Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'échafaudage dans le chantier médiéval

 | 
Anne Baud
, 
Philippe Bernardi
, 
Andréas Hartmann-Virnich
, 
et al.

Préface

Jean-Louis Charpentier

Texte intégral

1L'échafaudage est, aujourd'hui, un ouvrage en éléments préfabriqués permettant de disposer d'espaces de travail vastes et sécurisés. En ce qui nous concerne, destiné à restaurer l'édifice il est, dans la majorité des cas, totalement indépendant du bâtiment, et au mieux, peut servir de contreventement par l'intermédiaire de vérins placés dans les baies. Corps d'état séparé, il est généralement loué, et monté par des professionnels avant d'être mis à la disposition des différents métiers intervenant sur le chantier.

2On ne doit pas pour autant oublier que si, aujourd'hui, on restaure par exemple le chevet de l'église Saint-Nizier de Lyon avec ces techniques contemporaines, les échafaudages étaient en bois, lors de la précédente intervention faite dans les années soixante. Ils prenaient alors appui, dans la plupart des cas, sur les traces laissées par ceux d'origine, ou ceux des restaurations successives.

3Aujourd’hui la connaissance de ces même traces, si elles ne servent plus à nos restaurations, est toutefois primordiale puisqu’elles portent témoignage de l'histoire du chantier et de la construction de l'édifice. Témoignage de la vie sociale du chantier par l'ampleur des installations. Témoignage des moyens financiers mis en place par le maître d'ouvrage que la qualité des échafaudages permet d'appréhender. Témoignage des techniques de constructions entre échafaudage et appareillage. Et enfin, témoignage du savoir-faire des constructeurs.

4Un édifice offre plusieurs niveaux d'analyse suivant la distance de l'observateur. Trop souvent, par ignorance, on a méconnu le niveau de lecture le plus riche d'enseignement, à savoir celui qui consiste à déchiffrer les traces inscrites dans les maçonneries. Grâce à une collaboration mieux comprise entre les différents acteurs patrimoniaux, notamment entre le Service régional de l'archéologie et la Conservation régionale des monuments historiques, nous sommes en train de redécouvrir cette lecture faite d'indices laissés volontairement ou non par les constructeurs.

5La région Rhône-Alpes a montré depuis fort longtemps un dynamisme certain dans le domaine de l'archéologie dite des élévations. A nous de poursuivre et d'amplifier ce mouvement tant les connaissances qui en découlent sont riches d'enseignement.

Auteur

Conservateur régional des monuments historiques

© Alpara, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access