Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'échafaudage dans le chantier médiéval

 | 
Anne Baud
, 
Philippe Bernardi
, 
Andréas Hartmann-Virnich
, 
et al.

Chapitre 2. Les matériaux : nature, marchés

Texte intégral

1C'est un domaine dans lequel l'étude des textes médiévaux est une source majeure et irremplaçable, nous avons toutefois pu tirer un parti non négligeable des données iconographiques et d'un certain nombre d'observations faites sur les monuments encore en élévation. Dans ce domaine, qui peut apparaître à certains comme « la chasse gardée » des paléographes, l'approche pluridisciplinaire engagée a suscité des échanges inattendus dont le moindre des effets n'est pas la formulation ou reformulation de plusieurs questions. Nous nous sommes attachés ici à donner un état de nos connaissances et à mettre en évidence les points sur lesquels la recherche engagée nous semblait pouvoir être fructueusement poursuivie.

2Il convient de noter que le type d'échafaudage exécuté et la destination des pièces de bois ne sont généralement pas donnés dans les textes. C'est pourquoi, dans l'ignorance de l'utilisation réelle de telle ou telle pièce de bois (boulin, moise, écharpe ou perche, par exemple) et pour marier sans ambiguïté ces données avec celles des autres sciences, nous avons réparti les matériaux mentionnés en deux grands ensembles.

3Tout d'abord la structure (poutrelles verticales, horizontales et diagonales) puis le platelage (surfaces de travail ou de circulation), en nous proposant d'étudier tout d'abord leur nature et leurs dimensions, puis la fourniture et le coût.

Les matériaux

La structure

Essences

4En matière d'échafaudage, les indications d'essence portées dans les textes sont rares, mais cette absence de précision est peut-être la marque d'un recours indistinct à toutes sortes de bois ou, plutôt, aux variétés localement les plus courantes. C'est ce que paraît confirmer le remploi relativement fréquent de pièces de toiture ou de plancher pour la confection des « étagères » - nous y reviendrons.

  • 7 Arch. Dép. de la Côte-d'Or, Β 11670, f° 273v°.

5Il est de ce fait plus que probable que les essences employées aient changé en fonction des disponibilités du marché, selon les villes, les régions et/ou les époques. A Aix-en-Provence, les constructeurs se sont sans doute servis des résineux bas-alpins (sapin, pin, mélèze) qui représentaient la quasi-totalité des bois mis en oeuvre dans ce lieu. A Dijon, les comptes de la chartreuse de Champmol mentionnent exceptionnellement l'achat de six grandes pièces de chêne pour les échafaudages du réfectoire en 13867. Pour le reste, les constructeurs s'approvisionnent presque toujours dans les forêts de la région, ce qui laisse supposer l'utilisation d'espèces courantes telles que le hêtre ou le chêne.

6L'archéologie confirme la variété des essences utilisées : ce sont des pièces de chêne que Ch. Le Barrier a retrouvé prises dans des trous de boulin au donjon du château d'Ecotay (42) et au clocher du prieuré de Montverdun (42). Il s'agit de vestiges de rééchafaudement datant respectivement d'après 1430 et du XVIIe s. Dans un trou de boulin de la tour des Montmayeur, à Aime, c'est une pièce de résineux que J. Tardieu et J.-P. Ziolkowski ont retirée ; et à Die, dans les parements de l'ensemble occidental de la cathédrale, ce sont également trois pièces de sapin (Abies alba) et une pièce de pin (Pinus sp.) que N. Reveyron et J. Tardieu ont retrouvées. Utilisait-on en priorité le chêne et, à défaut, d'autres essences ? Nos renseignements sont trop ténus pour déboucher sur des généralités, fussent-elles hypothétiques.

  • 8 Compte de Saint-Sauveur de Blois, Richel. 6215, f° 21v°., cité par F. Godefroy (Godefroy 1881-1902)

7L'alternative chêne/sapin, inscrite dans les consignes de sécurité des années soixante (OPPBTP 1966), doit elle-même être reconsidérée, en raison, par exemple, de l'emploi attesté du charme à Blois, au milieu du XVe s8. Il ne semble pas qu'il y ait eu de réelle exclusive dans l'emploi des essences pour échafauder. Tout au plus a-t-on pu retenir, parmi les variétés disponibles, celles qui convenaient le mieux par leurs qualités physiques. On ne peut apprécier aujourd'hui la part réelle du choix.

Dimensions

8Les dimensions de certaines pièces sont données par les textes. Il s'agit toujours de grandes longueurs. Pour la Chartreuse de Champmol, à la fin du XIVe s., on utilise des poutrelles de 9,90 à 13,20 m, voire 16,50 m (40 à 50 pieds, 60 pieds). Ce sont des dimensions du même ordre que livrent les comptes du Palais des Papes d'Avignon quelques décennies plus tôt (4 à 6 cannes, soit 8 à 12 m).

9En Provence, comme à Dijon, ces précisions ne portent que sur quelques éléments et soulignent sans doute un caractère particulier (exceptionnel ?). Il semble peu probable que de telles poutrelles aient été ensuite débitées et nous avons sans doute ici la longueur de quelques perches ou moises.

10Nous n'avons pas retrouvé dans les textes d'indications sur la section de ces bois, mais plusieurs indices nous permettent de l'évaluer. En premier lieu nous connaissons, pour Aix-en-Provence, la section moyenne des poutrelles disponibles sur le marché : de 8 à 16 cm environ.

11L'étude des ouvertures de trous de boulin est révélatrice de tendances générales. Elle a livré un nombre conséquent, sur le plan statistique, de dimensions qui oscillent couramment entre 8 cm sur 10 et 20 cm sur 25 ; il s'agit en général d'orifices carrés d'une dizaine à une quinzaine de centimètres de côté ; compte tenu de l'adaptation du boulin à son fourreau - le boulin doit à la fois être solidement maintenu par la maçonnerie et pouvoir en être retiré pour remploi - on peut estimer que la section de ces poutres ancrées est à peine inférieure à l'ouverture du trou. Les données des textes et de l'archéologie se rejoignent donc pour fixer la section courante des boulins entre 8 et 15 cm, ce que confirment les travaux de G. Coppola (Coppola 1991).

12On peut imaginer que la largeur des perches se situait aussi dans cette fourchette ; toutefois, les pièces de 15 m et plus avaient certainement à leur base des dimensions plus importantes.

15- Aime (73) : boulin retiré d'un trou de boulin en 1994 lors de la restauration de la tour des Montmayeur

15- Aime (73) : boulin retiré d'un trou de boulin en 1994 lors de la restauration de la tour des Montmayeur

A propos de quelques boulins conservés

  • 9 Datation par radiocarbone par A. Cura et L. Van Der Plaetsen ARCHEOLABS (réf. ARC95/R1316C).
  • 10 Analyse dendrochronologique réalisée par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, ARCHEOLABS (réf. ARC94/R1626D).

C'est le boulin qui est l'élément structurant le mieux connu, grâce aux fragments conservés dans les parements anciens. Les programmes de restauration menés par les Conservations des Monuments Historiques donnent de plus en plus souvent l'occasion de les retrouver et de les extraire, ce qui nous permet d'en avoir une connaissance positive et directe ; mais cette approche n'est que partielle, puisqu'elle concerne des boulins qui n'ont pu être dégagés de leur fourreau, soit parce qu'ils lui étaient trop exactement adaptés en forme et en section, soit parce qu'ils ont été entrés en force lors de réutilisation des trous de boulin.
Des boulins ont été prélevés en 1994 lors d'études d'élévations dans l'ensemble occidental de la cathédrale de Die (Drôme) et dans la tour des Montmayeur, à Aime (Savoie). Il s'agit ici d'une branche de résineux (fig. 15) affûtée en pointe qui a été cassée au nu du parement : elle mesure 0,70m de long pour 0,06m environ de rayon ; elle n'occupait donc pas toute la longueur du trou qui est traversant (0,90m environ). C'est pour l'instant le seul exemple de rondin retrouvé dans la région. L'échantillon, très dégradé, n'a pu être daté (1045 cal AD-1280 cal AD) que par le radiocarbone9. A la cathédrale de Die, les quatre fragments de boulins prélevés dans la tour-porche et le mur ouest de la nef sont trois pièces de sapin (Abies alba) et une de pin (Pinus sp.) de section quadrangulaire, aux mesures variant de 0,085 à 0,105 m. de côté. Ils s'enfonçaient dans l'épaisseur du mur sur 0,40 à 0,50m. de profondeur. Les séquences chronologiques se situent entre les années 1113 et 1167 et, pour l'un d'entre eux provenant d'un rééchafaudement, entre les années 1490 et 151210. Dans la première série le boulin prélevé au niveau des voûtes était accompagné de son bois de calage en sapin qui lui est contemporain.
Christian Dormoy, Nicolas Reveyron, Joëlle Tardieu

Système de calcul pour approcher sensiblement les longueurs des perches

Un système de calcul permet d'approcher les dimensions de leur section en donnant des ordres de grandeur significatifs.
Quand on observe un parement ponctué de trous de boulin, on constate que ceux-ci s'organisent souvent en colonnes verticales caractérisées par un aplomb relatif de ceux-ci les uns par rapport aux autres. Le relevé de ces alignements fait apparaître de légers décalages par rapport à un axe unique parfaitement vertical, qui peuvent être interprétés comme les traces de la largeur d'une perche ou de deux perches liées ; autrement dit, si l'on considère deux boulins superposés A et B, il est possible de définir les cas de figure suivants (fig. 16) : 1) si A et Β sont attachés du même côté de la même perche, ils sont exactement alignés verticalement, sur un ou deux de leurs côtés (type aligné) ;
2) si A et Β sont attachés de part et d'autre de la même perche, ils sont décalés de la largeur de cette perche (type monoaxial alterné) ;
3) si A et Β sont attachés de part et d'autre de deux perches jointes bout à bout, chacun sur un côté externe de l'ensemble, ils sont décalés des largeurs ajoutées de ces deux perches (type alterne-externe) ;
4) si A et Β sont attachés du même côté de deux perches jointes bout à bout, ils sont décalés de la largeur d'une seule perche (type dyaxial décalé) ;
5) si A et Β sont attachés de part et d'autre de deux perches jointes bout à bout, mais chacun sur un côté interne de l'ensemble, ils sont disposés en quinconce par rapport à l'axe vertical dessiné par leurs côtés alignés (type alterne-interne).
Si l'on dispose en tableau les suites de ces variations, on obtient des mesures correspondant à des ordres de largeur. L'archéologie du sol offre des jalons plus concrets, moins soumis aux aléas des montages aériens (flexibilité des perches et des boulins, possibilité d'inclinaison des perches, etc.) : les trous de calages de perches étudiés dans le sol de l'abbatiale de Cruas donnent une idée plus exacte de ces dimensions (cf. infra).
D'autre part, on peut calculer la longueur des perches de manière plus précise. Quand on observe, sur la totalité d'un parement, un ensemble de trous de boulin, on remarque qu'ils s'organisent par groupes et en strates : deux, trois ou quatre lignes horizontales successives sont composées de trous de boulin parfaitement alignés verticalement et forment ainsi un sous-ensemble homogène ; cela signifie qu'ils sont liés aux mêmes perches et que, par voie de conséquence, la longueur de ces perches excède de peu (il faut laisser libres les extrémités pour abouter* une perche à la suivante) la hauteur totale de chaque sous-ensemble ; on a ainsi relevé des longueurs d'environ 4 m. La hauteur où apparaît le premier platelage donne d'autres indications (cf. infra) ; lorsque les premiers trous de boulin ont été ménagés à quelque 6/8 m de haut par rapport au sol du chantier et qu'ils présentent une très faible profondeur, comme au chevet de la cathédrale de Lyon, on peut en déduire sans erreur que les perches de ce premier niveau mesuraient au moins 7/9 m de longueur.
Nicolas Reveyron

16- Différents types d'attaches des boulins aux perches

16- Différents types d'attaches des boulins aux perches

Le platelage

13Deux types de platelage sont attestés par les sources écrites et iconographiques : le premier est formé de claies, le second de planches.

Claies

  • 11 Arch. Dép. de la Côte-d'Or, Β 116771, f° 9 : " A Gilet Quatine sergent de monseigneur pour (....) a (...)

14On trouve mention de l'emploi de ces panneaux de branches entrelacées dans les échafaudages dès le XIe s. dans un passage de la vie de Gauzlin relevé par V. Mortet (Mortet 1929,t. I, p. 37 et note 2). Les textes postérieurs, comme les représentations (fig. 10 et 17), l'évoquent à de multiples reprises, tant à Dreux au XIIIe s. (Mortet 1929, t. II, p. 234), qu'à Paris (Dautrey 1994) ou Dijon au XIVe s. Selon G. Coppola (Coppola 1991, p. 36), les claies étaient faites de branches souples de saule ou de chêne. Les sources écrites dijonnaises indiquent quant à elles que les claies utilisées à la chartreuse de Champmol étaient achetées dans les villages qui bordent la région des Marais des Tilles situés à l'est de Dijon11. Il n'est donc pas exclu que l'on ait fait appel à d'autres variétés de bois tendres dans une région très humide, où les habitants devaient trouver en abondance les matériaux propres à ce type d'assemblage (peuplier, aulne, saule ?…).

17- Les claies

17- Les claies

Paris Bibl. Nat. de France, Ms. fr. 380 fol. 26, v°

Planchers

  • 12 Première et dernière planche découpée dans un tronc, qui conserve une face incurvée encore garnie d (...)
  • 13 Arch. Vaticanes : I. E. 201. f°14v.

15On les trouve figurés maintes fois sur des miniatures (fig. 18) et plusieurs comptes mentionnent des achats de planches pour les échafaudages. On a pu utiliser à l'occasion des planches de seconde qualité comme ces dosses (escodeng pro stagiis)12 fournies pour la construction du Palais des Papes d'Avignon13.

18- Platelages extérieurs

18- Platelages extérieurs

Représentation d'une tour de Babel grise à bossages. L'enlumineur a surtout insisté sur la reproduction de l'engin de levage actionné par une roue en « cage à écureuil ». L'échafaudage externe est de type encastré et sert à la circulation et à entreposer du matériel (ici gamate à mortier). Les platelages extérieurs sont très présents. L'image ne montre pas les trous de boulin sur les parements inférieurs terminés.
Les maçons sur les platelages sont représentés avec des chaussures qui font référence à un statut social (poulaines), ce qui laisse à penser que le miniaturiste n'est pas allé sur les chantiers, et que c'est d'après des ouvrages qu'il a reproduit les engins de levage. Différentes phases de la mise en oeuvre sont ici représentées ; elles utilisent le platelage : un manoeuvre, le bardeur, porte un bloc sur son épaule, le ficheur, maçon affecté au coulage des liants prépare son mortier, et le poseur frappe une pierre avec le manche de son outil pour ajuster son montage.

Wiirttembergische Landesbibl. Stuttgart. Cod. Bibl. 2° 5, 9 v°

16La rareté des éléments réunis invite à rester prudent quant aux conclusions à tirer sur l'emploi de ces deux types de platelage. Les indices sont bien faibles pour supposer un emploi plus ancien ou plus fréquent des claies. En revanche, dans la mesure où, à la même époque, certains échafaudeurs utilisaient des planches et d'autres des claies, il n'est pas exclu qu'il y ait eu une sorte de répartition géographique de ces procédés en fonction des possibilités d'approvisionnement des divers chantiers. Encore doit-on se garder d'opposer trop hâtivement « pays de claie » et «  pays de plancher » car J. Quicherat a noté que les constructeurs de la cathédrale de Troyes ont employé tour à tour l'une et l'autre (Quicherat 1886, p. 202).

17D'après ce que nous savons des matériaux livrés sur les chantiers provençaux, les planches de résineux avaient au maximum 33 à 37 cm de large et 4 cm d'épaisseur pour une longueur moyenne de 3 m. G. Coppola fait état, pour sa part, de pièces de 1,5 à 3 cm d'épaisseur pour 20 cm de large (Coppola 1991, Ρ· 37). Nous n'avons pas trouvé dans les textes d'indications sur la longueur des platelages, mais les traces laissées par les échafaudages ancrés offrent quelques éléments d'appréciation. Notons en premier lieu que cette dimension, liée à celle de l'ouvrage et à la forme de ce dernier, est nécessairement variable. A priori, il n'existe pas, pour un platelage, de taille minimum autre que celle en deçà de laquelle un homme ne peut plus se mouvoir aisément. Au-delà, le recours possible à des supports intermédiaires ne permet pas d'évaluer précisément un maximum, surtout pour les claies. Nous pouvons néanmoins, par la distance horizontale laissée entre deux boulins voisins, évaluer la longueur minimum de certaines surfaces de travail. A titre indicatif, les boulins étaient espacés de 1,6 à 2,5 m dans le bras sud du grand transept de l'église abbatiale de Cluny et de 1,2 à 3 m au chevet de la cathédrale Saint-Jean de Lyon, ce qui équivaut à des platelages d'environ 2 à 2,9 m à Cluny et 1,6 à 3,4 m à Lyon.

Les marchés

La fourniture des matériaux

  • 14 La journée de charroi est payée entre 8 et 12 gros (1 gros = 20 deniers), alors que le salaire des (...)

18A en juger par les éléments réunis, la fourniture des poutrelles, solives et planches se fond dans celle, plus large, du bois d'œuvre. Du reste les précisions « pro stagiis » ou « ad estagandum » accolées à la désignation des pièces apparaissent plus comme une indication de destination que comme une donnée technique, une réelle caractérisation. La situation était alors fonction du lieu ; richesse ou pauvreté des forêts voisines, de la proximité ou non d'une voie navigable… A Champmol, les constructeurs utilisent le bois des forêts du duc de Bourgogne. Ils se fournissent dans un rayon d'une trentaine de kilomètres autour du chantier, mais le bois d'échafaudage provient en général des massifs les plus proches, en particulier de la forêt de Montuan, l'une des trois grandes forêts ducales, située dans la région de Vergy, à une quinzaine de kilomètres au sud de Dijon. Ce choix s'explique en grande partie par le coût élevé du transport terrestre qui représente, selon les cas, trois à cinq fois le prix de la coupe en forêt14.

  • 15 Arch. Dép. Bouches-du-Rhône : 309 Ε 278. f° 174v°.
  • 16 Arch. Dép. Bouches-du-Rhône : 309 Ε 422, f° 74.t
  • 17 Arch. vat. : I.E. 201, f° 28 : "pro fusta antiqua palacii ressanda quae fusta fuit posita in stagii (...)

19L'échafaudage était, dans bien des cas, fourni par le commanditaire des travaux. Il s'agissait alors souvent d'un prêt ; les Franciscains d'Aix-en-Provence ne manquant pas, par exemple, de faire préciser, en 1509, lors du contrat de construction de la voûte de leur église, que « l'ouvrage fini, poutrelles et planches doivent rester audit couvent » (lasqualas (fustas et taulas), perfecit lod obrage deian restar aid. convent)15 Il pouvait s'agir de simples pièces de charpente récupérées sur le lieu même du chantier, comme ces « vieux bois » (fustibus antiquis) qu'un plâtrier est autorisé, en 1510, à tirer de la maison qu'il démolit, afin de les utiliser à l'échafaudage du nouveau bâtiment16 Ce souci d'économie n'était pas limité aux petits chantiers car les comptes de construction du Palais des Papes portent paiement de 16 sous à deux scieurs « pour le sciage du vieux bois du palais, lequel bois a été employé aux échafaudages de la grande tour » Cette pratique s'est17 poursuivie à l'époque moderne, ainsi qu'en atteste le remploi en boulin au XVIIe s., d'une pièce de charpente dans le clocher du prieuré de Montverdun.

  • 18 Arch. Dép. Bouches-du-Rhône : 308 Ε 92, f° 178.

20Un approvisionnement relativement hétéroclite donc, d'autant plus que les échafaudeurs se voyaient parfois obligés de composer avec des pièces de dimensions imposées. Le prêt du bois n'était en effet consenti dans certains cas qu'à condition que la mise-en-œuvre se fasse, ainsi que le précisent les Frères Augustins d'Aix-en-Provence, en 144018 « sens rompre ni rosonhar » - sans doute pour ne pas affecter la valeur marchande de leur bois ou en vue d'un remploi. C'est la même impression qui se dégage de certaines miniatures où les perches apparaissent comme de simples troncs vaguement ébranchés.

21Il est difficile dans ces conditions de cerner le marché du bois d'échafaudage. Dans certains cas, nous nous trouvons face à une sorte de bricolage qu'il faut sans doute lier au caractère éphémère de ces constructions et que l'on retrouverait probablement dans la confection des tréteaux de fête ou d'autres ouvrages de ce type. Ramener tous les échafaudages médiévaux à des structures bricolées serait toutefois exagéré. Il n'est pour s'en persuader qu'à rappeler l'attention portée par le maître des œuvres de charpenterie du duc de Bourgogne à l'abattage des « perches » destinées à la Chartreuse de Champmol. Les textes indiquent en effet que les coupes avaient lieu sous sa direction et que les arbres étaient marqués et vraisemblablement vérifiés avant leur transport vers le chantier.

22La direction de ce type de grand chantier, outre le fait qu'elle disposait d'autres moyens, ne raisonnait pas dans la même durée que le petit commanditaire ; il ne s'agissait pas du même provisoire. L'échafaudage pouvait représenter un investissement qui était rentabilisé sur un terme plus long. Les pièces de bois étaient alors l'objet d'un certain soin ; à Avignon, on les remisait après emploi dans la charpenterie du Palais, tandis qu'en hiver, les constructeurs des remparts de Pertuis (Vaucluse) rangeaient les leurs à l'Hôtel de ville et sous la halle (Sauze 1994, p. 145).

23Dans un article récent sur « l'espace des comptes de construction des Bernardins de Paris » (Dautrey 1994), Ph. Dautrey a présenté une édifiante analyse de l'approvisionnement du chantier parisien, appuyée sur l'étude des comptes de Pons de Madières (1339-1342). Ce travail s'arrête en particulier sur les rubriques consacrées aux claies et aux « gastons ». Il met en évidence un marché qui s'étendait à une dizaine de kilomètres de la ville, se déplaçait, évoluait, dont les prix variaient en fonction de l'offre et de la demande, mais aussi du réseau qu'avait su, ou non, établir le maître d'œuvre, et de l'habileté de ce dernier à faire jouer la concurrence. En filigrane apparaît un monde de petits fournisseurs, d'intermédiaires aux pratiques commerciales souples, qui luttaient pour la rente que représentait la fourniture des milliers de claies que consommait annuellement ce type de gros chantier. La situation est, semble-t-il, assez proche à Dijon, où le chantier de la chartreuse utilise couramment plusieurs milliers de claies par an : 4666 en 1385, 2471 en 1386, 4504 en 1387… Elles sont généralement achetées à de petits fournisseurs établis dans la campagne environnante, avec qui les responsables des travaux traitent directement. Il est difficile cependant de parler d'un véritable marché des claies dans ce cas précis. Il s'agit plutôt d'un réseau de vendeurs occasionnels, sans doute des paysans auxquels le chantier fait appel au gré de ses besoins et pour qui la vente de ces fournitures devait représenter un gain important.

24A bien des égards, la fourniture des liens est à rapprocher de celle des claies (à propos des liens, voir aussi la fin du ch. 3). Les cordes étaient achetées aux cordiers (fabricants ou revendeurs ?). A Dijon, leurs prix varient généralement entre 2 gros et 2,5 gros la douzaine. Les appellations relevées laissent entendre qu'on ne les fabriquait pas spécialement pour cet usage et, donc, que les échafaudeurs s'approvisionnaient sur un marché dont ils n'étaient pas le seul débouché.

25Les achats d'échelles sont trop peu nombreux pour que l'on puisse prétendre traiter d'approvisionnement. Il semble que l'on ait pu se contenter de les louer, suivant une pratique assez répandue pour l'outillage ou les moyens de transport. Elles pouvaient également être fabriquées sur place.

Le coût des matériaux

26A titre indicatif, nous présentons les prix (en deniers) de divers matériaux achetés « pro stagiis » avec, pour comparaison, le salaire quotidien moyen d'un manœuvre sur le même chantier à la même date.

27Peut-on calculer le coût d'un échafaudage ? Nous disposons de prix et de salaires, mais les inconnues sont multiples. Combien de temps et de personnes fallait-il pour monter un échafaudage ? A-t-on employé des bois de récupération et pour quelle valeur ? De quel type était l'échafaudage construit, et de quelle taille ? A quel rythme les pièces étaient-elles remplacées ?… Autant de questions auxquelles nous ne pouvons pas répondre, ce qui fait qu'un nombre important de paramètres nous échappent pour apprécier d'éventuelles données chiffrées.

Le coût des claies à la chartreuse de Champmol

A titre d'exemple, nous avons rassemblé dans le tableau suivant (fig. 19) quelques données chiffrées extraites des comptes de la chartreuse de Champmol qui permettent d'apprécier la place qu'occupe la fourniture des claies sur l'ensemble des achats de bois du chantier au cours des cinq premières années de travaux.
Eric Husson

19- Claies : coût et proportion

19- Claies : coût et proportion

Rapport entre les salaires et les matériaux en 1343

1- Palais des Papes
Manoeuvres = 20 deniers/jour
1 poutrelle de 12 m = 336 d
1 poutrelle de 8 m = 150 d
solivage = 30 d/m
dosses = 30d/m2
planches = 75d/m2

2- Chartreuse de Champmol
Manoeuvres = 1 gros (20 deniers)/jour
1 pièce de bois de 12,50m de long = 180 deniers
claie = 5 d/pièce
corde (longe) = 50 d la douzaine
corde (trait) = 5 d/pièce.
Philippe Bernardi et Eric Husson

28A partir des sources réunies à ce jour, nous ne pourrions proposer qu'un ordre de prix très vague, établi à l'aide des dépenses effectuées en un temps relativement bref pour une structure précise. Encore ne s'agirait-il là que de la valeur minimum d'un échafaudage, dont beaucoup de caractéristiques nous manquent.

  • 19 Arch. Dép. du Vaucluse : 4 G 38, f°592.

29Enfin, à l'époque moderne, et peut-être déjà au Moyen Âge, l'échafaudage pouvait se louer. C'est la solution qu'adopta le chapitre de Cavaillon pour réparer l'église de Cabrières, en 1653. Le compte de construction conservé porte en effet la mention du paiement d'un écu « pour le louage du bois pour faire les stagières et les faire porter au simetière »19. Cette somme paraît bien modeste, puisqu'elle correspond à cinq journées de travail d'un manoeuvre homme.

Notes

7 Arch. Dép. de la Côte-d'Or, Β 11670, f° 273v°.

8 Compte de Saint-Sauveur de Blois, Richel. 6215, f° 21v°., cité par F. Godefroy (Godefroy 1881-1902).

9 Datation par radiocarbone par A. Cura et L. Van Der Plaetsen ARCHEOLABS (réf. ARC95/R1316C).

10 Analyse dendrochronologique réalisée par Ch. Orcel et Ch. Dormoy, ARCHEOLABS (réf. ARC94/R1626D).

11 Arch. Dép. de la Côte-d'Or, Β 116771, f° 9 : " A Gilet Quatine sergent de monseigneur pour (....) aler querrer cloyes, oultre les tilles, et les faire venir audit champmol pour les alours et eschaffaux des diz ouvraiges (...)".

12 Première et dernière planche découpée dans un tronc, qui conserve une face incurvée encore garnie d'écorce.

13 Arch. Vaticanes : I. E. 201. f°14v.

14 La journée de charroi est payée entre 8 et 12 gros (1 gros = 20 deniers), alors que le salaire des charpentiers travaillant en forêt varie de 2 à 2,5 gros par jour.

15 Arch. Dép. Bouches-du-Rhône : 309 Ε 278. f° 174v°.

16 Arch. Dép. Bouches-du-Rhône : 309 Ε 422, f° 74.t

17 Arch. vat. : I.E. 201, f° 28 : "pro fusta antiqua palacii ressanda quae fusta fuit posita in stagiis magne turris"..

18 Arch. Dép. Bouches-du-Rhône : 308 Ε 92, f° 178.

19 Arch. Dép. du Vaucluse : 4 G 38, f°592.

Table des illustrations

Titre 15- Aime (73) : boulin retiré d'un trou de boulin en 1994 lors de la restauration de la tour des Montmayeur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 16- Différents types d'attaches des boulins aux perches
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 17- Les claies
Crédits Paris Bibl. Nat. de France, Ms. fr. 380 fol. 26, v°
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre 18- Platelages extérieurs
Légende Représentation d'une tour de Babel grise à bossages. L'enlumineur a surtout insisté sur la reproduction de l'engin de levage actionné par une roue en « cage à écureuil ». L'échafaudage externe est de type encastré et sert à la circulation et à entreposer du matériel (ici gamate à mortier). Les platelages extérieurs sont très présents. L'image ne montre pas les trous de boulin sur les parements inférieurs terminés.Les maçons sur les platelages sont représentés avec des chaussures qui font référence à un statut social (poulaines), ce qui laisse à penser que le miniaturiste n'est pas allé sur les chantiers, et que c'est d'après des ouvrages qu'il a reproduit les engins de levage. Différentes phases de la mise en oeuvre sont ici représentées ; elles utilisent le platelage : un manoeuvre, le bardeur, porte un bloc sur son épaule, le ficheur, maçon affecté au coulage des liants prépare son mortier, et le poseur frappe une pierre avec le manche de son outil pour ajuster son montage.
Crédits Wiirttembergische Landesbibl. Stuttgart. Cod. Bibl. 2° 5, 9 v°
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 19- Claies : coût et proportion
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access