Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La voie de l’Océan et ses abords, nécropoles et habitats gallo-romains à Lyon Vaise

 | 
Daniel Frascone

Introduction

Texte intégral

1Si la topographie antique de Lyon est aujourd’hui bien connue dans ses grandes lignes, grâce aux découvertes effectuées depuis près d’un siècle, nos connaissances sont en revanche plus lacunaires en ce qui concerne les secteurs éloignés des centres administratifs et religieux. C’est le cas du quartier de Vaise qui fut longtemps réputé inhabité, à l’époque antique, car trop marécageux.

2Cependant depuis quelques années, par le biais de campagnes archéologiques, un réel potentiel archéologique a été mis en évidence dans ce secteur.

3La fouille effectuée sur le tracé du boulevard périphérique nord de Lyon (BPNL) s’inscrit donc dans ce renouvellement de notre perception de la capitale des Gaules et de son environnement (fig. 1, 2). Elle offre notamment l’opportunité de mieux connaître les abords de la ville le long d’un de ses principaux axes de pénétration, la voie de l’Océan.

1 - Situation géographique.

2 - Vue d’un secteur de la fouille du boulevard périphérique nord de Lyon ou BPNL.

La fouille archéologique

4Les contraintes liées au contexte de l’intervention archéologique - un sauvetage en milieu urbain sur un tracé linéaire - ont pesé sur l’approche des vestiges mis au jour. Le morcellement des travaux archéologiques, imposé par les impératifs du chantier de construction, a eu des répercussions sur le déroulement de la fouille : ainsi, il n’a pas été possible de fouiller dans le même temps la voie et les fossés adjacents, l’axe antique se trouvant à l’emplacement d’une limite de parcelle. La dispersion des vestiges sur une bande longue d’1 km et large de 40 m, l’absence de relations stratigraphiques entre les différents vestiges découverts, une perception limitée à une emprise étroite, ont été autant d’obstacles à une restitution de l’occupation antique du secteur (fig. 3).

3 - Localisation des sites archéologiques dans la topographie actuelle.

5Dans le cadre de fouilles de sauvetage, il est nécessaire d’établir certains choix quant à la méthode à adopter pour une meilleure efficacité, et à la technique à utiliser pour cerner au plus vite le potentiel et gérer les modalités de sa mise en valeur.

6Dans la mesure où, sur la quasi-totalité des parcelles du BPNL (boulevard périphérique nord de Lyon) plusieurs phases chronologiques étaient représentées, il a fallu évaluer au plus vite les informations que chacune d’entre elles était susceptible de fournir. La période gallo-romaine représentait l’un des potentiels quantitativement les plus importants, puisqu’elle est attestée sur l’intégralité des zones décapées. La malchance a voulu que les sondages effectués dans un premier temps ne reflètent pas la réelle teneur des sites en vestiges antiques. Bien qu’ils aient parfois recoupé plusieurs structures et aient ainsi permis de repérer des traces tangibles d’occupation (pour le bâtiment gallo-romain de la parcelle placée au nord de l’intervention par exemple), les sondages, dans leur grande majorité, n’ont en fait donné qu’une vue partielle de la densité des vestiges. Aucun sondage n’avait permis de déceler la trace des deux voies ou des deux nécropoles pourtant mises au jour lors des décapages extensifs.

7Ces lacunes du diagnostic ont pu entraîner la mise en place de stratégies de fouilles inadaptées.

8Les délais de fouilles étant, en outre, évalués en fonction du potentiel observé lors de la campagne de sondages préliminaires, certaines parcelles ont bénéficié de suffisamment de temps pour que la fouille y soit menée avec précaution, alors que d’autres ont nécessité le recours à des méthodes plus radicales.

9Enfin, certaines parcelles présentaient un enchevêtrement de niveaux naturels et anthropiques qui rendaient difficile la compréhension de l’intégralité des données par l’intermédiaire de décapages. La réalisation, dans un premier temps, de quelques sondages sur la longueur du site a semblé souhaitable pour que les décapages postérieurs ne soient pas effectués dans l’ignorance du contexte géomorphologique. Certains vestiges ont, de ce fait, subi quelques dommages lors de la réalisation de ces sondages à la pelle mécanique.

10Malgré cela, les vestiges nombreux et variés donnent un éclairage nouveau sur l’extension septentrionale de la ville de Lugdunum.

11Ils se développent au pied d’une colline, à l’extrémité ouest de la plaine de Vaise. Leur étude a permis de mieux connaître les rapports de l’homme avec son environnement depuis la Préhistoire jusqu’à l’époque moderne.

12L’occupation gallo-romaine présentée dans cet ouvrage s’articule autour de deux voies ; deux nécropoles, et deux zones d’habitations protégées par des terrasses, s’étendant de part et d’autre de ce même axe de communication, complètent le panorama de ce pied de colline entre le Ier et le Ve s. de notre ère (fig. 4). Ces différents ensembles seront décrits successivement, à la suite de la présentation du contexte géographique et historique.

4 - Localisation et répartition des vestiges gallo-romains.

13Les voies, sans doute toutes deux liées au tracé de la « voie de l’Océan », constituent un axe majeur dans la topographie et dans l’ouverture de la ville antique sur la Gaule lyonnaise. Leurs particularités architecturales (surtout en ce qui concerne la plus ancienne) sont assez exceptionnelles.

14Les bâtiments sont liés à des aménagements de versant destinés probablement à les protéger des risques encourus par leur situation au pied de la colline.

15Enfin, les nécropoles regroupent un nombre important d’infrastructures liées aux rites funéraires. Ces ensembles feront l’objet d’une étude précise dont les données constitueront une grande part du présent volume.

16Le lien chronologique entre ces divers éléments sera établi au fil des descriptions de chacun, mais il conviendra de restituer une évolution du bas de versant au cours des quatre siècles concernés.

17L’importance des phénomènes géomorphologiques et leurs liens étroits avec les actions anthropiques nous ont paru pouvoir charpenter cette étude chronologique. Un dernier chapitre, sous forme de synthèse/conclusion, présentera donc l’évolution du versant en tenant compte de tous les critères ayant pu jouer un rôle dans ces métamorphoses.

Le cadre géographique et géologique

18Le tracé du BPNL concerné par l’intervention archéologique s’étend sur une longueur d’un kilomètre environ. Sur ce secteur, 15 sites ont été sondés et 10 ont été retenus pour leur potentiel archéologique. Toutes les parcelles fouillées ont livré des vestiges de l’époque gallo-romaine.

Situation

19Le quartier de Vaise constitue l’extension la plus septentrionale de la ville de Lyon (fig. 1). Il se développe dans une plaine limitée à l’est par la Saône, à l’ouest et au sud par le plateau lyonnais, auquel appartiennent le plateau de la Duchère à l’ouest et la colline de Fourvière au sud. Au nord, la largeur de la plaine s’amenuise, l’écart entre la Saône et les contreforts de la colline de la Duchère se réduisant considérablement.

20Les fouilles se situent à l’extrémité nord de Vaise, dans une partie de la plaine peu connue d’un point de vue archéologique. Le nouvel axe routier longe le pied du versant. Ainsi, les fouilles archéologiques ont été effectuées dans un contexte particulier de bas de pente, avec toutes les incidences géomorphologiques qu’une telle situation peut impliquer.

21L’essentiel des vestiges archéologiques découverts au cours de cette opération de sauvetage se place à environ 70 m en contrebas du plateau de la Duchère qui culmine à 250 m, mais en position surélevée (175-180 m) par rapport à la plaine (170 m d’altitude en moyenne). La pente moyenne est de 17 % sur toute la hauteur de la colline et elle oscille, sur les surfaces fouillées, entre 4 % et plus de 10 %. Les courbes de niveau actuelles ne sont marquées par aucune anomalie témoignant d’une irrégularité importante du versant dans le secteur fouillé.

22Extrême avancée orientale du Massif Central, le Plateau Lyonnais est constitué de terrains cristallins et cristallophylliens qui affleurent par endroit. Sur ce socle granito-gneissique (anatexite*) reposent les alluvions rhodaniennes du Pliocène supérieur (gros galets de quartzite à matrice argileuse) et des lambeaux de terrasses pléistocènes sur le haut du versant, tandis qu’au bas peuvent affleurer des alluvions fluviatiles würmiennes. Ces terrasses sont recouvertes par des placages de loess calcaire. Ces différentes formations entrent dans la composition de la charge colluviale et alluviale des dépôts de pente du site, dans lesquels les vestiges s’intercalent de manière continue. Les deux processus fondamentaux qui rythment l’évolution sédimentaire du site sont en effet le dépôt des produits de l’érosion des versants, et, plus localement, l’alluvionnement des ruisseaux descendant du plateau. Par son altitude, le site est en revanche affranchi des inondations de la Saône.

Stratigraphie générale

23La stratigraphie générale du site (Rapport, Franc 1996, p. 4-5) correspond à un schéma type observé sur les différentes parcelles fouillées (fig. 5).

5 - Stratigraphie synthétique du site.

24Au bas de cette succession de couches, au-dessus du substratum rocheux (rarement atteint, étant donnée la profondeur de sa limite supérieure), se place la terrasse alluviale du Würm récent, constituée de niveaux de sables et d’argiles où s’agglomèrent des concrétions carbonatées. Le loess tardiglaciaire, constitué d’un limon jaune, représente le dépôt suivant. Les phases supérieures correspondent à une superposition de colluvions limoneuses affectées par les traits pédologiques d’un premier sol isohumique (A’1b) évoluant en sol brun lessivé (horizons Alb-Btb). Le premier horizon est stérile, le second (Btb) est un limon-argileux brun-orangé de 0,40 à 1,00 m d’épaisseur. Des industries préhistoriques (Epipaléolithique, Mésolithique ancien et, plus sporadiquement Mésolithique récent et Néolithique ancien) ont été extraites de ce niveau, sans qu’aucun véritable niveau d’occupation ne puisse être décelé.

25Le dernier dépôt, un sédiment limono-argileux plus brun, matérialise la succession des différentes périodes de l’âge du Bronze. Cette couche est d’une épaisseur variable selon l’emplacement. Les variations de l’aspect et de l’épaisseur de ce sédiment sont liées à plusieurs phénomènes, qui ont également affecté les niveaux préhistoriques. La configuration du versant a pu favoriser des dépôts sédimentaires plus importants par endroits et l’emprise anthropique a probablement eu une incidence (les défrichements de certains secteurs du versant ont modifié le rythme de sédimentation au bas de la colline).

26C’est au-dessus de ces sédiments que prennent place les aménagements gallo-romains. Dans certaines zones, en raison des travaux réalisés en vue d’une meilleure assise des structures et du terrain aménagé (terrasses, voies), les niveaux antérieurs (couches protohistoriques ou préhistoriques) ont été volontairement décaissés durant cette période. De façon plus générale, l’action anthropique gallo-romaine semble beaucoup plus perturbante pour l’environnement que celle des périodes précédentes (Protohistoire et Préhistoire). Ceci est en particulier visible dans le colluvionnement s’intercalant entre les occupations gallo-romaines et médiévales : si la matrice ne diffère guère de celle observée aux périodes antérieures, la proportion de galets dans l’épaisseur des sédiments postérieurs à l’époque romaine constitue en revanche un signe distinctif évident.

27Trois zones d’accumulation détritique importante recoupent cette stratigraphie à des époques distinctes. Ainsi, des coulées de boue sont attestées durant la Préhistoire, un talweg est actif au cours de l’âge du Bronze et un cône de déjection se forme au sein des fossés gallo-romains longeant la voie de l’Océan.

28Au bas Moyen Âge et à l’Epoque moderne, la maladrerie de Balmont est installée sur les dépôts alluviaux gallo-romains, en bordure d’un chemin empierré qui concentre périodiquement des écoulements assez intenses.

Le faubourg nord-ouest de Lugdunum et la voie de l’océan : état des connaissances

29Les historiens et les archéologues sont nombreux à s’être intéressés à l’antique Lugdunum. Son statut de capitale des Gaules confère à cette urbs un intérêt sans cesse renouvelé au fil des découvertes. Pourtant, certaines ombres subsistent. Parmi les secteurs mal connus, le quartier de Vaise, longtemps délaissé car ne paraissant pas avoir connu d’installations durables et spectaculaires à l’époque romaine, a fait l’objet, ces dernières années, de nombreuses fouilles qui remettent en question une partie de ces préjugés. Les résultats de certaines de ces fouilles ont été publiés (Délaval et al. 1995, p. 21-35), d’autres sont en passe de l’être.

30Ces multiples trouvailles confèrent à ce faubourg de Lyon une valeur nouvelle, concernant différents domaines, des espaces funéraires aux habitations en passant par les axes routiers.

31Tout l’historique des fouilles ou du patrimoine archéologique de Vaise ne sera pas retracé en détail dans ces lignes, un inventaire complet ayant déjà été réalisé par ailleurs (op. cit. p. 21-35). De même, le corpus des vestiges funéraires ou routiers de Lyon ne fera pas l’objet d’une description détaillée dans la mesure où des travaux antérieurs en proposent des études précises (Tranoy 1995a, p. 261-269).

32Les données recueillies sur la plaine de Vaise attestent une occupation antérieure à l’époque romaine (âge du Bronze et âge du Fer notamment) (Jacquet 1998), mais les vestiges gallo-romains permettent de mieux cerner le rôle que jouait ce quartier dans l’antiquité.

33Des tronçons de voies ont été observés en divers endroits (Place Valmy, Rue Michel Berthet, ZAC Charavay, Quartier Saint-Pierre), ainsi que de nombreuses sépultures ou monuments funéraires.

34Bien que les dernières fouilles se soient un peu éloignées du centre antique de Lugdunum, elles sont situées, pour la plupart, en bordure méridionale de la plaine de Vaise, le long de la Saône ou au pied de la colline de Fourvière et restent encore très proches des limites supposées de la ville antique.

35Les interventions archéologiques du périphérique nord de Lyon sont donc très originales, puisqu’elles permettent de localiser des traces d’occupations gallo-romaines plus éloignées du centre actif de la ville. Distantes de près de 3 km de Fourvière, les fouilles présentées dans ce volume se trouvent également à 2 km de l’enceinte présumée de la ville haute.

36Afin de donner un aperçu global de ce quartier durant l’Antiquité et de le replacer dans le cadre général de la ville antique, un inventaire des trouvailles concernant cette période est présenté ci-après au moyen de plusieurs cartes de situation qui intègrent les résultats des fouilles du BPNL. Cette présentation ne regroupe pas, comme cela était le cas dans une précédente publication (Délavai et al. 1995, p. 25-35), l’intégralité des objets et fouilles archéologiques, mais uniquement les résultats les plus pertinents, parmi lesquels certains pourront être mis en relation avec ceux de la campagne présentée dans cet ouvrage. Une première carte (fig. 6) permet de visualiser les tracés supposés des voies antiques, ainsi que les traces tangibles de ces vestiges. De même, les vestiges funéraires en place (mausolées, tombes isolées ou nécropoles) sont replacés sur un deuxième plan (fig. 7). Les occupations antiques (habitat ou artisanat) de Vaise sont reportées sur une troisième représentation graphique (fig. 8) alors qu’un dernier plan tentera de cumuler ces diverses données (fig. 9).

6 - Vestiges probables de la voie de l’Océan.
1 : Gorge de Loup ; 2 : Rue Sergent Michel Berthet ; 3 : Quartier Saint-Pierre ; 4 : ZAC Charavay, rue du Chapeau Rouge.

7 - Nécropoles ou vestiges funéraires.
1 : 52 av. B. Buyer ; 2 : Découverte mal localisée ; 3 : 101-107 rue P. Audry ; 4 : Angle rue B. Buyer et P. Audry ; 5 : Découverte mal localisée ; 6 : 77-79 rue P. Audry ; 7 : 54 rue P. Audry ; 8 : 73 rue P. Audry ; 9 : 55-65 rue P. Audry ; 10 : 49-51 rue P. Audry ; 11 : Près du pont SNCF ; 12 : Gorge de Loup ; 13 : Face à la montée du Greillon ; 14 : Découverte mal localisée ; 15 : Couvent des Cordeliers ; 16 : 30-31 quai Arloing ; 17 : Quartier Saint-Pierre ; 18 : Loyasse ; 19 : 45 rue du Tunnel ; 20 : id. ; 21 : 21-22 quai Arloing ; 22 : Église Saint-Pierre ; 23 : Grande rue de Vaise ; 24 : ZAC Charavay, rue du Chapeau Rouge ; 25 : Place Valmy.

8 - Vestiges d’habitations ou de secteurs artisanaux.
1 : 101-107 rue Pierre Audry ; 2 : 83-85 rue Pierre Audry ; 3 : 73 rue Pierre Audry ; 4 : 55-65 rue Pierre Audry ; 5 : Rue professeur L. Guerin ; 6 : Métro Gorge de Loup ; 7 : Gorge de Loup ; 8 : Quartier Saint-Pierre ; 9 : 30-31 quai Arloing ; 10 : Place Valmy.

9 - Carte récapitulative des divers vestiges d’occupation gallo-romaine (voies, nécropoles, habitats) reconnus depuis la colline de Fourvière vers la plaine de Vaise.

Table des illustrations

Légende 1 - Situation géographique.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 2 - Vue d’un secteur de la fouille du boulevard périphérique nord de Lyon ou BPNL.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1829/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 3 - Localisation des sites archéologiques dans la topographie actuelle.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1829/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 4 - Localisation et répartition des vestiges gallo-romains.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1829/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende 5 - Stratigraphie synthétique du site.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1829/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 6 - Vestiges probables de la voie de l’Océan.1 : Gorge de Loup ; 2 : Rue Sergent Michel Berthet ; 3 : Quartier Saint-Pierre ; 4 : ZAC Charavay, rue du Chapeau Rouge.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1829/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 7 - Nécropoles ou vestiges funéraires.1 : 52 av. B. Buyer ; 2 : Découverte mal localisée ; 3 : 101-107 rue P. Audry ; 4 : Angle rue B. Buyer et P. Audry ; 5 : Découverte mal localisée ; 6 : 77-79 rue P. Audry ; 7 : 54 rue P. Audry ; 8 : 73 rue P. Audry ; 9 : 55-65 rue P. Audry ; 10 : 49-51 rue P. Audry ; 11 : Près du pont SNCF ; 12 : Gorge de Loup ; 13 : Face à la montée du Greillon ; 14 : Découverte mal localisée ; 15 : Couvent des Cordeliers ; 16 : 30-31 quai Arloing ; 17 : Quartier Saint-Pierre ; 18 : Loyasse ; 19 : 45 rue du Tunnel ; 20 : id. ; 21 : 21-22 quai Arloing ; 22 : Église Saint-Pierre ; 23 : Grande rue de Vaise ; 24 : ZAC Charavay, rue du Chapeau Rouge ; 25 : Place Valmy.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1829/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 8 - Vestiges d’habitations ou de secteurs artisanaux.1 : 101-107 rue Pierre Audry ; 2 : 83-85 rue Pierre Audry ; 3 : 73 rue Pierre Audry ; 4 : 55-65 rue Pierre Audry ; 5 : Rue professeur L. Guerin ; 6 : Métro Gorge de Loup ; 7 : Gorge de Loup ; 8 : Quartier Saint-Pierre ; 9 : 30-31 quai Arloing ; 10 : Place Valmy.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1829/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 9 - Carte récapitulative des divers vestiges d’occupation gallo-romaine (voies, nécropoles, habitats) reconnus depuis la colline de Fourvière vers la plaine de Vaise.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1829/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k

© Alpara, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access