Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'échafaudage dans le chantier médiéval

 | 
Anne Baud
, 
Philippe Bernardi
, 
Andréas Hartmann-Virnich
, 
et al.

Glossaire

Texte intégral

1N.B. : les termes indiqués en italique gras ne figurent pas dans les dictionnaires courants.

2abouter : mettre bout à bout.

3aboutement (assemblage, enture,) : réunion de deux pièces verticales de charpente, "de deux perches par le bout" (Ginouvés 1985, p. 117 et Chabat 1875, p. 8) réalisé au moyen de deux ligatures.

4aisselier (lien) : "pièce de bois droite ou courbe travaillant dans un plan vertical, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale ou oblique. (Inventaire Général 1972, col. 78). Il sert "à fortifier l'assemblage des deux pièces de charpente et à en empêcher l'écartement" (Chabat 1875, p. 24). (fig. 97A).

5bastaing ou basting : ce mot venant de bâtir apparaît vers 1877 (Petit Robert). Pièce de bois de section rectangulaire (0,065/0,165 ou 0,18 - 0,6/0,12 m) utilisée pour les étalements ou les coffrages. Le bastaing est plus petit que le madrier (Fonquernie 1989, p. 159).

6battage : action d'enfoncer dans le sol par percussion (Fonquernie 1989, p. 159).

7bouchon : pièce qui sert à boucher. Ici, éléments (pierre, céramique, maçonnerie...) destinés à fermer les trous de boulin ou tout autre petit espace entre les pierres de taille.

8boulin : (fig. 2).

9brêlage : voir épissure.

10buttonnage : pontage entre deux éléments par des étrésillons, formant un triangle indéformable.

11calepinage, calepin : "dessin représentant le travail à exécuter en pierre de taille et sur lequel les dimensions de chaque pierre sont indiquées :
calepin d'appareil : dessin qui reproduit, à une échelle déterminée la partie à construire,
calepin de pose : double du calepin d'appareil sur lequel sont reproduites toutes les marques permettant la pose des pierres taillées" (Noël 1968).

12capeler : entourer quelque chose d'une boucle de cordage ou « cape ». (Mendoza 1992, p. 10).

13chandelle : petit bloc posé sur chant dont la minceur tranche par rapport aux modules habituels, employé pour compléter une assise. Etalement vertical destiné à soutenir des pièces soumises à la flexion (charpente).

14charpente : "ouvrage formé de pièces de bois assemblées" (Inventaire Général 1972, col. 68).

15chevron : proviendrait d'un terme du latin populaire caprio, capra (pièce de bois équarrie) et pourrait dater du XIIe s. (Petit Robert). Cette pièce de bois (chêne) débité est de section carrée (0,08/0.08 m) (Chabat 1875, p. 290).

16contreventement : (fig. 2).

17demi-clé : "boucle effectuée par le bout autour du dormant comme pour un demi-noeud, mais à cette différence que dans la demiclé, le bout est ramené parallèlement au dormant et dans la même direction. C'est aussi le nom d'un amarrage, couramment utilisé pour tourner un cordage sur un taquet" (Mendoza 1992, p. 11).

18échafaudement : "le terme est couramment employé, à l'heure actuelle, sur les chantiers de restauration pour désigner les travaux en cours du montage d'un échafaudage. C'est pourquoi il a semblé utile de l'emprunter pour le vocabulaire de la recherche : en effet, le substantif "échafaudage", tiré au début du XVIe s. (Dictionnaire Robert, 1978, vol.2, p. 345) du substantif "échafaud" - résultat de l'action d'échafauder - pour désigner l'action elle-même, a fini, suite à un glissement sémantique typique, par se spécialiser dans la désignation de l'objet lui-même. L'emploi du doublet "échafaudement" a le mérite de clarifier les textes" (Reveyron 1995).

19échafaudage (échafaud) : "ouvrage provisoire en charpente, fixe ou mobile, établi pour permettre d'élever des maçonneries" (Viollet-Le-Duc vol. 6, p. 103) et destiné à porter les ouvriers et les matériaux pour la construction ou la réparation des bâtiments" (Chabat 1875. p. 447 et Inventaire Général 1972, col 70). "L'échafaudage comprend normalement un assemblage de pièces verticales, longitudinales, transversales, éventuellement obliques, supportant un plancher" (Ginouvés 1985, p. 116).

20échafaudage de pied : l'assemblage dressé parallèlement au parement repose sur le sol.
échafaudage de pied à deux rangées de perches (fig. 2).
échafaudage de pied à un rang de perches de type encastré (fig. 2).
échafaudage encastré en bascule
(en encorbellement, en éventail, en porte-à-faux, volant) : il ne prend pas appui sur le sol par l'utilisation de perches. Deux boulins, parfois maintenus par un système d'équerres (cf : potelet, aisselier), sont fichés dans les parements et soutiennent une ou deux planches de platelage sur une sablière.
échafaudage de type mixte : système combinant l'échafaudage de pied et l'échafaudage en bascule.

21écharpe : "pièce secondaire oblique assemblée sur deux ou plusieurs pièces parallèles pour les réunir" (Inventaire Général 1972, IV, 143, col. 77).

22entraxe : distance séparant, sur une même ligne, l'axe d'un boulin de celui du boulin suivant.

23enture : fente où l'on place une ente, une greffe. En charpenterie, il s'agit d'un assemblage bout à bout de deux pièces, de la "jonction par entailles de deux pièces de bois mises bout à bout" (Chabat 1875, p. 506).

24épissure (brêlage) : système de jonction (aboutement) de deux cordages bout à bout de façon permanente (Mendoza 1992, p. 13) par l'entrelacement de leurs torons (Chabat 1875, p. 509). Elle sert aussi à consolider des cordages endommagés.

25équerres : ces confortements charpentés remplacent les perches ; ils sont directement liés aux boulins ancrés dans le mur. Viollet-le-Duc en a donné des représentations trop sophistiquées et conformes à son rationalisme dont il convient de se méfier (fig. 97C).

26étai (chandelle, chevalement, couchis, contrefiche,...) : grosse pièce de bois pour appuyer, pour soutenir. Il s'agit ici d'une "pièce de charpente disposée en oblique entre une perche et le sol, pour empêcher l'échafaudage de déverser vers l'extérieur" (Ginouvés 1985, p. 117 et Viollet-Le-Duc, vol. 4, p. 283). Il reprend des charges qui lui sont apportées, en jouant un rôle de stabilisateur par contrebutement.

27étrésillon : (fig. 2).

28fermette : "petite ferme, ou partie supérieure d'une ferme à jambes-de-force" (Inventaire Général 1972, col. 68).

29fourreau : gaîne ou voie artificielle maçonnée et aménagée horizontalement dans le blocage du mur dans lequel le boulin est glissé. Sa dimension est supérieure à la section du boulin afin de pouvoir introduire, puis retirer celui-ci en vue de son remploi éventuel.

30flèche : "la flèche d'une poutre est l'écart maximal qui apparaît entre sa position horizontale au repos et la position qu'elle prend en fléchissant sous une charge" (Fonquernie 1989, p. 161).

31filière : pièce horizontale qui liaisonne les embases entre-elles pour constituer la base de l'échafaudage.

32gaston : (fig. 2).

33grume : (fig. 2).

34hauban : gros et long filin qui s'attache à une pièce (perche) pour la fixer au sol.

35libage : puissante structure maçonnée, faisant office de fondation aux grandes arcades, qui transforme les forces verticales en forces horizontales et comprime les sols en surface afin d'éviter tout mouvement de remontée lors de la pose des piles.

36lien : "petite pièce droite ou courbe placée obliquement dans l'angle de deux autres pièces (potelet, boulin) pour affermir cet angle par triangulation" (Inventaire Général 1972, col. 77). "Il maintient le boulin à son extrémité extérieure" (Ginouvés 1985, p.118). Les plus courants sont doubles et disposés en croix de Saint-André.

37ligature : (fig. 2).

38limousinage : "maçonnerie de moellons hourdés au plâtre et au mortier et dressée au cordeau avec parements bruts. Les ouvriers (originaires du Limousin) employés à cette sorte d'ouvrage sont appelés limousins" (Chabat 1875, p. 789). "A Paris,... nos Limousins déploient une habileté singulière dans la combinaison de ces légers échafaudages composés de brins de bois qui n'ont guère que 0,10 m de diamètre en moyenne" (Viollet-le-Duc, t. 5, p. 106).

39limousin : par extension, ce terme de la région parisienne, désigne de "petits cordages qui servent à fixer ensemble les perches aboutées (Chabat 1875, p. 231). Il est appelé chablot dans le Nord. Il est terminé par une surliure pour empêcher les cordages de s'effilocher, ou un oeil épissé qui forme une boucle fermée permanente.

40madrier : du latin populaire materium, ou du latin classique materia (bois de construction) remonte au XVIe s. (Petit Robert). Pièce de bois de sapin longue de 3,67 m à 3,90 m, large de 0,33 m. épaisse de 0,054 à 0,061 m (Chabat 1875, p. 808).

41moise (lisse, longeron, longrine, tendière, traverse,..) : (fig. 2).

42moment fléchissant : "en mécanique, le moment fléchissant d'un couple de forces est le produit de l'intensité commune des deux forces, multipliée par la distance qui les sépare. Une poutre, sur deux appuis, soumise à une charge, subit un moment fléchissant" (Fonquernie 1989, p. 163).

43perche (baliveau, écoperche, échasse, montant, pointier, poteau) : (fig. 2).

44plan incliné : "plancher disposé obliquement, et comportant normalement des barres transversales clouées sur son plan supérieur, pour éviter les glissades" (Ginouvés 1985. p. 118).

45platelage (plat-bord, plateau, plancher) : (fig. 2).

46potelet (échasse, jambette...) : pièce de bois verticale, appuyée contre le mur, "reliant la partie arrière du boulin tout contre la paroi de la construction, avec la partie inférieure du lien, et formant ainsi avec eux un triangle rigide "soutenant le platelage d'un échafaudage en bascule, en reportant contre la paroi le poids de celui-ci" (Ginouvés 1985, p. 118) (fig. 97B).

47raguage : usure d'un cordage sous l'effet du frottement (Mendoza 1992, p. 11).

48rousture : amarrage servant à assembler plusieurs pièces de bois (Mendoza 1992. p. 11).

49sapine : élément d'échafaudage ne servant uniquement qu'au montage des matériaux. Elle est généralement munie d'un engin de levage.

50socle (embase, sole...) : partie plate posée sur le sol sur laquelle reposent les éléments verticaux.

51sonnette : mouton (masse inerte que l'on laisse tomber) monté sur une chèvre, servant à enfoncer des pieux ou des pilotis.

52spire : tour de cordage autour des bois lors de la confection de ligature.

53spiter : néologisme formé sur SPIT (marque déposée), couramment employé sur les chantiers pour désigner un assemblage à cheville expansive perdue dans un trou percé au pistolet ou à la perceuse.

54stéréotomie : « elle ne concerne que les formes (pierre ou bois) obtenues par une application de la géométrie descriptive et non par la géométrie plane, aussi complexe soit-elle. Son champ d'application ne s'étend qu'à l'époque moderne » (J.-C. Bessac).

55surliure : ligature bien serrée qui s'enroule autour des torons (assemblages par torsion d'un certain nombre de fils formant une corde) pour éviter que les extrémités ne se défassent en se détordant (décommettre) et ne s'effilochent. La longueur d'une surliure doit être à peu près égale au diamètre du cordage auquel elle est assujettie (Mendoza 1992. p. 12).

56tour mort : double passage d'un cordage autour de son point d'amarrage (Mendoza 1992. p. 11). Il évite le frottement et le glissement du noeud.

57tréteau (chevalet,...) : "assemblage de pièces de bois comprenant chaque fois une pièce horizontale portante montée sur deux ensembles de pièces obliques en triangle" (Ginouvés 1985, p. 118).

58trou de boulin : "cavité pratiquée dans la pierre ou la maçonnerie, servant au scellement de pièces de bois (boulins)" (Inventaire Général 1972, col. 60, Chabat 1875, p. 1417)

59trou de boulin façonné : en raison de la plus grande hauteur d'assise du moyen appareil, les trous de boulin sont soit une échancrure taillée dans l'un des quatre angles de la pierre, en réutilisant deux joints perpendiculaires, à droite ou à gauche du bloc, soit, plus rarement, une échancrure taillée au centre de l'arête inférieure du parement du bloc, en réutilisant un joint horizontal du lit de pose.

60trou de boulin maçonné : dans le petit appareil (moellons, galets...), l'ouverture peut être aménagée à la demande par l'empilement de petits moellons cassés sur deux assises. Systématiquement, le plus grand soin a été porté au choix et au montage du linteau, alors que l'appui inférieur reste négligé.

61trou de boulin en réserve : dans le moyen appareil, ou dans les élévations à un seul parement (parpaing), l'ouverture est une réserve aménagée par la suppression d'un moellon dans l'assise du mur. Le module du bloc faisant toute l'épaisseur, il n'y a pas besoin de montants, linteau, appui....

62trou traversant : le boulin traverse le mur de part en part en reliant ainsi des parements dont l'assisage et l'appareil même peuvent différer.

63trou borgne : s'il n'est pas traversant, le trou de boulin est dit borgne.

64unité de développement : il faut entendre par unité de développement un parement d'un seul tenant correspondant, dans l'organisation du chantier, à une unité de construction, c'est-à-dire un ensemble desservi par un échafaudage unique et où opère une équipe d'ouvriers du bâtiment. La largeur de ces éléments d'architecture est pratiquement déterminée par les éléments qui la bornent, le plus souvent des contreforts, des supports engagés ou des angles de la maçonnerie.

65vérinage : pose d'un vérin (machine à soulever, formée d'une vis sans fin et d'un écrou) dans les ouvertures pour maintenir un échafaudage.

97- Construction de la tour de Babel (détail), voir fig. 65

97- Construction de la tour de Babel (détail), voir fig. 65

Table des illustrations

Titre 97- Construction de la tour de Babel (détail), voir fig. 65
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1775/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access