Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Château d'Essertines

 | 
Françoise Piponnier

Chapitre 8. Les objets et leurs fonctions : métaux, os et pierre

Bruna Maccari-Poisson

Note de l’auteur

Les dessins des illustrations sont tous à l’échelle 1/1 sauf la truelle de la fig. 122 qui a été réduite de moitié.

Texte intégral

1Hormis les objets céramiques étudiés au chapitre 5, 829 pièces constituent l’ensemble des en objets métal, os, pierre et terre cuite mis au jour par la fouille de la zone castrale d’Essertines-Basses ; mais toutes les trouvailles n’ont pu être identifiées. 346 objets (soit 41,7 %) ne figurent pas dans cette étude : ceux qui sont trop incomplets pour être évalués précisément, ainsi que ceux qui sont identifiables mais dont la partie conservée est trop réduite. Parmi ces derniers figure surtout un nombre important de clous trop incomplets pour qu’on puisse les rattacher à un des types reconnus sur le site.

2Le matériau le plus largement représenté est le fer (91,6 %) suivi, en plus faible pourcentage, par le cuivre ou l’alliage cuivreux7 (4,3 %), l’os taillé (2 %) et la terre cuite (1,3 %). Les autres matières sont encore plus rares, parfois en un seul exemplaire comme il apparaît dans le tableau récapitulatif ci-dessous. En outre, certains objets résultent de l’utilisation de deux matières : fer et cuivre, plomb et argent ou os et fer.

3Le présent catalogue ne comprend donc que 482 objets, soit 58,3 % de l’ensemble des trouvailles. Leur nombre reste toutefois important si l’on considère l’extension et la profondeur limitées de la fouille, ainsi que les conditions du gisement qui ne sont pas favorables à une bonne conservation. Le bois, comme presque partout, a totalement disparu et le fer, qui est le métal le plus couramment utilisé, est très altéré, extrêmement fragile et friable.

4L’étude des objets identifiables a permis cependant de reconnaître au moins huit grands groupes, selon leur fonction et leur utilisation la plus courante :

  • La vie administrative

  • Les armes et le costume militaire

  • La ferrure et le harnachement du cheval

  • La parure et l’habillement

  • Les jeux et les loisirs

  • L’outillage et les ustensiles

  • L’ameublement et la serrurerie

  • La construction

5L’attribution à l’un ou à l’autre de ces groupes n’a pas été toujours aisée. De nombreuses questions restent encore en suspens pour un certain nombre d’objets, et l’interprétation proposée ne prétend nullement être définitive. Très souvent les objets archéologiques ont pu avoir une polyvalence difficile à évaluer, et leur utilisation reste incertaine. Pour ne citer qu’un exemple : les manches et les lames de couteau, catalogués dans l’outillage divers ont pu être utilisés pour la chasse aussi bien que comme armes.

6Cette polyvalence est d’ailleurs attestée sur d’autres sites. Sur la motte du Châtelard dans l’Isère, le millier de clous de ferrure découvert amène à se demander si leur usage était strictement réservé à ferrer les chevaux (Châteaux de terre, 1987, p. 66). On ne saurait oublier que des clous de ferrure ont pu servir de tige, de fixation de douilles, comme cela est prouvé à Charavines dans l’Isère (Charavines, 1988). Cette dernière constatation pourrait expliquer, entre autres, pourquoi à Essertines-Basses un petit nombre de clous de maréchalerie a été retrouvé dans la couche d’effondrement de l’étage de la tour, là où se trouvait le logement seigneurial.

7À ceci s’ajoute une autre source d’incertitude : celle dérivant de la réutilisation des objets, une fois exploitée leur fonction principale. Sur le site de Montségur, par exemple, on a pu observer que des fers de traits avaient été réutilisés comme pitons ou crochets (Montségur, 1980, p. 116 et 117).

8De ce fait, le catalogue du mobilier d’Essertines-Basses ne se propose pas de trancher définitivement sur l’utilisation d’origine de chaque objet. Le classement par grands groupes n’a comme but que celui d’illustrer de façon simple et de lecture facile les différentes activités qui ont pu se dérouler dans la zone castrale, en complément de l’étude du mobilier céramique. Les trouvailles archéologiques sont très souvent humbles, parfois même frustes ; les cataloguer et classer ne signifie pas les surestimer mais seulement les mettre en valeur pour ce qu’elles sont : le témoignage de la vie des hommes qui du XIIIe au XIVe s. ont habité la tour et occupé l’espace de la cour.

La vie administrative

9Ce premier groupe ne réunit que deux objets qui viennent s’ajouter aux deux poids monétaires intégrés dans l’étude numismatique : un anneau sigillaire et un style. L’extrême rareté des trouvailles de ce type de matériel justifie que leur valeur historique et archéologique soit mise en premier plan dans la liste des objets. Essertines-Basses n’était qu’une petite châtellenie et les vestiges mis au jour ne sont ni vastes ni imposants. Ces deux trouvailles constituent donc un important témoignage de son rôle de siège politique et administratif dans la vallée du Vizézy.

Anneau sigillaire (fig. 98 n° 1)

  • Plomb et argent

  • Diam. 22 mm., ép. 3 mm.

10Bague avec anneau bombé à l’extérieur. Le chaton en bâtière porte gravé en creux les armes des ducs de Bourbon, comtes de Forez depuis 1368 : une fleur de lis brisée d’une bande.

11Plus qu’un bijou, cette bague est un sceau destiné à authentifier des actes officiels. Elle a été retrouvée dans la couche d’effondrement de l’étage de la tour, datable du XIVe s. par la présence de monnaies et de l’anneau sigillaire lui-même.

Style (fig 98 n°2)

  • Os poli

  • L. conservée 20 mm ; diam. de la tige 2 mm.

12Cet objet très fragmentaire peut être interprété comme une pointe pour écrire sur des tablettes en bois enduites de cire, outil connu également sous le nom de greffe (Gay et Stein, 1897-1928, p. 795 s.v. greffe). Le style était surtout en usage dans l’Antiquité, pourtant il était encore utilisé au Moyen Âge pour des écritures de moindre importance comme l’attestent les documents iconographiques et d’autres trouvailles archéologiques (Opgravingen, 1977, p. 379-383). La pointe de cet outil est cassée et on ne peut pas en connaître la longueur. L’autre extrémité, plate, est découpée en festons et perforée en son milieu, vraisemblablement pour le passage d’un ruban permettant de l’accrocher à la tablette de cire. Ce fragment de style provient du sol d’occupation de la tour (période IV) et peut être daté du XIVe s.

Les armes et le costume militaire

13Dans ce deuxième groupe sont inclus tous les objets qui se réfèrent en général à la vie militaire : les armes défensives, ainsi que d’autres accessoires de l’habillement, et les armes offensives. Le plus grand nombre d’objets provient d’armes offensives légères. On a identifié surtout des carreaux d’arbalète mais aussi quelques fragments qui pourraient éventuellement correspondre à des pointes de flèche du type foliacé, mais trop petits pour les identifier sûrement. Les carreaux d’arbalète sont tous du type à douille. On distingue deux types, correspondant probablement à une différence chronologique. Le premier type, plus effilé, pourrait également être identifié comme une pointe de flèche, mais l’exacte distinction entre les fers de traits étant très difficile à saisir, nous avons retenu le terme de carreau dans son sens le plus large, indiquant par cela une pointe d’arme légère. Les objets les plus rares et les plus intéressants sont de menues trouvailles appartenant à l’armement défensif et présentant deux types distincts. Quelques annelets rivetés attestent l’utilisation des cottes de maille traislie ; mais d’autres objets peuvent être interprétés plutôt comme des éléments d’assemblage d’un vêtement défensif à plaques articulées.

14L’équipement militaire comprend aussi deux éperons et un fragment d’objet qui pourrait correspondre au renforcement en métal d’un fourreau.

15Les derniers objets qui trouvent place dans ce groupe sont les trompes d’appel en céramique dont ont été retrouvés les fragments d’au moins trois exemplaires. Leur usage, connu dans toute l’Europe médiévale, est attesté par les trouvailles de plus en plus nombreuses dans la France entière. La découverte de ces tessons sur un site castral semble confirmer le fait que les trompes sont des instruments militaires. Dans le domaine archéologique, en effet, on constate que les trouvailles de ce type sont particulièrement nombreuses sur des sites de château. Leur fonction était vraisemblablement celle de guet ; on ne saurait leur affecter un rôle plus ludique : les trompes de chasse sont décrites comme étant en cuivre dans les inventaires seigneuriaux. En outre, la céramique serait un matériau trop fragile pour être transporté et l’iconographie des scènes de chasse ne représente jamais de trompes en terre, (cf. chap. 5).

Annelets de cotte de maille (fig. 99 n° 1 à 4)

  • Fer

  • diam. : 11 mm.

16Annelets ouverts découpés dans une tôle de fer. Leurs extrémités sont aplaties et rivetées, correspondant à des anneaux de maille traislie, tels qu’ils sont illustrés pour le site de Montségur (Montségur, 1980, p. 107-108). Trois de ces annelets ont été retrouvés dans la couche d’effondrement de l’étage de la tour (période IV) et le dernier dans la couche de démolition de l’ensemble de l’édifice (période VI). Ils prouvent l’existence, encore au XIVe s., des vêtements défensifs souples en maille traislie.

99 - Annelets de cette de maille

99 - Annelets de cette de maille

Supports de rivetage (fig. 99 n° 5 et 6)

  • Fer et cuivre

  • diam. environ 15 mm., ép. 1 mm.

17Il s’agit de deux rondelles (dont une très abîmée) découpées dans une tôle de fer. L’exemplaire le plus complet présente des rebords légèrement recourbés. Un rivet en cuivre est encore en place. Des rondelles rivetées très semblables ont été retrouvées à Montségur et sont interprétées comme des éléments de fixation de pièces d’armure entre elles, ou sur un support de cuir ou de tissu, pour assembler un vêtement du type brigandine (ibid. p. 108-109).

18Toutes les deux proviennent des couches de destruction de la tour (période VI) et sont vraisemblablement plus tardives que les fragments de cotte de maille.

99 - Supports de rivetage

99 - Supports de rivetage

Supports de rivetage ?

  • Fer étamé.

  • diam. environ 20 mm., ép. 1 mm.

19Ces deux fragments aux rebords légèrement recourbés se rapprochent des deux objets précédents. Ils n’ont pas de rivet mais ils sont percés au milieu d’une ouverture rectangulaire. Leur identification reste hypothétique mais on ne peut pas exclure qu’il s’agisse également de pièces pour assembler un costume défensif articulé (Boccia, 1982, p. 14, s. v. brigantina). Ils proviennent de la période IV du site (effondrement de l’étage de la tour).

Bouterolle (fig. 100)

  • Fer

  • L. environ 70 mm., 1.11 mm.

20Tôle de fer repliée sur elle-même de façon à épouser la forme d’une lame. La pointe est incurvée et arrondie.

21Appliquée à l’extrémité d’un fourreau en cuir, la bouterolle servait à la renforcer. Des pointes de fourreau du même type ont été retrouvées dans les phases les plus anciennes de Rougiers (Démians d’Archimbaud, 1980, p. 445, et fig. 425 n° 2 à 5). A Essertines-Basses cet objet a été mis au jour dans la phase 2D de la tour correspondant à l’occupation de l’étage et chronologiquement attribuable au XIVe s..

Eperons (fig. 101 n° 1 et 2)

  • Fer

  • L. 110 mm.

22Une paire d’éperons, du type à pointe pyramidale sur collet court. Les branches, minces et courtes, sont incurvées pour épouser le talon mais également dans le sens de la hauteur. Elles se terminent dans l’exemplaire complet, par deux bouclettes circulaires et perpendiculaires à l’axe des branches.

23Les nombreuses études sur les éperons concordent pour restreindre leur utilisation entre le XIe et le XIIe s. (Halbout, 1987, p. 231-232). Jusqu’au XIe s., de fait, les branches ne sont pas incurvées en hauteur (comme c’est le cas sur les éperons d’Essertines-Basses) et la pointe est formée par simple étirement en triangle ; par la suite, à partir du XIIIe s., le type d’éperon à pointe est remplacé par celui à roulette.

24Un exemplaire quasiment identique à celui d’Essertines-Basses a été retrouvé au Plessis-Grimoult, daté du milieu du Xe-milieu XIe s (ibid., n. 954, p. 232). Un deuxième provient des fouilles de Saint-Denis dans un contexte du début XIIe s. (Meyer, 1982, p. 151 et fig. 84). Cette chronologie haute ne contraste pas avec l’histoire du site castral d’Essertines-Basses puisque ces deux éperons appartiennent à une période ancienne de l’occupation de la cour, correspondant au XIIe ou XIIIe s. L’exemplaire fragmentaire provient de la couche d’incendie de la cour (phase 4 B) et l’autre a été retrouvé dans la tranchée de fondation du mur de courtine, tranchée dans laquelle on a vraisemblablement rejeté les débris provoqués par le même incendie.

Carreaux d’arbalète, type A (fig. 102 n° 1 et 2)

  • Fer

  • L. 70 mm. ; diam. de la douille 12 mm.

25Ce premier type est très effilé et il est parfois identifié comme une pointe de flèche (Halbout. 1987, p. 218-219 et fig. 892). La pointe a une section quadrangulaire qui s’évase et s’arrondit vers la douille, après un léger rétrécissement central. Les fers de ce genre sont rares à Essertines-Basses et semblent être les plus anciens puisqu’on en a retrouvé dans une couche de la période III dans la cour, attribuable au XIIe ou XIIIe s. Sur d’autres sites ce même type apparaît également plus ancien que le type B. A Rougiers, dans le Var, ces fers de traits paraissent en usage au XIIIe s. (Démians d’Archimbaud. 1980, p. 446. groupe 3b et fig. 426 n° 12 à 20) ; à la même époque, ces pointes étaient largement utilisées à Montségur (Montségur, 1980, p. 117, type B) et la même chronologie est fournie par le site de Montaigu dans le Tarn (Village déserté, 1970, fig. 27 n° 10) et de Rougemont-LeChâteau (Cinq années de fouilles. 1983, fig. 42 n° 5).

Carreaux d’arbalète, type B (fig. 102 n° 3 et 4).

  • Fer

  • L. 50 mm. ; diam. de la douille 12 mm.

26Ce deuxième type est plus court et trapu que le précédent. Le départ de la pointe, de section pyramidale à trois faces, est marqué par un fort étranglement Tous les exemplaires de ce type proviennent de la couche correspondant à l’occupation de l’étage de la tour (période IV) et peuvent être datés du XIVe s. Il s’agit d’un fer de trait très répandu à cette époque, comme le montrent les nombreuses trouvailles sur d’autres sites : entre autres à Rougiers dans le Var (Démians d’Archimbaud, 1980, p. 448, groupe 4 et ftg. 426 n° 21 à 35) et à Givors dans le Rhône, pour rester dans la région proche (Des Burgondes à Bayard, 1981, n° 424).

Ferrure et harnachement du cheval

27Sont compris dans ce groupe d’objets les fers, les clous de maréchalerie, les boucles et quelques fragments ayant appartenu probablement au harnachement du cheval. La zone castrale d’Essertines-Basses a restitué en tout six fers d’équidé, mais aucun n’est complet. Ce qu’il en reste, environ la moitié, permet cependant de distinguer trois types de fer à cheval et un fer à mulet. Aucun de ces fers ne possède à proprement parler de rives ondulées, du type le plus ancien et répandu surtout aux XIe et XIIe s. Les mieux conservés semblent plutôt correspondre au type à rives linéaires, plus tardif, répandu dès le XIIIe s. Mais la présence des ondulations sur le côté externe des branches est parfois difficile à appréhender lorsque le fer est usé ou mal conservé.

28Les clous de ferrure, très nombreux sur le site (127 pièces) présentent également des différences dans la forme de la tête et ils ont été regroupés en cinq types distincts.

29En revanche, les éléments du harnachement du cheval sont plutôt rares : quelques boucles, des ardillons isolés et trois fragments d’objets d’usage incertain mais qui pourraient être des éléments de mors.

Fer à cheval, type A (fig. 103 n°1)

  • Fer

  • L. 110. ; 1. 19 mm. ; ép. 5 mm.

30Fragment de fer avec voûte circulaire et branches larges, très refermées à l’extrémité qui ne comporte aucun épaississement. Sur la moitié conservée sont visibles trois étampures rectangulaires avec des contre-perçures très allongées. Ce détail semblerait le rapprocher des fers à rives ondulées, très nombreux sur les sites des XIe-XIIe s. (Halbout, 1987, p. 236). L’exemplaire d’Essertines-Basses est cependant à rives linéaires et vraisemblablement plus tardif. Peut-être s’agit-il d’un type intermédiaire, avant que ne se généralisent les étampures carrées.

Fer à cheval, type Β (fig. 103 n°2)

  • Fer

  • L. 110 mm. ; 1. 18 mm. ; ép. 5 mm.

31Très semblable au type précédent, ce fragment de fer à cheval se caractérise par le sensible écartement des trois étampures visibles malgré la mauvaise conservation. Curieusement, la première étampure est située près de l’éponge. Un léger épaississement de celle-ci pourrait faire penser à la présence d’un talon à crampon. Néanmoins, ce fer est si recouvert de concrétions de rouille qu’il est difficile d’en apprécier exactement les détails. Un clou est encore en place dans l’étampure supérieure qui semble être de forme rectangulaire et avec une contre-perçure allongée.

Fer à cheval, type C (fig. 104 n°1)

32-Fer

33-L. 110 mm. ; 1. 25 mm. ; ép. 2 mm.

34Ce fer est plus large et plus mince que les exemplaires précédents. Mais surtout il se différencie par la forme de la voûte, presque conique, et par l’écartement du talon. Celui-ci est très effilé et l’éponge est nettement épaissie. Sur le fragment conservé on ne retrouve que deux étampures quadrangulaires dont les contre-perçures sont à peine plus larges, destinées sans doute à recevoir des clous de forme différente. Ce type de fer a été retrouvé dans un contexte du XIVe s. et la même chronologie est attestée par des pièces semblables à Rougiers dans le Var (Démians d’Archimbaud, 1980, p. 452 et fig. 432 n° 1 à 3).

Fer à mulet (fig. 104 n°2)

  • Fer

  • L. 95 mm. ; 1. 24 mm. ; ép. 5 mm.

35Ce fragment de fer d’équidé a une forme vaguement rectangulaire et il est plus large que les précédents. La voûte est en équerre et les rives sont quasiment rectilignes. Les étampures sont disposées très près du sommet. Des fers semblables ont été retrouvés à Rougiers et ils ont été interprétés comme étant des fers à mulet (ibid., p. 453 et fig. 432 n° 7 à 9).

36Sur le site d’Essertines-Basses ont été retrouvés 127 clous à ferrer dont 118 relativement bien conservés et identifiables. Ils proviennent presque exclusivement de la zone entre tour et courtine lorsque la résidence principale est déjà édifiée sur le sommet de la zone castrale ; huit seulement ont été mis au jour à l’intérieur de la tour. L’abondance des trouvailles dans la cour laisse entrevoir qu’il s’agissait d’un espace où l’on abritait les chevaux et les mulets. Selon la forme de la tête, ces clous peuvent être classés en quatre types différents. Les trois premiers types, qui ont une tête large et développée, semblent s’adapter à un fer d’équidé avec des étampures rectangulaires. Le dernier, en revanche, paraît destiné à des étampures carrées ou de forme peu allongée.

Clous de ferrure, type A (fig. 105 n°1 à 3)

  • Fer.

  • L. 30/40 mm. ; ép. de la tige 3x5 mm.

37Ce type de clou est l’un des plus répandus sur le site, on en compte 38 exemplaires identifiables. La tête est trapézoïdale et se développe dans le prolongement du côté le plus large de la tige. Celle-ci est plate et, généralement, très effilée. Il s’agit du type le plus archaïque, à Essertines-Basses, puisqu’il est le seul retrouvé dès la période II ; cependant, il perdure jusqu’à la période V.

Clous de ferrure, type Β (fig. 105 n°4 à 6)

  • Fer.

  • L. 30/40 mm. ; ép. de la tige 2x3 mm.

38Dans ce ty pe la tête, plate, a une forme approximativement circulaire rabattue par six facettes, le haut étant un des sommets. Il ressemble à une cheville de violon mais il est connu plus couramment comme « en clef de violon ». Sur le site il ne fait son apparition que dès la période III. Il est probablement entré en usage après le type A, mais on ne saurait pas oublier qu’il est plus rare et qu’il n’en existe en tout que 20 exemplaires identifiables.

Clous de ferrure, type C (fig. 105 n°7 à 9)

  • Fer.

  • L. 30/37 mm. ; ép. de la tige 2 x 4mm.

39Cette forme de clou est la plus largement représentée sur le site : 42 exemplaires identifiables. La tête est rectangulaire, toujours dans le prolongement du côté le plus large de la tige. Comme les précédents il semble s’adapter aux contre-perçures très longues du fer à cheval du type A. Il a été rencontré en faible quantité dès la période III (XII-XIIIe s.), mais il est plus courant lors des occupations du XIVe ou XVe s.

Clous de ferrure, type D (fig. 105 n°10 à l2).

40-Fer.

41-L. 32 mm. ; ép. de la tige 3x4 mm.

42Dans ce type de clou, la tête est quadrangulaire et formée par l’épaississement de la tige sur tous ses côtés, sans aucun collet ou ressaut. De par sa forme il parait destiné à des fers à cheval avec des étampures carrées. A Essertines-Basses il n’apparaît qu’à partir du XIVe s. (période IV) et perdure jusqu’à la période VI, au cours de laquelle on ne rencontre plus les clous d’équidé du type A ou B.

43Un petit nombre d’autres objets sont vraisemblablement à rattacher au harnachement du cheval, mais ils s’agit de fragments et leur identification reste incertaine. En outre, ils proviennent tous de l’intérieur de la tour et non de l’endroit où étaient abrités les animaux. Cependant la taille de 3 fragments de boucle semiovales en fer rappelle celles des boucles de harnachement mises au jour à Rougiers dans le Var (ibid., fig. 461 n° 19). Egalement délicate est l’attribution à un mors de deux fragments de crochets à section plate de l’équipement du cheval, d’un petit nombre d’ardillons et d’un autre fragment de mors.

Ardillons de boucle (fig. 106 n° 1 et 2)

  • Fer.

  • L. 55 et 62 mm. ; ép. 4 mm.

44La longueur de ces ardillons laisse imaginer des boucles de grande taille qui ne peuvent être associées qu’au harnachement du cheval.

Fragments de mors (fig. 106 n°3)

  • Fer

  • L. 52 mm.

45Ce large crochet de section quadrangulaire se termine par un anneau plat. Le passage entre la section carrée et la section plate s’effectue au niveau de la courbe qui précède l’anneau. Des rapprochements avec la bibliographie existante permettent d’envisager que ce fragment d’objet puisse être un élément de mors de filet (Halbout, 1987, p. 238 et fig. 993 ; Medieval Catalogue, 1967, fig. 21).

L’habillement

46Très peu d’objets identifiables se rattachent à la parure ou à l’habillement des occupants du site au Moyen Âge. Mis à part l’anneau sigillaire, que concerne plutôt le rôle administratif du château, aucun autre bijou n’a été mis au jour à l’exception d’une bague très simple en métal cuivreux. Les autres découvertes consistent en menus objets d’usage très courant, comme quelques appliques d’ornement de ceinture ou d’attaches métalliques, de nombreux ferrets d’aiguillettes et des épingles. La présence de ces dernières est, cependant, à souligner puisque elle semble prouver une présence féminine dans la tour. Cet édifice n’était pas seulement un poste de garnison ou occasionnellement un siège administratif comme semble l’indiquer la plus grande part des objets découverts. Outre les épingles, servant principalement à tenir en place les coiffures, d’autres objets attestent que des femmes y vivaient, comme par exemple les fusaïoles. Quant aux paillettes qui ornaient les ceintures, elles étaient appliquées indifféremment pour les deux sexes ainsi que les ferrets d’aiguillettes qui facilitaient le passage des lacets servant à assembler différentes parties du vêtement ou les chaussures. En revanche, la seule bague retrouvée sur le site semble, de par sa taille, avoir été portée par un homme.

Bague (fig. 107 n°1)

  • Alliage cuivreux

  • diam 24 mm. ; ép. 2 mm.

47Anneau plat sur la face interne et légèrement bombé sur sa surface externe. Sans aucun décor visible. Il a été retrouvé dans la tour dans une couche de la période V, datable du XIVe s.

Boucle de ceinture (fig. 107 n°2)

  • Alliage cuivreux.

  • L. totale 32 mm. ; 1. de la boucle 21 mm. 1. de la chape 15 mm.

48La boucle a une traverse supérieure en arc de cercle de section plate se terminant par deux petites boules. La chape est mobile, rectangulaire et découpée pour recevoir l’ardillon qui est perdu. La chape était fixée à la ceinture par deux rivets restés en place. Cette unique boucle de ceinture provient d’un contexte du XVe s., mais à Rougiers dans le Var, des pièces semblables ont été retrouvées dans des niveaux du milieu ou de la deuxième moitié du XIVe s. (Démians d’Archimbaud, 1980, p. 495 et fig. 466 n° 25).

Applique carrée (fig. 108 n°1)

  • Tôle de cuivre emboutie.

  • L. 15 x 15 mm

49Cette applique décorative est d’un type rare puisqu’elle a été découpée, en forme de bouclette quadrilobée. Il est possible qu’on l’ait utilisée pour orner une attache plutôt que le cuir d’une ceinture. Ce type d’ornement fixé par un rivet sur une simple attache en bronze est attesté sur le site de Rougiers dans le Var (ibid., p. 510 et fig. 475 n° 1 à 5). Le périmètre est festonné de douze globules en relief. Au sommet, les quatre lobes d’angle et les autres globules forment un autre décor de seize petites concavités. La traverse centrale est plate et rivetée. Cette applique provient de l’étage de la tour et peut être datée du XIVe s.

Applique lobée (fig. 108 n°2)

  • Fer

  • L. 18 mm.

50De par ses dimensions, supérieures aux paillettes plus courantes, cette applique décorative a pu également servir à orner une attache. Elle est formée de six pétales globulés et un globule central perforé pour le passage d’un rivet.

Paillettes (fig. 108 n°3 à 5)

  • Tôle de cuivre emboutie

  • L. 10 mm.

51Les trois uniques paillettes retrouvées sur le site sont très différentes entre elles. La première est quadrangulaire, décorée sur les angles par des ondulations trilobées et par un motif de losange en son milieu (n°l).La deuxième est en forme de rosace à six lobes latéraux et un globule central (n°2). La dernière est plus simple, circulaire et très bombée (n°3). Ces types de paillettes sont largement répandus en France au Moyen Âge surtout pour décorer des ceintures (ibid., p. 510-511 et fig. 475 n° 17, 19 ; fig. 476 n° 17 ; fig. 775 n° 20, 21). Les exemplaires d’Essertines-Basses proviennent des couches datables du XIVe s.

Banquelet (fig. 108 n° 6)

  • Tôle de cuivre.

  • L. 14 mm.

52Cette applique décorative est percée de deux trous de fixation sur les extrémités. Elle peut être interprétée comme étant un banquelet plutôt qu’une paillette, puisque ces dernières n’ont qu’un rivet central. Il est de forme ovale avec un renflement en son milieu. Cette pièce unique a été retrouvée hors stratigraphie et il est impossible d’en envisager une datation précise. Ces petits objets ne sont pourtant pas inconnus au Moyen Âge (Gaulard, 1971).

Epingle (fig. 109 n°1)

  • Alliage cuivreux

  • L. 55 mm. ; diam. de la tête 3 mm.

53Cette longue épingle est la seule ayant une tige torsadée. La tête est formée par un fil plat enroulé autour d’une extrémité de la tige.

Epingle (fig. 109 n°2)

  • Fer

  • L. 50 mm. ; diam. de la tête 3 mm.

54Epingle longue avec une tige cylindrique, simple. La pointe se présente écrasée. La tête est formée par un fil plat enroulé autour de l’autre extrémité. Ce type d’épingle en fer est rare : généralement toutes les épingles sont en métal cuivreux.

Epingles (fig. 109 n°3 à 5)

  • Alliage cuivreux

  • L. variante entre 35 et 40 mm. ; diam. 1 mm.

55Ce type d’épingle, utilisé pour ajuster les vêtements et les coiffures est très répandu au Moyen Âge et on le rencontre sur de nombreux sites, en grande quantité. Dans la tour d’EssertinesBasses on en a retrouvé une dizaine dans les couches datables du XIVe s.

Ferrets (fig. 109 n°6 à 8)

  • Tôle de cuivre

  • L. variante entre 21 et 24 mm. ; diam. 2 mm.

56Ces petites tiges creuses servaient de passe-lacet. Elles sont formées d’un rectangle de tôle de cuivre enroulé autour d’une tige. Après la découpe, une extrémité était écrasée pour former la pointe, et l’autre était percée d’un petit trou pour la fixer au lacet. Comme les épingles, les ferrets d’aiguillette sont parmi les trouvailles les plus fréquentes sur les sites de la fin du Moyen Âge. Dans la tour d’Essertines-Basses, il y en avait une dizaine. Il faut dire que ces petits objets se perdaient très facilement : il n’est donc pas étonnant qu’on les retrouve en si grand nombre.

Annelets (fig. 110)

  • Os poli

  • diam. environ 10 mm.

57Ces minuscules annelets sont des trouvailles assez exceptionnelles sur des sites médiévaux. Vraisemblablement, ils étaient utilisés pour renforcer les oeillets des vêtements ou des chaussures. Ils ont été retrouvés exclusivement dans la tour et l’on peut se demander s’ils n’étaient pas destinés uniquement à des vêtements luxueux.

Les jeux et les loisirs

58Les jeux n’étaient pas absents dans la vie du château d’Essertines-Basses. L’iconographie et les sources écrites témoignent d’ailleurs qu’ils étaient largement pratiqués. Les objets qui nous sont parvenus sont rares, certes, puisqu’un bon nombre était vraisemblablement en bois, comme le prouvent les nombreuses trouvailles de pions et de pièces d’échecs ou de tric-trac à Charavines dans l’Isère, où ont été retrouvés également des dés à jouer en bois (Des Burgondes à Bayard, 1980, n° 328, 330, 331 et 333). Le matériel d’EssertinesBasses est un témoignage cependant fort intéressant sur les moments de détente et les passe-temps et qui permet, en outre, d’appréhender quelque peu la différence sociale entre le niveau de vie de la tour et de la cour. Le pion d’échecs et le dé à jouer en os, retrouvés à l’intérieur de la tour, sont le produit d’un artisanat spécifique : ils sont bien finis et de facture soignée. Les objets dispersés dans les couches de la cour, en revanche, semblent être le résultat d’un bricolage succinct. Des jetons sont grossièrement retaillés dans des fragments de céramique soit en pâte grise, soit en pâte rouge ; on peut considérer ce choix comme volontaire car ces deux types de pâte coïncident avec la distribution des couleurs pour les pièces de « jeux de société » médiévaux. On les attribue au domaine du jeu d’une part en raison de leurs dimensions, d’autre part parce que les jetons de comptage sont métalliques, légendés, et se présentent comme des monnaies. Des rondelles semblables sont également retaillées dans une plaquette d’os, et on peut leur attribuer la même fonction. Tout aussi rudimentaire est le cas d’une flûte de facture très rustique, retaillée dans un os.

Flûte

  • Os

  • L. conservée 55 mm.

59Ce fragment de flûte est le seul témoignage d’instruments de musique. Il est obtenu à partir d’un os long à peine dégrossi et sur lequel ne subsistent que deux perforations. Des flûtes semblables, de fabrication rudimentaire, existent sur d’autres sites médiévaux comme à Rougiers dans le Var (Démians d’Archimbaud, 1980, p. 429-430 et fig. 412 n° 7 et 8). A Essertines-Basses, elle provient d’un contexte du XVe s. mais ces types d’instruments populaires ont été très répandus à toute époque (Jourdan, 1980).

Pion d’échecs (fig. 111 n°1)

  • Os poli

  • L. 32 mm. ; 1. de la base 15 mm.

60Pièce d’échecs en forme de pyramide à base octogonale. Les facettes sont décorées alternativement de trois cercles ocellés incisés et disposés verticalement. Il a été retrouvé dans la tour dans un contexte du XIVe s.

Dé a jouer (fig. 111 n°2)

  • Os poli

  • 1.6 x 6 mm.

61Cube de très petites dimensions, soigneusement fini. Les chiffres sont marqués par des cercles ocellés incisés. La numérotation est celle habituelle dans les dés à jouer occidentaux : la somme des faces opposées est égale à 7. Les dés à jouer sont présents sur de nombreux autres sites médiévaux et en particulier à Montségur, dans l’Ariège, où l’un des types est très petit comme celui d’Essertines-Basses (Montségur, 1980, p. 218-219 ; Démians d’Archimbaud, 1980, fig. 446 n° 9 à 11).

Jeton (fig. 112 n°1)

  • Os poli

  • diam. 28 mm. ; ép. 4mm.

62Cette plaquette en os est la seule qui soit soigneusement arrondie et polie sur les deux faces, mais elle a été retrouvée hors stratigraphie et elle n’est peut-être pas médiévale.

Jeton (fig. 112 n°2)

  • Os

  • diam. 45 mm. ; ép. 6 mm.

63Ce jeton est une pièce grossièrement façonnée. Le pourtour est à peine arrondi et les surfaces conservent la rugosité naturelle de l’os. Il provient de la zone de la cour et a été mis au jour dans une couche datable du XIIe ou XIIIe s.

L’outillage et les ustensiles

64Dans la zone castrale d’Essertines-Basses aucun indice n’a révélé l’existence d’une activité artisanale à proprement parler. En revanche, de nombreux objets évoquent des activités manuelles diverses, occasionnées par des nécessités habituelles ou sporadiques : le filage, la fabrication de menus objets, le bricolage de toutes sortes, sans oublier la présence du couteau, l’ustensile le plus répandu, dont l’utilisation se prête à d’innombrables petits travaux. Les lames et les manches de couteau forment d’ailleurs l’ensemble le plus important, même si parfois ces pièces sont très mal conservées et à peine identifiables. Les pierres à aiguiser sont aussi très nombreuses et présentes dans presque toutes les phases d’occupation. Plus rares et parfois uniques sont les autres outils destinés à une activité plus précise comme le poinçon, l’aiguille, la fusaïole en céramique, retaillée, comme les jetons de jeu, dans des fragments de poterie brisée. Comme la broche et l’aiguille, ces petits objets rudimentaires sont le seul témoignage des travaux domestiques féminins dans la zone castrale d’Essertines-Basses.

Manches de couteaux (fig. 113 n°1 à 4)

  • Os poli

  • L. 8-20 mm. ; 1 - 2 mm.

65Quatre plaquettes en os avec des perforations sont les restes de garnitures de couteaux rivetées qui étaient appliquées de part et d’autre d’une soie plate. D’après les trouvailles faites sur le site, ce type de couteau avec un placage riveté semble être le plus courant, comme d’ailleurs dans le centre et le nord de la France : à Charavines dans l’Isère, en Normandie et en Alsace, pour ne citer que quelques exemples (Des Burgondes à Bayard, 1980, n° 254 ; Halbout, 1987, p. 216 ; Rieb et Salch, 1973, pl. XXIIIXXIV). Sont rares, en revanche, les manches monoblocs et parfois plus sommaires qui gardaient presque intacte la forme originelle de l’os dans lequel les soies étaient enfoncées. Ce type de couteau semble être plus répandu dans le Midi de la France, comme à Rougiers dans le Var ((Démians d’Archimbaud, 1980, p. 427 et fig. 412-413). Les exemplaires d’Essertines-Basses sont très bien finis et ornés de décors élaborés. Le motif dominant est celui de lignes incisées, simples ou par couple. Dans deux fragments, les lignes forment une croix de Saint André délimitée par des traits parallèles (fig. n°1 et 2). Dans les deux autres, les lignes incisées dessinent un grillage de losanges. Ces plaquettes apparaissent sur le site dès les couches les plus anciennes (dépotoir de la période II) et perdurent jusqu’à la période IV (XIVe s.).

Manche de canif (fig. 113 n°5)

  • Os poli

  • diam. 10 mm.

66Ce fragment de manche est le seul qui corresponde au type monobloc avec une cavité centrale où était enfoncée la soie. Ses petites dimensions laissent envisager qu’il s’agit plutôt d’un canif. Il est décoré de lignes incisées formant un grillage sur l’extrémité fermée. Un collet sans décor sépare l’extrémité du reste du manche, orné de lignes obliques, formant aussi vraisemblablement un décor de grillage. Il provient du dépotoir établi dans la cour lors de la période II et peut être attribuable au XIIe s.

Lames (fig. 114 n°1 et 2)

  • Fer

  • dimensions variables selon l’état de conservation.

67Dans les couches de la tour et de la cour ont été retrouvés plusieurs fragments de lames, mais souvent très petits et à peine identifiables. Les deux les mieux conservées sont du type à un seul tranchant, très effilées vers la pointe.

114 – Lames et soie

114 – Lames et soie

Soies (fig. 114 n°3 et 4)

  • Fer

  • L. variant de 15 à 20 mm.

68Plusieurs fragments de plaquettes de forme rectangulaire et allongée évoquent des soies plates de couteau. Dans quelques cas la partie préservée correspond à l’emplacement du rivet pour le placage du manche et dans un cas, le rivet est encore en place (n°3).

Poinçon (fig. 115)

  • Os et fer

  • L. totale 115 mm.

69Le poinçon est un instrument largement diffusé au Moyen Âge, et de fait, à toutes les époques. Il pouvait servir à perforer, repousser ou graver le métal, le cuir et même les poteries. Le seul exemplaire retrouvé à Essertines-Basses est de facture rudimentaire et il a été sans doute bricolé sur place. Le manche est constitué d’un os long laissé pratiquement à l’état brut, sectionné à une extrémité pour enfoncer une pointe en fer, encore en place. Il a été retrouvé dans la cour, dans une couche de la période II (XIIe ou XIIIe s.).

70Mais les ustensiles de fabrication domestique comme celui-ci sont pratiquement indatables. Une série importante de poinçons semblables à celui-ci et de facture également grossière a été découverte à Rougiers dans le Var (ibid., p. 427 et fig. 414). Ce type d’outil est certainement plus répandu qu’on ne pourrait l’imaginer : lorsque manque la pointe en fer ou l’extrémité où l’os a été sectionné, le manche isolé ne se distingue guère des autres ossements animaux.

Broche (fig. 116 n°1)

  • Os poli

  • L. 84 mm.

71Une longue pointe en os très effilée et usée à son extrémité, a sans doute servi d’outil mais son utilisation reste incertaine. Récemment, l’étude effectuée sur des objets semblables a permis d’évoquer l’hypothèse selon laquelle il agirait de broches de tisserand servant à tasser les fils des trames (Un village, 1989, p. 283 et n° 287 à 291). Rien d’autre, dans la zone castrale d’Essertines-Basses, ne se rapporte à cette activité, mais cette interprétation n’est pas à exclure.

Aiguille (fig. 116 n°2)

72

  • Os poli

  • fragment de longueur indéterminable.

73Un fragment de pointe en os très effilée évoque la forme d’une aiguille. Elle est le seul objet de ce genre qui ait été retrouvé dans la zone castrale. Elle provient de l’intérieur de la tour.

Douilles (fig. 117 n° 1 et 2)

  • Fer

  • diam. variant de 22 à 25 mm ; L. 10-11 mm.

74Plusieurs anneaux de section plate et conservant parfois une perforation ont vraisemblablement servi de douille de fixation pour d’autres outils dont il ne reste aucune autre trace. Il s’agit du système le plus classique pour assembler un manche en bois à n’importe quel outil.

Burin (fig. 117 n° 3)

  • Fer

75Ces outils se distinguent par une tige rectangulaire amincie à l’extrémité et une tête plate. Leur usage est multiforme mais ils servent surtout à couper ou à graver les métaux. Plusieurs exemplaires ont été mis au jour dans la cour et dans la tour. Ils ont probablement servi à de petits travaux de manutention.

Pierres à aiguiser (fig. 118)

  • Pierre

  • dimensions variables selon l’état de conservation.

76L’outillage varié présent sur le site était affûté avec les nombreuses pierres à aiguiser qui ont été retrouvées dans presque toutes les couches. C’est un objet plus que banal et pourtant indispensable. On le retrouve régulièrement sur presque tous les sites archéologiques et à toutes les époques.

Les serrures et l’ameublement

77La disparition totale de tous les éléments en bois rend impossible l’évaluation des aménagements internes et de l’ameublement des habitations médiévales. Les fouilles restituent pourtant un grand nombre d’objets qui se réfèrent à la maison et surtout à la serrurerie. Vraisemblablement de nombreuses autres petites trouvailles pourraient être mises en relation avec des meubles, mais elles restent souvent d’identification trop incertaine, une fois disparu le support en bois. Pour le site castral d’Essertines-Basses, les seuls objets sûrement identifiés sont les clefs et un système de fermeture de porte. A titre d’hypothèse on présentera aussi un échantillonnage d’autres fragments qui ont pu être des éléments de meuble. En revanche on a préféré éliminer tous ceux qui posent des problèmes d’identification car trop fragmentaires.

78Les clefs sont toutes en fer et correspondent au type de clef bénarde, à tige pleine. Sur les quatre retrouvées sur le site, trois seulement sont bien conservées et identifiables. On distingue une clef de grande taille ayant pu servir à ouvrir une porte et deux plus petites qui sont probablement des clefs de coffre. Elles ont toutes les trois un panneton denté qui s’arrête au niveau de l’extrémité de la tige. Une seule, la plus grande, présente, en plus, un ergot sur la tige. Elle provient d’une couche datable du XVe s. En revanche, les clefs de coffre appartiennent à la période IV, datable du XIVe s.

79En ce qui concerne l’éclairage, la fouille n’a procuré que très peu de données : quelques fragments de verre à vitre. On n’a retrouvé ni lampe à huile ni bougeoir. En revanche un curieux objet en terre cuite évoque un moule à lumignon. Il pourrait témoigner d’une fabrication domestique de luminaire dans la tour d’Essertines-Basses (cxf. chap. 5, fig. 74).

Clef de coffre (fig. 119 n°1)

  • Fer

  • L. 60 mm. ; diam. de l’anneau 32 mm.

80Dans cette petite clef l’anneau, de section plate, est très large et en forme de losange. La tige, pleine, est rectangulaire avec les angles arrondis. Le panneton en U est relié directement à la tige dans sa partie supérieure. Le museau se termine par cinq dents. Des clefs du même type sont attestées aussi sur d’autres sites pour le XIVe s., comme à Rougiers (Démians d’Archimbaud, 1980, fig. 446 n° 9 à 11).

Clef de coffre (fig. 119 n°2)

  • Fer

  • L. 55 mm. ; diam. de l’anneau 18 mm. ; diam. de la tige 6 mm.

81Dans cette deuxième petite clef, l’anneau est circulaire et de section ovale. La tige est de section quadrangulaire avec des angles émoussés. Son extrémité semble s’arrêter au même niveau que le panneton, mais il n’est pas exclu qu’elle soit cassée, comme le panneton lui-même. Celui-ci, en U, est relié à la tige dans sa partie supérieure. Le museau se termine par deux dents.

Clef de porte (fig. 119 n°3)

  • Fer

  • L. 96 mm. ; diam. de la tige 5 mm.

82L’anneau de cette clef de grande taille est en arc-de-cercle. La tige, de section circulaire, est pleine et s’arrête au niveau inférieur du panneton. Sur la tige, dans le prolongement du sommet du panneton, s’avance un ergot. Le panneton est beaucoup plus complexe que dans les autres clefs. Le museau forme deux rectangles et se terminait vraisemblablement par des dents dont on entrevoit le départ.

Moraillons (fig. 120 n°1 à 3)

  • Fer

  • L. 105 mm. ; 1. 21 mm.

83Le moraillon est un élément de fermeture qui se compose d’une plaque qui, à une extrémité, était fixée au mur par une goupille. À l’autre extrémité deux perforations permettaient le passage d’un anneau coulissant qui, traversant le bois, servait à fermer la porte. Dans l’exemplaire d’Essertines-Basses, tous les composants de ce système de fermeture sont encore en place, facilitant ainsi l’interprétation de son fonctionnement. L’utilisation du moraillon devait être assez répandue au Moyen Âge puisque de nombreuses trouvailles de ce genre sont attestées sur d’autres sites, comme Dracy en Côte d’Or ou Rougiers dans le Var (Village Déserté, 1970, fig. 79 n° 3 et 7 ; Démians d’Archimbaud, 1980, fig. 450 n° 1). Ce moraillon a été retrouvé dans le remplissage des tranchées de fondation de la cour et on peut vraisemblablement le mettre en relation avec l’habitat de la période III (XII-XIIIe s.). La plaque qui forme l’ossature du système de fermeture est rectangulaire mais à Rougiers existent aussi des exemples avec une extrémité très effilée (Démians d’Archimbaud, 1980, fig. 450 n° 5 et 6). A Essertines-Basses ont été retrouvés deux fragments de plaque avec bec effilé qui peuvent être également des moraillons (n°2 et 3).

Plaquettes décoratives (fig. 121 n°1 et 2)

  • Tôle de cuivre

  • dimensions variables.

84Un petit nombre de plaquettes en cuivre évoque des garnitures de coffre. Elles sont généralement de forme rectangulaire et rivetées sur les angles et au milieu. Aucune ne semble avoir été décorée.

Clous de meuble (fig. 121 n°3 et 4)

  • Fer

  • L. variant de 10 à 20 mm.

85Parmi les nombreux clous que la fouille a procuré, un groupe se distingue par sa petite taille. En outre, ils possèdent tous une tête très large et développée par rapport à la finesse de la tige qui a la particularité d’être plate. Il n’est pas à exclure qu’il puisse s’agir de clous de meuble.

La construction

86Sur l’ensemble des objets identifiables retrouvés dans la zone castrale d’Essertines-Basses, 37,7 % sont des clous en fer. Ils sont tout ce qui reste des assemblages du bois dans la construction. Sans vouloir se lancer dans une typologie du clou, ce qui serait tout-à-fait vain pour un objet si banal et si largement utilisé à toutes les époques, on peut individualiser au moins trois catégories, ayant eu vraisembablement des utilisations différentes. Le plus grand nombre correspond au long clou classique, qui peut atteindre 85 mm. de long et possède une large tête plate. Les clous de dimensions plus réduites, ne dépassant pas 55 mm. de long, sont, en revanche, plus rares. Une troisième catégorie est celles de clous sans tête. A cet ensemble d’objets qui se réfèrent à la construction, on peut ajouter la présence, sur le site, de quelques longues pointes et de rares fragments de chevilles. La trouvaille la plus exceptionnelle est en revanche celle d’une truelle fort bien conservé, bien que dépourvue naturellement de son manche en bois.

Truelle (fig. 122)

  • Fer

  • L. 280 mm. ; 1.135 mm.

87Truelle de grande taille et de forme triangulaire. La soie est de profil rectangulaire et un anneau plat encore en place devait servir de douille de fixation. Cet outil de maçon a été retrouvé dans la tranchée de fondation du mur de courtine, peut-être perdu ou abandonné au moment de son remblaiement.

Longs clous (fig. 123 n°1 et 2)

  • Fer

  • L. variant de 70 à 85 mm. ; diam. de la tête environ 17 mm.

88Sur le site ont été retrouvés environ 130 clous de ce type, le plus souvent encore bien conservés. De grandes dimensions, ils ont servi probablement à fixer en place les planchers d’un étage. C’est d’ailleurs dans les couches d’effondrement de l’étage de la tour qu’ils étaient très nombreux, tandis qu’ils étaient relativement rares dans la cour (cf. chap. 3, fig. 31).

Clous moyens (fig. 123 n°3)

  • Fer

  • L. 50/55 mm. ; diam. de la tête 11/13 mm.

89Ce type de clou est relativement rare à Essertines-Basses. On en compte au total 16 entiers et quelques fragments. Comme les précédents, ils proviennent presque exclusivement de l’effondrement de l’étage de la tour.

Table des illustrations

Titre Tableau : 1
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 98
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-2.png
Fichier image/png, 97k
Titre 99 - Annelets de cette de maille
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-3.png
Fichier image/png, 32k
Titre 99 - Supports de rivetage
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-4.png
Fichier image/png, 20k
Titre 100 - Bouterolle
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 101
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre 102
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 103
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre 104
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 105 - Clous
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 106
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 107
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 107
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 108
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 108
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 108
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 108
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 109 - Epingles
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 110
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-19.png
Fichier image/png, 25k
Titre 111
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 112 - Jeton
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre 112
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 113 - Manches
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre 114 – Lames et soie
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 115
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 116
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-26.png
Fichier image/png, 130k
Titre 116
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-27.png
Fichier image/png, 27k
Titre 117
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 117
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 118
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre 119
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 119
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 119
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 120 - Moraillons
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre 121
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre 122
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre 123
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1687/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access