Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brandes-en-Oisans

 | 
Marie-Christine Bailly-Maître
, 
Joëlle Bruno-Dupraz

Préface

Gabrielle Démians d’Archimbaud

Texte intégral

1Tenir en main ce bel ouvrage consacré aux fouilles de Brandes-en-Oisans est, pour l’universitaire qui a dirigé la double thèse à l’origine de ce travail, une profonde satisfaction. Car il est important de voir sinon se terminer du moins se développer jusqu’à publication, un travail si longuement mûri. Et finalement enrichi jusqu’à ces derniers mois (on s’en rendra compte en lisant ces pages) par des découvertes qui sans cesse complètent et précisent les premières données, ou aident à rectifier des hypothèses de travail parfois aventureuses compte-tenu de la complexité du sujet et du caractère trop partiel ou ténu des vestiges encore en place.

2L’on se rappellera aussi que, lorsque ce chantier s’est ouvert en 1977, il s’agissait de l’une des entreprises archéologiques les plus originales de l’époque. L’une des plus osées également en ces temps où l’archéologie pré-industrielle et minière en était encore à ses débuts en France pour la période médiévale tandis que les méthodes et les points de comparaison se cherchaient encore. Il fallait donc beaucoup de courage pour tenter de s’aventurer dans ces secteurs, jusqu’à acquérir une spécialisation et une maîtrise des problèmes techniques et scientifiques incontestables. Dire ceci permet de mesurer le chemin parcouru et de mieux apprécier l’ampleur des résultats obtenus. Et qui plus est en ces terres de haute montagne où la beauté du cadre et des paysages ne compense que bien partiellement les difficultés imposées par l’altitude, l’enneigement plus de la moitié de l’année et - les recherches actuelles le montrent bien - la dispersion des zones à étudier, séparées parfois par plus de 1000 m de dénivelé...

3De telles conditions ne découragèrent pas les hommes du Moyen Âge. Elles donnent aussi un double intérêt au travail actuel puisque, centré sur la mine d’argent delphinale des XII-XIVe siècles, il permet également d’aborder quantité de questions touchant à l’organisation et au développement d’un site fortifié et d’un habitat alpestres dans une micro-région encore peu étudiée de ce point de vue. C’est souligner qu’il comble ici encore une lacune et qu’il sera aussi utile aux historiens du peuplement et de la société qu’aux spécialistes de l’économie et de l’histoire des techniques auxquels il fournit quantité d’informations et large matière à réflexion, à interrogations aussi, et ce n’est pas le moins stimulant. Ainsi en est-il de cette approche du paysage « politique » ou des pouvoirs dans l’Oisans du XIe siècle. L’analyse touche ici à un point essentiel et conduit à dissocier le site et sa motte du castrum Sageti connu par les textes dès le XIe siècle : hypothèse séduisante cependant, mais que la critique serrée des sources écrites, des données archéologiques et du cadre naturel amène à écarter avec raison. L’apparition plus tardive de la motte de Brandes -du shell keep plutôt- n’en est que plus intéressante. Suivant la chronologie adoptée, elle se rattacherait ainsi directement à l’implantation de l’agglomération minière et donc au temps d’ouverture de la mine. L’on ne peut qu’être frappé cependant par la fidélité au schéma castral qui se reflète dans le binôme établi sur la crête et ses pentes, donnant au château et à l’église une valeur particulière. Sans doute faut-il particulièrement regretter l’étendue des fouilles anciennes, révélatrices de l’intérêt du site mais aussi destructrices, qui empêchèrent une observation plus fine des pauvres vestiges subsistant dans et autour de la fortification. Les résultats acquis sont cependant suggestifs et montrent la prudence avec laquelle il convient d’interpréter ces données déjà archaïsantes. L’étude de l’église et du cimetière environnant soulève aussi plusieurs interrogations. Qu’en est-il en particulier du rôle exact de la date du premier édifice religieux : ce noyau autour duquel se développa dès le XIIIe siècle sans doute l’église bientôt devenue paroissiale des mineurs de Brandes ? Les indications régressives données par la visite pastorale de 1455 paraissent assez claires sur ce dernier point, comme le font remarquer les auteurs de l’étude qui soulignent cependant le caractère éphémère de cette fonction déjà abandonnée en 1339, et sans doute dès le déclin de l’exploitation minière...

4Une telle évolution lie étroitement l’édifice religieux à l’histoire même de la mine (comme le montrerait aussi son vocable). Elle encouragerait également à voir en ce site, au moins dans sa période de plus grande activité, un habitat permanent malgré les conditions de vie très difficiles imposées par l’altitude, à plus de 1830 m, et l’enneigement comme l’humidité très accentués en cette zone. Le point est délicat et la démonstration, qui s’appuie en particulier sur la présence de nombreux enfants dans la nécropole, à l’image d’une société normale, reste à mon sens partiellement convaincante malgré les certitudes acquises par les auteurs. Il s’agirait alors de l’une des implantations artificielles les plus élevées observable dans les Alpes et d’un travail poursuivi en toutes saisons en dépit des contraintes particulièrement fortes : véritable prouesse technique que justifieraient l’urgence des besoins et le rapport espéré... Si cette hypothèse mérite encore réflexion, elle oblige en tout cas à prêter une spéciale attention à toutes les données rassemblées sur l’habitat, cette maison en profondeur, décrite avec beaucoup de soin dans son architecture comme dans son aménagement intérieur et sur les installations artisanales qui l’accompagnent ou l’entourent avec une omniprésence remarquable. L’ensemble constitue comme une anticipation anachronique et particulièrement forte d’un « coron minier » dont la restitution constitue l’un des apports les plus évocateurs de ce livre.

5Mais c’est évidemment à la mine et à son exploitation que l’essentiel du volume est consacré. Et de la façon la meilleure qui soit, grâce à l’utilisation conjointe des textes et des données de terrain -la primauté de celles-ci restant cependant incontestable tant elles apportent d’informations nouvelles et parfois inattendues dans cette recherche toujours en mouvement. Ce dossier reste donc ouvert en beaucoup de points, d’une façon qui fait souhaiter sa prolongation et son extension rapide. Mais la vision du travail minier que l’on peut retirer de ces pages clairement écrites et bien documentées donne dès à présent au site de Brandes une valeur de modèle et de référence en bien des domaines, dont certains fort nouveaux.

6Si l’on peut ainsi suivre le travail du métal depuis la recherche des filons argentifères jusqu’aux ateliers intégrés à l’agglomération, les conditions juridiques qui régirent l’exploitation sont elles-mêmes largement précisées. L’utilisation des sources écrites, dont une ébauche de « règlement minier », et les comparaisons qui s’esquissent avec les autres mines delphinales telles que celle de l’Argentière en Embrunais, font bien ressortir l’originalité de l’argenterie de Brandes. Cette exploitation de type domanial fonctionna peut-être partiellement à l’origine en régie directe tout en privilégiant la communauté minière constituée vers le milieu du XIIIe siècle. La structuration progressive qui apparaît ensuite au travers de quelques textes se heurta très vite aux graves crises apparues dans les premières décennies du XIVe siècle, causées en grande partie par des problèmes techniques non maîtrisés. L’échec de l’argenterie de Brandes est alors proche : il s’inscrit dans ce contexte négatif qui marque comme un palier dans le développement de la production minière en Occident, du milieu du XIVe au milieu du XVe siècle. Les causes immédiates en sont claires ici. La pauvreté relative du minerai d’argent, les difficultés sans cesse accrues de l’extraction et le caractère parfois très rudimentaire des installations de travail du minerai s’y combinent comme le montre l’apport des recherches archéologiques.

7Celles-ci ont largement progressé ces dernières années, en particulier dans la recherche et l’étude des mines elles-mêmes : ces filons argentifères dont la prospection et l’exploitation posèrent tant de problèmes aux hommes du Moyen Âge. La multiplicité des chantiers d’extraction est surprenante. Si certains furent découverts relativement près de l’habitat, d’autres furent ouverts dans des lieux aussi difficiles d’accès que le Lac Blanc, ou plus haut encore, près du Lac du Milieu à près de 3 000 m d’altitude. Leur découverte permet de reconnaître les techniques de prospections utilisées par les mineurs anciens, de l’ouverture des premiers puits jusqu’au repérage par moyens hydrauliques (chasses d’eau) apparemment employés à Brandes comme ils le furent sur divers sites antiques. Si l’hypothèse se confirme ainsi que semblent bien le montrer les dernières études, l’on disposerait donc à Brandes d’une documentation exceptionnelle sur les techniques et d’une nouvelle interprétation des réseaux hydrauliques ou des aménagements de surface repérés déjà partiellement sur le site mais jusqu’ici incomplètement compris.

8L’extraction du minerai lui-même introduit à bien d’autres problèmes, dont l’énorme utilisation du bois et charbon de bois qui dut être faite. Les boisages étaient nécessaires dans les galeries, et certains d’entre eux, retrouvés sur place, purent être datés par dendrochronologie suivant un procédé qu’il faudra encore systématiser afin de bien distinguer les différents temps de l’exploitation. Mais c’est surtout l’action du feu qui semble avoir été utilisée lors de l’abattage du minerai, le travail au burin n’intervenant que dans une moindre mesure. Les multiples comparaisons utilisées situent bien cette technique dans un cadre très large, géographiquement comme chronologiquement. Elles ne font que souligner l’extension de cette méthode dévoreuse de combustible et à l’origine peut-être ici de l’étymologie du site (la montagne qui fume...). Si l’on tient compte de l’ensemble des travaux complémentaires (forges pour la réparation des outils en fer ou acier, ateliers de traitement du minerai), ce sont donc de grandes quantités de charbon de bois qu’il fallut apporter à Brandes même et dans toutes les zones d’extraction : transports constants pendant les périodes de travail, et beaucoup plus importants sans doute que la descente de minerai vers la plaine, après enrichissement. Toute une animation de la montagne apparaît donc au fil de ces pages, tandis que l’on peut s’interroger sur l’étendue des déboisements imposés par cet artisanat effectué à grande échelle. Sur la non utilisation aussi du charbon de terre, présent sur ce site mais dont l’usage semble s’être limité à quelques essais restés alors sans lendemain...

9L’exceptionnelle moisson d’informations obtenue sur les diverses étapes du traitement du minerai lui- même est aussi enrichissante. Des tris effectués dans les galeries d’extraction puis sur le carreau de la mine, à la source d’amas de stériles et de haldes impressionnants, jusqu’aux opérations de concassage à l’aide de percuteurs, de broyage par meules, de décrépitation par le feu, puis de lavage dans des bassins alimentés en eau courante, c’est toute une série d’opérations très concrètes qui apparaît. Aucune ne semble conduire à un véritable traitement chimique du minerai, sans doute réservé à des ateliers spécialisés -et monétaires- sous contrôle direct des commanditaires. Mais toutes s’inscrivent dans une chaîne de travail continue qui, malgré la modestie apparente des installations de travail et leur durée de vie assez courte, s’intègre dans une stratégie d’ensemble tout à fait remarquable.

10Et peut-être est-ce sur ce point qu’il convient en effet d’insister, comme le font les auteurs de ce beau livre à plusieurs reprises. Peu d’entreprises durent être plus urgentes au Moyen Âge que cette recherche des métaux précieux ; peu aussi durent donner lieu à plus d’investissements coûteux, portés aux limites du possible en fonction des moyens technologiques disponibles. Que ceux-ci plafonnent alors que les conditions d’extraction s’aggravaient et c’était l’arrêt ou tout au moins l’impossibilité d’exploiter plus complètement les ressources offertes par les progrès de la topographie ou l’amélioration de l’outillage. Tel dut être le cas à Brandes, « mine-modèle » du XIIIe siècle mais bientôt envahie de stériles tandis que les problèmes d’exhaure ou d’approfondissement des galeries n’étaient que très partiellement dominés. Dès lors, coûtant plus qu’elle ne pouvait rapporter, la mine était condamnée malgré l’ouverture des multiples chantiers dont il serait nécessaire de bien établir l’échelonnement dans le temps. Mais l’image qui s’en dégage grâce à l’apport de ces fouilles est, une fois de plus et comme souvent pour les sites médiévaux, remplie de contrastes. L’audace dans le choix des sites miniers s’oppose au caractère rudimentaire voire à la fragilité des installations de traitement du minerai. Bien des innovations existent cependant, dont cette utilisation de la force hydraulique dont l’usage témoigne d’une stratégie et d’une connaissance technique nées d’une vision globale de l’entreprise que seuls des spécialistes pouvaient alors mettre en œuvre au profit de commanditaires puissants.

11Il est heureux que l’isolement même de ce site ait permis de préserver jusqu’à ces dernières années les vestiges de ce travail et qu’il se soit trouvé des chercheurs assez audacieux -et tenaces- pour en tirer parti, avec l’aide d’une équipe pluridisciplinaire qu’il fallut réunir et dont il faut louer l’efficacité. S’appuyant sur les observations anciennes d’Hyppolite Muller auquel elles tinrent justement à rendre hommage, Marie-Christine Bailly-Maitre et Joëlle Bruno Dupraz surent se forger une méthode, acquérir une culture, multiplier les expériences comparatives indispensables à la compréhension de l’exploitation minière et de son originalité exacte. Les aides trouvées sur place, dans la Région et auprès de l’Etat répondirent heureusement aux exigences matérielles de ce programme dont il faut souhaiter la continuité. Puisse l’ouvrage actuel, si bienvenu dans la série déjà longue des D.A.R.A. où il prend tout naturellement sa place avec l’appui de ses directeurs ancien et actuel, assurer à ces recherches la diffusion souhaitée, dans les milieux scientifiques comme auprès d’un large public - celui-là même qui, dévalant les pentes enneigées de l’Alpe d’Huez - doit pouvoir découvrir la richesse ancienne de cette montagne et le rôle qu’elle a joué dans l’histoire et l’économie du Dauphiné comme dans l’évolution des techniques médiévales.

Auteur

Professeur à l’Université de Provence.
Aix-en-Provence

© Alpara, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access