Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mine de Pampailly, XVe-XVIIIe siècles

 | 
Paul Benoit

Chapitre 4. Économie et société de la mine : vie locale et importance nationale

Texte intégral

1Pampailly a produit annuellement, en 1455 et 1456, plus de 200 kg d’argent et plus de 40 tournois de plomb. Le cuivre n’apparaît qu’en 1457 et compte peu. Malgré cette production variée, Pampailly s’affirme sur le plan économique comme une mine d’argent : le métal blanc l’emporte de très loin en valeur. Sa vente rapporte 7 070 livres tournois, 86,7 % des ressources de l’entreprise.

Une entreprise rentable ?

  • 72 Tous les chiffres sont tirés de l'introduction de la thèse de Rendu (A. Th.) - Comptes d'exploitati (...)

2Malgré une telle somme, le bilan est déficitaire, puisque les dépenses atteignent 9 297 livres contre 8 147 de recettes. Mais les arriérés de salaires, la dépense de la réouverture de la mine de Joux, imputée sur les recettes de Pampailly, se montent à 1 291 livres, comblant en réalité un déficit apparent. Par ailleurs, l’investissement est important ; le Voyage du Vernay, les constructions et la réparation des logements et des installations industrielles atteignent 777 livres, 8 % des dépenses. Malgré les difficultés d’une reprise, la mine de Pampailly apparaît comme une entreprise rentable, dans laquelle les recettes dépassaient largement le coût du fonctionnement72.

3Parmi les dépenses, outre le bois et le charbon, qui atteignaient 10 % en 1455, l’entreprise devait acheter des matières premières, en particulier le suif des chandelles, le fer, l’acier et le cuir des soufflets, au total seulement 8,5 %. Le prix de la main-d’œuvre pèse lourd dans le budget de la mine. Il représente 41,3 % des dépenses, auxquelles s’ajoute le coût de la nourriture des mineurs, soit 19 %. Il faudrait pouvoir chiffrer exactement la valeur du salaire à l’intérieur des contrats de priffait, mais on peut estimer que près des deux tiers des sommes dépensées par l’entreprise en 1455 ont servi à rémunérer le travail. Prix du travail humain, en un temps où les seules machines sont mues par la force hydraulique, en un lieu où l’investissement consiste essentiellement à aménager l’espace souterrain au marteau et à la pointerolle, prix de la technicité aussi, puisque les salaires des spécialistes sont particulièrement élevés.

Les hommes

Des spécialistes allemands et des manœuvres locaux

4Les comptes mettent en valeur l’abondance de la main-d’œuvre travaillant à la mine (Rendu 1983 a, Benoit et Rendu 1989). En 1455, 275 noms y figurent, d’ouvriers et de manœuvres, d’administrateurs et de serviteurs, de transporteurs et de fondeurs. Mais les chiffres ne doivent pas tromper. Toutes ces personnes n’ont pas travaillé à la fois, et tous les travailleurs ne sont pas cités. L’embauche se faisait soit par affermage, c’est-à-dire à temps, souvent à l’année, ou à priffait, c’est-à-dire à la tâche. La plus grande partie des ouvriers de la mine étaient affermés, au moins ceux qui abattaient et transportaient le minerai. En revanche, des contrats étaient passés à priffait avec des équipes chargées de travaux particuliers, tel le creusement d’une galerie. Les martinets étaient confiés par contrat à un maître fondeur payé au poids du métal fourni. Celui-ci devait se charger de rétribuer tout son personnel dont le nombre, la qualification et les salaires nous échappent. Les charretiers recevaient un paiement proportionnel au nombre de transports effectués. Les mêmes hommes pouvaient s’embaucher un temps à priffait, puis devenir des salariés affermés. Enfin, des manœuvres, ou des ouvriers en attente de contrat, s’engageaient à la journée.

5Malgré les difficultés d’évaluation inhérentes à ce type d’embauche, l’importance du personnel peut être estimée. Les ouvriers de martel, ceux qui abattaient le minerai de leur marteau et de leur pointerolle, se comptaient au nombre de 45. Ils avaient besoin de l’aide de 53 manœuvres pour porter, déblayer ou actionner les treuils. S’ajoutait un personnel de haute qualification et d’encadrement : 4 charpentiers, 1 ou 2 forgerons selon les mois et 1 ou 2 maîtres de montagne. En tout, une centaine de personnes travaillaient directement pour la mine, répartie à peu près également entre qualifiés et non-qualifiés, à laquelle s’ajoutait le personnel d’administration et de service, 12 personnes, dont le cuisinier ou la servante. Il faudrait pouvoir ajouter les ouvriers travaillant aux martinets. Il faut donc estimer à plus de cent cinquante personnes le personnel payé par l’entreprise que représente alors Pampailly, sans compter la population qui vit indirectement du travail de la mine, les agriculteurs qui l’approvisionnent mais, plus proches, les bûcherons et charbonniers qui fournissent le bois nécessaire à l’équipement minier et surtout le charbon de bois consommé en quantités considérables dans les fonderies.

  • 73 Les comptes indiquent la provenance de certains ouvriers originaires de villages voisins (Montrotti (...)
  • 74 Comme Smermant, Brohart appartient au monde des mineurs et métallurgistes de la Forêt noire (Dauvet (...)

6Le recrutement de la main-d’œuvre est, quant au nombre d’employés, majoritairement local (fïg. 52). L’onomastique le prouve, plusieurs mineurs portant des noms se retrouvant dans la toponymie des villages des alentours73. Tous les manœuvres étaient français, et environ la moitié des mineurs qualifiés, les ouvriers de martel. Les techniciens et les ouvriers qualifiés venaient souvent de contrées lointaines : ils portaient, dans les comptes, le qualificatif d’Allemands. En fait, ils étaient originaires de la Forêt Noire, comme Claus Smermant, d’autres de Lorraine, comme Jean le Maréchal, ou même de Hongrie : 8 Hongrois travaillaient à Pampailly en 1455 (Rendu 1983 a). Les maîtres de montagne, qui dirigeaient les travaux souterrains, étaient des Allemands que l’entreprise avait recrutés pour leur haute qualification. Lorsqu’il s’agit d’engager un maître niveleur pour conduire les difficiles travaux de la galerie du Vernay, Jean Dauvet décida d’envoyer chercher Claus Smermant à Bâle (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 317). Les ouvriers de martel, les mieux payés, considérés comme les plus qualifiés, sont des Allemands. La situation est comparable chez les fondeurs. Rien n’est connu du personnel subalterne ; tout laisse croire qu’il se composait de Français. En revanche, si Mermet de fontaines comptait parmi les maîtres fondeurs, les autres venaient d’Allemagne comme Hans Frere, Jean Chilin (Comptes, 15-52), et le spécialiste de très grande réputation Hans Brohart, de Brisach, qui fut engagé par Dauvet en même temps qu’il recrutait Smermant (encart : Un technicien allemand, Hans Brohart, p. 80). Ces deux techniciens de haut niveau venaient de la Lorêt Noire (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 311)74. La prépondérance technique du monde germanique, dans le domaine des mines et de la métallurgie des non-ferreux, se fit sentir à Pampailly, autre signe de l’importance du site.

52 - La main-d’œuvre employée à Pampailly en 1455

52 - La main-d’œuvre employée à Pampailly en 1455

L’origine d’une partie seulement de la main-d’œuvre est connue.
Cercle : transporteur ou charbonnier
Triangle : main-d’œuvre minière

7Le travail de la mine était dur, mais bien payé, au moins pour ce qui concerne l’encadrement et les ouvriers qualifiés. Alors que dans la Lrance du XVe s., les salaires ruraux étaient inférieurs à ceux des villes, les mineurs de Pampailly touchaient des rétributions supérieures à celles des maçons urbains. Même si les sommes que recevaient les manœuvres semblent faibles, leur salaire réel comprenait la nourriture et le logement (fig. 53).

53 - Salaires des mineurs de Pampailly

53 - Salaires des mineurs de Pampailly

Un technicien allemand : Hans Brohart, maitre fondeur et affineur de Brisach
Pour relancer l’exploitation, Jean Dauvet recherchait un maître fondeur et affineur de grande qualité. Il fut prévenu par un autre fondeur, Jean Chilin, du passage à Lyon, d’un maistre fondeur et affineur, Jehan Brouhart, du pais d’Allemaigne [...] qui est très noble homme et expert en son mestier et riche et puissant. En fait Brohart est bourgeois de Brisach, sur la rive droite du Rhin, au pied de la Forêt Noire, vieille région minière et métallurgique. Il lui écrit le 23 février 1455 et le fait venir à Pampailly pour que ses qualités soient évaluées par des personnes considérées comme expertes. Le 6 mars 1445, le contrat de Hans Brohart est établi après consultation des autres maîtres fondeurs.
Par ce contrat, il est tenu d’habiter sur le site, au martinet de Brussieu. Son salaire dépend de la production puisqu’il doit toucher, pour chaque quintal de cuivre, 27 s. 6 d., pour chaque marc d’argent, et le plomb qui en vient, 25 s. t. Comme souvent dans les contrats du temps, la possibilité de trouver de l’or dans les produits d’affinage est évoquée. Il s’agit d’une clause de garantie, non d’un espoir réel. Outre le minerai, il doit aussi traiter les regretz, trouvés dans la mine. Il doit assumer toutes les dépenses de fabrication, à l’exception du bois et du charbon qui lui sont fournis par l’administration de la mine qui s’engage aussi à mettre à la disposition du fondeur et affineur un martinet tout équipé. Sa qualification dépasse son métier de fondeur puisqu’il donne son avis, le 7 mars, avec les autres maîtres mineurs, sur la reprise des travaux miniers et le choix d’un maître niveleur pour conduire les travaux au Vernay. Le choix se porte sur Claus Smermant de Bâle. Brohart, qui retourne en Allemagne, est chargé d’aller le chercher. Avant de partir, il participe, le 11 mars, à l’équipe d’experts qui inventorie les biens des mines de Saint-Pierre-la-Palud et de Chessy. Il fait partie du personnel technique très qualifié qui participe à la direction de l’entreprise, tout en effectuant son travail spécifique d’affineur. À ce titre il touche, au cours de l’année comptable 1455, 623 1. 15 s. pour les 507 marcs 2 onces d’argent qu’il a affiné, en plusieurs opérations, dans les différents martinets du site.
Il apparaît pour la dernière fois dans le compte de production en février 1456. Parti ensuite pour la Lombardie, il serait revenu en France, mais pas à Pampailly, dans des conditions inconnues. Pierre Granier n’apprécie pas la situation et envoie un mineur, Pierre Drilhac, porter l’ordre à Brohart de reprendre son travail. Mission qui, semble-t-il, n’a pas été couronnée de succès.
Hans Brohart appartient à ce monde des techniciens très qualifiés de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance dont les capacités sont recherchées et qui ne craignent pas de se déplacer quand des situations intéressantes se présentent.

Hiérarchie, contraintes et avantages

8À ces mineurs, le Procureur Dauvet a donné un règlement qui fait de la mine un lieu particulier soumis à une juridiction spécifique (Dauvet, Mollat éd. 1953 pp. 347-355, Comptes, pp. 14-27 ; Luce 1877). L’encadrement des hommes apparaît très strict : il était interdit aux mineurs de porter des armes, aux manœuvres de sortir sans autorisation du périmètre de l’exploitation. La majeure partie du personnel était logée et nourrie sur place, aux depens du roi. Pratiquement, le logement dans les locaux de la mine était obligatoire pour les manœuvres, fréquent pour les ouvriers de martel. En règle générale, plus les statuts et le salaire du mineur montaient dans la hiérarchie, plus le pourcentage de ceux qui habitaient hors de la mine augmentait. La carte des lits sur le site met en évidence l’importance de la maison de Cosne, à côté du lieu où se trouvaient déjà les installations métallurgiques et la forge la plus importante (fig. 54). L’administration de la mine siégeait aussi dans la maison.

54 - Répartition des lits destinés à la main-d’œuvre de Pampailly, d’après l’inventaire des 4 et 5 mars 1455

54 - Répartition des lits destinés à la main-d’œuvre de Pampailly, d’après l’inventaire des 4 et 5 mars 1455
75

9Bien nourris, les mineurs étaient aussi chauffés, nécessité indispensable pour des hommes travaillant en milieu très humide, dans une région où les hivers sont rudes. Les inventaires de Dauvet et les comptes de Pierre Granier signalent cinq poêles, deux dans la maison de Cosne, un dans chacune des petites maisons situées à proximité des porches de la mine. Les fouilles du Vernay ont permis de mieux comprendre les systèmes de chauffage utilisés au XVe s. Le bâtiment, construit en 1456 comprenait, outre la forge, au moins deux pièces d’habitation. L’une, au rez-de-chaussée, possédait une cheminée dont le conduit et peut-être le manteau étaient en briques et en tuileaux. L’étage était chauffé par un poêle dont seule une partie de la base reste en place (Benoit et alii. 1987, Leguay 1992) (fig. 34). Les tessons de céramique ont permis de reconstituer l’appareil : il s’agit d’un poêle à pots, c’est-à-dire d’un appareil monté sur un soubassement de pierre, ici de forme ovale, et couvert d’une voûte ou d’une sorte de coupole composée de pots de terre cuite, maintenus ensemble par une chape d’argile (fig. 55). La paroi des pots de faible épaisseur laissait facilement passer la chaleur. Ce type de poêle, commun dans les pays germaniques, semble être ignoré dans la région lyonnaise au XVe s. ; aucun exemplaire n’a été retrouvé à l’ouest de Pampailly. La fabrication de pots, comme la construction de l’appareil, indiquent que les artisans locaux chargés du travail n’avaient guère d’expérience en la matière. Tout laisse croire qu’il s’agit, à Pampailly, d’un modèle importé par les mineurs allemands (encart : le poêle à pots du Vernay, p. 83).

55 - Les pots de terre cuite du poêle à pots et le poêle à pots

55 - Les pots de terre cuite du poêle à pots et le poêle à pots

Le chauffage à Pampailly : le poêle à pots du Vernay
Dans une région aux hivers rudes, les ouvriers de Pampailly avaient besoin de se chauffer. La fouille de la forge du Vernay a mis au jour les vestiges de deux appareils de chauffage mis en place lors des travaux d’agrandissement du bâtiment en 1456. Dans la pièce d’habitation du rez-de-chaussée, à côté de la forge, existait une cheminée dont le contrecœur se composait de deux meules de granite usagées. Fait plus rare, un poêle chauffait l’étage du bâtiment. Dans une petite pièce creusée à flanc de colline, des blocs de granite placés verticalement dessinaient une forme grossièrement circulaire ouverte du côté par lequel il était possible d’accéder.
Au moment de la découverte de cette structure, déjà de nombreux tessons d’un type bien particulier avaient été découverts, corpus largement complété par la fouille du poêle. Ils provenaient de pots qui ont pu être reconstitués. Leur hauteur varie entre 10 et 11 cm pour une ouverture d’un diamètre compris entre 17 et 21 cm. Les parois, lisses à l’extérieur, présentent par contre, à l’intérieur, des marques nettes de tournage. Un engobe recouvre la face intérieure de la paroi, engobe recouvert dans la très grande majorité des cas par une glaçure plombifère verte, couleur due sans doute à une adjonction de cuivre.
Des traces d’argile rouge et de fumées fournissent des indications quant à l’utilisation de ces vases et permettent d’interpréter les vestiges découverts et de présenter une reconstitution du poêle. Sur un sol formé de dalles de pierre locale recouvertes d’une sole d’argile, des blocs de granite dressés formaient la base de l’appareil d’un diamètre d’environ 1,5 m. Une coupole d’argile couvrait l’ensemble, on peut estimer sa hauteur à un demi diamètre. Dans ce dôme d’argile les pots s’encastraient, l’ouverture tournée vers l’extérieur, comme l’atteste la présence de suie et d’argile sur les parois, afin de faciliter les échanges de chaleur à travers une paroi beaucoup plus mince que celle de la voûte d’argile. Dans son étude, Julie Leguay estime à une soixantaine le nombre de pots utilisés. Une cheminée de briques assurait le tirage.
Les données des fouilles confortent celles des textes. D’après la lecture du Journal du Procureur Dauvet et des comptes de la mine, quatre poêles à pots existaient sur l’ensemble du site de Pampailly au moment de la construction du cinquième, celui du Vernay. Trois dans la maison de Cosne et un dans le bâtiment situé à l’entrée du Voyage de Cosne. La construction de deux de ces appareils apparaît à travers les Comptes, un à Cosne et celui du Vernay. Des ouvriers locaux les ont construits et les pots provenaient du même atelier, celui des potiers Thomas et Pierre de Montmusart, son fils, établis à Saint-Martin-Lestra, village situé à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Pampailly
Si les poêles à pots apparaissent dès le IXe s., la région lyonnaise ne les connaît, selon l’état des données actuelles, qu’à partir du XVIe s., encore ne se diffusent-ils réellement qu’aux XVIIe et XVIIIe s. Les poêles à pots de Pampailly témoignent donc d’un moyen de chauffage, inconnu alors dans la région, modèle importé par les mineurs et les métallurgistes allemands et réalisé, avec quelques difficultés, selon l’exemple du Vernay, par des artisans locaux.

Un monde ouvert vers l’extérieur

10Le monde des mineurs et des métallurgistes de Pampailly apparaît donc comme un monde à part avec son règlement, qui est presque une législation, avec ses habitants regroupés, avec sa production agricole, ses techniciens et ses ouvriers dont certains parlent des langues étrangères, ses salaires supérieurs à ceux du pays avoisinant. Mais cette impression, donnée surtout par le règlement, correspond-elle à une réalité ? La mine de Pampailly ne saurait survivre coupée de son milieu. Outre les achats agricoles indispensables, la mine utilisait quotidiennement les services des voituriers du pays pour transporter le minerai, le bois et le charbon. Leurs noms changent souvent, plus que des transporteurs spécialisés, ce sont des paysans à qui la mine fournissait un revenu complémentaire (Rendu 1983 a). Pampailly donnait du travail directement et indirectement à la main-d’œuvre locale.

11Pampailly était avant tout un centre minier et métallurgique, mais l’exploitation possédait aussi des biens fonciers, champs, vignes et prés, et deux moulins, à Charfetain et à la Giraudière (Comptes, 86-95). Par ailleurs, l’inventaire signale une bouticle de la marchandise où se trouvaient stockés quelques objets métalliques et plus encore du tissu, en particulier des draps locaux de Saint-Symphorien et de Châtillon ou de pays voisins, comme ceux du Forez. S’y ajoutaient des couvertures d’Auvergne et des futaines de Chambéry. Il est impossible de savoir si ces marchandises étaient destinées à couvrir les besoins des ouvriers de la mine, loin de tout centre d’approvisionnement important, ou si Pampailly servait de relais pour un plus large commerce. Cependant, le poste le plus élevé du compte de la marchandise, plus de 60  %, n’est pas tenu par les tissus, mais par du cuir déposé par un tanneur de Brussieu (Dauvet, Mollat éd. 1953 pp. 309-310, Lorcin 1974 pp. 438-441). Ces activités étaient très secondaires, puisque le total des recettes des moulins et de la production agricole se monte à 25 livres 7 sous en 1455, et que l’inventaire de la boutique de marchandise n’atteint pas 120 livres, y compris les 73 livres 10 sous de cuir. Plus que les sommes en jeu, ces faits montrent d’une part à quel point le capitalisme industriel du temps était lié au commerce, l’exemple de Pampailly étant, à une toute petite échelle, l’image des affaires de Jacques Cœur, d’autre part, combien l’industrie minière et métallurgique se trouvait incluse dans la société rurale.

12Si Pampailly était une implantation industrielle dans un monde rural, elle s’en distinguait par une population d’ouvriers salariés hautement qualifiés, vivant à un rythme très différent de celui des paysans, mais elle n’était pas coupée de son environnement. Acteur essentiel de la vie économique locale, elle fournissait des emplois, distribuait des salaires, participait au commerce local et faisait travailler les artisans. Son poids régional, essentiellement fonction de la vente des métaux autres que l’argent, est plus difficile à estimer.

L’argent de Pampailly et la monnaie de Lyon

13Centre de production de métaux, lieu de consommation aussi, Pampailly se trouvait placé au sein d’un marché relativement complexe (fig. 56). L’entreprise achetait du fer et de l’acier, vendait du plomb et du cuivre sur un marché libre. Elle vendait par contre son argent sur un marché extrêmement réglementé : tout le métal blanc devait être livré à Lyon à un prix fixé par le pouvoir royal. Par ailleurs, les quantités vendues comme la valeur des métaux impliquaient des conditions d’achat et de vente très disparates.

56 - Production métallique de Pampailly

56 - Production métallique de Pampailly
  • 76 Cette partie du texte doit beaucoup à M. Dhenin, Conservateur au Cabinet des Médailles de la Biblio (...)

14Tout l’argent produit à Pampailly, comme tout l’argent extrait dans le royaume, devait être expédié à la monnaie royale76. S’il est impossible de savoir si Jacques Cœur a respecté la réglementation, il est certain qu’au temps de la régie royale le métal précieux n’échappait pas au monnayage (fig. 57). Les comptes de Pierre Granier signalent que l’argent était acheminé à Lyon, l’atelier monétaire le plus proche (Comptes, 15-47, 1413-1452, 1560-1603).De la Monnaie de Lyon ne subsistent, pour cette période, que quelques noms et peu de chiffres. En revanche, les comptes de la mine donnent la liste des quantités d’argent livrées, avec la date, le poids et le prix : 8 livres 11 sous 3 deniers tournois le marc, puis, à partir du 10 juin, 8 livres 16 sous 3 deniers tournois le marc (tableau 4).

57 - Monnaie frappée à Lyon à l’époque où l’argent de Pampailly alimentait l’atelier monétaire

57 - Monnaie frappée à Lyon à l’époque où l’argent de Pampailly alimentait l’atelier monétaire

Gros, revers, croix fleurdelisée, on lit l’inscription Benedictus sit nomine domini

Tableau 4. Poids des livraisons d’argent de Pampailly à la monnaie de Lyon

Tableau 4. Poids des livraisons d’argent de Pampailly à la monnaie de Lyon

15Quelle part représente la production des mines de Pampailly dans l’alimentation en métal de la Monnaie de Lyon, à côté du billon, ramassis destiné à la fonte de toutes les espèces non autorisées à la circulation, que ce soit des monnaies décriées ou étrangères ? Il est difficile d’en juger, les données chiffrées faisant défaut. Les résultats de l’enquête de John Day et Huguette Bertrand pour les métaux précieux donnent pour Lyon (tableau 5) :

Tableau 5. Quantité de métaux précieux frappée à la monnaie de Lyon

Tableau 5. Quantité de métaux précieux frappée à la monnaie de Lyon

16Seules les données de l’année 1427 sont certaines, mais cette date est beaucoup trop éloignée de la période d’activité de Pampailly pour qu’il soit possible de les utiliser : les conditions et les nécessités de l’époque étaient fort différentes. Si l’on se fie aux années 1457 et 1460, l’activité moyenne de la Monnaie de Lyon semble se développer au milieu du XVe s., et se poursuivre jusque vers 1500. En considérant l’estimation de 1460 comme exacte, Pampailly aurait fourni environ 21 % du métal ayant servi à fabriquer des espèces d’argent à la Monnaie de Lyon, part importante si on tient compte de l’importance des refontes de billon (Day et Bertrand 1987). Les raisons mises en avant par Charles VI dans son ordonnance transférant la Monnaie de Mâcon à Lyon, c’est-à-dire l’existence de mines nombreuses dont étaient issues nombre de matières d’argent de plomb et de cuivre apparaissent fondées, d’autant qu’à côté de Pampailly d’autres mines fournissent leur part de métal, très modeste parfois ou plus importante, comme celle de Joux. On peut estimer à environ un quart la part des mines des Monts du Lyonnais et du Beaujolais dans la production de l’atelier de Lyon, part considérable quand on sait que l’essentiel du monnayage médiéval provient de la refonte.

Le marché du plomb et du cuivre

17Avant même que l’exploitation ne reprenne, le Procureur Dauvet avait mis en vente les stocks de métaux saisis. Du 7 janvier au 13 mai 1455, il adjugea 484 quintaux 25 livres de plomb, provenant entièrement de Pampailly, et 89 quintaux 20 livres de cuivre de Chessy, de Saint-Pierre-la-Palud et, à un bien moindre degré, de Pampailly (Dauvet, Mollat éd. 1953 pp. 278-279, 290, 302 ; 363, 367, 368). En 1455, Pampailly a vendu 327 quintaux 98 livres de plomb, alors qu’il faut attendre 1457 pour que les comptes signalent une vente de cuivre de 34 quintaux, issus de l’impôt du dixième dû au roi (Comptes, 1626-1640).

  • 77 Exceptionnellement lors de la liquidation du stock, le prix n'atteignit que 42 s. 6 d. (Dauvet, Mol (...)

18Le plomb, en tables ou en masses, fut vendu lors de l’adjudication des biens de Jacques Cœur, très régulièrement à 45 sous le cent77, au cours d’opérations qui portaient sur des masses pesant de 13 à 150 quintaux. Par la suite, les prix ont varié de manière notable. Du plomb en masse atteignit parfois 55 sous le quintal emporté à la mine, alors qu’il était laissé à 40 sous ; encore devait-il être livré à Lyon. De telles variations s’expliquent facilement par le volume des marchés. Les prix les plus élevés concernaient de petites quantités, un véritable commerce de détail, alors que le plomb à 40 sous le quintal relevait de contrats qui portaient toujours sur plus d’une tonne. Le cuivre, beaucoup moins abondant, coûtait environ quatre fois plus cher que le plomb. Lors de l’adjudication de 1455, son prix varia de 9 à 10 livres le quintal. En 1457, il valait de 9 livres 12 sous 6 deniers, vendu en petites quantités, à 6 livres 17 sous 6 deniers, en masses plus importantes.

19À deux reprises, Dauvet se plaignit de la valeur insuffisante des métaux à Lyon, du plomb en particulier vendu en dessous des prix de détail pratiqués dans bien des régions de France ; il envoya son clerc à Avignon dans l’espoir d’obtenir de meilleurs prix (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 342, Benoit 1985). À ce qu’il apparaît à travers les rares données qui nous soient parvenues, il semble bien que l’écoulement du cuivre n’ait pas posé de problème majeur : ainsi, tout le stock fut vendu rapidement en 1455. Des difficultés surgirent pour le plomb. Tout laisse penser que le marché lyonnais, qui apparaît à travers ces comptes comme une place importante pour le commerce des métaux, intégra difficilement des arrivées massives de plomb, métal dont le réemploi facile permettait de constituer d’importants stocks.

20Lors de la vente des biens saisis à l’Argentier, tous les adjudicataires du plomb sont des Lyonnais, et se présentent comme des marchands. Par contre, lorsque la mine vendit ses propres produits, elle opéra avec une clientèle beaucoup plus variée : clientèle locale tout d’abord, de mineurs et de métallurgistes travaillant à Pampailly, habitant dans les villages voisins de Bessenay, Brussieu et Courzieu, acquéreurs de faibles quantités de plomb en masse. Des hommes, dont le métier n’est pas identifié, vinrent des environs de Feurs, de Roanne et même de Vichy pour s’approvisionner à la mine. Là encore, les achats portèrent sur de médiocres quantités. La fonderie, qu’elle soit à Pampailly, à Saint-Pierre-la-Palud ou à Chessy, alimentait un commerce de détail. Cependant, toutes les grosses affaires furent conclues avec des marchands lyonnais (fig. 58).

58 - Lieux de vente du plomb et du cuivre de Pampailly en 1455

58 - Lieux de vente du plomb et du cuivre de Pampailly en 1455
  • 78 M. Mollat insiste sur l'activité des frères Villars dans le commerce du sel sur le Rhône et les lie (...)

21Quelques personnalités ressortent parmi ces acquéreurs. Il est impossible de savoir qui étaient les modestes artisans qui ont acheté quelques livres, voire quelques quintaux de cuivre ou de plomb à la mine, hormis parfois leur profession. Certains Lyonnais apparaissent mieux en lumière. Maître Thomas est qualifié dans le Journal de Dauvet de potier d’étain, dans les comptes de pintier, les deux termes étant synonymes, un pintier est un fabricant de pintes, pots à boire ou mesures. Ces pintiers contrôlaient, dans de nombreuses villes de France, une large part du marché des métaux non-ferreux (Benoit 1985). Le qualificatif de maître le rattachait encore plus au monde de l’artisanat très qualifié. Il était le second acheteur de plomb, intervenant deux fois au moment de l’adjudication des biens de Jacques Cœur, puis deux fois encore au cours de l’année 1455. Au total, il a acquis 214 quintaux et 45 livres de plomb, soit plus de 10 tonnes. Il était également le second acheteur du cuivre saisi puisqu’il acquiert 92 quintaux 20 livres, soit 4,5 tonnes, pour 829 livres 16 sous. La totalité de ses achats s’est montée à 1 195 livres tournois. S’il est probable qu’il a encore des liens avec le monde des artisans, il a de loin dépassé la situation d’un simple potier d’étain et appartenait au monde des marchands. Plus importants encore apparaissent les frères Villars, Pierre et Jean, marchands de Lyon78. Déjà associés de Jacques Cœur dans le commerce du sel sur le Rhône, dans ses affaires immobilières et financières, ces maîtres saulniers et ferratiers, étaient de loin les principaux partenaires de la mine dans le commerce des métaux. Déjà acheteurs et fournisseurs au temps de Jacques Cœur, ils livraient aux forges de la mine l’essentiel du fer et de l’acier, pour une valeur de plus de 90 livres, mais surtout lui achetèrent pour 487 livres 18 sous 4 deniers de plomb, en deux opérations, dont l’une porte sur 232 quintaux, plus de 11 tonnes.

22Lyon d’où venait le fer, où partait l’argent et l’essentiel du cuivre, apparaît comme un important marché des métaux, alimentant l’artisanat local mais surtout redistribuant des produits importés. Mais cette réalité ne saurait cacher des réseaux moins importants, quant aux masses de produits échangés, mais vitaux pour la vie régionale et locale. Des villes moyennes pouvaient aussi jouer un rôle dans la diffusion des produits métalliques, ainsi Vienne, Roanne, Feurs ou Vichy ont dû tenir ce rôle comme Châtillon-sur-Seine l’a tenu en Bourgogne (Chapelot 1985, Benoit 1985). Plus encore, du petit centre de Panissières venait le seul acheteur qui ne soit pas Lyonnais lors de la vente de 1455. Trois acheteurs de cuivre sur sept, en 1457, sont issus de ce village et un du village voisin de Villechenêve, parmi eux, un marchand peyrelier, c’est-à-dire chaudronnier de bronze. Tout laisse à penser que ce bourg, à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Pampailly, a développé un artisanat en rapport direct avec la production minière de la région (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 368 ; Comptes, 1647, 1648, 1649). Par Lyon, Pampailly est d’une part, entré dans le circuit du commerce des métaux de la France du centre-est et du sud-est et d’autre part, a participé au mouvement national et international des métaux précieux.

23Née à une époque où la crise marquait le pas, la mine de Pampailly est un exemple très précoce de la reprise de l’activité minière des dernières décennies du Moyen Âge. Dans un royaume qui a toujours manqué de métal précieux, dans une conjoncture où l’argent était particulièrement recherché, sa richesse, réelle, et l’espoir qu’elle représentait, ont attiré hommes et capitaux. Dans un premier temps, ceux de la grande ville la plus proche, Lyon, puis, après les malheurs de la première moitié du XVe s., les fortunes et les pouvoirs les plus considérables du royaume : Jacques Cœur, et enfin le roi lui-même. La saisie des biens de l’Argentier n’a fait que renforcer la position de la monarchie dans une affaire où elle était déjà partie prenante. Dès 1444, le roi s’impliquait très fortement dans les affaires de Pampailly en exigeant de l’Argentier la reprise des travaux du Vernay. Ce schéma, initiative locale, capitaux urbains, interventions des très grosses fortunes liées au pouvoir, se retrouve quelques décennies plus tard à Schwaz, où, après l’intervention des marchands d’Augsbourg, Jacob Fugger s’est intéressé de très près à la production minière et métallurgique (Egg 1964). La réussite fut plus étincelante, mais ce processus met en évidence l’intérêt fondamental qu’il y avait pour les grands à contrôler la production d’argent à la source, c’est-à-dire à la mine et dans les fonderies.

24Que cette intervention de capitaux venus de l’extérieur ait entraîné l’innovation à Pampailly est un fait indéniable. À une époque où la main-d’œuvre est le principal poste de dépense d’une mine, la venue de techniciens étrangers de haut niveau a été, sans doute, la principale source d’innovation dans la seconde moitié du XVe s. La mine existait alors déjà, elle avait même acquis des dimensions remarquables, mais l’appel à l’extérieur, capitaux et techniciens, a seul permis la réalisation de la pièce maîtresse de l’organisation de l’espace souterrain, le grand Voyage du Vernay. C’est un technicien allemand qui a dirigé le percement de la galerie, c’est un autre technicien allemand qui se charge de fabriquer un chien de mine, élément clé du nouveau système. L’investissement a attiré des hommes porteurs de techniques déjà mises au point ailleurs et antérieurement, dans le monde germanique, probablement au cours de la première moitié du XIVe s. Au lendemain de la crise, la destruction de vieilles structures, la disponibilité de capitaux, les besoins d’un marché, ont largement favorisé le développement de l’innovation, la mise en œuvre de ces différentes techniques rassemblées en un système d’exploitation radicalement différent de ce qui, selon toutes les découvertes faites à ce jour, était connu auparavant.

Notes

72 Tous les chiffres sont tirés de l'introduction de la thèse de Rendu (A. Th.) - Comptes d'exploitation des mines de Pampailly et de Joux en Lyonnais, Comptes de Pierre Granier (1454-1457). Les conclusions que je propose sont radicalement opposées aux siennes. Sa vision, pessimiste, partait de l'a priori d'une restitution de la mine aux enfants de Jacques Cœur pour des raisons économiques, hypothèse impossible à retenir actuellement.

73 Les comptes indiquent la provenance de certains ouvriers originaires de villages voisins (Montrottier, Courzieu, L'Argentière, etc.), d'autres portent les noms de hameaux des environs : Charachon, Jussieu... (Comptes, 698-1022).

74 Comme Smermant, Brohart appartient au monde des mineurs et métallurgistes de la Forêt noire (Dauvet, Mollat éd. 1953, p. 311).

75 Toutes ces données proviennent des inventaires de Pierre Granier. L'étude de la vaisselle et du poêle a été réalisée par Julie Leguay dans un mémoire de maîtrise (Leguay 1992, pp. 96-110).

76 Cette partie du texte doit beaucoup à M. Dhenin, Conservateur au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale.

77 Exceptionnellement lors de la liquidation du stock, le prix n'atteignit que 42 s. 6 d. (Dauvet, Mollat éd. 1953, p. 367).

78 M. Mollat insiste sur l'activité des frères Villars dans le commerce du sel sur le Rhône et les liens qu'ils entretenaient dans ces affaires avec Jacques Cœur (Dauvet, Mollat éd. 1953, pp. 83-87).

Table des illustrations

Titre 52 - La main-d’œuvre employée à Pampailly en 1455
Légende L’origine d’une partie seulement de la main-d’œuvre est connue.Cercle : transporteur ou charbonnierTriangle : main-d’œuvre minière
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 53 - Salaires des mineurs de Pampailly
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 54 - Répartition des lits destinés à la main-d’œuvre de Pampailly, d’après l’inventaire des 4 et 5 mars 1455
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 55 - Les pots de terre cuite du poêle à pots et le poêle à pots
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre 56 - Production métallique de Pampailly
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 57 - Monnaie frappée à Lyon à l’époque où l’argent de Pampailly alimentait l’atelier monétaire
Légende Gros, revers, croix fleurdelisée, on lit l’inscription Benedictus sit nomine domini
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 4. Poids des livraisons d’argent de Pampailly à la monnaie de Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1806/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 5. Quantité de métaux précieux frappée à la monnaie de Lyon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1806/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 58 - Lieux de vente du plomb et du cuivre de Pampailly en 1455
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1806/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access