Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cathédrale Saint-Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne

 | 
Isabelle Parron-Kontis

Avant-propos

Nicolas Reveyron

Texte intégral

1La cathédrale Saint-Pierre en Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne reprend la substance d'une thèse de doctorat soutenue en 1996 à l'Université Lumière-Lyon 2 sous le titre : "L'architecture religieuse du XIe s. dans les diocèses de Maurienne et de Tarentaise : pour une nouvelle approche historique et archéologique du bâti". L'auteur a déployé toutes les ressources de l'archéologie du bâti pour restituer l'histoire des monuments : chronologie de la construction et des transformations, organisation du chantier (des carrières aux échafaudages et à la mise hors d'eau), savoir-faire des hommes, esthétique monumentale, organisation des espaces et des circulations. Il a fallu, pour cela, étudier les qualités de pierre, l'art de bâtir, les charpentes, les trous de boulin, les traces d'outils, les mortiers, etc., "le nez sur la pierre", c'est à dire au plus près des maçonneries, à partir des échafaudages de restauration. Et pratiquer l'art du dessin pour constituer la mémoire graphique du chantier. La collaboration de spécialistes est un autre point fort de ce travail. Les analyses physico-chimiques effectuées par Bénédicte Palazzo-Bertholon sur les échantillons de mortiers tirés des édifices étudiés apportent l'éclairage indispensable de l'archéométrie (qualité, composants, compositions) sur des problématiques d'archéologie et d'histoire de l'art (typochronologie relative des mortiers, aspect initial des parements, art de bâtir, traitements colorés...). Les recherches de Gabrielle Michaux sur les institutions canoniales mauriennaises, sujet d'une belle maîtrise d'histoire soutenue à Chambéry, apparaîtront sous forme d'encarts. Ces regards croisés de spécialistes assurent une solide assise aux interprétations des faits.

2Car en architecture, tout est affaire de regard. Les premières impressions s'avèrent souvent déterminantes. Elles révèlent aussi bien les qualités du bâtiment ou les affinités stylistiques d'un groupe monumental que les sentiments de celui qui regarde. Du regret romantique des états vétustes à l'enthousiasme progressiste pour les formules innovantes, le spectre des émotions s'articule au prisme des doctrines de restauration, l'image du monument se reflétant dans le miroir brisé des aspirations, des contradictions et des conflits qui parcourent notre culture et notre société. Puis, le temps se charge d'user l'acuité des réactions et de brouiller la hiérarchie des valeurs, jusqu'à faire de la dérestauration le nec plus ultra de la conservation. Il ne faut pas se méprendre : on n'entre pas dans un édifice, on pénètre dans un univers mental. Celui des constructeurs, des commanditaires et des contemporains du chantier : cet ouvrage a su en restituer patiemment des éléments significatifs. Celui aussi qui, venu des profondeurs de notre intimité, colore les colonnes, les murs et les voûtes de nos passions et de nos certitudes : il n'est qu'à lire entre les lignes pour comprendre l'attrait que cette architecture a exercé sur l'auteur, sans pour autant jamais dévoyer sa recherche.

3L'édifice constitue une entité en soi. En outre, il est chaque fois unique. Par delà les avatars de son décor et de ses maçonneries, il reste le lieu commun aux générations qui l'ont fréquenté, depuis les constructeurs et les premiers fidèles jusqu'à l'archéologue qui l'étudie ou le public qui le visite. Existe-t-il une passerelle entre ces deux termes de son histoire ? Oui, bien sûr. C'est ce qu'avaient compris les pères fondateurs de l'archéologie médiévale, comme Arcisse de Caumont, Didron l'aîné ou Eugène Viollet-Le-Duc, qui, au XIXe siècle, ont ouvert l'histoire de l'art à la redécouverte du Moyen Age et de cette architecture "moyenâgeuse" jetée aux oubliettes des arts. Or, précisément, ils ont considéré l'édifice lui-même comme la voie royale de sa connaissance : à la séance de la chambre du 4 mars 1841, Pérignon déclarait que les monuments "sont de précieux témoins à interroger. La mémoire ne leur manque jamais ; ils n'ont pas d'intérêt à mentir et peut-être y a-t-il plus de foi à accorder à l'histoire écrite en architecture qu'à toute autre" (cité par P. Léon). Sans pour autant l'avoir formulé clairement, cette génération de pionniers avait une conscience intuitive d'une nécessité méthodologique fondamentale : distinguer l'analyse interne - l'étude du monument en soi - et l'analyse externe - c'est à dire les apports extérieurs comme les comparaisons ou les archives. La confrontation des deux domaines permet une approche contradictoire des problématiques qui garantit seule - au mieux, s'entend - des risques de surdétermination et de surinterprétation. Elle est ainsi à la source d'une vision sinon objective, du moins débarrassée des confusions qui entachent les analyses univoques.

4Pour ce qui est de l'histoire des édifices médiévaux, les indices livrés par l'architecture et le bâti - modénatures, chapiteaux décoratifs, typologie des décors architecturaux, blasons, marques lapidaires, traces d'outils, modules des blocs, mortiers... - sont un apport évidemment déterminant. Mais l'histoire de l'art ne saurait plus se contenter aujourd'hui de collecter les éléments subsistants d'une chronique monumentale. Pour tous, le grand public comme les scientifiques, il importe, au même titre, d'approcher la compréhension de l'œuvre : d'une part sa réception, c'est à dire la façon dont les visiteurs considéraient le monument, dès sa construction, mais aussi à toute époque ; d'autre part, sa signification dans la culture qui l'a vue naître. Dans cette optique, les deux cathédrales romanes de Tarentaise et de Maurienne se sont avérées potentiellement riches. Les campagnes de restauration, toujours favorables à une redécouverte des édifices concernés, ont révélé l'étendue de cette richesse. Les autorités compétentes ont saisi tout l'intérêt qu'il y avait à faire intervenir l'archéologie du bâti. Par bonheur, la bonne personne s'est trouvée là au bon moment.

5Il pouvait cependant paraître téméraire de s'attaquer à des églises majeures qui avaient fait leur entrée dans l'histoire de l'art européen depuis le XIXe s., par la grande porte des maîtres réputés. De même, l'architecture du XIe s. en Savoie, dans sa floraison d'édifices grands et petits, si attachants par leur originalité, n'était pas inconnue, ni des spécialistes, ni des amateurs d'art ; les chercheurs attachés à leur patrimoine leur avaient fait une place significative dans la création monumentale de l'époque romane. Toutefois, les connaissances sur cette période artistique ont été profondément renouvelées à la lumière des découvertes récentes, nombreuses et déterminantes. Parallèlement, l'évolution des problématiques en histoire de l'architecture a bouleversé notre vision de l'art roman. Certes, comme le notait Richard Krautheimer en 1942, "Depuis la Renaissance, on s'est habitué à considérer que l'architecture se définissait par "la commodité, la solidité et l'agrément" ou, en termes moins wottoniens, par la fonction, la construction et la décoration". Mais cette vision des choses restait historiquement attachée au seul édifice, considéré comme un objet autonome, le fruit d'une création détachée des contingences contextuelles : l'usage interne, la construction de l'édifice, la décoration en soi.

6Dans la seconde moitié du siècle dernier, l'innovation en archéologie et histoire de l'art a été d'ouvrir l'étude du monument sur le contexte, ou, plus exactement, de le considérer dans ses interfaces : interfaces avec la ville, avec la société, avec l'art de bâtir ou les contraintes topologiques... Des sciences tenues longtemps à l'écart de cette recherche y ont aujourd'hui apporté cette ouverture indispensable. Par exemple, l'urbanisme, c'est à dire l'édifice dans ses rapports avec le réseau viaire, les constructions de défenses, l'expression d'un pouvoir ou d'un mécénat. Par exemple, l'étude de la liturgie, dans l'organisation spatiale des offices, dans la hiérarchisation des espaces comme dans les circulations intérieures et extérieures. Par exemple, l'archéologie du bâti qui traite du chantier, des hommes et de l'art de bâtir... Pour ce qui est de la Savoie, cette haute période de l'histoire de l'art médiéval est très faiblement documentée. La réouverture des dossiers était un pari audacieux. Isabelle Parron l'a relevé. Le lecteur appréciera avec quel succès !

7Car le travail a été considérable, un travail de bénédictin, ou plutôt de pèlerin, lourd de kilomètres et de veilles ; personne n'évalue à son bon poids la charge physique des investigations de terrain. Un bon chercheur ne peut se contenter du seul édifice qu'il étudie. Pour saisir le visage artistique d'une région à laquelle ce dernier appartient, il lui faut la parcourir en tous sens, visiter toutes ces petites constructions qui en reflètent des composantes et révèlent quelques traits caractéristiques de l'art de bâtir. Par tous les temps, car le temps presse. Et profiter de la lumière, pour les photographies, l'abside le matin et la façade l'après-midi. Et tant pis s'il pleut ! Et ne pas oublier les pellicules, le pied-photo ou les piles de rechange pour le flash. Et les urgences, le mur qu'on décroûte, l'échafaudage qui va être démonté... Et courir après les rendez-vous : rendez-vous avec les autorités compétentes, rendez-vous avec le gardien ou le desservant, rendez-vous avec tous ceux qui n'ont pas la clef, rendez-vous avec l'architecte, rendez-vous avec un archéologue de passage ou un historien de l'art local ou le géomètre qui donne volontiers un coup de main, rendez-vous avec le professeur ("il n'aurait pas oublié ?"), rendez-vous avec un journaliste ("il n'a pas oublié ?"), rendez-vous-c'était-la-veille- !, rendez-vous avec une porte fermée, rendez-vous avec trois mariages ou un enterrement, rendez-vous avec le premier verglas, rendez-vous avec le découragement. L'archéologie est le chemin le plus long pour aller de la voiture à l'église. Mais on se reprend vite.

8L'échafaudage est le lieu magique de la pratique archéologique, cette archéologie du bâti qui est d'abord une épreuve physique. Ah ! la hauteur des sapines ! Et toujours mesurer, gratter, dégager, démonter, soupeser, analyser, monologuer, sonder, dessiner. Qu'il vente ou qu'il pleuve. Mais la peine ne saurait faire oublier ces innombrables bonheurs, la recherche en plein ciel, la fraîcheur du matin, les montagnes à l'horizon, le regard plongeant dans les rues animées, le vent au sommet du clocher, le casse-croûte au soleil sur un platelage, les rencontres, les coups de main ("tu me tiens le mètre ?") et les discussions passionnées entre l'auge à mortier et le compresseur pour le gommage... La pratique de l'archéologie du bâti est aussi un temps de création, dans les prises de vue comme par le dessin. Les minutes, par exemple, ces feuilles de papier millimétré où l'archéologue dessine à l'échelle du vingtième les constructions qu'il étudie, reflète sa personnalité artistique.

9Car l'archéologie du bâti, c'est d'abord une éducation de l'œil, dimension pédagogique qu'elle partage avec l'histoire de l'art, et une sensibilité aux choses de la vie. C'est aussi le travail de la main. La main qui observe. La main qui mesure. La main qui pense. Sur la surface d'un mur à relever, elle jauge les difficultés de lecture, suit la ligne jusqu'à son interruption, sonde les anfractuosités, explore les trous de boulin, s'accroche aux accidents du bâti, manie les qualités de mortier, caresse la sculpture, palpe les ruptures mieux que n'enregistre la pellicule ou le coup d'œil. Vaguant du passé au présent, elle dessine les archives des deux chantiers - la construction et la restauration - en effeuillant les pétales de l'histoire monumentale. En fin de parcours, elle habille les dessins des codifications en usage dans l'archéologie, pour proposer dans des "mises au net" normées une lecture rationalisée des élévations.

10Le lecteur n'imagine pas tout ce qui se cache derrière les belles planches qui illustrent le texte, ni la somme colossale de travail, ni la passion du dessin, ni la vigueur des débats qui ont conduit au choix des épaisseurs de trait et des graphismes ; du reste, ces planches sont tout autre chose que des illustrations : elles constituent en soi une démonstration. Mais le lecteur sait l'apprécier, spontanément. La beauté des dessins se mesure aux réactions des auditeurs, lorsque l'archéologue présente - avec projection - les premiers résultats des recherches au public immédiatement concerné, en matinée à la mairie, en soirée dans les paroisses. Disons-le en coulisses, ces rencontres, si contraignantes soient-elles, font partie des bons moments du métier. Et le retour de l'information au public est un dû, et une nécessité ; en témoigne la réussite de cette collection.

11En définitive, cette étude archéologique dynamique et novatrice s'accorde parfaitement au sujet - une époque de profond renouvellement artistique - et à une région dont l'histoire s'est bâtie sur le dynamisme des habitants. Juste retour des choses, le XVIIIe s. a redécouvert les sommets savoyards. Le XIXe s. s'est inquiété de sauvegarder une culture originale de montagnards qui s'est transmuée dans la réussite du ski contemporain. Le XXe s. a développé l'électricité, inventé les randonnées de montagne et tracé les "chemins du baroque". Loin des feux du baroque, l'architecture romane semblait rester à l'écart de ce mouvement culturel, nouvelle Peau d'Ane retirée sous les cendres de l'âge et les oripeaux des modernisations. Elle attendait ses bonnes fées. Elles ont pris nom : jeux olympiques, tourisme, services de l'État, collectivités territoriales, mécénat public et privé, recherche archéologique, archéologie du bâti. Les domaines d'activité les plus hétérogènes - étonnant mariage du ski et des "vieilles pierres" - ont opéré une renaissance monumentale, par la voie d'un vaste programme de restaurations des cathédrales de Savoie : l'architecture romane y retrouvait, sous la blancheur des mortiers de chaux tout frais, le visage qu'il offrait aux voyageurs du temps des évêques constructeurs. Grâce au travail d'Isabelle Parron, un travail qui fera date par la qualité de la recherche et la richesse des conclusions, elle retrouve aujourd'hui une identité plus visible, plus nettement discernable dans la pierre. Elle inscrit maintenant très clairement sa personnalité dans une géographie artistique dont la logique recouvre les grands moments de l'histoire politique et religieuse de l'Europe.

N'en doute pas, lecteur, bénévole lecteur : c'est une résurrection.

Auteur

Professeur d’histoire de l’art et archéologie du Moyen Age
Université Lumière Lyon 2

© Alpara, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter