Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Château d'Essertines

 | 
Françoise Piponnier

Chapitre 7. Le verre

Yves Gourgousse

Texte intégral

1Le mobilier vitreux du château est très fragmenté et en mauvais état de conservation. La quasi totalité appartient au type communément appelé « waldglass » dont le métal est élaboré à base de potasse fournie par la cendre de fougère.

2Comme son nom l’indique, il s’agit d’un verre de couleur verdâtre, plus ou moins translucide, opacifié par l’oxydation du milieu conservateur. Il présente parfois un aspect réfringent, indiquant la présence du plomb dans la composition du métal. Aucune reconstitution complète n’a été possible ; on a simplement émis quelques hypothèses de restitution, sous toute réserve.

3Quelques fragments de verre transparent blanc ou encore teinté en rouge ou en jaune constituent des cas particuliers ; leur rareté et leur dispersion ne sauraient rendre leur présence significative.

4Au total, 936 fragments ont été dénombrés, dont 334 (36 %) pour la tour et 602 (64 %) pour l’espace compris entre la tour et la courtine. De cet ensemble, 276 pièces (29,5 %) présentent des caractéristiques remarquables : bords, goulots, pieds et fonds, décors moulés ou rapportés. Ces fragments ont permis de déterminer les caractéristiques de l’échantillonnage : formes ouvertes apparemment les plus représentées (gobelets, verres à pied), formes fermées notablement moins fréquentes (bouteilles et flacons qui semblent de petite taille).

Les formes ouvertes

5242 fragments remarquables (26 % du total) ont été reconnus comme appartenant à des verres à boire : gobelets à fond plat, paroi fine et bord peu marqué, et verres à pied tronconique. L’impossibilité de reconstituer des formes complètes conduit à établir une typologie en fonction des caractéristiques physiques des fragments, particulièrement en ce qui concerne les bords, distingués en 4 types (fig. 93 à 96).

Type A

6Il s’agit de 35 pièces à bords droits et minces, à lèvres à peine marquées, ne dépassant pas 0,25 cm d’épaisseur, le bandeau n’excédant pas 0,15 cm (n° 1 à 5) ; 6 fragments présentant tous le même décor moulé très fin ont suggéré la restitution d’un gobelet (n° 6). Des pièces de ce type ont été retrouvées sur les sites de Rougiers (Foix, 1974) et d’Avignon (Céramiques d’Avignon, 1980) datés de la fin du XIIIe début du XIVe siècle.

Type Β

731 fragments à bords également droits, mais présentant une lèvre épaisse, anguleuse de 0,30 à 0,40 cm (n° 7 à 11), ont été répertoriés, mais il est difficile de les rattacher à une forme précise. Les deux types suivants appartiennent vraisemblablement à des coupelles ou des coupes de verres à pied.

Type C

840 fragments suggèrent une forme de coupe évasée. Les lèvres sont assez épaisses (0,30 à 0,50 cm) ourlées tant vers l’intérieur (n° 12-13) que vers l’extérieur (n° 14-15-16). Une pièce (n° 13) donne un diamètre d’ouverture de coupe de 10 cm, peut-être une coupelle ? Enfin, un fragment présente un léger décor circulaire sur le bandeau (n°17).

Type D

9C’est le plus représenté avec 56 fragments qui peuvent correspondre à des coupes de verres à pied. Comme le type précédent, les lèvres sont assez épaisses (0,25 à 0,50 cm) les plus fines sont exceptionnelles.

10Certaines sont ourlées vers l’extérieur, arrondies (n° 18) ou anguleuses (n° 20-21), d’autres, plus rares, sont plates et à peine formées (n° 22 23). Plus nombreuses sont celles à repli intérieur, anguleuses (n° 25 à 27), la dernière ayant un diamètre de coupe de 9 cm. On remarque quelques motifs décoratifs très simples sur le bandeau, pincés (n° 29-30) ou en verre filé rapporté dans le même métal (n° 31-32).

11Les pieds et les fonds, en dépit de leur petit nombre (15 fragments seulement) permettent d’affiner la connaissance des formes en usage. Il s’agit de pieds tronconiques à bords capillaires, dont 3, presque complets, ont un diamètre de 10 cm (n° 51, 52, 53). Ils paraissent très semblables aux verres à pied d’Avignon, présentant une coupe étroite et cylindrique dont la hauteur est à peu près le double de celle du pied (Céramiques d’Avignon, 1980). Deux fragments rappellent la présence de gobelets (n° 54) avec un fond plat.

12Enfin, 61 pièces présentent un décor, dont 26 moulés ou pincés et 35 rapportés, ce qui représente 25 % des pièces remarquables et constitue un indice non négligeable sur la variété des pièces de verrerie en usage au château.

13Les décors moulés sont sans doutes produits dans des moules de bois formant des côtes plus ou moins marquées, allant de reliefs très fins (n° 6) à des côtes épaisses et anguleuses de 0.40 à 0,60 cm (n° 33, 34, 35).

14On en connaît de nombreux exemples depuis le XIIIe s. : gobelet de Liège, groupe de Maastricht, le verre à tige de Nieuwendoorn au XIVe s. (Harden, 1974), un verre à tige à Rougiers (Foix, 1974).

15Quelques fragments présentent des décors circulaires très fins (n° 36-37) assez semblables à ceux des bords de type D (n° 29-30) ou plus épais (n° 41 à 44). Cette décoration peut être moulée ou façonnée sur le repli de la paraison.

93 - Les formes ouvertes

93 - Les formes ouvertes

94 - Les formes ouvertes

94 - Les formes ouvertes

95 - Les formes ouvertes

95 - Les formes ouvertes

96- Les formes ouvertes

96- Les formes ouvertes

16Les décors rapportés sont légèrement majoritaires. Il s’agit de verre filé, toujours du même métal que la pièce, de différents diamètres : de 0,01 cm à 0,10 cm (n° 36-37-38 et 39), parfois superposés (n° 40) ; de 0,25 à 0,40 cm, formant des cordons pincés, d’un profil plus ou moins anguleux (n° 45, 46). Il pourrait s’agir d’un décor marquant l’évasement de la coupe.

17D’autres suggèrent un décor vertical sur une coupe ou un pied (n° 47, 48, 49). Enfin, la n° 50 présente l’unique exemplaire de verre gravé.

Les formes fermées

18On n’a pu en reconnaître que 34 fragments (3,5 %) qui semblent provenir de flacons de taille modeste (fig. 97) (n° 55, 56) dont peut-être un flacon de pharmacopée ou de parfum (n° 57).

Le mobilier dans la stratigraphie

19La répartition du mobilier vitreux et les différentes phases d’occupation et d’aménagement du château présentent des corrélations certaines, à l’exemple des autres mobiliers archéologiques (cf. les tableaux de répartition).

20La première phase - pour la tour - 2, 3, 4 pour l’espace entre tour et courtine - livre un échantillonnage peu abondant (8 %) avec peu d’éléments remarquables : 2 bords de type D, un exemplaire de côte moulée (n° 34), 6 décors en verre filé et 3 fragments de flacon. Le gobelet ne semble pas représenté.

21Mais on a déjà dans cette première phase l’essentiel des éléments constitutifs du mobilier pour l’ensemble de la verrerie du château.

22La phase principale d’occupation est celle qui a livré le plus grand nombre de fragments. En effet, les phases 2 de la tour (incluant l’étage) et 5 de l’espace entre tour et courtine ont produit 648 fragments (69 % du total).

23Toutes les catégories de pièces remarquables enregistrées y figurent. Les formes de coupes (C et D) prédominent sur les formes droites (A et B), et les décors rapportés sur les moulés ou pincés.

24La période suivante - phase 3 de la tour - phase 6 de la cour - présente un déséquilibre flagrant : 12 fragments pour la première et 155 pour la seconde.

97- Les formes fermées

97- Les formes fermées

Tableau 1 : Pièce remarquables par phase – tour.* = certains présentent un décor

Tableau 1 : Pièce remarquables par phase – tour.* = certains présentent un décor

Tableaux 2 : Pièces remarquables par phase - cour

Tableaux 2 : Pièces remarquables par phase - cour

25Entre la tour et la courtine on retrouve les différents types précédemment rencontrés et dans les mêmes proportions (cf. tableaux 1 et 2).

26Mais la tour n’offre rien de probant : absence des formes droites A et Β à l’image de la toute première phase. Enfin l’ultime période avec seulement 29 fragments ne saurait montrer que l’image d’une occupation résiduelle et sociologiquement plus fruste que les précédentes.

27La seule présence de ce mobilier est en soi importante ; il est bien rare qu’un site archéologique, en milieu rural, en révèle, tout particulièrement dans cette région. S’il ne constitue pas une population importante et ne comporte aucun « bel objet », il n’est pas moins présent. En Forez, comme ailleurs, le verre, et particulièrement le verre à boire, est en usage au bas Moyen Age, du moins dans les milieux sociaux les plus aisés.

28Comparé à la céramique, son usage est limité mais très spécifique : essentiellement le boire. La quasi absence de bassin à boire en céramique (2 seulement retrouvés) pourrait expliquer cette spécialisation (Alexandre-Bidon, C. Beck-Bossard, 1982).

La verrerie en Forez : les premières estimations

29L’origine du verre recueilli sur le site reste problématique. Aucune source écrite ne semble faire état d’ateliers de production foréziens au Moyen Age (Barrelet, 1953). L’archéologie n’en a pas découvert. La toponymie conserve un certain nombre de « Verrières » du Xe au XVIIIe s. : un village du canton de Montbrison, un sur la commune de Saint-Germain-Laval ainsi que quelques mentions éparses (Archives départementales de la Loire) ; mais ces seuls indices ne sont guère significatifs.

30Par contre, on trouve mention de verriers (Fournial, 1967), marchands qui payent un droit d’étal sur les marchés locaux de Saint-Galmier et de Montbrison aux XIVe et XVe s. Le verre entre donc dans quelques échanges régionaux, mais il s’agit de production locale ou d’importation.

31Les régions limitrophes sont, elles, productrices de verre : le Lyonnais et le Dauphiné (Pelletier, 1953) : le Forez entretient des relations actives avec le Sud-Est, également Provence et Italie du Nord, où l’artisanat verrier est développé (Fournial, 1967). Même si les sources n’en font pas état, il y a là une possibilité d’acquisition de produits. La situation de la période médiévale reste donc très hypothétique. Ce n’est qu’au XVIIIe s. qu’on trouve véritablement une industrie verrière (Chaumienne, 1912 et Gras, 1910) : des verriers francs-comtois, lorrains et alsaciens s’installent, utilisant les sables du Rhône et le charbon de terre à la place du bois ; ce bois, qui semble manquer en Forez à certaines époques, expliquerait l’absence de traces d’ateliers antérieurs : Jean Sarade, verrier lyonnais au XVIe s., renonce à s’établir en Forez, justement à cause du manque de bois (Pelletier, 1953).

Catalogue

32Le premier chiffre correspond au numéro inscrit sur les planches (fig. 93 à 97).

331-Bord droit, lèvre à peine marquée
ép. lèvre : 0,25 cm
ép. bandeau : 0,15 cm

342 - Bord droit, lèvre ourlée extérieure
ép. lèvre : 0,20 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

353 - Bord droit, lèvre plate lissée
ép. lèvre : 0,20 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

364 - Bord droit, lèvre ourlée extérieure
ép. lèvre : 0,20 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

375 - Bord droit, lèvre ourlée extérieure
ép. lèvre : 0,15 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

386 - Restitution d’un gobelet, décor de côtes moulées verticales
ép. 0,20 - 0,15 cm

397 - Bord droit, lèvre en cordon pincé ourlée vers l’extérieur
ép. lèvre : 0,30 cm
ép. bandeau : 0,20 cm

408 - Bord droit, lèvre plus anguleuse
ép. lèvre : 0,35 cm
ép. bandeau : 0,20 cm

419 - Bord droit, lèvre plus anguleuse
ép. lèvre : 0,40 cm
ép. bandeau : 0,20 cm

4210 - Bord droit, lèvre plus anguleuse
ép. lèvre : 0,40 cm
ép. bandeau : 0,20 cm

4311 - Bord droit, lèvre plus anguleuse, les angles sont plus marqués
ép. lèvre : 0,40 cm
ép. bandeau : 0,20 cm

4412 - Bord droit, lèvre ourlée intérieure
ép. lèvre : 0,40 cm
ép. bandeau : 0,20 cm
Diam. de coupe 8 cm

4513 - Bord droit, lèvre ourlée extérieure
ép. lèvre : 0,35 cm
ép. bandeau : 0,20 cm

4614 - Bord déversé, lèvre mince ourlée extérieure
ép. lèvre : 0,20 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

4715 - Bord déversé, lèvre mince ourlée extérieure
ép. lèvre : 0,30 cm
ép. bandeau : 0,15 cm

4816 - Bord déversé, lèvre en cordon pincée
ép. lèvre : 0,45 cm
ép. bandeau : 0,15 cm

4917 - Bord déversé, lèvre aplatie, léger décor en relief circulaire sous la lèvre
ép. lèvre : 0,40 cm
ép. bandeau : 0,30 cm

5018 - Bord à lèvre en cordon
ép. lèvre : 0,40 cm
ép. bandeau : 0,12 cm

5119 - Bord à lèvre ourlée extérieure, légèrement marquée à la pointe, formant un renflement circulaire.
ép. lèvre : 0,35 cm
ép. bandeau : 0,20 cm

5220 - Bord ; lèvre haute légèrement anguleuse
ép. lèvre : 0,35 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

5321 - Bord ; lèvre haute légèrement anguleuse
ép. lèvre : 0,50 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

5422 - Bord à lèvre mince ourlée vers l’intérieur
ép. lèvre : 0,20 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

5523 - Bord à lèvre plate
ép. lèvre : 0,30 cm
ép. bandeau : 0,15 cm

5624 - Bord relevé vers l’intérieur
ép. lèvre : 0,35 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

5725 - Bord à lèvre en cordon pincé ourlée vers l’intérieur
ép. lèvre : 0,40 cm
ép. bandeau : 0,15 cm

5826 - Bord à lèvre en cordon légèrement aplati
ép. lèvre : 0,60 cm
ép. bandeau : 0,20 cm

5927 - Bord a lèvre haute, repli intérieur
ép. lèvre : 0,45 cm

6028 - Bord à lèvre en bec
ép. lèvre et bandeau : 0,20 cm

6129 - Bord à lèvre dédoublée formant un décor circulaire
ép. lèvre : 0,35 cm
ép. bandeau : 0,15 cm

6230 - Bord à lèvre dédoublée formant un décor circulaire
ép. lèvre : 0,20 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

6331 - Bord décor circulaire en fil de verre rapporté sous la lèvre de même métal.
ép. lèvre : 0,30 cm
Diam. filet : 0,07 cm

6432 - Bord décor circulaire en fil de verre rapporté sous la lèvre de même métal.
ép. lèvre : 0,50 cm
Diam. filet : 0,10 cm

6533 - Côte moulée
ép. : 0,40 cm max.

6634 - Côte moulée
ép. : 0,60 cm max.

6735 - Nervure moulée
ép : 0,60 cm max.

6836 - Fragment de coupe décorée d’un filet de verre rapporté
ép. : 0,10 cm
Diam. filet 0,10 cm.

6937 - Fragment de coupe décorée d’un filet de verre rapporté
ép. : 0,20 cm
Diam. filet 0,10 cm.

7038 - Fragment de coupe décor peigné
ép. : 0,25 cm

7139 - Fragment de coupe décor peigné
ép. : 0,25 cm
ép. filet : 0,15 cm

7240 - Fragment de coupe décor de 3 filets superposés
ép. filet : 0,15 cm

7341 - Bord, lèvre dédoublée
ép. lèvre : 0,25/0,40 cm

7442 - Bord, lèvre dédoublée
ép. lèvre : 0,20/0,40 cm

7543 - Bord, lèvre dédoublée
ép. lèvre : 0,20/0,40 cm

7644 - Même principe, le repli de la paraison sous la lèvre formant décor
ép. lèvre : 0,20/0,50 cm

7745 - Fragment de coupe décorée d’un cordon de verre rapporté de même métal
Diam. : 0,30 cm

7846 - Fragment de coupe décorée d’un cordon de verre rapporté de même métal
Diam. : 0,35 cm

7947 - Fragment de coupe décorée d’un cordon de verre rapporté de même métal, décor vertical ?
Diam. : 0,40 cm

8048 - Fragment de coupe décorée d’un cordon de verre rapporté de même métal, décor vertical ?
Diam. : 0,30/0,40 cm

8149 - Fragment de coupe. Attache d’anse décorative en fil de verre de même métal
Diam. : 0,40 cm max.

8250 - Bord présentant un décor gravé à la pointe
ép. lèvre : 0,40 cm
ép. bandeau : 0,10 cm

8351 - Fragment de pied tronconique à bord capillaire
ép. : 0,30/0,55 cm
Diam. : 10 cm

8452 - Fragment de pied tronconique à bord capillaire
ép. : 0,30/0,45 cm
Diam. : 10 cm

8553 - Pied tronconique de verre à boire à bord capillaire
ép. : 0,30/0,50 cm hauteur : 5,00 cm
Diam. : 10 cm

8654 - Fragment de fond de gobelet
Diam. : 0,10 cm

8755 - Goulot de flacon
ép. lèvre : 0,35 cm
ép. bandeau : 0,30 cm
Diam. : 3,3 cm

8856 - Goulot de flacon
ép. lèvre : 0,45 cm
ép. bandeau : 0,10 cm
Diam. : 3,5 cm

8957 - Goulot d’objet indéterminable
Diam. : 2 cm

Table des illustrations

Titre 93 - Les formes ouvertes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 94 - Les formes ouvertes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1685/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 95 - Les formes ouvertes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1685/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre 96- Les formes ouvertes
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1685/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 97- Les formes fermées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1685/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 1 : Pièce remarquables par phase – tour.* = certains présentent un décor
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1685/img-6.png
Fichier image/png, 71k
Titre Tableaux 2 : Pièces remarquables par phase - cour
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1685/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteur

Langres, 1987

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access