Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cathédrale Saint-Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne

 | 
Isabelle Parron-Kontis

Conclusion

Texte intégral

1Les connaissances sur l’architecture romane du XIe s. en Savoie ont souffert d’un grave déficit de documentation écrite et d’un état très inégal de conservation des édifices. Toutefois, les recherches anciennes portaient essentiellement sur des problèmes d’ordre historique et chronologique. L’opportunité offerte dans les années quatre-vingt-dix par les restaurations des monuments majeurs des diocèses de Tarentaise - cathédrale Saint-Pierre de Moûtiers - et de Maurienne - groupe épiscopal Saint-Jean-Baptiste et Notre-Dame - m’a permis d’en reprendre l’étude. Cette opportunité m’a fait bénéficier d’une approche directe des élévations. Dans ce cadre de recherche, l’application des méthodes de l’archéologie du bâti a débouché sur un renouvellement des connaissances de ces édifices : restitutions des parties disparues et des états originels, chronologie affinée de la construction, comparaison à l’échelle interrégionale des formes de décor et des modes de construction.

2Les problématiques liturgiques qui découlent de l’aménagement de l’espace sacré (avant-nef, cryptes, sanctuaires surélevés, multiplication des espaces dévotionnels...) mettent en perspective ces architectures beaucoup plus complexes et monumentales qu’il y paraissait de premier abord.

3Si la Savoie (fig. 81a et b) apparaît comme une entité stable dans sa longue histoire, l’étude de ces cathédrales montre que les deux territoires limitrophes de Maurienne et de Tarentaise appartenaient au XIe s. à des sphères d’influences différentes. En Tarentaise, la cathédrale Saint-Pierre montre une hiérarchie des espaces très marquée et des formes architecturales fortement articulées (chevet harmonique, transept fortement saillant et avant-nef à deux tours notamment), ainsi qu’une très grande sévérité ornementale ; il est vrai que la disparition des revêtements muraux a accentué cette sévérité. Ce parti trouve sa source dans les pays bourguignons et germaniques où la tradition carolingienne est forte. Autre caractère discriminant, les apports cisalpins sont, d’une manière générale, à peine perceptibles dans le décor architectural. À Saint-Jean-de-Maurienne, la cathédrale présente un parti radicalement différent, caractérisé par la simplicité de la distribution des espaces et de leur articulation. Il s’agit en effet d’un plan basilical (trois nefs et trois absides) à piliers quadrangulaires, qui s’inscrit dans la lignée de modèles du haut Moyen Âge présents dans les régions limitrophes, notamment dans le Piémont (Novalèse, Turin...).

81a- Feissons sur Salins et la Vanoise

81a- Feissons sur Salins et la Vanoise

81b- Champagny-le-Haut et la Grande-Motte

81b- Champagny-le-Haut et la Grande-Motte

4Cette opposition monumentale - plan basilical à Saint-Jean-de-Maurienne, parti ottonien à Moûtiers - tire son origine d’une divergence politique : les choix ont visiblement été guidés par une volonté d’affirmer, dans la monumentalité des édifices, un pouvoir et une mouvance. La Maurienne est tournée historiquement vers l’Italie du nord (le diocèse de Maurienne a entretenu des relations privilégiées avec l’évêché de Turin). Ces rapports ont été favorisés par le développement du trafic par le passage du Mont-Cenis, mais aussi par le rayonnement de grands centres intellectuels et spirituels comme l’abbaye de la Novalèse. La Tarentaise entre dans une autre logique. Pour les Rodolphiens, les évêques étaient les derniers détenteurs de pouvoir sur lesquels ils pouvaient s’appuyer. C’est pourquoi ils concédèrent les droits et des territoires comtaux, notamment aux archevêques de Tarentaise. Les Ottoniens portèrent, à leur suite, un intérêt non négligeable à la région alpine, et afin de s’en assurer le contrôle, s’allièrent aux évêques contre les grands feudataires. Ainsi, le plan de la cathédrale de Moûtiers, qui est à rattacher aux modèles en vogue dans l’Empire, appartient à une aire géographique qui englobe les régions de Côme, des Grisons, d’Aoste et du Tessin.

5Mais la géographie artistique ainsi définie s’avère un peu réductrice. En effet, l’opposition - réelle - entre deux partis radicalement différents s’accommode paradoxalement d’une égale ouverture aux influences du premier art roman qui constitue, au contraire un phénomène de convergence ; précisons que ce phénomène caractérise de façon significative la seconde moitié du XIe s. Par exemple, l’avant-nef de la cathédrale de Moûtiers, dont l’étude archéologique a montré qu’elle était plus tardive que le reste de l’édifice, appartient, dans son décor, à la mouvance du premier art roman. Cette évolution oblige à reconsidérer les termes de l’analyse : le plan et le parti architectural répondent à des exigences liturgiques et politiques, le décor répond lui, à un savoir-faire, et leurs évolutions sont évidemment différenciées. Si ces deux cathédrales s’inscrivent donc dans les grands courants européens, l’analyse du bâti a montré la part d’originalité que cette architecture devait aux matériaux de la région et aux techniques de mises en œuvre : on a fait appel à des constructeurs qui ont su tirer le meilleur parti des ressources locales. L’étude exhaustive que nous avons menée, par ailleurs, de l’architecture romane dans ces vallées confirme les données recueillies sur les deux édifices majeurs. Le décor de niches qui anime l’abside de l’église Saint-Martin à Aime et les arcatures et les lésènes qui rythment les multiples clochers qui sont souvent les uniques vestiges des églises romanes rurales concourent à établir une identité régionale marquée par ce goût pour les animations murales. Ce qu’on appelle décor n’appartient pas seulement à l’ornementation. Il peut aussi participer à l’intelligibilité de l’architecture et de son organisation.

6Au-delà des transformations modernes, certains éléments architectoniques possèdent des caractéristiques sémantiques qui définissent dans l’église des zones privilégiées ou hiérarchisées : la présence des cryptes et la surélévation du chœur, la modification de certains piliers (à Saint-Jean-de-Maurienne, les deux piliers orientaux sont surdimensionnés par rapport aux autres ; à Aime, un support circulaire vient rompre le rythme des piliers quadrangulaires), le développement des espaces occidentaux, les circulations à l’intérieur de l’espace religieux et les liens avec l’extérieur... Ces codes répartis dans le bâtiment tissent des liens de communication sociale intelligibles par les religieux et les fidèles, dont les actes sont formalisés par les usages liturgiques. L’église et son mobilier liturgique, lorsque ce dernier subsiste, constituent donc une sorte d’empreinte de l’action cultuelle qui se déroulait au sein de l’église. Les questions liturgiques ne peuvent bien sûr qu’être effleurées, mais la conjonction de ces phénomènes tisse une problématique tournée vers une meilleure compréhension des espaces religieux.

7Les programmes développés à Saint-Jean-de-Maurienne et à Moûtiers-en-Tarentaise montrent l’ambition des commanditaires de se conformer à un modèle en vogue soit dans le monde septentrional, soit en Italie du nord. Les évêques ont pu faire appel à un maître d’œuvre directement issu des milieux où se développaient ces architectures ou à un maître d’œuvre instruit dans les chantiers locaux. Ces réflexions suggèrent donc deux niveaux dans la construction et expliquent le caractère à la fois régional et très ouvert sur l’extérieur de l’architecture savoyarde.

Table des illustrations

Titre 81a- Feissons sur Salins et la Vanoise
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 81b- Champagny-le-Haut et la Grande-Motte
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter