Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon, les dessous de la Presqu'île

 | 
Catherine Arlaud

La problématique des sites

Texte intégral

1La fouille des sites des parkings a offert bien évidemment la possibilité de faire le point sur de nombreuses hypothèses, mais aussi de découvrir des pans nouveaux de l'histoire de la Presqu'île.

  • 15 Mandy 1988. sondage Terreaux ; Arlaud 1989, sondage Terreaux ; Godard 1990, sondage République ; Ar (...)

2Chaque opération a été précédée d'une campagne de sondages d'évaluation lesquels ont confirmé le fort potentiel archéologique des quatre sites15.

3Les chantiers des parkings ont opéré de profondes excavations à travers les sédiments de la Presqu'île : de sa construction par le Rhône et la Saône, durant la Protohistoire, jusqu'aux grands travaux d'urbanisme du XIXe s., toutes les périodes ont pu être abordées. L'analyse géomorphologique liée à l'étude archéologique s'est attachée à définir précisément la topographie de ces quatre sites répartis sur les terres basses. Ces résultats confrontés aux différentes hypothèses concernent le confluent et son évolution. En outre, l'analyse des dépôts naturels intercalés dans les différents niveaux d'occupation met en évidence les interactions entre le milieu naturel et les activités humaines.

4Enfin, l'étude des textes permet de mieux comprendre certains vestiges, tout en donnant une autre dimension à leur interprétation.

5Les principaux résultats intéressent l'évolution du milieu naturel, de la topographie et de l'urbanisme de la Presqu'île. Mais ces fouilles ont aussi considérablement enrichi notre connaissance de la civilisation matérielle pour toutes les périodes considérées, révélant en particulier des aspects de l'époque moderne encore inconnus à Lyon.

La place des terreaux

6La place des Terreaux est à mi-distance des deux cours d'eau et au pied du versant méridional du plateau de la Croix Rousse. La partie explorée, qui couvre presque toute la surface de la place, s'étend sur 3250 m2.

7À ce site, sont associées (fig. 4 et 14) de nombreuses interrogations concernant la topographie du secteur amont des terres basses au cours des différentes périodes historiques : lieu de confluence, de canalisation ou d'occupation durant l'Antiquité, et site fortifié durant l'époque médiévale.

14- Limite d'emprise des fouilles, place des Terreaux

14- Limite d'emprise des fouilles, place des Terreaux

Un site de bas de pente

8L'emplacement du parking est localisé en rupture de pente, au contact de deux unités géomorphologiques : la plaine alluviale et le plateau de la Croix-Rousse, dont le versant sud domine le site à une altitude de 252 m. Il accuse une pente de 12 % jusqu'au contact de la plaine, à environ 170 m, et présente une légère convexité dans sa partie supérieure, alors que la partie inférieure est légèrement concave. Ce profil est très accidenté, avec une succession de pentes variables, d'éperons, de vallons et de falaises isolant des terrasses. L'une d'entre elles correspond au site de l'amphithéâtre.

  • 16 Les formations géologiques se succèdent ainsi, des plus anciennes aux plus récentes (notice de la C (...)

9Le fonctionnement de ce versant a pu participer à la sédimentation sur le site lors de crises érosives, entraînant les formations localisées sur le plateau16. Les niveaux superficiels les plus fins (limons et argiles), entraînés lors d'épisodes de ruissellements diffus et limités, se déposent d'abord. Les formations les plus grossières affleurent alors. Lors d'épisodes érosifs à ruissellement torrentiel, sables, cailloux, et fragments granitiques peuvent être arrachés au versant et déplacés jusqu'au pied de la colline. Selon ce modèle, on peut assister à un relais des colluvions de plus en plus grossières, qui transitent et s'accumulent au niveau de la rupture de pente, pour former ainsi une stratification inversée.

10L'étude s'est attachée à retrouver les traces d'une occupation ancienne dans ce qui apparaissait a priori comme un site favorable à l'installation humaine, au pied du versant, à l'abri des flux principaux des cours d'eau.

11Il importait également de vérifier l'hypothèse de l'ouverture d'un chenal par la Saône à la fin de l'Antiquité et au début du haut Moyen Âge avancée par A. Audin (Russo et al, 1964).

Les fortifications

12Ce site apparaît primordial pour la connaissance des fortifications médiévales et modernes. L'historiographie lyonnaise concernant les fortifications est relativement pauvre, tout comme l'a été jusqu'à une date récente l'apport de l'archéologie. Les recherches conduites sur la place des Terreaux sont parmi les premières à mettre au jour des éléments de l'enceinte médiévale de la ville, sur un secteur baptisé fossés de la Lanterne. A la différence des fouilles effectuées précédemment sur le site de l'Opéra (Rapport, Raynaud 1989), il a été possible de dégager une vaste portion du fossé et des murs qui le confinaient, sur un espace qui, de plus, ne fut jamais construit après leur abandon. Un certain nombre de question ont été abordées : l'origine de ce système défensif, son tracé et son architecture, son histoire à la fin du Moyen Âge.

13La nature des processus naturels de sédimentation participant au remplissage du fossé, mais aussi celle des dépôts anthropiques, ont été au centre des problématiques de cette opération. Pour étudier le fonctionnement hydrologique du fossé, une étude paléolimnologique des niveaux de sédimentation naturelle du remplissage s'est attachée à reconstituer les archéoenvironnements aquatiques ou palustres, grâce à l'analyse des restes de Cladocères (micro-crustacés très abondants dans les eaux calmes ou stagnantes).

14Un aspect particulièrement intéressant de l'histoire de ce quartier est l'urbanisation du nouvel espace gagné sur les fortifications, entre bourg et faubourgs. Il existe de multiples interactions entre le développement urbain et la "frontière" des fossés de la Lanterne, qui accueillirent, après leur disparition, le centre de la vie municipale. Il s'agit bien d'un site-clé de l'histoire de Lyon, dont le moindre intérêt n'est pas d'avoir symbolisé le pouvoir municipal depuis le XIIIe s. jusqu'à la période moderne.

Les sources documentaires

15Les archives concernant les fortifications sont abondantes et la majorité des textes émanent du pouvoir municipal. En dépit de quelques interventions royales, ce sont les échevins et la ville qui assurèrent l'essentiel de la construction, de l'entretien et du financement des fortifications médiévales. C'est donc au fil des délibérations et des comptabilités consulaires que se présentent des renseignements relatifs à l'enceinte des Fossés de la Lanterne. L'intérêt stratégique des fortifications, l'histoire de leur construction, étroitement liée à celle de la ville, luttant pour s'affranchir de l'autorité archiépiscopale, le transfert (après leur destruction) du centre de la vie municipale sur leur emplacement, sont autant d'explications à ce foisonnement documentaire.

16La qualité des renseignements historiques fournis par ces études d'archives est inégale. Par leur nature même, les textes ne livrent en effet qu'une vision partielle de l'histoire et de la physionomie de cette enceinte. Ainsi on ignore, sauf confirmation ultérieure ou vérification dans les comptabilités, la réalité des décisions prises en délibération sur les travaux à entreprendre. Autre exemple, lorsque le caractère comptable prime sur tout autre, il est parfois impossible de déterminer la nature ou la localisation des travaux effectués. Enfin il faut noter l'absence de toute documentation figurée et cartographique, les imprécisions lexicographiques, les difficultés de localisation, la disparition de documents etc. En bref, il est difficile de proposer une description évolutive fiable de ces ouvrages fortifiés : il faut se contenter d'images fragmentaires, à la faveur d'années mieux documentées que d'autres.

Les places de la bourse et de la république

17Les problématiques de ces deux sites, en bordure du Rhône (fig. 4 et 15-16), montrent de telles similitudes qu'ils sont présentés ensemble. Le site de la place de la Bourse, 400 m en aval (au sud) des Terreaux est à 150 m de la rive droite du Rhône actuel. La surface fouillée est de 1700 m2. A 450 m plus au sud, le site de la place de la République, localisé à 200 m de la rive droite, a été exploré sur 2000 m2, avec notament des observations rue Childebert au sud-est de la place.

15- Limite d'emprise des fouilles, place de la Bourse et vue du site vers le sud

15- Limite d'emprise des fouilles, place de la Bourse et vue du site vers le sud
  • 17 Le site de la place de la République se trouve : - sur la rive nord du bras proposé par A. Allmer e (...)

18À leurs emplacements, se rapportent plusieurs hypothèses relatives au confluent : le premier se situe en limite du bras supposé des Jacobins ; l'emprise du second recouvre plusieurs tracés de confluence proposés depuis la fin du XIXe17.

19Sur ces deux sites, les fouilles ont révélé l'importance des structures conservées en élévation : elles correspondent à des îlots d'habitat démolis lors de la création de la rue Impériale vers 1850, puis de la rue Childebert et de la rue Président Carnot et enfin de la place de la Bourse. Si de très nombreuses maçonneries appartenant à des parcelles antérieures aux grands travaux du XIXe s. avaient déjà été dégagées sur la Presqu'île, elle n'avaient encore donné lieu à aucune analyse détaillée. En effet, ces maçonneries étaient systématiquement méprisées, car elles étaient considérées comme des vestiges de "caves modernes". Il était donc primordial de mettre l'accent sur l'étude de ces vestiges encore conservés en élévation, et de la compléter par celle des textes, pour apporter des éléments sur la mise en place du parcellaire et du réseau viaire à la fin du Moyen Âge.

16- Limite d'emprise des fouilles, place da la République et vue partielle vers le nord-ouest

16- Limite d'emprise des fouilles, place da la République et vue partielle vers le nord-ouest

Cl. J.-Cl. Chuzeville, LPA

Les principaux fonds d'archives consultés

20L'histoire des maisons lyonnaises repose, pour une large part, sur le dépouillement des tables dressées pour établir l'assiette des diverses taxes levées au nom du Roi ou de la Commune. Les biens immobiliers des Lyonnais y sont estimés, classés par noms de propriétaires ou par rues. Les Nommées de 1388 sont les plus anciens registres conservés ; d'autres leur succédèrent avec plus ou moins de régularité et de précision. A partir du début du XVIIe s., ces documents sont complétés par les tables annuelles des alignements accordés par le consulat. Auparavant ceux-ci étaient consignés dans les comptes-rendus des délibérations consulaires. Ces opérations d'alignement visaient à redresser le tracé des rues souvent étroites, auxquelles des façades implantées sans plan directeur conféraient une irrégularité qui entravait la circulation et l'évacuation des eaux usées. Les reconstructions des maisons y sont donc pratiquement toutes mentionnées, datées, avec l'indication des nouvelles mesures à respecter. Certaines maisons particulières ont par ailleurs fait l'objet d'estimation ou d'expertise, dont les rapports sont conservés dans les fonds de la Sénéchaussée ou dans les registres notariés. Leur existence est aléatoire et la plupart de ces documents ne sont pas antérieurs au XVIIe s., néanmoins leur degré de précision en font des documents précieux pour la description des immeubles de cette période.

21À ces archives d'origine civile, viennent s'ajouter celles des communautés religieuses, régulières ou séculières, qui exerçaient une rente sur la presque totalité du territoire de la ville. Les terriers de cette directe contiennent les reconnaissances successives dues sur chaque propriété ; ces registres sont parfois agrémentés de plans levés, pour la majorité, au cours du XVIIe s.

22Enfin, il arrive que des dossiers concernant une seule propriété aient été constitués et conservés tels quels, véritable compilation d'actes relatifs à l'histoire des immeubles qui la composaient. Une parcelle du chantier de la place de la République possède ainsi un volumineux dossier tiré des archives de l'Hôtel-Dieu, composé d'actes qui vont du XVIIe au XIXe s.

23Signalons enfin qu'au début du XXe s., J. Pointet a établi, îlot par îlot, la liste des mentions relatives aux différentes parcelles de chaque quartier le Lyon. Le travail méthodique et considérable de cet érudit repose essentiellement sur le dépouillement exhaustif des archives fiscales de la ville et des terriers ecclésiastiques. Seul le volume consacré au plateau de la Croix-Rousse a été édité. Les manuscrits de cet auteur, cahiers et plans, sont conservés au Musée de la Ville de Lyon, et une copie est disponible aux Archives Municipales.

La place des célestins

Topographie originelle

  • 18 Le site des Célestins se trouve sur l'île dite "d'Ainay", bordé au nord par le bras de confluence d (...)

24A quelque 300 m au sud-ouest de la place de la République, le site de la place des Célestins est proche de la rive gauche de la Saône actuelle. (fig. 4 et 17). Les recherches, là encore, étaient l'occasion de vérifier plusieurs hypothèses de confluence, puisque l'emprise du chantier est localisée près de leurs tracés et plus particulièrement du bras dit "des Jacobins" (cf. fig. 5)18 :

17- Limite d'emprise des fouilles, place des Célestins et vue du théâtre

17- Limite d'emprise des fouilles, place des Célestins et vue du théâtre

Cl. J.-Cl. Chuzeville, LPA

25L'analyse géomorphologique avait aussi comme but de reconstituer la mise en place de la rive gauche de la Saône et sa chronologie et de déterminer l'influence du Rhône sur la partie ouest de la Presqu'île. En effet, les résultats acquis lors des fouilles des quartiers Saint-Jean et Saint-Georges (op. cit.), en rive droite de la Saône, confirment que des flux du Rhône nord-est/sud-ouest ont atteint la partie occidentale de la plaine, repoussant la Saône au pied de la colline de Fourvière et ce jusqu'à la fin du Ier av. J.-C. Les sondages préliminaires ont également permis d'observer sur la place des Célestins des alluvions mises en place par le fleuve et la Saône (Arlaud et al, 1990).

Une occupation durant l'Antiquité

26Les découvertes fortuites de 1836 (Artaud 1846 : 86), puis les travaux de construction d'un collecteur en 1876, avaient mis au jour dans ce secteur plusieurs mosaïques et des emblemata avaient alors été déposées (Stern 1967 n° 126 à 128) (fig. 9). S'il ne faisait aucun doute pour le narrateur que ces découvertes se rattachaient à une vaste domus antique, ces fouilles n'eurent cependant pour but que le dégagement des mosaïques. D'après H. Stern qui les a étudiées, ces dernières dateraient de l'époque des Sévères (Stern 1967 : 97-100).

27Quatre sondages préliminaires, très proche des découvertes du XIXe s., ont confirmé la présence de vestiges antiques : il s'agit essentiellement de couches de démolition, contenant de nombreux fragments d'enduits peints, ainsi que d'un épandage d'amphores prouvant la nécessité d'assainir le terrain. Le décapage de l'emprise totale du parking, sur une surface de 2000 m2, a révélé une partie du plan de la domus. Mais c'est sans doute sur ce site que l'étude géomorphologique a mis en évidence avec le plus de clarté les relations complexes de l'évolution du milieu naturel et de la colonisation humaine de la Presqu'île, au cours de l'Antiquité.

Des vestiges du haut Moyen Âge

28Dans deux sondages préalables sont apparus des vestiges du Moyen Âge : directement sur la démolition antique, des sols en terre battue et une série de petites fosses bien alignées correspondent vraisemblablement à des trous de poteaux et des murs en pierres liées à la terre. Ces éléments, difficiles à discerner, sont tous intégrés dans une épaisse couche de terre noire, très organique, la célèbre "terre de jardin". L'absence de mobilier ne permettait pas de dater plus précisément ces structures. L'extension des recherches a permis de les rattacher au haut Moyen Âge, ce qui constitue une première dans la Presqu'île.

29Enfin aucun témoin des bâtiments du couvent des Templiers, puis des Célestins, n'a pu être observé, ce que l'analyse des plans anciens a confirmé : il apparaît en effet que l'actuelle place des Célestins occupe l'emplacement des anciens jardins du couvent.

30Plutôt que présenter les résultats acquis sur chaque site sous la forme de quatre monographies, il a paru plus enrichissant de les synthétiser par grande époque. Ainsi apparaît mieux l'apport de chacun, évidemment inégal suivant les périodes, à l'histoire de la Presqu'île, de la Protohistoire jusqu'au XIXe s.

18- La Presqu'île lyonnaise

18- La Presqu'île lyonnaise

Cl. P. Plattier

Notes

15 Mandy 1988. sondage Terreaux ; Arlaud 1989, sondage Terreaux ; Godard 1990, sondage République ; Arlaud 1989, sondage Bourse et Arlaud 1990, sondage Célestins.

16 Les formations géologiques se succèdent ainsi, des plus anciennes aux plus récentes (notice de la Carte géologique 1979, David et Mandier 1984) :

  • le socle granitique représenté principalement par le granite porphyroïde à gros grains dit "de Limonest" ; les faciès à deux micas n'y sont pas rares ;

  • la molasse du Miocène inférieur marin à sables calcaires et micacés en léger affleurement à la base de la colline ;

  • les formations aigilo-sableuses du Miocène supérieur continental.

L'ensemble des formations du Quaternaire appartient à la glaciation de Riss (Mandier, op. cit.) et se compose successivement :

  • de sédiments glacio-lacustres à faciès argileux issus de la formation d'un lac lorsque le glacier du Rhône est venu se bloquer contre le versant ;

  • de moraines de fond dominantes, hétérométriques composées d'un mélange de blocs et galets dans une matrice limoneuse ;

  • de quelques moraines d'ablation à faciès caillouteux qui sont conservées sur le haut du plateau ;

  • et d'une couverture lœssique.

17 Le site de la place de la République se trouve : - sur la rive nord du bras proposé par A. Allmer et P. Dissard, non confirmé (1887-88) ; - à l'ouest de la rive droite du bras confluant à Bellecour, tracé proposé par A. Steyert (1895) et confirmé par les fouilles de la station de métro de cette place (Vérot et al, 1989). La rive droite de ce bras peut recouper la limite sud-est de l'emprise de fouilles ; - sur le tracé proposé par M. Audin (1919) ; - sur la rive sud d'un des trois tracés supposés de C. Germain de Montauzan (1924) ; - au sud du bras supposé des Jacobins de A. Audin, très critiqué (1964).

18 Le site des Célestins se trouve sur l'île dite "d'Ainay", bordé au nord par le bras de confluence d'Allmer et Dissard (1887-1888) et à l'ouest par la berge du bras principal de la Saône. Le tracé proposé par M. Audin place ce site sur la rive sud-est de cette confluence (Audin, 1919). Les trois bras de confluence proposés par C. Germain de Montauzan localisent le site d'étude à l'angle nord-est du bras le plus méridional (Germain de Montauzan, 1924). Enfin, le site occupe la partie sud-ouest c'est-à-dire la rive gauche du bras celtique des Jacobins de A. Audin (Russo et al, 1961 et 1964), tracé à peu près semblable à celui de Kleinclausz (1925) ou encore à l'hypothèse de Turcan, mais d'une chronologie plus tardive.

Table des illustrations

Titre 14- Limite d'emprise des fouilles, place des Terreaux
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1850/img-1.png
Fichier image/png, 493k
Titre 15- Limite d'emprise des fouilles, place de la Bourse et vue du site vers le sud
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1850/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 16- Limite d'emprise des fouilles, place da la République et vue partielle vers le nord-ouest
Crédits Cl. J.-Cl. Chuzeville, LPA
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1850/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 17- Limite d'emprise des fouilles, place des Célestins et vue du théâtre
Légende Cl. J.-Cl. Chuzeville, LPA
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1850/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 18- La Presqu'île lyonnaise
Crédits Cl. P. Plattier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1850/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k

© Alpara, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access