Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La voie de l’Océan et ses abords, nécropoles et habitats gallo-romains à Lyon Vaise

 | 
Daniel Frascone

Chapitre II. L’aménagement du versant et les constructions associées

Texte intégral

Les terrasses

1Deux secteurs (94.8 et 94.5), situés aux deux extrémités de l’emprise de l’opération de fouilles, présentent les traces de tels aménagements (fig. 3).

2Dans la zone occidentale (94.5), des murs matérialisent de façon très nette ces ruptures de pente. En revanche, à l’autre extrémité (94.8), si un dénivelé important apparaît entre deux niveaux d’occupation, aucune trace évidente de mur de terrasse n’a pu être observée.

Les murs de soutènement

Description

3Il s’agit de deux aménagements dont la fonction ne fait aucun doute. D’une longueur observée dépassant dans chaque cas les 80 m (82,5 m et 90 m), ces murs, légèrement désaxés (leurs orientations par rapport au nord magnétique sont de 23°30’E et 29°30’E), ont une largeur variant généralement entre 0,60 et 0,80 m. Seules leurs fondations subsistent généralement ; leurs élévations sont très lacunaires et ponctuellement conservées sur des tronçons de faible longueur. Certaines reprises dans la construction de ces murs sont visibles. Ceci indique soit une construction en plusieurs tronçons dans la longueur, soit des destructions partielles ayant nécessité certaines réfections.

4Le pendage observé sur leur arasement respectif est fort différent pour les deux murs. Celui placé le plus haut dans la pente suit un pendage très faible (0,20 m pour 44 m soit 0,45 % environ) ; le plus proche de la nécropole à incinérations et de l’habitat voisin est beaucoup plus incliné (1,10 m pour une longueur de 42 m soit 2,6 %).

5Le dévers entre les deux se marque également fortement dans le paysage. Il n’existe qu’un seul point où il est possible de mesurer la distance les séparant, l’un disparaissant au-delà vers le nord, l’autre vers le sud. Sur cet écart de 22 m, 2,80 m d’altitude les séparent (fig. 22). Cela signifie que la pente est, à cet endroit, de 12,6 %. Si l’on considère que tous les pendages observés sont réguliers et continus, ces différences s’accroîtraient en allant vers le sud et se réduiraient en allant vers le nord, où les deux murs, au vu de leurs directions, pourraient se rejoindre.

22 - Position des murs de terrasse par rapport aux courbes de niveau et coupe montrant leur emplacement dans la pente.

6Ces murs sont apparemment récupérés partiellement, puisqu’il n’en subsiste plus la trace dans l’axe initial. En revanche, au pied de ces zones de récupération, de grandes étendues de galets semblent représenter les vestiges de leur élévation (fig. 23). Un bâtiment (bât. 2) se trouvant à proximité, il est probable que les pierres schisteuses, constituant l’essentiel des fondations des murs de terrasses (fig. 24), ont été réutilisées pour sa construction. Les galets, quant à eux, ont pu être laissés sur place lors de la destruction ; ils ne répondaient probablement à aucun besoin pour l’élaboration des infrastructures ayant suscité cette récupération. S’il s’agit réellement de phases de récupération des matériaux de construction, il est alors possible de mesurer la déclivité du terrain au pied du mur de terrasse. Sur une largeur de 3,50 m environ, le niveau du terrain baisse de plus de 0,50 m, par rapport au bas des fondations du mur de terrasse (fig. 22). Cela indique bien une « rupture » de la pente, puisqu’il s’agit ici d’un dénivelé de 14 %. Sur les dix mètres en contrebas, la pente n’est plus que de 0,50 m, soit 5 % environ. La rupture de pente est donc indéniable et confirme bien la fonction de ces murets. La confrontation des courbes de niveaux et des murs de terrasses démontre d’ailleurs assez bien l’intérêt de ces aménagements.

23 - Vue du mur de terrasse.

24 - Élévation et effondrement du mur de la terrasse Β.

7De même, il est possible de matérialiser la rupture de pente en comparant les altitudes du mur et des incinérations placées auprès de lui. La tombe 202 par exemple, distante de 4 m du mur, apparaît un mètre plus bas que l’altitude inférieure de celui-ci, ce qui marque une pente de 25 %.

8Enfin, quatre pots à usage horticole (fig. 25) se trouvent disposés au pied du mur (B) proche de la nécropole (les espacements sont irréguliers variant de 2,10 à 3,6 m de longueur). Il s’agit de vases en pâte rouge, de forme ovoïde, au bord arrondi et ne possédant pas de rétrécissement du col ; ils sont pourvus, sur la panse, dans la moitié inférieure, de trois trous placés à peu près régulièrement (tous les 120° environ), élaborés avant cuisson. Ce type de vases est déjà connu par ailleurs (Desbat à paraître) et semble correspondre à l’ancêtre de nos pots de fleurs ; le mur le plus à l’ouest, quant à lui, garde la marque de rigoles pouvant être les négatifs de tuyaux. Ces derniers aménagements pouvaient éventuellement avoir pour fonction d’évacuer les eaux interstitielles de l’amont. Ces canaux mesurent 0,30 m de largeur et sont distants de 1,20 m.

25 - Pot horticole au pied du mur de terrasse.

Datation

9Chronologiquement, les arguments sont assez ténus. Le mur inférieur est au moins contemporain de la nécropole qui le longe. En outre, le démantèlement de cette substruction semble s’effectuer au moment où est construit le bâtiment tardif, c’est-à-dire vers la fin du IIIe s. ap. J.-C. ou le début du IVe s. La présence de foyers au-dessus d’une partie de sa démolition suggère un abandon antérieur à 340. Un lot de monnaies trouvé en son sein permet, en effet, de confirmer cette datation (cf. infra ; des foyers cultuels ?). En revanche, le mur supérieur offre des indices moindres. La présence d’une sépulture double au-dessus de sa destruction constitue la seule relation stratigraphique nette entre ce mur et d’autres vestiges. Cependant, cette sépulture double ne semble pas liée à la nécropole et ne fournit pas d’éléments susceptibles de la dater. Il convient donc de manier ces données avec précaution. Peut-être doit-on considérer que ces murs ont perduré durant le même laps de temps et que leur construction est contemporaine de l’aménagement, dès le Ier s., d’une autre terrasse, présentée ci-dessous, située à quelques centaines de mètres au nord.

La terrasse dépourvue de soutènement

10Un dénivelé, visible entre des constructions de même type pouvant s’apparenter à des fonds de cabane, situés sur deux secteurs attenants, (94.1 et 94.8) ne peut s’expliquer que par l’existence d’une autre terrasse (terrasse C) (fig. 3). Celle-ci n’est pas confortée par une maçonnerie, mais il n’est pas exclu, cependant, qu’un mur identique à ceux précédemment décrits ait été présent à cet endroit. Sa disparition pourrait s’expliquer par le réemploi de ses matériaux. Des destructions postérieures ont également pu effacer la trace d’une éventuelle tranchée de récupération.

11Ce dénivelé s’insère dans une pente nord sud généralement proche de 3 à 4 % environ.

12Sur une distance très courte, une rupture nette s’établit du nord-ouest vers le sud-est, marquée par un dévers d’un mètre environ sur une distance n’excédant pas 5 m. Ce surplomb se situe entre une fosse tardive et un fond de cabane du Haut Empire. Selon les mesures précédemment mentionnées, la fracture serait proche de 20 %. Il est difficile, en tout état de cause, de ne pas voir à cet endroit le même aménagement que celui déjà mis en évidence, sur l’autre secteur (94.5), par les murs de terrasses.

13L’axe de cette délimitation ne peut pas être suivi sur une longue distance, les occupations gallo-romaines étant localisées sur un espace restreint. Cependant, celles-ci ont entraîné l’arasement et la destruction des vestiges protohistoriques (fig. 26). Ce fait peut corroborer l’hypothèse d’un aménagement volontaire d’une terrasse. Au-delà de la zone d’occupation gallo-romaine, les vestiges de l’âge du Bronze sont conservés et se retrouvent en continuité sur toute la partie haute du site (Jacquet 1995, p. 28-29).

26 - Emplacement de la terrasse C par rapport aux vestiges protohistoriques (en clair) et gallo-romains (en grisé).

14Le plan des vestiges de l’âge du Bronze associés à ceux de la période gallo-romaine permet de visualiser cette rupture de pente.

15D’après sa disposition, cette terrasse aurait plus pour fonction la protection ou la délimitation de la zone d’habitat qu’une réelle mise en valeur agricole du versant. Cette théorie peut trouver d’autres arguments dans la comparaison de la densité de fossés qui jalonnent certaines parcelles, à la différence de celles où sont présents les murs de terrasses.

16Les relations stratigraphiques des diverses entités archéologiques permettent d’établir une chronologie plus précise que pour les murs de terrasses décrits précédemment, au moins en ce qui concerne la datation de la construction. Il est clair, en effet, que cette terrasse est aménagée dès le Ier s., puisqu’elle est présente lorsque sont construits les fonds de cabanes dont l’occupation est attestée dès le milieu du Ier s. De même, le dénivelé observable entre la fosse et le bâtiment tardif confirme le maintien de cet aménagement jusqu’au IVe s. ap. J.-C.

Les fossés

17Dans le secteur où se trouvent les deux murs de terrasses (94.5), un seul fossé (fossé 1), orienté nord/sud avec une variation d’angle de 5°30’ vers l’ouest a été fouillé (fig. 27). Il était placé sur la partie nord de l’emprise du site. Il suit un pendage de 4,2 % environ, ce qui s’explique par son axe oblique par rapport à la pente. Sa largeur est à peu près régulière (0,60 m) et sa longueur fouillée est de 25 m. Sa profondeur fouillée, certainement lacunaire à cause de l’arasement, était à peu près stable, aux environs de 0,60 m. Il est difficile d’en définir la fonction. Il est en tout cas unique par son orientation, comparé à tous les autres fossés du boulevard périphérique nord de Lyon. Cela ne favorise guère sa mise en relation avec un parcellaire.

27 - Plan général des fossés avec la topographie du loess.

18Cependant son remplissage, constitué d’un limon brun grisâtre, ne permet pas de conclure qu’il s’agit d’un fossé de drainage. Celui-ci, en effet, aurait alors été comblé par un sédiment de nature plus sableuse, typique d’une dynamique hydrologique.

19Sur un secteur intermédiaire (94.9), plusieurs alignements correspondant à des fossés pour certains, à des palissades pour d’autres, ont été observés (fossé 2 et 3) (fig. 27, 28). Leurs orientations sont peu différentes (51° ouest pour deux d’entre eux, 48°45’ ouest pour le troisième). Il est difficile de définir leur fonction exacte dans l’espace. Il peut s’agir de palissades liées à des enclos, de fossés de drainage (il est d’autre part impossible de dire s’ils répondent au schéma d’un ou de plusieurs parcellaires).

28 - Alignement de galets (fossé 2).

20Le mobilier étant faiblement représenté et peu significatif, une chronologie des vestiges ne peut être établie. Il se peut qu’ils aient eu la même fonction de délimitation d’une parcelle à des moments légèrement distincts. Cela pourrait en expliquer la proximité et la direction identique.

  • 11 Peu d’exemples de rayonnements similaires ont été décelés lors de fouilles. Cela peut être dû à la (...)

21Enfin, le secteur à forte densité d’habitat et marqué par la présence d’une terrasse a également fourni de nombreuses traces de fossés. Trois de ces fossés (fossé 4, 5 et 6), repérés chacun sur une longueur conséquente, témoignent d’une disposition radiale sans doute adaptée au versant. Celui placé le plus au sud a une orientation de 32°30’ ouest par rapport au nord. Le fossé médian est marqué par un axe décalé de 47° ouest. Enfin, celui situé le plus au nord suit une orientation de 89° ouest. L’écart entre les deux extrêmes est donc important, puisqu’il s’agit d’une variation d’axe de 56°30’. Ceci permet d’établir que ces orientations a priori aléatoires se plient aux contraintes de la colline11. L’absence d’unité dans les diverses orientations est plus dictée par les difficultés d’un tel ordonnancement sur un versant irrégulier que par la réelle absence de parcellaire.

22La rareté du mobilier extrait et les difficultés de lecture de la stratigraphie dans un sédiment homogène, rendent impossible la datation de chacun des fossés ainsi qu’une chronologie relative des uns par rapport aux autres. Le raisonnement qui suit s’appuie uniquement sur leurs axes par rapport au nord géographique. Dans la mesure où les fossés sont tous orientés différemment, les limites de la démonstration seraient les mêmes s’il était possible de les dater plus précisément.

23À l’observation de l’orientation des fossés découverts sur toute l’opération, une double évolution apparaît de part et d’autre de la voie construite au début de l’Empire. Au sud-ouest, les axes varient de 5°30’ ouest à 51° ouest, soit une amplitude de 45°30’ Au-delà de la voie, au nord-est, les orientations suivent des directions rayonnant de 147°30’ à 89°, ce qui reflète un écart de 56°30’entre les extrêmes. Dans les deux cas, les écarts sont importants, mais l’évolution se fait dans le même sens. En fait, il semblerait que deux pôles donnent leur origine à ces axes. Ces deux pôles peuvent matérialiser les « sommets » de deux promontoires que la topographie actuelle ne rend pas visibles. Le passage de la voie dans une zone a priori difficile d’accès et peu favorable pourrait éventuellement s’expliquer par la présence d’une légère dépression dans le versant. D’autre part, il est admis que la voie romaine est « une voie de hauteur » et que,

« plutôt que de serpenter dans la vallée puis de se tordre et retordre au bout pour escalader la montagne in extremis, elle quitte tôt le torrent pour gravir hardiment la première pente et gagner droit le plateau » (Duval 1959, p. 16).

24Ainsi, même si la dépression supposée par les orientations des fossés n’existait pas, la voie pourrait tout aussi bien, pour éviter de trop nombreux lacets, avoir été construite au même endroit.

Conclusion

25Les observations émises dans cette première partie permettent de tirer quelques enseignements sur l’aspect du versant au moment de l’implantation gallo-romaine.

26La « voie de l’Océan » est probablement construite dès la fin du Ier s. av. J.-C. Son implantation à un endroit peu propice en apparence peut trouver une éventuelle explication dans les orientations des fossés et des terrasses en présence. En effet, les terrasses se trouvent à chaque extrémité de l’emprise de la zone fouillée. Cela pourrait indiquer que le versant est plus abrupt dans ces secteurs. Ces terrasses, outre une fonction éventuellement agricole, peuvent également avoir été aménagées pour protéger des zones d’occupation, puisque c’est au pied de ces deux terrasses que se situent toutes les installations habitables retrouvées sur l’emprise de l’opération du boulevard périphérique nord de Lyon.

27L’étude des orientations des fossés pourrait indiquer que, dans ces deux mêmes secteurs, deux mamelons distincts, formant entre eux un vallon, ont existé à l’époque gallo-romaine. Les sondages géotechniques effectués avant la fouille ont décelé, pour leur part, l’absence du rocher sur une grande profondeur à proximité de la voie, alors qu’il affleure sur tout le reste du site. Ceci confirmerait ce type de faciès. Les niveaux relevés sur le loess ou la séquence protohistorique ne permettent pas, en revanche, d’accréditer la théorie de l’existence d’une dépression dans la zone où est construite la voie. Si tel était le cas, elle aurait alors suivi un tracé marqué dans le paysage par un très léger talweg perpendiculaire au versant.

28La voie la plus tardive semble décrire une courbe lui permettant de prendre la colline en écharpe dans une direction relativement proche de celle de la terrasse de la zone nord du site.

29Ces hypothèses doivent cependant être maniées avec prudence, car la présence dès le Ier s. de tous les témoins de terrasses et des fossés ne s’appuie sur aucune preuve tangible. Le seul argument qu’il est possible d’avancer concerne la mise en place de la terrasse dépourvue de mur au Ier s. et du fonctionnement possible de tous ces aménagements dès la construction des fonds de cabanes, vers le milieu du Ier s.

Les habitats ou bâtiments agricoles

30Deux zones distinctes présentant des constructions occupaient les extrémités de l’emprise de la fouille (94.1 à l’est, 94.5 à l’ouest) (fig. 3 et 4).

31Dans les deux cas, il semble que ces secteurs aient conservé, durant quatre siècles, leur vocation de lieu habitable. Même si le site occidental (94.5) a fourni des traces plus ténues d’occupations de ce type, les similitudes sont nombreuses entre ces deux ensembles, distants de près de 500 m.

32Deux grandes phases chronologiques ont été mises en évidence, correspondant chacune à un type particulier d’installation.

33Au cours du Haut-Empire, ce sont des constructions « légères » qui occupent l’espace habitable. Aucun mur de pierre n’est visible ; elles ne sont matérialisées que par des sols de cailloutis et galets mêlés de quelques fragments de tuiles. Le schéma de construction est assez stéréotypé, bien que les dimensions soient très variables.

34Au Bas-Empire, des constructions aux fondations de murs en gneiss et galets se substituent aux précédents aménagements. Les deux structures de ce type, découvertes à plusieurs centaines de mètres l’une de l’autre, sont localisées assez précisément sur l’emplacement d’habitations « légères » antérieures. Sans qu’il soit possible de le définir avec certitude, il paraît probable que ces installations tardives aient réellement remplacé les occupations antérieures, sans doute fragilisées par le temps. Tous ces témoins d’une occupation humaine sont installés au pied des terrasses aménagées sur les deux zones concernées. Seule une éventuelle cabane en matériau léger se trouve sur la terrasse même.

Les occupations du Haut-Empire

Description des vestiges

35Bien que conservés dans un état variable, ces aménagements offrent cependant la particularité de ne jamais avoir fourni de traces de substructions en pierres. Cependant, certains « fonds de cabanes » étaient partiellement recouverts de gros blocs de gneiss similaires à ceux composant les murs des bâtiments tardifs ou les murs de terrasses (fig. 29). La structure 2 dans sa globalité, et plus partiellement la structure 1 du site de la rue Mouillard (94.1), répondent à ce cas de figure. S’agit-il d’éléments de murs ayant été rejetés après récupération pour la construction du bâtiment plus tardif ? Ces zones ont-elles été utilisées pour la taille des blocs destinés à la construction des murs du bâtiment ? Il est difficile de répondre à ces questions. Cependant, l’absence de véritables tranchées de récupération autour de toutes ces constructions « légères » permet de répondre par la négative à la première de ces interrogations. Une alternative à la deuxième hypothèse pourrait être la suivante : les fonds de cabanes étant légèrement excavés, ces blocs, éventuels rejets de taille, ont pu être intégrés à des remblais servant à niveler le terrain a posteriori à l’emplacement de ces dépressions.

29 - Implantation des fonds de cabane par rapport à la topographie du loess (rue Mouillard, 94.1).

36Si aucun mur de pierres ne semble être lié à ces habitations, d’autres types de vestiges sont, en revanche, susceptibles de donner une indication sur les parois extérieures liées à ces « cabanes ». La structure 2 du site de la rue Mouillard offrait en effet la particularité d’être bordée à l’ouest, au nord-ouest et au sud-ouest, d’un fossé assez large (un mètre environ) contenant, dans son remplissage inférieur, d’assez nombreux galets de 10 à 20 cm de diamètre. Il se peut que ce fossé ait été aménagé pour recueillir des armatures de bois dont seuls les calages auraient été conservés. Il n’est pas impossible que, dans un deuxième temps, ces poteaux aient servi de soutien à une élévation de cloison en torchis. Le fossé aurait alors permis de construire ce mur de torchis en fondation sur une quarantaine de centimètres. S’il est impossible d’assurer la présence d’un mur de terre qui disparaît complètement dans le paysage après destruction, la présence du fossé ne fait aucun doute. En effet, une oxydation très particulière était visible sous le sol de galets de cette construction et recouvrait également la partie haute des parois de ce fossé, matérialisant nettement son creusement.

37Bien qu’aucune autre « cabane » n’ait fourni d’éléments sur le type de mur qu’elle possédait, la terre est le matériau de construction le plus approprié.

38En ce qui concerne l’aménagement du sol intérieur, il semble assez stéréotypé dans l’ensemble. Installées dans de légères cuvettes, dont le centre n’est pas toujours le point le plus bas, ces « cabanes » sont, en général, pourvues d’un sol de galets assemblés de manière plus ou moins lâche, parfois accompagnés de fragments de tuiles ne dépassant guère 10 cm de côté. Les structures 1 et 2 de la rue Mouillard (94.1) sont caractérisées par des sols de galets très denses et assez uniformes. Cependant, dans certains cas, ce sol, fortement endommagé, n’est que très partiellement conservé. Sur le site de la Duchère, par exemple, des aménagements de galets, sous le bâtiment de l’Antiquité tardive, pourraient correspondre aux restes d’une installation de ce type (fig. 30). Son état très lacunaire ne permet pas, toutefois, d’être catégorique quant à la réelle fonction de ces épandages.

30 - Plan de la zone d’habitat (constructions légères) du site de la Duchère (94.5).

39De même, sur le site des bassins SNCF (94.8), les aménagements assimilables à ceux de la rue Mouillard ne présentent pas de caractères aussi probants, en particulier dans l’aspect général du sol d’occupation interne.

40Les indices architectoniques sont inexistants. Quelques traces d’éventuels trous de poteaux ont parfois été repérées, mais aucun élément ne permet de les mettre en relation avec les élévations, ni le soutien de la toiture.

41Enfin, ces diverses entités ne contenaient que peu de tuiles ce qui laisse à penser que leur toiture était constituée de matériaux périssables. Il est impossible d’aller plus avant dans l’interprétation de la couverture de ces « cuvettes aménagées ».

42L’établissement de ces cabanes s’effectue sur les secteurs concernés par les terrasses. Leur situation stratigraphique, en particulier dans le secteur septentrional, permet de conclure que le versant était déjà aménagé lors de leur construction. L’un des fonds de cabanes s’installe sur la terrasse supérieure, alors que les autres sont construits sur un plan inférieur.

Fonction des cabanes

43Bien que les données soient, dans l’ensemble, assez lacunaires, il est possible de rechercher la fonction de ces constructions en étudiant leur aspect d’une part, et le matériel qu’elles recelaient d’autre part.

Sur le type de construction

44Les similitudes et une certaine simplicité dans la construction de ces ensembles tendent à favoriser l’hypothèse selon laquelle ils répondraient tous à la même utilisation.

45Bien que leurs dimensions soient variables, - de 15 m x 9 m pour la plus grande à 5 m x 4 m pour la plus petite - ces « cabanes » ne semblent pas, a priori, avoir fait office d’habitation. La précarité de la construction, liée à des problèmes d’insalubrité (pas de fondation de galets pour d’éventuelles élévations de murs de terre, légère dépression du sol pouvant entraîner des infiltrations à l’intérieur même des « cabanes »), favoriserait plutôt l’idée qu’il s’agit de bâtiments à vocation agricole ou artisanale.

46Les particularités de la construction ne permettent pas de déduire leur usage. Toutefois, l’hypothèse d’habitations ne peut guère être soutenue, d’autant qu’aucun foyer n’est associé à ces aménagements.

47Cependant, afin de lever un peu de cette incertitude, il convient d’observer le mobilier issu de ces niveaux archéologiques.

Étude du mobilier

48Dans l’ensemble, les sols de galets susceptibles d’attester la présence de ces constructions ne contenaient qu’une quantité assez faible de mobilier archéologique. Un abandon volontaire pourrait avoir provoqué l’évacuation de tous les objets encore utilisables. De ce fait, l’intérieur de ces différents espaces serait en toute logique pratiquement vierge de tout vestige. En revanche, l’abondance de mobilier dans un secteur immédiatement voisin (94.3) de la zone habitée au Haut-Empire peut laisser présager de l’utilisation de cette légère excavation comme fosse dépotoir. La similitude des quelques éléments trouvés à même les sols d’occupation avec les céramiques extraites de cette fosse permet de confirmer leur usage parallèle lors d’une même phase chronologique. Dans cette optique, il a été décidé d’étudier ce mobilier, dans la mesure où, bien que fragmentaire, il regroupe l’essentiel des objets utilisés durant l’occupation des « fonds de cabanes » et peut donner une image assez fidèle de l’usage quotidien de ce secteur. L’étude proposée sera ainsi plutôt axée sur le mobilier céramique (fig. 31). Les formes, la fonction et les proportions des diverses catégories sont autant d’indices susceptibles de définir l’utilisation des « fonds de cabanes ».

31 - La céramique provenant des constructions des Ier-IIe siècles.

Le mobilier céramique

Aperçu typologique (fig. 32 à 40)
  • La céramique commune sombre représente près de la moitié du contenu de la fosse. Les vases ovoïdes à bord éversé et col cannelé (fig. 33) constituent l’essentiel des formes observables parmi ces céramiques à cuisson réductrice. L’argile utilisée pour leur élaboration est assez grossière, mais généralement homogène pour un même vase.
    La vocation culinaire de l’ensemble de ces pots est indiscutable et des traces de coups de feu sont d’ailleurs visibles sur certains de ces contenants.
    Cependant, des récipients très ouverts - dont le diamètre intérieur, pris au niveau du col, varie entre 30 et 48 cm - présentent différentes originalités, contrairement aux vases ovoïdes dont les variations, hormis le type de pâte, sont plutôt insignifiantes. Des jattes (fig. 36) décrivent un profil hémisphérique en général et sont pourvues d’un fond plat. Si cette configuration globale reste assez uniforme, les lèvres sont, en revanche, sujettes à une plus grande variété : certaines sont pourvues de bords moulurés dont l’inclinaison varie de l’horizontale jusqu’à un dévers oblique de 45° vers l’extérieur. Des décors striés peuvent avoir été effectués directement sur les moulures, mais aussi sur les bords arrondis et rentrants de certains autres récipients. Deux céramiques, déjà remarquables par le diamètre de leur ouverture (39 et 48 cm), présentent également des signes typologiques particuliers : des impressions digitées fortement marquées sont visibles sur tout le pourtour de l’une d’elles (fig. 35 n° 7), alors que la deuxième est pourvue d’une excroissance assimilable à un marli (fig. 37 n° 1) et présente la trace de stries sans doute liées à l’utilisation d’un peigne pour parfaire la finition du vase avant cuisson, notamment à l’intérieur. Enfin, un bord mouluré horizontal ne possédant pas de décor incisé ou digité est cependant pourvu de trois excroissances réparties à peu près également sur la circonférence (tous les 120° environ) (fig. 36 n° 3). La fonction de ces rajouts est difficile à définir, d’autant que n’est visible aucune cavité susceptible de faciliter la suspension de ce récipient par ces trois points.
    Ces récipients, étant donné leur volume et l’absence de traces de cuisson, doivent avoir servi à la conservation et au stockage de denrées alimentaires. Cela peut être confirmé par la présence en assez grande quantité de fragments d’amphores et de dolia (fig. 40) ainsi que de mortiers à lèvre pendante, paroi oblique et pâte claire (fig. 35 n° 2-6).
    Quelques autres formes de céramique commune noire sont également présentes. Il s’agit d’un mortier à bord rentrant (fig. 36 n° 1), d’une marmite à deux anses, de bords de coupes, d’assiettes ou de marmites à bord horizontal mouluré ( ?) (fig. 37 n° 6 et 8). Tous ces objets sont le reflet d’un usage culinaire indéniable.

32 - Céramique issue des fonds de cabanes du secteur 94.5.

33 - Céramiques communes à cuisson réductrice issues des fonds de cabanes du site de la Duchère (94.5).

  • La céramique commune claire représente 24 % du nombre de tessons mais, en raison d’une densité moindre de ce type de pâte comparée aux communes noires et d’une fragilité engendrant une fragmentation plus importante, le nombre de vases reconstitués est bien inférieur.
    L’essentiel des formes regroupées dans cette catégorie est constitué de pichets (fig. 34), présentant quelques variantes typologiques : certaines sont marquées par un bord mouluré et une anse quadrifide (fig. 34 n° 4 et 11), d’autres par un bord déversé plus ou moins arrondi (fig. 34 n° 7) ; plusieurs répondent à l’appellation « à goitre », dans la mesure où, contrairement aux autres plus « classiques », leur col s’évase quelques centimètres en dessous du bord (fig. 34 n° 9 et 10).
    Tous les fonds de ces vases sont annulaires. Ils sont, pour la plupart, composés d’une pâte très calcaire donnant aux tessons une texture très savonneuse. Quelques fragments sont en revanche plus sableux et constituent des formes un peu plus tardives. Il s’agit de pichets à bord triangulaire ou arrondi et déversé (fig. 34 n° 12 et 13).
    Les formes sont certes peu variées, mais la présence de ces fragments de cruches et pichets permet de justifier une fois de plus l’utilisation des « fonds de cabanes » en liaison avec une habitation.

34 - Formes de pichets en céramique commune claire du Haut-Empire.

35 - Mortiers à pâte claire (n° 1-6) et grise (n° 7) issus de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).

36 - Formes de jattes en céramique commune noire issues de la fosse dépotoir du Haut-Empire (94.3).

37 - Formes ouvertes en céramique commune noire (n° 1-5) et rouge (n° 6-8) provenant de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).

  • Parmi la céramique fine, les sigillées du sud de la Gaule constituent le lot le plus important. On peut regrouper de façon plus ou moins formelle 4,5 % de la quantité totale de tessons. A priori cela peut paraître insignifiant, mais le nombre de vases reflète un usage non négligeable de ce type de vaisselle. Des coupelles de type Drag. 24-25 (fig. 38 n° 10-13), Ritt. 9 (fig. 39 n° 5) ou Drag. 27 (fig. 39 n° 4), des coupes de type Curie 11 (fig. 39 n° 9), Ritt. 12 (fig. 39 n° 10), Drag. 29 (fig. 38 n° 6 et 7), Drag. 37 (fig. 38 n° 1-5), Drag. 30 (fig. 38 n° 8 et 9), des assiettes Drag. 15/17 (fig. 39 n° 6 et 7) ou Drag. 18-31 (fig. 39 n° 1-3) constituent les éléments les plus remarquables de cette catégorie de céramique.
    La présence de quelques formes de bols en céramique peinte (fig. 39 n° 12 et 13), de gobelets en paroi fine à engobe sablé (fig. 32 n° 2) et d’une assiette estampillée en terra nigra (fig. 39 n° 11) complète l’inventaire des céramiques fines.
    L’ensemble de ces éléments dénote un usage quotidien d’un secteur habité plutôt que d’entrepôts, d’ateliers ou de bâtiments agricoles.

38 - Formes et décors de sigillée du sud de la Gaule provenant de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).

Chronologie appliquée au mobilier céramique

49Il ressort de l’ensemble de ce mobilier une certaine homogénéité faisant supposer une période d’utilisation principalement durant le Ier s. de notre ère. En effet, les éléments typiques du IIe s. sont rares et la présence de sigillées gauloises à la place de sigillées d’influence italique laisse penser à une réelle occupation, au plus tôt à partir de la fin de la période augustéenne. De plus, la présence simultanée et quasi exclusive de formes Drag.15-17, Drag.24-25, Drag.18a, Drag.27b, Drag.30b, Ritt. 12, Drag.29b ou Ritt.9b permet une estimation plus précise, dans la mesure où les dates de fabrication de l’ensemble de ces vases oscillent entre la fin du premier quart et la fin du Ier s. ap. J.-C. Seules quelques formes [coupes Curie 11 (fig. 39 n° 9), Lamb. 45, (fig. 39 n° 8), et le gobelet au décor incisé (fig. 38 n° 14)] sont représentatives d’une période plus tardive (le courant du IIe. s. ap. J.-C.).

39 - Sigillées non décorées du sud de la Gaule (n° 1-10), Terra Nigra (n° 11) et céramiques peintes (n° 12-13) provenant de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).

40 - Amphore (n° 1) et dolium (n° 2) issus de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).

50En ce qui concerne les céramiques communes sombres, les formes ovoïdes sont majoritairement représentatives de modes et de techniques de la première moitié du Ier s. de notre ère. Bien que possédant des parois plus épaisses, ces vases sont technologiquement très proches de ceux ayant servi d’urne dans les premiers temps de l’utilisation de la première nécropole à incinération fouillée au cours de cette opération (cf. infra). Ces récipients sont également nombreux dans les niveaux d’occupation du Verbe Incarné (Genin 1993, p. 96, n° 301, 302, p. 85 n° 30) ou de la rue des Farges, et sont déjà très bien représentés dans les niveaux augustéens précoces fouillés à Lyon.

51L’absence de pichets à bord strié en commune claire, alors que sont présents des bords moulurés et anse quadrilobée, permet de supposer une occupation légèrement postérieure à la période augustéenne. En effet, ces bords moulurés apparaissent comme une évolution des bords striés, fréquents durant les dernières années du Ier s. av. J.-C. et le tout début du 1er s. ap. (Genin 1993 p. 79). En revanche, les cols à goitre reflètent une occupation plus tardive, essentiellement la deuxième moitié du Ier s. ap. J.-C.

52L’assiette en terra nigra et les bols peints — malgré l’impossibilité de visualiser les éventuels motifs décoratifs sur ces derniers — sont datables, quant à eux, du milieu du Ier s. environ.

53Ces divers éléments concordent suffisamment pour qu’il soit déduit, à travers l’ensemble du mobilier céramique, une utilisation continue de cette « fosse dépotoir » durant le Ier s. et plus particulièrement des années 20-30 à 80-90. Partant de l’hypothèse que ce mobilier provient des aires assimilées à des « fonds de cabanes » ou, tout du moins, à des constructions pourvues d’armatures en matériau périssable, il faut alors considérer qu’ils sont liés à une habitation, dans la mesure où les formes de vases et la présence relativement abondante de céramique fine contribuent à supposer de multiples usages quotidiens, du stockage de denrées alimentaires liquides ou solides à leur préparation dans un but culinaire et leur consommation dans des assiettes ou des coupes. Il paraît improbable que ces constructions légères aient elles-mêmes fait office d’habitation ; une structure plus imposante placée hors de l’emprise de fouille pourrait constituer le lien entre ces diverses installations.

Le mobilier non céramique

Le matériel métallique

54L’essentiel est constitué de clous ou de tiges de fer pouvant s’apparenter à des fragments du même type d’objets. Quelques objets de petite taille en alliage cuivreux, souvent difficiles à identifier, ainsi que des fragments de déchets de plomb, complètent cet inventaire.

Le matériel numismatique

55Plusieurs monnaies étaient présentes dans ces espaces. Une apparente disparité caractérise la datation de ces monnaies (fig. 41), mais il est possible de l’expliquer par leur emplacement dans la stratigraphie de l’aménagement : une monnaie républicaine frappée en 82 av. J.-C. a été mise au jour dans le niveau d’oxydation sur lequel repose le sol de galets du fond de cabane. Trois monnaies ont été découvertes sur ce sol : il s’agit d’un as de Néron (54-68) assez corrodé, d’un sesterce d’Hadrien (117-138) et d’un as de Lyon frappé à l’effigie de Tibère (14-37). Un dupondius de Marc Aurèle frappé entre 170 et 171 provient également des infrastructures de cet espace. Cependant, cette monnaie était placée dans le comblement du fossé bordant le « fond de cabane » au nord et à l’ouest ; ce remplissage étant postérieur à l’abandon, la présence d’une monnaie plus récente que les dates supposées de l’occupation est normale.

41 - Inventaire des monnaies provenant des fonds de cabane et des niveaux postérieurs.

Autre mobilier

56Sur le site de « La Duchère » (94.5), une meule tournante presque complète en basalte a été découverte dans le seul espace assimilable à un « fond de cabane ».

La faune

57Elle est faiblement représentée. Le poids total d’ossements par fond de cabane ne dépasse pas, dans la plupart des cas, un kilogramme. Le taux de fragmentation est variable. En revanche, la fosse dépotoir contenait 173 fragments osseux pour un poids total de près de 4 kg.

Conclusion

58Si le mobilier provenant des constructions de la zone septentrionale est peu abondant, l’association de ces données avec celles de la fosse dépotoir permet, non seulement de dater assez précisément, mais aussi d’obtenir des arguments décisifs quant à la fonction de ces constructions. En effet, si l’architecture de ces cabanes ne peut être connue au regard des vestiges archéologiques fouillés, une certaine cohérence marque, en revanche, l’ensemble du mobilier et notamment du matériel céramique. Il convient tout d’abord de rappeler que leur abandon est lié à un mouvement volontaire et non à une destruction brutale engendrant un départ précipité. Cet argument se justifie en partie par la faible quantité de mobilier retrouvé dans l’enceinte même des « fonds de cabanes », ce qui laisse à penser que les occupants ont eu tout le temps de récupérer les objets utiles avant leur départ ou qu’il n’y avait rien.

59En outre, le mobilier de la fosse dépotoir offre toutes les particularités d’une zone d’habitation, dans la mesure où la variété des types céramiques et de l’utilisation de chacun (conservation, préparation, cuisson et présentation de denrées alimentaires), et la présence de céramique fine en assez grand nombre, prouvent une utilisation quotidienne, en liaison avec une habitation, de ces constructions légères.

60Une hypothèse alternative consiste à supposer que ces sols de galets constituent les sols d’occupations de petites constructions habitées. Cependant, le mobilier ne correspond apparemment pas à des constructions aussi précaires.

61Malheureusement, aucun élément ne permet de trancher en faveur de l’une ou l’autre de ces deux éventualités. La seule certitude réside dans le constat que ce secteur était bel et bien occupé de façon constante au Ier s. de notre ère, quelle que soit l’apparence des constructions utilisées.

62Une argumentation similaire peut être proposée pour la zone fouillée en extrémité ouest du tracé, mais les artefacts mobiliers sont moins nombreux et les éléments architecturaux plus ténus encore, ce qui ne permet pas de conclure. Toutefois, le mobilier céramique présente une certaine ressemblance entre les deux zones, comme en témoignent les formes illustrées (fig. 32 et 33). La part de sigillées du sud de la Gaule et des productions précoces du centre de la Gaule est majoritaire, et les formes relativement identiques à celles observées dans l’autre zone.

Les bâtiments du Bas-Empire

63Dans les deux secteurs où ont été découverts des « fonds de cabanes », les restes de murs, constitués de blocs de gneiss mêlés à des galets et quelques pierres calcaires, ont été mis au jour. Dans les deux cas, le plan partiel d’un ou plusieurs bâtiments a pu être observé. Certes, leur état de conservation est assez médiocre, dû en grande partie à la récupération des matériaux de construction, mais aussi et surtout à une érosion importante des niveaux d’occupation. Il est cependant indispensable de faire une étude individuelle, dans un premier temps, puis, dans la mesure où certaines similitudes apparaîtront, de tenter une interprétation commune en étudiant parallèlement les données de chaque bâtiment.

Le bâtiment 1 de la rue Mouillard (94.1)

64Ce secteur présente a priori les vestiges de plusieurs constructions qui pourraient avoir fonctionné indépendamment et successivement (fig. 3, 42).

42 - Essai de restitution du plan du bâtiment I du site de la rue Mouillard (94.1).

65Cependant, outre les lacunes liées à la récupération partielle des murs, et à l’érosion et au lessivage des sols d’occupation mentionnés précédemment, de nombreuses tranchées modernes ainsi que l’emprise de la rue Mouillard sont venues perturber ce secteur relativement exigu. Pour toutes ces raisons, les relations entre les murs n’ont que rarement pu être observées et la discontinuité stratigraphique n’a pas toujours permis d’établir avec certitude que tel sol ou tel remblai en relation avec un mur l’était également avec un autre. Le plan de cette zone est donc complexe et délicat à interpréter.

66Dans un premier temps, chacune des portions de bâtiment sera traitée individuellement afin de distinguer plusieurs états (fig. 42). Puis, nous proposerons une interprétation restituant, par la réunion des différents fragments, une structure plus complexe qui pourrait avoir effectivement existé.

67État 1 : Les deux murs les plus anciens semblent être ceux qui constituent l’espace le plus vaste formé par les vestiges subsistants. Leur orientation est de 40° est.
Il s’agit des murs 1 et 2, passablement arasés, dont aucun retour ne permet d’extrapoler la continuité vers le nord-est et le sud-est. Ces deux murs perpendiculaires délimitent donc un espace interne minimum de 10,20 x 8,90 m. Leurs largeurs sont différentes (0,70 m pour M1, 0,50 m pour M2). Ils ne subsistent tous deux que sur une assise composée de galets (pouvant atteindre 0,20 m de diamètre) et de blocs de schiste, plus rarement de blocs de pierres calcaires. Les élévations et la toiture devaient être constituées de matériau périssable. Du fait de la ténuité des éléments retrouvés, il est impossible de définir la forme et la fonction de cette construction.

68État 2 : Il s’agit d’un ensemble un peu plus complexe, composé des murs 3 à 7 associés à M8 qui pourrait être un seuil. Le mur 7 sert de séparation à deux pièces formées par les autres murs, mais dont il manque les limites vers le sud-est. La longueur totale est de 12 m pour une largeur maximale de 4 m. La largeur interne des pièces est de 5,60 m pour celle du sud-ouest et de 5 m pour celle du nord-est.
Les multiples événements postérieurs à l’abandon de ce bâtiment ont fait disparaître une partie des retours de M3, M7 et M6 vers l’est et la totalité du mur parallèle à M4 et M5 qui refermerait les deux pièces.
Cet état était complètement recouvert par la toiture de tuiles effondrée en place. S’il est ainsi possible de connaître la nature du matériau utilisé pour la couverture du bâtiment, on ne peut être affirmatif sur la nature de l’élévation des murs. Certes, dans le meilleur des cas, subsistent six assises d’élévation, de galets et de blocs de schiste ou calcaire. Certains rattrapages de niveaux, motivés par la pente du sol d’installation, sont d’ailleurs visibles par endroit (M5 par exemple). Toutefois, la terre et le bois ont pu être utilisés pour le reste des élévations.
Dans la mesure où les retours sont lacunaires vers l’est, rien ne permet de considérer que cet état n’est composé que des deux pièces observées.
Deux tegulae à plat bordées de fragments de tuiles du même type placés sur chant constituaient la sole d’un foyer installé contre M3 et détruit par une tranchée moderne sur sa partie est. Une fosse remplie de tuiles concassées formait un semblant de radier ou d’isolant thermique sous cette aire de cuisson ; une autre, comblée par un sédiment très charbonneux, a pu faire office de cendrier.
Un léger décalage affecte l’orientation de cette construction par rapport à celle de l’état 1 (36° est pour ce bâtiment contre 40° est pour l’état 1).

69État 3 : il s’agit de vestiges de murs plus lacunaires encore que ceux des deux états précédents. Il regroupe les murs 9 et 10. Trois phases peuvent être décrites concernant ces deux murs. Une première assise est constituée de blocs de schiste et de galets liés à l’argile. Puis, au-dessus, des blocs de schistes et des galets forment une nouvelle assise sans liant apparent. L’assise supérieure ne ressemble plus à un mur, mais plutôt à un radier maçonné surmonté d’une chape de mortier de tuileau. Ces aménagements successifs constituent un espace très restreint, puisque M9 est conservé sur moins de 2 m et M10 sur 5 m environ. Deux tranchées modernes encadrent et entament M10 sur sa longueur ce qui rend impossible toute étude des rapports stratigraphiques entre cet état et les deux autres.

  • 12 Les vestiges de ces établissements sont répartis sur trois sites fouillés indépendamment. Les murs (...)

70Ces différents murs constituent donc plusieurs portions de bâtiment, mais aucun ne fait apparaître de plan lisible et complet. Cependant, des fragments de murs et des tranchées, qu’il est possible d’interpréter comme des négatifs de récupération de murs, peuvent être pris en considération pour tenter de restituer une construction, certes hypothétique, mais qui prendrait en compte l’intégralité des vestiges apparentés à des murs12. Cette hypothèse se heurte d’emblée à des difficultés :

  • l’orientation différente de l’état 1 avec les deux autres ;

  • la nature différente des matériaux, surtout à cause de la présence de mortier dans l’état 3 ;

  • l’imbrication de l’état 2 et de l’état 3 est problématique.

71Toutefois, des remaniements d’un même bâtiment peuvent avoir été effectués et une vision globale et simultanée de tous les murs peut rendre plus confuse la lecture du plan.

72Les arguments défavorables cités précédemment peuvent toutefois être tempérés :

  • la différence d’orientation entre l’état 1 et les états 2 et 3 est surprenante ; elle pourrait, cependant, être liée à la présence d’un dénivelé important (terrasse C) dont l’orientation ne serait pas la même que celle de l’état 2. Il pourrait alors s’agir de murs de protection plus que de murs de portique et les orientations n’auraient plus la même importance ;

  • la fonction du secteur de l’état 3 peut être liée à la présence d’eau et le mortier de tuileau paraîtrait alors normal ;

  • la pièce nord de l’état 2 conserve des proportions importantes (environ 5 x 4 m) malgré la présence des murs 9 et 10 (de l’état 3).

73Si l’on s’en tient aux arguments évoqués précédemment, rien n’empêche de suggérer une utilisation synchrone de ces trois états.

Le plan

74Les murs du secteur 94.1 dessinent le plan d’un bâtiment de deux pièces au minimum, ceint d’un mur de portique ou de protection. Ces vestiges ne subsistent que sur une hauteur de 0,60 m dans le meilleur des cas.

75Sur le secteur 94.3, les restes d’un mur de construction identique ont été observés. Il pourrait s’agir de l’extrémité du retour nord-ouest/sud-est du portique. Toute proche, et formant un angle droit avec le mur sus décrit, une tranchée assez profonde et comblée en partie par de gros galets (Récup. 1) peut être interprétée comme le négatif du retour de ce mur de portique vers le nord-est. De même, Récup. 5 pourrait être la trace d’un retour de M9. En outre, la présence de mortier de tuileau dans la construction de M9 permet de le distinguer des autres. Il peut s’agir du seul élément subsistant d’un bassin. Tous ces murs et ces tranchées semblent avoir un lien par leur orientation et les altitudes de leur niveau d’arasement (fig. 42).

76Bien que représentant l’habitation de manière incomplète, tous ces éléments peuvent apporter des précisions sur les proportions de certaines pièces et permettre une restitution, au moins partielle, de cet établissement.

77La largeur des murs est assez constante, de 0,60 m environ, soit 2 pieds. La longueur complète (murs compris) du corps de bâtiment, composé de deux pièces, est de 12 m, soit 40 pieds. La largeur interne des deux pièces est de 5,6 m (19 pieds) et 5 m (17 pieds).

78Si l’on extrapole la largeur du portique en mesurant la distance de M2 à la tranchée Récup. 1, elle est, d’angle à angle, de 17,4 m, soit 59 pieds romains. Cette mesure est assez voisine de la demi-longueur d’un actus* (120 pieds). Si l’on considère que la tranchée Récup.2 constitue la limite extrême de la construction au nord, la distance obtenue par rapport à Ml serait très voisine du double de la largeur du bâtiment (35,2 m soit 119.3 pieds).

Le sol d’occupation

79La fouille de cet espace n’a pas permis de déceler de niveaux archéologiques témoignant de traces indubitables de sol d’occupation. Le mobilier a certes été trouvé en abondance, mais était plutôt mêlé à la destruction du bâtiment ou à des remblais postérieurs à l’utilisation du fond de cabane et peut-être contemporains de l’utilisation d’une occupation intermédiaire matérialisée par des trous de poteaux très bien aménagés. Il est donc impossible de définir la nature du sol intérieur de cet établissement, mais il n’a pu disparaître par arasement, la destruction de la toiture de tuiles étant apparemment en place sur tout l’espace occupé (fig. 43). Il est probable, par conséquent, que ce niveau d’occupation ait été matérialisé par un plancher ou un sol en terre battue dont les témoins n’ont pas résisté à l’usure du temps.

43 - Vue de la destruction de la toiture de tuiles.

80En outre, une légère différence de niveau a pu exister entre le sol de la pièce nord et celui de la deuxième. En effet, le terrain naturel remonte assez nettement vers le nord et ceci est visible dans l’installation même des fondations des murs. Le sol de la pièce sud pouvait donc être surélevé, par l’apport d’un plancher par exemple, afin que le décalage entre les deux sols ne soit pas trop important.

Autour du bâtiment

81Une fosse d’extraction peut être mise en relation chronologique avec cette construction. Le mobilier, peu abondant, issu de son remplissage est, en effet, datable de la même période que l’occupation du bâtiment. Il s’agit d’un creusement de plus de 12 m de longueur pour une largeur de 8 m environ. Des phases de remplissage assez complexes l’obstruent sur une profondeur maximale de 2,80 m. Cette cavité paraît avoir permis l’extraction de sables loessiques, mais il est difficile de définir à quelle fin. Toutefois, cette fosse revêt un certain intérêt concernant la configuration du versant à cet endroit au moment de la construction du bâtiment : la terrasse, mise en place dès le Ier s., est toujours bien marquée dans le paysage, puisque la fosse, datable des IIe - IIIe s. au moins, est placée sur l’esplanade supérieure. Le bâtiment, pour sa part, s’installe sur la terrasse inférieure comme la plupart des fonds de cabanes deux siècles plus tôt.

Le bâtiment 2 de l’impasse de la Duchère (94.5)

82D’orientation assez voisine de celle du bâtiment précédemment décrit placé au nord de l’emprise du périphérique (37° est ici contre 36° pour l’état 2 et 40° pour l’état 1 du premier bâtiment), il ne subsiste de celui-ci que trois murs délimitant une pièce ouverte vers l’est (fig. 44). La largeur de cette pièce est de 8,8 m (30 pieds), mais sa longueur n’est pas évaluable. De même, ce bâtiment est installé sur les vestiges d’une occupation antérieure, matérialisée par un sol de galets peu dense marqué par la présence d’abondants restes céramiques des deux premiers siècles de notre ère. Ces traces peuvent avoir appartenu à un fond de cabane presque totalement détruit. Le niveau d’occupation proprement dit du bâtiment n’a pas été retrouvé de façon certaine. Seul du mobilier datable des IIIe et IVe s. permet de déduire la fin de l’utilisation de cette zone, sans pour autant certifier qu’il s’agit bien des ultimes phases d’occupation de ce bâtiment.

44 - Le bâtiment 2 du site de la Duchère (94.5).

83Il ne s’aligne pas sur le mur de terrasse, distant d’une quinzaine de mètres à peine. Ceci était déjà le cas pour le bâtiment précédemment décrit. La divergence de l’orientation des terrasses par rapport aux bâtiments, qui suivent, quant à eux, une même direction, répondait sans doute à une volonté d’installer les habitations selon un axe privilégié sans tenir compte des contraintes du paysage.

84Le mur de terrasse le plus proche subit, en outre, des destructions partielles, et la plupart des blocs de schiste semblent être récupérés, alors que les galets subsistent sous la forme d’un épandage au pied du mur. Ces destructions sont fort probablement liées à la récupération de matériau de construction pour l’élaboration de ce bâtiment. Cependant, même si le soutènement de la terrasse subit quelques dommages, le dénivelé reste marqué dans le paysage.

85Les tuiles retrouvées sur cette emprise sont rares et assez fragmentées. Elles ne prouvent en rien la présence d’une toiture constituée de ce type de matériau. Aucun calage ou aménagement mural ne permet de deviner l’infrastructure de la charpente. De même, il est possible que d’autres pièces aient appartenu à ce corps de bâtiment, mais aucune trace de mur ni même de récupération n’a été observée. Les événements postérieurs à l’abandon de ce bâtiment — notamment l’érosion et/ou le colluvionnement — ont rendu toute trace imperceptible. Les murs de retour vers l’est s’arrêtent de façon brutale. Cela est également vrai pour le bâtiment du 94.1, mais l’extension nord-sud était en partie préservée et des traces de tranchées de récupération ont pu être identifiées.

Hypothèses sur la fonction des bâtiments

86Comme dans le cas des cabanes du Haut-Empire, les arguments sont trop ténus pour que soit attribuée sans difficulté une fonction à ces deux constructions de l’Antiquité tardive. Il semble cependant possible, malgré certaines similitudes entre les vestiges des deux bâtiments, de leur reconnaître des attributions distinctes. Hormis l’aspect des fondations et l’orientation de ces constructions, de nombreuses différences peuvent en effet être évoquées entre elles.

87Si le type de construction des fondations des murs de ces bâtiments semble inspiré de la même technique, leur plan ne répond apparemment pas aux mêmes exigences. L’extension du bâtiment 1 — telle qu’elle peut être restituée par le biais des restes de murs et des tranchées de récupération probables — est bien plus importante et complexe que celle du bâtiment 2 qui paraît se résumer à une seule pièce. Aucun tronçon de mur ni aucune récupération n’a pu être repéré lors de la fouille de ce secteur. De plus, sur le bâtiment 1, la présence d’un mur de portique peut faire prévaloir l’hypothèse d’un secteur d’habitation. Il en est de même pour le mur M9, contre lequel subsistaient des lambeaux de mortier de tuileau. Ils témoignent peut-être de la présence d’un bassin lié à la vie quotidienne et à l’hygiène corporelle des habitants. Ces divers éléments architecturaux tendent à montrer certaines disparités entre les deux constructions et une probable fonction d’habitation du bâtiment 1 du site de la rue Mouillard.

88Enfin, sur ce site, la construction était pourvue d’une toiture de tuiles, tandis qu’une couverture en matériau périssable semble pouvoir être attribuée au bâtiment 2.

89Cette interprétation se confirme avec l’observation du mobilier mis au jour dans chacun des deux espaces.

Le mobilier

90Ces deux bâtiments ayant certainement été abandonnés volontairement, les objets retrouvés dans leur enceinte sont peu nombreux. Toutefois, il est possible de distinguer plusieurs critères susceptibles de caractériser chacun des bâtiments, à travers le mobilier exhumé des unités stratigraphiques intercalées entre les fonds de cabanes antérieurs et les niveaux de destruction des bâtiments eux-mêmes.

Le mobilier céramique

91La principale différence entre les deux bâtiments réside dans la proportion d’amphores. Celles-ci sont en effet proportionnellement plus abondantes dans la construction de la Duchère que dans celle de la rue Mouillard.

92En revanche, les autres catégories de céramiques présentes ne permettent pas de déterminer d’autres différences. Le tableau (fig. 45) ne prendra en compte que les céramiques issues de la construction septentrionale, la plus vaste et la plus riche en mobilier. En revanche, les planches typologiques (fig. 46 à 49) tiendront également compte des formes issues du bâtiment 2.

45 - Céramiques provenant du bâtiment 1 de la rue Mouillard (94.1).

93Les céramiques communes noires représentent environ la moitié du mobilier extrait du bâtiment du secteur septentrional. Cela recoupe les observations faites dans l’habitat du Haut-Empire, où cette catégorie est également très représentée.

94La conservation des tessons était moindre et les possibilités de restitution de formes se sont par conséquent avérées plus ardues, dans la mesure où la majeure partie des céramiques présentes pour la période antérieure proviennent d’un dépotoir, alors que celles de ces bâtiments tardifs sont constituées d’éléments fragmentaires suffisamment insignifiants pour ne pas avoir été rejetés dans un dépotoir ou emportés au moment du départ des occupants des lieux. Ainsi, devant l’ampleur et la difficulté de la tâche de remontage des céramiques, seuls les bords les plus caractéristiques ont été dessinés, afin que puisse être proposé un aperçu suffisamment complet du lot.

46 - Céramiques et objets issus de l’habitat du Bas-Empire (bât. 2).

95L’essentiel des formes consiste en vases ovoïdes, assiettes et marmites, mais la variété des types de bord pour certaines de ces catégories est remarquable. En effet, les pots ovoïdes sont pourvus de bords tantôt arrondis déversés (fig. 47 n° 4, 5 et 6), en amande quasi verticale (fig. 47 n° 7 et 9) ou légèrement déversée ou bien encore à section plus ou moins rectangulaire (fig. 47 n° 8 et 12). En revanche, les bords de marmites sont pour la plupart horizontaux moulurés, les variantes résidant dans le nombre de stries des moulures (fig. 47 n° 13-17). Les assiettes sont principalement pourvues de bords rentrants, les quelques différences étant plutôt liées au diamètre des divers exemplaires.

47 - Formes de céramique commune noire à vocation culinaire provenant de l’habitat du Bas-Empire (bât. 1).

96Comme en ce qui concerne les habitats du Ier s., la céramique commune claire constitue la deuxième catégorie en nombre de tessons. Il convient de préciser que certains tessons regroupés dans cette catégorie pourraient en fait n’être que des fragments de céramiques tardives à revêtement argileux dont l’engobe, du fait de l’acidité du terrain, peut avoir totalement disparu. En outre, les formes de ce type de céramique n’ont pas pu être reconstituées de manière suffisamment éloquente pour faire l’objet de dessins. Cependant, les pichets restent majoritaires.

97Pour les céramiques importées et les catégories faiblement représentées, hormis les amphores, parmi lesquelles on constate la présence de tessons de formes africaines ou orientales, une part non négligeable de ce lot céramique est constituée par les céramiques fines à revêtement argileux attribuables à la catégorie métallescente, claire Β ou luisante. Un certain nombre de formes ont d’ailleurs pu faire l’objet d’un remontage partiel : parmi les éléments dominants, des bols ou coupes (fig. 48 n° 12-18), des gobelets (fig. 48 n° 2), des assiettes (fig. 48 n° 20 et 22) ou des cruches parfois ornées de médaillons d’applique (fig. 48 n° 8, 9 et 10) montrent une assez grande diversité de leur utilisation. Associées aux quelques mortiers (fig. 49 n° 3), céramiques communes rouges (fig. 49 n° 1-4) et sigillées du centre de la Gaule (fig. 48 n° 1), ces diverses catégories reflètent assez nettement la vocation d’habitat du bâtiment 1.

48 - Formes de céramiques sigillée (n° 1), métallescente (n° 2) et claire Β / luisante (n° 3-22), issues de l’habitat du Bas-Empire (bât. 1).

49 - Céramiques communes routes issues de l’habitat du Bas-Empire (bât. 1).

98De telles conclusions ne sont pas aussi simples en ce qui concerne le bâtiment 2, dans la mesure où ni son plan lacunaire ou trop élémentaire, ni la quantité de mobilier recueilli en son sein ne permettent une identification formelle. Les formes de céramiques observées (fig. 46 n° 1-14) sont toutefois assez comparables. Cependant, la présence d’éléments tardifs — proches, chronologiquement, de la date d’utilisation initiale du bâtiment 1 précédemment évoqué — dans la nécropole voisine du bâtiment 2 contribue à rendre plus délicate son interprétation et sa datation. Il n’est pas impossible que certains éléments trouvés à proximité du bâtiment soient liés au rituel funéraire et « polluent » les niveaux d’occupation de l’habitation.

Le mobilier non céramique

99L’observation du mobilier métallique offre un inventaire bien différent d’un bâtiment à l’autre. La présence d’une applique en bronze de belle qualité ayant pu orner le centre d’un plat en métal selon un modèle connu (Baratte et al. 1989, p. 92) (fig. 50), d’un pendentif, d’une spatule à fard, d’un récipient de bronze avec manche (patère, passoire, miroir ?) dans le niveau d’abandon et de destruction du bâtiment du 1, tend à le faire interpréter comme un lieu d’habitation. Des épingles en os et des fragments de récipients en verre, retrouvés dans l’enceinte tendraient à confirmer cette proposition.

50 - Applique en bronze.

100En revanche, dans le bâtiment 2, l’absence de mobilier typique d’une habitation, l’apparente unité spatiale, la présence d’amphores et d’une meule entière peuvent favoriser l’hypothèse d’un emplacement destiné à stocker des denrées alimentaires et éventuellement à la mouture, sans pour autant que cette utilisation soit incompatible avec un habitat. En outre, une tarière et une pointerolle en fer (fig. 46 n° 15 et 16) pourraient également faire supposer une utilisation artisanale de ces lieux.

Chronologie

101La stratigraphie de fouille permet d’affirmer que ces bâtiments sont postérieurs aux fonds de cabanes. Le mobilier céramique, parmi lequel de nombreuses sigillées « claires B » ou « luisantes », précise une occupation durant les IIIe et IVe s. de notre ère. Le matériel numismatique présenté dans le tableau (fig. 51) permet de caler l’abandon de ces bâtiments.

51 - Inventaire des monnaies des bâtiments du Bas-Empire (niveaux de destruction et niveaux postérieurs).

102Le bâtiment 1 recèle un numéraire chronologiquement hétérogène. Toutefois, aucune des monnaies prises en compte dans cette étude ne concerne réellement son niveau d’occupation. La pertinence des monnaies ne permet pas, en l’occurrence, d’aller au-delà des résultats fournis par la céramique. En revanche, en ce qui concerne le bâtiment 2, le lot numismatique est beaucoup plus homogène et permet de caler l’abandon au cours du IVe s. et plus probablement vers le milieu de ce siècle.

103Ces résultats coïncident avec la datation d’une zone de foyers, proche de ce bâtiment, dans laquelle se trouvait une cinquantaine de monnaies.

Des foyers artisanaux ou cultuels ?

Contexte archéologique

104Il s’agit d’un ensemble de foyers placé auprès du mur de terrasse inférieur du chantier méridional et au nord-ouest du bâtiment 2 placé sur le même secteur (94.5) (fig. 3 et 52).

52 - Plan des foyers du IVe s. (94.5).

105Ces cavités rubéfiées peuvent difficilement être rattachées à une quelconque occupation voisine. Cependant, elles permettent, grâce aux monnaies découvertes sur les niveaux rubéfiés et dans les sédiments charbonneux les recouvrant, d’établir un terminus pour certains des aménagements du secteur.

106Dans un premier temps, il semble que le mur de terrasse soit démantelé et, dans ce secteur, une cuvette est comblée par les galets non récupérés au cours de cette opération (US 50196). C’est dans ce niveau que trois foyers (en forme de cuvettes ovalaires rubéfiées) sont installés (fig. 53). Le remplissage charbonneux de l’un d’eux contenait quelques monnaies. Ces trois foyers semblent être en connexion avec une aire rubéfiée plus vaste englobant dans son espace ces trois entités (US 50270). Ils sont ensuite recouverts par l’aménagement de la sole d’un nouveau foyer rectangulaire (fig. 54), construit en carreaux de terre cuite de 3 cm d’épaisseur. Ce foyer est appuyé contre le mur de terrasse subsistant, les autres côtés étant probablement, à l’image de la face nord-est, bordés par des galets posés de chant. L’ensemble de ces installations est recouvert d’une couche charbonneuse correspondant sans doute aux ultimes restes provenant de l’utilisation de ces aires rubéfiées. C’est principalement de cette couche noirâtre (US 50200) que provient le lot monétaire.

53 - Coupe est-ouest du radier 196 et des foyers.

54 - Vue de la sole rectangulaire du foyer final.

107Il n’est pas impossible que cet ensemble soit en relation avec le bâtiment 2, très lacunaire, découvert à une dizaine de mètres à peine et dont l’occupation paraît contemporaine de celle de ces aires de combustion.

108Nous présentons (fig. 55) un inventaire simplifié du mobilier monétaire issu de ces foyers.

55 - Inventaire des monnaies issues des foyers.

Utilisation et fonction

109La fonction de ces foyers peut difficilement être définie, dans la mesure où très peu de mobilier en a été extrait. De même, il n’est pas certain que les différents états correspondent au même usage. Ainsi, la présence de fragments de plomb dans l’un d’entre eux pourrait évoquer la refonte du métal. En revanche, l’absence de mobilier contemporain témoin d’une occupation conséquente (céramique, objets de la vie quotidienne) est problématique et indique que les foyers constituent un ensemble indépendant. Il n’est pas impossible alors que les différentes entités constituant cette aire de combustion aient été regroupées dans un secteur bien déterminé, dont l’essentiel des infrastructures aurait été démantelé après son abandon. L’absence d’ossements animaux brûlés et de céramique ayant pu contenir des nourritures n’avantage guère l’hypothèse d’un foyer domestique. La disposition au pied du mur de terrasse détruit et le dénuement alentour ne fait qu’altérer encore cette théorie. La présence de nombreuses monnaies, principalement dans les niveaux d’abandon de ces foyers, constitue peut-être l’élément clef concernant leur fonction.

  • S’agit-il de cavités destinées à fondre des monnaies pour en récupérer le métal ? Mais, en ce cas, pourquoi aucune scorie de bronze n’y a été retrouvée ? De même, pourquoi les monnaies ne présentent-elles pas de traces de leur éventuelle exposition au feu ? Pourquoi ce numéraire si homogène dans sa chronologie et en état correct dans l’ensemble aurait-il été voué à la fonte alors qu’il avait encore une valeur en tant que tel ?

  • S’agirait-il alors d’infrastructures destinées à l’usage de faux monnayeurs ? Bien qu’elles ne soient pas visibles sur l’ensemble des monnaies, les marques d’ateliers sont toutefois variées et indiquent des origines géographiques différentes (Siscia, Arles, Rome...) même si certaines sont également frappées à Lyon. Il est toujours possible d’alléguer que ces différentes monnaies ont pu servir à la mise au point de moules pour la fabrication de fausse monnaie. Dans ce cas pourquoi ne resterait-il aucune trace de ces coins et des fausses monnaies alors que l’usage d’une source de chaleur n’était pas utile pour le moulage des empreintes ?

  • Une dernière explication est plausible. Il pourrait s’agir d’un lieu revêtant une importance particulière et voué à un culte particulier. Le foyer et les monnaies n’auraient pas, alors, de fonction commune, mais pourraient être liés à des gestes effectués pour une même croyance (les foyers pouvaient servir à cuire des aliments disparus et les monnaies pouvaient constituer des offrandes).

110Ces diverses hypothèses sont plausibles même si la dernière nous paraît moins problématique. Toutefois, quelle que soit la réelle fonction de ces foyers, la durée de leur utilisation donnée par les monnaies est relativement courte et il est probable que le bâtiment voisin est lié à l’usage de ces foyers.

Datation

111Toutes les monnaies trouvées dans les différents niveaux d’utilisation de ces zones rubéfiées sont datables du IVe s. au moins. Leur état d’usure important et le contexte dans lequel elles se trouvaient n’ont pas permis de décrire chacun des éléments dans les moindres détails, en particulier en ce qui concerne les marques d’ateliers. Cependant, il semble intéressant, à partir des informations qu’il est possible de lire sur ces différentes unités, d’établir la liste des revers et des empereurs les plus représentés et de définir le terminus de dépôt de ce mobilier.

Étude des types de revers

112Quatre monnaies sur les 48 de ce lot sont très usées. Leur revers est donc illisible.

113Une monnaie de Gordien III fait également partie de ce lot, mais, étant résiduelle, elle ne sera pas prise en compte dans l’étude qui suit.

114Parmi les 43 éléments restant, quatre maiorinae de Décence et Magnence, ainsi qu’un Aes 3 de grand module de Constance Galle doivent également être écartés, car ils constituent à la fois les monnaies les plus tardives et leurs revers sortent de la typologie de ceux des petits bronzes caractérisés par les 38 monnaies restantes.

115Deux types de revers sont essentiellement présents. Il s’agit tout d’abord de la représentation de deux soldats tenant une ou deux enseignes militaires. Ce revers est accompagné de la légende GLORIA EXERCITVS et il est représenté sur 20 monnaies. Nombre des éléments de ce type sont attribuables à Constantin I ou Constance II César ou à Constant et sont datables au plus tard aux alentours de l’année 340.

116En second lieu, la représentation de deux Victoires se faisant face et tenant chacune une couronne constitue un lot de huit monnaies dont la légende est VICTORIAE DD AVGG QNN.

117Le reste du lot est représenté par des monnaies commémoratives de la fondation de Rome (2 éléments, dont une imitation lyonnaise) ou de la fondation de Constantinople (2 exemplaires). Deux monnaies posthumes de Constantin I — le représentant au revers dans un quadrige au galop, alors que la main de Dieu apparaît dans les cieux — sont également présentes. La particularité de ces six monnaies consiste en leur date de frappe, comprise entre 330 et 346.

118Les deux dernières monnaies proposent deux types de revers différents. Il s’agit pour l’une de la représentation d’un autel dans lequel s’inscrit le VOTIS XX et dont la légende est probablement BEATA TRANQVILLITAS ; pour l’autre, l’inscription SOLI INVICTO COMITI accompagne la représentation du soleil debout à gauche.

Précisions chronologiques

119L’étude des monnaies permet de constater qu’entre les premiers aménagements et l’abandon de ces foyers, il s’écoule une durée relativement brève :

  • les six monnaies commémoratives de Constantin I, de Rome et de Constantinople sont mieux datables que les 28 représentées par les revers les plus fréquents ;

  • les monnaies de plus gros modules (celles de Décence, de Magnence et de Constance Galle) donnent une datation plus récente encore (351 - 354) et se trouvent dans le comblement supérieur de cette zone de combustion ;

  • les lots extraits des différentes couches allant de la construction à l’abandon de ces foyers sont homogènes et il semble qu’aucune monnaie postérieure à la période constantinienne ne soit présente dans ce dépôt.

120Tous ces éléments corroborent une mise en place de ces installations vers 346 au plus tard et leur abandon vers 355 au plus tôt, et la pertinence de ces datations semble d’autant plus justifiée qu’aucune des monnaies les plus récentes n’apparaît dans les couches initiales, ce qui confère à ce mobilier numismatique une valeur de jalon chronologique assez fiable (fig. 56).

56 - Répartition chronologique des types de revers selon l’ordre stratigraphique des US.

Notes

11 Peu d’exemples de rayonnements similaires ont été décelés lors de fouilles. Cela peut être dû à la rareté des interventions archéologiques dans les contextes de bas de versant.

12 Les vestiges de ces établissements sont répartis sur trois sites fouillés indépendamment. Les murs sont tous présents sur le même secteur (94.1 rue Mouillard) ; les tranchées de récupération ont été fouillées sur le 94.8 (bassins SNCF) et le 94.3 (déviation de la rue Mouillard). Les interprétations ont donc été faites a posteriori et non sur la fouille même.

Table des illustrations

Légende 22 - Position des murs de terrasse par rapport aux courbes de niveau et coupe montrant leur emplacement dans la pente.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende 23 - Vue du mur de terrasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 24 - Élévation et effondrement du mur de la terrasse Β.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-3.png
Fichier image/png, 315k
Légende 25 - Pot horticole au pied du mur de terrasse.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-4.png
Fichier image/png, 883k
Légende 26 - Emplacement de la terrasse C par rapport aux vestiges protohistoriques (en clair) et gallo-romains (en grisé).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 27 - Plan général des fossés avec la topographie du loess.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende 28 - Alignement de galets (fossé 2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende 29 - Implantation des fonds de cabane par rapport à la topographie du loess (rue Mouillard, 94.1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende 30 - Plan de la zone d’habitat (constructions légères) du site de la Duchère (94.5).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-9.png
Fichier image/png, 136k
Légende 31 - La céramique provenant des constructions des Ier-IIe siècles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-10.png
Fichier image/png, 471k
Légende 32 - Céramique issue des fonds de cabanes du secteur 94.5.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende 33 - Céramiques communes à cuisson réductrice issues des fonds de cabanes du site de la Duchère (94.5).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende 34 - Formes de pichets en céramique commune claire du Haut-Empire.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende 35 - Mortiers à pâte claire (n° 1-6) et grise (n° 7) issus de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende 36 - Formes de jattes en céramique commune noire issues de la fosse dépotoir du Haut-Empire (94.3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende 37 - Formes ouvertes en céramique commune noire (n° 1-5) et rouge (n° 6-8) provenant de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende 38 - Formes et décors de sigillée du sud de la Gaule provenant de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 39 - Sigillées non décorées du sud de la Gaule (n° 1-10), Terra Nigra (n° 11) et céramiques peintes (n° 12-13) provenant de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende 40 - Amphore (n° 1) et dolium (n° 2) issus de la fosse dépotoir de l’habitat du Haut-Empire (94.3).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende 41 - Inventaire des monnaies provenant des fonds de cabane et des niveaux postérieurs.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 42 - Essai de restitution du plan du bâtiment I du site de la rue Mouillard (94.1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende 43 - Vue de la destruction de la toiture de tuiles.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-22.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende 44 - Le bâtiment 2 du site de la Duchère (94.5).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende 45 - Céramiques provenant du bâtiment 1 de la rue Mouillard (94.1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 46 - Céramiques et objets issus de l’habitat du Bas-Empire (bât. 2).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende 47 - Formes de céramique commune noire à vocation culinaire provenant de l’habitat du Bas-Empire (bât. 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende 48 - Formes de céramiques sigillée (n° 1), métallescente (n° 2) et claire Β / luisante (n° 3-22), issues de l’habitat du Bas-Empire (bât. 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende 49 - Céramiques communes routes issues de l’habitat du Bas-Empire (bât. 1).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-28.png
Fichier image/png, 186k
Légende 50 - Applique en bronze.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-29.png
Fichier image/png, 875k
Légende 51 - Inventaire des monnaies des bâtiments du Bas-Empire (niveaux de destruction et niveaux postérieurs).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-30.png
Fichier image/png, 807k
Légende 52 - Plan des foyers du IVe s. (94.5).
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 53 - Coupe est-ouest du radier 196 et des foyers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 54 - Vue de la sole rectangulaire du foyer final.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 55 - Inventaire des monnaies issues des foyers.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Légende 56 - Répartition chronologique des types de revers selon l’ordre stratigraphique des US.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1831/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access