Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cathédrale Saint-Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne

 | 
Isabelle Parron-Kontis

Chapitre 4. Deux chantiers de construction au XIe siècle

Texte intégral

1Les diocèses de Tarentaise et de Maurienne voient, au XIe s., la création de nouveaux ensembles cathédraux. Leur architecture et leur organisation répondent à la place que l’Eglise reprend peu à peu dans la société. Outre l’accueil des fidèles, l’église cathédrale regroupe, en effet, des fonctions multiples qui jusqu’alors étaient réparties dans plusieurs bâtiments : l’église romane devient le centre du culte eucharistique ; elle rassemble les chanoines et abrite un culte des reliques toujours plus important. Ces créations monumentales répondent donc à des impératifs bien précis : ils sont d’ordre liturgique et social, autant qu’économique, technique et esthétique. Lorsque les textes font défauts, comme c’est le cas pour cette période, ce sont les monuments eux-mêmes qui apportent les informations nécessaires à une meilleure connaissance de ces différents aspects.

2La construction de ces ensembles monumentaux représente donc des chantiers d’envergure. Aux questions qui touchent le chantier de construction, les matériaux apportent certaines réponses. La nature des roches employées, les dimensions des pierres mises en œuvre et leur répartition dans les différents membres de ces édifices constituent autant d’éléments qui renseignent sur les savoir-faire des constructeurs du Moyen Âge (fig. 72). On peut en dire autant des liants de mortier ou de plâtre ; c’est aussi vrai pour d’autres matériaux comme le bois.

72- Représentation d’un ouvrier taillant une pierre

72- Représentation d’un ouvrier taillant une pierre

(Bibliothèque Municipale de Lyon, Ms 408, f. 144v°)

Les ressources en matériaux

3Le choix du matériau est lié à la morphologie géologique des vallées intra-alpines.

4La mise en œuvre des matériaux est une source documentaire de premier ordre. Ces observations participent à la définition des différentes phases de construction du bâtiment, et permettent d’entrevoir le degré de technicité des constructeurs. Diverses questions sont ainsi abordées :

  • l’approvisionnement en matières premières, qui met en lumière l’importance du contexte géographique et géologique de la région alpine ;

  • la spécialisation éventuelle de certains matériaux révélatrice du degré de technicité des bâtisseurs.

5Les études n’ont rien apporté sur l’organisation de ces chantiers. L’absence d’une fouille extensive se fait ici cruellement sentir. Comment les hommes organisaient-ils leur travail ? Où se trouvaient les lieux de stockage des matériaux ? Nous ne pouvons pour l’instant répondre à ces interrogations.

Le milieu géologique

  • 128 Le passage des glaciers contraint par la résistance des roches a créé une succession de larges ombi (...)

6Les vallées de Maurienne et de Tarentaise sont incluses dans la zone dite intra-alpine qui s’étend sur les versants italiens et suisses des Alpes en d’immenses alpages et de larges vallées. Leur milieu géologique est caractérisé, majoritairement, par des roches sédimentaires composées de roches relativement tendres (schistes houillers au centre, schistes lustrés à l’est), auxquelles s’opposent des roches dures (schistes cristallins en Vanoise orientale et calcaires durs de la Vanoise centrale). La prépondérance des roches tendres a facilité le creusement de profondes vallées dans ces très hauts reliefs par les coulées glaciaires128 qui ont ainsi sculpté les cols en plateaux suspendus plus ou moins étendus.

7La Maurienne et la Tarentaise présentent des faciès géologiques très divers, mêlant de larges bandes de terrains tertiaires, dite zone du Flysch, formées de schistes et de grès, et des terrains de l’ère secondaire (Blanchard 1947/8). Ces derniers sont divisés en deux catégories :

    • 129 Première période de l’ère secondaire marquée par 3 faciès caractéristiques (grès bigarrés, calcaire (...)

    au Trias129 appartiennent les quartzites (galènes argentifères), les gypses et des calcaires gris. La présence de gypse et d’anhydrite est le plus constant et le plus caractéristique des éléments du terrain triasique de Maurienne et de Tarentaise ;

    • 130 - Jurassique inférieur, situé entre le Trias et le Crétacé.

    au Lias130 se rajoutent des roches métamorphiques (gneiss).

8Cette diversité géologique explique la richesse de ces régions en matières minérales, mais les forts reliefs ont souvent limité, voire interdit, une exploitation intensive de certains filons ou carrières.

Les carrières répertoriées

9La plupart des ouvrages spécialisés concernent les caractéristiques géologiques de ces terrains alpins plus qu’elles ne proposent des études approfondies sur l’utilisation des roches dans la construction. L’ouvrage de M. de Verneilh, publié en 1807, est sans doute la première source exhaustive qui indique le nom de carrières exploitées parfois depuis l’Antiquité (Vemeilh 1807). En 1925, L. Moret publie, à son tour, une enquête sur les ressources minérales de la Savoie (Moret 1925). Les publications plus récentes traitent de certains gisements particuliers : les gisements de métaux (mines argentifères ou plomb) (Chaix 1976), de marbre (Hudry 1962-65) ou de gypse dont les multiples applications offrent un vaste champ d’enquête (Bellet 1942 et 1974). La nomenclature des carrières françaises, éditée par la revue Le Mausolée, répertorie une vingtaine de carrières parfois encore en exploitation (1976). Enfin, l’ouvrage collectif Terroirs et Monuments de France propose une évocation de la relation entre la pierre et la construction (Pomerol 1992). Le chapitre consacré à la Savoie réactualise les données précédentes et offre ainsi un inventaire beaucoup plus complet des divers gisements (Combaz et Rampoux 1992). (cf. encart)

10Peu de carrières sont reconnues en Tarentaise et en Maurienne. Cinq gisements de marbre sont connus et tous situés en haute Maurienne ou haute Tarentaise.

11- La carrière à ciel ouvert de Villette recelait trois qualités de marbres différents, matériaux qui sont aujourd’hui épuisés : le Blanc Bleuté de Savoie qui est un calcaire cristallin compact (blanc-grisâtre ou gris bleuâtre à grains fins veinés de blanc ou gris) ; le marbre blanc rosé cristallin ou blanc légèrement verdâtre ; et une brèche à fond violet.

12- Au Mont-Cenis (lieu-dit Plaine Saint-Nicolas), on rencontre un marbre cipolin rubané avec une alternance de zones parallèles blanches, gris bleuté clair, vert clair et vert plus foncé. Il s’agit là encore d’une carrière à ciel ouvert.

13- À Montgiraud, on trouve un marbre appelé Bleu de Savoie.

14- À Bessans, on extrayait une belle serpentine (couleur vert bouteille). Cette exploitation ne pouvait se faire que pendant les périodes estivales.

15- À Termignon, une petite exploitation de serpentine (vert foncé et vert clair en fin dessin) était aussi en activité.

16La carrière de Vimines qui fournit de la brèche rose est située en chartreuse.

17Maurienne et Tarentaise sont riches en gypses et anhydrites. Ces deux roches sont assez semblables à l’œil nu, leur principale différence réside dans leur degré de dureté - contrairement au gypse, l’anhydrite ne se raye pas à l’ongle - et leur réactivité différente aux acides. Les sites ne sont pas répertoriés avec précision, mais les grandes zones d’exploitation sont connues, notamment pour la Maurienne qui possède encore des carrières en activité :

  • en Maurienne, la vallée de l’Arvan, les gypses d’Arvillard, de la Table et de La Rochette ;

  • en Tarentaise, les gisements sont tout aussi abondants : NotreDame-du-Pré, Villarlurin, Les Avanchers, Saint-Martin-deBelleville, Pralognan, Bozel, Séez, Aime, Salins et Brides.

18La confrontation de ces sources bibliographiques permet de ce faire une idée partielle des types de matériaux exploités dans la région. On est, en effet, souvent très éloigné des réalités rencontrées par les constructeurs qui devaient utiliser, pour des raisons techniques et financières, des matériaux trouvés dans les environs du chantier. À partir de l’étude géologique réalisée sur les murs des deux cathédrales, des localisations de sites d’extraction ont été reconnues ou proposées.

Les carrières de calcaire répertoriées
en Savoie

Trois catégories de pierre calcaire sont reconnues en Savoie : les calcaires coralliens, les calcaires du Valanginien et les calcaires urgoniens. Quelques lieux d’extraction sont bien recensés et principalement situés dans la partie ouest de la Savoie aux confins du Dauphiné.
- À la première catégorie appartiennent plusieurs gisements : à Yenne, on rencontre une roche gris-clair qui fut extraite sur trois sites différents (aux bords du Rhône, Banc des Dames, la Maldière) depuis l’époque romaine jusqu’en 1900. On connaît aussi les carrières de Lemenc ; près d’Albertville, plusieurs gisements sont inventoriés : les carrières de Curienne (exploitation à ciel ouvert qui fournit un calcaire gris utilisé dans la construction de l’église de Cléry), celles de Cruet, Saint-Pierre d’Albigny, Freterive, Plancherine, Grésy-sur-lsère et Mercury.
- Les calcaires du Valanginien se situent plutôt aux confins du Dauphiné et dans le chaînon de l’Epine, notamment le choin du Bugey qui entre dans la construction de la cathédrale de Lyon.
- La dernière catégorie (calcaires urgoniens) est largement dénombrée aussi bien en Haute-Savoie qu’en Savoie et certaines carrières sont parfois exploitées depuis l’Antiquité : la Roche-du-Roy, près d’Aix-les-Bains ; à Grésy-sur-Aix, une carrière à ciel ouvert possède deux types de roches dont l’utilisation est bien spécifique : l’une de couleur blanc-crème est réservée pour les sables et les granulats, l’autre de teinte gris-bleu possédant de bonnes possibilités de taille est utilisée dans la construction (moellons taillés).

Les matériaux employés dans la maçonnerie

19Les cathédrales de Maurienne et de Tarentaise se caractérisent par une maçonnerie constituée de matériaux de proximité.

La cathédrale Saint-Pierre

20Les constructeurs ont mêlé plusieurs qualités de pierres pour constituer le gros-œuvre : des galets, un calcaire bleuté, des fragments de schiste, du tuf. La répartition de ces différents matériaux est homogène sur l’ensemble du bâtiment, exception faite d’un calcaire rose que l’on rencontre exclusivement dans la construction de l’extrémité orientale.

  • 131 De dimensions variables - allant de 0,19 m x 0,08 m pour les blocs les plus petits, jusqu’à 0,87 m (...)

21Les galets entrent pour une part majoritaire dans la composition de la maçonnerie. Le calcaire bleuté fournit des pierres assez longues qui servent à la construction des chaînes d’angle. Le schiste, pierre qui se délite aisément, est utilisé en petits fragments. Le tuf, quant à lui, est employé soit dans le gros-œuvre (ses dimensions sont alors très variables, plutôt petites et les faces des pierres non dressées), soit dans la constitution des éléments décoratifs, en association avec quelques blocs d’albâtre. Les grandes pierres de taille sont réservées pour les aménagements du XVe s. Le calcaire rose entre uniquement dans la composition de la maçonnerie de la travée de chœur et de l’abside131. L’usage de cette pierre n’exclut pas l’emploi de schistes et de galets, soit disposés régulièrement, soit en oblique. Une qualité de pierre similaire est employée dans les diverses reconstructions de l’abside (lésènes, fenêtres). Il s’agit alors de pierres de taille dont les dimensions sont relativement standardisées et associées à des pierres de tuf.

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste

22Les maçonneries du gros-œuvre sont composées principalement de matériaux roulés et de quelques blocs de tuf informes. Le tuf et l’anhydrite entrent pour une part moindre dans la constitution de la maçonnerie. Ces pierres sont utilisées pour réaliser les structures en saillie-arcatures et lésènes-et pour les arcs des fenêtres. Leur mise en œuvre procède d’une volonté induite par des contraintes techniques et décoratives.

  • 132 Il s’agit de molasses gréso-glauconieuses burdigaliennes, notamment exploitées près de Chambéry (Ch (...)
  • 133 On rencontre des granits dans le Beaufortin ou vers Epierre en Maurienne.

23Les matériaux employés dans les maçonneries de ces deux cathédrales n’entrent que très rarement dans les inventaires spécialisés sur la pierre. Les matériaux sont, en effet, classés au sein d’une hiérarchie établie selon des critères esthétiques et sociaux. Une distinction est faite entre les pierres “à bâtir” et les autres, notamment le marbre employé de multiples manières dans la construction. Les inventaires du XIXe s. indiquent en priorité les pierres que l’on pourrait qualifier de nobles : les calcaires, les grès (ou molasse) de teinte grise ou beige que l’on rencontre dans la Combe de Savoie132 et les granits133 Le galet n’est que très rapidement mentionné : “galets roulés de calcaire et de gneiss, de marbre ; de granit et de quartz. ”Verneilh 1807). On retrouve le même comportement chez des auteurs contemporains. Dans Histoire des communes savoyardes, des carrières de galets, de graviers ou de sable sont parfois indiquées, mais toujours de façon anecdotique sans qu’une localisation précise soit apportée (Paillard, Palluel 1982). Pourtant, ces pierres de tout-venant constituent le matériau de prédilection pour le gros-œuvre, le galet étant particulièrement représenté dans les constructions religieuses et civiles et ceci jusqu’au XIXe s.

24L’étude de ces matériaux se heurte à deux contraintes majeures. La première est d’ordre technique : l’exploitation des gisements de galets (ou de sable pour le mortier) étant occasionnelle, les lieux d’extraction sont difficiles à localiser, d’autant que les lits de rivières sont soumis à des fluctuations importantes dues aux changements hydrographiques. Il n’y a pas eu, par ailleurs, d’études systématiques sur l’emplacement des carrières anciennes (calcaire, gneiss, schiste...), ni en Maurienne ni en Haute-Tarentaise, exception faite des carrières des Etroits du Siaix dont l’exploitation a perduré de l’Antiquité jusqu’à nos jours (les carrières se sont déplacées, mais restent localisées sur des veines similaires).

25La seconde raison est d’ordre épistémologique : l’absence d’intérêt dont le matériau de tout-venant a été l’objet, procède d’une logique sociale qui fait la distinction entre architecture de qualité et architecture ordinaire (Pesez 1990), et d’une logique esthétique qui place sur une échelle de valeurs, pierre de taille et tout-venant. Or, il convient de s’interroger sur la façon dont les contemporains percevaient ces constructions du XIe s. Nous sommes mal renseignés par les textes sur cet aspect. Néanmoins, les excellentes caractéristiques techniques de la construction des cathédrales Saint-Pierre et Saint-Jean (construction raisonnée avec une spécialisation des matériaux et un mortier d’une très grande qualité) apportent un témoignage concret qui montre tout le soin apporté à ce type de construction.

Le choix de la pierre et l’organisation des élévations

26Le choix des matériaux est déterminé par la proximité de l’approvisionnement : les galets provenant des rivières toutes proches ou de sites morainiques, les calcaires ou les schistes se trouvant à profusion dans les environs immédiats des villes de Darantasia et Maurienna.

27La maçonnerie est à la fois constituée de pierres de dimensions moyennes assemblées en assises horizontales régulières, et de blocs allongés et minces de petites dimensions qui sont disposés en épi, galets ou schistes délités. Cette organisation concerne soit des assises entières soit des portions d’assises. On remarque, par ailleurs, une spécialisation des matériaux pour la construction de certains éléments du monument, notamment les structures architectoniques et les baies. Cette spécialisation intervient en fonction des qualités techniques et/ou décoratives de la pierre.

Le réglage des assises : la disposition en épi

  • 134 Le parement emploie principalement le calcaire, il est caractérisé par des portions d’assises en ob (...)

28Les pierres sont disposées en assises horizontales. Lorsque leurs dimensions ne sont pas homogènes, l’horizontalité est rattrapée par des assises de réglage. Celles-ci sont obtenues, soit par empilement de petits éclats de schiste, soit par la disposition en oblique de petits galets oblongs ou de schiste délité. Cette disposition confère aux parements un aspect très particulier, sans régularité, le mur sud du massif occidental de la cathédrale Saint-Pierre en est un bon exemple134 On pourrait spontanément parler de maladresse d’exécution. En réalité, elle reflète une bonne gestion de la pierre qui s’inscrit dans un contexte géologique difficile. Même si l’on remarque un tri des matériaux en fonction de leurs dimensions, ceux-ci restent des matériaux de ramassage qui rendent ce travail particulièrement aléatoire.

29Par le jeu des diagonales, les maçons rétablissent ponctuellement l’horizontalité des assises. Le phénomène se répète autant de fois qu’il est nécessaire. Lorsque la disposition oblique est bien visible, souvent le mortier de surface est très altéré. Or, lorsque ce dernier est encore en place, il est difficile d’apprécier et la dimension exacte des pierres, et la façon dont ces dernières sont organisées assise par assise. Dès lors, il devient évident qu’aucune intention décorative ne préside à une telle mise en œuvre, mais qu’elle pallie une nécessité purement technique.

30L’église de l’ancien prieuré Saint-Pierre d’Extravache (fig. 73), érigée au XIe s. sur les pentes du petit Mont-Cenis, montre une gestion rigoureuse des matériaux. Des assises complètes en oblique, chaque assise alternant le sens de l’inclinaison, ponctuent très régulièrement, toutes les quatre ou cinq assises, les élévations de ce petit édifice. Pourquoi choisir une mise en œuvre aussi particulière ? Les constructeurs disposaient à profusion de dalles de lauzes pour monter les maçonneries. Est-ce par référence à une construction précise ou s’agit-il de l’emploi d’une technique qui perdure depuis l’Antiquité (Adam 1984) ? L’utilisation de l’opus spicatum n’est pas, en effet, une nouveauté. L’abside de l’église, sans doute carolingienne, découverte sous la priorale à Aime est construite selon ce procédé : les galets sont disposés en opus spicatum, chaque assise alternant le sens de l’orientation ; autre exemple carolingien célèbre, celui de l’aula de Doué-La-Fontaine. Cette utilisation perdure au Moyen Âge et notamment autour de l’an mil : plusieurs édifices bourguigons du XIe s. ont des maçonneries construites de la sorte (chapelles de la crypte de Saint-Philibert à Tournus, Norges en Côte-d’Or, Saint-Clément-sur-Guye en Saône-et-Loire) (Sapin 1999). Au XIVe s., des constructions militaires et civiles (Allan, Villeneuve-lès-Avignon...) utilisent de nouveau ce mode de construction ; à Bessans, en Haute-Maurienne, les murs nord et ouest de la chapelle Saint-Antoine, datée du XVe s., sont marqués par l’emploi d’un appareil en arêtes de poisson.

73- Saint-Pierre d’Extravache, mur gouttereau sud, disposition en épi

73- Saint-Pierre d’Extravache, mur gouttereau sud, disposition en épi

31À Saint-André-de-Sorède (Pyrénées orientales), l’appareil en galet est systématiquement disposé en arêtes de poisson (fig. 74). Les maçons agissent inversement à ce que nous avons observé sur les cathédrales savoyardes. Alors que la mise en œuvre en oblique intervient ponctuellement pour rétablir l’horizontalité des assises, ici des galets oblongs sont posés à plat dans une volonté technique identique. On peut citer encore l’église Saint-Léonard de Beaumont-sur-Oise où certaines parois sont entièrement construites en opus spicatum.

32Les dimensions et la qualité des matériaux pourraient donner des indications sur d’éventuelles règles d’emploi : la disposition en arêtes de poisson est plus volontiers destinée à la mise en œuvre soit de petits blocs (des galets que l’on rencontre systématiquement mis en œuvre dans les départements de l’Ain ou de l’Isère, mais aussi sur quelques grands édifices italiens, comme l’église d’Agliate dont la construction se caractérise par des matériaux de tout-venant parfois disposés en épi), soit de matériaux qui se délitent aisément (schiste). Or, ce critère ne semble pas pertinent. D’autres études tendraient, en effet, à montrer qu’il s’agit d’un véritable choix de la part des constructeurs : dans le Massif Armoricain notamment, P. Guigon démontre que le granit, pourtant susceptible de produire des moellons de qualité, est assez fréquemment utilisé en opus spicatum, notamment dans le mur du transept de Saint-Gildas de Rhuys ou dans les églises du premier art roman d’Aubigné, de Placé ou de Pleumeleuc (Guigon 1993). Les édifices des environs de Milan sont composés principalement de briques, matériau facilement assisable, que l’on rencontre disposées, soit en lits horizontaux, soit en arêtes de poisson, et ceci tout au long de la période romane (XIe et XIIe s.). Cette technique n’est pas forcément liée à la qualité médiocre du matériau employé. Si les implications techniques de la disposition en oblique ou en opus spicatum sont évidentes : réglage assise dans l’élévation ou facilité le passage de l’eau par capillarité dans les fondations ; en revanche, l’aspect décoratif de l’opus spicatum est bien moins manifeste, car c’est compter sans l’enduit qui protège le mur et recouvre l’appareil.

74- Saint-André de Sorède, la construction en galets est réglée par des assises horizontales

74- Saint-André de Sorède, la construction en galets est réglée par des assises horizontales

33L’apparent archaïsme d’une telle mise en œuvre l’a souvent fait associer à des datations hautes, notamment carolingiennes. Dans la région intra-alpine, l’emploi de l’appareil en oblique associé à des joints marqués à la truelle illustrerait plutôt le XIe s. L’exemple de l’église de Viuz Faverges est à cet égard très révélateur. Alors que les deux premières églises utilisent des techniques qui s’apparentent encore aux parements d’époque antique caractérisés par des moellons soigneusement assisés, la troisième église, associée à la période romane, voit apparaître des parements employant des “galets de rivière de modules variés parfois disposés en arêtes de poisson” (Colardelle 1982).

La spécialisation des matériaux

34Le choix des matériaux repose sur des critères liés à des contraintes propres à l’établissement d’une architecture de qualité. Les constructeurs recherchent des pierres susceptibles de posséder une bonne tenue d’arêtes et une bonne résistance à la compression. Les matériaux tendres tels que le tuf, l’anhydrite et certains calcaires répondent à ces critères (cf. annexe fig 6).

Les calcaires

  • 135 Entre 0,50 m et 0,80 m de long et 0,10 m à 0,20 m d’épaisseur.

35Les calcaires employés à Moûtiers jouent un rôle architectonique très prononcé. Ils entrent dans la composition des chaînes d’angle où les constructeurs choisissent des pierres de grandes dimensions135 disposées en carreau et boutisse, et parfois associées à des tufs. À Saint-Jean-de-Maurienne, ces éléments de liaisonnement sont traités indépendamment du reste du gros-œuvre. En revanche, les piliers de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste sont construits avec une alternance de tuf et d’une pierre d’une teinte grise. Il s’agit d’un calcaire cristallin (du jurassique moyen), dont des gisements sont connus au Pas du Roc, en aval de Saint-Michel-de-Maurienne. Cette roche est utilisée pour sa facilité de taille. Un coup sec sur une face détache un parement aux arêtes nettes. Il est donc aisé d’obtenir de beaux moellons aux parois dressées au marteau taillant, qui conviennent particulièrement bien dans la constitution de structures à arêtes vives. Ce matériau intervient dans la composition des piliers quadrangulaires et dans celles des grandes arcades. Il est utilisé en alternance avec des pierres de tuf. L’association de ces deux matériaux confère à l’ensemble un jeu polychromique jouant sur le mariage des tonalités de roches (marron et bleu sombre). Si cette utilisation esthétique paraît aujourd’hui assurée, c’est sans compter sur l’utilisation d’un enduit qui couvrait ce jeu de couleur. Les qualités techniques sont sans doute prépondérantes pour les constructeurs.

  • 136 Le filon, encore exploité de nos jours, fournit de la pierre de ballast et non de la pierre à bâtir

36En outre, ce calcaire est réservé à l’intérieur de l’édifice et n’apparaît jamais dans la constitution des parements extérieurs. Cette roche tendre possède une bonne tenue d’arêtes, mais est trop fragile pour entrer dans la composition des extérieurs136. Par ailleurs, il y avait peut-être des problèmes liés à la propriété des carrières ou à une faiblesse de la production, qui entraînèrent un choix et une utilisation ponctuelle de ce matériau.

37Une autre roche calcaire intervient ponctuellement dans la construction de la cathédrale mauriennaise. La colonne remployée dans la salle occidentale de la crypte est en calcaire schisteux liasique, dont l’origine géologique est indéterminée, mais qui provient, selon toute vraisemblance, du Pays des Arves (Saint-Colomban-des-Villards ou Saint-Sorlin d’Arves). Du fait de sa stratification, ce matériau ne peut supporter de lourdes charges, il n’est donc pas étonnant qu’on le trouve employé ponctuellement dans une construction monumentale.

Le tuf

38C’est un conglomérat calcaire, qui se dépose dans les sources ou les torrents et dont l’aspect caverneux est dû en partie à la disparition par fermentation de débris végétaux. On le confond parfois avec la cargneule (ou carniole), roche sédimentaire carbonatée, d’aspect vacuolaire. Leur couleur est identique, oscillant entre le jaune-brun et le brun-rouille ; le même aspect vacuolaire est fort trompeur. Tuf et cargneule sont exploités pour les mêmes qualités mécaniques ou physiques. Elles possèdent une certaine élasticité sous les chocs, une excellente résistance à la compression. Leur faible densité en font un matériau léger adapté à des couvrements voûtés où il diminue l’importance des poussées : cryptes voûtées d’arêtes, abside voûtée en cul-de-four, ou construction de coupoles (celle de l’église de Cléry au XIIe s., par exemple).

  • 137 Nous avons fait appel à M. Debelmas, professeur émérite de géologie, qui a bien voulu établir la qu (...)

39Le tuf possède une bonne aptitude à la taille qui en fait le matériau spécifique des éléments architectoniques. Pour les constructions mauriennaise du XIe s., c’est le tuf qui entre dans la constitution des éléments du décor extérieur, lésènes et arcatures. Il est utilisé aussi dans la composition des arcs : grandes arcades, arcatures aveugles et baies137. En Tarentaise, si arcatures et lésènes sont traitées en tuf, les baies, en revanche, utilisent parfois des galets ou des schistes de grandes dimensions (cathédrale de Moûtiers, le transept et la tour sud, et nombreux bâtiments de Haute Tarentaise).

  • 138 En moyenne 5 cm.

40Les lésènes sont constituées de blocs de tuf rectangulaires, disposés alternativement sur chant ou enchâssés dans la maçonnerie sur leur partie longue. Elles saillent sur l’aplomb du mur d’une dizaine de centimètres. Chaque arcature, large de quelques centimètres138 est composée de trois blocs de tuf taillés en une portion de demi-cercle et fait saillie sur le mur d’une dizaine de centimètres. Les tufs sont solidement maintenus par le mortier de maçonnerie, qui est alors très couvrant. Lorsqu’il n’est pas altéré, on a l’impression que chaque petit arc est constitué d’un seul bloc. L’extrados des arcatures est surligné par une marque à la truelle en demi-cercle.

  • 139 La construction en tuf du clocher de Montgellafrey désignerait peut-être une mise en œuvre du XIIe (...)

41Pour les constructions plus tardives, c’est toujours le tuf qui est utilisé et alors de façon systématique pour la construction des contreforts ou des chaînes d’angle, voire pour le gros œuvre (chevet reconstruit à la fin du XVe s. à Saint-Jean). Il semble, à cet égard, que l’on puisse discerner une évolution pour la Maurienne : contreforts et chaînages d’angle en tuf semblent apparaître dès les XIIe-XIIIe s., ceci en référence aux aménagements à Sainte-Marie-de-Cuines ou dans la phase de reconstruction du clocher de l’église Notre-Dame où les petits éléments sculptés ornant les baies de cet étage dateraient du XIIIe s.139 On constate enfin une intensification de l’exploitation du tuf au bas Moyen Âge. Le tuf est un matériau fragile dont la porosité favorise son érosion. Sa mise en œuvre dans une élévation impose l’installation d’un solin d’étanchéité permettant d’éviter les remontées d’eau. Un enduit s’avère nécessaire pour protéger ce matériau trop vulnérable au ruissellement.

42Lors de la mise en œuvre des fenêtres, un choix particulier de pierres a été effectué pour le parement. On note, de part et d’autre des jambages, une forte proportion de galets ou de quartz, alors qu’autour de l’arc, un pourcentage important de tuf est utilisé. Ce procédé n’est pas fortuit : les constructeurs ont cherché à alléger au maximum le mur au-dessus de l’ouverture.

L’anhydrite (ou albâtre)

  • 140 Le gypse est un sulfate hydraté à aspect vitreux translucide, nacré ou soyeux suivant les faces, en (...)

43Cette roche intervient, principalement, dans la constitution des éléments décoratifs. Elle peut être blanche, jaunâtre, grise, bleuâtre ou rougeâtre. Alors que les cartes géologiques actuelles ne font pas la différence entre les gisements de gypse et d’anhydrite140, la première édition de cette carte, établie en 1895, pour l’unité de Saint-Jean-de-Maurienne, mentionne des exploitations d’anhydrite au sud de la ville au lieu-dit le Mont de l’Evêque.

44La cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne fournit tous les degrés de l’utilisation de ce matériau : colonnes engagées et chapiteaux sculptés dans la crypte, claveaux alternés avec des tufs pour les fenêtres hautes de la nef, sont réalisés en albâtre. En revanche, les éléments décoratifs en albâtre sont quasiment inexistants dans la cathédrale Saint-Pierre à Moûtiers, seuls les culots de l’arcature de l’abside emploient ce matériau. La différence de qualité des gisements entre Maurienne et Tarentaise explique en grande partie cette distinction. En effet, l’arrondissement de Moûtiers est composé avant tout de gisements de gypse hydraté impropre à la construction, car moins tectonisé que l’albâtre. En revanche après transformation (cuit puis réduit en poudre), le gypse entre dans la constitution des mortiers et des enduits.

Jeu de polychromie et ouvertures

45Dans la cathédrale Saint-Pierre, toutes les ouvertures du chevet et du transept sont construites en pierre de calcaire bleuté ou de galets ; les transformations, même mineures, sont traitées en tuf (les fenêtres de l’espace occidental, plus tardives, sont construites en tuf). Ces fenêtres possèdent un aspect rustique. Le choix du matériau est sans doute pour beaucoup dans cette impression, les claveaux n’étant pas réalisés en pierres de taille comme à Saint-Jean-de-Maurienne, mais en blocs de tout-venant. L’absence apparente de soin était dissimulée par un enduit : les baies de l’espace occidental et celles du transept ont conservé l’enduit originel qui recouvrait la maçonnerie disgracieuse.

  • 141 Les claveaux sont disposés en léger retrait par rapport au piédroit. Cette observation témoigne de (...)
  • 142 Lors de travaux de restaurations menés en 1981 sur l’abbatiale de Romain-môtier, P. Eggenberger a c (...)
  • 143 Par exemple à S. Pietro di Gemonio, des bandes peintes en blanc et rouge feignent l’alternance entr (...)

46À Saint-Jean-de-Maurienne, les baies présentent une construction soignée et identique. Les piédroits utilisent le tuf et exceptionnellement l’anhydrite ; cette anomalie procède plus d’une maladresse de construction que d’une réelle volonté décorative. L’association du tuf et de l’albâtre devient systématique dans la disposition des arcs141. En effet, dès l’amorce du demi-cercle, les claveaux de tuf et d’anhydrite alternent pour une bichromie décorative du meilleur effet (fig. 75). Cette association met en valeur les matériaux : le brun du tuf et le blanc éclatant de l’albâtre. Cette recherche de polychromie est fréquente au XIe s.142 L’architecture du territoire de Varese, en Italie, se caractérise par un goût prononcé pour le jeu des couleurs, entre la brique des parements et la pierre des ouvertures, qui s’exprime notamment dans les ébrasements des fenêtres143.

75- Saint Jean-Baptiste, la fenêtre haute de la nef alterne pierres de tuf et anhydrite

75- Saint Jean-Baptiste, la fenêtre haute de la nef alterne pierres de tuf et anhydrite

Les remplois

47Les remplois interviennent pour une part plus ou moins importante dans la construction de ces cathédrales. C’est un phénomène que l’on retrouve sur tous les sites majeurs de Savoie. On y rencontre aussi bien des remplois antiques que du haut Moyen Âge.

  • 144 Gisement des Etroits du Siaix. Calcaire cristallin de couleur rosé, d’aspect pailleté.
  • 145 Ces blocs proviennent-ils de l’édifice circulaire mis au jour par E. L. Borrel ?

48À Moûtiers, la construction de la nouvelle cathédrale a été initiée à l’est. Une partie du chevet remploie les moellons de calcaire rose144 d’une construction antique145. L’utilisation de ces pierres calcaire ne se fait pas en remplacement d’un autre matériau mais en complément.

49À Saint-Martin d’Aime (fig. 76) ou dans la crypte de la priorale du Bourget-du-Lac, les remplois romains se situent en partie basse des constructions. Les dimensions importantes de ces blocs forment des matériaux de choix pour bien en asseoir les fondations. À Aime, les chaînes d’angle sont constituées d’énormes pierres de taille en brèche de Villette ; les faces d’attente, présentées en parement, montrent encore les trous de louve ou de préhension qui identifient le remploi.

  • 146 Notre étude du clocher-porche de la priorale de Saint-Rambert-sur-Loire le démontrait.

50La répartition dans la construction se fait nettement en fonction du module des blocs. Ces pierres d’angle ne régissent pas la construction avoisinante, en imposant des hauteurs d’assises particulières, comme nous avons pu le constater dans des constructions en pierre de taille146.

76 - L’église priorale Saint-Martin à Aime, les chaînes d’angle sont composées de grandes pierres d’époque romaine en remploi

76 - L’église priorale Saint-Martin à Aime, les chaînes d’angle sont composées de grandes pierres d’époque romaine en remploi
  • 147 V. Lassalle (Lassalle 1970 : 13) cite des sarcophages remployés comme reliquaires, tables d’autel o (...)
  • 148 Adam 1989 : 130-132. Cet appareil est constitué de chaînes verticales de blocs de grand appareil, d (...)
  • 149 Peut-on y voir l’influence d’un grand centre romanisé comme Aix-les-Bains ?

51La crypte du Bourget-du-Lac fournit un autre exemple de l’utilisation de ces remplois en calcaire urgonien. Certains éléments ont été choisis en raison de leur possibilité d’adaptation à une nouvelle fonction. Ainsi en est-il des couvercles de sarcophages utilisés en guise de supports de la retombée des voûtes147 Par ailleurs, à intervalles réguliers, des blocs anépigraphes de dimensions importantes rythment les parois de l’hémicycle. Ces derniers forment des sortes de chaînages verticaux alternant avec une maçonnerie en petit appareil, comme dans le cadre de l’opus africanum148 La régularité de cet aménagement en montre le caractère intentionnel. Quelles étaient les références des constructeurs ? Existait-il des édifices présentant une telle mise en œuvre149 ? Ont-ils simplement cherché à offrir un bon soubassement à la crypte, démontrant en cela toute l’étendue de leur culture technique.

52L’utilisation de remplois antiques est courante, voire banale aux XIe et XIIe s., notamment dans le Lyonnais (Cathédrale Saint-Jean de Lyon, les églises foréziennes...) ou la Provence (Die, Saint-Paul-Trois-Châteaux...) qui rassemblent un nombre d’exemples considérable. Il était, en effet, plus simple pour les constructeurs de prendre, dans des bâtiments anciens, parfois ruinés ou jugés caducs, les matériaux nécessaires à l’érection d’un nouvel édifice. Les coûts de l’extraction, de la taille et du transport étaient ainsi diminués et le budget du chantier d’autant sauvegardé. Les monuments anciens formaient donc des carrières de premier choix.

53En ce qui concerne les remplois du haut Moyen Âge, deux attitudes prévalent à leur mise en œuvre. À Moûtiers ou Lemenc, les fragments sont intégrés dans la maçonnerie avec une intention décorative évidente : dans la crypte de la cathédrale Saint-Pierre, ils sont installés en tympan au-dessus des portes d’accès aux salles latérales de la crypte ; à Lemenc, l’élément est transformé (les éléments intérieurs ont été buchés pour mettre en évidence la forme de l’oculus) et adapté pour servir de fenestella. En revanche, à Saint-Jean-de-Maurienne, les nombreux remplois sont disséminés dans la maçonnerie des piliers de la nef sans recherche particulière, souvent disposés à l’envers, à la base ou tout en haut des supports souvent à l’abri du regard des fidèles.

54La question du remploi dans l’architecture est complexe. J. Adhémar explore tous les aspects idéologiques et pratiques de leurs utilisations (Adhémar 1939). Dans le quart sud-est de la France, V. Lassalle met en évidence l’aspect pratique des remplois (Lassalle 1970). Depuis le IVe s., l’architecture montre l’utilisation d’un certain nombre de remplois.

55L’utilisation des remplois est limitée en Savoie. Les aspects pratiques et techniques priment. Ceci est à rapprocher de l’intérêt archéologique d’une partie des intellectuels du XIe s. (Schnapp 1993 ; Erlande-Brandenbourg 1993). Les remplois permettent aux constructeurs de pallier certaines difficultés d’approvisionnement. La pratique du remploi correspond à une bonne gestion du chantier et à un souci économique évident. L’influence antique ne se manifeste pas directement dans l’application de grands principes architecturaux, elle s’illustre dans un cadre strictement fonctionnel, éloigné des créations formelles que l’on peut rencontrer dans des édifices contemporains, notamment dans les édifices lyonnais ou foréziens. Cette référence à une certaine romanité est particulièrement perceptible dans l’aménagement du clocher porche de la prieurale Saint-Rambert (Loire). Les dix premiers mètres de l’élévation occidentale sont emprunts d’une monumentalité accentuée par l’emploi d’un grand appareil de remploi, et par le jeu des modules qui permet de superposer des références à différents types d’appareil traités à l’antique (appareil réticulé, appareil en damier...).

Les mortiers et les enduits

56L’étude des enduits et des mortiers constitue un autre aspect de la recherche archéologique. Au même titre que la pierre, ces matériaux sont porteurs de plusieurs types d’informations. Les enduits fournissent des indications sur la superposition des décors et les mortiers sur les différentes phases de construction de l’édifice, mais aussi sur le savoir-faire des constructeurs. Ils constituent ainsi des témoignages spécifiques des techniques de construction anciennes. L’analyse de traitement de surface des joints apporte des informations qui demeurent essentielles à la connaissance chronologique du bâti. Enfin, mortiers et enduits sont représentatifs de l’environnement du site. L’étude physicochimique de ces matériaux apporte des renseignements de premier ordre sur les matières premières qui servent à leur fabrication. Les aspects techniques issus de la connaissance des mortiers et des enduits appartiennent à une phase de la recherche menée en collaboration avec Bénédicte Palazzo Bertholon.

Le traitement de surface

57Le mortier de construction est lissé, puis largement rabattu sur la pierre ; on obtient ainsi un traitement à “pierres vues”. Le joint est ensuite serré, assise par assise, avec le plat de la truelle, afin que les pierres se maintiennent en place. Chaque assise est ainsi surmontée d’une ligne horizontale plus ou moins continue (fig. 77a). Le geste du maçon a une valeur purement technique, qui assure au parement un bon degré d’étanchéité, l’eau glisse sur les joints ainsi formés - à la manière de petits larmiers - et ne pénètre pas dans les maçonneries. L’aspect technique prend parfois une valeur esthétique : à Saint-Jean-de-Maurienne, le pourtour des baies et des arcatures est surligné par un coup de truelle en demi-cercle.

58Parfois, cette mise en œuvre est modifiée, et au lieu des seuls joints horizontaux, le maçon trace avec la pointe de la truelle des joints verticaux. Le parement est alors traité en faux-appareil (fig. 77b). Ce traitement n’est pas spécifique à la période romane. On le rencontre indifféremment pendant tout le haut Moyen Âge, il ne forme donc pas un indice précis de datation. Les murs de l’édifice antique, découverts sous la priorale Saint-Martin à Aime, en sont recouverts (lignes horizontales simples associées à des lignes verticales doubles), il en va de même pour l’édifice du haut Moyen Âge (sans doute carolingien ; lignes horizontales et verticales simples). Une longue tradition est donc ici reproduite. Il est intéressant de voir qu’à Saint-Jean-de-Maurienne, site qui présente ces différents traitements de surface pour le XIe s., ces faux joints sont appliqués sur la partie la plus ancienne, à l’extérieur de l’abside. A-t-elle été érigée à une période de transition où les habitudes des maçons sont portées vers le faux-appareil ? Ces questions ouvrent donc plus largement sur l’histoire des techniques et sur les traditions locales liées à la construction.

77- Joints marqués à la truelle

77- Joints marqués à la truelle

a) Eglise Saint-Martin d’Aime
b) Saint-Jean-de-Maurienne

59En Savoie, au XIe s., le joint marqué à la truelle est associé à une maçonnerie de moellons de petites ou de moyennes dimensions, le plus souvent cassés au marteau, ou de pierres de ramassage (galets ou éclats de pierres) liés par un mortier qui s’avère le plus souvent d’une extrême dureté. Tous les bâtiments, dont les parements anciens subsistent, et dont la référence au XIe s. est corroborée par le plan et les faits historiques, présentent des mortiers marqués à la truelle - citons les édifices majeurs : la cathédrale de Moûtiers et la priorale Saint-Martin d’Aime. Dans la définition que donnait E.-L. Borrel du parement du XIe s., il constatait déjà que “... les murs du XIe s. sont construits avec des moellons bruts, placés en rangs comme le petit appareil, lesquels sont entremêlés de quelques lignes à arêtes de poisson. Les joints sont épais et passés au fer. Le mortier employé à profusion est excellent...” (Borrel 1884).

60Les versants transalpins montrent tout autant d’exemples de même ordre : quelques vestiges conservés sur les bas-côtés de la façade ouest de l’abbaye de la Novalèse ou sur le campanile de l’abbaye de Fruttuaria ; dans le val d’Aoste, les élévations intérieures de l’église Saint-Vincent de Villeneuve, le campanile de la collégiale Saint-Ours. Cette mise en œuvre s’inscrit dans un contexte qui dépasse largement les barrières géographiques de l’arc alpin. On trouve des maçonneries ainsi réalisées dans des horizons chronologiques assez identiques aussi bien en Vivarais (les murs de la nef de Bourg-Saint-Andéol ou à Meysse), en Bourgogne (Saint-Philibert de Tournus, transept de Cluny III), en Auvergne (Saint-Michel d’Aiguilhe) et plus proche de la Savoie, dans l’Ain (Ambronay, Bagé) ou encore dans l’Isère (Salaise-sur-Sanne).

Le choix des couleurs

61Cette étude rejoint celle des matériaux de construction car les pigments utilisés dans la mise en couleur des églises sont pour la plupart empruntés à la région.

62Le choix des couleurs se fait à partir de minéraux naturels dont les Alpes sont abondamment pourvues. À Saint-Jean-de-Maurienne, les joints marqués à la truelle, dans la crypte et à l’extérieur de l’édifice, sont rehaussés d’ocre. Des filons ferrugineux sont discernables un peu partout aux alentours de la ville et notamment sur le site du Grand Châtelard qui comprend des filons d’hématite brune ou rouge et de limonite : les premiers offrant des teintes rouges ou brunes et les seconds, jaunes.

63L’enduit peint recouvrant la partie sommitale interne du mur gouttereau de la nef est constitué d’une alternance de rectangles jaune et rouge. L’enduit est passé avec un manque de soin certain ; il est vrai qu’il s’agit du décor de frise qui marque la partie sommitale de l’édifice et qui n’était pas visible de près. L’analyse physico-chimique de cet enduit et de sa couche picturale montre que du cinabre entre dans la composition de la teinte rouge, et non de l’hématite comme nous pouvions le penser au premier abord. Ce minerai, associé à des filons de plomb et de zinc, n’est pas fréquent. A priori, il n’existe pas de gisements à proximité immédiate de Saint-Jean-de-Maurienne, notamment sur le site du Grand Châtelard qui recèle une variété considérable de minéraux. En revanche des filons de cinabre à l’état natif sont connus à La Mure près de Vizille (Isère), aux lieux-dits l’Aup ou Combe Guichard ou la Californie. Ce gisement est éloigné du site de plus d’une cinquantaine de kilomètres. Mais cette distance est moindre que celle des seules carrières répertoriées, par les textes, dans le monde médiéval et qui sont situées en Espagne.

  • 150 Des études récentes le montrent bien. On peut citer les études géologiques de A. Blanc sur la prove (...)

64L’analyse fine des maçonneries - appareil et liant - nous permet d’aborder l’organisation d’une construction monumentale : elle fait appel à un savoir-faire bien maîtrisé, qui est tributaire d’un choix d’approvisionnement local ; ce dernier étant intimement lié au problème de transport. Par leur constitution, les montagnes, riches en gisements de toutes sortes, étaient de nature à faciliter l’éclosion de monuments importants à condition qu’ils fussent facilement exploitables et leur production aisément transportable. Ce qui n’a pas été toujours le cas. Il est évident que, dans une région où transporter des matériaux de construction posait souvent des problèmes insurmontables, les constructeurs ont recherché les gisements les plus proches. Et il semble que, mis à part quelques cas exceptionnels, les constructeurs ont toujours recherché des gisements à moins d’une vingtaine de kilomètres du lieu de construction150. On peut aussi s’interroger sur les problèmes de droit qui concernent la propriété et l’exploitation des gisements. Les sources textuelles ne nous apportent aucun renseignement. La seule information en notre possession sur cet aspect nous est fournie par la désignation actuelle (le Mont de l’évêque) de l’emplacement des anciennes carrières d’albâtre. Cette tradition indique-t-elle que l’évêque était propriétaire des carrières ?

65Si l’on regarde les matériaux employés sur les versants italiens des Alpes, on constate que les constructeurs ont été confrontés aux mêmes problèmes et qu’ils les ont résolus de la même façon : on citera par exemple l’abbaye de la Novalèse, édifice majeur du monde monastique du XIe s. Nous sommes dans le contexte d’une économie qui fonctionne sur un mode autarcique et qui tend donc à tirer le parti le plus intéressant des matériaux qui se trouvent à proximité. Il se trouve que ceux-ci apparaissent moins nobles que l’opus quadratum, mais leur mise en œuvre, loin d’être bâclée, montre une excellente technique, qui est confirmée par la qualité remarquable des mortiers.

66Comment les matériaux peuvent-ils être utilisés comme facteur de datation ? On rencontre ici un problème de méthode. Un seul indice pris isolément ne peut en soi autoriser une affirmation péremptoire. Seule la conjugaison de plusieurs facteurs peut permettre de tendre vers une datation relative. La mise en œuvre des blocs de construction caractérise des édifices chronologiquement bien définis, soit grâce à une datation offerte par des analyses en laboratoire comme à Saint-Jean-de-Maurienne, soit en associant des caractéristiques architecturales spécifiques (arcature, lésènes). Alors seulement, une maçonnerie constituée d’un petit appareil parfois disposé en oblique, lié par un mortier marqué à la truelle, semble bien définir une construction de l’époque romane (XIe s. au sens large). D’autre part, lorsqu’on observe des maçonneries plus tardives, castrales ou vernaculaires, on constate très vite que les blocs employés (galets ou schiste) sont de dimensions importantes et liés avec un mortier de gypse (greya) de couleur rose, ce qui n’est pas le cas pour le XIe s. On remarque aussi qu’il y a un changement très net dans le choix des matériaux et ceci particulièrement pour le XVe s. :

67- à Saint-Jean-de-Maurienne, la reconstruction du chevet utilise de grandes pierres de taille en tuf en parement extérieur alors que le gros-œuvre est réalisé en galets ;

68-à Moûtiers, les aménagements du mur de façade, les soubassements des murs gouttereaux de la cathédrale, ainsi que les fenêtres en arc brisé ouvrant dans le transept sud, sont réalisés en calcaire compact subcristallin gris clair (Combaz Rampoux 1992).

Le bois dans la construction

69Le bois d’œuvre intervient à tous les stades de la construction : des fondations où pieux et planches permettent de consolider les maçonneries, à l’échafaudage jusqu’à la charpente. Or, l’architecture est souvent réduite à la construction en pierre. Cette dernière constitue, en effet, l’essentiel de la maçonnerie courante : elle est visible et directement palpable. Le bois, en revanche, est dissimulé dans la maçonnerie, s’il s’agit de tirants ou de boulin, ou sous les toitures. Son étude est donc plus délicate. L’usage du bois dans la construction peut être approché par l’intermédiaire des empreintes qui subsistent dans les parois murales. La lecture de l’échafaudage par l’intermédiaire de l’analyse des trous de boulin demeure une des facettes de l’archéologie du bâti qui permet de mieux comprendre l’organisation du chantier de construction. L’analyse des combles apporte des données importantes sur le mode de couvrement de ces grandes églises romanes. Si à Moûtiers, seul le transept porte encore les traces de la charpente ancienne, à Saint-Jean-de-Maurienne, en revanche, la découverte des entraits constituant la charpente de la cathédrale du XIe s., conservée sous les structures en bois du XVe s. (voûtes d’ogives puis charpente), revêt un caractère exceptionnel pour cette partie des Alpes.

L’échafaudage

  • 151 Les échafaudages indépendants et encastrés sont parmi les plus répandus : les plateaux sont soutenu (...)

70Cette recherche a permis de renouveler profondément la connaissance de ces cathédrales dans leurs aspects les plus divers : la chronologie du bâtiment et ses phases de construction, le chantier de construction médiéval (matériau, techniques de mise en œuvre...). Parmi ces données, l’étude de l’échafaudage est très vite apparue comme un moyen d’aborder la question de l’organisation humaine et matérielle du chantier. L’échafaudage est, en effet, un ouvrage en bois indispensable à l’édification d’un bâtiment. Or, l’étude de ce type de structure présente une difficulté majeure : c’est sa disparition. L’échafaudage est systématiquement démonté après l’achèvement de la construction. Aussi, pourrait-il sembler paradoxal de s’intéresser à des éléments totalement disparus. Fort heureusement, ces ouvrages laissent des empreintes dans la maçonnerie et parfois dans le sol. Les fouilles menées à Cruas (Ardèche) dans l’ancienne église abbatiale par J. Tardieu ont montré que les perches pouvaient être engagées dans des trous taillés dans les sols de propreté du chantier (L’échafaudage...collectif 1996). Les points d’ancrage dans la maçonnerie, que tout visiteur a pu observer dans les bâtiments anciens, se nomment ‘trous de boulin’. Ces traces permettent de reconstituer les structures en bois montées lors de l’édification du bâtiment. On distingue alors plusieurs types d’échafaudage qui coexistent au Moyen Âge : indépendants, encastrés ou ancrés, volants151.

71L’étude du trou de boulin offre un champ d’investigations extrêmement varié : les matériaux, les contraintes de montage liées à la construction, l’utilisation de ces structures par les hommes. Nous nous sommes rapidement vu confronté à l’absence d’une méthode archéologique spécifique, que ne palliaient en rien l’histoire et l’iconographie médiévale. Il est apparu nécessaire de proposer une analyse de l’échafaudage passant par une codification précise de ces traces.

72L’analyse du trou de boulin s’effectue en plusieurs phases. Après un repérage métrique, se pose la question du rapport entre le trou de boulin et l’appareil dans lequel il est construit. Il s’agit bien là d’analyser l’objet en soi. Par extension, la section du trou de boulin définit celle du bois employé. Les dimensions obtenues sont autant d’indications sur la production de bois et sur l’approvisionnement du chantier. Il convient aussi de définir les relations qui lient le trou de boulin et la structure maçonnée, aussi bien en plan qu’en élévation. De cette étude se dégage l’organisation de l’échafaudage dans ses liens étroits avec la technologie du chantier et avec la répartition humaine des tâches.

Le bâti d’échafaudage

73Les techniques de construction employées au XIe s. par les constructeurs des cathédrales Saint-Jean-Baptiste et Saint-Pierre sont similaires.

Le trou de boulin : construction, modules

74Le trou de boulin est l’empreinte, en négatif, des bois qui soutenaient les planchers, appelés aussi platelages, permettant aux ouvriers de réaliser la mise en œuvre du bâti (fig. 78).

75La constitution du trou de boulin est indissociable du mode de construction du bâtiment. La maçonnerie en petit appareil nécessite l’aménagement de trous de boulin maçonnés. La hauteur du trou représente la hauteur de l’assise dans laquelle il est intégré. Les ouvertures sont obtenues par le décalage d’une pierre dans une assise. On obtient ainsi la configuration suivante :

  • la base de l’ouverture est constituée de l’assise sur laquelle reposera le boulin. Cette dernière n’est pas différenciée par l’emploi d’une pierre spécifique ;

    • 152 À Moûtiers, il s’agit toujours de blocs de schiste de grandes dimensions.

    pour le linteau, on utilise en revanche une pierre longue152 dont les extrémités prennent appui sur les blocs latéraux ;

  • les piédroits peuvent être constitués par des pierres de dimensions plus importantes que celles de l’assise. À Moûtiers, où le pourcentage de galets employés dans la maçonnerie est moindre qu’en Maurienne, le piédroit est toujours réalisé à l’aide d’une unique pierre en schiste ou tuf. À Saint-Jean-de-Maurienne, lorsque la pierre employée dans la constitution du piédroit n’est pas suffisamment haute - dans le cas d’un petit galet disposé en oblique, par exemple - une forte épaisseur de mortier vient combler le manque. De la même façon, à Moûtiers, sur le mur du massif occidental, un piédroit est obtenu par empilement de schiste délité largement englobé dans le mortier.

78- Trous de boulin

78- Trous de boulin

L’entrée du trou de boulin

76Les joints marqués à la truelle viennent toujours mourir en bordure de l’ouverture afin de terminer correctement le parement des piédroits. Ainsi les entrées sont-elles nettement discernables lors de la lecture de l’élévation, même lorsqu’elles sont bouchées. Ces obturations sont réalisées à l’aide de matériaux divers - mortier, brique et tuf - souvent mis en place lors du crépissage des façades au XIXe s. Les trous de boulin présents sur les parements intérieurs sont généralement libres.

77Ces ouvertures forment des orifices carrés ou parfois rectangulaires. Leurs dimensions varient de 0,10 m à 0,15 m à Moûtiers (au sommet de la tour sud, les entrées vont jusqu’à 0,18 m) et, entre 0,14 m et 0,20 m à Saint-Jean-de-Maurienne. Pour ce dernier exemple, la section des entrées augmente dans la partie orientale du bâtiment. La construction en petit appareil interdit, de fait, la standardisation des ouvertures. La relative régularité des trous de boulin est donc induite par le choix de la section des bois.

Rapport entre la gaine et la structure maçonnée

78À Saint-Jean-de-Maurienne, la gaine du trou de boulin possède une longueur à peu près constante comprise entre 0,82 m et 0,90 m de long. Sachant que l’épaisseur du mur est de 1 m, et que la longueur moyenne des gaines est peu différente de cette mesure maximum, on peut tout à fait supposer que les ouvertures intérieures ont été obturées en vue de la pose de l’enduit (retrouvé en place au-dessus de la voûte gothique). Cette hypothèse est renforcée par l’existence d’un trou de boulin traversant, situé à l’extrémité orientale de la nef.

79L’étude de la cathédrale Saint-Pierre met clairement en évidence l’existence de deux catégories de trous de boulin : les traversants et les borgnes. Ces dernièrs tirent leur appellation de leur morphologie. La gaine est, en effet, aménagée sur une partie seulement de l’épaisseur du mur. Les gaines présentent des longueurs variées, mais elles forment des groupes homogènes en fonction de leur répartition. Les trous borgnes ont été repérés sur l’extrémité occidentale, dans les parties basses. Les gaines mesurent alors entre 0,25 et 0,60 m. Les trous de boulin traversants sont présents dans les parties hautes des édifices. Les gaines se rapprochent de la largeur totale du mur dans lequel elles sont observées. De la même façon qu’à Saint-Jean-de-Maurienne, les ouvertures intérieures sont, semble-t-il, obturées en vue de la pose d’un enduit. Cette spécialisation des trous de boulin entre parties basses et parties hautes est sans doute en lien direct avec des problèmes de stabilité de la structure charpentée.

80Les trous de boulin de l’abside n’ayant pu être débouchés, nous ne possédons donc aucune information ni sur leur orientation exacte - puisque nous sommes dans la réalisation d’une maçonnerie courbe - ni sur leur profondeur.

Les perches

81L’échafaudage ancré est constitué de deux types de supports : les supports horizontaux, les boulins et des supports verticaux, les perches.

82La répartition des trous de boulins en colonnes rigoureusement verticales indique que les boulins, supports des platelages horizontaux, étaient reliés à des perches de soutien. Le fait est confirmé par la faible profondeur de certains trous de boulins à Moûtiers, notamment dans les parties basses, qui rend inévitable l’utilisation d’une perche : son absence ou l’usage d’un étai oblique, appelé lien, entraînerait un effet de bascule.

83À Saint-Jean-de-Maurienne, les trous de boulin sont présents à l’étage des fenêtres hautes, les piliers qui soutiennent les grandes arcades en sont a priori dépourvus. Cependant, la restauration des années 1970 a largement réenduit les maçonneries et a ainsi pu faire disparaître les traces de ces empreintes. On peut supposer que l’échafaudage était indépendant du mur dans les parties basses, puis ancré dans la maçonnerie au niveau supérieur. Néanmoins, les piliers de l’église Saint-Martin à Aime sont marqués de trois trous de boulin, alignement qui guide la répartition des trous suivants dans l’élévation. Au niveau des arcades, deux trous de boulin sont superposés ; l’alignement supérieur a été perturbé par le redressement du mur.

84La connaissance que nous avons des éléments raidisseurs de la structure est bien sûr toute théorique, puisqu’en l’absence d’une fouille des sols, nous sommes dans l’incapacité d’en évaluer le mode d’amarrage. Cependant, on en connaît quelques exemples : les perches peuvent être haubanées comme à Cruas (Ardèche), soit calées sur les libages comme dans le grand transept de Cluny (Saône-et-Loire) (Collectif 1996).

Répartition des trous de boulin et système d’échafaudement

85À Saint-Jean-de-Maurienne, le mur extérieur de la nef principale est marqué par onze trous de boulins conservés, le percement des baies gothiques, au milieu du XVe s., a, en effet, condamné la lecture exhaustive du système d’échafaudage de cette façade.

86À Moûtiers, le mur sud du massif occidental est marqué par neuf trous de boulin, la partie basse est occultée par une reprise en sous-œuvre du XVe s. Le transept n’en a livré que deux : un trou de boulin est conservé dans le mur de fond du bras sud et, un second, dans les parties hautes du parement intérieur du bras nord. En revanche, l’extrémité orientale possède de nombreuses traces d’échafaudage, aussi bien sur la tour sud (par rangée de trois sur toute la hauteur) que sur le chevet. L’organisation verticale et horizontale de ces négatifs est riche d’enseignement sur le bâti d’échafaudage et sur son utilisation.

87Le schéma de répartition des trous de boulin est très régulier. À Saint-Jean-de-Maurienne comme à Moûtiers, lorsque les murs sont rythmés par des lésènes ou des contreforts, les trous de boulin sont alors répartis à droite ou à gauche de ces structures bornantes. À Saint-Jean, un seul trou de boulin est placé à gauche d’une baie à hauteur de l’amorce de l’arc. Des contraintes spécifiques à la construction de cette baie ont dû nécessiter un tel emplacement, disposition qui est fréquente pour la mise en œuvre des fenêtres.

88L’interprétation du maillage des trous de boulin, notamment du massif occidental ou de l’extrémité orientale, montre, nous l’avons vu, que les boulins étaient attachés à des perches de soutien. Deux exceptions sont néanmoins remarquables : le maillage de la tour sud et celui de la travée de chœur.

89- Sur la tour sud, la distribution des trous de boulin s’effectue de part et d’autre d’une verticale, qui peut mettre en évidence la présence d’aboutement de perches. La typologie établie par N. Reveyron pour la cathédrale Saint-Jean à Lyon permet de proposer l’organisation suivante : la colonne, la plus au sud, semble régie selon le type dyaxial décalé (type 4), alors que la colonne, la plus au nord, est ordonnée selon le type alterne-interne (type 5).

90- La travée de chœur est marquée par une colonne unique de trous de boulin ; l’implantation du premier négatif ne suit pas la même logique que les autres : il est, en effet, déporté vers la liaison tour - travée de chœur. En revanche, les suivants sont parfaitement distribués de part et d’autre d’une même ligne verticale.

Système d’échafaudage et organisation du chantier

91L’organisation verticale et horizontale des trous de boulin offre de précieux renseignements sur le bâti d’échafaudage et sur son mode d’utilisation.

Platelages et circulation

  • 153 1,30 m entre TB1 - TB2 ; 1,10 m entre TB3 - TB4 ; 1,00 m entre TB5 - TB6 et TB7 - TB8. Sous TB9 et (...)

92À Saint-Jean, les boulins sont associés deux à deux selon une verticale parfaite. Entre chaque paire, les hauteurs oscillent entre 1,30 m et 1,00 m153. Ces dimensions permettent de mesurer les hauteurs de plancher :

  • entre 1 m et 1,20 m, ce sont les hauteurs idéales bien adaptées au travail de l’ouvrier ;

  • au-delà de 1,20 m, en revanche, le maçon ne pourra plus aussi facilement intervenir dans la construction de son mur ; il est fort probable que les hommes travaillent directement sur le mur, ce dernier servant aussi bien de lieu de stockage des matériaux que de circulation.

Unités modulaires

93Horizontalement, les boulins supportent le platelage (ou plancher) de l’échafaudage. À Saint-Jean, sur une même ligne, on constate des différences de niveaux entre boulins de 0,20 m à 0,30 m. Ceci indique que le plancher ne forme pas une ligne horizontale unique sur toute la longueur de la façade. Il est constitué de tronçons, définissant des unités d’échafaudage spécifiques.

94D’autres informations permettent d’affiner la connaissance de cette structure. D’une part, les lésènes (même si elles ne débordent que d’une dizaine de centimètres) doivent intervenir comme butée pour bloquer les premières planches du platelage. D’autre part, les gaines des trous de boulin présentent des orientations précises. Elles sont construites en biais et non perpendiculairement au parement. En partant de l’ouest, les quatre premiers trous de boulin sont tournés vers l’est, les cinq suivants vers l’ouest, les deux derniers sont proches de la disposition perpendiculaire par rapport au mur. Cette disposition en biais n’est pas fortuite et trouve deux explications :

  • en premier lieu, les constructeurs ont cherché à développer la portée des boulins, afin d’augmenter au maximum la largeur du passage ;

  • en second lieu, la différence d’orientation entre les trous de boulins répartis à l’ouest et ceux à Test traduit une organisation bien particulière de la structure. En effet, les trous de boulins occidentaux interviennent dans la construction de la façade ouest ; on obtenait ainsi un échafaudage tournant qui facilitait la cohésion de la construction de cette partie délicate.

95Dans le cas de Moûtiers, les éléments bornants (lésènes ou contreforts) sont aussi utilisés comme butées pour bloquer les planches du platelage. Dans le cas de l’espace occidental, leur utilisation permet de concevoir l’autonomie d’un échafaudage qui se développe sur la tourelle d’escalier. Pour la tour orientale, le platelage intérieur s’organise en fonction des chaînes d’angle, ce qui est très fréquent dans la construction de ce type d’édifice. Pour des surfaces étroites comme les tours, on rencontre des lignes très serrées de trous de boulin : trois par platelage avec deux colonnes très rapprochées (0,90 m). Les constructeurs (échafaudeurs ou maçons) organisaient la construction de planchers rigides sur des pans de murs étroits, afin d’obtenir la plus grande sécurité possible.

Structure mixte : tréteaux et échafaudage encastré

  • 154 Cette façade est ponctuée par trois alignements de six trous de boulin.

96À Moûtiers, les premiers platelages débutent relativement haut par rapport au sol actuel : celui du massif occidental à 4,40 m ; celui du chevet à 3M ; celui de la tour sud à 4,20 m. Cette observation prouve que les constructeurs utilisaient pour les parties basses un mode d’échafaudement différent, de type “tréteau” qui représente une infrastructure plus mobile qu’un échafaudage ancré dans le mur. Cependant, à partir d’une certaine hauteur, il devenait plus commode pour les maçons de circuler sur un plancher plus ou moins solidaire de la construction en cours. L’observation de la façade occidentale de l’église Saint-Martin à Aime montre un schéma identique. Les premiers trous de boulin sont présents au niveau de la base des arrachements des bas-côtés154.

97Le premier platelage du chevet débute plus bas que les autres. Il est par ailleurs distant des autres lignes de plancher de 1,25 m, alors que les suivants sont distants de 0,90 m environ. On remarque d’ailleurs que le second platelage est en parfaite adéquation avec le premier platelage de la tour sud. Une hauteur à peu près constante de 0,95 m, sur l’ensemble du bâtiment, sépare chaque platelage.

  • 155 C’est ce que démontre l’ensemble cohérent, horizontalement et verticalement, que forment les quatre (...)

98Les cathédrales Saint-Jean et Saint-Pierre sont érigées à l’aide d’un système identique d’échafaudage : l’échafaudage encastré de pied. Néanmoins, l’étude de la répartition des trous de boulin démontre l’utilisation d’une structure évolutive. En effet, l’échafaudage est constitué de modules autonomes dans leur système de montage. C’est le parti employé sur la cathédrale Saint-Jean en Maurienne. Pour remédier à la grande longueur de la nef (plus de 40 m), les constructeurs juxtaposent des modules, à la fois autonomes155 offrant ainsi des garanties de sécurité, et liés entre eux, pour permettre aux ouvriers une circulation aisée sur la longueur du plateau. Par ailleurs, ce choix est en relation avec une construction mise en œuvre par tranches : on le constate notamment avec la construction d’une structure charpentée enveloppant le pignon occidental de la cathédrale.

99À Moûtiers, plusieurs types d’échafaudages se conjuguent et démontrent, là aussi, le caractère évolutif du système. Un dispositif sur tréteaux est utilisé pour les parties basses de la construction, dispositif qui est totalement indépendant de la paroi. À partir d’une hauteur de mur de 4 m environ, les constructeurs installent un système d’échafaudage de pied encastré.

100La constitution du dispositif d’échafaudage de la cathédrale Saint-Pierre est donc relativement homogène, démontrant ainsi une réelle conception d’ensemble de la construction et non des apports au coup par coup. Des ruptures sont néanmoins discernables ici ou là : hauteur différente entre platelages, différence dans l’alignement vertical. Cependant, elles n’indiquent pas forcément des phases chronologiques dans la construction. Elles sont, plutôt, induites par des nécessités ponctuelles, dont les causes ne sont pas toujours faciles à dégager. Ainsi pour l’ensemble oriental de Moûtiers, la différence de répartition des trous de boulin suscite des interrogations : le sol autour de l’abside était-il plus accidenté ? Ou la présence de la crypte a-t-elle induit l’utilisation plus précoce d’un échafaudage encastré ? De même, l’étude du massif occidental montre la présence de deux ensembles : un premier qui est homogène et prend en considération toute l’élévation du parement, puis un système qui devient autonome sur l’élévation de la tourelle d’escalier lorsque la maçonnerie se dissocie du reste de la construction.

101La confrontation des données recueillies en Maurienne et Tarentaise met en lumière la similitude des systèmes d’échafaudage employés pour la construction de cette architecture monumentale : tréteaux, échafaudage encastré modulaire. Les subtilités visibles dans l’organisation de ces structures désignent une conception qui n’est pas le fait d’un simple échafaudeur, mais bien celle d’un homme rompu aux différents métiers du bâtiment, le maître d’œuvre.

Charpente romane et couverture

102Dans l’arc alpin, les voûtes sont rares, la charpente est le couvrement dominant comme dans les régions de montagnes où le bois est omniprésent. La cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne présente les vestiges d’une charpente dite à chevrons formant fermes. Chaque ferme était donc pourvue d’un double système de liens : des contre-fiches, de section importante, soulageaient les efforts de flexion exercés sur les arbalétriers et des jambettes venaient renforcer ce dispositif. Ces liens ont pour la plupart disparu, mais certains ont toujours leurs extrémités inférieures en place, sciés au ras du sol du comble, alors que les autres sont repérables par leurs négatifs dans ce même sol.

103Il serait présomptueux de vouloir établir l’histoire de la charpente romane savoyarde à partir du seul exemple de Saint-Jean-de-Maurienne, d’autant que les vestiges découverts à Moûtiers sont trop imprécis pour réaliser une typologie des couvrements des édifices monumentaux. Néanmoins, l’utilisation d’une charpente à chevrons formant fermes dans un contexte historique bien défini par l’analyse dendrochronologique - rappelons qu’il s’agit des années 10741077 - permet de rattacher cette découverte aux études effectuées dans d’autres régions d’Europe.

104Il apparaît que le XIe s. est nettement marqué par ce type de structure triangulaire où les fermes sont assez rapprochées, à Saint-Jean, elles sont distantes de 1,20 m, dans d’autres exemples, les intervalles sont encore plus réduits puisqu’on trouve parfois 0,85 m. La structure est toujours ainsi décrite : des chevrons formant fermes faiblement inclinés, rapprochés, les chevrons-arbalétriers étant simplement étayés par des poteaux obliques. Le tout est assemblé à mi-bois. Ce mode de couvrement dépasse largement l’espace alpin (Entretiens du Patrimoine 1995). P. Hoffsummer cite l’exemple de l’église Sainte-Gertrude à Nivelles. L’étude d’un bâtiment monastique de la Celle Grandmontaine de Chassay-Grammont à SaintProuant en Vendée montre que le Poitou utilisait le même type de structure (Boissière Delaval 1995). Les exemples ardéchois sont assez similaires, si ce n’est que la pente du toit est plus forte (45°) (Carlat 1995).

105Cette disposition présente des facilités de montage indéniables. Les charpentiers disposaient, par ailleurs, d’un matériau de choix qui est le mélèze abondamment représenté dans le couvert forestier des régions de Tarentaise et de Maurienne (fig. 79). Pline l’Ancien, dans son Histoire Naturelle, qualifiait ainsi ce résineux : “son bois est très apprécié, il ne subit pas l’épreuve du temps, il résiste à l’humidité... le mélèze ne brûle pas, ne subit pas l’altération du feu comme s’il était pierre”. L’emploi du bois n’est d’ailleurs pas synonyme de pauvreté économique. Il s’agit le plus souvent d’un choix délibéré, comme on peut le constater pour la fabrication de la voûte d’ogive qui recouvre la nef de la cathédrale Saint-Jean. Le métier de charpentier devait être indispensable du fait même de sa forte utilisation dans la construction vernaculaire. En revanche, on n’a pas de témoignage dans les édifices religieux d’un art décoratif se développant sur ce support.

79- Saint-Jean-de-Maurienne, extrados des voutes d’ogives construites en mélèze vers 1450

79- Saint-Jean-de-Maurienne, extrados des voutes d’ogives construites en mélèze vers 1450

106L’assemblage à mi-bois nécessite le creusement de la pièce-support afin de recevoir l’extrémité de l’autre pièce, une cheville en bois maintenant le tout en place. L’inconvénient majeur de cette technique est de réduire le bois à l’endroit de l’assemblage, donc de lui conférer un point de faiblesse. C’est pourquoi d’autres modes d’assemblage seront postérieurement adaptés (trait de Jupiter, queue d’aronde...). À Saint-Jean, la charpente s’inscrit dans ce que Jean-Christian Bans (Bans 1995 : 180-191) nomme le système modulaire.

107La charpente de Saint-Jean-de-Maurienne repose directement sur le mur ; la sablière n’est présente qu’au niveau des entraits changés, elle a donc été postérieurement rajoutée. Par ailleurs l’assemblage entrait-arbalétrier se réalise sur l’extrémité extérieure du mur et non à l’intérieur comme tendraient à le montrer les structures charpentées de l’époque antique. Cette disposition n’est héritière que dans une certaine mesure de la charpente romaine. En cela les théories d’Ostendorf se trouvent confortées (Ostendorf 1908).

108Cette structure triangulée était-elle directement héritière de la structure charpentée antique ? Ceci n’est pas sûr. Il est vrai que c’est surtout ces types de structures qui sont pour l’instant reconnus sur les quelques édifices qui portent encore des vestiges de charpente (fig. 80). La découverte d’un poinçon en remploi dans la charpente de la cathédrale Sainte-Marie d’Aoste, daté des environs de 1050, laisse présager ce mode de couvrement.

80- Construction d’une charpente.

80- Construction d’une charpente.

La cité des Dames. C. de Pizan, Paris BNF Fr 607

La toiture

  • 156 La fouille des abords de la cathédrale permettrait peut-être de découvrir des vestiges de cette toi (...)

109Il est difficile de trancher sur les matériaux qui recouvraient la structure charpentée156 : les gisements de schiste pourvoyeurs de lauzes et ceux d’ardoises sont nombreux dans la région. Peu de sites d’exploitation de l’ardoise sont répertoriés avec précision, même si les gisements sont nombreux en haute Tarentaise et haute Maurienne :

  • en Tarentaise, les ardoisières de Cevins exportaient largement leur production hors de Savoie ;

  • en Maurienne, on extrayait des schistes ardoisiers liasiques (bleu-noir) dont l’exploitation de Saint-Colomban (en carrière souterraine) fournit le dernier témoignage. Les ardoises du flysch dites des Aiguilles d’Arves (Montricher, Saint-Julien-Montdenis) sont de moins bonne qualité ; trop calcaires et fragiles, elles se carbonatent avec le temps.

110La faible inclinaison (30°) de la toiture laisse supposer que la structure charpentée était recouverte de lauzes. La forte section des bois (entre 0,20 et 0,25) et l’espacement réduit entre les fermes montrent qu’en dépit de sa simplicité, la charpente était suffisamment solide pour supporter le poids de dalles schisteuses. Elles auraient été portées directement par le voligeage continu et tenaient par l’action de leur propre poids (0,04 m d’épaisseur). C’est pourquoi ce sont souvent les plus grandes qui occupent les rives et les égouts. Des mousses de lichens étaient disposées entre les dalles afin d’améliorer l’étanchéité de la toiture.

111Beaucoup plus minces et plus légères que les lauzes, les ardoises sont percées d’un ou deux trous et fixées par des clous sur le voligeage. Ce mode de couverture s’adapte parfaitement à des pentes un peu plus importantes, pouvant aller jusqu’à 45° d’inclinaison. Comme les lauzes, les ardoises de plus grandes dimensions sont disposées en bordure du toit. Les sites de Saint-Julien-Mont-denis, de Villargondran-Montricher et de Saint-Colomban-lès-Villars étaient susceptibles de fournir une production abondante pas trop éloignée du lieu de construction de la cathédrale.

112Par l’emploi de la charpente et la simplicité des supports, ces bâtiments s’inscrivent dans la continuité des types paléochrétiens et carolingiens. On ne constate aucune innovation : ils utilisent les matériaux les plus faciles à mettre en œuvre, et dont la technique est sans doute la mieux connue. Il n’est qu’à constater la longévité de la charpente romane de Saint-Jean-de-Maurienne et le bel ouvrage effectué au XVe s., des voûtes d’ogives et de la charpente encore en place actuellement. L’évolution architecturale des édifices savoyards est comparable à celle des constructions italiennes voisines, S. Michel à Oleggio ou S. Abondio de Côme notamment.

Notes

128 Le passage des glaciers contraint par la résistance des roches a créé une succession de larges ombilics encombrés de moraines et cloisonnés par des verrous glaciaires. Les rivières de l’Arc et de l’Isère et leurs cours affluents ont sculpté cet ensemble en profondes vallées.

129 Première période de l’ère secondaire marquée par 3 faciès caractéristiques (grès bigarrés, calcaires coquilliers, marnes irisées) correspondant à trois phases sédimentaires.

130 - Jurassique inférieur, situé entre le Trias et le Crétacé.

131 De dimensions variables - allant de 0,19 m x 0,08 m pour les blocs les plus petits, jusqu’à 0,87 m x 0,23 m pour les blocs les plus gros.

132 Il s’agit de molasses gréso-glauconieuses burdigaliennes, notamment exploitées près de Chambéry (Chalou).

133 On rencontre des granits dans le Beaufortin ou vers Epierre en Maurienne.

134 Le parement emploie principalement le calcaire, il est caractérisé par des portions d’assises en oblique en schiste ; ce matériau confère au mur un aspect très différent des parements du chevet ou du transept.

135 Entre 0,50 m et 0,80 m de long et 0,10 m à 0,20 m d’épaisseur.

136 Le filon, encore exploité de nos jours, fournit de la pierre de ballast et non de la pierre à bâtir.

137 Nous avons fait appel à M. Debelmas, professeur émérite de géologie, qui a bien voulu établir la qualité des matériaux présents dans ces édifices. Nous l’en remercions vivement.

138 En moyenne 5 cm.

139 La construction en tuf du clocher de Montgellafrey désignerait peut-être une mise en œuvre du XIIe s.

140 Le gypse est un sulfate hydraté à aspect vitreux translucide, nacré ou soyeux suivant les faces, en cristaux tabulaires ou lenticulaires. L’anhydrite est aussi un sulfate du système orthorhombique en cristaux tabulaires à trois clivages orthogonaux.

141 Les claveaux sont disposés en léger retrait par rapport au piédroit. Cette observation témoigne de la façon dont ces arcs ont été constitués : un cintre en bois semi-circulaire était disposé en partie sur les jambages des fenêtres. Une série de planchettes, dont on voit très distinctement les empreintes, étaient disposées en cône afin de former les ébrasements intérieurs et extérieurs de ces baies. Une fois la construction consolidée et le cintre ôté, un enduit blanc laiteux est venu recouvrir l’ébrasement intérieur de la baie, l’ébrasement extérieur est, quant à lui, recouvert d’un simple badigeon blanc.

142 Lors de travaux de restaurations menés en 1981 sur l’abbatiale de Romain-môtier, P. Eggenberger a constaté que les façades extérieures de l’église étaient dès le début crépies et recouvertes de pigments rouge et bleu pour les claveaux. Une alternance de couleurs rouge et blanche avait été choisie pour la mise en valeur des arcatures et de la corniche majeure de la tour (Sennhauser 1995 : 285-296).

143 Par exemple à S. Pietro di Gemonio, des bandes peintes en blanc et rouge feignent l’alternance entre le rouge de la brique et la teinte claire du calcaire.

144 Gisement des Etroits du Siaix. Calcaire cristallin de couleur rosé, d’aspect pailleté.

145 Ces blocs proviennent-ils de l’édifice circulaire mis au jour par E. L. Borrel ?

146 Notre étude du clocher-porche de la priorale de Saint-Rambert-sur-Loire le démontrait.

147 V. Lassalle (Lassalle 1970 : 13) cite des sarcophages remployés comme reliquaires, tables d’autel ou cuves baptismales.

148 Adam 1989 : 130-132. Cet appareil est constitué de chaînes verticales de blocs de grand appareil, dans lesquelles alternent des pierres verticales et des pierres horizontales dépassant latéralement. Ces empiétements constituent les éléments porteurs du mur, reliés au remplissage de moellons par les saillies des pièces horizontales. C’est ce que les italiens appellent “appareil à cadre”, technique qui allie ossature et remplissage.

149 Peut-on y voir l’influence d’un grand centre romanisé comme Aix-les-Bains ?

150 Des études récentes le montrent bien. On peut citer les études géologiques de A. Blanc sur la provenance géologique des matériaux de construction ayant servi à l’édification de Cluny III, ou l’étude des textes sur la construction de l’abbaye de la Chaise-Dieu, effectuée par F. Constantini, ou le même type d’étude réalisée par M. Jenzer sur le chantier de Saint-Hippolyte de Poligny.

151 Les échafaudages indépendants et encastrés sont parmi les plus répandus : les plateaux sont soutenus par des rangs de perches dressés parallèlement au parement. Les échafaudages volants appartiennent à des structures d’appoint (passerelles...). (L’échafaudage... collectif 1996)

152 À Moûtiers, il s’agit toujours de blocs de schiste de grandes dimensions.

153 1,30 m entre TB1 - TB2 ; 1,10 m entre TB3 - TB4 ; 1,00 m entre TB5 - TB6 et TB7 - TB8. Sous TB9 et TB10, les trous de boulins sont cachés par la toiture du bas-côté sud.

154 Cette façade est ponctuée par trois alignements de six trous de boulin.

155 C’est ce que démontre l’ensemble cohérent, horizontalement et verticalement, que forment les quatre trous de boulin de la travée occidentale.

156 La fouille des abords de la cathédrale permettrait peut-être de découvrir des vestiges de cette toiture.

Table des illustrations

Titre 72- Représentation d’un ouvrier taillant une pierre
Crédits (Bibliothèque Municipale de Lyon, Ms 408, f. 144v°)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre 73- Saint-Pierre d’Extravache, mur gouttereau sud, disposition en épi
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1872/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 74- Saint-André de Sorède, la construction en galets est réglée par des assises horizontales
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1872/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre 75- Saint Jean-Baptiste, la fenêtre haute de la nef alterne pierres de tuf et anhydrite
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1872/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 76 - L’église priorale Saint-Martin à Aime, les chaînes d’angle sont composées de grandes pierres d’époque romaine en remploi
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1872/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre 77- Joints marqués à la truelle
Légende a) Eglise Saint-Martin d’Aimeb) Saint-Jean-de-Maurienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1872/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 78- Trous de boulin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1872/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 79- Saint-Jean-de-Maurienne, extrados des voutes d’ogives construites en mélèze vers 1450
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1872/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 80- Construction d’une charpente.
Crédits La cité des Dames. C. de Pizan, Paris BNF Fr 607
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1872/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 615k

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter