Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brandes-en-Oisans

 | 
Marie-Christine Bailly-Maître
, 
Joëlle Bruno-Dupraz

Conclusion

Texte intégral

1La recherche archéologique liée à une étude minutieuse de quelques rares textes font de Brandes un jalon de première importance dans l’histoire des mines et de la métallurgie avant le milieu du XIVe s.

2C’est à l’extrême fin du XIe, à coup sûr dans le courant du XIIe s. que l’on ouvre les premiers chantiers miniers et que se construisent les premiers éléments d’une agglomération - ateliers et habitations - qui animeront le plateau portant le nom très spécifique de Brandes (la montagne qui fume) jusqu’au milieu du XIVe s.

3L’hypothèse d’une identification du castrum Sageti à Brandes est maintenant définitivement invalidée. En identifiant ce castrum avec le château de La Garde, on prive Brandes de la fonction de siège d’un pouvoir politique important au XIe s. mais on lui restitue une place plus juste dans l’histoire de la principauté du Dauphiné en formation.

4La moyenne vallée de la Romanche et les trois paroisses voisines du lac d’Oisans sont le théâtre, aux XI-XIIe s. d’événements certes locaux mais dont les répercussions participent à un mouvement de mutation politique plus large. À travers la documentation et la prospection il a été possible de dresser un portrait du premier âge féodal en Oisans et de suivre la mainmise du comte d’Albon sur ce territoire, au détriment de l’évêque de Grenoble. C’est dans ce contexte économique et politique qu’il faut situer le démarrage de la mine de Brandes car parallèlement au contrôle de l’itinéraire vers l’Italie par le Mont-Genèvre, le Dauphin s’efforce de maîtriser les ressources en métal précieux, notamment les mines d’argent.

5Il faut attendre 1236 pour que la documentation mentionne cette mine d’argent et son lien avec le Dauphin soit avec un décalage d’un siècle. Lien important puisque les revenus de la mine doivent permettre de construire la « Sainte Chapelle » des Albon, face au pouvoir épiscopal.

6Les vestiges tant miniers que métallurgiques, éclairés par les textes, sont d’un apport historique inestimable. Mine d’argent, mine delphinale associée au prestige et à la puissance du Dauphin, mine abandonnée au milieu du XIVe s. sans reprise ultérieure, « l’argenterie » de Brandes donne un instantané d’un système technologique particulièrement intéressant tant par le contexte politique et économique dans lequel il se développe que par l’exceptionnelle complémentarité et fiabilité des sources d’informations.

7Il est certain que l’on se trouve en présence d’une « exploitation modèle » qui combine, à la fois, des permanences pouvant aller jusqu’à entraîner un certain plafonnement technique et des nouveautés qui annoncent les grandes mutations qui caractérisent la Renaissance. L’exploitation, la forme des chantiers, la dynamique des réseaux souterrains sont encore entièrement conditionnés par la gîtologie et tous les travaux se développent dans la puissance de la minéralisation. Pour l’abattage du minerai, l’usage du feu et de « pointerolles », ici non emmanchée, et de coins est une constante. Malgré les difficultés d’approvisionnement en combustible, les mineurs ont privilégié l’exploitation au feu, plus efficace dans un encaissant cristallin et une gangue quartzo-barytique. Depuis l’Antiquité la circulation verticale dans les réseaux souterrains se fait par des puits boisés et des moyens de levage sophistiqués y sont employés. À Brandes, le treuil reste la seule machine, mue par la seule force humaine. Hérité de l’Antiquité, mais appliqué à un contexte différent, l’usage de la prospection et de l’exploitation par chasses d’eau a nécessité des modifications d’envergure dans le réseau hydraulique naturel. Cet aspect est peut-être l’un des éléments les plus spectaculaires du site, par l’ampleur des aménagements mis en place et par la réflexion que cela implique de la part des concepteurs. On constate une parfaite utilisation de l’environnement-topographie, réseau hydrographique naturel-dans un but de rentabilité certain.

8Mais Brandes annonce des innovations. La découverte d’une voie de traînage attestant un transport horizontal des matériaux à l’aide de traîneaux à patins est capitale. Cet équipement est une préfiguration de la grande révolution du système d’exploitation de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, le roulage (Benoît, 1988 et 1992). De la même façon, la reya et les galeries d’exhaure dans l’axe du filon évoquent les grands travers-bancs des XVe et XVIe s.

9La circulation, l’exhaure, l’aération sont autant de difficultés pouvant être fatales à l’approfondissement d’une mine. Ici, on constate que les mineurs ont été confrontés à ces problèmes mais qu’ils ont su utiliser les données environnementales pour en retarder les effets, avant d’en être finalement victimes puisque la mine ferme pour cause d’inondations et d’éboulements. Les contraintes liées à l’éloignement de certains chantiers d’extraction ont entraîné la multiplication des forges sur les carreaux miniers. Les quatre ateliers étudiés montrent l’importance du forgeron dans la bonne marche d’une exploitation (Bailly-Maître, 1994). L’équipement et l’organisation interne de ces bâtiments sont très proches des forges du XVIe s. à Sainte-Marieaux-Mines (Grandemange, 1990) et démontrent un stade technologique déjà avancé par rapport aux forges villageoises (Chieze, Benoît, 1990). L’étude des outils et des résidus de métallurgie confirme ce « savoir-faire ».

10Il est maintenant certain que seule la minéralurgie a été faite sur place. Comme pour d’autres sites comparables tels que Pampailly (Lyonnais) ou San Silvestro (Toscane), les rares vestiges de transformation chimique du minerai attestent uniquement des essais de teneur. Toute la chaîne opératoire est conservée, ateliers, outillage et résidus correspondants à chaque étape : concassage, broyage, décrépitation et enfin, lavage. On constate un usage exclusif des matériaux locaux dans l’outillage et une stricte adaptation des techniques au matériau à traiter. Selon la nature du minerai et de sa gangue, ce dernier sera soumis ou non au broyage ou, plus rarement, à la décrépitation. Les techniques minéralurgiques employées à Brandes sont caractéristiques des méthodes du Moyen Âge qui changent au XVIe s. avec l’apparition du bocard et des innovations décisives en matière de lavage.

11Les textes permettent de faire des estimations sur le revenu et la production de cette « argenterie » et de la situer, d’abord dans le contexte minier et économique du Dauphiné puis plus généralement par rapport aux autres centres productifs d’argent au Moyen Âge.

12La fermeture de l’exploitation, peu avant le milieu du XIVe s., s’inscrit dans un schéma plus général de difficultés techniques des mines médiévales et au profond marasme qui touche l’Occident.

13L’agglomération apparaît dans les textes en 1261, formée d’un habitat permanent, dominée par une église paroissiale et par une fortification.

14Cette dernière, tenue par le châtelain delphinal, préfet de la mine, est étroitement liée à l’activité minière. Elle paraît être l’exemple le plus méridional des shell-keep connus à ce jour. Une plateforme circulaire semi-artificielle, cernée d’une enceinte, porte plusieurs pièces appuyées contre le mur. Elle occupe un relief offrant une situation stratégique aussi bien pour la surveillance des principaux accès du plateau que pour ce qui se passe dans le village même.

15L’église paroissiale est dédiée à Saint-Nicolas, particulièrement vénéré des mineurs. Ses différentes phases de construction racontent l’histoire de ce site et soulignent l’attachement des habitants au lieu de culte primitif, préférant agrandir artificiellement l’espace lors de l’extension de l’église, plutôt que de la changer de place. Le cimetière qui entoure l’édifice a livré une population à structure familiale équilibrée, autochtone, inhumée selon les rites en usage à cette époque.

16Les habitations constituent un exemple encore unique d’habitat permanent implanté à plus de 1800 m d’altitude au XIIIe s. Les contraintes climatiques ont déterminé à la fois la topographie des maisons et leur adaptation aux données naturelles. Elles sont alignées le long d’une combe, orientées nord/sud pour un ensoleillement maximal et semi-enterrées par le nord afin de se prémunir contre le vent et le froid. Un système de drainage et d’assainissement assez perfectionné limite les désagréments d’une humidité importante due aux fontes nivales et à un substrat argileux. Les aménagements intérieurs restent assez rudimentaires.

17Ce village, incongru à cette altitude, faisait appel à la vallée pour une part de son alimentation mais les habitants avaient développé un élevage d’ovins-caprins fournissant à la fois les protéines et la matière première pour un petit artisanat du cuir et de la laine. L’agglomération qui s’est développée sur ce haut plateau a été strictement conditionnée par l’omniprésence de la mine et les bâtiments occupent les vides laissés par les chantiers. L’étude de Brandes est d’un apport essentiel et novateur à trois niveaux. Pour l’histoire du Dauphiné, de la féodalité et de la naissance de cette principauté dont on voit un exemple significatif dans le massif de l’Oisans. Pour la connaissance d’un habitat médiéval de haute montagne et le mode de vie d’une société bien spécifique, celle des mineurs et des métallurgistes. Enfin, pour le fonctionnement d’une grande entreprise minière exploitant un métal précieux : l’argent. L’« argenterie » de Brandes aura été, avec la voie d’Oisans, une des pièces maîtresses de la politique économique delphinale.

© Alpara, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access