Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brandes-en-Oisans

 | 
Marie-Christine Bailly-Maître
, 
Joëlle Bruno-Dupraz

Chapitre 3. L’agglomération de Brandes

Texte intégral

1L’enjeu que constituait l’argenteria de la Branda était tel qu’une véritable agglomération minière développée sur le s’est carreau de la mine, préfiguration anachronique des corons des pays houillers (pl. I, II). Tous les éléments étaient réunis pour dresser le portrait d’une microsociété bien spécifique : une fortification, des habitations livrant des indices sur la vie quotidienne et le niveau social de cette population ; une église paroissiale entourée de sa nécropole où les mineurs et leur famille étaient inhumés, permettant de les appréhender dans leur réalité physique et spirituelle.

2Les témoignages écrits et archéologiques montrent, à la fois, que l’attrait de l’argent a suscité l’installation d’un village permanent, à plus de 1830 m d’altitude, et que cette implantation artificielle était destinée à disparaître avec l’activité qui l’avait engendrée.

Le château

3Démonstration faite de la distinction entre le castrum Sageti et la fortification de Brandes (cf. 1ère partie), il reste à interpréter les vestiges archéologiques qui couronnent le rocher Saint- Nicolas et dont la première mention dans les textes se situe en 1261 (Marcellier, 1688-1710, Ρ 2887). Les vicissitudes climatiques, les fouilles anciennes, ainsi que la récupération des matériaux de construction ont largement amoindri le potentiel d’informations qu’aurait dû livrer ce site. Son étude permet néanmoins d’avancer des hypothèses d’interprétation intéressant l’histoire des fortifications en Dauphiné, mais aussi l’histoire des liens pouvant exister entre des fortifications et l’exploitation économique d’un lieu.

Situation et nature du relief

4Au sommet du rocher Saint-Nicolas (1879 m d’altitude), le château de Brandes domine, au nord, l’Alpe d’Huez et au sud, la vallée de la Sarenne (pl. I, II). La vue, limitée au nord et à l’est par le massif des Rousses, ouvre au sud-ouest sur la plaine de Bourg-d’Oisans et porte jusqu’au Puy d’Oulles et Villard-Notre-Dame. Les chemins qui passent à Brandes viennent d’Huez, de la vallée de l’Eau d’Olle et de la petite vallée de la Sarenne. Ces voies secondaires relient le plateau de Brandes, dont la vocation économique a varié avec les époques, aux vallées environnantes. La fortification est installée dans une position stratégique. Le relief naturel, porteur du site, est une résurgence du massif des Rousses dont il constitue le rebord sud (fig. 74 et fig. 2). C’est une zone de contact entre deux unités métamorphiques (carte géologique 1/50 000e Vizille n° 797). Le rocher Saint-Nicolas est taillé par le cours de la Sarenne qui coule 400 m plus bas. Le versant nord domine seulement de 50 m les ondulations du plateau.

74 - Le site de la motte de Brandes

74 - Le site de la motte de Brandes

5Le château de Brandes est très arasé, mais l’interprétation de ses vestiges suscite un vif intérêt.

Description

6La fortification de Brandes est de profil tronconique et de plan circulaire, d’un diamètre à la base de 27,5 m et de 20 m au sommet, partiellement cernée par un fossé. L’examen de la carte géologique et de la photographie aérienne montre un faisceau de failles d’orientation nord-sud qui découpent le rocher en bandes parallèles. La barre rocheuse la plus élevée a servi de point de départ pour les constructeurs (fig. 75). La roche a été taillée, creusée et aplanie pour former une partie du fossé et la partie orientale de la plate-forme.

75 - La fortification de Brandes : situation

75 - La fortification de Brandes : situation

7Celle-ci a été complétée à l’ouest par un apport de matériaux de comblement provenant du creusement du fossé, mais aussi du plateau. La stratigraphie des sondages pratiqués dans la partie en terrasse révèle un remblai de terre et de cailloutis contenant des fragments de baryte. Un mur de chemisage, fait de petits moellons grossièrement équarris et liés à la terre, enserre l’ensemble et lui assure sa cohésion ; son épaisseur est de 1,85 m. Ce mur, fondé sur le rocher dans la moitié est, se transforme, à l’ouest, en mur de soutènement. L’élévation conservée est réduite (trois ou quatre assises). On le retrouve à des niveaux différents sur les flancs de la plate-forme, au nord et à l’ouest, où il se dédouble, un blocage faisant la liaison entre les deux parements.

8Le tracé du fossé est annulaire avec des tronçons rectilignes dictés par l’orientation de la barre rocheuse. À l’est, la netteté de l’ouvrage s’explique par sa nature exclusivement rupestre. Par contre, à l’ouest, le terrain rocheux offre moins de relief et le tracé du fossé, encombré de blocs, devient plus confus. On distingue, ponctuellement, son rebord. H. Muller avait signalé, sans précision, que le fossé était partiellement construit. Enfin, au nord-ouest de la plate-forme, il disparaît, relayé à cet endroit par l’abrupt naturel de la pente. Deux sondages, effectués à l’est, ont permis d’observer son profil en auge ainsi que son irrégularité et l’adaptation du travail des ouvriers aux données naturelles. D’une largeur supérieure à 4 m, sa profondeur varie entre 4,40 et 6 m. Dans l’un des sondages, la paroi est lisse, sans traces d’outils, ce qui s’explique par la nature gélive de la roche. Le fond fissuré ne peut pas retenir l’eau. L’autre sondage révèle un fossé de moindre profondeur qui s’interrompt brutalement au nord-ouest, sur une petite paroi qui marque le contact avec une roche différente. L’ouvrage est donc inachevé. La cause de cette interruption réside peut-être dans l’attaque d’une roche plus dure et plus compacte où les traces d’outils sont encore visibles. Les difficultés de creusement, alliées à l’opportunité d’une pente abrupte à cet endroit, justifient l’abandon de l’opération. La stratigraphie du fossé, est extrêmement simple : une couche de blocs de pierres provenant de la destruction du chemisage et probablement des bâtiments surmontant la plate-forme ; puis une couche de terre mêlée à un cailloutis plus fin, issu de la décomposition de la roche, dans laquelle se trouvait le peu de matériel recueilli. À l’inverse de ce que l’on attendait, les fossés servant généralement de dépotoir, le mobilier se résume à plusieurs fragments de trompe d’appel. L’occupation du site a peut-être été limitée ou bien le dépotoir, s’il existe, n’a pas été découvert.

9Le dégagement partiel de la plate-forme sommitale a mis en évidence, sur sa moitié orientale, des constructions appuyées sur le parement intérieur du mur de chemisage et faites, comme lui, de moellons grossièrement équarris et liés à l’argile. Des murs, fondés sur le rocher, subdivisent l’espace en deux pièces de forme trapézoïdale (fig. 76, 77). Ils ont une largeur moyenne de 0,60 m et les angles, où alternent carreaux et boutisses, témoignent d’une bonne connaissance des techniques de construction. La salle méridionale couvre une superficie de 42 m2. Ses murs sont en mauvais état. Aucun sol en place n’a été retrouvé ; une pointe de flèche coincée dans une anfractuosité du rocher constitue le seul mobilier en relation avec cette pièce. Au nord, une salle plus petite de 27 m2 jouxte la précédente. Ces deux pièces sont mitoyennes, mais semblent dépourvues de communication entre elles. Elles ouvrent par contre sur la moitié occidentale de la plate-forme. La salle nord possède un seuil taillé dans le roc et son mur occidental plus soigné résulte d’un aménagement postérieur. Un trou de poteau est aménagé dans cet espace, légèrement décentré vers le nord-est. Aucun sol conservé n’a été observé. Le niveau de démolition de la salle nord a donné un clou et quelques tessons de trompe d’appel.

76- La fortification de Brandes : les constructions

76- La fortification de Brandes : les constructions

77- La fortification de Brandes : plan

77- La fortification de Brandes : plan

10Plus de la moitié de la plate-forme constitue un vaste espace dont la superficie coïncide avec la partie construite en terrasse. Les quelques sondages réalisés dans cet espace n’ont rencontré aucun mur, mais on ne peut pas exclure d’éventuels trous de poteaux. Un niveau d’occupation apparaît en liaison avec le parement extérieur du mur ouest de la salle nord. C’est une couche de terre noire contenant du charbon de bois, une concentration de fragments de baryte et des fibres de bois horizontales reposant sur le ressaut de fondation de ce mur. S’agit-il des restes d’un plancher couvrant le sol d’une vaste salle occidentale ? Trois murs épais et courts, disposés en chicane limitent à l’ouest la terrasse et renforcent ponctuellement le chemisage.

11La technique des constructeurs rappelle l’église où le terrain à bâtir a été agrandi par un système de terrasses artificielles.

Interprétation

12Le château de Brandes est un ouvrage de construction mixte, occupant un relief naturel propice à une position défensive et dominante. Le rocher a été modelé et compensé pour aboutir à un socle circulaire, de profil tronconique, entouré d’un fossé annulaire. Sont donc réunis, à priori, tous les critères de définition de la motte castrale (colloque de Caen, 1981). Cependant, le chemisage de la plate-forme comme les structures qu’elle supporte appartiennent au dispositif shell-keep. On trouve des dispositions similaires dans le nord de la France pour la motte d’Olivet à Grimbosq, au château de Gisors, mais surtout en Angleterre, à Windsor, Berckeley et Restormel (Brown, 1984 ; Fry, 1980 ; Mesqui, 1990).

13La défense, assurée par le fossé, est renforcée à l’ouest par une construction complexe en forme de chicane. Le rocher, moins saillant, n’a pas permis un dispositif de défense aussi efficace qu’à l’est. C’est pourquoi cette zone de faiblesse a été compensée par une construction plus puissante dont la fonction pourrait coïncider avec une entrée fortifiée.

14Le bâtiment qui coiffait le sommet de la motte est difficile à restituer. D’après les résultats archéologiques, une construction de pierres dans laquelle entreraient des éléments de bois paraît plausible. Selon le plan qui s’esquisse, deux salles trapézoïdales situées au rez-de-chaussée et adossées au mur de chemisage ouvrent sur un espace couvert (plancher de bois) ou à ciel ouvert. La superficie de l’ensemble est de 314 m2.

15L’état de mauvaise conservation du site n’a pas permis la découverte de sol, de foyer, ni de mobilier apportant une réponse aux questions que l’on se pose sur la fonction de cet espace. Néanmoins, l’ensemble des observations conduit à penser que cette fortification a connu une occupation limitée dans le temps. De même, il paraît exclu d’envisager à cet endroit une résidence seigneuriale. Le matériel découvert en relation avec la motte résume les deux fonctions qui semblent avoir été les siennes : une pointe de flèche, pour l’aspect militaire, et des fragments de trompe d’appel, pour sa fonction de guet.

Datation

16Ce shell-keep sur motte est, pour l’instant, le seul cas recensé en Dauphiné. Les datations proposées par la bibliographie situent le dispositif du shell-keep succédant à la motte primitive, au XIIe s. et parfois au XIIIe s. En Dauphiné, Dombes et Vivarais on constate, après fouilles et sondages, que des sites avec châteaux de pierres peuvent exister du XIe au XIIe s. et que des mottes peuvent succéder à des structures de pierre. C’est le cas à Villard-les-Dombes où la motte succède à une chapelle romane, sur le site de Clermont où des sondages ont révélé l’existence d’un château de pierres antérieur à la motte qui s’installe à l’extrême fin du XIIe s. Ces informations sont inédites et nous ont été transmises par nos collègues du groupe de recherche « châteaux en Rhône-Alpes » (P.Y. Laffont, C. Mazard, J.M. Poisson). On est bien loin, par conséquent, des datations systématiques d’il y a quelques années (colloque de Caen, 1981 ; Colardelle, Mazard 1979 ; Debord 1979).

17Le contexte général du site permet de préciser la datation de la fortification. Le mobilier trouvé lors de la fouille offre peu d’indices dans ce domaine. La pointe de flèche lancéolée et à douille est d’un type fréquent aux XIIe et XIIIe s. Aucun tesson de céramique ne figure dans les lots issus de la fouille de la plate-forme ou du fossé. Par contre on dispose d’une chronologie relative avec l’exploitation minière. En effet, de la baryte est incluse dans la terre qui constitue la terrasse occidentale de la plate-forme, comme dans le liant des murs de la fortification. Cela met la construction du château au plus tôt contemporaine du début de l’exploitation minière, voire quelque peu postérieure à elle. Or celle-ci démarre au cours du XIIe s. et on la suit jusqu’à la crise des années 1320. Statistiquement, les indices de datation concernant l’exploitation minière, encore peu nombreux pour le XIIe s., deviennent plus abondants au XIIIe s.

18Du côté des textes, on ne peut faire état, pour l’instant, que de la reconnaissance faite au Dauphin en 1261 par les gens de la communauté de Brandes (Marcellier, 1688-1710, f° 2887). Le droit de propriété delphinal qui pèse sur la « situation et les murs du château » constitue l’unique mention de la fortification. Le terme de château utilisé sans déterminant laisse supposer qu’il porte le nom de la communauté. Plus tard, on l’appellera la Mûre sur le cadastre du XIXe s., mais aussi dans la tradition folklorique le château du Roi Ladre. Ladre est employé ici dans le sens de larron (Muller, 1901). C’est là une réminiscence, dans la mémoire collective, d’un épisode de l’histoire minière de Brandes et du passage administratif, dans les années 1320, d’un châtelain delphinal qui resta célèbre par ses exactions (Guigues Czuppi). On peut donc en déduire qu’au début du XIVe s. le château de Brandes était aux mains du châtelain delphinal, gestionnaire de la mine d’argent. Les documents qui encadrent chronologiquement la reconnaissance de 1261 ne font nullement état d’une quelconque fortification à Brandes. Ni le Probus en 1250, dont l’objet est de recenser les biens et les droits du Dauphin, ni l’état des châteaux du Dauphiné établi en 1339 :

Designatio castrorum delphinalium et in Graisivodano perminutum cum valore et tenementa ipsorum facta de anno domino (A.D.I. B3120, f° 66v°).

Conclusion

19En résumé, le château de Brandes par sa typologie date au plus tôt de la fin du XIIe s., voire du XIIIe s. Il a peu de points communs avec la motte de La Garde identifiée au castrum Sageti et que les textes mentionnent au XIe s.

20Sur le plan militaire, le site trouve ses limites. Peu élevé au-dessus du plateau, le château ne peut guère contribuer à la défense de celui-ci. Par ailleurs, le point d’eau le plus proche est la source Font-Morelle, 50 m plus bas. Aucune trace de citerne n’a été mise en évidence, à moins qu’elle n’ait été contenue dans les superstructures d’un bâtiment. Quant au fossé, on l’a vu, il ne peut tenir l’eau. Seule l’importante rupture de pente qu’il crée, complétée par l’élévation de l’édifice, a pu constituer un élément dissuasif.

21En fait plusieurs indices montrent les liens du château avec l’exploitation minière et avec la communauté qui vit alors sur le plateau. Il s’agit tout d’abord, de sa situation. Point le plus élevé du secteur, la fortification contrôle les accès au site, à l’ouest vers Saint-Ferréol d’Huez, au nord-ouest par le col de Poutran, à l’est par les cols de Sarenne et de Cluy. Sa position dominante sert principalement à la surveillance du plateau. Or celui-ci est le théâtre d’une activité économique particulière, puisqu’une mine d’argent y est exploitée du XIIe au XIVe s. C’est aussi sa nature juridique, « château delphinal », qui n’est sans doute pas étrangère à son implantation en hauteur. Par ailleurs, l’entreprise d’un tel ouvrage, dont une bonne partie nécessite un important travail d’abattage de la roche, peut avoir été plus facilement envisagée et réalisée avec une main d’œuvre de mineurs. Enfin, le château n’est cité qu’une fois dans un texte et de façon tardive. Cette mention éphémère, et son absence dans les documents de 1250 et 1339, confortent ce sentiment de lien organique entre le château et la mine.

22Les exemples ne manquent pas de fortifications médiévales accompagnant ou servant de point d’appui à une activité minière ou métallurgique. À L’Argentière en Briançonnais, un donjon est érigé à proximité des mines entre 1161 et 1202. Dans le courant du XIIe s. une église paroissiale s’y ajoute et l’abbaye de Boscodon y a des biens (Giordanengo, 1974). À Corbessieu, sur la commune de Frontonas (Isère), une motte occupe le sommet d’un mamelon peu élevé et mal situé, sur le plan stratégique. Parmi les vestiges retirés du fossé se trouvent plusieurs scories et des mines de fer s’ouvrent au pied de la fortification. Enfin, en Franche-Comté, la motte de Crépy, commune de La Roche-en-Brenil, est directement liée à l’ensemble de ferriers et de fours de métallurgie du fer de Lécussy daté de 1231-1321 (Mangin, 1992).

Le village

23Si Brandes est connu pour sa spécificité minière et métallurgique, il est un autre aspect du site tout aussi extraordinaire, au sens littéral. C’est l’existence, à 1830 m d’altitude, d’un habitat permanent du XIIIe s. Cette implantation était totalement artificielle mais les vestiges qu’elle a laissés permettent aux historiens de comprendre comment les hommes ont répondu aux contraintes climatiques et comment l’architecture s’est adaptée pour y faire face.

Le site, ses conditions naturelles

24Le village est installé au pied d’un plateau herbeux et pentu qui fait le lien, par ses formes molles, entre le massif des Rousses au nord et le rocher Saint-Nicolas au sud. L’emprise de l’agglomération couvre environ 3 ha et les constructions se développent d’est en ouest sur 700 m de longueur et une largeur maximale de 150 m, avec une indentation au sud-ouest dans le secteur de la source Font-Morelle. Cette bande de terrain suit les courbes de niveau 1820-1830 m (pl. I, II). À l’abri du vent, protégée par la barre rocheuse qui porte la fortification, elle bénéficie d’une bonne exposition au sud. Brandes est très agréable du mois de juin au mois d’octobre inclus, période pendant laquelle sont gommés tous les inconvénients d’un site de haute montagne (températures élevées, ensoleillement, relative sécheresse). Le reste du temps, en effet, l’enneigement est total de la mi-novembre à mai, les températures sont basses et de surcroît, le sous-sol du plateau, fait d’argiles glaciaires, conserve une grande humidité qui se traduit à la belle saison par des marécages et des tourbières, les broues, partiellement asséchées à la fin de l’été (Ogier, 1962). Du point de vue hydrographique, le plateau possède une source pérenne, Font-Morelle. Les cours d’eau en activité les plus proches de Brandes sont le Rif-Bruyant à l’ouest et le Rif-Tort à l’est, descendant tous deux du massif des Rousses. La couverture végétale actuelle est une pelouse alpine.

25Pendant la période de vie du village, on dispose de peu de témoignages sur ce point. L’interprétation controversée du texte de 1261, faisant allusion à des bois noirs hors de Brandes, complique ce problème (Allix, 1929). Le « règlement minier » fait allusion aux prairies de Brandes sur lesquelles le Dauphin a des droits. Ceci se situe à la charnière des XIIIe et XIVe s. Les textes qui encadrent cette période livrent chaque fois un paysage de pâturages. C’est le cas au XIe s. où l’on voit dans la dotation de la chapelle du castrum Sageti un pré à Font-Morelle (Collino, 1908, VIII). En 1250, on localise in Alpe de Hueis plusieurs prés, d’autres au-dessus de la station actuelle, in prata Domengerios et à Chavannel (A.D.I. B2662, f° 368 v°, 370). Dans le regeste d’Huez de la fin du XVe s., il n’est question que de prés, sur le site de la ville de Brandes, hormis quelques maisons et jardins (A.D.I. 4 Ε 29 1G1).

26Une analyse palynologique réalisée sur une colonne prélevée dans la tourbière qui s’est formée au Ier s. après J.-C. (datation C14), au pied du rocher Saint-Nicolas montre, à la période de La Tène, un environnement très ouvert avec un fort pourcentage d’Herbacées (50 à 85 %). Il est dominé par des plantes rudérales, indices de l’anthropisation du paysage. Les pentes voisines devaient être couvertes de pins sylvestres et de pins cembro. Puis, au Ier s., l’ensemble évolue en tourbière franche, avec forte représentation de Cypéracées et une diminution des Herbacées. L’augmentation des Graminées, pour la période médiévale, pourrait témoigner de défrichements, à la suite d’un déboisement important à la période romaine dans les environs proches. Cette étude montre, par ailleurs, l’installation d’un climat plus humide après l’époque romaine. Une analyse comparable, faite sur une colonne provenant du réservoir du canal de l’Ecluse, atteste une faible quantité d’essences arborées, parmi lesquelles Pinus est le plus représenté. L’environnement végétal suggéré par cette coupe est largement dégagé. Les céréales et les quelques essences arborées présentes pourraient provenir d’un vent violent de la vallée. Les deux analyses concordent pour souligner la présence de pins dans les environs proches mais un paysage déboisé sur le plateau et une quasi absence de céréales. (Archéolabs, ARC8/R400P, ARC91/R753P).

Situation et ouverture sur l’extérieur

27L’étude du réseau de communication repose principalement sur le terrier d’Huez de la fin du XVe s. (A.D.I. 4 Ε 29 1G1, f° 13v° à 289).

28Les contacts avec la vallée de l’Eau d’Olle et la haute vallée de la Sarenne se font par une voie appelée bovareysia ou bouvaresse, le chemin des bœufs, dans le regeste du XVe s., qui passe en diagonale au nord de Brandes. Le nom de la voie évoque la pâture des bovins ; par ailleurs, un autre micro-toponyme relevé dans le Probus pourrait aller dans le même sens : pratum del vaquaor (A.D.I. B2662, f° 369v ; Allix, 1926). Les principales étapes de cette voie s’échelonnent d’est en ouest du hameau du Gua d’où elle s’élève rapidement, traverse le Rif-Tort, le Béal Charbonnier ou ruisseau de l’Ecluse, passe au-dessus de Brandes au lieu-dit les Vallons sous Font-Morelle, côtoie le Béal Sarrazin ou canal d’Huez à Villard-Reculas. On peut la suivre ainsi jusqu’au lieu-dit Chavannus, à proximité du col de Poutran qu’elle devait emprunter pour descendre sur Oz. Cette voie, appelée par la tradition locale voie romaine, a un tracé indépendant du village de Brandes (voir fig. 70). On peut penser qu’elle pré-existait et a perduré au village, dans la mesure où elle semble avoir moins de lien avec l’exploitation minière qu’avec l’économie pastorale du plateau et avec le transit entre la combe de Malleval et la vallée de l’Eau d’Olle.

29L’iter publicum, qui apparaît également dans le regeste du XVe s., est essentiellement la route qui vient de la Garde et d’Huez et qui dessert l’alpage. Un embranchement remonte la vallée de la Sarenne, à partir du village d’Huez jusqu’au hameau du Gua, en passant par les moulins et le hameau de Combe-haute. Au pont dit romain, un chemin venant de La Garde par le hameau du Rosay fait la liaison avec la vallée de la Sarenne. À deux reprises, le texte fait la différence entre les termes d’iter et de via, établissant une hiérarchie en faveur de l’iter. Son tracé se diversifie à partir du Piano Alpis, site d’origine de l’Alpe d’Huez.

30Des voies secondaires conduisent vers les petites Rousses - via Alpetis, via lacus Besonus - mais aussi vers Brandes. La via de Brandis, ou feretum de Brandis au Gua, après avoir franchi le Rif-Nel en partant du Piano Alpis, passe au pied du lieu-dit les Vorses, traverse le Rif-Bruyant probablement par un pont, passe sous la maladrerie à proximité des communaux que l’on peut localiser aux sorties est ou ouest du village. Elle passe également près de Font-Morelle et enfin à Bonnetière en direction du Gua où elle aboutit. Enfin, une dernière voie de communication apparaît, longeant le Rif-Bruyant et le rocher de Naud ; ce pourrait être le chemin d’exploitation, embranchement de la voie de Brandes vers le nord-est, dont on perçoit quelque peu le tracé entre le pont du Rif-Bruyant et l’altiport. Ce chemin se termine à l’Herpie. La via bovareysia se distingue dans le paysage soit par une tranchée peu profonde dans la pente, soit par un alignement de gros blocs de part et d’autre. Quant à la via de Brandis, une portion de son tracé est bien conservée à l’entrée occidentale du village, juste avant Font-Morelle. C’est une chaussée de 5 m de large bordée de gros murs de pierres sèches.

31Du point de vue du vocabulaire, le regeste du XVe s. retient essentiellement quatre termes : iter qui désigne l’axe principal, via et feyretum plus génériques, mais employés plutôt pour des voies secondaires et violum désignant un petit chemin. Feyretum introduit une précision, celle de l’empierrement ; à aucun moment n’est employé le terme de strata qui indique, rappelons-le, au milieu du XIIIe s., la grande voie de passage vers l’Italie (A.D.I. 4 Ε 29 1G1, B2662).

Organisation spatiale du village

Les limites de l’espace villageois

32L’organisation spatiale du village se lit encore bien dans le paysage. L’agglomération s’étire le long de Taxe privilégié est-ouest qui est celui de la via de Brandis (fig. 78) (voir pl. I, II).

78 - Vue générale du site

78 - Vue générale du site

33Les limites du village, dans sa globalité, sont matérialisées par plusieurs éléments. Les aménagements hydrauliques jouent un rôle important dans la structuration du paysage. Deux canalisations (Cl et C2), à l’intersection desquelles se situe la halde septentrionale, constituent la limite occidentale et partiellement septentrionale du village. Le reste de la limite nord suit le tracé d’un fossé en eau (C5), perpendiculaire aux deux autres, qui rejoignait l’Écluse (C3). Au-dessus de cette frontière se développe la prairie alpine. Chaque été, le gazon recouvrant la zone habitée roussit beaucoup plus rapidement que le reste du plateau. Sans doute la densité des murs comme l’assainissement individuel des constructions y sont pour beaucoup, mais on peut penser également que les principaux aménagements hydrauliques ont joué un rôle dans ce domaine.

34La limite sud du village est formée par un triple obstacle : la barrière rocheuse du rocher Saint-Nicolas, le tracé de la via de Brandis qui suit le flanc rocheux et enfin la combe où le filon de baryte a été exploité.

35Légèrement en contrebas du fossé septentrional, on perçoit encore de nos jours, et a fortiori sur les photographies du début du siècle, un mur fait de pierres sèches dont l’élévation devait être de quelques assises. Son tracé est très sinueux, car il prend en compte les vestiges de l’exploitation minière - puits et haldes - et marque la limite entre la pelouse au nord avec quelques habitations « hors les murs » et l’agglomération. Des sondages montrent une construction légère, faite de gros blocs non appareillés et sans liant, dépourvue de fondation. Ce mur est installé sur des niveaux antérieurs matérialisés par des couches de dépotoirs domestiques (déchets alimentaires, cuir, etc.) entre lesquelles s’intercalent deux couches de baryte concassée. Il est donc postérieur à une première occupation dont les rejets reflètent un habitat (temporaire ou déjà permanent), contemporain de l’activité minière. Sa fonction pouvait être d’éloigner de la zone perturbée par l’exploitation les troupeaux pâturant dans les prairies ou/et de délimiter l’espace de la communauté villageoise. Postérieur à une première exploitation et à la vie quotidienne qui l’accompagnait, il peut aussi être l’œuvre des bergers et appartenir à la période d’abandon du village et au retour du plateau à l’économie pastorale, ce qui expliquerait son caractère rudimentaire. Cette enceinte n’avait pas de fonction défensive pour le village.

36Au nord de la canalisation C5, trois grands espaces rectangulaires de 384 m2 de superficie, sont délimités par des levées de terre. Ce sont des enclos en relation avec la vocation pastorale du plateau ou bien des jardins comme ceux que mentionne le regeste du XVe s..

Les quartiers et la voirie

37Plus de quatre-vingts cuvettes quadrangulaires, correspondant à autant de bâtiments, percent le plateau. La fouille a montré qu’il s’agissait du dernier état d’occupation puisque deux, voire trois constructions plus anciennes, apparaissent parfois sous les niveaux de surface. Les maisons s’alignent le long de rues qui découpent l’espace, en deux, trois et quatre alignements de bâtiments. Ce qui frappe, tout d’abord, c’est l’imbrication des constructions avec les structures de l’exploitation minière, extraction et métallurgie.

38Certaines zones semblent avoir exclu les constructions. Ce sont les secteurs de la Combe, au pied du rocher Saint-Nicolas, dont le talweg se poursuit en contrebas de la source Font-Morelle, et l’extrémité orientale du village, près de l’Ecluse. Cette situation s’explique essentiellement par l’importance des traces d’exploitation. Le filon principal, dépilé sous Font-Morelle, a été suivi jusque vers l’église. La combe du rocher Saint-Nicolas se présente comme un talweg remblayé par une succession d’énormes haldes de baryte, rejets des puits voisins. Enfin, à l’extrémité sud-est du vallon, on trouve une tourbière, répulsive pour l’habitat.

39Une quarantaine de bâtiments s’étagent sur la pente et composent le « quartier occidental » de Brandes (fig. 79, 80). Ce quartier est limité au nord par la halde dite septentrionale et son esplanade, à l’ouest par la canalisation Cl, à Test par une lacune du tissu villageois et le début des chantiers d’exploitation, au sud, enfin, par la via de Brandis qui, à son arrivée dans le village, amorçait un léger coude vers le sud-est pour descendre dans la combe et rejoindre le flanc du rocher Saint-Nicolas. Un embranchement quittait la voie principale pour rejoindre le site religieux. Cette portion a pratiquement disparu, mais se matérialise en deux points, dans le quartier de la Source et contre le rocher Saint-Nicolas où l’on voit encore un pan d’un mur de soutènement. Ce quartier, parfaitement bien structuré le long de ses ruelles, bénéficie d’une bonne exposition au sud, puisque le rocher Saint-Nicolas est moins élevé à cet endroit, et de la proximité de la source pour son alimentation domestique. Les maisons ont un module régulier, à quelques exceptions près. Le quartier est tourné vers la plate-forme du rocher qui porte l’église et le cimetière. Huit bâtiments y ont été fouillés : cinq habitations et trois ateliers de concassage du minerai. Il paraît très aléatoire de vouloir donner une affectation particulière à ce groupe de maisons où habitat et travail sont mêlés.

79- Le quartier occidental en 1901

79- Le quartier occidental en 1901

Coll. M.D.

80- Le quartier occidental en 1977

80- Le quartier occidental en 1977

40Le « quartier oriental ou quartier des forges », dominé par le voisinage immédiat des chantiers, est constitué d’un groupe d’une trentaine de bâtiments. La fouille de plusieurs d’entre-eux a livré à l’étude deux forges minières, sises à côté des puits de mine, les entonnoirs. L’importance des haldes témoigne de l’intensité de l’activité extractive à cet endroit. Peut-être y trouvera-t-on, lors de prochaines campagnes, des ateliers de minéralurgie associés aux carreaux miniers. Seuls deux bâtiments furent reconnus comme des maisons d’habitation, dont l’une datée par C14 de 1035/1260 cal AD. Or, cet édifice recouvre totalement une forge minière en partie détruite et se trouve lui-même recouvert par le dépotoir de la seconde forge. Ce qui démontre, à l’évidence, le mélange entre les structures domestiques et les structures de travail. L’organisation de ce quartier est mal définie, car il est perturbé par l’évolution des puits, mais aussi par des travaux des années 1960. Les bâtiments sont vaguement alignés, sur deux niveaux. Sa vocation paraît principalement « industrielle ».

41Autre « quartier », celui du rocher Saint-Nicolas. La fortification domine le village. Elle est le symbole du pouvoir delphinal et rappelle à la communauté minière la protection dont elle bénéficie, mais aussi les devoirs qu’elle a envers son seigneur. L’église et le cimetière, quant à eux, ne sont visibles que du quartier occidental. Orientés, ils surplombent, par leur situation, l’un des chantiers principaux, à l’origine de la richesse du site. Le manque de place, sur cet éperon rocheux, a nécessité d’importants travaux de terrassement et d’apport de matériaux, afin d’agrandir les surfaces par des terrasses artificielles pour y établir la fortification et le site religieux. Le choix d’une position stratégique et symbolique a primé sur toute autre considération.

42Les quartiers industriels sont situés aux deux bouts du village. Le « quartier de la Source » tire son nom de la proximité immédiate de Font-Morelle, à l’ouest du village. Une douzaine de bâtiments ont été étudiés. Tous sont des ateliers correspondant aux différentes phases de la minéralurgie : concassage, broyage, décrépitation et lavage. Y ont également été découverts les rares vestiges de la métallurgie chimique du plomb argentifère. Sa vocation industrielle tient au voisinage des chantiers de la faille occidentale, à la présence de l’eau et à sa situation en extrémité de plateau, en bordure d’une falaise. Le « quartier de l’Ecluse » borde le plateau par l’est. On ne peut pas réellement parler de quartier mais les premières investigations ont montré que cette zone regroupait à la fois des points d’extraction et des aires de travail. Aucune habitation dans ce secteur, très bouleversé par les « chasses » d’eau destinées à la prospection et à l’exploitation du minerai. Il s’agit certainement de l’un des secteurs les plus importants pour comprendre les techniques minières et la dynamique de l’exploitation.

43Brandes ne dispose donc pas, a priori, de conditions d’implantation idéales : altitude élevée, fort enneigement, sol saturé d’humidité à la fonte des neiges. Les axes naturels de circulation du plateau sont liés à l’économie pastorale et Brandes se trouve à l’écart de la via bovareysia et de l’iter publicum. L’agglomération est installée sur les chantiers de la mine de plomb argentifère, d’où cette imbrication de l’habitat et des structures minières, sauf aux deux extrémités du plateau où les édifices ont une vocation exclusivement industrielle. La fouille n’a pas encore permis de découvrir le four banal mentionné par les archives, ni les moulins à grains dont quelques meules ont été retrouvées sur le plateau.

La maison

Détermination d'un habitat à Brandes

44Le premier texte faisant allusion à un habitat à Brandes est la reconnaissance de 1261 où l'on cite l'existence d'un village au sein duquel le Dauphin possède une maison (Marcellier, 1722, f° 2887). Ce texte est une transcription qui prive le chercheur des termes latins employés pour désigner ces deux réalités. Dans le Probus, rédigé dix ans avant la reconnaissance, on emploie à Saint-Laurent-du-Lac, mais aussi pour certains hameaux de l'Oisans, le terme de domus pour désigner la maison (A.D.I. B2662, f° 369v°). Le village est appelé villa ou parocchia quand il est le chef-lieu de la paroisse (A.D.I. B2662, f° 368v°). Ce sont les termes que l'on retrouve en 1339 dans les enquêtes delphinale et pontificale : villa de Brandis (A.D.I. B4443, f° 46). Au XVe s., dans le regeste d'Huez, on lit le terme de villa pour Brandes ainsi que l'expression in chavonno ville de Brandis (A.D.I. 4 Ε 29 1G1 f° 143v° à 227v°). Cette expression, usitée également pour Huez et le secteur de l'Alpe où il existe des maisons du XVe s., indique le périmètre avoisinant le groupement de maisons dans lequel se trouvent des prés et des terres. Il s'agit de l'extension à la terre d'un nom donné primitivement aux bâtiments appelés en franco-provençal, chavannes, équivalent de cabane en langue d'oc (Fénelon, 1970). Ici, les bâtiments portent le nom de domus ou encore chasal (A.D.I. 4 Ε 29 1G1, f° 41). Si, pour Brandes, on ne trouve pas employé le terme précis de domus, comme pour Huez et l'Alpe, cette lacune, due au hasard, est rapidement corrigée par une mention trouvée dans le cueilloir de 1412 : domus et casalium apud Brandis (A.N. Q 390, f° 1412).

45La preuve étant faite par les textes qu'au XIIIe s. il existe à Brandes des maisons d'habitation dont on vient de voir pour le XVe s. l'état résiduel, on peut aborder le thème de la maison à Brandes.

Place de l'habitat dans l'agglomération minière

46La fixation d'un habitat à Brandes est induite par le développement de "l'argenterie". Aucun autre motif économique n'a pu intervenir dans ce sens, ni les impératifs de la circulation en altitude par rapport à laquelle Brandes est marginale, ni les impératifs agricoles ou pastoraux du socle des Rousses. Celui-ci est, en effet, ceint d'une couronne d'habitats permanents, hameaux d'Auris, La Garde, Huez et Oz, au centre de laquelle la position de Brandes est aberrante (voir fig. 13). L'habitat permanent de ce secteur de l'Oisans ne dépasse pas, en 1339, 1754 m d'altitude (hameau de Bonnefin à Besse). Il fuit précisément la haute altitude et les fonds de vallée pour des raisons de communications, mais aussi de terroir et de climat. Or, Brandes dépasse ce plafond local avec ses 1820 m d'altitude.

47Les maisons ont été construites sur le carreau de la mine, aux emplacements laissés libres par les chantiers. Malgré l'importance écrasante du facteur minier dans la détermination du lieu habité, on dégage dans le village de Brandes l'intervention de facteurs traditionnels, hérités de l'habitat permanent voisin. Le soleil, tout d'abord, car toutes les maisons ont leur mur pignon comportant les seules ouvertures tourné au sud. Le quartier principal d'habitation est à proximité immédiate de la source pérenne Font-Morelle. Le plateau est à l'écart des grands couloirs pouvant comporter un risque d'avalanches (la Combe Charbonnière à l'est et les vallons du Rif Bruyant à l'ouest). Morphologiquement, le village présente des maisons groupées, parfois mitoyennes et alignées sur des ruelles ouest-est, globalement orientées sur l'axe du filon. Les circulations nord-sud sont moins privilégiées. On ne parvient pas à rattacher Brandes aux trois catégories de plans qui regroupent les villages de l'Oisans et qu'a définies A. Allix : village-tas, village-rue et village en espalier (Allix, 1926).

48On lit, dans le quartier occidental, une telle régularité dans l'organisation des bâtiments que l'on peut y voir, non pas une construction progressive, mais une seule entreprise, tels les corons du nord de la France ; création d'une agglomération à laquelle a peut-être présidé la volonté delphinale.

49En l’état actuel des fouilles, la place occupée par les structures artisanales est nettement plus importante que l’habitat.

La maison du mineur

50Elle ne se distingue pas, avant la fouille, des autres bâtiments. C’est une alvéole gazonnée béante au sud et accompagnée d’un éboulis réduit marquant l’emplacement des murs nord et latéraux. La récupération systématique des matériaux pour construire les premiers hôtels de la station de l’Alpe d’Huez, notamment du mur de façade, explique cette situation (fig. 81).

81- Maisons d’habitation

81- Maisons d’habitation

51Son plan est celui de la maison élémentaire qui a existé autrefois en Oisans. Elle se rattache à la catégorie des maisons en profondeur dont le mur pignon ouvre au sud sur la rue car elle est aménagée dans une pente (Allix, 1926). Les maisons n’ont généralement qu’une pièce, rares sont celles où apparaît une subdivision de l’espace intérieur avec affectation des espaces. Par rapport à la maison rudimentaire de l’habitat permanent (ou temporaire qui lui ressemble), les maisons de Brandes sont proches, des 24 m2 de la maison rudimentaire décrite par A. Allix, voire même plus petites. Quelques-unes ont, cependant, une superficie beaucoup plus grande, variant de 46 à 97 m2.

52Les matériaux utilisés étaient pris sur place : galets et blocs roulés par les glaciers, moellons de schistes cristallins soit récupérés au pied du rocher Saint-Nicolas (produits de la gélifraction à peine taillés), soit abattus dans la carrière encore visible au pied de la fortification. L’argile indispensable pour lier les murs et pour la confection des sols d’occupation constitue le soubassement du plateau. Le bois d’œuvre, s’il n’est pas à Brandes même, existe dans la vallée de la Sarenne en 1250 : boscum de Serena (A.D.I. B2662, f° 385v°). L’ardoise qui couvre l’église peut provenir d’Allemont ou de Venosc où se trouvent des ardoisières.

53Le mode de construction a été dicté par le souci de se protéger du froid, de l’humidité et du vent du nord dominant (fig. 82).

82- Essai de restitution d’une habitation type

82- Essai de restitution d’une habitation type

54La protection contre le froid et le vent du nord est assurée par le caractère semi-enterré du bâtiment. Le mur de fond et partiellement les murs latéraux, sont édifiés à l’intérieur d’une fosse creusée dans la pente argileuse et n’ont qu’un seul parement. La maison émerge à peine et se coule dans le pendage général. L’épaisseur des murs est importante (0,80 m en moyenne), souvent doublée à l’est, ce qui apporte une protection supplémentaire. Ils ne sont pas fondés mais seulement posés sur le sol, sur une assise de très gros blocs roulés par les glaciers. Des blocs similaires marquent les angles des maisons. La quasi-mitoyenneté, assez fréquente dans le village, devait également éviter la prise au vent et la déperdition de chaleur.

55Pour lutter contre l’humidité du soubassement argileux, accentuée par la fonte des neiges et la construction en fosse, plusieurs dispositifs ont été adoptés. Le sous-sol de la maison est sillonné de drains et de caniveaux qui courent sous les murs et le long des murs (fig. 83). D’autres traversent en diagonale l’espace habitable, sous les sols d’occupation, en suivant le pendage naturel du plateau. Cela suppose que les constructeurs établissaient, à l’avance, le « plan » du bâtiment afin de prévoir les aménagements nécessaires. Pour les parties enterrées, un empilement de petites pierres séparait les murs de la paroi de la fosse, faisant ainsi office de drains en captant l’eau et en la concentrant vers les caniveaux (fig. 84). Enfin, le sol d’occupation est fortement mêlé de charbon de bois, pour absorber l’humidité qui remontait du substrat.

83 - Maison d’habitation, système de drainage

83 - Maison d’habitation, système de drainage

84 - Assainissement en arrière des murs

84 - Assainissement en arrière des murs

56La maison de Brandes n’a qu’un seul niveau. La toiture peut être restituée grâce à une série d’indices archéologiques. Une habitation conservait un alignement de poteaux divisant la pièce en deux dans son axe longitudinal, dispositif compatible avec l’existence d’un type de charpente à poutre faîtière, portée par des supports verticaux (Chapelot, Fossier, 1980). Dans l’architecture traditionnelle, cela suppose que des arbalétriers viennent s’appuyer contre et reposent sur les murs gouttereaux ou sur une sablière haute, elle-même au sommet des murs gouttereaux. Dans d’autres édifices, des poteaux verticaux étaient encastrés dans l’épaisseur des murs, parfois aux angles mais le plus souvent placés irrégulièrement. Ce peut être des poteaux corniers supportant une sablière haute sur laquelle des arbalétriers ou peut-être une charpente à ferme reposaient. La fouille d’un atelier, détruit par incendie, a permis de confirmer que la couverture était en chaume, car une grande épaisseur de paille en partie carbonisée recouvrait le sol. Le chaume restera utilisé jusqu’au XVIIIe s. dans cette partie de l’Oisans (Allix, 1926). Une habitation a conservé plusieurs lauzes couvrant, avec un léger pendage, le mur oriental de l’édifice. Placées ainsi à la base du toit, le long des murs latéraux, comme on peut l’observer encore aujourd’hui au hameau du Puy sur la commune de Saint-Christophe ou dans le Piémont italien, elles empêchent le pourrissement du chaume au contact du sol (maisons enterrées) et contribuent à la solidité de la toiture (fig. 85, 86). À partir de l’inclinaison de ces lauzes, on a obtenu une hauteur sous la poutre faîtière estimée à 2,80 m. En admettant un toit à deux pans, cela fait une pente de 57 %. Ce fort pendage convient tout à fait à une couverture de chaume, alors qu’un toit de lauzes ne supporte pas une pente supérieure à 40 %. Bon drain et imperméable à la pluie, ce type de toiture vient compléter, par sa propriété isolante, la protection contre le froid qu’offrent déjà l’épaisseur des murs, l’enterrement du bâtiment, le pouvoir absorbant du schiste et l’isolant thermique que constitue le mortier de terre. Ainsi décrit, le toit des maisons, vu du nord, semblait posé sur le sol.

85 - Bordure de toit à Saint-Christophe

85 - Bordure de toit à Saint-Christophe

86 - Lauzes de bordure de toit

86 - Lauzes de bordure de toit

57L’arasement des murs des bâtiments fouillés et la disparition quasi systématique du mur de façade sont un obstacle pour la restitution des ouvertures. Néanmoins, le caractère semi-enterré de la maison et la logique portent à placer celles-ci sur le mur pignon. L’accès au bâtiment se faisait par un seuil situé généralement dans l’angle sud-est du mur de façade.

58L’aménagement intérieur est sommaire. Des niches murales, rectangulaires, étaient réservées dans l’épaisseur des murs. L’absence de feuillure sur le pourtour ne permet pas de savoir si elles étaient munies d’une porte. Le sol est en terre battue, argile rapportée recouvrant les drains et les caniveaux, imprégnée de charbon de bois et de matières organiques en décomposition. La maison possède un seul foyer intérieur, de forme quadrangulaire, qui n’excède pas 0,60 m de côté. Il est limité par des pierres sur chant et s’ouvre sur la pièce par le quatrième côté. Le fond est dallé de schiste. La place du foyer est variable, soit au centre de la pièce, soit rejeté en périphérie du bâtiment, mais jamais appuyé contre un mur (fig. 87). Dans un cas, le foyer était placé dans une véritable annexe surélevée, évoquant ces grandes cheminées où les hommes peuvent s’asseoir, l’hiver. Hormis cette exception, les maisons ne paraissent pas avoir été équipées de cheminée.

87- Foyer domestique

87- Foyer domestique

59Une seule des habitations fouillées à ce jour donne une image un peu plus précise d’un aménagement intérieur (B3). Contre le mur nord, les occupants ont aménagé une pièce séparée du reste de l’habitation par une cloison de bois. Un petit foyer en occupe le centre et dans l’angle nord/ouest, une litière de paille, peut-être close si on considère les poteaux qui l’encadrent, est posée sur un hérisson de pierres, afin d’assainir au maximum cet emplacement. Une niche est ménagée dans le mur nord. La communication entre les deux pièces est marquée par une lacune dans la cloison. La pièce sud possède son propre foyer. Cette maison est un peu exceptionnelle, car elle occupe une grande surface et c’est le seul exemple où il est possible de distinguer des zones d’occupations spécifiques. Mais surtout, c’est l’unique cas de maison comportant deux foyers. On ne peut donc pas en faire le modèle de la maison de mineur.

Datation

60Le quartier oriental paraissait moins bien structuré et seules les maisons situées à l’ouest avaient vue sur l’église paroissiale (pl. I, II). Se posait donc la question d’un éventuel déplacement du village. Peu d’habitations ont été fouillées, mais elles ont donné quelques indices. Les maisons Β1 et B2, situées côte à côte, sont datées par des monnaies de 1080-1103 pour l’une et 1298-1301 pour l’autre. L’édifice B3b, contenait une monnaie du XIe s et le radiocarbone indique 975-1140. Ancienne dans la chronologie relative du plateau, B3b était ruinée et servait de dépotoir à la maison voisine B3. Cette dernière a livré une monnaie non identifiée, un pion d’échec qui est un cavalier noir des XIe-XIIe s. mais dont les décors anthropomorphes semblent postérieurs, et un dé à jouer en os postérieur au XIIIe s. (Pastoureau, Cabinet des Médailles). Les habitations B4, Β12 et B70 n’ont donné aucun indice chronologique précis, le mobilier qu’elles contenaient étant typologiquement des XIIIe-XIVe s. B71-a a pu être datée par radiocarbone de 1035-1260. Enfin, B75 a livré une monnaie de 1150-1200.

61Il ressort de tout cela qu’un habitat s’est implanté dès le début de l’exploitation minière. Les maisons sont situées en divers points du plateau et elles appartiennent à des périodes chronologiques allant de la fin du XIe ou du début du XIIe s. au XIVe s. Par conséquent, bien que les archives ne mentionnent jamais dans le même texte la mine et le village, les deux réalités sont concomitantes, la première occupation ayant fort bien pu être saisonnière. Il n’apparaît pas d’évolution spatiale de cette occupation entre le XIIe et le XIVe s. puisque les maisons les plus anciennes se trouvent dispersées dans l’ensemble de l’agglomération. Seule une chronologie relative entre certains bâtiments est ponctuellement possible. On remarque, par ailleurs, que les édifices primitifs sont construits avec les pierres roulées par les glaciers et abandonnées sur le plateau, alors que les plus récents sont en pierres extraites de la carrière au pied de la fortification.

62Lié à l’existence de l’entreprise minière, le village paraît s’être vidé de sa population permanente assez vite après la fermeture des chantiers. Une recherche onomastique n’a pas permis de suivre les habitants dans les autres paroisses de l’Oisans.

63Une occupation postérieure à l’abandon du village est, cependant, quasi certaine. Les vestiges archéologiques l’attestent (les céramiques, les monnaies) ainsi que les archives. En effet, dans une doléance d’Huez de 1428, les alpages sis sur le plateau de Brandes apparaissent (A.D.I., B2744). Un terrier du XVe s. y situe des jardins et une maladrerie ainsi que quelques maisons (A.D.I., 4 Ε 29 1G1). La réoccupation par des bergers est donc indiscutable, mais elle est restée peu importante et elle n’oblitère pas les observations que l’on peut faire sur ce village médiéval.

Conclusion

64En résumé, on rencontre deux catégories d’habitations qui se distinguent essentiellement par leur taille et l’aménagement intérieur. Les plus petites, moins de 24 m2, n’ont qu’une seule pièce. Les exemplaires qui ont été étudiés étaient partiellement détruits et n’ont pas pu fournir d’informations sur le détail de l’aménagement. Quelques bâtiments sont nettement plus grands, d’une taille parfois supérieure aux plus grandes maisons de Rougiers (46 à 92 m2) (Démians d’Archimbaud, 1980). Ils comportent une subdivision de l’espace intérieur avec, peut-être, affectation des pièces. La qualité de construction de l’ensemble des maisons est médiocre. Elles n’ont pas été l’œuvre d’ouvriers spécialisés. C’est une maison bon marché, faite à l’économie : matériaux trouvés sur place, utilisation dans les fondations de blocs erratiques. La maison est peut-être héritée de l’habitat d’estive, notamment en raison de son caractère semi-souterrain (Fournier, 1983). Néanmoins, si tel est le cas, c’est un vague souvenir, car les maisons de Brandes forment un habitat permanent, dans un village, en lots réguliers, à proximité de l’église, selon une structure propre aux villages artisanaux.

65Le souci des constructeurs de lutter contre le froid et l’humidité prouve la présence de mineurs pendant la saison d’hiver. Car il n’y a qu’une période de l’année où le sol regorge d’humidité, le printemps. Par ailleurs, A. Allix a montré qu’un grand nombre d’habitats temporaires, recensés aujourd’hui en Oisans, sont d’anciens habitats permanents mentionnés en 1339. Le froid et la neige ne constituent pas un obstacle à l’installation d’un habitat (Allix, 1926). Dépourvue d’étage et paraissant exclure toute cohabitation avec l’animal, la maison de Brandes ressemble tout de même peu à l’habitat traditionnel de l’Oisans, dont les exemples les plus anciens encore visibles ne doivent guère remonter au-delà du XVIIIe s., voire aux premières décennies du XIXe s. comme cela a été observé pour l’ensemble de l’habitat haut-alpin (Malle, 1983 ; Bondet, Chaunu, et alii, 1971).

66La maison de pierres de Brandes doit-elle être considérée comme un investissement à long terme ? Les historiens donnent, en général pour cette catégorie de maisons, une durée de vie de trois siècles, alors que celles de bois dépassent à peine une génération. Cette affirmation est à modérer, car la fouille a montré que les maisons pouvaient être abandonnées assez rapidement et servir de dépotoir ou être recouvertes, soit par d’autres habitations, soit par des ateliers. Par ailleurs, la pierre est le seul matériau gratuit fourni en abondance par la nature proche, alors que le bois, moins accessible, était très sollicité pour les besoins de l’industrie. La toiture de chaume, par contre, ne dure que quelques décennies et son entretien nécessite une intervention annuelle pour refaire les parties rongées. Certaines maisons ont subi des modifications, soit une réfection ou un renforcement qui concerne souvent le mur oriental, soit des restructurations complètes.

67Pour terminer ce chapitre sur la maison du mineur, on citera les passages de la doléance de Villar d’Arène en 1428 qui apporte un jalon pour le XVe s. dans l’histoire de l’habitat de haute montagne. Le texte montre la pauvreté des habitants qui n’ont plus de bois pour faire du feu dans leur maison : ...quod facient ignem in eorum domibus... et qui sont obligés de vivre dans de véritables cabanes où ils couchent sur la paille en guise de lit : ...sed jacent super paleis (Allix, 1929). Au XVe s., ne pas pouvoir se chauffer au bois et dormir sur une litière dans une maison rudimentaire est signe de déchéance. Il semble que, dans la seconde moitié du XIIIe s., le mineur de Brandes ait disposé d’un « confort » devenu insuffisant au XVe s.

Les témoins de la vie quotidienne

L’alimentation

68Parmi les problèmes que posait l’implantation d’un habitat au-delà des limites habituelles pour cette époque, celui de l’approvisionnement en denrées alimentaires n’était pas le moindre.

Existence d’une modeste agriculture

69Compte-tenu de l’état des techniques agraires du temps et du peu d’aptitudes naturelles du site, il est difficile de croire qu’une agriculture de subsistance ait pu s’y développer. Des documents postérieurs à l’occupation du site en témoignent. Les doléances des paroisses d’Oisans, en 1428, disent toutes : peu de grain, pas de vin et peu de bois, ou encore : du grain, du foin mais peu (A.D.I. B2744). Par grain, il est fait allusion à des céréales pauvres : seigle, orge et avoine. La paroisse d’Huez, toujours en 1428, déclare :

....nam nisi essent prata que habent in loco de Brandis qui est locus est perversus et inter montes et ruppes, non possent in dicta parrochia vivere...

70Afin de préciser les connaissances en ce domaine, des prélèvements de pollens ont été faits dans les tourbières qui entourent le village. Les rares pollens de céréales recueillis ne permettent pas de croire à une agriculture céréalière sur ce haut plateau.

71Les archives fournissent quelques données intéressantes. L’enquête judiciaire de 1337 fait état des doléances de la veuve de Johannes Fabri qui, du vivant de son mari, a fourni du ravitaillement et divers articles à des ouvriers des mines d’argent de l’Oisans pour le compte du Dauphin et n’en a pas reçu paiement (A.D.I. B3333). Ces livraisons étaient principalement destinées aux mines de Brandes. Outre du sel et du fromage, les mineurs se fournissaient surtout en pain. Les livraisons avaient lieu principalement à la belle saison et à l’automne, entre le 10 mai et le 28 octobre. Mais peut-on généraliser cette situation à l’ensemble des travailleurs de Brandes quand on sait que les acheteurs étaient venus spécialement à la demande du Dauphin, pour travailler au creusement de la reya lors de l’inondation de la mine ?

72Il n’est pas totalement exclu qu’une petite agriculture ait été pratiquée sur place, grâce, en partie, à la fumure animale fournie par l’élevage. En contrebas du rocher Saint-Nicolas, en bordure du lit de la Sarenne, un hameau, Combe-Basse, possédait plusieurs moulins à grains dont certaines meules ont été conservées. Des meules à grains, entières ou fragmentées, étaient également éparses sur le plateau, d’autres réemployées dans la construction, comme pierre de seuil. Aux rares pollens de céréales trouvés sur le site s’ajoute le témoignage des textes. Les comptes de châtellenie mentionnent l’existence d’un four, très certainement banal, donné à cens pour 7 sous à Brandes en 1328 et 1344 (A.D.I. VIII Β 212, 40). Le regeste du XVe s. indique, dans l’énumération des confronts de parcelles, l’existence sur le plateau de jardins et de moulins (4 Ε 29 1G1). Seul indice possible de l’existence de jardins, la présence, en dehors du mur d’enceinte du village, de trois grands enclos rectangulaires de 38 m de long sur 10 à 15 m de large (pl. I, II). Ils sont matérialisés au sol par une petite levée de terre sur tout leur pourtour. Il peut s’agir de parcs fermés pour les animaux, ou bien de jardins entourés de palissades, afin de préserver les cultures des déprédations causées par ces derniers ?

73Les dépotoirs, enfin, ont livré un certain nombre de coquilles de noix et de noisettes, ainsi que des noyaux de prunes et de pêches. Ces fruits étaient nécessairement importés de la vallée.

74Il est certain que, même s’il y a eu agriculture, la production n’était pas suffisante pour les besoins, et le village dépendait de l’extérieur pour les denrées de base, comme peut-être l’achat de grains.

75La situation est toute autre en ce qui concerne l’élevage.

Une activité pastorale certaine

76Le dégagement des niveaux d’occupation des habitats et la fouille de plusieurs dépotoirs ont permis de recueillir un matériel ostéologique suffisant pour une étude de la faune (Mme Cl. Olive, Museum de Genève). Les restes osseux inventoriés sont principalement des restes culinaires, et 99,6 % des ossements ont été attribués à des espèces domestiques soit 121 individus au minimum. Les plus représentés sont, dans l’ordre, les caprinés, les bovidés et les porcins.

77Le groupe des caprinés, qui rassemble les chèvres et les moutons, est de loin le plus important. Le mouton était très prisé car, peu difficile, il se contente d’une herbe rase comme celle de Brandes. Il est, par ailleurs, d’un bon rapport pour sa laine, sa peau et sa viande. La chèvre est sur-représentée dans le groupe des caprinés. Elle offre les mêmes avantages que le mouton quant à son alimentation. Son élevage est rentable pour sa peau, sa viande et son lait avec tous ses dérivés dont le fromage. D’une façon générale, les caprinés étaient abattus avant trois ans, pour près de 80 % d’entre eux, c’est-à-dire au moment le plus rentable pour l’éleveur, avec un maximum entre 12 et 24 mois. Ces chiffres s’inscrivent dans une courbe classique de boucherie. Le deuxième pic se situe entre 3 et 6 ans, mais principalement vers 6 ans pour les animaux reproducteurs.

78Les bovidés sont les plus nombreux après les caprinés. L’étude des ossements a montré que l’animal était de petite taille et de constitution assez gracile. Le calcul de l’âge d’abattage a mis en évidence les différents usages du bœuf. 46 % des animaux étaient abattus avant trois ans pour la boucherie avec un taux élevé pour les veaux de lait. Les autres bêtes étaient, elles, conservées pour le lait et la reproduction, mais peut-être aussi pour aider l’homme dans son travail.

79Le porc est rare. Cela peut surprendre dans un site d’habitat, mais plusieurs explications sont possibles. Tout d’abord, il peut y avoir eu disparition d’ossements, rongés par les chiens. Mais surtout, le porc se rencontre peu en altitude, et jusqu’à une époque récente, les montagnards avaient coutume de saler la chèvre et de la consommer en hiver. Les témoignages des premiers alpinistes venus en Oisans signalent cette habitude alimentaire. L’abattage des porcs se faisait avant deux ans pour 82 % d’entre eux, ce qui atteste un élevage et non un approvisionnement par la chasse, bien que l’espèce s’apparente beaucoup aux porcs sauvages.

80Les animaux de basse-cour sont quasi absents, puisque quatre poules seulement ont pu être dénombrées. Mais il doit y avoir eu disparition d’ossements pour les mêmes raisons que pour le porc.

81Il n’y avait aucun os de gibier dans le matériel étudié. Sans exclure un approvisionnement d’appoint par la chasse, l’essentiel de l’alimentation carnée se faisait par l’élevage. Il est à peu près certain que celui-ci a tenu une place importante dans l’économie du village, assurant à ses habitants une alimentation carnée riche. L’activité d’alpage du haut plateau de Brandes préexistait à l’implantation du village et lui a survécu.

82Malgré l’absence d’indices, il ne faut pas négliger la part de la pêche dans le régime alimentaire. Le site comporte plusieurs torrents, et le plateau est bordé, au sud, par la vallée de la Sarenne, rivière encore fort poissonneuse. Dès le XIe s. et tout au long de la période médiévale, les droits de pêche ont fait l’objet d’une réglementation, au même titre que la chasse, dans tout l’Oisans. Les premières reconnaissances delphinales, au XIIIe s., donnent les droits de pêche et de chasse comme réservés au Dauphin, mais l’enquête delphinale de 1339 précise qu’ils peuvent être concédés au titre d’albergement.

83Les os recueillis sont des déchets alimentaires (les extrémités portent des traces de morsures) et les animaux morts non comestibles étaient peut-être rejetés ailleurs. Il n’a pas été retrouvé d’ossements de chien, et les restes d’un seul chat ont été identifiés.

84Le village de Brandes ne vivait pas en autarcie alimentaire. La production locale de viande, de lait, de fromage et d’œufs devait suffire aux besoins en protéines, et peut-être cultivait-on quelques produits en jardin comme des légumineuses grâce à la fumure animale. Mais la pratique d’une véritable agriculture de subsistance avec culture céréalière et production fruitière est plus difficilement admissible. Cette implantation dans un site inhospitalier était tout-à-fait artificielle et destinée à disparaître avec l’activité qui l’avait engendrée.

Le mobilier archéologique

85Le matériel archéologique trouvé à Brandes est peu abondant, à l’instar de la plupart des sites médiévaux. Le catalogue des objets n’est pas détaillé dans cet ouvrage et constitue le sujet d’une publication spécifique en cours de rédaction. La brève synthèse présentée ci-après ne vise qu’à replacer le mobilier inventorié dans des ensembles, parure, objets utilitaires, etc., et à mieux cerner la réalité de ce monde de mineurs dans sa vie quotidienne. Une exception, cependant, pour le mobilier céramique qui a fait l’objet d’une étude approfondie par Bruna Maccari-Poisson et dont les résultats sont quasi intégralement reproduits ci-après.

La céramique

86Le nombre de fragments céramiques mis au jour par la fouille jusqu’en 1992 est relativement réduit, si l’on considère l’étendue du site et la surface étudiée. On dénombre, en tout, 6 662 tessons, généralement d’assez petite taille (en moyenne 2 cm de côté), et qui n’ont pas permis d’effectuer de collages importants ni de remonter des formes archéologiquement complètes. Il existe cependant un nombre significatif d’éléments identifiables comme rebords, fonds et anses que l’on a pu utiliser afin de dresser une première esquisse de la typologie du matériel céramique.

87L’occupation du site fournissait une chronologie assez précise, et il était intéressant d’approfondir l’étude de poteries utilisées à une époque pour laquelle le mobilier céramique est encore peu connu en Rhône-Alpes, à savoir les XIIIe et XIVe s.. En effet, rares sont les interférences plus tardives, et totalement absentes les poteries antiques. Les céramiques médiévales sont largement majoritaires et représentent 91,6 % du total. Fait exception, cependant, un petit groupe de fragments qui sont plus anciens et remontent à la période pionnière de l’occupation du site.

Les céramiques des XIe-XIIe siècles

88Dans l’ensemble les poteries de cette époque retrouvées à Brandes sont peu nombreuses. On ne peut pas exclure que d’autres fragments soient attribuables à cette période, mais rien ne permet, à Brandes, d’isoler des ensembles clos, car ces tessons provenaient de niveaux contenant du mobilier plus tardif. Ce groupe est représenté par des becs pontés, des rebords en bandeau, des fonds bombés, des panses à décors rapportés et digités et des décors d’incisions à la molette. Bien que les productions dominantes soient en pâte à cuisson réductrice, les exemples de cuisson oxydante ne manquent pas dès le XIe s. comme le montrent les fouilles des sites de Charavines et Chirens dans le département de l’Isère (Boucharlat, Poisson, 1993). Tous ces éléments sont caractéristiques de la région Rhône-Alpes à cette époque et appartiennent au mobilier domestique, culinaire ou de table (A la fortune du pot, 1990 ; Des Burgondes à Bayard, 1980).

Les céramiques des XIIIe-XIVe siècles

89La plus grande partie des céramiques appartient à cette phase d’occupation du site qui se termine vers le milieu du XIVe s. Les céramiques à pâte grise sont majoritaires, suivies par celles à cuisson oxydante puis par les céramiques à pâte rouge glaçurée. Dans tous les cas les formes sont exclusivement fermées.

90Les céramiques cuites en atmosphère réductrice ont une pâte fine, compacte et sans inclusions visibles à l’œil nu qui ne produit aucun son au toucher, contrairement aux céramiques régionales contemporaines. Autre particularité, la surface externe des pots est irrégulière et striée dans toutes les directions. Il s’agit probablement de traces laissées par une finition au chiffon mouillé, particulièrement évidente sur les fonds. La surface interne est régulièrement marquée par les stries de tournage plus ou moins rapprochées. Un petit nombre de tessons se distinguent par une texture savonneuse (5 %). La couleur varie du gris clair au noir. Les fonds sont plats et ont un diamètre de 8 à 11 cm. Le plus souvent la liaison avec la paroi est un angle obtus (fig. 88). Rares sont les fonds avec leur base légèrement étalée. L’ouverture comporte très souvent un bec pincé associé à un rebord éversé. Le bec est généralement étroit et peu développé. À l’opposé se trouve l’anse qui se raccorde directement au rebord. La forme la plus typique des poteries grises semble correspondre à des petites cruches. Quelques éléments sont identifiables comme fragments de marmite, avec des rebords à profil rectangulaire. Les anses sont plates, asymétriques et avec un repli latéral intérieur. Un cas présente une perforation, probablement pour suspendre le pot. Parmi les formes rares on trouve un fragment de gobelet et un départ de vase à parois largement divergentes. Dans les deux cas, la texture de la pâte s’écarte des produits couramment représentés sur le site.

88 – Céramiques des XIIIe-XIVe siècle

88 – Céramiques des XIIIe-XIVe siècle

Cruches en pâte grise

91Les céramiques à pâte cuite en atmosphère oxydante sont largement représentées (36 % de l’ensemble médiéval). À partir du XIIIe s., dans la région, toutes les céramiques de table sont en pâte rouge et Brandes confirme cette tendance déjà remarquée ailleurs (A la fortune du pot, 1990). Leur couleur varie du brun clair au rouge, en passant par différentes nuances de rose. Sur un ensemble de 2209 tessons, 36,9 % comportent une adjonction de glaçure. Cette distinction doit cependant être prise en compte avec beaucoup de prudence : des fragments sans glaçure ont pu appartenir à un vase glaçuré à d’autres endroits. Jusqu’au XVe s. le revêtement vitreux est généralement utilisé avec beaucoup de parcimonie, sauf dans les poteries très décorées, relativement rares puisque productions de luxe.

92Les céramiques sans revêtement ont, pour les trois-quarts, une pâte dure, fine et compacte. Hormis le mode de cuisson, on leur attribuerait facilement la même provenance que les céramiques à pâte grise. Un groupe plus restreint a une texture plus tendre, presque savonneuse. Très rares sont les pâtes grossières. Les formes se divisent en deux groupes : les fonds bombés et les fonds plats, mais cette distinction ne correspond pas à une différence de pâte. Il serait impossible d’attribuer un certain type de rebord à un certain type de fond. Les rebords sont, en fait, soit évasés, soit droits, en forme de flèche et dans le prolongement d’un col cylindrique (fig. 89). Les anses sont plates, avec, la face externe marquée par 2 ou 3 cannelures dans le sens de la longueur.

89- Céramiques des XIIIe-XIVe s. en pâte rouge sans revêtement

89- Céramiques des XIIIe-XIVe s. en pâte rouge sans revêtement

93Dans le groupe des céramiques glaçurées attribuables aux XIIIe-XIVe s., la glaçure est de deux sortes. Le plus souvent, elle a l’aspect granuleux typique des revêtements obtenus par saupoudrage à sec (79,2 % de l’ensemble des produits glaçurés médiévaux). Généralement incolore, cette glaçure prend des teintes différentes selon le support argileux. Rares sont les fragments de ce genre de couleur verte. Dans tous les cas, qu’elle soit incolore ou verte, cette glaçure est parsemée irrégulièrement sur la surface du vase et est utilisée avec beaucoup de parcimonie. Un groupe plus restreint de fragments se distingue, en revanche, par une glaçure plus épaisse, couvrante et teintée de vert (20,8 %). Les formes sont celles, typiques, des cruches ou pichets très répandus dans la région à cette période (fig. 90). Les fonds, plats ou légèrement concaves, ont une base plus ou moins étalée, suivie d’un étranglement à l’attache avec la panse. Les rebords, droits, en forme de flèche, sont le prolongement d’un col orné d’incisions horizontales et ont une extrémité légèrement arrondie. Rares sont les lèvres à extrémité biseautée. Les anses sont plates et ont la face externe marquée par 2 ou 3 cannelures dans le sens de la longueur. La glaçure incolore ou verte qui orne irrégulièrement ces vases est leur seule décoration. Cependant, il existe un groupe restreint de poteries plus richement décorées : en tout 8 tessons, qui en plus de la glaçure, sont ornés de bandes de barbotine blanche ou brune avec des incisions à la molette. Ce type de poterie est également bien connu dans la région après les nombreuses trouvailles à Anse (Rhône), à Vulbens (Hte Savoie), à Lyon (Rhône), à Vienne (Isère), etc. (A la fortune du pot, 1990). Jusqu’à présent, on avait retrouvé cette céramique exclusivement sur des sites castraux ou dans les quartiers urbains socialement favorisés et elle était considérée comme un produit de luxe. Cela explique probablement sa rareté sur le site de Brandes. Ces décors sont présents, à Anse, dès la première moitié du XIIIe s. (Vicard, 1984).

90 - Céramiques des XIIIe-XIVe s. en pâte rouge et revêtement de glaçure parsemée

90 - Céramiques des XIIIe-XIVe s. en pâte rouge et revêtement de glaçure parsemée

Les autres types de céramiques

94Des céramiques postérieures à l’abandon du site ont été mises au jour dans certains secteurs de la fouille. Elles ne représentent qu’une faible quantité de matériel : 2,5 % du total sont attribuables aux XVIe-XVIIe s. et 5,9 % du total au XIXe s. La localisation des premières confirme l’hypothèse d’une réoccupation par des bergers, comme l’indiquaient les vestiges dégagés. Ce groupe XVIe s. est intéressant, car il présente des nouveautés dans les types de décors. On peut distinguer deux catégories de vases : les pots culinaires et les récipients de table.

95Les céramiques culinaires sont en pâte rouge recouverte de glaçure transparente à l’intérieur. La couleur de la pâte sous-jacente produit l’effet d’une glaçure brune. Les vases paraissent de petite taille, de profil globulaire et sont pourvus d’un petit col cylindrique se terminant par un rebord plat.

96Les céramiques de table sont décorées et comprennent deux fragments de formes. Un petit vase de profil ovoïde, décoré en vert et brun directement sur la pâte et recouvert d’une glaçure transparente ; l’intérieur est sans glaçure. Un fragment de vase apparemment plus grand et de profil globulaire ; le décor linéaire utilise seulement le brun et est disposé sur un fond d’engobe blanc. L’extérieur et l’intérieur sont recouverts de glaçure transparente.

Les trompes d’appel

97Généralement ces objets proviennent principalement de sites castraux et leur fonction est militaire. À Brandes, cette série est représentée par de nombreux tessons retrouvés en partie sur la fortification mais aussi en divers points du site. L’hypothèse de départ n’est pas infirmée, mais on peut imaginer que des trompes ont été utilisées également par les bergers pendant l’occupation du village. Ces objets sont difficilement datables, car leur forme n’a pas varié pendant des siècles. Les fragments trouvés à Brandes sont en pâte rose ou rouge, assez micacée et à deux exceptions près, sans glaçure. La pâte est fine, et, des traces de lissage externe longitudinal sont bien marquées. Un profil presque complet a pu être remonté. L’embouchure est de 2,5 cm de diamètre et la trompe est légèrement incurvée. L’élargissement du cornet, peu important, n’est net qu’au niveau du pavillon. Un tenon permettait de suspendre l’objet.

Le vêtement et les accessoires du costume

98L’humidité des sols a permis la conservation de nombreux éléments du vêtement.

99Grâce à la fouille de l’atelier d’un bourrelier-cordonnier et d’un dépotoir, il a été possible de récolter à la fois les déchets d’un artisanat du cuir local et quelques productions. La matière première abondait. L’étude de plusieurs échantillons a montré que la peau de bœuf est la plus utilisée, mais que celle des caprinés avait également été employée (Mme Chahine, Laboratoire de Restauration des Documents Graphiques du Museum de Paris). Les chèvres avaient alors une peau épaisse, proche de celle des caprins sauvages actuels, mieux prémunis contre les rigueurs climatiques. Le tanin était végétal, probablement à base de chêne, comme cela se pratiquait à cette époque.

100Les productions mises au jour appartiennent toutes au vêtement : divers lacets, certains encore munis d’une aiguillette en tôle de bronze ; des fragments de ceintures pincés dans des terminaux en bronze (toutes ces ceintures ont, en moyenne, 2 à 3 mm d’épaisseur pour 2 cm de largeur) ; des semelles de chaussures faites de plusieurs épaisseurs de cuir, certaines percées de trous sur toute la surface, comme les galoches cloutées de montagne.

101Le mineur du XIIIe s. était-il équipé du tablier fessier en cuir, comme le montre l’iconographie du XVIe s. ?

102Les tissus étudiés sont des sergés de laine « 2 liés 2 » (croisés), direction Ζ (M. Vial, Musée des Tissus de Lyon). On note une certaine homogénéité de fabrication, sur un métier classique, équipé de quatre lisses. Deux types de filature ont été utilisés : le rouet et le fuseau. Le tissu n’a pas subi de teinture et l’alternance du marron et de l’écru provient de l’emploi de laine de mouton brun et de mouton blanc. Comme pour l’artisanat du cuir, on peut conclure à une production locale : abondance de la matière première, simplicité du travail réalisé, présence de fusaïoles, dés à coudre, bobines sur le site (fig. 91).

91 – L’artisanat, fusaïole, dés à coudre, poinçon

91 – L’artisanat, fusaïole, dés à coudre, poinçon

103Les accessoires du costume ont été découverts en grand nombre.

104Toutes les boucles de ceintures mises au jour dans l’habitat sont en bronze, à l’exception d’un modèle en bas argent (fig. 92). Elles ont des formes assez variées, bien caractéristiques des XIIe-XIVe s. L’ardillon a presque toujours disparu. Ces boucles pouvaient se prolonger par une chape articulée (plusieurs d’entre elles en sont encore pourvues), décorée de fins motifs faits au poinçon. L’une d’elles, à motif héraldique, possédait initialement un décor à l’émail. Elle est très comparable à celle qui a été trouvée à Montaigut (Hensel, Abramowicz, alii, 1970).

92 – Boucles de ceinture

92 – Boucles de ceinture

105Il faut faire une place à part aux boucles de ceintures provenant de la nécropole. Elles sont en fer, de forme atypique et d’un travail peu soigné. Sans qu’on puisse parler de production funéraire, elles paraissent témoigner d’une volonté spécifique.

106Enfin, des boucles en bronze, de très petite taille, devaient équiper des courroies ou des lanières.

107Des mordants ou terminaux complètent l’équipement de la ceinture (fig. 93). Ils sont faits d’une tôle de bronze repliée en deux et pincée sur le cuir, maintenue par des rivets de fixation. Comme les chapes, le rôle utilitaire était doublé par un effet décoratif. La plupart ont soit des arabesques faites au poinçon, soit un décor en bronze doré, soit encore des fils de cuir tressés.

93 - Accessoires de ceinture

93 - Accessoires de ceinture

108Les œillets les plus courants sont des tiges de bronze cannelées de part et d’autre du trou central. Ils étaient maintenus sur la ceinture par deux rivets fixés aux extrémités.

109Enfin, une foule de petits banquelets en bronze représentant des fleurs de lys, feuilles de chêne, bossettes, rosaces, anneaux incisés ou simples tiges, étaient rivetés sur le cuir des ceintures. Un fragment de ceinture découvert dans un dépotoir en était encore pourvu et a bien montré la densité du décor.

110Le soin apporté au décor du vêtement est confirmé par la découverte de nombreux éléments de parure.

111Des plaques décoratives en cuivre ou en bronze doré, décorées au poinçon, étaient cousues ou rivetées sur les vêtements. Deux plaques de bronze à motif zoomorphe, de type griffon et d’inspiration orientale, sont des pièces exceptionnelles (fig. 94). Les deux exemplaires sont identiques dans leurs contours, mais d’infimes différences sont perceptibles, au niveau de l’incision du motif. Il s’agit probablement d’une fabrication indigène, à partir d’un moule. Le motif du griffon apparaît sur des plaques décoratives trouvées à Montségur et datées du XIIIe s.

94 – Le décor du vêtement

94 – Le décor du vêtement

112Des fermaux en bronze, soit ronds, soit ornés de perles en pâte de verre, soit cruciformes en fils de bronze, soit encore décorés d’incrustations de fils de cuivre, fermaient le vêtement. Deux boutons ont été découverts. Le premier est en pâte de verre, incolore et côtelé, le trou de fixation le traversant de part en part. L’autre, en émail blanc à petits points bleus, était fixé par une petite tige en fer

113Des nombreuses épingles en bronze à tête spiralée ont été retrouvées. Ces accessoires, très répandus du XIIIe au XVIIIe s., pouvaient servir à fixer les vêtements ou encore être utilisés comme épingles de linceuls (Démians d’Archimbaud, 1980 ; Reynaud, 1992). Dans le cas présent, ces objets proviennent principalement de l’église, plus rarement de l’habitat. Peut-être faut-il voir là le souci de soigner son apparence pour aller à la messe, ces épingles ayant pu servir à fixer des coiffes ou des vêtements mis pour cette circonstance.

114Tous ces accessoires du vêtement sont, pour l’essentiel, en bronze. Comme l’écrivait G. Démians d’Archimbaud : « le travail des métaux cuivreux, répondant à de très anciennes traditions, s’est poursuivi avec intensité jusqu’au milieu du XIVe s., correspondant à la création d’objets utilitaires, mais aussi d’ornementation... » (Démians d’Archimbaud, 1980).

115Ces menus objets, recueillis en grande quantité dans les sols d’occupation et dans les dépotoirs, ne devaient pas présenter une grande valeur. Leur similitude avec ceux provenant de sites contemporains les place dans la masse des productions courantes, dont les modèles ont beaucoup circulé.

116Mêmes modestes, ils n’en témoignent pas moins d’un souci de l’apparence, confirmé par la découverte de plusieurs pinces à épiler en bronze décorées et d’une palette à fards (fig. 95). Même les accessoires utilitaires étaient décoratifs. Les motifs qui les ornent sont toujours le résultat d’un travail soigné et minutieux.

117Comment expliquer, alors, que tous les fragments de tissus trouvés sur le site soient des pièces d’étoffe de laine brute, sans teinture, épaisses et rugueuses ?

Les autres catégories d’objets

118Les objets en fer sont essentiellement utilitaires (fig. 96, 97). Une série importante est composée d’éléments liés à l’équipement de la maison : clés bénardes à têtes rondes ou tréflées et bouletées, serrures de portes et de coffrets, gonds, paumelles, loquets, lampes, etc. auxquels s’ajoutent une grande quantité de clous (utilitaires ou décoratifs), des anneaux, des fragments de chaînages, quelques lames de couteaux à soie, etc.

96 – Equipement de la maison : clés, serrure, lampe

96 – Equipement de la maison : clés, serrure, lampe

97 – Equipement de la maison : loquet

97 – Equipement de la maison : loquet

119Une seconde série est constituée de pièces d’équipement de la monture et d’armement : fers à mulets et clous à ferrer, boucle d’éperon et trois pointes de flèches (fig. 98). Ces dernières semblent davantage ressortir de la panoplie militaire que de la chasse. La première, lancéolée et à douille ; a été trouvée sur la fortification. La seconde, de forme triangulaire, à soie, était destinée à atteindre les combattants protégés par une armure. La dernière est un carreau d’arbalète du type I de Montségur, daté du XIVe s. (Monségur, 1980). Une demi-garde de dague à lame épaisse et deux extrémités de fourreaux de poignards, en bronze, décorés de fds de bronze doré incrustés, attestent l’existence de beaux objets. La panoplie se termine avec une très belle hache de jet.

120La rareté du mobilier en fer s’explique aisément par la récupération et la réutilisation d’un matériau alors jugé précieux.

121Tout le mobilier de verre provient de l’église. Matériau rare et fragile, il était réservé aux besoins liturgiques et aux objets luxueux. Les formes prédominantes sont des culs de verre à fond rentrant, reposant sur une base circulaire et plusieurs bords de lampes à large courbure. Seuls fragments remarquables, un élément de goulot de bouteille cannelé, blanc opaque, et un morceau de panse en verre bleu à décor de filaments rapportés. De l’église proviennent également des perles de chapelet en pâte de verre colorée vert-bleu et jaune.

122Outre les outils liés à la minéralurgie, mortiers, percuteurs et meules, le matériel lithique comprend essentiellement des pierres à aiguiser, des mortiers culinaires en grès et des éléments de jeu.

Le jeu

123Malgré des conditions de vie assez précaires, les habitants de Brandes avaient du temps à consacrer aux loisirs comme en témoigne la découverte de quelques objets : des dés en os, une guimbarde en fer, des galets plats incisés d’une marelle, un jeton en plomb et enfin, une reine d’échec (fig. 99). Une expertise a établi qu’il s’agissait d’un pion de type italo-musulman, le cavalier noir, daté des XIe-XIIe s. Les graffitis qui en font une reine d’échec seraient postérieurs dans le Moyen Âge (M. Pastoureau, Cabinet des Médailles).

Les monnaies

124Un ensemble de 26 monnaies médiévales a pu être étudié (M. Dhenin, Cabinet des Médailles). On constate une prédominance des monnaies « étrangères » sur le monnayage delphinal. Ce dernier est représenté par 5 oboles de Guigues XI (1238-1269), dont deux frappées à Césanne et trois d’un type inédit (Girard, 1991) ; une obole d’André ou Guigues XI (1236-1269) ; un denier noir d’Humbert II (1333-1349) et un denier non identifié du XIe s. Trois monnaies de l’évêché de Vienne faisaient partie du corpus : une obole (1090-XIIe s.) et un denier épiscopal du type 1 (1090-XIIe s.) ; dans les deux cas, une datation de la seconde moitié du XIIe s. est privilégiée ; enfin, un denier du XIIIe s. Les monnaies étrangères offrent une large palette géographique et chronologique : un denier d’argent d’Umberto II (1080-1103), Suse-Savoie-Piémont ; une monnaie anépigraphe de l’évêché du Puy (1080-1180) ; un denier du Marquisat de Savone (XIIe s.) ; quatre monnaies anonymes de l’évêché de Lyon (XIIIe s.) ; une obole de Charles Ier (1257-1258), Marseille-Provence ; une obole de Robert-Comte (1330-1337), Avignon-Provence ; un denier noir d’Hugues V (1305-1315), Dijon-Bourgogne ; une obole d’Amédée V (1285-1323), Piémont-Savoie ; une monnaie de l’évêché de Clermont (XIIIe s.).

125Un lot de monnaies plus tardives, principalement des liards de Marie de Montpensier, princesse des Dombes (1606-1628), provient du site religieux et atteste la continuité de son fonctionnement après l’abandon de la mine et du village. Deux monnaies romaines, l’une du règne de Néron et l’autre non identifiable, ont été découvertes dans des dépotoirs.

126Il ressort de cette énumération que les monnaies médiévales sont principalement concentrées dans la fourchette chronologique XIIe-XIVe s, ce qui concorde parfaitement avec la date supposée d’occupation du site. Elle atteste également les contacts que ce haut plateau entretenait avec les provinces proches.

Conclusion

127D’une façon générale, le mobilier archéologique trouvé sur le site de Brandes est peu abondant. Le matériel métallique, et principalement le bronze, prime largement sur les autres catégories. Pour l’essentiel, ces objets ne présentent pas de caractéristiques originales par rapport au mobilier trouvé sur des sites contemporains, tant pour les modèles que pour les techniques de fabrication, comme si des colporteurs propageaient cette « pacotille ». Cependant, la pièce d’échec, comme les deux plaques décoratives à motif zoomorphe, ainsi que la chape de ceinture à décor héraldique émaillé, montrent la qualité de certains personnages qui ont fréquenté le village.

128Ces objets revêtent un intérêt indéniable lorsqu’ils sont perçus dans le contexte de leur découverte. Ils témoignent de l’intégration de ce village de haute montagne, difficile d’accès, dans les courants religieux (coquille Saint-Jacques dans la nécropole) et artistiques du temps, et ils mettent en évidence les échanges qui ont dû exister avec l’extérieur et même avec l’étranger.

Portrait d’une micro-société

La population minière à Brandes : origine et composition

129Pendant sa courte période de plein fonctionnement, l’exploitation minière de Brandes a fixé une population sur le carreau même de la mine. Aucun document ne fournit l’origine de cette population dont il est possible, par analogie avec Allevard et Bovinant à la même époque, de penser qu’elle vient des paroisses environnantes : ... incolae et rustici... (Sclafert, 1926 ; Héricart de Thury, 1841). À partir de quelques patronymes de Brandes, fournis par les comptes de châtellenie et le dossier judiciaire de 1337, on a tenté l’expérience d’une enquête onomastique dans le Probus (A.D.I. VIII Β, B3333, B2662). Celle-ci s’est avérée être de peu de résultat, car les habitants d’Huez sont cités collectivement. Aucun des patronymes donnés pour La Garde et Villard-Reculas ne se retrouvent à Brandes au XIVe s..

130L’étude anthropologique confirme la formation de l’agglomération minière à partir d’une population locale. La répartition des individus, hommes, femmes et enfants, montre une structure sociale normale, la cellule familiale. Cette population n’a pas souffert de carences importantes et d’après les indices de robustesse, tous participaient aux travaux de l’exploitation.

131La question de l’immigration, à Brandes, d’une main-d’œuvre spécialisée originaire des pays germaniques, a été posée depuis longtemps par les historiens. À l’origine de cela, un nom, relevé au XIVe s. dans la plainte de la veuve Fabri : alamandis operariis (A.D.I. B3333, f° 55). Cette interprétation est abusive car alamandus est en Oisans un patronyme ancien appartenant notamment à la famille seigneuriale de Séchilienne (Rivoire de la Bâtie, 1867). Au milieu du XIIIe s., cette famille, en la personne d’Odon Alamand, possède un fief à Allemont, vallée de l’Eau d’Olle (A.D.I. B2662, f° 369). Ce patronyme existe à Besse au milieu du XIIIe s. et s’y retrouve au XIVe s. (A.D.I. B2662, f° 388 ; 7 B35, f° XIIIv°). Le chapelain d’Huez appelé Alamandus, figure comme témoin lors de l’expertise de la reya en 1323 (A.D.I. B3333, f° 7). En 1337, il s’agit bien d’un patronyme car, dans les comptes de la châtellenie correspondant à l’époque d’intervention de l’équipe de Maître Gautier, son frère Bertrand apparaît ainsi : ...item solvit Bertrando Alamando (A.D.I. VIII B20, f° 79). Le fait que dans l’expression alamandis operariis, alamand précède le qualificatif d’ouvrier va également dans le sens de l’interprétation. Le vocable Saint Nicolas, d’origine orientale, a été évoqué pour étayer l’hypothèse d’une immigration allemande. Cela reste une preuve insuffisante. Pourtant, des étrangers viennent à Brandes pour participer à l’exploitation. Le « règlement minier » l’atteste en précisant le monopole économique des habitants du lieu et le contrôle du seigneur sur l’ouverture de puits par un étranger. Il se peut que la notion d’étranger soit prise au sens large, c’est à dire tout individu n’habitant pas l’agglomération minière, comme cet entrepreneur de Besse qui se fera supplanter par un artisan du cru, Hugues Giraud de Brandes, dont l’assise financière est solide en 1323, puisqu’on le retrouve dans les mêmes années versant un cens pour le moulin d’Huez (A.D.I. VIII B212, f° 8).

132Certes, l’apparition de l’entreprise familiale Alamand coïncide avec celle des termes spécialisés d’operarius et magister. Mais, en 1323 déjà, Guigues Radulphi de Besse est désigné sous le terme d’operarius. Le vocabulaire minier qui aurait dû accompagner une main-d’œuvre germanique n’a laissé, par ailleurs, aucune trace toponymique significative. Mais on ne peut pas faire abstraction du nom même de Brandes...

133On le voit bien, les arguments énoncés sont contradictoires. La rigueur scientifique interdit d’exclure totalement la présence de spécialistes allemands à Brandes, mais si tel a été le cas, ils étaient peu nombreux et n’ont pas laissé de témoignages probants.

Le statut juridique et social

Les critères d’une communauté minière

134On ne connaît pas, pour la seconde moitié du XIIIe s., la population de Brandes. Cependant, en 1275, on constate que la communauté verse pour la décime autant que celles de Vaujany, Villar-d’Arène, Oz et Allemont. En 1339, ces paroisses ont entre 111 et 185 feux, soit une moyenne de 150 chefs de famille. En comparant le classement des communautés, entre 1275 et 1339, en fonction du taux de versement et de l’importance de la population, on constate que sept paroisses, dont Villar-d’Arène et Oz, conservent le même rang, et ce à un siècle d’écart. Par conséquent, on peut penser que la population ou la richesse potentielle restent identique. À partir de ce raisonnement, Brandes pourrait avoir eu le module d’une paroisse de 150 feux environ.

135Sur vingt paroisses composant le mandement d’Oisans en 1339, dix sont nommément citées en 1250, les autres apparaissent comme localisation d’une mistralie, d’un fief ou d’un alleu, à l’exception d’Oulles qui est une enclave en Oisans de la seigneurie de Séchilienne (A.D.I B2662, B4443, f° 45v°). Brandes figure dans le Probus comme site de « l’argenterie » ; en 1339, c’est un hameau de la paroisse d’Huez. Entre-temps, Brandes est effectivement devenu un lieu d’habitat, rapidement érigé en paroisse et bénéficiant d’un régime juridique et social digne d’un établissement urbain. La reconnaissance au Dauphin en 1261 permet de connaître l’existence et la nature de cette agglomération. L’inventaire Marcellier restitue les procès-verbaux de l’ensemble des paroisses de l’Oisans dans la main du Dauphin ; par rapport au Probus, toutes les paroisses sont représentées, sauf Allemont, et s’y ajoute Brandes. Allemont n’apparaît pas en 1261, probablement parce qu’elle constitue, au XIIIe s., l’alleu d’une famille de favetiers appelée Richard (Marcellier 1688-1710, f° 2887). Hormis le fait que Brandes soit prise en compte pour la première fois du point de vue démographique, son procès-verbal se distingue de la totalité des autres par l’intitulé de la reconnaissance. En effet, alors que les villages connus pour être des paroisses sont désignés par l’expression « habitants et communauté », il est dit, pour Brandes, « habitants du-dit lieu de Brandes », tout comme on lit « les habitants de Saint-Laurent ». Pour cette dernière, chef-lieu de mandement, l’exception se comprend. Par contre, pour Brandes, elle signifie probablement une situation particulière qui peut tenir au fait qu’il ne s’agit peut-être pas encore d’une paroisse. Néanmoins, l’agglomération représente une population suffisamment nombreuse et permanente pour que l’administration delphinale éprouve la nécessité de définir les droits et propriétés du seigneur comme le lien juridique qui le lie aux habitants. D’ailleurs, l’agglomération est désignée probablement par le terme de villa que Marcellier a traduit par village. Ce village est doté de deux moulins et d’un four. Le lieu de culte, portant un vocable spécifique, ne tarde pas à apparaître, et c’est peut-être déjà, en 1275, l’église paroissiale bien peuplée dont parle la visite pastorale de 1455 (A.D.I. 4 G 7, f° 77). L’expression bene populata prend tout son sens si l’on compare les versements de la décime en 1275 et le chiffre de la population connu en 1339. L’étude anthropologique montre que les habitants, hommes et femmes, sont essentiellement occupés aux travaux de la mine et au traitement du minerai. Ceci est confirmé indirectement par la liberté dont ils jouissent de « faire un cros neuf ou pertuis dans l’argenterie ». Le « règlement minier » précisément laisse entrevoir une étape ultérieure dans le développement et l’affirmation de l’agglomération. Brandes bénéficie, à la fin du XIIIe s. d’une représentation communale, les consuls (Héricart de Thury, 1841).

Des privilèges juridiques, économiques et fiscaux

136Depuis 1248 et 1250, le comte possède sans partage la haute juridiction sur l’ensemble de la châtellenie (Chevalier, 1913-1926, n° 8479 ; A.D.I. B2662, f° 368). Seule lui échappe la basse justice exercée sur leurs fiefs par les nobles. En 1339, aucune exception judiciaire ne figure dans l’énoncé de l’enquête. Il y a même progrès dans la concentration du pouvoir par rapport au milieu du XIIIe s., puisque le Dauphin détient désormais la haute et la basse justice

...dixit quod in castro et mandamento praedictis habelt dominus Dalphinum merum et mixtum inperium, solum et in solidum, ac omnimodam juridictionem tam altam quam bassam...,

137et que même le puissant seigneur de Séchilienne, Jean Allemand, n’exerce plus ses droits de justice dans la paroisse de Livet

...quod dicta parrochia de Livet... qui dominus Dalphenus ... exercet ibidem omnimodam juridictionem et habet merum et mixtum imperium solum in solidum... (A.V. coll.410, f° XXXII).

138Pourtant, à la fin du XIIIe s., la communauté de Brandes jouit d’un privilège de juridiction exceptionnel. Le « règlement minier » indique que la juridiction haute, moyenne et basse appartient au seigneur, excepté toutefois les articles qui appartiennent à l’argenterie et se portent devant les consuls. De telles clauses existent à Largentière en Vivarais, au XIIIe s. Les consuls, confirmés par l’évêque, ont obtenu le droit d’arbitrage pour les cas miniers (Mazon, 1904). À Massa Maritima, le code original de 1250 confie à un personnel spécialisé, émanation de la République, les causes juridiques (Simonin, 1859). L’université d’Allevard passe, en 1315, une transaction avec le Dauphin Jean II, dans laquelle elle obtient l’enregistrement par le pouvoir central de son droit d’usage sur le gisement minier (Sclafert, 1926). En 1395, L’instrument de l’art de minière de Guigues Gaultier complète ce premier acte (Léon, 1962). Dans aucun des deux textes on ne trouve une clause analogue à celle de Brandes. Pourtant, les règlements de Brandes et d’Allevard comportent tous les deux des clauses attribuant la liberté d’exploitation aux habitants de ces agglomérations minières.

139Le Dauphin accorde également un privilège fiscal à la communauté de Brandes. Les habitants de l’agglomération sont en effet exemptés de la taille. Cette situation pourrait bien remonter à 1261, car Brandes se distingue des autres paroisses par l’absence de cette taxe personnelle, comme Ornon, Livet et Villard-Reculas. Consécutivement à l’octroi de franchises, Saint-Laurent est exempté de la taille en 1261 (Marcellier, 1688-1710, f° 2884, 2887, 2891). En 1250 comme en 1339, la taille générale pèse sur les vilains ; y échappent les nobles et feudataires du Dauphin. On a fait remarquer plus haut une certaine liaison entre l’exemption de la taille dans le Probus et la métallurgie du fer. Entre ces deux bornes chronologiques de 1250 et 1339, les habitants de Brandes ont donc connu une courte période de privilège.

140D’autres sites miniers au XIIIe s. sont bénéficiaires de ce genre d’exonération, Hierle en 1228 et Couleau en 1290 (Bailly-Maître, 1989 ; Hesse, 1968). De même en 1208, les habitants de Largentière en Vivarais obtiennent de l’évêque l’exemption pour toutes les taxes sauf le droit de boucherie.

141En contrepartie de ce statut privilégié, le seigneur prélève une portion de la production minière : « le quint de tout argent qui sort de quelques cros ou pertuis appartient au-dit seigneur » (Héricart de Thury, 1841). La population minière lui est également liée par l’hommage-lige. Or, dans le Dauphiné du XIIIe s., l’homme-lige est un homme libre. En 1250, sont hommes-liges du comte des hommes qui, pour la plupart, ont le titre de dominus, c’est-à-dire les favetiers* de l’Oisans. La grande majorité des autres sont dits simplement « hommes du comte ». En 1261, la ligesse est devenue un statut juridique quasi général. Les deux exceptions sont La Garde et Villar-Aymon. La première paroisse relève du prieuré Saint-Pierre, filiale d’Oulx, l’autre est un alleu tenu en parerie par l’église du bourg Saint-Laurent (A.D.I B2662, f° 368v°, 373 ; Marcellier, 1688-1710, f° 2887). En réalité, la ligesse, à la fin du XIIIe s., ne semble pas distinguer du reste de l’Oisans les habitants de Brandes.

Conclusion

142Il est bien dommage que les originaux des textes transmis par Marcellier et L. Héricart de Thury aient disparu, car leur apport est fondamental. Leur contenu, travaillé à la lumière de l’histoire des chartes de franchises en Dauphiné et de celle des règlements miniers en Europe occidentale et centrale, montre que le statut privilégié dont bénéficie Brandes, à la charnière des ΧIIIe et XIVe s., est probablement dans la filiation du vieux droit minier en vigueur à ce moment-là aussi bien dans les provinces germaniques que dans le Sud de la France et en Italie (Braunstein, 1993). L’histoire des chartes de franchises dauphinoises se résume en deux étapes principales. Une première vague d’affranchissements a été accordée aux communautés par la seconde race des Dauphins, issue de la famille de Bourgogne (milieu du XIIIe s.). La caractéristique de ces chartes est d’être axée sur l’exemption des charges personnelles comme la taille, comprenant en contrepartie des avantages économiques pour le Dauphin (Vaillant, 1951). En 1261, la reconnaissance des habitants de Brandes, où Ton ne mentionne pas la taille et où l’on met en exergue la propriété delphinale sur les ressources économiques du secteur, pourrait se raccrocher indirectement à ce premier mouvement d’affranchissement. La seconde vague, postérieure à 1282, est le fait des Dauphins issus de la famille de La Tour-du-Pin, Humbert Ier et surtout Jean II. Les traits principaux de ces chartes sont l’octroi de l’autonomie de la communauté rurale par la création de consulats, la protection des biens et des personnes, la liberté des échanges et les exemptions des charges fiscales arbitraires. Le texte que l’on a baptisé « règlement minier » entre dans cette catégorie. Le mobile de ces octrois est, sans doute pour le Dauphin, un intérêt économique évident, c’est-à-dire le revenu de la mine d’argent. C’est aussi par une politique d’affranchissement, le maintien sur place, à 1 800 m d’altitude, d’une main-d’œuvre précieuse. Comme celle du bourg de Saint-Laurent, mais pour des raisons différentes, la population de Brandes profite dans un espace de temps très court (moins d’un siècle) d’une situation privilégiée par rapport à l’ensemble des paroisses de l’Oisans.

143La mine d’argent, exploitée par les indigènes, fonctionne grâce au travail de petites unités artisanales, peut-être à caractère familial, si l’on en juge par le travail des femmes et la taille des ateliers. Cette population a des conditions de vie relativement aisées comme ses contemporains d’Allevard. Par rapport à ce que l’on sait des autres agglomérations minières de la région fonctionnant au XIIIe s., on constate que Brandes a conservé un caractère plus rural. L’Argentière en Embrunais et Largentière en Vivarais, comme Allevard, sont des lieux d’échanges. Ces petites villes possèdent un ou deux châteaux seigneuriaux et un rempart. Brandes a son château, certes, mais bien modeste en fin de compte par rapport aux tours de l’évêque de Viviers et du comte de Toulouse. Ces agglomérations sont des lieux d’échanges et de fabrication de produits ouvrés comme des calices d’argent que confectionnent les orfèvres de L’Argentière en Embrunais.

144Dans les textes que l’on vient d’analyser, il est une catégorie sociale, présente en 1250 dans l’Oisans et qui semble rester à l’écart à partir du développement de la mine. Ce sont les favetiers du secteur d’Huez, La Garde et Villard-Reculas. Leurs noms ne sont pas associés à cet épisode économique. Par contre, en 1261, leurs droits sur les pâquerages et bois noirs extérieurs à Brandes sont réaffirmés. Les droits traditionnels pesant sur les ressources économiques anciennes sont donc toujours en vigueur à Brandes au XIIIe s., au bénéfice des favetiers. Mais ils se bornent à cela alors que le plateau connaît une expansion économique et sociale qui leur échappe.

Les édifices religieux

145Le groupe église-nécropole occupe le dernier ressaut occidental du rocher Saint-Nicolas. De ce fait, l’église n’est pas située au centre du village. Cet ensemble est cependant étroitement relié au plateau qui porte le reste du village (pl. I, II). Un chemin conduisait du plateau au site religieux. Au niveau de la source Font-Morelle, le chemin d’Huez, la via de Brandis, se divisait en deux embranchements dont un permettait d’aller jusqu’au lieu de culte. À l’heure actuelle, il ne subsiste que quelques lambeaux de ce sentier, matérialisés par des murettes de soutènement de pierres liées à l’argile.

146L’édifice religieux est bordé, sur trois côtés, par la nécropole. Un mur, identifié comme clôture, est encore partiellement visible à la base de la plate-forme. Il se poursuit le long du chemin qui grimpe jusqu’à l’église et se termine contre le mur de soutènement de la terrasse du parvis, face à la porte d’entrée de la nef.

Description, identification et chronologie des édifices

La chapelle primitive

147Un premier bâtiment a été construit sur le rocher Saint-Nicolas. Il est constitué d’une pièce unique, orientée, de 6,60 x 6,80 m de côté (fig. 100). Il se différencie des bâtiments qui lui sont adjacents par son mode de construction. Les murs, fondés partout sur le rocher, à des niveaux différents selon les irrégularités du soubassement, ont une épaisseur moyenne de 0,80 m et un appareil soigné ; ils sont liés au mortier et le parement extérieur conserve des lambeaux d’enduit ocre. Les édifices postérieurs masquent en grande partie les élévations de cette première construction. L’espace intérieur a fait l’objet d’une fouille exhaustive au début du siècle par H. Muller (Muller, 1899 et 1901). Les sondages récents ont montré qu’il ne subsistait rien du sol d’occupation de ce bâtiment.

148Par ses dimensions, son orientation et son plan, cet édifice s’apparente à une simple chapelle. Située sur le même éperon rocheux que la fortification, fallait-il l’identifier à une chapelle castrale ? La dissociation entre le château et son église se rencontre en maints endroits.

100 – Eglise St-Nicolas : chronologie des édifices

100 – Eglise St-Nicolas : chronologie des édifices

149Pour ne retenir qu'un exemple proche, la motte de La Garde est séparée de l'église Sainte Madeleine qu'elle domine topographiquement.

150Rien ne permet, cependant, de faire le lien entre la fortification de Brandes et cette "chapelle".

151La disparition totale du sol d'occupation empêche toute datation archéologique. Seule la chronologie relative, par rapport à l'église paroissiale, permet de parler de construction primitive. La datation de cet édifice reste du domaine des suppositions. Il peut avoir servi de lieu de culte à un moment où le village était encore embryonnaire, probablement avant le milieu du XIIIe s..

L'église paroissiale

152En avant du mur de façade du premier édifice, le rocher devient irrégulier et plonge abruptement (fig. 101). Des aménagements importants ont été nécessaires pour permettre une extension du lieu de culte :

  • renforcement des parois latérales de la chapelle par l'adjonction, au nord et au sud, de murs épais et faits sans soin. Ils étaient vraisemblablement enterrés, ce qui modifie totalement la conception initiale de la chapelle dont les parois, enduites, étaient apparentes. Ces contreforts puissants peuvent se justifier soit par une surélévation du bâtiment, soit, peut-être, par l'installation d'un clocher, lors de l'extension de l'édifice. D'autres villages de l'Oisans comme Auris possèdent des clochers romans (Barruol, 1992).

  • aménagement de terrasses artificielles afin d'agrandir l'espace utile. Prolongeant les deux murs-contreforts nord et sud, des murettes permettent de rattraper les irrégularités du terrain sur plus de 11 m de longueur. Ces murettes servent de soutènement à trois terrasses artificielles faites de remblais. Elles portent la nef de l'église agrandie, le parvis et une partie de la nécropole.

101 - Église St- Nicolas

101 - Église St- Nicolas

153Une nef, de plan légèrement trapézoïdale, prolonge, par l'ouest, la chapelle. Elle mesure 6,60 m de largeur à sa jonction avec l'édifice primitif (contre lequel elle s'appuie) et atteint 7,60 m au contact du parvis, pour 7,20 m de longueur. À l'intérieur de cet espace, le rocher affleure à des niveaux variables. Un remplissage de terre et de pierres comble les irrégularités du terrain. Les restes d'un dallage sommaire, fait de larges pierres plates, marquent, par endroits, le niveau du sol. La terre, rapportée du plateau qui porte les habitations, contenait du matériel en provenant, fragments de céramiques, scories, baryte, etc... Les données de terrain et la documentation écrite concourent à identifier la chapelle primitive au chœur du nouvel édifice religieux. Une visite pastorale de Monseigneur Caulet, de 1728, parle d'une chapelle installée dans le chœur de l'ancienne église Saint-Nicolas de Brandes. La liaison entre le chœur et la nef a été perturbée par l'installation d'une chapelle moderne. À l'heure actuelle, le sol du chœur est situé à 0,50 m au-dessus de celui de la nef. Le seuil de l'église paroissiale est fait d'une grande dalle de 1,80 m de longueur dont les extrémités sont prises dans les assises de base du mur de façade occidental. De part et d'autre de l'entrée, deux encoches carrées servaient à ancrer la porte de l'édifice. La toiture était en ardoises, contrairement aux bâtiments du plateau, ce qui démontre bien l'attention particulière portée au lieu de culte.

154Un parvis prolonge la nef. Il occupe un espace de 7,60 x 4 m, et repose sur une surface entièrement artificielle. Faisant la jonction avec les murettes de soutènement latérales, un petit mur longe le côté ouest du parvis, en contrebas de ce dernier.

155L'édifice agrandi a rang de paroisse. Les archives sont claires à ce sujet, bien qu'elles soient postérieures à l'occupation du site. L'enquête delphinale de 1339 ne mentionne Brandes que comme une villa rattachée à la paroisse d'Huez (A.D.I. B3120) et une visite pastorale de la même année ne cite que la paroisse d'Huez dans la liste des églises visitées par l'évêque de Grenoble (Calmette, Clouzot, 1940 ; Chevalier, 1874). Le terme de paroisse apparaît, pour la première fois, dans un compte-rendu de visite pastorale de Monseigneur Siboud Allemand, en 1455 :

...antiquitus solebat esse parocchialis ecclesias et bene populata ; obstantibus tamen diversis ac sinistris eventibus que in dicta parocchia evenerunt, fructus dicte ecclesie adeo diminuti extiterunt quod servicium Dei quod inibi fieri solet extinctum accusetur, et ecclesia predicta parrocchialis de Hues annexa et unita. (A.D.I. 4 G 257)

156Cette dernière indication fait référence à la période d'exploitation maximale de la mine.

157Est-il possible de préciser la période d'agrandissement de l'église et de sa promotion au rang de paroisse? Plusieurs éléments sont à prendre en considération.

158La fonction paroissiale est étroitement liée à la pleine occupation du village et à un habitat permanent. Elle cesse dès le début de l'abandon du site. En 1339 déjà, puis en 1410, il n'est plus question que d'une chapelle (Chevalier, 1874). La datation des édifices religieux doit donc s'envisager dans le contexte général du village. Il est probable que les hommes de Brandes ont conçu et réalisé le plan d'aménagement du lieu de culte au moment de l'expansion de l'activité minière, à savoir au milieu du XIIIe s. La première mention d'un édifice religieux à Brandes date de 1275, dans un des plus anciens comptes de décimes figurant dans les registres du Vatican (Calmette, Clouzot, 1940). Il s'agit vraisemblablement déjà de l'église paroissiale, car le montant des prélèvements met Brandes au sixième rang sur cette liste où les quinze églises sont classées par ordre d'importance de la redevance. Le quota de la chapellenie de Brandes est au même niveau que Vaujany et Villar d'Arène.

159Le mobilier archéologique permet de confirmer cette chronologie. Le dallage et le comblement niveleur de la nef ont livré un abondant petit matériel (épingles, paillettes, bossettes, affiquets, etc.) bien caractéristique des XIIIe- XIVe s. Une serrure, trouvée sur le seuil de l'église paroissiale, est semblable à celles qui proviennent des niveaux XIVe s. du site de Rougiers en Provence.

160Enfin six monnaies s'échelonnent entre 1257 et 1349. La datation C14 de plusieurs squelettes mis au jour dans la nécropole qui se développe en avant du parvis va dans le même sens (1220/1330, 1230/1470) (Olive, Laboratoire de Géodynamique de Thonon ; Evin, Laboratoire de Radiocarbone de l'Université de Lyon).

161Les hommes de Brandes, encouragés par l'essor de la production minière et par l'accroissement de la population, ont décidé de se doter d'un édifice religieux plus grand et plus somptueux, avec peut-être un clocher. Ces mutations ont lieu dans la seconde moitié du XIIIe s. Au début du XIVe s. la mine entre dans une phase de crise dont elle ne se relèvera pas.

La chapelle moderne

162Un édifice plus récent est encastré dans le bâtiment primitif, dont les murs nord, ouest et sud sont doublés intérieurement par les parois de cette troisième construction. Le mur oriental résume l'évolution de ces structures. La base est constituée par le mur de chevet primitif ; la reprise de construction moderne est nette, à mi-hauteur, avec un changement d'appareil et une réutilisation des pierres de tuf des chaînes d’angles du premier sanctuaire. La nouvelle chapelle était couverte d’une voûte dont on voit le départ au-dessus d’une corniche située à 2 m du sol (fig. 102).

102- Chapelle moderne et oratoire St-Nicolas

102- Chapelle moderne et oratoire St-Nicolas

Coll. M.D.

163Cette chapelle a été construite pour servir de lieu de pèlerinages. Ces derniers s’y sont poursuivis jusqu’au XIXe s. Un petit oratoire a été édifié à ce moment-là, sur les ruines du mur nord, pour abriter une statue du saint en bois polychrome. On venait implorer Saint-Nicolas pour favoriser la fécondité du sol (pluie) et des femmes (mariage, enfantement).

164En 1684, à l’occasion d’une visite pastorale de Monseigneur Le Camus, les archives mentionnent la fondation d’une chapelle à Saint-Nicolas de Brandes (A.D.I. 4 G 261).

165Une série de monnaies de Marie de Montpensier (1608-1626) témoigne de la période de réutilisation du site religieux.

166Les registres paroissiaux d’Huez portent encore quelques mentions pour les XVIIe et XVIIIe s. : 9 baptêmes, 18 mariages et 1 inhumation.

Croyances et mentalités

La situation

167L’église Saint-Nicolas, édifiée sur le rocher qui porte la fortification, dissociée et surélevée par rapport au village, témoigne peut-être d’une volonté de domination symbolique, politique et religieuse.

168La succession de trois édifices, au cours des siècles, sur cette plate-forme inadaptée, marque par-dessus tout l’attachement des hommes au lieu saint primitif, n’hésitant pas à entreprendre des travaux considérables pour permettre l’extension de l’église paroissiale, alors que tout le plateau était disponible.

Le vocable

169Le vocable Saint-Nicolas n’apparaît dans la documentation qu’en 1497, dans le Pouillé de l’Eglise Cathédrale de Grenoble ...ecclesia sancti Nicolai de Brandis... (Marion, 1869).

170Saint-Nicolas est peu répandu en Dauphiné. On en trouve des exemples à Oulx, en Briançonnais d’outremont, dont relève cette partie de l’Oisans au XIe s. Peut-être est-ce là la raison de l’adoption de Saint Nicolas à Brandes. Mais nos recherches ont aussi montré que ce saint, venu de l’Europe centrale et orientale, où il est particulièrement vénéré, est souvent lié à un site minier au Moyen Âge et aux Temps Modernes.

171Les exemples de cette correspondance sont nombreux pour les époques modernes : la Rouge-Mine de Saint-Nicolas à La Croix, en Lorraine (XVIe s.) (Bari, Benoît, Fluck, Schoen, 1992) ; la mine Saint-Nicolas dans le Harz (XVIe s.) (Gille, 1962) ; la mine Saint-Nicolas de Hartgaten, près de Boulay (XVIe s.) (Boye, 1900) ; une mine Saint-Nicolas dans le groupe Lepuix, une autre à Steinback (1574-1633) et une dernière dans le groupe de Giromagny, toutes trois faisant partie des exploitations du Comté de Rosemont au XVIIe s. (Marchai, 1971). F Lieblin, dans son ouvrage sur le secteur de Rosemond, donne une liste des sites miniers associés à ce saint patron : Saint-Nicolas de Montjean (1585-1619), Saint-Nicolas au Chênoi (1612-1629), Saint-Nicolas à Belval (1588-1596), Saint-Nicolas à Auxelles-Haut (1566) (Lieblin, 1987). Dans le district de Fresse, Bussang et le Thillot, en Lorraine, les archives ou la toponymie actuelle ont conservé les noms des mines Saint-Nicolas de Noiregoutte (1550), Saint-Nicolas de Saultey (1553), de la « nouvelle montagne Saint-Nicolas » (1576) et enfin, de la « vieille mine Saint-Nicolas » du Thillot (A.D.M. série Β ; Pierre, inédit). A. Girodié signalait, après l’inventaire des archives de la Meurthe, qu’un nombre considérable de mines portaient le nom de Saint-Nicolas (Girodié, 1909).

172Quelques indices permettent de remonter jusqu’au Moyen Âge. Au milieu du XIVe s., les mineurs du canton de Fribourg, en Allemagne, pour honorer Saint Nicolas, firent placer un vitrail représentant leur travail sous sa protection, dans l’église de la ville. À Brussieu, dans le Lyonnais, à proximité de l’exploitation minière de Jacques Coeur (XVe s.), une chapelle Saint Nicolas est signalée (Sébillot 1894).

173Plus près de Brandes, une visite pastorale de 1488 mentionne une chapelle Saint Nicolas dans le vieux Bourg-d’Oisans, à proximité immédiate des mines médiévales du Pontet (A.D.I. 4 G 261, f° 39v° à 83).

174Il ne semble pas permis de douter que ce saint ait eu un lien privilégié avec les mineurs. A-t-il été leur protecteur au même titre que Sainte Barbe ? La dévotion à cette dernière, patronne des artificiers, des carriers et des mineurs, aurait pu s’affirmer avec la généralisation de l’usage de la poudre en mine, au XVIIe s. Certes, les exploitations bénéficient de la tutelle d’un grand nombre de saints : Saint Charles, Saint Jean, etc. Mais Saint Nicolas est souvent attribué à la première mine ouverte dans un nouveau secteur, généralement pour des mines de métaux nobles.

175Il est intéressant de noter que le caractère sexuel de ce saint, invoqué lors des pèlerinages des XVIIIe-XIXe s., à Brandes, est peut-être un héritage du Moyen Âge (Muller, 1899-1901). La mythologie de la mine et de la métallurgie était anciennement chargée de sexualité, comme le montrent les études récentes fondées sur l’éthno-archéologie (Eliade, 1977 ; Echart, La fiancée du feu, film).

176L’adoption d’un saint étranger à Brandes et à Bourg-d’Oisans pose le problème de l’intervention d’ouvriers spécialisés dans l’exploitation des mines. Les renseignements fournis par la documentation écrite et par l’étude anthropologique plaident en faveur d’une exploitation « indigène ». Tout en rejetant une intervention massive de mineurs étrangers, peut-on exclure l’appel à quelques spécialistes (comme ce fut le cas lors de la crise de 1337) qui auraient apporté avec eux leur saint protecteur ou faut-il plutôt penser à une communauté de croyance qui transcende les limites des pays et marque la cohésion de la société des mineurs ?

Le cimetière

177Le cimetière de Brandes entoure étroitement l’édifice de culte, et pour accéder à l’église, il faut traverser l’aire funéraire. Elle n’a été dégagée que sur 50 m2 environ et à peu près 1 m de profondeur. La fouille, qui a toujours été menée jusqu’au niveau le plus bas, a montré que, dans la partie mise au jour, les sépultures les plus profondes reposaient soit sur le rocher, soit, pour l’essentiel, sur une terrasse artificielle prolongeant l’aménagement mis en place lors de l’extension de l’église paroissiale. L’espace gagné à l’aide d’une murette de soutènement, en avant du mur occidental du parvis, est formé, comme celui-ci, d’un blocage de grosses pierres. Le tassement de ce blocage, au cours du temps, a provoqué un basculement de la terrasse d’est en ouest. La terre à inhumer est rapportée depuis le plateau et contient de la baryte, des fragments de céramique, quelques clous...

178La surface aménagée est fort exiguë et cela se traduit dans l’organisation spatiale de la nécropole. L’étude qui suit porte sur un nombre restreint d’inhumations (200 individus). Le dégagement de la nécropole n’a pas été exhaustif car, tant en profondeur qu’en extension spatiale, on ne discerne aucune évolution typologique. Par ailleurs, la méconnaissance du nombre de squelettes mis au jour lors des fouilles anciennes (dont il ne subsiste que 22 crânes) et les dégradations faites par les bergers au cours des générations, ne permettent pas une estimation de la population à partir du cimetière.

Typologie et chronologie des sépultures

179La fouille a permis le dégagement de plus d’une centaine de sépultures en place, la plupart très perturbées ou incomplètes en raison de l’effondrement de la terrasse et d’un grand nombre de réinhumations. Trois types de sépultures ont cependant été définis :

180Les sépultures en pleine terre sont les plus représentées, puisque trois tombes seulement y échappent. Il faut cependant nuancer cette affirmation, car il est difficile de distinguer les tombes réellement en pleine terre et les coffres de bois dans un cimetière aussi perturbé.

181Deux sépultures sont en coffres de bois. Dans le premier cas, des fibres étaient encore visibles derrière le crâne, le long du côté droit et sur le thorax du squelette. Il n’y avait pas de fond, car le corps, un bébé, reposait dans un creux de rocher dont il épousait strictement la forme. Dans le deuxième cas, de fines fibres de bois subsistaient sur les deux longs côtés. Aucun clou ni aucune pierre de calage n’ont été retrouvés.

182Une seule tombe est en coffre mixte. Elle contenait deux squelettes superposés. Des fibres ligneuses derrière le crâne de l’un d’eux et sur les rotules de l’autre révèlent l’usage de planches. Elles étaient calées par un entourage de pierres et les squelettes reposaient dans une fosse creusée dans le blocage de la terrasse artificielle.

183La principale caractéristique de ce cimetière est sa grande densité d’occupation. Par conséquent, les inhumations se côtoient et se superposent, mais rares sont celles qui se recoupent, à quelques exceptions près. Il semble que les fossoyeurs n’aient pas creusé au hasard, malgré l’absence apparente de signalisations de surface individualisées.

184A l’exception des très jeunes enfants, les tombes sont toutes regroupées autour du parvis. Leur position stratigraphique atteste leur contemporanéité avec cette phase d’occupation du site. Seules deux sépultures ont été recoupées par le mur occidental du parvis. Une datation radiocarbone les donne comme très antérieures aux autres inhumations (350/470 et 680/870) (Mr Olive, Laboratoire de Géodynamique de Thonon). Malgré des difficultés de calibrage rencontrées au moment de l’étude faite en 1979, ces datations ont été prises en considération et des sondages pratiqués dans la plate-forme du parvis, afin de mettre au jour une éventuelle nécropole contemporaine de la chapelle primitive, et par conséquent antérieure à l’agrandissement de l’espace religieux. Ils ont été négatifs et ces datations restent inexpliquées.

185La typologie des inhumations mises au jour concorde bien avec les rites funéraires observés sur d’autres sites, pour la période de pleine occupation du village. Les trois types définis se rencontrent dans des nécropoles allant du VIe au XIIIe s. (Colardelle, 1983) et peuvent fort bien coexister. Aucune évolution spatiale n’a été perceptible au niveau de la répartition de chacun de ces types.

186Le mobilier funéraire recueilli est essentiellement composé d’éléments du vêtement. Huit boucles de ceinture étaient en place, sur les squelettes, mais toutes en fer et parfaitement atypiques. À l’inverse, les paillettes, banquelets et autres décors du vêtement confirment une fourchette chronologique comprise entre le XIIIe et le XIVe s. Enfin, une datation radiocarbone a été réalisée sur des échantillons pris en divers points de la nécropole. Les résultats - 1220/1420 - sont concordants avec l’ensemble de la documentation (Mr Olive, Laboratoire de Géodynamique de Thonon ; Mr Evin, Laboratoire de Radiocarbone de l’Université de Lyon). Une seule inhumation figure dans les registres paroissiaux au début du XVIIIe s. Elle a dû disparaître lors des fouilles d’H. Muller.

Les rites funéraires

187En raison de l’enchevêtrement extrême des sépultures, aucune fosse bien marquée n’a été décelée. Les tombes n’étaient pas réparties par niveaux ou par rangées mais se bousculaient sur 1 m de profondeur.

188Toutes les sépultures étaient orientées est-ouest, tête à l’ouest. Des variations notables ont cependant sensibles. Elles ne correspondent pas à une adaptation au terrain qui devait être, à l’origine, parfaitement plat, mais plutôt à un manque de soin et de rigueur dans l’organisation de la nécropole.

189Le cimetière de Brandes recelait une, voire deux, tombes doubles. Dans un cas, les squelettes étaient côte à côte et l’inhumation a dû être simultanée. Un doute persiste pour l’inhumation en coffre mixte où les deux squelettes étaient superposés, probablement séparés au départ par une planche horizontale. Ces sépultures ne semblent pas significatives d’un quelconque rituel religieux ni d’un contexte culturel précis (Colardelle, 1983).

190Tous les corps trouvés en place reposaient en décubitus dorsal. Les jambes étaient généralement assez resserrées l’une contre l’autre.

191Les crânes reposaient sur l’occiput, le basculement latéral étant post-mortem. Cette règle traduit une volonté de tourner le visage du mort vers l’est. Le développement des tombes à alvéoles céphaloïdes, pour des sites contemporains de Brandes, atteste ce souci que sous-entend Durand de Mende quand il dit : « on doit ensevelir le mort de telle sorte que sa tête soit tournée vers l’Orient. En cette position, pour ainsi dire, il prie et ceci insinue qu’il est disposé à se diriger en toute hâte de l’Occident en Orient, du monde de la Terre au Siècle Futur » (Barthélémy, 1854). La position des bras observe deux attitudes préférentielles. Les squelettes ont soit un avant-bras replié sur l’abdomen et l’autre en travers du thorax, la main reposant sur l’omoplate opposée, soit les deux avant-bras croisés haut sur la poitrine, les mains reposant près des omoplates, ce qui exclut une attitude de prière (fig. 103).

103- Mode d’inhumation

103- Mode d’inhumation

192L’orientation systématique et la position des corps montrent un certain respect des traditions chrétiennes, mais quelques indices attestent que ce respect tend à devenir une habitude privée de tout son contenu spirituel.

Les réinhumations : typologie et comportements

193La violation des sépultures est condamnée par l’Eglise, mais la réutilisation d’un caveau pour une réinhumation n’est pas assimilée à une violation. À Brandes, sur les 200 individus mis au jour, un peu plus d’une centaine seulement étaient encore en place et encore beaucoup étaient incomplets.

194Les réinhumations appartenaient à trois types principaux correspondant chacun à des réalités différentes, étant entendu qu’est appelé, ici, réinhumation, tout groupement d’ossements n’appartenant pas à une sépulture en place.

195Le premier type est le plus inorganisé. Il est constitué d’ossements épars et brisés, trouvés en grand nombre dans la terre de remplissage. Il résulte d’un manque de soin et d’attention lors des fréquentes mutations qui ont affecté le cimetière.

196Le second type correspond à des niveaux de charniers s’étendant sur un ou deux mètres carrés et une quinzaine de centimètres d’épaisseur. Les os sont brisés, certains encore en connexion anatomique, sans terre interstitielle. Ce second type est la conséquence de phases de nettoyages systématiques et fréquentes de certaines zones du cimetière quand le manque de place l’exigeait.

197Le troisième type est caractérisé par des réinhumations organisées comme telles. Elles sont constituées d’un ou plusieurs individus (aucun squelette entier) (fig. 104).

104- Réinhumation

104- Réinhumation

198Par leur nombre et leur variété, les réinhumations témoignent de comportements face à la mort. Les hommes du temps ont voulu maintenir le lieu saint à l’emplacement de l’édifice religieux primitif. La conséquence est l’extrême exiguïté de l’espace à inhumer. Par ailleurs, la volonté d’être enterré le plus près possible du lieu du culte est manifeste, comme dans la plupart des nécropoles médiévales. Les mutations devaient être fréquentes et rapides à en juger par le nombre d’ossements encore en connexion anatomique. L’étude de ces réinhumations met en évidence une absence de soin flagrante dans le traitement des os déplacés. Seuls les crânes ont bénéficié de plus d’attention. L’importance du crâne est soulignée par Durand de Mende qui écrit : « le corps ou quelques membres mis en terre sans tête, ne constitue pas un lieu consacré par la religion » (Barthélémy, 1854). Le peu d’importance accordée aux réinhumations contraste avec le soin apporté à la disposition du corps lors de la première mise en terre. À Brandes, elles sont disposées un peu au hasard, sans lien avec une inhumation en place, sauf quelques rares exceptions, les ossements réduits étant alors placés sur le bas des jambes du défunt.

L’organisation spatiale

199D’une façon générale, à partir du XIe s., toute sépulture est installée dans la terre consacrée qui jouxte l’église, les tombes se massant le plus près possible à l’extérieur. Cette définition s’applique au cimetière paroissial Saint-Nicolas de Brandes. Les bâtiments ne contiennent aucune inhumation. Les textes conciliaires interdisent depuis fort longtemps d’inhumer à l’intérieur même des édifices religieux et cela semble exceptionnellement respecté ici. Les sépultures sont disposées sans préoccupation de former des rangées ou des niveaux bien définis, toute disposition incompatible avec une occupation maximale de l’espace.

200Les signalisations de surface sont généralement courantes et indispensables pour effectuer des réinhumations dans des « concessions familiales ». La situation est sensiblement différente à Brandes. À ce titre, nos observations confirment celles faites par notre prédécesseur au début du siècle, H. Muller, à un moment où la nécropole était encore proche de son état d’abandon. Des dalles de taille variable, certaines ayant une croix grossièrement gravée, servaient à symboliser l’aire à inhumer sans indiquer une tombe précisément (fig. 105). En 1978, il ne restait qu’une dalle en place. La fouille a permis de vérifier qu’elle reposait sur de grosses pierres qui la surélevaient légèrement et qu’elle recouvrait partiellement plusieurs corps.

105- Pierre tombale

105- Pierre tombale

201Cette disposition des signalisations de surface confirme l’abandon de toute volonté de groupement familial. Témoignant de l’éclatement de la structure familiale dans le cimetière, les très jeunes enfants étaient séparés des adolescents et des adultes, et inhumés le long du contrefort sud du chœur. Cette ségrégation, qui est probablement un reflet de la société des vivants, est une tradition ancienne qui se rencontre déjà dans les nécropoles mérovingiennes et qui s’est prolongée dans les cimetières jusqu’à nos jours.

202Aucune différenciation sociale marquée n’est visible dans les inhumations. Toutes les sépultures sont « pauvres ». Ni le mobilier contenu dans les tombes, ni un soin particulier apporté à la construction d’une ou plusieurs sépultures ne mettent en exergue un personnage ou un groupe social important.

203Pour conclure sur l’organisation spatiale de la nécropole, elle témoigne bien de l’aboutissement de l’évolution entamée dans une période antérieure, les tombes se massant le plus près possible du lieu du culte, avec certainement un mur de clôture. La dislocation de la structure familiale qui s’amorce dès le XIIe s. est ici très nette. Une certaine égalité devant la mort se manifeste par l’homogénéité des sépultures, et la pauvreté du mobilier funéraire. Les réinhumations, généralement liées aux coffres de lauzes, disparaissent comme marque de groupements familiaux ou sociaux avec les sépultures en pleine terre. Leur seule raison d’être, ici, est le nécessaire gain de place qui semble une des principales priorités des habitants de Brandes.

Le mobilier funéraire

204Le cimetière Saint-Nicolas est dépourvu de dépôt intentionnel. Les rares fragments de céramiques trouvés dans la terre de remplissage étaient rapportés du plateau (céramique grise et céramique à glaçure verte). Une seule sépulture contenait des fragments de charbon de bois dispersés sur un côté du squelette, mais en quantité infime. Par contre, le matériel archéologique montre que les défunts étaient inhumés habillés : boucles de ceinture et éléments de parure (banquelets, anneaux, bossettes).

205Tous ces objets appartiennent aux accessoires du vêtement et leur dépôt n’a aucune signification spirituelle. Sans pouvoir parler de production spécifiquement funéraire, les boucles de ceinture inhumées témoignent d’une volonté. Toutes sont en fer, d’une facture assez grossière et parfaitement atypiques dans leur forme. En cela, elles diffèrent radicalement des boucles en bronze, décorées et aux formes variées, mises au jour dans l’habitat. Faut-il y voir un désir de ne pas perdre à jamais un bel objet et peut-être un certain sentiment d’humilité face à la mort ?

206Deux fragments de coquilles Saint-Jacques, trouvés dans la terre de remplissage, rappellent la place du pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle dans la société médiévale. Malgré son isolement naturel, le village de Brandes est tout imprégné de la spiritualité du temps.

L’apport de l’anthropologie

207Une étude anthropologique a été faite sur les 170 premiers squelettes mis au jour (Mme Cl. Olive, Museum de Genève). Les 22 crânes du début du siècle ont été examinés en 1928 et comparés à six crânes supposés contemporains, provenant de sépultures en coffres de lauzes dégagées dans le cimetière paroissial Saint-Ferréol d’Huez (Perrin, 1928). Seules les principales conclusions permettant de tracer le portrait d’un groupe de personnes vivant dans des conditions particulières, sont ici exposées.

208La population de Brandes présente une structure familiale. L’ensemble du matériel étudié se subdivise comme suit : 34 % de sujets masculins adultes, 33 % de sujets féminins adultes et 30 % de sujets de moins de 17 ans, le reste étant indéterminé. Le résultat est intéressant. Il démontre, s’il en était besoin, que le village de Brandes n’est pas une « cité minière » ayant une existence plus ou moins temporaire dans l’année, ce qui se marquerait alors très certainement par un fort déséquilibre avec une surpopulation masculine. L’inhumation dans le cimetière paroissial d’hommes et de femmes en âge de travailler, mais aussi de vieillards et de très jeunes enfants - 89 % des sujets jeunes ont moins de 12 ans et l’on compte un grand nombre de fœtus et de bébés morts dans leur période périnatale - est un élément qui plaide en faveur d’une occupation permanente du site.

209L’étude morphométrique a mis en évidence le caractère alpin de la population de Brandes. La brachycrânie* est très prononcée, 92 % des individus masculins étant brachycrânes, voire même hyper-brachycrânes. 82 % des sujets féminins présentent les mêmes caractéristiques. Cette proportion est surprenante car elle est inversée par rapport à ce qui est établi par ailleurs où, dans un groupe homogène, les femmes accusent en général, une brachycéphalie* plus forte que les hommes. Avec les réserves de prudence qu’il convient d’observer, on peut conclure à une exploitation « indigène » de la mine, sans intervention massive d’ouvriers spécialisés étrangers.

210L’ensemble du squelette post-crânien, tant masculin que féminin, est robuste. La stature est sous-moyenne avec 1,63m pour les hommes et 1,50 m pour les femmes. Cette petite taille semble se situer dans la norme pour des alpins vivant au Moyen Âge. Les attaches musculaires et les clavicules sont fortes pour les individus des deux sexes, ce qui témoigne de l’exercice de travaux pénibles et surtout de lourds portages en ces reliefs de haute montagne où l’essentiel du transport se fait à dos d’homme. Le portage humain a perduré en Oisans jusqu’au début du XXe s..

211L’espérance-vie, à la naissance, est d’environ 30 ans, donc comparable à ce qui s’observe ailleurs. L’âge moyen de la population adulte est de 30 ans pour les femmes et de 40 ans pour les hommes. 20 % des jeunes adultes décèdent avant 30 ans. Les traces de parturition retrouvées sur les bassins de femmes jeunes, et les nombreux fœtus inhumés (19,6 %), donnent à penser que la mise au monde d’un enfant a entraîné un grand nombre de fois le décès de la mère. H. Muller avait mis au jour, dans la nécropole, un certain nombre d’enfants, et en particulier deux petits squelettes placés sur les jambes et le bassin d’une femme jeune.

212L’endogamie a été très importante, les marques en sont nombreuses. La brachycéphalie, normale en pays alpin, se trouve ici renforcée très certainement par cette endogamie puisque 25 % des hommes et 13 % des femmes sont hyperbrachycéphales. Ces chiffres témoignent d’une notable accentuation du phénomène. Il aurait été intéressant de pouvoir observer la brachycéphalisation dans son évolution, mais le caractère partiel de la fouille et la courte durée d’utilisation de la nécropole ne permettent pas d’étudier ce phénomène sur plusieurs générations. Plusieurs caractères morphologiques héréditaires se retrouvent sur les individus mis au jour. Le premier et le plus significatif est le fort métopisme* rencontré sur 30 % de la population. La suture médio-frontale, en principe ossifiée à 2 ans, est ici souvent apparente et riche (comme toutes les sutures crâniennes des squelettes de Brandes), alors que la moyenne généralement admise est de 7 à 8 % de métopisme dans les populations adultes. Allant de pair avec cette « anomalie », on note la présence, dans 28 % des cas, d’os wormien. Cet os surnuméraire peut se trouver indifféremment sur l’une ou l’autre des sutures crâniennes. L’os épactal se retrouve sur 13 % de l’ensemble de la population adulte. Il s’agit là encore d’un os surnuméraire, à caractère héréditaire, placé entre les pariétaux et l’occipital. Le squelette post-crânien conforte ces observations. Les os longs, en particulier, présentent des trous nourriciers supplémentaires et un certain aplatissement persistant au niveau des tibias et des fémurs. La répétition de ces caractères héréditaires met en évidence l’importance des liens de parenté entre les individus inhumés à Brandes. Cette endogamie n’est pas pour surprendre dans ce contexte de haute montagne où elle a été pratiquée jusqu’au XXe s., notamment en Oisans.

La recherche des maladies professionnelles

213Compte-tenu de l’activité très spécifique exercée par les habitants de Brandes, il était intéressant de mesurer l’incidence du travail minier et métallurgique sur l’individu, à partir de son squelette.

214Les recherches ont d’abord porté sur les déformations ou les traumatismes occasionnés par le travail souterrain. À part une fracture parfaitement réduite, aucune trace significative n’a pu être relevée sur les ossements. Les quelques cas pathologiques décelés - os iliaque et sacrum soudés, traumatisme crânien ayant entraîné la mort (assassinat), ne relèvent pas de l’activité professionnelle.

215Le travail du plomb est souvent cause de saturnisme. Cette maladie est provoquée par l’absorption, par voies respiratoires, digestives et par la peau, de sels de plomb. Elle occasionne chez l’individu atteint de graves lésions digestives, rénales et oculaires. L’évolution du processus aboutit à la paralysie totale et à la mort du malade. La population travaillant pour l’industrie du plomb, encore au début du XXe s., présentait de fortes perturbations dans sa reproduction. Les avortements, les enfants morts-nés et les enfants mourant dans leur première année étaient très nombreux (Breton, 1911). Le nombre élevé de fœtus et de bébés dans le cimetière, lié à l’hypothèse d’une métallurgie chimique sur place, ont conduit à rechercher des indices de saturnisme sur les habitants de Brandes. Cette maladie laisse très peu de traces sur le squelette.

216Une analyse chimique a été effectuée par polarographie à impulsions pour le cuivre et le plomb, sur des os broyés et mis en solution (J.F. Oudard). Les chiffres obtenus indiquent des taux largement supérieurs aux limites supportables par l’homme : jusqu’à 5221 ppm pour le plomb et 250 ppm pour le cuivre. La terre entourant les squelettes avait une teneur très anormale en plomb (5630 ppm), en zinc (422 ppm), en cuivre (1010 ppm), en nickel (67 ppm) et en argent (74 ppm). Des études actuelles faites sur la pollution par le plomb donnent une concentration naturelle du plomb dans les sols comprise entre 2 et 200 mg/kg (N.A.S., 1972). Un dosage réalisé dans l’Idaho (Etats-Unis), à proximité d’un grand centre minier producteur de plomb, arrive à un degré de pollution extrême de 20 000 mg/kg (Kennedy, 1960). Brandes se situe donc entre ces deux valeurs. Les chiffres montrent une forte imprégnation de la terre par rapport à la norme actuelle. Cela peut expliquer une fixation sur des matières organiques, en l’occurrence le squelette humain, et une forte pollution post-mortem rend les résultats aléatoires.

217Une autre tentative est envisagée, au service de médecine nucléaire de Créteil, afin de définir, grâce à une sonde de Castaing, l’imprégnation de plomb et baryum au cœur de l’os, ce qui diminuerait le phénomène de contamination post-mortem.

218L’évolution de la connaissance du site tend à remettre fortement en cause une transformation chimique du minerai sur place pour n’y voir que des essais de teneur. Mais il est maintenant certain qu’une part importante de l’abattage du minerai se faisait au feu entraînant, chez les mineurs, de fortes inhalations de soufre et plomb. Les fumées sortant de terre par les multiples orifices qui donnent au jour étaient chassées vers la vallée par les vents dominants du nord, mais les courants d’air ascendants de la vallée de la Sarenne pouvaient les rabattre sur le village. Ainsi toute la population était menacée par cette maladie.

219L’intoxication venait des fumées chargées en plomb, mais aussi de la consommation d’animaux eux-mêmes atteints. Un dosage semblable à celui réalisé sur les squelettes humains donne, pour des ossements de chèvre, des chiffres records atteignant 64 197 ppm pour le plomb et 115 491 ppm pour le cuivre. Les os et les dents ont d’ailleurs une couleur verte. Là aussi, la pollution post-mortem est certaine, mais les animaux broutaient de l’herbe et des feuillages contaminés.

220La démarche est intéressante, car il est assez rare d’avoir à la fois la cause d’une maladie - en l’occurrence une activité industrielle particulièrement polluante - et les individus ayant souffert de cette pollution.

Conclusion

221Grâce à l’église et au cimetière de Brandes, un pont supplémentaire a été jeté entre la population qui a vécu sur ce haut plateau et ceux qui, en cette fin de XXe s., essaient de la connaître. Après avoir étudié leurs habitations, le cadre de leur vie quotidienne, leurs conditions de travail, il a été possible de saisir ces hommes et ces femmes dans leur réalité physique et d’approcher ce qu’ils avaient au plus secret d’eux-mêmes, leurs croyances et leur attitude face à la mort.

Table des illustrations

Titre 74 - Le site de la motte de Brandes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 75 - La fortification de Brandes : situation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre 76- La fortification de Brandes : les constructions
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 77- La fortification de Brandes : plan
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 78 - Vue générale du site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 79- Le quartier occidental en 1901
Crédits Coll. M.D.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre 80- Le quartier occidental en 1977
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre 81- Maisons d’habitation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 82- Essai de restitution d’une habitation type
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre 83 - Maison d’habitation, système de drainage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre 84 - Assainissement en arrière des murs
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre 85 - Bordure de toit à Saint-Christophe
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 86 - Lauzes de bordure de toit
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre 87- Foyer domestique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre 88 – Céramiques des XIIIe-XIVe siècle
Légende Cruches en pâte grise
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre 89- Céramiques des XIIIe-XIVe s. en pâte rouge sans revêtement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 90 - Céramiques des XIIIe-XIVe s. en pâte rouge et revêtement de glaçure parsemée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 91 – L’artisanat, fusaïole, dés à coudre, poinçon
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-18.png
Fichier image/png, 325k
Titre 92 – Boucles de ceinture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 93 - Accessoires de ceinture
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre 94 – Le décor du vêtement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 95- La toilette
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre 96 – Equipement de la maison : clés, serrure, lampe
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 97 – Equipement de la maison : loquet
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre 98 - Armement
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Titre 99 – Le jeu
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 100 – Eglise St-Nicolas : chronologie des édifices
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre 101 - Église St- Nicolas
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 102- Chapelle moderne et oratoire St-Nicolas
Crédits Coll. M.D.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 103- Mode d’inhumation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre 104- Réinhumation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 105- Pierre tombale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1708/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Alpara, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access