère à la fréquence des interventions pontificales. Déjà Jean XI et Agapet II confirment le droit des Clunisiens à percevoir les dîmes qui dépendent de leurs églises et enjoignent aux évêques de restituer celles qu’ils auraient pu soustraire (Bullarium sacri ordinis cluniacensis, 1, 5). Pour Urbain II, les dîmes appartiennent de plein droit aux prieurés clunisiens, au même titre que d’autres biens (Ibid., 22, 26). Pascal II, en 1100, évoque les dîmes que “Cluny pourrait acquérir” (Ibid., 31). Mais le contexte renouvelé du XIIe s. s’avère moins favorable à Cluny. En 1119, au Concile de Reims, l’archevêque de Lyon, au nom de ses suffragants, s’élève contre les privilèges clunisiens, parmi lesquels, l’exemption, la possession d’églises et l’importance des dîmes clunisiennes. L’année suivante, Calixte II doit rappeler que les autels, les cimetières et les dîmes, qui appartiennent aux Clunisiens, ainsi que les droits y afférant, ne peuvent être enlevés ou réduits (Ibid., 39). Le Concile de Latran I (1123) revient sur le sujet : les moines ne peuvent recevoir de dîmes sans le consentement des évêques. Au-delà des affirmations de principe, l’enjeu reste économique. Lucius II a la franchise de le reconnaître : l’interdiction de construire église ou chapelle dans les paroisses dépendant de Cluny est destinée à éviter la perte de droits de justice et de dîmes (Ibid., 54). En dépit des prélats, Urbain III, en 1186, accorde à Cluny le droit de percevoir les dîmes novales. En 1310, l’archevêque de Vienne confisque celles du prieuré d’Oyeu, mais quatre ans plus tard, il avoue n’avoir aucun droit sur les dîmes novales des prieurés en raison des privilèges de l’ordre.

130Outre les dîmes, d’autres droits liés aux autels, les spiritualia, apparaissent progressivement dans les chartes : presbytérat, sépulture, baptême, oblations. A cela il faut adjoindre, à partir du XIIe s., le mariage, les redevances pour les confessions, les relevailles, ainsi que les anniversaires et les messes.

  • 48 26 % pour Chaveyriat où exceptionnellement l'essentiel est en vin, 80 % à Lourdon.

131Tenter une estimation des revenus paroissiaux n’est guère aisé. Vers 1135-1137, Pierre le Vénérable estime que le revenu des dîmes représente le dixième du numéraire de Cluny. La Constitutio expense Cluniaci, rédigée en 1155, mentionne dîmes, droits de sépulture et offrandes. Les oblations sont souvent d’un meilleur rapport que les dîmes, elles peuvent être en argent ou en nature, alors que les dîmes sont surtout en grains. Selon les doyennés, les dîmes représentent de 26 % à 80 % des grains48 globalement les revenus ecclésiastiques peuvent représenter 25 % du total de la fourniture en grains et 15 % des ressources en argent (Pacaut 1988 : 33-43). On comprend l’acharnement qu’a mis Cluny à défendre ces droits et les revenus qui en résultent.

132Pour les prieurés, les indications restent très fragmentaires. En 1203, la dîme de Nervieux rapporte 10 livres du Lyonnais par an (Bernard, Bruel 1876-1903, n° 4 409) et en 1237, celle de Chastaneix (près de la Tour du Pin) 7 livres du Viennois (Ibid., n° 4 720) ; en 1259, l’engagement en fief de 2 dîmes à Mazille et Confrançon s’élève à 100 sous par an (Ibid., n° 4902). Les offrandes les plus fortes (deniers et cierges) se font lors des grandes fêtes (Noël, Pâques, Pentecôte), celles des autres jours se distinguent mal des dons gratuits et aumônes qui accompagnent les sacrements (Becquet 1974 : 213 et seq.).

133L’importance de ces revenus en rend le partage délicat entre patron et desservant. Qu’en est-il à Cluny ? Le principe général, un tiers pour le desservant, ne semble pas toujours en usage et les proportions varient. Par contre, les dîmes reviennent presque totalement à l’abbé ou aux prieurs décimateurs. Que les modalités de partage aient suscité des difficultés, cela est évident mais ce n’est pas propre aux Clunisiens. Il en va ainsi chaque fois qu’il y a un droit de patronage sur une paroisse ; le canon 32 du Concile de Latran IV (1215) ne dénonce-t-il pas le fait que

“les patrons des églises paroissiales... revendiquent en totalité pour eux-mêmes les fruits des églises, laissant aux prêtres qui les desservent une part si exiguë qu’elle ne peut suffire à les entretenir décemment " (Foreville 1965 : 363).

134Quelles furent les relations entre moines et desservants ? Nous ne pouvons que déplorer l’absence de documentation qui nous permettrait de saisir ce que dut être, au quotidien, la vie paroissiale. Choisis parmi les clercs séculiers, les desservants ne doivent pas toujours se trouver dans une situation facile, surtout lorsqu’ils partagent l’église avec les moines. De quelle manière s’organise l’office divin ? Le chœur est-il attribué aux moines et la nef aux fidèles ? La séparation n’est sans doute pas toujours aussi stricte, d’autant que ce sont souvent des maisons de petite taille qui assurent les deux fonctions. Il peut arriver que les biens du prieur et ceux du curé ne soient pas séparés, facilitant ainsi usurpations et conflits.

135Au fil des visites et des chapitres généraux, quelques indications surgissent éclairant les relations ou les problèmes qui peuvent se poser. Parmi les points litigieux, figure en bonne place le financement de la réparation des bâtiments. Paroissiens et prieurs, souvent endettés, se rejettent la responsabilité. En 1360, à Avallon, ce sont les paroissiens qui sont tenus de refaire le toit. Après un incendie, en 1370, une controverse oppose le prieur de Valbonnais et les paroissiens pour savoir à qui incombent les réparations. Le même débat se déroule, vers 1386, à Eurre à propos du clocher qui s’effondre, mais faute de trouver un accord, alors que les cloches gisent à terre depuis trois ans, les définiteurs décident que les frais seront partagés à part égale. Les habitants de Chosséon ont moins de chance, lorsqu’ils sont priés, en 1388, d’assumer la réfection du toit.

136Les fidèles savent exprimer leur mécontentement s’ils estiment que les obligations religieuses sont mal assurées. A la fin du XIIIe s., le prieuré de Puy-Saint-Martin, qui est tenu par un chanoine de Valence, est dans un tel état que plusieurs laïcs refusent de verser les sommes prévues pour les anniversaires et les droits de sépulture. En 1311, le service divin est tellement insuffisant à Eurre que les paroissiens n’acquittent ni dîmes ni oblations. A Vizille, ils se plaignent du refus de plusieurs moines d’être ordonnés prêtres. Des prieurs se montrent peu soucieux des intérêts de leur maison : celui de Saint-Marcel de Sauzet a laissé perdre des dîmes ; une somme d’argent lui est allouée pour intenter un procès afin de les récupérer mais il néglige de l’engager. Ces problèmes sont souvent accrus en cas de commende. Le chanoine de Puy-Saint-Martin, déjà évoqué, laisse aussi perdre des dîmes qui sont récupérées par les Templiers. Il arrive que des commendataires s’acquittent consciencieusement de leur tâche, mais ce n’est pas le cas le plus fréquent. Les évêques commendataires sont souvent moins vigilants quant à l’interdiction d’élever églises, chapelles et cimetières dans les paroisses relevant de Cluny. Des situations inattendues existent : à la fin du XIVe s., le seul moine présent à Marboz ne peut dire l’office quand il le désire car c’est le curé qui tient les clefs de l’église. Mais le principal point d’achoppement reste le partage des attributions et des revenus. En 1238, à Charlieu, où le prieur est collateur pour la paroisse Saint-Philibert, dont le desservant n’a que le titre de chapelain, l’évêque de Mâcon est contraint d’intervenir pour fixer les droits respectifs. En vertu de quoi, le chapelain doit prêter serment au prieur, s’engager à n’établir ni collège de clercs, ni congrégation et à ne pas accorder de prébende, sous peine d’excommunication. Les oblations sont partagées par moitié, à l’exception de celles inférieures à 1 denier qui reviennent au chapelain. Revenus jugés sans doute insuffisants, car le prieur lui accorde une prébende de 45 sous en contrepartie de quoi, les moines peuvent assister aux enterrements. En 1273, le Chapitre général invite l’obéancier de Saint-Just (Lyon), qui tient Pouilly-les-Feurs dont l’église est en même temps paroissiale, à refuser la demande du curé qui exige une prébende de moine.

137À travers ces quelques exemples, le contrôle des paroisses par les prieurés clunisiens s’avère un enjeu important, source de pouvoir et de revenus, mais aussi source de conflits.

Le prieuré casadéen de Moingt (Loire)

138Le prieuré du Palais, plus tard prieuré Sainte-Eugénie, illustre le cas de ces prieurés ruraux (cf. première partie) dont la fonction et les revenus semblent davantage correspondre à ceux d’une grange dîmière qu’à ceux d’un véritable prieuré (fig. 46 et fig. 6 n° 49).

46- Le prieuré casadéen de Moingt (Loire) a été installé dans d’anciennes constructions romaines (domus palatii)

46- Le prieuré casadéen de Moingt (Loire) a été installé dans d’anciennes constructions romaines (domus palatii)

Une chapelle est construite à la fin du XIIIe s. début XIVe siècle

139La Chaise-Dieu, qui tient en fief depuis 1096 l’église paroissiale Saint-Julien de Moingt (AD Haute-Loire, H 142) n’acquiert la domus de palatio modonii (ou domus palatii) qu’en 1254 (Hurtin 1994). L’achat porte sur la seigneurie du Palais, une dîmerie laïque se montant à 1120 livres et constituée pour moitié de vignes utiles aux moines (AD Haute-Loire, H 147, 21-75 ; Guichard 1933). Elle poursuit jusqu’en 1405 ses rachats de dîmes sur des terres et vignes exemptes de cette charge mais enclavées parmi les fonds relevant du Palais (Guichard 1933,109).

  • 49 Don par Nicolas Cholet, clerc de Charlieu, au cellérier de l'abbaye de la Chaise-Dieu, prieur de l' (...)
  • 50 Don par Jean Odilon, bourgeois de Montbrison, de la dîme d'une vigne sise au vignoble de Cindrieu ( (...)

140L’établissement est-il transformé en prieuré ? La construction, vers la fin du XIIIe s. ou le début du XIVe, d’une grande chapelle et de bâtiments établis en U autour d’une cour fermée par un portail peut le laisser penser (Thirion et al. 1992). En tous cas, un prieur de Moingt, qui n’est autre que le cellérier* de l’abbaye, est mentionné dès 1274 lors du don d’une vigne à l’abbaye (AD Haute-Loire, H 142, n° 4)49 ; cette mention se retrouve maintes fois dans les actes postérieurs, de même que le terme de prieuré, apparu en 1288 (H 142, 6)50 et constamment employé jusqu’à la Révolution.

141En 1334, une enquête de l’official établit cependant que le Palais ne doit pas de procuration, l’abbaye n’ayant à Moingt

"ni prieuré ni cure mais une simple grange servant de dépôt pour ramasser les denrées pour la subsistance des religieux de la Chaise-Dieu " (AD Loire, H 140).

  • 51 Il s'agit là d'une querelle classique entre prieur et curé, même s'il sont tous deux ici sous la dé (...)

142Selon ce texte, le Palais ne serait donc qu’un cellier fournissant en vin l’abbaye. Pourtant, si l’abbé proteste ici de n’avoir ni prieuré ni cure, il s’évertue par ailleurs à faire admettre le contraire lorsqu’il s’agit de percevoir des dîmes ou d’étendre ses droits. Ainsi est prononcée en 1380 une sentence du bailliage de Forez au profit de la Chaise-Dieu contre le curé de Moingt au sujet de la dîme d’une vigne appartenant à ce dernier qu’il soutient n’être point comprise dans la dîmerie du prieur (Guichard 1933, 140)51 ; de même, l’abbaye gagne en 1410 un procès contre Savigneux et confisque le patronage de Moingt, puis dissimule les traces de ce procès pour paraître patron primitif : elle se dira plus tard, en effet, " curé primitif, seul seigneur décimateur de la paroisse non sans quelques réticences de la part des laïcs (AD Rhône, D 416).

143Pour P.-R. Gaussin, l’établissement est tenu par un procureur (le cellérier de l’abbaye) et deux moines faisant fonction de régisseurs (Gaussin 1988). Il est réuni à la mense abbatiale à la fin du XIVe s. puis à la mense conventuelle en 1549 (AD Haute-Loire, H 144, 1).

144Bien que portant le titre de prieuré, il présente donc plutôt les caractéristiques d’un cellier chargé d’approvisionner en vin l’abbaye. S’il est essentiellement question de dîmes sur les vignes dans les documents médiévaux, à partir du XVIe s. apparaissent divers baux à ferme du prieuré qui permettent de suivre l’évolution de son bénéfice : 420 livres en 1528, 450 en 1551, 166 en 1590 (AD Haute-Loire, H 143, 12-15).

Les bénéfices du prieuré de Mornant, en Lyonnais

145L’exemple, tardif certes, mais révélateur, de ce prieuré dépendant de l’abbaye de Savigny illustre bien la fonction, devenue surtout financière, du prieuré en tant que domaine à gérer et source de revenus pour des bénéficiaires qui n’ont qu’un rapport assez lointain avec le clergé régulier (fig. 7 n° 52).

146Le roi accorde en 1573 un bénéfice sur ce prieuré de 1200 livres par an à Ronsard, son poète officiel (Vanel 1905). N’étant pas résident, celui-ci en confie de fait la gérance au notaire Dufour qui sous-traite lui-même cette tâche au marchand-drapier Lacour, chacun prélevant sans doute sa quote-part. Un texte de 1691 donne la liste des revenus du prieur : les dîmes en blé et vin de la paroisse en gestion directe ou affermées (1000 lb), des portions de dîmes sur les paroisses voisines de Chassagny ou de Duerne (1200 lb), les revenus de la paroisse de Saint-Maurice, des rentes nobles (527 lb) et des droits de justice. En contrepartie, le prieur a la charge des décimes (779 lb), des portions congrues du curé et du vicaire de la paroisse (450 lb) et de la moitié de celle de Saint-Maurice (225 lb), de 100 livres au curé de Duerne, de l’alimentation en blé de l’abbaye pour le mois de mai, de 38 bichets de blé et seigle et de deux années de vin (4 à 500 lb). Son bénéfice peut donc être estimé à 2000 livres qu’il donne en pension à son frère et que l’on comparera aux 1200 livres de Ronsard.

Communautés monastiques et peuplement

147Tous les cas de figures peuvent exister : alors que la plupart des abbayes bénédictines, installées au gré des donations, attirent la population, les communautés établies à l’écart, comme celles des cisterciens ou des chartreux, maintiennent souvent à distance la population même si, à Léoncel, le bilan de six siècles et demi de présence cistercienne (1137-1790) montre que les moines ont favorisé le peuplement (fig. 47).

47 - La carte de répartition des prieurés bénédictins fait apparaître une forte implantation dans le sud de la région où les prieuréscures sont aussi les plus nombreux

47 - La carte de répartition des prieurés bénédictins fait apparaître une forte implantation dans le sud de la région où les prieuréscures sont aussi les plus nombreux

Ardèche 137 prieurés, Drôme 123, mais aussi dans l’Isère 124, dans l’Ain 104, un peu moins dans la Loire 81, et par ordre décroissant dans le Rhône 60, la Savoie 39 et la Haute-Savoie 25

148Rares sont les créations de toutes pièces comme la bastide de Villeneuve-de-Berg, fruit de l’union des intérêts du roi de France et de l’abbé de Mazan et solution partielle à la crise de l’exploitation directe des domaines de l’abbaye. Quant aux prieurés, une première enquête montre qu’ils s’installent en général dans des lieux habités ou à proximité de ceux-ci, sur les vestiges d’une villa gallo-romaine ou près d’une église paroissiale ancienne, dans la plaine ou sur un site perché.

L’abbaye, le monastère et le désert

149Parmi les communautés les plus isolées, celles des chartreux sont souvent installées en limites de diocèse ou de territoire, par exemple les chartreuses du Bugey comme Portes. La chartreuse de Pierre-Châtel représente un cas à part puisqu’elle est établie tardivement par un duc de Savoie dans un château dominant la cluse du Rhône. Parmi les abbayes cisterciennes, citons celle de Mazan, construite sur les hauts plateaux du sud de l’Ardèche, celle de Sainte-Marie d’Aulps dans la haute vallée de la Dranse, celle de Saint-Sulpice sur les plateaux du Bugey ou encore celle de Léoncel sur le rebord de la falaise du Vercors. De même, l’abbaye de Chalais est construite au-dessus de la Porte de France menant à Grenoble, alors que la Part-Dieu, dans la plaine de Valence, est la résidence d’hiver des moines de Léoncel, sur le site d’un ancien monastère.

Abbayes et habitats groupés

150Si l’on met à part les abbayes suburbaines construites sur des basiliques funéraires comme Saint-Ferréol de Vienne, ou selon des principes semi-érémétiques comme à l’Ile-Barbe, on constate que la plupart des abbayes bénédictines attirent la population. Elles ont en effet souvent pour origine la donation d’un domaine rural qui peut dès l’origine comporter une église paroissiale et donc un éventuel habitat, comme à Charlieu, à Savigny, à Nantua et à Ambronay. Dans les deux derniers cas, l’abbaye présente de plus l’intérêt d’être placée sur un passage fréquenté. Parfois, comme à Donzère, l’attrait de l’abbaye permet de résister à la présence du château ; un village bipolaire se crée ainsi autour de l’abbaye et du château (Lacroix 1868-1893). Mais en tant que seigneur, et pour augmenter les revenus de l’abbaye, l’abbé peut aussi créer de toutes pièces des bourgs ou villeneuves qui vont attirer la population par l’octroi de privilèges accordés par des chartes de franchises ou des traités de partages (abbayes cisterciennes) ; il peut aussi transformer un habitat existant ou créer une bastide dans une ancienne grange, tel, aux XIIIe-XIVe s., l’abbé d’Aiguebelle qui installe le village de Saint-Lys à la grange Gimont ou celui de Mazan qui attire la population à Villeneuve-de-Berg. Certaines abbayes cisterciennes comme Bonnevaux peuvent disparaître complètement, d’autres, comme celle de Bouchet, donner naissance après leur disparition à un petit village.

151Ces bourgs sont souvent défendus par des enceintes. C’est le cas à Cruas, à Ambronay et à Nantua. A Saint-Rambert-sur-Loire et à Charlieu, le souvenir d’une double enceinte, l’enceinte monastique et celle du bourg, persiste dans le tracé des voies et le parcellaire. A Lavilledieu, petit prieuré ardéchois, le bourg est fortifié en 1378, selon un plan rectangulaire qui englobe le prieuré.

Bouchet : naissance d’un bourg ?

152En 1413, les anciens bâtiments de l’abbaye, qui passe alors sous la dépendance d’Aiguebelle, sont baillés par contrat en emphytéose perpétuelle, " église et dortoir excepté ". La lecture du plan cadastral autorise l’hypothèse de la constitution, à côté et au sud-est des bâtiments abbatiaux, d’un bourg de 35 m sur 52, à peu près rectangulaire, défendu par deux tours à l’est et desservi par une voie est-ouest (fig. 48 et 3, H). Un beffroi se dresse au centre du bourg ; le canal du moulin et la rivière d’Erein forment deux fossés naturels au sud, au-delà de la porterie. Les maisons villageoises avec leurs ouvertures à meneaux ou à traverses simples, semblent avoir été construites par les emphytéotes au cours du XVe ou du XVIe s. Elles se sont installées à l’emplacement présumé de l’ancien cloître et des ailes occidentales et méridionales de l’abbaye et, plus à l’est, sous la protection de l’enceinte et des tours. On ignore si ces maisons ont pris la place d’anciens bâtiments abbatiaux ou si ceux-ci, comme le cloître, n’ont jamais été construits, et dans ce cas pour quelle raison ? Il ne s’agirait donc pas d’un bourg monastique, mais d’un habitat installé après l’abandon partiel du monastère. Les logements du chapelain et des hôtes sont situés à l’angle nord-est de l’abbaye, entre l’église et les tours donnant au nord sur le cimetière (détruits en 1811) ; la porterie est à l’angle sud-est, face au bief du moulin et à la rivière de l’Erein.

48- L’église, les bâtiments abbatiaux et le bourg de Bouchet d’après Marcel Francey (1977/1992)

48- L’église, les bâtiments abbatiaux et le bourg de Bouchet d’après Marcel Francey (1977/1992)

Villeneuve-de-Berg, un centre de peuplement cistercien

153La création de cette bastide, connue par des documents conservés aux Archives Nationales (JJ 46) et aux Archives départementales de l’Ardèche (séries C, Ε et 3H), résulte de la convergence de deux intérêts, celui du roi de France et celui de l’abbé de Mazan.

  • 52 Les cisterciens acquièrent Chabridières, le Cros de Berg, Serrecourt, Mas-Giraud, Lanségude, Figeyr (...)
  • 53 Deux cartes se trouvent dans le numéro spécial de la Revue de la société des Enfants et Amis de Vil (...)
  • 54 Convention sur les droits de pacage d'Aps en 1202 (Columbi 1668 : 560) ; donation en 1220 par Grale (...)

154Le territoire de Berg appartient en toute propriété et en toute juridiction à l’abbaye de Mazan qui y a établit une grange mentionnée pour la première fois en 1217 dans le Privilegium generate d’Honorius III (3H 1, f° 185-187). Son domaine prospère et s’agrandit au XIIIe s.52 jusqu’à encercler presque totalement Saint-Andéol53 mais les étapes du processus restent encore floues54.

  • 55 Description des bâtiments dans le volume de Boule 1978 : 70-75, ainsi que dans l'ouvrage cité note (...)

155La grange, distante de 60 km du cloître, se dresse sur un plateau aride de 300 à 350 m d’altitude dans une région de pâturages et de forêts (fig. 49). Ses bâtiments, relativement bien conservés55 sont encore visibles à 2,5 km au sud-est de Villeneuve, sur la rive gauche du Rounel, à côté de l’ancienne route menant à Alba. Le domaine bénéficie d’un ensoleillement méridional favorable à la culture des céréales, la viticulture et l’arboriculture mais sa vocation pastorale est indéniable : les moines mazanais y font hiverner une grande partie de leurs troupeaux et s’efforcent d’ailleurs d’obtenir des seigneurs péagers la traversée gratuite de leurs domaines lors de la transhumance.

49- La Grange de Berg, son site, et ses anciens bâtiments

49- La Grange de Berg, son site, et ses anciens bâtiments

D’après Maurice Boulle (Boulle 1978)

156Mais la petite communauté doit faire face à de nombreuses contestations de la part des villageois voisins à propos de différents droits d’usage (E dépôt 124, n° 1). Un incident de pacage dégénère en 1280 : quelques habitants de Saint-Andéol-de-Berg attaquent les colons cisterciens, faisant un mort et plusieurs blessés, et pillent les bâtiments. Inquiet de cette insécurité, l’abbé de Mazan demande la protection du roi de France qui ne laisse pas passer une pareille occasion de pénétrer en Vivarais. Les tractations entre les deux parties aboutissent à la création de la bastide et à la mise en partage* de son territoire (3H 1, f° 11-14) (fig. 50).

50 - Les cisterciens au pays de Berg

50 - Les cisterciens au pays de Berg

157La cérémonie d’inauguration a lieu le 14 novembre 1284 avec la pose des deux premières pierres ; les articles du traité de partage, rédigés le 25 novembre à Roquemaure, délimitent le territoire destiné à accueillir les habitants et établissent un cadre d’accueil institutionnel : il s’agit avant tout de peupler la bastide.

158La charte de peuplement (Ibid.) offre des possibilités d’installation attrayantes. Le roi garantit la sécurité publique et “l’application constante de la bienfaisante législation de Saint Louis” (Régné 1984 : 186) tant qu’elle ne va pas à l’encontre des articles du traité, et les habitants bénéficient de nombreux avantages.

  • 56 Construction d'une église, dotée d'une cure et d'un cimetière, à Villeneuve-de-Berg sur un emplacem (...)

159Conformément à leur règle, les cisterciens mazanais ne peuvent pourvoir au service du culte divin, d’autant plus que Villeneuve-de-Berg dépend de la paroisse de Notre-Dame de Tournon, desservie par les bénédictins de Cruas. Le 17 janvier 1286 (Mollier 1866), Guigon et Foulques, respectivement abbés de Cruas et de Mazan, transigent au sujet du droit paroissial et des dîmes de l’église de Tournon56.

160En 1290, le roi de France et l’abbé de Mazan étendent les privilèges et les franchises de la bastide et précisent quelques détails d’administration, de justice et de police, à la demande des premiers habitants soucieux d’un meilleur développement de leur ville (Arch. Nat., JJ 46, n° 229, f° 127-129).

161La fondation de Villeneuve-de-Berg fut un projet mûrement réfléchi : les longues tractations et discussions signalées dans le traité de partage remontent sans doute aux incidents de 1280 ; dès le départ, les parties s’emploient à éviter toute contestation future. Après s’être assuré que le territoire de Berg appartient bien en toute propriété et en toute juridiction à l’abbaye de Mazan, il fallait concrétiser rapidement le projet. C’est à ce niveau qu’intervient la charte de peuplement, véritable garantie des revenus des contractants qui assurent la sécurité et accordent des privilèges financiers aux futurs habitants. La proximité de la route reliant la vallée du Rhône au Massif Central fera de la bastide un lieu de passage fréquenté.

162Pour la royauté, la fondation de Villeneuve-de-Berg représente un accroissement de domaine, de juridiction et de souveraineté, et l’importance qu’elle attache au traité de 1284 explique les nombreuses confirmations qui s’échelonneront jusqu’à la Révolution (AD Ardèche, C 271, 2-6). Le roi de France a trouvé en Vivarais un siège pour son autorité administrative et judiciaire qui aboutira à la création d’un bailliage indépendant vers 1320.

163Pour l’abbaye de Mazan, la création d’une bastide résout partiellement la crise de l’exploitation directe dans ses domaines à laquelle elle répond par une réorganisation de son réseau de granges et un développement de l’activité pastorale. Avec la transformation d’une partie du domaine en un village planifié de tenanciers et le maintien de la grange cistercienne exploitée en faire-valoir direct, Villeneuve-de-Berg reflète le dilemme auquel est confrontée l’abbaye de Mazan pendant près d’un siècle : faut-il maintenir le faire-valoir direct ou mettre en place le fermage ? Le traité de pariage et la charte de peuplement de 1284 sont un moyen astucieux d’accenser une partie du domaine monastique sans aller à l’encontre des statuts du Chapitre général, mais il ne faut pas oublier que Villeneuve-de-Berg n’est que l’une des quarante-quatre bastides cisterciennes du Midi gascon et languedocien fondées en pariage entre 1252 et 1328 (Higounet 1983 : 127-137).

164La franchise financière, la sauvegarde royale, le site exceptionnel de la bastide et la bonne entente des deux parties permettront à Villeneuve-de-Berg de voir le jour mais surtout de se développer. Tous ces facteurs ont favorisé l’installation d’artisans et de commerçants ainsi que de nombreux officiers royaux et de juristes. Le caractère à la fois inaliénable, indivisible et imprescriptible du traité de pariage de 1284 garantira son application jusqu’à la Révolution.

Les cisterciens de Léoncel et le peuplement du Vercors sud-occidental

165Le bilan de six siècles et demi de présence cistercienne à Léoncel (1137-1790) montre à l’évidence que les moines ont favorisé le peuplement du Vercors du sud-ouest, notamment sur le territoire qui constituera la commune de Léoncel en 1854, et autour de La Vacherie, principal hameau de la commune voisine du Chaffal (ADD, série J 496 ; Chevalier 1869 a). Il ne s’agit pourtant pas d’un mouvement continu et uniforme.

  • 57 Il existe un toponyme le Pas de la Baume, mentionné par la carte IGN de Charpey au 1/25000.
  • 58 Tous les documents cités ont été publiés (Chevalier 1869a).

166Il paraît à peu près certain, comme l’a suggéré Ph. Josserand (Josserand 1991) que l’abbaye, au temps du faire-valoir direct et des granges au sens cistercien du terme, provoque le déguerpissement des habitants du village - et paroisse - de Saint-Roman. Cette communauté, préexistante au monastère, était installée sur le plateau de Combe Chaude, qui doit son toponyme à l’existence d’une grande dépression karstique dont la terra rossa s’avère fort attractive au coeur de vastes affleurements calcaires. Les moines y fondent la grange de Comba Calida. Les bulles pontificales d’Alexandre III en 1165 et 1176 la citent mais n’évoquent pas Saint-Roman ; par contre le diplôme impérial de Frédéric Barberousse en 1178, énumérant les possessions de l’abbaye, indique une ecclesiam et villam Sancti Romani. Ce village et son église disparaissent ensuite des chartes qui se contentent de l’utiliser comme repère : a balma Sancti Romani57 ; a Sancto Romani usque ad Castrum Duplex dirigitur ; unum in loco vulgariter appellato lo Serre de la Balma de Sancto Romano ; versus campum de Sancto Romano...58 Lors du conflit opposant en 1282 la communauté de Charpey et l’abbaye à propos des pâturages de Combe Chaude, il n’est absolument pas question de Saint-Roman. (Chevalier 1869 a ; Wullschleger, 1991b ; Josserand 1996).

167Un peu plus tard, en 1292, la Vacherie (fig. 51) fait irruption dans le cartulaire (versus abbaciam et vachiriam Lioncelli) et, dès 1303, il est question d’un nouveau chemin la desservant (transire debeant per iter novum factum prope vacheriam monasterii) (J 496 ; Chevalier 1869a, CCCI). La Vacherie devient assez rapidement le coeur d’une communauté villageoise (Couriol, 1994). Et l’abbaye, selon un texte de 1296, installe des paysans sur les hauteurs boisées du Serre de Musan avec l’autorisation, voire la mission de défricher des terres, de les cultiver, d’y faire paître leurs animaux et de verser des tasques à l’abbé (Chevalier 1869 a ; Josserand 1996).

51- Léoncel : le domaine temporel des cisterciens

51- Léoncel : le domaine temporel des cisterciens

168Les exemples de la Vacherie et de Musan soulignent une évolution, sensible dès la seconde moitié du XIIIe s. liée aux progrès du faire-valoir indirect. Celui-ci allait confirmer son extension au XIVe s., entre autre sur le plateau de Valfanjouse, et au XVe s. en plaine, provoquant progressivement, du moins en montagne, l’apparition de nouveaux sites d’habitat et un accroissement de la population.

169Ainsi se révèle très symbolique la réapparition d’une paroisse sur Combe Chaude. Au XVIIIe s., elle est desservie par les moines de Léoncel bien qu’ayant été confiée au prieuré de Saint-Ruf de Châteaudouble en plaine de Valence. A l’invitation de l’évêque, le prieur verse une indemnité à nos moines montagnards. Mais au cours du même siècle, sous la pression, il est vrai, de la Maîtrise des Eaux et Forêts de Die, les moines font déguerpir, avec de petites compensations financières, plusieurs paysans-bûcherons installés dans la forêt qu’ils essartaient.

L’abbaye d’Aiguebelle et le repeuplement du plateau de Montjoyer

170Les malheurs de la guerre de Cent Ans et les ravages de la peste avaient provoqué une forte diminution de la population dans le couloir rhodanien. L’abbé d’Aiguebelle, Antoine Martel, organisa, de concert avec le bailli de Réauville, représentant la monarchie dans le cadre d’un traité de pariage, le repeuplement du plateau de Montjoyer en multipliant les contrats d’albergement et en prônant la réouverture des clairières et la reprise du défrichement. Quinze chartes, datées de 1477 à 1504, citent des noms évoquant une origine haut-vivaraise. L’abbaye d’Aiguebelle était seigneur du Goudoulet, au sud du Gerbier de Jonc (Wullschleger 1999).

Prieurés et habitats groupés

171Une première enquête montre que les prieurés sont en général installés dans des lieux habités ou à proximité de ceux-ci, sur les vestiges d’une villa gallo-romaine ou près d’une église paroissiale ancienne, dans la plaine ou sur un site perché et, pour la plupart dans les vallées ou sur les plateaux aux sols légers et d’accès faciles comme le Piémont rhodanien (cf. fig. 47).

172Ainsi dans les régions de fort relief, en Savoie ou en Ardèche, le rôle des vallées et des voies de communication est souvent déterminant. On constate bien évidemment une concentration des prieurés dans les vallées alpines (Grésivaudan, vallée de la Maurienne) ou sur les terroirs les plus riches (plaines de la Saône, vallée du Rhône, plateau ardéchois). De nombreux prieurés de la plaine du Forez sont établis le long ou à proximité d’anciennes voies romaines - à Savigneux ou Moingt, non loin de la voie d’Agrippa qui va de Lyon à Saintes - ou sur des voies transversales, d’autres le long des rives de la Loire - Sainte-Foy, sur la commune de Chambles. On peut également évoquer les routes de pèlerinages qui suivent en partie les anciennes voies romaines : dans la plaine du Forez, la route vers le Puy, ou la route du Puy à Rome qui passe par Valence et recoupe la route des Allemands et des Suisses vers Saint Jacques de Compostelle pour se prolonger ensuite vers Avignon et Arles ; les vallées de l’Arc, de Isère et de l’Arly sont parsemées de prieurés de Saint-Michel de la Cluse. Bien évidemment ces voies ne constituent qu’une incitation à s’établir le long de circuits commerciaux et rarement le lien est aussi précis qu’à Sainte-Foy de Pierrelatte, où le prieuré est installé près d’un gué, et à Feurs où le prieuré de Randan est construit en bordure de la Loire, car l’implantation des prieurés est aussi fonction des donations.

173Mais la présence d’un habitat dépend aussi de l’époque de la fondation du prieuré et des choix de l’abbaye-mère. Parfois les prieurés succèdent à un ancien vicus comme à Moingt (Loire) dans les ruines des thermes antiques, ou à une ancienne villa comme à Peyrus (Drôme). La continuité est parfois assurée, par exemple à Salt-en-Donzy (Loire) dont la première église préromane a le même axe que l’édifice antique sur lequel elle s’appuie, ou à Colonzelle et au Val des Nymphes (Drôme) où les lieux de culte se succèdent à partir du haut Moyen Age et comptent parmi les cas les plus intéressants.

174La majorité des prieurés combinent une vocation monastique et la cura animarum. Ce couple constitué d’un prieuré et d’une église paroissiale attire l’habitat, comme au Bourget-du-Lac ou à Saou (Bourg des Eglises). On peut alors opposer la vocation essentiellement paroissiale des prieurés de Saint-Ruf et de Saint-Félix de Valence, comme à La Boisse (Ain), à celle d’approvisionnement des prieurés casadéens tel ceux de Moingt ou de Chambles (Loire), mais assez paradoxalement certains prieurés de Saint-Ruf s’implantent à l’écart du village, comme à Coussaud et à Montélier (Drôme). Quand le prieuré s’installe à proximité d’une église existante, il contribue à l’essor du village comme à Meysse. Mais d’autres cas sont possibles : parfois comme à Etoile (Drôme), c’est la chapelle castrale, devenue église paroissiale et liée au château, qui attire la population ; à Montrottier (Rhône), la population se déplace progressivement à l’abri du castellum, à 500 m de l’église paroissiale, et ainsi la chapelle priorale, installée dans le château, se retrouve au centre de l’habitat (mais il faut attendre 1802 pour qu’elle prenne le titre de paroissiale). Ailleurs la combinaison est triple et la population reste groupée autour de l’église paroissiale, de l’église priorale et du château ; c’est le cas, dans le Rhône, de Chazay-d’Azergues où l’église priorale est installée dans le château-prieuré et l’église paroissiale toute proche, dans l’enceinte du bourg. A Ternand, l’église priorale est située dans l’enceinte proche du château et l’église paroissiale en dehors. A Puygiron (Drôme), le village possède trois églises : l’église dédiée à saint Bonnet qui donne son nom au village jusqu’au XIIIe s., restera paroissiale jusqu’en 1770 ; au XIVe s., la population se déplace vers le château de la colline du Puy doté d’une chapelle Saint-Jean-Baptiste.

175Le phénomène du perchement intervient aussi, mais surtout dans le Midi où il peut apparaître très tôt, par exemple sur les hauteurs du défilé de Donzère où les prieurés médiévaux semblent garder le souvenir d’habitat fortifiés paléochrétiens (Ode 1995 : 44-49). Le perchement est parfois lié à l’incastellamento* qui perturbe le lien entre prieuré et habitat. Ainsi à Coussaud, le prieuré est d’abord installé dans la plaine sur une villa d’Alixan (915), mais l’habitat va se regrouper autour du castellum et de l’église paroissiale ; à Montélier, le prieuré d’abord au coeur de l’habitat primitif en est dissocié par le regroupement de la population et de l’église sur les hauteurs.

Le Bourget-du-Lac

176Cette agglomération savoyarde doit en partie son essor à sa situation géographique favorable, liée au passage de la voie romaine permettant de relier la Gaule à Rome par le col du Chat et les stations de Lemencum (Lémenc, Chambéry) et Etanna (Yenne), puis au passage de la voie médiévale et à la présence d’un péage. Si quelques découvertes laissent penser à l’existence d’une agglomération romaine, l’essor du bourg est dû à la faveur des comtes de Savoie, fondateurs du prieuré au XIe s., qui se font construire un château au bord du lac en 1258. Un port et son péage sont mentionnés dans le bourg (fig. 8 n° 9).

Solérieux

  • 59 Inscription ISMH : 1926.

177Ce village constitue un cas intéressant de transfert d’habitat et d’échange de toponyme, du bourg castrai au bourg prioral (Sarazin, Réthoré 1989) (fig. 52 et 3 n° 97 bis). Le bourg actuel de Solérieux (Drôme) est établi dans la plaine de Lauzon, à 5 km à l’est de Saint-Paul-Trois-Châteaux, autour d’une église dédiée à saint Raphaël et entourée d’une enceinte fossoyée59.

52 - Le bourg de Solérieux s’est établi autour de l’église priorale dont ne subsistent que le chevet, le croisillon nord et son absidiole

52 - Le bourg de Solérieux s’est établi autour de l’église priorale dont ne subsistent que le chevet, le croisillon nord et son absidiole
  • 60 Arnolphus, son épouse et son frère (Petrus) Maled(octus), ainsi que ses enfants, seraient les fonda (...)

178L’église est celle d’un ancien prieuré séculier du chapitre de Saint-Paul-Trois-Châteaux dont le titulaire possédait, sous réserve d’une pension au chapitre, les dîmes de cette paroisse (Carlier 1989 et al. : 94). Cette ancienne dépendance de l’ordre du Temple, commanderie de Richerenches, est passée à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem lors de la suppression des Templiers, et fut enfin unie au domaine de la chambre apostolique en 1320. Il n’en reste aujourd’hui que le chevet, le croisillon nord et son absidiole, et l’abside axiale, décorée d’une colonnade sur mur bahut. Les chapiteaux corinthiens des colonnes torsadées qui soutiennent le rouleau du cul-de-four sont tout à fait comparables à ceux de la cathédrale d’Orange dont le chantier semblerait débuter vers 1113, date à laquelle prit fin la querelle des évêques de Saint-Paul et d’Orange, et qui donna le départ à de nouvelles constructions (l’évêque d’Orange est alors coseigneur de Solérieux). La nef, rasée lors des guerres de Religion, est aujourd’hui occupée par le cimetière et le bras sud du transept s’est écroulé lors du tremblement de terre qui ruina Clansayes en 1772. On y relève de nombreuses marques lapidaires, associées à des tailles décoratives typiques de la seconde moitié du XIIe s. et une signature : BARBA/RINI ME FECIT. Une autre inscription en caractères bouletés, conservée dans l’angle nord-ouest du croisillon nord, mentionne un Arnolfus, personnage bien identifié qui permet de dater l’édifice de la fin du second quart du XIIe s. (Barruol 1992 : 331)60.

  • 61 Site 6803 (26 342 3) de la Carte archéologique du Service régional de l'archéologie.
  • 62 Evêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Ρatouillard des reconnaissances de la précenterie, XVIIe, 1643

179À 1,5 km du village, sur une colline calcaire au milieu de la plaine, existe un site de hauteur abandonné aujourd’hui appelé Saint-Raphaël61 où subsistent les ruines d’un château, qui occupe le sommet, et une chapelle refaite au XIXe s. Il s’agit en fait de l’ancien château de Solérieux, que les textes désignent sous le nom de castrum de Solerino et dont la première mention date de 1145. Le site est occupé de façon certaine au XIIe s. - et même dès le XIe - et le château semble bien l’être jusqu’au XIVe, puis abandonné au XVe. Une prise à bail de 1643 (AD Drôme, 23G 3)62 fait référence à une motte : assiz ledit chasal dans la motte dudit Soloriou.

  • 63 Evêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Mémoire avec fragments d'inventaire sur les droits du chapitre (...)
  • 64 Il pourrait s'agir de tines, grands récipients généralement en bois ou en maçonnerie servant de lav (...)

180La partie abrupte des versants est aménagée en terrasses taillées dans le rocher, où s’est installé un habitat sur lequel on a peu d’information. Le chanoine Sage, en 1648 dans un historique de la seigneurie de Solérieux, donne une information qui confirme bien l’existence du village sur la colline, au pied du château : a lentour du chasteau il y avait iadis des habitons (23G)63. Trois bassins doubles64 taillés dans le rocher ont été observés sur le versant oriental de la colline ; leur comblement a livré un mobilier archéologique abondant qui atteste un abandon dès le XIVe s. Des prospections menées dans la plaine, au pied de la colline, ont permis de recueillir des tessons de céramique caractéristiques des XIIe et XIIIe s., ce qui correspondrait à la période de prospérité (Sarazin, Réthoré 1989).

  • 65 Evêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, terrier Jean Rémy - 1602-1615. Reconnaissances de terre passée (...)

181Aux XVIIe et XVIIIe s., le site de hauteur est toujours nommé Solérieux, et celui de la plaine Saint-Raphaël. Ce dernier est décrit comme un ensemble de granges groupées près de l’église et du moulin : une mention de 1609 (23G 2, cahier 11, f° 473, 477-478)65 associe le bief de ce moulin à l’église ; en 1744, la carte de Cassini place Solérieux, avec une indication de château, sur la colline et indique le village de la plaine, avec l’église et le moulin, sous la dénomination de Saint-Raphaël. Ce n’est qu’avec le cadastre napoléonien (1811-1812) que l’on constate l’échange des toponymes, et l’actuel plan parcellaire ne signale même plus le site de hauteur.

182Solérieux semble avoir connu la même évolution que les villages perchés provençaux déjà étudiés : le village, ne pouvant se développer dans le castrum, est descendu au XIIIe s. dans la plaine au pied du château, pour se déplacer ensuite vers le bourg prioral. Cette désertion s’est-elle accélérée dans la première moitié du XVe s., après que Solérieux soit devenu une seigneurie ecclésiastique ?

Les prieurés isolés

  • 66 Rompon et Sauveplantade en Ardèche, Blyes dans l'Ain, Saint-Gervais à Fiancey, Puygiron dans la Drô (...)

183Il n’existe aucun a priori pour installer un prieuré à l’écart du monde habité, sauf exception qui assimilerait celui-ci à une sorte d’ermitage. On constate en fait que les prieurés isolés sont assez fréquents, et leur éloignement de l’habitat se traduit souvent par l’absence de fonctions curiales66. C’est peut-être le cas pour certains prieurés de la Chaise-Dieu dont le fondateur recherchait la solitude, pour ceux liés à l’existence d’un ermitage (Faucemagne, en Haute-Savoie) ou ceux chargés d’une fonction d’hospitalité près des cols alpins (Petit-Saint-Bernard, Mont-Cenis) ; il en sera de même plus tard pour des raisons d’évangélisation des massifs montagneux (Rouvergue, Lans-en-Vercors) ou de défrichement (Haute-Savoie, Dombes ou Bresse). Une vocation religieuse précise peut encore justifier cet isolement, par exemple aux époques reculées la christianisation de lieux de culte païens, comme au Val des Nymphes à la Garde-Adhémar (Drôme) (fig. 53).

53- Au Val des Nymphes, la christianisation d’un culte des eaux (résurgence) serait à l’origine de l’installation d’une église puis d’un prieuré

53- Au Val des Nymphes, la christianisation d’un culte des eaux (résurgence) serait à l’origine de l’installation d’une église puis d’un prieuré

184L’origine des prieurés, installés sur d’anciens vici ou villa antiques, peut aussi expliquer un certain isolement. Ces prieurés se créent sur des biens à l’écart dans le terroir, ce qui est souvent le cas de donations anciennes faites aux abbayes de Saint-Claude et de Tournus. Leur abondance dépend bien sûr de la densité de l’occupation gallo-romaine et sans doute aussi de la date de disparition des exploitations antiques ou de leur adaptation aux nouvelles données de la fin de l’Antiquité tardive. Plus tard, leur installation correspond à des donations de grandes propriétés où le prieuré a pu prendre la suite d’une chapelle privée. On pourrait ainsi expliquer le grand nombre de ces implantations dans la Drôme, mais ce type de site est aussi assez fréquent dans la Loire (à Chavanay, Randan et surtout à Salt-en-Donzy), où la maison du prieur est construite sur des vestiges monumentaux, et à Moingt, où le prieuré éloigné de l’église paroissiale réoccupe les vestiges d’anciens thermes qui ont pris le toponyme de Palatium. On pourrait aussi citer Talloires ou Villagrand en Savoie.

185Des prieurés peuvent encore se trouver isolés dans un deuxième temps, après déplacement de la population ou perchement de l’habitat. En Savoie, la vieille église de Saint-Jorioz se trouve ainsi isolée après le départ de la population ; à Viuz-Faverges, l’église paroissiale est construite sur de grands bâtiments antiques, et le château attire ensuite la population ; il en est de même à Viuz-la-Chiesaz, Rumilly, Thiez, Douvaine, Aix-les-Bains ; le prieuré d’Ourches, dans le quartier de Saint Cerbelles, rappelle la station romaine de Cerebelliaca. Dans la Drôme, citons Montélier avec l’église paroissiale sur la hauteur, Châteauneuf-du-Rhône où le vicus est abandonné au profit de fortifications de hauteurs bientôt dotées de prieurés, Mirabel où, phénomène plus récent, le prieuré de hauteur se retrouve isolé après la descente de la population dans la plaine.

De la villa au prieuré, dans la Drôme

  • 67 Cette liste, la plus exhaustive possible, ainsi que l'étude des prieurés sur villa, a été réalisée (...)
  • 68 Trois sites restent encore hypothétiques.
  • 69 Programme de recherche sur l'occupation des sols en Tricastin qui donna lieu à des prospections sys (...)

186Une étude portant sur l’ensemble des prieurés de la Drôme s’est attachée, entre autres objectifs, à confronter les résultats des fouilles et des prospections afin de dresser un bilan sur la question de l’origine et de la genèse de ces lieux de cultes (Sorin 1997)67 Elle recense actuellement 32 sites où la continuité est assurée, de la villa au prieuré avec, dans la Drôme centrale, 8 prieurés sur 24 dont ceux d’Hostun, Ourches, Peyrus, Upie, Fiancey, dans celle du Nord (archiprêtrés de Livron et de Royans), deux villae antiques, Fiancey et Ourches, et dix villae mentionnées aux Xe-XIe s., toutes à l’origine de prieurés68 L’intérêt de cet inventaire est de mettre en évidence ce type d’implantation, de dégager des schémas généraux, tout en tenant compte des particularités propres à chaque site. Par exemple, si l’on observe une implantation très dense dans le Tricastin, ce résultat est sans doute dû à la fois à un état de la recherche beaucoup plus avancé dans cette partie de la Drôme69 et au fort potentiel de cette région (fig. 54).

54 - Cette carte fait apparaître clairement la densité des prieurés installés, dans le sud de la Drôme, sur d’anciens sites gallo-romains

54 - Cette carte fait apparaître clairement la densité des prieurés installés, dans le sud de la Drôme, sur d’anciens sites gallo-romains
  • 70 Il doit probablement exister des hiatus dans l'évolution de ces sites que la trop large fourchette (...)

187La majorité des sites répond à des conditions topographiques et hydrauliques similaires correspondant aux exigences des implantations romaines dans le courant du Ier s. (Odiot 1994 : 91). Ils se répartissent, dans 60 % des cas, le long de la vallée du Rhône, dans la plaine, de préférence sur une légère éminence et à proximité d’un cours d’eau. Il s’agit d’emplacements remarquables, offrant une situation privilégiée propice à l’implantation humaine. Ces facteurs naturels paraissent déterminants lorsqu’il y a réoccupation tardive du site après plusieurs siècles d’abandon et installation d’un prieuré. Mais que reste-t-il de l’agencement d’un domaine gallo-romain lors de l’implantation d’un prieuré aux XIe, XIIe ou XIIIe s., et que s’est-il passé entre-temps ?70.

188On peut supposer qu’une partie de la voirie antique, notamment le long du Rhône et de la Drôme, continue d’être utilisée après le IVe s. On retrouve en effet ces voies à travers les textes du Moyen Age : la Via antiqua ou encore la Via Monia citées dans le cartulaire de Saint André-le-Bas en 995 ou dans le Terrier de l’évêché de Valence en 1430, désignent la voie d’Agrippa (Sautel 1957 :112). On retrouve de même la voie des Alpes, au XIe s., dans le Cartulaire de Romans sous les termes : via qua dicitur Valentinia (Sautel 1957 : 113). Ainsi, lors de la fondation du prieuré mais aussi tout au long de son évolution, ces anciennes voies peuvent représenter des axes nord/sud assurant les relations spirituelles et économiques avec l’abbaye mère ou avec les acheteurs des produits agricoles.

  • 71 Il faut tout de même émettre une réserve quant à la provenance de ces pièces, car rien ne certifie (...)

189La continuité semble également assurée quand des matériaux et des structures encore utilisables subsistent à l’emplacement des villae. Sur le site du prieuré Notre-Dame-de-la-Mure à Erôme, le mur nord de la villa supporte les fondations de deux églises successives, si bien que l’édifice chrétien reprend l’orientation antique (Gallia 1960 : 374). On observe aussi une grande fréquence des réemplois gallo-romains dans la construction de ces prieurés. Il s’agit de pièces importantes employées comme linteau à Saint-Pierre de Colonzelle, ou comme chaînage d’angle dans l’ancien clocher porche de Notre-Dame d’Andéac à Grâne71 Les vestiges des villae semblent donc bien présents dans le paysage lors de la fondation des prieurés et il y a tout lieu de penser que l’organisation spatiale du site, la topographie et l’hydraulique offrent un cadre favorable à l’implantation d’une petite communauté monastique. Mais si ces données sont particulièrement importantes pour comprendre les facteurs propices à la réoccupation tardive d’un site antique, elles sont à prendre en compte pour l’ensemble des prieurés étudiés.

190Lorsque l’on observe une continuité d’occupation de l’Antiquité au Moyen Age, la christianisation précoce du site semble plus déterminante que les pratiques artisanales, agricoles ou industrielles. En effet, au cours des Ve et VIe s., les oratoires privés des villae viennent s’adjoindre au premier réseau d’églises créé par l’évêque (Biot 1995 :40). Il est souvent difficile d’établir l’origine de ces créations. L’idée la plus communément adoptée est celle de la création d’un lieu de culte privé chrétien remplaçant le laraire familial au sein de la villa. On peut entrevoir ce type de transfert des pratiques païennes aux croyances chrétiennes à Montbrison-sur-Lez où ont été découvertes cinq stèles votives, dédiées à Mercure ou Jupiter (Mège 1989 : 79). De même, la christianisation d’un lieu de culte païen peut être évoquée au Valdes-Nymphes. Le toponyme, ainsi que la présence d’un bassin aménagé et la découverte d’une stèle dédiée aux nymphes, permet d’appuyer la thèse de l’existence d’un sanctuaire antique. Il est cependant impossible, en l’état actuel des connaissances, d’affirmer ou de récuser l’hypothèse de la conversion d’un lieu de culte païen, d’autant plus que la continuité d’occupation n’est pas clairement attestée (Vaireaux-Hernandez 1994 : 559, 564).

  • 72 L'habitat lié à la nécropole du haut Moyen Age au site du Val-des-Nymphes a cependant été repéré en (...)
  • 73 Selon Isabelle Cartron, la donation de Donzère à Tournus a été ratifiée par un diplôme de Charles l (...)
  • 74 On citera parmi les sites étudiés Notre-Dame-du-Val-des-Nymphes, dont la donation à l'abbaye de Tou (...)

191C’est la présence de sarcophages du haut Moyen Age, en relation probable avec un édifice de culte (oratoire ou édifice funéraire), qui est souvent le premier témoin d’une christianisation précoce des sites. Après l’abandon ou la transformation des villae, au cours des Ve ou VIe s., des sépultures du haut Moyen Age sont souvent établies le long du chemin la desservant, à proximité ou à l’intérieur même des ruines comme la nécropole mérovingienne du site du prieuré à Montbrison-sur-Lez (Colardelle 1983 : 255). Ces pratiques funéraires correspondent à l’abandon des cimetières en plein champ et au regroupement des sépultures autour des premiers édifices chrétiens en milieu rural (Le Maho 1994 :13). Les études effectuées dans la région apportent cependant peu d’informations concernant à la fois l’habitat, dont dépendait ce type de nécropoles72 et les oratoires qui devaient leur être associés. Un dallage à proximité de la nécropole à Saint-Pierre de Colonzelle conserve peut-être la trace d’un tel habitat (Rapport, Vaireaux 1993 : 13). L’exemple le mieux connu fut mis au jour lors de fouilles de sauvetage effectuées sous la chapelle Saint-Benoît à Donzère. Cet oratoire se développe sur une importante villa du Ier s. ; sa fonction cultuelle est véritablement attestée à partir du Ve s. par des sépultures (Boisse 1977 : 272). Cet édifice - qui devait exister lors de la fondation de l’abbaye de Donzère en 675 par les moines de Fontenelle - aurait été agrandi lors de la reconstruction de l’abbaye au IXe s., après sa donation73 à l’abbaye de Tournus (Cartron 1994 : 537). L’établissement monastique s’est donc fixé sur un site présentant une topographie religieuse préexistante, comme cela semble être souvent le cas des dépendances méridionales de l’abbaye de Toumus74 (Ibid. : 538). L’histoire du site semble être le reflet d’une certaine continuité dans l’occupation des sols - par la superposition d’un site funéraire mérovingien sur un site antique - mais aussi du maintien des structures domaniales héritées du Bas-Empire à travers la donation en 675 d’un domaine nommé Dusera à l’abbaye de Fontenelle (Ibid. : 553).

  • 75 Colonzelle, Peyrus, Crupies, Montbrison-sur-Lez, Cléon d'Andran, Rochegude, Erôme, Grâne, Allan, Ch (...)

192Une des conséquences de la christianisation des campagnes est la transformation de ces premiers lieux de culte chrétiens en églises paroissiales de plein exercice (Picard 1988 : 229), parfois au cours des VIIe-VIIIe s., parfois à la suite de donations des IXe, Xe et XIe s. (Biot 1995 : 40). Ainsi, le prieuré Saint-Jean à Crupies succède à un édifice remontant peut-être à l’époque mérovingienne (Desaye 1985 : 62). Puis, la multiplication des paroisses entraîne le démembrement des paroisses primitives et l’on retrouve ces édifices préromans dans un certain nombre de sites75 A Peyrus, des sépultures du IXe, mises au jour à proximité de la partie balnéaire de la villa, laissent supposer un édifice religieux contemporain (Rapport, Ronco 1992). Rappelons toutefois que la moitié des prieurés ont été précédés d’une église paroissiale et assurent des fonctions paroissiales et priorales. En effet, les dons d’églises existantes se portent essentiellement vers les monastères bénédictins (Devailly 1975 :260). Cette tendance, nettement encouragée par la condamnation de l’investiture laïque par Grégoire VII, en 1075, se renforce à la fin du XIe et au début du XIIe s. Le prieuré, lors de sa fondation, se surimpose alors à la paroisse préexistante, englobe dans ses structures l’église antérieure et conserve ses fonctions paroissiales.

  • 76 Les fouilles de sauvetages occasionnées par les travaux du TGV Méditerranée, concernent le site de (...)

193La continuité d’occupation des sites semble donc liée à la permanence des fonctions cultuelles. Ce schéma très général de l’évolution de la villa au prieuré est présenté à titre d’hypothèse de travail, car le plus souvent seules les fonctions funéraires sont attestées76. Deux exemples, l’un dans la Drôme, l’autre en Ardèche, viennent cependant conforter cette argumentation sur l’évolution de l’habitat dans le temps.

194À Colonzelle, pour Fr. Vaireaux, l’occupation est ancienne comme l’attestent des traces ténues du Néolithique ou de la Protohistoire (céramique et silex). A l’époque historique, l’habitat semble avoir duré plus de mille ans, sans exclure de probables hiatus (Rapport, Vaireaux 1993). Cette longue durée empêche d’attribuer à des périodes précises du matériel divers, non datable par lui-même mais qui fournit des indices sur les activités qui y étaient pratiquées. Ainsi on observe la présence de meules en pierre (consommation de céréales), d’une zone incendiée ou de fragments de dolia*(stockage). Au site antique correspond certainement le siège d’une exploitation, sans doute modeste (absence de tesselles de mosaïques, de placages en marbre, de tubuli d’hypocauste...) ; aucun tesson de service de table n’a été trouvé à l’extrémité nord du site alors qu’au même endroit les fragments de dolia sont les plus fréquents. Nous sommes peut-être en présence d’une aire de stockage du Haut-Empire. C’est à cet endroit en marge septentrionale de l’habitat, que sont installés les sarcophages de la nécropole des VIe-VIIe s. L’occupation du haut Moyen Age couvre l’ensemble du site et perdure au moins jusqu’au XIIIe s., l’habitat s’étant certainement progressivement déplacé vers le castrum de Colonzelle. Le matériel de cette époque est surtout présent à l’extrémité sud du site. Cette zone forme donc un pôle distinct de la chapelle Saint-Pierre qui subsiste à l’autre extrémité de la surface de l’ancien habitat.

195À Cruas, étudiée par J. Tardieu, la découverte fortuite d’une abside et les perspectives qu’elle offrait, furent une des raisons qui fit étendre la recherche archéologique à l’ensemble de l’édifice (Tardieu, Hartmann-Virnich 1995 : 91-116). En effet, si la fondation carolingienne du monastère est attestée par les textes, l’existence d’un édifice antérieur renouvelle toute les perspectives de recherche historique sur la moyenne vallée du Rhône. L’étude de couches matérialisant l’abandon de la villa du Bas-Empire montre que les ruines ont été fréquentées et que, très rapidement, elles ont attiré des constructions nouvelles après avoir servi de carrière. Les structures et les axes perdurent dans un premier édifice à nef unique terminée à l’est par une vaste abside qui pourrait être mise en relation avec la mention de Crudatis curte de la Charta Vetus, compilation de textes des VIe-VIIIe s. qui sont des documents fondamentaux pour l’histoire du Vivarais.

196L’étude du prieuré s’insère également dans un ensemble plus vaste, celui du terroir. Les travaux dirigés par Th. Odiot en Tricastin, ceux de C. Jung dans la région de Cliousclat, de Mirmande et de Saulce (Jung 1991) concernent en parallèle le terroir et le peuplement et utilisent d’un côté la géomorphologie, la pédologie et le réseau hydrologique, de l’autre la prospection de terrain, l’analyse des textes, celle des vestiges antiques et médiévaux, et celle des documents cartographiques (Fillet 1883).

Notes

20 Tenanciers, baron, seigneurs censiers directs et seigneurs justiciers, prieurs (de Montrottier et de Courzieu).

21 Les communes de Charly et de Vernaison en constituent le territoire.

22 Les châteaux de Vernaison, d'Orliénas, de Chazay-d'Azergues, de Châteauvieux ; le château ou la maison de Cuire.

23 " Item domino priori Montistroterii, pro municione castri Sancte Fidis, XXXflο. " (Guigue 1886 : 63-64).

24 Cette paroisse figure parmi les biens du castrum de Montrottier, vers l'an 1000, lors de sa construction, (Bernard 1853,t.I : 233).

25 Il est respectivement seigneur et patron temporel du castrum et possède des droits de haute et basse justice sur le mandement de ce castrum.

26 "castellum quoddam in parrochia Sancti Martini de Periculis conctruxit, ad minimentum monasterii nostri, ad quod videlicet castellum duodecim ecclesiaee parrochialles pertinent".

27 En 1124 : Prior do castello ; en 1127 : vicaria prior, castelli.

28 Ces bâtiments n'étaient vraisemblablement pas organisés selon le plan quadrilatère traditionnel des prieurés conventuels.

29 Bernard et Gaussin ne sont pas d'accord sur la date au cours de laquelle ces événements se sont déroulés. Pour le premier, les affrontements ont eu lieu en 1197, alors que pour le deuxième la date de 1207 est avancée. N'ayant aucun élément valable pur trancher, nous avons pris le parti de situer ces événements entre ces deux dates.

30 On trouvera plus loin quelques études à caractère monographique et une présentation plus générale des granges à trois nefs de l'aire géographique de l'abbaye de Bonnevaux en Bas-Dauphiné et des grands couverts de la région de Charlieu, en plaine roannaise.

31 Pour la chronologie : Mazon 1893 t. I, : 932-944.

32 Il s'agit des granges de Chaumienne, Issanlas, Mézeyrac, Trespis, le Bleynet et Berg en Vivarais, de Bonnefont et la Chomette en Velay, de Torenche en Forez, de la Serre en Rouergue et de la Valentine dans le diocèse de Nîmes.

33 Pour le domaine de Berg, cf. infra : Villeneuve-de-Berg, un centre de peuplement cistercien, p. 92

34 Chomette signifie petit chaud.

35 La bibliographie sur Ambronay est abondante, mais traite très peu des revenus ; on pourra consulter pour une première approche : Hamonière 1994 et, pour plus de détails : Poncet 1980.

36 Par exemple la bulle de 1051 (H 88) et l'ordonnance émanée des Pères du Concile de Bâle relative à la protection et sauvegarde de l'abbaye d'Ambronay (H 100).

37 Ces redevances se trouvaient consignées dans des terriers, malheureusement tous disparus à la Révolution, dont l'origine remontait sans doute à la fondation de l'abbaye. Seules quelques maigres épaves de terriers ont été conservées au milieu de pièces de procédure (H 94 - 1388, 1399 ; H 99 - 1334-1338, 1342, 1359).

38 Transaction du 2 avril 1282 entre Philippe de Savoie et l'abbé, donnant au comte en fief certaines redevances énoncées dans l'acte, en échange de sa protection et sauvegarde (H 89) ; Convention de novembre 1285 entre Amédée de Savoie et Jean abbé d'Ambronay, sur la cession et l'abandon de multiples droits par l'abbé et le couvent (H 98).

39 L'époque de perception du banvin est changée en 1496, et fixée au mois d'août au lieu des mois d'octobre et de novembre (H 156, Mémoire sur le trézain, 1680, et transaction du 20 janvier 1496 sur le banvin).

40 Ainsi, en mai et juillet 1430, pour protéger la ville contre les attaques et les entreprises des Dauphinois, l'abbé prend des mesures de défenses, aux portes, sur les tours et aux créneaux : gardes à monter, travaux à réaliser etc. (H 158, transaction du 5 juin 1408, et instructions de mai-juillet 1430).

41 Ainsi en 1336 Humbert, le dauphin de Viennois, cède-t-il à l'abbaye les dîmes de Serrières, près de Saint-Sorlin (H 89).

42 Par exemple, cens de la dîme de millet et "turquie" ou "bled noir" du mandement d'Ambronay (3 E, Gobinet notaire d'Ambronay, 1636, f° 11), ou cens de la dîme de Lantenay (3 E, Barbollat notaire d'Ambronay, 1598, f° 289).

43 Mentionnons aussi, en raison de son intérêt pour l'histoire de l'art, la “fondation d'une messe, faite le 4 avril 1341, par Georges de Aquila, peintre florentin, qui a donné au couvent trois bichets de froment à percevoir annuellement sur un fonds dénommé " (H 123).

44 Donation du 11 décembre 1323 par Vincent de Chazau d'une rente annuelle d'une bichette et demie de froment pour être distribuée aux pauvres, le jour de son anniversaire (H 123).

45 Cette situation se transforme sensiblement par l'adhésion de l'abbaye à la Congrégation de Saint-Maur, selon des modalités exposées dans l'important concordat de 1637 (H 153), suivi de divers traités tel celui du 19 août 1711, entre l'abbé Claude Bouchu et ses religieux (H 97).

46 Comme celle du 30 juin 1529, entre Louis de Gorrevod, évêque de Maurienne et de Bourg, abbé commendataire d'Ambronay, et l'aumônier de l'abbaye (H 90).

47 Le Coutumier* de l'abbaye d'Ambronay, présenté au chapitre de 1490 par l'abbé Etienne de Morel et définitivement arrêté par l'assemblée, traite des devoirs de l'abbé, du grand-prieur ou prieur claustral, du chamarier, du cellérier, du sacristain, de l'infirmier, de l'aumônier, du courrier, du réfecturier, du chantre, des redevances des prieurés et des charges des prieurs de Meximieux, Heyrieux, Chalamont, Saint-Sorlin, Anglefort, Lantenay, Château-Gaillard, Mollon, Volbes, Brou, Ratenelle, Villereversure, Tossiat, Lagnieu et Dompierre (H 92).

48 26 % pour Chaveyriat où exceptionnellement l'essentiel est en vin, 80 % à Lourdon.

49 Don par Nicolas Cholet, clerc de Charlieu, au cellérier de l'abbaye de la Chaise-Dieu, prieur de l'Hôpital-sous-Rochefort et de Moingt, d'une vigne sise à Ecotay-l'Olme (septembre 1274).

50 Don par Jean Odilon, bourgeois de Montbrison, de la dîme d'une vigne sise au vignoble de Cindrieu (avril 1288).

51 Il s'agit là d'une querelle classique entre prieur et curé, même s'il sont tous deux ici sous la dépendance de la Chaise-Dieu.

52 Les cisterciens acquièrent Chabridières, le Cros de Berg, Serrecourt, Mas-Giraud, Lanségude, Figeyres, Bétoulet, la Devesse, les Claurisses, Serrebernard, Léouze, Puy Chauvy, Courbe Serre et Vazeille.

53 Deux cartes se trouvent dans le numéro spécial de la Revue de la société des Enfants et Amis de Villeneuve-de-Berg (Collectif 1984).

54 Convention sur les droits de pacage d'Aps en 1202 (Columbi 1668 : 560) ; donation en 1220 par Grale Burgeret (Déclaration des biens de Mazan, 18 février 1790) ; vente des terres de la Javalier en 1234 (Vogué 1912, t. III, n° 5 bis).

55 Description des bâtiments dans le volume de Boule 1978 : 70-75, ainsi que dans l'ouvrage cité note 53 (Collectif 1984).

56 Construction d'une église, dotée d'une cure et d'un cimetière, à Villeneuve-de-Berg sur un emplacement fourni gratuitement par l'abbé de Mazan, partage des frais et revenus de la nouvelle paroisse, et nomination par l'évêque de Viviers du chapelain-curé, présenté et patronné par les deux abbés.

57 Il existe un toponyme le Pas de la Baume, mentionné par la carte IGN de Charpey au 1/25000.

58 Tous les documents cités ont été publiés (Chevalier 1869a).

59 Inscription ISMH : 1926.

60 Arnolphus, son épouse et son frère (Petrus) Maled(octus), ainsi que ses enfants, seraient les fondateurs ou les bienfaiteurs de cette église ; les frères Maledoctus sont par ailleurs témoins de Bertrand de Solérieux en 1148.

61 Site 6803 (26 342 3) de la Carte archéologique du Service régional de l'archéologie.

62 Evêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Ρatouillard des reconnaissances de la précenterie, XVIIe, 1643.

63 Evêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, Mémoire avec fragments d'inventaire sur les droits du chapitre, par le chanoine Sage.

64 Il pourrait s'agir de tines, grands récipients généralement en bois ou en maçonnerie servant de lavoir, de réserve à grain ou à la préparation des vins, mais ici, leur aménagement - deux bassins étagés de forme rectangulaires dont l'un muni d'une bonde - évoque plutôt un dispositif destiné à recevoir et décanter les eaux de pluie.

65 Evêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux, terrier Jean Rémy - 1602-1615. Reconnaissances de terre passées en 1609 : Terroyr de sollerieu lieu de St Rapheau proche lesglize (...) confrontant lesglize et beal du molin dudit Sollerieu de Bize(...) terroyr de Solerieu lieu-dit à Saint-Rapheau (...) confrontant du couchant ladite esglize et le beal.

66 Rompon et Sauveplantade en Ardèche, Blyes dans l'Ain, Saint-Gervais à Fiancey, Puygiron dans la Drôme, Salaise, Crémieu (Saint-Hippolyte) dans l'Isère, Moingt dans la Loire, Talloires, Saint-Jorioz, Faucemagne, Poisy, Peillonex et Bellevaux en Haute Savoie.

67 Cette liste, la plus exhaustive possible, ainsi que l'étude des prieurés sur villa, a été réalisée dans le cadre d'un mémoire de Maîtrise soutenu en 1997 sous la direction de J.-Fr. Reynaud.

68 Trois sites restent encore hypothétiques.

69 Programme de recherche sur l'occupation des sols en Tricastin qui donna lieu à des prospections systématiques sous la direction de Th. Odiot.

70 Il doit probablement exister des hiatus dans l'évolution de ces sites que la trop large fourchette chronologique fournie par le mobilier ne permet pas de déceler, mais une continuité d'occupation est aussi possible.

71 Il faut tout de même émettre une réserve quant à la provenance de ces pièces, car rien ne certifie leur appartenance au site antique sur lequel elles se trouvent : il peut s'agir de pièces importées.

72 L'habitat lié à la nécropole du haut Moyen Age au site du Val-des-Nymphes a cependant été repéré en prospection par François Vaireaux. Cet habitat, dont les limites restent cependant mal définies, s'est peut-être superposé à une occupation antique (Vaireaux 1994 : 559).

73 Selon Isabelle Cartron, la donation de Donzère à Tournus a été ratifiée par un diplôme de Charles le Gros. La date de cette donation, restée incertaine, se situerait entre 877 et 887.

74 On citera parmi les sites étudiés Notre-Dame-du-Val-des-Nymphes, dont la donation à l'abbaye de Tournus devrait se situer entre la fin du IXe s. et 1059 (Vaireaux 1994 : 565) et le prieuré des Tourettes à Grignan, attesté comme dépendance de l'abbaye en 1106 (Bois 1993 : 40).

75 Colonzelle, Peyrus, Crupies, Montbrison-sur-Lez, Cléon d'Andran, Rochegude, Erôme, Grâne, Allan, Châteauneuf-du-Rhône, le Val des Nymphes.

76 Les fouilles de sauvetages occasionnées par les travaux du TGV Méditerranée, concernent le site de Saint-Martin de Chabrillan et le prieuré Saint-Privat à Roynac. Les fouilles sur le site de Saint-Gervais à Fiancey ont été reprises très récemment.

Table des illustrations

Titre 31 - A Poulieu (Saint-Laurent-de-Mure), l’abbé d'Ainay, seigneur du lieu, fait construire une maison-forte dont subsistent encore deux ailes et une tour ronde
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 32 - Vue aérienne de Chazay-d’Azergues
Légende L’abbé d’Ainay y possède un prieuré fortifié (castrum) dont les bâtiments résidentiels imitent les belles demeures urbaines
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 33- A l’Arbresle, pour défendre sa baronnie, l’abbaye de Savigny construit un château sur la butte qui domine le bourg
Légende Atlas pittoresque et historique à Lyon et sur les rives du Rhône
Crédits Dess. Fulchiron, graveur PeringerFonds Coste 196/17
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre 34 - Le prieuré de Taluyers juxtapose une église romane et des bâtiments de la fin du Moyen Âge, défendus par deux puissantes tours
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 35- Le cadastre moderne de Lavilledieu conserve l’empreinte du prieuré (en noir) et des fortifications des XIVe-XVe siècles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 36- Chartreux des Ecouges : Fessole, alpage des chartreux ; au fond, la vallée de l’Isère
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 37- Léoncel : l’église abbatiale et l’aile des moines vues du nord-est
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre 38- Abbaye cistercienne de Mazan en Ardèche, vue générale en hiver ; le cimetière actuel occupe l’emplacement du cloître roman
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre 39 - Mazan : le domaine en 1217
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 40- Chartreux des Ecouges : localisation du domaine temporel des Ecouges (Isère)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre 41- Chartreux des Ecouges : le site de Touron, ancienne grange à proximité du col de Roméyere
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 42- Sainte-Marie de Bouvante : a) le domaine temporel de la chartreuse
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 42- Sainte-Marie de Bouvante : b) le domaine temporel de la chartreuse : détail
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre 43- Chartreux de Bouvante : vestiges de la grange des chartreux à Montelier dans la plaine de Valence
Légende Grange dite jadis "La-Val" aujourd’hui Grand Laval
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 44 - La halle construite à l’emplacement de l’église paroissiale illustre l’insertion de l’abbaye d’Ambronay dans le monde économique
Crédits Lithographie d’A. Pelliat d’après un dessin de H. Leymarie. Extrait de Leymarie (M.), Album pittoresque de l’Ain, Bourg 1836
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre 45- Le Bourget du-Lac : le domaine du prieuré
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 46- Le prieuré casadéen de Moingt (Loire) a été installé dans d’anciennes constructions romaines (domus palatii)
Légende Une chapelle est construite à la fin du XIIIe s. début XIVe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre 47 - La carte de répartition des prieurés bénédictins fait apparaître une forte implantation dans le sud de la région où les prieuréscures sont aussi les plus nombreux
Légende Ardèche 137 prieurés, Drôme 123, mais aussi dans l’Isère 124, dans l’Ain 104, un peu moins dans la Loire 81, et par ordre décroissant dans le Rhône 60, la Savoie 39 et la Haute-Savoie 25
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 48- L’église, les bâtiments abbatiaux et le bourg de Bouchet d’après Marcel Francey (1977/1992)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 49- La Grange de Berg, son site, et ses anciens bâtiments
Légende D’après Maurice Boulle (Boulle 1978)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 50 - Les cisterciens au pays de Berg
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-21.png
Fichier image/png, 602k
Titre 51- Léoncel : le domaine temporel des cisterciens
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 52 - Le bourg de Solérieux s’est établi autour de l’église priorale dont ne subsistent que le chevet, le croisillon nord et son absidiole
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 53- Au Val des Nymphes, la christianisation d’un culte des eaux (résurgence) serait à l’origine de l’installation d’une église puis d’un prieuré
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre 54 - Cette carte fait apparaître clairement la densité des prieurés installés, dans le sud de la Drôme, sur d’anciens sites gallo-romains
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1900/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access