Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Château d'Essertines

 | 
Françoise Piponnier

Chapitre 1. Le site

Françoise Piponnier

Texte intégral

1A une dizaine de kilomètres à l’ouest du cours de la Loire s’élèvent les premières des Monts du Forez culminent à pentes qui 1 634 mètres d’altitude, au sommet de Pierre-sur Haute. A moins de vingt kilomètres en ligne droite, l’altitude moyenne de la vallée s’établit autour de 350 mètres. Quelques cours d’eau qui prennent naissance dans la montagne ont entaillé profondément le massif cristallin et se jettent dans la Loire après un bref parcours.

2Dans la plaine, les alluvions tertiaires n’ont pas entièrement recouvert le substrat volcanique. Des pics basaltiques aux pentes abruptes ont été utilisés au Moyen Âge pour édifier des habitats fortifiés, prieurés ou châteaux. L’un d’eux a servi de point d’appui, vers la fin du XIe s., aux premiers édifices du château comtal, qui a constitué le noyau primitif de la ville de Montbrison (fig. 1). Celle-ci s’est développée ensuite entre le château et l’un des torrents qui descendent du sommet des Monts vers la Loire, le Vizézy.

1- Carte de localisation du site d’Essertines

1- Carte de localisation du site d’Essertines

3La vallée de ce cours d’eau est très encaissée sur les derniers kilomètres de son parcours montagnard. A cinq kilomètres à vol d’oiseau de Montbrison, un éperon rocheux barre la vallée et contraint la rivière à le contourner. Relié à la pente méridionale de la vallée par un isthme étroit, au sud-ouest, offrant au nord une paroi verticale de 30 mètres de haut environ et, à l’est, une pente très raide, ce site présente, selon les critères médiévaux, une valeur défensive certaine. Il se situe sur le territoire de la commune d’Essertines-en-Chatelneuf dont le chef-lieu, Le Bourg, se trouve plus haut sur le versant méridional de la vallée du Vizézy. Les cadastres des XIX et XXe s., et à leur suite les cartes topographiques, nomment la zone qui s’étend du sommet de l’éperon au fond de la vallée Essertines-Basses, mais ce toponyme n’apparaît qu’au XVIe s. Outre la chapelle, bien conservée, on y observe de nombreux vestiges de constructions en pierre qui, depuis longtemps, ont attiré l’attention des archéologues et historiens locaux.

4Le Bourg d’Essertines n’est qu’une agglomération d’une dizaine de maisons et ne semble pas avoir été plus important dans le passé. On y trouve la mairie, l’église paroissiale et un bâtiment d’école désaffecté depuis peu. Jusqu’à une époque très récente, l’habitat est demeuré dispersé sur le territoire de cette vaste commune qui s’étend de part et d’autre de la vallée du Vizézy. Nombreuses sont les exploitations agricoles isolées ou groupées par trois ou quatre. Depuis une dizaine d’années, les hameaux situés au nord du Vizézy, Faury et Malleray, ont connu un développement rapide. Reliés par une route qui monte depuis Montbrison en larges courbes, ils font désormais partie de la banlieue de cette sous-préfecture.

5La desserte du Bourg et des hameaux situés au sud du Vizézy est assurée par une route tracée au XIXe s., à mi-pente. Extrêmement sinueuse et exposée au nord, cette route rend leur accès difficile, ce qui a freiné leur développement au point d’entraîner la fermeture de l’école en 1985.

6Le site d’Essertines-Basses était encore habité il y a peu. Son dernier habitant, installé dans la maison familiale située au fond de la vallée, ne l’a quittée définitivement qu’en 1980. On peut encore observer sur le terrain le réseau des voies de circulation anciennes, dont on a toutes raisons de penser qu’il remonte au moins à la période des défrichements médiévaux. L’axe principal est une voie longeant le Vizézy dont se détachent, de part et d’autre, des chemins étroits, aux pentes raides, montant vers les centres de peuplement situés sur les versants supérieurs de la vallée.

7Fort étroite, la vallée du Vizézy ne constitue pas une voie de pénétration vers l’ouest aussi importante que la vallée du Lignon, un peu plus au nord. Par le col de Supeyres, elle permet cependant de franchir les Monts du Forez et, par les vallées de petits affluents descendant vers l’ouest, d’accéder à la vallée de la Dore, en Auvergne, à proximité d’Ambert.

8Actuellement, les pentes de la vallée du Vizézy ne sont plus cultivées ; les versants exposés au nord et à l’est sont recouverts par des forêts ; les pentes sud et ouest, en herbe ou en fougères, constituent de maigres pâturages. Parfois subsistent, à exposition favorable, quelques rangs de vignes. Partout s’observent les traces d’aménagement de terrasses de culture. Même si les fouilles réalisées sur le site du village d’Essertines-Basses suggèrent une date postérieure au Moyen Age pour l’installation des terrasses sur les vestiges des bâtiments d’habitation, on ne saurait exclure qu’ailleurs certaines des terrasses de culture puissent être plus anciennes.

9Le cours rapide mais régulier du Vizézy a constitué un atout économique majeur pendant toute la période où l’énergie hydraulique a été exploitée par divers artisanats, du Moyen Age à la révolution industrielle. La vallée est parsemée de ruines de moulins. Des documents médiévaux attestent déjà leur présence à Essertines.

Le site d’Essertines-Basses

10C’est la lecture d’une série d’articles publiés dans le Bulletin de la Diana en 1954 par un enfant du pays, l’abbé J. Epinat, alors curé d’Essertines, qui a fait connaître le site aux chercheurs du Groupe d’Archéologie Médiévale de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Epinat 1954). Une première prospection a été effectuée dès l’automne 1970. Malgré la couverture végétale très dense, il a été possible d’identifier la plupart des éléments relevés avec soin par l’abbé Epinat.

11Au-dessus de la chapelle Saint-Etienne, maintenue en bon état par la commune d’Essertines-en-Chatelneuf, et au nord de celle-ci, l’éperon rocheux présentait les vestiges les mieux conservés. Son extrémité, qui présentait une éminence en dôme, était entourée, des côtés ouest et sud, par une muraille aux assises régulières de gros moellons qui dessinait un bastion arrondi au sud-ouest, entre deux murs rectilignes. En avant de cette première enceinte, et enserrant un espace en contrebas, une grande muraille de plus de cinq mètres de haut, au sud-ouest, et son retour vers l’est, ébauchaient le plan d’une seconde enceinte quadrangulaire à laquelle venait s’appuyer le mur occidental de la nef de la chapelle. Un calvaire aux sculptures très érodées avait été dressé dans cette enceinte.

12On distinguait encore clairement le fossé, creusé dans le roc à travers l’isthme qui reliait l’éperon au versant de la vallée, et barrant l’accès du seul côté où le terrain n’offrait pas de défense naturelle. Le comblement partiel de ce fossé avait sans doute été obtenu en faisant effondrer la muraille de la seconde enceinte, qui le surplombait. Il est probablement en relation avec l’aménagement de la « route nouvelle », dans le second quart du XIXe s., à peu de distance d’Essertines-Basses, mais plus haut sur le flanc de la montagne.

13Au pied de la chapelle, du côté sud, puis se poursuivant vers l’aval dans le même axe que le fossé barrant l’éperon, on distinguait nettement une dénivellation correspondant à l’emplacement d’un large et profond fossé, qui isolait donc une partie de la pente de l’éperon située au-dessous de la chapelle et de l’ensemble des mines couronnant le sommet (fig. 2). Si ces dernières étaient dès l’abord identifiables aux vestiges d’un château, des pans de murs situés plus bas sur la pente, dans l’espace délimité au sud par le fossé creusé dans la roc, semblaient appartenir à un habitat plus modeste.

2- Plan topographique du site d’Essertines

2- Plan topographique du site d’Essertines

Les hachures indiquent les zones fouillées

14La topographie et les vestiges de cet ensemble n’ont pu être observés parfaitement qu’après le déboisement et le débroussaillage de toute la zone allant du château au Vizézy (fig. 3), travail considérable qui a été réalisé en plusieurs étapes. Dès les premières prospections cependant, un chemin a été repéré, cerné par endroits de murets effondrés, à demi recouvert ailleurs par de grands éboulis de pierres, et descendant en lacets. De part et d’autre, le terrain était aménagé en terrasses de faibles dimensions. Sur l’une d’elles se dressaient, à plus de quatre mètres de hauteur, les murs d’un bâtiment de plan presque carré.

3- Le relief du site, vu du nord-est

3- Le relief du site, vu du nord-est

15À peu près à mi-pente, entre le sommet de l’éperon et le Vizézy, avait été remarqué un grand pan de muraille, au pied duquel courait un chemin d’axe nord-ouest sud-est, suivant une courbe de niveau. Plus bas sur la pente, le faciès du site était complètement différent ; on notait que cette rupture se produisait à l’altitude où disparaissait le tracé du fossé creusé dans le roc depuis le pied de la chapelle. En aval de cette ligne, apparaissaient entre des affleurements rocheux, des murets, des terrasses, des tailles rupestres pratiquées dans les parois rocheuses, mais l’intervention humaine y apparaissait plus diffuse et discontinue.

16À proximité de la rivière, en revanche, les traces d’une occupation plus dense demeuraient lisibles. Outre les bâtiments encore occupés, certaines des maisons récentes et les ruines d’autres bâtiments ont pu être identifiées comme des moulins : des meules dormantes en pierre étaient encore en place (elles ont disparu depuis) et un bief amenant l’eau du Vizézy vers l’un des ces bâtiments se voyait encore. L’observation du cadastre de 1832 a montré que des groupes de moulins existaient, au début du XIXe s., en amont et en aval d’Essertines-Basses. Leurs ruines sont actuellement noyées dans les broussailles.

17Un pont en pierre datant du XIXe s. relie les deux rives du Vizézy, un peu en amont de l’emplacement où avait été édifié celui qui l’avait précédé.

Les recherches

18À l’occasion de la première prospection, l’équipe apprenait qu’un projet de construction de barrage était en cours d’étude. Destiné à l’alimentation en eau de la ville de Montbrison, le lac de retenue devait noyer toute cette partie de la vallée du Vizézy et atteindre la zone basse de l’habitat fortifié. Décidant d’intervenir pour effectuer au moins un repérage des vestiges avant la destruction du site, le Groupe d’Archéologie Médiévale déposa une première demande d’autorisation de fouille qui ne fut pas prise en considération. Les recherches purent toutefois commencer en août 1973, avec deux objectifs : d’une part le relevé des importants vestiges apparents (murailles du château, chapelle, tracé des fossés, relief des terrasses, parois rocheuses taillées) (fig. 4), d’autre part une fouille stratigraphique limitée. La végétation opposait au relevé des structures un obstacle qui n’a pu être vaincu que progressivement. Le plan des édifices castraux et de la chapelle, mieux dégagés, a pu être levé dès la première campagne. C’est seulement en 1980 qu’a été achevé le plan de la zone d’habitat délimitée par le fossé.

4- Vestiges apparents avant la fouille dans la partie haute du site

4- Vestiges apparents avant la fouille dans la partie haute du site

19En effet, les recherches ont pu se prolonger sur ce site, en raison des obstacles techniques et financiers qu’a rencontré le projet de construction de barrage ; celui-ci n’est pas complètement abandonné, mais les délais ont laissé la possibilité de réaliser une étude archéologique approfondie. Entre 1973 et 1991, dix-sept campagnes de fouilles ont été menées à Essertines, pendant des durées allant de trois à six semaines avec des moyens financiers variables, provenant du Centre National de la Recherche Scientifique et de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales au début, puis pendant trois années, de la Direction des Musées de France, au titre de l’enrichissement des collections du Musée National des Arts et Traditions Populaires. Ce chantier a été financé par la Direction des Antiquités Historiques de la Région Rhône-Alpes et, depuis 1987, par le Conseil Général de la Loire. Une aide permanente est assurée par le Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales (E.H.E.S.S. et Université de Lyon II) et par le Centre de Recherches Historiques de l’E.H.E.S.S.

20L’encadrement des fouilleurs a été assuré par les membres du Groupe d’Archéologie Médiévale de l’E.H.E.S.S. et du Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales, secondés en 1974 et 1975 par des archéologues de l’Institut d’Histoire de la Culture Matérielle (Académie Polonaise des Sciences), placés sous la responsabilité de Françoise Piponnier, directeur d’études à l’E.H.E.S.S. Dans la zone castrale, la fouille a été dirigée par Bruna Poisson-Maccari, docteur en archéologie et Jean-Michel Poisson, maître de conférences à l’E.H.E.S.S. Des étudiants français et étrangers ont pris part aux recherches, venant de l’E.H.E.S.S., des Universités de Dijon, Lyon, Montpellier, Paris, Tours, des Universités de Bari, Bologne et Palerme (Italie), de Amherst College (Etats-Unis) et de l’Université de Varsovie (Pologne). Des ouvriers appartenant à la Société Montbrisonnaise de Travaux Publics, puis à l’entreprise Epinat d’Essertines, ont participé à plusieurs campagnes de gros terrassement.

21La stratégie de la fouille a été largement infléchie par les circonstances de l’intervention, conçue comme un sauvetage rapide dans une première phase, et par la nature du terrain. Une exploration prioritaire de la partie basse du site s’imposait au départ pour repérer les limites de l’habitat fortifié (castrum) médiéval, la « porte de la barrière » qui protégeait son accès, et pour analyser la nature de l’occupation en aval de ce qui paraissait être la limite médiévale du site. La difficulté que présentait la manœuvre de brouettes sur un terrain aussi abrupt nous incita très vite à déverser les déblais de la fouille immédiatement en aval des sondages, et donc à commencer l’exploration par les zones les plus basses que nous souhaitions étudier.

22C’est seulement en 1977 qu’a été entreprise l’exploration de la zone castrale. Trois campagnes avaient déjà révélé le bon état de conservation des vestiges dans l’habitat, leur intérêt et l’abondance des mobiliers. Comme il était possible de déposer les déblais provenant de la fouille du château sur la pente opposée au village, l’exploration a pu être menée simultanément dans ces deux secteurs.

23Au sommet de l’éperon, nous disposions encore des vestiges imposants des deux enceintes pour guider la fouille, et aussi du dessin de l’Armorial de Guillaume Revel (Bibliothèque nationale, Paris, ms. fr. 22 297, f° 474) (photo de couverture). Celui-ci représentait une tour quadrangulaire, entourée par deux enceintes, dressée au point le plus élevé du site. Aucune trace d’un tel édifice n’apparaissait au début des recherches. Une première exploration visant à localiser cette tour a été effectuée au moyen d’une tranchée large de deux mètres et longue de dix-sept, partant du mur de courtine ou première enceinte, au sud, et recoupant le sommet de l’éperon (fig. 5).

5- Mise en évidence des murs et du sol de la tour dans le premier sondage au sommet du site

5- Mise en évidence des murs et du sol de la tour dans le premier sondage au sommet du site

24Les murs du donjon n’ont été retrouvés que sur une faible hauteur, mais la qualité des aménagements, la présence de traces d’incendie, la richesse du mobilier, ont conduit à étendre cette fouille, d’abord dans la tour puis entre la tour et la courtine. Seuls deux sondages ont été effectués entre la première et la seconde enceinte, dans l’espace quadrangulaire où est édifié le calvaire. Le premier a révélé la présence d’une structure antérieure à la seconde enceinte, fortement arasée, et la faible profondeur des couches archéologiques. Le deuxième a mis en évidence le seuil de la poterne ménagée dans le mur occidental de la seconde enceinte. L’intérêt d’une fouille complète de cette zone paraissant des plus limités, les recherches se sont bornées à ces deux sondages.

25La chapelle doit être identifiée, pour partie au moins, à celle représentée sur le dessin de l’Armorial de Revel. Une nef, peut-être ajoutée ou agrandie au XVIe s., en a transformé l’aspect général. Dès la première prospection, le maire de la commune d’Essertines avait demandé que ne soit effectué aucun sondage dans la chapelle ou à proximité. L’équipe s’est tenue strictement à l’engagement pris à ce moment. Une fissure très apparente sur le chevet de la chapelle justifiait d’ailleurs une attitude prudente.

26Ce n’est donc pas une étude archéologique exhaustive du château que nous présentons. Au cœur de l’ensemble, dans la tour et entre la tour et la première enceinte, la fouille a été aussi complète que le permettait le terrain. Cependant, ses données ainsi que l’analyse des mobiliers sont riches d’informations sur la succession des édifices, leurs occupants, leur genre de vie, suffisamment en tout cas pour être confrontées avec l’ensemble documentaire relatif au site et à son environnement.

27Il est rare en effet de disposer d’un ensemble de documents d’archives aussi varié et complet pour un site médiéval déserté. Certes, la plupart des textes sont tardifs. Mais l’ensemble massif de données concernant Essertines dans le courant du XVe s. donnait l’occasion de vérifier et d’apprécier la fiabilité de sources écrites et iconographiques médiévales grâce aux résultats archéologiques, et aussi d’évaluer l’apport des données de la fouille face aux textes et à l’image.

28Après l’analyse des documents disponibles concernant le château d’Essertines, les textes et le dessin de l’Armorial de Revel, seront présentés les résultats de l’étude archéologique, avec l’analyse de la stratigraphie, des vestiges monumentaux et des mobiliers. Grâce à ces diverses sources, il est désormais possible de caractériser avec précision le rôle qu’a pu jouer pendant plusieurs siècles le petit château montagnard d’Essertines et de déterminer les activités et le genre de vie de ses occupants.

Table des illustrations

Titre 1- Carte de localisation du site d’Essertines
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 2- Plan topographique du site d’Essertines
Légende Les hachures indiquent les zones fouillées
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1676/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 3- Le relief du site, vu du nord-est
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1676/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 4- Vestiges apparents avant la fouille dans la partie haute du site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1676/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre 5- Mise en évidence des murs et du sol de la tour dans le premier sondage au sommet du site
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1676/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 425k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access