Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La voie de l’Océan et ses abords, nécropoles et habitats gallo-romains à Lyon Vaise

 | 
Daniel Frascone

Synthèse : chronologie de l’occupation du versant

Texte intégral

1Un bas de versant ne constitue pas un cadre idéal pour la pérennité d’un ouvrage architectural. Pourtant, son évolution intrinsèque, depuis le début de l’Holocène, aurait tendu à une durable stabilité sans l’intervention humaine depuis le Néolithique (Bertran et al., à paraître). En effet, dès l’instant où il défriche sur une pente assez forte, l’homme s’expose à la réaction physique du milieu, matérialisée entre autres par des coulées de boue ou des ruissellements. Le facteur anthropique n’est cependant pas seul en cause, des phases hydroclimatiques humides pouvant localement induire des dégâts sur les installations humaines ; cependant le rôle de l’homme constitue bien souvent le facteur déclenchant (Vérot-Bourrely et al, 1995).

2Les occupations gallo-romaines découvertes lors des fouilles du BPNL confirment cette tendance et présentent une palette assez variée des interactions entre l’homme et le milieu qu’il aménage. La présentation des différentes installations développée dans les chapitres précédents a permis d’entrevoir ces échanges. Ainsi, la mise en place de la voie et de la nécropole a provoqué une totale métamorphose du paysage. De même, l’aménagement de zones habitables a entraîné des modifications au pied du versant. Ces installations ont été effectuées en prévoyant certains désagréments, mais la réflexion des aménageurs n’a pas toujours su anticiper une partie des conséquences que leurs propres travaux engendreraient sur la dynamique du versant.

3Dans le présent chapitre, les différentes traces d’occupation seront abordées dans l’ordre chronologique, permettant une vision de l’ensemble du site à des périodes distinctes. Dans la mesure où un certain nombre d’aménagements évoluent à cause de problèmes géomorphologiques, il a semblé intéressant d’articuler ces phases autour de phénomènes sédimentaires reconnus lors de la fouille et déjà abordées par ailleurs, en reprenant en partie des informations déjà développées.

Le versant avant les implantations gallo-romaines

4Lors de la création de l’antique Lugdunum, la colline de la Duchère devait être très peu mise en valeur. En particulier, les secteurs du BPNL ayant fourni des vestiges gallo-romains ne recelaient aucun élément de l’âge du Fer II. Les plus récentes traces humaines antérieures à la colonisation de la Gaule, découvertes dans ce cadre, concernent la période de Hallstatt et surtout l’âge du Bronze. Des occupations importantes datant du Bronze ancien et du Bronze final constituent les principales installations antérieures à la période romaine (Jacquet 1998).

5Durant le laps de temps assez long séparant les occupations protohistoriques de celles de la période gallo-romaine, le bas du versant a sans doute fait l’objet d’une reconquête végétale naturelle, d’autant plus que les installations des périodes antérieures ne paraissent pas avoir provoqué de défrichement intensif. Il est malgré tout difficile de décrire la réelle apparence de ce secteur au milieu du Ier s. av. J.-C. En effet, les seuls témoins éventuels d’événements survenus depuis la période de Hallstatt ont disparu, arasés par les aménagements contemporains. Quant aux sédiments colluviés postérieurs à l’occupation du Bronze Final 1 et visibles sur d’autres secteurs que celui arasé, ils semblent se déposer en deux phases distinctes. D’après la composition du sédiment et les comparaisons entre les secteurs (Franc, 1996), une partie s’est en effet déposée du Bronze Final au Hallstatt, l’autre postérieurement ou pendant l’occupation gallo-romaine, car les premiers vestiges d’habitats datés des Ier-IIe s. sont installés sur les colluvions protohistoriques (site de la Duchère). Ainsi, il est possible qu’une interruption dans la sédimentation se produise à La Tène et au début de l’époque gallo-romaine, à la suite de la cicatrisation du versant par la végétation et en l’absence d’occupation perturbatrice.

6La période de La Tène est, par ailleurs, connue sur la plaine de Vaise pour n’avoir laissé à peu près aucune trace, ni archéologique ni sédimentaire (Vérot-Bourrély et al., 1995, Bellon et al., 1994). Ce deuxième fait est même généralisable à l’Europe (Bravard et al., 1992) : La Tène représenterait une période climatique particulièrement stable, du point de vue de la dynamique sédimentaire fluviale et de versant.

Les grands travaux (fin du Ier s. av. J.-C. - début du Ier s. ap. J.-C.)

7La voie semble être le facteur essentiel de l’installation humaine sur le versant à l’époque gallo-romaine. Cependant, les conditions d’installation n’étaient pas aisées. La voie part en direction de la colline et doit la traverser par une pente abrupte jusqu’au plateau de la Duchère. Cela nécessite un déboisement important d’autant plus que la nécropole est installée en bordure. En cas de pluies importantes, cette brèche ouverte dans le versant allait concentrer des écoulements.

8Dans un premier temps, deux fossés de faible largeur sont creusés de part et d’autre et à proximité immédiate de la chaussée, et, afin de protéger la nécropole, qui ne s’installe que dans la partie aval, un bassin de rétention est aménagé en amont, dans lequel prennent place les cinq fours de la rive gauche. Ce bassin consiste en une dépression similaire à la dépression A, mais plus profonde, afin de protéger toute la zone funéraire. Des remblais, constitués de limon brun provenant du paléosol recoupé, sont installés pour faire barrage. Il n’est pas impossible, en outre, qu’en amont, des installations aient détourné l’essentiel des flux de l’autre côté de la voie, puisque les conditions naturelles y sont plus favorables. Un plan (fig. 125) propose une restitution de ces installations au début de l’Empire.

125 – Fin Ier av. – début Ier ap. J.-C.

9Dans un premier temps, l’anthropisation de ce secteur se fait de façon rationnelle et toutes les parades sont prévues afin de préserver la voie et la nécropole des ruissellements. Ces événements se situent dans les dernières décennies avant notre ère. Ces installations se montrent fiables au début, mais de nouvelles difficultés vont apparaître dès le début de notre ère.

Des installations initiales insuffisantes (début Ier s. ap. J.-C.)

10Au cours de la période augustéenne, au début du Ier s. ap. J.-C., des conditions particulières entraînent une remise en question des premiers aménagements. A la suite, probablement, de pluies plus abondantes qu’à l’accoutumée, les limites fonctionnelles du bassin de rétention apparaissent. Ceci se matérialise en coupe par l’accumulation de sables fins et d’argile de décantation, lités, et de poches de sédiment. Ces niveaux sableux et argileux sont manifestement des dépôts par stagnation d’eau. Mais, petit à petit, des courants un peu plus violents se manifestent, matérialisés par des lentilles de graviers. Cette accumulation de matériaux a provoqué un comblement progressif du bassin et des débordements ont sans doute menacé, voire inondé, la nécropole, à la suite de la rupture du barrage, dont on retrouve des lambeaux remaniés en coupe. Les fours de la rive gauche sont eux-mêmes inondés.

11De nouvelles installations sont alors mises en place, afin de pallier ces difficultés. Ceci se traduit par le creusement du fossé C, parallèlement à la voie, à l’extrémité ouest de la dépression A initiale. Ce fossé, d’une largeur ne dépassant pas 3 m, est profond de plus de 2 m et présente un profil en V très marqué, entamant les argiles de la terrasse alluviale. Il est clair, au regard de son profil, que sa fonction première est de drainer les eaux de ruissellement hors de la zone sépulcrale.

12La chronologie de la mise en place de ce fossé peut être déduite de l’emplacement des phases 1 et 2 de la nécropole (fig. 59a et b), au début du Ier s. ap. J.-C. Quant aux fours, en bordure de la dépression A, ils se retrouvent comblés par des sables lités, et leur durée de vie ne semble pas devoir se prolonger bien au-delà de l’époque augustéenne. Aussi, de nouveaux fours, creusés en sape sont-ils installés dans la berge ouest, un peu en arrière du fossé C.

13Sur le reste du site, des occupations de faible envergure, matérialisées par des sols de galets et de tuiles fragmentées, s’installent de part et d’autre de la voie, à environ 200 m à l’est et 350 m à l’ouest. Il n’est pas aisé de connaître la réelle fonction de ces espaces peut-être habitables. Cependant, alors que ces cabanes sont construites, des terrasses sont également aménagées en amont. Dans les deux zones concernées par ces « constructions légères », le versant est en effet remodelé. Ces terrasses sont matérialisées par deux murs dans la partie occupée à l’ouest et par un dénivelé important à l’est.

14Il faut supposer que, dans ces deux secteurs destinés à être occupés plus ou moins assidûment, les Gallo-Romains ont défriché la colline et, après décaissement partiel sur une certaine longueur, ont construit des murs de terrasses sur lesquels s’appuyait le terrain en place. Ces aménagements ont permis de contenir les éventuelles poussées susceptibles de menacer les secteurs habitables car, en amont, les terrains dénudés pour être mis en culture sont davantage sensibles aux processus d’érosion. La mise en culture est attestée par l’observation en lame mince, où sont visibles des illuviations caractéristiques des sols dénudés, notamment des sols cultivés (Bertran et al., à paraître).

Une relative stabilité avant de nouvelles difficultés (Ier s. - début du IIe s. ap. J.-C.)

15Durant une grande partie du Ier s., le fossé C remplit sa fonction de façon satisfaisante. Cependant, bien que des curages soient effectués dans sa longueur, l’entretien est de moins en moins rigoureux. De plus, des écoulements boueux se produisent, contribuant à son rapide comblement. Les premières vidanges pratiquées ont sans doute été effectuées sur toute la profondeur et peut-être sur toute la largeur du fossé. Mais, petit à petit, cet entretien s’est relâché : les évidements se font alors plus superficiels et les sédiments rebouchent rapidement le fossé. Celui-ci devient par conséquent toujours plus étroit, recoupant les remplissages antérieurs au moyen de curages partiels.

16Ce manque d’entretien va entraîner des débordements ponctuels et l’inondation périodique de la nécropole. De plus, au milieu du Ier s., les premières nappes caillouteuses apparaissent dans la dépression A. En rive gauche (B), d’autres s’étendent assez largement et les petits fossés initiaux de bordure sont comblés, si bien qu’un remblai est apposé sur la voie aval. Malgré cela, à la fin du Ier s., les ruissellements se font presque menaçants pour la voie, car les dépressions A et Β aval, peu profondes, se trouvent alors presque totalement comblées.

17Ces nouvelles menaces engendrent des transformations qui ne concernent plus la bordure ouest de la voie. D’une part la voie est rehaussée d’un remblai sur toute sa longueur, d’autre part, sur son côté est, on aménage un fossé, d’une largeur de 12 m, semblable à la dépression A : il s’agit de la dépression Β (fig 126) La mise en place de celle-ci peut être interprétée comme une déviation des flux en dehors de la zone funéraire. Il est possible que des installations en amont, prévues dès l’origine pour dévier les ruissellements éventuels du côté est de la voie, aient été renforcées et que le fossé Β ait servi à collecter ces écoulements. La mise en place du dernier radier de la voie et de la dépression Β est datable du début du IIe s. environ. Durant cette période, les zones des « fonds de cabanes » et des terrasses ne semblent pas subir de difficultés similaires. Le versant paraît stable sur les deux secteurs concernés par ce type d’occupation.

126 – Ier – IIe s. ap. J.-C.

Retour au calme, puis aggravation et abandon de la nécropole (IIe s.)

18Pendant que l’essentiel des flux semble s’écouler du côté est, de façon très ponctuelle toutefois, la nécropole se maintient sur la partie occidentale. Les niveaux des phases 4 à 6 sont cependant inondés à plusieurs reprises. Les curages, toujours plus sommaires, du fossé privent la nécropole de sa sécurité principale.

19Si les aménagements de l’autre côté de la voie (dépression B) avaient continué à dévier l’essentiel des écoulements, le comblement progressif du fossé C aurait eu de moindres incidences sur la pérennité de la nécropole. Il est probable que, au fur et à mesure de l’accumulation de dépôts alluviaux dans la dépression B, les infrastructures destinées à diriger les écoulements de ce côté de la voie se soient, elles aussi, en partie obstruées. C’est sans doute pour cela que, vers la fin du IIe s., des niveaux caillouteux se développent, sous la forme d’un cône de déjection, de part et d’autre de la voie. Ils sont matérialisés par des empilements de nappes de galets et de sables grossiers, parfois lités. Les nappes ne sont pas très bien triées, en général, et reflètent un transport massif et hétérogène dont le dépôt est assez soudain. La brutalité de l’événement, qui s’est reproduit plusieurs fois, explique l’abandon définitif de cette zone en tant que nécropole.

20Ainsi, après avoir transformé le versant de façon radicale (déboisement, nivellement, creusement de fossés...) les Gallo-Romains, du fait de négligences liées à l’ignorance, après plusieurs générations, du but originel de certains aménagements, et à cause d’une réaction assez exceptionnelle du versant, se trouvent, à la fin du IIe s., contraints d’abandonner le lieu funéraire pour lequel ils avaient, deux siècles durant, restructuré les abords, afin qu’il ne subisse pas de dommages naturels. Malgré cela, la dépression Β continue de faire son office, puisque quelques curages ont été décelés en coupe dans son remplissage. Grâce à cette protection, la voie, sur laquelle est quand même ajouté un remblai, perdure également, d’autant que les ruissellements, déjà relativement distants de la voie, ne se manifestent que de façon occasionnelle, lors de quelques orages ou de périodes particulièrement pluvieuses.

21Sur le reste du site, les « fonds de cabanes » semblent abandonnés, mais les terrasses subsistent. C’est même au pied de l’un des murs de terrasse qu’une nouvelle nécropole apparaît, à 300 m environ de la précédente (fig. 127). Aucun élément ne permet d’accréditer l’hypothèse d’un déplacement de la nécropole primitive, mais plusieurs arguments pourraient la justifier :

  • La première nécropole n’est pas abandonnée volontairement, mais plutôt à cause des contraintes naturelles ; de ce fait, il est probable que l’abandon de cette zone en tant que telle provoque la création d’une nouvelle aire destinée à ce même usage.

  • La deuxième nécropole contient des objets archéologiques (céramiques en particulier) semblables à ceux déposés dans les ultimes phases de la première nécropole ; de plus, le type de fosse majoritairement développé est également similaire : il s’agit de fosses charbonneuses avec ou sans urnes, mais dans lesquelles le mobilier est relativement abondant.

  • La deuxième nécropole s’implante sur une zone destinée antérieurement, puis postérieurement, à des habitations (fonds de cabanes, puis bâtiment avec mur de schistes et galets) ; cette nouvelle zone funéraire, établie à la fin du IIe s., pourrait surtout répondre au besoin urgent de trouver un emplacement pour cet usage.

127 – Fin IIe s. – début IIIe s. ap. J.-C.

22Devant les difficultés rencontrées dans l’entretien de l’ancienne nécropole, la position de la deuxième au pied d’un mur de terrasse paraît moins risquée.

23Toutefois, un élément essentiel peut rendre caduque cette argumentation : l’abandon de la première nécropole n’est sans doute que partiel. Il est probable que son extension s’effectuait dans la plaine, le long de la voie. En ce cas, la nécropole doit perdurer sur une partie de son emprise antérieure, qui se situerait à l’aval de la partie fouillée et qui pourrait avoir subi plus modérément les accidents observés dans le secteur fouillé.

Extension du cône de déjection (IIIe s.)

24Au cours du IIIe s., seule la voie est menacée par le cône de déjection. Les bas-côtés connaissent encore quelques aménagements anthropiques (curages de fossés, recreusements...), permettant de conserver un certain équilibre dans l’accumulation des sédiments alluviaux. La voie subit quelques inondations et quelques réfections, mais, dans l’ensemble, les dangers sont provisoirement écartés.

25Dans les autres secteurs, la sédimentation est beaucoup plus lente, car liée à des phénomènes de colluvionnement. Les difficultés connues à proximité de la voie et de l’ancienne nécropole sont absentes des autres espaces occupés. La concentration des problèmes hydrauliques dans ce secteur a permis de protéger toutes les autres aires d’occupation de ces phénomènes de ruissellement, d’autant que la présence de terrasses tendait déjà à préserver les installations placées en contrebas.

26Si le tracé de la voie concentre les écoulements, il est possible également qu’il capte l’ancien impluvium du talweg qui fonctionnait à l’âge du Bronze au nord-est, et qui est scellé par une couche gallo-romaine (Jacquet 1995) ce qui aurait renforcé substantiellement les écoulements.

27Pendant ce temps, la deuxième nécropole cesse d’être utilisée, sans qu’aucune contrainte géomorphologique ne motive cet abandon. Elle n’a fait que servir de relais à la plus ancienne ou constituer une entité autonome liée à un habitat voisin. Son abandon peut s’expliquer par un changement progressif des coutumes funéraires. Au cours du IIIe s., le passage progressif du rite de l’incinération à celui de l’inhumation s’observe généralement dans toutes les nécropoles gallo-romaines. Les quatre inhumations retrouvées dans l’espace de la nécropole sont sans doute les premiers éléments de cette mutation et, lorsque les nouvelles habitudes sont définitivement installées, le lieu initialement consacré à l’implantation des sépultures est abandonné.

28Après une période d’inactivité, cette zone est de nouveau occupée par un bâtiment (fig. 128). Pour le construire, les occupants décident de démanteler le mur de terrasse longeant la nécropole (et peut-être également l’autre, plus éloigné). L’essentiel des blocs de gneiss est récupéré, puisque seuls les galets subsistent dans la démolition du mur.

128 - Fin IIIe s. ap. J.-C.

Déplacement de la voie (début IVe s.)

29La protection de la nécropole n’étant plus nécessaire et la voie n’étant pas menacée par un danger imminent, les dépôts alluviaux ne sont plus canalisés et l’évacuation de ces sables et galets ne s’effectue que sommairement. Il faut dire que la topographie de cône de déjection, du fait de la migration des unités du cône au cours du temps, n’est pas propice au transport des sédiments, mais à leur accumulation. Par conséquent, les problèmes, qui au moment de l’abandon de la nécropole, ne semblaient guère importants, menacent désormais la voie. En effet, les eaux s’écoulent de part et d’autre de la chaussée, dans les axes des fossés A et Β. Ces derniers ne subsistent plus d’ailleurs que sous la forme de légères dépressions, car ils sont presque totalement comblés, particulièrement à l’aval. Désormais, le processus est irréversible, puisque, pour rendre les abords de la voie de nouveau salubres, il faudrait évacuer un volume trop important de sédiments alluviaux. Quelques palliatifs sont tentés, sous la forme de fossés, similaires au fossé C, creusés dans les remplissages de la dépression B, mais ces interventions ne semblent pas pouvoir empêcher la poursuite du phénomène de comblement des dépressions. Pourtant, la voie continue d’être utilisée, puisque des monnaies d’époque constantinienne (datables entre 300 et 350 environ) ont été retrouvées dans son ultime recharge de galets.

30Des niveaux de sables et de galets d’origine alluviale l’ayant recouverte, il faut penser que les Gallo-Romains ont songé progressivement à l’abandonner. La deuxième voie a donc dû être construite alors que la première était encore utilisée. Les inondations rendant l’ancienne voie définitivement hors d’usage ont pu avoir lieu alors que le deuxième axe était déjà fonctionnel (fig. 129). Malgré sa construction dans la pente, en contrebas de la première, la voie tardive est finalement protégée par les phénomènes qui ont détruit les installations de la première et la nécropole installée à l’origine sur sa rive. En effet, ce lit aménagé involontairement par l’homme devient l’axe privilégié des ruissellements du versant et diminue les risques d’inondations massives sur une largeur assez importante, de part et d’autre de son axe. Sans la présence de ce contexte, la deuxième voie aurait probablement subi les mêmes processus de ruissellement, car elle est encaissée dans une pente assez marquée. Cependant, une sorte de digue en terre, qui forme un bourrelet topographique, est aménagée sur un tronçon entre le cône et la deuxième voie.

129 - IVe s. ap. J.-C.

31Parallèlement à la mise en place de ce deuxième axe de circulation, le secteur oriental, originellement occupé par des fonds de cabanes et une terrasse aménagée, puis abandonné pendant plus d’un siècle, retrouve une activité. Un bâtiment semblable à celui construit dans le secteur de la deuxième nécropole est bâti à son tour. Son plan est plus complexe et il n’est pas impossible que l’absence de mur de terrasse soit liée en partie, comme cela est probablement le cas pour l’autre bâtiment au sud-ouest, à la récupération de ses matériaux pour la construction de l’habitation installée légèrement en contrebas.

32Malgré l’abandon des murs de terrasses, les deux secteurs habités ne subissent pas de contraintes naturelles notables.

Abandon vers la fin du IVe siècle

33La fin du IVe s. ou le début du Ve s. n’est pas marquée par de grands bouleversements du versant. Une relative stabilité caractérise cette période, puisque, mis à part le cône de déjection toujours actif, l’ensemble du bas de versant ne connaît pas de phénomènes érosifs ou alluviaux inquiétants. L’absence des murs de terrasse ne paraît pas entraîner de dangers pour les installations voisines. En effet, les bâtiments sont abandonnés volontairement, sans qu’aucune cause naturelle n'ait motivé ces évacuations. En revanche, la voie perdure, car elle permet de maintenir les échanges avec le nord de la ville antique. Le contexte dans lequel elle se trouve n’évolue pas.

Après l’Empire romain

34Il est difficile de dater précisément les événements qui se déroulent entre le Ve et le XIIIe s. En effet, il s’agit surtout de changements géomorphologiques, et seule la remise en valeur de ce bas de versant au XIIIe s., avec la présence d’une maladrerie, au-dessus du cône de déjection, permettent de caler les phases intermédiaires. Cependant, partant de l’hypothèse que l’accumulation est continue sur le cône, et par comparaison avec les vitesses des séquences sédimentaires précédentes, le cône de déjection au droit de la première voie pourrait cesser de fonctionner dès le début du Moyen Âge.

35Le colluvionnement postérieur est différent de celui observé dans les phases antérieures, surtout dans les zones limitrophes du cône de déjection. Cette sédimentation, généralement caractérisée par un dépôt limoneux relativement homogène, est marquée, dans les parcelles attenantes au cône de déjection, par une quantité bien supérieure de gros galets amenés du haut de la pente par le cône de déjection.

36Au moment de la construction de la maladrerie, l’essentiel des installations gallo-romaines devait être invisible, à l’exception, peut-être, d’une partie de l’axe de circulation. En effet, des chemins médiévaux seront installés en plusieurs phases sur un axe voisin de celui des deux voies antiques. Toutefois, l’épaisseur de sédiments alluviaux sur la plus ancienne des deux voies compromet sa visibilité plusieurs siècles plus tard. De même, l’axe le plus récent est recouvert par une épaisse couche de colluvions et doit être invisible au XIIIe s. En fait, c’est à l’aval de la zone fouillée et peut-être aussi en amont que les axes antiques ont pu perdurer, car les conditions géomorphologiques étaient différentes et peu favorables à un enfouissement.

Table des illustrations

Légende 125 – Fin Ier av. – début Ier ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 126 – Ier – IIe s. ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 127 – Fin IIe s. – début IIIe s. ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 128 - Fin IIIe s. ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 129 - IVe s. ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1833/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access