Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lyon, les dessous de la Presqu'île

 | 
Catherine Arlaud

Introduction

Texte intégral

La compréhension de l'évolution de la ville passe d'abord par celle de l'hydrologie et de son évolution.
Brian Ayers

2- Carte des formations quaternaires (région lyonnaise)

2- Carte des formations quaternaires (région lyonnaise)

D'après Mandier 1988.

Réalisation O. Franc

1La morphologie de la région lyonnaise est hétérogène, car elle comprend quatre ensembles géologiques au coeur desquels s'inscrit la confluence Rhône-Saône (fig. 1,2).

  • à l'ouest, le rebord du Massif Central est représenté par le plateau lyonnais : les terrains cristallins et cristallophylliens sont à une altitude voisine de 300 m. Ce replat d'érosion est entamé par des rivières guidées par des directions structurales. Sur la bordure de ce massif ancien, des buttes témoins comme le Mont d'Or ou des plateaux effondrés comme le BasBeaujolais, sont les restes des terrains sédimentaires qui recouvraient le Massif Central à l'ère secondaire ;

  • au nord-est, le plateau de la Dombe est formé de terrains tertiaires horizontaux, recouverts uniformément d'un manteau morainique. Haut de 300 m, il domine par une côtière les cours d'eau actuels, l'Ain, la Saône et le Rhône ;

  • au sud-est, le Bas-Dauphiné est un vaste ensemble de collines tertiaires recouvertes par les formations glaciaires et fluvio-glaciaires du Quaternaire.

Le cadre géographique

2La ville de Lyon s'inscrit dans ce carrefour géographique où la Saône est venue confluer tardivement avec le Rhône, au début de l'Holocène. La Saône, rivière de plaine au régime océanique, se caractérise par une hydrologie contrastée, avec de hautes eaux d'hiver et des étiages d'été. Sa pente moyenne, son lit fixe et peu large ont été très tôt des paramètres favorables à son franchissement, puis à la navigation. A l'entrée de la ville, elle présente une vallée dans l'ensemble encaissée, marquée par le défilé de l'Homme de la Roche entre les deux plateaux (Fourvière et Croix-Rousse), lieu possible de traversée. Le Rhône, au contraire, torrent montagnard, présente un vaste lit, large de plus de 10 km, et de hautes eaux printanières. Sa pente est dix fois supérieure à celle de la Saône et si leurs débits actuels sont sensiblement les mêmes, la vitesse des crues du Rhône est si forte qu'elle rend ses inondations souvent dangereuses. A Lyon, ce fleuve alpin restera longtemps un obstacle, une frontière et sera franchi par un ouvrage uniquement au XIIe s. (actuel pont de la Guillotière).

  • 1 Le terme de "colline" est constamment employé dans l'agglomération lyonnaise pour désigner les quar (...)

3Ces deux cours d'eau isolent actuellement une bande de terre longue de 4,25 km et large en moyenne de 700 m. Appelée Presqu'île, cette plaine alluviale, dont l'altitude est comprise entre 171 m en amont et 167 m en aval, est dominée au nord par la colline1 de la Croix-Rousse qui culmine à 252 m, témoin méridional du plateau des Dombes (fig. 3). La colline de Fourvière domine en rive droite de la Saône à 300 m d'altitude (terminaison orientale du plateau lyonnais). En rive gauche du Rhône, s'étend la large plaine alluviale, jusqu'aux terrasses fluvioglaciaires de l'Est lyonnais. Le site de confluence sera définitivement fixé au XVIIIe s. lors des grands aménagements dirigés par Perrache (1776). Les quatre sites présentés ici sont localisés sur cette Presqu'île (fig. 4) (voir annexe : Plan de la ville de Lyon avec les quatre fouilles archéologiques) soit d'amont en aval : le site de la place des Terreaux, celui de la place de la Bourse, puis de la place de la République et enfin le site de la place des Célestins proche de la rive gauche de la Saône actuelle.

3- Plan topographique de la ville de Lyon avec les chantiers archéologiques

3- Plan topographique de la ville de Lyon avec les chantiers archéologiques

L'historiographie de la presqu'île

4Depuis environ 1840, il existe une forte tradition locale de recherche sur la question des cours d'eau dans l'agglomération lyonnaise, la ville dite aussi « aux deux collines ». S'il est vrai que la présence du Rhône et de la Saône, comme celle des reliefs dominants, marquent très fortement le paysage urbain, des aménagements réalisés au XIXe s. ont contribué à entretenir un intérêt soutenu pour l'histoire de ces éléments naturels. Les travaux de l'ingénieur Perrache, qui ont repoussé le confluent plus au sud, les constructions ou reconstructions de ponts, l'aménagement des quais, les endiguements... témoignent du rôle directeur des cours d'eau dans l'urbanisation de la ville.

5Très tôt les archéologues ont pensé que le confluent avait eu un impact fort sur l'implantation humaine. Leur démarche a malheureusement été ralentie par un fort déterminisme géographique : le choix de ce site considéré comme idyllique pour une occupation n'était pas remis en question, "l'acropole de Fourvière" décrite par Strabon ou encore le "berceau de ville" défini par Vidal de la Blache, géographe moderne, en sont des illustrations. Les différents chercheurs n'ont pas moins systématiquement pris en compte le problème de la topographie, notamment du site de confluence.

Les hypothèses sur la topographie antique jusqu'à 1982

6Tous les auteurs s'accordent pour reconnaître une confluence principale, en aval du quartier d'Ainay (au nord de l'actuelle place Carnot). Mais sur cette Presqu'île ainsi définie, de nombreux tracés de confluence secondaire, en amont, sont supposés selon les auteurs.

  • 2 Les fouilles du quai Saint-Antoine (Rapport Laroche et al. 1980) ne l'ont pas confirmé.

7En 1846, F. Artaud pose les premières hypothèses et propose un site de confluence au pied de la colline de la CroixRousse, bras qui aurait été ensuite recreusé par l'homme à l'époque antique afin de créer un canal de communication entre les deux cours d'eau (Artaud 1846 : 194). Par ailleurs, cet auteur interprète la découverte d'éléments de construction, rue Mercière, localisée à proximité de la rive gauche de la Saône, comme étant les témoins d'un quai antique qui limiterait l'extension de la rivière en rive gauche vers la Presqu'île. La plupart des hypothèses (fig. 5) qui vont suivre au sujet de la configuration des terres basses de la ville, appelée Presqu'île, s'appuient sur l'existence de ce quai, qui n'a jamais été confirmée depuis2 De plus, il identifie un mur antique en travers de la Saône entre le pont Bonaparte et l'ancien pont Volant.

5- Les différentes hypothèses de confluence à Lyon

5- Les différentes hypothèses de confluence à Lyon

D'après Desbat 1982

8En 1881, B. Vermorel critique le passage d'un bras du Rhône au pied de la colline de la Croix-Rousse. La présence de l'enrochement granitique en forme de promontoire situé au niveau de la place Tolozan, aurait obligé le Rhône à faire un coude en direction de l'ouest. De même, il n'imagine pas un canal entre les deux cours d'eau ; long d'environ 650 m, il aurait présenté un dénivelé de 1,90 m, créant un courant, compte tenu de la différence du niveau d'étiage entre le Rhône et la Saône.

9A. Allmer et P. Dissard (1887-1888) reprennent l'hypothèse d'un canal au pied de la colline de la Croix-Rousse entre les deux cours d'eau. Au sud du quai supposé par Artaud, ils situent un bras de la Saône qui aurait conflué avec le Rhône au sud-est, confluence qui isolerait l'île dite d'Ainay jusqu'à la confluence principale en aval (fig. 5A).

10A. Steyert (1895) exclut l'existence d'un canal entre Rhône et Saône en amont, à l'époque antique. Il confirme, en revanche, au pied du plateau de la Croix-Rousse, la présence d'habitations ; plusieurs dormi ont été signalées dans ce secteur (rues Sainte-Catherine, Hippolyte Flandrin, de la Paix, d'Algérie, Constantine, à l'angle des rues Commerce-Pouteau. à l'emplacement de l'ancien couvent des sœurs Saint-Charles et sur le rocher de la place Rouville (Steyert 1895 : 275-276). Il étaye l'hypothèse d'un bras du Rhône venant confluer avec la Saône au niveau de la place Bellecour (fig. 5B). Au sud de ce tracé de confluence, l'auteur définit une île "dont le sol domine de 1,50 m celui de la Presqu'île" appelée île d'Ainay. Le sol antique de cette île était de 3 à 4 m au-dessous du sol moderne mais à l'abri des inondations, puisque le Rhône pour cette époque était " de 5 mètres inférieur à son niveau actuel...". Il affirme que "c'est à partir du VIe s. que, le lit du Rhône s'étant progressivement ensablé, les eaux ont commencé à ravager la ville basse de leurs invasions périodiques." (op. cit. : 278 et 282).

11M. Audin propose un bras du Rhône qui traverse la Presqu'île en direction de la Saône, selon un axe quasiment perpendiculaire (1919) (fig. 5C).

12C. Germain de Montauzan détermine la présence d'un canal dans la partie amont, puis trois sites de confluence, dont un commandé par la Saône (fig. 5D). Ces tracés isolent donc trois îles sur ces terres basses (1924).

13Les travaux de A. Kleinclausz (1925, rééd. 1980), concluent à un bras du Rhône qui conflue avec la Saône à l'époque antique, selon un tracé semblable à celui que proposera A. Audin. Pour l'auteur, ce bras n'aurait été comblé qu'au XIe s. Par ailleurs, l'auteur imagine la partie septentrionale de la Presqu'île durant l'Antiquité comme "un terrain boueux, coupé de fossés, et habité par quelques pêcheurs" (Kleinclausz 1980 : 193)

14Au milieu du XXe s., A. Audin (fig. 5E et 6) s'associe avec un géographe P. Russo afin d'étudier le milieu naturel dans lequel l'homme a évolué au cours des siècles. Dès 1961, ces auteurs dressent un panorama de l'évolution du site de Lyon argumenté par de nombreuses observations in situ (Russo et al. 1961 et 1964). Ils mettent en évidence un grand bras du Rhône celtique traversant la Presqu'île du nord-est au sud-ouest. Ce bras, dit des Jacobins, délimite au sud l'île "d'Ainay". Sa rive droite viendrait rejoindre la Saône "à l'extrémité sud du quaidigue d'Artaud..." (Russso et al. 1964 : 54). En accord avec A. Steyert, ils confirment l'existence d'habitats dans l'Antiquité au pied de la colline de la Croix-Rousse. En revanche, les auteurs avancent l'hypothèse d'une confluence sur ce site amont, par déversement de la Saône lors d'une "évolution du régime des fleuves dont le point de départ pourrait être l'inondation de 580..." décrite par Grégoire de Tours. Cette modification des écoulements fluviatiles expliquerait le comblement du bras des Jacobins, "entre 580 et 892, et sans doute aussi loin du début que de la fin de cette période de quatre siècles, le bras des Jacobins s'ensabla..." ce qui aurait provoqué l'ouverture du chenal des Terreaux. Ce dernier se serait à tel point développé dans les siècles ultérieurs, qu'une île Saint-Pierre se serait formée. Pour A. Audin, "l'orientation même de ce chenal franchement est-ouest incite à en attribuer l'ouverture à la Saône dont il prolonge le cours au sortir du canyon de Pierre-Scize, plutôt qu'au Rhône dont aucun bras ne pouvait atteindre les Terreaux selon semblable itinéraire" (op. cit. : 57-58). Par ailleurs, les auteurs mettent en évidence l'existence d'un bras de Saône antique en rive droite, dit "bras Marsaux", plaqué contre la colline de Fourvière et comblé par les Romains (op. cit. : 52 à 53).

15En 1980, R. Turcan reprend et critique ces tracés hypothétiques : il approuve globalement le tracé de A. Audin, mais en revanche, suppose un bras du Rhône plus étroit avec une chronologie plus tardive, mais non argumentée, au cours du IIe s. (fig. 5F). Il n'exclut pas que sous le règne d'Auguste, le site de confluence ait été plus au nord (Turcan 1980 : 66 et 69-70).

16En 1982, A. Desbat présente des figures de synthèse de ces multiples tracés de confluence et permet au lecteur de visualiser ces différentes hypothèses. Il démontre les limites de toutes ces propositions trop souvent étayées par de minces observations. La présence d'alluvions ne suffit pas à argumenter l'hypothèse d'un bras ; toute la Presqu'île est constituée par un cailloutis recouvert d'alluvions fines appartenant au Rhône et seule l'altitude du cailloutis peut confirmer l'axe d'un chenal. La découverte de vestiges antiques "dans l'îlot Mercière - Saint-Antoine à l'emplacement même du confluent supposé..." lui permet de remettre en cause le tracé du "bras des Jacobins". L'auteur finit par conclure sur deux propositions, soit "la configuration de la Presqu'île romaine était somme toute assez proche de celle de la Renaissance", à savoir une seule confluence vers le quartier de Perrache, soit le site de confluence était plus au nord (Desbat 1982 : 33).

6- L'hypothèse d'A. Audin sur l'évolution de la confluence et l'emprise des quatre sites

6- L'hypothèse d'A. Audin sur l'évolution de la confluence et l'emprise des quatre sites

Après 1982, une approche plus scientifique de la topographie

17Le bilan dressé en 1982 par A. Desbat a montré aux archéologues la faiblesse des données de terrain face aux différentes hypothèses émises sur les tracés de confluence. L'essor de l'archéologie de sauvetage, notamment les fouilles liées à la construction du métro, ont permis une réflexion croisée des équipes archéologiques, avec les géomorphologues. Ponctuellement dès 1982, puis systématiquement depuis 1985, une étude géomorphologique est intégrée à l'analyse des gisements archéologiques afin de comprendre sur quel site l'homme s'est installé, de quelle manière il a appréhendé ce lieu et comment il a vécu avec les contraintes de ce milieu alluvial.

18Ces études géomorphologiques ont été l'occasion de reconstituer progressivement la topographie de la plaine alluviale avant l'occupation humaine et de localiser les berges anciennes du Rhône et de la Saône.

19Ce type d'analyse permet d'observer le terrain qualifié de "naturel" par les archéologues, afin de déterminer la nature des unités géomorphologiques sur lesquelles s'est développée l'occupation humaine : bancs caillouteux, dépôts fins alluviaux, remblai caillouteux et éventuellement dépôts colluviaux de bas de pente. Pour isoler les processus de sédimentation, l'étude géomorphologique s'appuie principalement sur l'observation des formes de terrain, de la structure des dépôts grâce au relevé détaillé de stratigraphies (l/20 e) et l'analyse d'échantillons prélevés dans les unités sédimentaires caractéristiques (analyses granulométrique et morphoscopique).

Méthodologie

Les données granulométriques sont traitées selon la méthode de l'image CM. Cette méthode d'interprétation morphodynamique permet d'identifier le mode de transport et le type de dépôt associé afin de différencier des unités géomorphologiques : chenal, berge, levée, plaine d'inondation... (Bravard et al. 1986 : 43-55 et Macé et al. 1991). Les résultats des analyses granulométriques et le traitement par image CM sont consultables dans les rapports déposés au service de l'archéologie en Rhône-Alpes (Rapport, Arlaud 1989).

Les études paléoenvironnementales qui peuvent être associées à ces observations, telles que l'anthracologie, la palynologie ou la carpologie n'ont pas été développées sur ces sites de plaine alluviale.

Pour l'étude granulométrique, les sédiments grossiers sont tamisés alors que les sédiments fins inférieurs à 400 micromètres sont traités au Compteur Coulter TA II, après destruction sur plaque chauffante des carbonates à l'acide chlorhydrique et de la matière organique à l'eau oxygénée.

L'origine des sédiments est appréhendée à partir d'une étude morphoscopique à la loupe binoculaire (X 16 et X 40) grâce à laquelle sont identifiés les minéraux composant le dépôt :

- les dépôts issus du Rhône, qui draine le massif alpin, sont riches en minéraux noirs et en biotites (micas noirs) et contiennent peu de feldspaths. Les quartz sont souvent laiteux ;

- les alluvions de la Saône, originaire du Massif Central, sont principalement composées de grains polyminéraux arrondis, de nombreux quartz et de feldspaths. Elles contiennent peu de biotite, mais les micas blancs (muscovite) sont abondants. Les minéraux noirs sont quasiment absents ;

- les sédiments issus de la colline de la Croix-Rousse comprennent une majorité de grains polyminéraux, souvent anguleux, issus du socle granitique, dont la présence s'explique par la brièveté du transport assuré par les courants de ruissellement sur pente, de la colline vers la plaine : cette distance trop courte ne permet pas une désagrégation complète des grains (orthose, quartz à biotite, muscovite, feldspaths). Les quartz non usés sont souvent mats.

Cette étude morphoscopique d'ordre qualitatif serait à améliorer par une analyse quantitative, c'est-à-dire le comptage des grains et l'établissement de pourcentages, afin de confirmer les interprétations préliminaires.

20Ce terrain dit "naturel" est souvent le support du bâti et peut, par analyse fine, révéler des niveaux de fréquentation datables (présence de charbon de bois, d'os, de céramiques). La variabilité de son épaisseur peut aussi révéler des processus complexes d'érosion difficiles à évaluer (Macaire 1990  :41-50).

21Ces travaux analytiques mettent au jour, au fur et à mesure des investigations, les éléments permettant d'identifier les contraintes naturelles dues aux fluctuations des cours d'eau dans la plaine lyonnaise. Dans un premier temps, l'étude concerne l'époque antérieure à l'installation humaine, puis dans un deuxième temps, tente de comprendre comment l'homme a conquis cette zone instable, plaine d'inondation notamment au cours de l'Antiquité, mais aussi aux périodes plus récentes (Moyen Âge et époque moderne).

Un bilan de la recherche de 1982 à1990

  • 3 Etude réalisée au Centre d'Etude en Géographie et Aménagement. URA 260 CNRS, sous la direction de J (...)

22Les quelques fouilles réalisées dans la plaine alluviale durant les années 80 fournissent ainsi de nouveaux repères topographiques, d'autant qu'elles ont intégré une étude géomorphologique3 des niveaux sédimentaires non anthropisés : observations in situ de plusieurs sites archéologiques et étude des sondages géologiques profonds (fig. 4 et 7). Au début des fouilles des parkings, cette analyse interdisciplinaire a débouché sur une remise en question partielle des hypothèses sur les sites de confluence et a tenté de définir la genèse de la plaine alluviale à Lyon, ainsi que l'évolution de sa topographie au cours des périodes historiques (Macé et al. 1991).

7- Localisation des principaux sites fouillés entre 1983 et 1998 dans le centre de Lyon

7- Localisation des principaux sites fouillés entre 1983 et 1998 dans le centre de Lyon

La genèse de la plaine alluviale

23En résumé, lors d'une période postglaciaire encore indéterminée, la Saône et ses alluvions ont progressé sur l'espace occupé aujourd'hui par la Presqu'île, en profitant d'un Rhône au talweg déprimé. Les alluvions du fond de la Saône sont épaisses de 3 à 10 m et leur toit ne dépasse pas 155 m d'altitude. A l'âge du Fer, les facteurs climatiques (dégradation probable) et anthropiques (défrichements, notamment dans le Massif Alpin) ont permis au Rhône de retrouver une forte compétence et de transporter une charge alluviale grossière. Le fleuve a alors construit à l'emplacement de la Presqu'île un vaste épandage caillouto-sableux, épais de 8 à 10 m, dont le sommet se tient aux environs de 164 m. La topographie de ce cailloutis est modelée par de nombreux chenaux, larges et peu profonds, mis en place par un écoulement en tresses. La présence, place Antonin Poncet, d'un peuplier subfossile dans cette masse caillouteuse permet de dater au plus tôt cet épisode, de 765-400 av. J.-C. (2410±55 B.P., Arc 137, Becker et al. 1989). Ce cailloutis est ensuite recouvert par un ensemble sablo-limoneux, épais de quelques décimètres, qui se met en place dès la Tène : un squelette humain retrouvé fossilisé dans ces alluvions sableuses sur le site de Palais-Grillet a été daté par radiocarbone de 2015±150 B.P. (Ly 5659, Ayala et al. 1992). Le passage du cailloutis aux alluvions sableuses démontre que la dynamique du Rhône s'est modifiée entre le 1er âge du Fer et l'Antiquité : soit son tracé s'est déplacé vers l'est, soit le fleuve a incisé son lit en raison d'une modification des débits solides et liquides et a évolué vers un écoulement à chenal unique.

24L'occupation humaine débute à la fin du 1er s. av. J.-C. sur ces alluvions fines mais les phases de sédimentation grossière, repérées notamment sur le site de la rue Palais-Grillet à cette époque, démontrent que le Rhône reste proche et actif (op. cit.). Ainsi, au cours de l'Antiquité, la forme de la Presqu'île a probablement évolué. D'une part, les berges et les bancs caillouteux proches des fleuves ont pu être rajeunis sous l'effet de crues violentes. D'autre part, des chenaux de tracé indéterminé ont pu découper la Presqu'île comme le suggèrent les découvertes anciennes.

Les sites de confluence

Un bras (antique ou médiéval) ou un canal au pied du plateau de la Croix-Rousse ?

25Les données récentes obtenues sur le nord de la Presqu'île (fig. 7) (Tab. 1) sont fournies par les fouilles du parking Louis Pradel (Rapport, Helly 1979), de l'annexe de la Mairie (Rapport, Mandy 1981), de la ZAC Saint-Vincent (Rapport, Lascoux et al. 1994), de la place Tolozan (Rapport, Becker 1989) et de l'Opéra (Rapport, Raynaud 1990) ; ces trois derniers sites ont l'avantage d'avoir fait l'objet d'une étude géomorphologique :

  • le premier site, localisé à l'emplacement de l'ancienne rue Puits Gaillot, soit à près de 200 m à l'est du site des Terreaux, révèle des niveaux d'occupation datés du début de notre ère au milieu du IIIe s. La présence d'habitations localisées entre 164,50 et 165,50 m NGF en moyenne est confirmée (pièces et bassins). Un égout (164,37 m) et un caniveau (166,18 m) donneraient l'axe d'une voie parallèle au Rhône. A 163,37 m, une couche de galets à matrice argileuse grise pourrait être le témoin du plancher alluvial rhodanien. En tout état de cause, ces résultats repoussent plus au sud les tracés supposés de canal ou chenal (antique ou médiéval) proposés par les différents auteurs ;

  • la fouille, effectuée sous l'annexe de l'Hôtel de Ville à 100 m de la place des Terreaux, a permis de repérer le terrain naturel de la colline de la Croix-Rousse à 167 m ; il est décrit comme étant composé essentiellement de loess. Les niveaux d'occupation antique qui se résument à des murs et un sol ne se développeraient qu'à partir du milieu du 1er s. ap. J.-C. ; ils pourraient correspondre à un aménagement de la pente en terrasses près d'une voie localisée à peu près sous la rue Désirée, d'axe est-ouest ;

  • la ZAC Saint-Vincent, en rive gauche de la Saône, est localisée à près de 400 m au nord-ouest de la place des Terreaux. L'étude géomorphologique a permis d'y observer le substrat caillouteux (lit vif de la Saône) entre 161,40 et 162,20 m d'altitude. Les alluvions postérieures révèlent un site caractéristique de plaine d'inondation en cours d'exhaussement jusqu'à l'altitude de 164,50-165,0 m ; la présence de dépôts grossiers permet de supposer la remise en eau d'un chenal proche du site mais, par la suite, seuls quelques balayages de crue l'atteignent. Ces alluvions sont fossilisées par des colluvions au pendage nord-sud jusqu'à 165,50-165,20 m d'altitude ; elles mêlent des sables et des matériaux cristallins du versant de la Croix-Rousse. Les premières traces d'occupation sont contemporaines ou postérieures à cette phase de colluvionnement et sont représentées notamment par un four daté du Hallstatt (Moyen à Final, voire La Tène) Sur ces niveaux, se développe une occupation artisanale datée de 40-20 av. J.-C. ; l'urbanisation va se poursuivre jusqu'aux IVe-Ve s ;

  • sous la place Tolozan, en rive droite du Rhône et à 250 m au nord-est des Terreaux, a été mis au jour un site de berge du Rhône antérieur à l'époque antique : le cailloutis à l'ouest, à 163,40 m d'altitude, présente une sédimentation de type plaine d'inondation ; à l'est le lit vif du Rhône est à 161,50 m. Un enrochement est aménagé probablement avant la fin du règne de Tibère et sert d'abri à des bateaux. Il est érodé, puis renforcé et protégé par des pieux dans la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C. A noter, pour l'époque moderne, la présence d'une digue maçonnée, orientée nord-sud, qui repose sur une série de pieux datés par dendrochronologie de 1624 ;

  • sur le site de l'Opéra, à 200 m à l'est de la place des Terreaux, les observations sédimentaires révèlent un plancher caillouteux du Rhône à 162,40 m au sud du site. Ce secteur a ensuite fonctionné comme une plaine d'inondation et porte des traces d'occupation antique qui se résument à un puits, des remblais et des fragments de structures maçonnées. Le puits est creusé dans le plancher alluvial rhodanien, sous le tracé du fossé médiéval, dans la partie sud du site ; il est constitué d'une structure en bois datée par dendrochronologie de 80 ap. J.-C. ; cette structure est arasée à 162,40 m. L'intérieur du puits est scellé par un dépôt d'inondation du Rhône à 162,10 m d'altitude. Le site, exhaussé par 50 cm de remblais, est occupé durant l'Antiquité, comme en témoignent des sols et deux structures maçonnées entre 163,10 et 163,40 m en moyenne. Par ailleurs, avant ou pendant le creusement du fossé médiéval, le Rhône a déposé successivement des alluvions fines, témoins d'une inondation, et des alluvions grossières (graviers à matrice sableuse). Ce dernier niveau, repéré à 162,70 m, pourrait être interprété comme une phase d'exhaussement du fleuve ; cette dynamique accrue du Rhône dans ce secteur est peut-être à rattacher à la crise climatique du petit âge Glaciaire qui débute au XIVe s. De plus, l'étude géomorphologique du remplissage du fossé a pu isoler des phases d'inondation du Rhône (les dépôts sont issus principalement de processus de décantation et de courants lents de débordements) ainsi que des phases de colluvionnement provenant du versant sud de la colline de la Croix-Rousse.

Tableau 1 : les fouilles archéologiques effectuées sur la Presqu'île lyonnaise entre 1983 et 1990

Tableau 1 : les fouilles archéologiques effectuées sur la Presqu'île lyonnaise entre 1983 et 1990

26Nous noterons enfin que la synthèse des découvertes anciennes et récentes, réalisées sur le versant méridional de la Croix-Rousse (Tranoy et Ayala 1994), démontre que les premières trames urbaines apparaissent autour de 10 av. J.-C. ; parallèlement le Sanctuaire Fédéral des Trois Gaules est inauguré en 12 av. J.-C. et l'Amphithéâtre est achevé en 19 ap. J.-C. Les niveaux d'occupation se développent ensuite selon une trame plus serrée sur les pentes et au pied de la colline jusqu'aux IIIe-IVe s. ap. J.-C. Cette urbanisation (édifices monumentaux, voie, habitats), se traduit par des talutages, l'édification de murs de soutènement, de terrasses, aménagements qui sont autant de facteurs de déstabilisation de la couverture pédologique et sédimentaire, en équilibre fragile sur cette pente. La mise en place de processus érosifs peut alors fournir des sédiments jusqu'à la plaine en contrebas.

27L'ensemble de ces données ne confirme pas un site de confluence au pied du plateau de la Croix-Rousse, ainsi une occupation sur les quatre sites est envisageable durant l'époque antique. La configuration de la plaine serait proche de l'actuelle, même si elle semble moins large avec une rive droite du Rhône à la hauteur de l'actuelle place Tolozan. Les données sont absentes ou trop succinctes pour définir ce secteur aux époques ultérieures. On notera tout de même le retour d'un Rhône plus actif sur la marge orientale de la plaine vers les XIVe-XVe s. (fouilles de l'Opéra).

Le bras du Rhône dit des Jacobins ?

28Développé par A. Audin, ce tracé traverserait la Presqu'île d'est en ouest et confluerait avec la Saône au niveau de la place des Jacobins (Audin 1947, Russo et al. 1961), ou selon R. Turcan (1980), au sud de la digue de la rue Mercière, soit entre le quai Saint-Antoine et les Cordeliers, là où la Presqu'île est aujourd'hui la plus étroite. Ce dernier tracé proposé pour l'époque antonine est légèrement plus au nord que celui proposé par A. Audin pour l'époque celtique (op. cit.). Quelques découvertes ponctuelles ont favorisé ces suppositions, notamment la mise au jour en 1951, sous l'immeuble n° 19 de la rue de la République, entre la rue Gentil et la place de la Bourse, d'un lot important d'amphores "disposées très régulièrement la pointe en haut" (Audin 1964 : 131). Cette découverte fut interprétée comme un vide sanitaire nécessité par le caractère humide des sols. A la fin des années soixante-dix, des travaux effectués par la SEMALY sur un égout, rue de la République, vers la place de la Bourse, ont permis de dégager des amphores installées dans la vase et le sable, dont une le col en bas (Turcan 1980 : note 11). Néanmoins les résultats des fouilles du quartier Mercière/quai Saint-Antoine (Rapport, Laroche et al. 1980) puis de la rue de la Monnaie (Rapport, Jacquin 1984) sur la rive gauche de la Saône ont démontré l'existence d'un habitat à l'époque antique sur ce secteur prétendu ennoyé par la confluence.

  • La fouille de l'îlot 24, rue de la Monnaie apporte des éléments nouveaux à la discussion. L'étude géomorphologique du site démontre que les structures antiques sont installées sur un site de berge caillouteuse de la Saône, exhaussée par limonage de crue jusqu'à 163,0 m. Il n'est cependant pas possible d'affirmer que le Rhône n'a pas eu d'influence directe sur le site, soit par une lône en voie de colmatage, soit par débordement à l'occasion de fortes crues ; mais, en tout état de cause rien ne prouve le maintien d'un chenal du Rhône confluant à l'amont du site et coupant la Presqu'île. Au début du Ier s. ap. J.-C., l'installation d'un mur-digue introduit une rupture. D'une part à l'est, en position d'abri, un habitat daté de 40-60 ap. J.-C. peut se développer et aucune trace d'alluvionnement n'a été observée. D'autre part, le secteur compris entre la digue et la Saône est surélevé par un remblai caillouto-sableux, alors que la présence de limons de débordement témoigne de la persistance des crues de la rivière au voisinage de la digue (Rapport, Bravard 1984).

    • 4 Datation fournie par la présence d'un squelette fossilisé dans les alluvions sablo-limoneuses.

    De même, la fouille archéologique du site de la rue PalaisGrillet (Ayala et al. 1992), à proximité de la rive gauche du bras supposé des Jacobins, fournit une autre image topographique de la Presqu'île à l'époque gallo-romaine. Site localisé dans le lit majeur du Rhône au premier âge du Fer, il évolue en plaine d'inondation dès La Tène4. Les premières fréquentations humaines qui débutent sous le règne d'Auguste sont suivies de crues importantes du Rhône issues du sud-est mais sans aucune trace d'un chenal large et profond. Ces données orientent vers une description de ce secteur de Presqu'île comme un espace instable. Durant la période des hautes eaux, celui-ci est parcouru par des chenaux de tressage, peu profonds et divaguants, dont seuls les bancs caillouteux émergés et exhaussés d'un remblai sont occupés dès le milieu du Ier s. ap. J.-C.

29Par ailleurs, ces deux sites, rue de la Monnaie et rue PalaisGrillet, n'apportent aucun argument favorable au bras de Saône hypothétique de A. Allmer et P. Dissard (1887-1888), ainsi qu'au deuxième bras du Rhône de C. Germain de Montauzan (1924).

Un bras du Rhône sous la place Bellecour, selon A. Steyert

30L'auteur suppose l'existence d'un bras du Rhône traversant Bellecour d'est en ouest pour aller confluer avec la Saône. Si ce site de confluence n'est pas démontré à l'heure actuelle, la fouille réalisée au sud-ouest de la place Bellecour confirme l'existence d'un bras du Rhône à cet emplacement à l'époque antique. Son talweg cote entre 160 et 162 m et son axe est nord-est/sud-ouest. Si l'analyse a permis d'observer l'exhaussement d'un banc caillouteux à l'est, sous la place A. Poncet, et le remblaiement du chenal en 6 séquences successives, aucune influence de la Saône n'a pu être déterminée. Il est intéressant de noter que la levée du chenal, renforcée par un aménagement d'amphores flaviennes, est réactivée par des flux actifs du Rhône à la fin du 1er s. ap. J.-C. (Vérot et al. 1989).

Le tracé de la Saône

31L'hypothèse de l'existence d'un bras de Saône à Tramassac, dit bras Marsaux (Audin 1947-1956 et Russo et al. 1964) en rive droite du tracé actuel de la rivière a été confirmée (Arlaud et al. 1994). Les observations réalisées entre Saint-Jean et Saint-Georges, sont d'un grand intérêt pour la localisation des rives de la Saône à l'époque antique (av. A. Max, Villedieu 1990, rues Tramassac-Carriès, Arlaud et al. 1994 et Clément V, Rapport, Monnoyeur 1992). En effet des dépôts d'alluvions rhodaniennes ont été mises en évidence sur le site de Clément V : elles sont pures et n'ont subi aucun remaniement. Elles sont datées au plus tard de la fin du Ier s. av. J.-C. Leur présence signifie, que lors du dépôt, la Saône n'atteignait pas ce secteur. A l'époque, celle-ci aurait été plaquée contre l'escarpement de Fourvière et correspondrait au bras Marsaux de A. Audin. Large d'une centaine de mètre, le talweg de cette Saône primitive, à 156 m d'altitude était bordé à l'est par un banc caillouteux rhodanien culminant à 162,50-163,50 m. Ce serait seulement autour du début de notre ère que la Saône aurait creusé son lit actuel dans les alluvions rhodaniennes et aurait abandonné peu à peu son cours primitif, au pied de la colline. A cette époque, la Saône, encore mal fixée dans son chenal, s'étalait probablement à l'est, dessinant progressivement sa rive gauche qui délimite ainsi ce que l'on appelle aujourd'hui la Presqu'île. La fouille de l'îlot 24 (Rapport, Jacquin 1984) montre que cette rive est pratiquement fixée au milieu du 1er s. ap. J.-C., en amont du site. Par ailleurs, l'analyse du remplissage sédimentaire et anthropique du chenal primitif, dit bras Marsaux, a permis de définir une chronologie de l'activité hydrologique de ce bras primitif de la Saône en cours de remblaiement durant l'Antiquité (Arlaud et al. 1994 : 31) :

  • de la deuxième moitié du Ier au début du IIe s. ap. J.-C. se succèdent une phase active à dépôts grossiers puis une phase plus calme déposant des sables et limons ;

  • du milieu du IIe ap. J.-C. à la première moitié du IIIe s. ap. J.-C., l'alternance des épisodes de crue et de décrue contribue peu à peu à l'affinement vers le haut de la dernière séquence de remblaiement ;

  • jusqu’au milieu du IIIe s. ap. J.-C., des chenaux résiduels de crue se maintiennent ; ils sont ensuite comblés par des alluvions grossières, témoins d'un courant encore assez vif, et par des remblais anthropiques.

32Cet assèchement permet enfin l'occupation de la rive droite de la Saône nouvellement formée, à la fin du IIIe s. ap. J.-C.

Conclusion

33Toutes ces données nous renseignent sur l'influence des deux cours d'eau sur la Presqu'île, mais sans que l'on puisse pour autant définir des zones privilégiées de confluence, à l'exception de celle identifiée entre Saint-Jean et SaintGeorges en rive droite de Saône. Il apparaît d'un point de vue général que la dynamique fluviale du Rhône domine et il n'est pas rare de repérer ses alluvions sur la bordure occidentale de la Presqu'île (Faculté Catholique, Rapport. Monin 1985 et rue de la Monnaie, Rapport, Jacquin 1984), alors que les alluvions de la Saône ont une extension limitée. Des observations réalisées lors de la construction du kiosque de la place Bellecour ont mis en évidence une crue de la Saône entre des niveaux datés 40 et 60 ap. J.-C., dans cette partie centrale de la Presqu'île (Rapport, Becker 1982). Plus en aval, sur le site des Facultés Catholiques, des sédiments de crue ont été isolés : ils appartiennent à la Saône et correspondent à la phase terminale d'un exhaussement de banc ou de berge du Rhône, malheureusement non datée (Rapport, Monin 1985).

34Ce bilan démontre que la topographie de la Presqu'île apparaît au début de l'Antiquité beaucoup plus complexe qu'on ne le supposait. En bref, ces premiers résultats montrent que les hypothèses émises par nos prédécesseurs sont trop statiques, à la fois dans l'espace (bras profond aux rives fixes) et dans le temps (bras stable dans une période historique). La plaine alluviale lyonnaise reste un élément dynamique que les populations riveraines ont peu à peu colonisé, puis maîtrisé tout au long de l'histoire.

Chronologie de l'occupation

Durant l'antiquité

35La problématique lyonnaise est restée uniquement centrée sur l'Antiquité jusque dans les années 80. Elle a de plus souffert d'un réel déterminisme politique et géographique. Le site de Fourvière, l'Acropole mentionnée par Strabon, a bénéficié de soins attentifs de la part des historiens et archéologues locaux. L'histoire de l'occupation de la Presqu'île reste à écrire et il est évident que trop de pièces manquent encore à ce puzzle pour que cela soit possible aujourd'hui, bien que l'historiographie lyonnaise soit particulièrement riche.

36Une cartographie recensant, par époque, toutes les découvertes faites notamment sur la Presqu'île, quelles que soient leur nature ou les circonstances dans lesquelles elles ont été faites, est un outil aujourd'hui impérativement nécessaire. Cette lacune est une réelle entrave à une réflexion globale sur la ville et son potentiel (épaisseur des sédiments).

37Les analyses de géomorphologie, liées à des datations de bois, ont démontré depuis peu que la Presqu'île était une formation très récente et qu'il n'était donc guère possible d'y supposer une occupation avant le début de notre ère. Enfin les nombreuses analyses archéologiques faites ces dernières années ont révélé une forte occupation antérieure à notre ère dans la plaine de Vaise (Bellon et al. 1995). Cette anse que forme la Saône au nord-ouest de Lyon et les pentes de la colline de Fourvière, qui la surplombent, aurait été un lieu beaucoup plus hospitalier durant la Protohistoire, voire même après.

L'enceinte

38P.-A. Février a résumé en quelques mots l'état de nos connaissances sur les fortifications de la ville durant l'Antiquité : "dans d'autres (villes), comme Lyon, on cherche en vain jusqu'à présent même une hypothétique muraille coloniale et l'enceinte du Bas Empire paraît tout aussi mythique ; elle fuit devant les archéologues" (Lyon aux premiers temps chrétiens, p. 36).

39À son tour A. Desbat (Desbat 1987) fait le bilan des connaissances ; après une lecture des diverses hypothèses émises par les auteurs du XIXe et du début du XXe s., il tient des propos identiques à ceux de P.-A. Février : "Les arguments invoqués pour justifier l'existence d'une enceinte sont pour la plupart irrecevables. Quant aux vestiges eux-mêmes, il faut d'abord regretter l'absence totale d'éléments de datation, ensuite souligner plusieurs questions qui surgissent de la confrontation de toutes les données archéologiques. Même si l'on admet par principe que la colonie de Lyon a dû posséder une enceinte, il faut constater notre ignorance de son tracé précis et de sa structure, et admettre l'insuffisance des arguments jusqu'ici développés pour justifier des hypothèses peut-être trop facilement admises" (op. cit.). En effet, A. Desbat a recensé et cartographié toutes les hypothèses faites par les auteurs qui ont travaillé sur la topographie de Lyon. Il est intéressant de noter que cette recherche ne concerne que la colline de Fourvière, rive droite de Saône. Tous les auteurs, sauf J.-B. Monfalcon, sont unanimes pour doter la ville d'une enceinte, alors qu'il n'existe pas un seul témoin matériel de sa présence. En effet, seul J.-B. Monfalcon émet une hypothèse différente, à savoir qu'il n'y aurait justement pas eu de fortifications construites au Haut Empire : "Lyon dans le second siècle n'avait d'autre moyen de défense que ses deux fleuves et la position même de ses collines, remparts naturels auxquels on aurait ajouté des murailles et des fosses si les circonstances l'avaient demandé" (Monfalcon 1847 : 154 vol. I).

40Les différentes hypothèses du tracé de l'enceinte augustéenne suivent, avec quelques variantes, le même schéma : ce tracé serait sensiblement identique à celui du Moyen Âge depuis Pierre-Scize au nord jusqu'à la Quarantaine au sud ; selon A. Steyert cette muraille ne va pas jusqu'à PierreScize, mais longe le plateau de la Sarra avant de rejoindre la Saône au niveau de Saint-Paul. L'hypothèse de A. Kleinclausz reprend celles de Allmer et Dissard (1888), de Germain de Montauzan (1908), et la complète par une muraille qui longe la Saône de Pierre-Scize à la Quarantaine.

41Il n'existe aucune hypothèse de tracé d'enceinte sur la Presqu'île pour cette période.

L'habitat

42Si les fouilles ou les découvertes fortuites ont presque systématiquement démontré une occupation antique sur la Presqu'île, de nombreuses informations manquent encore quant à la destination de ces vestiges, leur datation, les zones d'occupation, leur abandon ou leur transformation...

43Des vestiges appartenant à des domi ou à des entrepôts sont attestés par les découvertes fortuites anciennes ou récentes. Les auteurs mentionnent par exemple de nombreuses découvertes de mosaïques appartenant à des habitats (Artaud 1846 ; Steyert 1895 ; Allmer et al. 1887-88 ; Germain de Montauzan 1924 ; Kleinclausz 1925 ; Audin 1956).

44En 1980. un article de R. Turcan (Turcan 1980) fait le point des connaissances sur la Presqu'île (fig. 8). Les zones à forte densité d'occupation (habitat ou entrepôt) seraient essentiellement localisées, d'après les découvertes fortuites, au sud et au nord-ouest de la Presqu'île ; cette constatation s'appuie sur un présupposé selon lequel la Presqu'île aurait été coupée par un bras du Rhône nord-est, sud-ouest, depuis l'église SaintBonaventure jusqu'aux nord de la place des Célestins. L'auteur définit ainsi l'île des Canabae.

8- Localisation des mosaïques

8- Localisation des mosaïques

(d'après Turcan 1980)

45Ainsi, d'après R. Turcan, "une cinquantaine de mosaïques a été relevée au sud de Bellecour c'est-à-dire rien que dans la moitié sud de l'île des Canabae. quartier fortement urbanisé, très actif et très vivant durant près de quatre siècles" (op. cit. : 73-74) (fig. 9). Certaines descriptions d'installations d'amphores associées à des mosaïques ressemblent fortement à des vides sanitaires. Si ces mosaïques décorent des domi. d'autres structures ont été interprétées comme appartenant à des entrepôts ou à des fours de potiers (Hôtel des Postes). Ainsi ces riches demeures seraient associées à des activités commerciales : "Les mêmes qui faisaient le commerce en gros des vins assuraient la production de l'emballage, des récipients de transport. A côté des entrepôts vinaires se trouvaient les ateliers de poterie, comme ceux qu'on a relevé près de Bellecour. C'est l'indice d'une coordination des activités, d'une rationalisation de l'activité économique au second siècle de notre ère" (op. cit. : 7879). Toujours d'après le même auteur des inscriptions attestent le rôle de ces hommes d'affaire in Kanabis.

9- Mosaïques retrouvées place des Célestins en 1876

9- Mosaïques retrouvées place des Célestins en 1876

(Stern 1967)

46Au nord de la Presqu'île, au-delà des Terreaux, la cartographie des découvertes anciennes et des fouilles récentes (Tranoy et Ayala 1994) réalisée pour la période antique montre bien une occupation dense du bas des pentes de la colline de la Croix-Rousse, parure monumentale (amphithéâtre, sanctuaire présumé...) et résidences privées.

47Au nord, le long de la Saône, en rive gauche (quai JosephGillet), des ateliers de potiers sont attestés durant le Ier s. ap. J.-C. Certains ont été fouillés, comme ceux de la Muette (Lasfargues et al. 1970).

  • 5 Les travaux réalisés à la fin du XVIIIe s. par l'ingénieur Perrache ont repoussé les limites sud de (...)

48Entre les Terreaux au pied de la colline de la Croix-Rousse, et le sud de la Presqu'île5, peu déléments sont connus hormis des mosaïques et quelques découvertes mentionnées par Artaud comme par exemple "des restes de murailles de façon romaine sur lesquels sont assis les piliers des voûtes" d'une partie souterraine de l'église Saint-Nizier (Artaud 1846 : 202). Aucune fouille récente n'a mis au jour des vestiges bien conservés, même si des occupations successives du début de l'ère au IIIe s. sont attestées par les fouilles de la rue Palais Grillet (Ayala et al. 1992), de l'îlot 24, rue de la Monnaie (Rapport, Jacquin 1984) ou du kiosque place Bellecour (Rapport. Becker 1982). Les traces sont au contraire très altérées, difficiles à interpréter car dans l'ensemble il apparaît que les matériaux de ces constructions ont presque systématiquement été récupérés au IIIe s.

49Les découvertes de mosaïques attestées dans la Presqu'île, indiqueraient une occupation résidentielle durant la période antique (comme l'a démontré la percée de la ligne A du Métro où seules quelques mosaïques — dans la partie sud de la Presqu'île — ont pu être sauvées du désastre archéologique qui a caractérisé ces travaux). Malheureusement on peut regretter le caractère systématiquement fortuit de ces découvertes, dont aucune n'est liée à une étude archéologique. Ainsi isolés de leur contexte, ces éléments apportent peu de renseignements, si ce n'est la localisation éventuelle d'une domus : "Aujourd'hui est acceptée l'idée que dès le IIe s., sinon plus tôt, un habitat continu, mais inégalement dense et hétérogène, reliait cette Croix-Rousse et l'actuel quartier d'Ainay. De riches maisons ont livré suffisamment de mosaïques pour que l'on en tire l'idée d'un quartier dynamique comme l'était au même moment celui de la rive droite du Rhône à Vienne" (Reynaud 1986 : 56).

Durant l'antiquité tardive et le haut Moyen Âge

50Un des aspects original de l'occupation de Lyon est le déplacement du lieu de pouvoir : le nouveau centre délaisse le forum supposé au sommet de la colline de Fourvière, et s'établit au pied même de cet escarpement, sur un site peu urbanisé. Selon P.-A. Février c'est de cette marginalité qu'a dépendu le développement médiéval de Lyon (Février et al. 1986 : 64).

51Dès le Ier s. ap. J.-C., la Saône s'est décalée vers l'est, et son lit primitif en cours de remblaiement est assaini par les hommes. Un nouvel espace se libère entre le pied de la colline et la nouvelle Saône (Arlaud et al. 1994). C'est là que s'installe, sur la rive droite de la Saône, le nouveau lieu de pouvoir, la cité épiscopale (Reynaud 1998) alors que parallèlement l'habitat des pentes de la colline est peu à peu déserté. Les résultats des fouilles du baptistère, de l'ensemble cathédral (Reynaud 1986 et 1998), illustrent le dynamisme de ce quartier dès le haut Moyen Âge, dynamisme qui ne s'éteindra qu'au XVIIe s., période à partir de laquelle le quartier se fossilise sur lui-même. La présence du baptistère et de l''ecclesia, construits dès les IVe-Ve s. a certes largement contribué à maintenir en place une occupation sur la rive droite de la Saône, en face même du site des Célestins ; celle-ci est matérialisée par une forte densité de vestiges accumulés sur une épaisseur d'environ 8 mètres, sans aucun hiatus dans la stratification (Arlaud et al. 1994).

52Pour la période du haut Moyen Âge, voire même pour tout le Moyen Âge, les témoignages archéologiques sont absents des préocupations des auteurs anciens et inexistants sur les sites déjà fouillés sur la Presqu'île, hormis la présence d'une portion du rempart médiéval (fouilles de l'Opéra, Rapport, Raynaud 1990). Le tableau (Tab. 1) présenté montre par époque les découvertes récentes sur la Presqu'île et il est clair que la majeure partie concerne la période antique ; la fouille des niveaux de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge est depuis fort peu de temps prise en compte par les archéologues eux-mêmes.

53À cet abandon intellectuel correspond la pénurie documentaire générale de la période des IVe-IXe s. Ainsi ignore-t-on a peu près tout de la physionomie de la ville, mais plus encore de la Presqu'île, durant ces siècles. La carte récapitulant les installations connues aux IVe-Ve s. à Lyon publiée en 1986 par J.-Fr. Reynaud lors du Congrès sur "Les premiers temps Chrétiens en Gaule Méridionale" (fig. 10) montre clairement nos lacunes pour l'histoire de cette période sur la Presqu'île.

10- Lugdunum du IVe au Ville s.

10- Lugdunum du IVe au Ville s.

(d'après Reynaud 1986 : 57)

54L'occupation par les Burgondes dure de 470-474 à 534 ; ces rois résidaient dans des palais que nous sommes malheureusement incapables de localiser. Bien qu'ils soient « ariens », il ne semble pas qu'il y ait eu de heurts importants avec les évêques, ni même avec l'aristocratie gallo-romaine, malgré le partage des terres : "La Loi accorde à ces mêmes Burgondes la moitié, puis les deux tiers des terres, ce qui provoque bien sûr une perte importante pour l'aristocratie gallo-romaine, qui dans la région ne semble pas se plaindre outre mesure" (Reynaud 1990 : 263).

  • 6 La capitale est alors Chalon-sur-Saône.
  • 7 Fouilles réalisées par J.-Fr. Reynaud.

55À partir de 534, Lyon passe sous la domination franque et la ville sera gouvernée par des Comtes6. Pour cette période, comme pour celle des Burgondes, la physionomie de la ville est très mal connue. Nous savons seulement que le quartier du groupe cathédral sur la rive droite de la Saône est habité et qu'au sud, les fouilles ont mis en évidence la basilique funéraire et la nécropole de Saint-Laurent7 ; quant à la Presqu'île elle serait "sans doute encore partiellement habitée surtout au nord" (op. cit. : 265).

56Le comte a le pouvoir sur l'armée, mais l'évêque lui dispute déjà le pouvoir judiciaire. Jusqu'au VIe s., les évêques appartiennent essentiellement à l'aristocratie gallo-romaine.

  • 8 Texte latin établi par A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe s. (450-800), Par (...)

57Les sources sont essentiellement les écrits de Sidoine Apollinaire, de Grégoire de Tours et de Leidrade. Le rapport rédigé au début du IXe s. (810-811) par l'évêque Leidrade, à qui Charlemagne avait confié le gouvernement de l'eglise de Lyon8, donne un inventaire des édifices religieux et des travaux que cet évêque a fait réaliser.

58Aucun témoin matériel, autre que les édifices religieux, Saint-Pierre, Saint-Nizier et Saint-Michel-d'Ainay attestés aussi par les textes, n'est connu à ce jour.

  • Le couvent Saint-Pierre est mentionné par Leidrade :

J'ai restauré à partir des fondations les églises et la maison du monastère de femmes dédié à Saint-Pierre. Trente-deux moniales y vivent maintenant selon la règle.

    • 9 Nizier est l'oncle de Grégoire de Tours. Il construit des églises et agrandit la maison épiscopale. (...)

    L'église Saint-Nizier9 est attestée : selon J.-Fr. Reynaud le mausolée a été construit aux VIe-VIIe s. pour abriter les reliques des évêques de Lyon (Reynaud 1986 : 125-129). L'église Saint-Nizier que Leidrade a fait réédifier (aussi) a disparu lors de la reconstruction de l'église aux XIVe-XVe s. Seuls subsistaient en sous-sol des caveaux funéraires contemporains de l'église haute, et un petit oratoire oriental à plan centré. Au XIXe s., en 1835, les derniers vestiges paléochrétiens disparurent, lors de la construction d'une vaste crypte...

  • Une basilique est aussi connue par les textes à Ainay, elle aurait été fondée à l'époque burgonde par la reine Carétène, sans doute épouse de Gondebaud, d'après son épitaphe transmise jusqu'à nous par un manuscrit du XIe s. qui est connu de Spon au XVIIe s. Le vocable de cette basilique n'a toutefois pas été précisé... Par contre, on sait qu'aux XIIe-XIIIe s., l'église construite par le prêtre Gotbran a été dédiée à Saint Michel. La paroisse de cette église avait les mêmes limites territoriales que la Seigneurie (op. cit. : 131).

  • 10 Quod dum ad monasterium inter Ararim et Rhodamum situm in burgo Lugdunensi.

59Qu'en est-il de la réalité du burgo lugdunensi10 (Paradin 1573 : 92) mentionné entre Rhône et Saône à partir du milieu du IXe s. ? Le terme même, selon M. Rubellin, "suggère une forte concentration humaine à cet endroit" (Rubellin 1990 : 295). Selon F. Artaud, "vinrent ensuite les siècles de barbarie, et surtout le Ville s., où les Sarrasins renversèrent ses murailles et tout ce qui restait des édifices romains" (Artaud 1846 : 199). La vision de A. Kleinclausz est analogue, toujours influencée par les invasions — celles des Hongrois cette fois ci — face auxquels les Lyonnais, "fort diminués en nombre et jugeant leur ville trop difficile à défendre avec sa vaste enceinte à demi ruinée, s'entassent au bas de la colline de Fourvière" (Kleinclausz 1980 : 9). Il peut paraître symptomatique que tant d'événements se réfèrent à une "muraille" dont nous ne connaissons à peu près rien toutes périodes confondues (cf. supra).

60L'existence d'une enceinte réduite serait induite par un texte de Grégoire de Tours qui stipule qu'en

580 le Rhône réuni à la Saône, renversa une partie des murs de la cité (Grégoire de Tours dans Desbat 1987 : 64) ;

61il est difficile d'extrapoler à partir d'une phrase qui pourrait n'être qu'une formule ou de déterminer à quel rempart cet auteur fait allusion. A. Desbat constate cette ambiguïté : "On ne peut en aucune manière induire que Grégoire de Tours parle de l'enceinte réduite et que c'est à celle-ci que Grégoire de Tours fait référence" (op. cit. : 64). Une autre mention indiquerait que les murailles sont situées dans la plaine et non sur la colline de Fourvière car Grégoire de Tours localise Saint-Irénée suburbio murorum.

62Cette hypothèse d'une enceinte réduite a été reprise lors des découvertes faites dans les fouilles du Groupe épiscopal par J.-Fr. Reynaud. L'auteur suppose que la population, regroupée au pied de la colline sur la rive droite de la Saône, est défendue par un rempart (Reynaud 1990 : 265). Ce rempart correspondrait au mur retrouvé lors des fouilles du groupe épiscopal : ce mur daté fin IIIe-IVe s. et mesurant 1,80 m de large, est situé en bord de Saône.

63Jusqu'à ce jour il ne semble pas que des découvertes aient été faites sur la Presqu'île concernant cette enceinte. Le problème n'apparaît pas non plus à travers les textes des auteurs ayant travaillé sur la topographie de la ville pour cette période.

64L'une des rares mentions de bâtiment carolingien est de F. Artaud : "Dans la maison que vient de faire bâtir le sieur Jacquemot, au coin de la rue de la Palme, on a trouvé, sous d'anciennes murailles, des constructions plus anciennes encore dans lesquelles on a rencontré des monnaies carlovingiennes " (sic) (Artaud 1846 : 204).

65Lors du partage de l'empire carolingien, la rive droite de la Saône revint à l'Empire, et la rive gauche — la Presqu'île — au Royaume ; ainsi parle-t-on d'une cité sur la rive droite et d'un bourg sur la rive gauche. Cette distinction restera longtemps très marquée.

66Aux IXe et Xe s., la succession des différentes souverainetés à Lyon est impressionnante (Rubellin 1990 : 296) ; Lyon ne semble pas à cette période être une ville importante, par rapport à Vienne notamment, à quelques kilomètres au sud, où les souverains préféraient résider. Cette instabilité politique, accentuée par le fait que Lyon n'était ni capitale, ni lieu de résidence privilégiée des souverains, voire même des Comtes, a largement participé au renforcement du pouvoir de l'Archevêque sur la ville.

La ville médiévale

Le contexte historique

67L'ancien partage de l'empire carolingien restera longtemps marqué dans la toponymie : "du côté du Royaume" ou "du côté de l'Empire". Très tôt sur la rive droite, des éléments forts du paysage urbain symbolisent le pouvoir : le quartier canonial de Saint-Jean et le château de Pierre-Scize, tous deux résidence de l'Archevêque. A l'inverse, dans le Lyon Royal, on cherche désespérément un quelconque symbole de l'autorité centrale ou municipale... rien n'émerge dans le paysage. Ce constat est révélateur d'une situation qui durera jusqu'au XIVe s., période à laquelle les Lyonnais commenceront seulement à s'affranchir du pouvoir de l'Archevêque.

68En 1032, Lyon passe du royaume de Bourgogne à l'Empire malgré des tentatives de résistance à Conrad II. Le roi essaya à deux reprises de désigner lui-même l'Archevêque, pour avoir en place un prélat qui lui serait fidèle ; cette tentative fut ressentie comme une réelle ingérence et opposa le pape avec les Lyonnais contre l'Empereur. Suite à cette affaire, Lyon fut à nouveau délaissé jusqu'au milieu du XIIe s. En 1157, la Bulle d'Or de Frédéric Barberousse reconnaissait à l'Eglise l'exercice des pouvoirs régaliens sur la ville, renforçant encore le pouvoir de celle-ci. Au cours du XIIe s., deux puissances régionales étaient en luttes entre elles-mêmes et contre l'Archevêque : le Comte de Forez et le Sire de Beaujeu ; cette lutte se termine peu ou prou avec le Traité de 1173 par lequel l'Archevêque échange des droits et des terres avec le Comte de Forez ; ce traité restitue une situation identique à celle du Xe s., l'Archevêque, comte de Lyon, est le seul maître sur la ville.

69A partir du XIIIe s. les historiens notent un tournant qui aurait pour origine une meilleure communication avec l'extérieur : le pont de la Guillotière sur le Rhône (Burnouf et al. 1991), l'axe rue Mercière et le pont de Saône face à l'église Saint-Nizier concrétisent enfin l'activité sur la Presqu'île dont l'urbanisation va s'accélérer. Selon M. Rubellin "la présence d'un couvent de chacun des quatre grands ordres mendiants (Mineurs, Prêcheurs, Carmes et Augustins) est un indice commode pour classer Lyon parmi les villes importantes d'Occident au tout début du XIVe s." (Rubellin 1990 : 321). Un autre indice caractérise ce développement ; on compte cinq hôpitaux à la fin du XIIe s. et douze à la fin du XIIIe s. C'est aussi à partir du XIIIe s. qu'apparaît la société civile lyonnaise dans la documentation. Le patriciat lyonnais est composé uniquement de bourgeois dont l'activité est principalement commerciale ; ce sont aussi de grands propriétaires immobiliers. Ils se répartissent surtout dans deux quartiers, le Change, rive droite de Saône, et autour de Saint-Nizier sur la rive opposée. Ce dernier est le centre de la résistance bourgeoise face à la puissance archiépiscopale. Plusieurs crises à partir de 1267 se succèdent jusqu'à celle de 1320 au terme de laquelle l'Archevêque Pierre de Savoie concède enfin une charte de franchise aux Lyonnais.

70Le cycle des foires, trois par an en 1445 et quatre par an à partir de 1463, comme le transfert de nombreuses banques italiennes à Lyon, témoignent de l'essor économique de la ville. Imprimeries et soieries sédentariseront un savoir-faire particulier et local.

71Toutefois, comme le souligne très justement J. Rossiaud, "Les façons de vivre et de penser, bien sûr, lentement changeaient, mais elles s'étaient transformées tout aussi fortement entre 1320 et 1440 ; et puisqu'il nous faut bien, bon gré mal gré, dater cette rupture — l'histoire s'accommode aujourd'hui fort mal de ces frontières factices — ce furent les soldats du baron des Adrets qui, bien plus que les marchands italiens, ouvrirent, mais dramatiquement, un nouvel âge dans l'histoire lyonnaise" (Rossiaud 1990 : 353).

Les fortifications

72La topographie de la ville médiévale a été évoquée par quelques historiens, mais on peut regretter que l'enceinte, entre autres, ait été si peu étudiée.

  • 11 AML.-3 ii 5 à 17 (6 à 12 = Fourvière).

73B. Vermorel11 : ses travaux sont essentiels pour l'étude des fortifications à Lyon ; malheureusement si ces derniers se présentent sous forme de manuscrits achevés pour la partie rive droite de Saône et la colline de Fourvière, il n'en est pas de même pour la Presqu'île et la Croix-Rousse pour lesquels il faut se reporter à des notes peu ou pas mises en forme. Quelques éléments ont néanmoins été publiés, tout d'abord dans l'introduction à l'Historique des rues de la ville de Lyon (Vermorel 1879 : XII et XIII), mais surtout et de manière plus détaillée, dans un article consacré aux Fossés de la Lanterne, extrait de la Revue du Lyonnais (Vermorel 1871 : 324-340). Dans le premier article, l'auteur résume succinctement "le tracé [des] enceintes de Lyon aux différentes époques en précisant que la ville jadis groupée autour de Saint-Nizier était fermée du côté sud par une muraille qui passait tout au long du chemin devenu la rue Grenette, muraille qui n'était déjà plus qu'un souvenir en 1350" et qu'en 1269, les citoyens avaient entrepris de "creuser, a parte Sancti Nicetii, les larges et profonds fosés de la Lanterne pour remplacer la clôture de Saint-Marcel" (Vermorel 1879 : XII-XIII). Deux assertions qui allaient connaître une fortune durable ! La première concernant le mur d'enceinte de la Grenette reste encore valide, mais mériterait d'être démontrée plus assurément (cf. infra et Rossiaud 1990). Quant à la seconde, relative aux Fossés de la Lanterne et à la clôture dite de Saint-Marcel, elle a été reprise par J. Pointet (Pointet 1926) et plus tard par B. Gauthiez (Gauthiez 1994 : 17 et 33). Ces deux derniers auteurs proposent de placer une ligne de fortification sur le bas des pentes de la Croix-Rousse, entre les portes de Saint-Marcel et du Griffon. Ces deux portes sont portées sur le plan scénographique du XVIe s. Cette enceinte serait antérieure à celle des Fossés de la Lanterne et aurait été édifiée au XIIe s.

  • 12 AML. 3ii5.

74Or, dans son article consacré aux Fossés de la Lanterne, B. Vermorel soulignait bien que les fortifications sises du côté de Saint-Marcel "c'est-à-dire à l'endroit appelé depuis les fossés de la Lanterne constituaient non une nouvelle enceinte, mais la reconstruction ou transformation d'une fortication prééxistante" (Vermorel 1871 : 337). C'est d'ailleurs ce dernier schéma que l'auteur reprend dans le manuscrit inédit de son ouvrage sur l'histoire des fortifications de la ville, que l'on peut raisonablement considérer comme le point de vue le plus achevé sur la question12.

75A. Kleinclausz (1925) : "Pour garantir leur sécurité, ils (les Lyonnais) ont construit en 1356-1378, sur la rive droite de la Saône, de la porte Saint-Georges à la porte de Pierre-Scize, une puissante enceinte de 700 toises, destinée à remplacer celle des Romains écroulée et qui suit à peu près le même tracé. Entre la porte du pont Levys et la porte de Trion, son front principal forme la muraille de la Retraite ; les murs crénelés sont renforcés par des tours rondes ou carrées, bordés de fossés et munis d'un chemin de ronde. Mais la protection de la ville ne tient pas toute entière dans cet ouvrage ; il en existe d'autres plus anciens. Du Rhône à la Saône, les "vieux fossés" (vetera fossata) barrent l'accès de la colline Saint-Sébastien, la Croix-Rousse d'aujourd'hui, et parallèlement à eux, trois autres murs ont été construits. Le plus important, complètement remis en état sous Charles V, commence sur la Saône à la porte de la Roche, contourne la colline de la Croix-Rousse et aboutit sur le Rhône à la Tourette d'où il se prolonge le long du fleuve jusqu'à l'enclos des Cordeliers ; le second est constitué par les grands teriaux de la ville en direction de la rue de Constantine ; le troisième se trouve dans l'axe de la rue Grenette ; ces deux derniers encadrent ce qu'on nomme le Grand Clos de Lyon (magnum claustrum civitatis Lugduni). Quelques poternes, comme celles de Saint-Marcel et du Griffon, pratiquées dans l'épaisseur des murs, permettent seules de passer. Le cloître Saint-Just, laissé en dehors de la fortification générale pour ne pas compliquer la défense, et le cloître Saint-Jean, ont chacun une enceinte particulière" (Kleinclausz 1925 réed. 1980 : 17-18).

76Rubellin et Lorcin (1990) : selon ces auteurs, aux XIe-XIIe s. : "Entre Rhône et Saône, le bourg voit sa limite septentrionale consolidée : une muraille percée d'une porte (porte SaintMarcel ou de la Lanterne) double les fossés des Terreaux" (Rubellin et Lorcin 1990 : 307). Ces derniers n'étant pas évoqués par ces mêmes auteurs précédemment, on peut se demander à quels fossés ils font précisément allusion, ceux-ci étant antérieurs à la muraille construite aux XIe-XIIe s.

77Rossiaud (1990) : "A la fin du XIIIe s. ou au début du XIVe s., un fossé de défense barrant le plateau fut creusé de Saône à Rhône, au sommet de la côte de Saint-Sébastien, là où furent édifiés plus tard les remparts maçonnés que l'on voit sur le Plan Scénographique. Ces premiers fossés donnés comme "confins" par les reconnaissances sont dits neufs en 1350, vieux un siècle plus tard. Tandis qu'était renforcée l'enceinte de Fourvière, de semblables travaux furent entrepris par la commune sur un retranchement existant au pied de la côte Saint-Sébastien : les Grands Terreaux. Cette ligne de défense comprenait deux portions : à l'ouest, une muraille légèrement courbe, de la porte de la Pêcherie ou Chenevier sur la Saône à la porte de la Lanterne, déjà ancienne en 1360 puisque les maisons de la rue du Bessal s'y appuient, l'autre rectiligne, de la porte de la Lanterne au Rhône, peut-être alors réduite à un simple fossé, puis renforcée par une muraille de quelques pieds garnie d'échiffes. En avant des Terreaux, cinq portes font plutôt figure de limites que de défense, n'étant reliées par aucune fortification continue" (op. cit. : 361).

78Selon le même auteur "l'enceinte des Terreaux se retournait à angle droit le long du Rhône jusqu'au portail vieux dans le prolongement de la rue Grenette. Au-delà la ville demeure ouverte sous la seule garde de ses fleuves jusqu'au confluent" (op. cit. : 362).

79Ce retour d'un mur de fortification, parallèle à celui des Terreaux, situé sous l'actuelle rue Grenette a déjà été évoqué par A. Kleinclausz ; ce système de fortification enfermerait la ville autour de l'église Saint-Nizier. J. Rossiaud apporte quelques arguments à ce tracé : "Un mur est-ouest dans l'axe de la rue Grenette où ses fondations ont été repérées et dont les terriers attestent l'existence, fermait encore la ville au sud à la fin du XIIIe s. Son alignement coïncide très exactement avec la séparation des seigneuries de l'archevêque et de l'abbaye de Saint-Pierre. L'installation vers 1220 des Frères Mineurs ou Cordeliers à l'extérieur, contre la muraille, près d'une ancienne porte au débouché de la rue de la Gerbe s'accorde avec ce que l'on sait des choix des Ordres Mendiants ou des obligations qui leur étaient faites de se tenir hors les murs. La suppression "du mur de la Grenette" s'explique par la poussée urbaine vers les terrains plats du centre de la Presqu'île, le port du Rhône et les ponts qui se sont succédés à proximité" (Rossiaud 1990 : 362). La localisation d'un mur de fortification dans l'axe de la rue Grenette serait une question à reprendre ; cette hypothèse, reprise par plusieurs auteurs, Vermorel en 1879. puis Guigue en 1886 (fig. 11), reste relativement pauvre en argumentation :

  • le mur que les terriers évoquent en 1350 n'est déjà plus que le souvenir d'un mur (Vermorel 1871 : XII-XIII) et était-ce réellement un mur d'enceinte ?

    • 13 Communication orale de J.-Fr. Reynaud.

    J. Fr. Reynaud13 a interprété une maçonnerie est-ouest vue en coupe lors des travaux de la ligne A du métro (rue de la République) comme pouvant appartenir à un système de fortification ; cette maçonnerie était située un peu au nord de la rue Grenette ;

  • la rue Grenette ne sera ouverte du Rhône jusqu'à la Saône que très tardivement ; auparavant elle butait à l'ouest sur deux îlots de maisons : un premier îlot entre la rue de la Draperie et la rue Mercière (axe ancien), et un deuxième entre la rue Mercière et la Saône. Le "mur de la Grenette" serait-il plus ancien que ces deux îlots d'habitat ?

  • J. Rossiaud mentionne "des fondations" dont les vestiges auraient été retrouvés rue Grenette ; l'auteur ne cite malheureusement ni ses sources, ni les circonstances ou l'époque de ces découvertes ;

  • les mêmes suppositions ont aussi été faites pour la rue Longue :

  • enfin, F. Artaud propose un dessin différent : "En 1350. le circuit des fortifications de la ville était tracé de la manière suivante : du côté du midi, de Sainte-Hélène au port Saint-Michel, une muraille servait de limite entre la juridiction de l'abbé d'Ainay et celle de l'Archevêque. D'une part, on voyait des vignes, et de l'autre, le tènement de Bellecour. qui commençait sur la même ligne. Après avoir traversé la Saône on trouvait la porte Saint-Georges" (Artaud 1846 : 214).

11- Plan de Lyon au Moyen Âge par G. Guigue

11- Plan de Lyon au Moyen Âge par G. Guigue

AML 501 294
CI. J. Gastineau

80Jusqu'à ces dernières années, l'enceinte de la ville médiévale n'était pas connue par les fouilles archéologiques et aucun vestige n'était conservé en élévation. Les premières investigations sur le terrain sont celles de l'Opéra, situé entre la place des Terreaux et le Rhône (Raynaud 1990) et les sondages réalisés préalablement aux fouilles du parking des Terreaux (Rapports, Mandy 1988 et Arlaud 1989). Cette partie est-ouest des fortifications, au nord de la Presqu'île et au pied de la colline de la Croix-Rousse est figurée sur le plan scénographique de la Ville de Lyon réalisé vers 1550. De plus, à l'est (sous l'Opéra) des vestiges avaient déjà été vus par F. Artaud : "Tandis que M. Chenavard commençait à faire reconstruire le bâtiment de la Comédie, élevé par Soufflot sur l'ancien jardin de l'Hôtel de ville, nous avons remarqué dans les fondations, vers la rue Puits-Gaillot et du côté de la rue Lafont, deux pans de murailles de 5 pieds d'épaisseur, qu'on a démolis avec assez de difficulté. Cet ouvrage, qui ne paraissait pas fort ancien, était sans doute accompagné d'autres murailles ou remparts formant une double enceinte, défendus dans cette partie par le canal du fossé des Terreaux, dont la largeur, d'environ 60 pieds, se trouvait égale et parallèle à celle de la cour de l'Hôtel de Ville ; ces massifs de murailles étaient composés de gros cailloux et de quelques pierres de Couzon, liés avec un ciment grisâtre très dur (nous avons reconnu d'autres traces du même canal vers la place des Terreaux). Les murs dont nous venons de parler, allant du Rhône à la Saône et traversant les anciens Terreaux, nous ont paru appartenir au moyen-âge." (Artaud 1846 : 194-195).

L'importance des couvents sur la presqu'île

81De nombreux couvents se sont installés côté Empire ; ainsi peut-on rapidement mentionner, du sud au nord de la Presqu'île, autour des anciennes abbayes bénédictines d'Ainay et de Saint-Pierre-les-Nonains : les Templiers, puis les Célestins, les Jacobins, autrement dit frères prêcheurs, les Cordeliers, autrement dit frères mineurs (franciscains), les Carmes, les Augustins et les Clarisses (fig. 12).

12- Localisation des différents couvents mentionnés sur un extrait du plan de S. Maupin

12- Localisation des différents couvents mentionnés sur un extrait du plan de S. Maupin

Musée Gadagne à Lyon

82Ces ordres mendiants devaient rester près des villes, mais hors les murs, et disposer de terrains suffisamment vastes pour les cultiver et en vivre. Leur installation suggère deux réflexions sur la topographie de la Presqu'île :

  • plusieurs auteurs ont restitué des murs d'enceinte en fonction de leur présence ;

  • la Presqu'île devait être relativement peu lotie pour qu'ils puissent s'installer ainsi.

83Leur importance ne cesse de s'accroître : "D'abord modestement installés par leurs bienfaiteurs dans des quartiers écartés, soucieux de s'agrandir et de s'isoler, ces couvents durant la fin du Moyen Âge suivent une politique d'accaparement qui donne à leurs premiers établissements des dimensions de véritables îlots. Sans difficultés apparentes, les Jacobins acquièrent une dizaine de maisons qu'ils réduisent en cimetière, Carmes et Augustins pour faciliter leurs constructions, obtiennent la suppression ou le détournement de rues ; les Cordeliers enfin, dans des conditions qu'on ignore, s'assurent la libre disposition d'un hectare et demi au débouché de la rue Grenette" (Rossiaud 1990 : 363).

L'habitat et le réseau viaire

84L'évolution de l'habitat civil sur la Presqu'île est un chapitre de l'histoire lyonnaise encore peu traité. Plusieurs études historiques récentes contribuent néanmoins à en définir les caractères et à terme, visent à mettre en évidence les étapes et les modalités de l'urbanisation de Lyon (Perez 1990, Gonthier 1981 et indirectement, Zeller 1984). Cette question a par ailleurs intéressé les archéologues (Becker et al. 1989), même si parfois ils ne l'ont abordée que de manière théorique (André et al. 1985). Par contre, sur la rive droite de la Saône, plusieurs interventions archéologiques comme celle de l'avenue Adolphe Max (Villedieu 1990), ou de l'îlot Tramassac (Arlaud et al. 1994) ont livré des vestiges d'habitats médiévaux et modernes (laïcs et ecclésiastiques) dont l'interprétation complétée par l'étude des sources écrites, a éclairé l'histoire de l'habitat lyonnais ; celle-ci s'est encore enrichie par l'analyse archéologique des élévations d'immeubles voués à la démolition ou à la restauration (Rapport, Arlaud 1985, 1988, 1992, 1994 et thèse en cours).

85Il existe une pénurie d'informations importante dans l'histoire de l'habitat vernaculaire sur la Presqu'île (Perez 1990 : 20-22) ; de ce fait, il a paru judicieux de conjuguer deux démarches ; l'analyse des élévations conservées et l'étude des textes, lors des fouilles pratiquées sur le site de la place de la Bourse et de la place de la République, tout en ayant conscience que l'aspect ponctuel de cette étude ne livrerait qu'une page de l'histoire du processus d'urbanisation de la Presqu'île depuis le Moyen Âge. Ces résultats permettront en outre de comparer l'urbanisation de la Presqu'île à celle de la rive droite de la Saône.

86Que l'habitat privé soit mal connu tient pour une part au laconisme et à la dispersion des sources. Sauf pour quelques grandes demeures, il est en effet rare que la construction, la disposition ou l'évolution des bâtiments soient abordées avec précision par les textes anciens. La pratique du contrat oral était courante lorsqu'il s'agissait d'effectuer des travaux sur des bâtiments privés, même s'il arrivait que des actes à ce sujet soient conclus, "à prix-fait", devant notaire. Les transmissions (héritage, dotation...), les transactions (vente, location...) composent certes la majeure partie des registres notariés, mais la teneur des actes se révèle fort souvent décevante, faute de détail sur les biens échangés. En fait, s'il existe une masse documentaire considérable sur l'histoire juridique de la propriété privée, il est beaucoup plus malaisé de retracer l'évolution des bâtiments.

Le tournant du XIXe s. : paupérisation et grands travaux

87Dès 1823, la ville s'inquiétait de la paupérisation de la Presqu'île. M. de Pontmartin, conseiller de préfecture à Lyon, rédigea un rapport tout à fait inquiétant : "La partie centrale de la ville de Lyon est celle où la nécessité d'une large restauration se fait particulièrement sentir. Les rues y sont étroites et sans concordance dans leur percement. L'air et la lumière, l'espace et une circulation facile manquent aux nombreux habitants d'une masse de réduits infects qui couvent et enfantent tous les désordres physiques et moraux. Entouré par la place des Terreaux, par la place Bellecour, par les quais du Rhône et de la Saône, ce quartier est le mieux placé et pourtant en général les immeubles y ont peu de valeur. On comprendra que nos observations ne portent pas sur les quais qui font l'ornement de la ville, mais bien sur ce pêle-mêle de maisons où vient s'entasser une population dégradée par la misère, l'insalubrité et le vice. A l'aspect de ces rues ténébreuses, les étrangers fuient notre cité" (Pontmartin 1845 : 177-194).

88Il est certain qu'il fallait trouver un moyen d'endiguer les foyers endémiques, de problèmes d'hygiène certes, mais aussi de rébellion qui couvaient dans ces quartiers miséreux (fig. 13).

13-Anonyme, extrait du plan de la ville de Lyon indiquant les positions occupées par la garnison et les insurgés pendant les journées du 9 au 14 avril 1834

13-Anonyme, extrait du plan de la ville de Lyon indiquant les positions occupées par la garnison et les insurgés pendant les journées du 9 au 14 avril 1834

Vers 1853

Lyon, AML 3 S 732
Cl. J. Gastineau

89De plus, il était clair que la misère et la paupérisation latente des quartiers de la rive droite de la Saône étaient en train de gagner la Presqu'île ; de la même manière qu'un siècle plus tôt les marchands, les notables... avaient déserté les quartiers Saint-Georges, Saint-Jean et Saint-Paul, l'émigration était amorcée de la Presqu'île vers les quartiers neufs des Brotteaux en rive gauche du Rhône.

  • 14 Revue Britannique, n° 2, février 1846.

90Quant à la vision que pouvaient en avoir les voyageurs, le récit de Charles Dickens14 qui séjourne à Lyon en 1845 est tout à fait éloquent : "Quelle ville est Lyon ! Il est certaines circonstances malheureuses où les gens vous disent qu'il leur semble être tombés des nues. Ici, c'est une ville toute entière qui s'est laissée descendre de cette région là-haut, à la manière de ces pierres qui, avant de retomber, ont d'abord été ramassées dans quelque lande ou autre plaine stérile. Les deux grandes rues à travers lesquelles coulent les deux grands fleuves de Lyon et toutes les petites rues qui y cherchent une issue étaient brûlantes comme des ventouses, étouffantes, puantes, hideuses ; les maisons hautes et vastes, sales à l'excès, pourries comme de vieux fromages et aussi peuplés. Ces maisons ont un essaim d'habitants jusqu'aux collines qui enferment la ville dans leur ceinture : nous vîmes toutes ces larves humaines se montrer à leurs fenêtres, pour sécher leurs haillons sur des perches, se traîner sur leurs portes, les unes pour sortir, les autres pour entrer, haletant sur le pavé, rampant entre des piles ou des ballots de marchandises, et vivant ou plutôt ne mourant pas, jusqu'à ce que leur heure fût venue, dans un récipient épuisé. Fondez toutes les villes manufacturières en une seule, vous aurez à peine une idée de Lyon, tel qu'il s'offrit à mes impressions ; j'y vis ou crus voir toutes les misères de nos propres cités industrielles concentrées dans une ville étrangère. L'effet en fut si désagréable sur mes yeux, mes oreilles et mon odorat que je ferais un détour de plusieurs lieues, plutôt que de rencontrer encore Lyon sur ma route".

Notes

1 Le terme de "colline" est constamment employé dans l'agglomération lyonnaise pour désigner les quartiers de Fourvière et de la Croix-Rousse, de manière impropre puisque ces quartiers se développent sur les plateaux et leurs pentes. Par tradition le terme colline sera toutefois utilisé.

2 Les fouilles du quai Saint-Antoine (Rapport Laroche et al. 1980) ne l'ont pas confirmé.

3 Etude réalisée au Centre d'Etude en Géographie et Aménagement. URA 260 CNRS, sous la direction de J.-R Bravard. Seuls les sites, Annexe Mairie, place L. Pradel et me Bellecordière n'ont pas fait l'objet d'une étude géomorphologique.

4 Datation fournie par la présence d'un squelette fossilisé dans les alluvions sablo-limoneuses.

5 Les travaux réalisés à la fin du XVIIIe s. par l'ingénieur Perrache ont repoussé les limites sud de la Presqu'île.

6 La capitale est alors Chalon-sur-Saône.

7 Fouilles réalisées par J.-Fr. Reynaud.

8 Texte latin établi par A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe s. (450-800), Paris. 1928 : 283-288. Traduction M. Rubellin.

9 Nizier est l'oncle de Grégoire de Tours. Il construit des églises et agrandit la maison épiscopale. Il réunit un concile entre 567 et 570 à Lyon. A sa mort en 583 il est enterré dans l'église qui prendra son nom ; des miracles se produisent sur sa tombe et son culte se développe rapidement.

10 Quod dum ad monasterium inter Ararim et Rhodamum situm in burgo Lugdunensi.

11 AML.-3 ii 5 à 17 (6 à 12 = Fourvière).

12 AML. 3ii5.

13 Communication orale de J.-Fr. Reynaud.

14 Revue Britannique, n° 2, février 1846.

Table des illustrations

Titre 2- Carte des formations quaternaires (région lyonnaise)
Légende D'après Mandier 1988.
Crédits Réalisation O. Franc
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre 3- Plan topographique de la ville de Lyon avec les chantiers archéologiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 5- Les différentes hypothèses de confluence à Lyon
Légende D'après Desbat 1982
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre 6- L'hypothèse d'A. Audin sur l'évolution de la confluence et l'emprise des quatre sites
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 7- Localisation des principaux sites fouillés entre 1983 et 1998 dans le centre de Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Tableau 1 : les fouilles archéologiques effectuées sur la Presqu'île lyonnaise entre 1983 et 1990
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre 8- Localisation des mosaïques
Légende (d'après Turcan 1980)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 9- Mosaïques retrouvées place des Célestins en 1876
Légende (Stern 1967)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 10- Lugdunum du IVe au Ville s.
Légende (d'après Reynaud 1986 : 57)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 11- Plan de Lyon au Moyen Âge par G. Guigue
Crédits AML 501 294CI. J. Gastineau
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre 12- Localisation des différents couvents mentionnés sur un extrait du plan de S. Maupin
Crédits Musée Gadagne à Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 13-Anonyme, extrait du plan de la ville de Lyon indiquant les positions occupées par la garnison et les insurgés pendant les journées du 9 au 14 avril 1834
Légende Vers 1853
Crédits Lyon, AML 3 S 732Cl. J. Gastineau
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1849/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Alpara, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access