Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cathédrale Saint-Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne

 | 
Isabelle Parron-Kontis

Chapitre 3. Le groupe épiscopal de Saint-Jean-de-Maurienne

Texte intégral

1Si des remaniements architecturaux et des nécessités urbanistiques ont modifié le site, la structure des édifices romans est particulièrement bien conservée. Entourée de son cloître gothique et de l’église Notre-Dame, la cathédrale Saint-Jean-Baptiste constitue le cœur de l’ensemble épiscopal mauriennais (fig. 39).

39- La cathédrale Saint-Jean-Baptiste et l’église Notre-Dame en Maurienne

39- La cathédrale Saint-Jean-Baptiste et l’église Notre-Dame en Maurienne

2Elle est conçue selon un plan simple, mais vaste. Le vaisseau est divisé en trois nefs par deux rangs de piliers quadrangulaires. Le mur sud de la nef est percé par une série de chapelles funéraires. Au nord, la chapelle Saint-Joseph ouvre largement dans la deuxième travée de la nef et forme l’un des bâtiments qui fait retour dans le cloître. Ce dernier se développe largement sur le flanc nord du bas-côté. L’extrémité orientale est constituée d’un chœur profond, terminé par une abside à pans coupés, érigé au XVe s. Au nord, une petite chapelle à fond plat est utilisée comme chapelle d’hiver. On remarque un dénivelé important entre le sol de cette dernière, la nef et le chœur. Le flanc sud du chevet est occupé par une maison dont le rez-de-chaussée accueille la sacristie. Une crypte, mise au jour dans les années 1960, se développe sous la nef centrale, à l’emplacement de l’ancien chœur roman.

3À l’époque, cette découverte a suscité une âpre polémique. À ceux qui aimaient voir en ces murs les vestiges de l’église primitive du groupe épiscopal, Jean Vallery-Radot et Jean Hubert ont apporté des arguments décisifs : cet espace est une crypte édifiée à l’époque romane. Néanmoins, cette crypte à deux salles successives, plan peu fréquent dans l’architecture romane, les différences de traitement des parois murales et des chapiteaux qui composent l’ensemble, laissent subsister quelques interrogations touchant principalement la structure primitive de la crypte. Les travaux réalisés depuis portant sur les aspects morphologiques de la cathédrale (Charrière-Bresson 1983) ou sur son décor (Chatel 1981 et Casartelli-Novelli 1991 : 1-48) ont tenté d’apporter des réponses à ces questions. Plusieurs années de réflexion sur cet ensemble nous permettent aujourd’hui d’approcher d’un peu plus près la réalité architecturale de cette crypte, mais aussi de ce groupe épiscopal.

Les sources archéologiques

Les travaux anciens

4La présence de substructions sous le chœur de la cathédrale a été signalée dès le XIXe s. Le chanoine Angley relate cette découverte effectuée en 1826 :

« Pour donner plus de place aux fidèles et diminuer le trajet de la sacristie à l’autel de la paroisse et au chœur dans les officiatures pontificales, on allongea la nef, transportant au sommet les cinq premières stalles de chaque côté et abaissant le sous-pied de cette travée au niveau de celui de la nef. On retrouva sous le chœur actuel des voûtes bien conservées, soutenues par des colonnes d’une pierre blanche, commune dans nos environs et entre autres, un œil de bœuf dont le ciment qui y était appliqué n’avait rien perdu de sa blancheur éclatante. » (Angley 1846 : 420)

5On reconnaît ici la découverte de la salle occidentale de la crypte et de la fenestella. Ces investigations en restèrent là et la découverte ne fut pas exploitée.

6Il faut attendre le début du XXe s. pour que la présence de ces vestiges pique à nouveau la curiosité de quelques érudits. Ainsi en 1902, à la demande du chanoine Brunet, supérieur du Petit Séminaire, plusieurs sondages archéologiques, autorisés par le chapitre et le conseil de fabrique, sont réalisés en différents endroits du chœur et de la travée orientale de la nef (Brunet 1904 : 161-170). Voici en substance ce qui fut découvert dans chacun de ces sondages :

  • le sondage 1 est effectué dans la dernière travée de la nef. À 0,30 m du sol de la nef, un mur de 1,60 m d’épaisseur est mis au jour. Il est dit « perpendiculaire à l’escalier » et coupé à une extrémité par un autre mur de faible épaisseur, celui-ci étant « parallèle à l’escalier ». On descend la fouille sur 1,50 m de profondeur. Les remblais sont constitués de matériaux divers, selon une vague description qui ne mentionne que terre et pierres. Dans ce sondage, on met au jour le mur de refend séparant les deux salles de la crypte ;

  • le sondage 2 est réalisé dans Γ avant-chœur (à 1 m de la grille, aujourd’hui disparue). On effectue une tranchée de 2 m de profondeur qui s’étend sous les stalles jusqu’au mur de la chapelle du Sacré-Cœur. Deux murs sont mis au jour : séparés de 0,35 m, parallèles à l’escalier et coupant l’avant-chœur dans toute sa largeur. Ces murets portaient des traces de peintures à fresques montrant des bleus, des rouges portés sur un fond uni avec un encadrement ;

  • le sondage 3 est effectué au milieu de l’avant-chœur, à 3,10 m de profondeur. On mentionne la découverte de débris de construction : « petites pierres, mortier broyé, grosses pierres » ;

    • 62 La Combe des Moulins se situe dans les faubourgs immédiats de Saint-Jean-de-Maurienne. C’est là que (...)

    le sondage 4 est situé « en haut » (sic) du chœur, en face de la troisième stalle de droite ! Après enlèvement des déblais, on rencontre des pierres placées en forme de voûte. Le sol naturel est atteint à 4 m de profondeur. Les voûtes sont dites « revêtues d’un crépissage blanchâtre sans traces de peinture ». Sont mentionnés les objets suivants : « une colonne d’albâtre des Moulin62 qui présente une forme fortement renflée au milieu (haute de 1,80 m, le sommet étant broyé par suite d’un écrasement) ; un chapiteau incomplet, orné d’une rose et d’enlacements bizarrement et grossièrement sculptés ; des morceaux de crépis peints à la fresque ; deux briques, un autre chapiteau en plâtre ».

7À la suite de ces découvertes, on avança l’hypothèse de l’existence d’un édifice antérieur à la construction de la cathédrale romane. Les investigations archéologiques ne furent pas poursuivies et les sondages furent réensevelis.

  • 63 Bibliothèque du Patrimoine, Savoie 2620, dossier 1907 à 1924, Rapport de M. Vaudrennes aux Beaux Ar (...)

8Les indications de mise au jour de vestiges anciens apparaissent désormais dans les comptes rendus de travaux des architectes en chef en charge du site63 Les toitures sont refaites, en 1907, après la dépose des ardoises et le remplacement des chevrons qui recouvraient le bas-côté sud. Ces indications, pour sommaires qu’elles soient, restent une inestimable source de renseignements dont la connaissance est importante lors de l’étude des structures charpentées.

9En 1911, l’architecte Bertin rapporte que plusieurs ouvertures sont dégagées dans le clocher. C’est ainsi que l’on transforme une fenêtre moderne rectangulaire « à la forme de l’arc qui la surmontait », puisque l’on rouvre des fenêtres au décor mouluré. M. Bertin estimait d’ailleurs dans son rapport que ces ouvertures juraient avec le reste du monument. Ces données restent assez évasives, notamment en ce qui concerne leur localisation.

  • 64 Bibliothèque du Patrimoine, Savoie 2620, dossier 1907 à 1924, Rapport du 31 mai 1912.

10En 1912, dans le rapport de l’inspecteur Selmenheim à la commission des Monuments Historiques64 il est mentionné que : « le clocher de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne est construit en très petits matériaux liés par un mortier insuffisant... À l’intérieur on constate de fortes lézardes et des déliaisons qui donnent des inquiétudes pour sa stabilité... ». C’est lors de cette intervention que l’on rejointoye le clocher et que l’on change l’appui des fenêtres.

La fouille de la crypte par E. Stephens

11En 1958, E. Stephens, architecte des monuments historiques, entreprend un nouveau sondage dans le chœur « afin de vérifier le bien-fondé de la tradition qui plaçait à cet endroit une crypte ou une église primitive antérieure » (Bellet 1967 : 89-97). Il met au jour, comme en 1826, un mur percé d’un oculus et orné de demi-colonnes engagées (fig. 40). Cette découverte lui permet d’entreprendre un chantier de dégagement systématique des structures. Afin d’évacuer les déblais, un couloir d’accès est aménagé en direction du cloître ; aujourd’hui, c’est encore par-là que l’on accède à la crypte. La complète évacuation des remblais permet la mise au jour d’un espace à deux salles successives.

40- Dossier Stephens : Découverte du mur percé d’un oculus, relevé en plan et en élévation de la crypte en cours de dégagement

40- Dossier Stephens : Découverte du mur percé d’un oculus, relevé en plan et en élévation de la crypte en cours de dégagement
  • 65 Bibliothèque du Patrimoine, dossier 2621, période 1958 à 1963, compte rendu des fouilles pour la pé (...)

12On possède une documentation très lacunaire sur le déroulement de cette entreprise. La bibliothèque du patrimoine possède bien sûr quelques comptes rendus65 dont la lecture est rendue malaisée par la forme très aride du discours archéologique, surtout lorsque celui-ci n’est illustré ni de photographies ni de dessins. Par ailleurs, les éléments de référence sont susceptibles de disparaître. Dans le compte-rendu du déblaiement de l’année 1960, E. Stephens mentionne un remblai hétérogène composé de matériaux très divers : matériaux de démolition, de terre de différentes natures dont une partie contenait des ossements, de claveaux en tuf de la voûte et de très nombreux fragments de stuc sculpté. Les résultats des recherches de E. Stephens font l’objet de deux publications, en 1959 et en 1960. Il expose en détail les données qui l’autorisent à définir les deux étapes de construction de la crypte.

13- À l’état 1 correspond la construction de la salle ouest. La démonstration est basée sur plusieurs indices : le désaxement de cette pièce par rapport à la salle orientale, le traitement différent des enduits. Un dernier argument repose sur les différences de dimensions et de traitement iconographique des chapiteaux entre les deux salles. Il attribue cette construction à une période antérieure à l’an mille :

« son implantation doit être préromane et correspondre à une construction du VIe s., peut-être reprise au IXe s. »

14- À l’état 2 se rapporte la construction de la cathédrale romane avec l’aménagement d’un espace en crypte ; l’espace carré préexistant est alors intégré à la nouvelle construction.

15Les conclusions de E. Stephens ont fait l’objet de virulentes controverses. Lors d’une intervention au Congrès des Antiquaires de France (Hubert 1985 : 474-486), J. Hubert remet vigoureusement en question les datations proposées par E. Stephens, et affirme que la construction des deux salles appartient à un même programme architectural qui vise à créer une vaste crypte semi-enterrée. Il réfute la datation haute - VIe ou IXe s.-pour la construction de la salle ouest en fonction de deux arguments. Le premier repose sur l’utilisation d’une colonne en schiste pour supporter les voûtes d’arêtes. Elle est considérée par E. Stephens comme un vestige de l’ecclesia primitive, construction à laquelle appartiennent les murs latéraux (nord et sud) de la salle occidentale. J. Hubert fait valoir que cette colonne est beaucoup trop grande (enterrée de 0,80 m dans le sol) par rapport à l’emplacement des petites fenêtres percées dans les murs nord et sud. Le second argument, beaucoup plus discutable, est basé sur les invasions sarrasines et les destructions qu’elles occasionnèrent. Ces événements empêchèrent toute construction nouvelle entre le IXe et le Xe s. Dès lors la crypte ne peut appartenir qu’aux restaurations effectuées entre 1041 et 1075, alors que la construction de la cathédrale s’inscrit dans un programme plus tardif, sans doute réalisé au XIIe s.

16Autre détracteur de la thèse de E. Stephens, J. Vallery-Radot présente une hypothèse plus nuancée :

« nous pensons qu’au cours de la période comprise entre 1040 et 1075 environ, on a commencé par monter les murs du vestibule, après un certain délai, ceux de la crypte pour terminer le voûtement, la conception d’ensemble demeurant la même. »

17J. Vallery-Radot présente la construction de la crypte en deux temps, suivi de l’érection de l’église haute. Les anomalies de la construction sont alors dues à des repentirs ou des pauses dans le déroulement du chantier. La perspective d’un tel aménagement est tout à fait envisageable, mais un élément gênant ne cessait de perturber la compréhension de cette chronologie : pourquoi, à la lecture du plan proposé par E. Stephens, les murs de l’église haute venaient-ils s’enchâsser si bizarrement autour des murs de la crypte ?

18Plus récemment, d’autres chercheurs attribuent la construction de la crypte au XIe s. en se fondant sur les caractères stylistiques des chapiteaux. J. Cabanot (Cabanot 1982) mentionne des chapiteaux similaires à Chieri et à Pavie, qui sont datés de 1025. E. Chatel cite, à la suite de J. Hubert, les chapiteaux de la crypte de Notre-Dame d’Étampes pour leur mode d’exécution très proche. S. Casartelli-Novelli (Casartelli-Novelli 1991) réinscrit les chapiteaux de Saint-Jean-de-Maurienne dans un corpus du XIe s. En revanche, C. Heitz (Heitz 1982 :102-104) s’oriente vers une datation carolingienne (IXe ou Xe s.) pour les chapiteaux de la salle orientale.

19Les recherches les plus récentes sur le site ont été réalisées en 1984 par A. Charrière-Bresson. Elles proposent des datations qui, pour bien argumentées qu’elles soient, reposent sur une chronologie relative basée uniquement sur des investigations visuelles et photographiques, sans nettoyage systématique des maçonneries, sans vérification des propos avancés par E. Stephens. De nouvelles recherches s’imposaient donc pour tenter de mettre d’accord ces différents protagonistes.

La cathédrale romane Saint-Jean-Baptiste

20La cathédrale Saint-Jean-Baptiste est une église qui conserve en très grande partie sa structure romane. L’analyse des maçonneries permet de sérier des phases qui correspondent à des repentirs et à l’évolution du chantier. Ces modifications sont plutôt liées à des impondérables financiers ou des nécessités liturgiques qu’à un changement de parti architectural. La cathédrale du XIe s. est aisément restituable à partir des nombreux témoignages qui subsistent aussi bien dans l’église haute, principalement dans le vaisseau, que dans la crypte, où l’on reconnaît les vestiges de l’abside principale (fig. 41).

41- Plan de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste

41- Plan de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste

L’église haute

Le vaisseau

  • 66 Le vaisseau fait 40 m de long. La nef offre un espace central plus large (8,40 m) que celui des bas (...)

21Il est divisé en trois nefs66 par un double alignement de piliers quadrangulaires qui reçoivent la retombée des grandes arcades en plein cintre sans chapiteau ni base (fig. 42).

42- Intérieur de l’église, le vaisseau central

42- Intérieur de l’église, le vaisseau central
  • 67 1,10 m x 1,30 (+/-0,05 m).

22Les piliers forment des structures massives de plan rectangulaire67 Implantés selon un tracé nettement déporté vers le nord, la distance qui les sépare est régie par des constantes. À l’exception de la travée occidentale qui se différencie des autres par son étroitesse (2,70/2,80), les six travées suivantes possèdent les mêmes dimensions (3,60 m ca). Les deux travées orientales possèdent une double particularité : elles sont légèrement plus longues (3,70 m) et sont séparées par un pilier aux dimensions plus importantes que les autres (2 m à 2,05 m pour les longs côtés). Ce module, volontairement choisi, singularise l’espace adjacent.

  • 68 Au nord de la chapelle Sainte-Thècle, surhaussée de l’actuelle salle du Trésor, on remarque la prés (...)

23Les murs gouttereaux primitifs (0,95 m de large) sont presque conservés sur toute la longueur de la cathédrale à l’exception du bas-côté nord qui a été largement repris lors de la reconstruction du cloître à l’époque gothique. Le mur primitif est conservé en parement intérieur de la chapelle Sainte-Thècle68.

  • 69 Si le tracé des murs gouttereaux est conservé, les travaux de construction des chapelles funéraires (...)

24Les façades extérieures de la nef centrale sont, contrairement à celles des bas-côtés69 rythmées par un feston d’arcatures aveugles qui reposent à intervalle régulier sur des lésènes (fig. 43). Elles se trouvent ainsi compartimentées : à l’ouest partant de la large lésène, sept arcs pendants et une lésène marquent le départ de la façade ; puis deux travées de onze arceaux ; enfin un rythme de dix arcs pendants se poursuit jusqu’à l’extrémité orientale formant six panneaux. Le rythme d’arcatures décorant l’église Notre-Dame est identique.

43- Relevé pierre à pierre du mur gouttereau sud

43- Relevé pierre à pierre du mur gouttereau sud

25Cette organisation du décor extérieur répond au rythme d’écartement des piliers intérieurs. Chaque extrémité de la nef est marquée par une large lésène d’angle, peu saillante, de construction soignée où les blocs sont disposés en carreau et boutisse. Huit lésènes plus étroites entrent dans la composition de l’ensemble. Les arcs reposent sur de petites consoles en tuf de forme trapézoïdale, non sculptées. Les consoles reçoivent la retombée de deux arcatures. Le traitement décoratif de la première travée occidentale est différent - 7 arceaux au lieu de 10. Les constructeurs ont cherché à distinguer cet espace du reste, singularisant de ce fait l’entrée de la cathédrale. À Civate, église datée du milieu du XIe s., on rencontre le même phénomène : le groupe de petits arcs occidentaux est constitué de deux éléments au lieu de trois (Chierici 1978 : 179-223).

  • 70 Le pilier 18 est débordant de 0,47 m alors que pilier 17 ne l’est que de 0,30 à 0,35 m.

26L’état roman de la façade a été gommé lors de la construction au XVIIIe s. du porche néoclassique. Le parement intérieur est, quant à lui, mieux conservé dans son état primitif : deux piliers engagés présentent, en effet, en plan et dans leur mode de construction, des caractéristiques communes avec les supports de la nef70.

27La cathédrale romane possède une élévation à deux niveaux : le rez-de-chaussée est occupé par neuf arcades à simples rouleaux et l’étage par des fenêtres hautes.

  • 71 Sur les dix-huit fenêtres qui éclairaient le bâtiment seules douze sont visibles depuis l’extérieur (...)
  • 72 Relevé de Revel (1863), Archives du Patrimoine, plan n° 28 822.

28Une fenêtre en plein cintre à double ébrasement éclaire chaque travée de la nef centrale (soit dix-huit)71 La présence de ces fenêtres romanes est connue par les relevés de Revel effectué en 186372 et par les découvertes effectuées au moment de la restauration intérieure de l’édifice. Condamnées lors de l’aménagement du voûtement au milieu du XVe s., ces baies sont aveuglées par la retombée des arcs formerets.

29L’existence des fenêtres romanes des bas-côtés reste une inconnue. Rien ne permet, en effet, de déceler leur emplacement et leur forme, car les murs des bas-côtés ont subi maints réaménagements, notamment des surélévations importantes incluant les fenêtres actuelles. Les élévations intérieures sont trop enduites pour discerner des traces d’ouvertures anciennes. Au même titre, des chapelles latérales viennent occulter la lecture des élévations extérieures.

Le chevet roman

30Il est restitué en confrontant les structures subsistant dans la crypte, où l’abside centrale est conservée en élévation sur une cinquantaine de centimètres de haut, et les observations provenant de l’épaulement nord du bâtiment (chapelle Sainte-Thècle) qui porte les traces du départ de l’absidiole nord (fig. 41).

31L’abside romane dérasée est piégée sous l’actuel chevet gothique, ainsi qu’une ruelle longeant l’hémicyle et le mur ouest d’un bâtiment. L’analyse du tracé de l’abside montre un net déport vers le nord, identique à celui constaté pour le mur du bas-côté sud et les piliers. Le nettoyage systématique de ce mur dérasé révèle la présence de deux maçonneries distinctes : le premier mur, large de 1,10 m, forme l’enveloppe extérieure de l’abside ; le second, dont la largeur oscille entre 0,50 et 0,70 m, constitue le parement intérieur de la crypte : cet aménagement intérieur est conçu comme un placage.

32Le tracé de l’abside est relativement aisé à établir. Le parement intérieur ne dessine pas un demi-cercle parfait, mais nécessite une légère adaptation au mur sud de la travée de chœur. Cette abside présente une configuration allongée, si on admet la présence d’une travée de chœur étroite en emprise sur la nef. Par ailleurs, la largeur du mur (1,10 m) autorise l’existence d’une voûte en cul-de-four.

  • 73 Le premier mortier présente des caractéristiques très proches du mortier roman. La superposition de (...)

33La reconstitution de l’absidiole nord s’est avérée assez simple à partir de son départ subsistant. À la demande de l’architecte P. Lotte, l’absidiole nord avait été mise au jour afin d’en relever sommairement le tracé. La restauration du mur oriental de la chapelle Sainte-Thècle a été l’occasion d’effectuer la lecture des maçonneries et de noter des détails complémentaires. Le mur nord de cette absidiole, constitué de blocs de tuf, est conservé sur toute sa hauteur, jusqu’au départ de la voûte. Les murs étaient recouverts de deux couches d’enduit : le premier est un badigeon blanc, le second est composé d’un mortier de gypse (greya)73.

34En revanche, le tracé de l’absidiole sud est plus incertain. Le volume général de cet espace est restitué à l’identique de l’absidiole nord et tient compte du tracé du bas-côté sud. Cependant, un indice semble évoquer sa configuration extérieure : il s’agit de l’amorce d’un mur visible du côté sud de l’abside lié à elle et que nous avons attribué, à titre d’hypothèse, à cette absidiole. Il est à noter que cette maçonnerie est située plus à l’est que celle de l’absidiole sud. De là découle la constatation suivante : les deux absidioles ne sont pas construites sur un même plan horizontal, mais implantées en décalage. Par ailleurs, la position de ce mur indiquerait une enveloppe empâtée. Cependant, il convient de rester très prudent en vertu de la réserve que nécessite le caractère hypothétique de cette structure. C’est pourquoi nous proposons deux restitutions du chevet roman : la première serait un chevet avec trois absides à la silhouette empâtée au niveau du parement extérieur ; la seconde conserve le plan, déjà proposé par nos prédécesseurs, qui montre un chevet tripartite, où chaque abside possède un tracé semi-circulaire bien différencié.

35Les deux solutions rencontrent des échos dans l’architecture contemporaine. À l’appui de la première hypothèse, citons les exemples de la collégiale San Secundo à Asti ou le chevet de la petite église de Cortazzone en Piémont. Cette morphologie est héritière de formules que l’on rencontre déjà au haut Moyen Age. À ce titre, on peut se référer au plan de l’édifice central construit à l’est du baptistère du groupe cathédral de Genève, et dont l’utilisation s’étale largement sur cette période (VIIe au Xe s.) (Bonnet 1993). Dès lors, cette formule traduit peut-être un certain archaïsme dans le choix des constructeurs, mais ce serait écarter des exemples similaires, plus tardifs, notamment les églises de Savasse ou de Manthes dans la Drôme. Ce choix ne serait-il pas plutôt lié à des contraintes techniques ? On pourrait notamment envisager l’application de telles solutions pour conforter un système de voûtement.

36La restitution de ce chevet forme un vaste ensemble tripartite - une abside et deux absidioles ; une crypte se développait sous l’espace central. La présence de la crypte sous l’espace central du chevet et de la nef, implique une différence de niveaux de sol assez importante entre le chœur et le reste de l’édifice. Le niveau de sol ancien se situe à environ 0,80 m sous le dallage actuel de la nef (564,24 NGF). À la base du pilier P5, accessible depuis le mur ouest de la crypte, des fragments d’enduit désignent le niveau initial du sol de la nef (563,45 NGF). Un autre indice vient à l’appui de cet argument : le sol actuel de la chapelle Sainte-Thècle (563,51 NGF), très en dessous de celui du vaisseau, est le témoin d’un niveau antérieur au XVe s.

Etude de la crypte

37Cette crypte à deux salles successives possède un plan et des dimensions inaccoutumés (23 m x 7 m) qui offraient aux chanoines ou aux laïcs un vaste espace pour la vénération des reliques (fig. 44). Elle se développe sous l’abside principale et les trois travées orientales de la nef. Ces deux salles sont différentes dans leurs proportions, et dans leur implantation. En effet, la salle orientale suit parfaitement l’axe de l’abside alors que la salle occidentale suit un tracé divergent, plutôt déporté vers le sud. Cependant, elles observent un programme architectural très proche.

44- La crypte - relevé en plan

44- La crypte - relevé en plan
  • 74 L’emplacement de ces supports a été reconnu d’après la situation de leurs bases. Après la destructi (...)

38La salle orientale, terminée en hémicycle couvert d’un petit cul-de-four, présente des dimensions importantes (12,50 x 6,80/7,20) (fig. 49). Elle est divisée en trois nefs de cinq travées par deux alignements de huit colonnes74. Quatorze colonnes engagées reposent sur un mur bahut et reçoivent la retombée des voûtes d’arêtes et des arcatures par l’intermédiaire de chapiteaux à angles abattus dont les dimensions et la facture diffèrent de celles de la salle ouest. Les murs nord et sud sont percés de deux portes, qui se font face et qui offraient un accès direct dans les bas-côtés (fig. 45 et 46). L’hémicycle est percé de deux fenêtres à double ébrasement et d’une troisième au centre, qui a été agrandie ultérieurement.

45 - Relevé pierre à pierre des élévations nord de la crypte (salles ouest et est)

45 - Relevé pierre à pierre des élévations nord de la crypte (salles ouest et est)

46 - Relevé pierre à pierre des élévations sud de la crypte (salles est et ouest)

46 - Relevé pierre à pierre des élévations sud de la crypte (salles est et ouest)

39Cette pièce orientale est séparée de la salle occidentale par un large mur de refend. On y accède par l’intermédiaire de deux arcades. La partie centrale du mur est percée par un grand oculus.

  • 75 Dans la salle occidentale, si la présence de colonnes est évidente du fait même de l’existence d’un (...)

40La salle occidentale forme un carré presque parfait de 7 m de côté. Elle est divisée en trois nefs formant neuf travées par quatre colonnes75. Les murs, cantonnés de banquettes (0,30 m de large), sont rythmés par des arcatures qui reposent sur des demi-colonnes engagées par l’intermédiaire d’un chapiteau trapu (fig. 47, 48 et 50). Le couvrement, aujourd’hui détruit, était composé par des voûtes d’arêtes dont les départs subsistent à l’aplomb de chaque colonne engagée. Il reposait, dans la partie centrale, sur quatre colonnes monolithes.

47- La crypte - mur ouest de la salle occidentale

47- La crypte - mur ouest de la salle occidentale

48 - La crypte - mur occidental, vue vers l’est

48 - La crypte - mur occidental, vue vers l’est

49- La crypte - salle orientale vue d’ensemble

49- La crypte - salle orientale vue d’ensemble

50 - La crypte - salle occidentale, troisième travée, mur nord

50 - La crypte - salle occidentale, troisième travée, mur nord

41De petites baies sont ménagées sous la troisième travée. Deux, au sud, sont distantes de 0,28 m et présentent un tracé sinueux. Au nord, leur faisant face, s’ouvre l’une d’elles, à double ébrasement, d’une construction beaucoup plus soignée. Trois portes permettaient de pénétrer de la cathédrale dans la crypte : une à l’ouest ouvrait directement dans la nef principale, les deux portes latérales, face à face, desservaient les collatéraux.

42Le désaxement identique de plusieurs membres de l’édifice - le demi-cercle de l’abside romane, la salle orientale de la crypte, le mur du bas-côté sud et l’alignement des piliers - suggère que leur construction se soit organisée selon une implantation raisonnée qui procède d’une même pensée architecturale. La salle occidentale de la crypte, en revanche, possède un tracé différent qui l’exclurait d’emblée de l’ensemble précité. Or, les données du problème sont plus complexes qu’elles ne paraissent.

43Les dimensions importantes de cet ensemble le font empiéter largement dans la nef. L’ampleur d’un tel espace et les nombreuses anomalies, qui apparaissaient sur son plan, posaient un certain nombre de questions que l’étude archéologique a résolu en partie.

Problème d’implantation

44La question essentielle a trait à l’implantation divergente de ces deux salles (cf. fig. 44). La salle orientale présente un déport identique à celui de l’abside qui s’explique par la parfaite adéquation du parement de cette salle, plaqué sur le mur de l’hémicycle principal. L’existence de ce placage pouvait induire deux hypothèses : soit le mur extérieur appartenait à une construction antérieure à l’aménagement de la crypte ; soit les deux constructions étaient contemporaines. Dans le cadre de la première hypothèse, si le mur extérieur de l’abside appartenait à une construction antérieure, nettement différenciée de la crypte, le parement intérieur de ce mur aurait été conçu pour être vu. Or, ce parement est réalisé sans minutie, et les pierres, bien assisées, sont liées par le mortier de maçonnerie sans traitement de surface. Ce parement contraste étonnamment avec celui de l’extérieur où les joints rabattus sur les galets ont reçu un traitement en faux-appareil. Il convient donc de conclure que le parement intérieur n’a pas été conçu pour être vu. La contemporanéité des deux constructions est donc l’hypothèse privilégiée.

45Cette association d’un gros-œuvre et d’un placage révèle un caractère technique important en ce qui concerne la structure du bâtiment. La crypte est en effet conçue non comme une structure portante, ce que l’on rencontre sur des sites accidentés comme à Saint-Michel l’Aiguilhe (Haute-Loire) ou à Saint-Romain-le-Puy (Loire), mais comme un lieu autonome subissant peu les contraintes liées aux poussées exercées sur le gros-œuvre. En outre, le tracé de la crypte orientale est légèrement décalé par rapport à celui de l’abside. Il s’agit là de la trace d’un repentir, d’une modification du plan initial de la construction romane. On possède un indice de ce repentir, un replat de mortier horizontal parfaitement lisse ; il s’agit d’une planée (ou banchée), c’est-à-dire la trace de l’arrêt de la construction extérieure, afin d’aménager l’intérieur de l’abside. Au-dessus de cette limite, le mur de la crypte et celui de l’enveloppe extérieure sont parfaitement mariés. Les constructeurs ont d’abord érigé le mur de l’abside (fondation et départ de l’élévation), puis excavé toute la partie centrale d’environ 1,50 m afin d’aménager l’espace central en crypte. L’hypothèse du surcreusement concorde assez bien avec le départ des fondations extérieures situé très haut par rapport au sol supposé de la crypte. Par ailleurs, les parois de la crypte ne sont pas fondées profondément, mais simplement « clouées » dans le sol : la première assise de réglage est disposée en arêtes de poisson formant ainsi un radier. Les diverses pressions et poussées s’exercent sur l’enveloppe extérieure du bâtiment qui elle est profondément ancrée dans une succession de remblais alluviaux. La crypte n’intervient pas comme élément de soutien ou renfort dans la construction de la structure supérieure. Tout au plus les parois de la crypte et les colonnes centrales soutiennent-elles le sol du chœur supérieur.

L’articulation entre les deux salles

46L’analyse du large mur séparant les deux salles s’est avérée essentielle pour la compréhension de leurs phases d’aménagement (fig. 51 et 52). Le parement oriental de ce mur présente des anomalies discernables dans l’aménagement des arcades. En effet, il y a une absence de liaisonnement entre l’extrados des arcades et la partie sommitale du mur. L’aspect disgracieux de cet aménagement était masqué par un enduit qui ne subsiste plus que dans les écoinçons des arcs. Des traces d’arrachement apparaissent conservées dans les fissures : les arcades sont donc installées dans un mur préexistant. Cette reprise en sous-œuvre est, par ailleurs, confirmée par la présence d’un mur arasé conservé au milieu du passage. La jonction entre les piédroits de l’arcade et l’arase de ce mur met en lumière, là encore, des traces d’arrachement.

51- Relevé du mur de refend, vue vers l’est

51- Relevé du mur de refend, vue vers l’est

52- Les arcades sont percées dans le mur préexistant de la première crypte

52- Les arcades sont percées dans le mur préexistant de la première crypte

47Le contraste avec le parement occidental de ces arcs est particulièrement marquant : la mise en œuvre des claveaux y est soignée, le mortier couvrant, les joints incisés et rehaussés d’ocre. Ce parement possède des vestiges qui complètent la compréhension de cette phase de transformation. Deux murs accolés ont ainsi été repérés au sommet du mur de refend : à l’est, un mur, large de 0,80 m et à l’ouest, un second, large de 0,40 m. Le premier mur fonctionnait avec la salle orientale et en formait la limite occidentale. Le second vient en placage sur le mur préexistant.

48Le premier est soigneusement maçonné avec un mortier de surface largement rabattu sur les galets, puis marqué à la truelle, formant de longues incisions suivant l’horizontalité des assises. Ce parement, bien qu’en partie masqué par le placage, était fait pour être vu. Au centre du mur de refend, le parement est moins net. Avons-nous les traces ténues de l’emmarchement axial qui permettait d’accéder dans le chœur ? L’entrée des accès de la salle orientale est située quasiment au centre de l’espace de la dernière travée de chœur. La paroi occidentale de cette salle se situe à l’aplomb des deux gros piliers qui singularisent le chœur de la nef. On reconnaît ici une implantation raisonnée.

49Dans un second temps, le mur de refend est percé des deux arcades lorsque la construction de la salle occidentale est entreprise, afin de permettre une circulation directe entre les deux cryptes. Le percement des arcades, contemporain du voûtement de la salle occidentale (traces du même enduit beige), est donc postérieur à l’édification du mur ouest de la salle orientale. L’implantation des passages est induite par le tracé des murs de la salle ouest. La construction de cette salle occidentale est l’œuvre d’une conception plus tardive. Le mur oriental de la salle ouest forme donc un placage nettement visible. Les murs de cette salle ouest s’installent plus maladroitement au sein des fondations des piliers. Cette construction fut contrainte en partie par l’existence d’aménagements antérieurs comme tendrait à le prouver les niveaux d’occupation mis au jour sous le mur de refend.

50Les dissemblances entre les salles orientale et occidentale se rencontrent aussi dans la réalisation des détails de cette architecture. Les colonnes de la salle orientale sont plus minces et d’une conception plus homogène ; les tronçons sont de taille à peu près régulière alors que les tambours de la salle ouest présentent de plus grandes maladresses d’exécution. Ces observations renforcent l’hypothèse d’une construction érigée en deux temps, mais réalisée dans un même esprit.

La construction des voûtes
Les deux salles de la crypte étaient recouvertes de voûtes d’arêtes qui reposent sur les colonnes engagées dans les murs périmétraux et, dans la salle, sur les colonnes libres.
La lecture des parements montre qu’il existe dans la construction une légère rupture à la limite supérieure des chapiteaux. Bien que le mortier de surface soit uniformément étalé sur les parties inférieures, un chevauchement des mortiers s’effectue au niveau de cette limite. Cette anomalie ne traduit pas une différence de phase, mais plutôt un arrêt dans la construction lié, semble-t-il, à l’exécution des arcs formerets.
Dans la salle orientale, cet arrêt se traduit par une rupture dans le jointoiement du mortier. Les joints à « pierres vues » de la zone supérieure forment un léger bourrelet en surplomb de la partie basse. Cette différence est infime, difficile à discerner, car le traitement des deux zones est vraiment homogène.
Dans la salle ouest, la zone de rupture se situe au même niveau, mais se présente un peu différemment. Alors que la partie basse montre un parement à « pierres vues » la zone supérieure est totalement revêtue d’un enduit beige très couvrant où les coups de truelle sont nettement visibles. Outre le haut des quatre parois du quadrilatère, ce mortier recouvre les arcs formerets et doubleaux, ainsi que les voûtes d’arêtes. En revanche, les parties voûtées de la salle est ne sont pas enduites, mais révèlent les traces de coffrage. Cette description met en lumière la différence de traitement des deux salles. Traditionnellement, on considère que cet enduit est la marque d’une réfection du voûtement (fig. 53).
Il n’est pas rare de rencontrer de telles techniques de mise en œuvre, qui pourtant ne traduisent pas forcément des étapes de construction distinctes. Ainsi, dans la crypte de Saint-Philibert de Tournus, les constructeurs ont choisi une technique similaire. Dans les parties basses, l’appareil est constitué de moellons en moyen appareil, jointoyés à « pierres vues », alors que les parties hautes sont réalisées en pierres de calibres très divers, assemblées sans recherche et recouvertes d’un enduit. L’enduit vient alors masquer les maladresses de montage.
L’arrêt dans la construction se justifie, dans un premier temps, par un aspect technique. En l’occurrence, il s’agit ici de constituer les supports dont dépendra la stabilité du voûtement : les arcs formerets et le départ des voûtes. Par ailleurs, la réalisation d’un voûtement demande un savoir-faire qui ne met peut-être pas en jeu les capacités des mêmes maçons. Quelle que soit la période considérée, il semble que cette technique perdure.
Les traces de coffrage
Les traces de coffrage sont très nettes. Pour construire toute voûte, un cintre en bois est utilisé sur lequel reposent les planches qui supporteront l’intrados de la voûte. Dans un espace peu élevé comme une crypte, les cintres sont soutenus par des pièces de bois - les bastaings-et reposent donc directement sur le sol. Ainsi, les constructeurs n’ont-ils pas la nécessité de ménager des embrèvements - traces d’ancrage - dans les murs.
Les négatifs des planches sont nettement visibles. Ces planches étaient légèrement engagées dans la structure du noyau (de quelques centimètres). Ainsi reposaient-elles simultanément dans la maçonnerie et sur le cintre. Les maçons semblent avoir posé les planches directement sur le cintre en évitant de les cheviller. Ceci pour deux raisons :
- la première est sans doute d’ordre économique. En effet, des planches non chevillées pouvaient être récupérées et réutilisées pour un autre coffrage ;
- la seconde est d’ordre technique. Lors du décoffrage, il paraît plus aisé d’ôter d’abord le cintre puis les planchettes, plutôt que d’enlever l’ensemble en une seule fois. Cette action risque de déstabiliser les voûtes dont la maçonnerie ne présente pas une cohésion encore parfaite ; la mise en charge de la voûte est, en effet, une opération délicate.

53- Départ des voutes d’arêtes

53- Départ des voutes d’arêtes

Chronologie relative de la construction

51La confrontation des éléments morphologiques et structurels permet d’énoncer une nouvelle hypothèse quant à l’évolution de la construction de cet ensemble. Plusieurs phases sont reconnues dans l’avancement du chantier de construction de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste au XIe s. (fig. 54).

54- La cathédrale romane, les phases de construction

54- La cathédrale romane, les phases de construction

52- La phase 1 correspond à l’implantation de la cathédrale : l’abside est fondée et l’élévation commencée avant que la construction de la crypte ne soit entreprise. Le déport identique du mur du bas-côté sud et des piliers place, sinon leur construction complète, du moins leur implantation dans cette même phase.

53- La phase 2 voit l’aménagement de la crypte orientale. Lors de la conception de la cathédrale romane, les constructeurs pourraient avoir envisagé, dans un premier temps, d’ériger un bâtiment sans crypte. Mais très vite, avant même que les murs de l’enveloppe extérieure soient élevés très haut, les plans sont transformés au profit de la création d’un espace semi-enterré. Cette phase correspond à l’aménagement de la salle orientale, dont le désaxement vers le nord est engendré par la parfaite adéquation entre le placage et l’enveloppe extérieure de l’abside. La superposition du plan de cette salle avec celui de l’église haute renforce l’impression de cohérence de la construction. En effet, les deux espaces coïncident parfaitement : le mur occidental de la crypte étant installé à l’aplomb des deux longs piliers qui délimitent l’espace du chœur ; les deux portes orientales débouchent dans cet espace. Compte tenu de la cohérence de l’ensemble (crypte/abside/nef), la construction en deux temps répond à un phasage précis du chantier, afin d’assurer au bâtiment une véritable stabilité sur un terrain formé de remblais alluviaux.

54- La phase 3 concerne l’avancement de la construction de l’église à crypte unique.

55- La phase 4 correspond à l’adjonction de la crypte occidentale. Les murs périphériques sont installés à l’intérieur des murs de chaînage des piliers de la nef romane. Une construction antérieure est sans doute venue contraindre l’implantation de cet espace, phénomène suggéré par le désaxement différent de cette salle par rapport à l’espace oriental. La chronologie de cette dernière phase est délicate. En effet, peu d’indices permettent de la situer dans le temps avec précision. Néanmoins, l’analyse structurelle offre, à titre d’hypothèse, certains éclaircissements.

56- La dernière étape coïncide avec l’implantation de la zone occidentale du bâtiment. Plusieurs indices montrent que la construction s’est déroulée selon un mode particulier à l’ouest. Les piliers de la nef correspondant aux trois premières travées occidentales présentent un léger désaxement par rapport à l’alignement des piliers suivants ; la largeur de la première travée occidentale est inférieure aux autres. Une relation se dégage entre ces différentes observations, qui est renforcée par l’étude des trous de boulin. En effet, différents indices (notamment la présence de fourreaux biais) montrent qu’un système autonome d’échafaudage a été mis en place pour la construction de l’extrémité occidentale de la cathédrale. Un bâtiment antérieur subsistait peut-être lorsque les constructeurs entamèrent l’édification de la cathédrale ; construction qui a ainsi entraîné des contraintes discernables dans les faits énoncés plus haut.

57La construction de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste est particulièrement homogène. Des repentirs, des arrêts dans la construction, des changements de parti sont discernables, mais n’altèrent nullement le projet initial du maître d’ouvrage. L’implantation et la progression du chantier se fait d’est en ouest de manière raisonnée et suivie. Cette conception, indissociable d’un programme architectural mûrement établi, transparaît dans l’étude de l’architectonique, des matériaux, de l’approvisionnement et de leur mise en œuvre. L’examen des mortiers prélevés dans les maçonneries des zones les mieux connues archéologiquement offre un champ d’investigation complémentaire. Leur analyse structurelle met en lumière certains aspects de l’organisation du chantier : l’approvisionnement en sable, chaux et gypse se fait à partir de sources identiques ; la texture d’ensemble des mortiers fait appel à une mise en œuvre et un savoir-faire qui sont constants de la crypte jusqu’aux parties sommitales de l’église, et ceci dans un chantier de construction qui dure plus d’une quarantaine d’années.

Une charpente du XIe siècle

58La pose de la toiture correspond à la mise hors d’eau du bâtiment. L’édifice entre alors en usage dans sa totalité ; la toiture précède de peu la pose du décor.

59La découverte la plus inattendue se situe en partie haute de la façade de la nef, au-dessus de l’arcature, où le piquage des enduits a laissé apparaître la trace des anciennes arases romanes avec les extrémités des entraits de charpente contemporains, sciés au ras des parements (fig. 55). Les bois possédaient, d’ailleurs, encore leurs assemblages d’extrémité ; certains d’entre eux avaient conservé leurs chevilles de liaison avec l’arbalétrier. Après vérification, il s’est avéré que les entraits correspondants étaient bel et bien conservés sur la totalité de leur longueur, entre les voûtes d’ogives installées au milieu du XVe s. et le plancher du comble dont ils constituaient le support.

55- Répartition des entraits sur la façade romane

55- Répartition des entraits sur la façade romane

Les entraits romans

60Au total, dix-sept entraits de ferme ont été reconnus et identifiés sur la longueur de la nef : ils se répartissent en trois groupes, entre lesquels ils ont été remplacés par des bois plus récents sommairement équarris et posés sur une sablière, et peut-être contemporains de l’aménagement des voûtes au XVe s.

61Les bois reposent directement sur la dernière assise du mur roman et sont englobés dans la surélévation du mur gouttereau : la présence d’une sablière noyée dans l’épaisseur du mur, jouant à la fois le rôle de support des entraits et de chaînage, n’est toutefois pas à exclure.

62Les entraits retrouvés sont réalisés en mélèze. Cette essence, dont l’usage est courant pour les bois de charpente dans tout l’arc alpin, présente la particularité de mettre très longtemps à sécher et d’être très nerveuse : le bois peut vriller ou éclater à cœur longtemps après l’abattage, mais il devient excessivement dur et donc pratiquement inattaquable par les insectes et les champignons, sauf en milieu humide. Ceci explique sans doute l’excellent degré de conservation de ces éléments de charpente.

  • 76 L’analyse dendrochronologique proprement dite a été effectuée sur dix échantillons ; ces résultats (...)

63Ces entraits ont une longueur de 11 m, pour une portée effective entre murs de 8 m environ : les bois de section rectangulaire - 0,20 x 0,15 m, pour les plus petits, 0,26 x 0,20 m pour les plus gros - sont droits, taillés à vives arêtes et pratiquement purgés d’aubier. Ils ont fait l’objet d’une analyse dendrochronologique76 qui a permis de fixer la date d’abattage des bois entre 1074 et 1077 suivant les pièces. Cette datation est à rapprocher du texte de 1075, mentionné dans le chapitre des sources textuelles. Elle confirme la datation globale de la cathédrale (2e moitié du XIe s., du moins en ce qui concerne la nef), mais laisse à penser que seul le chœur était couvert lorsque l’évêque conseillait aux chanoines d’utiliser les deux édifices : la nef devait être en cours de construction, mais non encore couverte à cette date.

Le tracé des anciennes fermes

64Les bois restés en place ont été sciés au ras de la façade, aux 2/3 environ de l’assemblage à mi-bois qui liait arbalétrier et entrait. Les six premiers entraits à partir de l’ouest sont entaillés sur leur face droite (en regardant la façade), et sur la face opposée à partir du septième entrait : cette différence pourrait être liée à une interruption du chantier. Ces assemblages sont simples, mais bien conçus et parfaitement exécutés. Entraits et arbalétriers étaient maintenus par de grosses chevilles en mélèze (2 à 3 cm de diamètre, de forme légèrement conique), dont quelques-unes sont encore en place. Le profil de l’entaille à mi-bois permet de restituer la pente de l’arbalétrier, qui s’établit à 32° environ.

65Les investigations réalisées en arrière des façades, entre les voûtes du XVe s. et le plancher du comble, ont permis de préciser la structure des anciennes fermes. Les faces latérales et supérieures des entraits présentent des entailles de deux natures :

  • les premières - profondes et larges de 10 à 15 cm et inclinées à 60° par rapport à l’horizontale - sont tournées vers l’extérieur et présentent des traces d’assemblages à mi-bois liés par une cheville ;

  • les secondes sont dirigées vers l’intérieur et taillées en forme de mortaise (profondes et larges de 6 à 4 cm et inclinées à 70° par rapport à l’horizontale).

66Ces liens ont, pour la plupart, disparu ; mais certains ont toujours leurs extrémités inférieures en place, sciées au ras du plancher du comble (fig. 56), alors que les autres sont repérables par leurs négatifs dans le sol.

56- La charpente romane, contre-fiche sciée au ras du plancher du comble

56- La charpente romane, contre-fiche sciée au ras du plancher du comble

67Chaque ferme était donc pourvue d’un double système de liens. Des contre-fiches, de section importante, venaient soulager la flexion des arbalétriers, puis les jambettes, à leur tour, soulageaient les efforts infligés aux contre-fiches (fig. 57). On peut d’ailleurs supposer que ces liens ont été ajoutés dans un deuxième temps et qu’ils n’appartenaient pas à une première conception de la structure charpentée. Les entraits ne portent apparemment aucune trace d’assemblage en milieu de portée, ce qui semble exclure la présence d’un poinçon. Il ne semble pas qu’un sous-faîtage ait été utilisé.

57- Restitution d’une ferme

57- Restitution d’une ferme

Le mode de couverture

68Les entraits de ferme sont espacés de 1,20 m entre axes. Il s’agissait manifestement d’une charpente à « chevrons formant-fermes » de forte section, destinée à supporter une lourde charge. La faible pente de la toiture laisse à penser que la couverture devait être constituée de lauzes. Ce matériau de couverture était extrêmement courant dans les régions alpines jusqu’au siècle dernier. Il impliquait des pentes de toiture oscillant autour de 30°, afin d’éviter à la fois le glissement des lauzes, le plus souvent non fixées, et les décharges de neige.

69Les fermes devaient directement porter un épais voligeage en mélèze qui formait support des lauzes tout en assurant tant bien que mal le contreventement de l’ensemble : la présence d’un faîtage ou d’un sous-faîtage est ici peu vraisemblable, surtout si l’on s’en réfère aux exemples contemporains (Deneux 1927 : 1-26). Le second entrait, à partir de l’ouest, qui possédait une section un peu plus importante que les autres, a vu son angle supérieur, qui dépassait de l’assemblage, retaillé suivant la pente des arbalétriers pour passer sous le voligeage.

Charpente apparente ou plafond ?

70Si la charpente était apparente de l’intérieur du bâtiment, des couvre-joints pouvaient masquer les interstices entre les voliges. On peut néanmoins supposer que la nef était plafonnée au niveau des entraits. En effet, les enduits badigeonnés en blanc, découverts au revers des murs gouttereaux de la nef, sont ornés d’une sorte de corniche feinte assez sommaire et s’arrêtent au ras des entraits, ceux-ci étant posés sur la dernière assise des parois. Ceci indiquerait que l’ancien plafond se trouvait cloué sous ces derniers ; or nous n’avons trouvé aucune trace de clous. Si plancher il y avait, il faut supposer qu’il ne pouvait qu’être posé sur le dessus des entraits comme le plancher actuel. Le fait que certains liens obliques soient coupés au-dessus du plancher du comble semble indiquer qu’une partie au moins de ce plancher est ancienne. Ce dernier a, en effet, été façonné autour des pièces de bois qui demeuraient en place. La charpente romane s’est vu déposée seulement à la fin du XVe s.

  • 77 Archeolabs ARC94/R1522D - automne-hiver 1493/1494 et automne-hiver 1495/1496.

71L’étude de la charpente qui recouvre actuellement la nef a fourni une datation absolue pour la destruction de la charpente romane. L’analyse dendrochronologique de cette structure a, en effet, donné la date d’abattage des bois qui est comprise dans une fourchette très précise : entre 1493 et 1494 pour ceux du chœur et entre 1495 et 1496 pour les bois de la nef77 Cette datation est d’autant plus intéressante qu’elle correspond aux dates fournies par les textes concernant la reconstruction du chevet au XVe s. Par ailleurs, une observation attentive des murs périphériques du comble a permis de préciser la façon dont les deux charpentes s’étaient succédé. Une série d’empochements sont, en effet, conservés dans la surélévation de la nef. Une fois fouillés, ces trous ont révélé l’emplacement des entraits romans au niveau des assemblages. Les conduits présentent un pendage qui correspond à l’inclinaison des arbalétriers. La première charpente a, donc, été conservée pendant les travaux de réfection en guise de parapluie afin de préserver la fonction cultuelle du bâtiment.

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste et son décor

72Le décor intérieur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste associe pierres sculptées et décors rapportés. Alors que la crypte compte plus d’une trentaine de chapiteaux sculptés, l’église haute n’en compte pas un seul. Le décor ici s’applique sur d’autres supports : le stuc et l’enduit peint. À l’exception du décor de la nef qui recouvre encore le sommet des parements intérieurs de la nef, visible depuis les combles, la connaissance de la mise en revêtement du chevet provient de l’étude des fragments trouvés lors du déblaiement de la crypte.

Le décor sculpté de la crypte

  • 78 Deux chapiteaux sont des imitations en plâtre placées sur les colonnes en raison de la restauration (...)

73La crypte compte trente et un chapiteaux conservés. La destruction du voûtement et des colonnes a entraîné la perte des éléments sculptés centraux. Seuls quatre chapiteaux ont été découverts dans le comblement de la crypte : trois participent à la mise en scène volumétrique de la crypte (un dans la salle est, deux à l’ouest)78 le quatrième est conservé dans la salle du Trésor. Trois chapiteaux proviennent de la salle orientale : modelé et décor s’inscrivent dans un même vocabulaire ornemental (tailloir orné d’une frise torsadée, faces portant un décor de crosses et de feuillage). Le quatrième n’est pas sculpté : l’albâtre employé et la forme générale du chapiteau se rapprochent de la série disposée dans la salle occidentale.

74Les arcatures murales se composent de vingt-six chapiteaux encore en place : quatorze ornent la salle orientale, douze, la salle occidentale. Des caractéristiques communes unissent cet ensemble sculpté en dépit des différences chronologiques liées à la construction de la crypte en deux temps : le choix du matériau et le mode de réalisation des chapiteaux. En premier lieu, on choisit une pierre propre à la création d’images sculptées : l’albâtre, roche particulièrement abondante dans les environs de la cité épiscopale. En second lieu, la forme adoptée est très simple : il s’agit de cubes, réalisés dans des blocs d’anhydrite, dont les angles sont abattus ; la face centrale formant ainsi un trapèze dont l’extrémité supérieure est plus large que la base. Cette forme ainsi obtenue présente deux avantages. L’organisation du décor se fait avec une recherche de motifs qui s’adapte particulièrement à la forme triangulaire. L’adaptation du rectangle au cercle est plus aisée. Par ailleurs, il n’y a ni astragale ni tailloir. En raison de leur situation, seules trois faces portent le décor, la quatrième étant enchâssée dans la maçonnerie des parois de la crypte. L’adaptation du chapiteau à son logement se fait parfois avec quelques maladresses. Celles-ci sont particulièrement flagrantes dans la salle occidentale où il n’est pas rare de constater que la base du chapiteau est trop grande pour le tambour qui la reçoit. Là s’arrêtent les ressemblances entre ces chapiteaux. En effet, le type d’albâtre employé, le modelé et les décors contribuent à dissocier les chapiteaux de cette crypte en deux séries : la première est constituée des chapiteaux de la salle orientale, la seconde de ceux de la salle occidentale.

Les chapiteaux de la salle orientale

75La réalisation de ces quatorze chapiteaux (fig. 58) fait preuve d’une maîtrise technique certaine. Taillés dans des blocs d’albâtre très blanc, les dimensions de ces chapiteaux sont bien adaptées aux fûts des colonnes (0,30 m de large, 0,20 m de haut). Les angles sont largement abattus en triangle, la face centrale présente, dès lors, une surface assez réduite. Le modelé est soigné, les lignes du décor se dégageant bien en relief. Il s’agit d’un travail en taille d’épargne. La symétrie est observée sur la totalité des chapiteaux, offrant ainsi une grande régularité d’exécution aux représentations choisies. Le décor, omniprésent sur toutes les faces du chapiteau, ne ménage aucun espace vide et, lorsqu’il y en a, ils sont occupés par un petit motif triangulaire évidé ou un lobe de feuillage. Les motifs sont traités en vue de leur adaptation au cadre.

58- La crypte - les quatorze chapiteaux de la salle orientale

58- La crypte - les quatorze chapiteaux de la salle orientale

76L’association de certains motifs définit deux séries :

  • la première série est caractérisée par des entrelacs et un nœud de Salomon. Les entrelacs se développent sur les faces latérales et le nœud de Salomon sur la face principale. Quatre chapiteaux appartiennent à ce registre ;

  • dans la seconde, les angles abattus des chapiteaux sont ornés de chevrons et la face centrale est occupée par deux crosses symétriques s’enroulant en volutes vers l’intérieur. C’est dans l’utilisation de l’emplacement laissé libre entre les crosses que la variété des motifs se fait jour. Ainsi peut-on définir des sous-groupes illustrés par cinq motifs différents : une pomme de pin (5 cas) ; une rosace à pétales, dont le nombre varie entre 4, 5 ou 7 (3 cas) ; une croix gravée (1 cas) ; une roue surmontée d’une rosace (1 cas). Ce dernier chapiteau est beaucoup plus maladroit que les autres. Il se rapproche, dans sa réalisation, des chapiteaux à entrelacs et nœud de Salomon.

77Le décor fait preuve d’une grande homogénéité ; le tailleur de pierre puise ces motifs dans le répertoire du haut Moyen Age : entrelacs, chevrons ou végétaux stylisés. Les plaques de chancel remployées dans les piliers de la cathédrale expliquent en partie l’attrait particulier des tailleurs pour ces motifs. Ils se caractérisent, toutefois, par une grande liberté d’exécution propre aux réalisations de l’époque romane. La figure humaine en est absente, à l’exception d’un chapiteau (1E) (cf. illustration p. 2). Cette fruste représentation occupe la face latérale du chapiteau situé aujourd’hui à gauche de l’oculus (en regardant vers l’est). Les contours déformés par l’exiguïté de la surface dans laquelle il s’inscrit, le visage est de forme ovale avec un menton en V et un crâne dont l’arrondi est accentué par l’emplacement des oreilles. Les yeux sont largement ouverts sous des sourcils bien marqués, le nez long est dessiné par deux incisions parallèles, la bouche mince est figurée par un petit trait horizontal. Ces traits sont exécutés sans recherche d’expression.

Les chapiteaux de la salle occidentale

78Les douze chapiteaux (fig. 59) trapus de cette salle forment un ensemble qui diffère en de nombreux points de la série orientale. Taillés dans des blocs d’anhydrite issus d’une veine jaunâtre, leurs dimensions sont variables. Si les largeurs, induites par celles du support, sont assez homogènes, les hauteurs possèdent des écarts importants (0,30 m pour le plus grand et 0,15 m pour le plus petit). Les chapiteaux les moins hauts sont peut-être issus de blocs de remplois, notamment ceux rythmant la paroi ouest (n° 9, 10, 11 et 12). Les faces latérales n’ont pas toujours reçu de décor. Lorsqu’il est présent, il s’agit de traits en chevrons ou en triangle qui rappellent grossièrement un feuillage. Le même motif, décliné de diverses manières, orne la face centrale de chacun des chapiteaux : parfois seule, souvent double, les volutes s’opposent (n° 1, 2, 3, 4, 7, 8) ou se font face (n° 5, 9). Elles se combinent avec des motifs incisés ou gravés à caractère géométrique (cercle, carré, triangle, motif étoilé, tresses ou arêtes de poisson.). Le motif du nœud de Salomon, si fréquent dans la salle orientale, n’est repris qu’une seule fois : le nœud à six brins entrecroisés est exécuté de façon très appliquée, ce qui contraste en cela avec les autres motifs. Cette réalisation n’est pas sans rappeler certaines enluminures qui ornent les manuscrits du haut Moyen Age. L’homme qui la réalisa s’inspira-t-il de ces illustrations ?

59 - La crypte - les douze chapiteaux de la salle occidentale

59 - La crypte - les douze chapiteaux de la salle occidentale

79Les chapiteaux sont ornés de motifs dessinés de façon linéaire, les traits étant parfois incisés, le plus souvent gravés. Les panneaux sont ponctués d’évidements triangulaires ou circulaires et de quelques trous de trépan. Les chapiteaux 6, 8, 10 et 11 portent les traits de préparation des motifs, gravés à la pointe (ébauche de feuillages entrecroisés). Dans la crypte de Saint-Désiré à Lons-le-Saunier, un chapiteau présente les mêmes gravures incertaines.

80Cette série porte un décor fruste, souvent inachevé, où la sculpture est à peine ébauchée. Il a longtemps servi d’argument pour placer l’exécution de la salle ouest avant la salle orientale et autorisé une datation haute de cet ensemble. Le chapiteau n° 5, situé à droite de l’oculus (en regardant vers l’est), a particulièrement retenu l’attention des chercheurs et l’objectif du photographe. Les motifs sont répartis de façon équilibrée sur le panneau principal : deux crosses à volutes tournées vers l’intérieur encadrent plusieurs motifs superposés. Le registre supérieur est occupé par un motif stylisé, aux traits incisés, un V retourné au centre d’un U aux branches pattées. Il est interprété parfois comme la représentation de l’alpha et l’oméga, les deux lettres étant imbriquées l’une dans l’autre. Une petite tresse à un brin définit le registre médian. Sur la partie inférieure se développe un feuillage à trois lobes incisés. La composition est ponctuée par des trous au trépan.

Le chantier et la réalisation du décor sculpté

81Les chapiteaux ne sont pas épannelés, mais simplement équarris. Cet équarrissage, qui consiste à tailler à angles droits les faces d’une pierre brute, accentue l’aspect archaïque de ces deux séries. Le décor est ensuite réalisé selon le procédé de la taille directe. Les chapiteaux de la salle sont incisés alors que ceux de la série occidentale sont gravés ou griffés. La différence flagrante de qualité technique entre ces deux productions indique que le programme décoratif de la salle orientale a été réalisé par des tailleurs de pierre, aguerris aux techniques de la sculpture. L’aspect naïf et fruste des représentations de la salle occidentale témoigne plutôt d’un travail de maçons. L’exécution des thèmes choisis n’est pas totalement maîtrisée d’où cette impression d’improvisation permanente qui fait tout le charme de cette série. On a le sentiment que les exécutants ont tenté de copier ce qu’ils avaient sous les yeux, d’où la récurrence des thèmes ornementaux : la crosse, le fond de panier, déjà développés dans la salle orientale. L’archaïsme apparent de cette série a d’ailleurs incité quelques auteurs à des extrapolations parfois aventureuses. La plupart des démonstrations concernant la chronologie de construction de la crypte étaient en effet basées sur cette apparente antériorité.

82Pourquoi y a-t-il deux modes si différents de production ? Pourquoi la première fois fait-on appel à des professionnels de la sculpture, et ensuite à des tailleurs de pierre ou des maçons peu expérimentés en la matière ? Autant de questions qui mettent en lumière les difficultés techniques et financières que l’on pouvait rencontrer sur le chantier d’une grande construction. Déjà, à l’époque carolingienne, les fragments de mobilier liturgique sculpté provenaient d’un atelier étranger.

83Les chapiteaux de la crypte de Saint-Jean-de-Maurienne sont d’un aspect aussi rustique que ceux de beaucoup de cryptes contemporaines en Italie du nord ou en France. Les premiers chapiteaux historiés ou figurés apparaissent vers les années 1010-1020, notamment dans la rotonde de Saint-Bénigne de Dijon, puis à Saint-Michel de Tournus (vers 1030) ou dans l’abbatiale de Payerne. Les motifs sculptés dans l’ensemble des cryptes érigées au cours du XIe s. sont d’une remarquable homogénéité : à Saint-Jean, pommes de pins, fleurs, feuilles, rouelles ou croix ; ailleurs ces motifs existent et sont complétés par des représentations d’animaux stylisés (à Cruas par exemple). Ces représentations évoquent la mort et l’immortalité de l’âme, la dualité entre la lumière et l’ombre. Quoi de plus normal que ces thèmes se développent dans une crypte, espace à vocation funéraire pour la vénération des reliques.

Le revêtement décoratif

84Parler d’un décor peint pour qui connaît médiocrement la cathédrale Saint-Jean-de-Maurienne peut paraître une entreprise difficile. Cependant, ce décor est présent même si ce n’est pas sous la forme d’un grand cycle de fresques. Sa nature témoigne admirablement de ce que « décor peint » peut signifier dans l’architecture du XIe s.

85Ce décor se présente sous deux aspects distincts, dans leur réalisation et dans leur localisation. On observe la présence de pigments colorés, soit directement appliqués sur l’objet à mettre en valeur : pierre ou mortier, soit appliqués sur un enduit lissé.

Les badigeons

86Des traces de pigment ocre-rouge recouvrent les joints de la maçonnerie de la crypte, indifféremment sur les parois de la salle occidentale et sur les parois de la salle orientale, lorsque la détérioration de l’enduit permet de lire le traitement de surface. Ce badigeon recouvre, sans distinction, les joints marqués à la truelle et ceux en faux-appareil incisés. Le côté ouest des arcades percées dans le mur de refend, présente un travail de joints incisés remarquable, qui témoigne du plaisir dont le maçon fit preuve dans l’exécution de son travail : les incisions ne suivent pas l’assisage des pierres, mais se combinent en une succession de triangles, réalisées à des fins décoratives. Cette composition s’est vue mise en valeur par le rehaut d’ocre-rouge.

87Ce badigeon est aussi présent sur les éléments architectoniques et décoratifs qui articulent l’espace. Tous les joints des colonnes sont ainsi rehaussés d’ocre-rouge : joints verticaux et horizontaux, soulignant la composition de ces colonnes. Il en va de même sur les chapiteaux où les tracés en creux présentent des traces de pigments, soulignant ainsi les reliefs de la sculpture. Ce badigeon uniformise volontairement les parements des deux salles. Il n’a pas été possible de déterminer si la crypte orientale avait été badigeonnée préalablement à la construction de la salle ouest. Les mêmes rehauts sont visibles à la base des piliers de la nef P5 et P6 visibles depuis la crypte. Il n’a pas été possible de déterminer si ces piliers avaient reçu, a posteriori, le même enduit couvrant que les murs de la nef ou si les deux types de traitement (enduit et rehaut d’ocre) étaient employés de manière concomittante.

88Des badigeons ocre-rouge ont été repérés dans les joints marqués à la truelle des parements extérieurs de la cathédrale. Les traces y sont très ténues et conservées sous les arcatures de la nef. La proximité de la toiture a sans doute épargné ces traces du délavement des pluies et de l’usure éolienne. Les analyses à la loupe binoculaire effectuées sur les prélèvements ont montré que ce badigeon était recouvert d’une épaisse couche de calcite, qui laisse supposer une longue exposition aux intempéries (cf. annexe). Les façades extérieures de la cathédrale étaient rehaussées d’ocre-rouge, formant dans le paysage mauriennais un monument coloré loin de la grisaille que ces villes de montagne ont pu connaître à une autre époque.

89L’utilisation de l’ocre-rouge en rehaut des joints est une pratique qui prend sa source dans l’Antiquité. Les exemples mis en évidence ces dernières années en Bourgogne (Rossignol 1994, 125-134) confortent le caractère technique et culturel d’une telle pratique. Il convient donc de s’interroger sur sa valeur réelle : doit-on considérer le caractère décoratif d’une telle mise en couleur comme intentionnel ou ces rehauts colorés appartiennent-ils à un procédé de construction à part entière que l’on retrouve appliqué sur les élévations intérieures et extérieures de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne ? Ces rehauts colorés dans les joints constituent les seules traces de décor connu, jusqu’au dernier quart du XIe s. où un décor d’enduit peint et de stuc vient recouvrir les murs des nefs et du chœur.

Stucs et enduits peints

  • 79 Il s’agit de quatre dés de pierre (B5, B6, B7, B8) de dimensions importantes (environ 0,45 m de côt (...)
  • 80 Dans le déambulatoire de la crypte de l’abbatiale Saint-Germain à Auxerre, on rencontre des bases d (...)

90Des fragments d’enduits peints et de stucs ont été mis au jour lors du dégagement des remblais comblant la crypte de la cathédrale. D’après la documentation de E. Stephens, ces fragments ont été retrouvés dans le comblement de l’hémicycle. Ce sont les stucs qui ont tout particulièrement attiré l’attention des chercheurs. Jean Hubert et Henri Marrou proposèrent la restitution d’un martyrium, présenté dans la crypte à l’emplacement des quatre bases79 situées à l’est de la salle orientale. Or, la facture de ces bases se rapproche de productions réalisées au XIIIe ou XIVe s.80 Si leur emplacement et leur singularité par rapport aux autres supports de la crypte indiquent que le lieu fut privilégié, la date de leur mise en place se rapporte au réaménagement intérieur de la salle orientale (réduction de l’espace à la seule salle orientale, enduit blanc, percement d’une baie axiale).

91Le chanoine Bellet donnait la description suivante du martyrium (Bellet 1978 : 34) :

« Ce sont les débris (d’un monument où l’on conservait les saintes reliques) que l’on a retrouvés Aux angles s’élevaient des petites colonnettes à rainures hélicoïdales. De petits chapiteaux de style corinthien supportaient une voûte d’arêtes décorées, entre les chapiteaux de guirlandes de feuilles stylisées. Quinze centimètres au-dessus des arcs de guirlandes, un toit à double pente terminait le monument. Il était couvert de stucs simulant des tuiles creuses et sur la crête du toit, autant qu’on peut l’imaginer, courait une guirlande à jour. Entre le toit et les sculptures reliant les colonnes, quelques petites têtes peintes, personnages aux grands yeux ; sous le toit, des dés, à la base des colonnes, des points, des cannelures, autour des tresses, des olives, des fuseaux complétaient l’ornementation. On sent que l’artiste qui a sculpté ce reliquaire a mis tout son cœur à présenter un monument digne de la relique insigne de saint Jean-Baptiste qu’il devait abriter ».

92Si le chanoine Bellet conservait la période carolingienne comme époque de la réalisation du martyrium, Jean Hubert, dans sa critique des travaux de Saint-Jean-de-Maurienne, le plaçait à la fin du XIe s. (Hubert 1961 : 49).

  • 81 Plus de 180 fragments ont été inventoriés et classés selon leur caractère morphologique.

93L’étude des stucs réalisée par C. Sapin (Sapin 1995 : 74) apporte une lecture nouvelle de ces fragments81 et des arguments qui s’opposent à cette restitution :

« les colonnes torses sont des colonnes d’applique et non en ronde bosse... Les arcades et les chapiteaux ne peuvent se relier entre eux comme sur la restitution. Les colonnes, les arcs et les chapiteaux dépassent le nombre de quatre arcs restitués. Les stucs arrondis censés figurer les tuiles du toit sont des demi-colonnettes. Enfin, de très nombreux fragments de stucs ne trouvent pas de place dans cette restitution ».

94Il est clair aujourd’hui que la restitution proposée par Jean Hubert et Henri Marrou ne peut pas fonctionner. Il faut plutôt chercher la réponse dans un décor de placage mural. Cinq groupes ont pu être distingués : les fragments de personnages (16) ; les plaques à décor d’entrelacs (30 cas) ; les décors d’arcades ou d’arcatures caractérisées par diverses pièces : des bases (2 à 5), des colonnettes lisses (11) ou décorées (10), cinq types de chapiteaux définis par l’absence ou le décor recouvrant la corbeille ornée de palmettes inversées et de variantes de celles-ci. Des fragments de claustra ont par ailleurs été reconnus. Le dessin du profil des arcades restituables (trois arcades possédant une ouverture de 0,65 à 0,75 m) permet de proposer des encadrements de baies ouvertes (fig. 60).

60- Les stucs découverts dans la crypte

60- Les stucs découverts dans la crypte

95L’examen des élévations de la crypte n’ayant pas révélé de trace d’accrochage, ce décor de stucs magnifiait l’abside et le chœur de l’église haute.

96Nos recherches sur les enduits peints, type A, confrontées à l’étude des stucs réalisée par C. Sapin montrent que des couches picturales identiques recouvrent indifféremment stucs et enduits. Ces fragments de stucs portent des traces de couches picturales (ocre-rouge, jaune, blanc et noir), que l’on peut rapprocher de celles présentes sur les enduits peints (certaines sont identiques). Enduits peints et stucs étaient utilisés simultanément dans la partie de l’édifice d’où proviennent ces vestiges. L’étude des enduits montre qu’ils correspondent à un mortier de gypse (greya). La surface est lissée et couverte avant le décor d’un badigeon blanc. Les stucs peuvent présenter au premier abord le même aspect de surface mais l’examen visuel en coupe fait apparaître clairement une composition dense, plus claire, sans charge et homogène. Ces stucs possèdent une composition particulièrement pure en sulfate de calcium (CaSo4).

97Les enduits conservent les traces de leur accrochage à un mortier plus grossier ou même des négatifs de pierres. Certains fragments possèdent aussi les négatifs de leur accrochage sur des pièces ou réseaux de bois, technique déjà employée pour les stucs. Cette utilisation parallèle des techniques accroît l’impression d’homogénéité de l’ensemble.

98Le décor de stuc est employé pour magnifier le sanctuaire, espace délimité par l’abside et le pilier rectangulaire. Mais le chœur ne se limite pas à cette partie. Il devient évident, lorsque l’on regarde la position de la crypte, de concevoir tout l’espace surélevé comme un organe mis en valeur : le chœur surélevé forme alors une sorte de tribune canoniale qui surplombe sanctuaires secondaires, nef et bas-côtés. Cette zone reçoit, elle aussi, un décor important qu’il conviendra de chercher parmi les fragments de stuc encore non identifiés associés aux pièces d’enduits peints. On constate la présence, outre des variétés d’ocre, de blanc et de noir, de quelques pigments verts et bleus, pigments précieux puisqu’ils étaient importés. Outre la palette de couleur extrêmement riche, les motifs utilisés montrent clairement le dessin de grands personnages (saints ou évêques) que l’on reconnaît aux nombreux plis de vêtements rouges et gris. Des bandes vertes et rouges, ainsi qu’une frise de grecque encadrent la scène qui se détache sur fond jaune ou gris. Des éléments à fond bleu et parfois ornés de fins décors à rehauts rouges sur fonds blancs indiquent la mise en couleur d’un autre panneau. D’autres éléments fragmentaires se raccrochent à l’un ou l’autre de ces deux groupes.

  • 82 En 1961, E. Stephens fait une communication sur ces travaux au Congrès National des Sociétés Savant (...)

99De rares plaques d’enduits peints sont encore conservées en place. Elles sont situées sur les montants de la porte axiale de la crypte ; les quatre autres portes n’en conservent aucune trace. E. Stephens82 décrit ces enduits peints mis au jour à l’arrière de la porte ouest de la salle occidentale. Cette description est d’autant plus précieuse, qu’aujourd’hui ils sont salis, très dégradés et, de fait, difficilement lisibles :

« Le mur, à l’extérieur de celle (la porte) qui donne à l’ouest porte encore deux couches d’enduits superposées. La couche supérieure est composée de grands chevrons de tons gris variés. La couche inférieure, qui est peu visible, est peinte en teinte claire avec une bande noire et un filet rouge qui forment un chambranle autour de la porte ».

100La couche inférieure signale une composition employée dans le premier décor de la cathédrale : l’ocre-rouge et l’ocre-jaune sur enduit lissé retrouvés sur les parois intérieures du bâtiment et qui daterait plutôt du dernier tiers du XIe s. Ce décor magnifie un passage qui possédait une importance particulière par sa position centrale. Sa mise en couleur est associée à celle du sanctuaire supérieur.

Les fragments d’enduits peints : protocole d’étude
L’étude des enduits peints porte sur les fragments conservés depuis la découverte de la crypte. Lors du dégagement des sondages pratiqués par E. Stephens en 1960, nous avons mis au jour de nouvelles pièces. Nous ne possédons sans doute qu’une infime partie des fragments qui constituaient le remblai primitif ; seules les plus belles et les plus grosses pièces ayant été conservées (fig. 61 et 62).
L’état de conservation des fragments s’est révélé satisfaisant, hormis les rayures de la couche picturale dues à l’empilement des fragments dans les caisses d’origine. Les enduits qui supportent les couches picturales sont suffisamment solides pour que l’étude soit réalisée en manipulant les fragments ; le nettoyage a été conduit sans consolidation, à sec, aux pinceaux doux et à la gomme Wishab tendre. À l’étude visuelle, on reconnaît trois types d’enduits différents (A, Β et C), caractérisés soit par des mortiers de chaux, soit par des mortiers de gypse (ou greya), matériau particulièrement reconnaissable par sa légère teinte rosée.
Le type À est le plus largement représenté (142 fragments). La palette de couleur retenue est très large et se compose d’un bleu, un blanc, quatre dégradés de jaune, un rouge, un rouge vif, un rose, un marron, un vert, un gris, un noir. Les applications de couleurs se font directement sur un enduit épais d’environ un centimètre, très dur et compact.
Le type Β se différencie de l’ensemble précédent. L’enduit utilise un mortier de gypse (greya) qui lui confère une teinte légèrement rosée. Les fragments conservés portent un décor géométrique. Le premier est constitué d’un fond gris appliqué sur un badigeon blanc et rehaussé de lignes rouges et blanches. Le fond du second est un badigeon grossier, par endroits écaillé ; il reçoit des lignes brisées et croisées jaunes et rouges, rythmées par des points rouges.
Le type C se caractérise par un enduit dont la pâte blanche est compacte et très épaisse. L’usure des surfaces colorées rend délicate leur interprétation.

61- Fragment d’enduit peint de type A

61- Fragment d’enduit peint de type A

62- Un fragment d’enduit peint de type A

62- Un fragment d’enduit peint de type A

Techniques de mise en œuvre du stuc d’après C. Sapin
L’examen de ces fragments de stuc contribue à mieux appréhender certains principes des techniques de mise en œuvre. La plupart des stucs antiques étaient fabriqués par moulage. Si cette technique a pu se poursuivre dans le Moyen Age, le plâtre de gypse peut également être utilisé en applique. Pour empêcher une prise trop rapide de la masse appliquée, on travaille un gypse cuit à assez haute température possédant des qualités de dureté et de résistance.
Les fragments de Saint-Jean-de-Maurienne semblent mêler les deux techniques (les bases pourraient être coulées). Pour le maintien de ces couches d’applique, une structure rigide était nécessaire : bois ou chevilles en os, roseaux. Ces éléments de soutien sont demeurés très visibles en négatif. On voit, en particulier, les empreintes de branchages utilisés en faisceau ou treillage. Il s’agit probablement de rameaux d’un saule cendré dont les cannelures longitudinales, sous l’écorce, et l’espacement des nœuds, sont caractéristiques. On constate aussi la présence soit de grosses pièces de bois équarries pour les parties verticales provenant de résineux (il est peu probable que l’on ait utilisé du mélèze, bois beaucoup trop nerveux, mais plutôt du pin ou du fayard), soit de pièces recoupées en lattes pour l’âme des arcs par exemple.

Le décor de la nef

101Si l’espace sacré est magnifié par un décor luxueux, a contrario la nef présente un décor d’une extrême sobriété. Les enduits peints, qui recouvrent la partie sommitale des murs gouttereaux de la nef, le prouvent parfaitement. Le cadre de la découverte est à rapprocher de celui des cycles de peintures découvertes à la collégiale Saint-Ours d’Aoste, et à la cathédrale Sainte-Marie. Ces enduits sont parfaitement conservés sur toute la longueur de la nef entre l’extrados de la voûte gothique et le plancher du comble. La présence de ces enduits était connue de quelques érudits mauriennais ; on en a pour preuve un relevé de E. Stephens qui en montre sommairement l’emplacement. Mais la pauvreté du décor a fait que ces observations sont restées enfouies dans les archives et que rien n’a été publié à leur sujet.

102La paroi intérieure est recouverte, directement sur la maçonnerie, d’un mortier couvrant badigeonné en blanc (badigeon que l’on retrouve dans l’ébrasement intérieur des baies). Seule la partie haute possède un décor coloré sous la forme d’une frise découpée en damiers alternativement ocre-jaune et ocre-rouge ; la séparation entre chaque damier est ponctuée de gros points blancs (fig. 63). L’exécution de cette sorte de corniche feinte est assez sommaire comme on peut le constater à la manière dont les coups de pinceau ont été donnés : les points forment des surcharges de matière en relief.

63- Frise ocre-rouge conservée dans la partie haute de la nef

63- Frise ocre-rouge conservée dans la partie haute de la nef

103L’application directe de cet enduit sur le mortier de maçonnerie de la nef suggérait qu’il appartînt à l’état roman du décor. Il ne nous fallait toutefois pas écarter l’hypothèse que cet enduit avait remplacé un décor préexistant qui aurait été entièrement piqué avant la pose de ce décor. Sa comparaison avec d’autres échantillons nous a permis de le recaler dans la chronologie. Ce décor est, en fait, suivi d’un réaménagement que l’on ne connaît qu’indirectement par l’analyse de fragments d’enduits utilisés en bouchage des baies romanes. Ces derniers montrent, en effet, la superposition de deux mortiers recouverts de pigments : l’enduit de surface est constitué d’un mortier de greya, dont la couleur rosée est caractéristique, alors que le second, recouvert d’un badigeon blanc, présente des caractéristiques macroscopiques identiques au mortier de la frise et au mortier de maçonnerie de l’élévation. Cet aspect identique a été confirmé par l’analyse microscopique, ce qui vient corroborer l’appartenance de ce décor à la construction romane. L’analyse physico-chimique a par ailleurs montré que le badigeon blanc n’était pas un badigeon de chaux, mais de plâtre.

104Cette frise appartient à un vocabulaire qui est conventionnellement destiné à souligner les grandes articulations du bâtiment. À Saint-Michel d’Aiguilhe, en Haute-Loire, un bandeau décoratif marque la limite entre le voûtement et l’élévation. Cette limite est matérialisée par une bordure en arêtes noires, cernée de rouge (Chaize 1995). Les fresques des églises d’Aoste ne fournissent que peu d’éléments de comparaison : à la cathédrale, les limites des scènes sont accentuées par des aplats d’ocre rouge et d’ocre jaune superposés, à Saint-Ours, la présence d’une frise de grecques limite la partie sommitale du mur de la nef (Perinetti 1994 : 158-159). Si l’on trouve peu d’exemples similaires de cette frise, les caractéristiques de la partie inférieure, un enduit badigeonné de blanc, s’inscrivent, en revanche, dans une mise en revêtement des élévations intérieures de l’époque romane.

105M.C. Hubert a montré que cette pratique du blanchiment des églises s’opérait couramment aux Xe-XIe s. (Hubert 1990). Elle s’inscrit dans une pensée qui magnifie la pureté et qui recherche l’harmonie.

« Cette opération, souvent dénommée delbatio, »blanchiment« , évoque une notion de blancheur, fortement chargée de connotations symboliques : blancheur dispensée par le baptême, blancheur du christianisme opposée aux ténèbres du paganisme (inscription de la cathédrale de Pise au XIe s.), valeur spirituelle de la couleur blanche chez les Cisterciens. Selon une tradition littéraire bien affirmée, le blanc n’est pas tenu pour une couleur neutre, mais est au contraire synonyme d’éclat. »

106L’église romane de la Novalèse était simplement badigeonnée en blanc, seules certaines parties ont reçu un décor peint (Cantino Wataghin 1994 : 140). À la cathédrale d’Aoste, l’utilisation de ce badigeon blanc paraît se faire préalablement à l’exécution des scènes figuratives. On constate donc que les badigeons sont utilisés à des fins différentes. Parfois, ils jouent le rôle d’un apprêt appliqué en vue d’un revêtement polychrome. Parfois, ils constituent un décor en soi. L’exemple de Saint-Jean entre dans cette seconde catégorie. Le badigeon blanc est passé uniformément sur les murs intérieurs des nefs. La frise sommitale souligne le haut des murs.

107La valeur symbolique du blanc est fondamentale : elle devient la couleur de la révélation, de la grâce, de la transfiguration qui éblouit, éveillant l’entendement en même temps qu’il le dépasse : c’est la couleur de la théophanie dont un reste demeurera autour de la tête de tous ceux qui ont connu Dieu, sous la forme d’une auréole de lumière qui est bien la somme des couleurs.

108La cathédrale Saint-Jean-Baptiste, par son décor, allie ces notions fondamentales : la blancheur intérieure et le rouge qui recouvre les parements extérieurs des murs. Il est tentant de voir en ce décor une forte inspiration de la Bible.

« Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean et les emmène seuls à l’écart, sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux et ses vêtements devinrent resplendissants, d’une telle blancheur qu’aucun foulon sur terre ne peut blanchir de la sorte. Elie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus » (saint Marc, 9, 2-5).

109Elie est le maître du principe vital symbolisé par le feu, sa couleur est le rouge ; Moïse est symbolisé par le blanc.

110Ce goût pour le décor rapporté met en évidence des traditions venant du haut Moyen Age et un savoir-faire consommé, mais aussi un art de la pierre encore balbutiant. Le décor est confié à des ateliers spécialistes des stucs et des enduits, alors que les ateliers de tailleurs de pierre sont encore très marqués par les réalisations carolingiennes. Ces décors se complètent et illustrent parfaitement les programmes iconographiques développés au XIe s. dans les centres épiscopaux et monastiques en Occident.

111Par les formes plastiques utilisées (arcades, chapiteaux, personnages en fort relief ou ronde bosse) autant que par les techniques mises en œuvre dont la pratique de l’applique, les stucs et les enduits de Saint-Jean-de-Maurienne s’inscrivent dans le mouvement de l’art roman.

La cathédrale du XIe siècle : essai de datation

  • 83 Conon de Genève lui succède vers 1081 et reste sur le siège épiscopal de Maurienne jusqu’après 1112 (...)

112La datation de cette cathédrale reste un problème épineux. L’étude des entraits de la charpente romane entre pour une part importante dans le renouvellement de cette problématique. L’analyse dendro-chronologique, pratiquée sur une dizaine d’entraits de ferme, définit la période de construction de la charpente de la nef principale. Les échantillons les plus significatifs offrent comme date d’abattage : automne-hiver 1074/1075 et automne-hiver 1076/1077. Ces bois ont, sans doute, été mis en place le printemps suivant. La datation de la charpente fournit un terminus ante quem de la construction de la cathédrale (1074-1077). Le décor intérieur de l’église haute est posé dans les années qui suivent l’installation de la charpente. L’existence de la charte de l’evêque Artaldus va dans ce sens. On ne connaît pas les dates exactes de son épiscopat. Néanmoins, on sait qu’il est évêque avant 1075 et qu’il meurt vers 108083. Dans ce texte non daté, l’evêque exhorte les chanoines à utiliser l’église pour les offices divins ; celle-ci est donc achevée, sinon dans le détail, du moins dans le gros œuvre.

113Si le terme de ce chantier de construction est aujourd’hui assuré, il est en revanche plus délicat d’en définir le commencement. Le texte de l’évêque Teutbaldus, écrit dans la deuxième année du règne du roi Henri (1041), a longtemps daté le début de cette construction.

« Qu’il soit connu de tous les hommes que moi Teutbaldus, évêque de Maurienne, je donne certaines terres de mon episcopatus aux chanoines de Sainte-Marie et Saint-Jean-Baptiste, parce que cet endroit dont je suis l’évêque me semble être en ruines.... »

114Les ruines évoquées par Teutbaldus ont souvent été interprétées comme celles de la cathédrale. Or, ce texte demande une interprétation plus politique. En effet, rappelons qu’Humbert est possessionné dans les territoires de Maurienne entre 1039 et 1043. Quelles terres lui furent données ? Etait-ce les biens qu’Ermengarde, reine de Bourgogne, possédait dans la vallée ? Ou bien s’agit-il de terres usurpées aux seigneurs ecclésiastiques ? On peut s’interroger. Cette charte possède, en effet, un fort caractère revendicatif où l’évêque déplore le piètre état du temporel canonial. Il compense cette situation en donnant aux chanoines des terres et des revenus qu’il prend sur le temporel épiscopal. Déjà en 1025, l’évêque Evroadus incite les seigneurs à restituer les biens usurpés sur le temporel religieux. Cette charte ne mentionne nullement le contexte architectural du siège épiscopal. On sait qu’il est constitué des églises Saint-Jean-Baptiste et Notre-Dame, mais rien n’est dit sur l’état des constructions.

115Le parti architectural développé pour la cathédrale Saint-Jean-Baptiste dénote une forte influence provenant d’Italie du Nord (fig. 64). Les formules de l’Italie septentrionale présentent des exemples architecturalement très proches qui appartiennent au même horizon chronologique. L’abbaye piémontaise de Cavour (Chierici 1979), une des plus riches abbayes piémontaises des XIe et XIIe s., possédait, si l’on se réfère au tracé de sa crypte, un plan basilical à trois absides. Citons encore dans le Piémont (op. cit. : 1979) : San Secondo à Cortazzone ou plus encore San Michele à Oleggio. La basilique d’Oleggio est attribuée par Verzone au troisième quart du XIe s. Cette architecture est d’une grande simplicité : les parois extérieures sont rythmées d’arcatures et de lésènes ; à l’intérieur on choisit, comme à Saint-Jean, de construire des supports quadrangulaires et une charpente apparente. L’absence de décor sculpté est palliée par la présence d’un cycle de fresques, un des plus vastes de la région piémontaise, qui occupe l’ensemble des parois intérieures et aurait été exécuté entre 1070 et 1120. À Agliate, dans la région de Brianza en Lombardie, l’église SaintPierre possède un plan à trois nefs et chevet tripartite. On reconnaît ici encore les emprunts au style basilical classique. Une crypte occupe l’espace central du sanctuaire, comme à Oleggio et en Maurienne. De nombreuses caractéristiques communes relient ces édifices : les galets employés pour la maçonnerie et surtout le parti architectural choisi. Or, les datations de ces édifices sont souvent mal assurées. Le troisième quart du XIe s. est néanmoins retenu pour l’exécution des cycles de fresques qui ornent abondamment l’intérieur de ces édifices italiens. En revanche, on possède peu d’indications sur les débuts de ces constructions.

64- Hypothèse de restitution du groupe cathédral au XIe siècle

64- Hypothèse de restitution du groupe cathédral au XIe siècle

116À Saint-Jean-de-Maurienne, nous connaissons les mêmes hésitations. L’étude de la crypte a cependant permis de préciser la chronologie de son édification notamment par l’analyse des ouvertures de la salle occidentale. Les trois baies, perçant les murs latéraux, sont liées à l’installation du voûtement qui suit l’implantation de la salle occidentale, et notamment la construction du placage sur le mur de refend. Or, l’oculus vient percer ce dernier dans un deuxième temps. Le fort pourcentage de plâtre caractérisant cet enduit le rapproche de la composition des stucs. En outre, à partir de la part recalculée de gypse, on observe que le badigeon blanc recouvrant l’enduit du décor intérieur de la nef présente des caractéristiques proches du mortier scellant l’oculus. Dès lors, une hypothèse se fait jour : cet oculus a pu être réalisé en même temps que l’exécution du décor intérieur, c’est-à-dire peu après 1075/1077. Ainsi, la construction de la salle occidentale se voit-elle resserrée dans le temps. Cet espace serait exécuté avant même la fin de la construction de la cathédrale.

117La reconstruction de la cathédrale commencerait dès le milieu de la première moitié du XIe s., la comparaison avec des édifices à la morphologie et aux techniques identiques ne fait que confirmer cette impression. La cathédrale Saint-Jean possède une crypte à deux salles successives ce qui confère à cet espace une amplitude inaccoutumée. Elle se développe uniquement sous l’espace central : abside, chœur et empiète en partie sur le début de la nef. À Oleggio, la crypte se situe uniquement sous l’abside principale et le chœur. Il y a donc surélévation de cet espace par rapport aux bas-côtés. Sainte-Marie-Majeure de Lomello, construite avant Saint-Michel de Pavie, c’est-à-dire avant la deuxième moitié du XIe s., présente une disposition identique (Chierici 1978).

  • 84 Après avoir réformé leur puissance temporelle et spirituelle en se faisant rétrocéder les églises p (...)

118On peut s’interroger sur les circonstances qui ont favorisé la construction d’une nouvelle cathédrale en Maurienne. Au XIe s., les évêques réformateurs ont œuvré pour le renouveau du clergé et la restauration de leur autorité. Ce mouvement se met en place très tôt en Maurienne84. Dès 1025, l’évêque Evrard (990-1030), aidé du vicomte de Maurienne, restaure une partie du temporel du chapitre canonial par des restitutions de biens. Au début du XIe s. toujours sous l’épiscopat d’Evrard, plusieurs établissements de chanoines réguliers sont créés : à Aiton en 1019, au Châtel et à Saint-Julien, la confirmation du pape Lucius III effectuée en 1184 entérine donc des créations biens antérieures. Deux événements d’importance renforcent les liens des prélats mauriennais avec des figures majeures du versant transalpin. Il y a en premier lieu, le renouveau des liens avec les moines de l’abbaye de la Novalèse, qui sont de retour dans le diocèse depuis la fin du Xe s. La reconstruction de l’abbatiale s’opère dans le courant du XIe s. sur un plan à trois nefs et trois absides, plan identique à celui de la cathédrale. En second lieu, c’est l’unification du diocèse de Maurienne au diocèse métropolitain de Turin en 1038. La réforme grégorienne devient effective dans le dernier quart du XIe s., lorsque l’évêque Artaldus exhorte les chanoines à vivre ensemble dans la même maison, à prendre leur repas en commun dans le même réfectoire et à prier ensemble dans les églises Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Marie.

119Le XIe s. voit la vénération des reliques prendre une nouvelle importance. Cette dévotion, somme toute lucrative pour le clergé, est freinée lorsque l’Eglise s’efforce de canaliser la piété populaire, en la dirigeant vers les grandes figures du christianisme : Saint-Jean-Baptiste, les Apôtres et la Vierge Marie. Les hommes s’adressent à Dieu par l’intermédiaire des saints et leurs reliques se voient attribuer des pouvoirs bénéfiques. Les fidèles recherchent un rapprochement physique avec elles ; l’architecture se doit donc de faciliter cette piété en assurant une circulation aisée. Les signes tangibles de cette organisation sont manifestes dans la crypte de Saint-Jean-de-Maurienne où l’on discerne trois phases différentes d’aménagement. Le problème ici est de savoir ce qui a motivé ces multiples repentirs finalement peu éloignés dans le temps. Une des hypothèses serait que le culte à Saint-Jean-Baptiste ait généré une telle affluence que le dispositif primitif dût être modifié. Par son ampleur, la cathédrale est une véritable église de pèlerinage, sur le chemin vers Rome. Sigebert de Gembloux, écolâtre entre 1048 et 1074 de l’abbaye Saint-Vincent, qui rédigea la vie de l’évêque de Metz, Thierry Ier (965-984), rapporte les faits suivants : « La puissance et la gloire de saint Jean-Baptiste se manifestent par des miracles dans une ville appelée Maurienne et illustrée par ses reliques ». Les constructeurs réalisent, d’abord, une crypte à salle unique qui se révèle rapidement inadaptée devant l’affluence des pèlerins. Il devient nécessaire d’aménager une salle supplémentaire en avant de la première, afin de pouvoir instaurer une circulation, non pas sous les absidioles, ce qui n’aurait pas été des plus pratiques pour les clercs qui désiraient conserver un lieu de culte privé, mais à partir de la nef. Les cérémonies qui se déroulaient en ces lieux nous sont malheureusement inconnues. Cependant, la multiplicité des accès et leur système de fermeture témoignent de leur complexité.

  • 85 Le calendrier liturgique au XIIIe s. est établi d’après l’obituaire.
  • 86 Statuts du chapitre en 1267 et 1303, ADM, série Archives du Chapitre, n° 94.
  • 87 L’obituaire du XIIIe s. est conservé aux archives du diocèse de Maurienne, n° 64, pièce I.
  • 88 Fête de Gontran, créateur du diocèse (28 mars) ; Fête de Thècle, qui a ramené les reliques du Précu (...)
  • 89 Fête de Pierre, archevêque de Tarentaise (11 septembre).
  • 90 Fête de Thomas Becket, archevêque de Canterbury (29 décembre) ; Fête d’Edmond, archevêque de Canter (...)
  • 91 Fête de Dominique, fondateur des Prêcheurs (4 août) ; François, fondateur de l’ordre de Frères Mine (...)

La liturgie de la cathédrale au XIIIe siècle
Gabrielle Michaux
Le chapitre est le gardien des traditions du diocèse. Il doit faire de la cathédrale un foyer permanent de vie religieuse, ouvert à la foule des fidèles et des pèlerins venus prier auprès des reliques. La liturgie canoniale est une prière permanente et perpétuelle d’intercession au nom et en faveur de tous les croyants vivants et morts, plus particulièrement de ceux du diocèse, et pour tous ceux qui par leurs dons et legs ont demandé l’intervention du chapitre. Cette liturgie consiste d’une part en la célébration fixe et régulière des Heures, avec la messe conventuelle sur l’autel majeur comme point culminant de la journée, et d’autre part, en différentes prestations à la demande des fidèles (messes, processions...). Les chanoines sont les créateurs, les organisateurs et les acteurs de cette liturgie selon des pratiques et un calendrier propre au diocèse85 héritage de leurs prédécesseurs, mais qu’ils peuvent remanier en intégrant les nouvelles formes de dévotion.
La liturgie des Heures
Les chanoines comme les moines célèbrent la liturgie des Heures. Leur journée est rythmée par les offices, matines, prime, tierce, grande messe (chantée), sexte, none et vêpres. L’évêque intervient de manière très limitée dans la liturgie de la cathédrale. Les chanoines résidant à Saint-Jean-de-Maurienne président les cérémonies par roulement. Ils effectuent chacun leur tour une semaine de service liturgique, avec à chaque fois, en théorie, un prêtre, un diacre et un sous-diacre présents86 La messe communautaire dite par le chanoine hebdomadier (prêtre de la semaine) est célébrée sur le grand autel. La plupart des offices sont chantés par le chœur, d’où l’importance de l’apprentissage des chants dans la formation des jeunes clercs.
La liturgie des morts
Les dons des fidèles sont fait en échange de la prière de l’église « pro anima ». Le chapitre est un intercesseur privilégié dans une Maurienne sans fondation monastique majeure. Cette fonction funéraire se développe aux XIIe et XIIIe s., avec la fondation d’offices et de messes anniversaires perpétuelles. Elles sont inscrites dans un livre spécifique, l’obituaire87. L’office des morts est célébré aux matines, à prime, à sexte, avec la messe des anniversaires dite sur l’autel de la Croix à l’heure de tierce et lors d’une procession à l’autel majeur. Ce sont les chanoines hebdomadiers de la semaine précédente qui président les cérémonies. Souvent, il y a un repas au réfectoire dû aux libéralités du fondateur. La liturgie des morts utilise de manière privilégiée l’autel de la Croix, où sont sans doute exposées les reliques de la Croix possédées par la cathédrale. Certains fidèles mobilisent des moyens financiers importants pour créer des chapellenies, avec un prêtre rattaché qui célèbre régulièrement l’eucharistie pour le fondateur et sa famille sur un autel particulier. Au début du XIVe s. (statuts du chapitre de 1303), les différentes chapelles de la cathédrale sont dédiées à la Croix, saint Blaise, sainte Tigre, sainte Marie-Madeleine, saint Pierre, saint Martin et sainte Anne. D’autres seront fondées tout au long du Moyen Age.
Les fêtes liturgiques
Le calendrier liturgique de la cathédrale reflète la spiritualité des chanoines et des fondateurs de fêtes, qui instituent de nouvelles célébrations. Outre le cycle annuel centré autour du Christ, il y a celui de la vierge Marie et un cycle particulier dédié à Jean-Baptiste, le patron de la cathédrale (six fêtes). En dehors des fêtes temporales, le calendrier liturgique de l’église de Maurienne laisse apparaître une majorité de saints des premiers siècles chrétiens. Rares sont ceux postérieurs au VIe s. L’introduction de nouvelles fêtes au XIIIe s. est influencée par l’histoire du diocèse88, les relations qu’il entretient avec les diocèses voisins89 et avec l’Angleterre90 ainsi que les nouvelles dévotions proposées par l’église et les nouveaux modèles de la sainteté chrétienne (fondateurs d’ordres mendiants91).
L’ornement de la cathédrale
La liturgie dans la cathédrale se déroule avec un cérémonial qui accorde beaucoup d’importance à l’environnement ornemental. Le luminaire tient une grande place dans la mise en valeur des lieux. Outre sa fonction d’éclairage, il divise l’espace et signale les lieux saints ou les temps privilégiés de l’année (grandes fêtes liturgiques). Le chapitre utilise un luminaire permanent avec des lampes à huile et allume des cierges pour les cérémonies liturgiques majeures. Ainsi, il y a dix cierges lors des fêtes doubles, allumés pour les vêpres, les matines et la messe. (Statuts du chapitre en 1276). Six sont installées à l’entrée du chœur, deux devant l’autel et deux sur l’autel. Pour la semaine sainte qui précède Pâques, les chanoines placent le mercredi à l’entrée du chœur quinze cierges dans des candélabres ronds. Ils sont illuminés pour les matines du jeudi, du vendredi au samedi. Le jour de Pâques, on allume le grand cierge symbole de la Résurrection.
Le chœur est décoré (ADS, G Maurienne, n° 83) avec des tentures pourpres et l’autel possède un devant de velours rouge avec des étoiles d’or. Pendant le carême, la croix est recouverte de tissu. L’ameublement est plus réduit. Il n’y a pas de stalles au XIIIe s., seulement deux sièges et une cathèdre pour l’évêque ; un lutrin est installé au milieu du chœur pour les livres de chant et un grand lustre est suspendu au-dessus de l’autel. La liturgie des chanoines cherche à rendre visible le sacré par les décors, la gestuelle, les chants et les reliques exposées à la dévotion.

L’église Notre-Dame

120L’église Notre-Dame est située parallèlement à l’église Saint-Jean-Baptiste, la petite rue Saint-Ayrald formant une étroite séparation entre les deux bâtiments. Cet édifice, longtemps église paroissiale, n’est plus utilisé pour le culte depuis la Révolution (fig. 65). Notre étude archéologique s’appuie sur la confrontation de plusieurs sources documentaires :

    • 92 Bibliothèque du Patrimoine - Dossier Savoie 2620.

    les informations conservées dans les dossiers des archives de la bibliothèque du Patrimoine qui concernent les réparations effectuées sur le clocher en 191192 ;

    • 93 Nous remercions J.-F. Reynaud de nous avoir communiqué ses conclusions et les relevés graphiques ét (...)

    les observations archéologiques93 effectuées en 1989 sur le clocher ;

  • l’analyse visuelle de l’ensemble du bâti depuis le sol, associée à la lecture de photographies anciennes. Il est regrettable que la restauration des façades extérieures menée en 1988 n’ait pas fait l’objet d’un suivi archéologique, car des anomalies visibles sous l’enduit actuel auraient alors trouvé une explication.

65- Eglise Notre-Dame, extrémité orientale

65- Eglise Notre-Dame, extrémité orientale
  • 94 Saint-Jean-Baptiste possédait à l’époque romane les dimensions suivantes : 54 m de long et 24 m de (...)

121L’église présente un plan plus simple que celui de la cathédrale94 : la nef unique est terminée à l’est par une abside semi-circulaire (fig. 64). La façade occidentale, de style néoclassique, est décorée de pilastres surmontés de chapiteaux ioniques et d’un fronton.

  • 95 Chartes de Maurienne n° 134 et n° 135. Cette construction a été réalisée aux frais du cardinal d’Es (...)

122Les façades occidentales des églises Saint-Jean-Baptiste et Notre-Dame sont disposées dans le même plan. Mais il s’agit là d’un effet monumental hérité des transformations des XVIIIe et XIXe s. En effet, le clocher, actuellement isolé sur la place de la cathédrale, appartient à l’église Notre-Dame. En 1789, par un décret du représentant du peuple Albitte, le clocher est décapité. La grande flèche en bois, qui couronnait le clocher depuis le XVe s.95 s’abat sur les maisons voisines et défonce les voûtes de la première travée de l’église. L’église perd son intégrité architecturale : on supprime cette portion de bâtiment ce qui l’isole définitivement de son clocher. Si l’on ajoute la travée disparue, le plan de l’église Notre-Dame se voit grandement modifié : le bâtiment est de même longueur que la cathédrale, soit un peu plus d’une cinquantaine de mètres de long.

Abside et nef

123Une incontestable unité architecturale, offerte par le même décor d’arcatures et de lésènes qui rythment les façades extérieures, suggère une construction contemporaine de celle de la cathédrale. Sur le pourtour de l’abside, les arcatures aveugles sont groupées trois par trois entre les lésènes (0,42 m de large). Sur les murs gouttereaux, elles sont groupées par six, comme on peut encore le constater du côté sud, qui présente son décor complet. Les vestiges présents sur la paroi nord sont plus incomplets - seule l’extrémité orientale de ce mur est, en effet, conservée en élévation.

124On possède fort peu de renseignements sur l’intérieur de l’édifice primitif. J. Bellet (1978 : 44) rapporte la découverte d’un sol revêtu de dalles en « gypse ». Le niveau de sol de l’église Notre-Dame serait exhaussé de 1,50 m, surélévation due à une forte inondation qui aurait recouvert ce pavement ancien. Cette remontée des niveaux est attribuée à une inondation du Bonrieu des années 1439-1440 (Cartulaire de Maurienne, n° 115). La ville de Saint-Jean-de-Maurienne, construite sur un cône de déjection, est parcourue par des ruisseaux qui deviennent furieux en certaines circonstances.

125Au XVIIIe s. (1710), la nef, à l’origine charpentée, reçoit un nouveau couvrement. Des pilastres rectangulaires, couronnés d’un entablement continu, sont insérés dans les murs gouttereaux. La nef se divise en quatre travées, chacune recouverte d’une voûte d’arêtes. À cette phase de construction correspond la surélévation remarquable au haut des parois murales, ainsi que l’agrandissement des baies. L’intérieur est revêtu d’un nouveau décor. Il ne subsiste aucun vestige connu des éléments du décor de l’état primitif de cette église. Avaiton comme à Saint-Jean-Baptiste utilisé le stuc ? Le seul vestige ornemental est le portail présent dans la paroi nord, qui reste néanmoins un témoignage tardif de la sculpture romane savoyarde (cf. encart). Ce portail a, peut-être, été déplacé. Le mur dans lequel il s’insère est, en effet, très perturbé. Il ne présente ni lésènes, ni arcatures. Un coup de sabre visible sous les enduits suggère une reconstruction partielle. Cependant en l’absence d’une lecture des élévations, il est difficile de déterminer si cet aménagement est tardif, peut-être contemporain du dérasement du clocher au XVIIIe s., ou bien si cette intervention est plus précoce. Le chanoine Truchet, suivi par le chanoine Bellet, suppose qu’il appartenait au décor de la travée détruite à la Révolution, bien que rien n’indique son emplacement initial.

Le portail de l’église Notre-Dame
Il s’agit d’une construction entièrement en albâtre, dont la dégradation a nécessité le changement complet des fûts et des chapiteaux, lors d’une intervention spécifique en 1993. Le tympan nu est constitué de moellons appareillés reposant sur un linteau monolithe. Les neuf pierres de taille dont la moitié repose sur leur partie longue et l’autre moitié sur leur partie étroite, montrent ainsi une certaine maladresse d’exécution. On remarque que les constructeurs ont cherché tant bien que mal à les adapter à la forme semi-circulaire du tympan (fig. 66a). Un linteau monolithe repose sur des consoles décorées : l’une représente une tête caricaturée et l’autre un masque dont la bouche laisse échapper un feuillage qui encadre les joues et le front. Un masque analogue est conservé dans la salle du Trésor.
L’archivolte est une construction à double voussure qui retombe sur des piédroits à angles rentrants où sont logés quatre colonnettes et quatre chapiteaux. Ces derniers proposent une modénature très fine. Deux sont décorés de motifs végétaux stylisés, les deux autres de représentations humaines :
- une tête énorme très mutilée aux yeux exagérément développés constitue la corbeille de l’un d’eux (fig. 66b) ;
- le dernier présente une scène historiée. Deux personnages debout, reconnus comme des clercs d’après leurs vêtements, tiennent à la main la même crosse. La tête de l’un a disparu. L’autre personnage appuie un livre sur sa poitrine. L’interprétation de cette scène est difficile. S’agit-il, comme le suggère J. Bellet, d’une intronisation épiscopale ?
On rapporte la datation de cet ensemble au XIIe s. J. Vallery-Radot discerne des influences viennoises dans l’exécution du modelé. « La tendance caricaturale qui caractérise... les grosses têtes... évoque un certain aspect de la sculpture romane viennoise, notamment celle qui déploie sa verve dans la corniche monumentale, remontée sur le bas-côté nord de l’ancienne cathédrale Saint-Maurice de Vienne... ». (Vallery-Radot 1965). Ce portail est à rapprocher des autres ensembles sculptés connus dans la région : Cléry, La Chambre, Marthod.

66a- Le portail de l’église Notre-Dame

66a- Le portail de l’église Notre-Dame

66 b- Les chapiteaux du portail de l’église Notre-Dame

66 b- Les chapiteaux du portail de l’église Notre-Dame

L’espace occidental

126Moins large que la nef, le clocher forme une structure carrée (10m x 10m), dont l’aspect massif et austère contraste avec les édifices environnants (fig. 67). Au XVe s., le groupe épiscopal est marqué par un élan de reconstruction qui touche l’ensemble des bâtiments, et le clocher de Notre-Dame ne fait pas exception. Une flèche d’une quarantaine de mètres de hauteur couronne le sommet de la tour. C’est elle que remarquaient les voyageurs qui parcouraient la route du Mont-Cenis. Au XVIIe s., l’anglais Coryate note que « l’église de la paroisse est un beau monument » qui « possède un clocher remarquable » (Bruchet 1908). Il ne faut pas chercher là une source de documentation qui permettrait de mieux connaître cet édifice, la description qu’il donne est bien trop laconique. Cette flèche charpentée qui contrastait singulièrement dans le paysage mauriennais, est en revanche bien représentée sur le Theatrum Sabaudiae.

67- Le clocher de l’église Notre-Dame, relevé partiel de la façade orientale

67- Le clocher de l’église Notre-Dame, relevé partiel de la façade orientale

127Aujourd’hui, le clocher présente deux niveaux distincts qui se différencient tant dans leur mode de construction que dans la répartition interne des volumes.

128Le premier niveau correspond aux dix premiers mètres de l’élévation. La partie basse est rythmée de lésènes et percée de plusieurs ouvertures : portes et étroites fenêtres. Les façades nord, sud et ouest de cet espace sont caractérisées par la présence de lésènes : deux au centre (distantes de 2,88 m) et une plus large marquant chaque angle.

129Le second niveau se développe sur les vingt mètres suivants. Il s’implante en léger retrait par rapport à l’aplomb de l’élévation inférieure. La partie haute est largement éclairée par quatre baies géminées qui ont subi divers remaniements. L’appui est reconstruit : on remarque en effet les traces de piédroits anciens associés à un appui primitif. Par ailleurs, les arcades s’insèrent dans une maçonnerie perturbée ; les anomalies de la construction suggèrent un ancien tracé plus aigu. Le décor primitif de ces ouvertures est aussi modifié : simples modénatures chanfreinées, base cylindrique et chapiteaux sans ornement. Seule, la fenêtre ouest porte encore son décor primitif : une base aux tores faiblement aplatis, une colonnette en anhydrite et un chapiteau décoré d’une tête et de feuillages très simples. Ces éléments ne semblent pas antérieurs au XIIIe s.

130La partie basse du clocher est subdivisée aujourd’hui en trois niveaux : un sous-sol voûté excavé au XIXe s., réalisation qui a détruit d’éventuelles structures préromanes, un rez-dechaussée voûté et un étage.

  • 96 L’ouverture nord appartient à une reprise en sous-œuvre.

131Le rez-de-chaussée constitue un espace intérieur d’environ 6 m de côté. La nouvelle affectation du lieu a fait perdre les traces des aménagements anciens. Si trois grandes baies ouvrent largement l’espace sur l’extérieur (à l’est, à l’ouest et au nord96 seules les ouvertures d’axe appartiennent à la structure primitive. À l’est, la porte de grandes dimensions (large de 2,50 m et haute de 2,50 m) offre un accès direct dans la nef. En dépit des nombreuses restaurations qui brouillent la lecture des maçonneries, notamment à l’extérieur où le parement est reconstruit sur près de 2,50 m, la porte occidentale contient des éléments qui indiquent que son percement est ancien. Quant à dire qu’il est d’origine, les indices sont trop ténus pour l’affirmer.

  • 97 Elle est réalisée selon le modèle des autres fenêtres : arc en tuf extradossé d’albâtre. Elle éclai (...)

132La voûte d’arêtes s’appuie sur des murs de plus de 2 m d’épaisseur. Le percement de la fenêtre sud, aménagé lors de la création de toilettes (XIXe s.)97, fait apparaître une maçonnerie homogène constituant, à la fois, cette voûte et le parement intérieur de l’escalier mural qui permet l’accès à l’étage. Cet étroit escalier à deux volées droites s’inscrit dans l’épaisseur de la maçonnerie. Cette formule constructive reprend des modèles anciens qui se développaient déjà dans les bâtiments romains dotés de tribunes. Si l’escalier à vis, inscrit dans l’épaisseur du mur ou dans une tourelle, correspond à la structure particulièrement développée à partir de l’époque carolingienne, l’escalier mural droit reste un modèle conservé dans un certain nombre de bâtiments. Dans le massif occidental de Romain-môtier, on rejoint l’étage par un escalier droit, voûté en berceau aménagé dans le cœur du mur oriental. À Saint-Romain-le-Puy dans la Loire, les escaliers muraux logés dans les murs des absidioles offrent un double accès aux parties sommitales de la priorale. À Saint-Rambert-sur-Loire, l’escalier mural inséré dans les murs du clocher-porche permet de rejoindre la chapelle haute. À Saint-Jean, le passage est évidé au-dessus de la voûte du rez-de-chaussée. Il ne met nullement en péril la stabilité de la structure, les dimensions importantes des parois palliant cet évidement ponctuel. Le couvrement initial de l’extrémité occidentale se rapprochant plus d’une charpente que d’une voûte.

  • 98 - Elles sont situées au centre de chaque paroi, les constructeurs prenant en compte la largeur tota (...)

133Le premier étage est éclairé par plusieurs fenêtres : au nord et au sud, une baie occupe le centre de chaque paroi ; deux fenêtres sont disposées du côté ouest98. Extérieurement étroites (0,40 m de large), elles sont marquées par un faible ébrasement intérieur. Les piédroits sont constitués du gros de mur sans qu’un soin particulier ait été apporté à leur réalisation. En revanche, l’arc est composé de claveaux de tuf de dimensions égales et extradossé par de petites pierres rectangulaires en albâtre. Cet effet décoratif reproduit la technique de la construction en brique. À Agliate, les baies sont aussi extradossées avec de petites pierres afin de former un contraste chromatique entre l’arc proprement dit et le parement. Le mur oriental percé d’une large arcade, dont le piédroit est en partie mutilé, offre une large vision du premier étage vers l’intérieur de la nef.

Restitution et essai de datation

134Si le désaxement important du clocher par rapport à l’église Notre-Dame indique indubitablement une construction en deux temps, de nouveaux arguments permettent de proposer une évolution de la construction d’est en ouest. Plusieurs hypothèses ont été émises quant à l’origine de cette implantation différenciée. J. Hubert, le premier, suppose que ces deux bâtiments sont indépendants de structure et de fonction pendant tout le haut Moyen Age et seulement raccordés au XIe s. Ainsi associe-t-il la fonction baptismale à ce petit édifice carré situé à l’ouest du groupe épiscopal. Dans le contexte actuel, la pérennité de l’emplacement ne peut être solidement démontrée. Le premier niveau de ce clocher est parfaitement homogène ; la maçonnerie s’inscrit dans une conception d’ensemble du groupe cathédral.

135L’élévation extérieure orientale de la partie basse du clocher porte de multiples traces d’arrachements (fig. 67). Dans ce parement très perturbé, deux sillons verticaux suggèrent la présence de négatifs de lésènes. Leur largeur (entre 0,50 et 0,58 m) et leur positionnement dans ce mur (distants de 3,33 m) ne coïncident pas avec la répartition des lésènes sur les autres façades. Ces traces appartiennent, non pas à la base du clocher, car les blocs seraient alors disposés en saillie, mais à un massif de maçonnerie détruit. Il devient alors évident que ce massif ne pouvait appartenir qu’à l’ancienne façade détruite de l’église Notre-Dame. On remarque, par ailleurs, que l’arcade d’axe et la fenêtre qui la surmonte sont composées de galets disposés en demi-cercle. Or, ce mode de construction diffère de celui employé pour les autres ouvertures. Dans le cadre de cette hypothèse, il s’agirait du blocage interne des baies, invisible lorsqu’il était plaqué contre la façade primitive de l’église Notre-Dame.

  • 99 Quel était le mode de couvrement de cet espace ? Une charpente recouvrait-elle directement le premi (...)

136Ces différents arguments suggèrent que la construction romane se soit réalisée en deux temps. La première phase voit l’édification d’une église selon un plan simple abside et nef unique. La seconde phase se caractérise par l’adjonction de l’espace occidental, dont la hauteur est équivalente à celle de la nef99, et non d’une tour porche comme on l’admet traditionnellement. Les observations réalisées à partir des matériaux de construction apportent, à cet égard, des indications précieuses. La partie basse est construite avec des galets de dimensions très variables et disposés en épi. La partie supérieure est, quant à elle, composée de galets de plus grandes dimensions disposés en lits horizontaux réguliers. Les chaînes d’angle ne sont pas identiques sur toutes leurs hauteurs : le premier niveau est caractérisé par l’emploi de lésènes d’angle alliant gros galets et tuf appareillés ; le second niveau se différencie par l’utilisation exclusive de pierres de tuf de grandes dimensions. La composition de l’espace occidental se présente donc sous la forme d’une avant-nef réduite avec un rez-de-chaussée en communication directe avec la nef et, à l’étage, d’une chapelle haute accessible par un escalier mural. Cet étage était largement éclairé par quatre fenêtres et cette large ouverture donnant sur la nef.

137En dernier ressort se pose le problème de l’accès principal dans cet espace. Tout d’abord, la porte occidentale est trop remaniée pour que sa contemporanéité avec la maçonnerie de la partie basse soit assurée. Ensuite, l’existence de la porte Marenche accolée contre la façade occidentale à une période indéterminée, montre que l’axe occidental n’a manifestement pas toujours été privilégié.

  • 100 Le vocable de l’église Notre-Dame apparaît pour la première fois dans la charte de donation de l’év (...)

138L’absence d’une ouverture axiale est à rapprocher du statut de l’église Notre-Dame. Au XIe et XIIe s., cette dernière relève, en effet, uniquement du chapitre. Ce n’est qu’au XIIIe s. que son statut évolue : en 1250, l’évêque Amédée de Miribel donne au chapitre la cure de quatre églises paroissiales dont celle de Notre-Dame (Michaux 1997 : 88). Ce changement de statut correspond à d’importantes modifications apportées à l’espace occidental qui se voit doté d’une haute tour et d’une nouvelle porte d’accès. La création du massif occidental est sans doute à rapprocher des nécessités liées à la liturgie canoniale. Les modifications importantes survenues dans le plan de la crypte sont, pour une part, liées au renforcement de la communauté canoniale. Or, se pose là encore le problème de la datation de ces vestiges. En effet, il semble qu’une évolution mûrement réfléchie ait amené le commanditaire à opter pour ces changements de parti. La rareté des sources textuelles est encore plus flagrante pour cet édifice que pour la cathédrale. Les premières mentions n’apparaissent que dans les chartes de Maurienne100 du XIe s. où les églises Saint-Jean-Baptiste et Notre-Dame sont citées conjointement. L’unité architecturale des deux édifices, caractérisée notamment par l’emploi d’un même vocabulaire décoratif et une mise en œuvre identique, place la construction de l’église Notre-Dame dans le courant du XIe s.

Le cloitre et les bâtiments canoniaux

  • 101 L’acte de fondation de cette chapelle est passé dans le cloître en 1314 (G Maurienne n° 81).

139Au nord de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste se développe le très beau cloître gothique, enserré par le bâtiment du réfectoire, au nord, et la chapelle de Jésus (ou de Tous les Saints101 à l’ouest (fig. 68). Pénétrer en son sein est comme s’abandonner dans un espace protégé de la ville. Le cloître est le cœur intangible du quartier canonial, abri protecteur contre les nuisances du siècle. Il crée le lien entre les bâtiments nécessaires à la vie communautaire des chanoines, cette institution ecclésiastique qui voit le jour à la période carolingienne. Tous les événements de la vie des clercs s’y manifestent avec une intensité particulière : la prière, les actes politiques ou strictement communautaires, la mort enfin, quand chanoines et nobles seigneurs trouvent leur dernière demeure sous le sol de ces galeries (cf. encart).

68- Le cloître, plan de situation

68- Le cloître, plan de situation

140De plan rectangulaire (32 m x 22,50 m), le cloître est bâti en pierre de tuf et d’albâtre. Il ouvre sur le préau par des baies groupées trois par trois, entre les contreforts en tuf. Deux passages dans le mur bahut, l’un à l’est et l’autre au nord, permettent, en montant une marche, d’accéder au jardin.

141Les galeries, de 3,30 m de large, sont divisées en vingt-quatre travées voûtées sur croisées d’ogives. Du côté du mur, les nervures des ogives et des doubleaux sont reçues sur des consoles, dont le décor sculpté subsiste en de rares endroits (fig. 69). Etant occupée partiellement par une tourelle d’escalier construite au XVIe s., la dernière travée orientale de la galerie nord n’est couverte que d’une moitié de voûte sur croisées d’ogives, dont les nervures viennent buter contre cette tourelle. Le cloître a été restauré vers 1933, sous l’épiscopat de Mgr. Grumel, dont les armes sont sculptées à la clef de voûte de la deuxième travée de l’aile méridionale.

69- Le cloître gothique

69- Le cloître gothique

142L’aménagement de ce cloître s’inscrivit, au XVe s., dans une vaste œuvre de rénovation du groupe cathédral. Les travaux sont extrêmement bien documentés. Ils furent commandités par le cardinal d’Estouteville, qui occupa le siège mauriennais de 1452 à 1483. La date de réalisation n’est pas connue avec précision, mais une série de textes, mentionnant les travaux du cloître, jalonnent le dernier tiers du XVe s. Le cloître paraît être une des dernières parties terminées du chantier mauriennais du XVe s. Il aurait été entrepris après l’achèvement de la flèche du clocher de Notre-Dame en 1477.

  • 102 Op. cit., n° 134.
  • 103 Op. cit., n° 135.

143En 1482102 Charles Ier, duc de Savoie, autorise le vicaire général du diocèse à utiliser les revenus de la mense épiscopale « pour la construction et perfection de claustre de Saint-Jehan ». À sa mort (1483), le cardinal laisse la plus grande partie de son héritage103 pour terminer le cloître. Cette tâche incombe à son successeur, Mgr. Morel, qui occupe le siège épiscopal jusqu’en 1499, date de sa mort. La date de construction du cloître se situerait donc entre 1477 et 1499.

  • 104 Albrieux et Billiet éd. 1861, n° 26, p. 46 (1196) : Actum est hoc in cimeterio Sancti Johannis Bapt (...)

Les lieux d’inhumation
Le cimetière de la cathédrale est mentionné depuis la fin du XIIe s., certains actes y sont parfois signés104 Il se développe à l’ouest de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste, dans ce grand espace laissé vierge de construction. De nombreux fidèles demandent à y être ensevelis dans la tombe de leur famille terrestre. L’obituaire du XIIIe s. s’en fait l’écho, offrant même des précisions sur l’emplacement des tombes : ainsi, la tombe familiale de Guigues Botier estelle située à l’angle de l’église Sainte-Marie. Devant le parvis, des tombes ont été mises au jour en 1999 (fouilles d’urgence, J.-Cl. Ozanne).
Quelques privilégiés peuvent obtenir de reposer à proximité immédiate de la cathédrale. Humbert aux blanchesmains, fondateur de la maison de Savoie, serait enterré sous l’actuel portique, contre la façade occidentale de l’église.
Alors qu’à l’époque carolingienne les évêques se faisaient inhumer dans le monastère de la Novalèse, à partir de l’an mil ils sont ensevelis au sein même de la cathédrale. Le tombeau du Bienheureux Ayrald (1134-1146) est situé à côté de l’autel de saint Pierre.
Le cloître canonial est aussi un lieu d’inhumation privilégié. Les deux sondages réalisés dans les galeries nord et sud ont révélé plusieurs niveaux de sépultures en coffre de bois.

L’évolution du cloître roman

  • 105 Op. cit., n° 34 (p. 53-54) et n° 35 (p. 58-59). 1208 - “actum in claustro Sancti Johannis” et 1211 (...)

144L’existence d’un cloître antérieur à la construction du XVe s. est attestée tant par les textes que par du mobilier lapidaire mis au jour dans la cathédrale. Les textes ne sont pas antérieurs au XIIIe s. En 1208 et 1211, deux actes sont signés dans la cloître sous l’église Saint-Jean105. Le terme de claustrum n’a pas forcément le sens restreint qu’on lui confère aujourd’hui : « un préau rectangulaire entouré de galeries voûtées » ; il peut indiquer l’ensemble des bâtiments claustraux, les galeries du cloître comprises. Dans les années soixante, deux chapiteaux ont été découverts dans le bouchage de la porte de la salle du Trésor, lors des travaux de restauration du chœur. De dimensions modestes, décorés sur les quatre faces, ces chapiteaux pourraient participer au décor d’une galerie de cloître. L’un d’eux propose le thème des pèlerins d’Emmaus. Les trois figures, massives, sont réparties à chaque angle du chapiteau. Ils sont datés du deuxième quart du XIIe s. (Sapin 1988 ; Favreau et al., 1994).

Le cloître du XIe siècle

145La restauration par les Monuments Historiques du cloître gothique a permis d’effectuer l’analyse archéologique des murs périphériques : le mur nord de la cathédrale, le mur sud du réfectoire, le mur oriental et le mur ouest qui comprend, en partie la chapelle de Jésus. Plusieurs phases d’aménagement sont discernables : des maçonneries anciennes repérées sur les ailes nord, est et ouest du cloître, la surélévation du réfectoire, la construction des voûtes du cloître gothique (fig. 70).

70 – Relevé pierre à pierre du mur du réfectoire, bordé par la galerie nord du cloître

70 – Relevé pierre à pierre du mur du réfectoire, bordé par la galerie nord du cloître

146La construction ancienne, présente sur un peu plus de 3m de haut, est reconnue sur toute la longueur du réfectoire et du mur formant la limite orientale du cloître, ainsi que sur l’extrémité nord du mur ouest. La maçonnerie est caractérisée par l’utilisation de matériaux roulés (galets de rivière) et de moellons de tuf. Ces pierres sont disposées en assises régulières, parfois en arêtes de poisson, afin d’en rétablir l’horizontalité.

147Le mortier de construction est fait à base de chaux. Par endroits, le traitement de surface est très altéré, les pierres sont alors presque à nu. Sinon, il est réalisé à pierres vues, par le lissage du mortier de construction largement rabattu sur la pierre. Le joint est serré, assise par assise, avec le plat de la truelle, afin que les blocs se maintiennent en place. Chaque assise est ainsi surmontée d’une ligne discontinue, mais marquant une même horizontale qui est rehaussée d’un badigeon blanc, ce qui confirme l’utilisation décorative de ce traitement de surface. La technique de construction est rigoureusement identique à celle observée sur les façades de la cathédrale romane.

  • 106 Cette restauration date peut-être du début du XVIe s., lorsque la salle du chapitre fut rénovée afi (...)

148Deux ouvertures peuvent être rattachées à cette phase de construction. La première donne accès à une pièce qui est encore aujourd’hui appelée la salle du chapitre. Il s’agit d’une porte en plein-cintre, large de 1,25 m, dont les piédroits et les claveaux de l’arc sont en tuf. L’extrados de l’arc est souligné par un arc en pierres d’albâtre. Seuls les deux blocs de tuf du piédroit est sont en place. Le reste appartient à une restauration plus tardive106 Initialement, cette porte pouvait être plus étroite à l’instar de l’ouverture découverte dans le mur est du cloître. Cette seconde porte, large de 1 m, est percée à l’extrémité sud du mur oriental. Les piédroits et l’arc sont constitués de blocs de tuf. Il s’agit d’un accès, soit dans un bâtiment régulier, soit vers l’extérieur du cloître.

149À 1,50 m du niveau de sol actuel, ces murs présentent les traces de plusieurs percements bouchés : dix sur le mur du réfectoire et un sur le mur est. Ils présentent tous des caractéristiques similaires - de formes rectangulaires (0,25 m x 0,30 m) - obturés par de petits blocs de tuf liés par un mortier extrêmement dur. La distance qui sépare chacun d’eux, varie de 1 m à 1,50 m (entre axe). Ils forment une ligne horizontale quasi-parfaite. Ces percements ne sont pas traversants. Le mode d’assemblage des pierres autour des trous n’est manifestement pas organisé dès l’origine pour recevoir une ouverture. On pourrait imaginer un système identique à celui des trous de boulins, c’est-à-dire des pierres faisant parement par décalage d’une assise. Cette anomalie suggère que les percements appartiennent à une phase de construction postérieure à la construction de la partie basse du réfectoire. Ces encoches pourraient marquer l’emplacement d’une toiture en appentis, contenant alors les entraits d’une demi-ferme.

150Cependant, le niveau de sol actuel interdirait une telle réalisation. Des informations collectées lors du sondage dans la galerie nord du cloître offrent une explication à cette anomalie. Nous avions constaté que le sol d’occupation fonctionnant avec le réfectoire était 1 m à 1,50 m plus bas que l’actuelle calade des galeries. Plusieurs indications nous avaient permis d’arriver à cette conclusion : la présence d’une aire de travail en relation avec la construction du bâtiment à 1,50 m sous le niveau actuel, la fondation du mur du réfectoire débutant, quant à elle, 0,20 m plus bas, et enfin le sol actuel de la « salle du chapitre » en contrebas du cloître de 1 m. Cette hauteur de sol fonctionnerait alors beaucoup mieux avec l’existence de passages abrités, couverts par une charpente. N’ayant pas retrouvé l’emplacement des supports, nous n’en connaissons pas la largeur.

Restitution et essai de datation

151La construction de bâtiments réguliers entre dans le cadre de la rénovation générale du groupe cathédral. En 1075, l’évêque Artaldus fait des recommandations aux chanoines au sujet des dons qu’il leur fait :

  • 107 “...qu’ils ne devront pas se partager ces revenus, mais en jouir en commun dans la même maison, le (...)

« ...et praesentibus et futuris, ut in perpetuum habeant et possideant, non ut inter se dividant per singulos neque dispertiant, sed simul et communiter in eadem domo, in refectorio et in ecclesia.. »107.

152L’évêque affirme son autorité sur les chanoines en insistant sur la nécessité de la vie en communauté, associée à un idéal de pauvreté par la constitution d’un patrimoine commun. Par ailleurs, il insiste sur la prière en commun dans les églises nouvellement restaurées. Les effets de la réforme grégorienne se font ainsi sentir dès la fin du XIe s. La vie prônée pour le chapitre cathédral s’apparente à celle des communautés monastiques. Applique-t-on pour autant la règle de Saint-Augustin ? Il s’agit, semble-t-il, des effets consécutifs aux conciles de Vienne (1060) et de Châlon (1073), qui reprennent les décisions du concile du Latran (1059) où est condamnée la propriété privée pour les membres du chapitre dans le but de restaurer la vie commune, et qui se prononcent contre la simonie et le nicolaïsme (Bligny 1960). Nous sommes mal renseignés sur la conception de la vie commune du chapitre. Néanmoins, l’évêque essaye d’introduire une règle de vie stricte dont le respect ne peut aller de pair qu’avec la création d’un lieu de vie approprié, d’un quartier canonial bien structuré.

  • 108 Un claustrum existait-il dès l’époque carolingienne ? Aucune source documentaire et archéologique n (...)

153Le texte de 1075 mentionne donc la création d’un réfectoire et d’une maison commune. Le grand bâtiment de plan rectangulaire érigé au nord de la cathédrale est encore de nos jours appelé « réfectoire ». À sa création, il s’agit d’un long bâtiment à un seul niveau, dont l’organisation intérieure et le décor restent inconnus. Une porte en plein cintre est aménagée au sud du mur oriental de l’espace claustral. Aujourd’hui, aucun indice ne permet d’associer cette porte avec un bâtiment précis. Le parement extérieur du réfectoire était rehaussé d’un badigeon blanc que l’on trouve conservé dans le creux des joints. La blancheur de ce bâtiment contrastait avec l’ocre des façades de la cathédrale. Un espace clos par les bâtiments destinés à la vie en communauté fut donc aménagé dès le XIe s. au nord de la cathédrale108.

Le cloître du XIIe siècle

  • 109 Ce thème est tiré de l’Evangile de Luc (24, 13-35). La scène comprend trois personnages : le Christ (...)
  • 110 “En 1112, Berlion de Faverges rend au chapitre un quart de l’église de Saint-Michel et les autres é (...)

154La constitution de passages couverts sur les ailes nord et est du cloître s’inscrit dans un aménagement du deuxième quart du XIIe s. Cette datation est fournie par le travail de sculpture des deux chapiteaux, l’un à décor floral, l’autre représentant les Pèlerins d’Emmaiis109 Cette chronologie est, par ailleurs, corroborée par plusieurs programmes iconographiques qui se développent au XIIe s. dans d’autres cloîtres canoniaux. Des cloîtres d’Avignon ou de Toulouse, seul subsiste un dépôt lapidaire. Elne et Le Puy conservent leur programme iconographique en place. Le XIIe s. voit des évêques qui œuvrent au bon maintien de la vie communautaire : Amédée de Faucigny, Ayrald I (1134 et Bernard I tous deux issus de la chartreuse de Portes en Bugey. Les biens spoliés par des laïcs sont peu à peu restitués au chapitre110.

  • 111 Bernard d’Avrieux est le premier sacristain connu en 1188 - CDM n° 21.
  • 112 Statuts du chapitre de 1303 (ADM, série Archives du Chapitre, n° 94).
  • 113 Gallia Christiana 1865, t. XVI, n° 22, p. 306. Lettre du pape Honorius III (1225) qui rappelle que (...)
  • 114 Statuts du chapitre de 1303 (ADM, série Archives du Chapitre, n° 94).
  • 115 ADS, série G Maurienne, n° 33, pièce I et n° 76 pièce I, ainsi que CDM n° 16, 18, 19, 20, 21, 31.
  • 116 Au concile de Nîmes en 1096, le pape Urbain II a autorisé les chanoines à administrer les sacrement (...)
  • 117 En 1186, le chapitre possède seize églises, la moitié d’une autre et les prieurés d’Aiton, de Saint (...)
  • 118 Au XIe s., les abbayes de la Novalèse, de SaintMichel de la Cluse et de Saint-Chaffre-en-Velay impl (...)
  • 119 Exemple d’élection refusée par le pape en 1221 dans Gallia Christiana, 1865, t. XVI, n° 20, p. 304- (...)

Le Chapitre cathédral aux XIe et XIIe siècles
Gabrielle Michaux

Le rôle du chapitre cathédral est de collaborer avec l’évêque à la direction spirituelle et matérielle du diocèse. Les chanoines pratiquent la liturgie des heures et occupent des fonctions intellectuelles et administratives. Ils sont organisés en communauté avec à leur tête des dignitaires. En Maurienne au XIe s., le premier dignitaire est un prévôt, le second un doyen. La fonction de prévôt est supprimée au milieu du XIIe s. À partir de cette époque, le chapitre est dirigé par le doyen. Deux autres dignités existent : celle de sacristain, connue à la fin du XIIe s.111, et celle de chantre, citée par les documents dans la seconde moitié du XIIIe s.112. Les effectifs du chapitre sont longtemps inconnus et sans doute instables. À la fin du XIIe s., le nombre de chanoines est fixé à dix-huit113. Ils sont assistés par des clercs formant le chœur inférieur au nombre de vingt en 1303114.
Le prévôt
La prévôté est à Saint-Jean-de-Maurienne la première dignité du chapitre aux XIe et XIIe s. Le prévôt est chargé du temporel. Il dirige les chanoines, administre les biens du chapitre, nomme les officiers subalternes (mistraux, céllerier). Il possède aussi un droit de juridiction et désigne les procurateurs du réfectoire qui représentent le chapitre dans les instances judiciaires. Le prévôt a en charge tout ce qui concerne la gestion de la mense canoniale. Il reste toutefois un membre comme les autres du chapitre, prenant ses repas au réfectoire et tirant ses biens de la mense collective. Il voit sa puissance augmenter avec la formation de la mense capitulaire. Les abus provoquent la suppression de cette dignité et la gestion commune des biens. Vers 1145, une réforme menée par l’évêque Ayrald réunit la prévôté à l’épiscopat115. Il s’ensuit un conflit avec le chapitre, qui va durer un demi-siècle. On peut penser que la suppression de la fonction de prévôt a accéléré le processus de division des biens du chapitre en prébendes gérées par chacun des chanoines.
Le doyen
Il est le second dignitaire du chapitre. Il préside le chapitre et reprend les fonctions du prévôt après la réforme du XIIe s., hormis la gestion des biens.
Le rôle du chapitre dans l’église locale
Les activités de la communauté canoniale sont réparties entre les membres. On peut supposer que tous les résidants à Saint-Jean-de-Maurienne ont une tâche liturgique, administrative ou économique.
Dans la cité épiscopale, les activités liturgiques et pastorales sont directement sous la responsabilité du chapitre116. Les chanoines sont les desservants de l’ensemble du groupe épiscopal, comprenant la cathédrale Saint-Jean-Baptiste et l’église Sainte-Marie. Il participe aussi à l’encadrement des fidèles dans l’ensemble du diocèse, grâce aux paroisses et prieurés sous sa juridiction dont il nomme les prêtres117. La liturgie des paroisses est réglée sur les coutumes de la cathédrale, l’église-mère. La prééminence du chapitre vis-à-vis des autres institutions religieuses existant dans le diocèse est reconnue par le versement d’un cens annuel118.
Le chapitre contribue au gouvernement de l’Eglise locale aux côtés de l’évêque. Le clergé est sous leur autorité et leur surveillance conjointe. La communauté canoniale sert de modèle et participe au renouveau du clergé dans le cadre de la réforme grégorienne, le chapitre est réformé vers 1075 (CDM, n° 7). L’évêque lui confie parfois des paroisses dont le curé est considéré comme inapte (CDM n° 13).
En outre, le chapitre assure la permanence de l’Eglise locale grâce à sa structure collégiale. Il administre le diocèse pendant la vacance épiscopale et élit le nouvel évêque119 Il le conseille et donne son approbation à certaines décisions, en particulier en cas d’aliénation de biens ecclésiastiques.
Les chanoines sont à l’origine les proches collaborateurs de l’évêque. Cette fonction va diminuer avec le développement progressif de la curie, qui centralise le pouvoir autour de l’évêque. En Maurienne, les informations sont tardives. On sait qu’aux XIIIe et XIVe s., certains chanoines ont été les officiaux du diocèse, chargés du tribunal ecclésiastique qui juge les questions relevant de la justice de l’église. D’autres sont les représentants de l’évêque dans les conciles ; le premier connu est Pierre de Seyssel au début du XIIIe s. (Armorial de Foraz). Du fait de son statut et de ses activités, le chapitre joue un rôle de premier plan dans le diocèse.

L’organisation du quartier canonial

155L’existence d’un espace privilégié au nord de la cathédrale, dès la fin du XIe s., pose un certain nombre de problèmes concernant la présence de bâtiments communautaires et leur répartition au sein de cet espace et leur insertion dans la ville.

La clôture

156Deux tours anciennes, encore insérées dans la trame urbaine actuelle - dans la rue Royale et sur le parking de la cathédrale-, laissent supposer qu’un système de clôture existait autour des bâtiments religieux, demeure de l’évêque comprise. La première se caractérise par une mise en œuvre identique à celle rencontrée pour la maçonnerie du groupe cathédral. La seconde en revanche apparaît plus tardive et dans sa morphologie et dans les techniques de construction employées. Ces tours ponctuent les angles de l’enclos canonial ; elles ne lui confèrent pas pour autant un caractère défensif ostensible.

157Au XVIIe s., comme on peut le déduire de l’analyse du Theatrum Sabaudiae, le quartier canonial forme un ensemble cohérent et clos (fig. 71). Les divers bâtiments qui le composent constituent une sorte de rempart contre les influences perverses des laïcs (surtout des femmes) ; on peut dire que le clocher de l’église Notre-Dame entre dans la composition d’une telle clôture : on aménage une porte axiale, accessible depuis l’extérieur, afin d’éviter aux paroissiens d’avoir à traverser sans cesse l’enclos canonial. On pénètre dans l’enclos en franchissant des portes : deux sont ostensiblement représentées sur le Theatrum. L’une est connue par une représentation établie par le géomètre Dupraz en 1794. Il s’agit de la « porte Marenche », installée dans la maison Gaspard, cette dernière reliant le clocher de Notre-Dame à la demeure de l’évêque. L’orient du groupe cathédral est occupé par les maisons canoniales et leur jardin. En dépit du caractère tardif de la documentation, ce dispositif témoigne-t-il de l’ancienne configuration du quartier canonial.

71- Saint-Jean-de-Maurienne : le groupe épiscopal et le quartier canonial

71- Saint-Jean-de-Maurienne : le groupe épiscopal et le quartier canonial

Extrait du Theatrum Sabaudiae

A. D. de Savoie

  • 120 Largeur de la porte : 3,90 m, épaisseur des murs : 0,97 m.

158En 1771, une galerie couverte, reliant la porte de l’église Saint-Jean-Baptiste à l’église Notre-Dame, fut supprimée à la demande de Mgr Martiniana. Cette structure dépréciait le péristyle nouvellement érigé contre la façade occidentale de la cathédrale. Au XIXe s. d’autres interventions eurent lieu, relatées notamment par le chanoine Truchet (Truchet 1903). Il s’agit de la destruction de la porte Marenche120 porte ouverte dans la maison Gaspard qui reliait le clocher de l’église Notre-Dame à une aile de l’ancien évêché. Un autre accès existait - la porte Sainte Catherine - situé derrière le chevet de Notre-Dame. Ce passage est aujourd’hui désigné sous le nom de « petite rue du cloître ».

159Ces portes donnaient accès à l’intérieur de l’enclos canonial. Leur destruction a supprimé définitivement toute notion de quartier spécifique. Deux tours anciennes, une dans la rue principale appelée le ‘donjon de l’évêché’ l’autre sur le parking central (ancienne place de la cathédrale) pourraient témoigner du tracé primitif de son enclos.

160Ce projet de restructuration du quartier cathédral fait suite à une série de transformations urbanistiques engagées par la commune au XIXe s. : le percement de la rue Royale, la création de la place Fodéré, et l’alignement des façades pour élargir les rues (Bellet 1978 : 203-214 ; Dompnier 1978 : 215220). Autant de travaux qui ont bouleversé le visage médiéval de la ville.

Les bâtiments de la vie commune

161L’instauration de la vie commune a entraîné une organisation de l’enclos proche de celle que l’on trouve dans les monastères : réfectoire, dortoir, salle capitulaire et nombreuses annexes. Les études menées sur plusieurs ensembles cathédraux ont montré que l’emplacement de ces bâtiments est connu soit par les textes, soit par des fouilles (Esquieu 1992 ; Cahiers de Fanjeaux 1995). En Avignon, une salle capitulaire, un réfectoire, des officines sont mentionnés en 1123. Il en va de même en Arles et au Puy. À Viviers, le réfectoire (25,80 m x 6,40 m) s’étendait sur la galerie nord et la salle du chapitre donnait sur l’aile est. Il semble qu’à Saint-Jean-de-Maurienne, nous nous trouvions face à ce même type d’organisation. Les témoignages sont peu nombreux, mais suffisants pour laisser entrevoir l’organisation et l’architecture d’une partie de ces bâtiments.

  • 121 Chartres de Maurienne, Albrieux et Billiet éd. 1861 : n° 39, p. 59-60 - “actum est hoc in refectori (...)

162Au nord de la cathédrale et formant l’aile septentrionale du cloître, se développe un vaste bâtiment barlong, que l’on nomme traditionnellement le réfectoire. L’étude archéologique le rattache au chantier de construction du XIe s. On suit, de loin en loin, son évolution architecturale à travers les documents d’archives. Il est mentionné à nouveau dans les textes du XIIIe s. G. Michaux met en lumière l’existence d’un étage dès cette époque, car deux documents de 1215 citent un réfectoire inférieur et un réfectoire supérieur121. Au XVe s. (1450), le cardinal de Varembon fait rehausser le bâtiment d’un étage pour y établir la « Maîtrise des Innocents ». Au XVIe s., un escalier à vis est construit dans l’angle nord-est du cloître, afin de créer un accès direct au préau depuis l’étage.

163Outre le réfectoire, existait-il les bâtiments nécessaires à la vie communautaire, notamment la salle du chapitre et le dortoir ? Les textes des XIe et XII s. restent muets à ce sujet.

164Les vestiges architecturaux ne permettent pas de définir avec certitude la présence d’un dortoir à proximité du réfectoire ; seul, le texte de 1075 permet d’en évoquer l’existence. Il est dit que les chanoines jouiront de leurs revenus « en commun dans la même maison », mais rien n’est dit sur son emplacement par rapport au cloître.

  • 122 Chartres de Maurienne, Albrieux et Billiet éd. 1861 : n° 42, p. 162, 1217 - “actum est hoc ante por (...)

165La salle capitulaire est le lieu de réunion privilégiée de la communauté canoniale. À Lausanne, elle se situe à l’est du cloître avec une porte qui se trouve, comme à Saint-Jean, à l’angle sud-est du cloître (Grandjean, 1975). À Viviers, la salle du chapitre était aussi située à l’est du cloître (Esquieu 1992). La documentation disponible est trop lacunaire pour permettre d’affirmer que l’organisation des cloîtres canoniaux suivait une règle aussi rigoureuse que celle des cloîtres monastiques. Dès lors, peut-on supposer que la porte murée présente dans le mur de l’aile orientale desservait un tel lieu ? Cette hypothèse apparaît bien fragile. Au XlIIe s., les textes ne mentionnent aucune réunion dans une salle du chapitre. Les textes indiquent que la communauté utilise le réfectoire ou la sacristie de la cathédrale122 Au XVe s., les chanoines se réunissent dans la chapelle Saint-Barthélémy (maintenant chapelle de Jésus), donc dans l’aile ouest ; plus tardivement, une salle est aménagée de nouveau dans le réfectoire.

  • 123 Op. cit. : n° 43 - 1217 - "Actum est hoc in domo decani’.
  • 124 Op. cit. : n° 50 - 1244 - "Actum hoc fuit ad Sanctum Johannem Maurianensem in curtili retro domum s (...)
  • 125 Op. cit. : n° 51 - 1245 - "Actum hoc fuit ad Sanctum Johannem infra domum dicti Aimonis Silvatici”.
  • 126 ADM, Archives du Chapitre, n° 64, pièce I.
  • 127 ADM, Archives du Chapitre, n° 64, pièce I, relevé des redevances.

L’habitat individuel des chanoines aux XIIe et XIIIe siècle
Gabrielle Michaux

La règle d’Aix-la-Chapelle autorise les chanoines à posséder des maisons particulières, normalement situées dans une enceinte claustrale qui les séparent du monde laïc. Les difficultés d’application de ce principe ont entraîné la dispersion de l’habitat canonial dans la ville. La réforme grégorienne a tenté de favoriser l’esprit communautaire par l’instauration d’un logement unique, le dortoir. Si on connaît son existence pour de nombreux chapitres méridionaux, ce lieu n’est jamais mentionné en tant que tel dans la documentation sur le chapitre de Maurienne. Il est en revanche fait mention d’une maison commune dans la charte de 1075.
Les textes mentionnent les maisons individuelles à partir du XIIIe s., en 1217 pour le doyen123. En 1244, les chanoines prêtres semblent loger dans la même demeure124. Il peut s’agir tout autant de logements individuels organisés dans un même bâtiment que d’un dortoir. Au même moment en effet, certains chanoines ont leur propre habitation125 La situation juridique de ces maisons canoniales varie. Certaines appartiennent peut-être personnellement aux chanoines, mais d’autres font partie des biens du chapitre. Elles sont alors louées pour la durée de l’appartenance à la communauté et les chanoines s’y succèdent. Ainsi, à la fin du XIIIe s., les chanoines Hugues de Sâles (autour de 1275) et Boniface Eymar (1287-1303 ca) se succèdent dans une maison possédée par le chapitre, contre une redevance annuelle de 5 sous forts126 Des maisons se transmettent aussi par népotisme au sein d’une même famille : Hugues d’Arêne (vers 1275) loge dans l’ancienne maison de son oncle, le chanoine Jean d’Arêne (1245-1256 ca)127.
Dans le quartier canonial, quelques demeures de chanoines sont identifiables : la maison de Jean d’Arène est située sur la place devant le palais épiscopal, la maison du chanoine Rodolphe de Beaufort (autour de 1287) est située entre le « juridarium » (« juris dare » lieu où l’on rend justice) de l’église Sainte-Marie et la maison du chapelain des processions, une autre est localisée entre la « curiam » de l’évêque et le cloître. Certains bâtiments sont dispersés parmi ceux des laïcs, sans que l’on sache si c’est dans ou hors du quartier de la cathédrale : la proximité de la cathédrale est le facteur déterminant pour la localisation de ces demeures, afin de limiter les déplacements et de faciliter la célébration de la liturgie canoniale.

Notes

62 La Combe des Moulins se situe dans les faubourgs immédiats de Saint-Jean-de-Maurienne. C’est là que subsiste le dernier moulin à gypse encore en activité.

63 Bibliothèque du Patrimoine, Savoie 2620, dossier 1907 à 1924, Rapport de M. Vaudrennes aux Beaux Arts (1907).

64 Bibliothèque du Patrimoine, Savoie 2620, dossier 1907 à 1924, Rapport du 31 mai 1912.

65 Bibliothèque du Patrimoine, dossier 2621, période 1958 à 1963, compte rendu des fouilles pour la période du 25 janvier au 25 février 1960.

66 Le vaisseau fait 40 m de long. La nef offre un espace central plus large (8,40 m) que celui des bas-côtés (5,60 m).

67 1,10 m x 1,30 (+/-0,05 m).

68 Au nord de la chapelle Sainte-Thècle, surhaussée de l’actuelle salle du Trésor, on remarque la présence d’une maçonnerie en ressaut.

69 Si le tracé des murs gouttereaux est conservé, les travaux de construction des chapelles funéraires ont gommé leur caractéristique romane. On a toutefois remarqué la présence, entre la chapelle de la Sainte-Vierge et la chapelle de Saint-Honoré, de quelques éléments de lésène (blocs de tuf superposés de modules identiques à ceux de la nef) et d’un claveau d’arcature aveugle remployé dans le scellement de la fenêtre.

70 Le pilier 18 est débordant de 0,47 m alors que pilier 17 ne l’est que de 0,30 à 0,35 m.

71 Sur les dix-huit fenêtres qui éclairaient le bâtiment seules douze sont visibles depuis l’extérieur (au sud et au nord) et deux depuis le comble de l’actuelle sacristie.

72 Relevé de Revel (1863), Archives du Patrimoine, plan n° 28 822.

73 Le premier mortier présente des caractéristiques très proches du mortier roman. La superposition des deux enduits n’est pas sans rappeler les caractéristiques (granulométrie, couleur...) des échantillons prélevés parmi les blocs qui obstruaient les baies romanes de la nef.

74 L’emplacement de ces supports a été reconnu d’après la situation de leurs bases. Après la destruction du chœur roman, les supports ont pour la plupart été récupérés. Seuls quelques tronçons épars ont été retrouvés lors du déblaiement (diamètres : entre 0,12 et 0,15 m). C’est à partir de ces éléments que l’architecte des Monuments Historiques, P. Lotte, recomposa des colonnes et les installa à l’emplacement des bases mises au jour. Ceci explique l’irrégularité et la maladresse de certains supports. Cette mise en scène fut complétée par l’adjonction des départs maçonnés des voûtes d’arêtes, eux aussi retrouvés sur place, et par la réalisation d’arcs doubleaux restitués à partir des claveaux découverts dans les remblais, afin de montrer au public le volume initial des voûtes.

75 Dans la salle occidentale, si la présence de colonnes est évidente du fait même de l’existence d’une structure voûtée, leur emplacement n’est pas, en revanche, marqué par une base en pierre. C’est du moins ce que laisse supposer la série de sondages que E. Stephens réalisa à leur emplacement présumé. De toute évidence, il ne trouva rien puisqu’il n’en est fait mention ni dans ses notes ni sur ses plans.

76 L’analyse dendrochronologique proprement dite a été effectuée sur dix échantillons ; ces résultats ont été confirmés par une datation par radiocarbone sur un échantillon (Archéolabs réf. ARC93/R1466 C et D).

77 Archeolabs ARC94/R1522D - automne-hiver 1493/1494 et automne-hiver 1495/1496.

78 Deux chapiteaux sont des imitations en plâtre placées sur les colonnes en raison de la restauration de la crypte, en vue de sa présentation au public.

79 Il s’agit de quatre dés de pierre (B5, B6, B7, B8) de dimensions importantes (environ 0,45 m de côté). Seule B8 a une assise strictement carrée ; les autres ont vu leurs angles abattus, la partie inférieure de la base formant ainsi une sorte de cube à huit faces, quatre petites et quatre grandes.

80 Dans le déambulatoire de la crypte de l’abbatiale Saint-Germain à Auxerre, on rencontre des bases de même facture.

81 Plus de 180 fragments ont été inventoriés et classés selon leur caractère morphologique.

82 En 1961, E. Stephens fait une communication sur ces travaux au Congrès National des Sociétés Savantes tenu à Chambéry en 1960. Ces indications sont tirées des archives personnelles de l’auteur (notes dactylographiées).

83 Conon de Genève lui succède vers 1081 et reste sur le siège épiscopal de Maurienne jusqu’après 1112. (Michaux 1997).

84 Après avoir réformé leur puissance temporelle et spirituelle en se faisant rétrocéder les églises paroissiales qui avaient été aliénées par les seigneurs laïcs, les archevêques de Tarentaise réforment le chapitre de la cathédrale (partage des églises de Tarentaise). Cette réforme est l’œuvre de Pierre II de Tarentaise, ancien abbé cistercien de Tamié, qui en fait un chapitre régulier approuvé en 1145 par le pape Eugène III. L’archevêque constitue une mense capitulaire en cédant des paroisses au chapitre (le chapitre est possessionné en aval de Moutiers et en haute Tarentaise).

85 Le calendrier liturgique au XIIIe s. est établi d’après l’obituaire.

86 Statuts du chapitre en 1267 et 1303, ADM, série Archives du Chapitre, n° 94.

87 L’obituaire du XIIIe s. est conservé aux archives du diocèse de Maurienne, n° 64, pièce I.

88 Fête de Gontran, créateur du diocèse (28 mars) ; Fête de Thècle, qui a ramené les reliques du Précurseur (25 juin) ; Fête d’Amédée, comte de Savoie (23 avril).

89 Fête de Pierre, archevêque de Tarentaise (11 septembre).

90 Fête de Thomas Becket, archevêque de Canterbury (29 décembre) ; Fête d’Edmond, archevêque de Canterbury (16 novembre) ; Fête d’Hugues d’Avallon, évêque de Lincoln (17 novembre) ; Fête d’Ethelbert, roi d’East Anglie et martyr (20 mai).

91 Fête de Dominique, fondateur des Prêcheurs (4 août) ; François, fondateur de l’ordre de Frères Mineurs (4 octobre).

92 Bibliothèque du Patrimoine - Dossier Savoie 2620.

93 Nous remercions J.-F. Reynaud de nous avoir communiqué ses conclusions et les relevés graphiques établis à cette occasion.

94 Saint-Jean-Baptiste possédait à l’époque romane les dimensions suivantes : 54 m de long et 24 m de large (en œuvre) et Notre-Dame : 50 m de long pour 12 m de large.

95 Chartes de Maurienne n° 134 et n° 135. Cette construction a été réalisée aux frais du cardinal d’Estouteville.

96 L’ouverture nord appartient à une reprise en sous-œuvre.

97 Elle est réalisée selon le modèle des autres fenêtres : arc en tuf extradossé d’albâtre. Elle éclaire aujourd’hui l’escalier qui relie le rez-de-chaussée à l’étage. Aucun argument ne milite pour la préexistence d’une ouverture à cet emplacement avant cette période tardive.

98 - Elles sont situées au centre de chaque paroi, les constructeurs prenant en compte la largeur totale du mur et non le centre des lésènes. Au nord et au sud, la fenêtre se situe au centre des lésènes qui correspond au centre de la paroi murale. À l’ouest, on remarque un décalage non négligeable qui place l’implantation des fenêtres à proximité immédiate des lésènes (0,42 m).

99 Quel était le mode de couvrement de cet espace ? Une charpente recouvrait-elle directement le premier étage ? Peu d’indices sont disponibles. Dans l’état actuel de nos recheches, nous posons comme hypothèse que cet espace occidental était recouvert d’une charpente très légèrement surélevée par rapport à celle de la nef. Ce projet est assez identique à ce que l’on retrouve ailleurs à la Novalèse ou à Romain-môtier.

100 Le vocable de l’église Notre-Dame apparaît pour la première fois dans la charte de donation de l’évêque Teutbaldus en 1041 : “ quasdam terras dono de meo episcopatu ad canonicas S. Mariae et S. Joannis Baptistae...

101 L’acte de fondation de cette chapelle est passé dans le cloître en 1314 (G Maurienne n° 81).

102 Op. cit., n° 134.

103 Op. cit., n° 135.

104 Albrieux et Billiet éd. 1861, n° 26, p. 46 (1196) : Actum est hoc in cimeterio Sancti Johannis Baptiste.

105 Op. cit., n° 34 (p. 53-54) et n° 35 (p. 58-59). 1208 - “actum in claustro Sancti Johannis” et 1211 - “actum in claustro sub ecclesia Sancti Johannis”.

106 Cette restauration date peut-être du début du XVIe s., lorsque la salle du chapitre fut rénovée afin que les chanoines s’y réunissent en lieu et place de la chapelle Saint-Barthélémy qui subissait à son tour des transformations (Truchet 1887 : 88).

107 “...qu’ils ne devront pas se partager ces revenus, mais en jouir en commun dans la même maison, le même réfectoire et la même église...” (Truchet op. cit. : 24).

108 Un claustrum existait-il dès l’époque carolingienne ? Aucune source documentaire et archéologique ne permet, pour l’instant, de l’affirmer.

109 Ce thème est tiré de l’Evangile de Luc (24, 13-35). La scène comprend trois personnages : le Christ accompagne deux apôtres sur le chemin de Jérusalem à Emmaüs.

110 “En 1112, Berlion de Faverges rend au chapitre un quart de l’église de Saint-Michel et les autres églises qu’il possède dans le diocèse” (Michaux 1997 : 69). L’évêque Ayrald donne, entre autres, toutes les églises de Maurienne qui appartiennent encore à des laïcs, à charge pour les chanoines de faire valoir leurs droits.

111 Bernard d’Avrieux est le premier sacristain connu en 1188 - CDM n° 21.

112 Statuts du chapitre de 1303 (ADM, série Archives du Chapitre, n° 94).

113 Gallia Christiana 1865, t. XVI, n° 22, p. 306. Lettre du pape Honorius III (1225) qui rappelle que le nombre de chanoines a été fixé à dix-huit sous l’évêque Lambert (1177-1197) : “Quod (...) facultatem Maurianensis ecclesiae tenuitate pensata, in ea decern et octo canonicorum numerum statuisset...”.

114 Statuts du chapitre de 1303 (ADM, série Archives du Chapitre, n° 94).

115 ADS, série G Maurienne, n° 33, pièce I et n° 76 pièce I, ainsi que CDM n° 16, 18, 19, 20, 21, 31.

116 Au concile de Nîmes en 1096, le pape Urbain II a autorisé les chanoines à administrer les sacrementes et donc à exercer la cura animarum.

117 En 1186, le chapitre possède seize églises, la moitié d’une autre et les prieurés d’Aiton, de Saint-Julien et Notre-Dame du Châtel (CDM, n° 20).

118 Au XIe s., les abbayes de la Novalèse, de SaintMichel de la Cluse et de Saint-Chaffre-en-Velay implantent de nombreux petits prieurés sur les routes des cols de Maurienne. Elles reconnaissent l’autorité du chapitre sur le diocèse en versant une redevance annuelle (par exemple, CDM, n° 11).

119 Exemple d’élection refusée par le pape en 1221 dans Gallia Christiana, 1865, t. XVI, n° 20, p. 304-306.

120 Largeur de la porte : 3,90 m, épaisseur des murs : 0,97 m.

121 Chartres de Maurienne, Albrieux et Billiet éd. 1861 : n° 39, p. 59-60 - “actum est hoc in refectorio superiori” et n° 40, p. 60-61 - “interfuerunt autem confessioni in inferiori domo refectorii”.

122 Chartres de Maurienne, Albrieux et Billiet éd. 1861 : n° 42, p. 162, 1217 - “actum est hoc ante portam refectorii”. C.d.M., n° 73, p. 131-132, 1287 - ’hoc actum fuit in Sanctum Johannem maurianensem in refectorio“. Op. cit. : n° 65, p. 110-115, 1276 -hoc actum fuit apud Sanctum Johannem Maurianensem in sacristario"

123 Op. cit. : n° 43 - 1217 - "Actum est hoc in domo decani’.

124 Op. cit. : n° 50 - 1244 - "Actum hoc fuit ad Sanctum Johannem Maurianensem in curtili retro domum sacerdotum canonicorum".

125 Op. cit. : n° 51 - 1245 - "Actum hoc fuit ad Sanctum Johannem infra domum dicti Aimonis Silvatici”.

126 ADM, Archives du Chapitre, n° 64, pièce I.

127 ADM, Archives du Chapitre, n° 64, pièce I, relevé des redevances.

Table des illustrations

Titre 39- La cathédrale Saint-Jean-Baptiste et l’église Notre-Dame en Maurienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre 40- Dossier Stephens : Découverte du mur percé d’un oculus, relevé en plan et en élévation de la crypte en cours de dégagement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre 41- Plan de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 42- Intérieur de l’église, le vaisseau central
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 43- Relevé pierre à pierre du mur gouttereau sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre 44- La crypte - relevé en plan
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 45 - Relevé pierre à pierre des élévations nord de la crypte (salles ouest et est)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 46 - Relevé pierre à pierre des élévations sud de la crypte (salles est et ouest)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 47- La crypte - mur ouest de la salle occidentale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 48 - La crypte - mur occidental, vue vers l’est
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-10.png
Fichier image/png, 168k
Titre 49- La crypte - salle orientale vue d’ensemble
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 50 - La crypte - salle occidentale, troisième travée, mur nord
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 51- Relevé du mur de refend, vue vers l’est
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-13.png
Fichier image/png, 812k
Titre 52- Les arcades sont percées dans le mur préexistant de la première crypte
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 53- Départ des voutes d’arêtes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 54- La cathédrale romane, les phases de construction
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 55- Répartition des entraits sur la façade romane
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 56- La charpente romane, contre-fiche sciée au ras du plancher du comble
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 57- Restitution d’une ferme
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 58- La crypte - les quatorze chapiteaux de la salle orientale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre 59 - La crypte - les douze chapiteaux de la salle occidentale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre 60- Les stucs découverts dans la crypte
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 61- Fragment d’enduit peint de type A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 62- Un fragment d’enduit peint de type A
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 63- Frise ocre-rouge conservée dans la partie haute de la nef
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 64- Hypothèse de restitution du groupe cathédral au XIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 65- Eglise Notre-Dame, extrémité orientale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 66a- Le portail de l’église Notre-Dame
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 66 b- Les chapiteaux du portail de l’église Notre-Dame
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre 67- Le clocher de l’église Notre-Dame, relevé partiel de la façade orientale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 68- Le cloître, plan de situation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 69- Le cloître gothique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 70 – Relevé pierre à pierre du mur du réfectoire, bordé par la galerie nord du cloître
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 71- Saint-Jean-de-Maurienne : le groupe épiscopal et le quartier canonial
Légende Extrait du Theatrum Sabaudiae
Crédits A. D. de Savoie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1871/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter