Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cathédrale Saint-Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne

 | 
Isabelle Parron-Kontis

Introduction

Texte intégral

1Situés au cœur des Alpes savoyardes, les territoires de Tarentaise et de Maurienne forment des terres de contraste. Elles possèdent une morphologie géographique identique caractérisée par de profondes vallées, où coulent les rivières de l’Arc et de l’Isère, encaissées dans un rempart montagneux omniprésent (fig. 1a et b). En dépit de ces caractéristiques communes, ces territoires limitrophes possèdent très tôt une identité nettement différenciée. Le peuplement ancien est en effet distinct : en Tarentaise, les Ceutrons et les Médulles en Maurienne (Barruol 1969 : 313-316 et 334-337).

2Les découpages de cette région, qu’ils soient administratifs, religieux ou politiques, entérinent, tout au long du haut Moyen Age, cette division imposée par les barrières naturelles. Tarentaise et Maurienne n’ont donc été que rarement sous la même tutelle politique. Une des raisons majeures de cette situation est à chercher dans l’intérêt stratégique que possèdent ces territoires : ils recèlent des voies de passage importantes qui forment l’attrait essentiel de ces zones frontières. Si elles ont servi aux troupes de conquêtes des rois mérovingiens et carolingiens, les itinéraires passant par les cols du Petit-Saint-Bernard et du Mont-Cenis constituent un réseau de liaison privilégié entre Rome et le monde occidental. Des personnages célèbres empruntent ces axes pour rejoindre les cités transalpines, comme Germain d’Auxerre ou Odilon de Cluny. Les témoignages des nombreux voyageurs qui suivirent ces itinéraires insistent sur la rudesse des hommes et sur les difficultés et les dangers du milieu naturel, le franchissement de ces barrières rocheuses s’effectuant aux termes d’une pénible ascension.

3Ces voies, empruntées par les hommes pour leurs déplacements locaux (foires ou marchés), par bon nombre de clercs, de moines, d’érudits, d’artistes et de commerçants, constituent donc un vecteur important dans les échanges culturels et économiques. Même s’il est difficile d’apprécier la valeur réelle du trafic (on possède peu de sources textuelles), ces régions ne sont ni des zones fermées aux grands courants internationaux, ni condamnées à une culture archaïsante. Certes, les cités épiscopales de Moûtiers et de Saint-Jean-de-Maurienne ne se révéleront pas être des centres intellectuels et culturels de premier plan, mais la politique menée par leurs évêques s’inscrit dans les grands courants réformateurs des XIe et XIIe s.

1a- Le bassin d’Aigueblanche (Tarentaise)

1a- Le bassin d’Aigueblanche (Tarentaise)

1b- La Maurienne et la chaîne de la Lauzière

1b- La Maurienne et la chaîne de la Lauzière

4Les événements historiques démontrent combien le caractère stratégique de ces vallées intra-alpines eut d’importance pour les princes du Moyen Age. Qui détenait ces contrées, détenait les clés vers l’espace transalpin. En cela, le contexte historique du XIe s. est particulièrement révélateur. C’est en effet une époque charnière : évêques et seigneurs se disputent la primauté sur des espaces territoriaux qu’un pouvoir central déliquescent ou trop éloigné ne peut plus contrôler efficacement. En ce siècle s’instaure peu à peu un nouvel ordre qui instituera la famille humbertienne au sommet de la hiérarchie seigneuriale alpine.

5Ces contrées ont participé activement au développement de divers courants architecturaux : les insolites témoignages d’une période baroque particulièrement prolixe en sont l’illustration (Les Chemins du Baroque 1994). Mais les XVIIe et XVIIIe s. ne forment pas l’unique période qui vit éclore des programmes architecturaux florissants. L’époque romane est encore bien représentée par quelques monuments : la priorale Saint-Martin d’Aime et la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne sont sans doute les édifices les mieux connus. La cathédrale de Moûtiers-en-Tarentaise appartient elle aussi à ce grand courant de reconstruction qui prit naissance au tournant de l’an mil.

6L’abondante bibliographie concernant la région et son patrimoine architectural roman montre que les études scientifiques remontent aux années 60 et 70, exception faite de la récente étude des stucs de la cathédrale mauriennaise. Notre propos s’inscrit dans la suite de ces travaux.

7Les données historiques pour le XIe s. apportent un éclairage essentiel pour la compréhension du contexte religieux et politique dans lequel ces monuments ont été construits. La faible abondance des sources textuelles a rendu d’autant plus importante l’étude archéologique des monuments eux-mêmes. L’analyse archéologique des élévations des cathédrales Saint-Pierre et Saint-Jean-Baptiste s’appuie sur un ensemble de relevés qui constitue une documentation essentielle pour la connaissance des sites : relevés pierre à pierre des parois murales à l’échelle l/20e, relevés en plan, clichés photographiques. Ces données sont augmentées et enrichies par les résultats des analyses en laboratoire pratiquées sur des échantillons de bois et de mortier. Parallèlement à ces investigations, nous avons reconsidéré des fouilles déjà anciennes et des états restaurés du XIXe s. L’étude des vestiges dont le rapport avec le contexte d’origine a disparu suite à des restaurations ou des fouilles anciennes, apporte des renseignements nouveaux après nettoyage des structures et relevé correct de chaque mur et de chaque pierre.

8Les résultats de ces études archéologiques s’inscrivent dans la continuité des recherches menées sur ces monuments. Ils permettent d’aborder les édifices sous deux aspects essentiels : la chronologie de leur construction, sujet souvent traité, mais resté très conjectural, et la question des techniques de mise en œuvre utilisées sur deux grands chantiers de construction au XIe s.

9L’objectif premier de cet ouvrage est de présenter les résultats de ces études archéologiques. Il vise aussi à faire (re) découvrir les caractéristiques d’une architecture monumentale dont la construction fut réalisée entre le début et le dernier quart du XIe s.

Table des illustrations

Titre 1a- Le bassin d’Aigueblanche (Tarentaise)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 1b- La Maurienne et la chaîne de la Lauzière
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter