Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'échafaudage dans le chantier médiéval

 | 
Anne Baud
, 
Philippe Bernardi
, 
Andréas Hartmann-Virnich
, 
et al.

Introduction

Nicolas Reveyron

Texte intégral

1Les chercheurs et le grand public portent aujourd'hui un intérêt grandissant aux aspects techniques de la création artistique. D'importantes manifestations comme le colloque international tenu à Rennes en 1983 sur les Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge (Barrai I Altet 1983, 1987, 1990), les expositions dont Les bâtisseurs des cathédrales gothiques présentée à Strasbourg en 1989, celle consacrée aux Ingénieurs de la Renaissance, de Brunelleschi à Léonard de Vinci, à la cité des Sciences et de l'Industrie de Paris (Galluzzi 1995) et enfin celle présentée au musée de Brou (Ain) (1996), Les Bâtisseurs du XVIe s., montrent combien importe l'invention technique dans l'apparition et l'évolution d'un style, et en quoi ces deux domaines restent indissolublement liés. La forme d'un outil, le niveau des sciences exactes, l'état des structures sociales, etc., n'expliquent pas à eux seuls un style, mais ils participent à sa genèse.

2Pour bien comprendre les enjeux et les tendances de la création architecturale au Moyen Âge, il est nécessaire de mieux connaître l'organisation humaine et matérielle du chantier de construction. Dans le champ très ouvert des techniques et des connaissances propres à l'art de bâtir (taille de pierre, stéréotomie techniques de fabrication du mortier, géométrie appliquée,…), les modes d'échafaudement* forment un vaste domaine, encore peu exploré dans sa réalité concrète. Il possède pourtant son intérêt propre : parce que l'échafaudage médiéval appartient pleinement au chantier et que sa forme même procède directement des choix architecturaux et architectoniques, la connaissance que l'on peut en avoir déborde largement cet objet de recherche ; elle rejaillit sur l'histoire des techniques, des matériaux, de l'économie, de l'art, pour ne prendre que les applications les plus évidentes. Il est vrai que certains aspects de la question n'ont pas manqué d'intéresser des historiens et des iconographes. Le sujet a été abordé essentiellement sur le plan théorique : les manuels spécifiques en montrent des reproductions, parfois des restitutions (Viollet-le-Duc 1854-1868), mais ne traitent pas vraiment ce thème, sinon dans son aspect iconographique (Gimpel 1969, Du Colombier 1973, Coldstream 1991, Binding 1993). D'autre part, les approches ont été souvent orientées par la personnalité du chercheur : Viollet-le-Duc, par exemple, étudie l'échafaudage médiéval en rationaliste du XIXe s. (article échafaud, pp. 103-114). L'architecte qu'il est reste fasciné par la complexité de certains montages, dont il a imaginé la structure à partir des traces laissées dans le monument. Mais de tels montages, hypothétiques et très sophistiqués, sont de véritables morceaux de bravoure, proches d'un chef-d'oeuvre, plutôt que des exemples représentatifs de l'échafaudement médiéval.

3Ce rapide état de la question justifie déjà largement des projets de recherche qui mériteraient d'être conduits le plus loin possible, et dans toutes les directions susceptibles de diversifier et d'affiner cette connaissance. Mais ce ne sont pas là les seules raisons qui ont suscité la réunion d'une équipe de recherche sur ce sujet. Depuis une décennie, environ, un vaste mouvement de restauration des monuments historiques a intelligemment associé l'archéologie médiévale régionale à sa démarche et lui a ouvert de nouveaux champs d'action. En Rhône-Alpes, une étroite collaboration entre la Conservation régionale des monuments historiques, le Service régional de l'archéologie et les chercheurs universitaires a autorisé un développement conséquent de l'archéologie dite d'élévation. Cette nouvelle voie de recherche se développe dans un véritable « bouillonnement culturel » : le chantier de restauration n'est pas très éloigné du chantier médiéval ; il est un moment de restitution et de création ; il est aussi un lieu où se mêlent, dans le travail quotidien, des hommes aussi différents que des maçons, des architectes, des tailleurs de pierre, des chercheurs, des échafaudeurs,… L'occasion est inespérée pour échanger les connaissances et en mesurer in vivo les applications.

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access