Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon, les dessous de la Presqu'île

 | 
Catherine Arlaud

Synthèse. Reconstitution paléogéographique et historique

Texte intégral

"Les choses et les hommes", ce pourrait être aussi le programme de l'archéologie.
(J.-M. Pesez 1978)

Genèse et évolution du site de confluence de Lyon

1L'analyse des quatre chantiers présentés ici ainsi que les données connues par ailleurs dans les plaines de la Saône et du Rhône (Bravard 1977) permettent de proposer une reconstitution de la mise en place du site de Lyon. La ville aux deux fleuves est née de la volonté des hommes et non de l'attrait de ce milieu topographiquement particulier. Seule, la conjugaison d'une évolution du régime des cours d'eau et d'un besoin de conquête de ces terres par les populations riveraines durant l'Antiquité a déterminé l'extension de la ville sur ce site de confluence instable et en perpétuel mouvement jusqu'au début de notre ère.

2Au cours du Postglaciaire, la Saône domine cet espace et dépose une langue caillouto-sableuse sur sa rive gauche. A l'est, le Rhône coule en position déprimée. En effet, la dynamique du retrait glaciaire dans la vallée du Haut-Rhône a conduit à un abaissement du niveau rhodanien qu'il est possible de dater du Tardiglaciaire. Cette érosion régressive en provenance de la plaine du Rhône a disséqué le remplissage du maximum wiirmien de la plaine de Saône et explique la présence des alluvions de la Saône sous le site de Lyon à la cote moyenne de 153-155 m d'altitude. A l'Allerôd, ce niveau est donc en relation avec le niveau déprimé du plancher caillouteux du Rhône (Bravard op. cit.).

3Une phase importante de réaccumulation sédimentaire s'est produite à la charnière Tardiglaciaire-Holocène (11000 - 8000 BP). Une probable phase de faible activité fluviale semble caractériser l'Atlantique ancien (6800 - 6700/5800 BP) alors que l'Atlantique récent enregistre une phase de forte activité. Le chenal du Rhône repéré à la République témoignerait de cette phase.

140- Un aspect topographique du site de Lyon à la fin du premier âge du Fer

140- Un aspect topographique du site de Lyon à la fin du premier âge du Fer

1 : Place de la Bourse 2 : Place des Terreaux 3 : Place de la République 4 : Place des Célestins 5 : Place Bellecour 6 : Place Tolozan 7 : Quai Saint-Vincent - occupation Halstatt (cabane) 8 : Rocher du change 9 : Place A. Max - tronc (761-591 av. J.-C.) 10 : Place A. Poncet - tronc peuplier (765-400 av. J.-C.)

4Si au cours du Subboréal (4700-2700 BP), les données orientent vers une stablilisation relative des lits fluviaux, une nappe caillouteuse d'accumulation rhodanienne est datée au plus tard du début du Subatlantique, et plus précisément du Ier âge du Fer à Lyon (fig. 140). La forte dynamique du fleuve repousse la Saône sur sa rive droite ; celle-ci se retrouve plaquée contre la colline de Fourvière formant un butoir à l'ouest. Les alluvions rhodaniennes se déposent dans une bande active de tressage résultant de l'abondante charge solide du fleuve par rapport à sa charge liquide. L'abondance des matériaux est probablement en relation avec un défrichement du massif alpin qui débute dès le Néolithique. De plus, le changement climatique enregistré au début du Subatlantique, avec un accroissement d'humidité doit contribuer à la déstabilisation du bassin-versant en cours d'anthropisation. Au niveau de Lyon, le fleuve abandonne une importante masse caillouteuse dans une bande fluviale remaniée par la divagation incessante de chenaux d'écoulement peu profonds. Trois axes de chenalisation nord-est/sud-ouest ont été identifiés, respectivement d'amont en aval, celui de Bourse, puis celui de République et enfin celui de Bellecour (Vérot-Bourrély et al 1989). Le paysage est donc alors formé d'îles caillouteuses (à 163-164 m d'altitude) et de chenaux en eaux (à 161-162 m) dont les contours sont instables et en perpétuel mouvement. Ces chenaux du Rhône rejoignent la Saône probablement au niveau de l'actuelle place Saint-Georges.

5Dès La Tène, le fleuve enregistre un changement de dynamique comme le démontre la fossilisation du plancher caillouteux par des alluvions fines (sables et limons). Le Rhône connaît notamment une baisse de sa compétence de transport qui le contraint à se retirer vers l'est. Des débordements issus du fleuve empruntent les chenaux résiduels imprimés dans le cailloutis et exhaussent peu à peu le lit majeur. Les divagations des chenaux sont plus réduites et les zones émergées sont probablement végétalisées. Ainsi, ces terres alluviales se stabilisent et peu à peu dessinent une Presqu'île échancrée par les chenaux résiduels et au contour encore irrégulier.

6Au moment de la colonisation romaine, la bordure orientale de la Presqu'île se précise au fur et à mesure que le Rhône se stabilise dans son chenal à l'est. Les lônes se remblayent peu à peu d'amont en aval : celle de Bourse de La Tène vers le tournant de notre ère, la bande active de République reste en activité jusqu'au milieu du Ier s. ap. J.-C., alors que le bras de Bellecour draine encore des flux actifs du Rhône à la fin du 1er s. ap. J.-C.

7À l'ouest, le retrait du fleuve libère la Saône qui adopte dès le début de notre ère un nouveau tracé proche de l'actuel. Elle construit alors sa nouvelle berge de rive gauche et délimite ainsi la bordure occidentale de la Presqu'île. En arrière de la berge, la plaine est inondée également par la rivière qui participe comme le fleuve à l'exhaussement de ces terres alluviales. Ainsi, des espaces totalement neufs se libèrent pour les populations riveraines dès le début du Ier s. ap. J.-C. : les terres entre la colline de Fourvière et la nouvelle rive droite de la Saône (Monnoyeur et al. 1991 et Arlaud et al. 1994)occupée aujourd'hui par le "vieux Lyon" et une Presqu'île aux rives en cours de stabilisation et partiellement exondée. Les hommes vont progressivement conquérir ce nouvel espace dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C. (fig. 141).

141- Un aspect topographique du site de Lyon autour de notre ère

141- Un aspect topographique du site de Lyon autour de notre ère

1 : Saint-Jean - quai antique sur la Saône primitive 2 : Palais Grillet - inondation et fréquentation augustéenne 3 : Quai Saint-Vincent - installation, 40/-20 4 : Bourse - inondation et fréquentation augustéenne - assainissement d'amphores 5 : République - inondation et fréquentation augustéenne - assainissement d'amphores 6 : Clément V - occupation augustéenne.

8La recrudescence des crues débordantes au cours du Ier s. ap. J.-C. permet, en corrélation avec d'autres données obtenues dans le bassin du Rhône, de définir pour cette période une péjoration hydrologique (Bravard et al. 1992). Cette dernière n'arrête en aucun cas la colonisation par les populations riveraines, qui vont conquérir sur le domaine fluvial ces terres, espace par espace au cours de ce premier siècle : assainissement, exhaussement, aménagement protecteur etc. (Bravard et al. 1997) (fig. 142).

142- Un aspect topographique du site de Lyon à la fin du Ier s. après J.-C.

142- Un aspect topographique du site de Lyon à la fin du Ier s. après J.-C.

1 : Ilot 24 - mur digue et occupation claudienne 2 : Place de la Re'publique - occupation tibérienne et claudienne, puits dans la lône 3.4.5 : Rue Tramassac, place A. Max, Clément V - remblaiement naturel puis assainissement du bras primitif de la Saône et occupation en bordure 6 : Opéra - puits (80 ap. J.-C.), inondation 7 : Place Bellecour - assainissement d'amphores flaviennes remanié par une crue du Rhône 8 : Place L. Pradel - occupation du 1er s. ap. J.-C. 9 : Place Tolozan - appontement (bâteau 20/30 ap. J.-C.) partiellement détruit par crue 10 : Place des Célestins - fin de l'édification de la berge de la Saône et fréquentation (domus - IIe s. ap. J.-C.) 11 : Place de la Bourse - Inondation et fréquentation d'Auguste à Tibère puis occupation 2e moitié du Ier s. ap. J.-C. 12 : Place des Terreaux - inondation et colluvionnement (occupation IIIe s. ap. J.-C.) 13 : Quai Saint-Vincent - occupation du Ier s. jusqu'à la fin du IIIe s. ap. J.-C. 14 : Kiosque Bellecour - inondation et fréquentation augustéenne, occupation claudienne et crue de la Saône.

9Aucune couche d'inondation n'a été observée à partir du IIe s. ap. J.-C. On note toutefois que les remblais anthropiques de Célestins et de République présentent des matrices dont la texture n'exclut pas un alluvionnement fin par des courants lents de débordement ; ils sont datés respectivement des IIe et IIIe s. ap. J.-C.

10Si les données sur le milieu naturel au haut Moyen Âge sont succinctes, elles n'en sont pas moins intéressantes. La mise en évidence de limons de débordements aux Célestins et de l'ouverture d'une lône aux Terreaux tendrait à définir une période de reprise d'activité hydrologique des cours d'eau. Ces résultats sont loin du bouleversement fluvial défini par A. Audin, mais la Presqu'île connaît une modification de sa topographie puisqu'un bras (de la Saône et/ou du Rhône ?) traverse sa partie septentrionale. Quelques éléments de comparaison régionales étayent l'hypothèse d'une modification des conditions bioclimatiques vers les VIIIe-IXe s.

11Les dernières indications paléoclimatiques sont fournies essentiellement par l'étude du chantier des Terreaux. L'identification d'un alluvionnement caillouteux rhodanien au fond du fossé vers le XIVe s. témoigne d'une modification des conditions hydroclimatiques. Parallèlement au cours des XVe et XVIe s., le versant de la colline est fortement dégradé puisqu'il fournit d'épaisses nappes colluviales qui peu à peu vont fossiliser le mur de contrescarpe et remblayer le fossé abandonné des fortifications. Ces phases sédimentaires peuvent être en relation avec une modification des conditions hydroclimatiques au cours du Petit Âge Glaciaire (Bravard 1989 et 1993). Cette période débute dès les premières décennies du XIVe s. et provoque une évolution de la dynamique des cours d'eau. L'augmentation de l'humidité conjuguée aux impacts anthropiques sur le versant de la CroixRousse a pu, de même, provoquer, avec un temps de réponse décalé, le déclenchement de processus érosifs fournissant des colluvions jusqu'à la rupture de pente.

12L'étude des archives nous renseigne sur l'hydrologie des périodes plus récentes. Des crues exceptionnelles vont encore inonder la Presqu'île jusqu'à la fin du XIXe s. et notamment au niveau de République. Celle de 1840, la plus importante et la plus destructrice sur la rive gauche du Rhône, obligera ensuite les autorités à élaborer un plan d'endiguement de la ville (actuel boulevard périphérique). Un siècle avant, l'ingénieur

13Perrache avait entrepris de grands travaux d'assainissement afin de reporter la confluence plus au sud et ainsi gagner des terres sur les deux cours d'eau.

14Cette reconstitution diachronique démontre à quel point le site actuel de Lyon était à l'origine inhospitalier. Les principales critiques des hypothèses anciennes concernant la topographie de ces terres alluviales, notamment dans l'Antiquité, sont leurs caractères trop statiques à la fois dans l'espace (chenal unique bien délimité) et dans le temps. Or à la lumière des résultats de ces quatre fouilles, il apparaît que le paysage était très dynamique et qu'il a contraint les populations riveraines à une occupation progressive, dès le début de notre ère, des terres basses.

15Seules l'histoire et la volonté des hommes ont pu conquérir ces terres inondables faites d'îlots séparés de chenaux instables. Si les deux cours d'eau semblent aujourd'hui en symbiose dans la ville, c'est au prix d'incessants efforts des populations riveraines et de relations conflictuelles. La Saône sera la première intégrée, la première traversée par un pont au XIIe s. et fixera le long de ses rives la ville médiévale. Cette dernière tournera le dos au Rhône, fleuve barrière, frontière, que le pont de la Guillotière franchira seulement à partir du XIIIe s. (Burnouf et al. 1991). Enfin l'urbanisation de la rive gauche ne débutera qu'au XIXe s.

16Cette longue relation d'une ville et de ses deux cours d'eau pourrait se résumer à cette phrase prononcée par un urbaniste "A une histoire d'amour entre la Saône et la ville qui dure depuis 2000 ans, s'oppose un mariage forcé entre Lyon et le Rhône" (Frébault et al. 1987 : 39).

L'antiquité

17L'histoire de l'implantation des hommes sur la Presqu'île est l'illustration parfaite de la volonté et des forces que l'homme peut développer pour parvenir à maîtriser un site sur lequel il a décidé envers et contre tout de s'installer. La Presqu'île se formant au 1er âge du Fer, il est bien évident que la question concernant une éventuelle occupation des lieux avant cette période ne se pose plus (Bravard 1993).

18Alors que la plaine de Vaise est occupée depuis fort longtemps, que la colline de Fourvière et les pentes de la Croix-Rousse accueillent de prestigieux édifices dès le Ier s. av. J.-C., la Presqu'île en cours de formation n'offre pas la même qualité d'accueil. Les vides sanitaires constitués autour de notre ère à la Bourse ou à la République en témoignent.

19Les vestiges les plus anciens, traces éphémères du passage de l'homme (sol, foyer), sont datés de la période augustéenne (Bourse, République, Célestins). Bien que les constructions soient ensuite des éléments révélateurs d'une occupation conséquente, les importants exhaussements de terrain, à la Bourse par exemple, qui accompagnent les nombreuses restructurations rendent compte du souci permanent des habitants de se mettre à l'abri dans ce lieu soumis aux fluctuations des cours d'eau.

20Cette obstination à conquérir de nouveaux terrains est-elle significative d'une surpopulation dans les lieux déjà adoptés comme certains auteurs l'ont suggérée (Desbat, Delaval 1998), ou serait-elle révélatrice d'une accélération volontaire du processus naturel de formation de la Presqu'île. Ces nouveaux lieux offrent, il est certain, de nouveaux avantages, disponibilité de nouveaux terrains, facilité pour le commerce et les échanges.

21La fouille des quatre sites présentés dans cet ouvrage atteste pour chacun une occupation continue et dense aux Ier et IIe s. Même si les fonctions de ces bâtiments diffèrent d'un point à un autre, ils indiquent systématiquement une densité de vie certaine, que ce soit à travers les reconstructions, les réaménagements, les restructurations. Le bâtiment, par exemple, qui s'écroule suite à un incendie durant la 2e moitié du Ier s. à la Bourse est rapidement remplacé par une nouvelle construction. Le site de la République qui semble plus difficile à investir n'est pourtant pas un lieu abandonné, comme le montre la présence d'un bâtiment, d'un système de bassins ou encore les masses de remblais d'exhaussement qui y sont apportés.

22De même, la découverte d'une partie des constructions d'une domus ainsi que les traces du parcellaire (fossé, mur) sur le site des Célestins vient enrichir nos connaissances sur cette forme d'habitat antique à Lyon. Même si la partie bâtie mise en évidence ne représente qu'un faible pourcentage de la surface réelle de cette construction, probablement assez vaste, elle a permis de dater précisément ses différentes phases de construction et d'extension et d'étudier leur mise en œuvre.

23L'étude de la domus et celle de ses abords montrent encore que le principal souci a été de trouver des systèmes d'assainissement pour lutter contre la montée des eaux (inondation et remontée phréatique). Les habitants du lieu n'ont eu de cesse d'essayer de palier à cet inconvénient en créant des exhaussements de terrain, des vides sanitaires, des fosses, des maçonneries protégées par des amphores, etc. Ce contexte a évidemment produit une sédimentation excessivement riche en mobilier ; la découverte notamment d'un niveau d'assainissement (environ 30 000 tessons) illustre encore cette lutte perpétuelle.

24Il eut été préférable, mais l'organisation actuelle de la recherche ne le permet pas, d'établir de réelles confrontations avec d'autres sites fouillés antérieurement, comme l'îlot 24 situé juste au nord des Célestins ; toutefois les informations dont nous avons connaissance ne semblent pas contredire ces données.

25La présence de cette domus reliée aux nombreuses découvertes fortuites de mosaïques, interprétées comme les éléments de domus, laisserait supposer que cette forme d'habitat se développe surtout sur la rive gauche de la Saône.

26Malgré cette réalité de l'occupation, aucune forme d'urbanisation n'est attestée, ni par ces fouilles, ni par les précédentes, sur la Presqu'île ; ce constat est rare dans l'histoire de ces colons connus pour leur civilisation si urbaine qu'elle porte le nom même d'une ville. Faut-il rejeter cette carence sur le hasard des sites fouillés. Même en tenant compte de cet aspect, les différentes découvertes présentées dans cet ouvrage, ne soulignent absolument pas une structuration organisée de l'espace avec un réseau viaire orthonormé, un système d'égoût. La seule voie, et encore s'agit-il d'une voie majeure au débouché d'un passage sur le Rhône, est celle que Artaud (Artaud 1846) aurait vu sous l'actuelle tracé de la rue Mercière ; de plus, cette découverte n'a jamais été confirmée. Aucun des sites fouillés sur la Presqu'île n'a révélé un système d'artères ou de quelconque voie de circulation en relation avec les structures bâties. Difficile dans ces conditions d'essayer de percevoir l'urbanisme de cette partie de la ville. L'image un peu floue qui se dégage, renvoie à un paysage semi-rural avec de vastes domus et des entrepôts dans une appropriation de l'espace relativement anarchique. A cet égard par exemple, il faut souligner que si le terme de "domus" a été retenu, c'est évidemment par commodité, mais il est impropre à cette nouvelle vision que nous avons d'un paysage qui oscille entre urbain et rural.

27Comme sur la rive droite de la Saône ce parcellaire, ou cette organisation spatiale, n'a pas contraint les implantations futures, du moins concernant l'habitat civil ; il semble même qu'il ait déjà disparu du paysage, comme des mémoires, lorsqu'il y aura reconstruction au XIIe s.

28Enfin, quelle est la mutation qui provoque sur la Presqu'île un chantier de démolition et de récupération méthodique des matériaux de construction à la fin du De s. - début IIIe s. Quelle peut être la raison de cette désaffection ? et pourquoi le constat n'est-il pas identique rive gauche de la Saône et rive droite du Rhône, sur cette même Presqu'île ?

29Plusieurs hypothèses peuvent être avancées sans qu'aucune ne puisse être validée :

30Dès la fin du IIe s. - début IIIe s., comme dans beaucoup d'autres villes, les transformations politique et économique se traduisent par un rétrécissement de la ville, constat relativement banal en milieu urbain à cette période ; mais quelle est la - ou les - structure qui nécessite des matériaux ? En bref, comment interpréter l'abandon de cette zone et simultanément la récupération systématique des matériaux de construction : cette action méthodique indique une nécessité pour un autre chantier. Sinon une ville, ou du moins un quartier, abandonné pour des raisons économiques ou de restructuration ou... pour mourir de sa belle mort serait devenu "ruines romantiques".... Seul le nord de la place des Terreaux a révélé des occupations dont la mise en place ne date que de l'Antiquité tardive.

31La rive droite de la Saône est en plein développement et devient le nouveau centre. On peut pourtant douter que ce soit pour ces chantiers que les matériaux soient récupérés sur la Presqu'île puisque sur les lieux même de travaux il n'y a pas cette récupération (Arlaud et al. 1994). D'autres points de vue peuvent être évoqués quant à l'abandon du site, mais aucun n'explique la récupération des matériaux.

32Cette partie de la ville est visiblement réservée à des marchands qui évoluent entre entrepôts (rive droite du Rhône) et quartier résidentiel (rive gauche de la Saône). Un changement des circuits commerciaux, des itinéraires, dans lesquels Lyon ne serait plus un "centre incontournable" pourrait entraîner ce "quartier marchand" à péricliter.

33La suprématie de Vienne devient réellement évidente au IIIe s. et s'affirmera durant le haut Moyen Âge. Cette ville qui prend son essor remplace-t-elle Lyon dans un circuit à la fois politique et commercial ? Alors que la ville de Lyon semble se réduire de façon dramatique durant le haut Moyen Âge, Vienne prend une importance indéniable que les vestiges laissés en place, massif et très conservés, ne font qu'affirmer.

Durant le haut Moyen Âge

34La découverte archéologique d'un contexte du haut Moyen Âge sur le site de la place des Célestins présente un intérêt considérable pour la connaissance de l'histoire de la Presqu'île. Jusqu'à présent, il semblait que l'espace compris entre les deux fleuves avait été en grande partie abandonné entre la fin de l'Antiquité tardive et les XII-XIIIe s. Pour le haut Moyen Âge. les traces archéologiques sont aussi inexistantes que les témoignages historiques sont peu probants : "La topographie religieuse de Lyon du Ve s. à la fin du Ville s. présente de grandes obscurités. Les documents sont rares, souvent vagues, parfois contradictoires, et dignes de peu de créance. Les inscriptions ne donnent aucun renseignement précis. Les seuls textes vraiment dignes d'attention sont ceux de Sidoine Apollinaire, de Grégoire de Tours, et de quelques vies de saints, le Rapport de l'évêque Leidrade à Charlemagne, enfin les martyrologes lyonnais.(…) Quant aux traditions plus récemment recueillies, il est le plus souvent difficile d'en faire un usage vraiment historique. Et on ne saurait donner une créance plus grande aux attributions qui ont été faites de quelques substructions et débris anciens retrouvés dans le sol." (Coville 1928 : 441).

35Pour la première fois sur la Presqu'île le site des Célestins a révélé une occupation dense pour la période du haut MoyenÂge. En effet, il ne s'agit pas de découvertes ponctuelles mais d'une occupation organisée de l'espace avec des constructions (cabanes, abris), des activités (fosses), des aménagements (chemin, fossé). Les nombreux vestiges mis au jour sont interprétables individuellement : fosses, fossé, bases de murs, sépultures..., par contre leur fonction, comme le type d'occupation auxquels ils appartiennent, reste encore assez difficile à identifier. L'hypothèse que nous avons retenue est celle d'une aire de stockage ou d'ensilage implantée à la périphérie d'un habitat : elle repose essentiellement sur la présence d'un ensemble important de fosses parmi lesquelles certaines de formes globulaires ou en cloche évoquent des silos enterrés ; la nature de leur contenu reste cependant inconnue. Les autres vestiges, très lacunaires ou atypiques, peuvent être intégrés à ce type d'occupation. Les restes de construction constitueraient les vestiges de structures de protection, entourant et recouvrant certaines fosses. Quant au petit fossé, a-t-il servi au drainage du terrain, à l'irrigation ou tout simplement de limite de parcelle ?

36Cette occupation se développe au sud-ouest de la zone insalubre inondée de manière épisodique par les débordements des cours d'eau et dans laquelle s'accumule progressivement un important dépôt alluvial. Une voie de circulation matérialisée par deux chemins superposés, empierrés en surface, constitue la limite entre la zone inondable et la zone occupée ; elle semble donner accès à l'ouest à la berge de la Saône et à l'est au centre de la Presqu'île.

37La répartition spatiale est strictement identique à celle relevée durant l'Antiquité. A titre d'hypothèse, on peut en déduire que la manière d'occuper les lieux est la même que durant l'Antiquité ; la domus antique perdure et on assiste à une réapropriation des lieux avec une culture différente, la cour est utilisée à des activités domestiques et la zone déprimée, encore inondable, sert parfois de lieu de passage.

38L'ensemble de ce quartier aurait-il perduré sur la même trame ? La documentation que nous avons sur la Presqu'île ne permet pas une réponse. De nombreuses domi ont été localisées, mais le seul "ramassage" des mosaïques antiques livre peu de renseignements sur les périodes postérieures. Souhaitons que désormais la fouille des "terres noires" ou des "terres de jardins" soit systématique... Les constatations faites place des Célestins permettent déjà une approche nouvelle pour cette période.

39Faut-il relier cette continuité à celle qui se déroule sur la rive droite de la Saône, juste en face du site des Célestins, et où il n'existe aucun hiatus dans l'occupation (Arlaud et al. 1994) autour du groupe épiscopal (Reynaud 1998). En revanche on constate que c'est à un mode d'occupation nouveau, lié à l'implantation du christianisme, que répondent les programmes architecturaux qui divergent et affirment une différence réelle avec les vestiges antiques (trames, mode de construire etc.).

40À l'inverse, pour les sites de Bourse et République aucune occupation n'est attestée entre le IVe et le XIIIe s., de même qu'aux Terreaux. Sur ce dernier site, l'ouverture de la lône que nous avons constatée est peut-être à mettre en relation avec cet abandon.

41À titre d'hypothèse, et à partir du peu d'éléments connus puisque seules les fouilles récentes ont pris en compte les "terres noires", on peut supposer que la ville mérovingienne, carolingienne, s'organise autour des deux rives de la Saône et tourne le dos au Rhône, fleuve puissant aux rives instables, fleuve-barrière infranchissable. C'est d'ailleurs le long de la Saône, sur ses deux rives, que s'installeront tous les domaines religieux et les édifices ecclésiastiques.

La ville médiévale et moderne

Parcellaire et réseau viaire

42L'étude du bâti a révélé l'existence de structures médiévales et a permis de démontrer et de dater l'origine du parcellaire. Les constatations faites dans un premier temps sur le site de Bourse ont été confirmées sur le site de République.

43Dans les deux cas, la mise en place du réseau viaire apparaît au début du XIIIe s. S'il semble difficile d'envisager la création spontanée de ces deux axes reposant directement sur des niveaux du IIIe s., il est par contre évident qu'il n'existe pas de trace tangible d'un cheminement auparavant. Seul le mobilier du haut Moyen Âge contenu dans le remblais d'aménagement de la rue Buisson serait un indice d'une présence intermédiaire. Aucune corrélation avec l'implantation des bâtiments antiques n'existe, les traces de ce passé lointain ne sont même plus lisibles pour ceux qui s'y installent au XIIIe s.

44Seule l'analyse fine des maçonneries (Arlaud 1993 : 8-10) pouvait permettre de dégager, puis de reconnaître, le parcellaire médiéval qui jusque là était considéré comme détruit par des constructions modernes, notamment par des caves, lorsqu'il n'était pas totalement ignoré par ceux qui considéraient que l'urbanisation de la Presqu'île était encore plus tardive. Quand aux récentes démonstrations (Gauthiez 1994), elles perdent jusqu'à leur valeur méthodologique au vu de ces acquis, volontairement exclus : en effet, si l'on extrapole la mise en place du parcellaire sur la Presqu'île à partir du XIIIe s. au vu des données acquises sur ces deux sites, il est évident que celuici évolue et se constitue très doucement dans un paysage encore rural dominé par les silhouettes de nombreux domaines ecclésiastiques. Cette perspective ne s'inscrit absolument pas dans le schéma rigoureux de lotissement de la Presqu'île décrit récemment par B. Gauthiez (op. cit.) pour le XIIIe s.

45Sur le site de la Bourse, la rue Buisson est créée au cours du XIIIe s. comme la rue de l'Hôpital à la République dont les premiers témoins sont contemporains. De la même manière, des tènements se développent de part et d'autre de ces deux rues.

46Sur ces deux sites, ce n'est qu'au début du XVIe s. que les grands tènements médiévaux sont divisés en parcelles laniérées qui subsisteront jusqu'aux grands travaux du XIXe s. Il est curieux de constater que le développement du bâti dans ces deux quartiers se fait aussi lentement. En effet, la rue de l'Hôpital constituait un axe de communication important à proximité de l'Hôtel-Dieu et au débouché du pont du Rhône ; en outre elle doublait à l'est la rue Mercière, qu'elle rejoignait au sud de l'Hôtel-Dieu. Quant à la rue Buisson, qui semble un peu moins attractive, elle se trouve tout de même dans le quartier Saint-Nizier dont le développement précoce est attesté et au débouché de l'église Saint-Bonaventure, dans la rue Grenette.

47Si l'on extrapole à partir de ces deux exemples, avec les dangers que cette démarche comporte pour seulement deux cas étudiés, une constatation s'impose sur l'évolution très progressive dans le temps, entre le XIIIe et le XVIe s., de ce parcellaire et de la construction. Ce n'est qu'au XVIe s. à République, et au XVIIe à Bourse, que le découpage en parcelles est achevé et que celles-ci sont loties.

48Le constat qu'il est aujourd'hui possible de faire sur la rive droite de la Saône, appelé communément "Vieux Lyon", à partir d'une base de données (Arlaud 1993 et Arlaud et al. 1994) beaucoup plus riche, est tout autre. Au XVIe s. sur la rive droite, dans le quartier Saint-Jean par exemple, les jardins arrières ont déjà disparu au profit de constructions de maisons arrières ; il existe même parfois, lorsque la parcelle est profonde, deux maisons arrières avec deux cours ; lorsque le bâti est arrivé à saturation dans la parcelle, ce sont alors les surélévations qui deviennent systématiques pour créer de nouveaux espaces habitables. A l'inverse les sites de Bourse et République offrent une image semi-rurale jusqu'au XVIe s. A Bourse une écurie occupe tout un bâtiment sur rue et ne sera transformée en immeuble qu'au XVIIIe s. ! A République, un vaste jardin dans lequel poussent des vignes persiste jusqu'au XVIe s. ! La lenteur du rythme de développement et de densification de l'habitat semble caractériser l'évolution de l'urbanisation sur la Presqu'île en comparaison avec celle de la rive droite de Saône.

49Cette image est par ailleurs le reflet de celle qui nous est fournie par le plan scénographique de la ville de Lyon, réalisé vers 1550. L'espace compris entre la Saône et le pied de l'escarpement de Fourvière est occupé de manière très dense. A travers le lacis de ruelles on ne distingue que des constructions, des façades ou des toitures ; les jardins ou espaces non bâtis sont rares et se situent principalement sur les pentes de Fourvière en dessus de la montée Saint-Barthélémy qui fait office de frontière entre la ville et la campagne. A l'inverse sur la presqu'île, bien que le réseau viaire soit aussi très développé, il reste de vastes tènements non construits à l'intérieur des îlots.

50Une autre figure de formation du parcellaire, étudiée pour la première fois à Lyon, est celle du lotissement. Sur le site de République, au début du XVIe s. l'un des tènements fait l'objet d'une opération immobilière visant à lotir ce qui n'était auparavant qu'un très vaste jardin avec des vignes et une seule maison. Le partage aboutira à la création de cinq parcelles au plan régulier et laniéré, orientées sur la rue de l'Hôpital, ainsi que six autres identiques, orientées sur la rue Noire. En 1518-1519 une phase de remblaiement a lieu et en 1528 des maisons sont bâties sur les parcelles issues du partage du tènement. Le plan des constructions à l'intérieur de ces nouvelles parcelles suit un schéma classique, typique de l'habitat lyonnais depuis le XVe s., avec une maison sur rue séparée d'une maison arrière par une cour. "L'allée" permet l'accès à la maison sur rue, mais aussi à la cour depuis laquelle se fait toute la circulation ; l'escalier, généralement en vis, situé dans la cour permet d'accéder aux étages où il est relié à des galeries qui conduisent au deuxième corps de bâtiment. Ce lotissement s'intègre dans un mouvement d'urbanisation, qui a affecté tout ou partie de la rue de l'Hôpital, au début du XVIe s. L'étude comparative des rôles d'imposition de 1493 révèle en effet, qu'outre l'édification de bâtiments sur des terrains jusque là peu ou pas lotis, de nouvelles rues furent ouvertes, le plus souvent à l'emplacement d'anciens chemins privés : rue du Paradis, prolongement de la rue Thomassin....

51La surélévation des niveaux de rue, phénomène démontré sur la rive droite de Saône (op. cit.), a été vérifiée sur la Presqu'île, bien que dans une moindre mesure. Le premier niveau de circulation de la rue Buisson est à 1,50 m sous le sol actuel et celui de la rue de l'Hôpital à 1,30 m. Sur la rive droite de Saône la différence peut aller jusqu'à 3 m.

52Du XIIIe au XVe s. les maisons édifiées sur les deux sites ne possèdent pas de sous-sol. Ainsi la maison de la parcelle VIII nord (République) n'a toujours pas de cave au XVIe s. : les sols de l'allée et de la boutique reposent directement sur la terre comme dans la plus ancienne parcelle de Bourse. Les rez-de-chaussée deviennent semi-enterrés et insalubres. Les caves seront donc aménagées en sous-œuvre pour récupérer un niveau de rez-de-chaussée correspondant à celui de la rue. A République les directives énoncées dans le texte d'autorisation de travaux sont appliquées, des pieux de bois dont les empreintes étaient conservées, sont installés en sous œuvre sous les murs mitoyens pour renforcer les fondations mises à découvert par le creusement d'un niveau de cave.

53Le creusement réalisé à cette occasion a évidemment condamné tous les niveaux antérieurs, ne laissant en place que les niveaux antiques les plus profonds. Le voûtement de ces caves, souvent contemporain de la création d'étages supplémentaires, repose généralement sur un pied de voûte, sorte de parement maçonné plaqué contre le mur primitif, masquant complètement ce dernier. Ainsi, l'absence de niveaux de sol médiévaux accompagné de la présence de parements modernes a longtemps pénalisé la compréhension de ces vestiges que seuls les sondages dans les murs peuvent éclairer.

54Il faut attendre la fin du XVIIe s. pour voir s'organiser les mesures d'alignement des maisons sur rue édictées par le Consulat et surveillées par le voyer. Les alignements, souvent en retrait, devaient évidemment permettre de trouver, ou de retrouver, des fronts de rue rectiligne, mais aussi d'établir une largeur de rue plus compatible avec les besoins de l'époque. Ces demandes de travaux, souvent signalées par les textes, doivent être vérifiées sur les sites de fouilles car leurs mentions ne prouvent pas forcément leurs réalisations. Certains sont réalisés à Bourse et à République, et accompagnent souvent des travaux de restaurations ou de surélévations importants sur ces maisons. Ces alignements brisent certains repères chronologiques et il est essentiel de les percevoir pour éviter, comme cela est si courant, de dater une maison d'après sa façade.

55Ces mesures d'alignement ne suffiront pas à insuffler un nouveau dynamisme à ces quartiers et encore moins à répondre aux contraintes contemporaines. A la fin du XVIIIe s., le réseau viaire hérité du Moyen Âge, ne correspond plus aux besoins de la société. Face aux nécessités multiples, notamment de gérer au mieux la pénurie d'espace dans ce secteur de la ville, d'endiguer la crise sociale en maîtrisant les centres de résistances en cas d'émeutes (insurrections de 1831, 1834) et de retenir la bourgeoisie marchande qui fuyait ces quartiers vétustes pour les nouveaux sur la rive droite du Rhône, des projets d'aménagements sont programmés dès la fin du XVIIIe s. et au début du XIXe s. Nombre d'entre eux ne dépasseront pas le stade du projet. Ce n'est qu'au milieu du XIXe s. , sous le Second Empire, qu'une réelle volonté politique d'urbanisation est définie. Les résultats seront très rapides grâce entre autres à une juridiction particulière, la loi d'expropriation pour cause d'utilité publique. En 1854, Cl. Waïsse constitue la Société Impériale dont le rôle sera de revitaliser la Presqu'île.

56La création de la rue Impériale et de la place du même nom (achevées en 1857), de la place de la Bourse et du palais du Commerce (1856), de la rue Childebert (1859) et enfin de la rue Président Carnot ont évidemment gommé, en surface du moins, le tissu urbain ancien. Les îlots de maisons de Bourse et de République, décrits précédemment, sont des exemples de cette politique d'urbanisme : les maisons sont détruites, les voûtes des caves sont cassées et ces sous-sol sont remblayés avec les éléments de démolition des niveaux supérieurs. C'est ainsi que parmi les gravats dégagés au début des fouilles pour vider les caves, de nombreuses pierres taillées et parfois moulurées provenant de cheminées, d'ouvertures, de croisées comme des dalles d'évier, des conches ou encore des marches d'escalier ont été répertoriés. Le nouveau niveau de rue ou de place créé après ces démolitions est installé sur le sommet des structures des caves remblayées.

Les fortifications

57L'histoire des fortifications à Lyon, est un nouveau chapitre fort mal connu, toutes époques confondues.

58La présence d'une dépression topographique au haut Moyen Âge découverte lors des fouilles des Terreaux, que les analyses nous ont permis d'interpréter comme l'ouverture d'une lône par une crue (du Rhône ou de la Saône ?), est un élément marquant pour l'histoire topographique de Lyon puisque cette topographie aurait conditionné la localisation des fortifications médiévales.

59Il existe peu de points de comparaisons avec des fouilles en aire ouverte comme celle des Terreaux. Par contre il peut être intéressant d'établir une comparaison avec les fouilles récentes du Carroussel à Paris (Van Ossel et al. 1998). En effet, contrairement au Carroussel où il a été démontré qu'aucune dépression topographique n'avait précédé l'établissement des fortifications, il apparaît que le fossé primitif mis au jour sous la place des Terreaux profite bel et bien d'une topographie en creux déjà modelée et confortée au nord par le versant de la colline de la Croix-Rousse ; cette dépression n'est pas utilisée systématiquement sur toute sa longueur car elle n'a pas exactement le tracé choisi pour les fortifications ; ce choix a d'ailleurs préservé des témoignages de la lône, le reste ayant disparu lors du creusement du fossé. Comme il a été démontré dans cette analyse, le premier fossé sans doute simplement taluté au nord serait vraisemblablement bordé d'un mur de soutènement du côté de la ville qu'il protégeait, au sud. Il correspondrait au fossé mentionné dans les textes en 1208 ; le creusement est antérieur à cette date puisque le texte indique qu'au terme de longs débats entre l'Archevêque et les citoyens, ce système pouvait être amélioré.

60De la même manière, un fossé primitif a été identifié lors des fouilles du Carroussel à Paris, mais il date de la deuxième moitié du XIVe s. ; il se présente sous la forme d'un creusement large de 12,70 m, découvert sur 25 m de longueur et profond de 4 m. Il est antérieur au rempart de terre, élément constitutif des fortifications de Charles V.

61Les textes, comme les éléments découverts lors de la fouille, offrent une vision très réaliste et relativement inattendue de la manière avec laquelle les habitants s'accaparent très souvent ces lieux, qui ont souvent besoin d'être curés ou nettoyés.

62Sur la place des Terreaux, l'aménagement d'un grand fossé, large de 22 m et bordé de deux murs, provoque la démolition des maisons situées extra muros ; ces habitats, dont les élévations étaient heureusement sauvegardées sous le glacis sur environ 2 à 3 m de hauteur, ont révélé pour la première fois des techniques de construction en pisé durant le Moyen Âge. Quant aux murs d'escarpe et de constrescarpe, ils ont été découverts sur toute la longueur du chantier ; si le mur d'escarpe était très bien conservé, la contrescarpe était en revanche assez abîmée par endroit. Ces murs sont fourrés, et les parements extérieurs sont relativement bien appareillés sans pour autant présenter un grand appareil de qualité comme celui du Carroussel par exemple.

63Ces grands travaux, réalisés à la fin du XVe s., sont largement décrits dans les textes, notamment dans les délibérations consulaires et les registres de comptabilité ; ils sont presque exhaustifs pour certaines phases de travail, alors que d'autres n'apparaissent pas du tout, mais même lorsque la mise en œuvre est bien détaillée comme le choix des matériaux, ces descriptions s'avèrent être souvent difficiles à localiser précisément par rapport à une aire de fouille qui elle, reste forcément lacunaire dans l'ensemble de la construction.

64Alors que visiblement des questions subsistent sur l'apparence exacte du fossé au Carrousel, il ne fait aucun doute qu'il s'agit, à Lyon, d'un seul et unique fossé dont la largeur est à peu près similaire d'ailleurs à celui du Carroussel-28 m de largeur-et aux Terreaux - 22 m-. En effet cette largeur semblerait peu habituelle : "Entre ces deux profils s'étend une zone d'environ 28 m, qui pourrait correspondre à la largeur originelle du fossé. La question qui se pose à ce stade est de savoir si dans cet espace, très vaste, il y avait un ou deux fossés. Aucun indice archéologique ne permet de répondre à cette question. La largeur est inhabituelle pour un unique fossé et ne rend donc pas invraisemblable l'existence d'un double fossé. Certaines sources semblent aller dans ce sens." (op. cit. : 341).

65Il est surprenant de constater, lorsque ce système est en fonction, l'opposition qui se manifeste - que ce soit dans les textes ou dans l'analyse archéologique - entre la persistance de la population à s'installer dans le fossé et la volonté des édiles de l'entretenir... Ce phénomène serait intéressant à comparer avec d'autres fouilles de fossé.

66Le plus inattendu reste bien sûr l'absence de rempart. Mentionné dans les textes, figuré sur le plan scénographique, il n'en reste aucune trace au sud de la place dans tous les lieux où nous avons poussé nos investigations, c'est à dire jusqu'au mur nord du Palais Saint-Pierre.

67Enfin il est tout aussi surprenant de constater que moins d'un siècle après les grands travaux, ce système de défense est abandonné. Ce grand fossé a finalement peu perduré, il sera rapidement comblé après que la décision en ait été prise par le Consulat. Suite à de très nombreuses tergiversations, le Conseil décide in fine d'abandonner les fortifications de la Lanterne, au pied de la colline et de concentrer ses efforts financiers et humains sur les travaux des fortifications de Saint-Sébastien, au sommet de la Croix-Rousse. Le débat ouvert dès le début du XVe s. trouve enfin un terme avec l'abandon des ouvrages de la Lanterne. Il est clair que la ville a peu à peu englobé ses faubourgs et s'est agrandie, les fortifications de la Lanterne n'ont plus vraiment lieu d'exister comme en témoigne cette réflexion des conseillers qui soulignent que les ouvrages sont désormais presque au meilleu de lad. ville.

68L'étude de ce comblement d'abandon a permis de constater à travers la fouille, aussi bien la diversité de la nature des apports, depuis les gravats de démolition, les ossuaires jusqu'à la décharge publique qui forme un véritable cloaque, que le mode de déversement depuis le sommet des murs, lequel constitue des pendages abrupts qui s'entremèlent suivant le lieu de dépôt. L'analyse archéologique des dépôts sur l'emprise du fossé, menée en étroite collaboration avec les études géomorphologique et sédimentologique, autorise une reconstitution assez fine de la stratigraphie complexe de remblaiement de cette structure. Les dépôts de sédimentation naturelle issus de processus hydriques (décantation, ruissellement diffus ou concentrés) observés dès la phase de remplissage de la dépression se sont poursuivis tout au long de l'histoire du fossé. Ils sont conditionnés par le milieu environnant, notamment la colline de la Croix-Rousse surplombant le site. L'abandon du fossé qui s'est traduit par des apports réguliers de matériaux a probablement gêné l'enrichissement en matière organique des vases décantées.

69Le mobilier qui a été exhumé lors de ces fouilles, issu du comblement d'abandon, est d'une richesse extrême, et à tous points de vue, que ce soit la fourchette chronologique très bien cernée 1554-1565 qui en fait un ensemble homogène, ou la variété des matériaux (céramiques, verres, vitraux, cuir, métal, bois, tissus, vanneries etc.) totalement inhabituelle, ou encore la quantité de ces éléments. Tout concourt à faire de ces lots une collection inégalable.

70La place des Terreaux, à travers son toponyme, garde en souvenir, comme gravée, son ancienne fonction, puisque "terreaux" (terrai) signifie fossé(s). La fouille a montré que la problématique de ce site était excessivement plus complexe que certains ne la prévoyaient. Elle a permis de décomposer, grâce à une méthode régressive et à la pratique de toute une équipe pluridisciplinaire, toutes les phases de son histoire depuis sa formation naturelle. Histoire singulière de ce site, maintes fois creusé, naturellement et volontairement, jusqu'à aujourd'hui avec le plus profond des creusements qu'il ait jamais connu, celui d'un vaste parking. Histoire singulière de ce site, longtemps aux limites de la ville, puis totalement intégré, mais qui participe toujours aux vicissitudes même de la ville et toujours sur des décisions consulaires ou municipales !

71La réalisation de ces quatre parcs de stationnement est le fruit d'une volonté politique initiée par le Maire de Lyon, Michel Noir, et le Président de la société Lyon Parc Auto. Le concept mis en place par François Gindre, Directeur et Alain Chaussinand Ingénieur de LPA a pris forme grâce à la vision pluridisciplinaire de ce tandem qui a réussi à associer élus, techniciens, archéologues, artistes, architectes dans un projet où le mot urbanité trouve tout son sens.

72La société Lyon Parc Auto a réussi à intégrer l'étude du passé, la vie au présent et même le futur dans la réalisation des parcs (fig. 143 et 144). Dans chaque parc un artiste a participé à l'aménagement intérieur. Pour le parc des Terreaux (architecte Pierre Favre), Matt Mullican, artiste américain, a choisi de transcrire ce qu'il avait ressenti en visitant le chantier archéologique des Terreaux. Des plaques en granite noir du Zimbabwe gravées sont placées au sol dans les halls d'accès aux ascenseurs. Comme pour reconstituer la succession de strates qui composent le sous-sol, chaque plaque restitue le plan de la ville depuis sa formation au niveau - 6 jusqu'à son image actuelle au niveau - 1. Cet artiste a aussi choisi des objets parmi ceux que nous avions découverts dans le comblement du fossé ; des copies sont placées à l'entrée du parc dans une niche aménagée dans le sol et fermée par une vitre (cf. illustration de couverture) ; là encore, symbole de notre passé enfoui sur lequel nous marchons... Une portion du mur d'escarpe a été reconstruite au premier niveau. Cet ensemble d'éléments lié à la profondeur, à l'enfouissement rappelle à chacun la construction lente de nos cités en strates successives et complexes, symbole aussi de nos pas quotidiens sur nos propres racines. L'œuvre conçue par François Morellet pour le parc de République (architecte Pierre Vurpas) met en scène avec humour des jeux de lumière « Les hasards de la République ». Dans les sept niveaux du puits des cages d'ascenseur, 22 m de haut, l'artiste a installé un jeu de lumière de néons, longues traces de couleur ; pour chaque niveau stationnement, des « accidents visuels » sont mis en scène avec des néons encastrés dans les sols ou les murs.

143- Place des Terreaux, place de la République, place de la Bourse

143- Place des Terreaux, place de la République, place de la Bourse

Cl. F. Guy/A.U.

73Le parc des Célestins (architectes Michel Targe et Jean-Michel Vilmotte), est un ouvrage en double cylindre, l'un s'imbriquant dans l'autre avec un itinéraire en spirale entre les deux. Le cylindre intérieur, traité par Daniel Buren devient une véritable tour de Babylone enfouie ; un miroir de cinquante cinq facettes incliné et mobile situé au niveau le plus bas renvoie les multiples facettes de son architecture. Ce miroir nous renvoie aussi sa propre image au visiteur qui se penche ; cette œuvre intègre totalement l'inter-activité entre le visiteur et l'architecture dans le jeu avec le reflet. Sur la place un périscope permet de poursuivre cette vision.

74L'aménagement des places, confié à des artistes ou des paysagistes, est soigné et intègre la vision architecturale, le ludique, le parcours, la flânerie. La signalétique même, voulue par Art/Entreprise et'Yan Pennor's, en noir et jaune, offre de nouvelles traces pour de nouvelles pistes dans la ville.

75L'histoire ancienne et contemporaine de ces parcs et leur intégration dans la ville invitent à relire cette phrase de Fernand Braudel :

« Les villes sont autant de transformateurs électriques : elles augmentent les tensions, elles précipitent les échanges, elles brassent sans fin la vie des hommes... Elles sont les accélérateurs du temps entier de l'histoire ».

144- Place des Célestins

144- Place des Célestins

Cl. F. Guy/A.U.

Table des illustrations

Titre 140- Un aspect topographique du site de Lyon à la fin du premier âge du Fer
Légende 1 : Place de la Bourse 2 : Place des Terreaux 3 : Place de la République 4 : Place des Célestins 5 : Place Bellecour 6 : Place Tolozan 7 : Quai Saint-Vincent - occupation Halstatt (cabane) 8 : Rocher du change 9 : Place A. Max - tronc (761-591 av. J.-C.) 10 : Place A. Poncet - tronc peuplier (765-400 av. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1856/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre 141- Un aspect topographique du site de Lyon autour de notre ère
Légende 1 : Saint-Jean - quai antique sur la Saône primitive 2 : Palais Grillet - inondation et fréquentation augustéenne 3 : Quai Saint-Vincent - installation, 40/-20 4 : Bourse - inondation et fréquentation augustéenne - assainissement d'amphores 5 : République - inondation et fréquentation augustéenne - assainissement d'amphores 6 : Clément V - occupation augustéenne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre 142- Un aspect topographique du site de Lyon à la fin du Ier s. après J.-C.
Légende 1 : Ilot 24 - mur digue et occupation claudienne 2 : Place de la Re'publique - occupation tibérienne et claudienne, puits dans la lône 3.4.5 : Rue Tramassac, place A. Max, Clément V - remblaiement naturel puis assainissement du bras primitif de la Saône et occupation en bordure 6 : Opéra - puits (80 ap. J.-C.), inondation 7 : Place Bellecour - assainissement d'amphores flaviennes remanié par une crue du Rhône 8 : Place L. Pradel - occupation du 1er s. ap. J.-C. 9 : Place Tolozan - appontement (bâteau 20/30 ap. J.-C.) partiellement détruit par crue 10 : Place des Célestins - fin de l'édification de la berge de la Saône et fréquentation (domus - IIe s. ap. J.-C.) 11 : Place de la Bourse - Inondation et fréquentation d'Auguste à Tibère puis occupation 2e moitié du Ier s. ap. J.-C. 12 : Place des Terreaux - inondation et colluvionnement (occupation IIIe s. ap. J.-C.) 13 : Quai Saint-Vincent - occupation du Ier s. jusqu'à la fin du IIIe s. ap. J.-C. 14 : Kiosque Bellecour - inondation et fréquentation augustéenne, occupation claudienne et crue de la Saône.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 143- Place des Terreaux, place de la République, place de la Bourse
Crédits Cl. F. Guy/A.U.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1856/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 144- Place des Célestins
Crédits Cl. F. Guy/A.U.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1856/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 234k

© Alpara, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access