Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon, les dessous de la Presqu'île

 | 
Catherine Arlaud

Les dessous de la presqu'île lyonnaise - Résultats des fouilles

Chapitre 2. Investir et organiser les espaces (milieu Ier - IVe siècle)

Texte intégral

Clichés MCGR, Ch. Thioc

1Dès le milieu du Ier s. pour les sites de la Bourse et de la République et à partir du IIe s. pour les Célestins, les installations révèlent une volonté d'investir et d'organiser l'espace. Des aménagements importants sont effectués dont les vestiges attestent l'utilisation de techniques de construction nettement plus élaborées que celles utilisées précédemment ; des bases de murs et de piliers en moellons de granite, des sols en terre battue, mais aussi en mosaïques, le prouvent.

Des habitats et des entrepôts ?

Un habitat, place de la Bourse

2L'absence de dépôt de crue à partir du milieu du Ier s. est un fait qui soulève plusieurs questions :

  • doit-on considérer que l'espace est volontairement mis à l'abri des crues grâce à des exhaussements de terrain ou à l'édification d'une digue protectrice pour permettre une réelle occupation ?

  • que les dépôts corrélatifs à ces crues ont été arasés par les occupations postérieures ?

  • ou encore que les crues du Rhône n'atteignent plus le site ?

3Les arguments font défaut pour privilégier une hypothèse. Néanmoins, le site semble à l'abri du fleuve et trois niveaux d'occupation vont se succéder jusqu'à la fin du IIe s. - début IIIe s.

Une installation au milieu du Ier s. ap. J.-C.

4Un premier bâtiment est construit dans la partie est du site. En préalable, une recharge de gravier d'environ 10 à 15 cm assainit et nivelle le terrain. Elle n'a pas été repérée ailleurs sur le site. Un lot de 207 tessons (correspondant aux restes de 34 vases), recueilli dans les couches de graviers, situe cette étape de construction vers la fin du règne de Claude, voire le début de celui de Néron.

5De ce bâtiment, seule la partie occidentale a été retrouvée ; le reste de l'édifice se développe vers l'est au-delà de l'emprise du chantier.

6Deux alignements parallèles (nord-sud) de bases de piliers (US 1228, 1229, 1238, 1243, 1327 à 1330 et 1435) seraient les vestiges d'un péristyle. L'alignement ouest est composé de piliers isolés, tandis que les piliers à l'est sont reliés par un mur. Cinq murs orientés est-ouest (US 1231, 1326, 1350) dont deux en négatifs (US 1348 et 1338) appartiennent au même bâtiment ; situés à l'est de la deuxième rangée de piliers, ils correspondent à l'aménagement intérieur de cette architecture (fig. 34). Les fondations des piliers et des murs, conservées sur plusieurs assises, sont en moellons de granite liés par un mortier de chaux. Les bases des piliers sont ancrées beaucoup plus profondément que les murs dans le plancher alluvial. Ces bases maçonnées devaient supporter des structures telles que poteaux en bois ou colonne de pierre ou de maçonnerie. L'élévation des murs est vraisemblablement en terre d'après les fragments repérés dans des couches de démolition. Des fragments d'enduits peints découverts dans ces mêmes couches de démolition attestent que les élévations étaient recouvertes d'un enduit dont le décor, s'il reste inconnu, était au moins polychrome.

34 - Localisation des vestiges du milieu du Ie siècle

34 - Localisation des vestiges du milieu du Ie siècle

(Bourse, détail)

7Les sols, aménagés sur le niveau de gravier, sont en terre battue (US 1204, 1206, 1297,1319) ou en mortier (US 1434). Un négatif de caniveau (US 1365), des trous de poteaux et des fosses font partie de cet aménagement (US 1021).

8Le matériel céramique issu des sols et des fosses étant constitué exclusivement de 111 restes de panses, le raisonnement s'appuie sur le rapport statistique. L'augmentation très nette des sigillées sud gauloises (63,64 %), des communes claires (40,28 %) et des amphores gauloises (64,29 %) s'accordent pour confirmer l'approche de la période flavienne. La seule forme reconnaissable est un fragment de vase Drag. 35/36 produit à partir de 60 ap. J.-C.

9Il est difficile de définir avec certitude la destination de ce bâtiment. Toutefois, les éléments précédemment cités, comme le péristyle, la présence d'enduit polychrome et les dimensions réduites des pièces permettent de l'interpréter comme un habitat. La durée d'utilisation de ce bâtiment semble assez courte, puisque le mobilier retrouvé dans les niveaux d'installation des sols est daté de la fin du règne de Claude et sa démolition semble se situer sous le règne de Néron ou au tout début de l'époque flavienne.

De nouvelles constructions sous le règne de Néron

10Au cours de cette période, deux bâtiments fonctionnent sur cet espace. À l'est, un habitat remplace celui de la période précédente ; au centre et à l'ouest, une structure aux dimensions plus vastes correspondrait à un entrepôt (fig. 35).

35 - Localisation des vestiges de la deuxième moitié du Ie siècle

35 - Localisation des vestiges de la deuxième moitié du Ie siècle

(Bourse)

11Dans la zone est, le premier bâtiment fait place à de nouvelles structures qui présentent des murs de dimensions similaires et des techniques de construction identiques. Certains éléments comme les piliers du bâtiment abandonné sont réutilisés et intégrés dans ces constructions : les bases des murs arasés sont utilisées comme fondations. La plupart des sols repérés sont en terre battue, hormis l'empreinte très précise d'un plancher retrouvée à l'est du mur 1232.

12Au centre et à l'ouest, le terrain est dans un premier temps nivelé et assaini avec une recharge de gravier avant de recevoir un bâtiment dont trois éléments de maçonneries, comprenant deux fragments de murs et une base de pilier, ont été mis au jour. Des sols en terre battue ou en mortier sont liés à ces structures.

13Une fosse (US 1265), de forme légèrement ovale de 1,50 m sur 0,90 m et profonde de 0,90 m, est présente au centre du terrain. Il s'agit vraisemblablement d'une fosse de stockage souterrain dont les parois ont été volontairement brûlées ; cette technique permet de les consolider et également d'assainir l'ensemble. Le fond est recouvert par une couche sableuse. Ce silo a été réaménagé ; deux étapes d'utilisation ont été repérées ; les parois et le fond ont été réenduits d'une couche de terre sablo-limoneuse, puis brûlés.

14Le mobilier céramique de cette phase d'occupation, très fragmenté et en partie calciné, est peu significatif. Ce lot souffre de surcroît d'une interférence avec du matériel résiduel. En tenant compte de la présence de fragments de vases Drag. 33 et 37 et de l'exclusivité de la forme gauloise 4 dans le niveau de démolition incendié, et surtout en utilisant la stratigraphie, il est possible cependant de proposer une datation durant la période flavienne.

15La cause de la destruction et de l'abandon de ces bâtiments est assez facile à interpréter puisque des traces d'incendie sont manifestes sur l'ensemble de la surface fouillée : les sols sont tous rubéfiés et les cloisons effondrées. Dans la partie ouest du site, des éléments d'une charpente incendiée reposent sur le sol (fig. 35) : une poutre maîtresse et une ferme sont facilement identifiables. Sur cette structure écroulée, les tegulae de la toiture, entières ou fragmentées, ont été recueillies en grand nombre. Des couches de cendres, de charbons de bois, des morceaux de tegulae calcinés retrouvés systématiquement dans les couches de démolition permettent de présumer de la violence de l'incendie qui a ravagé cet espace. Cet événement est-il un incident localisé ou fait-il partie d'un désastre plus étendu ?

Les derniers etablissements de la fin du Ie s. à la fin du IIe siècle

16À l'épisode de l'incendie succède une nouvelle étape de construction (fig. 36). Les structures des phases précédentes sont abandonnées et partiellement démontées afin de récupérer les matériaux ; cela explique les nombreux négatifs de murs et de piliers repérés dans la zone est.

36 - Localisation des vestiges de la fin du Ie s. au début du IIIe siècle

36 - Localisation des vestiges de la fin du Ie s. au début du IIIe siècle

(Bourse)

17Le nouveau bâtiment, construit au centre et à l'ouest du site reprend partiellement la même implantation que les structures préexistantes et les murs conservent la même orientation. Son aménagement s'effectue en plusieurs étapes. Dans un premier temps, les niveaux d'incendie et de démolition sont nivelés pour constituer un remblai d'environ 10 à 15 cm d'épaisseur. Les murs, de dimensions importantes (larg. 1,20 m), sont fondés profondément, jusqu'au plancher alluvial, dans des tranchées larges. Les fondations et les bases des élévations, construites en moellons de granite de modules variables, liés par un mortier de chaux, sont parementées sur les deux faces. Les matériaux utilisés pour les élévations sont inconnus. Les sols de travail permettent de repérer le niveau de cette construction.

18Une fois les murs construits ou partiellement construits, une recharge de gravier est installée sur les sols de travail et également dans les tranchées de fondation des murs ; ces graviers qui noient la base des murs provoquent un exhaussement du terrain de 30 à 40 cm. Enfin une importante couche de limon de 20 à 30 cm, dont la surface correspondra au sol d'occupation du bâtiment, recouvre le gravier. Ce processus de construction élève le niveau du terrain d'environ 0,80 m par rapport à la phase précédente.

19Les restes de maçonnerie sont relativement réduits. En fait le bâtiment est essentiellement attesté par les négatifs des murs récupérés. L'étendue de cet édifice, vers l'est, est difficile à suivre. Par contre, il est certain qu'il se prolongeait plus à l'ouest des structures mentionnées où plusieurs fondations de piliers ont été retrouvées (US 803 et 1313) ; l'une de ces fondations était encore surmontée d'une base de colonne (US 801).

20Les radiers et les sols ont livré une forte part de céramiques résiduelles. Parmi les éléments les plus récents, il faut relever l'apparition d'un bord de vase attribué à la forme Curie 15 habituellement située à l'époque antonine. Cependant, l'absence de sigillée Claire B, apparaissant aux alentours de 130, fournit un terminus ad quem. L'installation de ce bâtiment est donc à situer au tout début du IIe s., ce qui prouve qu'il n'y a pas d'abandon réel du site entre la démolition des bâtiments précédents, datée de la fin du Ier s., et les aménagements décrits dans cette phase.

Les démolitions et les récupérations des matériaux

21L'abandon et la démolition du bâtiment utilisé au cours du IIe s. sont des travaux de grande envergure : il s'agit en fait d'un véritable chantier de démolition avec épierrement et récupération systématique d'une grande partie des éléments de construction jusqu'à leurs fondations (fig. 36).

22Cette récupération est matérialisée par de très nombreux négatifs dont la forme suit assez précisément le contour des structures épierrées. Les tranchées de récupération sont comblées avec les restes de démolition inutilisables, comme des fragments de tegulae, débris de mortier, etc.

23Les éléments de construction récupérés de manière très organisée ne seront pas réutilisés sur le même site. Cet abandon, daté de la fin du IIe s.-début IIIe s., est également attesté sur d'autres endroits de la Presqu'île. Quelles sont les raisons de cette désaffection ? Ces chantiers de récupération sont vraisemblablement liés à des projets de construction. Quel est alors le site privilégié ? Est-il situé sur la Presqu'île en bordure de la Saône ou bien carrément de l'autre côté de la rivière, où là. la continuité de l'occupation est attestée après le IIIe s. ?

24De nouveaux types de production émergent : céramique métallescente, claire B, productions africaines représentées tant dans le matériel amphorique qu'en céramique commune qui placent ce phénomène d'abandon au moins à partir de la fin du IIe s.

25La prééminence des amphores gauloises (86,95 %) renforce une datation vers la fin du IIe s. (Villedieu 1990 : 153). Parmi ce matériel très riche, l'absence de sigillée Claire C, diffusée à partir des années 220-230, permettrait de situer la démolition de l'ensemble du bâti au plus tard vers 220 - 230. La présence opportune d'un indice monétaire dont l'émission se situe entre 218-222, apporte un argument supplémentaire sur la formation de ces niveaux.

Des structures hydrauliques, place de la République

26Sur le site de la République, comme sur celui de la Bourse, les espaces sont réellement occupés à partir du milieu du Ier s. En revanche, ce site est encore épisodiquement balayé par des inondations au cours de la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C.

L'occupation Claudienne

Un bâtiment au nord

27Des lambeaux de sols en terre battue, trois fragments de murs et une fosse témoignent de l'existence d'un bâtiment dans la zone nord du terrain.

28Les sols en terre battue sont installés sur des couches d'assainissement composées de fragments de tuiles, tegulae et imbrices. Des trois murs, il ne reste que les fondations. Leur mode de construction est semblable : ils sont en moellons équarris de granite et de schiste, assemblés avec un mortier de chaux jaune. Aucun élément ne permet de définir le type d'espace qu'ils délimitaient. Une fosse de forme circulaire est comblée par des couches de natures diverses, très anthropisées ou essentiellement constituées de graviers et de sables.

  • 26 L'analyse granulométrique d'un échantillon de l'unité 6701 donne une médiane de 80 microns, et un p (...)

29À ces éléments, s'ajoute la présence de couches composées de sables légèrement limoneux mélangés à quelques cailloutis (163,50 et 163,95 m). Ces dépôts peuvent être interprétés comme des alluvions résultant de dépôts de crues, fortement anthropisés et perturbés par les niveaux supérieurs de démolition. Ils contiennent des fragments de schistes, de briques et de céramiques. Ce mobilier a été sans doute apporté par la crue elle-même, qui aurait lavé des couches d'occupation en place. Seuls des débordements à courant lent26 atteignent cette partie du site.

Un système d'adduction d'eau au sud

30Dans la partie sud du site, plusieurs types de structures excavées forment un système d'adduction d'eau dont la fonction n'est pas clairement établie (fig. 37, 38). Cet ensemble se compose de trois caniveaux dont un maçonné, de trois fosses circulaires également maçonnées de type puits perdu et d'une sorte de petit bassin quadrangulaire. Les puits et le bassin sont reliés entre eux par les caniveaux. Tous ces éléments sont creusés à partir des couches d'inondation. Aucun niveau de sol contemporain n'a été repéré à proximité. L'ensemble est également scellé par des inondations. L'isolement spatial de cet ensemble, son aspect rudimentaire et surtout le manque d'éléments de comparaison ne facilitent guère son interprétation qui reste, à ce stade de la synthèse, très hypothétique.

37 - Localisation, plan et coupes du système d'adduction d'eau

37 - Localisation, plan et coupes du système d'adduction d'eau

(République)

Le caniveau maçonné

31Ce caniveau (US 6031) rectiligne (fig. 37), a été dégagé sur 5 m de longueur. Sa largeur atteint 1 m pour l'ensemble, y compris les piédroits, dont 0,30 m pour le canal intérieur. La profondeur du creusement est de 0,60 m. Les piédroits nord et sud sont conservés sur une hauteur de 0,40 m. Ils sont construits en moellons et en blocs de granite équarris, liés par un mortier de terre. Ils présentent un parement régulier et avec une assise seulement à l'intérieur du caniveau.

32Le fond est constitué d'une couche de graviers et en l'absence d'un fond construit le pendage est difficile à repérer ; cependant il semble légèrement est-ouest, ce qui implique que l'eau devait circuler en direction des puits. L'extrémité ouest du caniveau est reliée à la maçonnerie du puits 6455 ce qui prouve leur contemporanéité.

33L'état de conservation de cette structure est moyen, aucun élément n'indique s'il existait une couverture.

Trois fosses circulaires : puits perdus

34Ces trois structures sont installées dans des couches d'inondation (fig. 37). Leurs dimensions, relativement modestes, sont semblables : la première (US 6603) a un diamètre de 1,20 à 1,50 m pour une profondeur de 0,60 à 0,80 m ; la deuxième (US 6454) a un diamètre de 1,30 à 1,40 m et une profondeur qui varie entre 0,90 m et 1,10 m ; enfin, le diamètre de la troisième (US 6455) est de 1,40 m pour une profondeur de 1 m.

35La partie supérieure de ces puits perdus est formée d'une sorte de cuvelage en pierres qui est moyennement conservée. Une seule assise était encore en place pour le puits 6603, deux pour 6454 et trois pour 6455. Ces cuvelages sont construits en moellons et cailloux de granite assisés avec quelques moellons de calcaire et des galets dispersés dans l'appareil, ainsi que quelques fragments de tuiles. Le liant est un mortier de terre. Il n'y a pas de trace de cuvelage dans la partie inférieure. Existait-il dans cette partie un aménagement en bois ou en métal (cuvelage en plomb) ? Cela semble peu probable, aucune trace ligneuse, de négatif de planche ou de traces d'oxydation n'a été relevée. Ces puits possèdent un fond plat, non maçonné, constitué d'une couche de gravier. La présence d'une tegula couvrant partiellement 6455 serait le témoin de l'existence d'une couverture. Les puits 6454 et 6455 sont reliés entre eux et au caniveau 6031.

36Dans les comblements de ces puits, les couches faisant partie de l'utilisation n'ont livré qu'une faible quantité de mobilier.

  • 27 Leurs médianes sont comprises entre 45 et 105 microns, alors que leurs percentiles varient de 185 à (...)

37L'analyse granulométrique des couches d'utilisation permet d'identifier des sables fins à moyens27 qui résulteraient dans l'ensemble de courants lents qui transportent les grains en suspension uniforme.

Deux caniveaux non maçonnés

38Ces caniveaux rectilignes sont orientés nord-sud (fig. 37). Le caniveau 6057 mesure 2 m de longueur pour une largeur de 0,80 à 1,30 m ; l'autre caniveau (US 6697) mesure 5 m de long. Le premier a une profondeur de 0,50 m et le deuxième de 0,30 m.

39Le caniveau 6057 raccorde les puits 6454 et 6603 ; seule son extrémité nord, au point de jonction avec le puits 6454, est construite sur une toute petite longueur (0,20 m). À cet endroit, il présente un profil en V très repérable. L'autre partie de 6057 et le caniveau 6697, qui relie le puits 6603 à la structure carrée 6401, sont creusés dans les niveaux d'inondation. Ils semblent fonctionner sans aménagement supplémentaire, à moins qu'il n'ait existé une structure construite au moment de leur fonctionnement, comme un coffrage en bois, ou un tuyau en plomb ou encore une canalisation en terre cuite, qui aurait été récupérée.

40Leur pendage reste inconnu, car le fond est difficile à repérer ; les altitudes inférieures des extrémités nord et sud sont quasi semblables, aux alentours de 162,95 m.

Le bassin carré

41Cette structure présente un plan de surface carré de 3 m x 3 m, la profondeur est de 1,30 m (fig. 37). Le fond plat est constitué d'un gravier en place.

42Les quatre murs qui délimitent cette structure ne possèdent pas le même appareil. Le mur est 6666, conservé sur 6 à 7 assises, est construit sur toute sa hauteur en moellons, blocs de granite et calcaire gris, liés par un mortier de terre, avec quelques galets dispersés dans l'appareil. Il présente un ressaut composé de blocs de granite dans sa partie inférieure. Le mur nord 6375 diffère du précédent par la présence dans sa partie ouest d'une assise de tegulae et d'imbrices. Les murs sud 6667 et ouest 6668 sont identiques à 6666 dans la partie supérieure, alors que les assises inférieures sont différentes, constituées exclusivement de tegulae. d'imbrices et de fragments de briques. À la base, une assise de tegulae est posée à plat recouverte par un lit d'imbrices ; par-dessus, le montage est constitué de briques et de tegulae sur plusieurs assises. La disposition des tegulae et des imbrices indique un passage pour l'eau, mais ne permet pas de savoir dans quel sens celle-ci circulait, ni de comprendre pourquoi elles ne sont utilisées que pour les parois sud 6667 et ouest 6668, plus quelques éléments dans 6375.

Des hypothèses d'interprétation

43Cet ensemble de structures est vraisemblablement destiné à recevoir, contenir ou évacuer de l'eau ; il reste cependant difficile de définir la fonction exacte de ce système. De plus l'absence de pendage évident ne permet pas de préciser dans quel sens circulait l'eau. Deux hypothèses peuvent être proposées ;

  • soit l'eau arrivait dans ces structures et dans ce cas, ce système installé dans un banc caillouteux émergé servait à ressuyer la zone déprimée soumise aux fluctuations du Rhône, par drainage des eaux résiduelles dans le bassin carré ;

  • soit l'eau s'écoulait depuis la structure carrée : dans ce cas il est possible de concevoir que les tegulae observées sur les faces sud et ouest de cette structure permettaient l'arrivée de l'eau de la nappe phréatique. Celle-ci pouvait alors se diriger au nord vers les trois puits perdus par l'intermédiaire d'un caniveau. Il pouvait alors s'effectuer une décantation des particules fines avant que l'eau ne s'écoule à l'est dans le caniveau maçonné.

44Dans les deux cas, la fonction exacte de l'ensemble reste indéterminée. Toutefois créer des réservoirs d'eau, à proximité d'un chenal, semble surprenant ! Enfin d'autres fonctions peuvent être envisagées : lavoirs, viviers...

Chronologie

45Le mobilier céramique de cette phase a été retrouvé pour la zone nord dans les couches d'occupation et dans la fosse (6534) et pour la zone sud dans le fond des structures excavées.

46Parmi les céramiques fines, les types de production rappelant la période augustéenne (imitation de sigillée, engobée) ont pratiquement disparu. La sigillée sud gauloise est à présent majoritaire (35,89 %). La céramique sigillée provenant des ateliers arvernes apparaît avec 5,12 %. Celle-ci présente une pâte jaune orangé recouverte d'un vernis orangé non grésé et comportant de nombreuses particules de mica, caractéristiques des productions précoces de ces fabriques. Les formes de sigillée sud gauloise varient avec deux Drag. 33, un Ritt. 12 et un Ritt. 8. Aucune forme produite à partir de 60 ap. J.-C. n'est recensée. À noter la seule attestation de céramique plombifère sur l'ensemble du matériel du chantier. Le vernis jaune vert du fragment tend à le raccorder aux productions du centre de la Gaule en activité durant les règnes de Tibère et de Claude (Feugère et al. 1977 : 107-126). L'indice élevé des parois fines (25,64 %), essentiellement en pâte calcaire, trouve une explication dans la création, à partir des années trente/quarante ap. J.-C., de l'atelier de la Butte à Lyon (Grataloup 1984). Les lampes à huile sont représentées par deux fragments. La présence d'un fragment de céramique métallescente, dont la diffusion s'opère au cours du IIe s., doit être considérée comme un élément d'infiltration. Au sein des amphores, les gauloises progressent et représentent près de la moitié de l'ensemble de cette catégorie (48,13 %). Elles conserveront dorénavant l'avantage sur les autres types de contenants. Ces données s'accordent pour situer la formation de cette phase d'occupation du site, sous le règne de Claude, aux alentours de la moitié du Ier s. ap. J.-C.

Des épisodes de crue

47Dans la zone sud, les puits, les caniveaux et le bassin sont comblés par trois séquences de crues qui déposent successivement des sables, des cailloutis puis à nouveau des sables (fig. 38). L'espace semble abandonné, car aucune trace anthropique n'a été repérée à la surface de ces dépôts.

38 - Coupes stratigraphiques 86 et 96

38 - Coupes stratigraphiques 86 et 96

(République)

La première séquence présente des faciès issus de trois types de transport à l'origine des dépôts :

  • les sables grossiers transportés en suspension graduée, qui supposent des courants turbulents, sont issus des secteurs les plus élevés, sur le banc caillouteux à une altitude supérieure à 163,45 m ;

  • les sables moyens transportés en suspension graduée, voire uniforme, par des courants plus lents sont dans l'ensemble localisés au contact du banc avec ses marges déprimées et dans les structures où ils ont été piégés ;

  • les sables fins limoneux issus de processus de décantation dans une nappe d'eau à courant très lent, voire nul, sont localisés au nord de la zone dans la partie déprimée à une altitude inférieure à 163,35 m. Cette partie du site, en position déprimée par rapport au banc, semble occupée par une nappe d'eau résiduelle.

La deuxième séquence est composée exclusivement d'un dépôt de cailloutis à matrice sableuse, et épais de 10 à 20 cm, qui nivelle le site en moyenne à 163,55 m au-dessus du banc et à 163,45 m dans la zone déprimée au nord. Le diamètre des cailloutis, en moyenne de 0,30 cm, suppose des courants tractifs très turbulents. Ces sédiments, typiques d'une charge de fond, ne peuvent s'expliquer que par le passage d'un chenal de crues sur la zone. L'absence de ces niveaux dans la partie sud-ouest reste difficile à expliquer : niveaux arasés ou simplement hors de l'axe des flux ?

Ces couches d'inondation assurent le comblement final des structures en creux, plus spécialement du caniveau maçonné et peuvent expliquer l'abandon des structures. Quelques traces anthropiques très ténues pourraient correspondre à un niveau de fréquentation sur ces couches de cailloutis.

La troisième séquence alluviale a été repérée dans la partie nord de la zone qu'elle nivelle à 163,50 m d'altitude en moyenne. La variabilité granulométrique des sédiments qui composent cette séquence révèle dans l'ensemble un transport en suspension uniforme dans un courant lent Néanmoins, les valeurs de percentiles élevées peuvent témoigner soit d'une inondation qui lave des niveaux anthropisés, soit de balayages de crue, épisodiques, plus turbulents.

Une importante campagne de travaux de remblaiement

48Cette phase comprend dans un premier temps une récupération systématique des matériaux des murs précédents qui se traduit par la présence de tranchées, (négatifs des murs), comblées ensuite par des restes de démolition : fragments de tuiles, de moellons, de mortier, d'enduit... Dans un deuxième temps, un important remblai, composé lui aussi de matériaux de démolition, est apporté sur l'ensemble de la surface du site.

49Le but de cette deuxième opération est vraisemblablement d'assainir par exhaussement cet espace encore inondable. En effet, l'analyse des périodes précédentes révèle le passage sur ce site d'une lône à chenaux multiples de tressage, orientée nord-est/sud-ouest et alimentée épisodiquement par les crues du Rhône. Cette bande active, parcourue par des flux hydriques probablement depuis La Tène, est remblayée peu à peu et s'exhausse à chaque dépôt d'inondation ; elle connaît encore une forte crue qui dépose des cailloutis durant la deuxième moitié du 1er s. ap. J.-C. Cette zone, inférieure à 163,50 m, est déprimée par rapport au reste de la Presqu'île (sites voisins de la Bourse et de Palais-Grillet) où les niveaux claudiens d'occupation sont supérieurs à 164 m. Cette topographie fournit donc un axe privilégié de drainage pour les crues qui rendent ainsi le site insalubre avec des nappes d'eaux stagnantes ou résiduelles.

50Ce remblai d'assainissement se développe en zone nord entre 164,00 et 164,70 m d'altitude selon un pendage nord-sud. Dans la zone sud, cette phase de comblement anthropique se situe entre 163,50 et 164,20 m, sur la partie surélevée correspondant au banc caillouteux et entre 163,30 et 164,10 m dans les secteurs déprimés. Le sommet de ce remblaiement n'atteint que 163,85 m au sud-ouest. Ce dépôt a nivelé la dépression, mais la topographie irrégulière, témoin de la topographie initiale de la lône, est conservée. Bien qu'aucun vestige de construction n'ait été repéré à sa surface, ce remblai d'assainissement crée des espaces plus propices aux installations et aux activités humaines comme par exemple des lieux de dépôt ou de stockage de marchandises.

51Dans le secteur sud-ouest, où la stratigraphie est conservée, ces remblais sont noyés dans une masse limoneuse. Il semble que cette phase soit remaniée par des inondations ou du moins lavée par une crue qui a pu laisser une nappe d'eau à courant lent, voire stagnant, dans ce secteur d'altitude inférieure à 163,85 m et ainsi permettre des processus de décantation. Par la suite, dans la partie sud-ouest de la zone sud, la possibilité d'inondations exceptionnelles sur ce niveau d'assainissement n'est pas à exclure.

52La masse de céramique appartenant à cette phase de remblaiement est énorme ; elle représente plus des deux tiers du matériel antique du site. Le coefficient de fragmentation peu élevé, presque autant de tessons que de vases, indique que la nature du gisement dans lequel ce matériel a été trouvé ne peut être considérée comme un dépotoir.

53Dans cette phase, le matériel récent représente un faible pourcentage. Les importations africaines ne dépassent pas 1 %, la céramique sombre rouge à engobe orangé ou micacé et la sigillée claire Β frôlent à peine les 3 % et la céramique métallescente dépasse tout juste le 1 %. Parmi les formes en sigillée gauloise sud. il faut noter quatre Curie 11, trois Curie 15 et deux Curie 21, une forme Déchelette 72 et deux Drag. 45, formes mises en circulation dans le IIe s. ap. J.-C.

54Cependant, la fréquence de formes produites dès le Ier s. est très importante. Parmi les mieux représentées, citons sept Drag. 15/17, quatorze 18/31, quatre Drag. 27, trois Drag. 30, vingt-neuf Drag. 33, dix-sept Drag. 35/36, dix Drag. 37, huit Drag. 38. Les sigillées du Centre sont également attestées, mais plus timidement avec un Curie 11, un Curie 21, trois Drag. 35/36 et trois Drag. 37.

55Le matériel amphorique est homogène et permet de situer l'ensemble du lot dans une période postérieure à l'époque flavienne. On note une écrasante majorité des gauloises sur les hispaniques, et un coefficient négligeable de N.I. (Villedieu 1990 : 153).

56La céramique grise n'a cessé de diminuer tout au long de ces différentes phases. Son pourcentage est ici très négligeable. Parmi la céramique claire, les mortiers à bord pendant totalisent 68 exemplaires. Le reste du matériel en commune claire présente une plus grande variation typologique en comparaison avec les phases précédentes. La sombre noire est particulièrement bien représentée avec ses 29 vases ovoïdes à col lisse et des pichets ( ?) à lèvre évasée. La sombre rouge est bien présente. La forme de prédilection de cette production paraît être la cruche à bec trèflé (18 formes) et le vase ovoïde simple (68 restes de vases). Six restes de pieds sont à rattacher aux marmites à fond tripodes et de nombreux fragments rappellent les assiettes à bord rentrant ou droit (12 formes).

Des traces d'habitats, place des Terreaux

57Au nord de la place des Terreaux, des traces d'habitats ont été mises au jour dans les zones VI, IX et X (soit à l'exterieur du fossé médiéval). Ces zones n'ont pas été fouillées simultanément et aucune liaison stratigraphique n'a pu être réalisée. De plus il s'agit, pour chacun d'entre eux de petites superficies localisées au pied de la colline de la Croix-Rousse.

Zone VI

Des limons anthropisés

58Les premières traces d'une fréquentation humaine de la zone VI, sont principalement des sols (alt. 165,55 m), constitués de fins débris de calcaires et de minuscules nodules de chaux. Quelques fragments de céramiques du IIIe s. montrent que ces traces sont relativement tardives, par rapport à d'autres sites connus sur la Presqu'île. Dans les limons anthropisés, qui recouvrent ces sols, un lot de 102 vases constitués de 251 fragments a été recueilli. Quatre des unités stratigraphiques concernées possèdent moins de 18 vases et la dernière ne dépasse pas les 57 vases.

59Les amphores représentent 43 % de l'ensemble du mobilier, et les gauloises sont nettement majoritaires (89 %) dominées par la forme G.4. Les hispaniques en pleine récession ne sont plus représentées que par 2 fragments de Dressel 20 (op. cit. : 156). En ce qui concerne la céramique utilitaire, la commune claire est dépassée par la commune grise, alors qu'elle est majoritaire aux Ie et IIe s. ap. J.-C. La commune rouge à engobe micacé domine la rouge sans engobe. La présence en commune africaine d'un bord de couvercle Hayes 196 (Hayes 1972) et en sigillée claire Β d'un vase en vernis brun à l'aspect métallisé (Desbat 1988), daterait la formation de ces niveaux de limon du IIIe s. La zone VI se situant en bas de pente de la colline de la Croix-Rousse, la céramique des limons provient très certainement du ruissellement des niveaux supérieurs, ruissellements attestés par l'étude géomorphologique. Ce phénomène résiduel sera d'ailleurs constant dans les phases postérieures.

Les premièrs aménagements

  • 28 A l'est de ces structures une démolition dans une dépression nord-sud pourrait être contemporaine.

60Trois structures rectilignes, orientées est-ouest, tapissées de briques et de tuiles sont aménagées sur les limons précédents. Les parois sont constituées de briques et de tuiles adossées à la tranchée et posées de chant sur un radier de briques. À chaque extrémité, un calage carré de briques et pierres plus profond marque l'empreinte d'un poteau. La longueur totale est de 1,85 m. Le niveau supérieur des parois atteint le haut de la couche de limon28 Ces vestiges évoquent des négatifs de sablière de murs en terre qui auraient reposé sur le radier en briques, et auraient été maintenus par des poteaux à chaque extrémité. S'agit-il de trois éléments d'un même ensemble ou d'aménagements successifs matérialisant l'évolution d'une limite ? Quelle était leur fonction : simple limite, structure portante ou autre ?

61De ces traces d'occupation, localisées au nord-ouest de la place, n'ont été extraits que 30 fragments de céramique provenant de six unités stratigraphiques. Une quantité aussi faible ne permet pas d'avancer une datation, mais seulement de constater que toutes les productions présentes sont semblables aux productions résiduelles des niveaux de limons.

Les vestiges d'une habitation du IVe siècle

62À l'extrémité est, dans la zone VI, un mur nord-sud marque la limite d'une pièce d'habitation ( ?). Le soubassement repéré sur 0,96 m de longueur (entre les dernières banquettes de sécurité) est étroit, soit entre 0,25 et 0,32 m. Deux assises, l'une de galets, gneiss et blocs de granite, l'autre de galets, fragments de marbre et calcaires, liées au mortier sont conservées en élévation sur 0,21 m. À l'origine, ce soubassement supportait une élévation en terre, recouverte d'enduits peints sur sa face orientale. Elle a été entièrement détruite comme l'atteste la présence de nombreuses plaques d'enduits tombées face contre terre qui jonchaient encore le sol de la pièce (alt. 165,84 m) à l'est du mur 3098.

63L'ensemble, très fragmenté, révèle des éléments de décor ; ce dernier est constitué de bandes vertes retrouvées près de la base du mur soulignant la plinthe au-dessus de laquelle se développaient des panneaux blancs encadrés de filets rouges. Il s'agit d'une pièce d'une habitation qui s'étendait vers l'est. Continuait-elle aussi vers l'ouest, ou le mur 3098 représente-t-il la limite ?

64À l'ouest du mur, au-dessus des structures en briques, des sols et des recharges se succèdent en suivant une légère pente. Un sol est légèrement en contrebas (165,65 m) ; aucun contact avec le mur n'est conservé. Il est pourtant probable qu'il était à l'origine au même niveau que le sol 3197. Surélevé dans ce secteur, il a ensuite dû être arasé. À l'extrémité sud de la zone, une rupture de pente, affaissement déjà pressenti dans les niveaux inférieurs, pourrait garder l'empreinte d'un mur est-ouest qui serait la limite sud d'une deuxième pièce.

65Un épais remblai — démolition nivelée ? — composé de briques, tuiles et mortier, recouvre l'ensemble jusqu'à l'altitude de 165,81 m qui correspond mieux à celle de la pièce est (165,84 m). Il s'étend plus au sud, par-dessus l'éventuelle limite citée précédemment. C'est un souci constant, semble-t-il, de gagner de l'espace sur la pente, malgré les risques d'affaissement, qui n'ont pas manqué d'ailleurs de se produire, et des arrivées de colluvions et de ruissellements depuis les pentes de la Croix-Rousse.

66Une nouvelle mise à niveau a été apparemment nécessaire avant l'installation d'un sol de graviers, conservé uniquement dans l'angle nord-ouest de la zone VI (alt. 165,94 m). La légère pente est-ouest a été nivelée, ce qui explique la disparition des sols, sans doute plus haut à l'origine.

67Une imposante couche de tuiles illustrant une destruction le recouvre et un épais remblai de terre noire aplanit à nouveau cet espace ; cette fois-ci, l'ensemble de la zone est concerné. C'est là sans doute le dernier niveau de destruction de cette partie d'habitation.

68L'étude de la céramique de cet ensemble situe cette installation vers le IVe s. et sa destruction vers la fin du Ve s.

69Le lot de céramiques est constitué de 347 vases, soit 604 fragments. Le premier habitat tangible dans la zone VI est installé dans l'unité stratigraphique 3200. Celle-ci contient un col d'amphore orientale de type LR 3 (Lemaître 1997 : 311-320). L'amphore gauloise est toujours largement majoritaire (77 %), malgré la présence nouvelle des amphores africaines. Dans la catégorie de la céramique fine, la céramique luisante a déjà pris une place prépondérante (36 %). Elle est connue sur les sites lyonnais à partir de la fin du IIIe s. ap. J.-C. (Becker et ai 1989) et jusqu'au VIe s. pour les productions de Portout. La sigillée claire Β est toujours présente ainsi qu'un fragment d'une nouvelle production : la sigillée africaine C.

70L'installation ne peut donc être antérieure au IVe s. ap. J.-C. Les indices de fréquence de la céramique fine, comparés avec ceux du chantier de l'îlot Vieille Monnaie situé plus au nord sur les pentes de la colline de la Croix-Rousse, et dont le contexte est daté du milieu du IVe s., fournissent des pourcentages assez proches (sauf pour la métallescente qui est très peu représentée dans cette phase). Le reste du matériel est résiduel, avec entre autres la présence de paroi fine de l'atelier de la Butte à Lyon et de sigillées du Sud de la Gaule. Ce lot de céramique résiduelle a pu être apporté dans les remblais de nivellement du terrain avant la construction de l'habitat.

Zone X

71Deux murs et des fragments de sol ont été repérés. L'une des maçonneries constituée de blocs ébauchés de calcaire noyés dans du mortier, d'orientation nord-sud, est large de 0,40 m, et conservée sur 0,80 m de long (alt. 166,17 m) avec une seule assise. L'autre vestige de fondation est conservé sur une longueur 0,60 m et mesure 0,30 m de large (alt. 166,05 m) ; une seule assise est conservée. Ces deux fondations sont coupées au sud par le creusement d'une fosse médiévale.

72À la même altitude, près de ces murs, des fragments d'enduits peints présentent un décor de larges bandes jaunes (3 cm de large) et de bandes rouge vif plus étroites (1 cm de large) sur un fond blanc. Cette démolition repose sur un sol de terre battue dont il reste quelques lambeaux.

73Plus à l'ouest dans cette zone, un sol de terre battue (US 3982 alt. 166,02 m) est comparable à celui décrit précédemment. Il supporte une recharge de sol en mortier (US 3980 alt. 166,21 m) et un solin maçonné (US 3981 alt. 166,36 m).

Zone IX

Des préparations de sols en gneiss

74À 165,58 d'altitude un niveau de gneiss apparaît. Il semble s'agir d'une préparation de sol qui a été dégagé sur une surface d'environ 5 m2, il est creusé de plusieurs tranchées ; l'une, de direction nord-sud, large de 0,5 m environ, rejoint une autre, de direction nord-est/sud-ouest et large d'environ 0,90 m. S'agit-il de négatifs de tranchées de fondation de murs qui auraient été récupérés par la suite ? Aucun vestige ne venant étayer cette hypothèse, il est éventuellement possible d'interpréter cette saignée large de quelques centimètres comme une tranchée de cloison.

Des vestiges d'occupation puis un bâtiment

75Un certain nombre de trous de poteaux ou de piquets a été repéré au sud de la zone IX. Deux creusements (US 3 800 et 3802), perforent 3795, recharge pour la préparation du sol 3784, constituée de plusieurs pelletées plus ou moins terreuses ou sableuses et contenant des blocs de gneiss (alt. 165,85 m). L'ensemble est recouvert par un niveau brun jaune marbré (US 3790).

76Un lambeau de sol caillouteux damé, dégagé sur un demimètre carré environ, fonctionnait avec un mur dont il ne reste qu'une seule assise de blocs de calcaire ébauchés qui ne peut donc être daté précisément.

77Parallèlement, au nord-ouest, un édifice construit sur le niveau de gneiss 3806, s'étend au-delà de l'emprise de la fouille. Les murs sont tous construits avec des blocs de calcaire et de schiste légèrement équarris, et quelques galets, liés par un mortier assez grossier de couleur crème. Ils contiennent de nombreuses inclusions de graviers. Ils sont conservés sur 5 ou 6 assises. Le bâtiment se présente ainsi (fig. 39) :

  • un axe nord-est/sud-ouest, conservé sur une longueur de 2,80 m, limité à l'est par le mur 3834 (alt. 166,06 m) et à l'ouest par le mur 3835 (alt. 165,63 m). La limite nord de cet axe se trouve hors de l'emprise de la fouille.

  • un axe nord-ouest/sud-est conservé sur une longueur supérieure à 5 m, délimité au nord par les murs 3832 (alt. 166,30 m) et 3837 (alt. 165,63 m), et au sud par le mur 3831 (alt. 166,07 m). À l'est, le mur 3830 (alt. 166,11 m) ferme ce bâtiment. À l'ouest, une fosse médiévale coupe les structures antiques, rendant leur lecture impossible ;

  • au sud de cet axe nord-ouest/sud-est, c'est à-dire au sud du mur 3831, un espace est délimité à l'ouest par le mur 3836 (alt. 165,94 m), et à l'est par le mur 3830 (alt. 166,11 m), qui se poursuit en direction du sud-ouest.

39 - Un bâtiment du IVe siècle

39 - Un bâtiment du IVe siècle

(Terreaux, zone IX)

78L'intérieur de ce bâtiment est rempli par un remblai de couleur noire supportant un sol en terre battue noire également (3877 alt. 165,74 m). Ce sol est constellé de fragments de céramiques écrasés et de multiples nodules de métal, mélangés à des taches de cendre. Ces éléments évoquent une activité métallurgique artisanale. Les productions céramiques contenues dans le premier remblai sont caractéristiques des contextes du IIIe s. à Lyon : amphore Gauloise 4 accompagnée d'un fragment d'amphore africaine, pots ovoïdes en commune rouge à engobe micacé, deux fragments de sigillée du Centre de la Gaule et bien sûr de la sigillée claire B. L'étude de ce niveau confirme une première occupation tardive au nord de la place des Terreaux déjà attestée dans la zone VI.

79Dans le sol 3877, un fragment de céramique luisante est accompagné de certaines productions vues dans l'unité précédente. Ce tesson devient l'élément datant et situe cette occupation à partir du IVe s. Les quelques 40 fragments recueillis ne permettent de préciser, ni le terminus post quem, ni la durée d'utilisation de ce niveau de sol de l'Antiquité tardive.

80Des niveaux contemporains ont été mis au jour dans l'angle sud-est de la place, à une altitude comprise entre 165,35 et 165,40 m. La datation du mur 3411 est délicate bien que son mode de construction laisse entrevoir l'existence d'un édifice antique situé plutôt au Bas-Empire, comme le suggère le réemploi de gros blocs parallépipédiques et la facture peu soignée des joints d'assises. Aucune tranchée de fondation n'est perceptible : le mur semble être construit en tranchée fermée dans l'US 3416. Le sommet de la dernière assise conservée se situe à 165,98 m. Le sol d'occupation 3415 est plaqué contre le parement est du tronçon de mur 3411 qui a subi un arasement méthodique.

Une domus aux célestins

Un premier bâtiment et son environnement

81Sur le site des Célestins, les premiers aménagements révélateurs d'une installation durable apparaissent au début du IIe s. ap. J.-C., ou au cours du IIe s. Ils comprennent la construction d'un bâtiment, le creusement d'un fossé et la mise en place d'un chemin (fig. 40K et L).

Le bâtiment dans l'angle sud du site

82L'extrémité nord-est d'un bâtiment (fig. 40K) est matérialisée par deux murs (11 et 12), auxquels il faut ajouter un sol en mortier.

83Les murs présentent le même type de construction avec un appareil irrégulier en moellons de granite équarris. liés par un mortier de chaux de couleur jaune.

84L'état de conservation du premier mur (11) est médiocre puisqu'il ne reste qu'un tronçon de fondation préservé sur environ 3 m de long, avec au maximum quatre assises. La majeure partie de la construction a été récupérée au cours du haut Moyen Âge. L'élévation de ce mur était peut-être en terre : la présence d'éléments de démolitions de murs en terre, retrouvés à proximité dans les couches de comblement du fossé 13, est un argument discutable qu'il faut néanmoins prendre en compte. Un enduit blanc encore accolé contre la paroi de la tranchée de récupération de ce mur, atteste l'existence d'un revêtement sur le parement nord-est de son élévation.

85La partie de l'autre mur encore en place est bien conservée ; c'est une construction soignée faite de moellons taillés de façon régulière et disposés en lits horizontaux, avec des joints beurrés. Ce mur séparait deux pièces à l'intérieur du bâtiment d'habitation. Seule son extrémité nord-est a été mise au jour, le reste de la maçonnerie se prolongeait au sud-ouest en dehors de l'emprise de la fouille. À partir d'observations faites sur le terrain, il est possible d'affirmer que cette extrémité nord-est venait se raccorder au mur précèdent, bien que le point de jonction des deux murs ait été entièrement détruit lors de la phase de récupération des matériaux.

40 - Evolution chronologique de l'occupation début IIe s. jusqu'au IVe siècle

40 - Evolution chronologique de l'occupation début IIe s. jusqu'au IVe siècle

(Célestins)

86Le niveau de sol est situé entre la limite sud-est de la fouille et le mur 11 ; il est constitué en surface d'une couche de mortier blanc très dure et très épaisse, environ 15 à 20 cm, qui repose sur un hérisson. Ce dernier qui sert à la fois d'assise à la chape de mortier et de vide sanitaire est constitué de cailloux et d'éclats de granite, de calcaire, de schiste et de fragments de briques et de tuiles. L'ensemble est installé après la mise en place d'un remblai servant à exhausser le futur niveau d'occupation : le niveau du sol avant la construction était à 163.20 m, il est désormais à 164,50 m. Cet exhaussement, d'environ 1,30 m, protège alors l'habitat des crues de moyenne ampleur et réduit les risques d'inondation par des remontées de la nappe phréatique.

87Les vestiges mis au jour, deux murs et un sol en mortier, ne sont pas suffisamment caractéristiques pour identifier le bâtiment et affirmer qu'il s'agit dès cette phase d'une domus. L'hypothèse est suggérée par les aménagements postérieurs (mosaïques de pavement) qui se feront, sans modification notoire des espaces.

88Cette séquence, qui rassemble les remblais d'installation du premier sol en dur a livré très peu de matériel céramique, seulement 146 fragments. Nous sommes confrontés à un problème de datation. En effet, l'ensemble du matériel donne un terminus post quem comparable à celui des séquences précédentes avec en commune claire des mortiers à lèvre pendante, en commune sombre grise des urnes carénées. L'amphore gauloise est majoritaire avec les formes G4 et G1.

89La découverte dans le radier du sol, d'un bord d'ovoïde à lèvre en bourrelet éversé en commune rouge à engobe micacé (Desbat et al. 1979 n° 9, pl. XI) permet de nuancer cette première datation. En effet, cette production qui, à Lyon, prend peu à peu le dessus sur la commune claire et la commune grise et rouge, ne semble pas commercialisée avant le milieu du IIe s. ap. J.-C. Si nous excluons la possibilité d'une pollution, le premier sol en dur de la domus a été construit au cours de la deuxième moitié du IIe s. après J.-C.

90L'extrémité ovalaire d'un cure-oreille en bronze représente le seul objet trouvé.

91Une monnaie est issue du remblai d'installation du sol 16, un dupondius de Claude, émis entre 41 et 54 ap. J.-C. Elle est associée à du mobilier céramique qui ne peut être antérieur à 70/80 ap. J.-C. Sa faible usure ne permet pas d'affirmer qu'elle ait perduré jusqu'à l'époque flavienne.

Le fossé et le chemin

92Cette phase (fig. 40L et 41) comprend également le creusement d'un fossé, axé sud-est/nord-ouest et l'aménagement d'un chemin sur le bord nord-est de ce fossé.

93Creusé à partir des couches d'alluvions anthropisées, ce fossé est présent dans toute la partie sud-ouest du site. Fouillé de manière exhaustive sur une longueur de 17 m, sa largeur au sommet est de 7 m, son profil est celui d'une cuvette peu profonde d'environ 1 m.

41 - Le fossé et le chemin des Célestins

41 - Le fossé et le chemin des Célestins

94Au sud-ouest du fossé, une levée de terre, d'environ 1 m de hauteur, s'appuie contre la base du mur 11. Elle est composée de couches différentes dont certaines, très hétérogènes, contiennent des matériaux de démolition (briques, tuiles, enduits, moellons...) et des éléments organiques (charbon de bois), tandis que d'autres, plus homogènes, sont uniquement constituées de graviers et de sables.

95Ce talus sud-ouest possède une double fonction. D'une part il fournit au mur 11 une bonne assise sur le côté nord, et évite les risques d'effondrement liés à la présence du vide créé par le fossé. D'autre part il protège la base de ce même mur contre les agressions de l'eau au moment des crues.

96Au nord-est du fossé, la levée de terre est très peu marquée (0,20 m de haut) ; elle est essentiellement composée d'une couche noire très organique qui s'étale vers le nord et sur laquelle a été installé un empierrement de petits galets qui sert de surface de circulation (alt. environ 163,80 m). Celle-ci est en fait un chemin, d'environ 2 m de large, longeant le fossé et constituant alors une limite matérielle entre une zone aménagée au sud-ouest et un espace non exploité au nord-est Ce contraste perdurera au cours des périodes à venir.

Le rôle du fossé

97Protège-t-il la domus contre la montée des eaux au moment des crues ? Il est difficile de préciser la fonction du fossé, sachant que nous ne disposons pas de toutes les données, comme par exemple son tracé exact : longeait-il seulement le côté nord-est du bâtiment ou entourait-il complètement la parcelle ? Quelles étaient ses limites ?

  • 29 Le pendage du fossé n'était pas perceptible dans la partie fouillée, mais peut-être était-il peu pr (...)

98Pour que cette structure ait joué un rôle protecteur lors des crues, il faut envisager plusieurs hypothèses. Tout d'abord, ce fossé n'était certainement pas qu'une simple dépression destinée à stopper l'avancée des eaux. Ces dimensions sont trop réduites (7 m de large et 1 m de profondeur) pour qu'il puisse jouer un tel rôle. Il aurait été rempli d'eau en peu de temps, donc inutile. Il correspond plutôt à un canal de dérivation29 Dans ce cas, son rôle aurait été de piéger les eaux au moment des crues. Il aurait dévié le sens du courant, plus qu'il ne le stoppait, protégeant ainsi le bâtiment d'une agression directe. Les eaux auraient longé ou contourné le lieu d'habitation, puis se seraient écoulées en direction d'une zone topographiquement déprimée.

99Ce fossé n'était certainement pas l'unique protection contre les crues, car il n'aurait servi que lors des inondations de petites et moyennes ampleurs. Existait-il également un système plus efficace, comme un mur-digue édifié sur la berge gauche de la Saône, au nord-ouest du site ? Un dispositif de ce type a été mis au jour dans un secteur proche situé en amont, lors des fouilles de l'îlot 24 (Rapport, Jacquin 1984). En fait, à cette époque les systèmes de protection sont surtout préventifs puisque les crues ne semblent plus atteindre ce secteur de la Presqu'île depuis la fin du Ier s. ap. J.-C.

100Hormis ce rôle protecteur, il est possible que ce fossé soit le lieu où venaient se déverser les eaux usées de la domus, même si aucun indice ne permet de le confirmer ; les remontées de la nappe phréatique ont du fréquemment laver le gravier qui compose le fond du fossé, faisant disparaître toute trace de dépôt organique. Enfin, ce fossé pouvait avoir pour autre fonction de matérialiser la limite de la parcelle sur laquelle est construit le bâtiment.

Datation

101Cette séquence rassemble le matériel issu des différentes levées de terre du fossé contemporain de la construction du bâtiment, soit 2221 tessons.

102Pour la céramique fine, la sigillée du sud de la Gaule reste majoritaire avec 137 fragments, mais les productions grésées du centre de la Gaule apparaissent timidement. Cette évolution technologique n'a pas lieu avant la fin du Ier s. ou le tout début du IIe s. ap. J.-C. (Picon 1989 : 31-32). Les formes en céramique commune sont encore semblables à celles du dépotoir B20 de la rue des Farges, daté de l'époque flavienne : mortier à lèvre pendante, cruche à bord en bourrelet, marmite à lèvre pendante, urne carénée, etc. Il faut noter la présence de plats en céramique à vernis rouge pompéien, dont une production à pâte rouge sombre avec de nombreux dégraissants volcaniques qui peut être assimilée aux productions italiques et une, à pâte claire épurée, certainement d'origine gauloise. Les productions à pâte rouge finiront par disparaître totalement dans les niveaux postérieurs.

103Les amphores gauloises sont toujours majoritaires avec 906 fragments. Les G4 de cette séquence ont un col long, des anses nettement détachées de la lèvre et le fond annelé large. Ces critères sont caractéristiques des exemplaires du Ier s. (Dangréaux, Desbat 1987/88 : 128-129). Les amphores hispaniques sont peu représentées. Les Dressel 20 ont les caractéristiques dominantes connues à partir des flaviens. Parmi les fragments d'amphores orientales, seules les rhodiennes ou Pré-rhodiennes et quelques fragments d'amphores carottes ou "carrot amphora" (Empereur, Picon 1989), dont l'origine orientale est attestée depuis peu, sont identifiables.

104La nette domination des sigillées du Sud et l'arrivée de sigillée grésée du Centre de la Gaule pourraient suggérer une datation autour des deux premières décennies du IIe s.

105Mais dans ce lot existent également des éléments perturbateurs qui pourraient signifier que l'ensemble du matériel est résiduel. Il s'agit plus particulièrement de quelques fragments de bords d'ovoïdes, d'une écuelle à bord rentrant en sombre rouge micacée et de deux parois d'amphores africaines, qui repousseraient donc la datation de l'aménagement du fossé à la deuxième moitié du IIe s.

106Deux monnaies sont associées à la céramique. L'une d'elles, frappée sous Claude (41-54), présente une perforation carrée et une forte usure qui laissent supposer son port en pendentif et, par conséquent, un usage durant de longues années. Sa perte ou son abandon ne serait pas surprenante aux alentours du début du IIe s. La seconde pièce, frappée entre 22 et 37 ap. J.-C., semble résiduelle, bien qu'elle présente une très forte usure qui laisse entrevoir une longue circulation.

107À l'issue de cette phase, la répartition spatiale des vestiges se présente ainsi du sud-ouest au nord-est (fig. 40L) :

  • l’extrémité nord-est d'un bâtiment, peut-être une domus, représenté par deux murs et un sol en mortier ;

  • un fossé, axé sud-sud-est/nord-nord-ouest, délimité au sud-ouest par un talus qui peut avoir un rôle protecteur contre les crues de faibles et de moyennes ampleurs et au nord-est par un chemin aménagé sur les couches d'alluvions ;

  • une zone encore non occupée qui conserve le même aspect que durant la phase précédente. Cette zone, pourtant en contrebas, est visiblement à l'abri des crues puisqu'aucun dépôt d'alluvions n'a été enregistré.

108Il faut également mentionner que les différents aménagements réalisés au cours de cette phase, plus particulièrement l'exhaussement du niveau de sol dans la domus et la levée de terre sud-ouest ont donné au terrain un léger pendage sud-ouest/nord-est, d'environ 2,5 %. (164,37 m au sud-ouest, 163,40 m au nord-est). Cette différence de niveau va perdurer au fil du temps et sera encore plus marquée lors des périodes suivantes après des travaux d'exhaussement.

109Deux hypothèses sont donc à retenir :

  • le réaménagement ou la construction de la "domus" et le creusement du fossé pourraient avoir été effectués dans les deux ou trois premières décennies du IIe s ;

  • ces aménagements seraient réalisés à partir de la deuxième moitié du IIe s. avec des remblais contenant de la céramique de la période flavienne et du début du IIe s.

L'abandon et le comblement du fossé

110Le fossé est abandonné, comblé de plusieurs couches de remblai très riches en mobilier céramique, os, petits objets, et aussi en restes de démolition : tuiles, briques, enduits, moellons. Proviennent-ils d'un réaménagement de l'intérieur du bâtiment ?

111Le pendage et la disposition de ces couches montrent qu'elles ont été déversées successivement, à partir du sud-ouest, réduisant progressivement la largeur du fossé. L'analyse du mobilier céramique des quatre principales couches prouve cependant que la constitution de ce comblement ne s'étale pas dans le temps, puisque l'on retrouve à peu près les mêmes productions dans chacune des couches concernées.

112De ces niveaux de comblement, 1473 fragments de céramiques ont été extraits. Dans la céramique fine, il y a encore 58 % de sigillée du sud de la Gaule, 12 % de paroi fine des ateliers de La Butte, mais la claire B, présente pour la première fois sur le site, avec la forme Desbat 12 et 30, compte déjà autant de fragments que la sigillée du centre de la Gaule. Nous notons l'apparition des imitations à pâte claire de lampes à canal avec l'estampille COMMUNIS.

113La rouge micacée représente désormais 7 % de la céramique commune, avec des ovoïdes à bord en bourrelet éversé, et l'apparition de l'assiette à bord rentrant. Les formes en commune claire et grise, productions pourtant toujours majoritaires, restent celles répertoriées dans le contexte flavien de la rue des Farges : en grise, les pots ovoïdes Mérigoux 3, 4, 5, quelques assiettes à bord éversé etc. L'africaine commune apparaît sur le site avec un bord de la forme Hayes 197, qui n'est pas attestée en Gaule avant 160.

114Les deux monnaies, mises au jour dans le comblement du fossé, sont des as de Domitien (81-96) frappés respectivement en 87 ap. J.-C. et entre 90 et 92 ap. J.-C. Retrouvés dans la couche la plus récente du comblement, ils apparaissent comme résiduels. Il semble effectivement très improbable que la population de la fin de la première moitié du IIe s. ait utilisé un numéraire ancien, en l'occurrence flavien, alors que le circuit monétaire était très bien alimenté en petites et moyennes unités sous les règnes d'Hadrien (117-138) et d'Antonin le Pieux (138-161), comme l'attestent les fortes proportions de monnaies de bronze et de cuivre de ces deux empereurs, dans les différentes fouilles lyonnaises. De plus, l'usure faible de ces deux exemplaires confirme cette remarque.

115Cette séquence, qui marque l'abandon du fossé, peut avoir eu lieu :

  • à la fin du IIe s., en tenant compte du terminus post quem fourni par la présence de cette importation en africaine commune qui fait dépasser les années 160/170, mais la grande quantité de céramique résiduelle de l'époque flavienne empêche de faire une analyse fiable de la manière dont sont représentés les différents types de production ;

  • au début du IIIe s., avec la présence d'un bord de sigillée claire Β Desbat 26 dont la production est attestée de 200 à 260 et qui pourrait, si ce n'est pas une intrusion, faire franchir le seuil du IIIe s. Nous resterons extrêmement prudents quant à l'utilisation de cet unique fragment dans l'argumentation.

L'installation de petites canalisations

116De petits fossés de drainage ou des emplacements de canalisations ont été retrouvés dans plusieurs secteurs du chantier (fig. 40M). Leur installation est postérieure à l'abandon du fossé, puisqu'ils coupent en partie le comblement de ce dernier. Ils se présentent sous la forme de petites tranchées, larges de 0,50 m à la base à 1 m au sommet, et profondes d'environ 0.50 m. L'écoulement devait se faire dans le sens sud-ouest/nord-est avec un pendage de 3 %, sauf pour un tronçon, dans la partie ouest du site qui possède une pente nord-ouest/sud-est de 1,3 %.

117Compte tenu, pour cette époque, de la présence d'une habitation au sud-ouest et d'une zone en contrebas au nord-est non occupée, il paraît logique d'attribuer à ces structures une fonction d'évacuation des eaux usées ou des eaux de pluies, en accord avec leur pendage.

118Ces structures sont les vestiges de petits fossés ou de canalisations enterrées. Les deux solutions peuvent être retenues, tout dépend de la durée d'utilisation et du but de l'aménagement. Il peut s'agir de travaux épisodiques, destinés à assécher les terres de la domus après des périodes très humides, dans ce cas il est plutôt question de petits fossés — ou tranchées — de drainage ; ou alors, ces structures ont perduré et servaient à l'évacuation des eaux usées de la domus. En adoptant cette deuxième solution, il est difficile de concevoir qu'elles aient fonctionné à ciel ouvert et non pas avec une canalisation enterrée. Compte tenu de leurs dimensions assez modestes, elles auraient été comblées par la moindre pluie, ce qui aurait nécessité un travail régulier de curage pour les remettre en service.

119Le seul indice qui permet de défendre cette deuxième solution, est un demi-anneau en fer, d'environ 0,10 m de diamètre, retrouvé dans le fond d'un fossé. Des canalisations, récupérées sur l'ensemble du réseau au cours de la phase suivante ou entièrement décomposées, il ne resterait que cet anneau. La présence de ce demi-anneau en fer indiquerait plutôt des tuyaux de bois. Les tuyaux de plomb sont en général soudés et la largeur considérable des tranchées d'installations, environ 0,50 m à la base, est disproportionnée par rapport aux tuyaux en plomb de diamètre assez réduit. Il semble également étonnant que ce système d'évacuation d'eau soit récupéré avant l'agrandissement de la domus et ne soit pas remplacé.

120Il faut également mentionner un fossé, situé dans la partie nord du site et orienté ouest-est. Ses dimensions plus imposantes, 4 m de largeur et 1 m de profondeur, que celles des structures précédentes, en font un élément à part dans cet ensemble. Il correspond peut-être à la dépression dans laquelle venaient se jeter les eaux des petits fossés ou canalisations.

121Dans le remplissage de ce fossé, un lit plus homogène de limons sableux, a été isolé entre des niveaux anthropiques. Issus d'un transport en suspension uniforme à la limite d'un processus de décantation dans des courants très lents de débordement, les sédiments proviennent d'un chenal de Saône (morphoscopie) éloigné du site. Les valeurs de médiane sont les plus faibles enregistrées sur le site et démontrent que le site qui appartient à la plaine d'inondation est très en retrait des flux principaux du chenal. Ce dépôt a été repéré uniquement dans cette forme en creux, laquelle a probablement favorisé le drainage de ces courants de débordements : les eaux ont peut-être été piégées dans ce fossé et les sédiments ont alors pu se décanter en la quasi absence de courant.

Datation

122La céramique récupérée dans les comblements, qui marquent l'abandon de ces structures et non leur mise en place, n'est pas exploitable pour cette phase. En effet, il s'avère que les lots de céramiques d'une même tranchée varient en fonction de la couche supérieure ce qui indique que les tranchées n'ont pas été comblées immédiatement lors de leur abandon, ou après la récupération des canalisations. Ce sont en fait les couches des aménagements postérieurs comme l'exhaussement dans la partie sud-ouest ou l'assainissement dans la zone nord-est qui viendront remplir ces structures.

123Ce constat se rapporte également aux trois monnaies présentes dans les comblements des tranchées. La première, un as, frappé sous Hadrien (117-138), présente une faible usure et n'aurait pas été utilisée durant de longues années ; sa présence dans ce comblement apparaît comme résiduelle, La deuxième l'est tout autant puisqu'il s'agit d'un as émis sous le règne d'Auguste (27 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.). La troisième est également un as, du début de la seconde moitié du IIe s. À cause d'un médiocre état de conservation, son état d'usure n'est pas vérifiable, mais il est vraisemblable qu'il ait circulé une partie de la deuxième moitié du IIe s.

124En conclusion, cette phase, marquée par l'abandon du fossé et l'installation de petites canalisations, peut s'être déroulée à la fin du IIe s. voire au début du IIIe s. en tenant compte du bord en sigillée claire Β Desbat 26.

La domus et ses problèmes d'assainissement (début IIIe s. - milieu IVe s.)

Des réaménagements dans la domus et un exhaussement du terrain

125Cette phase (fin du IIe s. début du IIIe s.) correspond à une importante campagne de travaux, au cours de laquelle s'effectuent deux opérations :

  • le bâtiment est réaménagé, la présence des mosaïques de pavement permet de lui accorder à présent l'appellation de domus avec certitude. La parcelle est agrandie d'environ 20 m vers le nord-est. Sa nouvelle limite est matérialisée par le mur 32.

  • tout l'espace nouvellement intégré est exhaussé par la mise en place d'un important remblai (fig. 40N).

Aménagement intérieur

126L'extrémité nord-est du bâtiment d'habitation est réaménagée. Le mur 12 est démoli et une nouvelle maçonnerie (27) est construite sur son arasement.

127Il est difficile de déterminer si le mur 11 est arasé et reconstruit au cours de cette phase ou conservé dans son état initial. Un enduit de tuileau recouvre le parement nord-est de ce mur ; des fragments sont encore en place, accolés à la partie supérieure de la paroi de la tranchée de récupération. Cette présence prouve que la récupération des matériaux du mur 11 s'est faite à une époque où l'élévation de celui-ci était déjà partiellement enterrée.

128Le sol intérieur est abandonné et remplacé par une mosaïque de pavement (US 7327) (fig. 42). La construction de cette dernière élève le niveau de sol d'environ 0,40 m (alt. de la mosaïque 164,88 m) car elle implique la mise en place de plusieurs couches de préparation ; hérisson, lit de pause, mortier.

42 - Mosaïque de pavement (US 7327) retrouvée aux Célestins

42 - Mosaïque de pavement (US 7327) retrouvée aux Célestins

Cl. P. Veysseyre

129Une autre partie de mosaïque (US 7367) a été retrouvée (fig. 43) dans la tranchée de récupération du mur 11, à environ 5 m de l'autre (US 7327) au nord-ouest. Sa position indique qu'elle a glissé dans la tranchée au cours de cette opération. Construite selon les mêmes procédés, elle présente par contre un décor bien différent.

43 - Autre décor sur un fragment de mosaïque (US 7367)

43 - Autre décor sur un fragment de mosaïque (US 7367)

Cl. P. Veysseyre

Agrandissement de la parcelle et aménagements extérieurs

130L'espace situé entre l'habitat et le mur de clôture (M 32) appartient désormais à la domus. Dans ce nouveau secteur, en plus du mur, plusieurs maçonneries sont également construites ; le mur 31, qui se raccorde au mur 32, à son extrémité nord-est. et les murs 29 et 30 (ce dernier a été seulement retrouvé en négatif), dans la partie sud-est. (fig. 44).

44 - Localisation des vestiges début du IIIe siècle

44 - Localisation des vestiges début du IIIe siècle

(Célestins)

131Les matériaux ainsi que les techniques de construction sont identiques pour tous les murs. Leur épaisseur varie de 0.60 m à 0,65 m pour les élévations, les fondations sont plus larges et atteignent 0,90 m à 1 m. Leur appareil est irrégulier et composé de moellons de granite équarris liés par un mortier de chaux. Pour parfaire cette assise, des pilotis sont installés sous les fondations. Si les pieux en bois ne sont pas conservés, les empreintes sont par contre visibles sous les murs 32 et 31. La nature des élévations reste inconnue : terre ou pierre ?

132Ces murs délimitent plusieurs espaces dont le plus vaste situé dans la partie centrale, entre le mur 32 et l'habitat, est certainement un extérieur ou plus précisément une cour. En effet, une toiture ne peut être envisagée pour une surface de 600 m2 en l'absence de vestiges d'éléments porteurs tels que des bases de piliers ou des calages de poteaux. La fonction des deux autres espaces, l'un à l'ouest du mur 31, l'autre au sud-est encadré par les murs 29 et 30, est impossible à définir de manière catégorique. La seule précision est apportée par la présence des sols en terre battue qui écarte l'hypothèse de pièce d'habitation de la domus et suggère simplement celle de cour ou de dépendance. Il faut aussi noter l'existence, dans le tronçon sud-est de la tranchée de récupération du mur 32, de l'empreinte d'un pilier qui devait à l'origine être intégré à cette maçonnerie.

Exhaussement du niveau de la parcelle

133Les couches de remblais répandues entre la partie habitat et le mur de clôture élèvent le niveau du terrain. Cependant, le pendage précédent sud-ouest/nord-est persiste après cette opération, puisque l'apport de terre est surtout manifeste au sud-ouest où le niveau, surélevé de 0.50 à 0.60 m. atteint l'altitude de 164,60 m contre 164,30 m vers le mur de clôture 32. A la base de ce dernier, côté nord-est, devait certainement exister un talus. Sa présence est nécessaire pour maintenir cette structure soumise à une poussée du terrain sud-ouest/nord-est. Les réaménagements postérieurs, plus particulièrement l'assainissement de la zone nord-est au cours de la phase suivante, ont probablement fait disparaître cette levée de terre ou du moins n'ont pas permis de la repérer.

Datation

134Ces remblais contiennent une importante quantité d'éléments de démolition et de mobilier céramique avec 1112 tessons. L'origine inconnue du lieu d'extraction de ces remblais conduit à observer une grande prudence en ce qui concerne les résultats d'étude de ce mobilier.

135Le pourcentage de sigillée claire Β atteint les 17 %, contre 63 % pour la sigillée gauloise, à l'intérieur de laquelle les productions de la Gaule du sud commencent à décliner. Un bord de Drag. 45 de la Gaule du centre apporte un terminus post quem autour des années 180/190. La présence en sigillée de nombreux éléments résiduels ne permet pas une vision très objective de la représentation réelle de la sigillée claire Β dans cette phase. Celle-ci se trouve probablement sous-représentée. La métallescente apparaît, mais bien timidement.

136Parmi les céramiques communes, la rouge micacée représente désormais 23 % alors qu'il n'y en avait que 6 % dans la phase précédente. Un brûle-parfum en sombre rouge est attesté dans le contexte 150-200 du chantier de la rue des Farges (Desbat et al. 1979 : n° 7 pl. X). L'africaine A fait son apparition dans cette phase.

137Les amphores gauloises conservent le même pourcentage que dans la phase précédente, environ 70 %. Quelques exemplaires de G4 à fond étroit et col court, sont caractéristiques, à Lyon, des IIe et IIIe s. (Dangréaux et Desbat 1987/1988 : 128-129).

138Les orientales sont toujours peu représentées, avec les rhodiennes, et nous assistons à l'arrivée des amphores de Crète, les Crétoise 4 (Marangou 1991).

139Ce premier niveau d'exhaussement contenait huit monnaies. Il s'avère que seules deux unités coïncident avec le mobilier céramique. Il s'agit de deux as frappés au cours de la seconde moitié du IIe s. Les deux dupondii, très peu usés, émis durant la période flavienne et présents dans des remblais de démolition, sont totalement résiduels. Il paraît logique de considérer les trois autres monnaies comme des intrusions provenant des niveaux supérieurs. En effet, leurs dates d'émission (fin du IIIe s.) sont bien plus tardives que l'époque de la mise en place de l'exhaussement, proposée par la céramique. Les admettre en tant que fossiles directeurs, c'est accepter l'absence totale de céramique du IIIe s. dans ces niveaux, ce qui est pour le moins surprenant sur un site qui en compte des quantités importantes dans les couches des phases suivantes.

140En conclusion, cette phase située entre la fin du IIe s. et le IIIe s., suit sans interruption la phase précédente. Elle est marquée par d'importants travaux de réaménagement, et correspond à une volonté d'agrandir le domaine en investissant des terrains jusqu'ici inoccupés. L'extension de la parcelle vers le nord-est est réalisable à cette époque puisque les inondations n'atteignent plus le site, soit suite à une activité hydrologique réduite, soit après la mise en place de système de protection (digue).

141Cependant, comme le risque d'inondation n'est pas totalement écarté, les habitants de la domus ont préféré protéger les bâtiments ou doubler la protection s'il existe déjà des digues. Ces travaux se traduisent par l'édification du mur 32, limite de parcelle et écran à la montée des eaux (mur-digue) et par l'apport d'un important remblai d'exhaussement entre ce mur et l'habitat. Le mur 32 possède également un rôle de soutènement en maintenant les remblais à l'intérieur de la parcelle.

142Quant à la domus, les pavements de mosaïque apportent à l'édifice un caractère plus luxueux.

143Au nord-est du mur 32, le terrain conserve le même aspect que lors de la phase précédente, toujours en contrebas de la partie habitée.

Des travaux d'assainissement

144À l'intérieur comme à l'extérieur de la domus, une nouvelle phase d'aménagements traduit une volonté d'assainir les terrains (fig. 40 Ο). Deux types de travaux sont réalisés ;

    • 30 Les U.S. 7500 et 7649. mentionnées dans le texte, sont des couches équivalentes à l'U.S. 7491.

    d’une part, à l'extérieur, de vastes épandages de remblais de démolition (US 7491)30 très riches en amphores qui recouvrent entièrement la zone nord-est (fig. 44 vignette) ;

  • d’autre part, des creusements de fosses ; dans ces dernières, une grande quantité de mobilier — plus particulièrement des amphores entières ou fragmentées — est rejetée ; ce deuxième type d'opération concerne surtout les espaces intérieurs de la domus (fig. 44).

À l'extérieur des cours de la domus, un remblai d'assainissement

145Dans la zone nord-est, le volume des remblais est imposant, le terrain se retrouve désormais rehaussé de 0.60 m à 0,80 m (alt. 163,80 m). La fouille a permis d'en traiter environ 350 m3. Ces couches sont surtout composées de matériaux de démolition (tuiles, briques, cailloux...) et de fragments d'amphores, utilisés pour stabiliser la surface du terrain tout en favorisant l'infiltration de l'eau. Cet aménagement traduit la volonté d'assainir une surface qui demeure fangeuse du fait de la nature des terrains (limon) et de sa position en contrebas de la domus. Cependant, la texture de ce remblai d'assainissement est suffisamment homogène et sableuse dans l'angle nord du site pour y déterminer aussi une influence alluviale : cette séquence d'assainissement est donc soumise à des courants lents d'inondation de la Saône qui prouvent que malgré les travaux réalisés pour l'assécher, cet espace reste encore assujetti aux inondations. Dans ce cas, il semble plus probable que les travaux d'aménagement de cette zone se soient faits, non pas en une seule fois, mais progressivement pour répondre aux séquences d'inondations.

146Il est également intéressant de comparer ces traces d'inondation avec le fonctionnement des micro-chenaux résiduels de crue repérés dans le lit primitif de la Saône en voie de remblaiement, au pied de la colline de Fourvière. Ces derniers sont encore activés par des crues à la fin du IIIe s. ap. J.-C.

La céramique du remblai d'assainissement 7491
  • 31 Dans le temps imparti à l'inventaire, seul un comptage des fragments par type de production a pu êt (...)

147Il s'agit du lot le plus important recueilli sur le site31. La vocation d'assainissement de ce remblai est confirmée par l'importance quantitative du mobilier amphorique qui constitue 71 % du mobilier recueilli. Les données de fouilles ne permettent pas de déterminer s'il s'agit d'un dépotoir primaire ou secondaire. Les quantités de bords, fonds et panses indiquent que les vases étaient pour la plupart pratiquement complets. Aucune stratigraphie n'a pu être observée au sein du dépôt, les mêmes formes à tous les niveaux (Tab. 5 et 6).

Les amphores
  • 32 Ces trois groupes de pâtes sont également associés dans le dépotoir de Saint-Paul-Trois-Châteaux (B (...)

148Plus de 22 000 fragments d'amphores de toutes origines ont été inventoriés, ce qui fait de ce lot une base d'étude intéressante de la consommation de ce quartier de Lugdunum au IIIe s. ap. J.-C. et des relations commerciales de la ville avec le monde méditerranéen. Avec 80 % du mobilier amphorique, les conteneurs transportant du vin depuis la Narbonnaise sont très nettement majoritaires avec le type G4 prédominant. Leurs formes sont homogènes avec un col court, le départ des anses sous la lèvre et un fond étroit, l'ensemble formant un profil "en toupie" typique des productions des IIe-IIIe s. ap. J.-C. (Dangréaux, Desbat 1987-1988 : 128). Une seule d'entre elles est estampillée, il s'agit d'un timbre de MATURI sur une anse. Cette marque fréquemment attestée sur ce type (Laubenheimer 1985 : 429. n° 18) est la seule estampille G4 remarquée sur le site. Trois "couvercles" ont été découverts, deux d'entre eux s'adaptent parfaitement à la lèvre de la plupart des G4 présentes. Ils sont en forme d'assiettes circulaires à bord légèrement rentrant, assez soigneusement fabriqués dans une argile calcaire épurée semblable à celle des G4. Les couvercles découverts par F. Laubenheimer en Narbonnaise (op. cit. : 266) et ceux des fouilles du port antique de Toulon (Brun. Lecacheur, Pasqualini 1992 : 131) ont un bord vertical. Ici, la lèvre rentrante semble contribuer à une bonne tenue du couvercle sur l'amphore. L'un des deux est estampillé à l'intérieur : LPONTI (registre supérieur) et EUTYCHI (registre inférieur). L'amphore à vin de type G1 est minoritaire, avec seulement 13 % des fragments de bords d'amphores gauloises. Diverses études tendent à prouver que cette amphore serait plus spécifiquement destinée à la distribution régionale, alors que la G4 serait exportée dans le cadre du grand commerce (Laubenheimer, Schwaller, Vidal 1992 : 145). Au sein des Gl, trois grandes productions ont été repérées, l'une à pâte rosée kaolinitique, une autre à pâte calcaire épurée et une dernière à pâte calcaire comportant quelques dégraissants sableux32 La première est produite dès le début de l'ère, tandis que les deux autres pourraient apparaître un peu plus tard et se multiplier par la suite (Bonnet, Laubenheimer 1998). Elles sont mêlées au sein de l'assainissement, ce qui n'atteste en rien leur contemporanéité. En effet, les pâtes kaolinitiques pourraient être résiduelles, et les calcaires contemporains du dépôt. Quelle que soit la réponse, la présence de G1 dans cet assainissement confirme l'hypothèse fondée sur l'étude de plusieurs contextes (Raynaud 1990 et Raynaud 1986 : 61) selon laquelle ce type est encore produit au IIe voire au IIIe s. ap. J.-C.

149Totalement dépassées par les productions gauloises, les importations de la péninsule ibérique ne représentent plus désormais que 9 % du total des amphores. Cette récession est fréquemment remarquée dans les contextes à partir de la seconde moitié du IIe s. (Villedieu 1990 : 156). Avec 48 fragments de bords, l'amphore Dressel 20 transportant l'huile d'olive de Bétique est la plus fréquente. Les profils étirés des lèvres sont comparables aux productions des IIe et IIIe s. d'Augst (Martin-Kilcher 1987 : 55). Destinées au transport de saumures arrivent les Beltràn IIA et IIB, et apparaît enfin l'Almagro 50, également une amphore à saumures, commercialisée à partir du IIIe s. Parmi les importations hispaniques, il reste à signaler quelques exemplaires du type Dressel 28, type attesté dans les contextes du début du IIIe s. sur le site de la rue des Farges à Lyon.

150Comme dans les autres contextes lyonnais contemporains, le commerce avec l'Orient, l'Italie et l'Afrique, bien que statistiquement beaucoup plus faible est tout de même attesté. Les vins de Rhodes et de Crète (Marangou 1991) approvisionnent régulièrement le marché lyonnais depuis le début de l'ère, puis arrivent également d'orient les amphores Kapitan 1 et 2 et LR3 (Lemaître 1997 : 311-320).

151Parmi les amphores non identifiées ont été individualisées quatre groupes. Trois d'entre eux pourraient être d'origine orientale (Bonnet 1998) ; des découvertes récentes, dont la publication des résultats est en cours (Lemaître, Bonnet à paraître) pourraient placer le quatrième groupe au sein des productions hispaniques.

152Le commerce avec l'Afrique commence à se développer, les quelques conteneurs présents sont des amphores de Tripolitaine, et un exemplaire de Dressel 30 de Mauritanie césarienne, dont la commercialisation commence au IIIe s. Le commerce avec l'Italie n'est pas encore totalement interrompu, puisque les amphores italiques sont presque aussi nombreuses que les africaines. Il s'agit d'amphores vinaires de type Dressel 2-4. Ces exemplaires pourraient être les témoins d'une production tardive de ce type, attestée à Saint-Romainen-Gal dans un contexte fin IIe début IIIe s. (Desbat, Savay-Guerraz 1990) et à Lyon rue des Farges dans un dépotoir du début du IIIe s.

La vaisselle de table
  • 33 L'ensemble des 92 médaillons du site fait l'objet d'un encadré au sein de cet ouvrage (Marquié 1995 (...)

153Bien que très minoritaire dans l'assainissement, elle offre un mobilier intéressant avec 63 % de sigillée claire B, dont un lot exceptionnel de quarante médaillons d'applique aux thèmes variés33. Le répertoire est composé pour moitié de formes fermées Des. 68, 69, 77, 86 et pour autre moitié de formes ouvertes Des. 15,19, 2, 27. Les formes présentes appartiennent aux deuxième et troisième périodes de production des ateliers de la moyenne vallée du Rhône (Desbat 1988). Les vases Des. 66, 2 et 19 sont de la deuxième période de production entre 160 et la fin du IIe s. et les formes Des. 68, 69, 77, 86 et 15 de la troisième période de production située à partir du début du IIIe s.

154Bien que désormais dominées par la sigillée claire Β rhodanienne, les sigillées des ateliers du centre de la Gaule sont toujours sur le marché. Les formes présentes sont caractéristiques des productions tardives du centre de la Gaule avec des Drag. 45, 38, 37, 40, mais aussi Curie 15, Curie 21 et Dech. 72.

  • 34 La métallescente de l'US 7491 a fait l'objet d'une étude par A. Desbat. Des fragments des premières (...)

155La métallescente est exceptionnellement rare sur ce site, moins de 3 % de la céramique fine dans ce remblai. Il semble que ce soit le contexte du IIIe s. lyonnais où cette production est le moins bien attestée, alors qu'elle peut représenter jusqu'à 40 % de la céramique fine dans un contexte daté de 240 à 270 sur le site de l'îlot Vieille Monnaie (Becker, Jacquin 1989)34.

La céramique culinaire

156Au sein de la céramique commune, qui représente 25 % de l'ensemble du mobilier céramique, se confirment les tendances déjà appréhendées dans les autres catégories. La commune claire avec 31 % de la céramique commune est probablement surévaluée dans cette couche, car les cruches plus fragiles se fragmentent plus que les autres productions. Les mortiers à lèvre pendante à pâte claire sont nombreux. Mais c'est la commune rouge à engobe micacé qui désormais absorbe le marché de la céramique culinaire avec près de la moitié des fragments présents. Se retrouvent en masse les ovoïdes ou pots à cuire à bord en bourrelet éversé, et les plats à bord rentrant déjà répertoriés, mais en quantité moindre, dans les phases précédentes. Cette production apparaît dans les contextes de la deuxième moitié du IIe s. rue des Farges à Lyon (Desbat et al. 1979) et devient rapidement majoritaire prenant la place des marmites et différents pots à cuire en commune grise à cuisson réductrice. En effet, avec seulement 11 % de la céramique commune, l'utilisation de la commune grise est en déclin, alors que nous assistons à l'arrivée timide des africaines communes et africaine A de très bonne qualité. Les formes les mieux représentées sont, pour les premières les marmites et couvercles Hayes 197 et 196, et pour les secondes A, Hayes 181 et 182 (Hayes 1972). Les plats en céramique à vernis rouge pompéien sont encore attestés, ce sont des productions à pâte claire calcaire. La présence d'un fond marqué en commune allobroge n'est pas surprenante dans un contexte du IIIe s. (Dangréaux, Jospin 1986).

Tableau 5 : Mobilier céramique provenant du remblai d'assainissement

Tableau 5 : Mobilier céramique provenant du remblai d'assainissement

(Célestins) (US 7491, 7624, 7645, 7649, 7648, 7680, 7666, 7509)

Tableau 6 : Mobilier céramique provenant du remblai d'assainissement

Tableau 6 : Mobilier céramique provenant du remblai d'assainissement

(Célestins) (US 7491)

Les monnaies

157Les couches d'assainissement (fosses, remblais...) contenaient au total vingt-huit monnaies, dont vingt-deux dans le remblai, 7491, au nord-est de la domus et six dans les remplissages des fosses.

158Les dates d'émission de ces monnaies sont très diverses et certaines reflètent bien le taux de résidualité du mobilier associé.

159Ainsi, un lot de douze monnaies apparaît comme totalement résiduel, eu égard à la forte proportion de matériel du IIIe s. recueilli dans ce niveau d'assainissement.

160Ce lot comprend les six exemplaires retrouvés dans les comblements des fosses : un semis d'Auguste (fosse 38), un as de la période flavienne frappé entre 70 et 81 ap. J.-C., deux as de la seconde moitié du IIe s. (fosse 44), qui ne présentaient pas d'usure prononcée, un as de la deuxième moitié du IIe s. et un autre de la fin de la première moitié du IIe s. (fosse 37) ; si le dernier cité présente une forte usure, il semble cependant peu probable qu'il ait pu perdurer au-delà de 250 ap. J.-C. Toutes ces monnaies devaient déjà se trouver dans la terre qui a servi à combler les fosses.

161Les six autres monnaies proviennent de 7491 : un as de Tibère (14-37), un as flavien, un quadrans anonyme, un as peu usé d'Aélius (136-138), un denier fourré d'Hadrien (117-138) dont la période de circulation fut, vu son état, nulle ou très courte et un sesterce d'Antonin (138-161) qui, ne présentant pas de trace de longue utilisation, n'a pas dû circuler au IIIe s.

162L'état de conservation des deux as et du dupondius frappés sous le règne d'Antonin, ne permet pas d'apprécier leur degré d'usure.

163En revanche, dans ce remblai, du numéraire frappé au cours du IIe s. présente une usure très prononcée, témoignage d'une longue utilisation. C'est le cas de deux as et d'un dupondius d'Hadrien (117-138), d'un sesterce d'Antonin (138161) et d'un as de Commode (180-192). Sur les deux as d'Hadrien, l'effigie et l'iconographie sont quasiment lisses ; l'usure de ces deux pièces peut laisser entrevoir leur utilisation jusqu'au début du IIIe s. au moins.

164Il est maintenant reconnu, d'après les fouilles archéologiques, que la région connaissait une forte pénurie de numéraire frais durant la première moitié du IIIe s. L'utilisation d'unités plus anciennes, en l'occurrence des monnaies du IIe s. ayant échappé à la refonte, était une pratique apparemment courante jusqu'aux alentours de 250 ap. J.-C.

165Aucune monnaie de la première moitié du IIIe s. n'a été retrouvée dans l'assainissement ; or, la fourchette chronologique de la part majoritaire des tessons de céramique recueillis dans ce niveau de remblais est comprise entre le début et le milieu du IIIe s. Quant au dupondius de Commode et au denier fourré de Septime-Sévère (193-211), qui tous deux présentent une usure peu marquée, on ne peut affirmer qu'ils aient eu cours au IIIe s. Il convient de signaler toutefois qu'un denier circulait bien moins de main en main que les petites espèces de bronze ou d'orichalque et qu'il était souvent thésaurisé.

166La présence d'un antoninien de Quintille (270 ap. J.-C.) et d'un antoninien de Gallien (267/268) est à mettre en relation avec celle de certains vases à médaillons d'applique issus de ces mêmes remblais.

167La découverte de trois monnaies du IVe s., un nummus de Valens (364/378), un demi nummus de la période constantinienne (340/350) et un aes 4 qui dépassent le cadre chronologique de la séquence, proposé par la céramique, est plus délicate à interpréter.

Autres mobiliers

168Les remblais ont livré 51 objets, soit l'un des lots les plus importants du contexte antique.

169Hormis 9 objets indéterminés et quelques clous et tôles de fer, les identifications sont assez diverses. Un tout petit nombre d'aiguilles en os a été répertorié, avec un fragment de couvercle de lampe à huile, un pendentif en bronze assez mal conservé et un spéculum incomplet en bronze. Une fibule circulaire en bronze ornée de trois cercles concentriques contenant des panneaux alternativement triangulaires en verre rouge et rectangulaires en verre blanc ou beige a également été mise au jour. Ce type 27b1, connu en Auvergne, en Saône-et-Loire, est aussi fréquent en Savoie et en Haute-Savoie. Il est généralement attribué à la deuxième moitié du IIe s. D'autres objets appartenant à l'intrumentum militaire avaient été piégés dans le remblai 7491, comme un umbo de bouclier, un glaive, une pointe de lance, un glaive complet avec lame à deux tranchants, garde rectangulaire et pommeau sphérique creux d'environ 0,60 m de long et une cotte de maille (fig. 45). L'ensemble de cet équipement pourrait constituer l'armement d'un seul individu.

45 - Cotte de maille et glaive retrouvé aux Célestins

45 - Cotte de maille et glaive retrouvé aux Célestins

Cl. Ch. Thioc, MCGR

La faune

170Le lot de faune contenu dans le remblai d'assainissement (7491) se différencie des remblais antiques des autres sites. D'une part, les restes de bovins, correspondant à au moins 12 individus, s'y concentrent par rapport à ceux de porcins, très largement dominants ailleurs, et d'ovicaprins ; ils représentent 74 % du nombre total de restes de ces trois taxons, 449, contre 9 % (sur 95 NR) dans les deux autres US des Célestins, 14 % dans celles de la Bourse, 27 % à République, et 13 % aux Terreaux. Les ossements portent de nombreuses traces de la découpe romaine dite "de boucherie". Il est possible qu'un atelier spécialisé dans la boucherie bovine ait existé à proximité du remblai ou qu'il ait constitué une partie du dépôt primaire.

171D'autre part, quelques pièces sont sciées : cornillons, radius-ulna principalement, fémur, tibia, métacarpe et métatarse de bovins, mais aussi radius d'équidés. Durant la période antique, il est admis que l'usage de la scie relève exclusivement de la tabletterie (Rodet-Belarbi 1997). Dans ce remblai, les chutes de prélèvements de la matière première existent mais non celles de façonnage. Ce n'est donc que de manière indirecte que cet artisanat est évoqué.

172Ainsi l'US 7491 témoigne de deux activités artisanales qui se sont probablement effectuées sur, ou dans, les environs de l'aire fouillée.

  • 35 Nous remercions vivement A. Desbat pour son aide précieuse tout au long de ce travail.

Consommation de coquillages marins
(F. Brien-Poitevin)
Place des Célestins, les dépôts de l'Antiquité et du haut Moyen Âge ont fourni quelques coquilles de mollusques marins. Il est fort probable que les coquilles présentes dans les strates médiévales fassent partie du mobilier résiduel antique. Quinze individus ont été dénombrés : dix huîtres. Ostrea edulis lamellosa, deux peignes (ou pétoncles) glabres, Proteopecten glaber, une praire, Venus verrucosa, une bucarde tuberculée, Rudicardium tuberculatum, et un rocher fascié, Murex trunculus. Comme ce dernier et le peigne glabre sont principalement méditerranéens (Quéro et al. 1998), l'approvisionnement de Lyon en coquillages marins est probablement assuré par la province de Narbonnaise, voire plus précisément par les rivages lagunaires où vivent préférentiellement peignes glabres et huîtres, et où ces espèces sont abondamment consommées (Brien-Poitevin 1996, Forest 1998a). À l'exception de la bucarde tuberculée, les autres espèces sont citées par A. Locard dans la nécropole de Trion ; l'huître plate et le peigne glabre y sont abondants, la praire et le rocher fascié ne se manifestent que par un unique exemplaire (Allmer et al. 1887)35.

Les vides sanitaires en amphores recyclées

173Des amphores entières recyclées (fig. 46) destinées à assainir l'espace sont installées sommairement, de part et d'autre du mur séparant la cour de la domus et un espace humide public ou privé ; cet aménagement est contemporain du remblai d'assainissement 7491 (Laubenheimer, Bonnet 1998). Plusieurs vides sanitaires constitués d'amphores entières sont attestés dans la Presqu'île lyonnaise : place Bellecour (Burnouf, Laubenheimer 1998 : 175-192), rue Childebert (Arlaud et al. 1998 : 193-205) et place de la Bourse.

46 - Les vides sanitaires en amphores recyclées

46 - Les vides sanitaires en amphores recyclées

(Célestins)

174Le vide sanitaire de la place des Célestins est constitué de trois ensembles distincts (Tab. 7).

Tableau 7 : Mobilier provenant des vides sanitaires

Tableau 7 : Mobilier provenant des vides sanitaires

(Célestins) (US 7645, 7649)

175Le premier ensemble se situe à l'extérieur du mur de parcelle, au pied de celui-ci, probablement pour le protéger de l'humidité. Huit amphores, posées sur la panse et le col dirigé vers le mur, ont été installées en une seule rangée. Il s'agit de sept amphores gauloises de type G4 et d'une G1.

176À l'intérieur de la parcelle près du mur a été creusée une vaste fosse destinée à recevoir deux ensembles distincts, l'un au nord-ouest et l'autre au sud-est. La partie axiale a été comblée avec le remblai de terre riche en céramique qui recouvre l'ensemble des amphores ; ce remblai est du même type que 7491. Les deux ensembles sont orientés de la même manière que celui précédemment décrit, parallèles au mur. L'ensemble le plus proche du mur est constitué de treize amphores de type G1 disposées en quinconce sur deux rangées. Posées sur la panse, leur ouverture est tournée vers le sud-est.

177Le dernier ensemble compte seize amphores sur quatre rangées. Les neuf G1 et les deux G4 des deux rangs extérieurs sont placées verticalement la tête en bas et les cinq Dressel 20 du rang intérieur reposent sur la panse.

178Au sein des G1 sont rassemblés les trois groupes déjà distingués dans l'assainissement : un à pâte kaolinitique, un autre à pâte calcaire et un dernier à pâte calcaire à dégraissants sableux. La contemporanéité de ce lot ne peut malheureusement pas être assurée car des amphores entières ont pu être récupérées qui n'étaient plus utilisées depuis longtemps. Ce lot garde toutefois son intérêt, puisque c'est la première fois que l'on peut étudier une série de 23 G1 dont 14 sont entières et 9 timbrées. Ce choix d'amphores réutilisées comme matériau de construction est loin d'être aussi organisé que celui fait pour la construction de vides sanitaires d'intérieur de domus du type de celui de la maison des Dieux-Océans à Saint-Romain-en-Gal (Desbat et al. 1994 : 256). Pour ce dernier un même type d'amphores a soigneusement été sélectionné (uniquement des Dressel 20) et une seule disposition a été utilisée (elles sont dressées verticalement le fond vers le haut). Le peu de soin accordé à l'assainissement des espaces extérieurs n'est pas vraiment surprenant, le but des travaux étant d'assainir sommairement une base de mur et de pouvoir circuler à sec dans une cour. À cette fin, les amphores entières qui sont à portée de main sont récupérées, même si elles ne sont pas spécialement solides (les Dressel 20 possèdent des parois épaisses, mais les amphores gauloises sont relativement fragiles). Elles sont alignées, puis recouvertes d'un remblai de terre servant de sol de circulation.

179Ces vides sanitaires constituent une double source d'informations. Ils permettent de mieux connaître les techniques d'aménagement des espaces humides et donnent également en tant qu'ensemble amphorique des renseignements d'ordre économique.

Conclusion

  • 36 Nos remerciements à A. Desbat pour son aide dans ces recherches.

180L'ensemble du mobilier céramique retiré de l'assainissement 7491 plaide en faveur d'une datation de la première moitié du IIIe s. Au sein de chaque grande catégorie de céramique, certaines productions ou formes ne sont presque plus commercialiser autour de la fin du IIe s. et du début du IIIe s. ; en revanche apparaissent de nombreux nouveaux produits fabriqués à partir du IIIe s. Plusieurs éléments vont dans le sens d'une datation du début du siècle, tels le faible indice de fréquence de la céramique métallescente, l'absence de sigillée Claire C et la timide apparition des produits africains. L'assainissement de cet espace humide a donc probablement été effectué au cours de la première partie du IIIe s. ap. J.-C. Parmi les monnaies, la présence de quelques pièces de la fin du IIIe s. et du début du IVe, bien que probablement intrusives, pose toutefois le problème de la datation de ce remblai. La datation du lot de céramiques n'est pas remise en question, mais a-t-on au IVe s. comblé un espace avec un dépotoir du début du IIIe s. ? L'hypothèse d'intrusion de monnaies postérieures paraît certes plus satisfaisante, car parmi plusieurs dizaines de milliers de tessons, pas un seul fragment de céramiques contemporain de ces monnaies n'a été repéré. Il est difficile d'imaginer dans un remblai de plusieurs centaines de m3 qu'aucun fragment de céramique contemporain de son dépôt n'ait été piégé. Les monnaies de la fin du IIe s. sont, quant à elles, probablement contemporaines de ce dépôt. La manière dont ce remblaiement a été mis en place reste également sujette à spéculation. La population du quartier a-t-elle été invitée à jeter plus spécialement ses emballages perdus dans cet espace inondable dans le but de l'assainir ou bien a-t-il été décidé de combler d'un seul coup ce cloaque avec des remblais provenant d'un énorme dépotoir ? Cette question, qui touche à des problèmes plus larges de gestion de ce domaine, public ou privé, reste malheureusement sans réponse. La grande quantité de mobilier recueilli dans ce remblai en fait un excellent contexte de référence pour le début du IIIe s. et permettra d'avoir une meilleure perception de la culture matérielle de Lyon dans l'Antiquité et des relations commerciales de la ville avec le reste du monde romain36.

181Ce remblai est scellé par un important dépôt alluvial très homogène, dans lequel il est difficile de repérer le nombre de séquences. L'existence de niveaux de chemins, intercalés dans les couches de ce dépôt alluvial, permet, tout de même, de le diviser chronologiquement en deux grandes parties. La partie supérieure, postérieure à l'aménagement des premiers chemins (US 190 et 217), est datée du haut Moyen Âge, car elle s'insère dans les niveaux de cette époque. Le mobilier retrouvé à l'intérieur de ces couches est totalement résiduel avec de la céramique du IIIe s. et des monnaies ne dépassant pas la fin du IVe s.

182La partie inférieure est composée de couches de limons qui se mettent en place après l'opération d'assainissement (7491) et avant l'aménagement du premier niveau de chemin. Le mobilier céramique, de ces couches, est exclusivement représenté par des formes du IIIe s„ donc résiduel. Par contre, quatre monnaies appartiennent au IVe s., dont un Aes 3 daté des années 364-375, et constituent les éléments les plus récents. Leur présence est un argument pour placer le début du recouvrement de 7491 au plus tôt à la fin du IVe s.

183Cette solution est envisagée avec prudence. En effet, si ces quatre monnaies du IVe s. ont bien été retrouvées dans la partie inférieure du dépôt alluvial, il n'est pas possible d'affirmer qu'elles appartenaient à la couche apportée par la toute première séquence d'inondation. De plus, il paraît surprenant que ce mobilier numéraire du IVe s. ne soit pas associé à des céramiques de la même époque : or il n'existe pas le moindre tesson du IVe s. dans l'ensemble du dépôt, alors qu'on en retrouve dans la zone sud-ouest du site. Enfin la composition entièrement résiduelle du lot de céramique et de celui des monnaies des couches de la partie supérieure montre combien il est périlleux de dater de manière radicale à partir du mobilier.

184Ces remarques conduisent à nouveau à proposer plusieurs solutions. Tout d'abord, les éléments de la fin du IIIe s. comme les médaillons d'applique ou les monnaies, sont trop nombreux pour être classés dans les intrusions, donc le recouvrement du remblai ne peut pas commencer avant cette date. Ensuite, en prenant en compte les trois monnaies de 7491 et celles des premières couches de limon, le recouvrement du remblai peut commencer dès la fin du IVe s. Autre solution, le remblai est resté à l'air libre durant toute l'Antiquité tardive et ne sera scellé par des limons de débordement qu'au début du haut Moyen Âge. Le mobilier présent dans l'ensemble du dépôt alluvial est totalement résiduel.

Dans les cours de la domus un nouveau remblai d'assainissement et des caniveaux maçonnés

185Un nouveau remblaiement est réalisé dans toutes les cours de la domus. Les remblais apportés sont moins riche en éléments de démolition que les précédents. Ils surélèvent le niveau du sol jusqu'à l'altitude de 164,80 m et crée à nouveau une différence de niveau de 1 m avec la zone nord-est.

18611 226 fragments de céramique ont été retirés de ce remblai d'exhaussement. Les types de production et les formes présentes ressemblent fortement à ceux de la phase précédente. La céramique luisante apparaît et représente déjà près de 7 % de la céramique fine. Également pour la première fois sur le site, la sigillée africaine C est attestée avec la forme Hayes 50. Toutefois, elle reste très rare avec seulement 1 % de la céramique fine. La métallescente est encore moins fréquente que dans la séquence précédente. Aucune céramique fine typique de l'Antiquité Tardive, telle que la DSP ou la sigillée Africaine D n'a été repérée sur le site (Tab. 8).

Tableau 8 : Céramiques provenant du second exhaussement à l'intérieur de la domus

Tableau 8 : Céramiques provenant du second exhaussement à l'intérieur de la domus

187Parmi les amphores, les formes restent semblables à celles de la séquence précédente avec d'une part des productions résiduelles et d'autre part des orientales et africaines commercialisées à partir du IIIe s. Il est intéressant de constater qu'il n'existe aucune amphore orientale ou hispanique tardive, habituellement présente dans les niveaux des IVe-VIe s. à Lyon (Villedieu 1985).

188La céramique commune est en grande partie résiduelle, avec encore 34 % de commune claire.

189Par contre quelques rares fragments de bords en bandeau en commune oxydante indiquent le Ve s. La présence de ces éléments repose une nouvelle fois le problème : doit-on les considérer comme des apports postérieurs au deuxième exhaussement ou comme des éléments datant et fiables ?

190Le premier cas est, du point de vue stratigraphique, tout à fait plausible, puisque l'existence de vestiges, datés des Ve et VIe s., est attestée sur une partie du site. Il est possible également que ces éléments soient issus d'une intrusion provoquée par le creusement des multiples fosses au cours du haut Moyen Âge. Dans cette hypothèse la céramique du deuxième exhaussement, bien qu'étant de même nature que celle des niveaux d'assainissement, comporte des productions, comme la luisante et la sigillée africaine C. Ces nouveaux éléments permettent de donner une datation à partir du IVe s. ap. J.-C. L'absence d'autres productions dont la commercialisation commence aux IVe-Ve s., et la découverte de plusieurs monnaies du IVe s. incitent à favoriser l'hypothèse, qui place cet ultime remblaiement au IVe s.

191Dans le deuxième cas, les bords en bandeau sont considérés comme les fossiles directeurs. L'exhaussement s'effectuerait alors au plus tôt au cours du Ve s. L'hypothèse est un peu hasardeuse, car elle ne repose que sur la présence de quelques tessons. D'autant plus, que hormis ces derniers, aucune forme déjà répertoriée dans les contextes lyonnais des IVe (Tranoy 1989), Ve s. n'a été retrouvée.

192Les couches du deuxième exhaussement ont livré neuf monnaies. Plusieurs sont résiduelles. Ainsi, le sesterce de Trajan (98-117), le dupondius de Marc-Aurèle (161-180) et le denier (fourré ?) d'Alexandre-Sévère (222-235) proviennent de niveaux plus anciens, utilisés afin de procéder au nouveau rehaussement de la parcelle. Le reste de l'inventaire est composé de deux "imitations radiées" émises dans le dernier quart du IIIe s., dont la circulation a pu perdurer jusqu'au début du IVe s. et de monnaies émises au IVe s. Les dates d'émission de ces monnaies ne dépassent pas 342-345 ap. J.-C. Elles confirment l'hypothèse de datation du IVe s., proposée dans la première solution de l'étude céramique.

193Une monnaie, associée à un lot de céramique du IIIe s., a également été retrouvée dans le remplissage d'une fosse (56) creusée dans le deuxième exhaussement. Il s'agit d'une "imitation radiée" frappée dans le dernier quart du IIIe s. et dont la période de circulation a pu s'étendre jusqu'au début du IVe s. Cette unique piécette recueillie dans le comblement de cette fosse ne peut fournir un indice de datation fiable, tant la période d'utilisation de ces imitations est difficile à déterminer.

194Un ensemble de caniveau est installé dans ces couches d'exhaussement (fig. 40P et 47).

47 - Des caniveaux maçonnés

47 - Des caniveaux maçonnés

(Célestins)

195Cinq tronçons ont été mis au jour dans l'angle sud-ouest du site (US 57, 58, 59, 60, 61). Dans l'espace situé au nord-ouest du mur 31, les deux tronçons (59 et 61) n'en forment plus qu'un seul (58). Leur technique de construction est assez semblable : deux piédroits maçonnés en moellons de granite et de schiste, liés par un mortier de chaux. Le fond est constitué de tegulae posées à plat les unes contre les autres, sans liant, et reposant sur un radier d'éclats de taille. Les rebords des tegulae sont encastrés sous les piédroits. Leur couverture, si elle existait, n'est pas conservée (tuiles, briques, bois...). Parmi ces tronçons, quatre présentent un pendage évident vers le nord, seul le tronçon du caniveau 59 ne possède pas de pendage repérable.

196La fonction de ces caniveaux n'est pas clairement attestée et, leur origine n'est pas connue. Proviennent-ils du bâtiment d'habitation de la domus ou d'espaces extérieurs comme des cours surélevées ? En tenant compte de la topographie du terrain et de la destination des espaces, il paraît logique qu'ils servent à évacuer des eaux usées ou des eaux de pluies d'un espace habité et surélevé au sud-ouest du site, bâtiment ou espace extérieur de la domus, vers la zone nord-est en contrebas et toujours sans construction.

197Cette phase, marquée par la mise en place d'un deuxième exhaussement et celle de caniveaux maçonnés se situe vraisemblablement au cours du IVe s. Elle correspond aux derniers aménagements effectués dans la domus. Bien que l'hypothèse ne soit pas totalement exclue, les rares tessons de céramique du Ve s. retrouvés dans le remblai d'exhaussement peuvent difficilement dater ces travaux.

198Les vestiges sont directement recouverts par les couches d'occupation du haut Moyen Âge ; l'époque d'abandon du bâtiment est de ce fait difficile à estimer.

Les médaillons d'applique (S. Marquié)
Le lot est composé de 93 médaillons d'applique rhodaniens. Parmi ceux-ci 80 se répartissent dans les niveaux des IIIe et IVe s. Les 13 autres, résiduels, sont issus de contextes du haut Moyen Âge. Une telle découverte est unique sur un site lyonnais. En effet, jusqu'à présent seule la fouille de la rue des Farges avait révélé un ensemble de 72 médaillons (Desbat 1980-81). Il s'y ajoute un atout qualitatif puisqu'à l'intérieur des grands thèmes caractéristiques de ce type de décors (mythologie, jeux, scènes érotiques, scènes de genres et masques), 37 scènes déjà répertoriées (soit 53 médaillons) sont associées à 30 nouveaux décors (33 médaillons) dont l'intérêt est aussi bien iconographique qu'épigraphique.
Généralement circulaires, les décors d'applique, qualifiés de médaillons quel que soit leur forme, sont plus rarement rectangulaires ou carrés. D'autres affectent la forme de mascarons et représentent des masques. Ces décors d'applique dont l'appartenance à la sigillée claire Β a été démontrée par A. Desbat (op. cit. 1980-81), ornent des panses de vases de formes diverses (Desbat 1988).
Le tableau 9 montre que les sujets mythologiques (épisodes tirés de la mythologie gréco-romaine et représentations de divinités) sont majoritaires avec 41,3 %. On notera cependant que les médaillons érotiques présentent proportionnellement le plus de décors inédits (9 pour 16 médaillons).

48- Médaillons d'applique rhodaniens

48- Médaillons d'applique rhodaniens

(Célestins)
1 - Callipolis et Alcathoos. Restitution à partir de quatre médaillons : Célestins (Desbat 1982, p. 68 et Steiger 1967 p. 43), 2 - Diomède enlevant le palladium, 3 - Le triomphe d'une tutelle, 4 - Scène iliaque (Tyndare. Hélène et les Dioscures), 5 - Aurige vainqueur, 6 - Scène erotique sur le bateau de Vénus, 7 - Erotique à la palme, 8 - Autre érotique à la palme

Tableau 9 : Classement thématique des médaillons d'applique

Tableau 9 : Classement thématique des médaillons d'applique
  • 37 Pausanias, livre I

En ce qui concerne les médaillons déjà répertoriés, huit d'entre eux complètent des scènes partiellement connues. Ainsi, deux épreuves d'un même décor confirment l'identification de l'épisode mythologique du meurtre de Callipolis par son père Alcathoos37 (fig. 48 1). Par ailleurs, un autre médaillon complet, mais de très mauvaise qualité (2) permet de supposer que M129 (Desbat 1980-81 : 86-87) resté jusque-là indéterminé, représenterait Diomède enlevant le Palladium. Parmi les trente nouvelles scènes (soit un tiers de l'ensemble du lot), il convient de distinguer trois types de décors inédits :

- les sujets inédits présentent des épisodes qui n'avaient jamais été traités sur les médaillons d'applique (la naissance d'Hélène (4), Mars et la Victoire, Mercure et la Victoire...). Sur ce dernier médaillon est inscrit Amaranthi cera (cire d'Amaranthus) qui permet de connaître le nom d'un nouveau modeleur dont l'origine orientale ne fait aucun doute (Marquié 1996).

- les nouvelles versions de sujets connus, figurent selon une nouvelle composition, des décors déjà attestés sur les médaillons d'applique (les amours de Mars et de Vénus (id.), Léda et le cygne...).

- les variantes, quant à elles, reprennent une même composition d'ensemble mais apportent des modifications dans les détails ou les légendes. Cette catégorie concerne notamment le triomphe d'une tutelle (3), le Génie et le Fondateur de Lyon (WA 1952, n° 97 à 103) et un décor d'aurige vainqueur (5). Ce dernier comporte à l'exergue l'inscription Masveti qu'il faut peut-être interpréter comme le nom d'un nouveau modeleur, mais ce serait le seul cas de signature ne portant pas la mention cera.

  • 38 La titulature officielle de Lyon (Colonia Copia Felix Munatia Lugdunum) comporte le terme Felix qui (...)
  • 39 Qu'il faut rapprocher de C102 (Desbat 1982 : 160-161) et de Marcadé (Marcadé 1961 : 88) pour le sty (...)

Il convient cependant, de rester prudent quant à l'identification d'une variante dont le décor est incomplet. Une scène peut en effet être détournée de son sens premier par l'ajout d'un attribut ou une modification de la légende. Ainsi s'il est tentant d'identifier la figure 48-3 au triomphe de la Tutelle de Vienne dont on connaît deux variantes (Desbat et al. 1983 et 1989), force est de constater que la seule mention Colonia Felix ne renvoie pas nécessairement à Vienne, mais peut tout aussi bien désigner Lyon ou une autre colonie38. Dès lors, la seule chose que l'on puisse en dire est qu'il s'agit d'un voeu de prospérité destiné à une colonie indéterminée.
Même si l'influence de la toreutique et de l'orfèvrerie est très forte, ces décors montrent d'autres sources d'inspirations qu'il faut chercher à travers l'ensemble des manifestations culturelles comme par exemple les représentations théâtrales, d'amphithéâtre, de cirque (WA 1952, p. 11-13). Ainsi, ce lot comprend deux scènes érotiques qualifiées de " à la palme " (7 et 8)39 dont on voit une guirlande et une couronne coupées, sur le côté droit de chaque médaillon. Cette particularité suggérerait que nous sommes en présence de moulages de décors de registres tels qu'il en existe par exemple sur les basreliefs et les stucs. Le médaillon de Callipolis et d'Alcathoos (1), quant à lui, figurerait la représentation théâtrale de l'épisode mythologique comme semble le confirmer la présence de Liber Pater (Bacchus) à l'arrière plan dans un petit édicule. Aucune représentation de ce thème n'est de surcroît attestée en art gréco-romain.
Cette nouvelle découverte vient donc largement enrichir le répertoire iconographique déjà très vaste des médaillons d'applique rhodaniens (fig. 49 et p. 72) et confirme la richesse et la variété de ces décors notamment par la représentation de scènes mythologiques peu connues. Ces médaillons qui révèlent une forte influence hellénistique, résultent de diverses sources d'inspirations et sont associés à d'autres décors d'influence indigène - représentation de Sucellus (WA 1952, n° 104) - qui assurent un caractère original à ces décors d'applique.

Notes

26 L'analyse granulométrique d'un échantillon de l'unité 6701 donne une médiane de 80 microns, et un percentile de 235 microns.

27 Leurs médianes sont comprises entre 45 et 105 microns, alors que leurs percentiles varient de 185 à 310 microns. Dans un milieu anthropique. la valeur du percentile (correspondant au 1 % le plus grossier de l'échantillon) est à utiliser avec précaution, car elle peut résulter de pollution, mais la médiane qui décrit l'ensemble du sédiment (valeur à 50 % de l'échantillon) est plus fiable.

28 A l'est de ces structures une démolition dans une dépression nord-sud pourrait être contemporaine.

29 Le pendage du fossé n'était pas perceptible dans la partie fouillée, mais peut-être était-il peu prononcé ?

30 Les U.S. 7500 et 7649. mentionnées dans le texte, sont des couches équivalentes à l'U.S. 7491.

31 Dans le temps imparti à l'inventaire, seul un comptage des fragments par type de production a pu être envisagé. Ce type de comptage ne saurait en rien remplacer un comptage par individu ou par vase. Il sera donc demandé au lecteur de rester vigilant car une production fragile peut augmenter artificiellement son taux de fréquence alors qu'une autre se brisant difficilement peut le sous-estimer.

32 Ces trois groupes de pâtes sont également associés dans le dépotoir de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Bonnet, Laubenheimer 1998 : 255-285).

33 L'ensemble des 92 médaillons du site fait l'objet d'un encadré au sein de cet ouvrage (Marquié 1995-1996).

34 La métallescente de l'US 7491 a fait l'objet d'une étude par A. Desbat. Des fragments des premières productions des ateliers de Trêves ont été identifiés.

35 Nous remercions vivement A. Desbat pour son aide précieuse tout au long de ce travail.

36 Nos remerciements à A. Desbat pour son aide dans ces recherches.

37 Pausanias, livre I

38 La titulature officielle de Lyon (Colonia Copia Felix Munatia Lugdunum) comporte le terme Felix qui apparaît sur ce médaillon mais ne figure pas sur celle de Vienne (colonia Julia Augusta Florentia Viennensium). Ceci pourrait donc indiquer que ce médaillon se réfère à Lyon. Cependant, il faut noter que celui trouvé au Verbe Incarné (Desbat et al. 1983 : 397) comporte l'inscription Vien(na) Flor(entia) Felix. On pourrait donc également imaginer que Vienna Florentia a été remplacé par Colonia sur ce médaillon et désigne bien, par conséquent la ville de Vienne. A moins de considérer qu'il ne s'agisse que d'un terme générique pouvant correspondre à diverses colonies.

39 Qu'il faut rapprocher de C102 (Desbat 1982 : 160-161) et de Marcadé (Marcadé 1961 : 88) pour le style.

Table des illustrations

Crédits Clichés MCGR, Ch. Thioc
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 34 - Localisation des vestiges du milieu du Ie siècle
Légende (Bourse, détail)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 35 - Localisation des vestiges de la deuxième moitié du Ie siècle
Légende (Bourse)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 36 - Localisation des vestiges de la fin du Ie s. au début du IIIe siècle
Légende (Bourse)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 37 - Localisation, plan et coupes du système d'adduction d'eau
Légende (République)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 38 - Coupes stratigraphiques 86 et 96
Légende (République)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-6.png
Fichier image/png, 424k
Titre 39 - Un bâtiment du IVe siècle
Légende (Terreaux, zone IX)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 40 - Evolution chronologique de l'occupation début IIe s. jusqu'au IVe siècle
Légende (Célestins)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre 41 - Le fossé et le chemin des Célestins
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 42 - Mosaïque de pavement (US 7327) retrouvée aux Célestins
Crédits Cl. P. Veysseyre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 43 - Autre décor sur un fragment de mosaïque (US 7367)
Crédits Cl. P. Veysseyre
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 44 - Localisation des vestiges début du IIIe siècle
Légende (Célestins)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 5 : Mobilier céramique provenant du remblai d'assainissement
Légende (Célestins) (US 7491, 7624, 7645, 7649, 7648, 7680, 7666, 7509)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau 6 : Mobilier céramique provenant du remblai d'assainissement
Légende (Célestins) (US 7491)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 45 - Cotte de maille et glaive retrouvé aux Célestins
Légende Cl. Ch. Thioc, MCGR
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 46 - Les vides sanitaires en amphores recyclées
Légende (Célestins)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 7 : Mobilier provenant des vides sanitaires
Légende (Célestins) (US 7645, 7649)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 8 : Céramiques provenant du second exhaussement à l'intérieur de la domus
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 47 - Des caniveaux maçonnés
Légende (Célestins)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 48- Médaillons d'applique rhodaniens
Légende (Célestins)1 - Callipolis et Alcathoos. Restitution à partir de quatre médaillons : Célestins (Desbat 1982, p. 68 et Steiger 1967 p. 43), 2 - Diomède enlevant le palladium, 3 - Le triomphe d'une tutelle, 4 - Scène iliaque (Tyndare. Hélène et les Dioscures), 5 - Aurige vainqueur, 6 - Scène erotique sur le bateau de Vénus, 7 - Erotique à la palme, 8 - Autre érotique à la palme
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Tableau 9 : Classement thématique des médaillons d'applique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 49 - Médaillon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1853/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 593k

© Alpara, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access