Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mine de Pampailly, XVe-XVIIIe siècles

 | 
Paul Benoit

Chapitre 2. Seconde moitié du XVe siècle : une mine moderne

Texte intégral

  • 19 La mine avait alors été confiée à des commis, le travail de l'équipe de Jehan de Tournille consista (...)

1Jacques Cœur fut arrêté en 1451 et condamné en 1453, le Procureur Dauvet, chargé de la saisie des biens de l'Argentier, n'arriva à Pampailly qu'à la fin du mois de novembre 1454. Si l'exploitation n'a véritablement repris son activité qu'à partir du moment où Pierre Granier, sur ordre de Dauvet, a relancé l'entreprise, c'est-à-dire le 1er février 1455, la mine a été entretenue, au moins partiellement, par des commis entre l'abandon par l'Argentier et l'arrivée du Procureur. Dans des conditions mal connues, le nommé Jehan Tournille fut chargé d'évacuer les eaux, les terres et même le minerai des puits des Bonnes, Martin et Rivière, c'est-à-dire les premiers puits donnant dans le Voyage de Cosne. Son contrat d'un an le conduisit jusqu'en juillet 1455, au temps où Granier gérait l'exploitation depuis déjà plus de cinq mois (Comptes, 476)19. C'est cependant une mine en piètre état, qu'il fallut parfois rouvrir, que trouva Jean Dauvet : d'où l'intervention de plusieurs manœuvres et gens de bras pour rouvrir le Voyage du Vernay en 1455 (Dauvet, Mollat éd. 1953, p. 343).

Régie royale et affermage

  • 20 Ce texte est très connu, il a fait l'objet d'une étude de la part de Siméon Luce (Luce 1877), et d' (...)

2Au moment où le roi reprit l'exploitation de Pampailly, le problème apparaissait complexe : il fallait démarrer une entreprise considérable où travaillaient plus de cent cinquante personnes, où les difficultés d'exploitation étaient grandes, mais qui était susceptible de fournir à la monnaie royale, installée à Lyon depuis 1413, des quantités importantes d'argent. La volonté initiale du roi était probablement de vendre la mine comme les autres biens de Jacques Cœur, et c'est à cet effet que Dauvet aurait établi l'inventaire des biens meubles et des stocks de l'entreprise. Mais, en l'absence de repreneur, il aurait suivi l'avis de l'envoyé du Procureur, Pierre Granier, et décidé de poursuivre l'exploitation à son compte, pour le grant prouffit et utilité à la chose publicque de notre Royaume (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 281). Dauvet nomma alors à la direction de l'entreprise Pierre Granier, aidé du clerc Nicolas Taro. Les anciens associés de Jacques Cœur, Philibert Magnin et Mermet de Fontaines, restèrent parmi les cadres de l'entreprise. Dauvet édicta un long règlement de cinquante-huit articles, pour donner bon ordre et provision au gouvernement des mines d'argent et de cuivre qui furent de Jacques Cœur (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 347-355) (Comptes, pp. 14-27). Le texte très directif, conforme en cela à ce qui est connu du caractère de Dauvet, portait aussi bien sur la manière de tenir les comptes, sur le contrôle du travail des mineurs, sur l'embauche, sur la surveillance des affinaisons d'argent et sur les constructions à effectuer, que sur la nourriture des ouvriers, leur circulation et l'interdiction de faire entrer dans le périmètre de la mine des femmes de mauvaise vie20.

  • 21 La date de 1472 est celle de l'abattage d'un arbre du boisage qui protégeait l'entrée du Vernay, la (...)

3Le règlement n'eut qu'une application limitée, puisque le temps de la régie royale ne dura que treize mois. En 1456, la mine fut affermée à Mermet de Fontaines. Le roi conservait cependant à sa charge les travaux du Voyage du Vernay, preuve de l'importance que la monarchie accordait au développement de l'exploitation (Comptes, p. 248). Au terme d'un peu moins de deux années, le roi la restitua aux héritiers de Jacques Cœur qui, comme l'a montré la fouille du porche du Vernay, continuèrent l'extraction jusqu'à une date inconnue (Comptes, 1684). Il est certain que la mine était encore en activité en 1472, date donnée par la dendrochronologie, et qu'elle avait cessé de produire en 152521. Les documents laissés par Jean Dauvet et Pierre Granier, les prospections archéologiques et les fouilles permettent de se faire une idée assez précise de ce qu'étaient la mine de Pampailly et les installations métallurgiques qui en dépendaient, de son organisation administrative, de ses productions et de la vie des mineurs.

Les techniques, le poids de l'innovation

  • 22 Le travail du charpentier de mine est très spécifique, il ne se confond pas avec celui des autres c (...)

4Les quartiers d'extraction sont restés inaccessibles. L'avancement de la galerie de Cosne, des autres puits et galeries et les exploitations par dépilages sur l'axe du filon se situaient dans des secteurs particulièrement instables. Les contraintes imposées par la géologie, telles qu'elles apparaissent à travers les conditions rencontrées au fond de la galerie du Vernay et dans la partie supérieure du Puits du Jour, doivent être considérées comme particulièrement difficiles. Il était indispensable de boiser ; ainsi, au cours de l'année 1455, les dépenses en bois pour la mine, afin de fournir des poteaux et des planches, mais aussi les éléments de voie de roulage et les gouttières, se montaient à plus de 100 livres. Pour mettre en œuvre ce bois, il fallait des spécialistes, les charpentiers de mine, qui se rencontraient parmi les maîtres mineurs les mieux rétribués. Toujours en 1455, sur les huit maîtres mineurs employés, six sont qualifiés de chapuis et appoyeur, termes qui caractérisent le charpentier de mine, homme dont dépend souvent la sécurité du chantier22. Au cours des siècles, tous ces boisages se sont effondrés. Cette impossibilité d'accéder aux quartiers d'exploitation explique pourquoi certaines techniques, en particulier le percement des galeries ou le roulage, ont pu être étudiées avec une grande précision, alors que d'autres demeurent seulement perceptibles par les textes.

La solution au problème de l'exhaure : le voyage du Vernay

5Les pièces conservées dans le Journal indiquent qu'en 1454 l'exhaure était l'obstacle primordial au développement des travaux. L'essentiel des secteurs d'extraction se situait très au-dessous des sorties au jour, que ce soit le Voyage de Cosne ou le Puits du Jour, l'épuisement des eaux par gravité s'avérait impossible sans des travaux importants (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 274). Les difficultés rencontrées étaient anciennes, et tenaient à l'extension souterraine de la mine depuis la fin du XIVe s. ou le début du XVe s., au temps de Hugues Jossard. Déjà, la solution la plus rationnelle, la mise en place d'un grand travers-banc d'exhaure atteignant les quartiers inférieurs de la mine, avait été envisagée et avait reçu un commencement de réalisation, mais son achèvement était encore lointain.

6Le Journal de Dauvet et les Comptes de Pierre Granier, associés aux données du terrain, fournissent des renseignements beaucoup plus précis pour les années 1450. Lors de la visite de Dauvet, le coût de l'évacuation des eaux, qui estoit chose moult sumptueuse (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 287), passait au premier plan des problèmes posés par la reprise de l'exploitation. Pour épuiser l'eau, au moment où le Procureur prit l'entreprise en main, les manœuvres utilisaient la seilhe, ou seau, et le barral* hissés par des treuils (fig. 18). Les dimensions de ces récipients demeurent inconnues, mais leurs prix indiquent que le barrai possédait un volume beaucoup plus considérable que la seilhe. Dans la mine voisine de Joux, elle aussi possession de Jacques Cœur saisie par le roi, deux barreaulx de montaigne neufs étaient estimés à 7 sous 6 deniers, soit 3 sous 9 deniers à l'unité. Dans ce prix, la part du fer représente environ le quart du total, ce qui implique des récipients renforcés d'une armature métallique, alors que l'inventaire donne aux seaux une valeur de 7 deniers et demi la pièce. À Pampailly, la forme des inventaires ne permet pas de distinguer entre les basnes*, récipients contenant les produits solides, et les barraux ; cependant une estimation moyenne donne 4 sous 8 deniers, grandeur comparable au chiffre obtenu à Joux.

18 - L'exhaure d'après le Graduel de Saint-Dié, entre 1504 et 1514

18 - L'exhaure d'après le Graduel de Saint-Dié, entre 1504 et 1514

Médiathèque Victor Hugo - Saint-Dié-des-Vosges

  • 23 Le bannier, Jehan Crestin, chargé de faire bainnes et barraulx necessaires esdictes mynes était eng (...)
  • 24 Les chaînes équipant les puits sont évaluées, en décembre 1454, à 70 l. t., leurs longueurs ajoutée (...)
  • 25 À Estienne Clemence, la somme de 65 s. t. pour 70 journées qu'il a vacqué et besongné en ladicte mo (...)

7Le coût unitaire était mince, le nombre de récipients de chaque sorte est inconnu, car à Pampailly, seule une évaluation du total est donnée. Quelle que soit la répartition des basnes et des barraux, l'estimation de leur valeur totale n'atteint pas 5 livres dans les inventaires. Faible coût, mais ces objets étaient indispensables au fonctionnement de la mine ; d'ailleurs un ouvrier, un bannier, était chargé de leur fabrication et de leur entretien23. La valeur des treuils atteint un niveau plus élevé, mais elle demeure très supportable, de l'ordre de 20 livres, investissement qui sert non seulement à l'exhaure, mais aussi au transport des produits solides. Le prix des chaînes est difficile à déterminer, ce sont des produits chers, mais même en considérant que la moitié des puits servait à remonter l'eau, le coût de l'équipement pour l'exhaure n'excédait pas ce qui représente le salaire annuel de quelques manœuvres24. Reste à savoir le coût de la main-d'œuvre nécessaire pour épuiser l'eau au début de l'exploitation royale. L'estimation s'avère encore plus difficile que pour l'équipement ; si les comptes signalent que les manœuvres ont pu être employés à l'exhaure, jamais ils ne précisent la nature ou la durée de cet emploi. Cependant, si une demi-douzaine de treuils était consacrée à l'exhaure, que trois manœuvres servaient chacun de ces appareils, à raison de deux équipes par jour, il faudrait compter une dépense de l'ordre de trente-six fois le salaire moyen d'un manœuvre. Les manœuvres, nourris et logés, touchaient une part importante de leur salaire en nature. En ne tenant compte que de la somme qui leur était versée en sus, la valeur atteint déjà 216 livres, chiffre sans commune mesure avec les investissements en matériel (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 287). Quoi qu'il en soit, elle représentait, de loin, le premier poste de dépense de l'exhaure25.

8C'est donc par centaines de livres qu'il faut chiffrer le coût de l'exhaure dans la mine de Pampailly, sans être certain que les ouvriers aient pu toujours assurer l'épuisement des eaux. Dauvet, après avoir consulté des experts, estimait que l'exploitation gagnait 700 à 800 livres par an, chiffre peut-être exagéré, mais qui confirme un ordre de grandeur (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 274). On comprend mieux alors la recherche de la solution qui permettrait de limiter le coût d'exploitation en remplaçant l'essentiel du travail humain par l'écoulement par gravité, l'exhaure naturelle, comme l'avait déjà souhaité Hugues Jossard. Le roi lui-même tenait à la réussite d'une telle entreprise, puisqu'en 1456, l'Etat conserva à sa charge le creusement de la galerie du Vernay (Rendu 1983 b).

9Pour mener à bien les travaux dans la galerie du Vernay, de nombreux problèmes se posaient à Dauvet, d'abord de nature technique. Depuis l'abandon de l'exploitation au moment du procès de l'Argentier, la galerie s'était bouchée, probablement à la suite d'un effondrement du porche, et il fallut la rouvrir. D'autre part, les mineurs s'étaient, sous Jacques Cœur, heurtés à une roche qu'il était presque impossible de percer.

  • 26 Après avoir refusé la candidature de Vulgant tres subtil homme et bon noveleur mais encores bien je (...)

10La conduite de l'ouvrage présentait des difficultés, elle ne pouvait être confiée qu'à un expert. Dauvet, après avoir consulté les maîtres de montagne, décida le 7 mars 1455, de faire appel à un maître niveleur allemand de grand renom, Claus Smermant, qui avait autrefois travaillé à Pampailly26. Les avis divergeaient. Mermet de Fontaines voulait abandonner les travaux en cours pour ouvrir une autre galerie en aval, à 50 m de là, sous le martinet du Vernay. Hans Ysmant et Vulgant envisageaient d'entreprendre une galerie, à mi-chemin du porche et du front de taille, là où la dicte roche appert estre tendre. Claus Smermant affirma qu'on ne pouvait continuer dans la voie poursuivie à l'époque de Jacques Cœur, la roche étant trop dure, et qu'il fallait prendre a main senestre, à gauche. Dauvet décida de suivre son avis (Dauvet, Mollat éd. 1953 pp. 343-344).

11La galerie, déjà ouverte à partir de l'extérieur, fut reprise par deux équipes sous la direction de Claus Smermant ; la première, composée de français avançait sur l'axe du filon à partir de l'intérieur de la mine, alors que la seconde, formée d'allemands, pénétrait à partir de l'extérieur au Vernay. Les allemands, chargés d'une mission plus délicate, puisqu'ils devaient trouver leur chemin en travers-banc dans une roche difficile, recevaient un meilleur salaire par toise percée. Le travail effectué par les français coûtait cher, dans la mesure où il fallait remonter les stériles par une succession de puits. L'avancement de quelques centimètres par jour manifeste les difficultés rencontrées (fig. 19). Les conditions de creusement de la galerie méritent donc d'être étudiées avec soin.

19 - Avancement des mineurs, moyenne quotidienne

19 - Avancement des mineurs, moyenne quotidienne

En blanc les mineurs allemands, en gris les mineurs français

12Quelle que soit la nature de l'encaissant, la galerie est tracée dans des roches dures. Pour cette raison, sans doute, les mineurs ont suivi systématiquement une ligne de fracture. Un des guides les plus sûrs a été pour eux le chevauchement des roches basiques sur les roches acides. Plus généralement, ils ont pu suivre les plans de faille dans un décrochement qui est marqué en galerie par la présence de mylonite et de baryte.

13Dans les faciès de mylonite (roches broyées), si la trace des plans de faille se perd, les filonets de baryte sont aisés à suivre. Le matériau est très hétérogène et ne conserve pas les traces d'outils. Le toit s'arrondit, mais les formes ne sont pas nettes, la galerie présente un certain désordre aggravé par l'effondrement de blocs tombés des parois au cours des siècles. Selon toute vraisemblance, les mineurs ont utilisé, au temps de Hugues Jossard, le pic pour avancer dans une roche assez tendre.

14Lorsque, en roche dure, les plans de décrochement sont empruntés par le réseau complexe de baryte, ce minéral sert de fil conducteur au travail des mineurs (fig. 20). Dans la partie centrale de la galerie, un passage exceptionnellement rectiligne a été creusé en suivant un filonet de baryte au toit, à partir duquel les mineurs ont élargi leur galerie pour lui donner un profil ogival (fig. 21).

20 - Filonet de baryte (en blanc) servant de fil conducteur pour les mineurs

20 - Filonet de baryte (en blanc) servant de fil conducteur pour les mineurs

21- Galerie de section ogivale avec un filonet de baryte au toit

21- Galerie de section ogivale avec un filonet de baryte au toit

15Dans les secteurs où la marque du plan de décrochement est nette, les mineurs ont suivi le plan de fracturation pour appuyer leur tracé, donnant à la galerie une section dissymétrique caractéristique. Dans la partie terminale du Voyage du Vemay, avant de pénétrer dans le filon, la galerie rencontre un faciès d'ultra-mylonite, particulièrement dure. Dans ce secteur, où les plans de décrochement sont peu sensibles, les mineurs ont suivi la baryte abondante, mais la sinuosité et l'étroitesse de la galerie sont les signes des difficultés rencontrées.

16Ces différences d'ordre géologique ont donné à la galerie ses formes variées et son tracé sinueux (fig. 22, 23). Elle porte aussi la marque du niveau technique des mineurs qui ont mené ce travail. Au début de la galerie, quelques traces de pointerolle sont visibles ; il est possible que des coins ou des pics aient servi dans ce secteur très fracturé. Vient ensuite la zone des serpentinites, où les mineurs ont progressé sans doute à coups de pic. La roche est trop friable pour conserver les traces du travail, mais sa consistance convient très bien à ce type d'outil. À environ 90 m de l'entrée, le faciès change : dans des roches dures, d'abord basiques, la galerie s'arrondit (fig. 24). Elle a incontestablement été ouverte au feu, et non sans problèmes, à en croire un départ avorté sur la droite. À la dureté de la roche s'ajoute la difficulté de repérer la faille. Le travail au feu continue jusqu'au front de taille qui termine la galerie abandonnée. À cet endroit, les plans de fracture ont disparu, la baryte et la mylonite aussi. Il semble que les mineurs se soient acharnés à suivre des filonets de silice dans les laves acides.

22 - Carte géologique du site de Pampailly

22 - Carte géologique du site de Pampailly

1 : Rhyolites
2 : Métadiorites et albitophyres
3 : Kératophyres
4 : Basaltes
5 : Serpentinites
6 : Panneau de gneiss

23 - Tracé du Voyage du Vernay

23 - Tracé du Voyage du Vernay

24 - Galerie du Vernay creusée à l'époque de Jacques Cœur

24 - Galerie du Vernay creusée à l'époque de Jacques Cœur

Elle prend un aspect arrondi caractéristique de l'abattage au feu, son élargissement est dû aux tentatives malheureuses des mineurs pour suivre la faille

17Le terrain confirme les textes : à 105 m de l'entrée, la galerie se divise en deux branches. L'une continue tout droit et se heurte, 11 m plus loin, à un front de taille, là où la roche est si très dure. L'autre branche part perpendiculairement sur la gauche, a main senestre, comme le voulait Claus Smermant. De toute évidence, se trouve là le lieu de l'expertise d'avril 1455. En bon connaisseur de la géologie pratique, le maître allemand savait que la faille n'avait pu disparaître, mais qu'elle avait décroché. Seul un examen attentif de l'orientation des filonets de baryte a pu lui faire choisir une telle option. Aussi, ayant repéré une fracture sensiblement perpendiculaire à 11 m du front de taille, il prit la décision de la suivre pour retrouver la direction initiale, ce qu'il réussit pleinement. Son évaluation était la meilleure. La solution préconisée par deux autres maîtres mineurs allemands, Vulgant et Hans Ysmant, dévier la galerie sur la gauche plus près de l'entrée, aurait conduit au même résultat, comme le prouve le relevé géologique de la galerie, mais le travail aurait été beaucoup plus important : il aurait fallu creuser environ 50 m de plus.

  • 27 L'archéologie n'a découvert, à ce jour, qu'un très petit nombre de ces gouttières. En revanche, il (...)

18Percer la galerie ne suffisait pas, tout système d'exhaure, qu'il soit naturel, c'est-à-dire qu'il repose sur un écoulement par gravité, ou mécanique, nécessite des aménagements pour rassembler les eaux venues des galeries et des dépilages vers les lieux d'où son extraction sera aisée. Si, dans la galerie du Vernay, l'eau s'écoulait à même le sol, il fallut, en d'autres lieux de la mine, utiliser des gouttières en pin, creusées dans des troncs d'arbres. Ces eschenaux, comme les nomment les textes du XVe s., représentaient une part non négligeable des dépenses en bois lors de la remise en état de la mine (Comptes, 165). Selon toute vraisemblance, ces canalisations conduisaient l'eau vers les puisards ou les fonds de puits, d'où elle était treuillée dans des barraux, c'est-à-dire des seaux, et sortie soit par le Voyage de Cosne, soit par le Puits du Jour avant que la galerie du Vernay ne collecte les eaux. Même quand le Voyage eut été percé, des aménagements furent nécessaires. Dans la mesure du possible, les mineurs laissaient l'eau circuler dans les galeries, mais des transformations étaient indispensables pour franchir les puits et les dépilages27.

19Les besoins impératifs de l'exhaure ont conduit les exploitants de la mine à creuser une grande galerie inférieure en travers-banc. Ils en ont établi le tracé en fonction des nécessités de l'écoulement de l'eau, et des conditions imposées par la géologie. Mais la galerie d'exhaure, dès les premiers travaux, fut utilisée pour répondre à d'autres besoins. La régularité d'un tracé où la pente ne dépasse jamais 1 %, a permis, avec l'entrée en scène de Claus Smermant, d'équiper le Voyage du Vernay avec une voie de roulage qui, une fois terminé le temps des travaux, bouleversait les conditions d'évacuation du minerai et des stériles, évitant la coûteuse remontée par le Puits du Jour. Enfin, elle permettait un aérage facile, puisque le dénivelé entre le Puits du Jour et le porche du Vernay atteint 180 m. La réalisation d'un grand travers-banc transformait radicalement l'exploitation.

20Le percement de la galerie du Vernay avait nécessité l'installation d'une forge à l'entrée de la galerie. Tout laisse à penser que l'achèvement du Voyage fut à l'origine du développement nouveau du martinet du Vernay. Lorsque la mine reprit son activité au XVIIIe s., toutes les installations se concentrèrent au Vernay, là où était alors l'entrée principale de la mine. La question de l'exhaure a largement conditionné l'exploitation minière et a imposé une nouvelle organisation de l'espace et de la circulation souterraine. Pour remédier à la lenteur que l'outillage impliquait, et qui faisait de l'abattage le goulot d'étranglement du système, les mineurs de Pampailly, probablement dès l'intervention de Claus Smermant, et de manière de plus en plus systématique, ont utilisé l'abattage à deux hommes. Le premier, agenouillé, traçait le chemin, alors que quelques mètres derrière lui un autre mineur, debout, agrandissait la galerie à hauteur d'homme tout en rectifiant le nivellement (fig. 25). Jusqu'ici cette méthode passait pour être une innovation du XVIe s., les relevés de la galerie du Vernay prouvent que les mineurs allemands employés à son percement possédaient parfaitement cette technique (Benoit 1988 b).

25 - Profils dans le Voyage du Vernay

25 - Profils dans le Voyage du Vernay

Les profils de 1 à 7 vont de l'entrée de la galerie vers le filon. On remarque en 2 et 3 l'arrondi significatif de l'abattage au feu, les profils 4 et 5 s'appuient sur un miroir de faille à droite alors que sur le 6 (fig. 21) le filonet de baryte suivi est perceptible au sommet de l'ogive. L'abattage à deux hommes apparaît nettement sur les profils 8 et 9

21L'histoire du percement de la galerie du Vernay, possible grâce à une lecture croisée des textes et des données du terrain, en premier lieu celles de la géologie, montre d'abord la volonté royale, dans un pays pauvre en argent, de tirer tout le profit possible d'un gisement réputé très riche. Elle manifeste, par ailleurs, la compétence et le savoir, purement empiriques, mais fondés sur une remarquable observation du terrain, auxquels étaient parvenus les meilleurs spécialistes au milieu du XVe s. Ces spécialistes étaient allemands.

Abattage et transport

22Les difficultés rencontrées lors de l'avancement de la galerie du Vernay se retrouvaient au moment de l'abattage. Une cinquantaine de mineurs, munis chacun d'un marteau et de douze pointerolles (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 354), dépilaient la gangue quartzo-barytique dure qui contenait le minerai. Les outils et les gestes étaient semblables à ceux qui servaient à creuser les galeries (fig. 26). Le nombre des ouvriers est significatif de l'importance du travail.

26 - Un mineur avec une pointerolle d'après Heinrich Gross

26 - Un mineur avec une pointerolle d'après Heinrich Gross

La mine de Saint Nicolas (détail), (énsb-a)

23Des manœuvres munis de houes de petites dimensions, les fessouers des inventaires (fig. 27), récupéraient les produits abattus, les chargeaient dans des récipients en bois ou en vannerie, les basnes (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 263), et les portaient vers la base des treuils ou directement vers la voie de roulage. Les treuils étaient les mêmes que ceux qui servaient à l'exhaure. Ce transport vertical était onéreux, car il exigeait une main-d'œuvre nombreuse : il fallait remplir les seaux, hisser une charge forcément limitée, enfin la vider dans les chariots. Ramassage des produits et transport vertical se présentaient, à Pampailly, sous des formes qui étaient celles du Moyen Âge.

27 - Houe de mineur du XVe siècle

27 - Houe de mineur du XVe siècle

Endommagée, elle a été retrouvée dans la fouille de la forge

24Un chariot de bois, ici le charret, renforcé de fer, le chien de mine* des textes postérieurs, roulait sur des planches de bois calées sur le sol (fig. 28, 29). Il ne s'agissait pas à proprement parler de rails, puisque la roue ne possédait pas une forme qui maintenait le véhicule sur la voie. Par contre, Pampailly a connu le roulage de petits chariots, les charretz des inventaires et des comptes, roulant sur des voies formées de planches de bois ou ais (Benoit 1988 a). Le développement horizontal des galeries favorisait l'installation de telles structures. À Pampailly, l'inventaire dressé au moment de la saisie des biens de Jacques Cœur signalait des charretz, dès 1454 (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 263 et 301, Comptes, 1103). En 1456, le maître mineur allemand Hans Ysmant reçoit 30 sous tournois pour avoir construit un charret (Comptes 1493). Peuton assimiler les charretz aux chiens de mine et les ais aux limandes* ? En d'autres termes, la mine de Pampailly a-t-elle utilisé les techniques de roulage en usage dans toutes les mines de l'Europe moderne, roulage qui passait pour être une innovation datant du XVIe s. ?

28 - Voyage du Vernay

28 - Voyage du Vernay

Voie de roulage formée de deux planches ou limandes, la voie photographiée date du XVIIIe s., mais la voie du XVe s. possédait des caractéristiques très semblables

29 - Gravure représentant un chien de mine (F : clou de guidage)

29 - Gravure représentant un chien de mine (F : clou de guidage)

De re metallica d'Agricola. Bibliothèque de l'École des Mines de Paris

25La fouille d'une des entrées de la mine, le porche du Vernay, a révélé, sous une voie de roulage datée de la seconde moitié du XVIIIe s., les fragments d'une voie antérieure et des boisages qui la protégeaient (fig. 30). Ils ont été datés par dendrochronologie et proviennent d'arbres coupés dans les années 1460 et 1470, preuve qu'il existait à Pampailly un système de roulage tout à fait semblable à ceux des mines germaniques de la Renaissance (Benoit 1988a). La voie retrouvée à Pampailly est, pour l'instant, la plus ancienne jamais découverte au cours de fouilles, et tout laisse à penser qu'elle n'est autre que la voie mise en place à partir de 1455 par Claus Smermant lors de la reprise des travaux dans la galerie du Vernay.

30 - Porche du Vernay

30 - Porche du Vernay

Suite à un effondrement du porche au cours de l'hiver 1983-1984, le dégagement de la fouille à mis au jour la présence des vestiges d'une voie de roulage du XVe s., en bas à gauche, sous le niveau de la voie du XVIIIe siècle

  • 28 Depuis la publication sur le roulage (Benoit 1998a), qui notait déjà dans l'iconographie le présenc (...)

26Une étape importante dans l'histoire du transport dans les mines a été franchie28. En effet, les différences entre les voies de roulage du XVe s. et celles des siècles suivants sont minimes. Comparée à la voie du XVIIIe s. mise au jour au Vernay, celle du XVe ne comporte aucun élément métallique, aucun clou en particulier, les limandes étant reliées aux traverses par des chevilles. Ces limandes sont plus épaisses, mais surtout les charpentiers ont apporté beaucoup plus de soin à leur travail. Cependant, la voie est construite selon les mêmes principes, la technique du roulage n'a pas fondamentalement évolué à Pampailly de la fin du Moyen Âge à la veille de la Révolution française.

  • 29 En 1456, deux contrats à priffait sont passés avec des ouvriers pour le percement du Voyage, mais l (...)
  • 30 Des voies de roulage étaient encore en usage dans les mines de sel de Bex (Canton de Vaud) au début (...)

27En prenant pour base de calcul un avancement quotidien de 20 cm, fruit du travail de deux équipes dans une galerie de 2 m de haut pour 60 cm de large, les mineurs abattront, par poste de travail 0,12 m3, beaucoup moins que la capacité du chien. Lors du creusement de la galerie du Vernay, la sortie des stériles provenant de l'avancement dans l'axe du filon, stériles qu'il fallait remonter par deux puits, représentait une somme importante, à peu près le quart de la dépense globale du creusement29. En revanche, hormis la mise en place d'une voie de roulage, rien n'apparaît dans les comptes pour l'évacuation des déblais de la galerie tracée en travers-banc. Tout concorde pour faire du roulage une technique efficace et économique de transport, raison essentielle d'un succès durable : le roulage sur voie de bois a duré dans certaines régions jusqu'au début du XXe s.30.

28L'importance de cette innovation est considérable. Désormais le transport du minerai n'était plus le goulet d'étranglement du système de production, il n'est plus nécessaire de consacrer à la sortie des matériaux solides une main-d'œuvre coûteuse. À Pampailly, pour une cinquantaine d'ouvriers de « martel », c'est-à-dire d'ouvriers à l'abattage, deux manœuvres, ceux qui seront appelés plus tard les coureurs de chien, suffisaient à cette tâche (Rendu 1983 a). La mise en place de la voie n'était pas particulièrement onéreuse et la valeur du chien de mine ne dépassait pas quelques journées de travail. Tous ces avantages expliquent le succès considérable de l'innovation.

29La découverte d'éléments d'une voie de roulage, qui peut être considérée comme la plus anciennement reconnue avec certitude, confirme la place tenue par Pampailly dans l'histoire du développement de cette technique. Il est évident que l'innovation n'est pas originaire des Monts du Lyonnais, c'est à un maître mineur allemand que l'administration de la mine confia le soin de fabriquer les chariots, c'est un autre allemand qui a tracé la galerie du Vernay conçue, sans doute à la différence de la galerie de Cosne, pour le roulage. Par-là, Pampailly confirme son rôle d'entreprise de pointe, cherchant à intégrer les techniques nouvelles mises au point, en particulier, dans le monde germanique.

L'éclairage

30Les mineurs de Pampailly s'éclairaient à la chandelle (fig. 31). L'entreprise achetait le suif nécessaire à la confection des luminaires en très grandes quantités : 159 quintaux 15 livres, soit 7 795 kg en 1455. La valeur du suif représentait une part importante des dépenses de fonctionnement de la mine puisqu'elle atteignait presque 475 livres tournois (Comptes, p. 72). Les bêtes abattues sur place pour la nourriture des mineurs fournissaient une faible part du suif (Comptes, 79), l'essentiel provenait d'achats au sujet desquels les comptes ne fournissent qu'exceptionnellement le détail. Sont cités une fois Lyon, une autre fois un habitant de Feurs (Comptes, 630 et 1068). Aux dépenses de suif s'ajoutaient l'étoupe à faire les mèches, 16 livres tournois, et le salaire de l'ouvrier qui faisait les chandelles.

31 - Distribution du suif aux mineurs, devant la maison, d’après le manuscrit du peintre alsacien Heinrich Gross

31 - Distribution du suif aux mineurs, devant la maison, d’après le manuscrit du peintre alsacien Heinrich Gross

Ici les mineurs sont équipés de lampes à suif alors qu'à Pampailly ils utilisaient des chandelles.

La mine de Saint Nicolas, pl. 18-19, (énsb-a)

  • 31 En la loge joignant où habite celluy qui distribue les chandelles (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 269). (...)
  • 32 Item, deux grans arches et une petite à tenir les chandelles, 12 s. 6 d. tournois. Item un moule de (...)

31À proximité du porche du Cosne, dans le bâtiment situé à l'entrée du Voyage, un homme, probablement un mineur âgé, leur distribuait les chandelles conservées dans un coffre31. Le suif était transformé sur place en chandelles, comme l'indiquent les inventaires de la mine. La graisse de mouton était stockée dans sept basnes, coupée avec un couteau spécialement prévu pour cette tâche, elle était fondue dans des chaudrons avant d'être mise en forme dans un moule de bois. Il fallait deux petites tables pour mener à bien ce travail dont le produit était rangé dans des coffres ou arches32. L'ensemble du mobilier nécessaire à la confection des chandelles, conservé dans la plomberie de Cosne, était estimé par les deux inventaires de 1454 et 1455 à la valeur de 52 sous 6 deniers, auxquels il faut ajouter le prix du coffre et des banostz à tenir chandelles de la loge du distributeur, ce qui monte le total à 2 livres 17 sous 11 deniers, somme tout à fait modique en comparaison avec la dépense annuelle en suif ou même le salaire du « fabricant de chandelles », 12 livres 19 sous (Comptes, 630 et 1068). Si les dépenses d'éclairage représentent un coût important pour la mine, le fait tient essentiellement au prix du suif.

32L'éclairage à la chandelle, tout autant que la respiration des mineurs, exigeait un apport en oxygène suffisant, un aérage* de la mine.

L'aérage

  • 33 Il est probable que le conduit supérieur du porche ait été creusé dès l'origine. À une époque qui r (...)

33Le troisième contrat passé avec les ouvriers travaillant au percement de la galerie du Vernay prévoyait que on doit leur faire conduire le vent dedens ladicte montaigne et jusques au lieu où ilz besongneront (Comptes, 1653). En effet, si l'évacuation de l'eau posait un problème vital pour l'exploitation de la mine, les besoins en air apparaissaient aussi importants, que ce soit pour l'extraction du minerai dans les quartiers profonds ou pour le percement de la galerie du Vernay (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 274). La question de l'approvisionnement en air a dû se poser très tôt, bien avant la date où les archives en parlent, en particulier lorsqu'il a fallu abattre au feu. Les textes ne fournissent aucune donnée quant aux solutions trouvées ; cependant, l'ouverture du Voyage, à environ 170 m sous la bouche du Puits du Jour, a créé un courant d'air que les mineurs ont pu diriger dans les différentes galeries par un système de portes, comme des exemples du XVIe s. le montrent (Grandemange 1991). Mais rien ne permet d'avancer des hypothèses quant à l'emplacement ou la nature de ces fermetures. En revanche, de nombreux indices permettent de comprendre le système d'aérage utilisé pour donner de l'air aux mineurs qui perçaient la galerie du Vernay. Tant que la galerie n'avait pas atteint un réseau communiquant avec le jour, créant ainsi un courant d'air qu'il fallait mener jusqu'au front de taille, il fallait conduire l'air aux chantiers. Seuls les vestiges archéologiques permettent de restituer l'équipement employé. La petite galerie en pente, qui s'ouvre au-dessus de la galerie principale et la rejoint dans le porche du Vernay, est un conduit d'aérage en grande partie détruit par l'érosion violente qui s'exerce à la surface (fig. 32)33. La différence d'altitude avec l'entrée de la mine créait une circulation de l'air que les mineurs conduisaient jusqu'à proximité du front de taille de la galerie, dans un faux-plafond de planches jointes à l'argile afin de le rendre étanche. L'invasion des eaux a, par deux fois, noyé la galerie et fait disparaître les traces d'argile qui pouvaient subsister sur les parois. Cependant, des encoches, ou cupules, régulièrement creusées sur ces parois, doivent être considérées, pour la plupart d'entre elles, comme les emplacements des extrémités des pièces de bois portant le faux-plafond. Leurs altitudes, situées entre 1,20 m et 1,40 m, suffisent à laisser passer un homme courbé et un chien de mine. Certes, les conditions de circulation devaient être particulièrement désagréables, mais ailleurs elles ont parfois été pires (Ancel 1992b). Un tel système d'aérage n'était indispensable que le temps du creusement du travers-banc, pendant lequel chaque équipe ne faisait qu'un aller et retour quotidien. Là encore, la galerie du Vernay semble avoir utilisé une des techniques fondamentales qui servirent à aérer toutes les grandes mines de l'époque moderne (Grandemange 1992, pp. 407-420).

32 - Porche du Vernay

32 - Porche du Vernay

Malgré plusieurs effondrements, la galerie supérieure destinée à l'aérage, était encore partiellement conservée au moment de la découverte du site. L'ouverture inférieure servait à la circulation des hommes et au roulage

L'organisation de l'espace

34Tant la description de Dauvet que les enseignements de l'archéologie et de la géologie permettent de se représenter de manière assez sûre l'organisation interne de la mine de Pampailly. Une grande galerie creusée sur l'axe du filon, le Voyage de Cosne, donnait accès par des puits, assez régulièrement espacés, à des travaux étagés sur le même filon (fig. 17). La disposition changeait sous le Puits du Jour où la mine, particulièrement riche, s'enfonçait plus encore, mais toujours l'organisation en puits et en galeries grossièrement perpendiculaires, persistait. Ainsi quadrillé, l'espace souterrain pouvait être organisé en fonction des besoins de l'exhaure, de l'aérage, mais aussi de la circulation des hommes et des produits. L'organisation de l'espace servait aussi à l'exploration systématique du filon, et était le point de départ des dépilages des zones minéralisées. Le jeu des puits et des galeries permettait d'exploiter les gisements profonds. Au moment où Dauvet écrivait sa description de Pampailly, les mineurs extrayaient du minerai de quartiers situés sous le Puits du Jour à plus de 220 m et, un peu plus à l'ouest, dans le secteur des puits des Bonnes, à 160 m sous le même repère, profondeurs remarquables pour le XVe s.

  • 34 Dauvet affirme dans la description de la mine :...le Puis du Jour...par lequel l'en tire à present (...)

35Ces quartiers d'extraction se trouvaient nettement en-dessous de l'accès au jour, et les coûts d'exploitation se ressentaient très fortement d'une telle situation : au prix de l'exhaure s'ajoutait celui des transports ; enfin l'aérage était difficile. La solution à ces problèmes passait par la réalisation d'un travers-banc d'exhaure, situé au niveau le plus bas possible, qui devenait une pièce maîtresse du nouveau système d'exploitation. Quadrillage de l'espace, travers-banc inférieur, Pampailly présente, dans la seconde moitié du XVe s., les traits essentiels d'une organisation de l'espace qui sera celle des mines de la Renaissance (fig. 33 et 17). Cependant, la mine porte aussi les traces de son passé. La sortie par le Puits du Jour34 des produits solides montre bien les difficultés à circuler dans le Voyage de Cosne, probablement plus proche de certaines galeries de Brandes-en-Oisans ou des Cévennes, que des grands travers-bancs germaniques du XVIe s., auxquels se rattache le Voyage du Vernay (Bailly-Maître et Dupraz 1994).

33 - La coupe restituée de la mine de Pampailly (fig. 17), au milieu du XVe s., montre un quadrillage de l'espace souterrain très comparable à celui que représente Heinrich Gross

33 - La coupe restituée de la mine de Pampailly (fig. 17), au milieu du XVe s., montre un quadrillage de l'espace souterrain très comparable à celui que représente Heinrich Gross

La mine de Saint Nicolas, pl. 26-27, (énsb-a)

36Un nouveau système d'exploitation s'est mis en place où chacune des techniques ne prenait toute sa valeur que dans ses rapports avec les autres. Le roulage ne peut s'expliquer sans le développement horizontal de l'exploitation, qui permet lui-même de pénétrer plus profondément dans la montagne, exigeant des solutions aux problèmes d'exhaure et d'aérage. Ce système a ses points forts, le transport horizontal et l'organisation de l'espace, ses faiblesses, en premier lieu l'abattage.

37Ainsi, au XVe s., Pampailly s'est doté de techniques qui apparaissent comme des techniques de pointe caractéristiques des exploitations de l'Epoque moderne. Abattage à deux hommes, faux-plafond d'aérage, roulage sur voies de bois, présence d'un grand travers-banc, autant d'éléments essentiels du système technique minier de la Renaissance. Peut-on déceler dans la métallurgie la même modernité ? La réponse est difficile, car seule l'histoire de la métallurgie différenciée du fer bénéficie à Pampailly de sources comparables à celles qui éclairent l'histoire de la mine. La métallurgie du plomb argentifère, raison d'être de l'exploitation, est beaucoup moins bien connue.

Notes

19 La mine avait alors été confiée à des commis, le travail de l'équipe de Jehan de Tournille consistait uniquement à évacuer eau et produits solides (Comptes, 476).

20 Ce texte est très connu, il a fait l'objet d'une étude de la part de Siméon Luce (Luce 1877), et d'Anne-Thérèse Rendu (Rendu 1983 a), il a été édité et commenté par Alain Bourgoin (Bourgoin 1989 b et c).

21 La date de 1472 est celle de l'abattage d'un arbre du boisage qui protégeait l'entrée du Vernay, la date de 1525 est donnée par les comptes du dixième (Valous 1865).

22 Le travail du charpentier de mine est très spécifique, il ne se confond pas avec celui des autres charpentiers, lorsqu'il s'agit de faire ou réparer une roue de moulin ce sont des ouvriers du voisinage qui font le travail, non les charpentiers de la mine (Comptes, pp. 78-80).

23 Le bannier, Jehan Crestin, chargé de faire bainnes et barraulx necessaires esdictes mynes était engagé à 13 l. t. par an, soit un salaire supérieur à celui de bien des manœuvres, mais très inférieur à celui des ouvriers de martel (Comptes, 401).

24 Les chaînes équipant les puits sont évaluées, en décembre 1454, à 70 l. t., leurs longueurs ajoutées atteignent 413 toises pour un poids de 24 quintaux. La même estimation est faite en mars 1455, mais les chaînes sont dites vielles et usées, (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 263 et 301). Jehan de Lorraine livre 910 livres de chaînes pour 45 1. 10s., (Comptes, 160).

25 À Estienne Clemence, la somme de 65 s. t. pour 70 journées qu'il a vacqué et besongné en ladicte montaigne, à tirer terre, myne et eau [...], (Comptes, 435). Les manœuvres sont payés en fonction des journées effectuées ou encore des piardes, c'est-à-dire des postes, il existait des piardes renforcées qui pouvaient être soit des piardes de manœuvres, soit des piardes de plonjons (Comptes, 430). Pour A.-Th. Rendu, ces piardes de plonjon pourraient être des postes de remontée de l'eau (Rendu 1983a).

26 Après avoir refusé la candidature de Vulgant tres subtil homme et bon noveleur mais encores bien jeune et peut n'estoit pas assez expert pour bien et seurement nyveller et conduire ledit ouvrage, Dauvet décida, après avis des spécialistes que on devoit envoyer quérir ung nommé maistre Claus Simermant, Aimant, qui est bon maistre et expert, et qui a autresfoiz besongné ès autres voyages et puiz de ladite montaigne [...] lequel maistre claux demeure emprès de Basle [...], Vulgant et lui devaient travailler ensemble (Dauvet, Mollat éd. 1953 pp. 316-317).

27 L'archéologie n'a découvert, à ce jour, qu'un très petit nombre de ces gouttières. En revanche, il existe des exemples de gouttières creusées dans la roche pour éviter que l'eau ne tombe dans les puits.

28 Depuis la publication sur le roulage (Benoit 1998a), qui notait déjà dans l'iconographie le présence de récipients traînés sur voies de bois, Marie-Christine Bailly- Maître a découvert à Brandes-en-Oisans une galerie aménagée avec un chemin boisé pour le transport sur des sortes de traîneaux des matériaux extraits de la mine (Bailly-Maître et Dupraz 1994, pp. 70-73).

29 En 1456, deux contrats à priffait sont passés avec des ouvriers pour le percement du Voyage, mais le coût de la remontée des produits, l'entretien des outils, et dans un cas la fourniture de chandelles, sont à la charge du roi. Lors de la réalisation du premier contrat, percement de 9 toises de galerie, le salaire des ouvriers représente 67 % du coût total et les frais de treuillage 24 %, dans le second contrat les chiffres sont de 68,5 % et de 25,7 % (Comptes, 1481-1490).

30 Des voies de roulage étaient encore en usage dans les mines de sel de Bex (Canton de Vaud) au début du XXe s.

31 En la loge joignant où habite celluy qui distribue les chandelles (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 269). La même organisation est visible sur le manuscrit d'Heinrich Gross. Le suif, car les mineurs de la Croix-aux-Mines s'éclairaient avec des lampes à suif et non avec des chandelles, stocké dans un coffre était distribué aux mineurs devant la petite maison située juste à l'entrée de la mine (fig. 31) (Brugerolles et alii 1992).

32 Item, deux grans arches et une petite à tenir les chandelles, 12 s. 6 d. tournois. Item un moule de bois pour faire chandelle, 7 s. 6 d. Item, 7 basnes tant grandes que petites, pour tenir suif, 15 s. Item, un grant couteau à coupper le suif 15 d. Item, deux tables sur quoy se font les chandelles, 2 s. 6 d. tournois (Dauvet. Mollat éd. 1953 p. 268 et pp. 305-306).

33 Il est probable que le conduit supérieur du porche ait été creusé dès l'origine. À une époque qui reste à déterminer, ce conduit fut remplacé par le puits qui se trouve à 50 m de l'entrée de la mine. Il ne peut, vu sa situation, avoir d'autre rôle que celui de créer un écart de pression permettant d'amener l'air loin dans la galerie.

34 Dauvet affirme dans la description de la mine :...le Puis du Jour...par lequel l'en tire à present la mine et la terre desdictes montaignes (Dauvet, Mollat éd. 1953 p. 273). Il avait été auparavant prévu d'installer une machine d'extraction sur le puits, mais elle ne fut jamais réalisée (Id. p. 272).

Table des illustrations

Titre 18 - L'exhaure d'après le Graduel de Saint-Dié, entre 1504 et 1514
Crédits Médiathèque Victor Hugo - Saint-Dié-des-Vosges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 19 - Avancement des mineurs, moyenne quotidienne
Légende En blanc les mineurs allemands, en gris les mineurs français
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 20 - Filonet de baryte (en blanc) servant de fil conducteur pour les mineurs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 21- Galerie de section ogivale avec un filonet de baryte au toit
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 22 - Carte géologique du site de Pampailly
Légende 1 : Rhyolites2 : Métadiorites et albitophyres3 : Kératophyres4 : Basaltes5 : Serpentinites6 : Panneau de gneiss
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 23 - Tracé du Voyage du Vernay
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 24 - Galerie du Vernay creusée à l'époque de Jacques Cœur
Légende Elle prend un aspect arrondi caractéristique de l'abattage au feu, son élargissement est dû aux tentatives malheureuses des mineurs pour suivre la faille
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre 25 - Profils dans le Voyage du Vernay
Légende Les profils de 1 à 7 vont de l'entrée de la galerie vers le filon. On remarque en 2 et 3 l'arrondi significatif de l'abattage au feu, les profils 4 et 5 s'appuient sur un miroir de faille à droite alors que sur le 6 (fig. 21) le filonet de baryte suivi est perceptible au sommet de l'ogive. L'abattage à deux hommes apparaît nettement sur les profils 8 et 9
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 26 - Un mineur avec une pointerolle d'après Heinrich Gross
Crédits La mine de Saint Nicolas (détail), (énsb-a)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 27 - Houe de mineur du XVe siècle
Légende Endommagée, elle a été retrouvée dans la fouille de la forge
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 28 - Voyage du Vernay
Légende Voie de roulage formée de deux planches ou limandes, la voie photographiée date du XVIIIe s., mais la voie du XVe s. possédait des caractéristiques très semblables
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre 29 - Gravure représentant un chien de mine (F : clou de guidage)
Crédits De re metallica d'Agricola. Bibliothèque de l'École des Mines de Paris
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 30 - Porche du Vernay
Légende Suite à un effondrement du porche au cours de l'hiver 1983-1984, le dégagement de la fouille à mis au jour la présence des vestiges d'une voie de roulage du XVe s., en bas à gauche, sous le niveau de la voie du XVIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 31 - Distribution du suif aux mineurs, devant la maison, d’après le manuscrit du peintre alsacien Heinrich Gross
Légende Ici les mineurs sont équipés de lampes à suif alors qu'à Pampailly ils utilisaient des chandelles.
Crédits La mine de Saint Nicolas, pl. 18-19, (énsb-a)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre 32 - Porche du Vernay
Légende Malgré plusieurs effondrements, la galerie supérieure destinée à l'aérage, était encore partiellement conservée au moment de la découverte du site. L'ouverture inférieure servait à la circulation des hommes et au roulage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre 33 - La coupe restituée de la mine de Pampailly (fig. 17), au milieu du XVe s., montre un quadrillage de l'espace souterrain très comparable à celui que représente Heinrich Gross
Crédits La mine de Saint Nicolas, pl. 26-27, (énsb-a)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1804/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 792k

© Alpara, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access