Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'échafaudage dans le chantier médiéval

 | 
Anne Baud
, 
Philippe Bernardi
, 
Andréas Hartmann-Virnich
, 
et al.

Chapitre 5. L'échafaudage médiéval et le bâti

Texte intégral

1L'échafaudage médiéval des rapports vont bien au-delà du encastré entretient avec le bâti, qui de multiples simple ancrage supports dans les parements. Pour des impératifs techniques, le choix de l'appareil peut exclure d'emblée le recours aux trous de boulin. Mais les partis-pris esthétiques ne sont pas sans incidences sur sa composition : ainsi, dans des parements de moyen appareil, des trous de boulin sont laissés apparents et l'étude iconographique suggère même que ces trous de boulin puissent avoir une certaine fonction décorative.

2Deux aspects se dégagent : celui de la circulation, avec les problèmes de sécurité qu'elle pose, et celui du travail à niveau, qui doit être envisagé, aussi, sous la forme des échafaudages particuliers. Puis sera évoqué le rapport de l'articulation de l'échafaudage, avec la forme architecturale générale, en d'autres termes les volumes. Les études présentées ici ne permettent que d'esquisser quelques grandes lignes ; un travail sur un ensemble géographique plus large serait seul à même d'apporter des réponses plus générales.

Les fonctions horizontales

3La nécessité de se déplacer est primordiale sur un chantier : aujourd'hui encore, la multiplicité des niveaux de circulation permet d'accéder rapidement et sans encombre à n'importe quel point du bâtiment. Les personnes amenées à circuler au plus près des élévations sont nombreuses : l'architecte, le maître d'œuvre, le commanditaire, l'appareilleur, le contremaître, jusqu'aux porteurs de mortier…

4L'iconographie atteste fréquemment la continuité d'un niveau de circulation sommital sur l'ensemble du monument. A la fin du Moyen Âge, on rencontre la représentation de véritables plates-formes qui entourent le bâtiment en construction, à l'intérieur et/ou à l'extérieur (fig. 76a). Cette fonction s'analyse dans les rapports des platelages avec l'architecture dont les éléments constitutifs peuvent faire obstacle à la continuité de l'échafaudage. Ceux-ci peuvent être soit des éléments bornants (colonnes engagées, contreforts, lésènes, arcs-boutants), soit des zones de rupture (ouvertures, zones de décor dense, angle mural…).

5Ce classement appelle des nuances. Techniquement, le franchissement des éléments en saillie ne peut être configuré avec les mêmes moyens que celui des éléments de rupture. Mais, parallèlement, éléments saillants et angles muraux se comportent de la même manière et sont de ce fait tous bornants ; par comparaison, les ouvertures constituent un obstacle mineur.

Les éléments bornants

6Les éléments d'architecture comme les contreforts (fig. 40), les supports engagés, et dans une moindre mesure les lésènes, forment un ressaut sur la surface murale. Ils déterminent des unités de développement puisque les platelages ne peuvent opérer un retrait devant eux. Ils deviennent donc bornants. Dans la mesure où ils obligent à organiser les échafaudages en sections autonomes, ils font obstacle à la continuité de la circulation et au déploiement de l'échafaudement. Cependant, un alignement horizontal rigoureux des trous de boulin, d'un bout à l'autre d'un même bâti, peut être interprété comme la marque d'un échafaudage à platelages continus. Par ailleurs le surcroît de travail occasionné par une mise à niveau systématique des trous dans un chantier de grande ampleur ne pourrait se justifier que par la volonté d'organiser une circulation continue, par dessus l'obstacle des contreforts. C'est le cas dans l'abbatiale de Cluny : l'alignement horizontal des trous est homogène dans le mur gouttereau du collatéral sud. Mais, à l'inverse, le mur gouttereau sud de la cathédrale de Die montre des alignements inférieurs homogènes, de la tour-porche jusqu'au sanctuaire, puis des alignements autonomes par unité de développement à partir du niveau des ouvertures.

7Le contrefort constitue un cas particulier. Dans l'architecture romane, il est défini par ses rôles de raidisseur mural et de stabilisateur du voûtement. Parfois, le contrefort comprend des trous de boulin, traversants ou borgnes, aménagés sur les côtés et exceptionnellement sur son parement principal. A l'époque gothique, les contreforts et les culées d'arc-boutant portent couramment des trous de boulin dans leurs faces latérales. La raréfaction des surfaces murales, qui définit en soi ce nouveau style, en est logiquement la cause. Ce phénomène indique une évolution radicale dans l'organisation des échafaudages : les boulins correspondants sont inévitablement parallèles aux surfaces murales, et non plus perpendiculaires comme c'était la règle à l'époque romane.

8Certains systèmes d'échafaudement étendent donc les trous de boulin aux éléments bornants. En dehors des trous au fourreau de tracé oblique disposés près de l'angle, comme par exemple au chevet de l'église romane enserrée dans la poype de Villars-les-Dombes (Ain), ou sur la tour des Montmayeur à Aime, ces trous peuvent aussi gagner les contreforts lorsque ceux-ci atteignent des dimensions importantes. L'architecture romane du Vivarais offre deux exemples intéressants de ce procédé rare à l'époque : les contreforts du mur gouttereau sud de l'église de San Samonta à Saint-Montan (Ardèche), poursuivent les assises du petit appareil du mur jusqu'aux chaînages de pierre de taille qui renforcent leurs angles. Les rangées horizontales de trous en réserve sont prolongées par des trous échancrés, disposés en deux colonnes aux deux extrémités des flancs du contrefort. Dans la plupart des cas, les trous des contreforts sont décalés d'une assise, pour permettre le chevauchement des boulins, très rapprochés aux angles. Ce même système est réduit à une seule colonne de trous traversants aux contreforts de la chapelle Saint-Ostian à Viviers (Ardèche).

Les zones de rupture

Ouvertures

9Les chapelles latérales du chœur de la cathédrale de Lyon illustrent bien cette question. Dans leurs murs gouttereaux, les unités de développement d'une longueur d'environ 5 m (de contrefort à contrefort) portent des lignes ternaires de trous de boulin. La moitié supérieure de chaque travée est occupée par une large baie ; elle ne laisse disponible de chaque côté qu'une bande murale étroite où est logée une colonne de trous. Pour cette raison, l'entraxe atteint des dimensions considérables que l'on imagine mal comme étant franchies par une planche ou un clayonnage sur moise : il est vraisemblable qu'une paire de perches - perche externe, perche contre le mur - aboutées aux précédentes ait suppléé l'absence de boulins intermédiaires. La chapelle Sainte-Eugénie, à Montbrison (fig. 77), atteste a contrario la nécessité, mais aussi les difficultés d'appliquer cette solution. Sur le mur gouttereau nord, de part et d'autre de la lancette sont distribués quatre trous de boulin ; deux sont placés à environ 0,50 m des contreforts, les deux autres de part et d'autre des fenêtres : visiblement, grâce à cette disposition, on a cherché à éviter de monter un nouvel élément d'échafaudage au travers d'une ouverture et, par voie de conséquence, de recomposer le précédent en y ajoutant un jeu de perches.

77- Montbrison (42) : chapelle Sainte-Eugénie, mur gouttereau nord

77- Montbrison (42) : chapelle Sainte-Eugénie, mur gouttereau nord

Position des trous de boulins par rapport à une ouverture

10On peut se demander si les ouvertures n'ont pas été utilisées pour ancrer des échafaudages afin de limiter les opérations de taille de pierre et d'épargner les surfaces murales. Le phénomène semble se développer à l'époque gothique : c'est la thèse que soutient John Fitchen à propos des baies de clair-étage dans son ouvrage sur la construction des cathédrales gothiques (Fitchen 1961). Lors de notre étude, des faits nous ont paru significatifs. Dans le transept de Cluny, on note une absence totale des trous de boulin au niveau des arcs des absides et du collatéral ; l'échafaudage indépendant est alors probablement lié au cintre des arcs. Les étages des fenêtres, surtout lorsqu'elles sont rapprochées, ne possèdent pas non plus de trous. Dans ce cas, c'est l'appui des baies qui a été utilisé pour la mise en place de l'échafaudage. A la cathédrale de Lyon, le clair-étage oriental du transept est composé, dans le croisillon nord comme dans celui du sud, d'un triplet de trois lancettes inégales montées avec le mur ; au sud, les trois ouvertures (premier tiers du XIIIe s.) sont encadrées par un réseau dense de trous formant quatre platelages. Au nord (le triplet est un peu plus tardif), le parement de tout l'étage est ne possède aucun trou : on est ainsi passé, en quelques années, d'un échafaudement ancré dans le mur à un système bloqué dans les ouvertures.

Changement d'appareil

11Il peut arriver que le changement d'appareil occasionne une modification dans l'organisation de l'échafaudage. Ce cas de figure n'est pas fréquent, on l'a rencontré dans le clocher-porche de la prieurale de Saint-Rambert-sur-Loire (dos de couverture). Ce dernier est composé de deux types d'appareil bien différenciés. Les dix premiers mètres sont constitués exclusivement de matériaux de remploi gallo-romains de grandes dimensions ; les dix mètres suivants, d'un appareil mixte alliant petits blocs de tout-venant et blocs de remploi aux chaînages d'angle. Les traces de l'échafaudage encastré apparaissent seulement dans les parties hautes à partir d'un léger rétrécissement de la tour. La partie basse est exempte de trous de boulin. La hauteur est telle que l'utilisation d'un échafaudage à deux rangs de perches est inévitable.

Le franchissement des obstacles

12Pour les angles muraux, c'est l'architecture militaire, notamment les tours carrées comme celle des Montmayeur à Aime en Tarentaise (fig. 66), qui révèle une solution technique fondée sur le désaxement progressif des boulins. Le resserrement des boulins extrêmes a pour but de réduire l'espace à franchir au sommet de l'angle et permet l'installation d'un platelage continu ; la jonction entre les deux côtés est alors assurée par des planches posées perpendiculairement à la bissectrice de l'angle formée par les deux murs : elles portent sur les boulins biais extrêmes, couvrent le triangle vide et bloquent les extrémités des platelages latéraux. Une formule identique est employée aux angles de la tour-porche du prieuré de Saint-Rambert-sur-Loire (dos de couverture)

Trous de boulin et campagnes de construction

La répartition des trous de boulin reflétant la disposition des échafaudages encastrés, garde aussi la trace des changements que ceux-ci subissent au cours de la mise en œuvre du bâti. S'il est arbitraire de déduire des campagnes de construction à partir des seuls trous de boulin, un changement d'appareil, la reprise d'une attente ou d'un coup de sabre se traduit néanmoins souvent par l'emploi d'un système d'échafaudage différent, notamment lors de la mise en oeuvre du voûtement. L'analyse conjointe de ces phénomènes permet alors de préciser l'avancement d'un chantier et la chronologie relative de la construction :
Dans les quatre travées occidentales de la nef de Saint-Trophime d'Arles, la répartition et la forme des trous de boulin diffère en fonction des deux étapes majeures d'une construction rigoureusement organisée. La partie inférieure de la façade occidentale, montée en appareil mixte jusqu'à la naissance du voûtement des collatéraux, se distingue par un système d'échafaudage qui diffère de celui de la partie supérieure (fig. 26). Celle-ci débute à la hauteur de l'appui de la fenêtre axiale inférieure, c'est-à-dire à la hauteur des premiers trous de boulin visibles à l'extérieur des murs latéraux de la nef principale. Dans la partie inférieure, les niveaux encore identifiables se succèdent à intervalles sensiblement inégaux (environ 0,65 à 1,55 m). Dans la partie supérieure, l'espacement des trous de boulin et la superposition des registres à intervalles relativement réduits (environ 0,95 à 1,10 m) sont plus réguliers.
A l'intérieur de la nef, la phase de la mise en oeuvre du sommet des murs gouttereaux et des murs-diaphragme entre les travées se traduit par un changement de système de chaînage angulaire, accompagné de l'apparition de signes lapidaires distinctifs et d'un niveau à peu près homogène de trous de boulin à environ 0,70 m au-dessous des impostes des arcs-diaphragme, à une hauteur qui correspond approximativement à la naissance des grandes arcades. Ainsi se confirme un lien entre des niveaux d'échafaudage « stratégiques » et les étapes majeures de la mise en oeuvre de l'édifice. Dans la nef principale, toute la structure supérieure, montée avec le système de trous de boulin décrit, est réalisée avec le moyen appareil réduit qui diffère de celui de l'ossature et des piliers de la partie basse de taille plus grande, par l'apparition de marques de tâcheron dissemblables. Dans les collatéraux, ce même appareil remplace l'appareil mixte du sommet des murs (déjà différent de celui du niveau inférieur par la composition de son petit appareil et le système de chaînage) à partir de la naissance du voûtement.
Andreas Hartmann-Virnich

13Cette formule est encore utilisée couramment dans nos échafaudages contemporains. Mais on peut imaginer une autre solution : les deux platelages peuvent se rejoindre à l'angle du bâtiment et une perche placée à l'intersection des longerons extérieurs (OPPBTP 1993) supprime les porte-à-faux. L'échafaudage qui a été récemment monté pour la restauration de la tour des Montmayeur (1994) a repris la même technique.

14Ce procédé, celui du désaxement des boulins extrêmes, est ancien : ainsi la pile du pont romain de Villeperdrix, dans la Drôme (fig. 78) possède des trous biais d'angle. Il est sans doute très répandu : pour l'époque romane, nous avons eu l'occasion de retrouver cette formule en Corse dans des édifices religieux d'importance (La Canonica, San Partéo,…) ou de moindre ampleur (San Quilico de Montilati, à Figari).

78- Villeperdrix (26) : pile du pont romain

78- Villeperdrix (26) : pile du pont romain

15A Saint-Jean-de-Maurienne, le système est plus complexe, car il possède une double utilité. Les trous de boulin présentent une orientation bien marquée en fonction de leur localisation : ceux répartis sur la première travée occidentale de la cathédrale sont orientés vers l'est, et les suivants orientés vers l'ouest. Cette disposition en biais permet aux maçons d'obtenir une plus grande portée pour soutenir les platelages faiblement calés par les lésènes (0,10 m). En revanche, les trous de la partie occidentale s'accordent avec la mise en oeuvre délicate du mur pignon. Ce dispositif suggère l'utilisation d'un échafaudage unique, se retournant sur la façade, et facilitant ainsi la circulation des ouvriers pour la mise en oeuvre de cet ouvrage. Ce dispositif n'est pas employé pour l'installation du pignon oriental.

16Pour compléter l'évocation de cette formule, il convient de citer l'exemple du clocher du prieuré de Montverdun, car l'analyse quantitative des données archéologiques apporte des précisions sur le détail des agencements dans le cas du recouvrement des extrémités des platelages. A la surélévation du clocher effectuée aux XVe - XVIe s., les trous de boulin extrêmes des rangées intégrées dans chacune des faces, sont orientés à 45° afin de réduire les porte-à-faux des platelages, probablement continus aux angles. Les trous de deux faces jointives présentent un dénivellement d'environ 0,10 m, permettant aux boulins de se croiser à l'intérieur de la tour.

17Le chevet de la cathédrale de Lyon illustre une solution originale pour le franchissement à la fois des contreforts et d'un angle. Dans les chapelles latérales du choeur, la paire de contreforts qui marque l'angle entre le mur plat du chevet et le mur gouttereau a été utilisée pour faciliter la continuité des platelages jusqu'au ras du mur du chevet. Dans la chapelle méridionale, Notre-Dame-du-Haut-Don, la face sud du contrefort perpendiculaire au mur du chevet, présente une suite verticale de trous non-traversants qui correspondent à une ligne de platelage du mur gouttereau. L'échafaudage de ce mur était donc continu d'est en ouest et englobait les contreforts, grâce, sans doute, à des boulins de grande portée, et ce jusqu'au dernier contrefort, traité alors comme élément porteur. Le mur plat de chevet était, lui, échafaudé de manière autonome. De fait le module des blocs employés est sensiblement différent ; mais la faiblesse du dénivelé entre l'échafaudage du mur gouttereau et celui du chevet autorise un franchissement praticable. A Saint-Pierre, chapelle symétrique nord, la formule est améliorée (fig. 39).

La circulation mixte

18Ces analyses appellent deux commentaires. Tout d'abord, la présence d'ouvertures larges, servant ou non de lieu d'ancrage, est inévitablement intervenue dans l'organisation de la circulation, puisqu'elles permettaient naturellement une communication rapide entre l'intérieur et l'extérieur ; mais aucune trace d'une telle utilisation ne nous est parvenue. Le faîte du mur en construction était aussi apte à supporter une partie de la circulation des hommes et des matériaux : c'est le cas notamment dans la moitié inférieure en grand appareil du clocher-porche de la prieurale de Saint-Rambert-sur-Loire. Il est, en effet, impossible de barder des blocs de grand appareil sur les platelages dont les planches et les supports ne peuvent offrir une résistance et des marges de sécurité suffisantes. De même, des montages particuliers, comme la mise en place de colonnes ou colonnettes glissées à partir d'une position dominante, s'opèrent depuis le haut de la construction en exigeant le déploiement d'hommes, notamment depuis le faîte du mur.

19L'archéologie apporte les traces de telles pratiques : lorsqu'on peut raisonner sur des murs détruits, on observe que des surfaces maçonnées, - c'est l'exemple des « planées » dans le mur de l'abside de la crypte de Saint-Jean-de-Maurienne, - sont autant de surfaces de circulation qui s'interfèrent en faisant office de platelage. Cette façon d'organiser le travail est très ancienne si l'on se réfère aux assises de réglage et de remise à niveau étudiées par Claude Lefebvre dans l'oppidum proto-historique de Jastres (commune de Lussas, Ardèche).

Planée et repentir

L'analyse des maçonneries du mur de l'abside romane de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne, dérasée lors de la reconstruction du chevet au XVe s., a montré la présence de deux maçonneries distinctes. Un premier mur, formant l'enveloppe extérieure de l'abside (large de 1,10 m) et un mur intérieur qui constitue le parement de la crypte (largeur oscillant entre 0,50 et 0,70 m). Cet aménagement intérieur est conçu comme un placage : le parement est composé de galets de rivière, parfois disposés en arêtes de poisson, et est maintenu par un bourrage de matériaux disposés pêle-mêle. Les deux fenêtres nord et sud viennent percer le mur extérieur.
Nous avons constaté la présence d'un replat de mortier horizontal parfaitement lisse (situé entre 5-6 m S/16-17 m Ε pour le côté sud et 1-2 m Ν/16-17 m Ε pour le côté nord). Cette zone de mortier peut être interprétée comme une planée : c'est-à-dire la trace d'un arrêt délibéré d'une partie de la construction, afin d'aménager l'intérieur de l'abside. On ne rencontre pas de traces de pas qui indiqueraient que les ouvriers ont travaillé sur le mur alors que le mortier était encore frais.
Ce mode de construction laisse supposer que les constructeurs ont excavé toute l'abside d'environ 1,50 m, afin d'aménager l'espace central en crypte. L'hypothèse du surcreusement correspond d'ailleurs assez bien au départ des fondations extérieures, très haut par rapport au sol supposé de la crypte.
Isabelle Parron

20L'utilisation de l'échafaudage à double rang de perches, indépendant du mur, et/ou de l'arase du mur comme lieu de circulation, ne pourrait-elle pas expliquer l'absence de trous de boulin dans un type particulier d'édifices de la fin du XIIe-début XIIIe s. ? Il s'agit d'églises et de bâtiments souvent liés à l'expansion de nouveaux ordres monastiques (cisterciens, chartreux, ordre du Temple…). Cette architecture est caractérisée par la simplicité de la mise en oeuvre et le souci d'économie, qui ont pour corollaire un sens pratique et une efficacité qui ont fait la rapide réputation des cisterciens. Cette évolution fait disparaître l'échafaudage encastré pour l'échafaudage à double rangée de perches, et l'apparition des assises de réglage (commanderie de Jalès à Berrias-Casteljau ; mur gouttereau nord de l'église abbatiale de Cruas…). Cette disparition semblerait contemporaine d'une certaine généralisation du moyen appareil, et donc de l'emploi de la pierre de taille. Cette évolution serait-elle liée à un changement dans la répartition des tâches et peut-être dans la composition des mortiers ? Mais ceci ne peut, dans l'état actuel de la recherche, que rester à l'état d'hypothèse.

21Pour ce qui est des élévations médiévales intactes, l'épaisseur des murs, la qualité du matériau, la mise en oeuvre et la technique de construction sont des éléments d'analyse sinon décisifs, du moins pertinents. Ces critères dépendent bien sûr de l'ampleur et de l'importance culturelle du monument, de l'aire géographique et de l'époque auxquelles il appartient.

L'exemple de la chapelle Sainte-Anastase
Structure portante et circulation

La chapelle Sainte-Anastase dans la commune de Sainte-Jalle (Drôme), petit édifice rural, est un bon exemple des solutions les plus usitées.
La circulation extérieure se fait à partir des platelages. En façade (fig. 79), la première rangée est à 1,50 m du sol actuel. Trois niveaux de trous s'alignent. Seules les deux rangées supérieures, distantes de 1,20 m l'une de l'autre, se superposent parfaitement. Il est à noter la grande symétrie dans la répartition de l'ensemble. Le portail occidental est bien sûr centré, quatre trous se répartissent de chaque côté de la clef de l'arc. A la rangée supérieure, cinq trous s'alignent verticalement et horizontalement, le cinquième étant à l'aplomb de la clef. Au sud de la porte, au même niveau que les corbeaux séparant les piédroits de l'arc brisé, sont conservés deux trous de section inférieure (0,15/0,17 m). Si l'écart entre eux n'est que de 0,67 m, c'est qu'il a très certainement fallu renforcer l'échafaudage pour supporter le cintre et le poids des claveaux du portail à présenter en attente de la pose.
Dans le mur gouttereau sud (fig. 79), conservé dans son état d'origine sur une hauteur de 4,70 m, trois rangées de trous disposés en quinconce sont encore en place. La première se situe à 1,87 m du sol actuel ; la distance entre les trous est variable : le premier est à 0,81 m de l'angle sud-ouest de l'édifice, le second à 0,85 du premier, le troisième à 1,04 du précédent. Plus on se dirige vers l'est et plus les portées de platelage sont grandes. Ils sont tous de même section (0,21/0,21 m) et contemporains. La seconde rangée de boulins est à 2,67 m du sol actuel, donc 0,80 m au-dessus de la rangée précédente. C'est la hauteur maximale pour travailler sans effort, mais cela implique le démontage du platelage inférieur de l'échafaudage lors de l'installation du niveau suivant.
Entre ces deux rangées, il existe un niveau intermédiaire où les boulins sont distants l'un de l'autre de 0,80 m et se situent à 0,80 m au-dessus de la première rangée : on a ici une implantation plus serrée de trous, qui sont traversants et pourraient fonctionner pour le parement interne de l'édifice et servir au montage des arcs des arcatures aveugles latérales.

Circulation autour de l'édifice : le platelage périphérique sommital

Les trous de la dernière rangée du parement méridional sont en concordance avec ceux de la façade qui passent au dessus de l'arc de l'ouverture occidentale, après une assise de réglage. Il semblerait qu'à ce niveau le platelage fonctionne pour le parement externe et le parement interne.
La construction s'effectue donc à partir de deux systèmes différents : les parties basses sont montées depuis le sol, avec un échafaudage encastré propre à chaque parement, le platelage n'étant ici qu'une simple surface de travail surélevée. En façade, où des parties sont plus travaillées (portail en pierre de taille), la répartition est dense et régulière. A partir de 2,67 m, au-dessus de l'ouverture occidentale, on ressent le besoin de coordonner l'ensemble et d'installer des surfaces de circulation communes à toutes les faces de la nef.
C'est peut-être le signe d'une spécialisation dans les équipes, celle affectée au montage de la façade occidentale, d'un travail plus soigné puisqu'il y a de l'assemblage de pierre de taille et de l'ajustage de claveaux à effectuer, n'étant pas la même que celle qui réalise un simple alignement de moellons pré-taillés. Comme on est ici dans les parties basses, que ceux-ci sont de petite taille, on peut se les passer à la main, et il y a peu à entreposer sur l'échafaudage. Ceci peut également expliquer les différences de hauteur entre d'une part le sol et les premières rangées et d'autre part les rangées elles-mêmes. Quand on s'élève, il faut hisser les matériaux et de ce fait les entreposer.
Enfin le troisième niveau de boulins est le même sur les trois faces. Il correspond à celui de la naissance de la voûte. Le platelage des murs gouttereaux n'est ici qu'intérieur, car destiné à la pose du cintre et à la circulation des maçons. Par contre, en façade, il devait être interne et externe, car il fallut encore monter le mur pignon.
Joëlle Tardieu

79- Sainte-Jalle (26), chapelle Sainte-Anastase : répartition des trous de boulin

79- Sainte-Jalle (26), chapelle Sainte-Anastase : répartition des trous de boulin

La sécurité sur les échafaudages médiévaux

22Quelle a été la fréquence des accidents sur les échafaudages médiévaux ?

23Les textes relatent parfois des accidents spectaculaires, comme la rupture d'échafaudage dans le chantier de Paray le Monial, qui coûta la vie à un jeune moine, et un miracle à saint Hugues. Le plus souvent, cet épisode, qui tient du pathos, est à prendre au second degré : il confirme la dimension surnaturelle de l'entreprise par l'issue miraculeuse de l'accident. L'iconographie, qui illustre parfois ces événements, montre que des échafaudages d'une solide apparence se révèlent dangereusement défectueux (fig. 80 et 73).

24Un autre aspect du problème concerne la circulation sur un échafaudage et les aménagements destinés à parer aux chutes. L'iconographie ne fait que rarement apparaître des aménagements particuliers, comme les garde-fous, ou les barrières de protection. Les enseignements de l'architecture sont contradictoires. Il existe de nombreux systèmes de circulation logés dans les parties hautes des églises dont l'extrême étroitesse illustre bien le niveau de risque accepté au Moyen Âge.

25R. Bechmann (Bechmann 1994) signale dans l'architecture anglaise des zones de circulation externe sur crétiaus protégées par des garde-corps en forme de crénelage. Le même souci de sécurité se remarque dans les triforium ou les galeries supérieures comportant un mur bahut. S'il est impossible à l'archéologie d'étudier ces formes de protection, par nature périssables, l'analyse quantifiée des traces laissées par les éléments porteurs suggère par contre quelques réflexions.

80- Le peintre reste accroché a son pinceau  !. Alphonse le Sage, Cantigas de Santa Maria

80- Le peintre reste accroché a son pinceau  !. Alphonse le Sage, Cantigas de Santa Maria

Madrid, Escorial, Biblioteca real, Ms. Τ I, 1

Les fonctions verticales

26Dans ce domaine, l'étude des traces archéologiques paraît d'un faible secours, par rapport à la richesse des textes ou de l'iconographie. La structure générale admet des modifications ponctuelles, des solutions locales, adaptées à un ouvrage spécifique. Cette étude doit donc porter sur trois points : les hauteurs courantes de platelages ; le niveau d'apparition du premier platelage et enfin, les structures hétérogènes. Pour finir, on observera comment peuvent s'articuler certaines organisations de trous de boulin et des tâches spécifiques.

Les hauteurs de platelages

27Dans l'échafaudement médiéval, les platelages se succèdent les uns aux autres dans l'espace et dans le temps : on admet qu'une fois que le niveau de circulation est planchéié, le précédent devenant inutile sauf cas particulier, est démonté pour récupérer les matériaux. Les faibles hauteurs (0,80 m à 1,20 m) souvent relevées entre deux platelages successifs prouvent bien qu'il est inutile de conserver les platelages inférieurs puisque leur utilisation contraindrait les ouvriers à se déplacer courbés.

28Cette question de la hauteur de platelage est déterminante : en-dessous de 1,20 m, le maçon a toute latitude pour effectuer son travail depuis les plateaux, sans être gêné dans sa tâche par l'amplitude des mouvements et les difficultés à dominer l'ouvrage ; à une dimension supérieure, il lui devient impossible d'accéder à l'arase du mur depuis le plancher, ni a fortiori à la face interne du parement et à la fourrure du mur.

Variation des écarts entre les niveaux de platelage

29Ces écarts sont aussi variables que l'espacement des boulins qui les soutiennent. Ces variations apparaissent non seulement d'un édifice à l'autre, mais aussi dans un même édifice, voire dans une même campagne de construction. Dans les cas étudiés, les intervalles entre les niveaux atteignent de 0,65 à 1,80 m et 2 m, mais sont en général rarement inférieurs à 1 m et supérieurs à 1,60 m. Il se trouve que ces dimensions sont toujours celles retenues parmi les consignes actuelles de sécurité (Layher sd). la hauteur de 2 m étant habituelle. Dans les édifices romans qui ont fait l'objet d'études, les hauteurs de platelage observées accusent un choix caractéristique de valeurs moyennes, comprises entre 1 m et 1,50 m : la façade occidentale de la chapelle Sainte-Eugénie présente des hauteurs successives depuis le sol de : 1,50 m, 1,30 m, 1,32 m, 1,20 m, 1,04 m, 1,28 m, 1,38 m, 1,18 m, soit au total 10,20 m ; à Sainte-Jalle : 0,80, 1,20 m, 1,60, puis 2 m ; à Saint-Jean-de-Maurienne : 1,30, 1,10, puis 1,00 m ; dans ce dernier cas, il faut remarquer que cet ensemble de hauteurs varie de façon régulièrement régressive et qu'elle s'accompagne d'un fort pendage vers l'est.

30On rencontre parfois dans un même édifice des hauteurs de platelages standardisées, comme dans le petit appareil mixte de galets de l'église de Saint-Paul-de-Varax où le rythme est régulièrement de 1,18 m, sauf au niveau de la voûte où la hauteur est un peu plus forte (1,28 m). La seule constante qui ait été relevée est le respect d'une hauteur moyenne correspondant à une même phase d'échafaudement ou à une même tranche du chantier ; mais des changements durant la construction occasionnent couramment des variations importantes de hauteur dans un même édifice.

31Mais on ne peut raisonner que sur des mesures. Ainsi, à la cathédrale de Moutiers, les hauteurs évoluent selon les parties de l'édifice : dans la nef, l'écart entre le premier platelage, situé à environ 5 et 6 m du sol actuel, et le second est de 1,25/1,30 m, mais pour les suivants, la hauteur varie entre 0,90 et 1,10 m ; dans la travée de chœur ils sont placés tous les 0,95 m ; enfin dans l'abside, la variation est de 1,00 à 1,10 m.

Influence du choix de l'appareil

32A Cluny, les dimensions fluctuent entre 1,10 et 1,40 m pour le petit appareil, et peuvent aller jusqu'à 1,80 m dans les parties parementées en grand appareil. Dans la façade de Saint-Trophime d'Arles la variation dans la distribution horizontale est incontestablement à mettre en relation avec un changement d'appareil : dans la partie inférieure, montée en appareil mixte, les niveaux encore identifiables se succèdent à intervalles sensiblement inégaux compris environ entre 0,65 m à 1,55 m ; dans la partie supérieure, en moyen appareil, l'espacement des trous de boulin et la superposition des registres à intervalles relativement réduits (environ 0,95 à 1,10 m) sont plus réguliers. Dans le cas du petit appareil, l'échafaudeur a toute latitude pour définir un rythme chiffré dans l'organisation des platelages. Dans les maçonneries en moyen et en grand appareil, les contraintes se font plus lourdes. On remarque alors que si les hauteurs de platelage varient sensiblement, on doit en revanche rechercher une constante dans le nombre d'assises desservies par platelage : à Saint-Paul-Trois-Châteaux (moyen appareil), les fluctuations imposées par la hauteur inégale des assises ont donné lieu à de faibles écarts variables d'environ 1,40 à 1,65 m. Dans la façade de Saint-Trophime d'Arles (moyen appareil), les entrées apparaissent toutes les 5 assises (fig. 26) ; A Die (fig. 37), dans le mur gouttereau sud de la cathédrale (moyen appareil), assez régulièrement toutes les 5 assises ; à l'abbatiale de Cruas (fig. 29), dans les murs gouttereaux de la nef (moyen appareil), toutes les 8 assises. Au chevet de la cathédrale de Lyon, dans le grand appareil des chapelles latérales romanes du choeur, les trous de boulin sont régulièrement percés toutes les 2 assises (fig. 39 A et B).

Une évolution chronologique ?

33Dans le chevet de la cathédrale de Lyon, l'évolution des hauteurs paraît plus anarchique. Les hauteurs de platelage sont moyennes dans la zone de l'arcature aveugle romane de l'abside (niveau du triforium ; fin du XIIe s. ; moyen appareil ; 0,96/1,20 m), dans les contreforts de la galerie supérieure gothique de l'abside (premier tiers du XIIIe s. ; 1,11/1,34 m). Elles sont un peu plus fortes dans la moitié inférieure, romane, de l'abside et des chapelles latérales du choeur (jusqu'au niveau du triforium exclusivement ; 1,20/1,60 m) et dans le niveau du clair étage oriental du croisillon sud (premier tiers XIIIe s. ; moyen appareil ; 1,20/1,50 m). Elles deviennent très importantes - 1,73/1,90 m - dans les premiers platelages du transept gothique, qui sont situés à la même hauteur que les baies des chapelles latérales romanes (début du XIIe s., moyen appareil). Les critères d'appareils et de chronologie semblent donc ne jouer aucun rôle dans l'élaboration de ces systèmes. Pourtant, l'organisation des trous de boulin révèle de grands ensembles homogènes d'échafaudages, nettement différenciés les uns des autres.

Premier platelage

34Le plus surprenant, dans la mise en place des platelages, est la hauteur à laquelle apparaît le premier niveau. On rencontre trois cas de figure.

Les faibles hauteurs

35Au mur sud de la nef de Saint-Honorat-des-Aliscamps d'Arles (fig. 25), les trous de boulin apparaissent au ras du sol actuel, inférieur au seuil du portail de la facade de la fin du XIIe s., rajoutée, il est vrai, à la nef du XIe s. A Montverdun, L'Hopital-sous-Rochefort, dans les contreforts romans de la tour porche de la cathédrale de Die, le premier niveau est très bas : 0,60-0,80 m. Pour les deux premiers sites, il est vraisemblable que la forte déclivité du rocher justifie cette position basse : sur un substrat non égalisé, on a besoin très rapidement d'un sol de circulation horizontal pour aligner le niveau de travail (fig. 81). Ces faibles hauteurs appellent deux remarques. Tout d'abord, elles n'innovent pas ; l'Antiquité a connu une telle configuration comme par exemple dans les parties en élévation des aqueducs d'Arles, où les premières rangées de trous de boulin commencent au ras du sol. Par ailleurs, elles ne concernent pas exclusivement le point de départ au sol. Il arrive que l'échafaudement d'un sous-ensemble, situé assez haut dans la construction, reprenne ce type d'organisation (galerie haute du transept de la cathédrale de Lyon où le premier platelage s'élève à moins de 0,50 m du sol de la galerie).

81- Prieuré du Pic de Montverdun (Boën-42) : platelage installé pour faciliter la circulation lors de la restauration du rempart

81- Prieuré du Pic de Montverdun (Boën-42) : platelage installé pour faciliter la circulation lors de la restauration du rempart

Les hauteurs moyennes

36Elles oscillent autour de 1,50/2,00/2,50 m. Elles correspondent à la hauteur maximale atteinte entre deux plans de travail successifs et le système se caractérise par une bonne homogénéité. On les rencontre à Cluny, à la façade occidentale de la cathédrale de Saint-Paul-Trois-Châteaux (fig. 82), et à la chapelle Sainte-Eugénie de Montbrison.

  • 49 Témoignage de Mr Moulin, voir note 20.

37Cependant ces hauteurs, au delà de 2 m, ne permettent pas à un maçon d'atteindre le faîte du mur, l'emploi de tréteaux, ou de « hausse-pieds » est alors indispensable. L'iconographie en restitue des exemples (fig. 6). Ceci est confirmé sur le plan ethnographique, par des témoignages oraux : « on se servait aussi de tréteaux pour commencer à bâtir, mais on les enlevait pour mettre l'échafaudage »49.

82- Saint-Paul-Trois-Châteaux(26) : Portail de la façade occidentale

82- Saint-Paul-Trois-Châteaux(26) : Portail de la façade occidentale

Les hauteurs importantes

38Il s'agit des hauteurs supérieures à 2,50 m/3 m. Elles peuvent même s'élever jusqu'à 5 a 8 m (ex. : chevet de l'église Saint-Jean à Lyon). L'iconographie médiévale restitue couramment ces très grandes hauteurs, prouvant ainsi qu'elles n'ont rien d'exceptionnel. Le monde romain (fig. 13) comme ceux de la Renaissance (fig. 83), de l'âge classique (fig. 5) et contemporain (fig. 14), ont connu ce même phénomène.

39Cette observation appelle deux remarques. D'une part, l'usage palliatif d'un « hausse-pied » n'est plus de mise ; pour couvrir une hauteur comprise entre 5 et 8 m, le maçon a besoin d'un montage plus développé qu'un simple tréteau. Doit-on envisager la mise en place d'un premier échafaudage, indépendant et répondant à ces hauteurs, avant le montage, de l'échafaudage définitif ? D'autre part, le développement à grande hauteur du premier platelage laisse supposer qu'on ne pouvait accéder à l'échafaudage que par échelle ou, éventuellement, plan incliné.

83- D'après « La dispute du Saint Sacrement » (détail), Raphaël

83- D'après « La dispute du Saint Sacrement » (détail), Raphaël

L'échafaudage et la spécialisation des tâches

Platelages spécialisés

40Il arrive que des entrées de boulin ne s'intègrent pas dans un ensemble. Il s'agit alors des traces d'une structure montée pour une tâche spécifique, comme par exemple pour une sapine, ou le resserrement du maillage des trous autour des ouvertures, ce qui est un phénomène bien caractérisé : façade de l'abbatiale de Léoncel (Drôme), Commanderie de Montbrison (fïg. 84), prieuré d'Aleyrac. L'exemple de la commanderie de Jalès (Ardèche) est révélateur. Cette commanderie a été fondée en 1144, mais elle est, dans son état actuel, très remaniée ; un édifice a été installé à l'époque moderne pour relier l'église, dont il enveloppe l'abside, à l'aile orientale des bâtiments conventuels. Le parement extérieur méridional est entièrement monté avec des moellons provenant des bâtiments romans détruits ; la porte, romane, a été également remployée et remontée pendant ces travaux. Sur l'ensemble de la surface murale, on ne relève que deux seuls trous, ménagés exactement à la naissance de l'arc de la porte. Cette disposition est une preuve de la spécificité du montage des arcs dans le processus courant de construction : une structure légère, installée uniquement pour cette tâche, vient en renfort d'un autre échafaudage qui est soit encastré, soit indépendant (cas de Jalès ou de Saint-Jean-des-Prés de Montbrison). Dans le premier cas, la répartition des trous est alors plus dense : ainsi sur la façade occidentale de Saint-Trophime d'Arles (fig. 26). au niveau de l'ouverture rectangulaire, les portées de platelage diminuent quand on s'élève vers le chapiteau soutenu par une colonne et vers le linteau qui est ici en plate-bande.

84- Montbrison (42) : chapelle de la commanderie Saint-Jean des Près, façade ouest

84- Montbrison (42) : chapelle de la commanderie Saint-Jean des Près, façade ouest

Cluny : ensembles et ruptures (fig. 85)

L'alignement vertical et horizontal des trous de boulin montre des ruptures importantes définissant ainsi différents ensembles de structures portantes. En considérant les ouvertures qui constituent des contraintes importantes, les échafaudages des deux travées du transept représentent des ensembles cohérents qui correspondent à des campagnes de construction relativement homogènes.
On observe quelques ruptures au niveau des murs pignons. Les baies et l'arc formeret, au-dessus du dernier bandeau du mur occidental et du mur oriental de la deuxième travée imposent d'organiser différemment l'échafaudage. Le bandeau sert visiblement d'appui aux derniers boulins de l'ensemble inférieur. Puis une nouvelle structure portante s'organise à 0,50 m du bandeau pour la construction du mur pignon percé de deux fenêtres. Le cas est un peu différent pour le mur pignon sud où l'échafaudage appartient aux ensembles évolutifs. D'une part, des trous de boulin sont aménagés sous le bandeau dans le prolongement des trous de boulin inférieurs ; le bandeau sert alors de puissant linteau au trou de boulin. D'autre part, les alignements verticaux du troisième niveau se poursuivent à l'est et à l'ouest dans le prolongement des trous de boulin du deuxième niveau. La structure conserve alors une certaine homogénéité. Les deux perches centrales sont simplement décalées de chaque côté de la baie centrale, dans l'axe des arcatures aveugles.
En revanche, la travée du collatéral révèle des ruptures plus importantes et de nature différente. La première se produit au niveau du second bandeau décoré de besants ; la mise en place d'un second ensemble rompt l'alignement vertical. Or cette rupture semble confirmer une phase de travaux différente. Si on observe, en effet, à la même hauteur le mur occidental, celui-ci est construit de manière homogène et en une seule phase : deux trous de boulin sont utilisés pour le platelage du mur qui mesure 6 m, l'entraxe étant de 3,50 m. Le mur oriental a été manifestement construit en plusieurs temps. Une première phase correspond à la construction du mur en grand appareil sur 4,50 m de longueur : deux alignements de trous de boulin sont nécessaires au montage de l'échafaudage ; ils possèdent 3,00 m d'entraxe. Au nord, un coup de sabre témoigne de l'arrêt de la construction. Dans une seconde phase, le mur est terminé en moellons avec une file de trous de boulin à entraxes réguliers.
Une autre rupture est visible dans les murs de la troisième travée, est et ouest. L'alignement horizontal des trous de boulin ne prolonge pas parfaitement l'alignement des murs précédents. Il y a un décalage de 20 à 40 cm qui se résorbe au niveau du dernier alignement. Cette rupture accompagne le changement d'appareil entre les travées du transept et celle du collatéral. Elle peut également trahir des rythmes de construction différents.
Anne Baud

85- Cluny (71) : transept sud, élévations interieures des travées 1, 2 et 3 du mur occidental

85- Cluny (71) : transept sud, élévations interieures des travées 1, 2 et 3 du mur occidental

41Il a été observé sur de nombreux édifices que les trous de boulin sont systématiquement conservés autour des fenêtres. Il avait été dans un premier temps imaginé que ce phénomène était lié à la pose des cintres pour l'arc supérieur. Mais la note de calcul (cf. encart sur les mortiers de Bénédicte Bertholon, chap. 3) laisse plutôt supposer que la pose de tels échafaudages spécifiques est destinée à l'installation ultérieure des vitraux.

Échafaudements spécialisés

42Dans des zones qui présentent un décor dont la mise en place a exigé les plus grands soins, les platelages sont plus denses. C'est le cas, par exemple, du portail occidental de la cathédrale de Saint-Paul-Trois-Châteaux (fig. 82). Il s'agit d'un décor à l'antique, composé d'une suite de quatre supports engagés (deux colonnes et deux pilastres montés sur piédestaux) qui encadrent la porte et son archivolte sculptée. L'ensemble est inachevé : on a abandonné l'ouvrage avant même la pose des chapiteaux. Cette suite de supports antiquisants est enserrée dans une succession de deux platelages dont les boulins sont logés près des supports ; en revanche, tout le reste du premier niveau de la façade, y compris les parties latérales sans décor du même niveau, est vide de trous de boulin. Même spécialisation de l'échafaudage, encore plus nette, dans la façade occidentale de l'église Saint-Gabriel, à Tarascon (fig. 86) : au premier niveau, une seule paire de trous carrés flanque les deux rampants du fronton à l'antique surmontant la porte ; au dernier niveau, dessiné en fronton suivant les pentes de la toiture, un oculus est orné de moulures richement sculptées et du tétramorphe en fort relief, monté tangentiellement au périmètre et suivant deux diamètres, vertical et horizontal ; deux boulins, d'une section très puissante, ont été logés sous les figures de Marc et de Luc, c'est-à-dire sous le diamètre horizontal ; ce niveau correspond à la hauteur la plus pratique pour la mise en place de la plus grande partie de l'oculus et s'observe dans de nombreux cas romans et gothiques analogues.

43L'arcature aveugle qui se développe sur les 7 pans de l'abside de la cathédrale lyonnaise laisse apparaître des exigences du même ordre, mais qui portent aussi sur la qualité de l'appareil et de sa pose.

86- Tarascon (13) : église Saint-Gabriel

86- Tarascon (13) : église Saint-Gabriel

Échafaudage et volume architectural

44La technique de l'enveloppement général du bâtiment par un échafaudage continu peut être abordée de différentes façons. Sa forme la plus élémentaire a déjà été étudiée dans la technique du franchissement des angles formés par la jonction de deux murs : il s'agissait en fait d'envelopper un volume. Si cette technique répond à une difficulté ponctuelle, elle ne semble pas faire appel à une formule pré-élaborée. A la tour des Montmayeur, à Aime, comme dans les édifices romans de Corse déjà cités, la solution adoptée est parfaitement au point et s'affiche comme un système propre d'échafaudement.

45Il existe enfin une technique, illustrée par Viollet-le-Duc (Viollet-le-Duc 1854-1868) : « la construction du donjon de Coucy, qui présente un cylindre dont les parois verticales ont 60 m d'élévation, n'a exigé qu'un échafaudage extrêmement simple, échafaudage qui avait encore le mérite d'épargner les montages lents obtenus par des engins. On remarque sur la surface de l'énorme cylindre, à l'extérieur, une suite de trous de boulin disposés en spirale et formant, à cause de la largeur extraordinaire du diamètre, une pente assez douce ». Ces trous de boulin, espacés de quatre en quatre mètres environ, sont doubles, c'est-à-dire qu'ils présentent deux spirales, ainsi que le fait voir le dessin de Viollet-le-Duc (fig. 87). Au moyen de chevrons engagés dans les trous A supérieurs et soulagés par des liens portants dans les trous Β inférieurs, le constructeur établissait ainsi, en même temps qu'il élevait sa bâtisse, un chemin en spirale (…) Les maçons et poseurs avaient le soin d'araser toujours la construction sur tout le pourtour du donjon, comme on le voit ici, et sur cet arasement ils circulaient et bardaient leurs pierres. L'iconographie (fig. 90 et 68), et les parements de donjon comme celui de Cleppé dans la Loire (fig. 88) illustrent cette technique.

87- Le donjon de Coucy

87- Le donjon de Coucy

Viollet-le-Duc 1854-1868, article échafaud. figs. 1 et 2

88- Donjon de Cleppe (42) : traces d'un échafaudage hélicoïdal

88- Donjon de Cleppe (42) : traces d'un échafaudage hélicoïdal
  • 50 Si le relevé angulaire des trous sur des murs plans est simple, celui-ci se complique sur des murs (...)

46Adapter l'échafaudage aux formes cylindriques pose évidemment problème, surtout dans le cas d'absides dont le faible diamètre éloigne considérablement des surfaces murales (convexes ou concaves) les extrémités des plateaux tangentiels. L'étude menée par Ch. Le Barrier sur les absides de la priorale de Montverdun permet de proposer une hypothèse. Lors du relevé en plan des absides et de la première rangée de boulins, avec toutes les incertitudes que cela peut comporter50 il a été constaté une convergence des tracés vers le centre de chacune des absides, de telle sorte que l'on peut envisager en ce point l'emploi d'une perche unique (fig. 89). Si ce constat n'est pas un phénomène général, son utilisation paraît s'imposer pour les absidioles dont le rayon interne (1,16 m) va interdire la multiplication des perches. D'autre part, utilisée à la manière d'un compas avec un cordeau tendu, elle pourrait avoir servi à matérialiser le centre géométrique des absides lors de l'implantation et pendant l'édification des murs. Dans cette hypothèse, par son rôle en tant que pivot, elle devient indispensable dès le montage des premières assises, et devra, de ce fait être stabilisée verticalement le plus rapidement possible. Dans ce cas où le rôle de perche-pivot précède la fonction de perche-échafaudage, il devient possible de proposer une seconde interprétation pour les niveaux remarquablement bas de la première rangée des trous de boulin : ne servent-ils pas, en premier lieu, à stabiliser la perche-pivot ?

89- Prieuré du Pic de Montverdun (Boën-42) : relevé en plan de l'abside ; hypothèse de la perche-pivot

89- Prieuré du Pic de Montverdun (Boën-42) : relevé en plan de l'abside ; hypothèse de la perche-pivot

90- Un exemple d'échafaudage hélicoïdal en claies, XVe siècle

90- Un exemple d'échafaudage hélicoïdal en claies, XVe siècle

Paris, Bibl. Nat. de France, Ms. fr. 2810

Notes

49 Témoignage de Mr Moulin, voir note 20.

50 Si le relevé angulaire des trous sur des murs plans est simple, celui-ci se complique sur des murs courbes. Il faudra rajouter, dans tous les cas, l'incertitude qui provient de la position du boulin par rapport au trou lui-même.

Table des illustrations

Titre 77- Montbrison (42) : chapelle Sainte-Eugénie, mur gouttereau nord
Légende Position des trous de boulins par rapport à une ouverture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre 78- Villeperdrix (26) : pile du pont romain
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 79- Sainte-Jalle (26), chapelle Sainte-Anastase : répartition des trous de boulin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 80- Le peintre reste accroché a son pinceau  !. Alphonse le Sage, Cantigas de Santa Maria
Crédits Madrid, Escorial, Biblioteca real, Ms. Τ I, 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre 81- Prieuré du Pic de Montverdun (Boën-42) : platelage installé pour faciliter la circulation lors de la restauration du rempart
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 82- Saint-Paul-Trois-Châteaux(26) : Portail de la façade occidentale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 83- D'après « La dispute du Saint Sacrement » (détail), Raphaël
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 84- Montbrison (42) : chapelle de la commanderie Saint-Jean des Près, façade ouest
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 85- Cluny (71) : transept sud, élévations interieures des travées 1, 2 et 3 du mur occidental
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre 86- Tarascon (13) : église Saint-Gabriel
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 87- Le donjon de Coucy
Légende Viollet-le-Duc 1854-1868, article échafaud. figs. 1 et 2
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 88- Donjon de Cleppe (42) : traces d'un échafaudage hélicoïdal
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 89- Prieuré du Pic de Montverdun (Boën-42) : relevé en plan de l'abside ; hypothèse de la perche-pivot
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 90- Un exemple d'échafaudage hélicoïdal en claies, XVe siècle
Crédits Paris, Bibl. Nat. de France, Ms. fr. 2810
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1771/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 639k

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access