Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La voie de l’Océan et ses abords, nécropoles et habitats gallo-romains à Lyon Vaise

 | 
Daniel Frascone

Chapitre III. Les nécropoles

Texte intégral

1Deux nécropoles distinctes ont été découvertes sur le tracé du BPNL. Dans les deux cas, la pratique de l’incinération constitue le rituel essentiel. La plus ancienne s’étend le long de la voie de l’Océan (dans son premier état), uniquement à l’ouest de celle-ci, et perdure de la période augustéenne jusqu’aux dernières décennies du IIe s. ap. J.-C. (fig. 57). L’absence de tombes datables de la fin du Ier s. peut s’expliquer par l’extension de la nécropole hors de l’emprise de la fouille, du côté sud ; toute la population inhumée ou incinérée n’a donc pas pu être retrouvée.

57 - Plan de la nécropole I.

2La deuxième nécropole en revanche paraît constituer un noyau compact et a été étudié dans sa totalité. En effet, le décapage de ce secteur (près des murs de terrasses) s’est étendu bien au-delà des limites de la nécropole et, au cas où elle aurait été plus vaste, des tombes auraient probablement été repérées alentour. De même, aucune voie ne semble desservir cette zone, mais il convient de rester prudent et de ne pas éluder totalement l’hypothèse d’une disposition semblable à celle de la première nécropole, le long d’un axe de circulation. La présence de 42 tombes au total ouvre également la possibilité d’une nécropole privée en relation avec un éventuel groupe d’habitations voisin. La chronologie des tombes de la deuxième nécropole est plus restreinte et plus récente que celle de la première : de la fin du IIe s. au milieu du IIIe s. au plus tard.

3Contrairement aux nécropoles déjà fouillées à Lyon, les deux ensembles ne recelaient aucune incinération primaire.

  • 13 Les éléments de comparaisons seront développés en fin de chapitre.

4La première a livré 44 lambeaux d’ustrina* (aires de crémation) ce qui justifie la pratique de l’incinération secondaire*. Les défunts sont en effet brûlés sur un bûcher avant que leurs restes ne soient récupérés et reversés dans une urne ou directement dans une fosse (fig. 58). Dans le cas de l’incinération primaire*, pratiquée entre autres, sur la nécropole de la Favorite13, le bûcher sert également de tombe. Il paraît évident que la présence d’incinérations primaires ne s’accompagne pas d’ustrina qui n’ont alors aucune raison d’être. Toutefois, cette distinction entre le mode de crémation pratiqué à la Favorite ou sur les nécropoles du BPNL peut correspondre à des critères sociologiques différents et peut-être à des regroupements de certaines populations dans des nécropoles particulières.

58 - Vue de quelques fosses à incinération avec une urne en premier plan.

La nécropole I

5La situation de cette nécropole revêt un caractère à la fois classique et exceptionnel (fig. 57). Sa disposition le long d’une voie, son éloignement de plus de 200 mètres des habitations les plus proches et son emplacement à l’extérieur des limites connues de la ville antique constituent des éléments typiques et traditionnels des nécropoles romaines. Mais sa position dans une pente relativement importante a favorisé le ruissellement ponctuel d’eaux pluviales à l’origine de dépôts sédimentaires de nature variable selon leur dynamique. Ainsi, certaines aires de crémation et certains niveaux d’utilisation ont-ils été scellés par des litages sableux ou gravillonneux. Il en résulte une stratification des vestiges funéraires, phénomène habituellement difficile à percevoir. Ces niveaux ont permis de préciser ou d’améliorer les datations parfois lacunaires — à cause de la faible quantité de matériel archéologique recelée par les sépultures ou les aires de crémation — et de déduire un phasage à partir des différentes données de la fouille.

Méthodologie et quantification des vestiges

6Le mobilier associé aux différents vestiges funéraires peut varier, tant en quantité qu’en pertinence chronologique. Certes, la plupart des tombes fouillées intégralement — et non perturbées par les alluvions — ont généralement fourni suffisamment d’objets pour qu’une datation, même un peu large, puisse être proposée. Cependant, la plupart des inhumations de nourrissons et d’adultes, ainsi que les aires de crémation, ne contenaient que de très rares tessons, voire aucun mobilier. Ainsi, sur 123 incinérations ou résidus d’incinération, 36 inhumations et 44 ustrina, ou lambeaux d’ustrina, près de la moitié sont dépourvus d’indices fiables de datation.

7Afin d’utiliser les données dans leur intégralité, et parce que le contexte le permettait, il a été décidé de recourir aux moyens informatiques pour tenter de combler les lacunes dues à la fouille urgente et au manque de mobilier datable pour un grand nombre de structures funéraires. Les données issues de la fouille proprement dite sont les suivantes :

  • un repérage de chacun des vestiges en altitude et en plan ;

  • des coupes stratigraphiques placées perpendiculairement à la voie et aux fossés et parallèlement à la pente. Ces coupes sont au nombre de 5, réparties à différents endroits de la pente et dans lesquelles sont visibles certaines incinérations et la plupart des niveaux alluviaux ayant affecté ce bas de pente. Le fossé C se retrouve dans chacune de ces coupes ainsi que la voie et la dépression A (bassin de rétention en haut de pente) ;

  • un secteur (zone 3), en bas de pente, a été fouillé de façon plus fine que les autres et certaines observations ont permis d’attester la présence d’une sorte de stratification des niveaux de crémations et des incinérations elles-mêmes avec les alluvions.

8À partir de ces éléments, une restitution en 3 dimensions de tout le secteur a été élaborée au moyen d’un logiciel de dessin approprié (AUTOCAD LT). La mise en place, sur la même base de données, des coupes stratigraphiques et des vestiges funéraires a permis d’observer toute la zone fouillée par transparence, quel que soit le point de vue choisi. Ce plan ne fait que restituer les éléments tels qu’ils se situaient réellement sur le terrain. C’est ainsi qu’en se plaçant dans l’axe de la voie ou du fossé C, il est apparu que la dépression A était bien plus profonde en amont qu’en aval, d’où la déduction de la possible présence d’un bassin de rétention dans cette partie du site. De même, si l’on se place dans l’axe du fossé C, on remarque que certaines phases d’alluvions bien identifiables se correspondent assez bien, mais que la pente est un peu plus accentuée vers l’amont. Ces diverses observations ont eu pour incidence de guider notre démarche dans l’optique d’une restitution de différentes phases d’utilisation de la nécropole. Dans la mesure où la déclivité variait du bas vers le haut, nous avons sélectionné les coupes et les sépultures correspondant à de petites zones afin de raisonner sur des données comparables les unes aux autres. Les différents secteurs de la nécropole se réfèrent donc à une ou deux coupes suffisamment proches pour qu’une projection, après correction de l’effet de pente, restitue dans les meilleures conditions l’emplacement de la sépulture ou de l’aire de crémation parmi les couches relevées au cours de la fouille. Cependant, certaines coupes sont plus incomplètes que d’autres car elles ont été effectuées à un moment où des décapages avaient déjà évacué les niveaux supérieurs. Certaines tombes ne peuvent donc pas être replacées de façon précise et il arrive qu’elles se situent sur des bermes non relevées en dessin placées plus haut que les limites des coupes les plus proches. Cependant, cela ne concerne que des sépultures de la phase la plus tardive de la nécropole se situant dans la zone aval.

9Ainsi, les lacunes dues à la pauvreté en restes anthropiques ont pu en partie être comblées par les observations effectuées au cours de la fouille ou après la mise en place des données sur ce logiciel de dessin. Les diagrammes conçus d’après les données de fouille ont pu être confirmés par les données informatiques. Les niveaux successifs observés de la sorte ont donc permis d’intégrer aux phasages chronologiques - et également aux études du rituel - les vestiges dont la teneur en mobilier n’aurait pas suffi à elle seule. La mise en place de tombes liées à des phases alluviales a, en outre, permis de préciser et affiner les observations effectuées au cours de la fouille. Certaines aires de crémation ensevelies sous une couche de sables lités de faible épaisseur étaient parfois placées sous d’autres zones rubéfiées recouvertes à leur tour de dépôts alluviaux peu épais et ainsi de suite. De même, certaines fosses à incinération étaient placées au-dessus d’autres plus anciennes. Le but recherché ne consiste pas à définir une phase correspondant à chaque niveau d’inondation : cela constituerait un découpage trop fragmentaire tendant à restituer, au mieux, la succession des faits liés au rituel funéraire, mais pas forcément des ruptures chronologiques pertinentes. De plus, en raison de l’urgence liée à la fouille de sauvetage, certaines zones ont été décapées rapidement, ne conservant pour témoins que des coupes ponctuelles. Les données sont donc inégales d’un secteur à l’autre.

10Le matériel datable (céramiques, fibules, lampes à huile, monnaies) met en évidence deux grandes périodes d’utilisation de la nécropole : les règnes d’Auguste à Claude d’une part et ceux d’Hadrien à Marc-Aurèle d’autre part. Peu de tombes datées de la période intermédiaire ont pu être observées. Le mobilier ne permettant pas toujours de différencier une tombe des années dix d’une des années trente, ou encore du règne d’Hadrien de celui d’Antonin le Pieux, le phasage a semblé déterminant pour subdiviser les périodes extrêmes et privilégiées de la nécropole. L’élément essentiel et déterminant de ce découpage chrono-stratigraphique est donc la base de données informatiques incluant sur un même plan les coupes de terrain et tous les vestiges liés au secteur. Les caractéristiques du mobilier et les observations stratigraphiques ont permis de corriger, par secteur, les erreurs nées des irrégularités du pendage. C’est ainsi que des coupes cumulatives ont pu être établies et que des groupes de tombes se sont révélés synchrones malgré le manque de données archéologiques caractérisant certaines d’entre elles.

Évolution

11Durant deux siècles, les abords de la voie de l’Océan ont été occupés par cette nécropole. Il est fort probable que celle-ci ne se cantonne pas au seul espace mis au jour au cours de la fouille. Il paraît difficile qu’elle se soit étendue en amont, la pente devenant plus forte et les vestiges s’atténuant très fortement sur la parcelle fouillée. L’absence de tombes durant la 2e moitié du Ier s. ap. J.-C., à un moment où les ruissellements semblent plus importants, permet de supposer que les sépultures sont alors disposées plus en aval, vers la plaine. La nécropole semble en outre faire partie des grandes nécropoles de Lyon et il est possible qu’elle s’étende le long de la voie au-delà des limites d’emprise de la section fouillée.

12Son extension ne s’effectue pas seulement de la pente vers la plaine comme cela semble être le cas entre les règnes de Claude et de Trajan ; il existe aussi des empiétements latéraux par rapport à la voie. Ces oscillations semblent étroitement liées aux aménagements et aux ravinements sur le flanc de la colline. L’implantation des tombes - et aussi leur destruction - est donc dépendante de ces diverses restructurations de l’espace au fil du temps.

13Les six phases chronologiques distinguées dans cette nécropole sont issues de l’observation de ces évolutions. Ce n’est que par la suite qu’une confirmation a pu être donnée par le mobilier des tombes d’abord regroupées de cette façon.

La période d’auguste (27 av. J.-C.-14 ap. J.-C.) à Claude (41-54)

Phase 1

14Au total, 21 incinérations secondaires dont 16 attestent la présence d’une urne, 4 inhumations et 3 aires rubéfiées sont attribuées à cette phase.

15La majorité des tombes attribuées à ce groupe est disposée dans un terrain exempt d’aménagement, à l’ouest du fossé C. Elles semblent alignées le long de ce fossé. Il n’est pas impossible que certaines se soient trouvées à l’emplacement du fossé C dont le creusement a pu être entrepris postérieurement. Cette hypothèse est corroborée par le fait que certains éléments pouvant appartenir à cette phase ont été retrouvés en vrac dans le fossé, mais aussi en place dans une bande de terre subsistant entre la dépression A et le fossé C. On peut alors penser que la bande destinée à cette première phase était plus large à l’origine et que la mise en place du fossé C a entraîné la destruction de certaines fosses. Il est d’ailleurs possible, également, que des fosses situées dans l’axe du fossé aient été vidées, puis déplacées dans un nouveau secteur (fig. 59a).

59a - Répartition des vestiges funéraires de la première période (phase 1) de la nécropole I (les inhumations sont indiquées en italique, les ustrina en caractère gras et les incinérations en caractère standard).

16Dans l’ensemble, une certaine unité caractérise les tombes de cette phase, disposées presque exclusivement du côté ouest du fossé C. La plupart des fosses contiennent seulement une urne en céramique noire dont l’aspect rappelle celles de la nécropole de la Gatasse dans les Bouches-du-Rhône (Chausserie-Laprée 1987). La comparaison est d’autant plus intéressante que l’aspect même de la fosse et la rareté du mobilier sont également communs ainsi que la datation augustéenne.

Phase 2

1727 incinérations dont 14 contiennent une urne, 8 inhumations et 2 aires rubéfiées ont pu être attribuées à cette phase (fig. 59b).

59b - Répartition des vestiges funéraires de la première période (phase 2) de la nécropole I.

18Elle semble intervenir après la mise en service du fossé C. Toutes les tombes sont disposées à l’est de celui-ci. Elles semblent, en revanche, s’établir principalement sur la berme séparant les creusements A et C, terrain en place et similaire à celui contenant les tombes de la première phase. La dépression A de la partie aval du site ne paraît pas encore avoir été aménagée ou, à défaut, ne semble pas encore recevoir de tombes. Toutefois, certains ustrina contemporains de cette phase peuvent s’être installés dans cet espace, la berme recevant les sépultures étant trop étroite pour l’établissement d’un bûcher. Avant le creusement de la dépression A. ces aires rubéfiées ont pu être installées sur le terrain en place, puis détruites au cours de l’aménagement de cette cuvette. Il n’en resterait alors qu’une faible partie, d’autant que les ravinements postérieurs dans la dépression A ont très bien pu détruire certains de ces éléments subsistants.

19Le contenu des fosses de cette période est assez homogène. La présence d’une urne en céramique est attestée dans la majorité des cas. Ces urnes correspondent à des formes assez semblables dans l’ensemble, mais dont des caractéristiques typologiques les distinguent de celles de la phase 1. Il s’agit de céramiques communes grises, souvent très volumineuses, au col côtelé. Des couvercles sont souvent placés au sommet du remplissage des urnes. La présence de balsamaires en terre cuite, déjà observée dans certaines fosses de la phase 1, est encore attestée ici, mais des fioles en verre font leur apparition dans cette phase. Dans l’ensemble, le mobilier n’est pas très abondant dans ces tombes, même si des pichets en terre cuite sont parfois présents, ainsi que quelques monnaies placées dans les urnes, ce qui n’existait pas dans la phase 1.

20Chronologiquement, il est possible de placer cette 2e phase dans une période couvrant essentiellement le règne de Tibère (14-37), certaines tombes étant éventuellement datables de la fin du règne d’Auguste (27 av. -14 ap. J.-C.), au plus tôt, ou celui de Caligula (37-41) et les premières années de Claude (41-54) au plus tard.

Phase 3

21Cette phase comprend 19 incinérations dont 4 en urne, 12 inhumations et 13 aires rubéfiées (fig. 59c).

59c - Répartition des vestiges funéraires de la première période (phase 3) de la nécropole I.

22Elle regroupe des sépultures installées dans la dépression A dont l’installation semble intervenir entre les phases 2 et 3. Certaines de ces tombes semblent avoir également été placées au-dessus des premiers remplissages du fossé C, à un moment où son comblement est tel qu’il forme une cuvette peu marquée dans laquelle se déposent ponctuellement des litages de sable. Les fosses à incinération de cette période sont peu nombreuses, mais les inhumations d’enfants en bas âge sont bien représentées. Le mobilier n’est pas très abondant, caractérisé toutefois par une présence significative de sigillée italique placée comme offrande sur le bûcher et de pichets en commune claire dont la destination peut varier : on les retrouve tantôt en dépôt primaire, tantôt en dépôt secondaire. Quelques-unes de ces tombes contiennent également des monnaies datables principalement du règne de Tibère (14-37).

23Il n’est pas certain que le décalage chronologique soit très long entre la phase 2 et la phase 3 et il est également possible que certaines des tombes de cette phase aient encore pris place sur la berme séparant les fossés A et C. Une datation aux environs des années 30-50 est justifiée par d’éventuels recoupements avec les périodes antérieures et postérieures. Cette phase s’étend sur une zone plus vaste que les précédentes, car elle correspond aux premières grandes difficultés dues aux inondations, et les fluctuations hydrologiques, voire les érosions, doivent rendre certaines parties du terrain plus impraticables que d’autres.

24Le grand nombre d’ustrina pourrait être lié à l’utilisation de la zone excavée (dépression A) pour la crémation dès la phase 2, voire 1. En effet, on constate que la zone de crémation est assez circonscrite et que plusieurs niveaux se succèdent dans un même espace sans qu’il soit possible de définir s’ils correspondent à des phases chronologiques bien distinctes. Dans le cas où ces aires rubéfiées seraient liées en partie aux phases 1 et 2, cela indiquerait que la dépression A aurait été élaborée dès la mise en place de la nécropole. Cela n’est pas certain au vu de la répartition des tombes au cours des deux premières périodes, à moins que l’espace de la dépression A ait plutôt été prévu pour la crémation seule, excluant l’inhumation des restes incinérés.

La période d’Hadrien (117-138) à Marc-Aurèle (161-180)

25À partir de la quatrième phase, des inondations viennent sceller des niveaux d’incinération. De ce fait, la sériation des trois périodes du deuxième siècle est assez aisée. En effet, plus que des nuances dans la répartition spatiale des vestiges, la disposition stratigraphique tient désormais une place importante. Des dépôts graveleux de grande amplitude constituent, en effet, des repères très nets dans la stratigraphie. Ils séparent ainsi les niveaux 4 et 5 et les tombes de la phase 6 s’installent au sommet de ces dépôts.

26La dépression A étant comblée, les sépultures de ces trois phases s’installent essentiellement dans l’axe du fossé C qui subsiste sous la forme de chenaux très étroits et parfois de part et d’autre de cet axe. L’extension dans la pente est également moindre que pour les phases précédentes. L’essentiel des tombes du IIe s. ap. J.-C. se cantonne au bas de la pente sur une dizaine de mètres de longueur au nord de la limite d’emprise de la fouille.

Phase 4

27Les vestiges funéraires de cette phase se répartissent en 16 incinérations dont 3 pourraient contenir une urne (cruche), 8 inhumations et 6 aires rubéfiées (fig. 60a).

60a - Répartition des vestiges funéraires de la deuxième période (phase 4) de la nécropole I.

28La présence de sigillées gauloises (principalement Drag.33, Drag. 18-31 et Drag.36) est assez systématique, avec parfois un nombre important de formes. Les pichets en commune claire à bord triangulaire, fond plat et anse bifide sont souvent entiers, ainsi que les petits pots ovoïdes en commune rouge à engobe micacé. Les figurines en terre blanche de l’Allier sont surtout représentées dans des tombes de cette phase.

29Les sépultures se situent en bas de pente, mais l’extension de la zone concernée est assez importante, puisqu’elle mesure plus de 15 m de longueur à partir de la limite d’emprise de la parcelle fouillée, au sud.

30Les dates proposées concernent le règne d’Hadrien et éventuellement la première moitié de celui d’Antonin le Pieux, soit des années 110-120 aux années 150 environ.

Phase 5

31Cette phase est composée de 21 incinérations dont 8 en urne (surtout des cruches en commune claire) et de 9 aires rubéfiées sans aucune inhumation.

32Un certain nombre de fosses à incinération de cette période sont pourvues d’une urne en commune claire au bord arrondi, anse plate et fond annulaire. Certains de ces éléments existent dans la phase 4 et la phase 6, mais leur usage le plus systématique semble correspondre à cette phase. En revanche, peu de changements marquants la caractérisent par rapport à la précédente. La présence de sigillées gauloises, de petits pots ovoïdes en commune rouge à engobe micacé et de pichets à bord triangulaire, anse bifide et fond plat en commune claire est en effet attestée dans les deux phases. Tout juste peut-on remarquer, concernant les pichets et les pots ovoïdes, une présence plus fragmentaire de ces objets en phase 5, comme si, d’essentiels, ils devenaient résiduels (fig. 60b).

60b – Répartition des vestiges funéraires de la deuxième période (phase 5) de la nécropole I.

33L’emplacement de cette phase est assez semblable à celui de la phase 4, s’étendant sur une longueur assez importante au-delà de la limite d’emprise (cf. plan). Les datations proposées couvrent probablement le règne d’Antonin le Pieux (138-161).

Phase 6

34Les vestiges de 15 incinérations dont 7 en urne (principalement cruches et amphorettes), 1 inhumation, et 2 aires rubéfiées composent cette phase.

35Certaines nouveautés apparaissent parmi les céramiques déposées dans ces fosses. Les plats tripodes en céramique grise ou rouge à engobe micacé, les marmites à lèvre horizontale moulurée ou les fragments de couvercles en céramique commune africaine ne sont, en effet, représentés que dans les tombes attribuées à cette période. La présence d’amphorettes servant d’urne est également attestée dans quelques tombes de cette phase, alors que cela n’était pas le cas antérieurement.

36Les différences qui distinguent cette phase des précédentes sont faibles : les fosses sont très charbonneuses, les offrandes varient en quantité, la sigillée gauloise devient de plus en plus anecdotique dans ces dépôts.

37La répartition spatiale de ces sépultures présente aussi quelques particularités. Il s’agit d’un noyau assez concentré situé en bas de pente, en limite d’emprise du site. Peu d’éléments de cette phase sont placés plus haut dans la pente, contrairement à la phase 4 et, dans une moindre mesure, la phase 5 (fig. 60c).

60c - Répartition des vestiges funéraires de la deuxième période (phase 6) de la nécropole I.

38D’après les éléments chronologiques apportés par ces sépultures, il est possible de placer cette phase autour du 3e quart du IIe s. ap. J.-C., avec un éventuel prolongement au-delà du règne de Marc-Aurèle jusque vers les années 190-200 environ.

39Le faible nombre d’aires rubéfiées pourrait être lié, comme cela est le cas pour les phases 2 et 3, à une éventuelle appartenance des ustrina de cette phase à l’inventaire de la phase 5.

40Enfin 4 incinérations, 2 inhumations et 7 aires rubéfiées n’ont pu être attribuées à aucune phase, faute de quantité suffisante de mobilier et de repère stratigraphique précis.

Catalogue des tombes
Nous ne présentons dans ce volume que quelques fiches de sépultures représentatives de chacune des six phases (cf. encarts). Toutefois l’intégralité des tombes est présentée suivant le même système de fiches dans un CD fournis sur simple demande au service régional de l’archéologie.
Les fiches correspondent aux observations faites sur chacune des tombes. Les différentes rubriques concernent la morphologie de la fosse, l’analyse des différents éléments justifiant le phasage, dont l’inventaire du mobilier et la répartition des dépôts primaires et secondaires, une restitution dans une coupe stratigraphique de la position de la tombe concernée, un repérage en plan afin d’observer les éventuelles évolutions spatiales de la nécropole au cours de son utilisation. L’analyse anthropologique est également prise en compte.
À partir de l’inventaire individuel de chaque tombe et des différentes observations effectuées, des confrontations pourront être effectuées concernant les dépôts de mobilier sur le bûcher et dans la fosse, les dépôts en urne, les tris effectués lors de la récupération des restes incinérés, la présence de denrées alimentaires. Il sera ainsi possible de discerner des évolutions chronologiques et d’éventuelles constantes dans la mise en place des dépôts au cours des différentes périodes.
Préalablement à la présentation du catalogue des sépultures, certaines précisions doivent être apportées afin que la lecture des informations puisse être aisément accessible. Cela concerne en particulier l’inventaire du mobilier. Il est constitué d’une partie descriptive accompagnée de la représentation des éléments suffisamment complets pour qu’un dessin puisse en être effectué. Une correspondance numérique est établie entre la description et la représentation. Chaque céramique dessinée est accompagnée d’un graphique en secteurs dont la partie noircie correspond à la partie subsistante de la céramique issue de la fosse.
En outre, les objets présentant des traces évidentes de feu dues à leur présence sur le bûcher sont regroupés dans la catégorie des dépôts primaires, même s’ils sont ensuite récupérés et déposés dans la fosse, les autres dans la catégorie des dépôts secondaires. Une troisième catégorie apparaît parfois, regroupant les éléments de dépôt indéterminé.
Ces fiches ont été constituées afin de regrouper en une page la totalité des informations sur chaque sépulture. Il résulte parfois de ce choix une certaine densité ne mettant pas toujours tous les objets en valeur. Afin de pallier cette présentation à une échelle trop petite, les fibules, les statuettes en terre cuite et les lampes à huile issues des incinérations ont en outre été regroupées sur des planches spécifiques afin que le lecteur puisse, le cas échéant, observer plus précisément ces différents dépôts. Dans la mesure du possible, la représentation au quart a été adoptée, le tiers étant d’un rapport trop important pour qu’une seule page puisse suffire pour une sépulture. Cependant, la quantité variable d’objets par tombe a parfois imposé le choix d’une échelle plus faible.

Les incinérations

41En préambule à une étude morphologique des fosses à incinération, il convient de rappeler leur nature. Le lot étudié ne concerne que des incinérations secondaire en urne ou en fosse ; aucune incinération primaire n’a en effet été retrouvée sur la partie fouillée de cette nécropole ni d’ailleurs dans la deuxième. On peut en outre considérer que les pratiques diffèrent assez peu entre le creusement d’une fosse recevant une urne et celui d’une fosse regroupant l’ensemble des restes incinérés. Il est simplement possible, et cela semble s’être vérifié dans certain cas, que les fosses destinées à recevoir une urne seule soient un peu plus réduites que les autres.

Morphologie

42L’arasement et les ravinements, nombreux dans cette nécropole, ont quelque peu altéré l’apparence des fosses à incinération. Certaines n’ont subsisté que sur les quelques centimètres inférieurs et, de ce fait, ni la profondeur, ni les mesures de longueur et de largeur ne peuvent être données avec précision. Certaines incinérations sont matérialisées par des dépôts d’urnes accompagnées de très peu de sédiments charbonneux. Dans ces conditions, il n’est pas toujours aisé de percevoir les dimensions réelles du creusement. En tenant compte de ces impondérables, il est possible de dresser un bilan général des dimensions des tombes toutes périodes confondues, dans la mesure où les études par phases se référeraient à un nombre parfois trop réduit d’individus. Dans l’ensemble, les fosses sont plutôt ovales que rectangulaires et les mesures sont effectuées suivant des axes et non plus des côtés. Un graphique (fig. 61) permet d’obtenir une vision globale de ces données, tout en mettant en valeur des disparités entre les fosses de la première moitié du Ier s. et celles du IIe s.

61 - Répartition des fosses à incinération selon leurs dimensions.

43Les groupes de tombes les plus importants concernent des éléments dont la longueur est peu différente de la largeur : 15 de 0,20 m. 14 de 0,30 m. 10 de 0,40 m, 12 de 0,50 m et 10 de 0,60 m. Les autres grandes catégories représentées regroupent des fosses dont les côtés sont à peu près égaux. La forme générale peut cependant être soit pseudo-circulaire, soit quadrangulaire.

44L’observation des grandes périodes chronologiques (Auguste-Claude d’une part et Hadrien-Marc Aurèle d’autre part) permet de nuancer les données globales de la nécropole.

45Les mesures prises sur les tombes de la période julio-claudienne sont, pour la plupart, inférieures à 60 cm de diamètre et une majorité se situe entre 20 et 30 cm. Cela peut s’expliquer en partie, peut-être, par l’absence de charbons de bois dans le sédiment de la fosse et sa relative identité avec le terrain encaissant. En outre, ces dépôts consistent pour l’essentiel en une céramique commune noire utilisée comme urne et déposée dans la fosse sans offrande particulière. Dans ce cas, il n’est effectivement pas nécessaire de pratiquer une cavité excessivement vaste pour un dépôt au volume limité. Le fait que les limites soient invisibles peut indiquer que le creusement possède des dimensions à peine plus importantes que celle de l’urne.

46En revanche, les incinérations du IIe s. présentent des dimensions plus fluctuantes, liées probablement à la variété des types de dépôts.

47La largeur des fosses varie entre 0,30 et 0,70 m et leur longueur entre 0,30 et 0,90 m dans la plupart des cas. Cependant, on note une prépondérance de creusements de 0,50 à 0,80 m de côté. Dans l’ensemble, les sépultures du IIe s. paraissent plus vastes que celles du début du Ier s. Plusieurs explications peuvent être proposées :

  • Le sédiment du remplissage est généralement charbonneux et se distingue donc aisément du terrain encaissant. De ce fait, il est plus facile de cerner les limites réelles du creusement.

  • La plupart des fosses de cette période ayant recueilli une part des restes du bûcher, l’espace prévu pour cela doit être assez volumineux.

  • Le mobilier déposé dans ces fosses est plus abondant que pour la période antérieure (cf. le paragraphe sur le mobilier et les offrandes), ce qui nécessite l’établissement d’une cavité plus vaste dans laquelle les objets sont disposés soigneusement. Un simple trou plus ou moins circulaire ne suffit plus, car le dépôt est plus complexe.

48Ces observations générales peuvent cependant être tempérées dans la mesure où il existe quelques fosses non charbonneuses et étroites au IIe s. et des fosses charbonneuses de plus grande dimension au Ier s. Cependant, dans les grandes lignes, une évolution des dimensions des sépultures à incinération est tout de même attestée d’une période à l’autre.

Agencement interne des sépultures

49Plusieurs critères peuvent être pris en compte concernant l’agencement des incinérations : la forme de la fosse, la disposition des offrandes et la chronologie des dépôts, la proportion des offrandes primaires. Il est parfois possible de retrouver des éléments constitutifs de l’architecture de la tombe permettant de restituer la trace d’éléments disparus postérieurement.

50Pour ces multiples observations, l’appui de photographies prises en cours de fouille et lors de la fouille d’urnes en laboratoire sera nécessaire et éclairera le lecteur sur certains détails.

Aménagement

51Les fosses présentent un côté souvent abrupt et l’autre en pente douce (fig. 62). Cette forme n’a rien d’exceptionnelle ; le côté peu pentu correspond à l’entame du creusement, qu’il est plus aisé de faire en biseau que verticalement. La profondeur est variable, mais l’arasement peut être un des facteurs responsables des mesures inférieures à 0,10 ou 0,15 m. En revanche, la majorité des fosses se situe dans une fourchette de 0,15 à 0,30 m. Quelques fosses très bien conservées et contenant, pour la plupart, des urnes de grand gabarit peuvent mesurer jusqu’à 0,40 m, profondeur maximale observée sur cette nécropole (fig. 63).

62 - Sépulture 155 vue en coupe.

63 - Fréquence des profondeurs des incinérations de la première nécropole.

52En général, les tombes ne recèlent pas de mobilier de grande valeur et semblent se rapporter à une population aux biens modestes. Aucune urne en verre n’a été retrouvée, contrairement à d’autres nécropoles lyonnaises. Dans l’architecture, la simplicité est également de règle et seul un bloc calcaire présentant une cavité hémisphérique (loculus ?) peut attester l’existence de tombes plus élaborées éventuellement accompagnées, à l’origine, d’une stèle sculptée (fig. 64). Il mesure 0,70 m x 0,60 m pour une épaisseur irrégulière (0,17 m environ) car la partie inférieure, sans doute cachée, est grossièrement travaillée. Une bande de 8 cm environ, plus rugueuse, délimitée par une rainure légèrement en exergue, borde le bloc sur la face supérieure, celle où se trouve la cavité, comme si la pierre formait initialement un retour vers le haut. Le « loculus » est de taille réduite (moins de 15 cm de diamètre pour une profondeur n’excédant pas 8 cm). Quelques tessons trouvés à proximité permettent de le dater du 1er s. ap. J.-C. Toutefois, il ne semble pas avoir été découvert à la place qu’il occupait à l’origine. Il était, en effet, légèrement incliné, comme s’il avait été déplacé et se situait de surcroît dans un secteur peu occupé par les fosses à incinération, un peu plus par les ustrina. Il est également proche du four le plus méridional de ceux de la berge est de la dépression A. Il n’est pas impossible qu’il soit en limite du bassin de rétention.

64 - Bloc avec loculus.

53La disposition des dépôts à l’intérieur de la fosse répond toutefois à une certaine organisation. Les exemples illustrés démontrent que l’urne est généralement disposée avec beaucoup de précautions. Plusieurs moyens peuvent être employés afin de la stabiliser : les calages de galets (fig. 65), une fosse étroite évitant tout risque de bouleversement (fig. 66), la disposition de l’urne près d’un bord abrupt de la fosse et son éventuel calage par d’autres offrandes sur le côté instable (fig. 67).

65 - Sépulture avec galets pour caler l’urne.

66 - Sépulture 172.

67 - Sépulture avec offrandes pour caler l’urne.

54Un couteau, offrande assez fréquente dans les tombes gauloises, déposé sur un premier dépôt de cendres, semble ici avoir été utilisé afin de stabiliser l’urne cinéraire (fig. 68).

68 - Couteau soutenant l’urne 306.

55Cependant, malgré toutes ces précautions, il arrive parfois que l’urne ait été déséquilibrée avant d’être recouverte. En l’occurrence, il est possible que l’instabilité de l’amphorette, du fait de sa forme, ait imposé aux fossoyeurs de l’appuyer sur l’un de ces côtés afin qu’un relatif équilibre soit établi avant le comblement de la fosse.

Ordre des dépôts

56Sauf dans des cas exceptionnels où des aménagements sont disposés en fond de fosse, le premier objet déposé dans la cavité est l’urne avec ses soutiens éventuels. Ensuite, des offrandes sont parfois installées, généralement à proximité. Il s’agit souvent de balsamaires, de pichets (fig. 69) ou de pots en céramique fine. Il peut s’agir, plus rarement, d’un vase en céramique commune noire. Les balsamaires, en verre ou en terre cuite, peuvent également être déposés au sommet du remplissage de l’urne (fig. 70, 71). Un couvercle accompagne assez souvent les urnes dont l’ouverture est assez large (fig. 66), mais des couvercles peuvent également être improvisés pour des pichets ou des amphorettes.

69 - Sépulture 150 avec des pichets en offrandes.

70 - Offrandes situées sur les cendres.

71 - Urne avec balsamaires placés sur le couvercle.

57Dans les tombes non charbonneuses, les offrandes issues du foyer (dépôts primaires) sont plutôt rares. Le graphique (fig. 72) reflète assez bien ce constat. Il montre tout d’abord que les fosses charbonneuses sont les plus nombreuses au IIe s. alors qu’elles étaient minoritaires au Ier s. Plus de 90 % des fosses non charbonneuses contiennent au moins une céramique ne provenant pas du bûcher (dépôt secondaire), faisant fonction d’urne dans la plupart des cas. En revanche les dépôts primaires sont présents dans à peine 20 % de ces fosses non charbonneuses.

72 - Nombre d’incinérations contenant des céramiques en dépôt primaire et secondaire, par période et par type de remplissage.

58En ce qui concerne les fosses charbonneuses, si la présence de dépôts secondaires demeure importante (entre 70 et 80 % suivant les périodes considérées), les objets prélevés sur les ustrina (dépôts primaires) passent de 40 % au premier siècle à 93 % au IIe s. Ces proportions de dépôts primaires sont donc en grande partie liées au fait que l’on rejette les résidus de l’aire de crémation dans l’urne. Une tombe (sép. 170) (fig. 73) démontre bien ce rejet global et inorganisé dans la fosse où une urne peut préalablement avoir été déposée. Une autre tombe (sép. 155), contenait quatre céramiques provenant du bûcher en plus de l’urne ; la sépulture 192, pour sa part, en contenait 9. On peut donc considérer que les dépôts sur le bûcher doivent être beaucoup plus importants au IIe s. et que rares sont les tombes où les offrandes primaires ont été prélevées sur le bûcher pour être déposées avec soin dans une fosse non charbonneuse.

73 - Fosse de l’incinération 170 en cours de fouille.

Les restes osseux humains brûlés

59Les sédiments des incinérations et les aires de crémation ont été prélevés dans leur intégralité avant d’être soumis à un tamisage intégral suivant un maillage de 5 et 2 mm. La fouille fine de l’ensemble des fosses n’a pu être menée sur le terrain faute de temps et les prélèvements n’ont donc pas été effectués par passes successives, sauf en de rares cas. En revanche, après avoir été extraites des fosses, les urnes ont systématiquement fait l’objet d’une fouille fine en laboratoire. Les ossements humains présents dans les fosses et dans les urnes ont donc pu être isolés dans leur grande majorité.

60Ces ossements humains, recueillis sur le bûcher après la crémation du défunt, subsistent en quantité très variable d’une incinération à l’autre. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte et peuvent influer sur ces données quantitatives. Certaines tombes ne recelaient des ossements que dans l’urne placée à l’intérieur de la fosse (sép. 159, 164, 165, 172, 187, 189, 190, 206. 216, 226, 244. 250, 292, 294, 307, 308, 372, 375, 417. 420, 422). D’autres pouvaient en receler dans la fosse ainsi que dans une urne disposée au-dessus (tombes 155, 306). Certains exemples démontrent que des os ont été prélevés du bûcher et placés dans une urne avant que le reste du bûcher ne soit reversé dans la fosse autour et au-dessus de l’urne. Enfin, il arrive également que la fosse ait été intégralement comblée par les résidus du bûcher sans tri préalable et dépôt d’urne (fosses 153, 166, 213, 249, 252). Au fil de ces opérations, une perte plus ou moins importante de données anthropologiques peut survenir. De plus, dans cette nécropole, les phases les plus tardives (celles du IIe s.) ont, en partie, été perturbées par des phénomènes alluviaux assez violents (chenaux charriant des cailloutis). Ainsi, certaines fosses ont pu subir des destructions partielles et une perte parfois substantielle de restes osseux. Le graphique (fig. 74) prend en considération le poids croissant d’ossements issus des tombes des différentes phases.

74 - Poids d’ossements humains par tombes et par phases.

61Dans l’ensemble, les diagrammes ne permettent guère d’établir de différences chronologiques concernant la masse d’ossements humains incinérés par tombe. Toutefois, les valeurs maximales correspondent à deux incinérations datant probablement de la deuxième moitié du IIe s. ap. J.-C. Une telle quantité d’ossements peut en partie s’expliquer par le fait que, malgré la présence d’une urne et d’un tri probable sur le bûcher, la fosse semble avoir recueilli la quasi-totalité des cendres. Ces deux fosses sont, en effet, caractérisées par un sédiment très charbonneux. Les phases 1 et 2 ne présentent en revanche que très rarement cet aspect et ne contiennent probablement pas l’intégralité des ossements du défunt car une sélection sur le bûcher ne permet qu’un recueil partiel.

62Mais les informations essentielles ne reposent pas sur le poids total d’os récoltés. L’observation des restes osseux permet en effet de collecter des données au sujet de l’intensité de la crémation et d’un éventuel tri anatomique des restes avant leur dépôt dans la tombe.

La crémation

63La détermination anatomique des ossements humains dépend de plusieurs critères. La variable primordiale est le stade de crémation. Plus l’action du feu est violente, plus les restes osseux deviennent fragmentaires et fragiles. Dans l’essentiel des cas étudiés sur cette nécropole, la crémation est hétérogène. Seuls les contenus de trois urnes (sép. 420, 422 et 375) appartenant aux deux phases les plus anciennes sont caractérisés par une crémation homogène à des températures moins élevées que les autres. L’essentiel des ossements issus de ces trois urnes est de couleur beige, alors que la plupart des incinérations contiennent des os de couleur noire à gris blanc, témoins d’une crémation à température plus élevée. Les ossements blanc crayeux témoignant d’une crémation beaucoup plus intense sont très rarement observés dans les tombes du premier secteur funéraire. Les ossements recueillis sur les aires de crémation ne dépassent pas non plus le stade caractérisé par la couleur gris blanc, quelle que soit la période à laquelle ils se rattachent. Dans le tableau (fig. 75), les divers stades de crémation observés sont indiqués ; voici la correspondance de ces différents stades avec la couleur prise par l’os :

  • stade I : beige ;

  • stade II : noir ;

  • stade III : gris blanc ;

  • stade IV : blanc crayeux.

75 - Description des restes osseux humains par incinération.

64D’après ces premières constatations, il semble que les bûchers funéraires aient été soumis à des conditions de crémation variables, mais dont il est possible de cerner l’évolution. Ainsi, les phases de crémation I et II sont uniquement représentées aux périodes augustéenne et claudienne et les crémations les plus homogènes datent également de ces périodes. En revanche, l’essentiel des restes osseux du IIe s. est marqué par une crémation plus intense, généralement de stade III.

La collecte des restes sur le bûcher

65Après la phase de crémation, les restes osseux sont retirés du bûcher. Plusieurs solutions sont possibles pour les dépôts de ces ossements : ils sont placés, selon les cas, dans une urne, dans une fosse ou bien pour partie dans l’urne et pour partie dans la fosse. Au-delà du mode de dépôt, l’intérêt réside dans la comparaison des lots d’ossements en fonction du lieu de dépôt, du degré de crémation qu’ils ont subi et la possibilité d’identification.

66Le tableau (fig. 75) reprend les diverses informations issues de la fouille des dépôts funéraires, qu’il s’agisse d’urnes, de fosses ou de petits récipients offerts aux défunts. Quelques reliquats issus de certaines aires de crémation ont également été étudiés. En outre, étant donné le grand nombre de dépôts mis au jour, l’étude ostéologique n’a porté que sur un échantillon sélectionné de manière à ce que les divers types soient représentés.

67L’intégralité des données n’étant pas prise en compte et la nécropole n’ayant pas été fouillée sur la totalité de sa superficie, il ne sera possible que de retracer les grandes lignes de la crémation en maintenant cependant certaines réserves concernant la généralisation de ces remarques à l’ensemble du gisement.

68Les dépôts contenant le plus fort pourcentage d’ossements déterminés sont des urnes des deux phases les plus anciennes. Quelle que soit la quantité totale d’ossements recueillie, plus de 60 % des éléments de chacune de ces incinérations ont en effet pu être identifiés. Dans tous ces cas, la crémation a été effectuée à un stade inférieur au stade III, pour une partie des restes au moins.

69Comme cela a été observé précédemment, la crémation se fait à des températures plus élevées dans les phases postérieures et cela se ressent dans la qualité de conservation des os. Les pourcentages de détermination sont ainsi de plus en plus faibles, qu’il s’agisse d’urnes ou de fosses. En revanche, les aires de crémation ne subissent guère de variations selon les époques. Les os extraits de ces zones sont en général peu nombreux, brûlés pour l’essentiel au stade III, et moins du tiers, dans le meilleur des cas, est identifiable.

70Deux incinérations dont les ossements sont répartis à la fois dans une urne et dans la fosse ont été étudiées. Elles sont d’autant plus intéressantes que l’une représente les états augustéens (sép. 306) et l’autre la période tardive de la première nécropole (sép. 155). L’incinération augustéenne regroupe 59,3 % des os dans l’urne et 40,7 % dans la fosse. Dans le cas de l’incinération antonine, 28 % des os se trouvent dans l’urne et 72 % dans la fosse. Malgré cette différence notable, les pourcentages les plus élevés de détermination concernent dans les deux cas les dépôts des urnes, mais, paradoxalement, ce sont les fosses qui contiennent les ossements exposés à des températures moindres.

71D’une manière générale, on constate que la récolte des restes incinérés est plus sélective à l’époque augustéenne. L’explication de ce phénomène tient en partie au fait que souvent les incinérations de cette période contiennent une urne placée dans une fosse non charbonneuse. Les ossements placés dans ces urnes sont donc nécessairement prélevés volontairement sur le bûcher. La crémation étant moins intense que lors des phases postérieures, les os sont moins fragmentés et donc plus facilement reconnaissables. Toutefois, le graphique (fig. 74) fait apparaître la faible quantité d’ossements recelée par certaines tombes des phases du Ier s. et également les quantités les plus importantes dans des fosses des phases 5 et 6. Le premier cas de figure peut trouver son explication dans le fait que certaines incinérations des premières phases ont été bouleversées et ont donc perdu une partie de leur contenu ; de même, le dépôt en urne nécessitant une reconnaissance des ossements, seuls les plus gros fragments peuvent avoir été récupérés, ce qui diminue le poids total dans l’incinération. La seconde remarque s’explique par la raison inverse. En effet, les fosses contenant le plus fort poids d’ossements sont très charbonneuses. On peut légitimement penser que l’essentiel du contenu du bûcher a été reversé dans la fosse. Les plus petites esquilles font donc partie du sédiment prélevé dans la fosse. Le tamisage ayant été effectué a des mailles très étroites (5 et 2 mm), ces éléments ont généralement été vus lors de cette étape et sont inclus dans le poids indiqué sur le tableau (fig. 75). Ainsi, malgré une crémation plus intense et destructrice rendant les ossements moins reconnaissables, les incinérations du IIe s. contiennent parfois plus d’ossements que celles du Ier mais possèdent un taux de détermination moindre.

72Enfin, il est possible, à partir du tableau (fig. 76), de vérifier une plus grande disparité dans le type de prélèvements des fosses des phases 4 à 6 par rapport aux phases 1 à 3. En effet, si la moyenne d’ossements par tombe et par phase est plus importante au IIe s., les écarts moyens et écarts types sont aussi plus forts, ce qui tend à démontrer une plus grande régularité dans les poids des sédiments recueillis lors de la période initiale (phases 1 à 3).

76 - Variation statistique du poids d’ossements brulés selon les phases.

Détermination des individus et des parties anatomiques représentées

73Les os déterminés apportent des indications anatomiques et permettent de préciser, dans le meilleur des cas, l’âge approximatif du défunt.

74Lorsque la détermination des individus incinérés est possible, les tombes contiennent les restes d’un seul individu, adulte en général. Quelques exceptions sont constituées par des dépôts où se trouvent un adulte et un enfant, mais jamais deux adultes ensemble.

75Le fait 389 contenait, en revanche, les fragments d’ossements de trois individus distincts. Il s’agit d’un adulte, d’un enfant et d’un nouveau-né. Toutefois, il ne s’agit pas d’une incinération, mais d’une des aires rubéfiées des dernières phases de cette nécropole. Aucune des tombes étudiées dans ce secteur ne possédant les restes de trois individus, il est possible de supposer que les aires rubéfiées sont réellement des ustrina et qu’il pouvait s’y pratiquer le rituel de crémation pour plusieurs défunts successivement. Toutefois, rien n’empêche de penser que la crémation de ces trois individus ait été faite en une seule fois et que le ou les dépôts se trouvent hors de l’emprise fouillée.

76Les parties anatomiques représentées ont été regroupées en quatre catégories principales : le crâne, les membres supérieurs, le tronc et les membres inférieurs. La représentativité de chacune de ces parties est inégale et varie en fonction du poids total d’os déterminés. Le graphique (fig. 77) permet de visualiser la proportion de chacune de ces parties anatomiques en fonction du poids total d’ossements déterminés.

77 - Représentation des différentes parties du corps en fonction du poids total d’os.

77Paradoxalement, alors que le crâne est assez souvent bien représenté, même si les restes osseux sont d’un poids restreint, les trois urnes contenant le poids le plus important d’ossements reflètent plutôt une représentation importante des membres inférieurs et du tronc et une relative pauvreté en restes des membres supérieurs et du crâne. En ce qui concerne les incinérations pauvres en ossements, la répartition des différents types d’ossements s’établit de façon aléatoire d’un dépôt à l’autre, mais une certaine constance semble caractériser les os du crâne et ceux du tronc. Il est possible de penser que, lors de prélèvements partiels sur le bûcher, une part prépondérante est donnée à des ossements dont la configuration est reconnaissable tels que le crâne ou les vertèbres. En revanche, lors de récupérations plus générales et moins sélectives, les proportions des différentes parties du corps s’équilibrent et reflètent plus la partition anatomique classique. Ainsi, les fosses contenant le plus de restes osseux reconnaissables recèlent-elles une majorité d’os des membres inférieurs et du tronc, conformément à la constitution du corps humain.

78L’évolution chronologique des gestes concernant la récupération des os sur le bûcher est difficile à observer, car le type de dépôt des tombes les plus anciennes se prête mieux à ce type d’observation et une comparaison à partir de données disparates ne serait pas fiable. Cela reflète cependant une attitude différente dans les gestes funéraires. À l’époque julio-claudienne, ceux-ci semblent être caractérisés par un soin accru, qu’il s’agisse de la crémation ou du dépôt des ossements.

Les offrandes

79Le rituel de l’incinération se scinde en deux moments distincts, la crémation et l’inhumation des restes incinérés. Il convient, à partir des éléments subsistants, de redéfinir les gestes accomplis par les proches du défunt.

80Dans le paragraphe concernant l’agencement interne des tombes, la part des dépôts primaires et secondaires a été évoquée, au sujet du mobilier céramique. Le but de ce développement est d’essayer de vérifier si une certaine logique régit ces funérailles. Les objets de la vie quotidienne, les restes d’alimentation (faune et graines) peuvent apporter leur lot d’information.

Le mobilier céramique

81Afin de simplifier l’étude, des vases de formes différentes, mais de fonction assez similaire ont été regroupés dans une même catégorie. Ainsi, les coupes, les plats et les assiettes sont assimilés, car ils ont tous pour fonction première de contenir des aliments. De même, les pichets et les amphorettes ont été regroupés et représentent les contenants de liquides.

82Sans reprendre une étude par tombe, les graphiques suivants (fig. 78, 79) montrent certaines variations évidentes et justifient quelques remarques au sujet de l’usage de la vaisselle et son rôle dans le rituel funéraire.

78 - Représentation des différents types de vases en dépôts primaires (sur un total de 200 objets).

83La part des pichets et des plats ou assiettes est très largement majoritaire dans les dépôts primaires, ce qui tend à démontrer que les offrandes alimentaires sont en grande partie disposées sur le bûcher même. Les autres types de vaisselle, en revanche, sont bien moins représentés.

79 - Représentation des différents types de vaisselle dans les dépôts secondaires (55 objets).
Ce graphique ne tient pas compte des urnes afin de ne pas fausser les statistiques concernant les dépôts secondaires.

84Dans les dépôts secondaires, les pichets demeurent nombreux, mais la moitié des vases concernés correspond à des céramiques ovoïdes en commune noire ou rouge à engobe micacé. La présence prédominante de ces deux catégories s’explique aisément, puisqu’il s’agit le plus souvent d’urnes cinéraires. L’inventaire des fiches reflète bien, pour sa part, cet état de fait puisque des urnes et des pichets se retrouvent parfois seuls dans les fosses et contiennent une quantité plus ou moins importante de résidus osseux.

85Certains pichets et la plupart des autres vases accompagnent l’urne dans la fosse et pouvaient contenir des substances nutritives ; ces céramiques sont souvent complètes ou conservées en grande partie et leur fonction est destinée à recueillir des aliments ou des liquides. Il n’est donc pas improbable que leur présence soit liée à un usage assez similaire à celui auquel elles étaient destinées dans la vie quotidienne. Toutefois, cette pratique semble ne concerner qu’un nombre limité de sépultures.

86Le tableau (fig. 80) permet de visualiser, pour chaque grande période chronologique, quelle est la proportion, parmi les tombes concernées, de celles qui contiennent au moins une assiette ou une coupe en dépôt primaire ou secondaire, au moins un pichet ou au moins un vase ovoïde en dépôt primaire ou secondaire. Ces informations permettent de relativiser l’importance de chaque type de dépôt par rapport à l’ensemble des tombes d’une période.

80 - Représentation des diverses catégories de céramiques selon le mode de dépôt et les périodes.

87Près de 80 % des tombes de la première moitié du Ier s. renferment un vase ovoïde en dépôt secondaire. Il s’agit en général d’une urne. En revanche, les autres formes de céramiques sont plutôt rares, qu’elles proviennent du bûcher ou qu’elles soient déposées dans la fosse. Les pichets sont les plus fréquents, en dépôt primaire avec 8 exemples sur 46 et en dépôt secondaire dans les mêmes proportions. Les assiettes ou plats sont beaucoup plus rares, le plus souvent en dépôt primaire. Il s’agit principalement de sigillés italiques ou d’imitation de cette vaisselle.

88Le IIe s. offre une plus grande diversité ; les assiettes ou plats, souvent représentés par des sigillées gauloises, mais aussi, lors des ultimes phases, par des céramiques rouges à engobe micacé, concernent 80 % des dépôts puisque 27 tombes sur les 34 de cette période recèlent ce type de mobilier en dépôt primaire contre 2 seulement en dépôt secondaire. Les pichets paraissent représenter une proportion plus équilibrée de dépôts primaires et secondaires. Toutefois, dans 12 des 17 tombes concernées par des dépôts secondaires de cruches en commune claire, elles font office d’urnes, ce qui rend la part des offrandes secondaires de ce type d’objets moins importante. Il en est de même pour les vases ovoïdes, dans une proportion moindre cependant : sur les 10 fosses contenant ce type d’objet en dépôt secondaire, 4 les utilisent comme urne cinéraire.

89Pour simplifier, on peut dire que les deux tiers des tombes du IIe s. contiennent des pichets ou des assiettes en dépôt primaire, liés probablement à des offrandes alimentaires déposées sur le bûcher. L’essentiel de ces objets est ensuite rejeté dans la fosse. Les restes osseux, bien que présents en partie dans le remplissage de la fosse, sont placés dans un vase (pot ovoïde ou pichet) pour 50 % des cas environ (12 pichets et 4 pots ovoïdes sur 34 dépôts). Quelques rares fosses contiennent des éléments identiques en dépôt secondaire.

Les autres mobiliers

90Les objets traités dans ce paragraphe ne se rapportent pas tous au mobilier. Il peut s’agir de bijoux (perles, bagues), d’éléments de parures (fibules, capuchons de bronze, agrafes), mais aussi d’ustensiles directement liés aux funérailles (balsamaires) ou aux besoins du défunt dans le monde des morts (monnaies pour Charon, lampes à huile pour l’éclairage ? statuette pour le culte ou la protection du mort ?).

91Dans l’ensemble, le petit mobilier est plutôt rare dans les tombes de cette nécropole. De plus, certains éléments de verre, fondus ou non, sont parfois indéfinissables et ne peuvent être pris en compte. De même, certaines tombes recelaient des perles brûlées, probables résidus de collier, et, étant donné leur état parfois très fragmentaire, il est possible que d’autres sépultures aient recelé des objets similaires mais dont aucune trace n’a été perçue au cours de la fouille.

92Sur 123 fosses à incinération recensées au total, seules 43 contenaient au moins quelques fragments d’un petit objet. La majorité n’en renferme qu’un seul type (29 cas), 5 en regroupent 2, 8 en possèdent 3 et une seule se distingue par la présence de huit catégories d’objets différentes.

93La plupart de ces petits objets sont en assez bon état, mais, en raison parfois du passage sur le bûcher ou de la fragilité de certains d’entre eux (balsamaires en terre cuite et en verre, lampes à huile, statuettes en terre blanche), ils présentent une fragmentation ne permettant pas toujours d’en estimer l’origine.

94D’autre part, il semble que des objets aient été cassés (peut-être sur le bûcher) et que les fragments n’aient pas tous été réunis dans la même fosse. Doit-on voir en cela une volonté délibérée de destiner un même objet à plusieurs défunts, ou est-ce dû au fait que, Yustrinum n’étant pas nettoyé après chaque crémation et étant réutilisé à plusieurs reprises, des éléments d’un même objet aient été retrouvés dans plusieurs fosses ? C’est en tout cas le résultat observé pour une statuette en terre blanche représentant Mercure. Les remontages ont été établis à partir d’éléments provenant de 4 sépultures distinctes (sép. n° 211, 219, 251 et 252).

95Le graphique (fig. 81) permet de visualiser globalement et dans l’ordre chronologique la variété du petit mobilier dans chacune des tombes concernées.

81 - Répartition des petits objets par tombes (sur 123 tombes, seules 43 en contiennent).

96La pondération correspond au nombre d’objets de la catégorie concernée présents dans la tombe. Ainsi peut-on constater que la fosse F244 contient 5 fioles ou balsamaires en verre et que la tombe F236 en contient 6 en terre cuite.

97Il est difficile d’interpréter la présence très ponctuelle d’éléments tels que la palette à fard ou une agrafe en bronze. Peut-être sont-ils liés à la sépulture d’une femme ?

98En revanche, le fait que les monnaies et les fibules issues des tombes soient pratiquement toutes brûlées — et qu’elles aient souvent été extraites des urnes cinéraires — peut permettre une argumentation plus intéressante. Les fibules sont liées à la tenue vestimentaire. Dans la mesure où elles ont subi l’action du feu et qu’elles se retrouvent au sein des ossements récupérés dans l’urne, leur présence s’explique par le fait que le défunt a été incinéré avec ses vêtements et que la fibule ne constitue pas un don au défunt. En revanche, les disparités chronologiques s’expliquent plus difficilement. La présence de fibules n’est, en effet, attestée que pour les phases 1 à 3, soit de la période augustéenne jusqu’au milieu du Ier s. ap. J.-C.

99Les monnaies, quant à elles, sont probablement liées à la rétribution de Charon lors du passage du Styx. Il est intéressant de noter qu’elles ont également été soumises à l’action du feu. Cela signifie-t-il que le passage de l’âme vers les enfers se réalise lors de la crémation ? Si les croyances populaires étaient différentes, on pourrait en effet retrouver en plusieurs occasions des monnaies non brûlées dans les fosses à incinération. Contrairement aux fibules, les monnaies sont présentes dans des tombes de chaque période, sauf pour les incinérations de la phase 1. En revanche, une inhumation de nourrisson (357) de cette phase initiale contient un as de Nîmes. On note cependant que seules des tombes du IIe s. ap. J.-C. recèlent deux as, alors que toutes les tombes du Ier s. n’en contiennent qu’un seul. La valeur semble peu importer, puisqu’il s’agit en général de monnaies en alliage cuivreux (ases, dupondii, quadrans, plus rarement sesterces). C’est le geste qui compte encore qu’il ne soit que très rarement pratiqué (dans 11 incinérations sur 123).

100Le tableau (fig. 82) présente la répartition des monnaies dans la nécropole, qu’elles soient issues de tombes (incinérations ou inhumations) ou de niveaux d’inondations ayant pu drainer des objets placés dans des sépultures.

82 - Inventaire des monnaies issues de la nécropole I.

101Le numéraire issu du secteur de la nécropole confirme les datations émises grâce au mobilier céramique renfermé par les sépultures. La fourchette chronologique obtenue se situe donc entre la fin du Ier s. av. J.-C et la fin du IIe s. ap. J.-C. Il est intéressant également de constater que les monnaies issues des niveaux d’inondation sableux ainsi que des ravines caillouteuses — correspondant sans doute aux curages du fossé C — concernent toutes cette même période ce qui indique probablement que ces événements sont contemporains de l’utilisation de la nécropole. Les datations de ces monnaies reflètent un autre phénomène déjà précisé par l’étude de la céramique : la deuxième moitié du Ier s. n’est quasiment pas représentée dans ce secteur de la nécropole ce qui pourrait supposer un abandon momentané, justifiable par un retrait de la nécropole vers l’aval ? Notons enfin que seuls des as ont été retrouvés dans des sépultures alors que les niveaux d’inondation recelaient également des sesterces. Il ne peut s’agir que d’une coïncidence. En revanche, tout porte à croire que les monnaies d’or ou d’argent sont exclues de ces pratiques.

102Les balsamaires en verre ou en terre cuite semblent être destinés indifféremment à des dépôts sur le bûcher et dans la fosse, souvent au sommet du remplissage de l’urne. Leur quantité peut varier d’une fosse à l’autre. Il est possible que ces récipients aient contenu des produits variés destinés à deux offices distincts, l’un lors de la crémation, l’autre pour accompagner le défunt dans la fosse. Chronologiquement, les fioles se rapportent essentiellement aux fosses du Ier siècle et seuls quelques fragments de balsamaires en terre cuite ont été retrouvés dans de rares fosses du IIe s., probablement liés à des dépôts résiduels des périodes antérieures. L’association des fioles en verre et des balsamaires en terre cuite n’est attestée qu’à deux reprises, alors que 16 fosses en contenaient au moins un.

103Les lampes à huile sont présentes dans 9 dépôts. Elles sont toujours fragmentées et lacunaires. En revanche, elles ne correspondent pas à un horizon chronologique très précis, puisque des tombes de chaque phase en recèlent quelques fragments au moins. Bien que leurs couleurs variables ne permettent pas toujours de savoir si elles ont subi l’action du feu, il semble néanmoins que, le plus souvent, elles n’aient pas été disposées sur le bûcher. Leur présence dans la sépulture doit être assimilée à la fonction essentielle de ces objets.

104Les figurines en terre blanche sont attestées dans 8 fosses, mais un ustrinum a également fourni les éléments d’un médaillon façonné dans le même matériau. Quelques fragments de draperie ou de vannerie (fauteuil d’une déesse mère ?) sont issus d’une fosse datant du deuxième quart du Ier s. environ ; en revanche, toutes les statuettes reconstituées (deux Vénus, une Minerve, un Mercure et le médaillon) sont datables du IIe s. Les deux Vénus sont conservées intégralement. En revanche Minerve et Mercure étaient très fragmentés (fig. 83). Tous les fragments de Minerve étaient cependant regroupés dans une même fosse en compagnie d’une des statuettes de Vénus et de quelques éléments de Mercure. Il est fort délicat d’assurer que toutes les statuettes ont été placées sur le bûcher. Plusieurs arguments permettent cependant d’abonder dans ce sens :

  • La statuette de Mercure a été disséminée dans quatre fosses distinctes dont certaines contenaient des fragments brûlés de vases similaires. On peut alors penser que les fragments de la statuette elle-même proviennent également d’une zone de crémation unique.

  • Le médaillon en terre cuite a été retrouvé fragmenté sur une aire de crémation. Il est évident, dès lors, que cette pièce, au moins, a été brûlée.

  • Le fait que les statuettes de Vénus ne sont cassées qu’au niveau de l’articulation entre le corps et le socle hémisphérique qui les soutient n’empêche pas de supposer qu’elles ont également été brûlées. Si le corps n’a pas subi d’altération, c’est sans doute que le vide entre les deux parties le composant est bien moindre que pour les statuettes de Mercure et de Minerve. Les parois sont probablement plus épaisses également et seuls des chocs très violents auraient pu les fragmenter. Il est possible, enfin, qu’elles aient été placées en périphérie de la zone de crémation.

83 - Figurines issues des incinérations.

105Chronologiquement, certaines différences sont visibles entre les phases julio-claudiennes et les phases du IIe s. ap. J.-C. Les fibules et les balsamaires concernent la période initiale alors que les figurines en terre cuite sont associées aux phases tardives. Les monnaies sont représentées dans toutes les périodes, ainsi que les lampes à huile. La faible proportion de tombes concernées par ces objets ne permet pas d’en tirer d’enseignements précis concernant l’évolution du rituel funéraire.

Les offrandes alimentaires

106Les aires de crémation (cf. infra) étant destinées à l’incinération des corps, les huit fours présents (cf. infra), quant à eux, se rapportent probablement à la cuisson d’aliments pour les banquets funéraires. Cet aspect du rituel est illustré par les restes découverts dans le remplissage des tombes. La nature de cette nourriture est variable, puisqu’il peut s’agir de graines, de viandes, de résidus calcinés de pain ou d’aliments à base de produits végétaux. Les études menées dans ces différents domaines n’ont été effectuées, hormis pour la faune, que sur un échantillon à peu près représentatif de l’ensemble des incinérations. Une ou plusieurs incinérations répondant aux caractéristiques globales de chaque phase ont, en effet, fait l’objet d’un tamisage spécifique dans l’optique de ces études.

Offrandes végétales

107L’étude carpologique révèle un éventail d’offrandes assez varié, dont les données sont reprises dans le tableau (fig. 84).

84 - Étude carpologique des échantillons de la première nécropole.

108L’observation de ces résultats permet de percevoir certaines variations chronologiques et certaines constantes. Le fait que des incinérations de même période ne contiennent pas exactement les mêmes aliments doit tempérer les conclusions. Toutefois, des restes sont présents dans certaines tombes d’une période et totalement absents des tombes postérieures ou antérieures. Il est possible de tenter une approche chronologique de ces résultats.

109Cependant, certaines particularités sont certainement liées à la période de l’année durant laquelle l’incinération a été pratiquée. Les restes de griottier, par exemple, ont peu de chance d’être déposés dans des incinérations pratiquées en hiver. Certaines associations sont donc improbables.

  • Des traces de noyer et de griottier ne sont présentes que dans une incinération de la troisième phase.

  • Le noisetier est bien représenté au début du premier siècle et à la fin du IIe s.

  • Les restes de pain et de galette sont présents sur toute la durée, mais ils deviennent très abondants à partir de la deuxième moitié du IIe s.

  • Les céréales sont diversement représentées dans les tombes étudiées. Ainsi le blé, l’orge et le millet n’ont été observés que dans des fosses de la deuxième moitié du IIe s., le blé étant le mieux représenté. Toutefois, le nombre de fragments de céréales extraits des prélèvements tend à s’accroître à partir du IIe s.

  • Le prunier n’est présent que dans une tombe de la fin du IIe s.

  • La vigne est faiblement représentée. Toutefois, le fait que certains pépins aient été carbonisés et d’autres minéralisés indiquent qu’ils ont tantôt été disposés sur le bûcher lors de la crémation du défunt, tantôt déposés dans la fosse en offrande secondaire.

  • Enfin, les fèves, les lentilles et les autres légumineuses sont présentes dès le début et jusqu’à la fin du IIe s.

110Sans être d’une exceptionnelle diversité, ces offrandes sont assez variées et représentent un éventail plutôt large des catégories de denrées alimentaires consommées lors des repas funéraires ou offertes au défunt.

111Un détail est à noter concernant la fosse 272 : elle contient à la fois des fragments de noyaux de griottes et un grain de raisin, fruits dont la maturité est atteinte à des périodes différentes de l’année. Deux explications sont possibles à ce sujet :

  • soit il s’agit d’une pollution due au ramassage sur une aire rubéfiée des restes de plusieurs incinérations, ce qui n’explique pas, malgré tout, un tel décalage dans le temps ;

  • soit, plus probablement, cela atteste de la conservation de fruits, sous la forme, par exemple, de raisins secs.

112Une dernière remarque concerne la présence ou l’absence de restes carpologiques dans les fosses. Les incinérations les moins charbonneuses (sép. 306, 153 et 211) sont également les moins pourvues en fragments de graines. Il est évident que ce type de restes ne peut faire l’objet d’un tri sur le bûcher et que sa présence est tributaire du dépôt de la majeure partie des cendres dans la fosse. Cela peut également expliquer la rareté de ce type d’offrande dans les urnes, puisqu’elles ont plutôt pour vocation de recueillir les ossements prélevés sur le bûcher et non l’ensemble des résidus de ce dernier. De même, les ustrina recèlent assez peu de restes puisque les éléments carbonisés lors de la crémation étaient généralement évacués (de façon parfois incomplète comme le prouvent, par exemple, les recollages de céramiques entre diverses incinérations). Toutefois, deux prélèvements provenant d’aires rubéfiées ont été traités (410 et 397) ; les résultats fournis ne diffèrent pas de ceux observés dans les incinérations.

Offrandes animales

113La faune présente au sein des incinérations est peu variée. Certes, la quantité de restes mis au jour dans le secteur de la première nécropole n’est pas négligeable, mais tous ne proviennent pas des fosses à incinération et ces éléments ne semblent pas être en rapport direct avec le rituel funéraire et les offrandes effectuées. L’étude de ce type de dépôt a été menée sur l’intégralité des fragments mis au jour.

114Les offrandes animales ne sont pas systématiques. En effet, sur plus de cent incinérations fouillées, seules 11 d’entre elles ont fourni des fragments d’ossements animaux. La plupart ont brûlé et présentent une coloration blanchâtre.

  • 14 Les études de faune des nécropoles de Baralle et d'Avenches reflètent bien cette tendance. Les comp (...)

115Le porc est sans conteste l’animal le plus représenté. Deux incinérations seulement sur les onze concernées en sont dépourvues. Cette tendance ne fait que confirmer celle observée dans d’autres nécropoles, où le porc constitue également l’offrande animale privilégiée14. En revanche, le boeuf, présent dans une seule incinération, semble sous-représenté par rapport aux autres ensembles de référence.

116La présence de restes d’oiseaux n’est pas exceptionnelle, mais ce type de faune demeure rare, tant dans les autres nécropoles que dans celles du périphérique nord. Cependant, deux tombes contenaient des fragments de squelettes de poules.

117Enfin, une incinération recèle, associés à des éléments porcins, quelques fragments de squelette d’équidé.

118Le tableau (fig. 85) récapitule la répartition de ces différents taxons* fauniques par incinération, avec la description anatomique de chaque fragment et la coloration prise au contact des flammes.

85 - Les restes osseux d’animaux issus des incinérations de la première nécropole.

119Contrairement aux résultats carpologiques, qui témoignent apparemment de certaines variantes dans le type d’offrandes, le porc constitue l’offrande animale principale, quelle que soit la période et le type de dépôt. Toutes les tombes ne contiennent pas d’offrandes animales, mais le porc est présent dans des fosses attribuées à chacune des périodes et il s’en trouve dans des urnes de l’époque augustéenne, ainsi que dans des fosses charbonneuses dépourvues de récipient funéraire. Presque tous les restes porcins issus des incinérations appartiennent à des animaux assez jeunes, à la limite entre juvénile et adulte ; trois d’entre eux sont assurément juvéniles.

120Les parties anatomiques restituables par l’observation des connexions dans un même dépôt laissent à penser que l’os n’était pas décharné au moment de l’incinération. La plupart de ces quartiers concernent généralement les membres postérieurs, plus rarement les antérieurs. Les autres pièces sont peu représentées.

121Il est difficile de cerner la réelle valeur rituelle de ces dépôts de faune à l’intérieur des tombes. La seule certitude concerne le choix presque exclusif du porc pour cette fonction et, en particulier, des jarrets et des pieds ; mais la relative pauvreté de ces restes et leur faible représentation au regard de l’ensemble fouillé n’incitent pas à considérer le dépôt de faune comme une constante du rituel de cette nécropole.

122Si les restes carpologiques ne sont présents que dans les tombes très charbonneuses, la faune, en revanche semble soumise à une sélection plus soigneuse. En effet, certaines tombes non charbonneuses (appartenant principalement aux premières phases) contiennent, au sein de l’urne, des restes calcinés d’ossements animaux. On peut donc considérer que cela répond à une volonté délibérée de placer ces restes avec ceux, calcinés, du défunt ou bien cela peut résulter d’une confusion, au moment de la sélection des ossements sur le bûcher, entre les restes animaux et humains.

123Hormis les fosses à incinération elles-mêmes, le secteur de la nécropole la plus ancienne présente d’autres restes osseux dont la nature semble moins rationnelle : une quantité assez importante de restes d’équidés ou de chiens a été extraite de la zone funéraire, parfois en connexion. Il est malaisé d’en définir, a priori, la réelle fonction, mais la répartition spatiale de ces restes permet de relativiser leur rôle par rapport aux restes porcins. Le plan de répartition de ces ossements permet en effet d’observer que l’essentiel des éléments équins ou canins se trouvent dans l’emprise du fossé C. La nécropole du Valladas (Odiot et al. 1992, p. 114) présente des caractères identiques (ossements d’équidés dans un fossé voisin, mais faible représentation dans les tombes elles-mêmes). Cependant, dans un cas comme dans l’autre, rien ne permet d’affirmer que cet usage est lié ou non aux rites funéraires. Une autre interprétation, dans le cas de la nécropole du BPNL, suppose une utilisation de ce fossé comme dépotoir, à certains moments.

124Le paradoxe de ce double usage du fossé expliquerait en grande partie les difficultés auxquelles a été confrontée la nécropole à la fin du IIe s. Le rejet des déchets dans un fossé de drainage, de surcroît mal entretenu, a pu occasionner, lors de pluies abondantes, des débordements qui ont provoqué l’abandon de la nécropole.

125Cependant, la présence, dans plusieurs nécropoles fouillées, de restes d’équidés dans les fossés voisins permet d’entrevoir un aspect inexpliqué des usages funéraires antiques. Le cheval tiendrait donc un rôle différent de celui du porc, l’un étant brûlé et placé dans la tombe, alors que l’autre ne subit pas l’action du feu et est placé dans des structures annexes de la nécropole.

Les inhumations

Les modes d’enfouissement

126Au total, 36 inhumations ont été mises au jour lors des fouilles de cette nécropole (fig. 86). Elles se trouvent toutes à proximité des incinérations. Parmi les 36 tombes, 31 correspondent à des sépultures d’enfants en bas âge dont 26 seulement contenaient un squelette.

86 – Plan des inhumations.

127Parmi les corps inhumés le long de la voie, tous les enfants sont en décubitus dorsal, mais certains adultes sont dans une position différente : procubitus (fig. 87) ou décubitus latéral (fig. 88).

87 – Sépulture 333 : inhumation en procubitus.

88 - Sépulture 358 : inhumation en décubitus latéral.

  • 15 Il faut noter cependant que les inhumations d'adultes sont plus nombreuses aux Bolards (19) et que (...)

128À Avenches, une inhumation se présentait également en procubitus, mais des traces de cercueil prouvaient le dépôt volontaire du défunt dans cette position (Castella 1987, p. 40). Quelques squelettes de la nécropole des Bolards se trouvaient dans une position « aberrante »15 (Planson et al. 1986, p. 164) rappelant en partie les cas exposés précédemment.

  • 16 Dix-neuf défunts sont disposés en procubitus et six d'entre eux sont inhumés en pleine terre. L. Tr (...)

129Seules trois sépultures recelaient l’essentiel du squelette du défunt. L’une d’elles (sép. 333), (fig. 87) était dépourvue de sa jambe gauche, probablement détruite lors de l’inhumation d’un enfant (sép. 334). Cela indique peut-être qu’aucune marque au sol ne signalait cette sépulture d’adulte, de peu antérieure à celle du bébé. Cependant, la posture en procubitus de ce défunt rappelle d’autres exemples, en particulier dans la nécropole de la Favorite, à Lyon16.

130En ce qui concerne les deux sépultures lacunaires, seule subsistait, pour l’une, la boîte crânienne et, pour l’autre une partie de la colonne vertébrale et du bassin, en connexion, mais ayant subi l’action du feu (fig. 89). Ce dernier squelette a pu recevoir les premiers traitements de l’incinération, mais pour une raison inconnue, le corps a été retiré des flammes pour être rejeté dans le fossé C.

89 - Sépulture 353 : partie de squelette ayant subi l’action du feu.

131Il est clair que, au contraire des incinérations et des inhumations d’enfants, ces quelques sépultures ne répondent pas à un schéma classique ni à une organisation précise. La position et l’orientation du corps dans la fosse varient pour chacune des inhumations.

132Les sépultures d’enfants font en revanche partie, sans conteste, de la nécropole dite à incinération. En effet, comme Pline l’écrit dans son Histoire naturelle, « l’usage général veut qu’on n’incinère pas un être humain mort avant la venue de ses dents » (Pline l’Ancien : Histoire naturelle VII, 16,72). Cette tradition est confirmée par Juvénal qui parle de l’émoi ressenti « quand nous voyons la terre se refermer sur un petit enfant, trop jeune encore pour le bûcher » (Juvénal, Satires, XV, 136-140). Peut-être, parmi les sépultures d’enfants, se trouve-t-il ce que Fulgence nomme « suggrundaria » et qu’il définit comme un lieu où sont concentrées les tombes d’enfants qui n’avaient pas atteint le quarantième jour de vie (Fulgence : Expositio sermonum antiquorum, 7, Opera). Cinq tombes (sép. 363, 364, 365, 366 et 369) dont quatre se situent sur un emplacement restreint, pourraient éventuellement répondre à cette appellation. En effet, quatre d’entre elles sont caractérisées par la présence d’un aménagement de galets marquant une fosse rectangulaire. L’emplacement de la dernière était visible et délimité par une quinzaine de clous. Cependant, aucun os n’en a été exhumé. Ces surprenantes découvertes pourraient s’expliquer ainsi : il s’agissait de nouveau-nés dont le squelette était encore très fragile. Les ossements n’auraient alors pas résisté aux conditions de conservation auxquelles ils étaient soumis.

133De même, certains squelettes étaient dépourvus d’une partie des ossements de la cage thoracique. Il peut s’agir d’enfants un peu plus âgés dont les os se sont fragilisés après la décomposition du corps.

134Cependant, si la tradition veut que l’on n’inhume que les enfants dépourvus de dents lors du décès, l’estimation de l’âge de certains des squelettes semble indiquer que cette limite pouvait parfois être outrepassée. Les sépultures 348, 352 et 357 renfermaient les squelettes d’enfants de 8 mois au moins, âge suffisamment avancé pour que des dents aient déjà percé. Dans l’ensemble toutefois, cette coutume est assez bien suivie dans cette nécropole.

135Toutes les tombes d’adultes étaient placées en pleine terre. Celles des nourrissons répondaient à des schémas plus variés. Certes, la majorité des cadavres était déposée en pleine terre (19 sur 31), mais dix d’entre eux étaient disposés dans des coffrages de galets ou de gneiss ; deux des corps placés dans des coffrages reposaient en outre sur des tuiles, l’un sur une imbrex, l’autre sur une tegula. Enfin, deux tombes ne possédaient qu’un calage succinct de quelques galets. Ces divers modes d’inhumation d’enfants ont également été observés dans la nécropole des Bolards (Planson et al p. 170 à 175).

136Parmi les inhumations en pleine terre des deux nécropoles, certaines contiennent des clous en quantité variable. Il est possible qu’il s’agisse d’éléments de cercueils en bois. Ainsi, les quatre tombes d’adultes de la nécropole 2 et quelques-unes des sépultures d’enfants de la nécropole 1 pourraient avoir reçu ce type d’aménagements.

137Les inhumations ne sont pas regroupées dans un secteur particulier. Elles sont disséminées sur toute l’emprise de la fouille parmi les aires de crémation et les fosses à incinération. Leur disposition spatiale semble étroitement liée à la phase chronologique à laquelle elles se rattachent. Il est en effet possible de recaler stratigraphiquement les inhumations avec les états successifs d’incinérations. On observe ainsi que les inhumations appartenant à une période sont implantées dans le secteur occupé par les incinérations de cette même phase.

138Qu’il s’agisse des adultes ou des enfants, les tombes à inhumation ne recèlent pratiquement pas de mobilier.

139Quatre sépultures d’enfants (346, 355, 357, 369) contiennent des dépôts de céramiques ; dans trois d’entre elles sont associés un pichet en commune claire et un récipient en céramique fine (paroi fine ou sigillée italique) ; dans la quatrième, deux petits gobelets en céramique commune sombre ont été placés près du corps. Un as de Nîmes est, en outre, offert dans deux de ces quatre tombes et une datation de la même période peut être attribuée aux deux autres sépultures. La rareté des monnaies confirme les constatations généralement faites sur les inhumations de nourrissons selon lesquelles la pratique de l’obole à Charon est plutôt rare (Coulon 1994, p. 144).

140Le mode d’enfouissement concernant ces quatre sépultures n’est pas uniforme, puisque deux corps ont été déposés en pleine terre, alors que les deux autres sont entourés par un coffrage de galets. La variété des types de tombes n’a rien d’exceptionnelle puisque de telles observations ont été faites sur de nombreuses zones sépulcrales affectées à des nouveau-nés (Coulon 1994, p. 143). Cependant, aucune tombe pourvue d’un mobilier abondant n’a été découverte dans le secteur fouillé, alors que de tels exemples sont connus en d’autres lieux à Vervoz (Gueury 1990), ou Les Martres-de-Veyre (Audollent 1923).

141En outre, sur le secteur mis au jour, aucune incinération ne semble avoir concerné un néonatus, contrairement à ce qui a pu être observé dans certains cas à Argentomagus.

142L’orientation des tombes d’enfants ne varie guère. Cependant, l’observation simultanée des données stratigraphiques et spatiales tend à matérialiser un décalage axial relatif à la période d’enfouissement. L’époque julio-claudienne semble caractérisée par une direction essentiellement nord-sud, alors que la plupart des inhumations du IIe s. se décalent légèrement suivant un axe nord-ouest/sud-est (fig. 86).

L’âge et le sexe

Les adultes

143Sur la nécropole la plus ancienne, l’individu 333 est de sexe masculin, âgé de 23 ans environ, l’individu 332 est une femme mature et les deux autres adultes (358 et 353) sont des hommes d’âge indéterminé.

144Il est impossible, sur une population aussi faible et à partir de critères incertains, de tirer quelque conclusion que ce soit sur la population adulte inhumée dans l’espace de cette nécropole.

Les sépultures d’enfants

145L’étude anthropologique sur les squelettes prélevés dans les sépultures d’enfant a permis d’en déduire, pour chacun, un âge de mort s’étendant de périnatal à 21 mois. Un tableau récapitule ces estimations (fig. 90).

90 - Estimation de l’âge et du mode de dépôt des inhumations de nourrissons.

  • 17 Il n'est tenu compte dans cette estimation que des individus dont l'âge est estimé à moins de 9 moi (...)

146Les estimations proposées permettent de confirmer que seuls étaient inhumés, au sein de cette nécropole à incinération, les enfants en très bas âge (fig. 91). Les squelettes datés sont ici au nombre de 24, puisque 5 fosses ne contenaient plus aucun os et que l’âge des deux derniers n’a pu être évalué. La majorité (14 sur 24) est constituée de périnataux et l’estimation de l’âge de l’individu le plus âgé ne dépasse pas 2 ans. Au total, 22 de ces enfants avaient moins d’un an. Trois individus au moins ne répondaient certainement pas aux conditions d’inhumations exposées par Pline l’Ancien (cf. supra), mais le schéma général qui caractérise cette nécropole se rapproche assez des indications évoquées pour les nécropoles de Rome. Si l’on considère que les cinq sépultures dépourvues de squelette contenaient les corps d’enfants plus jeunes encore, près de 70 % des tombes17 concernent des enfants de moins d’un an.

91 - Sépulture 362 : enfant en très bas âge.

Le monument funéraire

147Les bases d’une construction partiellement dégagée ont été mises au jour en amont de la nécropole à incinération, au nord de la dépression Β (fig. 92 et 93).

92 - Plan et coupes du monument funéraire.

93 - Vue des fondations du bâtiment funéraire en cours de fouille.

148Il s’agit de fondations délimitant un espace quadrangulaire d’une longueur de 5.80 m, mais dont la largeur ne peut être restituée au-delà de 3 mètres, en raison de l’emplacement de ce « bâtiment » en limite de fouille. Les murs de ces fondations sont larges de 1,3 à 2.1 m et construits en tranchées étroites. La profondeur des fondations atteint jusqu’à 1,8 m.

149Dans un premier temps, les tranchées ont été comblées par un blocage de schistes assez semblables à ceux du radier de construction de la première voie et de galets mêlés à un mortier jaunâtre (US 498). Puis des niveaux plans composés en alternance de dalles de schiste et de galets sont déposés sur 0,50 m d’épaisseur environ (US 499, 500, 501, 502).

150Plusieurs fosses (74 à 79) sont liées à la démolition de cette construction. Elles sont profondes de 0,50 à 1 mètre et recoupent les fondations. Ces creusements correspondent probablement à la récupération des matériaux de construction du monument. Certains blocs présents dans ces fosses semblent être aménagés et disposés sur chant, mais ces fosses semblent cependant n’avoir aucun rapport avec l’architecture des fondations ou de l’élévation du bâtiment. Des déchets de taille jonchent le sol et recouvrent les fondations ainsi que les fosses de récupération. Il est possible que les blocs récupérés dans la construction aient ensuite été retaillés sur place avant d’être évacués. C’est ainsi que quelques éléments architecturaux ont pu être extraits de ces niveaux de destruction attestant une décoration de ce monument.

151L’argumentation au sujet de cette construction est d’autant moins précise que la limite d’emprise de la fouille a imposé le décapage de sa seule partie nord. Cependant, quelques éléments peuvent apporter des solutions interprétatives.

  • L’orientation générale de ces fondations est rigoureusement identique à celle de l’axe de la voie initiale, régulier sur l’intégralité de l’emprise fouillée. Cette constatation peut impliquer que la voie est présente, son implantation déjà prévue, au moment de la construction de ce monument. Par conséquent, il est probable que la nécropole est également installée.

  • La proximité de ce monument avec la nécropole milite en faveur de son appartenance au contexte funéraire.

  • La fondation quadrangulaire de ce monument est composée de murs de plus de deux mètres de largeur. Or ces murs, tels qu’ils sont disposés, laissent entre eux un espace vide rectangulaire de 1,5 m environ sur le côté mesurable. La robustesse de ces fondations comparée à la relative étroitesse de l’ensemble du corps de cette construction permet de supposer que la charge à supporter était importante.

  • Le vide laissé au milieu de ce bloc maçonné indique peut-être que l’élévation reposait principalement sur l’espace rectangulaire maçonné et que l’essentiel des poussées de charges s’y concentrait.

  • Par conséquent, il est probable qu’une partie quadrangulaire semblable à celle dessinée par les fondations a constitué un premier bloc d’élévation. Pour cela, il se peut qu’entre les parties enterrées et les parties en élévation, une chape plane se soit intercalée pour créer un niveau de sol.

    • 18 La plupart de ces mausolées sont de forme plus ou moins quadrangulaire et leurs dimensions varient (...)

    Au-dessus du premier corps rectangulaire qui, à lui seul, ne devait pas nécessiter de telles substructions, une construction plus élancée a pu prendre place. Les piles ou les piliers funéraires connus dans certaines régions de l’Empire romain d’Occident pourraient représenter un bon exemple du type de monument associé aux fondations mises au jour. De même, il peut s’agir d’un mausolée semblable à ceux découverts à Trion, d’autant que les proportions des fondations sont assez proches des dimensions d’un certain nombre d’entre eux18. Cependant, alors que les mausolées de Trion sont regroupés et constituent deux ensembles de monuments, le nôtre est isolé. Il est en outre délicat de tenter une restitution de ce monument dans la mesure où aucun élément d’élévation ne nous est parvenu.

152Des blocs taillés de marbre et de choin ont été retrouvés au sein des niveaux de destruction et de récupération de ce monument et permettent, entre autres, de supposer la présence de colonnes ou de pilastres, puisque certains fragments de décoration de chapiteau ont pu être recueillis (fig. 94).

94 - Fragment de bloc sculpté issu de la démolition du monument funéraire.

153Ces diverses observations permettent de maintenir l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’une construction funéraire (fig. 95). Le fait que ce monument se trouve du côté de la voie opposé à celui où est placée la nécropole n’indique pas nécessairement qu’il ne lui est pas lié.

95 - Restitution du mausolée des Salonii (Kleiner 1977).

154Ce monument ne fournit pas de mobilier aisément datable. Les matériaux de construction des fondations, fort semblables à ceux utilisés pour les premiers radiers de la voie, pourraient indiquer une datation initiale vers la fin du Ier s. av. J.-C. Les déchets architectoniques sont constitués d’un matériau (le choin) dont on atteste l’utilisation à partir du Ier s. ap. J.-C. dans la région. On peut donc penser qu’il est érigé peu de temps après la construction de la voie. Son abandon et sa destruction sont un peu mieux datés. Certains artefacts, datables des environs du IVe s., ont été récupérés lors de la fouille des fosses de récupération recoupant une partie des fondations. Ce démantèlement correspondrait alors à peu près à la période d’abandon de la voie la plus ancienne.

Les ustrina

155Il s’agit de zones de superficie variable. Certaines ont subi des altérations liées aux inondations postérieures et ne sont plus présentes qu’à l’état de lambeaux, ne dépassant guère 1 m2. D’autres, en revanche, semblent conservées dans leur intégralité (fig. 96). Dans ce cas, leur forme est principalement rectangulaire ou carrée et leur superficie peut excéder 3m2 pour atteindre parfois jusqu’à 10 m2. Elles ne sont pas établies dans un creusement, mais reposent sur le sol en place. La rubéfaction est strictement limitée à une surface plane et aucun rebord vertical rubéfié n’a été observé. Il semble donc que ces aires ne correspondent pas à des incinérations primaires. Le graphique (fig. 97) précise les mesures en longueur et en largeur des zones rubéfiées. L’irrégularité de la courbe des largeurs s’explique en grande partie par le fait que certaines d’entre elles ont été entaillées par des chenaux caillouteux. De ce fait il n’est pas possible de définir la forme des aires de crémation, bien que les plus vastes soient souvent quadrangulaires.

96 - Aire rubéfiée.

97 - Dimensions (totales ou partielles) des aires rubéfiées.

156Quelques-unes de ces aires recelaient du mobilier en assez grande quantité, mais cela ne reflète pas la tendance générale. Sur les 43 lambeaux d’ustrina mis au jour, 16 d’entre eux ne contenaient aucun mobilier dont 12 sans ossements. En outre, 23 n’ont fourni que quelques fragments de céramique ou de fer parmi lesquels quatre sans ossements. Enfin, 4 aires rubéfiées renfermaient beaucoup de matériel dont trois avec moins de 25 g d’ossements humains. La dernière (389) contenait de nombreux fragments de céramique de statuettes en terre cuite et 259,6 g d’ossements appartenant à trois individus distincts ; il s’agit du seul exemple, parmi les incinérations et les aires rubéfiées, à contenir les restes d’autant de défunts. S’agissant d’un ustrinum calé dans l’ultime phase de fonctionnement de la nécropole, il se peut que certaines négligences dues à l’abandon imminent du secteur constituent les raisons de cette exception.

157Ainsi, soit qu’elles aient été érodées en partie par les ruissellements, soit que la volonté des hommes ait été de récolter l’intégralité des offrandes brûlées, la majorité de ces secteurs recèle une quantité négligeable de matériel. Ceux sur lesquels une quantité importante de céramique subsistait présentent une homogénéité confirmant leur usage éphémère. L’une de ces aires rubéfiées ne contenait pour tout mobilier que deux boucles d’oreilles en or. Il est étonnant de constater que seuls ces vestiges, beaucoup plus précieux que tous les autres objets retrouvés dans les tombes de cette nécropole, n’ont pas été récupérés sur ce bûcher. Leur petite taille a pu favoriser leur disparition et leur oubli sur l’espace dévolu à la crémation.

158Cette relative pauvreté en mobilier et en ossements humains (77 % de ces aires de crémation contiennent moins de 50 g d’os brûlés et près de 91 % moins de 150 g), quelle que soit la phase, tend à confirmer le fait qu’il s’agit bien d’ustrina et non d’incinérations primaires.

159L’observation stratigraphique a permis, lorsque le mobilier n’était d’aucune aide, de recaler la plupart de ces aires de crémation avec des niveaux de creusement de sépultures à incinération. C’est ainsi que, parallèlement à l’évolution spatiale des incinérations elles-mêmes, il a été possible de restituer le déplacement des aires rubéfiées au fil du temps et des aléas des dépôts alluviaux. Ces mouvements ont été évoqués au cours du développement sur les phases de la nécropole (cf. supra), mais il convient de les aborder de façon plus approfondie, afin de mieux comprendre les motivations et les contraintes qui les ont provoqués.

160Le plan présenté (fig. 98) permet de visualiser ensemble, mais sous un tramage distinct pour les différentes périodes, les aires rubéfiées présentes sur la totalité de l’espace fouillé.

98 – Répartition et phasage des ustrina de la première nécropole.

161Une première constatation s’impose à l’observation de la répartition topo-chronologique des aménagements funéraires : le déplacement des aires de crémation s’effectue parallèlement à celui des incinérations et dans les mêmes secteurs.

162Il semble que les fosses soient très peu éloignées du lieu où était effectuée la crémation correspondante. En outre, sur l’emprise du site, une ou plusieurs zones rubéfiées peuvent être attribuées à chaque période représentée par des incinérations. Une telle quantité de ce type de vestiges peut paraître importante au regard de ce que les autres fouilles de nécropoles ont pu restituer de ces ustrina (Van Doorselaer 1967, p. 34-36). Leur nombre peut s’expliquer ici par les inondations qui, recouvrant les unes et les préservant, ont poussé les gallo-romains à en établir d’autres.

  • 19 L. Tranoy suppose la présence de ce type d'installations, mais leur conservation ne s'est pas faite (...)

163De plus, la pratique de l’ustrinum individuel est bien attestée par ailleurs19.

164Cependant, le fait que la plupart des autres fouilles n’en recèlent pas peut être expliqué de deux façons :

  • Soit ces aires existaient, mais ont subi des phénomènes de bioturbations ou d’érosion les rendant invisibles après deux millénaires. Le point faible de cette interprétation concerne l’exclusivité de ce type de destruction. Il est difficile d’admettre que, sur nombre de nécropoles fouillées auparavant, les processus naturels ont effacé la totalité de ces traces, alors que, sur le périphérique nord de Lyon, ils ont, au contraire, permis leur conservation.

    • 20 À ce sujet. Castella propose une hypothèse qui se rapprocherait de ce qui est observé sur le BPNL. (...)

    Soit ces aires existent aussi sur d’autres nécropoles, mais étant situées à un emplacement très précis, la fouille non extensive de ces zones funéraires n’en a pas permis la découverte20. Dans cette hypothèse, cela signifierait que, sur la fouille du périphérique nord, elles ont pu être regroupées dans une zone privilégiée mise au jour. L’essentiel des sépultures de la nécropole se trouverait alors hors de l’emprise de l’opération.

165D’autre part, le mobilier extrait des tombes et des ustrina permet de supposer que ces derniers ne sont pas uniquement utilisés pour des crémations individuelles, mais qu’ils peuvent avoir servi à la crémation de plusieurs individus, successivement plus que collectivement. La figurine en terre cuite de Mercure dispersée dans 4 tombes distinctes témoigne probablement d’un ramassage partiel lors de plusieurs crémations successives. Il en est de même pour des sigillées dont des collages ont pu être observés entre plusieurs tombes et un ustrinum (incinérations 251 et 252 avec aire rubéfiée).

166Cette pratique de l’incinération multiple peut être confirmée par la présence d’ossements de trois individus sur la même aire rubéfiée : le fait 389 qui offre la particularité de receler les restes d’un adulte, d’un nouveau-né et d’un enfant (cf. supra). Doit-on voir une crémation simultanée ou séparée de ces trois individus ? La réponse ne peut pas être catégorique dans la mesure où, si certaines fosses recèlent parfois les ossements d’un adulte et d’un enfant, la présence de trois individus dans la même fosse n’est pas attestée sur le secteur fouillé de cette nécropole. Il se peut que des bûchers soient disposés à plusieurs endroits de l’aire de crémation, ce qui simplifierait le ramassage des ossements par individu. Cependant, lors de la fouille des aires rubéfiées, l’ensemble du sédiment recouvrant chacune d’elle a été recueilli en une seule fois et le mode de répartition spatiale ne peut être testé afin de reconnaître d’éventuelles disparités des dépôts d’un secteur à l’autre.

Les fours

167Huit fours, probablement liés à la nécropole, ont été fouillés. Ils se placent le long de la voie, en amont de l’espace funéraire proprement dit (aires rubéfiées, incinérations et inhumations) (fig. 99). Tous ces fours sont construits selon le même schéma : il s’agit de cavités hémisphériques creusées en sape dans les berges de la dépression A — qui pourrait être interprétée comme un bassin contenant les eaux de ruissellement de la pente et protégeant la nécropole et la voie — ou dans les berges du fossé C.

99 - Emplacement des fours par rapport à la nécropole et la voie.

168Les soles de ces fours sont inclinées en direction du fossé ce qui devait en faciliter le curage. L’ouverture de ces fours était donc dirigée vers cette même dépression et matérialisée par une voûte également aménagée dans la berge. L’évacuation des fumées se faisait par l’intermédiaire d’une cheminée pratiquée sur le côté gauche en regardant le four (fig. 100). La cheminée de l’un des fours, obstruée ou accidentellement mise hors d’usage, a été remplacée par une autre sur le côté opposé (fig. 101).

100 - Vue d’un four depuis le côté gauche.

101 - Portion de voûte d’un alandier.

169Ces fours sont répartis sur chaque berge de la dépression. Cinq d’entre eux se trouvent sur la « rive gauche », les trois autres en « rive droite » ; pour deux de ces derniers, seule subsiste la partie arrière. L’ouverture, une partie de la sole et de la voûte ayant été détruite par l’érosion engendrée par la mise en place du fossé C qui passe à proximité et dont certains curages ont pu recouper les fours.

170Leur fonction peut difficilement être déduite des données archéologiques. Les seuls éléments directement liés à ces fours sont des charbons de bois retrouvés en avant de l’alandier et interprétés comme un résidu de curage des sols.

171Une datation l4C a été effectuée sur les charbons provenant de l’un de ces fours (Ly-7126). Les résultats obtenus proposent un âge l4C BP de 2025 ± 40, soit un intervalle en années réelles après correction dendrochronologique de 132 av. J.-C. à 68 ap. J.-C. Les dates les plus probables (-29,-4, 50), se rapprochent des dates d’utilisation de la nécropole. Le lien entre les deux ensembles paraît probable.

172La présence d’aires rubéfiées sans doute liées à la crémation des défunts laisse entrevoir, pour ces fours, une fonction purement alimentaire en relation avec les rituels et les repas funéraires. Les ossements d’animaux brûlés retrouvés dans certaines des sépultures pourraient provenir de viandes cuites dans ces fours.

173Si certaines explications peuvent être proposées (pour la fonction de ces fours par exemple), il est impossible, en revanche, d’établir une chronologie relative de l’utilisation des uns par rapport aux autres. En effet, même si les trois fours de la rive droite ont été détruits par les écoulements concentrés par le fossé C, rien ne permet d’affirmer que les fours de l’autre rive fonctionnaient encore lors de cette destruction. De même, il est impossible de savoir combien de fours fonctionnaient en même temps. D’autre part, les fours de la rive gauche (fig. 102, 103) semblent avoir été abandonnés à la suite de leur comblement par des niveaux d’inondation déposés dans la dépression A. Mais il n’est pas impossible que certains des fours aient subi de faibles dommages et aient été réutilisés après nettoyage.

102 - Trois des cinq fours installés en berge nord.

103 - Vue d’un four avec, au premier plan, sa cheminée.

174Cependant, il est probable que ces cavités n’ont servi que durant les premières phases d’incinération et ont été hors d’usage avant la fin du Ier s. ap. J.-C. Cette interprétation découle de l’observation stratigraphique des différents événements naturels ou anthropiques mis en place dans le secteur où se trouvent les fours. Les chenaux et les alluvions se trouvant au sommet du remplissage du fossé C recoupent les fours de la rive droite et les niveaux sableux de la dépression A. Or ce sont ces niveaux sableux qui ont provoqué l’abandon des fours de la rive gauche. Il découle de ces remarques que le creusement du fossé C survient après l’abandon de l’ensemble de ces infrastructures. Or, il est vraisemblable que ce fossé a été aménagé entre les phases 1 et 2 de la nécropole à incinération, c’est-à-dire au début du Ier s. ap. J.-C. Cela est corroboré par le fait que seules les tombes de la phase 1 se développent à l’ouest du fossé et que certaines tombes placées sur la berme entre les deux fossés A et C recèlent un mobilier semblable mais fragmenté. Cette fragmentation pourrait, en effet, être due à la destruction accidentelle puis à la réinhumation de certaines de ces incinérations au cours du creusement du fossé C. Ce dernier paraît marquer une césure dans l’espace funéraire initialement mis en valeur. L’utilisation de ces fours doit par conséquent être datée antérieurement et les datations l4C obtenues sur l’un d’eux confirment cette hypothèse.

Conclusion

  • 21 Les différents processus sédimentaires et les parades proposées par les Gallo-Romains seront dévelo (...)

175L’implantation de cette partie de la nécropole au pied du versant, dans une pente variant entre 5 et 10 %, peut paraître surprenante. Pourtant, cette zone funéraire a été utilisée durant près de deux siècles. Ce maintien s’explique par la mise en place de plusieurs fossés drainant les écoulements hors du secteur funéraire. En définitive, les écoulements dont témoignent les dépôts alluviaux observés dans la dépression A, puis dans le fossé C, étaient peut-être en usage et endigués dès la construction de la voie et l’implantation de la nécropole21.

176L’abandon de cette dernière a été provoqué, en grande partie, par le manque d’entretien des infrastructures qui, au départ, en assuraient la sauvegarde. La même attitude entraînera, deux siècles plus tard, l’abandon de la voie, dans le secteur fouillé tout du moins. Sans entrer dans le détail de l’évolution des abords de la voie, le développement qui suit retrace la chronologie des événements anthropiques ou naturels directement liés à la « vie de la nécropole ».

  • L’installation se fait dans une cuvette volontairement placée en contrebas de la voie. Sur la partie aval, cette dépression est prévue pour la nécropole proprement dite (aires rubéfiées et sépultures). Dans la partie amont, en revanche, les fours sont installés dans une dépression plus marquée. La limite entre les deux zones est sans doute matérialisée par une levée de terre servant de barrage pour protéger la zone funéraire des inondations susceptibles de se former sur le versant.
    Ce schéma doit être en place durant la première phase et une partie de la deuxième.

  • Les inondations successives dans le « bassin de rétention » placé en amont du « barrage » provoquent une accumulation de dépôts qui le comblent petit à petit. Devant une telle quantité de sédiments, le « bassin » ne peut plus contenir les mêmes poussées.

  • Le fossé C est creusé pour drainer les eaux de ruissellement du versant. Lors de sa mise en place, deux des trois fours « rive droite » sont peut-être détruits. Il se peut que les cinq autres fours placés en « rive gauche » soient également abandonnés, puisqu’ils ont été comblés par des niveaux sableux d’inondation probablement antérieurs au fossé C. Seules les incinérations de la phase 1 sont implantées de part et d’autre du fossé C. Toutes les autres phases se développeront du côté est uniquement. Cela permet de supposer que ce fossé est aménagé au cours de cette phase, ce qui placerait son creusement au cours du règne d’Auguste ou de Tibère au plus tard.

    • 22 Ces coupes stratigraphiques ont été étudiées et interprétées dans le DFS géomorphologie réalisé par (...)

    Dans les premiers temps, le fossé C reçoit un entretien efficace (curages en particulier) et doit suffire à la protection de la nécropole. Puis, devant l’accumulation de dépôts, les curages se font sur des volumes de moins en moins importants et le fossé se comble toujours plus rapidement. En débordant du fossé, les alluvions laissent en place des couches de sables fins lités qui scellent les niveaux d’incinération en se succédant sur des périodes parfois très courtes. Pour pallier cela, de l’autre côté de la voie, une dépression Β est installée, semblable à la dépression A initialement prévue pour la nécropole. En amont, l’essentiel des ruissellements est peut-être dirigé vers ce nouveau fossé, afin de soulager la nécropole de cette menace. Ces aménagements, s’ils existent, devraient avoir été réalisés durant les phases 3 à 4 ou 5 si l’on se réfère aux coupes stratigraphiques relevées et à l’accumulation des dépôts22.

  • Le fossé C est totalement comblé et les incinérations de la phase 6 se placent sur l’axe de son dernier curage comblé par des galets. De l’autre côté de la voie, les alluvions provoquent également l’engorgement de la dépression B. et l’installation d’un fossé du même type que C n’apporte pas de changements notables. De fait, les inondations deviennent de nouveau menaçantes de part et d’autre de la voie et la nécropole n’a plus la possibilité de subsister dans de telles conditions.
    Ce secteur perd donc sa vocation funéraire mais, la voie, surélevée par rapport aux fossés, perdure, car les ruissellements ne constituent pas encore une menace directe.

177Bien que cette nécropole n’ait pas pu être fouillée sur la totalité de son emprise, elle apporte néanmoins de nombreux renseignements sur les habitudes funéraires en vigueur en ce lieu, de la fin du Ier s. av. J.-C. à la fin du IIe s. ap. J.-C. Certes, durant près d’un demi-siècle (des années cinquante à 100 environ), un déplacement probable de la nécropole a entraîné l’abandon provisoire du secteur fouillé. De ce fait, les données concernant cette période ne nous sont pas connues. Ce décalage de la zone est certainement de faible amplitude et il est possible que, quelques dizaines de mètres plus au sud de l’emprise de la fouille, des tombes appartenant à cette phase intermédiaire soient présentes sous les bâtiments actuels. Il ne s’agit pas, en effet, de l’abandon du secteur funéraire, mais plus sûrement d’un retrait provisoire de la zone inondable vers le bas de la pente mieux protégé.

178Pour les périodes représentées sur le site fouillé, les données sont nombreuses et variées et permettent de signaler quelques évolutions significatives au cours de ces deux siècles d’occupation :

  • la pratique de l’incinération constitue le rite majeur durant toute la durée d’utilisation de la nécropole ;

  • les inhumations d’adultes sont rares et présentent souvent des postures particulières ;

  • les inhumations d’enfants sont nombreuses, se retrouvent dans toutes les phases et sont toutes orientées suivant un axe nord-ouest/sud-est ;

  • le mobilier extrait des inhumations, qu’il s’agisse d’adultes ou d’enfants, est extrêmement rare.

179En ce qui concerne les incinérations, des nuances apparaissent entre les périodes initiales (fin du Ier s. av. J.-C. jusqu’au milieu du Ier s. ap. J.-C.) et les phases finales de dépôts (IIe s. ap. J.-C.). Ainsi, les remplissages de fosses, faiblement charbonneux au début, deviennent de plus en plus riches en charbons de bois, ce qui dénote un rejet de plus en plus massif des restes du bûcher dans la fosse. Cela se traduit en outre par une quantité de dépôts primaires également croissante, constituée en très grande majorité de mobilier en terre cuite (céramique, figurines, lampes à huiles, balsamaires...).

180Certes, des exceptions existent, tant pour les périodes hautes que pour les phases tardives, mais, dans les grandes lignes, ces évolutions sont effectives. En revanche, la présence d’urnes reste relativement importante au cours du IIe s. ap. J.-C. même si les perturbations engendrées par des alluvions assez violentes ont quelquefois affecté ces tombes tardives et fait disparaître l’organisation initiale autour de l’urne.

181Les évolutions visibles dans cette nécropole résultent-elles de changements dans les habitudes funéraires en général ou sont-elles simplement liées à ce seul ensemble ?

182La réponse n’est pas aisée et il conviendra, à ce sujet, d’établir des comparaisons dans l’ensemble des nécropoles lyonnaises et éventuellement sur un territoire plus étendu.

183Les fouilles du BPNL permettent toutefois de recueillir d’autres informations par le biais d’une deuxième nécropole, moins vaste et sans doute liée à une population moins nombreuse, utilisée de la fin du IIe au milieu du IIIe s. ap. J.-C. environ.

La nécropole II

184Si la première nécropole n’a été mise au jour que sur une partie seulement de son emprise, cette deuxième zone funéraire, au contraire, a été dégagée sur la totalité de sa surface. En effet, les tombes sont groupées au milieu d’une parcelle décapée exhaustivement et ce noyau de 46 sépultures à incinération semble constituer l’intégralité de la population de cette nécropole. Aucune inhumation d’enfant ni aucun ustrinum n’accompagne ces incinérations. Seules quatre inhumations d’adultes, toutes orientées sud-ouest/nord-est, sont placées dans le même secteur et pourraient faire partie de la nécropole. En revanche, une sépulture double, placée au-delà du mur de terrasse sur lequel s’aligne la nécropole, orientée sud-sud-est/nord nord-ouest ne semble pas devoir être rattachée à la nécropole, même si rien ne prouve qu’elle ne date pas de la période romaine.

185Ce groupe de sépultures est installé au pied du mur de terrasse inférieur de la parcelle la plus occidentale (fig. 3 et 104). Il se répartit sur un espace de 33 m de longueur et 10 m de largeur, d’orientation générale nord nord-est/sud-sud-ouest. Seule une fosse (66) est éloignée de l’épicentre de la nécropole : elle est placée 7 m à l’est des tombes les plus orientales.

104 – Plan de la nécropole II parmi les autres vestiges gallo-romains.

186Si, dans un premier temps, le mur de terrasse a protégé les sépultures des processus de colluvionnement et d’érosion, il semble que son abandon et sa destruction partielle aient par la suite entraîné une altération assez générale de la partie supérieure des fosses à incinération.

187La nécropole se place chronologiquement entre deux phases durant lesquelles le secteur a été occupé par des constructions relativement exiguës, probablement liées à des habitations (cf. supra).

188Cette nécropole ne s’étend pas le long d’une voie et pourrait être destinée à une population localisée dans un secteur particulier et ayant des liens plus étroits que celle de l’autre nécropole, dont la population pourrait être d’origine plus hétérogène. Les sépultures paraissent très regroupées chronologiquement et il est fort difficile de définir des nuances entre le mobilier des unes et des autres.

189Les études réalisées sur ce groupe seront assez similaires à celles pratiquées dans la première nécropole, mais il sera beaucoup plus difficile de percevoir des nuances chronologiques. En revanche, il sera intéressant d’observer les éventuelles similitudes entre certaines phases de la nécropole initiale et les sépultures de ce second ensemble.

Les incinérations

Morphologie

190Bien que la partie supérieure du remplissage d’un certain nombre de tombes soit légèrement érodée, il est tout de même possible de connaître les proportions des fosses ainsi que leur profondeur approximative.

191Le graphique (fig. 105) prend en compte les mesures effectuées sur les diverses fosses à incinération de la deuxième nécropole. Il peut être comparé à celui proposé pour la première (fig. 61). La confrontation des données des deux ensembles funéraires permet d’observer une certaine similitude entre les tombes tardives du premier groupe et les sépultures de la deuxième nécropole.

105 - Répartition des fosses à incinérations suivant leurs dimensions.

192En effet, les fosses sont principalement groupées dans une fourchette de 0,50 à 0,70 m, avec une certaine dispersion pour les tombes de plus grande longueur dont la largeur ne croît pas dans les mêmes proportions. Ainsi, les fosses les plus longues ont-elles tendance à garder une largeur voisine de 50 à 70 cm. Les éléments de dimension inférieure à 50 cm de côté sont assez rares et distinguent typologiquement ces fosses de celles du Ier s. dans la première nécropole.

193La forme des fosses est souvent ovoïde ou circulaire. En aucun cas les creusements ne présentent d’angles très marqués tendant à leur donner une forme quadrangulaire.

194La profondeur des fosses est essentiellement comprise entre 10 et 30 cm ce qui, malgré l’érosion du sommet des fosses, correspond à peu près aux mesures effectuées sur la première nécropole. On note toutefois que le pic se situe ici entre 20 et 30 cm au lieu de 10 à 20 cm.

195La seule tombe dont la profondeur est supérieure à 40 cm se trouve près du mur de terrasse et était ainsi probablement mieux protégée des phénomènes érosifs. En outre, elle était recouverte d’une tuile ce qui indique que l’intégralité de sa profondeur initiale a été perçue. On peut donc légitimement penser que les autres tombes étaient également assez profondes (entre 40 cm et 50 cm environ), mais qu’elles ont été affectées de façon plus nette par l’érosion postérieure au démantèlement du mur de terrasse.

Organisation interne des sépultures

Aménagement

196La forme des fosses, nous l’avons vu lors de l’examen de leurs proportions, est assez stéréotypée, décrivant un rectangle aux bords arrondis. Malgré l’arasement, deux types de creusements apparaissent en général : il s’agit soit d’une cuvette concave assez régulière, parfois plus abrupte sur l’un des côtés, soit d’une cavité présentant un palier sur l’un des côtés ou de part et d’autre.

197Les aménagements de galets ou d’autres matériaux sont rares ; seule une fosse présente une organisation originale : l’urne, unique dépôt, est soigneusement disposée au milieu d’un calage de gneiss et de galets (fig. 106). Elle est ensuite recouverte d’un galet faisant office de couvercle. Cette tombe était recouverte d’une tuile. Ce n’est pas la seule puisque, bien que ne possédant pas d’aménagements de galets, les tombes 23, 24, 28 et 107 présentaient la particularité d’être recouvertes par un fragment de tegula de taille variable (fig. 107).

106 - Sépulture 108 : l’urne est calée avec des galets.

107 - Sépulture 24.

198Parmi les autres tombes matérialisées par une fosse dépourvue d’aménagements spécifiques (galets et tuiles), 8 contenaient une urne (sép. 8, 9, 21, 25, 26, 66, 95 et 117) (fig. 108) alors que 33 sépultures, parfois très arasées, n’en renfermaient pas. Dans ces cas majoritaires (71,7 % des incinérations), la présence de mobilier funéraire ou d’offrande n’est pas systématique.

108 - Sépulture 66.

Ordre des dépôts

199Lorsqu’une urne est présente, elle est placée de préférence près du centre de la fosse et repose directement sur le creusement. Cela signifie que c’est le premier objet déposé. Ensuite, la fosse est comblée par un sédiment souvent charbonneux dans lequel apparaissent des fragments plus ou moins abondants de céramiques brûlées. Certaines urnes ne sont cependant accompagnées d’aucun autre mobilier et leur remplissage est indifféremment charbonneux ou non, la quantité de charbon de bois ne semblant toutefois pas être très importante. Un couvercle, le plus souvent improvisé (fond de céramique, galet) recouvre la plupart des urnes, constituées exclusivement de vases en céramique (fig. 109).

109 - Sépulture 25 : urne avec un couvercle.

200Un exemple particulier est représenté par la sépulture 24 (fig. 107). Les ossements ont été recueillis dans un vase qui a été, à son tour, placé au sein d’un fond de cruche en commune claire. Le vase initial est de plus recouvert de fragments de céramiques formant un couvercle. Cette double protection des ossements est unique dans cette nécropole.

201Si le dépôt s’est effectué sans urne, le remplissage de la fosse résulte essentiellement du rejet de restes incinérés sans qu’une organisation précise n’apparaisse. Seules 4 fosses sur les 33 dépourvues d’urnes (12,1 %) contiennent au moins un dépôt secondaire dont la position pourrait avoir eu une importance particulière au moment du dépôt en fosse. Cependant, si l’un de ces objets est entier (un pichet dans la sépulture 149), les autres sont tous fragmentés ou lacunaires. Rien ne permet alors d’écarter l’hypothèse selon laquelle ces céramiques ont pu être placées à l’écart du foyer principal du bûcher. Elles ne présenteraient pour cela aucune trace très significative de cette crémation.

Les restes osseux humains

La crémation

202Les tombes de cette nécropole recèlent des restes osseux soumis généralement à une crémation plus intense que celle observée dans les fosses de la première nécropole. En effet, même si le stade III reste le plus fréquemment atteint, les ossements caractéristiques des phases de crémation I et II sont plus rares, voire inexistants, et la phase IV plus souvent atteinte dans cette deuxième nécropole.

203Cette intensité de la chaleur sur le bûcher a eu pour effet d’altérer les os de façon plus marquée ; cela se traduit, en particulier, par une fragmentation importante empêchant, dans de nombreux cas, une détermination des fragments subsistants. De plus, les esquilles osseuses sont nombreuses dans ces tombes et le tri des refus de tamisage * n’a pas été effectué systématiquement. Cela explique entre autre le faible poids d’ossements proposé pour certaines fosses dont tout le remplissage n’a pas été étudié (fig. 110, 111).

110 - Poids et stade de crémation des ossements dans les différentes sépultures.

111 - Répartition anatomique des restes osseux des quatre incinérations étudiées.

Les offrandes

Le mobilier céramique

204Comme pour la première nécropole, l’étude du mobilier céramique comprend les objets disposés sur le bûcher (dépôt primaire) et ceux déposés directement dans la fosse (dépôt secondaire). Les catégories de formes restent les mêmes ; les assiettes sont regroupées avec les plats et les coupes, les pichets et les cruches forment un même groupe, les vases ovoïdes, les gobelets et les marmites constituant les derniers ensembles.

205Les deux graphiques (fig. 112, 113) regroupent la totalité des vases présents dans les tombes et leur répartition en offrandes sur le bûcher et en dépôt dans la fosse. Le tri effectué permet d’observer la prédominance de certains types d’objets sur le bûcher ou en dépôt secondaire. Ainsi, comme pour la première nécropole, les formes les plus souvent placées sur le bûcher sont des assiettes, des plats ou des coupes (53 %) suivis des pichets (25 %) et des gobelets (15 %). On remarque la faible quantité de vases ovoïdes (3 %). Cela confirme les hypothèses émises pour la première nécropole qui consistent à penser que des aliments et des boissons sont placés près du défunt lors de la crémation. Les assiettes et les plats reçoivent probablement les aliments solides et les gobelets et les pichets les aliments liquides. On peut également penser que ces récipients sont ceux utilisés lors du banquet funéraire et qu’ils sont ensuite placés ou jetés près du défunt au moment de sa crémation.

112 - Proportion des différentes catégories de céramique en dépôt primaire (total de 75 vases).

113 - Proportion des différentes catégories de céramique en dépôt secondaire (total de 32 vases).

206En revanche, les dépôts secondaires sont surtout représentés par des vases ovoïdes (31 %) dont la fonction principale consiste à contenir les restes incinérés en tant qu’urne funéraire. Comme dans la première nécropole, les pichets gardent une place importante dans les dépôts secondaires, ce qui laisse à penser que des boissons pouvaient être déposées auprès des restes incinérés (fig. 114). Les autres formes de vases tiennent une place moindre, quoique les assiettes soient encore assez nombreuses dans les dépôts secondaires.

114 - Offrandes en place.

207Le tableau (fig. 115) permet de remarquer que 20 fosses sur les 46 fouillées ne recelaient aucune forme identifiable de céramique ; les autres sépultures contiennent le plus souvent entre 1 et 6 vases distincts.

115 - Répartition des tombes en fonction du nombre de vases (en dépôt primaire ou secondaire).

Les autres mobiliers

208Le mobilier non céramique est extrêmement rare dans cette nécropole. Certes des fragments de rivets ou de clous ont été mis au jour dans 27 des 46 fosses (issus probablement d’objets placés sur le bûcher, par exemple les chaussures du défunt), ainsi que quelques esquilles de verre souvent fondu (dans 10 fosses). Pour le reste, une perle noire en pâte de verre provient de la sépulture 100, trois monnaies ont été extraites de trois fosses pourvues d’urnes (sép. 8, 25 et 117) tout comme une fibule (sép. 117). Une plaque de fer est issue d’une autre sépulture en urne (sép. 66) alors qu’un anneau en fer se trouvait dans une tombe sans urne (sép. 119). Enfin, une épingle en os, brûlée, était présente dans l’urne de la sépulture 9. Cette pauvreté en petits objets confirme la relative rareté du mobilier céramique dans la majorité des tombes.

209Le tableau (fig. 116) résume les données numismatiques extraites de cette nécropole.

116 - Inventaire des monnaies issues de la nécropole II.

210Comme cela était le cas pour la nécropole I. les rares monnaies issues des incinérations sont toutes des ases et ont subi l’action du feu. Cela confirme le dépôt de l’obole à Charon sur le bûcher et non directement dans la fosse. Un certain anachronisme caractérise également ces objets puisque les tombes sont datées du début du IIIe s. alors que les monnaies sont datables des siècles antérieurs.

Les offrandes alimentaires

Offrandes végétales

211Comme pour la première nécropole, une étude carpologique a été effectuée sur des échantillons sélectionnés parmi les fosses et les urnes de ce secteur funéraire. Les résultats obtenus donnent un aperçu des offrandes alimentaires déposées sur le bûcher. Le tableau (fig. 117) regroupe les résultats obtenus lors de l’étude des refus de tamisage.

117 - Détermination des restes carpologiques.

212Une première remarque s’impose d’emblée. Les sédiments provenant des urnes sont pauvres en restes alimentaires. Cela est très visible au regard des résultats proposés pour la sépulture 22 dont le remplissage de la fosse et de celui de l’urne ont été étudiés à part. L’urne ne contient qu’une graine de renouée. En revanche, le sédiment de la fosse comprend une grande variété de restes dont une quantité importante de fragments de pain ou de galette. Ceci était déjà visible dans les prélèvements issus de la première nécropole.

213L’abondance des restes de pain ou de galette dans certaines fosses peut résulter du ramassage des restes sur le bûcher. Toutefois, cet aliment est représenté dans presque toutes les fosses, car il constitue la base de la nourriture.

214Pour le reste, les résultats obtenus dans cette nécropole sont également peu différents de ceux de la première. Le noyer, présent dans trois fosses augustéennes de la première nécropole et déjà absent des tombes postérieures ne se retrouve ici dans aucune des tombes. Cette évolution est-elle due à un choix volontaire, à l’absence de noyer ou tout simplement au hasard de la sélection ? Seule une étude exhaustive des deux nécropoles permettrait de trancher.

Offrandes animales

215Le tableau (fig. 118) reprend les résultats des observations effectuées sur la faune. Tous les os extraits des incinérations présentent une coloration blanchâtre à noire attestant une cuisson intense. Cela était déjà le cas pour les fragments provenant de la nécropole I. Cela indique que, même s’ils ont pu être cuits préalablement afin d’être consommés, les aliments carnés ont ensuite été placés sur le bûcher. Ainsi peut-on penser que ces aliments ont été préparés afin d’être placés auprès du mort au moment de la crémation. Rien n’empêche cependant de penser que certains de ces ossements proviennent de la consommation faite lors du banquet funéraire et qu’ils sont ensuite jetés dans le bûcher après avoir été décharnés.

118 - Détermination des ossements animaux.

216Sur les 46 tombes fouillées, seules 7 contenaient des ossements animaux (15 % environ contre 9 % pour la nécropole I). La présence de ces ossements peut être attestée aussi bien dans le remplissage charbonneux des fosses que dans les urnes. Ce sont d’ailleurs les rares éléments, avec les monnaies ou les fibules, qui, après avoir été brûlés, peuvent être récoltés et placés dans l’urne. Mais, si les monnaies et les fibules sont volontairement récupérées, il est probable que la présence d’ossements animaux est accidentelle et liée au ramassage des ossements humains et à une confusion dans la détermination des deux catégories de restes osseux. La détermination des taxons* de cette nécropole montre une certaine similitude avec ceux de la première nécropole. Le porc est l’animal le plus représenté et ce sont plus particulièrement des animaux juvéniles ou à la limite entre le jeune et l’adulte (stade des épiphysations précoces). De même, ce sont encore les membres postérieurs (les jambons) qui constituent l’essentiel des restes étudiés.

  • 23 À Baralle, le porc est prédominant, mais la partie la plus représentée est la tête. D'autre part, t (...)

217Hormis le porc, les autres espèces sont très rares. Cette présence majoritaire est également attestée dans la plupart des nécropoles à incinération étudiées en Gaule (Baralle, Avenches, Saint-Paul-Trois-Châteaux23).

Les inhumations

Les inhumations simples

218Quatre inhumations orientées sud-ouest/nord-est (tête au sud-ouest), disposées en décubitus dorsal sont installées dans l’espace occupé par la nécropole à incinération. Elles sont toutes placées au pied du mur de terrasse inférieur, comme les incinérations (fig. 119). Cependant, trois d’entre elles sont excentrées par rapport à la majorité des fosses. De plus, la sépulture 20 est distante de près de 15 m des tombes 11 et 12 déjà placées en bordure nord-est de la nécropole. De ce fait, cette inhumation se situe à moins de 2 m de la zone d’habitation occupée antérieurement et postérieurement à l’utilisation de la nécropole.

119 – Disposition des inhumations (en noir) dans la deuxième nécropole et par rapport au mur de terrasse inférieur.

Analyse anthropologique

219Parmi ces quatre inhumations, deux concernent des adultes (sép. 11 et sép. 13), les deux autres contiennent les corps d’individus de 14 et 20 ans environ (respectivement sép. 20 et sép. 12). La tombe 12 renferme un personnage masculin, la 13 une femme. Le sexe des sépultures 11 et 20 n’a pu être défini.

Mode de dépôts

220Le mauvais état de conservation de la matière osseuse a limité les observations taphonomiques sur ces quatre individus. Leur mode de dépôt a été déduit de la présence de clous (peu nombreux malgré tout) en limite de creusement. Une décomposition en espace vide peut être proposée pour ces quatre sépultures.

Datation

221Ne contenant pas de mobilier, ces tombes ne fournissent aucun indice chronologique fiable. Seule l’analyse stratigraphique permet éventuellement, par confrontation avec les données des incinérations ou de l’habitat, de préciser leur chronologie. La comparaison des altitudes prises sur les inhumations et celles d’aménagements voisins, dont les datations peuvent être précisées par le mobilier qu’ils contiennent, n’est cependant pas toujours probante. Ainsi, le fond de l’inhumation 13 se situe plus haut (175,84 m) que les niveaux d’ouvertures des inhumations 86 et 104 (175,50 m.). C’est l’inverse pour l’inhumation 12 (174,97 m) et l’incinération 110 (175,72 m).

222Enfin, l’inhumation voisine de la zone d’habitat (20) est probablement postérieure à l’occupation initiale datable des deux premiers siècles de notre ère. Son altitude inférieure (175,37 m) est, en effet, bien supérieure au niveau des sols d’occupation (174,77 m au plus haut). Par rapport au mur le plus proche du bâtiment tardif (III-IVe s. ap. J.-C.), le fond de l’inhumation se trouve 10 cm plus bas que le niveau inférieur des fondations. De même, une fosse (57) attribuée également aux III-IVe s. ap. J.-C. a son niveau d’ouverture à 175,55 m, le fond étant placé à 175,16 m.

223Ces différentes données, bien que ne permettant pas une datation précise, laissent à penser que ces inhumations sont postérieures aux incinérations et peut-être même à l’abandon des installations habitables au cours du IVe s. ap. J.-C. S’agit-il de sépultures de l’Antiquité tardive ou plus récentes ?

L’inhumation double

224D’orientation radicalement différente par rapport aux quatre inhumations situées dans l’emprise de la nécropole, ce double dépôt est de surcroît placé très à l’écart de l’ensemble funéraire (fig. 120). Ces deux squelettes se trouvent dans l’axe du mur de terrasse supérieur, dans une couche colluviée le recouvrant. Par conséquent, les indications stratigraphiques sont assez faibles. De même, le mobilier contenu dans cette fosse ne permet guère d’assurer une datation plus précise. Une fibule de forme losangique en bronze dans laquelle s’insère une plaque d’os travaillé, datable du IIe s. ap. J.-C., fournit un terminus intéressant (fig. 121). Deux boucles de ceintures, de facture peu élaborée, constituent le reste du mobilier reconnaissable de la tombe.

120 - Inhumation double.

121 - Fibule en bronze.

225Les deux défunts (76 et 77) ont été inhumés en décubitus dorsal. Les deux corps sont disposés suivant une orientation ouest nord-ouest/est sud-est et ils ont tous deux les mains croisées sur le pubis. Un certain nombre d’observations accréditent l’hypothèse d’une inhumation simultanée des deux défunts :

  • la proximité des deux corps (les os iliaques se touchent presque) ;

  • leur position identique et strictement parallèle ;

  • leur isolement de tout autre aménagement ;

  • leur disposition à une même profondeur.

226Aucune preuve tangible ne permet d’assurer cette argumentation, même s’il est impossible qu’une paroi de terre ait servi de séparation entre les deux corps. De plus, si un décalage chronologique les affectait, la tombe postérieure aurait pu détruire la plus ancienne, étant donné leur proximité. Ces multiples éléments supposent une inhumation des deux corps dans une même fosse, mais aussi la présence de deux « cercueils » individuels. En effet, l’observation des connexions suppose une décomposition en espace vide, impossible dans une fosse en pleine terre. L’orientation de cette sépulture double étant différente de celle des quatre autres inhumations, elle pourrait ne pas faire partie d’une même organisation. Cependant, il est délicat d’établir une datation très précise de cette sépulture.

227L’étude anthropologique a permis de constater que les deux défunts étaient d’âge adulte, mais si l’un est assurément masculin (76), le sexe du second (77), en revanche, n’a pu être déterminé, en raison d’un moins bon état de conservation.

Le squelette d’équidé (sép. 7)

228D’après les critères morphologiques, il s’agit d’un cheval (Equus caballus). Ses caractéristiques sont celles d’un mâle de 7 à 8 ans, présentant une hauteur au garrot de 1,40 m environ (fig. 122).

122 - Inhumation de cheval.

229Le membre antérieur droit et une partie du membre antérieur gauche ont disparu, ainsi que le sternum. Les os hyoïdes entre les branches montantes des mandibules n’ont pas été retrouvés. L’altération des surfaces osseuses, du fait de l’action corrosive des radicelles végétales, a rendu délicate l’observation d’éventuelles traces faites par l’homme. Cependant, quelques stries sur la face ventrale d’une vertèbre lombaire supposent une découpe de l’animal. La disparition du sternum (il ne peut s’agir ni d’une destruction par l’acidité du sol - d’autres cartilages sont demeurés intacts - ni d’une destruction au cours du décapage) peut avoir eu lieu au cours de l’ouverture du thorax. Les traces observées sur la vertèbre peuvent être liées à l’ablation des reins de l’animal.

230La carcasse éviscérée n’a pas été débitée, mais jetée dans une fosse étroite. L’animal était disposé en décubitus dorsal.

231L’emplacement de ce dépôt au sein de la nécropole peut lui conférer une fonction rituelle (fig. 119). Cependant, la présence d’un mur de terrasse durant trois siècles a quelque peu figé la stratigraphie et il n’est pas impossible, par conséquent, que cet animal ait été inhumé au cours des Ier et IIe s. en liaison avec l’utilisation des « fonds de cabanes ». En outre, la disparition d’une partie de son membre antérieur gauche est due, semble-t-il, au creusement, à cet emplacement, d’une fosse pour le dépôt d’une incinération (131). Chronologiquement, cela indique que le cheval a été inhumé avant la mise en place de cette incinération, mais aussi que sa décomposition n’était pas totalement achevée. À moins d’une réelle valeur rituelle qui le ferait synchrone de la nécropole à incinération, la possibilité d’une datation en liaison avec l’utilisation du fond de cabane n’est pas exclue.

Les traces d’un petit bâtiment funéraire ?

232Au nord-est de la nécropole, orienté comme le mur de terrasse, un ensemble de quatre trous de poteaux, formant un carré de 1,3 m de côté environ, a été mis au jour. Aucune autre infrastructure n’étant liée à ces quatre calages, il est délicat de décrire l’aspect général de cette petite construction. Cependant, son utilisation simultanée avec la nécropole est fort probable (fig. 123).

123 - Plan du petit bâtiment sur poteaux dans la nécropole ; 1 - clochette en alliage cuivreux.

233Le fait que la nécropole fonctionne avec le mur de terrasse et que ce bâtiment soit aligné sur ce dernier peut déjà favoriser cette interprétation. D’autre part, aucune tombe ne se trouve dans l’espace délimité par les trous de poteaux. Enfin, la nécropole se développe essentiellement à l’ouest de cette structure.

234La présence des seuls calages laisse à penser que cette construction reposait sur des poteaux en bois comme, sans doute, la totalité de l’élévation. Une petite clochette en bronze, trouvée près de l’un des calages, constitue le seul mobilier découvert dans cet espace. Il n’est pas certain que cet objet, répertorié par ailleurs (Boucher 1980), ait appartenu à l’édifice en question, dans la mesure où il ne subsistait aucune trace du niveau d’occupation correspondant.

235La fonction de cet édifice est probablement liée à l’ensemble de la nécropole et non à une sépulture en particulier. S’agit-il d’une marque indiquant la présence de la nécropole ?

Conclusion

236Cet espace funéraire constitue un ensemble clos et homogène. Sa durée d’utilisation semble s’étendre dans la première moitié du IIIe s. ap. J.-C. L’usage exclusif de l’incinération confirme les résultats de fouilles récentes, en particulier Quai Arloing (Delaval et al. 1995, p. 211, 221 et p. 261 à 269). Ce n’est que récemment, en effet, que la pratique de l’incinération a été attestée à Lyon pour des périodes aussi tardives. De plus, cette nécropole constitue un noyau suffisamment important pour ne pas paraître aléatoire.

237Concernant le mode de dépôt, une certaine unité caractérise les différentes fosses. Elles renferment toutes un sédiment charbonneux dans lequel le mobilier, généralement constitué de vases en céramique, est plutôt peu abondant. Aucune trace de marquage des fosses n’a été mise au jour, ce qui tend à confirmer le niveau social probablement modeste de la population incinérée.

238L’isolement de cette nécropole et la concentration d’une population peu nombreuse dans un espace restreint semblent indiquer qu’il s’agit d’un secteur funéraire réservé à un groupe de personnes pouvant avoir des liens familiaux ou sociaux étroits. Cependant, l’absence, alentour, d’infrastructures permettant de reconstituer le contexte de leur vie quotidienne, impose de rester prudent sur cette interprétation.

239Les relations entre les incinérations et les inhumations sont également fort mal cernées. Le mobilier étant absent des inhumations et leur disposition n’étant pas réellement organisée comme celle des incinérations, il est délicat d’établir un lien entre les deux formes de sépulture. Il est possible toutefois que les inhumations, notamment celles orientées sud-ouest/nord-est, soient assez tardives et concrétisent le passage informel d’un rite à l’autre.

240Les quatre trous de poteau formant un espace quadrangulaire pourraient constituer l’armature d’un petit monument accompagnant la nécropole.

241Contrairement au secteur funéraire antérieur longeant la voie, les aires de crémation n’ont pas été retrouvées ici. Étant donné le décapage exhaustif effectué bien au-delà des limites de la nécropole, l’absence de ces aménagements peut trouver son explication dans un éventuel démantèlement de ces zones sous l’effet d’un processus érosif, important après la destruction des murs de terrasses.

L’apport des nécropoles dans le contexte lyonnais

242Les nécropoles découvertes au cours de l’opération de fouilles du BPNL apportent des données nouvelles concernant les espaces funéraires lyonnais. Certes, les deux ensembles ne devaient pas avoir le même statut. La première nécropole est installée le long de la voie de l’Océan et les nombreux aménagements concentrés sur le faible espace fouillé, dans une zone de surcroît très défavorable (pente, secteur inondable), n’en constituent probablement qu’une infime partie. Cette nécropole perdure durant deux siècles, ce qui démontre son importance et la volonté des hommes de perpétuer la fonction de ce lieu. Plus de 120 tombes à incinération, de nombreuses aires rubéfiées destinées à la crémation des défunts, des fours domestiques probablement liés aux banquets funéraires, ainsi que les fondations d’un probable mausolée, sont mêlés à une quarantaine de tombes de nourrissons et quelques inhumations d’adultes sur un espace de 50 X 30 m environ. Les tombes elles-mêmes s’organisent sur une superficie bien moindre encore (35 X 15 m), puisque les fours et le mausolée se situent en amont. Ces divers arguments laissent supposer une extension de cette nécropole vers la plaine. Il est possible alors de penser que les épitaphes réemployées dans les fondations de l’église Saint-Pierre de Vaise sont en liaison avec une partie de cette nécropole dont l’emprise totale ne peut être évaluée. Certes, la proximité des tombes fouillées sur l’emprise et la pauvreté de leur mobilier interdisent de supposer la présence d’épitaphes ou de stèles funéraires importantes à leur emplacement. Cependant, le loculus découvert dans cet espace et les deux boucles d’oreille en or issues d’une aire rubéfiée laissent entrevoir la possibilité que des tombes assez riches aient pu prendre place au sein de cette nécropole, plus bas dans la plaine.

243Chronologiquement, ces secteurs funéraires regroupent à la fois des sépultures faisant partie des plus anciennes découvertes à Lyon (période augustéenne) et des tombes très récentes (IIIe s.), témoins de la persistance du rite de l’incinération entrevue dans de rares cas auparavant.

244Il convient également de signaler que ces deux nécropoles constituent les vestiges funéraires les plus éloignés du centre administratif de la ville antique et contribuent à mieux cerner ses limites septentrionales.

Confrontation des données avec la nécropole de la favorite

  • 24 Deux incinérations primaires ont été découvertes dans la nécropole du Quai Arloing (Tranoy 1995a, p (...)

245Les observations effectuées donnent une image des pratiques funéraires antiques très différentes de celles des autres nécropoles lyonnaises. L’absence d’incinérations primaires constitue une première nuance importante. Les nécropoles de la Favorite et, dans une proportion moindre, celle du Quai Arloing contenaient des incinérations sur place24. Ici, l’absence de ce type de sépulture est difficile à expliquer. Certes, la nécropole I n’a pas été fouillée intégralement et peut avoir recelé, dans d’autres secteurs, certaines de ces tombes. En outre, il n’est pas totalement exclu que certaines aires de crémation ne soient en réalité que les fonds lessivés d’incinérations primaires. Toutefois, la grande taille, la rubéfaction importante et l’absence de bordures de ces « ustrina » constituent des arguments suffisants pour appréhender ces aménagements comme des aires de crémation et non comme des sépultures primaires. L’absence d’ossements sur la plupart d’entre eux ou de restes de plusieurs individus dans d’autres cas, ainsi que les recollages de mobilier entre des incinérations secondaires en fosses et certaines aires rubéfiées semblent tout de même confirmer leur fonction de bûcher et non d’incinération en place.

246Les dépôts secondaires sont proportionnellement plus nombreux dans les nécropoles I et II. De plus, alors que sur la nécropole de la Favorite, la présence d’urne ne s’affirme qu’à partir de la fin de l’occupation (deuxième moitié du IIe s.), sur la nécropole I la tendance est inverse puisque, dès la période augustéenne, les fosses avec urne sont majoritaires. Les deux graphiques (fig. 124) représentent l’évolution par périodes des dépôts en urnes et en fosses ainsi que les indéterminés, assez nombreux sur la nécropole I en raison de leur érosion. Les incinérations primaires de la Favorite sont totalement exclues de ces calculs. Pour que ces chiffres (en pourcentage) soient directement comparables entre eux, les périodes attribuées sur la nécropole de la Favorite ont été conservées et celles des nécropoles I et II ont été replacées dans ces phases. Ainsi, les phases 1 à 3 de la nécropole I sont équivalentes à la phase 1 de la Favorite. La phase 2 est annulée, car aucune tombe de la deuxième moitié du Ier s. ne semble avoir été retrouvée sur la nécropole I. La phase 3 de la Favorite correspond à la phase 4 de la nécropole I, et les phases 4-5 de la Favorite aux phases 5 et 6 de la nécropole I et à l’ensemble de la nécropole II.

124 - Comparaison et évolution des dépôts en urnes entre la nécropole du BPNL et celle de la Favorite.

247Une première remarque concerne les résultats de la phase 3 des nécropoles I et II. Les effectifs sont assez faibles et ne reflètent peut être que de manière fragmentaire les données réelles de cette période. D’autre part, il convient également de signaler que la qualification « urne » de nos nécropoles regroupe à la fois les sépultures où l’urne était bien en place, mais également, dans une proportion moindre, les tombes perturbées mais où subsistaient des restes de céramiques apparentées à celles réellement attestées dans les autres tombes. La part de doute est toutefois faible et ne concerne que les tombes des phases du IIe s., ce qui ne fait que renforcer les différences entre les deux ensembles. Ces deux graphiques permettent donc de constater une inversion des tendances entre les nécropoles I et II et soulignent, également, la plus grande quantité de dépôts en urnes. Ainsi, alors que la proportion de dépôts en urnes, parmi les incinérations de la Favorite, ne dépasse pas 17 % durant le Ier s. et la première moitié du IIe s. ap. J.-C.. il est de 54 % au Ier s. sur la nécropole I. En revanche, dans la deuxième moitié du IIe s., la nécropole de la Favorite contient 81 % de dépôts en urne contre 40 % environ durant le même laps de temps dans les nécropoles I et II. Cette différence est encore accentuée si l’on tient compte du recul conséquent des incinérations primaires à la Favorite entre ces deux périodes extrêmes.

248Les observations faites à partir des données de la Favorite peuvent ainsi être tempérées par les nouveaux éléments issus des nécropoles I et II. Toutefois, aucune conclusion ne peut être établie dans la mesure où, pour la Favorite et la nécropole I, les renseignements ne constituent qu’un échantillon, difficilement quantifiable, de sépultures. Les connaissances partielles des deux secteurs invitent à la prudence ; il est difficile, en effet, de savoir si ces disparités sont dues au fait que chaque nécropole regroupe des individus issus de milieux sociaux distincts. De même, rien ne permet d’affirmer qu’il n’existe aucune incinération primaire sur toute l’emprise des nécropoles I et II et que, inversement, la nécropole de la Favorite ne possède pas de tombes en urne établies selon des modalités similaires à celles observées sur nos deux ensembles funéraires.

249Au-delà de suppositions portant sur des nuances sociales, il est possible de tenter une interprétation des vestiges découverts près de la voie de l’Océan et, éventuellement, d’échafauder une hypothèse qui pourrait être valable pour d’autres nécropoles dont celle de la Favorite. Plusieurs arguments postulent en faveur d’une interruption de la nécropole en amont du secteur fouillé. Le « bassin de rétention » devait constituer une barrière volontaire et aucune incinération ni aucun ustrinum ne s’y trouvait. D’autre part, les fours placés dans ses berges pourraient avoir servi à la cuisson des aliments pour les banquets funéraires. Enfin, les aires de crémation sont nombreuses et toutes les phases recensées semblent en être pourvues. Ces installations liées au rituel funéraire sont donc disposées en bordure de la nécropole. Ce cas de figure pourrait être reproduit dans d’autres nécropoles. La carence en ce type d’infrastructure dans la plupart des zones funéraires fouillées antérieurement peut s’expliquer par le fait que toute leur emprise n’a pas été découverte. Dans le même ordre d’idée, l’absence d’incinérations primaires dans la nécropole I, alors qu’elles apparaissent dans d’autres nécropoles, et en particulier à Lyon, peut s’expliquer de la façon suivante : il s’agit de tombes et non de zones vouées à la crémation de plusieurs individus (ustrina) sur des périodes assez longues. De ce fait, il est compréhensible qu’elles soient intégrées au noyau des sépultures et retrouvées parmi des incinérations secondaires dans la plupart des cas. Elles peuvent ainsi parsemer l’espace destiné aux tombes sans se trouver en bordure ou dans une zone bien délimitée de la nécropole, comme cela pourrait être le cas pour les ustrina.

Une évolution des coutumes liées à l’incinération ?

250La première nécropole, grâce à la présence d’ustrina et de fours, offre l’avantage de porter à notre connaissance certains aspects des croyances et des habitudes funéraires qu’il n’est pas toujours aisé de percevoir lorsque seules les fosses sont mises au jour.

251Certaines variations sont visibles dans les gestes funéraires pratiqués durant toute la période d’occupation de ces nécropoles. Il est certes délicat de comparer le contenu des deux secteurs car leur fonction diffère : il est possible, en effet, que les sépultures de la première nécropole soient destinées à une population disparate dont le niveau social peut varier ; en revanche, il est probable que la deuxième nécropole n’a regroupé que des personnes appartenant à une même classe sociale ou à une corporation : cela expliquerait la similitude des fosses et du mobilier contenu ainsi que la faible quantité de tombes recensées.

252L’observation des différentes phases de la première nécropole a fait apparaître des nuances importantes entre les pratiques funéraires de la première moitié du Ier s. ap. J.-C. et celles du IIe s. ap. J.-C. Ces variantes, sans être systématiques, permettent toutefois d’expliquer les gestes effectués pour chaque période, du bûcher à la mise en place des cendres au sein d’une fosse. La restitution de ces gestes permet d’ailleurs de constater que, malgré les similitudes avec les sépultures de la nécropole de la Favorite (Tranoy 1995) au regard des objets déposés dans les tombes ou au moment de la crémation, aucune incinération primaire n’a été retrouvée parmi les vestiges des deux nécropoles. Malgré cela, trois types de dépôts majoritaires peuvent être distingués.

Les fosses non charbonneuses avec urnes

253Elles sont surtout représentées par les phases 1 à 3 de la nécropole I. Elles semblent donc plutôt être l’apanage des incinérations effectuées de la fin du Ier s. av. J.-C. à la première moitié du Ier s. ap. J.-C. Ces fosses ne présentent pas de traces de charbon de bois dans leur remplissage mais, dans de rares cas (Fait 306), les quelques centimètres tapissant le fond de la fosse contiennent un remplissage où se mêlent de nombreux ossements brûlés et quelques charbons de bois. Le niveau d’ouverture de ces incinérations n’a, par conséquent, pas toujours été perçu dans la mesure où le sédiment recoupé n’était guère différent de celui qui comblait la fosse. Ce sont les urnes qui contiennent l’essentiel des restes incinérés, la fosse n’étant que le lieu de dépôt de l’urne elle-même.

254Ces récipients consistent, pour la plupart, en une céramique commune noire ou grise dont les formes répondent à deux types distincts : il s’agit soit de vases ovoïdes au col cannelé (phases 2 et 3), soit de formes marquées d’une carène à l’épaulement (phase 1). Il semble que les os retirés du bûcher ont été déposés dans l’urne en céramique, puis recouverts d’un couvercle. Certains couvercles sont plus étroits que l’ouverture du vase lui-même et reposaient dans la partie inférieure de l’urne ; ceci laisse à penser que les ossements ne tenaient qu’une place infime de l’espace intérieur de la céramique et que le couvercle devait être posé directement sur les restes osseux, à moins qu’un tissu n’ait préalablement obstrué l’ouverture du vase. L’absence ou la rareté d’offrandes brûlées peut s’expliquer de deux façons :

  • elles sont déjà rares sur le bûcher ;

  • elles sont présentes mais, le sédiment charbonneux n’étant pas prélevé, elles y demeurent et ne se retrouvent pas dans les fosses.

Les fosses charbonneuses avec urne

255Elles sont essentiellement regroupées dans les phases 4 à 6, au cours du IIe s. ap. J.-C.

256Le remplissage est constitué d’une matrice de couleur noire, plutôt grasse en apparence. La quantité d’ossements humains calcinés dispersés dans ces fosses est peu importante. Ce sont en effet les vases de plus grande taille déposés dans ces tombes qui recueillent l’essentiel des restes humains. La plupart du temps, les urnes sont représentées par des céramiques communes claires pourvues d’un fond annulaire, d’une anse plate et d’un bord arrondi, ou des amphorettes façonnées à partir du même type d’argile. Quelques gobelets en céramique rouge à engobe micacé ont peut-être, en quelques cas, rempli le même office. L’évolution entre celles des phases 1 à 3 et ces tombes n’est pas connue, puisqu’aucune tombe de la période transitoire (50-100 environ) ne se trouvait sur l’emprise fouillée de la nécropole la plus ancienne.

257Pour les tombes de ce type, le processus semble être le suivant : les ossements incinérés sont placés dans le vase constituant l’urne, et les restes du bûcher (reliquats de nourriture et d’offrandes mêlées à des résidus charbonneux) sont ensuite dispersés dans la fosse. Une partie des tombes de la nécropole la plus ancienne correspond à ce type de dépôt (des phases 4 à 6), mais une minorité des sépultures de la nécropole la plus récente est également concernée.

258Ainsi, contrairement au tombes non charbonneuses évoquées précédemment, les offrandes de céramiques (et éventuellement d’aliments déposés à l’intérieur) sont plus nombreuses dans cette deuxième catégorie. Alors qu’une urne et un couvercle constituaient, parfois accompagnés d’un balsamaire, l’essentiel du contenu des phases 1 et 2, plusieurs récipients (pots, assiettes...), parfois très fragmentés ou lacunaires, accompagnent désormais l’urne (couverte ou non). Un pichet en céramique commune claire sableuse (de même forme que ceux placés comme urne dans des dépôts charbonneux), dont le col a été volontairement coupé a été retrouvé dans une fosse non charbonneuse.

259L’explication de ces différences n’est pas aisée, d’autant qu’il n’a été recueilli, dans cette fosse, qu’une quantité restreinte d’ossements humains brûlés. Cette céramique constitue-t-elle un dépôt annexe d’une incinération voisine ?

Les fosses charbonneuses sans urne en terre cuite

260Ce type de dépôt concerne l’essentiel des tombes du IIe s. et du début du IIIe s. mises au jour sur les deux nécropoles fouillées sur le périphérique nord. La fouille de ces sépultures n’a pas permis de constater la mise en place des restes osseux dans une zone privilégiée de la fosse. Il n’est pas exclu que des céramiques de petite taille, ne présentant pas, a priori, les caractéristiques d’une urne classique, aient été utilisées à cet effet, certaines étant parfois obstruées par un couvercle. Cependant, la fouille de ces vases n’a fourni qu’une quantité très faible d’ossements incinérés (Sép. 202). D’autre part, aucun argument ne permet d’éluder l’hypothèse de la présence d’un contenant en matériau périssable (bois, tissu ?) dont aucune trace n’aurait pu être identifiée au cours de la fouille. La tombe 205 de la nécropole I, contient deux pieds, volontairement sciés au sommet, d’un plat en céramique commune rouge à engobe micacé. Les restes du récipient auquel ils appartenaient n’ont pas été retrouvés dans la fosse. On peut supposer que ces deux pieds ont fait office de calage, sur deux des angles, d’une cassette urne non conservée car probablement construite en matière putrescible (bois ?).

261La présence d’un contenant autre qu’une céramique n’est donc pas à exclure et peut être justifiée par la relative richesse de ces tombes, qui montrent la même application dans les gestes rituels que lors des phases antérieures. Le nombre important d’assiettes (en sigillée d’abord, puis surtout en céramique rouge à engobe micacé) retrouvées dans ces fosses, ainsi que d’autres types de récipients (gobelets, pichets), témoignent de l’importance des offrandes (probablement alimentaires) apportées au défunt principalement sur le bûcher. Nous avons pu voir (les offrandes) que la majorité des céramiques brûlées étaient des récipients ayant dû contenir des aliments (pichets, assiettes, plats, coupes). Le remplissage est similaire à celui des fosses charbonneuses contenant une urne en terre cuite.

262Dans certains cas, la dispersion des ossements humains dans l’ensemble du remplissage est indéniable et démontre l’absence d’urne. Au lieu de regrouper les ossements dans un récipient prévu à cet effet, l’intégralité de l’aire de crémation est reversée dans une fosse au sédiment hétérogène sur toute l’épaisseur. Parmi ces cavités, certaines ne recèlent qu’une quantité négligeable de mobilier, souvent fragmenté. S’agit-il réellement de fosses sépulcrales ou doit-on voir ici le résultat du curage d’aires de crémation dont les reliquats auraient été enterrés dans une fosse prévue à cet effet ? La réponse n’est pas aisée et il convient de n’écarter aucune des deux suppositions.

Notes

13 Les éléments de comparaisons seront développés en fin de chapitre.

14 Les études de faune des nécropoles de Baralle et d'Avenches reflètent bien cette tendance. Les comparaisons bibliographiques seront effectuées lors de l'étude de la faune de la deuxième nécropole. En effet, les restes osseux animaux issus des deux secteurs funéraires du BPNL sont suffisamment semblables pour que les confrontations avec d'autres ensembles ne soient faites qu'une seule fois.

15 Il faut noter cependant que les inhumations d'adultes sont plus nombreuses aux Bolards (19) et que les inhumations de nourrissons ne suivent pas une orientation aussi rationnelle que dans le cas de notre nécropole. Le caractère aléatoire des inhumations d'adultes semble ainsi moins justifié sur la nécropole des Bolards.

16 Dix-neuf défunts sont disposés en procubitus et six d'entre eux sont inhumés en pleine terre. L. Tranoy mentionne par ailleurs d'autres exemples d'inhumations de ce type datées du Haut-Empire dans d'autres nécropoles, parfois dans de fortes proportions (Tranoy 1995, p. 714-715).

17 Il n'est tenu compte dans cette estimation que des individus dont l'âge est estimé à moins de 9 mois ± 3 mois, cette dernière fourchette n'étant pas prise en considération.

18 La plupart de ces mausolées sont de forme plus ou moins quadrangulaire et leurs dimensions varient de 2 à 6 m de côté environ (Tranoy 1995, p. 585-589). Avec une longueur (ou largeur ?) de 5,80 m, celui du périphérique nord offre des proportions très voisines du mausolée des Salonii (6,15 m de côté) ou de celui de Satrius (6,10 x 6,20 m). Toutefois, les mesures des mausolées de Trion ont été prises sur les socles encore présents. Les mesures prises sur des fondations (comme pour le nôtre) peuvent en effet surévaluer la dimension réelle du socle. Au sujet de la forme de ces mausolées, nous renverrons à la thèse de L. Tranoy qui mentionne les ouvrages de synthèses existant à ce sujet (Tranoy 1995, p. 590-591).

19 L. Tranoy suppose la présence de ce type d'installations, mais leur conservation ne s'est pas faite dans d'excellentes conditions et certains doutes subsistent quant à la fonction de ces aires rubéfiées de la nécropole de la Favorite (Tranoy 1995, p. 684-688). Dans sa monographie concernant les nécropoles de la Gaule septentrionale, A. Van Doorselaer mentionne un certain nombre de sites où des ustrina ont été mis au jour (Van Doorselaer 1967, p. 35-36). Ces secteurs voués à la crémation sont donc attestés même si, sur la nécropole du BPNL, ils ont été conservés en plus grand nombre.

20 À ce sujet. Castella propose une hypothèse qui se rapprocherait de ce qui est observé sur le BPNL. Selon lui, « ces aires de crémation devaient se situer le plus souvent à proximité immédiate des nécropoles ou à l'intérieur de celles-ci » (Castella 1987, p. 13).

21 Les différents processus sédimentaires et les parades proposées par les Gallo-Romains seront développés dans le dernier chapitre.

22 Ces coupes stratigraphiques ont été étudiées et interprétées dans le DFS géomorphologie réalisé par Odile Franc (Franc 1996, p. 50 à 54).

23 À Baralle, le porc est prédominant, mais la partie la plus représentée est la tête. D'autre part, tous les morceaux n'ont pas subi l'action du feu (P. Méniel in Hosdez 1989, p. 201-203).
À Avenches, l'incinération des ossements animaux est quasi systématique, comme cela est le cas dans les tombes des nécropoles du BPNL. Le porc est également l'animal le mieux représenté même si le boeuf tient une part importante à Avenches. Comme à Baralle, la tête tient encore une part importante dans les offrandes. Cependant, les membres antérieurs et postérieurs sont très bien représentés et ces résultats tendent à ressembler à ceux du BPNL (Appendis II par C. Olive dans Castella 1987, p. 195-200). À Saint-Paul-Trois-Châteaux, les observations effectuées dans la nécropole du Valladas (Olive 1987) présentent aussi le porc comme animal prédominant. Cependant, une différence essentielle distingue les restes de cette nécropole avec ceux des nécropoles de Baralle, d'Avenches ou du BPNL : les restes osseux du Valladas n'ont que dans de très rares cas été brûlés, alors que la tendance est inverse dans les autres nécropoles observées ci-dessus.

24 Deux incinérations primaires ont été découvertes dans la nécropole du Quai Arloing (Tranoy 1995a, p. 211). Le reste du lot des incinérations était composé de 9 dépôts secondaires en terre et 3 en urne. Sur la Favorite, la prédominance des incinérations primaires est effective durant les trois premières phases (respectivement 54, 60 et 48 %) pour s'atténuer à partir de la deuxième moitié du IIe s. (16 %) (Tranoy 1995, p. 688-689).

Table des illustrations

Légende 57 - Plan de la nécropole I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 58 - Vue de quelques fosses à incinération avec une urne en premier plan.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende 59a - Répartition des vestiges funéraires de la première période (phase 1) de la nécropole I (les inhumations sont indiquées en italique, les ustrina en caractère gras et les incinérations en caractère standard).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 59b - Répartition des vestiges funéraires de la première période (phase 2) de la nécropole I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 59c - Répartition des vestiges funéraires de la première période (phase 3) de la nécropole I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 60a - Répartition des vestiges funéraires de la deuxième période (phase 4) de la nécropole I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 60b – Répartition des vestiges funéraires de la deuxième période (phase 5) de la nécropole I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende 60c - Répartition des vestiges funéraires de la deuxième période (phase 6) de la nécropole I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende 61 - Répartition des fosses à incinération selon leurs dimensions.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 62 - Sépulture 155 vue en coupe.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende 63 - Fréquence des profondeurs des incinérations de la première nécropole.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 64 - Bloc avec loculus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 65 - Sépulture avec galets pour caler l’urne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 66 - Sépulture 172.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende 67 - Sépulture avec offrandes pour caler l’urne.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 68 - Couteau soutenant l’urne 306.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 69 - Sépulture 150 avec des pichets en offrandes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 70 - Offrandes situées sur les cendres.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 71 - Urne avec balsamaires placés sur le couvercle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 72 - Nombre d’incinérations contenant des céramiques en dépôt primaire et secondaire, par période et par type de remplissage.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 73 - Fosse de l’incinération 170 en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 74 - Poids d’ossements humains par tombes et par phases.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 75 - Description des restes osseux humains par incinération.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende 76 - Variation statistique du poids d’ossements brulés selon les phases.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende 77 - Représentation des différentes parties du corps en fonction du poids total d’os.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende 78 - Représentation des différents types de vases en dépôts primaires (sur un total de 200 objets).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 79 - Représentation des différents types de vaisselle dans les dépôts secondaires (55 objets).Ce graphique ne tient pas compte des urnes afin de ne pas fausser les statistiques concernant les dépôts secondaires.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 80 - Représentation des diverses catégories de céramiques selon le mode de dépôt et les périodes.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 81 - Répartition des petits objets par tombes (sur 123 tombes, seules 43 en contiennent).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 82 - Inventaire des monnaies issues de la nécropole I.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende 83 - Figurines issues des incinérations.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 84 - Étude carpologique des échantillons de la première nécropole.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende 85 - Les restes osseux d’animaux issus des incinérations de la première nécropole.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende 86 – Plan des inhumations.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 87 – Sépulture 333 : inhumation en procubitus.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 88 - Sépulture 358 : inhumation en décubitus latéral.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende 89 - Sépulture 353 : partie de squelette ayant subi l’action du feu.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende 90 - Estimation de l’âge et du mode de dépôt des inhumations de nourrissons.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 91 - Sépulture 362 : enfant en très bas âge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 92 - Plan et coupes du monument funéraire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 93 - Vue des fondations du bâtiment funéraire en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 94 - Fragment de bloc sculpté issu de la démolition du monument funéraire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende 95 - Restitution du mausolée des Salonii (Kleiner 1977).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende 96 - Aire rubéfiée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 97 - Dimensions (totales ou partielles) des aires rubéfiées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 98 – Répartition et phasage des ustrina de la première nécropole.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 99 - Emplacement des fours par rapport à la nécropole et la voie.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 100 - Vue d’un four depuis le côté gauche.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 101 - Portion de voûte d’un alandier.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende 102 - Trois des cinq fours installés en berge nord.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende 103 - Vue d’un four avec, au premier plan, sa cheminée.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 104 – Plan de la nécropole II parmi les autres vestiges gallo-romains.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 105 - Répartition des fosses à incinérations suivant leurs dimensions.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 106 - Sépulture 108 : l’urne est calée avec des galets.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 107 - Sépulture 24.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende 108 - Sépulture 66.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 109 - Sépulture 25 : urne avec un couvercle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 110 - Poids et stade de crémation des ossements dans les différentes sépultures.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 111 - Répartition anatomique des restes osseux des quatre incinérations étudiées.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 112 - Proportion des différentes catégories de céramique en dépôt primaire (total de 75 vases).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 113 - Proportion des différentes catégories de céramique en dépôt secondaire (total de 32 vases).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 114 - Offrandes en place.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 115 - Répartition des tombes en fonction du nombre de vases (en dépôt primaire ou secondaire).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende 116 - Inventaire des monnaies issues de la nécropole II.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 117 - Détermination des restes carpologiques.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 118 - Détermination des ossements animaux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 119 – Disposition des inhumations (en noir) dans la deuxième nécropole et par rapport au mur de terrasse inférieur.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende 120 - Inhumation double.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende 121 - Fibule en bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 122 - Inhumation de cheval.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende 123 - Plan du petit bâtiment sur poteaux dans la nécropole ; 1 - clochette en alliage cuivreux.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 124 - Comparaison et évolution des dépôts en urnes entre la nécropole du BPNL et celle de la Favorite.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1832/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access