Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le château et la seigneurie du Vuache

 | 
Frédéric Raynaud

Annexes

Annexe 2. La vaisselle de terre

Bruna Maccari-Poisson

Texte intégral

1Les sondages archéologiques effectués sur le site du château du Vuache ont restitué un mobilier céramique peu abondant et qui ne documente pas toutes les périodes d'occupation. L'ensemble du matériel est constitué de 768 fragments répartis de façon fort disproportionnée en cinq groupes (fig. 119) :

119 : Répartition des types céramiques

119 : Répartition des types céramiques
  • Céramique à pâte grise, sans revêtement.

  • Céramique à pâte rouge, sans revêtement.

  • Céramique à pâte rouge, décorée sous glaçure parsemée incolore.

  • Céramique à pâte rouge décorée ou non sous glaçure couvrante incolore (imitation de faïence ?).

  • Céramique à pâte blanche et glaçure verte.

2La faiblesse de l'échantillonnage est toutefois compensée par la précision des critères de datation apportés par la fouille et l'étude historique menée en parallèle. Ainsi est-il possible, désormais, de mieux apprécier la chronologie de deux catégories de vaisselle bien répandues dans la région Rhône-Alpes : la céramique médiévale très décorée et les poteries à glaçure verte sur pâte blanche du début de l'époque moderne. Le mobilier du Vuache comble quelques-uns des inévitables hiatus d'une chronologie régionale établie au fur et à mesure de découvertes ponctuelles.

3En ce qui concerne l'époque médiévale, les seules couches qui aient restitué un mobilier suffisamment significatif sont datées du XIVe s. (C. 447, 805 et 4013). A côté d'un groupe de fragments sans revêtement, non identifiables (52 tessons en pâte grise ou bistre), se signalent surtout deux fragments de cruche partiellement recouverts de glaçure incolore et décorés de bandes de barbotine molettée et de pastilles en relief (fig. 120).

120 : Pichets médiévaux décorés

120 : Pichets médiévaux décorés

4La pâte rouge est assez grossière et comporte quelques inclusions blanches. Le revêtement vitreux est granuleux et disposé très irrégulièrement, par taches éparses, sans recouvrir toute la surface. Les fragments conservés permettent d'imaginer la silhouette d'un profil ovoïde, probablement monté sur un fond étroit. Le col, haut et presque cylindrique, se poursuit sans interruption jusqu'au rebord qui se termine par une lèvre légèrement concave à l'intérieur (diamètre maximum : 9,6/11 cm ; diamètre ouverture : 9/10 cm ; épaisseur : environ 0,6 cm).

5Le type de décor et le profil de ces pichets se rapprochent étroitement d'un ensemble de vases retrouvé à Anse dans le Rhône lors des fouilles du château des Tours (Vicard, 1984). L'étude du mobilier d'Anse propose, pour ce type de pichet (type 2), une datation du milieu à la fin du XIIIe s., sur la base des trouvailles monétaires associées et des analyses dendrochronologiques. En revanche, cette même production semble avoir disparu, à Anse, dans le matériel attribuable au XIVe s.

6La découverte de deux exemplaires semblables dans les sondages du château du Vuache soulève le problème de la datation des productions de ce type. Les éléments de datation apportés par ce nouveau site situent, en effet, ce matériel en plein XIVe s.

7Sans doute l'ensemble des pichets d'Anse correspond-t-il à l'apparition et à la période de forte diffusion des poteries très décorées. Le site de Vulbens a, d'ailleurs, restitué quelques petits fragments de cette catégorie de récipients dans les couches d'occupation du XIIIe s. (3 tessons dans la C. 907). Mais, il faut désormais envisager que leur utilisation se soit prolongée dans le temps, au moins dans une partie du XIVe..

8Certes, plusieurs éléments interviennent pour nuancer cette hypothèse, sans pour autant remettre en cause les datations fournies par les deux sites. Tout d'abord l'éloignement des deux lieux de découverte ; d'apparence très proche, ces vases peuvent provenir d'ateliers distincts, le second imitant formes et décors de poteries qui, ailleurs, ont déjà cessé d'être fabriquées. Seule la comparaison de la composition des pâtes céramiques entre les lots permettra d'avancer sur ce sujet.

9Pour le moment on se contentera de souligner que le petit ensemble du Vuache fournit de nouvelles données dont il faudra tenir compte dans les études futures sur les céramiques très décorées du Moyen Age, afin de nuancer, voire d'affiner, la datation d'autres trouvailles de ce type de production dans notre région comme celles de Vienne, dans l'Isère (Tardieu, 1986), ou celles des fouilles du métro à Lyon, dont l'étude est en cours.

10Dans le remblai de la tranchée de fondation de l'escalier à vis, construit à la fin du XVe ou au début du XVIe s., ont été retrouvées deux formes céramiques complètement brûlées qui correspondent à deux vases de type albarello (fig. 121). Ces poteries de forme cylindrique, à fond plat, présentent en leur milieu un léger étranglement pour en faciliter la préhension ; un bourrelet ourle l'ouverture, permettant de ficeler le parchemin ou le tissu qui servait de couvercle ; du moins ceci était l'intention d'origine. En plus de leur forme caractéristique, les albarelli sont généralement décorés sur un fond d'émail blanc et appartiennent à ce type de production traditionnellement appelée « faïence ».

121 : Albarelli en faïence

121 : Albarelli en faïence

11Les exemplaires issus des fouilles du château du Vuache ne sont cependant pas des faïences, mais veulent probablement les imiter, puisque la forme est bien typique. Le revêtement, interne et externe, est constitué d'une glaçure couvrante incolore, sans aucune adjonction d'étain qui permettrait d'obtenir le fond blanc opaque des faïences. De ce fait, le rouge de la pâte apparaît sous la glaçure lui donnant une coloration légèrement orangée. Le plus petit des deux récipients (h : 20 cm) est décoré sur le haut de la panse de larges bandes obliques en brun, délimitées par une bande horizontale, toujours en brun. Le deuxième, plus haut (h : 26 cm) semble n'avoir jamais eu de décor, ou du moins il a totalement disparu : les fragments sont fortement norcis et altérés par le feu. Ces deux albarelli sont chronologiquement antérieurs à 1536, date de l'incendie du château, mais rien n'exclut qu'ils soient un peu plus anciens. Des publications récentes montrent que les potiers tradionnels ont largement contribué à répandre l'usage de l'albarello, concurrençant ainsi les faïenciers. Une impressionnante série du XVIe s. a, par exemple, été mise au jour à Paris (thermes de Cluny). Il s'agit de grésou de terre cuite vernissée (Ravoire, 1991).

12Le dernier groupe de céramiques restitué par les fouilles est de loin le plus nombreux. Dans les couches correspondant à l'occupation qui se situe entre 1536 et 1612, ont été mis au jour 565 fragments d'une production très homogène : céramiques en pâte très claire presque blanche, toujours recouvertes d'une glaçure verte très brillante, de couleur vive. Bien que souvent fragmentaires, plusieurs formes ont pu être restituées et, sauf rares exceptions, elles correspondent à des poteries culinaires.

13Les formes les plus répandues sont la petite marmite tripode dont les deux anses opposéees partent de la lèvre (fig. 122, n° 1) et le coquemar avec une seule anse placée au milieu de la panse (fig. 122, n° 2). Dans tous les cas la lèvre est évasée et la panse globulaire. Les trois petits supports excentrés sont associés à un fond plat ou bombé. La glaçure ne recouvre intégralement que la surface interne.

14Le deuxième type correspond à des pots à cuire de plus grande taille, tous fragmentaires (fig. 122, n° 3). L'anse, posée contre la lèvre évasée, est généralement de section ronde et de profil anguleux, formant une sorte d'anneau. Parfois la panse est renforçée par des cordons verticaux, mais ce détail n'est pas présent sur tous les exemplaires de grandes marmites.

15Plus rares, presque exceptionnelles, sont les autre formes : deux fragments attestent l'existence de bols et on constate aussi la présence de couvercles.

122 : Céramiques culinaires en pâte blanche et à glaçure verte

122 : Céramiques culinaires en pâte blanche et à glaçure verte
  • 21 Sous la direction d'E. Faure-Boucharlat, conservateur du patrimoine, ce groupe se propose de mettre (...)
  • 22 Fouilles du Métro sous la direction de F. Villedieu, puis J. Burnouf ; fouilles de la Z.A.C. Saint- (...)
  • 23 Les analyses effectuées par le laboratoire de Céramologie de Lyon (U.R.A. 3 du C.N.R.S.) ont confir (...)

16Les poteries en pâte blanche et glaçure verte sont très répandues dans la région Rhône-Alpes, notamment au nord-est de Lyon et, depuis plusieurs années, elles font l'objet d'une étude de synthèse par les chercheurs régionaux (programme H 19 : ateliers céramiques médiévaux et modernes de la région Rhône-Alpes). Inventaires, prospections et analyses de composition des pâtes ont démontré la communauté d'origine de ce type de vaisselle, le « service vert », largement diffusé à partir d'ateliers très actifs implantés à Meillonnas au nord-est de Bourg-en-Bresse, dans l'Ain (A la fortune du pot, 1990, pp. 193-198)21. Les nombreuses trouvailles régionales ne fournissent en réalité que peu d'éléments de datation. Seules les fouilles du Vuache et celles de plusieurs sites lyonnais permettent actuellement de préciser la chronologie de ce type de production22. D'où l'intérêt de la documentation fournie par ces sites, dont le mobilier est issu d'un même centre de production23.

17La possibilité de comparer les céramiques de Vulbens et celles de Lyon permet de mieux saisir la durée de leur diffusion et d'entrevoir, en même temps, une évolution dans la typologie des formes. À Lyon, on trouve une abondance de formes ouvertes pour la table, tandis qu'elles sont quasiment absentes en Savoie ; il est d'autant plus intéressant de noter que cela correspond à un léger décalage chronologique. Les fouilles du Vuache proposent une datation entre 1536 et 1612, tandis que le matériel lyonnais est attribuable à la première moitié du XVIIe s. Les différences typologiques observées ne sont donc pas uniquement imputables à la nature différente des lieux d'utilisation : poste militaire excentré et milieu urbain. On peut envisager la possibilité que les ateliers aient d'abord produit des poteries culinaires et que la vaisselle de table ne soit apparue que plus tardivement.

18Que ce soit pour la céramique de table très décorée du Moyen Âge ou pour le « service vert » bien diversifié de l'époque moderne, le château du Vuache à Vulbens fournit, à partir d'un lot certes restreint, des comparaisons et des critères de datation qui font notablement progresser notre connaissance de la céramique régionale.

19(*) Les collages du mobilier ainsi que les dessins ont été effectués par les membres du projet collectif de recherche mentionné ci-dessus.

Notes

21 Sous la direction d'E. Faure-Boucharlat, conservateur du patrimoine, ce groupe se propose de mettre en commun les études des chercheurs dans différents domaines de la céramologie et bénéficie du soutien de C.S.R.A. dans le cadre du programme H 19. Le programme de recherche sur les céramiques connues également sous le nom de "service vert" est pratiquement achevé et sera publié très prochainement.

22 Fouilles du Métro sous la direction de F. Villedieu, puis J. Burnouf ; fouilles de la Z.A.C. Saint-Vincent sous la direction de J. P. Lascoux ; fouilles de la place A. Poncet sous la direction de C. Becker.

23 Les analyses effectuées par le laboratoire de Céramologie de Lyon (U.R.A. 3 du C.N.R.S.) ont confirmé que la composition des pâtes céramique de Lyon et Vulbens présente de telles similitudes qu'il s'agit sans doute de productions d'un même atelier, ou du moins d'un même centre de potiers.

Table des illustrations

Titre 119 : Répartition des types céramiques
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1658/img-1.png
Fichier image/png, 62k
Titre 120 : Pichets médiévaux décorés
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1658/img-2.png
Fichier image/png, 163k
Titre 121 : Albarelli en faïence
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 122 : Céramiques culinaires en pâte blanche et à glaçure verte
URL http://books.openedition.org/alpara/docannexe/image/1658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© Alpara, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter