Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brandes-en-Oisans

 | 
Marie-Christine Bailly-Maître
, 
Joëlle Bruno-Dupraz

Chapitre 2. La mine delphinale

Texte intégral

1Grâce à la complémentarité des informations fournies par les archives et les vestiges archéologiques exceptionnellement bien conservés, Brandes permet d’écrire une page importante de l’histoire des mines et de la métallurgie au Moyen Âge.

2Mine delphinale, mine d’argent, elle témoigne de la recherche systématique dont les métaux nobles ont fait l’objet, quels que soient les obstacles. Chantiers d’extraction, forges minières et ateliers de minéralurgie permettent de suivre tout le processus d’acquisition et de transformation du plomb argentifère. Les textes donnent un éclairage précieux sur les difficultés rencontrées par cette entreprise et sur les liens qui l’unissaient au puissant seigneur qu’était alors le Dauphin.

Le cadre juridique de l’exploitation

La mutation économique du plateau

3Le filon polymétallique à l’origine de la mine d’argent de Brandes a été, pour les prospecteurs du Moyen Âge, d’un repérage aisé. S’il est difficile, pour le moment, de donner une date précise du démarrage de l’exploitation, on peut néanmoins dégager du contexte historique du XIIe s. des facteurs politiques favorables à une prospection, puis à une mise en valeur économique de la richesse minérale du plateau.

4Le comte d’Albon est présent en Oisans et en Briançonnais depuis le milieu du XIe s. En 1155, il obtient de l’Empereur Frédéric Barberousse le droit d’exploiter les mines d’argent de Rame et de battre monnaie dans son atelier de Césanne (Sclafert, 1926 ; Bligny, 1973). Sa mainmise sur le secteur de l’Argentière se confirme lorsque, en 1202, il épouse la fille du comte de Forcalquier. Ce dernier, dont la famille possède des droits sur la mine de Rame depuis le milieu du XIe s., donne en dot à sa fille le mandement de l’Argentière et les revenus miniers qui s’y attachent. Le Probus, en 1250, traduit cet état de fait survenu au début du XIIIe s. (Giordanengo, 1974 ; A.D.I. B2662, f° 469) (fig. 11). Par conséquent, depuis le milieu du XIIIe s., le comte d’Albon dispose d’une source de métal précieux. En outre, dès avant 1189, il est bénéficiaire des dîmes versées en métaux par les communautés du Valcluzon (Collino, 1908, CLXXXVII). Il se trouve probablement dans son entourage des individus au fait de la question.

5Au milieu du XIIe s. son autorité est incontestée en Oisans. Ce pays fait partie, depuis 1116, du domaine delphinal, à la différence de ce qui se passe à l’Argentière où le Dauphin n’est pas le seul à posséder des droits sur le mandement et les mines. Parmi les détenteurs de droits sur l’Argentière, on trouve, en 1316, un puissant seigneur de l’Oisans, Jean Allemand, seigneur de Séchilienne, et l’archevêque d’Embrun (Roman, 1895 ; Graff, 1861). On peut imaginer, à partir de là, que la seconde moitié du XIIe s. fut propice à la prospection dans la moyenne vallée de la Romanche, d’autant plus qu’un atelier monétaire comtal s’ouvre à Grenoble entre 1184 et 1192 (Chomel, 1976). Aux XIe et XIIe s., le comte d’Albon investit donc totalement les pays de haute montagne, Oisans, Briançonnais et Embrunais, pour la maîtrise de la voie de passage, mais aussi de la richesse minière (Duparc, 1969). L’ouverture de la mine de Brandes pourrait tout à fait avoir répondu aux besoins en métal précieux du comte d’Albon dont les charges financières s’accroissent avec le développement de la principauté.

11 - Le Probus

11 - Le Probus

A.D.I. Β 2662

6Au milieu du XIe s., la paroisse d’Huez et son alpage passent dans la mouvance du prieuré Saint-Pierre de la Garde, prieuré de l’abbaye d’Oulx, sur lequel s’impose timidement, vers 1070, la suzeraineté du comte. À la fin du XIIe s., alors que le pouvoir comtal est bien établi sur le sud des Alpes (1189), l’abbaye recevra en donation de celui-ci les dîmes en métaux des paroisses de Valcluzon. Entre 1058 et 1236, le plateau qui porte le site de Brandes, et qui, au XIe s., s’appelle Alpe Veti, change de vocation économique. Ce changement est perceptible avec l’apparition sur le plateau, du micro-toponyme de Brandes, jusque là inconnu.

7Les dictionnaires étymologiques indiquent deux racines possibles. Une première, germanique, fondée sur le verbe brennen, signifie brûler, s’embraser ; une seconde, tirée du bas-latin branda ou du provençal brandar (remuer), fait allusion à la bruyère, formation végétale souvent associée à un lieu inculte, voué à la pâture. Selon le dictionnaire de Littré, la branda était coupée pour chauffer les fours. Brandes pourrait donc désigner la couverture végétale du plateau, à un moment où l’économie pastorale est abandonnée au profit de l’exploitation du filon de plomb-argentifère. Des études ont montré que la couverture herbeuse correspondant aux pâturages de montagne était le résultat de l’action simultanée de l’homme et du bétail. Une fois cet équilibre rompu, les formations végétales évoluent vers la lande, ouvrant la voie aux formations arbustives (Foumier, 1983). Dans notre cas, la rupture de l’équilibre a très bien pu être provoquée par le changement de vocation économique du plateau.

8Les deux réalités ne sont pas incompatibles, puisqu’elles suggèrent à la fois l’action du feu et un plateau dénudé. On verra plus loin quels sont les liens entre le radical de « Brand » et l’activité minière et métallurgique.

La période pionnière (fin XIIe - début XIIIe s.)

9Ce qui caractérise cette phase, c’est l’association étroite qui transparaît, à travers les textes, entre le pouvoir delphinal et la mine. L’édification de la collégiale Saint-André à l’aide des revenus de Brandes, en 1236, en est le premier témoignage. Le projet de construction de la « Sainte Chapelle » des Albon a vu ses premières réalisations en 1226 (fig. 12). L’édifice a manifestement une connotation politique et symbolique, puisqu’il signale, par la hauteur de sa flèche, la présence delphinale à Grenoble, en contrepoint du quartier épiscopal

...item dédit et legavit ad perficiendam fabricam ecclesiae Sancta Andrea Gratianopolis et perficienda aedifica necnon et alia quae ipsi ecclesia sunt necessaria redditus argentariae de Brandis trium annorum spatio... (Valbonnays, 1722).

10Quatorze ans plus tard, le Probus donne une image de Brandes essentiellement liée à la mine et au Dauphin. En effet, à deux reprises, on cite l’exploitation minière et le revenu qu’en tire le Dauphin à l’ouverture et à la clôture du procès-ver- bal :

item argenterias de la Branda... et... Summa valoris de Brandis ... (A.D.I. B2662, f° 368, 388).

12- Eglise Saint-André de Grenoble

12- Eglise Saint-André de Grenoble

Coll. M. D., A 81560

11On constate que le toponyme est incertain et, à part ces deux derniers exemples, il n’apparaît ni comme lieu-dit, ni comme communauté ou habitat dans l’onomastique du Probus. Quant aux mineurs, aucun indice ne les fait se distinguer, dans ce document, du reste de la population de l’Oisans. On peut penser qu’en 1250, « l’argenterie » de Brandes n’est pas encore distincte de la paroisse d’Huez. Plusieurs prés sont localisés ...in Alpe Hueis... ou en des lieux- dits bien identifiés sur l’alpage et non loin de Brandes

...in prata Domengerios... pratum de Chavannel (A.D.I. B2662, f° 273, 369v°, 370v°).

12Les seigneurs qui prélèvent des droits sur le secteur d’Huez sont connus par le Probus, mais aussi par d’autres documents concernant plus largement le Dauphiné, car certains d’entre-eux sont des personnages importants, de l’entourage du Dauphin.

13Le sénéchal est un individu énigmatique, mal cerné par la documentation. A. Allix considère que c’est un noble et non le titulaire d’une fonction administrative delphinale. L’intendant Fontanieu le présente comme l’héritier d’une époque antérieure, celle de la rivalité en Oisans entre l’évêque et le comte (Allix, 1929). D’après Valbonnays, il avait la fonction de Grand-Maître de la Maison, arrêtait les comptes et gérait l’administration delphinale. Cet officier portait le titre de sénéchal de Vizille, en souvenir du temps où le comte d’Albon y résidait. Entre 1219 et 1262, des actes font mention de cet officier et de ses droits (Valbonnays, 1722). Albert de la Tour, maison d’Auvergne, a le titre de sénéchal en 1256 (Du Cange, 1884). Le Probus montre le sénéchal possessionné à Besse, à La Garde, à Huez et à Villard-Reculas (A.D.I. B2662, Ρ 370, 385v°). Sur ces trois dernières paroisses, ses prérogatives sont celles d’un seigneur foncier, puisque ses tenanciers lui versent le cens. Le titulaire de la fonction possède, en partage, des droits sur un tènement appelé des Aynards que l’on retrouve à la fois sur les paroisses de La Garde et Huez, probablement situé à cheval sur les deux territoires. Le nom du tènement fait peut-être allusion à la famille des Aynards représentée par Nantelme de Matheysine en 1058, à La Garde et à Huez (A.D.I. B2662, f° 368v° ; Collino, 1908, VIII ; Rivoire de la Bâtie, 1867).

14Dominus Bertrandus de Engelatis figure en 1236 aux côtés du Maréchal Obert Auruce comme témoin signataire du testament du Dauphin Guigues-André (Valbonnays, 1722). Il possède en partage, avec le sénéchal de Vizille, des droits sur ce fameux tènement des Aynards. Ses biens sont répartis à La Paute (terres et prés), à Essoulieux (vigne), un bois dans une île du lac, et comprennent aussi les revenus de l’hôpital de Saint-Laurent (A.D.I. B2662, f° 372v°). En 1255, le Dauphin préside à un arbitrage entre ce dernier et Odon Allemand, autre puissant seigneur de l’Oisans (Rivoire de la Bâtie, 1867 ; Allix, 1929 ; A.D.I. B3972, IV, 83a).

15Arago de Morestel n’a pas, semble-t-il, la qualité de Dominus. Il est mistral* comtal des paroisses d’Huez et de La Garde, mistral également du bourg de Saint-Laurent-du-Lac et de Villard-Reculas. Il a, comme la plupart des seigneurs du secteur, sa vigne à Essoulieux. Arago de Morestel est un administrateur delphinal dont l’origine se situe peut-être dans la famille de Morestel en Grésivaudan (A.D.I. B2662, f° 370). En 1339, un Arago de Morestel figure parmi les nobles ayant domum et turrim fortem au plan de Saint-Laurent-du-Lac (A.D.I. B3120, f° 66v°).

16Dominus Reymundus Berard est mistral des paroisses du Freynet et Auris, mistral comtal des paroisses de Besse et Clavans. Ses biens sont situés à Saint-Laurent, dans les paroisses d’Huez, La Garde et Auris ; il tient également les fours de La Garde, des Arènes et de Besse (A.D.I. B2662, f° 369v°). En 1339, cette famille dispose d’une maison-forte à La Garde, d’une maison et d’une tour au plan de Saint-Laurent-du-Lac (A.D.I. B3120, f° 66 v° et suiv.). A. Allix signale que c’est l’un des rares chevaliers de l’Oisans (Allix, 1929).

17On a tout lieu de penser que ces individus sont les favetiers mentionnés par la reconnaissance de 1261 et dont les droits sur les pâquerages et les bois noirs sont respectés par le Dauphin (Marcellier, 1688-1710, f° 2887). En effet, ils perçoivent, en 1250, des droits sur les prés de l’Alpe d’Huez. À l’aide du Probus, on peut proposer une identification des bois noirs, cités en 1261 : Bertrandus de Engelatis en tient un dans une île du lac, Reymundus Berardi en possède deux autres, une chênaie à La Garde et un bois à Besse (A.D.I. B2662, f° 370, 372v°). En 1250, comme en 1261, l’existence d’autres droits que ceux du Dauphin pesant sur la mine ne sont pas perceptibles. Pourtant, le texte transmis à la postérité par E. Héricart de Thury et dont il sera question dans le paragraphe suivant, mentionne un quota de prélèvement delphinal d’un cinquième ce qui, par conséquent, laisse supposer la redistribution des quatre cinquième restants dans les mains d’autres intervenants (Héricart de Thury, 1841).

Le plein fonctionnement et ses répercussions administratives (1261-1320)

18Onze ans après le passage des commissaires delphinaux, pour la rédaction du Probus, dans les paroisses de la châtellenie d’Oisans (fig. 13), un recensement des droits du Dauphin dans diverses communautés du massif met en lumière, au lieu-dit de Brandes, un habitat. Le village, installé à proximité immédiate de la mine, est dominé par le rocher où se trouve la fortification delphinale (pl. I, II). Parmi les maisons, il s’en trouve une aux mains du comte (Marcellier, 1688-1710, f° 2887). À la mutation économique du plateau a donc succédé une mutation démographique et sociale concrétisée par la création, à cette altitude, d’une villa. En 1275, le lieu de culte apparaît (Calmette, Clouzot, 1940). Son vocable, Saint Nicolas, ne sera connu qu’en 1497 (Marion, 1869). Il sera fait, dans la troisième partie de cet ouvrage, l’étude détaillée de cet aspect de la question.

19En ce qui concerne le mode d’exploitation de la mine et les conditions juridiques de celui-ci, les informations sont réduites. Un texte, cependant, mérite qu’on lui consacre ici une brève notice, compte tenu de son apport fondamental sur ce point. C’est une reconnaissance faite au Dauphin par les habitants de la villa de Brandes, qui serait du XIVe s. et dont l’original a disparu. Le contenu de l’acte est parvenu par le truchement de deux publications différentes : une note des Affiches du Dauphiné de 1777 et un article de E. Hericart de Thury (Héricart de Thury, 1841). Bien qu’une extrême prudence soit de rigueur quant à son utilisation, on peut exploiter les informations qu’il contient en les comparant avec celles des autres textes dont on dispose sur Brandes et avec ce que Ton connaît des autres mines contemporaines. Qualifié de reconnaissance par les auteurs qui en font état, il évoque plutôt une ébauche de règlement minier.

13- Richesse et population des paroisses

13- Richesse et population des paroisses

20Ces stipulations sur la liberté d’entreprise par les habitants du lieu se rapprochent notamment des clauses minières figurant dans la charte de franchise accordée à la communauté d’Allevard par le Dauphin Jean II en 1315 (Sclafert, 1926 ; Léon, 1962).

21Daté du XIVe s. par les auteurs qui l’ont publié et en l’absence de certitude, on peut proposer une fourchette chronologique allant de 1281, ou 1287, à 1319 grâce à deux indices. L’intervention de l’officier delphinal appelé bailli ne peut s’effectuer, au plus tôt, avant 1281 ou 1287, dates contradictoires d’apparition du bailliage de Grésivaudan, dont l’Oisans fait partie (Bligny, 1973). Par ailleurs, à partir de 1320, le Dauphin ne prélève plus le quint mais le neuvième du revenu global de la mine (A.D.I., VIII Β 15bis, f° 20). Cet acte aurait donc pu être fait sous les règnes d’Humbert I ou de Jean II. Ce dernier s’est illustré dans l’histoire du Dauphiné par son rôle de premier plan dans l’octroi de nombreuses chartes de franchises dont celle d’Allevard en 1315 (Vaillant, 1951). Par sa datation approximative, on constate que cette ébauche de règlement minier se rattache à la phase de maturité du site, à l’époque de l’agglomération minière.

22Du Probus aux enquêtes de 1339, en passant par la reconnaissance de 1261, deux mots désignent le lien juridique qui unit le Dauphin à la mine d’argent de Brandes : proprium et proprietas, c’est à dire l’alleu, le bien possédé en propre en dehors du système féodal et échu de ses ancêtres (Du Cange, 1884 ; ADI. B2662, f° 368 ; A.D.I. B3120, f° 44 ; Marcellier, 1688-1710, f° 2887). La traduction de ce lien est le prélèvement qu’il opère sur le revenu de la mine : le quint au début, puis le neuvième après 1320. L’importance de ce premier quota le rattache plutôt à la seigneurie foncière qu’à la seigneurie banale (Hesse, 1968). De surcroît le comte, incarnation de la puissance publique, dispose du droit régalien sur les mines de métal précieux.

23Sur le lieu-dit de l’Argentière à Brandes, le Dauphin est propriétaire du rocher sur le versant duquel se trouve, notamment, la partie visible du filon de plomb argentifère (pl. I, II). La reconnaissance de 1261, en même temps qu’elle énonce précisément la propriété sur l’Argentière et son site, égrène ce que le Probus et les enquêtes de 1339 qualifient de propria et proprietates : pâquerages, batègues, hermes, alpes, riverages, eaux, bois noirs, chasse, pêche et toute sorte de mines. On peut voir essentiellement, dans cette répétition, la superposition des deux droits dont dispose le comte sur la mine : foncier et public. Ceux-ci finissent probablement par se confondre dans la main du Dauphin. Propriétaire du sol et du sous-sol, on peut supposer qu’il exploita directement le filon. Un morceau de phrase tiré de l’enquête pontificale de 1339 montre qu’il ne possède, à Brandes même, qu’un seul lieu d’extraction, comme aux Rousses d’ailleurs :

item dixit quod habet dictus dominus dalphinus ...in loco dicto de las Brandas unum mineriam argenti habente unum foramen sive crosum vel introitum (A.V. coll. 410, f° XXXVI).

24Que le singulier soit employé pour évoquer cette exploitation minière constituée de plusieurs chantiers est un fait qui n’est pas anodin car, dans la phrase suivante, à propos de la mine de Villar-d’Arène (mine de Malleval), on précise qu’on ne connaît pas le nombre de puits dont le Dauphin dispose en ce lieu :

...aliam mineriam in loco vocato de Vilari Areniis nescit tamen quot foramina habet...

25Par conséquent, on peut déduire de ce texte, certes tardif puisque contemporain de l’abandon de la mine, que le comte exploite dès le début en régie directe une partie de la mine de Brandes. Les minatores employés sur les cros delphinaux ne se distinguent pas, dans la seconde moitié du XIIIe s., du reste de la population villageoise. Le personnel d’encadrement n’apparaît guère plus, hormis le bailli qui contrôle l’expansion de l’exploitation, évitant anarchie et gaspillage. Ce contrôle s’exerce non pas à l’égard des habitants de l’agglomération minière, mais à l’égard des étrangers, de ceux venus de l’extérieur, qui ont obligation de solliciter du bailli l’autorisation d’ouvrir un cros et de faire la preuve de leur expérience en la matière (Héricart de Thury, 1841). C’est un moyen d’écarter les aventuriers et de laisser aux exploitants de Brandes un relatif monopole économique. C’est également une preuve, à cette époque, du succès de « l’argenterie » et du pôle d’attraction qu’elle représente pour les paroisses environnantes.

26L’existence des cadres delphinaux en relation avec l’activité minière paraît logique, même s’ils n’apparaissent pas dans les textes. La fortification, ou encore la maison seigneuriale située dans le village, concrétisent leur présence. La fortification, rappelons-le, conserve à travers les siècles, le nom de Tour du Roi Ladre, allusion folklorique à un personnage historique, le châtelain delphinal du mandement d’Oisans en fonction en 1322.

27L’Argentière en Embrunais devient une châtellenie delphinale en 1232. C’est donc une acquisition récente dont fait état le Probus en recensant les droits du Dauphin sur ce territoire où il possède le plenum dominium (A.D.I. B2662, f° 469). Cependant, les premiers droits comtaux pesant sur cette mine remontent au milieu du XIIe s. En 1250 le Dauphin contrôle sur cette châtellenie de l’Embrunais l’ouverture et la déshérence des cros*, opère un prélèvement sur la production qu’il est difficile de quantifier. Ce prélèvement, qui est de 6 onces et 1 quarteron sur chaque unité de 16 marcs d’argent, correspondrait à un quota du vingtième, si l’on se fonde sur le marc de Grenoble utilisé avant 1386 (Fournial, 1970). Quant à cette unité de 16 marcs de métal affiné, elle donnerait, sur la même base, 3,8 kg de métal. Si on retient ce quota, on constate sa faiblesse par rapport à celui perçu à Brandes par le même seigneur. Deux explications à cela. Tout d’abord, la nature du droit delphinal, à L’Argentière, est publique. Le prélèvement régalien est généralement plus réduit que le foncier et se situe plutôt aux environs du dixième. Par ailleurs, si le Dauphin a hérité en 1202 des droits du comte de Forcalquier en épousant sa fille, il doit compter avec les droits que possèdent encore, à ce moment-là, l’archevêque d’Embrun et le seigneur de Séchilienne (Allix, 1929 ; Roman, 1895). Enfin, le Dauphin perçoit également un revenu complémentaire sur la production de la mine, puisqu’il jouit, non seulement du droit de préemption sur le négoce du métal par les producteurs

...et velit prius tradere denarios suos minatoribus, debet illud tradere prae omnibus aliis eodem fero, pro quo daretur aliis...,

28mais aussi d’une taxe sur la vente de chaque calice que devaient fabriquer les orfèvres du mandement

...et in qualibet cormeta dellis quae venditur ibi, sex denarios pro dominio suo...

29En Embrunais, le Dauphin a un rôle de prédateur, son pouvoir étant surimposé à un fonctionnement préexistant, alors qu’à Brandes, il paraît plus investi dans l’exploitation à l’instar des seigneurs tréfonciers qui sont, avant le XVe s., les véritables possesseurs des richesses minérales (Gille, 1962).

30Si l’on compare, enfin, les droits du Dauphin à Brandes avec l’enchevêtrement des droits seigneuriaux qui existent sur le site minier de Largentière en Vivarais, on constate combien la situation juridique delphinale est simple. En 1198, il n’y a pas moins de sept seigneurs à percevoir des droits sur la mine, dont les principaux sont l’évêque de Viviers et le comte de Toulouse. Ce dernier est venu se rajouter aux autres. En échange de sa sauvegarde à l’égard de l’évêque, des autres seigneurs et des mineurs, il prélève une redevance de 1 % sur chaque marc d’argent qu’ils perçoivent. Quelques années plus tard, l’évêque lui concède en fief la moitié des mines existantes (Mazon, 1904).

31Pluralité des chantiers et taux des quatre cinquième du revenu global de la mine de Brandes ne retombant pas dans l’escarcelle delphinale montrent à l’évidence, parallèlement à l’exploitation seigneuriale, l’existence sur place d’autres pratiquants de l’art minier. La liberté d’ouverture des cros, puits et tranchées, exclusivement réservée aux habitants de Brandes, révèle dans le « règlement minier », ces autres exploitants dont on ne sait sous quel mode ils travaillaient, individuellement ou en association. La toponymie de certains cros, livrée par le regeste du XVe s. de la commune d’Huez laisse penser à une exploitation individuelle :

...aliud pratum situm in croso Chalveti... aliud pratum versus Brandes prope Fontem Morellam in croso Stephani (A.D.I. 4 Ε 29 1G1, f° 24, f° 230, f° 262).

32De même à Allevard, on trouve des fosses portant le nom de leur exploitant ou encore son sobriquet : la fosse Massy, la fosse Murgier appartenant à Pierre Murgier (Sclafert, 1926). À L’Argentière en Briançonnais, il se trouve un lieu-dit ad foramine Rostagnii (A.D.I. B3120, f° 74). Mais à Brandes, comme à Allevard, cette anthroponymie des fosses n’est pas systématique.

33La liberté d’exploitation existe à Allevard, où il s’agit d’une mine de fer, mais avec une conception plus large qu’à Brandes. La charte de franchise de 1315 accorde la possibilité de recherche à tous les habitants de la vallée, quelle que soit leur condition (Sclafert, 1926 ; Léon, 1962). En réalité, cette clause fait allusion à une coutume en vigueur depuis le XIe s. À « l’argenterie » de Brandes, les minatores n’ont pas, dans ce domaine, les coudées franches. Pas plus qu’il ne désigne le mineur par un terme particulier (comme minator à L’Argentière, en Embrunais ou à Allevard), le « règlement minier » de Brandes n’aborde le mode d’exploitation. S’il est perceptible par la toponymie des cros, on sait qu’aux origines de la mine d’Allevard, le mineur était à la fois inventeur, exploitant et propriétaire. Ce n’est qu’avec le developpement de l’exploitation souterraine que le pariage (ou l’association) s’est imposé. À Largentière en Vivarais, au début du XIIIe s., on travaille à deux ou en groupe. Les ouvertures sont partagées, mais les travaux d’intérêt général sont faits en association (Mazon, 1904).

34Les conditions juridiques qui régissent le mode d’exploitation à Brandes dans la seconde moitié du XIIIe s. paraissent au bout du compte à mi-chemin entre la conception large du droit de recherche qui caractérise Allevard et le contrôle étroit que subit la mine de L’Argentière en Embrunais. Mais Allevard n’est pas une mine de métal précieux et sa tradition de collectivité minière a près de deux siècles lorsqu’en 1315 le Dauphin vient affirmer la supériorité de ses droits. Quant à L’Argentière en Embrunais, son origine gallo-romaine et la mainmise du comte de Forcalquier (début du XIe s.) expliquent peut-être cette rigidité (Giordanengo, 1974 ; Roman, 1875 ; Graff, 1871).

35A Brandes, il n’y a pas, semble-t-il, de collectivité minière exploitant le plateau avant l’arrivée du comte d’Albon. La souplesse du « règlement minier » peut correspondre au besoin de main-d’œuvre puisée dans le réservoir local. Le quasi-monopole, enfin, montre que la population de Brandes est essentiellement minière, puisque les habitants n’ont même pas obligation de faire preuve de leur expérience en la matière devant le bailli. « L’argenterie » de Brandes est une affaire entre le comte et les habitants de l’agglomération, dont semblent même exclus les favetiers qui, en 1261, ne conservent que des droits faisant référence à un équilibre économique antérieur : pâquerages et bois noirs.

La crise (1313-1336)

36Dans la série des comptes de la châtellenie d’Oisans, compulsés de 1313 (premier compte existant) à 1319 inclus, ne figure aucune mention de production d’argent. Ce n’est qu’en 1320 qu’elle apparaît en recette sous l’expression ...item recepit de argentum Brandarum... Le revenu est alors dérisoire : 2 onces d’argent à 9 sous viennois l’once (A.D.I. VIII Β 14, f° 6). La cause immédiate de cette crise se perçoit dans les pièces justificatives du dossier de justice établi en 1337 à propos de l’affaire Czuppi-Radulphe et des travaux de la reya de Brandes (A.D.I. B3333). Il s’agit d’une enquête menée en 1337, sous le règne de Humbert II, à la suite d’exactions commises par des administrateurs delphinaux vingt ans auparavant, dont le châtelain d’Oisans Guigues Czuppi. Des travaux ont été commandités par le Dauphin Jean II (1307-1319) dans le but ...reyam facere et crosos ipsius eycolare..., c’est à dire ouvrir une galerie ou une tranchée d’exhaure* pour évacuer l’eau des chantiers inondés. Cette période de crise, dont on ne peut vraiment connaître le point de départ faute de documents (avant 1313 ? mais logiquement après l’octroi du « règlement minier », règne d’Humbert Ier ?), coïncide, à partir des dernières observations faites par les chercheurs sur les conditions climatiques de l’Occident médiéval, avec la période de pluviosité accrue qui marque le début du XIVe s. (A.D.I. B3333, f° 5 ; Fossier, 1982). Des textes plus tardifs, enquêtes delphinale et pontificale (1339), visite pastorale de l’évêque de Grenoble Siboud Allemand (1455), relatent, à distance et plus ou moins précisément, les événements qui ont déterminé la fermeture de la mine vers le milieu du XIVe s. et dont les causes s’amorcent dès la première décennie de ce même siècle.

37En 1339, l’une des enquêtes delphinales montre les chantiers de Brandes inondés et obstrués

...item habet Dominus plures crosos minarium argenti. Noviter propter aquarum diluvia fuerunt foramina clausa et occupata... ;

38plus expéditive. L’enquête pontificale ne donne aucune estimation de leur valeur car ...nullus ibi operatur modo... (A.D.I. B3120, f° 62 ; A.V. coll. 410, f° XXXVI). En 1455, le procès-verbal épiscopal transmet les informations déjà imprécises que les habitants d’Huez fournissent pour expliquer la disparition à Brandes de l’église paroissiale :

...obstantibus tamen diversis ac sinistris eventibus que in dicta parrochia evenerunt... (A.D.I. 4 G 257, f° 77).

39La non-maîtrise des problèmes techniques que pose l’exhaure est donc la cause majeure des difficultés de « l’argenterie » de Brandes et de sa disparition. Difficultés certainement liées à des conditions climatiques défavorables mais surtout à l’approfondissement des travaux souterrains. Il est intéressant de constater, en 1339, que la fermeture de Brandes n’est pas isolée. C’est vrai pour la totalité des mines de l’Oisans, fer et non ferreux :

quamdam mineriam de cuppris et unam de ferro et unam de plumbo quas nesciret extimare quia non est... nec aliquus non operatur in ipsis (Α.V. coll. 410, f° XXXVI).

40Par contre, ce ne semble pas être le cas d’Allevard, bien que le travail souterrain y soit attesté depuis le XIIe s. La mine de L’Argentière en Embrunais sera abandonnée plus tard, au XIVe s. ou au XVe s., selon les auteurs, à cause d’inondations et de la dureté de la roche (Graff, 1861). En Vivarais, c’est l’aération qui occasionne des difficultés. À Pampailly, dans le Lyonnais, la famille seigneuriale de Châtillon estime l’exploitation non rentable en 1414 (Sclafert, 1926 ; A.D.I. B3120, f° 74 ; Graff, 1871 ; Mazon, 1904 ; Rendu, 1983).

41La fermeture de Brandes s’inscrit, par conséquent, dans cette parenthèse qui va du milieu du XIVe s. au milieu du XVe s. et qui marque un palier dans le développement de la production minière en Occident (Colloque Strasbourg, 1992). À une conjoncture générale difficile s’ajoutent des conditions locales défavorables : l’approfondissement de l’exploitation rencontre des venues d’eau souterraine karstiques qui aggravent les contraintes de l’exhaure. Néanmoins, avant son abandon, la mine delphinale a connu une courte période de rémission (1320-1336) pendant laquelle la production est dérisoire. Ce dernier soubresaut a été obtenu au prix d’un effort financier du pouvoir comtal dont les épisodes sont connus grâce aux malversations du châtelain d’Oisans (1322), mais aussi aux comptes de la châtellenie elle-même de 1321 à 1354.

42L’initiative est partie du Dauphin Jean II (A.D.I. B3333, f° 5 ; VIII Β). Il fallait trouver une solution technique capable de lutter contre l’inondation des chantiers. Le contrat d’origine manquant, nous ignorons donc à quelle date il a pris effet. Néanmoins, à partir de deux indices - règne de Jean II jusqu’en 1319 et acte de prorogation conservé, stipulant un nouveau délai de trois ans en 1321 - on situe cette date au plus tard en 1319, peut-être 1318 (A.D.I. B3333, f° 7v°). La solution envisagée est de creuser une reya, galerie ou tranchée pour drainer l’eau des puits et des fosses.

43A cette occasion, on voit intervenir deux administrateurs delphinaux : le châtelain et le dominas praefectus dictae Argenteriae ou préfet de la mine (Valbonnays, 1722, enquête de 1323). Les textes montrent, en réalité, que le châtelain est en même temps préfet de la mine. La preuve nous en est fournie par l’identification de deux personnages qui figurent dans les pièces justificatives du dossier de l’enquête judiciaire de 1337, par les comptes de la châtellenie d’Oisans et d’autres textes ne concernant pas directement le secteur.

44Guigues Pelissier, originaire de Vizille, est châtelain d’Oisans au cours de l’année 1320-1321. C’est lui qui a versé le premier acompte à l’entrepreneur Guigues Radulphe et ses associés pour l’exécution de la reya. On le sait par le mandatement daté du 21 août 1321 de Henri Dauphin, régent du Dauphiné, au nouveau châtelain d’Oisans, Guigues Czuppi (A.D.I. B3333, f° 7v° à 9v° - acte notarié du 20 septembre 1321). Les deux châtelains, chacun en leur temps, ont joué le rôle de trésorier et de gestionnaire de la mine, comme le souligne l’enquête du 21 mars 1323 faite par le régent et reproduite par Valbonnays. Ce texte est le seul à mentionner l’existence de cet office : praefectus Argentariae dont la fonction, dans ce cas précis, est d’avancer (pignorare) les fonds nécessaires à la réalisation du projet. On a quelques informations sur Guigues Pelissier. Il acquiert en 1317 les bannerie et mistralie de Vaulnaveys ; de 1315 à 1322, il est châtelain d’Oisans et châtelain de Vizille en 1318. Le Dauphin Jean II, pour le remercier de ses services lui alberge les moulins d’Huez et de La Combe qui semblent être des moulins à grains (A.D.I. VIII Β 9, f° 3-1317 ; VIII Β 10, f° 40-1318 ; VIII Β 14, f° 3-1321 ; VIII Β 610, f° 31-1322 ; Chevalier, 1920).

45Guigues Czuppi, quant à lui, est un personnage connu par ses exactions en Oisans pendant l’exercice de ses fonctions de châtelain en 1322. Il fut auparavant châtelain de Réotier et de Vallouise, mais le plus intéressant est qu’il appartient à une famille noble dont le chef, André Czuppi (son frère ?), mort en 1322, est un familier du Dauphin Jean II. André Czuppi est membre du conseil delphinal aux côtés du futur régent Henri. Jean II le qualifie dans son testament de fidèle serviteur. Après la mort du Dauphin, le régent, à qui il fut recommandé, le conserve dans son entourage. André Czuppi est également conseiller du jeune Dauphin Guigues en 1321. Ce sondage dans les textes montre combien Guigues Czuppi devait bénéficier de la confiance du régent (A.D.I. B3333 f° 5v°, 7v ; Valbonnays, 1722 ; Chevalier, 1920).

46Le mode d’exécution du projet choisi par le Dauphin est le contrat de prix-fait :

...et dicit quod dudum dominus Johannes Dalphinus Viennensis dedit et tradidit ad sortent seu pryfayt dicto Guigoni Radulphi reyam argenterie de Brandis (A.D.I. B3333, f° 5v° et 7v° à 9v°).

47Les termes du contrat passé avec Guigues Radulphe et ses associés, dont Pierre Aymardi, auteur de la plainte de 1337, sont imparfaitement connus car l’acte d’origine a disparu. Cependant, par le biais du dossier d’enquête, on sait que l’entrepreneur devait creuser, pour une somme globale de 900 livres, une reya* dans un délai donné qui, au mois d’août 1321, est déjà écoulé. Il reçoit au démarrage de l’entreprise une provision de 500 livres. S’il ne terminait pas en temps voulu, il devait rendre l’argent perçu. Le contrat a été passé devant le notaire Jausserand de Besse. Dans cette affaire, Guigues Radulphe bénéficie de garants - fidejussores.

48Au mois d’août 1321, l’engagement n’étant pas respecté, le régent du Dauphiné demande au châtelain de proroger le contrat de trois années et de faire terminer les travaux. Un nouvel acte est donc établi au mois de septembre de la même année, rappelant les termes de l’accord initial. À cette occasion, l’entrepreneur explique son retard par la dureté de la roche :

...quodquidem opus dictus Guigo propter rupis duriciam non poterit complere infra tempus.

49En même temps que Guigues Radulphe obtient un délai supplémentaire, on prévoit que la somme complémentaire pour l’achèvement du travail sera versée en deux fois, 200 livres à la Toussaint et le restant une fois l’opération terminée. L’entrepreneur promet sur les Evangiles de tenir son contrat sous peine de remboursement. En fait, il ne terminera pas et sera ruiné, ainsi que toute sa famille si l’on en croit la déposition de Pierre Aymari en 1337 :

...et ejus liberi et ambulant extra dalphinalem patriam mendicando (A.D.I., B3333, f° 5v°).

50Pourtant, le 14 novembre 1322, Henri régent du Dauphiné, a expressément demandé au châtelain de ne pas exiger des entrepreneurs malheureux le remboursement, mais, par contre, de les payer selon les termes du contrat (A.D.I. B3333, f° 5v°). Ce document officiel prouve que le châtelain a rompu le contrat un an après l’accord de prorogation et a exigé le remboursement des sommes versées à l’automne 1321, soit 700 livres. Par ailleurs, le texte de l’expertise des travaux, effectuée au mois d’août 1323, apprend que le régent a engagé une nouvelle équipe, mais ceci depuis peu de temps puisque l’expertise montre que Radulphe n’a pas terminé son ouvrage et que le nouvel entrepreneur en a réalisé la moitié (A.D.I. B3333, f° 6v°).

51Dans les comptes de la châtellenie de 1324 et 1326, on voit Guigues Radulphe de Besse rembourser les pouvoirs publics. Il verse au total 74 livres et 4 sous. Inversement, en 1324, Hugues Giraud, nouvel entrepreneur touche ...pro solutionne operis Argentarie de Brandis... une somme d’argent qu’il restitue, semble-t-il, en 1327. Cela signifie-t-il que ce dernier a également échoué ? On peut le croire d’autant plus que les comptes de 1327 et 1328 font apparaître, en dépenses, une somme modique versée à

Bertrando Alamando pro reya Argenterie cavenda... (A.D.I. VIII Β 20, f° 79).

52Cet individu est connu, par ailleurs, à travers la plainte de la veuve J. Fabri en 1337 (A.D.I. B3333, f° 55, 62bis). Il fait partie de l’équipe qui fonctionne effectivement en 1327 à Brandes et qui se ravitaille chez le notaire J. Fabri. C’est donc la troisième équipe en huit ans qui s’attaque au creusement de la reya. Après elle, les comptes de châtellenie n’enregistrent plus ce genre d’opération et, à partir de 1328 jusqu’en 1354, la recette en deniers répète inlassablement :

...De argento novem argenterie de Brandis nihil computat quia nihil recepit...

53sauf en 1336, où l’on note un revenu de l’argenterie de 54 livres (A.D.I. VIII Β 31, f° 12).

54Le mode associatif régit ces équipes. La dernière a un noyau familial formé de deux frères, Gautier et Bertrand Alamand et de leur neveu Jean (A.D.I. B3333, f° 62bis). Guigues Radulphe, quant à lui, s’est associé à Pierre Aymar qui ne semble pas être son parent (A.D.I. Β 3333, f° 5). On ne sait rien sur l’entreprise d’Hugues Giraud, hormis le nom de celui-ci. On ignore, enfin, le nombre total de personnes composant les équipes de Radulphe et Alamand (sans doute plus de trois).

55Les doléances de la veuve J. Fabri font apparaître dans le texte, pour la première fois à Brandes, des termes appartenant à une main d’œuvre spécialisée. Gautier Alamand est appelé magister, sans doute le maître des montagnes, contremaître et ingénieur que l’on trouve au XVe s. dans les mines de Jacques Cœur. D’une manière plus générique, l’équipe des Alamand est regroupée sous l’expression Alamandi operarii (A.D.I. B3333, f° 55, 62bis ; Mollat, 1952). On distingue donc, en 1327, le maître des montagnes et les ouvriers, alors que jusque-là, rien de tel dans la documentation. Ce qui indiquerait que les premiers mineurs de Brandes étaient bien comme à Allevard des rustici et incolae. Cette observation ramène précisément à la population minière de Brandes.

56Face à ce problème d’exhaure, on ne la voit guère intervenir. Les consuls devant lesquels « le règlement minier » stipulait de porter les cas de justice inhérents à la mine n’apparaissent pas. Il est vrai que plus qu’une cause spécifique au travail minier, c’est surtout une affaire seigneuriale. Et puis, Guigues Radulphe est un entrepreneur de Besse, l’une des paroisses les plus peuplées de l’Oisans en 1339. À ce propos, on peut se demander s’il ne doit pas à cette origine étrangère le fait d’avoir eu son contrat rompu avant terme. En effet, Hugues Giraud de Brandes est mistral de la paroisse d’Huez en 1323 et de La Garde en 1336 (Valbonnays, 1722 ; A.D.I. VIII Β 213, f° 9). Or, on se souvient de la clause protectionniste que contient le « règlement minier », présentant le quasi-monopole d’exploitation des habitants de Brandes. Parmi les sept prud’hommes qui expertisent, en 1323, les travaux de la reya, deux sont originaires des paroisses environnantes, Pierre Fabri, mistral d’Huez en 1323, et Guillaume Reymond d’Auris (A.D.I. B3333, f° 6v° ; VIII Β 212, f° 11).

57Pendant cette période de crise de l’exploitation, on a vu au premier plan le Dauphin. Seul, en effet, le seigneur peut assumer les gros investissements que représentent les travaux d’intérêt général tels que l’exhaure, comme c’est le cas de l’évêque de Strasbourg en 1491 (Hesse, 1968). La charge financière est supportée par l’administration delphinale en 1319, avec le relais du notaire de Saint-Laurent-du-Lac en 1327. Par ailleurs, cet épisode a mis en évidence le contrat de prix-fait qui est le mode auquel on a le plus fréquemment recours pour ce genre de travaux. L’intervention du pouvoir comtal dans ce contexte de crise peut s’interpréter comme une confirmation du caractère delphinal de la mine ou, au contraire, comme une situation d’exception engendrée par l’importance des travaux. Etant donné le lien qui existe dès l’origine entre « l’argenterie » de Brandes et le comte, sur lequel on a mis l’accent, on penchera plutôt pour la première solution. Rappelons qu’à partir de l’année 1320, le prélèvement delphinal n’est plus que du neuvième, et ce, sans doute, pour alléger la charge des exploitants en proie à une crise conjoncturelle (A.D.I. VIII Β 15bis, f° 20).

Conclusion

58L’argenterie de Brandes est une exploitation de type domanial. Le Dauphin, propriétaire du fond, a exclu les favetiers de cette ressource économique qui fonctionne peut-être partiellement en régie directe, mais aussi en relation avec la communauté minière qui s’est mise en place au milieu du XIIIe s. Celle-ci bénéficie d’un statut privilégié et d’une situation de monopole économique, mais, en contrepartie, elle verse au Dauphin le quint du produit qui sort de tout cros ou pertuis (A.D.I. B2662, f° 469). Ces mineurs, qui habitent à Brandes, ne sont pas désignés par un terme particulier. Ils se confondent encore probablement avec le reste de la population paysanne environnante dont ils sont issus. La situation à L’Argentière en Embrunais est toute autre. Le comte est venu se greffer après coup sur une exploitation déjà ancienne. Au milieu du XIIIe s., il exerce sur cette mine le droit régalien que l’on identifie à travers un prélèvement sur la production qui est du vingtième, une taxe sur les produits ouvrés, le droit de préemption sur la vente du métal et enfin l’octroi des concessions.

59Au XIVe s., les choses évoluent. À Brandes, on retrouve le pouvoir delphinal doté d’un personnel spécifique : le préfet de la mine, peut-être vice-châtelain comme à Saint-Georges-d’Huretières, engagé dans des travaux d’envergure nécessitant un fort investissement et ne prélevant plus que le neuvième de la production. Ce qui est fort proche de la régale. Enfin, apparaît également une main-d’œuvre spécialisée à laquelle il fait appel et qui vient de l’extérieur. Les comptes de châtellenie des années 1330 et 1332 introduisent le terme argenterius.

60Une fois décrit le cadre juridique de l’exploitation avec son évolution en l’espace d’un siècle, il reste à aborder les installations minières elles-mêmes.

L’extraction

La localisation des chantiers

61Le dépouillement des archives et plusieurs campagnes de prospections ont permis de localiser de nombreux gîtes miniers dans l’ensemble du massif de l’Oisans, dont certains dans les environs proches du plateau. Il n’est pas impossible que Brandes ait constitué un « complexe métallurgique » dépassant le cadre du village en traitant des minerais plus lointains. Héricart de Thury, ingénieur des mines, dit avoir observé des gangues de natures différentes sur le plateau de Brandes (Héricart de Thury, 1841). En l’absence de preuves certaines, cela reste du domaine de l’hypothèse vraisemblable.

62La ténuité des informations livrées par les archives est extrême. À partir du regeste de la commune d’Huez, de la fin du XVe s., on peut localiser une dizaine de cros*. Leur répartition sur une carte est déroutante (fig. 14). En effet, à deux exceptions près, à proximité immédiate de Brandes, on les trouve sur la périphérie de la paroisse, fort éloignés de la mine principale. Quelques cros se situent notamment aux confins de Villard-Reculas, de part et d’autre des Côtes Souveraines. Les cros de Brandes proprement dits, ne sont pas cités comme confronts de terres et de près, hormis

...versus Brandis prope Fontem Morellam in croso Saphi... ou cette autre excavation imprécise...juxta iter de Brandis de super juxta ex parte rupes... (A.D.I. 4 Ε 29 1G1, f° 125, 230).

63Rien ne prouve, d’ailleurs, que l’on soit à proximité de Brandes. La répartition de ces cros et l’absence flagrante de la mine principale ne peuvent s’expliquer que par l’imbrication des structures d’habitat et des chantiers de l’argenterie. Les maisons de la villa de Brandes, ou le simple toponyme de Brandes, apparaissent uniquement comme confronts de terres. Une reconnaissance du XVe s. confirme cette hypothèse. Elle donne, en effet, un cros comme limite à des pièces de terre : in croso de la Cota et ailleurs : apud argenterias (A.D.I. B4498, XVe, f° 4v°, 12). Le toponyme de Brandes est, en soi, explicite, et suffit à localiser la mine.

14 – Localisation des cros

14 – Localisation des cros

64La mine du Gua se trouve dans le talweg de la Combe Chave, non loin du toponyme de Chalvet qui permet de localiser dans ce secteur le crosum Chalveti du XVe s.

65Les recherches archéologiques ont montré toute l’importance de l’exploitation qui s’est développée au Lac Blanc et, tout récemment un nouveau site a été découvert, au-dessus du Lac du Milieu. L’un ou l’autre chantier peut être désigné par la mention de 1339 :

...item habet alia mineria in loco dicto les Rossas habente unum foramen (A.V. coll.410, f° XXXVI).

66Plusieurs données ont servi de fil conducteur pour localiser les chantiers d’extraction sur le terrain.

67Tout d’abord, la carte géologique indique, à plusieurs endroits, des filons de quartz-barytine minéralisés (fig. 15). Mais on sait que pour lever une telle carte, le géologue suit les indices de surface les plus significatifs. Cela ne permet donc pas de découvrir d’autres sites que ceux qui sont déjà visibles. Les haldes résultant de l’extraction signalent les carreaux de mines. Généralement, ces déchets sont rejetés immédiatement en bordure des sorties au jour. Enfin, les principaux secteurs d’exploitation, à l’affleurement des filons, sont très marqués dans le paysage.

68Les prospections archéologiques se sont, naturellement, développées entre ces chantiers, comme l’ont fait les prospecteurs de l’époque, afin de découvrir des filons parallèles ou croiseurs, non visibles à l’œil nu et qui auraient pu faire l’objet de travaux miniers aujourd’hui masqués.

69Toutes ces observations permettent de définir plusieurs centres de production majeurs - le plateau de Brandes, le Lac Blanc, peut-être le lac du Milieu - et secondaires - le Gua, l’Herpie et Maronnes (voir fig. 15).

15 - Croquis géologique et situation des chantiers miniers

15 - Croquis géologique et situation des chantiers miniers

Les types de chantiers

70On suit l’existence de la mine et la trace des chantiers d’extraction dans l’ensemble de la documentation du XIIIe au début du XIVe s. Les termes spécifiques qui les désignent sont difficilement utilisables pour déterminer le type de travaux qu’ils recouvrent. Pour désigner la mine, la notion globale, trois termes sont employés : argenteria ou argentaria, mineria argenti et mena. Ceux de crosum, foramen, introitus, reya, viagium, fossa, fodina et metalli vena précisent l’installation ou font allusion au filon lui-même (A.D.I. B2662, f° 368 ; B3120, f° 62 ; B3333, f° 5, 5v ; Valbonnays. 1722). Pline utilise le mot fodinae pour désigner la mine et vena pour le gîte métallifère ou le minerai (Domergue, 1989). Cette dernière expression : ...Brandarum metalli venas..., ne se rencontre qu’une seule fois, dans un texte du début du XVe s. (1404), perdu et retranscrit par Héricart de Thury. C’est alors un confront permettant de situer les prairies exploitées par les habitants d’Huez.

71Crosum, foramen, introitus, fossa et fodina évoquent une même réalité, celle du chantier. D’ailleurs, dans le parcellaire d’Huez de la fin du XVe s., crosum est, la plupart du temps, suivi d’un déterminant topographique, in croso Coste, ou anthroponymique, in croso Chalveti (A.D.I. 4 Ε 29 1G1, f° 42, 172v°). Ce terme employé dès la première moitié du XIIIe s. à L’Argentière en Embrunais, se retrouve à Brandes dans le « règlement minier » puis dans les contrats de prix-fait concernant les travaux d’exhaure

...reyam argenterie de Brandis compleri et crosos ipsius eycolare...,

72et dans l’enquête pontificale de 1339 où l’on note sa synonymie avec foramen et introitus, ainsi que la hiérarchie existant par rapport à

mineria: in loco dicto de las Brandas ...habente unum foramen sive crosum vel introitum (A.D.I. B2662, f° 469; B3333, f° 5; A.V. coll. 410, f° XXXVI ; Hericart de Thury, 1841).

73Fossa et fodina n’apparaissent pas localement avant le XVe s. : fossae, fodinae que antiquae Brandarum et semblent plutôt hérités des minières de fer, à moins que cela ne soit qu’une question de ligne de partage linguistique. Brandes, comme L’Argentière en Embrunais, où l’on trouve le terme croterium est, en effet, en secteur occitan (A.D.I. B2662, f° 469 ; Raulin, 1977). Mena, en franco-provençal, signifie la mine (Guiter, 1977). À Bovinant, au début du XIIe s., on emploie le terme de fossa pour nommer l’excavation illicite que des paysans ont pratiquée sur le territoire des Chartreux : ...ad fossam venit... (Bligny, 1960, acte XVIII). À Allevard, c’est le terme de fovea qui est employé le plus couramment (Sclafert, 1926). On trouve fossa au milieu du XIVe s. à Saint-Georges d’Huretières (Benoit, Braunstein, 1983). Ces paroisses appartiennent à l’aire du franco-provençal. Crosum est, par ailleurs, un terme de latin populaire, probablement d’origine gauloise, à la différence de fossa ou fovea, termes de latin classique (Greimas, 1968). On doit rapprocher cette observation du succès de crosum en milieu montagnard. De nombreux hameaux portent ce toponyme dans le Massif Central notamment. (Dauzat, Rostaing, 1978).

74Reya, ruya ou encore roia, synonyme de viagium, définit un type de travaux miniers très spécifique, lié à l’exhaure (Bloch, Wartburg, 1932).

75Les travaux archéologiques ont porté sur les différents chantiers miniers, tous considérés comme faisant partie d’un même « complexe industriel ». Une brève description permettra de les présenter.

16- Tranchée occidentale

16- Tranchée occidentale
  • Sur le plateau de Brandes, l’exploitation du minerai prend plusieurs formes. En limite occidentale du site, le filon affleure dans l’abrupt rocheux qui relie le ressaut portant le site religieux à la vallée de la Sarenne. Une faille minéralisée (dite tranchée occidentale) de 260 m de longueur a donné lieu à une exploitation à ciel ouvert et des travaux souterrains s’ouvrent de part et d’autre sur tout son tracé (fig. 16). En l’absence de noms dans les archives, ces différents « réseaux » ont été baptisés par nos soins, pour faciliter la description. Les plus importants sont ceux de la Visite, du Porche (136 m de longueur) (fig. 17) et de Saint-Philippe (96 m de longueur). On y reviendra à de multiples reprises car ce secteur a fourni une bonne partie des informations sur les techniques extractives.
    L’extrémité orientale du plateau (dite tranchée orientale ou secteur de l’Ecluse), porte également des vestiges d’exploitation (fig. 18). Les découvertes faites en 1992 permettent de situer là un centre extractif très important, en aval du canal de l’Ecluse. Y ont été mis au jour un dépilage* à ciel ouvert, des travaux de recherche boisés et un puits avec treuil.
    Entre les deux, dans la combe qui sépare les maisons du rocher Saint-Nicolas, plusieurs entonnoirs alignés percent le plateau. Selon la carte géologique, ils suivent la minéralisation. Cette zone est maintenant très bouleversée mais les auteurs anciens s’accordent pour signaler là de nombreux effondrements. Malgré des sondages profonds à la pelle mécanique dans deux entonnoirs, il n’a pas été possible d’atteindre le bedrock et l’énigme reste entière : anciens puits d’extraction à ciel ouvert ou effondrements de galeries passant sous le village ? A la base de l’un des sondages commençaient à apparaître de très nombreux morceaux de baryte. Les photos du début du siècle montrent que les haldes les plus importantes étaient concentrées en bordure de ces entonnoirs. Par ailleurs, les deux forges minières dégagées dans le village leur sont liées. Malgré les perturbations qui affectent ce secteur, des recherches sont encore possibles et programmées sur les quelques entonnoirs conservés, car il s’agit probablement de l’un des grands centres d’extraction du plateau.

17-Galerie du Porche – entrée

17-Galerie du Porche – entrée

18- Canal et quartier de l’Écluse

18- Canal et quartier de l’Écluse
  • Dans le prolongement du filon principal, vers l’est, une recherche s’ouvre dans la combe Chave (1900 m d’altitude), au-dessus du hameau du Gua. Deux courtes galeries partent d’une chambre révélée par un effondrement de terrain. Malgré le caractère limité du réseau, ce chantier est intéressant. C’est l’un des seuls à être identifié dans les archives. Il possède une forge proche de l’entrée. Enfin, il témoigne des recherches qui ont dû marquer la fin de l’exploitation. L’accès en est difficile, dans une pente très abrupte fortement lessivée par les fontes nivales annuelles. Par ailleurs, la minéralisation est très pauvre, quelques mouchetures de sulfure dans une baryte massive et stérile. Enfin, le profil des galeries annonce les travaux d’époque moderne. Les parois lisses conservent des traces d’outils nombreuses et fines attestant la qualité de l’outillage ; les plafonds sont plats, un peu à l’image des galeries « ogivales tronquées » du XVIe s. bien qu’au Gua on ne circule pas debout.

  • Dans le massif des Rousses s’est développé un important chantier minier, en bordure du Lac Blanc (2 700 m d’altitude) (fig. 19). Après les vestiges du plateau, c’est le centre de production le plus important. Les similitudes avec les tranchées occidentale et orientale de Brandes sont nombreuses : dépilage à ciel ouvert le long d’une faille minéralisée longue de 120 m et accès à un réseau souterrain dans la partie amont du dépilage. Plus en amont encore, la faille s’élargit, après une section stérile, et il est possible de pénétrer dans des travaux souterrains sur quatre niveaux, étagés sur une longueur totale de près de 100 m. Les parties souterraines sont totalement inondées. Grâce à l’intervention du Centre National de la Recherche Archéologique Subaquatique, puis des pompiers de Grenoble, sont apparus des boisages en place livrant des informations capitales sur certains aspects techniques. Les types de chantiers sont variés, puisqu’on y trouve, à la fois, des travaux totalement souterrains, mais aussi des dépilages à ciel ouvert profonds et complexes, nécessitant des équipements comparables aux mines souterraines.

19 - Le chantier minier du Lac Blanc

19 - Le chantier minier du Lac Blanc
  • Entre le Lac Blanc et le plateau de Brandes, au pied de l’abrupt du massif des Rousses, Héricart de Thury localise une exploitation minière de plomb argentifère proche de la mine d’anthracite de l’Herpie, faisant partie, selon lui, du complexe minier de Brandes (Héricart de Thury, 1841). Ce chantier a été repéré mais l’importance des éboulis qui masquent l’entrée n’a pas permis encore de pénétrer à l’intérieur.

  • Les chantiers de Maronnes et du Lac du Milieu apportent, pour le moment, peu d’informations. Le site de Maronnes, sur la rive gauche de la Sarenne (commune de La Garde) illustre le « ratissage systématique » des minéralogistes de cette fin du XXe s. sur tous les secteurs susceptibles de contenir des minéralisations. Les dégradations qu’ils occasionnent empêchent tout travail archéologique. Mais les filons affleurant étaient visibles grâce à l’entaille de la Sarenne, et les mineurs du Moyen Âge les ont forcément connus et exploités. Le site du Lac du Milieu (2990 m d’altitude), dans le massif des Rousses, vient juste d’être découvert. Là aussi, une longue tranchée à ciel ouvert marque l’emplacement d’une faille minéralisée dépilée. Une halde importante contient encore de nombreux échantillons d’un minerai riche. L’amorce de travaux souterrains apparaît, mais les difficultés techniques sont telles qu’il n’a pas encore été possible de vaincre les névés qui en obstruent l’entrée. Les traces d’outils en paroi et la morphologie des travaux confirment un lien certain avec le complexe minier de Brandes. Ce dernier site est porteur de beaucoup d’espoir pour les archéologues.

Les techniques minières

76Rappelons que les minéralisations se sont formées au cours de deux grands épisodes géologiques, avec d’abord la mise en place des sulfures dans une gangue barytique, puis, dans un deuxième temps, celle des filons de quartz minéralisés. C’est pourquoi les minerais se trouvent dans des contextes assez différents. Ils peuvent être dans une gangue exclusivement barytique, ou quartzo-barytique ; dans des filonets de quartz noyés dans la dolomie ; aux épontes* des filons, des minéralisations sont en imprégnation dans les gneiss encaissants.

77Cette configuration a eu une incidence directe sur les techniques extractives et sur le travail minéralurgique.

La prospection

78La recherche de minerai connaît une période d’intense activité, pendant une partie du Moyen Âge. Une attention particulière a alors été apportée à la prospection. Comment les gîtes étaient-ils localisés ?

79Pline insiste sur la nécessité d’observer la nature

...ferri metalla...minimaque difficultate ad gnos- cuntur colore ipso terrae manifesto (Pline, 34, 41).

80Des théories plus aléatoires lient la formation des minerais aux planètes, paramètre que le prospecteur devra prendre en compte (Bergbuchlein). Cl. Domergue consacre une partie, dans sa publication, à ce qu’il a pu observer sur les mines antiques d’Espagne (Domergue, 1990). À la Renaissance, les traités donnent des conseils en la matière. Biringuccio l’évoque dans son proemio (Biringuccio, 1558). Agricola traite le sujet dans le livre II (fig. 20). Sébastien Munster, dans sa Cosmographie, fait référence à la virga divina ou baguette divinatoire et dit même que le bois dont elle est faite est choisi en fonction du minerai recherché. Jean le Bon décrit également son usage (Sébillot, 1894). Jean de Malus, en 1600, atteste que la baguette de coudrier est toujours utilisée et que cette pratique a été importée d’Allemagne (Malus, 1600). Agricola reste sceptique quant à l’efficacité de la baguette divinatoire, mais en représente l’usage dans l’une des illustrations de son traité. Selon lui, la découverte peut être le fruit du hasard (pluie, arbre déraciné), mais surtout de l’ingéniosité du prospecteur qui sait observer la nature, principalement les eaux et la végétation. En cela il rejoint Pline, dont il connaît les écrits (Domergue, 1989). Il semble bien, en effet, que les deux méthodes les plus utilisées aient été l’observation du terrain et la pratique de très nombreux sondages. Une vignette d’un manuscrit castillan daté du XIIIe s. montre un personnage examinant un morceau de roche détaché à l’aide d’un pic ou d’un burin et d’un marteau par un deuxième individu (Bromehead, 1956) (fig. 21). L’importance des sondages apparaît nettement dans les comptes miniers du duché de Lorraine, au XVIe s., qui recensent, entre 1512 et 1628, quelques 276 travaux de recherche dont 24 seulement se révéleront productifs (Grandemange, 1991).

20- La prospection minière au XVIe siècle

20- La prospection minière au XVIe siècle

G. Agricola

21- Manuscrit castillant – XIIIe siècle

21- Manuscrit castillant – XIIIe siècle

81La découverte du filon de Brandes était aisée. Sa gangue quartzo-barytique de couleur blanche, ses affleurements mis en évidence, notamment, par la coupe de la Sarenne, sa puissance notable pouvant atteindre 2 m par endroits, ont constitué des indices précieux. Mais les mineurs ne se sont pas contentés d’exploiter la minéralisation là où elle apparaissait à ciel ouvert. Les prospecteurs, guidés par les indices de surface qu’étaient la faille occidentale, l’affleurement au pied de l’Ecluse et les travaux du Gua à l’est, ceux du Lac Blanc au nord, ont cherché entre ces points (pl. I, II). Ils avaient constaté l’existence de filons parallèles ou croiseurs à la minéralisation principale. La campagne 1992 a permis de mieux comprendre comment avait été conduite la prospection.

82Par rapport à l’implantation du village, sur le filon principal, la prospection s’est faite à trois niveaux :

  • recherche en extension, en aval, en zone rocheuse, dans la tranchée occidentale et sur Maronnes,

  • recherche en extension, en amont, en zone rocheuse, à l’Herpie, au Lac Blanc et au Lac du Milieu,

  • recherche avec un maillage plus serré, à faible distance du filon principal connu, en zone de recouvrement morainique, à l’est du plateau dans le secteur de l’Ecluse.

83C’est dans ce dernier cas que les techniques de prospections sont particulièrement évidentes et intéressantes. Deux méthodes ont été mises en œuvre.

  • 1 Depuis plusieurs années, déjà, cette spectaculaire tranchée posait un certain nombre de problèmes : (...)

84Dans un premier temps, les mineurs ont opéré de façon traditionnelle, en creusant des puits pour atteindre le socle rocheux. Ces puits sont encore visibles, à l’est du chenal de l’Ecluse (fig. 22). Tous sont bordés d’une petite halde* en aval. Mais à cet endroit, les dépôts argileux morainiques peuvent avoir jusqu’à 10 m d’épaisseur, la pente est très forte et les terrains sont instables. Devant les difficultés techniques, les mineurs ont alors fait une « recherche hydraulique ». La démonstration qui suit est le fruit d’une relecture récente des structures du plateau. Elle est cohérente et plausible, mais susceptible d’évoluer en fonction de l’étude de l’ensemble des aménagements hydrauliques et des vestiges miniers qui commencent à apparaître associés au canal de l’Ecluse1

22- Sondages miniers à l’est de l’Ecluse

22- Sondages miniers à l’est de l’Ecluse

85Le canal de l’Ecluse semble résulter d’un décapage de terrain par « chasses d’eau », dans le cadre de prospections minières de surface, afin d’atteindre la roche et localiser les filons divergents ou parallèles. Pline relate des pratiques comparables pour des exploitations romaines (Pline, 33, 75). Cl. Domergue a pu en observer des vestiges importants, adaptés à des sites de montagne. Sur les versants du Teleno, une exploitation située entre 1 400 m et 1 800 m d’altitude utilise des courants d’eau captés à près de 2 200 m. Tout était récupéré, les sources comme la fusion des névés, et l’eau était stockée dans de grands réservoirs pouvant atteindre 5 000 à 10 000m3 (Domergue, 1990).

86Mais cette technique s’appliquait principalement au lessivage et à l’enrichissement d’alluvions aurifères, comme ce sera le cas, plus tard, dans les mines d’or américaines. C’est alors une technique d’extraction, le ground sluice des Romains en Espagne.

87Comment transposer le modèle au plateau de Brandes ? Là, la méthode était utilisée principalement comme technique de prospection, mais peut-être aussi d’exploitation pour la partie aval du chenal. Plusieurs paramètres étaient à prendre en compte : l’épaisseur du recouvrement par les dépôts morainiques, l’emplacement du chenal et du réservoir, le volume du réservoir et les possibilités d’alimentation en eau, l’emplacement des autres travaux.

88Le choix de l’emplacement de l’ensemble tranchée/réservoir a été guidé par la volonté de prospecter une zone où l’importance du recouvrement empêchait toute prospection traditionnelle. Mais le village et les travaux miniers inférieurs ne devaient pas être gênés par l’eau. Ainsi, le tracé par la ligne de plus forte pente qui passe par le « col » de la cabane du berger permet d’évacuer vers la Sarenne l’eau et les terres extraites, sans dommage.

89Le choix de l’emplacement en altitude du réservoir détermine la longueur de la tranchée. Il répond à deux impératifs :

  • la localisation s’est faite de façon à bénéficier de la pente la plus forte (présence d’un épaulement naturel),

  • la limitation en altitude est due à la nécessité de conserver une pente suffisante pour l’alimentation en eau depuis la dérivation du Lac Blanc, par l’ouest. Une rigole de 700 m de longueur relie le déversoir du Lac Blanc au réservoir du canal. Le système de captage est encore bien visible (fig. 23). Il devait comporter un barrage amovible, en bois, qui permettait de contrôler le débit de l’eau. Une alimentation par l’est, moins marquée dans le paysage, suit la pente naturelle du terrain depuis le bassin de réception sous l’Herpie.

23- Captage d’eau au déversoir du Lac Blanc

23- Captage d’eau au déversoir du Lac Blanc

90Le choix du volume du réservoir doit le rendre compatible avec les possibilités d’alimentation en eau, le volume des terres à dégager et enfin la longueur de la tranchée à réaliser. Le réservoir a une forme d’entonnoir délimité par de puissants bourrelets de terre (fig. 24). Il a une surface de 620 m2 et une profondeur estimée par carottages à 0,90/1,05 m (Archéolabs, ref. ARC91/R753P). La capacité de retenue est estimée à 1 000 m3 au minimum.

24- Canal de l’Ecluse - réservoir

24- Canal de l’Ecluse - réservoir

91Le système paraît avoir fonctionné. Le profil du chenal correspond bien aux caractéristiques attendues dans le cas d’une telle méthode de creusement. Il faut considérer séparément deux parties.

  • dans la partie amont, d’environ 200 m, à forte pente (estimée à 33 %) le canal est profond, peu large, son tracé est rectiligne, la pente régulière,

  • dans la partie aval, d’environ 225 m, le socle rocheux est moins profond, et le canal est donc plus étale, plus large, le tracé fait des méandres et la pente est faible (estimée à 15 %).

92Il n’existe pas de bourrelets latéraux le long de la tranchée, ce qui suppose l’enlèvement complet des terres.

93La portion amont pourrait ainsi correspondre aux « chasses », la portion aval étant la zone rocheuse minéralisée décapée et exploitée. Dans la partie inférieure du canal apparaissent d’énormes blocs morainiques dégagés par l’affouillement à l’eau et qui sont restés sur place.

94Une hypothèse reste à vérifier. À la rupture de pente entre les deux tronçons, une cuvette tronquée peut avoir été un premier réservoir qui a permis de décaper la partie aval du chenal, la partie amont correspondant à une seconde phase de prospections.

95L’intérêt du dispositif est évident. Le recouvrement de la roche, à cet endroit, est constitué de deux couches de mort-terrain bien différenciées. Une terre jaune argileuse de colluvionnement et au-dessous, une couche compacte d’argilite gris-bleu, la tillite, qui va jusqu’au contact avec la roche. L’ensemble sédimentaire atteint 10 m d’épaisseur. Le pendage naturel du terrain (c’est-à-dire l’axe du canal) et l’axe du filon font qu’avec 450 m de tranchée creusée à l’eau, il est possible de prospecter sur une longueur de 400 m, soit un rapport approximatif de 1.

96La prospection a du être fructueuse. Les travaux miniers, puits et galerie de recherche boisée, qui viennent d’être découverts à mi-pente du canal attestent que le filon a bien été croisé par la tranchée hydraulique.

97Les chasses d’eau ne pouvaient être que périodiques, en fonction de la durée de remplissage du bassin.

98L’économie réalisée par ce dispositif est appréciable. Pour décaper près de 450 m de longueur sur 10 m de largeur et une moyenne de 10 m de profondeur, soit environ 45000 m3 de terre, il a suffi :

  • de creuser les rigoles ouest et peut-être est,

  • d’aménager la prise d’eau dans le déversoir du Lac Blanc. L’emplacement de cette prise d’eau a été choisi judicieusement en fonction des caractéristiques naturelles du terrain, au seul endroit ne nécessitant pas d’ouvrage important.

  • de réaliser le réservoir avec ses levées de terre.

99Le raisonnement développé à propos du canal de l’Ecluse (C3) met en question l’identification des deux autres grandes canalisations situées à l’ouest du plateau (C1 et C2).

L’organisation de l’espace souterrain

100Tous les travaux miniers étudiés sont creusés dans la puissance de la minéralisation dont ils épousent la forme, sans aucune préoccupation de « confort » pour les ouvriers. Certains passages sont si étroits que les mineurs ne pouvaient s’y déplacer qu’à genoux, voire, couchés. La représentation du monde souterrain du grand centre de Kutna-Hora (Bohême) à la fin du XVe s. (fig. 25), donne une bonne idée de ce qu’est une mine médiévale, même dans un district fameux (Husa, 1967).

25- Graduel de Kutna-Hora (Bohême) vers 1490

25- Graduel de Kutna-Hora (Bohême) vers 1490

Codex 15501 de la Bibliothèque nationale de Vienne

  • 2 L’existence de conflits souterrains est attestée par des clauses spécifiques dans nombre de règleme (...)

101À Brandes, aucun travers-bancs, ce terme étant généralement réservé aux travaux creusés dans le stérile. L’exploitation s’est faite par dépilages et galeries d’allongement, à partir d’un grand nombre d’ouvertures au jour, étagées le long du filon, qui se rejoignent en profondeur pour ne plus suivre que quelques grands axes (fig. 26, 27). C’est particulièrement net dans la faille occidentale du plateau et au Lac Blanc (fig. 28, 29). Cela tient à la configuration des filons, mais peut-être aussi à l’organisation du travail). Le « règlement minier » du XIVe s., déjà évoqué, renseigne peu à ce sujet (Héricart de Thury, 1841). On sait uniquement que les habitants de Brandes n’ont pas à faire la preuve de leur art devant le bailli, contrairement aux étrangers. Les mineurs pouvaient-ils percer à leur gré, sans coordination ? Cela a-t-il occasionné des conflits ? Les exemples de rencontres inopinées et souterraines entre plusieurs équipes ne manquent pas et les archives médiévales mais surtout modernes s’en font l’écho pour de nombreux sites2. Pour le folklore, signalons le cas d’un individu assassiné, trouvé dans le cimetière paroissial, dont le crâne était perforé de trois trous carrés, correspondant parfaitement à la pointe d’un burin minier !

26- Galerie du Porche – dépilage (photo). 27- Tranchée occidentale (dessin)

26- Galerie du Porche – dépilage (photo). 27- Tranchée occidentale (dessin)

28- Réseau du Gua

28- Réseau du Gua

29- Plans et coupes des différents chantiers du Lac Blanc

29- Plans et coupes des différents chantiers du Lac Blanc

102Ce type d’organisation résulte du principe même de l’exploitation. Les mineurs cherchent uniquement à suivre la minéralisation, à partir des gîtes de surface qui sont généralement d’un accès facile et riches, car dans une zone de cémentation au contact de l’oxygène.

103En cela le Moyen Âge ne diffère pas de la « philosophie » des exploitants de l’Antiquité, dont les travaux sont parfaitement décrits pour les mines d’Espagne : les ingénieurs du XIXe s. parlent d’un lacis inextricable de galeries basses, sinueuses, d’excavations de toutes dimensions dans lesquelles le mineur n’a pas taillé plus que le nécessaire pour passer dans sa quête de minerai (Domergue, 1990).

104Les vestiges d’exploitation par tranchée remblayée se trouvaient parfaitement conservés en plusieurs points du site. Cette technique était appliquée dès l’Antiquité aux gisements filoniens, notamment dans les mines espagnoles. Sur le site de Cabezo Rajado, des planchers en bois ou des voûtes maçonnées retenaient des empilements de stériles (Domergue, 1990). Pour le Moyen Âge, un exemple intéressant est fourni par les sites du district de Saint-Laurent- le-Minier (Gard) exploités entre le XIIe et le XVe s. La minéralisation filonienne y a été dépilée parfois sur plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Des lauzes sont encore coincées entre les parois, quelquefois maintenues par des saignées. Elles sont disposées soit en bâtière, soit en un seul pan incliné et des amas de résidus importants s’y entassent (Bailly- Maître, 1989).

105Dans cette technique, les mineurs commençaient à travailler à la base de la minéralisation. Ils perçaient une galerie haute, puis mettaient en place un plafond de lauzes ou de bois, sur lequel ils montaient pour progresser dans le filon, empilant au fur et à mesure le stérile sous leurs pieds. Cela présentait de nombreux avantages. L’évacuation de l’eau se faisant naturellement par le bas, se trouvait facilitée. Par ailleurs, une part importante des déchets était réemployée par le mineur dans son travail. Enfin, la fausse galerie ainsi constituée, à la base du dépilage, devenait une galerie de circulation. Ce dispositif pouvait se répéter sur plusieurs niveaux.

106Grâce à une opération de pompage, il a été possible de descendre d’une douzaine de mètres dans le réseau du Lac Blanc. Des bois étaient calés en force, entre les parois du dépilage, et des planches, mises de façon irrégulière, retenaient des amoncellements de stériles (fig. 30). Une grille faite de deux poutres horizontales, sur lesquelles s’appuyaient des bois verticaux plus fins empêchait les blocs de retomber dans les parties laissées vides pour la circulation, en l’occurrence une galerie horizontale.

30- Réseau du Lac Blanc - tranchée remblayée

30- Réseau du Lac Blanc - tranchée remblayée

107Un dispositif rigoureusement identique a été mis au jour au cours de la campagne 1993 dans un dépilage recouvert d’une galerie boisée dans le secteur de l’Ecluse. Cette découverte est très importante, puisqu’elle a permis d’observer un équipement minier en parfait état de conservation (fig. 31, 32). Une galerie faite d’étais verticaux terminés par des tenons supportant des poutres horizontales à mortaises (ou chapeaux) servait de cadre pour des planches de côté et de couverture. Ces planches étaient taillées en triangle de façon à permettre un chevauchement. Cette structure recouvrait une zone d’extraction subdivisée en deux, un dépilage et un puits. Dans la partie dépilage, des paliers recouverts de stériles sont encore en place sur au moins trois niveaux et le système de construction apparaît bien maintenant. Une grille semblable à celle du Lac Blanc retient le stérile et l’empêche de glisser dans une partie ménagée pour faire un puits artificiel dont on parlera dans le paragraphe sur la circulation des matériaux. Les traces laissées sur les madriers et les planches vont permettre de faire une étude de l’outillage. D’ores et déjà on peut affirmer que les charpentiers de mine connaissaient bien leur travail et qu’ils ont utilisé, entre autres, ce qui semble être une petite herminette de deux centimètres de largeur.

31 - Secteur de l’Ecluse, galerie boisée et puits

31 - Secteur de l’Ecluse, galerie boisée et puits

32 - Secteur de l’Ecluse

32 - Secteur de l’Ecluse

108Au Porche, aucun vestige significatif n’était conservé en place. Cependant, au pied d’un grand dépilage où la désobstruction archéologique est actuellement arrêtée, une arrivée continue d’éboulis et de bois de grande taille ne laisse aucun doute sur l’emploi de cette technique. Un fort courant d’air, venant du fond, indique l’importance du réseau qui reste à découvrir lorsqu’on aura surmonté les difficultés qu’engendre cette méthode d’exploitation quand tout s’effondre. Nous sommes actuellement à 80 m de profondeur, par rapport à la surface du sol à l’aplomb de cette trémie.

109On ne peut pas parler de réelle organisation de l’espace souterrain comme ce sera la règle dans les mines de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance. Certes, ce type de gîtologie permettait d’exploiter avec un minimum d’aménagements intérieurs. Cependant, une réflexion a présidé à l’organisation de l’espace souterrain. Des efforts ont été faits pour l’exhaure et pour faciliter le transport des matériaux, c’est-à-dire pour permettre au mineur d’aller plus profondément sous terre.

L’abattage du minerai

110L’abattage de la roche utilise trois techniques, selon l’époque et l’encaissant* : le feu, la percussion et la poudre. L’étude de ces techniques se fonde sur trois critères principaux : la forme des galeries et des dépilages, les traces laissées en paroi et la typologie des fronts de taille.

111Grâce à la présence d’un milieu très humide, à l’absence de reprise d’exploitation ultérieure et au comblement rapide des réseaux après abandon, à Brandes les vestiges sont bien conservés.

112On a ainsi pu déterminer que l’attaque du minerai s’était faite principalement au feu et, dans une moindre mesure, au burin. L’emploi concomitant des deux techniques est courant, pour toutes les époques. Dans les cas d’exploitation au feu prédominante, le burin ou la pointerolle et les cales sont indispensables, à la fois pour préparer le chantier avant l’allumage des feux et après, pour extraire la roche ainsi « attendrie ».

L’abattage au feu

113Il ne saurait être question, ici, d’un exposé exhaustif sur l’exploitation au feu. Cependant, une brève présentation de la technique et de son histoire est nécessaire pour comprendre pourquoi, alors que le plateau de Brandes et a fortiori le Lac Blanc, sont totalement dépourvus de bois, les mineurs ont quand même privilégié cette méthode qui supposait d’importants transports de combustible.

114L’abattage au feu remonte à la plus haute Antiquité si l’on en croit l’Ancien Testament (Jérémiah 23) et reste en usage jusqu’au XIXe s. en Norvège (Timberlake, 1990 ; Berg, 1992). Il semble que les historiens des techniques aient un peu sous-estimé son importance dans les exploitations minières. Un rapide survol de la bibliographie montre que très nombreux sont les sites de toutes époques a en avoir conservé des vestiges.

115Les auteurs anciens comme Diodore ou Pline mentionnent le procédé. Tous les auteurs insistent sur l’impérieuse nécessité d’une bonne aération, à la fois pour les hommes mais aussi pour le bon tirage du brasier et l’évacuation des fumées.

116La technique proprement dite est décrite dans le traité d’Agricola (fig. 33) qui explique avec force détails comment attaquer la roche en fonction de sa dureté, de l’espace disponible, du front de taille, etc... Il préconise d’empiler plusieurs paquets de bois, selon la hauteur de la galerie, après avoir fait des copeaux et creusé des niches pour concentrer le feu. Si la roche est très dure, il est nécessaire de faire des saignées à la pointerolle, de part et d’autre du filon, avant l’allumer les bûches. Plus tard, en 1773, Monnet rédige un traité à partir d’un ouvrage de 1769 publié par le Conseil des Mines de Freiberg et de ses propres observations (Monnet, 1773). Il consacre un paragraphe à l’exploitation de la roche ou filon au moyen du torréfage ou calcinage. Pour installer le feu avec avantage, il faut être dans un endroit ouvert, dont l’exploitation a déjà commencé. On place d’abord des petits bois ou fagots surmontés de bûches. Un feu long et continu produit plus d’effets que la répétition de plusieurs petits brasiers (fig. 34). Pour finir, à Kongsberg, on a pratiqué l’abattage au feu jusqu’en 1890, car le problème du combustible ne se posait pas. Dès l’ouverture des mines d’argent, en 1623, le double usage de l’outil et de la flamme est attesté. Les mineurs devaient recouper une fissure à la pointerolle avant d’installer un brasier. Les fronts de taille sont révélateurs. Ils comportent une saignée centrale bien calibrée, faite à la pointerolle, le profil de la galerie étant ensuite élargi au feu (Berg, 1992). Cela corrobore les observations faites sur l’Arbestole du Mont de Vannes (Haute-Saône) creusé au XVIe s., où seules les parois paraissent avoir subi l’action de la chaleur, alors que le front de taille est travaillé à l’outil (Py, 1990). Mais peut-être est-ce aussi parce que le front de taille a été abandonné après l’abattage total des roches « attendries ». Les exemples pourraient se multiplier, à Pampailly, dans le Nuenberg, etc. (Strasbourg, 1992).

33- L’abattage au feu

33- L’abattage au feu

G. Agricola

34- L’abattage au feu

34- L’abattage au feu

117Cet historique rapide laisse de côté nombre de traités et autres écrits de toutes époques sur la technique, mais ces considérations, qu’elles soient antérieures ou postérieures au Moyen Âge, sont applicables à cette période.

118L’exploitation au feu était recommandée en roche dure, surtout pour le quartz difficile à abattre à la pointerolle ou au pic. Sous l’action de la chaleur, la gangue se fissurait ; ainsi fragilisée, elle était plus facile à abattre et la roche encaissante se desquamait en pellicules.

119Mais, si elle facilite le travail d’abattage cette opération a deux inconvénients majeurs. Elle est très polluante et dévoreuse de bois. Pline, puis Agricola, soulignent les risques de suffocation dans les travaux souterrains. Le code minier de Massa Maritima, rédigé au début du XIVe s. réglemente l’allumage des bûchers qui doit se faire le samedi et les jours de fête (Simonin, 1859). Hooson, dans son Miners Dictionnary, à une époque où l’aération s’est perfectionnée, prescrit de faire du feu seulement la nuit (Hooson, 1747). Callon, en 1876, reprend les mêmes prescriptions qu’à Massa, six siècles auparavant : les bûchers sont allumés le samedi et les mineurs retournent dans la mine le lundi pour terminer l’abattage et préparer les emplacements des nouveaux foyers.

120Se posait, évidemment, le problème de l’approvisionnement en bois. Selon un chercheur italien, c’est la pénurie en combustible qui aurait déterminé l’adoption, puis le développement, de l’usage de la poudre en mine (Vergani, 1979).

121Sur le terrain, cette technique a laissé des vestiges miniers significatifs. Les parois sont lisses et incurvées, les galeries ovales ou très arrondies.

  • 3 La mine de Melle a été exploitée à l’époque carolingienne, en association avec la production d’un a (...)

122Plusieurs exemples archéologiques sont attestés pour le Moyen Âge. Pour n’en évoquer que quelques-uns, citons Melle (Deux-Sèvres), Castel-Minier (Aulus, Ariège), Peyraube (Arrigas, Gard), Pampailly (Brussieu, Rhône), Sapin Vert à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin) où une galerie médiévale en forme d’œuf a été recoupée par des travaux XVIe s. à la pointerolle3 La Mine-Basse de l’Argentière en Embrunais a conservé les traces d’un travail associant le feu à la pointerolle, avec des passages très étroits où le mineur ne pouvait se déplacer que couché ou accroupi (Graff, 1861).

123Brandes se trouve, de ce point de vue, en conformité avec les traditions minières du temps. L’abattage au feu s’imposait en raison même de la nature des matériaux à extraire. Les travaux se faisaient dans une roche dure. Certes, lorsque la gangue était exclusivement barytique, la séparer de l’encaissant ne devait pas présenter de trop grandes difficultés. Mais le plus souvent, cette gangue était mixte, à forte dominante de quartz. D’ailleurs, des pans entiers de quartz ont été laissés sous terre car jugés stériles. Du minerai se trouvait en imprégnation dans les gneiss, aux épontes du filon. Enfin, lorsque celui-ci se rétrécissait trop, les mineurs devaient abattre une partie de l’encaissant cristallin. En 1322, Guigues Radulphe met en avant la dureté de la roche pour expliquer son retard dans l’accomplissement du contrat (A.D.I., B3333, f° 7v°).

124Les dépilages des différents réseaux, dans la tranchée occidentale du plateau, dans le secteur de l’Ecluse et peut-être au Lac Blanc (excepté le Gua) sont tous très curvilignes, les parois sont lisses et les traces d’outils peu nombreuses (fig. 35). Certains ont la forme caractéristique d’un huit étiré en hauteur (Wollmann, 1976). Confirmation a été apportée par la découverte de croûtes de suie importantes, dans la partie la plus profonde du réseau du Porche et par des pellicules de roche en cours de formation dans le dépilage de l’Ecluse. Une coupe pratiquée dans le remplissage recouvrant le sol de Saint-Philippe a montré une couche importante de sable de baryte résultant de l’action de la chaleur, tout à fait comparable aux sables de décrépitation et une grande quantité de fines particules de galène argentifère était mêlée au stérile dans la mine de l’Ecluse, preuve que cette technique d’exploitation entraînait une perte non négligeable de minerai.

35 - Tranchée occidentale - parois de dépilage au feu

35 - Tranchée occidentale - parois de dépilage au feu

125Les fronts de taille correspondent à deux états d’avancement. Certains dépilages se terminent par un simple pincement longitudinal des deux parois dont l’axe médian est constitué d’une série verticale d’impacts de coups de burins. Ils résultent du creusement d’une saignée ou bouchon, préalable à l’élargissement au feu (fig. 36). D’autres conservent sans conteste les traces d’une attaque au feu et rappellent les fronts de taille de Melle. Une cavité aux parois arrondies en occupe le centre et la paroi est ensuite rectifiée au burin. Elle correspond vraisemblablement aux niches creusées à l’outil pour concentrer la chaleur comme le préconisent les traités ultérieurs (fig. 37). Héricart de Thury observait que les travaux miniers sur le filon de plomb argentifère de l’Herpie, ainsi que ceux de la mine de cuivre sous le prieuré de La Garde, avaient été faits de la même façon (Héricart de Thury, 1841).

36- Galerie du Porche – amorce d’attaque au feu

36- Galerie du Porche – amorce d’attaque au feu

37- Galerie du Porche – front de taille mixte feu et burin

37- Galerie du Porche – front de taille mixte feu et burin

126Le toponyme de Brandes est étroitement lié à l’activité du feu. Ce peut être en association avec des charbonnières, comme la forêt de la Brandes, à Xonrupt Longemer, dans les Vosges, où sont localisées des charbonnières. Mais cela peut aussi venir de l’intensité de l’activité extractive au feu qui engendrait des fumées importantes. Par le récolement des anciennes régions minières, il ressort que le radical Brand y est particulièrement fréquent. Prenons pour exemple l’ancienne mine d’argent de Brandenberg, près de Todtnau Lô en Forêt Noire du Sud (Allemagne) (Albiez, 1966). Le gisement a été découvert en 1114. En 1288 la charte de fondation de la paroisse de Todtnau Lo mentionne un Conrad appelé Brandenberg. Le nom signifie « la montagne brûlant » et il résulte des feux allumés pour l’extraction du minerai et du mugissement produit par ces feux. Le terme de Brand peut aussi s’appliquer à des activités de fusion et désigner l’incandescence de l’argent.

  • 4 Une première étude des liens entre le radical Brand et les lieux d’extraction minière et de transfo (...)

127A l’occasion d’une prospection dans le massif d’Allevard, un bois de Brandos a été découvert. Or, ce lieu-dit se trouve également dans un contexte minier, à proximité d’un secteur exploité dès le XIIe s. (I.G.N., Goncelin 3334 est, 1/25 000e). À Giromagny, enfin, district extractif important, le terme de Brandes est également présent dans la toponymie locale. Une recherche plus systématique est en cours sur la liaison entre ce toponyme et l’activité minière et métallurgique car la corrélation paraît assurée4.

128Le passant qui voyait les panaches de fumées s’élevant au-dessus du plateau de Brandes ne devait pas manquer d’être impressionné.

129Les problèmes d’aération pouvaient être partiellement résolus grâce à la configuration même de l’exploitation, mais la santé des habitants de l’agglomération, et plus encore celle des mineurs a dû en être profondément altérée.

130Autrement plus importantes devaient être les difficultés d’approvisionnement en combustible. L’étude anthracologique réalisée sur des charbons provenant des forges montre que la forêt exploitée se situait entre 800 m et 1 500 m, ce qui suppose une lourde contrainte de portage

L’abattage au burin

131L’outillage médiéval apparaît dans l’iconographie. Une pierre tombale de Massa Maritima (Toscane), du XIIIe s., montre une pointerolle emmanchée, croisée avec une masse, formant déjà le symbole qui reste aujourd’hui celui de la mine. Les mineurs de Fribourg (Allemagne) offrent à leur église, vers 1350, des vitraux et se représentent dans les registres inférieurs. On y voit un ouvrier tapant sur une pointerolle avec une masse. Même outillage sur une autre pierre tombale de la fin du XIVe s., dans l’église de Pisek (Bohême) où figurent une houe, une massette et deux pointerolles, ou encore à Kutna-Hora (Bohême) à la fin du XVe s. (Kudrnac, 1992). Puis les traités modernes et les découvertes archéologiques sur des sites XVIe - XVIIIe s. illustrent et livrent en abondance ces objets. D’autres outils complétaient l’équipement : le pic, les cales, la barre à mine, la masse.

132Or, la fouille du site de Brandes a donné une masse, des burins et des coins en fer, mais aucune pointerolle (fig. 38). Les trois burins avaient été abandonnés, deux dans une forge du Lac Blanc et le troisième dans la galerie du Porche. Ces outils sont très comparables aux pointerolles par la taille et la forme (fig. 39). Deux différences majeures cependant. La pointerolle est emmanchée alors que le burin est directement tenu à la main, ce qui le rend d’un maniement malaisé. Par ailleurs, une étude métallographique réalisée sur l’un d’eux a montré qu’il était constitué de quatre bandes d’acier soudées ensemble à la forge et ne présentait aucune structure de trempe. Ce point est repris dans le paragraphe sur les forges minières.

38- Outils miniers : burin, coin

38- Outils miniers : burin, coin

39- Burin, masse et pince de forgeron

39- Burin, masse et pince de forgeron

133Pourquoi les mineurs de Brandes n’ont-ils pas fait usage d’outils emmanchés, pointerolles ou pics ? Un pic de mineur est déjà représenté sur une monnaie de Damastione, en Epire, au IVe s. avant J.C. (Bromehead, 1956) ! Mais Brandes ne constitue pas un cas unique puisque d’autres sites médiévaux ont livré des burins associés à des cales et des pointerolles, notamment en Lorraine (Hamon, 1992). L’une des illustrations d’un manuscrit castillan du XIIIe s. représente un mineur tenant à la main un outil tout à fait comparable à ceux de Brandes (Bromehead, 1956) (fig. 40).

40- Manuscrit castillan - XIIIe siècle

40- Manuscrit castillan - XIIIe siècle

134Les traces retrouvées en paroi sont peu nombreuses, courtes et larges, souvent assez anarchiques. Impossible de distinguer un sens véritable d’abattage. Cela peut signifier que le burin, peu performant, n’était qu’un appoint dans une exploitation au feu. Certaines sections de Saint-Philippe ont un profil typique d’un travail au feu dans les 2/3 supérieurs, le tiers inférieur ayant été redressé à l’outil, peut-être pour faciliter le transport des matériaux. Une illustration significative de ce double travail a été fournie par le front de taille d’une petite recherche réalisée en contrebas du réseau de la Visite. On y observe parfaitement l’attaque au feu marquée par une longue alvéole qui occupe presque toute la largeur du dépilage. La partie inférieure a conservé, très nettement, des traces de burins obliques et verticales résultant d’une reprise de la paroi (voir fig. 37). Plusieurs sections de dépilages présentent une encoche latérale au plafond résultant de la technique d’attaque du filon. Tout comme les mineurs de Kongsberg, ceux de Brandes ont suivi une ligne de faiblesse.

135La mine du Gua se distingue par des traces fines, longues et assez régulièrement espacées. Ces indices contribuent à dater ces travaux de la fin de l’exploitation.

136Une croix gravée au burin est encore visible sur l’une des parois de la tranchée orientale du plateau (B65). Ces croix servaient généralement à marquer l’avancement des travaux. Ici, elle peut indiquer le début ou le terme d’un travail à la tâche du type de ce qui fut commandé par le Dauphin Jean II à l’entrepreneur Guigues Radulphe, le 1er août 1323

... in loco quo dimisat operari Guigo Rodulphi redictus fecerunt signum, videlicet picheriam in crux seu crucem pichatam in ruppe... (A.D.I., B3333, f° 6v°).

137Deux coins en fer avaient été laissés avec les burins, au Lac Blanc. Le premier mesure 7 cm de longueur pour 4,5 cm de largeur et 3 cm d’épaisseur maximale. Le second, plus usé, est cassé. Ils ont la forme d’une lame pyramidale, avec un côté tranchant. Leur présence dans la forge les désigne comme des outils miniers. Pline, encore une fois, fait allusion à des coins en fer, des cunei, que l’on plaçait en ligne pour détacher de gros blocs. Ils étaient plutôt utilisés en roche dure (Domergue, 1990). Parmi les outils retrouvés dans les réseaux des sites cuprifères de Barbara et Wallerfangen (Allemagne), voisins du Warndt, en Lorraine, et attribués au XVe s., figurent pointerolles, massettes mais aussi burins (ou fimels) et coins (ou keils). Même outillage au Bleiberg, dans des tronçons datés du XIIe s. par des céramiques (Hamon, 1992). Enfin, l’iconographie renaissance, le De Re Métallica ou le Schwazer bergbuch, montre l’emploi de tels outils.

Les stériles

138Plus il s’enfonce et plus le mineur a de mal à évacuer ses déchets et à ramener à la surface les matériaux utiles. C’est pourquoi les haldes qui jonchent le sol au débouché de la mine ne contiennent pas tout le stérile (pl. I, II). Une partie importante était laissée sous terre. À Largentières en Vivarais, la minéralisation est incluse dans une strate sub-horizontale. Les mineurs du XIVe s. ont constitué un véritable réseau de couloirs à l’aide de murettes de stérile (Bailly-Maître, 1983). Sur le site de Cornier, à Saint-Laurent-le-Minier (Gard), le réseau atteint plus de 2 km. Les mineurs ont dû faire preuve d’ingéniosité pour limiter les transports inutiles. On y trouve des murettes le long des parois, des escaliers faits de stérile ; enfin, toute l’exploitation étant un ensemble d’énormes dépilages, les vides, après extraction du minerai, ont été remplis par les déchets d’abattage. Des portions entières du réseau sont ainsi condamnées et méthodiquement obturées (Bailly-Maître, 1989).

139A Brandes, la situation est comparable. Plusieurs murettes de pierres ont été retrouvées, contre les parois, dont une de 11 m de longueur pour 3, 50 m de hauteur (fig. 41, 42). La pratique de la tranchée remblayée était systématique dans les parties exploitées par dépilages, de sorte que les archéologues se heurtent à des difficultés considérables pour pénétrer sous terre, car les différents niveaux de remblais se sont effondrés.

41- Galerie du Porche, murette de stérile

41- Galerie du Porche, murette de stérile

42- Galerie du Porche - plan et profils

42- Galerie du Porche - plan et profils

L’exhaure

140Le problème de l’eau est la cause première de fermeture de la plupart des mines médiévales. À partir d’une certaine profondeur, les mineurs y sont obligatoirement confrontés.

141Brandes n’échappe pas à la règle. La crise finale apparaît dans un contrat passé en 1321, pour ...reya fecere et crosos ipsius eycolare...c’est à dire ouvrir une tranchée ou une galerie pour évacuer l’eau des chantiers inondés (A.D.I. B3333). L’enquête delphinale de 1339 montre les chantiers de Brandes obstrués et inondés

...plures crosos minarium argenti noviter propter aquarum diluvia fuerunt foramina clausa et occupata..(A.D.I. B3120, f° 62).

142Enfin, la visite pastorale de 1455 évoque

...obstantibus tamen diversis ac sinistris eventibus que in dicta parrochia evenerunt... (A.D.I. 4 G 257, f° 77).

143Cette reya seu viagium, comme la désigne la prorogation du contrat de 1322, doit rejoindre les cros de « l’argenterie » de Brandes

...viagium usque ad crosos argenterie de Brandis (A.D.I., B3333, f° 5v°, 6).

144Elle est creusée dans la roche, possède une entrée et mesure, le 1er août 1323, une longueur provisoire de 159 toises, soit, selon la toise delphinale, environ 325 m. Il est difficile de savoir, à partir du terme de reya, s’il s’agit d’une galerie ou d’une tranchée. Sa synonymie avec viagium, qui a le sens de galerie d’exhaure dans le Lyonnais au XVe s., la mettrait plutôt dans la catégorie des travaux souterrains (Mollat, 1953 ; Benoit, 1989). Ceci d’autant plus qu’une tranchée de 300 m de long ne passerait pas inaperçue dans le paysage. Néanmoins, la combe au pied du rocher Saint-Nicolas a été totalement bouleversée, si la tranchée se trouvait là, elle a disparu. L’expression reya inferioris contenue dans le texte de l’expertise des travaux de Guigues Radulphe pose un problème d’interprétation. Soit il s’agit toujours de la même reya, dite inférieure, parce que située en contrebas des zones à dénoyer ; soit elle en désigne une autre. Dans le parcellaire d’Huez de la fin du XVe s., on trouve, à l’est de Brandes, un lieu-dit à proximité du cros Chalvet in ruya del Trel ou encore in roa de Trollio (A.D.I., 4 Ε 1G1, f° 204, 214v°).

145La tâche fut trop difficile, puisque trois équipes se sont succédé, en vain, pour l’accomplir, notamment à cause de la dureté de la roche. Cette situation est très semblable à celle de Pampailly où, en 1450, les travaux du grand voyage du Verney (viagium), pour l’exhaure des chantiers, nécessite le recours à des spécialistes venus d’Allemagne (Benoît, 1989).

146Le problème est grave, car le Dauphin intervient directement, par l’intermédiaire de son châtelain, pour ces travaux d’intérêt général. Si une solution n’est pas apportée, la mine est condamnée, ce qui sera finalement le cas.

147Le Dauphin, qui prélève le quint du revenu de la mine en 1250, ne retient plus que la neuvième partie en 1320, au moment de la crise. Probablement pour alléger les charges qui pesaient sur « l’argenterie ». De la même façon, en 1221, le seigneur du lieu des mines de Ceilhes et Rocozels (Hérault) prenait 1/10e sur les mines saines et l/17e pour les portions sises sous le niveau de l’eau (Bonami, 1977).

148L’innovation Renaissance, en matière de technique minière s’applique, en priorité, à réduire cette contrainte majeure qu’est le problème de l’eau. Les solutions les plus variées sont proposées par les traités et les sites modernes de l’est de la France en donnent une bonne illustration (Agricola, 1556 ; Bohly, Fluck, Lieblin, 1988 ; Benoit, 1990). La méthode la plus commune, si la topographie le permet, est la galerie d’exhaure taillée dans le stérile à différents niveaux de la minéralisation. Les eaux, collectées par gravité naturelle, étaient évacuées à flanc de pente. À l’intérieur des travaux, les eaux peu abondantes ou les eaux de ruissellement étaient récupérées par des rigoles taillées dans des arbres (mines antiques d’Espagne) ou par des saignées creusées en paroi (districts de Saint-Laurent-le-Minier, de Sainte-Marie-aux-Mines).

149Si sur le terrain il n’a pas encore été possible d’identifier avec certitude la reya dont parlent les archives ni les cros et galeries d’exhaure de la combe Chave, dans les portions de réseaux étudiées, des aménagements visant à l’exhaure ont été reconnus. Bien que tous les travaux miniers soient creusés dans la puissance de la minéralisation, les dispositifs mis en place s’apparentent au principe de la galerie d’exhaure. Au Lac Blanc, une longue galerie rectiligne, calibrée, était percée juste au-dessus du niveau du lac. Il ne peut en aucun cas s’agir d’une galerie d’exploitation, car elle s’ouvre dans une partie du filon très amincie et totalement stérile. Au Porche et à Saint-Philippe, le dispositif est sensiblement différent. Ces travaux sont situés au bas de la faille occidentale du plateau. Ce sont là des zones d’exploitation, mais un fort courant d’eau y circule. Il semble que leur double rôle ait été, sinon voulu, du moins maîtrisé par les exploitants. C’est particulièrement vrai au Porche. La roche a été taillée en V, avant la jonction avec le réseau Saint-Philippe, pour permettre l’écoulement de l’eau et le passage des hommes au-dessus. Le profil au sol change après cette jonction et l’eau tombe en cascade dans le réseau inférieur.

150Il n’existe pas de travers-bancs d’exhaure à Brandes, mais la connaissance technique des mineurs leur a permis de trouver des palliatifs qui s’en rapprochent, tout en restant insuffisants, l’histoire de l’exploitation l’a montré.

151Signalons la découverte, au fond du dépilage situé à l’est du plateau (B65), d’une écope en bois, (fig. 43) tout à fait semblable à celle qui provient du site antique de Macôt en Savoie (Gimard, 1987). Cl. Domergue signale également la présence d’écopes dans les mines espagnoles (Domergue, 1990). Etaient-elles destinées à enlever l’eau résiduelle que le drainage laissait dans des creux ou bien à charger le minerai dans des sacs ou des cuveaux ?

43- Ecope en bois

43- Ecope en bois

La circulation des hommes et des matériaux

152Sous terre, le problème du transport est double : circulation verticale et circulation horizontale.

153L’iconographie médiévale (Graduel de Kutna-Hora) (voir fig. 25) montre les mineurs se déplaçant à quatre pattes dans des réseaux tortueux en tirant derrière eux une auge. Les prospections archéologiques sur de nombreux sites miniers médiévaux du sud de la France confirment cette vision du monde souterrain médiéval (Bailly-Maître, rapports de prospections en Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon depuis 1982). Jusqu’à la fin du Moyen Âge, l’essentiel du portage, sous terre, s’est fait par la force humaine : hottes à Vicdessos, sacs en peau de buffle ensuite hissés à la surface par des treuils à Massa Maritima, sacs, cordes de chanvre et treuils à bras à Novo Brdo à la fin du XVe s. (Simonin, 1858 ; Trutat, 1959 ; Gille, 1969). À partir du milieu du XVe s., la situation évolue grâce à une nouvelle structuration de l’espace qui voit la multiplication des galeries de circulation, ou travers-bancs, et des puits. Le grand voyage du Verney de Pampailly (1450), creusé dans le stérile, sert à la fois à l’exhaure et au transport, puisqu’il est équipé de la plus ancienne voie de roulage connue (Benoit, 1988). Sur le site de Cornier, à Saint-Laurent-le-Minier (Gard), plusieurs travers-bancs sont creusés, probablement au XVe s., afin de rejoindre des zones d’extraction profondes, éloignées du jour et 25 puits rectangulaires avec emplacements de treuils servent à la circulation verticale (Bailly-Maître, 1989). Le processus est fixé définitivement à la Renaissance et toutes les représentations iconographiques du XVIe s. en témoignent.

154Comment les mineurs de Brandes ont-ils traité le problème ?

155En surface, des échelles et des passerelles devaient permettre aux hommes qui travaillaient dans la faille occidentale de regagner le plateau qui porte les ateliers. Il est aujourd’hui assez difficile de faire le trajet sans ces aménagements et les mineurs étaient alors lourdement chargés de minerai à la remontée.

156Sur les autres chantiers, le problème ne se posait pas. L’attaque, on l’a dit, partait des affleurements, ce qui facilitait la circulation sur différents niveaux. L’accès aux travaux souterrains était soit horizontal, et le mineur rentrait de plain-pied dans la minéralisation (Le Porche, Saint-Philippe, Alain, la Cascade, le Gua) ; soit il se faisait par une descente sub-verticale creusée dans le filon, ne pouvant en aucun cas être assimilée à un puits (dépilage de la Visite, dépilage 1 du Lac Blanc).

157A l’intérieur des réseaux, la circulation verticale était assurée par des planchers et des échelles. Des alignements de trous de poteaux, encore visibles en parois, marquent l’emplacement de ces paliers. Les mineurs pouvaient ainsi progresser d’un niveau à l’autre. Même dispositif dans les exploitations à ciel ouvert très profondes du Lac Blanc. À Saint-Philippe, le filon se dédouble en plusieurs endroits (fig. 44). Des pans inclinés en bois, dont il ne subsiste que quelques poutres, reliaient les deux niveaux. Enfin, à la base de l’accès à la Visite, les supports verticaux d’une plate-forme ont été dégagés. C’est à ce niveau que devaient être rassemblés les blocs minéralisés avant d’être sortis de la mine. Des traces d’ancrages sur les parois semblent indiquer qu’un treuil au jour était installé à l’aplomb de la plate-forme. Les campagnes de fouille 1992-1993 ont livré un véritable puits, à l’Ecluse (fig. 45). Ce puits est en fait une extrémité de dépilage protégée sous terre par une grille qui retient des stériles et en surface par un appentis supporté par quatre poteaux. La margelle est faite de poutres assemblées par des chevilles et le côté nord, exposé à la poussée des terrains, est renforcé de planches verticales. Une échelle ayant conservé encore six barreaux était appuyée contre l’une des parois. Cette structure est équipée de deux montants de treuil. Elle paraît identique à celle qui figure sur le vitrail de Fribourg (XIVe s.) où des mineurs hissent des paniers remplis de matériaux. Le modèle se répète à l’infini dans la documentation Renaissance, mais les mineurs de l’Antiquité utilisaient déjà ce système de levage, comme le montrent les découvertes sur le site d’Aljustrel (Domergue, 1990). La dendrochronologie date ces boisages de la deuxième décennie du XIIIe s. (1212-1213) (Archéolabs, ref. ARC91/R765D).

44- Galerie St Philippe - dédoublement de galeries

44- Galerie St Philippe - dédoublement de galeries

45- Secteur de l’Ecluse - puits

45- Secteur de l’Ecluse - puits

158Il n’en demeure pas moins qu’un important portage à dos d’homme devait assurer l’essentiel du transport des blocs minéralisés, de la mine au jour, avant de les acheminer vers les ateliers. L’étude anthropologique des squelettes, tant masculins que féminins, le prouve.

159Un perfectionnement notable a été apporté à la circulation horizontale au Porche. La fouille a permis de dégager, sur près de 22 m de longueur, un tronçon d’une voie de circulation. Trente-quatre rondins étaient encastrés au sol, tous les 30 cm, entre les parois (fig. 46, 47). Chaque rondin présentait deux petites ornières espacées de 25 cm. Cet aménagement n’est pas comparable aux grandes voies de roulage que l’on rencontre dès le milieu du XVe s. à Pampailly, puis dans toutes les mines européennes. Ces voies étaient installées dans des travers-bancs dont le pendage facilitait le roulage des « chiens de mine », sorte de petit chariot de bois bardé de fer. Deux limandes de bois étaient placées au sol, dans l’axe de la galerie (Benoit, 1988). À Brandes, les boisages sont perpendiculaires au sens du dépilage et les ornières résultent du passage répété de traîneaux à patins, « véhicule » courant en région de neige. Des traîneaux utilisés en mine sont exposés au musée de Bochum (Allemagne).Une caisse de bois renforcée de fer, sans roue, glissant sur des limandes en bois est représentée dans la predelle de l’autel de la chapelle Sainte Barbe de Gossensass, au sud du Brenner (Benoit, 1988). Ce système de glissage requérait un effort physique important contrairement au roulage. Le système de Brandes est assez proche du « schlitage » connu des forestiers. D’infimes traces de bois, au sol de Saint-Philippe, sont maintenant identifiées comme appartenant au même type d’aménagement. Le profil topographique du réseau du Porche montre une succession de tronçons « calibrés », creusés dans un filon relativement stérile. Ils relient entre elles des colonnes minéralisées plus riches, dépilées au-dessus et au-dessous de l’axe principal. Pour permettre le passage de la voie en continu, les mineurs ont comblé certains vides ou calé des pierres plates entre les parois. Le même dispositif a été mis en place au-dessus du chenal d’écoulement des eaux. Une incertitude demeure sur la datation de cet aménagement, puisque les archives citent du minerai de Brandes travaillé au martinet de Vizille en 1493 (A.D.I. B2821). De plus, rappelons que, pour le moment, la voie n’a pu être observée que sur 22 m. Cependant, si l’analyse des bois prélevés l’attribue au XIVe s., on aura, avec deux siècles d’avance, l’illustration archéologique d’une représentation du Graduel de Saint-Dié à La Croix en Lorraine, daté de 1504-1514, sur laquelle on voit un « coureur de chien » pousser son chariot au-dessus d’un courant d’eau.

46 – Galerie du Porche – voie de circulation

46 – Galerie du Porche – voie de circulation

47- Galerie du Porche - voie de circulation

47- Galerie du Porche - voie de circulation

L’aération et l’éclairage

160L’aération était une des grandes difficultés techniques que les mineurs avaient à résoudre avec l’approfondissement des réseaux souterrains (Grandemange, 1992 ; Ancel, 1992). La question est assez importante pour être prise en compte dans les règlements miniers médiévaux d’Europe Centrale comme à Kratovo, en 1390 (Gille, 1962). Ventilation pour la respiration des hommes, pour le fonctionnement des lampes. Le problème était amplifié dans les exploitations au feu car l’air était aussi nécessaire pour activer la combustion et pour évacuer les fumées.

161L’aération naturelle a le plus souvent prévalu dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Pline propose de faire du vent en agitant des linges sans discontinuer (Pline, 31, 49). Agricola illustre le propos. L’étagement des ouvertures en surface, grâce aux différences de températures entre l’intérieur et l’extérieur (dont le rapport s’inverse entre l’été et l’hiver), créait un phénomène de courant d’air qui se propageait par les puits et les galeries. Souvent les mineurs perçaient des puits soit près d’une entrée, soit deux puits voisins qui communiquaient à leur base, appelés « puits jumeaux », afin de favoriser le passage de l’air (Bailly-Maître, 1992 ; Domergue, 1990). Encore une fois, l’iconographie montre la variété des moyens mis en œuvre à la Renaissance pour améliorer l’aération, depuis le drap que l’on agite, en passant par les énormes soufflets, jusqu’aux manèges à chevaux et aux roues hydrauliques (Agricola, 1556).

162À Brandes, on l’a montré, l’essentiel de l’abattage se faisait au feu. Or la minéralisation contenait des poisons métallurgiques volatils : soufre, arsenic et antimoine. Pour les chantiers à ciel ouvert, le problème ne se posait pas, mais la pollution devait être importante. Dans la tranchée occidentale, les attaques du filon s’échelonnent sur 130 m de dénivelé. Les ouvertures au jour sont nombreuses et les relevés topographiques montrent que les réseaux communiquaient sur toute la hauteur de l’exploitation grâce aux nombreuses fracturations de la roche (situation propre aux exploitations de montagne, comme à Saint-Georges d’Huretières). Encore aujourd’hui, au fond du dépilage du Porche, le souffle est important. Mais était-il suffisant ? Les croûtes de suie retrouvées dans des infractuosités de la roche attestent plutôt une mauvaise ventilation dont les répercussions sur l’homme devaient être considérables.

163Les lampes de mineurs sont connues pour certains sites. En terre cuite à Massa, ou faites d’une corne avec une mèche à Vicdessos, elles fonctionnaient à l’huile (Simonin, 1858 ; Trutat, 1959). Peu d’indices sur l’éclairage à Brandes. Une seule encoche en paroi, à l’entrée de Saint-Philippe, paraît être une niche à lampe mais sans aucune certitude. Dans ce même réseau, un petit front de taille pincé a conservé une baguette de bois coincée entre les deux parois. Nous avons là le seul témoignage du système d’éclairage. Le mineur pendait sa lampe devant lui, pour éclairer la roche qu’il attaquait. Cette baguette, uniquement calée en force, ne laisse aucune trace archéologique et aucun fragment de lampe n’a encore été recueilli.

Conclusion

164Mine delphinale, mine d’argent probablement liée à l’atelier monétaire de Grenoble, une des mines les plus importantes du Comté, puisque le Dauphin utilise son revenu pour bâtir sa « sainte chapelle » à Grenoble, il est évident que l’on se trouve en présence d’une « exploitation modèle », partiellement exploitée en régie directe par le Comte lui-même. Les techniques minières mises en œuvre à Brandes étaient déjà très perfectionnées. Il est ainsi possible d’observer un système technologique au moment où il atteint son niveau de plafonnement. Arrive un moment dans la vie d’une exploitation de métaux nobles où l’outillage et la connaissance des topographes permettent aux mineurs de s’enfoncer profondément sous terre mais les problèmes d’exhaure, d’aération et d’évacuation des matériaux les contraignent à abandonner.

165Dater les mines médiévales et modernes est difficile. De l’Antiquité jusqu’à l’usage de la poudre, dans la première moitié du XVIIe s. (Vergani, 1979 ; Pierre, 1992), les techniques d’abattage restent les mêmes. Seul un perfectionnement dans l’outillage et dans la gestion du sous-sol est perceptible.

166Ce premier bilan scientifique fait ressortir plusieurs observations. Les mineurs se laissent encore guider par la gîtologie sans paraître se soucier de gérer le sous-sol. On ne retrouve pas à Brandes les grands aménagements déjà connus dans l’Antiquité et qui caractériseront à nouveau les mines Renaissance tels que travers-bancs et puits quadrillant l’espace, système d’exhaure et de ventilation perfectionnés, etc... Plusieurs explications à celà. Par rapport à l’Antiquité le début du Moyen Âge enregistre une perte de connaissance technique qu’il faut, peu à peu redécouvrir. Si la comparaison avec l’exploitation contemporaine de Massa Maritima est défavorable à Brandes, c’est aussi qu’il est vain de vouloir faire un parallèle entre les moyens d’une riche république toscane et le Comté du Dauphiné. D’autre part, la recherche archéologique est loin de nous avoir tout appris sur ce site si l’on en juge par les vestiges et les aménagements en place qui apparaissent depuis 1992 dans le secteur de l’Ecluse. Enfin, le type même de la gîtologie permettait d’exploiter depuis la surface à différents niveaux de la minéralisation, sans avoir besoin, dans un premier temps, de recourir à des infrastructures perfectionnées. L’absence d’information sur les mineurs ne permet pas de connaître leur degré de spécialisation. L’exploitation a peut-être débuté avec des gens du cru, sans connaissances réelles. Il semble, cependant, que les maîtres de la mine aient eu les compétences nécessaires pour conduire une exploitation rationnelle. Les prospections se sont faites à la fois de façon traditionnelle par puits, mais aussi par chasses d’eau nécessitant la mise en place d’aménagements hydrauliques considérables. La galerie du Porche joue le rôle d’une galerie de circulation reliant entre elles des colonnes minéralisées anoblies. Les derniers intervenants, eux, sont des hommes de l’art, ce que traduit peut-être l’apparition d’un vocabulaire spécialisé. Ils creusent une reya seu viagium de près de 325 m de longueur, soit presque aussi longue que le grand voyage du Verney, probablement dans le stérile, car la roche est dure. Mais ils arrivent trop tard. Et c’est aussi une des explications possibles. Au moment où Brandes aurait pu passer à un stade technologique plus perfectionné, la mine paraît s’épuiser, le Dauphin a d’autres revenus et la grande dépression du milieu du XIVe s. s’amorce.

Les forges minières

167La découverte de quatre forges associées à des chantiers d’extraction a permis de mener une étude systématique sur les forges minières telles qu’elles apparaissent dans les sources documentaires et archéologiques, afin de mieux situer technologiquement celles de Brandes.

Les sources documentaires et archéologiques

168L’iconographie illustre bien la place de la forge dans l’exploitation minière. Les dessins de Heinrich Gross, mettant en scène la Rouge Mine de Saint-Nicolas à la Croix vers 1530, représentent les mineurs prenant, avant d’entrer dans la mine, un lot de pointerolles en bon état qu’ils remettront à la forge après usage (Bari, Benoit, Fluck, Schoen, 1992). Les planches concernant la forge ont malheureusement disparu. Toujours en 1530, un bois gravé figurant les mines de Saxe met symboliquement la forge au centre de la composition. On peut lire, dans le Schwazer bergbuch de 1556, que les maîtres des mines du Schwaz (Tyrol) ont fait construire une grande forge hydraulique, ainsi que d’autres forges sur les carreaux des autres mines. À la même époque, Georges Agricola consacre plusieurs pages et illustrations du livre 9 à la métallurgie du fer (Agricola, 1556). Plus tardivement, sur un cuivre gravé représentant un paysage minier à Ste-Marieaux-Mines à la fin du XVIe s. ou du début du XVIIe s., l’artiste a placé, à mi-hauteur et en lisière gauche de la composition, un forgeron au travail. Déjà en 1540, il signor V. Biringuccio, dans son ouvrage « De la Pyrotechnie », prescrivait :

« En outre, dans ce lieu où vous avez décidé de faire l’entrée et de commencer à creuser la mine, vous devez encore choisir un autre lieu, devant, au-dessus ou à coté de façon à ce qu’il soit possible de faire un, deux ou plusieurs bâtiments pour la commodité et le service des ouvriers : l’un pour qu’ils dorment et pour que votre assistant puisse, à toute heure surveiller et encourager les hommes au travail ainsi que pour distribuer les victuailles et les tenir à l’abri ; et l’autre pour faire un atelier pour le travail du fer, pour réparer les outils en fer abîmés et en faire des neufs pour remplacer ceux qui font défaut car trop vieux, usés ou cassés. » (Biringuccio, 1540) (fig. 48).

48- La mine et la forge au XVIe siècle

48- La mine et la forge au XVIe siècle

V. Biringuccio

169Mais c’est peut-être le Graduel de Saint-Dié (1504-1514), qui témoigne le mieux des liens qui unissaient le travail d’extraction à la forge en plaçant cette dernière sur le carreau même de la mine, à l’entrée d’une galerie.

170Les sources archéologiques confirment les observations documentaires, comme le montrent les exemples qui suivent.

171Les travaux conduits depuis plusieurs années sur le site de San Silvestro, en Toscane, livrent peu à peu les vestiges d’un village occupé du XIe au XIVe s. dont les habitants exploitaient le cuivre et le fer (limonite) aux XIe et XIIe s. (Francovitch, Parenti, 1987). Un bâtiment comprenant plusieurs structures liées à la métallurgie du fer a été mis au jour. L’archéologue pense avoir toute la chaîne des opérations de transformation depuis la réduction du minerai jusqu’au forgeage des outils. Les conditions géologiques étaient favorables, puisqu’il y avait de la limonite sur place et, à proximité immédiate, l’hématite de l’Elbe. R. Francovitch lie étroitement ce complexe à l’activité minière et métallurgique du village. En effet, l’édifice est placé à l’extérieur de l’enceinte qui délimite les habitations, du côté des zones extractives.

172Les recherches conduites sur le site de Pampailly apportent des informations capitales sur l’entreprise minière la plus importante du royaume au XVe s.

173Nous ne retiendrons, ici, que ce qui se rapporte à la forge (Benoit, inédit). Les archives (Mollat, 1952) et l’archéologie se complètent pour en donner une image assez précise. Le procureur Dauvet dans son journal insiste sur la place capitale de la forge, comme rouage essentiel de la bonne marche d’une exploitation minière (Benoit, 1989). Les forgerons ou maréchaux étaient des spécialistes, venus d’Allemagne, ne travaillant que pour la mine. Les autres produits forgés nécessaires à la vie quotidienne et à la construction des bâtiments étaient achetés ailleurs. Les salaires élevés de ces techniciens montrent bien leur qualification et leur place dans l’entreprise. La fouille, à Pampailly, a permis la mise au jour de quatre forges à peu près superposées. La plus récente est du XVIIIe s., les deux états intermédiaires du XVe s., et la plus ancienne appartient à la période médiévale de l’exploitation. Or ces forges sont à une trentaine de mètres de l’entrée du Grand Voyage du Verney, sur le passage des mineurs. S’il reste peu de vestiges de l’atelier médiéval, la forge XVe s. a conservé son foyer appuyé contre une paroi, l’emplacement du billot d’enclume entouré de battitures*, sa réserve à combustible et à fers de récupération. L’étude métallographique des pointerolles du XVe s. a montré que les outils étaient composés d’un corps ferritique et d’un insert d’acier, en pointe. Bien que les propriétés mécaniques de ces objets soient médiocres, les techniques mises en œuvre, corroyage et soudure fer/fer et fer/acier, requéraient les compétences d’un bon forgeron.

174En Bohême, sur le site de Celina, au sud de Prague, daté de la seconde moitié du XIIIe s. et de la première moitié du XIVe s., la forge est à côté des puits d’extraction (Kudrnac, 1992). Malheureusement, aucune description archéologique n’en a été faite.

  • 5 Les fers chauffés au rouge dans la forge se couvrent d’une mince pellicule d’oxydation en refroidis (...)

175La forge du Samson, enfin, est dans le district des grandes exploitations minières vosgiennes modernes (XVIe s.), versant lorrain, à Sainte-Croix-aux-Mines (Grandemange, 1990). Elle est sise à 50 m de l’entrée du porche du Samson. Dans ce cas, cependant, les pointerolles stockées en attente d’être réparées ou refondues, portaient les marques de plusieurs exploitations différentes. On ne peut donc pas affirmer, ici, que chaque mine possédait sa forge. Bien que beaucoup plus tardive, elle présente de grandes analogies morphologiques avec les forges de Brandes. L’édifice a une surface de 57 m2. L’espace intérieur est occupé par trois foyers ayant des fonctions complémentaires identifiées pour deux d’entre eux : l’élaboration des corps ferritiques pour l’un et la soudure fer/fer ou fer/acier pour l’autre. Ces foyers étaient constitués de soles rectangulaires, de 2,20 x 1,20 m, surélevées par rapport au niveau du sol et adossées aux murs de l’atelier. Outre ces foyers, la pièce comprenait une réserve à fers de récupération, l’emplacement du billot d’enclume et ses battitures, un baquet de trempe alimenté en eau courante par une canalisation qui traverse l’atelier, des trous de poteaux correspondant au bâti d’un soufflet et enfin une réserve de grès pour les opérations de soudure5

176Ce long descriptif avait pour objectif de montrer l’importance des forges minières, de les situer topographiquement par rapport aux sites d’extraction et de mettre en évidence des similitudes morphologiques entre ces ateliers.

177Le site de Brandes, antérieur de deux à trois siècles, (si l’on fait abstraction de San Silvestro et de Celina), aux sources iconographiques et archéologiques utilisées ci-dessus, montre qu’une grande partie des informations qu’elles ont permis d’obtenir sont déjà valables au XIIIe s.

Les forges de Brandes

Localisation des ateliers

178Les quatre forges ont toutes été mises au jour sur les lieux mêmes d’extraction, sur le plateau, au Lac Blanc et au Gua (pl. I, II, voir fig 15). Afin de s’assurer cette proximité, les mineurs n’ont pas hésité à construire ces ateliers à des emplacements défiant la logique :

  • au Lac Blanc, à 2 700 m d’altitude, une forge (B25) bordait la tranchée d’extraction. L’absence totale de bois a obligé les métallurgistes à bâtir deux halles pour stocker le combustible et à monter le charbon de bois sur place. Il s’agit de deux petits édifices de 10 et 15 m2, à pièce unique, contenant encore du charbon de bois sur plusieurs dizaines de centimètres d’épaisseur. Les contraintes de l’exploitation étaient telles qu’elles ne permettaient pas de redescendre les outils sur le plateau, 1 000 m plus bas, pour y être réparés, affutés, etc...

  • au Gua, alors même que le filon, trop pauvre, ne donnait lieu qu’à deux courtes galeries de recherche, une forge (B35) était édifiée, au prix de terrassements importants dans une pente si abrupte que l’accès y est difficile. À l’évidence, l’implantation de la forge est contemporaine des premiers coups de burin, voire même, antérieure. Cela confirme et illustre les prescriptions de Biringuccio.

  • sur le plateau, enfin, deux forges (B68 et B71-b) jouxtaient les puits qui s’ouvrent à l’extrémité orientale du site (fig. 49). Ces deux ateliers se sont succédé dans le temps. La quantité de résidus recueillie, près de 3 tonnes de scories, laisse espérer que d’autres forges restent à découvrir dans ce secteur.

49- Quartier des forges

49- Quartier des forges

Typologie et fonctionnement

179L’étude des quatre bâtiments fouillés montre des constantes dans l’organisation de l’espace et dans les aménagements intérieurs, qui permettent de définir un « modèle type » de la forge à Brandes, malgré quelques différences de détail de l’une à l’autre (fig. 50, 51, 52).

50 – Présentation comparée des forges

50 – Présentation comparée des forges

51- Forge minière du Lac Blanc

51- Forge minière du Lac Blanc

52- Forge minière du plateau

52- Forge minière du plateau

180Généralement, l’édifice est d’assez petite taille : 23m2 (B68), 30m2 (B71-b), 21m2 (B25) et 16m2 (B35). L’espace intérieur est encombré et toute la surface est recouverte d’une couche importante de minces strates de charbon de bois et d’argile très indurée et rubéfiée, témoignant de la fournaise qui devait régner au moment du fonctionnement. Ces lits d’argile peuvent, comme à Pampailly, être dus au passage répété des ouvriers ou, plus certainement, matérialiser des niveaux de recharge du sol de la forge.

181La répétition systématique des différents équipements dans les quatre structures correspond à une organisation du travail :

  • occupant un angle de l’édifice, une sole construite de 1,20 x 2 m marquait l’emplacement du foyer principal (au Samson, les foyers ont 1,20 x 2,20 m). Cette structure était surélevée de 0,60 m et subdivisée en deux compartiments. Une étude réalisée sur la représentation de la forge dans les manuscrits de la Bibliothèque Nationale (Chieze, Benoit, 1990) montre que dans tous les cas, l’ouvrier travaillait en hauteur et que le foyer était presque toujours appuyé contre un mur, pour éviter le gaspillage de chaleur. D’après les miniatures le foyer de forge reposait sur un bâti cylindrique jusqu’aux XIIIe-XIVe s., et prenait la forme d’une paillasse rectangulaire à partir du XVe s. Faut-il appliquer à la lettre les représentations de forges villageoises à des forges minières dont la technologie devait être plus avancée ? De la même façon, dès le XIIIe s., à Brandes, le foyer est à l’intérieur d’un édifice en pierres. Le remplissage des deux compartiments était constitué, pour l’un, de lits fins d’argile et de charbon de bois ou d’argile pure (B25) et pour l’autre, d’un mélange dense de charbon de bois et de scories (le plus souvent de petite taille). L’argile stockée devait servir de décapant et remplacer le sable (ou les grès au Samson) généralement utilisé afin de faciliter l’éclatement de la couche d’oxydes qui se formait sur la surface à souder pendant la chauffe du métal.

  • un foyer secondaire occupait un autre angle. Il était de dimensions beaucoup plus réduites, posé à même le sol et seulement matérialisé par des plaques de schistes. Ce second foyer pouvait servir soit à réchauffer les barres de fer, soit à tenir au chaud des pièces en cours de forgeage pendant que le forgeron travaillait à d’autres objets. À San Silvestro comme au Samson on trouve plusieurs foyers par atelier, ayant des fonctions différentes.

  • en avant de l’angle extérieur du foyer principal, plusieurs trous de poteaux de petite taille marquaient l’emplacement du bâti du soufflet. La disposition était rigoureusement la même dans trois forges (B25, B68 et B71-b) (voir fig. 50). Le mauvais état de conservation de la forge du Gua (B35) n’a pas permis de l’observer. La position du soufflet par rapport au foyer implique une arrivée d’air déjà latérale comme dans les forges des XVe s. (Chieze, Benoit, 1990) ou XVIe s (Grandemange, 1990).

  • un caniveau traversait en biais l’atelier, dans le sens de la longueur. De façon certaine sur le plateau (B68 et B71-b), un peu plus hypothétique au Lac Blanc (B25), ce caniveau alimentait en eau courante une fosse semi-circulaire appuyée contre le mur opposé au foyer principal. Cette dépression était bordée d’un cordon de grosses pierres. La fouille de cette cuvette a été menée à son terme en B68. Elle était remplie d’une sorte de « gâteau » fait de scories, de battitures en billes et en paillettes et de terre amalgamée. Peut-on parler d’un bassin de trempe ? Selon les forgerons, les meilleures trempes se font en eau stagnante mais la trempe, refroidissement rapide du métal porté à haute température, peut réussir en eau courante. Agricola, dans le paragraphe du livre 9 qu’il consacre à la métallurgie du fer, évoque l’emploi d’eau courante dans la fabrication d’acier (Agricola, 1556). Ainsi le baquet de trempe de la forge du Samson était, lui aussi, alimenté en eau vive. L’étude métallographique de l’un des burins miniers de Brandes nous apprend qu’il est totalement en acier. De nombreuses questions se posent alors sur la nature du travail effectué dans ces forges.

  • entre le « bassin de trempe » et le foyer principal, le trou du billot d’enclume était bien conservé dans l’une des forges (B68) (voir fig. 52).

  • enfin, tout autour de ce foyer, le sol était percé de petites cuvettes rubéfiées, aux contours très durcis, de même module que les nombreux culots trouvés dans le dépotoir sis en aval de B68 et qui recouvrait B71-a de près de trois tonnes de déchets de la métallurgie du fer (culots et scories)

182En avant de B68 était posé un énorme bloc de grès portant des traces liées au travail réalisé dans cet atelier. Le pourtour est jalonné de petits trous pyramidaux, plus ou moins profonds, qui correspondent parfaitement à la taille et à la forme des burins utilisés en mine et retrouvés sur le site. Sur la surface, plusieurs croix sont gravées. L’usage de ce bloc morainique reste du domaine de l’hypothèse, mais il a fort bien pu servir à tester l’outillage usiné dans la forge (fig. 53).

53- Pierre pour l’essai des outils miniers

53- Pierre pour l’essai des outils miniers

183La totalité des résidus provenant du dépotoir de B68 a été prélevée. Le matériel est assez hétérogène, mais il ne comporte aucune scorie coulée, cordée ou en plaque. Pour l’essentiel, il s’agit de scories huileuses et de culots (d’environ 12 cm de diamètre) qui paraissent s’être formés dans des fosses creusées dans le sol, car de la terre et des cailloux adhèrent encore au fond (fig. 54). L’étude de ces produits est en cours. Seuls les premiers résultats sont présentés ci-après.

54- Scorie de fer sciée

54- Scorie de fer sciée

184La description des aménagements mis en place dans ces forges permet de reconstituer aisément les gestes du forgeron se déplaçant dans un petit espace où tout est à portée de main. Debout devant son enclume, il a d’un côté le foyer et de l’autre le « bassin de trempe ».

Les outils

185Les outils en fer perdus ou abandonnés sont rares, sur un site médiéval. Brandes n’échappe pas à la règle. Signalons seulement dans ce chapitre les outils probablement fabriqués et réparés sur place, pour les besoins de la mine.

186Deux pinces de forgeron ont été mises au jour dans l’atelier du Lac Blanc (B25) et sont en très bon état de conservation (fig. 55). L’une mesure 30 cm de longueur et l’autre 56 cm. Toutes deux ont des branches à section ronde qui se terminent d’un côté par une extrémité pointue et de l’autre par un bout rectangulaire. Le mors, de section rectangulaire, est épais et arrondi. Un gros rivet marque le nœud de la pince. La spécificité des outils du forgeron apparaît bien si l’on compare des pinces de forgerons venant des sites de Rougiers (Démians d’Archimbaud, 1980) ou Saint-Ulrich (Goldenberg, 1992) ou encore figurées par les sources iconographiques, à de simples tenailles comme celles de Montségur, par exemple (Monségur, 1980).

55- Pinces de forgeron

55- Pinces de forgeron

187Les deux burins d’abattage trouvés au Lac Blanc sont de section rectangulaire et de forme pyramidale (voir fig. 39). Ils mesurent 14 cm de longueur, ont une largeur maximale de 3 cm et pèsent 550 g. Un troisième burin a été trouvé dans le réseau du Porche. Il est très usé et porte les traces d’une importante réparation. Une nouvelle extrémité a été soudée en baïonnette sur le corps de l’outil. L’étude métallographique de l’un des deux premiers burins a livré des informations intéressantes (Guillot, Bertin, Labo de Physico-Chimie des Matériaux, Université de Technologie de Compiègne). Cet objet est constitué de quatre bandes d’acier de teneur généralement élevée en carbone (environ 0,8 %), soudées dans le sens longitudinal à la forge. La pointe présente une structure perlitique ou ferrito-perlitique. Seule l’une des bandes a, par endroits, une structure aciculaire suivie d’un probable traitement de revenu. Hormis cette zone, aucune structure caractéristique de trempe volontaire n’a été observée. À la différence des pointerolles, pourvues d’une pointe faite d’un insert d’acier trempé monté en gueule de loup dans un corps en fer doux, les outils de Brandes sont tout en acier non trempé (Guillot, Fluzin, 1987). La pointe, moins dure, devait s’émousser rapidement mais l’outil était ainsi moins cassant et pouvait avoir une durée de vie assez longue. Néanmoins, on observe dans le corps de l’objet une importante fissure transversale caractéristique d’un usage intensif, l’outil étant près de se rompre lors de son abandon (Fig. 56).

56 - Coupe métallographique d’un burin minier

56 - Coupe métallographique d’un burin minier

188Peut-on émettre l’hypothèse d’une fabrication d’acier sur place, à partir de fer naturellement riche ou enrichi ? Cela justifierait la présence de cette fosse alimentée en eau courante que l’on retrouve dans deux forges et l’existence de ces outils. La prudence conseille d’attendre d’autres investigations pour trancher.

Quelle métallurgie du fer à Brandes ?

189La question est de savoir à quel niveau du processus de la métallurgie du fer correspondent les structures et les résidus mis au jour : réduction ; affinage de produits achetés semi-finis ; forgeage d’outils à partir de fers de récupération ou de barres achetées ; ou tout simplement entretien et réparation d’outils fabriqués ailleurs. La question est importante et a déjà fait l’objet d’une étude sur des matériaux provenant d’autres sites (Benoit, Guillot, 1989).

190Les éléments de réponses sont multiples ; voyons ce que révèlent les textes et les analyses de résidus.

Les archives

191Les textes mentionnent après 1320 quelques patronymes fondés sur le mot faber : Pierre F abri, Guillelmo ou Goneto de Fabrica (A.D.I. VIII B215, f° 469). À cela se résume l’apport des textes sur Brandes.

  • 6 Le martinet d’Articol ne figure pas dans l’enquête delphinale de 1250, le Probus, bien que la chaba (...)

192Par contre, les archives attestent l’existence de mines de fer en exploitation dans l’Oisans, en même temps que Brandes à Livet et La Garde, en 1339 (A.D.I., B3120, f° 62). Un martinet est mentionné en 1343 à Séchilienne, un à Livet en 1369 (A.D.I., B3245 ; VIII. B201), un à Villar d’Arène en 1405 (Letonnelier, 1925). Mais, outre les mines de La Garde, situées à moins de 10 km de Brandes, ce sont celles d’Allemond qui pourraient avoir fourni la matière première à Brandes. Le martinet d’Articol est cité dès le XHIe s. et tout à côté se trouvent des mines de fer spathique très riches6. En 1830, E. Gueymard dit que ce sont les minerais de fer les plus estimés du royaume, capables de donner par fonte directe un acier égal aux meilleurs (Gueymard, 1830). On y trouve aussi des mines de fer noir ou hématite : mine des Trois Laux qui est un excellent fer pour la forge, la mine de Laval, sur la montagne des Cros, en face d’Articol, etc... (Legros, 1979). Quand, en 1771/1772, la fonderie royale d’Allemont est implantée au lieu-dit « Le fourneau », les terrassements exhument des scories et des « laitiers »* (Héricart de Thury, 1806)).

193Les localités d’Oz, Lenversin et un manse situé à proximité de Sardonne ou Vaujany donnent quelques noms. Ce sont Géraud ou Giraud, Faber et Villenus Bernardus. Toutes ces localités sont situées dans la vallée de l’Eau d’Olle. Cette observation a son importance car, dans le Probus, on note précisément aux mains de deux chabanneries portant le nom de cavannaria de fabrorum, des patronymes fondés sur les racines faber etfovere. Certains de ces Faber tiennent l’alleu d’Oz et pour cela sont exempts de la taille. On ne rencontre qu’une seule fois dans le texte une exemption analogue. Elle est en faveur d’un homme de Lans ou du Freynet appartenant au maréchal Obert Auruce, qui verse à ce dernier un cens en ferratura ou fers à chevaux. Dans un autre passage du Probus, Pierre Ruffi, homme du maréchal, possède une partie du bois de la Sarenne. Pierre Richard d’Allemont verse également un cens au comte pro ferrura. Ces indices très localisés peuvent suggérer l’existence d’une métallurgie du fer au XIIIe s. dans la vallée de l’Eau d’Olle et par conséquent d’une activité minière, avec une main d’œuvre déjà compétente. Par ailleurs, l’étude des paroisses, à partir du versement de la décime de 1275 et de l’enquête de 1339, montre que la paroisse de Vaujany est une paroisse riche en 1275 et que les autres paroisses de la vallée de l’Eau d’Olle sont bien peuplées au XIVe s.

194Les sources d’approvisionnement ne manquaient pas, dans un environnement très proche et on y trouvait même un fer propre à faire de l’acier. Mais sous quelle forme le fer était-il acheminé jusqu’à Brandes ?

Les analyses

195Ces déchets ont été étudiés dans le cadre du programme Artémise-Paléométallurgie (Ploquin, CRPG/CNRS). Ce programme a pour objectif de caractériser les procédés de réduction du fer, d’affinage et de forge de ce métal, mis en œuvre dans l’Antiquité jusqu’à l’avènement des procédés modernes, postérieurs à la révolution industrielle du XVIIIe s. Il a aussi pour but de suivre l’évolution de ces procédés.

  • 7 La banque de données Artémise conçue pour des géologues sédimentologues a été utilisée, depuis 1988 (...)

196Cette banque de données regroupe actuellement près de 900 analyses faites sur des échantillons fournis par les travaux du programme collectif H3 du CSRA « Mines et métallurgie anciennes »7.

Problème des scories de forge et notion d’héritage chimique

197Actuellement, aucun critère morphologique ou chimique ne permet de distinguer sans ambiguïté une scorie dense de réduction directe (smelting ou bloomery) d’une scorie de forge (smithing).

198La figure 57 illustre de façon très simplifiée, ce qui pourrait être la succession des processus du minerai au métal en forme et les types de déchets « normaux » que l’on peut attendre. Chaque étape de ce schéma permet d’envisager un bilan entre les matériaux « entrants » et les produits supposés obtenus (produits utiles et déchets). Cette notion de bilan matière à chaque étape conduit à la notion d’héritage chimique selon deux filiations principales : l’une à partir du minerai, ses adjuvants et combustibles, l’autre à partir du métal d’œuvre, ses adjuvants et combustibles (fig. 57).

57- Du minerai à l’objet : les étapes théoriques de métallurgie du fer

57- Du minerai à l’objet : les étapes théoriques de métallurgie du fer

199Les scories liées à l’élaboration du fer dans le bas-fourneau sont des déchets de processus qui remanient la matière du minerai (traitement, adjuvants, combustible). Elles pourront être marquées par un certain héritage chimique. Les scories résultant de l’affinage doivent être proches des précédentes si ce n’est des effets dus aux réactions possibles entre le fer métal et les scories de réduction antérieurement formées et associées dans la loupe. Par contre, les scories de forge sont issues de réactions entre le fer, les charbons et les « décapants » de forge.

200On pourrait espérer des différences chimiques entre les compositions des scories de forge et celles de réduction. Malheureusement, les décapants traditionnels (argile, sable, cendre de graminées) ont des compositions proches de celles des gangues fréquentes. Nous allons cependant discuter ce problème en fonction des données acquises à Brandes et de celles du corpus Artémise.

Chimie des scories de Brandes

  • 8 Ces analyses ont été réalisées au CRPG sur le quantomètre à diverses dates, d’où un nombre variable (...)

201Types de matériaux recueillis sur les trois forges (B25, B35, B68) : scories de type dense, informes, de quelques centimètres ou en culots décimétriques, parois ou revêtements plus ou moins fondus, charbon de bois de petit calibre, battitures* en paillettes ou en billes, gâteau trouvé en remplissage d’une fosse agglomérant des débris de scories, battitures, roches, oxydes et « argiles » stockées en caisson. Ces matériaux ont fait l’objet d’une analyse chimique8

202Nous avons tenté d’analyser des cendres obtenues de charbons recueillis sur le site : des réactions avec les creusets n’ont pas pu être évitées et les manques au dosage sont importants. Hormis les teneurs en baryum et en strontium, tous les éléments dosés paraissent « normaux » pour des scories ou parois. Ces excès en baryte (Ba) ou strontium (Sr) peuvent s’expliquer par l’environnement géologique et la mobilité de ces éléments. Par rapport aux scories de réduction directe, on pourrait les classer parmi les sites associés aux minerais de type « altération continentale ».

203À partir du « gâteau » prélevé dans une forge de Brandes (B68), des battitures en paillettes ou en billes ont été triées une par une. Des diffractogrammes RX ont été réalisés et l’un d’eux montre, outre les oxydes de fer, des pics caractéristiques de la fayalite et d’argile de type « mica », c’est à dire chauffé. C’est là un indice sérieux d’usage de décapant.

204À Brandes et au Gua, les scories en culots sont abondantes et en épandage près de l’atelier, alors qu’au Lac Blanc, les culots manquent et les scories fragmentées sont assemblées dans un caisson. Ces dernières ne sont pas de type « coulées » mais plutôt « informes ».

205Globalement, les scories du Lac Blanc paraissent un peu plus pauvres en phosphore (P), vanadium (V), cobalt (Co) et nickel (Ni) (voire chrome (Cr), titane (Ti) ou rubidium (Rb)) et peut-être un peu plus riches en carbone (Ca). Les différences sur les principaux éléments, pris un à un, ne seraient pas significatives, mais combinés entre eux, c’est à dire sous forme de diagramme paramétrique, des décalages apparaissent. Faut-il voir là des indices de matériaux (décapants, charbons, voire métal) ou de techniques différents, soit entre ateliers, soit dans le temps ?

Discussion : comparaison avec le corpus Artémise et le schéma

206Très peu d’analyses effectuées jusqu’à maintenant portent sur des forges attestées. Nonobstant cette réserve, nous pouvons constater des différences sur quelques éléments, (schéma tétraèdre) (fig. 58). Par rapport au groupe « scories denses », les scories des forges de l’Alpe d’Huez sont nettement plus riches (hormis Ba et Sr) en sodium (Na) et potassium (K), voire en magnésium (Mg), silicium (Si), cuivre (Cu) et rubidium (Rb). Inversement, on peut estimer un léger déficit en manganèse (Mn), titane (Ti), phosphore (P) et la plupart des autres éléments en traces dosés.

58 - Analyses élémentaires des scories de fer de Brandes

58 - Analyses élémentaires des scories de fer de Brandes

207Si l’on considère les nuances chimiques rapportées ci-dessus et les compositions des cendres des charbons et argile prélevés en forges, il est très tentant d’attribuer la relative richesse en Mg, Cu, voire Rb au charbon de bois, et celle en Si, Na, K, voire Rb à l’argile (décapant). La relative pauvreté en éléments mineurs ou en traces, par rapport aux scories de réduction directe peut être interprétée comme l’absence d’héritage direct des minerais. Ba et Sr sont trop mobiles et trop présents sur le site pour être pris en compte. Remarquons que le charbon prélevé dans la forge du Lac Blanc est calcique et que deux sur quatre de ces scories sont nettement plus calciques. Tout ceci est cohérent avec le schéma présentant la notion d’héritage chimique.

Le combustible

208La découverte au Lac Blanc, en 1982, de halles de stockage de charbon de bois (B27 et B29) pour le fonctionnement d’une forge minière (B25) a permis une détermination des essences (fig. 59). Cette détermination a été faite afin de définir si des espèces étaient sélectionnées pour les besoins spécifiques d’une forge (Archéolabs, réf. ARC91/R753B).

59 - Lac Blanc : halle à combustible

59 - Lac Blanc : halle à combustible

209« Compte-tenu de la qualité du corpus, les pourcentages des fragments par essence sont probablement une bonne représentation des arbres utilisés ». « Les essences déterminées sont très diversifiées et semblent correspondre à une exploitation forestière systématique dans une zone écologique dont l’altitude est inférieure au site. L’essence majoritaire est le hêtre, accompagné d’un cortège d’essences caractéristiques de la forêt mixte de l’étage montagnard (de 800 à 1500 m environ) ».

210Cela confirme bien les difficultés que les métallurgistes avaient à se procurer du combustible, puisqu’aussi bien pour le plateau de Brandes qu’au Lac Blanc, ils devaient transporter sur les lieux d’utilisation le charbon de bois fabriqué à des altitudes inférieures.

211Enfin, comme cela apparaît souvent, le meilleur bois est celui que l’on a sous la main, c’est-à-dire que les espèces représentées dans ce corpus ne montrent pas un choix particulier d’essences, mais reflètent simplement l’écologie des environs proches et une stricte adaptation des usages aux ressources locales.

Conclusion

212L’apport des recherches documentaires, archéologiques et analytiques constituent un jalon précieux pour l’ensemble des travaux menés sur ce sujet et, à terme, des certitudes apparaîtront. On peut déjà affirmer, sans risque d’erreur, que les outils de mine ont au moins été réparés et entretenus dans ces ateliers et souligner l’importance du forgeron dans la bonne marche d’une exploitation minière, ainsi que la proximité systématique de la forge et des chantiers.

213Les observations faites sur les ateliers de Brandes semblent « vieillir » sensiblement certains éléments techniques donnés comme postérieurs au XIVe s. par l’iconographie. Mais les forges villageoises et les forges de mines n’ont certainement pas bénéficié du même niveau de perfectionnement.

La métallurgie du plomb argentifère

214On l’a déjà dit, la diversité des matériaux à traiter a obligé les métallurgistes à adapter outillage et processus. Les différences étaient sensibles pour la gangue (baryte, quartz, gneiss, dolomie) et pour le minerai lui-même qui pouvait être concentré ou dispersé dans la gangue. Autant de cas, autant de réponses.

215La minéralisation, polymétallique, contient essentiellement du plomb argentifère et, dans une moindre proportion, du cuivre gris, de la blende, de la pyrite et de la bournonite. Une étude a montré que ce minerai était de médiocre qualité. Il se présente sous deux formes principales : un minerai à gros cristaux de galène, « fondable » directement (ou minerai riche) et une minéralisation éparpillée dans la gangue, que l’on nomme généralement minerai à boccard (ou minerai pauvre). Dans les deux cas, cependant, on peut parler de galène pauvre en argent. Une galène « normalement » argentifère contient 20 à 25 g/tonne d’argent par % de plomb contenu (par exemple, 1 tonne de minerai contenant 20 % de plomb argentifère donne en moyenne de 40 à 50 g d’argent). À Brandes, la fourchette oscille entre 8 et 13 g/tonne (G. Verraes, Ecole des Mines d’Alès)

Tri et enrichissement du minerai

216Une partie des stériles étant laissée sous terre, un second tri avait lieu immédiatement sur le carreau de la mine. Les blocs minéralisés étaient ensuite apportés dans les ateliers pour y être traités. L’étude des haldes qui jalonnent le site et des structures archéologiques mises au jour, permet de comprendre les premières phases du processus de transformation. Les ateliers étaient, pour certains, regroupés en un véritable quartier industriel à proximité de la source Font Morelle, alors que d’autres étaient dispersés sur le plateau (fig. 60).

60 - Quartier industriel de La Source

60 - Quartier industriel de La Source

Les haldes

217Sur le plateau, au début du siècle, H. Muller (Muller 1899 et 1901) affirmait « ...autour des fonds de cabanes, le sol est jonché et parfois uniquement composé de baryte. Un des amoncellements de cette gangue, sis au nord des cabanes, a environ 5 à 6 m d’épaisseur moyenne... » et « ...les tas de baryte dans lesquels il faut chercher très longuement avant de découvrir des échantillons contenant des parcelles de minerai auquel elle servait de gangue, sont disséminés sur une longueur totale d’environ 900 m, en certains points, ils s’étalent sur plus de 200 m de largeur ». Le dossier photographique laissé par cet archéologue montre la masse de ces déchets, estimée à 900 000 tonnes en 1925 (rapport de l’ingénieur allemand Konigswerth). Ce chiffre, malgré la forte densité de la baryte (4,5), témoigne d’une exploitation importante (Pl. I, II et fig. 61).

61 – Les haldes du quartier oriental, 1901

61 – Les haldes du quartier oriental, 1901

Coll. M. D.

218Au Lac Blanc, la halde longeait le rebord méridional de la tranchée d’extraction sur environ 50 m. Une murette en pierre sèche empêchait les stériles de retomber à l’intérieur de la faille.

219Le traitement mécanique du minerai comportait plusieurs phases : le concassage, le broyage, la décrépitation* et le lavage. Toutes avaient pour objectif de séparer le minerai de sa gangue. On parle d’enrichissement du minerai, de concentration ou encore de minéralurgie.

220La composition de ces haldes a été déterminée grâce à des prélèvements faits dans chacune d’entre-elles (G. Verraes, Ecole des Mines d’Alès). Elles contiennent des résidus correspondant aux différentes étapes du processus. La répartition des déchets suivant leur composition montre une dispersion des fonctions.

Le concassage

« Quel que soit le minerai, il est d’abord broyé par des concasseurs, soit à sec s’il est riche, soit sous eau s’il est pauvre ».

221Ces quelques lignes, que l’on trouve dans l’ouvrage de L.J. Olmer « Nouveau traité de chimie Minérale » s’appliquent, certes, à la métallurgie du XXe s., mais les découvertes faites à Brandes attestent l’usage de ces principes (Olmer, 1957).

222La fouille a livré un très grand nombre de mortiers, simples pierres excavées en grès houiller, dans lesquels le minerai était concassé à l’aide de percuteurs (fig. 62). Ces derniers, en même matériau que les mortiers, étaient taillés pour tenir dans la paume de la main et l’emplacement des doigts était marqué.

62- Mortier et percuteur

62- Mortier et percuteur

223Plusieurs mortiers ont été trouvés en place dans des ateliers et dans l’un d’eux (B5), quatre étaient encore en connexion avec de petits caniveaux couverts, alimentés en eau par un gros collecteur, lui-même relié à l’une des grandes canalisations du plateau par une tranchée creusée dans l’argile (fig. 63, 64). De part et d’autre des mortiers, la dallette de couverture du caniveau manquait, comme si l’ouvrier puisait de l’eau à la main, en cours de concassage. Peut-on parler de « trituration sous eau » ou de « débourbage », sans être anachronique ? Il semble qu’il y ait eu adaptation de l’outil au matériau à traiter, car certains mortiers étaient utilisés « à sec », probablement pour concasser des blocs riches en minerai.

63 – Mortier de concassage en place

63 – Mortier de concassage en place

64 – Atelier de concassage B5

64 – Atelier de concassage B5

224Deux prélèvements pourraient confirmer cette pratique. L’échantillon E11, provenant de la grande halde septentrionale, contient un mélange de minerai dispersé dans une gangue en grains émoussés, rejeté après un tri manuel car trop pauvre et stocké là en attendant un traitement approprié. L’échantillon E9 est un rebut de criblage à la maille de 5 mm après concassage et trituration sous eau ou lavage. Là réside toute la difficulté d’interprétation. Ces grains émoussés résultent-ils d’un concassage à l’eau ou bien plutôt d’un concassage suivi d’un lavage ?

225La taille des ateliers et de l’outillage montre un travail individuel, réalisé dans de petites unités de cinq à six personnes au maximum.

226Plusieurs haldes résultent de ce premier tri comme l’ont montré certains prélèvements (El, E4, E6, E7, E8, E9, E11 et E14). Elles contiennent des rejets hétérogènes, allant des petits blocs aux gravillons fins.

227Les exemples de techniques similaires, pour des mines contemporaines de Brandes et même plus tardives, sont nombreux.

228La mine de plomb argentifère de Massa Maritima (Toscane) a connu une phase d’apogée au XIIIe s. avec abandon au milieu du XIVe s., ce qui permet des comparaisons intéressantes avec Brandes (Simonin, 1858). Les haldes encore en place montrent que le minerai était concassé et trié avec soin à la main. Les restes d’un atelier de concassage ont été trouvés à proximité d’une source, malheureusement, aucune description n’en a été faite. À Telkibanya, importante mine de Hongrie fournissant de l’or et de l’argent au roi Bela IV d’abord (1235-1270) puis aux représentants de la dynastie angevine (1308-1342), le concassage se faisait également dans des mortiers en pierre dure, généralement en quartz (Podanyi, 1974). Si l’on compare avec l’iconographie du XVIe s. (Brugerolles, Bari, Benoît, Fluck, Schoen, 1992 ; Schwazer bergbuch, 1556) (fig. 65), l’outillage employé dans les grands centres Renaissance de la province germanique n’est guère différent, si l’on excepte l’emploi du bocard, inconnu au Moyen Âge, les ouvriers utilisent un marteau et non un percuteur en pierre. Malgré le hiatus de trois siècles, on ne peut pas considérer cette pratique comme un archaïsme car, expérience faite, la baryte est une roche extrêmement friable, la surface de frappe d’un percuteur est supérieure à celle d’un marteau et l’outil est moins coûteux.

65- Le concassage au XVIe siècle

65- Le concassage au XVIe siècle

Le broyage

229Des témoignages anciens évoquent la présence de meules. H. Muller écrivait « ...de nombreuses meules entières ou en fragments... relevées sur tout le parcours du ruisseau (Font-Morelle)... », ou encore « ...Le ruisseau venant de cette source, depuis les cabanes jusqu’à la pente où il se précipite vers Sarenne, par la Combe Basse, faisait tourner plusieurs moulins dont les meules sont restées en place, parfois par paires, quelques-unes baignant encore dans l’eau, les unes rayonnées à coups de burin, les autres non » (Muller, 1899, 1901).

230D’après Héricart de Thury, qui avait vu le site en 1841 « ...Sur les bords du ruisseau, on voit plusieurs meules d’un quartz grenu micacé, et d’autres d’un grès micacé de houillère ; ces meules sont de différents diamètres, plusieurs sont usées et paraissent polies par un long frottement. Au-dessous de la chapelle Saint-Nicolas, à l’est, sont encore d’autres meules semblables... Les habitants d’Huez ont retiré de ces ruines un grand nombre de meules, dont ils ont fait usage dans leurs moulins et dans leurs maisons pour divers usages ».

231Depuis le XIXe s. jusqu’en 1977, la récupération des matériaux a gravement endommagé le site et il ne restait aucune meule en place au début de la fouille. Plusieurs fragments ont cependant été retrouvés sur le plateau, certains réutilisés comme pierres de construction. Nos observations concordent parfaitement avec les découvertes de H. Muller. Les meules sont de deux sortes. Les premières sont fines (7 cm d’épaisseur) et larges (1,15 m de diamètre). Deux encoches carrées, de part et d’autre du trou central, montrent le mode d’entraînement. Ce sont des meules à grains. Il en va tout autrement pour le second type. Il s’agit de meules épaisses (15 cm d’épaisseur), trapues (0,95 m de diamètre), rayonnées du centre vers l’extérieur et marquées par des stries concentriques sur toute la surface (fig. 66).

66 – Meule métallurgique

66 – Meule métallurgique

232Ces outils appellent un certain nombre de remarques. Les stries concentriques, attestent, à l’évidence, que le matériau broyé était dur. Les rainures rayonnantes, au nombre de huit, ont été faites à coups de burin, dont les impacts sont encore parfois visibles, et sont fortement creusées. Certaines portent les deux encoches carrées de l’anille, d’autres non, mais le rainurage est le même sur les meules vives et dormantes.

233Des comparaisons sont possibles avec d’autres sites miniers médiévaux. Le musée de Sulsburg (Allemagne) expose deux meules rayonnées provenant d’une exploitation médiévale. Le site de Castel Minier à Aulus (Ariège), daté de la fin du XIVe s., possédait plus de 80 meules, selon un témoignage ancien (Malus, 1600). Trois exemplaires correspondant au type défini ci-dessus sont encore visibles dans le ruisseau voisin. Elles ont un module comparable à celui des meules de Brandes, des rainurages rayonnants et des stries concentriques. Les murs de la forge de Pampailly à Brussieu (Rhône) contiennent deux fragments de meules rayonnées antérieures à la fin de la première moitié du XVe s. (Benoît, 1989). Enfin, des meules striées en granite ont été trouvées à Pisek (Bohême) sur le site d’une mine d’or de la seconde moitié du XIIIe s. et de la première moitié du XIVe s. (Kudrnac, 1992).

234Pour revenir aux meules de Brandes, la question était de savoir à quel moment du processus minéralurgique intervenait le broyage. En effet, on l’a dit plus haut, la baryte est extrêmement friable et quand la gangue* est faite de ce seul matériau, il est facile d’obtenir de la poudre par simple concassage. Mais lorsque le minerai se trouve dans des gangues mixtes, baryte et quartz, ou en imprégnation dans les gneiss, aux épontes* du filon, l’emploi de la meule correspond à une stricte adaptation de l’outillage au matériau à traiter.

235L’étude systématique des meules vient de commencer grâce à un nombre suffisant d’échantillons. Une tentative de caractérisation de ces outils est en cours, à partir de leur forme, de leurs stries et rainures. Ces indices pourront donner une idée du fonctionnement et de la qualité de ce fonctionnement. La première constatation est que, comme pour le grain, le chargement était central, car on observe un net resserrement des stries concentriques au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’axe de rotation de la meule. D’abord profondes et espacées, elles s’affinent vers le bord extérieur. Les matériaux chargés sous forme de petits gravillons, devaient, par conséquent, s’évacuer une fois réduits en poudre, grâce aux huit rayons creusés sur la surface de la meule.

La décrépitation

236Cette opération est connue des métallurgistes contemporains. Elle l’était aussi de ceux du XIIIe s., comme l’a montré la fouille archéologique. Le dégagement d’un atelier (B21 b) a permis de découvrir un bassin de lavage, comblé de sables de baryte lessivés, recouvert par deux foyers encore en charge. Comme les foyers domestiques, ils sont quadrangulaires, ont 0,70 m de côté et 0,15 m de profondeur, sont limités par de longues pierres mises sur chant et dallés de schiste. À l’intérieur se trouvaient de petits blocs de minerai pris dans leur gangue et du charbon de bois. On sait que sous l’action de la chaleur, la baryte « décrépite » et projette du sable. L’absence d’aire de dispersion de sable autour des foyers pourrait signifier qu’ils étaient couverts, mais l’effondrement des murs de l’atelier ne permet pas de le certifier. Cette opération est dévoreuse de bois, puisqu’il faut un poids égal de bois et de matière à traiter (expérience faite). C’est pourquoi elle devait être réservée aux gangues mixtes très difficiles à réduire en poudre. En fragilisant la baryte, le travail se trouvait simplifié. Cette opération n’est attestée que dans ce seul atelier. Confirmation est cependant apportée par les prélèvements E3 et E21. L’échantillon E3 provient de la petite halde en bordure de la source Font-Morelle. Il s’agit d’un petit bloc anguleux, présentant des faces de retrait par rapport aux arêtes et la baryte a une couleur ocre. L’échantillon E21 (A et B). prélevé en deux points à proximité des foyers, correspond à des rejets différents. Le premier est un rejet après décrépitation et tri manuel des plus gros éléments. Le second a subi un lavage en eau courante et un tamisage après décrépitation.

237Le même procédé était appliqué aux quartz aurifères de la région de Pisek (Bohême), afin de faciliter le broyage. Deux fours à griller le quartz y ont été découverts en même temps que des meules et des tables de lavage (fin XIIIe-début XIVe s.) (Kudrnac, 1992).

Le lavage

238Le lavage a pour but de séparer le minerai de sa gangue une fois le mélange réduit en poudre.

239Rares sont les sites où les structures de lavage, souvent légères, sont conservées. Brandes possède plusieurs aménagements destinés à cette ultime phase de la concentration du minerai. Ce sont des bassins placés soit à l’intérieur d’ateliers, soit à l’extérieur (fig. 67).

67 – Quartier de la source : détail

67 – Quartier de la source : détail

240Deux bassins ronds (B34a et B34b) ont été fouillés. Ils sont comparables dans leurs dimensions et dans leurs structures : 0,90 m de diamètre pour 0,50 m de profondeur pour l’un, 1,20 m de diamètre et 0,70.m de profondeur pour l’autre, lutage intérieur à l’argile pour assurer l’étanchéité, fond constitué de pierres plates pour le premier et d’une vieille meule usée retaillée pour le second (fig. 68).

68- Bassin de lavage circulaire

68- Bassin de lavage circulaire

241Trois bassins quadrangulaires ont également été mis au jour. Le premier (B13) mesurait 2 x 1 m et 0,50 m de profondeur. Il contenait, au fond, un fragment de panier en osier tressé. Le second (B53) était sensiblement carré, 1,60 x 1,40 m et 0,60 m de profondeur, et se trouvait en bordure de la grande canalisation occidentale (Cl) (fig. 69). Le dernier (B21b), construit en petits moellons bien taillés, mesurait 2,40 x 2,20 m et 0,60 m de profondeur.

69- Bassin de lavage quadrangulaire

69- Bassin de lavage quadrangulaire

242Les bassins quadrangulaires conservaient des poteaux aux angles.

243Tous paraissent avoir fonctionné de la même manière. L’eau arrivait sur le rebord supérieur du bassin. Elle était acheminée par des caniveaux, eux-mêmes reliés aux grandes amenées d’eau du plateau. B21b, était alimenté par trois ouvertures pratiquées à la base du mur occidental de l’atelier ; dans ce cas, les conduites n’étaient pas matérialisées par des canalisations construites, mais simplement creusées dans l’argile étanche du substrat. Les eaux usées s’évacuaient par le fond. Tous les bassins étaient remplis, au moment de l’abandon, de sables de baryte lessivés. Le lavage s’y faisait vraisemblablement au tamis (fragment de panier d’osier), comme le montre l’iconographie Renaissance, soit sous eau courante, soit en plongeant d’un mouvement vif et bref le tamis dans un cuveau, ici en pierre.

244Tous les bassins sont creusés dans le sol des ateliers, exactement comme dans les représentations de la Rouge Mine de Saint-Nicolas (Brugerolles, Bari, Benoit, Fluck, Schoen, 1992). Les laveurs travaillaient accroupis ou penchés. Les poteaux d’angle des bassins quadrangulaires suggèrent plutôt des bâtis de couverture et non des superstructures surélevées.

245D’autres vestiges, sur le plateau, paraissent liés au lavage du minerai. Ce sont d’abord de petites cuvettes semi-circulaires, appuyées contre les murs des ateliers, peu profondes et délimitées par une simple assise de petites pierres. Elles sont également remplies de sables de baryte lessivés. Leur identification reste incertaine. C’est ensuite un aménagement fait de murettes sur des levées de terre, formant entonnoir (B16) et conduisant l’eau de la canalisation C5 à deux ateliers situés en contre-bas. La fouille de l’un d’eux vient de commencer. Les photos aériennes montrent qu’au moins trois dérivations semblables étaient raccordées à C5.

246L’opération de lavage s’appliquait à plusieurs types de produits, comme l’atteste l’examen des déchets : après le concassage ou le broyage (échantillons E9 et El 1) ou après la décrépitation (échantillons E21 A). On saisit bien toute la complexité des opérations pratiquées à Brandes et, une fois de plus, les connaissances techniques des métallurgistes.

Les aménagements hydrauliques

247Une attention particulière doit être portée à ces aménagements, car ils marquent notablement le paysage, jouent un rôle dans la structuration de l’espace villageois et sont directement liés à l’activité minière et métallurgique (fig. 70, 71).

70- Schéma d’implantation des amenées d’eau

70- Schéma d’implantation des amenées d’eau

71- Vue générale des aménagements hydrauliques

71- Vue générale des aménagements hydrauliques

248Pour faciliter la description, les canalisations ont été numérotées de Cl à C5.

249La canalisation Cl, qui marque la limite occidentale du village, était alimentée par les eaux du Rif Bruyant. Son tracé est conservé sur environ 300 m. Après une orientation ouest-est, elle fait un coude à angle droit, au contact de la halde septentrionale, pour se diriger approximativement nord-sud, en direction du quartier industriel de la Source. Le chenal a une largeur variant de 3 m à 6 m. Il est creusé dans l’argile et les berges sont bordées d’un cordon de gros blocs. Sur la rive droite du chenal, plusieurs cuvettes tourbeuses, matérialisées par des levées de terre, évoquent d’anciennes retenues d’eau, sorte d’étangs régularisateurs déjà signalés par les premiers observateurs du site.

250La canalisation C2, mitoyenne de la halde septentrionale par l’est, allait chercher l’eau au déversoir du lac Blanc, près de 700 m plus haut. Son tracé est rectiligne jusqu’à l’entrée dans le village, puis il devient plus sinueux et plus étale, comme c’est aussi le cas pour C1. Creusé dans l’argile, le chenal a un fond assez plat et les bords sont également marqués par un cordon de pierres. Il est conservé sur 600 m de longueur et a une largeur moyenne de 5 m.

251La canalisation C3 (ou canal de l’Ecluse), est la plus importante. Elle limite le site sur son flanc est. Sa description et son étude ont été présentées plus haut dans le paragraphe sur la prospection.

252La canalisation C4 n’est, en fait, qu’une courte tranchée qui se raccorde à la canalisation C5.

253La canalisation C5 est un long fossé perpendiculaire aux amenées d’eau précédemment décrites. Il est marqué par un fort bourrelet de terre, côté aval de la pente, et devait relier C1 à C3, parallèlement à l’enceinte du village.

254La source Font-Morelle portait déjà ce nom au XIe s. (Collino, 1908, VIII). Elle sort de terre dans le prolongement de C1, dont elle est séparée par un chemin récent. C’est là le seul point d’eau en activité à l’heure actuelle. Il est attesté, par des essais de coloration, que cette source est la résurgence d’une rivière souterraine que l’on peut suivre depuis le rebord méridional des Rousses sur près de 300 m de dénivelé. Elle se perd un peu en amont du réservoir du canal de l’Ecluse (qu’elle ne semble pas alimenter). C’est la même eau qui surgit à Font-Morelle, 900 m plus à l’ouest au bout de trois heures. Ce changement de direction est-il naturel dans un milieu karstique ?

255L’emplacement et le tracé des amenées d’eau ont été déterminés avec soin.

256En effet, on constate que Cl, C2 et C3 ont toutes trois une portion de chenal à fort pendage, sorte de conduite forcée alors qu’au contact du village, le débit est cassé par un tracé sinueux et une profondeur moindre. L’eau avait un usage différent suivant l’endroit où l’on se plaçait. Les trois canalisations s’alimentaient à des niveaux différents du déversoir du Lac Blanc, juste avant une zone de pertes karstiques.

257Ont-elles été conçues pour faire une prospection à grande échelle ? Pour actionner des artifices ? Pour laver le minerai ? Peut-être les trois à la fois. Seul l’avenir de la fouille permettra de trancher.

258L’étude du fonctionnement de ces grandes structures est en cours, mais, d’ores et déjà, l’usage multiple de l’eau est attesté.

Le traitement chimique du minerai

259L’argent se présente souvent sous la forme de sulfure combiné à d’autres minerais, à du soufre, de l’arsenic et de l’antimoine. Après l’enrichissement, viennent le grillage, la fusion-réduction et enfin l’affinage ou coupellation.

Les grands principes de la métallurgie des sulfures

260Le grillage permet l’élimination des poisons volatils (soufre, arsenic et antimoine) et la transformation des sulfures en oxydes. Il se pratique à l’air libre.

261La fusion-réduction est l’élimination de l’oxygène contenu dans un oxyde métallique, en présence d’un réducteur (le carbone par exemple). On obtient du plomb d’œuvre, mélange de tous les métaux contenus dans le minerai débarrassé des impuretés non métalliques. Ces deux opérations pouvaient se réaliser dans le même four. On parle alors de grillage et réaction. Le sulfure de plomb (PbS), chauffé en atmosphère oxydante (à environ 600° C) se transforme en oxyde de plomb (PbO) et sulfate de plomb (PbS04). Lorsque la température s’élève (environ 800° C), le plomb d’œuvre se forme par réaction du sulfate de plomb sur le sulfure de plomb. La plupart du temps, les traités et les descriptions d’installations souffrent d’une certaine imprécision dans le vocabulaire et il est impossible de savoir si les deux étapes étaient dissociées.

262La coupellation est la séparation, par oxydation, d’un ou plusieurs éléments de plomb d’œuvre en fonction de leur affinité avec l’oxygène. Le plomb, chauffé sous un courant d’oxygène, forme un oxyde, la litharge, qui entraîne les autres oxydes et se sépare de l’argent par différence de densité. Plus légère, elle surnage et s’imprègne en partie dans les parois poreuses de la coupelle qui sert à l’opération. Les traités métallurgiques, dès le XVIe s., abondent en renseignements sur la façon de construire le fourneau à coupellation et surtout sur l’art de fabriquer une coupelle. Biringuccio, notamment, y consacre un long développement (Biringuccio, 1540). Au XVIIIe s., de Gensanne reprend le problème en affirmant que dans la métallurgie ancienne, la perte de plomb lors de la coupellation est considérable (jusqu’à 30 %) (de Gensanne, 1770). Il s’agit, par conséquent, d’une étape capitale et tous les métallurgistes s’y sont intéressés.

Y a-t-il eu transformation chimique du minerai à Brandes ?

263La question est importante et plusieurs éléments de réponse sont à prendre en compte : les archives, le problème du combustible, les vestiges archéologiques et, enfin, les analyses physicochimiques sur les scories.

264Un seul document fait apparaître l’existence d’un four métallurgique à Brandes. C’est l’enquête delphinale de 1339 (A.D.I. B3120, f° 62). Une estimation évalue à 300 florins d’or le coût de remise en état de la mine. Sur les bases antérieures correspondant à un prélèvement du neuvième, le revenu annuel de l’exploitation est évalué à 100 marcs, soit 77 pour la mine et 23 pour un four ...

et delliberarentur et resficerentur et reducerentur ad pristinum statum pro CCC florenos auri vel circa, et ascenssabantur una cum fornello dictatum menarum argentearum per annum videlicet nona pars.

265Il est intéressant de comparer cette somme de 23 marcs avec le cens du four banal qui est de 7 sous. Une telle différence ne s’explique que par une différence de nature des deux structures.

266On sait que la métallurgie ancienne est dévoreuse de combustible et qu’elle privilégie le charbon de bois. À toutes les époques, et en particulier au Moyen Âge, les archives témoignent des préoccupations des exploitants et des propriétaires quant à l’usage et à la gestion des forêts. En 1339, un acte du Dauphin ordonne la destruction de tous les martinets dans un rayon de trois lieues autour de Grenoble en raison de la destruction des forêts (Roman, 1886). La métallurgie s’implante, par conséquent, de préférence à proximité de l’eau et des bois, parfois assez loin des lieux d’extraction.

267Or, le site de Brandes est, actuellement, totalement dépourvu de formation arbustive. Le problème du bois devait donc se poser. La reconnaissance de 1261 mentionne à deux reprises des bois noirs : la première fois pour préciser la propriété du Dauphin et la seconde fois pour réserver les droits des favetiers sur les bois noirs qui ne se trouvent pas à Brandes (Marcellier, 1688-1710, f° 2887). Les textes qui encadrent la période de pleine occupation du village, les chartes du XIe s. et le regeste d’Huez du XVe s., ne mentionnent que des prés sur ce haut plateau et aucun indice de formation arbustive n’apparaît (Collino, 1908 ; A.D.I. 4 Ε 29 1G1). Paysage confirmé par les études palynologiques déjà évoquées (Archéolabs, réf. ARC91/R753B).

268D’autres formes de combustibles existent au Moyen Âge (Gille, 1962). La tourbe, que l’on trouve en grande quantité sur le site, est utilisée, dès le XIe s. en Normandie. Plus intéressante est l’hypothèse du charbon de terre. B. Gille mentionne son emploi dès le Xe s. en Allemagne, au IXe s. en Angleterre où son exploitation prend de l’ampleur aux XIIe et XIIIe s., au XIe s. encore, dans le Forez. Au XIIIe s. les mines de charbon de Boussargues (Gard) sont en pleine activité et au siècle suivant des chargements de ce combustible transitent par barques sur le Rhône du Gard jusqu’à Marseille. Mais son usage artisanal semble se limiter aux fours à chaux. Il faut attendre le XVe s. pour le voir employé dans l’activité minière et métallurgique. C’est ainsi que le charbon de terre est utilisé sur le site de Pampailly en 1450 (Benoît, 1989) ou à Novo Brdo en Serbie, en 1485 (Gille, 1962). C’est au même moment que les arquebusiers et maîtres du feu de la Grande-Combe (Gard) décident de remplacer le charbon de bois par le charbon fossile dans leur métallurgie.

269La métallurgie à Brandes a-t-elle fait un usage précoce de ce combustible ? A mi-chemin entre les exploitations du Lac Blanc et le plateau se trouve la mine d’anthracite de l’Herpie. Les mineurs la connaissaient. Les schistes houillers affleuraient et une ramification du filon de plomb argentifère était exploitée à proximité immédiate. Le regeste de la commune d’Huez, du XVe s., porte mention du béal charbonnier, aujourd’hui combe charbonnière (A.D.I. 4 Ε 29 1G1). Enfin, des poches d’anthracite en petits blocs ont été découvertes lors de la fouille d’ateliers dans le quartier de la Source. Si l’anthracite de l’Herpie est difficilement inflammable, réduit en poudre et mêlé à de l’argile, il devient utilisable. Les « anciens » d’Huez ont employé cette méthode jusqu’au XXe s. Une analyse comparée d’échantillons de charbon et de certaines scories a montré que dans les deux cas se trouvaient des traces de germanium (G. Verraes, Ecole des Mines d’Alès).

270Peut-on en conclure que la métallurgie à Brandes s’est faite au charbon de terre ?

271Non, car de nombreux indices attestent un usage quasi-exclusif du charbon de bois. Il n’en demeure pas moins que des essais à l’anthracite ont certainement eu lieu, mais rien ne permet d’affirmer que le stade expérimental, très précoce, ait été dépassé. D’une façon générale, la houille, par les matières volatiles qu’elle contient, en particulier le soufre, ne convient pas à la réduction des minerais dans des fours à cuve comme tous ceux qui étaient utilisés au Moyen Âge.

272L’usage du charbon de bois est confirmé par le fort pourcentage de potasse (K20) contenue dans les scories analysées et par les fragments de ce matériau pris dans leurs circonvolutions. Par ailleurs, toutes les structures métallurgiques fouillées contiennent du charbon de bois, en assez grande quantité. Au Lac Blanc, des halles de stockage de ce combustible ont été découvertes à côté de la forge. À 2700 m d’altitude, sur un socle cristallin dénudé, aucun arbre n’a jamais poussé. Il faut donc admettre qu’il était apporté sur place, à dos d’hommes ou de mulets, pour les besoins de la métallurgie. La situation est certainement identique pour le plateau. Les aires de charbonnage (non localisées) devaient se situer dans les environs plus ou moins proches (vallée de la Sarenne ?) mais en dehors du site.

273Une telle contrainte a-t-elle permis une grande métallurgie chimique sur place ?

274Les témoignages archéologiques mis au jour sont peu nombreux et ténus. Une hypothétique aire de grillage a été dégagée en limite occidentale du village. Il s’agit d’une plate-forme creusée dans un rocher dont une partie fait écran entre l’aire de grillage et le village. Située en bordure de plateau, cette structure bénéficiait d’un fort courant d’air ascendant venant de la vallée. La plate-forme est creusée de simples petites cuvettes, très rubéfiées.

275Aucun four construit n’a été retrouvé. Les seuls vestiges fouillés sont de petits foyers quadrangulaires, très semblables aux foyers domestiques. Dans un atelier (B34), l’aire de chauffe mesurait 1,20 x 1,30 m Elle était délimitée sur trois côtés par des pierres sur chant et dallée de schiste. Un vaste foyer double (B35) occupait un espace entre deux ateliers (fig. 72). Il était constitué de deux structures emboîtées, l’une de 2 x 1,60 m et l’autre de 1 x 0,80 m Le fond des deux foyers était entièrement fait de petites pierres jointives et tous deux étaient fermés par des lauzes sur chant. Un autre aménagement, rigoureusement identique, mais de taille plus restreinte, 0,50 m de côté pour les dimensions maximales, se trouvait devant un atelier (B36) (fig. 73). À l’intérieur de ce même édifice, une plate-forme surélevée de 8 cm par rapport au sol d’occupation et constituée de grosses pierres mises côte à côte, occupait l’angle sud/est de l’édifice.

72- Foyer métallurgique

72- Foyer métallurgique

73- Foyer métallurgique

73- Foyer métallurgique

276Ces foyers ne paraissent pas avoir été fermés. Le remplissage était toujours le même : une couche plus ou moins épaisse de charbon de bois, des scories de petit module, quelques fragments de baryte. Dans l’angle du foyer intérieur de B38, une trompe d’appel cassée était peut-être réemployée comme tuyère.

277Au total, quatre « foyers métallurgiques » seulement ont été mis au jour et leur identification est loin d’être certaine. Où se trouve le four cité par les archives ? La quantité de scories recueillies n’excède pas une vingtaine de kilogrammes. La disproportion entre les témoignages des opérations d’enrichissement du minerai et ceux d’une éventuelle réduction/coupellation est considérable.

278Le programme Artémise-Scories et Produits Associés concerne, pour le moment, uniquement la paléométallurgie du fer. Il serait intéressant de développer ces analyses aux non-ferreux (voir paragraphe sur la métallurgie du fer). Seul le manque de moyens financiers empêche de progresser en ce sens. C’est d’autant plus regrettable que de nombreux sites relevant du programme national « Mines et métallurgie » concernent l’exploitation des non-ferreux.

279Plus la fouille et la réflexion progressent, plus l’hypothèse d’une métallurgie chimique sur place est abandonnée. Un parallèle avec le site de San Silvestro (Toscane) s’impose (Francovitch, Parenti, 1987 ; Francovitch, 1991). Les vestiges de « métallurgie chimique » sont très comparables, par leur ténuité à ceux de Brandes. L’hypothèse est que ces structures résultent d’essais de teneur et non d’une transformation systématique du minerai extrait sur place.

280La pratique d’essais était courante au Moyen Âge. À Massa Maritima (Toscane), « deux essayeurs nommés annuellement par la commune devaient essayer le cuivre et les minerais. Ils étaient aussi chargés de déterminer la richesse en argent des plombs » (Simonin, 1858). En 1359, une enquête du gouverneur du Dauphiné témoigne de cette pratique lors de la découverte d’une mine à Villar d’Arène (A.D.I. B4392). J. Ph. Hesse signale des essais faits en Bourgogne à la demande de Jean de la Huerta ou encore à Bussy en Forez en 1390 avant d’y entreprendre l’exploitation du plomb (Hesse, 1991). Au XVIe s., le signor V. Biringuccio insiste sur la nécessité de faire des essais avant l’exploitation et Agricola recommande à l’essayeur de toujours bien fermer sa porte à clef et d’empêcher que le vent ne fausse les pesées sur la balance (Biringuccio, 1540 ; Agricola 1556). Les exemples pourraient se multiplier pour des périodes plus tardives.

Conclusion

281Une première approche de l’organisation spatiale du plateau montre que la place des installations industrielles est pour le moment, plus importante que celle occupée par l’habitat. Il existe deux « quartiers industriels » situés aux deux extrémités du village, presque en périphérie. Le quartier de la Source qui ne contient que des ateliers pour le travail du plomb argentifère et le quartier de l’Ecluse, où des aires de traitement liées à l’extraction apparaissent. Un troisième secteur, le quartier oriental, pose un certain nombre de problèmes car on y trouve, imbriqués, des chantiers d’extraction, des habitations, deux forges et des déchets du traitement mécanique du plomb argentifère. La concentration des activités métallurgiques dans certains quartiers n’exclut pas la dispersion d’ateliers sur l’ensemble du plateau, mêlés aux habitations. Cependant, les métallurgistes ne travaillaient pas chez eux, les fonctions domestiques et artisanales étant bien distinctes.

282La seconde observation concerne l’organisation du travail. Autant les habitations sont bien organisées et entretenues, autant les ateliers se développent dans un désordre certain. Les ouvriers ont généralement entassé leurs déchets à proximité immédiate, voire sur place, recouvrant leurs propres structures de travail.

283La durée de fonctionnement paraît assez courte. Vite recouverts de déblais, les ateliers sont abandonnés, servent de dépotoirs et un nouvel édifice est construit sur ces niveaux de remblais instables. Parfois, une couche d’argile épaisse a été rapportée sur les ruines d’un atelier pour faire une terrasse pour l’édification d’un autre bâtiment. Il en résulte un enchevêtrement de murs qui rend la lecture des vestiges assez difficile.

284Il n’est pas rare qu’un atelier change de fonction en cours d’utilisation. B53 a d’abord contenu un bassin de lavage avant de devenir une habitation. B38 a abrité un petit foyer double avant d’être rétréci et de servir de cadre à un second foyer. Dans B21b, le bassin de lavage a été remblayé pour supporter deux aires de décrépitation. La forge B71b a également été recouverte d’un dépotoir de baryte sur lequel s’est installée une habitation, elle-même noyée sous les scories résultant d’une seconde forge, etc...

285Malgré cette relative anarchie, il est possible de parler d’une spécialisation des tâches. Chaque édifice n’abrite qu’un seul type d’opération par phase d’occupation. Par ailleurs, la taille des édifices et l’outillage trouvé en place attestent un travail en petites unités de trois à cinq personnes au maximum. En l’absence de textes sur ce sujet, ces quelques indications sont précieuses.

286La troisième remarque portera sur les acquis en matière d’histoire des techniques. Les vestiges mis au jour sur le site de Brandes permettent de saisir les processus d’extraction et d’enrichissement du minerai. Tous les éléments concourent à donner de ces opérations une image complète et fiable. C’est un apport inestimable pour l’histoire des techniques minières et métallurgiques médiévales.

287On constate, tout d’abord, une parfaite adaptation des techniques au matériau à traiter : simple concassage quand le minerai est riche, concentré dans la gangue et que cette dernière est barytique ; broyage, voire décrépitation, pour les gangues mixtes ou quand les minerais sont pauvres et dispersés en petites inclusions, ce que l’on appellera, plus tard, le minerai à bocard. C’est ce type de minerai qui était stocké dans la grande halde septentrionale, à la confluence des canalisations Cl et C2. La fouille de cette zone permettra peut-être de préciser le type de transformation pratiquée là. A-t-on fait usage de moulins ?

288Il est difficile, en l’état actuel des connaissances, de dire que la métallurgie chimique s’est faite sur place, malgré la présence d’un four lié à la mine d’argent dans les textes. Le minerai, en poudre, devait être acheminé soit vers Grenoble, peut-être vers l’atelier monétaire de la ville, soit vers la vallée de l’Eau d’Olle, toute proche en passant par le col de Poutran. Dans cette vallée de « l’Oisans chevelu », le bois et l’eau ne manquaient pas. Mais l’absence de transformation chimique sur ce haut plateau s’explique peut-être aussi par la volonté seigneuriale de maîtriser et surveiller ces opérations délicates, requérant les services de métallurgistes expérimentés et qui, surtout, donnaient accès au métal précieux pur.

289L’ampleur des aménagements hydrauliques atteste, non seulement le soin apporté au lavage, étape capitale de la concentration, mais aussi, les énormes besoins en eau qui se justifient par l’usage de la force hydraulique pour actionner des artifices et, semble-t-il, pour la prospection minière. Ces aménagements témoignent également d’une stratégie et d’une connaissance technique que seuls des spécialistes peuvent mettre en œuvre, à la demande d’un commanditaire puissant ayant une vision globale de l’entreprise.

Approche chronologique de l’activité industrielle

Les chantiers miniers

290Les indices chronologiques proviennent de datations par C14 et par dendrochronologie sur des bois de mine (Archéolabs ; Laboratoire de Chrono-Ecologie de Besançon).

291Au Lac Blanc, la fourchette donnée est 1070/1285 et 1589. Sur le plateau, une grosse poutre encore en place dans la tranchée orientale est datée de 1000/1220. Les boisages formant le puits et le couloir boisé du secteur de l’Ecluse ont été abattus entre 1212 et 1216. Dans la tranchée occidentale, la plate-forme du dépilage de la Visite indique 1084/1225 et le réseau Saint-Philippe se situe entre 1060/1120 et 1348. Les bois prélevés au Porche, des sapins et des épiceas, se situent dans la fourchette 1200/1310 (Archéolabs, réf. ARC93/R1414D).

292Il demeure beaucoup trop d’imprécisions pour tenter de comprendre la dynamique spatiale de l’exploitation. Cependant, il est possible d’avancer quelques arguments, certains allant de soi, d’autres n’étant qu’hypothétiques. Il paraît évident que l’exploitation a débuté partout où le filon affleurait, c’est à dire les travaux à ciel ouvert des tranchées occidentale et orientale, sur le plateau, et au Lac Blanc. Les monnaies provenant du quartier de la Source, lié aux chantiers de la tranchée occidentale, confirment que les travaux ont commencé dans ce secteur. Puis, dans un deuxième temps, les mineurs ont prospecté, en particulier entre les deux zones connues et cela a donné les sondages qui bordent le canal de l’Ecluse et peut-être les travaux qui ont été mis au jour en 1992 dans ce secteur, datés du début du XIIIe s. Enfin, l’exploitation s’est poursuivie de façon souterraine jusqu’à l’abandon du site. La mine du Gua pouvant symboliser la fin d’une recherche tout azimut du minerai.

293Il est absolument indispensable de continuer la fouille de ces chantiers d’extraction, afin de mettre en évidence cette dynamique et de replacer dans ce canevas chronologique les effondrements qui percent le plateau sur l’axe du filon. Ces entonnoirs correspondent probablement à une phase primitive et capitale de l’exploitation.

294Par ailleurs, on ne peut pas exclure une éventuelle reprise d’exploitation minière au cours du Moyen Âge et au début des Temps Modernes. Plusieurs contrats d’albergement sont conservés, en particulier pour le XVe s. (1423, 1432, etc...) (A.D.I., B4392). Il y est question de l’ensemble des mines de l’Oisans, mais rien n’empêche de penser que des tentatives ont eu lieu à Brandes dont l’ancienne richesse a dû attirer les convoitises. D’ailleurs, en 1493, du minerai de cuivre, plomb et argent en provenant est livré aux martinets de Vizille (A.D.I., B2821).

295C’est pourquoi, la chronologie des chantiers d’extraction doit être définie avec beaucoup de rigueur, afin de ne pas imputer aux XIIIe-XIVe s. des techniques appartenant à une phase ultérieure.

Les ateliers

296Onze ateliers ont fourni des éléments de datation absolue, principalement par des monnaies, mais aussi par C14 et dendrochronologie.

297Dans le quartier de la Source, les ateliers s’échelonnent de la façon suivante : B21 : 1080-1180, B21b : 1090-1270, B34 : 1238-1269, B35 : 1185-1238 ; B40 : 1133-1233 (avec une majorité de bois abattue entre 1215 et 1218). Sur le plateau, entre les habitations, les datations sont : B5 : 1238-1269, B8 : XIIe et 1238/1269 (5 monnaies du XIIIe s.) et B55 : 1130-1270 et 1400-1630. Enfin, dans le quartier oriental dit des forges, l’atelier B63 contenait une monnaie romaine (non id.) et la forge B71b était recouverte par une maison datée de 1035-1260. S’ajoute le délicat problème de l’édifice B27. Cette halle de stockage de combustible pour la forge (B25), fonctionnant en liaison avec l’exploitation minière du Lac Blanc, contenait du charbon de bois dont les datations vont de 350 Β à 1220 AD.

298Que ce soit pour les chantiers miniers ou les ateliers métallurgiques, l’activité est essentiellement concentrée dans une fourchette bien définie entre le XIIe s. et la première moitié du XIVe s. ; mais la datation de chaque vestige reste floue. Or il est primordial d’affiner cette chronologie pour une étude des techniques et de leur évolution. Brandes a tous les atouts pour cela, les travaux archéologiques de ces huit dernières années, centrés sur l’activité industrielle du site, ont permis d’en montrer le potentiel. Des analyses plus poussées et des moyens plus importants sont à mettre en œuvre.

Production, revenu et débouché de la mine

Les données de la question : moyens et limites

299La documentation médiévale sur ce point est très hétérogène. On dispose, en effet, pour les XIIIe et XIVe s., soit du revenu delphinal en espèce monétaire, c’est le cas entre 1236 et 1250, soit de la production entre 1320 et 1336, mais jamais des deux simultanément. Par ailleurs, le prix de l’once d’argent n’est connu qu’en 1268, 1320 et 1321. Le quota du prélèvement delphinal est du cinquième à la période de pleine expansion et du neuvième en période de crise, en 1320. L’enquête delphinale de 1339, enfin, donne une évaluation du revenu de la mine dans la perspective d’une remise en état. Les informations se bornent à cela, et on mesure la part d’incertitudes et d’extrapolations qui préside à une étude de la production.

Les aléas de la production

300Le simple suivi, sur un siècle, du revenu delphinal met en évidence son irrégularité. Il démarre en flèche en 1236 et permet à la famille comtale les dépenses somptuaires que nécessite la construction de la chapelle des Dauphins. Quatorze ans plus tard, il chute de moitié. Dans la seconde décennie du XIVe s., il est dérisoire. On est autorisé à penser que la courbe du revenu delphinal reflète celle du revenu global de la mine comme celle de sa production. L’irrégularité de la production de l’argenterie de Brandes est perceptible dès 1236. En effet, dans son testament le Dauphin Guigues-André fait le legs d’une somme perçue sur le revenu de la mine pour l’achèvement de Saint-André. Parallèlement, il stipule que si le revenu de la mine sur trois ans n’atteignait pas la somme en question, le complément devrait être trouvé sur le revenu du comté

...Et si redditus argentariae xxx millia solidorum non valerent per dictum triennium ; voluit et praecepit ut de aliis redditibus sui comitatus in integrum complerentur... (Valbonnays, 1722).

301Il est difficile de dire, étant donné l’importance des lacunes documentaires, que cette production a décru de 1236 à 1336. Le doute demeure. Il est courant que des mines aient un démarrage prometteur, les minéralisations de surface étant généralement riches et faciles à exploiter. Les minerais s’appauvrissent en profondeur et les difficultés techniques entraînent souvent un ralentissement de la production et une moindre rentabilité. Mais ce que l’on sait, par ailleurs, de l’histoire générale du site contredit cette impression.

302La création et le développement d’une agglomération minière, certaine à partir du XIIIe s., son épanouissement, avec en 1275 un lieu de culte dont le montant de la décime équivaut à celui de Vaujany et de Villar-d’Arène, évoquent plutôt une expansion de la production. Ces paroisses comptent plus de cent feux en 1339 (111 et 180 feux) (A.D.I. B4443, f° 45v° et suiv.) (voir fig. 13). Alors que les communautés immédiatement voisines de Brandes, notamment celles qui sont situées sur le rebord du massif des Rousses et qui bordent la rive droite de la Romanche, de Mizöen à Villard-Reculas, ont une population inférieure à cent feux, à la même date, et versent moins de 10 sous de décime en 1275. Si on ajoute à cette observation qu’à la charnière des XIIIe et XIVe s. la population de Brandes a été dotée d’une espèce de charte de franchise et de l’ébauche d’un règlement minier, on corrigera donc l’information brute du revenu delphinal, en soulignant que ces indices de réussite sociale, entre 1260 et 1320 environ, ne peuvent être que le fruit d’une production, certes irrégulière, mais suffisante jusqu’à la crise de 1320.

303Le chiffre maximal de production obtenu à partir des indices fournis par la documentation médiévale est d’environ 174 kg en 1236, soit entre 4 et 5 quintaux (Valbonnays, 1722 p. 60). On obtient à peu près le même résultat, un peu plus de 5 quintaux, à partir de l’estimation fictive du revenu de la mine (100 marcs). Ceci est dérisoire par rapport à la production du district de Kutna-Hora en Bohême à la même époque. Le chiffre connu est de 400 quintaux ou 20 000 kg et il ne correspond qu’à la seule part royale (Kirnbauer, 1960). En Savoie au milieu du XIVe s., la mine de Saint-Georges d’Huretières produit la meilleure année, en 1341, 12 kg d’argent (Benoît, Braunstein, 1983). Entre ces deux extrêmes, Brandes a donc une production moyenne, en rien comparable avec l’Europe centrale, mais toutefois d’un rapport plus notable que Saint-Georges qui est avant tout une mine de cuivre. Il aurait été intéressant de comparer la production de Brandes avec celles des sites de L’Argentière en Embrunais et Largentière en Vivarais, qui lui sont contemporaines. Cela n’est pas encore possible car les travaux sur ces exploitations commencent à peine. Néanmoins, en 1214, on connaît le versement du comte de Toulouse aux seigneurs du lieu (évêque de Viviers et famille d’Anduze) pour son fief à Largentière. Il se monte à 20 marcs soit 4,7 kg d’argent, le marc de Montpellier valant 239,1263 g, fondé sur l’once romaine orientale. C’est déjà une somme coquette pour un versement secondaire (Mazon, 1904 ; Fournial, 1970).

304A partir de 1319, non seulement la mine de Brandes ne rapporte presque plus rien, mais elle coûte de l’argent au Dauphin. L’opération de la reya prévue initialement pour deux ans, sur la base d’une dépense de 900 livres, a duré, en fait, de 1319 à 1328, dernière année où l’on perçoit les travaux dans les comptes de la châtellenie, soit neuf ans. La dépense réelle fut largement de 900 livres, sans compter le manque à gagner dû à la paralysie des chantiers inondés. En 1321, sur la base de 10 sous viennois l’once d’argent et le florin dauphinois à 46,884 g d’argent, on parvient à comparer la somme dépensée pour les travaux de la reya et celle envisagée, en 1339, pour la remise en état de la mine (300 florins soit environ 240 livres). De même, si l’on retient le florin delphinal à 12 gros ou 12 sous, la somme fictive équivaut à 3 600 sous alors que la somme dépensée réellement en 1322 est de 18 000 sous (Villard, 1937). Par deux méthodes différentes, on obtient chaque fois une forte différence, de l’ordre de 1 pour 4 et de 1 pour 5 entre les deux sommes. Même si les conversions ne sont pas exactes dans le détail, compte-tenu de la complexité du système monétaire dans la première moitié du XIVe s., on peut déduire de ce résultat soit une sous-estimation des frais à engager, soit des travaux moins onéreux que l’exhaure. Une dernière comparaison est possible entre le revenu espéré par le Dauphin et le montant de la dépense pour remettre la mine en état. Sur la base du florin valant 46,884 g d’argent, et le marc d’argent de Grenoble à 237 g, le revenu delphinal se monte à 505 florins pour 300 d’investissement en travaux.

Le débouché : l’atelier monétaire delphinal de Grenoble

305Comme le souligne J. Ph. Hesse dans son ouvrage sur la mine et les mineurs en France de 1300 à 1550, les mines de métal précieux ont été de petits fournisseurs aux ateliers monétaires. Brandes peut avoir comme débouché naturel celui de Césanne en activité depuis le milieu du XIIe s. et surtout celui de Grenoble. Le Dauphin tient cet atelier en pariage avec l’évêque depuis la fin du XIIe s.. Il émet jusqu’en 1307 des deniers et demi-deniers d’argent (Chomel, 1976). Des monnaies divisionnaires provenant de cet atelier ont été livrées par la fouille. Plusieurs oboles et deniers de Guigues XI (1236-1269), frappés entre 1238 et 1268, portent au droit co-Dalphinus et au revers S. Vincensius. Leur frappe se situe pendant la période de fortes vicissitudes de l’atelier. De 1219 à 1270, en effet, il est concurrencé par celui des évêques de Vienne. En 1249, le comte obtient de l’Empereur confirmation des droits régaliens. À partir des années 1270, il mène, en la personne de Humbert Ier, une politique orientée vers un monnayage propre. De 1290 à 1295, l’atelier de Grenoble émet des gros d’argent. Le lien entre la mine de Brandes et l’atelier monétaire de Grenoble pourrait trouver sa réalité dans la personne de Pierre Fabri, témoin de l’expertise de 1323 et mistral d’Huez quelques années plus tard, si on pouvait l’identifier sérieusement avec Pierre Fabri de Romans, maître président aux émissions du Dauphin en 1344 et 1345 (Bligny, 1973). En 1327, Grenoble est encore cité aux côtés de Serves et Visan dans le plus ancien compte du garde de la monnaie. Désormais, l’insuffisance de métaux précieux, qui se fait sentir en Dauphiné au XIVe s., oriente l’implantation des nouveaux ateliers vers le comtat Venaissin (Chomel, 1973). Un compte de la châtellenie d’Oisans de 1336 montre l’acheminement vers Grenoble d’un chargement de mine provenant d’un site non localisé. La mina est transportée sur le dos de quatre sommiers conduits par Pierre Rausana,...pro faciendo auro... (A.D.I. VIII B30, f° 45).

Conclusion

306L’argenterie de Brandes a livré à l’étude un ensemble exceptionnel d’informations. Exceptionnel par l’état de conservation des vestiges archéologiques. L’exploitation n’a fait l’objet d’aucune reprise postérieure, contrairement à de nombreux autres sites. Les structures observées sont celles des XIIIe-XIVe s. Exceptionnel aussi par la complémentarité des témoignages : chantiers à ciel ouvert et réseaux souterrains ; abattage du minerai au burin et au feu ; traces de suie et marques d’outils en parois ; conservation en place d’une grande partie des aménagements intérieurs de la mine. La fouille en surface a livré quatre forges minières dont l’étude prend rang dans le programme national Paléométallurgie et Culture. Enfin, la totalité des processus destinés au traitement mécanique du minerai a été mis en évidence grâce aux vestiges d’ateliers, à l’outillage qu’ils contenaient et aux déchets produits par chacune des opérations.

307Ces éléments permettent de comprendre les moyens mis en œuvre, de saisir les points de rupture entre l’héritage de techniques traditionnelles et les prémices des innovations en matière d’extraction du minerai dans les mines de métaux nobles.

308Les textes, s’ils sont peu abondants, éclairent les découvertes sur le terrain, apportent des informations supplémentaires sur les difficultés d’existence de cette entreprise, sur les coûts et revenus de l’exploitation. Restent dans l’ombre, cependant, l’organisation du travail, les partenaires du Dauphin, et enfin, les mineurs eux-mêmes dont on ne connaît ni le niveau de spécialisation ni le statut professionnel.

309L’argenterie de Brandes aura été, avec la voie d’Oisans, une des pièces majeures de la politique économique delphinale au XIIIe s. La comparaison avec les mines de l’Argentière en Embrunais ou Largentière en Ardèche montre l’importance de cette entreprise dont le métal précieux alimente les caisses de la principauté à un moment où celle-ci émerge de sa période de gestation et où se met en place l’administration delphinale. Evolution dont le Probus est le principal témoignage. Au milieu du XIVe s., l’irrégularité de la production, la faible teneur en argent du minerai alliées aux difficultés d’ordre technique et au marasme qui frappe l’Occident eurent raison de cette formidable aventure qu’incarne Brandes.

Notes

1 Depuis plusieurs années, déjà, cette spectaculaire tranchée posait un certain nombre de problèmes : la disproportion du réservoir, bien marqué par des bourrelets de terre, par rapport à la taille du chenal d’écoulement, intriguait ; le chenal d’écoulement n’était pas bordé par les rejets du creusement ; ce qui supposait un enlèvement complet des terres ; le percement d’un tel canal représentait un travail très important, compte-tenu des techniques du temps, et la motivation d’une telle structure restait incertaine ; le chenal se trouvait au contact de plusieurs zones d’extraction ; enfin, des aménagements et des aires de travail jalonnaient son tracé.
Entre 1980 et 1984, plusieurs sondages archéologiques traditionnels (à la main) ont été conduits dans ce secteur pour tenter de l’identifier, en vain. L’opposition des propriétaires avait arrêté les recherches sur ce secteur.
L’acquisition de l’ensemble du terrain dans le cadre de la constitution de la réserve archéologique et la mise en œuvre de moyens adaptés (pelle mécanique) permet enfin de s’atteler sérieusement à l’étude de cette partie du site.
L’idée que cet aménagement ait pu servir à une prospection hydraulique a été émise par F. Pierre, membre du Programme Collectif de Recherche H3. Il a participé à la conduite des travaux de terrain portant sur cette zone.

2 L’existence de conflits souterrains est attestée par des clauses spécifiques dans nombre de règlements miniers. Quelques exemples pour illustrer le propos. La charte d’Hierle relative au district de Saint-Laurent-le-Minier (Gard), prévoit dans l’article 9 du manuel languedocien rappelé à l’occasion de la rédaction de ce document, en 1227, les cas de galeries dont le percement aboutit dans l’emprise d’autres galeries ou puits en cours d’exploitation. Le droit de chacun est précisé et des mesures fixent l’emprise de chaque exploitant de part et d’autre du point de rencontre (Bailly-Maitre, 1989). L’Instrument de l’art de minière de Guigues Gaultier d’Allevard, en 1395, évoque très précisément les possibilités de rencontres latérales ou verticales et consacre trois articles au sujet (Léon, 1962). À Massa, à la fin du XIIIe et au début du XIVe s., le réglement de la république fixe la distance à respecter entre chaque puits, interdit de faire communiquer des travaux pour éviter que l’on y fasse passer eau et déblais et enfin établit que les limites doivent être celles du bon voisinage. C’est le représentant de l’administration communale qui tranchera, en cas de conflit, après expertise de deux maîtres de la mine (Simonin, 1859). Le règlement d’Iglau, 1227, indique que si un chantier en entrave un autre par inondation, la réparation devra se faire dans les 3 jours sous peine de confiscation de la mine.

3 La mine de Melle a été exploitée à l’époque carolingienne, en association avec la production d’un atelier monétaire. Son étude scientifique est en projet, mais elle fait déjà l’objet d’une mise en valeur touristique. Le site de Castel-Minier est daté du XIVe s. et un travail a été commencé en 1991 (resp. Cl. Dubois). Il sera peut-être poursuivi en collaboration avec M.Ch. Bailly-Maître. La mine de Peyaube est citée dans un acte notarié du XIIIe s.. Elle fait partie du district étudié dans le cadre des prospections thématiques “Mines et métallurgie dans les Cévennes” (resp. M.Ch. Bailly-Maître). La mine de Jacques Cœur à Pampailly est non seulement l’une des plus importantes de France sous le règne de Charles VII, mais elle permet, en fait, d’étudier les techniques minières et métallurgiques sur la très longue durée, du XIIIe au XVIIIe s. (resp. P. Benoit).

4 Une première étude des liens entre le radical Brand et les lieux d’extraction minière et de transformation métallurgique montre que les exemples sont très nombreux, en particulier en Forêt Noire pour le Moyen Âge mais que les interprétations sont encore controversées. Cette recherche est à systématiser.

5 Les fers chauffés au rouge dans la forge se couvrent d’une mince pellicule d’oxydation en refroidissant, ce qui rend moins solides les soudures fer/fer ou fer/acier. Un forgeron japonais, considéré dans son pays comme un trésor vivant, est venu au musée du Fer de Jarville, en 1989, pour fabriquer un sabre de samouraï. Cette opération, appelée Katana, a permis de suivre tout le processus métallurgique depuis la transformation du minerai de fer jusqu’à la fabrication de l’objet. Pour éviter cette oxydation, l’artisan plongeait son fer rouge dans un mélange très liquide d’argile et d’eau, puis dans des cendres de graminées riches en silice. Ce qui expliquerait la présence d’aires de stockage d’argile pure à Brandes ou de grès au Samson.

6 Le martinet d’Articol ne figure pas dans l’enquête delphinale de 1250, le Probus, bien que la chabannerie d’Articol soit déjà citée. Il apparaît pour la première fois dans une copie de la deuxième enquête sur la communauté d’Allemont, en 1261. Il est mentionné à nouveau en 1263, 1282 (renseignement H. Falque-Vert). Or l’emplacement de ce martinet est encore perceptible sur le terrain. Le béal d’amenée d’eau est bien marqué et le sol est chargé en charbon de bois et scories. Situé à proximité immédiate des mines de fer spathique, donnant un minerai propre à faire de l’acier naturel, sa fouille pourrait être riche en informations. Elle est prévue, en association avec la poursuite de l’étude de Brandes.

7 La banque de données Artémise conçue pour des géologues sédimentologues a été utilisée, depuis 1988, pour l’enregistrement des données paléométallurgiques à l’initiative de A. Ploquin (CRPG/CNRS) et Cl. Forrières (LAM/Jarville). Actuellement, un groupe de réflexion, issu du Programme de Recherche Collectif H3 du CSRA travaille à la conception de fiches spécifiques et adaptées aux différents types de vestiges et d’informations fournis par l’archéologie et les analyses paléométallurgiques.

8 Ces analyses ont été réalisées au CRPG sur le quantomètre à diverses dates, d’où un nombre variable d’éléments en trace dosés - Laboratoire dirigé par K. Govindaraju, spectromètre d’émission Jobin Yvon JY70 à source plasma ICP, solution mère préparée après fusion au métaborate de Li et dissolution acide ; dans les cas de difficultés de mise en solution, un ajout contrôlé de silice pure peut l’améliorer. Les courbes de dosage sont calibrées à l’aide d’étalons dont un minerai de fer groenlandais, Fiskenaeset. Des dosages complémentaires ou de contrôle peuvent être réalisés, en voie humide par exemple.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre 11 - Le Probus
Crédits A.D.I. Β 2662
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 12- Eglise Saint-André de Grenoble
Crédits Coll. M. D., A 81560
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 13- Richesse et population des paroisses
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 14 – Localisation des cros
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 15 - Croquis géologique et situation des chantiers miniers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 16- Tranchée occidentale
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-7.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre 17-Galerie du Porche – entrée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 18- Canal et quartier de l’Écluse
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 19 - Le chantier minier du Lac Blanc
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre 20- La prospection minière au XVIe siècle
Légende G. Agricola
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre 21- Manuscrit castillant – XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 22- Sondages miniers à l’est de l’Ecluse
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre 23- Captage d’eau au déversoir du Lac Blanc
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 24- Canal de l’Ecluse - réservoir
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 25- Graduel de Kutna-Hora (Bohême) vers 1490
Crédits Codex 15501 de la Bibliothèque nationale de Vienne
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 26- Galerie du Porche – dépilage (photo). 27- Tranchée occidentale (dessin)
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre 28- Réseau du Gua
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 29- Plans et coupes des différents chantiers du Lac Blanc
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 30- Réseau du Lac Blanc - tranchée remblayée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre 31 - Secteur de l’Ecluse, galerie boisée et puits
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 32 - Secteur de l’Ecluse
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 33- L’abattage au feu
Légende G. Agricola
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 34- L’abattage au feu
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-24.png
Fichier image/png, 700k
Titre 35 - Tranchée occidentale - parois de dépilage au feu
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre 36- Galerie du Porche – amorce d’attaque au feu
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 37- Galerie du Porche – front de taille mixte feu et burin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre 38- Outils miniers : burin, coin
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 39- Burin, masse et pince de forgeron
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 40- Manuscrit castillan - XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-30.png
Fichier image/png, 722k
Titre 41- Galerie du Porche, murette de stérile
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 42- Galerie du Porche - plan et profils
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre 43- Ecope en bois
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-33.png
Fichier image/png, 635k
Titre 44- Galerie St Philippe - dédoublement de galeries
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 45- Secteur de l’Ecluse - puits
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-35.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre 46 – Galerie du Porche – voie de circulation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre 47- Galerie du Porche - voie de circulation
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre 48- La mine et la forge au XVIe siècle
Légende V. Biringuccio
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-38.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre 49- Quartier des forges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 50 – Présentation comparée des forges
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 51- Forge minière du Lac Blanc
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre 52- Forge minière du plateau
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre 53- Pierre pour l’essai des outils miniers
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 54- Scorie de fer sciée
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre 55- Pinces de forgeron
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-45.png
Fichier image/png, 205k
Titre 56 - Coupe métallographique d’un burin minier
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre 57- Du minerai à l’objet : les étapes théoriques de métallurgie du fer
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 58 - Analyses élémentaires des scories de fer de Brandes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 59 - Lac Blanc : halle à combustible
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre 60 - Quartier industriel de La Source
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre 61 – Les haldes du quartier oriental, 1901
Crédits Coll. M. D.
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre 62- Mortier et percuteur
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre 63 – Mortier de concassage en place
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 64 – Atelier de concassage B5
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-54.png
Fichier image/png, 506k
Titre 65- Le concassage au XVIe siècle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre 66 – Meule métallurgique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre 67 – Quartier de la source : détail
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-57.png
Fichier image/png, 400k
Titre 68- Bassin de lavage circulaire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre 69- Bassin de lavage quadrangulaire
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre 70- Schéma d’implantation des amenées d’eau
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre 71- Vue générale des aménagements hydrauliques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 72- Foyer métallurgique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 73- Foyer métallurgique
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1707/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 982k

© Alpara, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access